I never meant to cause you trouble [Maxena]

 :: cap harbor is my home :: Southport Road :: The Bronze
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ☼ Oscar Pierce (Matt McGorry) ☼ Grayson Shield (James McAvoy)

I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Ven 30 Mar - 18:13 )












Aujourd’hui j’avais décidé de travailler depuis chez moi. En soit ce n’était pas très inhabituel, le vendredi cela m’arrivait souvent et de toute façon j’étais toujours joignable. Peut-être même un peu trop joignable. Si je n’avais pas de problème avec Julia mon assistante, ce n’était pas le cas pour les autres. L’un des associés de la compagnie rencontrait pas mal de soucis avec l’un de nos clients. Ce que je n’arrivais absolument pas à comprendre parce que c’était l’un des laboratoires avec lequel nous avions le plus de rapport. En tout cas moi j’avais souvent du faire appel à eux, mais ils avaient aussi eu des changements parmi le personnel et c’était peut-être ça qui ne fonctionnait. Toujours était-il c’était qu’après 45 minutes en conférence, on avait réussi à régler le problème et rendez-vous été pris pour le 25 avril. Encore un autre déplacement en Europe. Ce qui me faisait penser que je devais bientôt renouveler mon passeport et que je ne devrais pas trop attendre pour le faire. Je le notais sur un bout de papier et le coller sur le bord de mon ordinateur.
Le reste de la journée se passait exactement comme si j’étais au bureau. J’engueulais des gens aux téléphones, j’envoyais des mails incendiaires à certains partenaires et organisait mon agenda pour les deux semaines à venir. Quand je voyais à quel point cet agenda était rempli, je me demandais encore comment je faisais pour avoir une vie sociale. Bien que ma vie sociale se résumait à Eliza et Javier.

Après une bonne journée de merde comme celle que je venais passer, j’étais contente de pouvoir me dire que j’étais en week-end. Même si pour moi cela ne voulait absolument rien dire. Contraire à tous mes collaborateurs, je continuais de travailler le samedi et le dimanche. Le seul avantage que j’en retirais c’était d’être sûre de n’être emmerder par personnage qui avait une question stupide sur un dossier ou un client. Ce qui me réjouissait le plus surtout, c’était de savoir que j’allais bientôt retrouver Eliza dans notre bar habituel. Ce soir c’était tout ce dont j’avais besoin et je m’étais préparé en conséquence. Rien de trop voyant, mais je n’étais pas sortie non plus en jogging.
Malheureusement au moment où le serveur arrivait avec mon verre, je recevais un message de ma meilleure amie pour me dire qu’elle ne pourrait finalement pas se joindre à moi ce soir parce qu’elle avait une urgence au boulot. Je savais qu’elle devait bientôt sortir un nouveau produit et je ne comprenais que trop bien qu’elle veuille que tout soit parfait. Tant pis, j’allais boire mon verre toute seule et rentrer tout aussi rapidement chez moi. Je me poserais peut-être avec un bon verre de vin et enfin regarder la vidéo du mariage de mon frère. En tout état de cause, ce soir j’étais décidé de ne pas ramener d’homme. Peut-être même que j’irai voir Javier. Après avoir terminé mon verre, j’étais sortie devant le bar dans l’espoir de trouver un taxi. Je n’avais pas le temps de regarder quoique se soit, que mon ex-mari apparraissait devant mes yeux. Je n’étais pas prête à le voir et je faisais un pas de recul avec une main sur le coeur. “Toujours aussi abruti à faire peur aux gens Luke” Notre mariage c’était tellement mal terminé que je n’avais plus aucune once de sympathie pour celui qui avait été mon mari. Surtout qu’il semblait être passablement bourré ou drogué. Voire même les deux. “J’ai besoin de fric Helena. J’ai tout perdu à cause de toi.” Son ton était hargneurx et je n’aimais pas trop ça. Je voulais repartir chez moi, mais cet enfoiré me suivait et en aggripant mon bras il me traîna dans une rue perpendiculaire au bar où il n’y avait pas une âme qui vive. “Lâche moi tout de suite Luke, tu me fais mal.” Il ne m’écoutait pas, et au contraire ressairrait son emprise sur mon bras. “Alors quoi Helena, je ne suis plus assez bien pour toi. Tu vas me donner du fric tout de suite salope sinon..” Je n’hésitais pas à le couper. Il n’était peut-être pas dans son état normal, mais il ne me faisait pas peur. Dans notre couple j’avais toujours été celle qui prenait les décisions et lui qui suivait. “Sinon quoi ? Tu vas me taper ? Tu vas me voler ? Tu veux du fric, trouve toi un boulot et arrête de me faire chier” Ce n’était pourtant pas bien compliqué. La pitié ? Ce n’était un mot que je ne connaissais pas. Encore moi avec mon ex-mari. “Je sais où tu habite Helena, je pourrais te faire beaucoup de mal” Maintenant je commençais peut-être à avoir peur et pourtant je continuais à le provoquer. “Tu n’es qu’un lâche, j’avais tu n’auras les couilles de t’en prendre à moi. Tu as toujours été un minable, ce n’est pas maintenant que ça va changer” De toute évidence les substances qu’il avait prise lui faisait perdre la tête parce qu’il me pousser contre le mur et me donna tout simplement une droite. J’avais il n’avait été violent avec moi et je ne pensais pas qu’il le serait un jour. Pourtant c’était ce qui était en train de se passer. Mon ex-mari était en train de me tabasser dans une rue et il n’y avait personne pour l’arrêter.





lumos maxima



I am his, and he is mine



Dernière édition par Helena Lewandowski le Lun 9 Avr - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/06/2016
›› Commérages : 409
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : mats god husband hummels
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Ven 6 Avr - 18:24 )


Helena & Maximilian

JUST WANNA DANCE WITH YOU ALL NIGHT. WHEN EVERYONE HAS THEIR DISGUISE. I'LL SHOW YOU MY HEART IS REAL. I'LL SHOW YOU HOW THIS COULD FEEL. THIS MOMENT SHAKING IN MY HANDS. I'LL SHARE THIS SECRET FOR A CHANCE. JUST TO BE HERE WITH YOU. JUST TO GET LOST WITH YOU. WHEN IT'S COLD, I JUST WANNA FEEL YOUR TOUCH. WHEN IT'S COLD, THERE'S NOBODY ELSE I'D RATHER KNOW.



Cinq jours d'abstinence. Il en était à cinq jours d'abstinence. Pas d'abstinence sexuelle, mais bien d'alcool. A vrai dire, le jeune homme avait enfin finit par prendre conscience qu'il faisait totalement n'importe quoi ces derniers temps. Boire au point de ne plus être sobre à un seul moment de la journée, ce n'était pas lui. D'autant plus que ça n'enlevait absolument rien à la douleur qu'il pouvait ressentir. Alors il avait décidé d'arrêter. Ou au moins de se limiter. Ce n'était pas facile et d'ailleurs, il avait sentit les effets du manque assez rapidement. Mais il voulait essayer. Ce n'était pas chose facile, quand il y avait tellement de bars dans cette ville. Mais peut-être que s'il se reprenait en main, Max pourrait remettre sa vie sur les rails. Sur le bon chemin. En tout cas, le jeune homme l'espérait. Il avait de l'espoir et il n'en avait pas eu depuis longtemps. Ce ne serait pas facile, mais il pouvait encore faire quelque chose de sa vie. Il était jeune. Bon, il était perdu aussi, mais heureusement, il pouvait compter sur Georgiana pour lui changer les idées. A vrai dire la jeune femme l'avait entraîné dans une drôle d'expédition. Elle avait débarqué ce matin chez lui et elle lui avait ordonné de s'habiller, ce qu'il n'avait pas tardé à faire. Pourquoi il l'avait suivi dans sa voiture en revanche, c'était un mystère. Quoi qu'il en soit, même s'il s'était demandé où est-ce qu'elle les conduisait et ce qu'elle voulait faire, il avait laissé faire. Finalement, elle avait garé sa voiture à une heure de Cap Harbor et elle lui avait annoncé qu'ils allaient sauter en parachute aujourd'hui. Là comme ça, au milieu de nulle part. Le jeune homme ne s'était pas rendu compte qu'il avait une cousine aussi tarée avant aujourd'hui. Et pourtant, il avait fini par se laisser convaincre que c'était peut-être une bonne idée. Après tout, pourquoi pas. Qu'est-ce qu'il risquait ? Bon à part de mourir écrasé si son parachute ne s'ouvrait pas. Ils avaient passé un long moment à écouter les règles de sécurité, très nombreuses, avant de passer à la théorie, puis à la pratique. Ce n'est que lorsqu'il se retrouva avec l'équipement intégral que Max réalisa ce qu'il était en train de faire. Georgiana était complètement dingue. Ils allaient tous les deux mourir aujourd'hui. Mais de toute façon, ils ne manqueraient à personne. Arrivé à cette conclusion, Max se dit qu'il aurait bien besoin d'un verre. Mais comme il n'en avait pas sous la main, autant suivre Georgiana dans l'avion qui allait les mener à plusieurs mètres du sol. Au moins la monitrice avec qui il allait sauter était canon, c'était déjà ça. Mais arrivé en haut, le jeune homme sentit sa confiance s’effondrer comme un soufflé. Déjà, pourquoi Georgiana n'avait pas pu se jeter dans le vide toute seule ? Depuis qu'elle s'était mise dans la tête de faire des choses folles pour se prouver à elle même que la vie valait la peine d'être vécue, il avait l'impression qu'elle comptait en faire de même avec lui. Et bien il lui en faudrait plus. Il avait le vertige. Elle en revanche semblait excitée comme une puce et ce fut elle qui sauta la première avec son moniteur. Le jeune homme hésita encore un moment avant d'accepter de sauter. Mais il ne voulait pas passer pour un dégonflé et il finit par se lancer. Et contrairement à ce qu'il aurait pensé, ce n'était pas aussi terrible que ça. Il avait certes l'impression que son estomac venait de se retourner, mais il ressentait aussi une agréable sensation de liberté pendant qu'il chutait dans les airs. Sa monitrice déclencha le parachute et bien ils regagnèrent la terre ferme. Ses yeux coulaient à cause du vent, mais il se sentait bien. Comme apaisé. Comme s'il avait laissé ses problèmes en haut dans l'avion.

Quand Georgiana finit par le déposer chez lui, il était calme, paisible. Ils restèrent quelques minutes à discuter et il finit par la remercier pour lui avoir changé les idées. Au final, ça lui avait fait du bien de sortir un peu et de s'éloigner de ses petites habitudes. Cette femme était finalement surprenante. Elle avait l'air si gentille et si naïve et elle était le genre de femme à sauter d'un avion en parachute et à l'entraîner là-dedans. Lorsqu’il la salua, il faisait déjà nuit et il souriait. Mais son sourire disparu rapidement quand il se rendit compte de la tristesse de sa vie. Il était seul. Il n'avait personne pour l'attendre à la maison. Personne à qui raconter sa folle journée. Même plus une bouteille. Sur un coup de tête, Max avait décidé de toutes les foutre à la poubelle. Pourtant, il aurait eu bien besoin d'un verre. Ou de deux peut-être. Le jeune homme tourna en rond dans son appartement pendant une bonne dizaine de minutes avant de craquer. Il avait besoin d'un verre. Peut-être de deux. Alors il prit ses clés, son téléphone et quitta son appartement, pour rejoindre le centre ville à pieds. Il allait se rendre au Bronze. Seulement un verre, ça ne pouvait pas lui faire du mal non ? C'était en tout cas ce qu'il essayait de se convaincre quand il entendit du bruit. Des éclats de voix d'un homme qui hurlait. Une femme aussi. Max fronça les sourcils. Ce n'était pas son problème. Pas son problème du tout. Et pourtant, au lieu de pousser la porte du Bronze le jeune homme se dirigea vers la rue adjacente, pour trouver un homme en train de battre une femme. Son sang ne fit qu'un tour. Il ne supportait pas les hommes qui s'en prenaient aux femmes. « Lâche la ! », brailla-t-il. L'homme se mit à rire, mais il assena un nouveau coup de poing à la femme allongée parterre. Trois pas pressés lui suffirent pour annuler la distance entre eux. Il retint le bras de l'homme avant qu'il ne frappe à nouveau. Déséquilibré, l'homme lui jeta un regard assassin. Il s'approcha pour le frapper, mais Max avait l'avantage d'être sobre, pour une fois et le frappa dans l'estomac. Plié en deux l'homme émit une plainte douloureuse, mais il semblait en redemander, puisqu'il se redressa. Alors Max le frappa au visage. Une fois. Deux fois. Trois fois. Il était animé d'une colère familière. La même qui l'avait animé quand il avait débarqué dans le bureau d'Helena pour lui cracher son venin au visage. Quand il s'arrêta de frapper, ses mains étaient en sang. « Casses-toi fils de pute ou je te jure que je te crève », siffla-t-il entre ses dents, furieux. Sans demander son reste, l'homme détala. L'allemand se décida enfin à faire attention à la femme, allongée au sol. Merde. Il la connaissait. C'était Helena. Bordel. Décidément, leur chemin était destiné à se croiser encore souvent. Le jeune homme s'agenouilla à ses côtés et passa sa main sous sa nuque. « Helena tu m'entends ? », demanda-t-il. Bon, première étape, voir si elle était consciente. Deuxième étape, la conduire à l'hôpital.



NEVER LET YOU DOWN
I hate to turn up out of the blue uninvited but I couldn't stay away, I couldn't fight it. I had hoped you'd see my face and that you'd be reminded that for me it isn't over. Never mind, I'll find someone like you. I wish nothing but the best for you too. Don't forget me, I beg I'll remember you said, "sometimes it lasts in love but sometimes it hurts instead.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ☼ Oscar Pierce (Matt McGorry) ☼ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Lun 9 Avr - 12:10 )












Même si j'avais été marié avec Luke pendant de nombreuses années, même si peut-être qu'il subsistait un fond de tendresse pour lui au plus profond de moi, tout venait de disparaître quand il s'adressait à moi de cette façon. Il avait demandé le divorce après qu'on ait appris que j'étais stérile parce que je m'étais réfugié dans le boulot. Il pensait qu'il allait pouvoir récupérer une belle somme d'argent, mais il n'avait réussi qu'à perdre le peu de dignité qu'il avait. Ce soir encore, il était venu ici pour me demander de l'argent. Il connaissait toujours mes habitudes et je ne savais pas si c'était une bonne chose. Dans tout les cas, il voulait du fric ? Il n'avait qu'à travailler un peu plus et arrêté de boire et de se droguer.
Quand je le voyais dans cet état lamentable, je me demandais ce qui avait bien pu me séduire chez lui à l'époque. Comment je n'avais pas remarquer à quel point il était faible. Parce que oui c'était exactement ce qu'il était. Durant notre mariage, c'était toujours moi qui avait ramené le fric, lui se contentant de travailler à droite à gauche, c'était grâce à moi qu'on avait une maison, grâce à mon père et moi que notre compte était toujours dans le vert. La seule décision qu'il est osé prendre, on avait fini par le regretter tout les deux. Il voulait un enfant, il voulait être père au foyer, selon lui c'était sa vocation. Malheureusement après 2 ans à essayer on avait du se rendre à l'évidence, il y avait un soucis avec nous et les examens qu'on avait passé nous avaient appris que j'étais stérile. Cette nouvelle avait fini de nous séparer, je pensais que c'était pour de bon, mais je m'étais trompé. Je savais que le provoquer ne servirait à rien, mais pourtant c'était plus fort que moi, parce que j'étais persuadé qu'il n'aurait jamais le courage de me taper.
De toute évidence je m'étais trompé. Peut-être que notre divorce l'avait vraiment changé, peut-être que les substance qu'il avait ingéré lui donnait du courage, en tout cas il ne manquait pas de force et le poing qu'il m'avait envoyé dans la figure avait suffit à me mettre K.O à terre. Naïvement je pensais que cela aurait été suffisant pour Luke et qu'il serait parti avec mon sac pour trouver le fric dont il avait besoin, mais non. Il avait décidé de me passer à tabac et de toute évidence il ne s'arrêterait pas avant ma mort. Je m'étais recroquevillé en position fœtale, essayant de me protéger comme je le pouvais. Les coups ne s'arrêtaient pas et je commençais vraiment à croire que j'allais mourir dans cette ruelle. Mon esprit commençait à tourner à plein régime, à regretter des choses, à en espérer d'autre. « Lâche la ! » Est ce que c'était à moi qu'on était en train de parler ? Est ce que je devais lâcher prise ? Je ne savais pas. Je ne savais pas non plus qui était la personne qui venait d'arriver, mais je la bénissais !
J'essayais de voir qui était arrivé, mais me déplier me demandait trop d'effort et je n'étais pas prête pour cela pour l'instant. Ce que je savais en tout cas c'était que les coups avaient recommençait à pleuvoir, mais pas sur moi. « Casses-toi fils de pute ou je te jure que je te crève » J'avais l'impression de connaître la voix de cette homme, mais j'étais incapable de mettre un visage dessus, j'avais le cerveau beaucoup trop engourdie pour cela. La seule chose donc j'étais sûre, c'était que Luke venait de partir sans demander son reste. « Helena tu m'entends ? » La main sous ma nuque était douce et prudente, j'essayais de regarder la personne qui venait sans doute de me sauver la vie. Cet homme me connaissait, du moins il connaissait mon prénom. « Oui je crois, j'ai mal » Dire que j'avais mal était une sinécure. J'avais l'impression d'avoir été passé au rouleau compresseur plusieurs fois. Mon visage était douloureux aussi, mais tant bien que mal j'arrivais à ouvrir un œil et distinguer le visage de la personne qui se tenait au dessus de moi. « Maximilian c'est vraiment toi ? » Il était bien la dernière personne que je m'attendais à voir. Nous n'étions pas en très bon terme et pourtant il venait de me sauver. Je ne comprenais pas. J'essayais d'esquisser un sourire, mais je renonçais rapidement à cause de toute la douleur. Après toutes les horreurs qu'on avait échangé la dernière fois, je n'arrivais pas à comprendre pourquoi il était là. « C'est parce que tu ne savais pas que c'était moi, que tu es venu l'arrêter ? » S'il me répondait oui, je ne lui en voudrait même pas. Je lui étais tout simplement reconnaissante d'avoir mis fin à mon calvaire. « Merci Maximilian » Je crois que je n'avais jamais dit ce mot en le pensant aussi fort. « Tu n'est pas obligé de rester si tu n'en a pas envie » Même si je devais l'avouer sa présence me rassuré. Maintenant que Luke m'avait frappé, j'avais peur qu'il ne recommence. Qu'il vienne jusque chez moi pour continuer ce qu'il avait commencé, mais je ne pouvais pas forcer Maximilian à rester alors qu'il me détestait. Alors tant bien que mal j'essayais de me redresser et je serrais les dents à chaque mouvement tant la douleur me couper le souffle.





lumos maxima



I am his, and he is mine



Dernière édition par Helena Lewandowski le Lun 16 Avr - 9:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/06/2016
›› Commérages : 409
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : mats god husband hummels
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Sam 14 Avr - 12:28 )


Helena & Maximilian

JUST WANNA DANCE WITH YOU ALL NIGHT. WHEN EVERYONE HAS THEIR DISGUISE. I'LL SHOW YOU MY HEART IS REAL. I'LL SHOW YOU HOW THIS COULD FEEL. THIS MOMENT SHAKING IN MY HANDS. I'LL SHARE THIS SECRET FOR A CHANCE. JUST TO BE HERE WITH YOU. JUST TO GET LOST WITH YOU. WHEN IT'S COLD, I JUST WANNA FEEL YOUR TOUCH. WHEN IT'S COLD, THERE'S NOBODY ELSE I'D RATHER KNOW.



Maximilian ne s'était jamais senti une âme de sauveur. A vrai dire, il se portait très bien quand il se mêlait de ses affaires. Pourtant, le jeune homme était incapable de laisser une femme se faire attaquer sans rien dire. Ce n'était pas dans ses habitudes, ni dans son caractère. Et au passage, ce n'était pas la première fois ces dernières semaines qu'il se retrouvait dans une telle situation. Helena se mettait un peu trop dans des situations catastrophiques si vous voulez mon avis. Alors forcément, quand il avait entendu du bruit et même s'il ne connaissait rien aux raisons de tout cela, le jeune homme n'avait pu s'empêcher de s'en mêler. Parce que dans le fond, il se disait que s'il n'intervenait pas, s'il laissait faire, il ne vaudrait pas mieux que cet homme qui était lui-même en train de porter les coups. Et ces derniers temps, Maximilian avait très envie de cogner et de se battre. Il allait quand même éviter les armes à feu, parce qu'on sait tous la catastrophe que ça a donné. Mais se servir de ses poings, il avait toujours su comment ça marchait. Il avait toujours aimé se battre. Et surtout, il aimait faire passer l'envie aux connards de frapper des femmes. Enfin ça, c'était surtout le bonus. Et le jeune homme ne se priva pas de faire pleuvoir les coups de poings. Il n'était pas forcément plus fort que son adversaire, bien que plus grand coucou le mètre 94 mais il avait l'avantage d'être sobre. Pour une fois. Du coup, ses gestes étaient plus précis, moins désordonnés. Et au final, il n'arrêta de frapper que lorsqu'il eut mal aux mains. Ses poings étaient en sang. Ses articulations étaient douloureuses. Mais c'était sans doute moins pire, beaucoup moins pire, que le visage tuméfié de son adversaire, qui prit la fuite sans demander son reste. A vrai dire, Max était tellement enragé de colère qu'il en avait presque oublié la femme qu'il défendait. Mais maintenant qu'il était seul avec elle dans cette ruelle, il se rappelait de sa présence et il se rappelait qu'il était là pour lui venir en aide. Il s'approcha de la femme et fut soulagé de constater qu'elle respirait encore. Mais l'allemand ne tarda surtout pas à remarquer que la femme en question n'était autre qu'Helena. Il ne l'avait pas vu depuis la dernière fois qu'il était venu faire un scandale dans son bureau. Mais le jeune homme avait tout un tas de questions qui lui passaient par la tête. Pourquoi est-ce qu'elle était là ? Qui était cet homme qui venait de lui casser la gueule ? Elle avait l'air forte en apparence, elle avait l'air d'être capable de se défendre et pourtant elle s'était fait tabasser par le roi des enfoirés. Mais plutôt que de s'inquiéter de savoir tout ça et de satisfaire sa curiosité, le jeune femme préféra s'inquiéter de savoir si oui ou non elle était toujours consciente. « Tu m'étonnes que tu as mal. Cet enfoiré ne t'as pas raté. Tu peux bouger ? », demanda-t-il. Le jeune homme, accroupit près de la brune, la tenait par la nuque. Elle devrait sans doute éviter de faire des gestes trop brusques. Il était footballeur, pas boxeur, mais il était certain qu'elle était susceptible d'avoir des blessures internes. Et lui, il n'était pas du tout apte à soigner ça. Il n'était pas apte à l'aider tout court d'ailleurs. Le jeune homme était seulement apte à faire fuir son agresseur et à lui tenir compagnie. Lorsque la jeune femme lui demanda si c'était vraiment lui, le jeune homme lui adressa un sourire. « Désolée de te décevoir. Pas de prince charmant, juste moi », répondit-il. En même temps, le jeune homme n'avait jamais eu pour ambition d'être le parfait prince charmant. Loin de là même. Il avait juste agi comme son instinct lui disait d'agir, c'est à dire en protégeant une femme qui semblait incapable de le faire elle-même. D'ailleurs l'allemand l'entendait déjà lui dire qu'il n'avait pas besoin de se sentir pousser des ailes, parce qu'elle aurait été capable de se défendre toute seule. C'est ça oui. Roulée en position fœtale, elle aurait sans doute réussi à se défendre, c'était une évidence. « Je ne savais pas que c'était toi, mais si je l'avais su, je ne t'aurais pas laissé toute seule dans cette rue face à lui. Personne ne mérite ça », répondit-il. Le jeune homme lui adressa un nouveau sourire. Même s'ils n'étaient pas en très bon terme, c'était difficile de lui en vouloir alors qu'elle était dans cet état. D'autant plus que la jeune femme le remerciait, ce qu'il n'avait franchement pas vu venir. « Je t'en prie, c'est normal », fit-il en haussant les épaules. Il y avait quelque chose d'attendrissant qui se dégageait de cette femme, qui semblait toujours si fière et si froide. Elle lui montrait un visage différent et c'était plaisant. « Ne soit pas ridicule. Je vais t'emmener à l'hôpital », répondit-il. Parce que oui, elle aurait peut-être besoin de passer des radios et de quelques points de sutures. Mais la jeune femme protesta rapidement. En soit, cela n'avait pas grand-chose de surprenant. Il aurait dû s'en douter. Mais ça ne l'arrangeait pas vraiment. Il n'allait pas la laisser là, c'était une certitude. Il n'était pas ce genre d'homme. Alors il allait être obligé de la reconduire quelque part pour la surveiller. Et il n'avait pas forcément envie d'avoir cette responsabilité sur les épaules. « D'accord. Mais tu rentres avec moi. Je ne te laisserais pas toute seule. Tu tiens à peine … », commença-t-il. La jeune femme avait tenté de se relever, mais elle tanguait dangereusement. En même temps, elle devait être sous le coup de l'adrénaline, qui devait également redescendre maintenant que le plus dur était passé. Avant qu'elle ne s'écroule totalement, Maximilian la rattrapa par la taille. Puis il la força à passer un bras autour de ses épaules, passa son bras sous ses genoux et la souleva dans ses bras. Heureusement qu'elle n'était pas bien lourde et qu'il n'habitait pas loin. « Pas de discussion possible », prévint-il, en se mettant en marche. De toute façon qu'est-ce qu'elle aurait voulu faire ? Se débattre. Elle n'aurait sans doute pas réussi à faire trois pas sans lui.



NEVER LET YOU DOWN
I hate to turn up out of the blue uninvited but I couldn't stay away, I couldn't fight it. I had hoped you'd see my face and that you'd be reminded that for me it isn't over. Never mind, I'll find someone like you. I wish nothing but the best for you too. Don't forget me, I beg I'll remember you said, "sometimes it lasts in love but sometimes it hurts instead.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ☼ Oscar Pierce (Matt McGorry) ☼ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Lun 16 Avr - 9:54 )












Je ne pourrais décrire le sentiment qui m'avait habitué quand j'avais entendu la voix de quelqu'un demandant à Luke de s'arrêter. De ma vie, je n'avais jamais rien vécu de pareil, c'était la sensation la plus merveilleuse au monde Pourtant cela n'arrêtait pas mon ex-mari et j'avais du attendre l'intervention musclé de mon sauveur anonyme pour enfin me rendre compte que je n'allais pas mourir. Enfin en tout cas je n'allais pas mourir tout de suite, parce que peut-être qu'il allait me laisser pour morte dans cette ruelle et j'allais mourir de mes blessures. Cela me semblerait incroyablement ironique de mourir de la sorte. Le plus triste dans toute cette histoire, c'était que même si je rendais l'âme, je n'aurai pas l'occasion de revoir Lukas. Si une vie après la mort existait alors pas de toute qu'il était au paradis et moi j'allais finir en enfer. Cela ne serait pas une surprise, seulement j'allais devoir attendre encore un moment avant de mourir, parce que je sentais la personne à mes côtés mettre une main sous ma nuque et se montrait extrêmement doux. Ce qui était assez bizarre. J'avais mal, mais au moins je pouvais lui répondre. « Tu m'étonnes que tu as mal. Cet enfoiré ne t'as pas raté. Tu peux bouger ? » Cet enfoiré comme il disait n'était autre que mon ex-mari, mais je préférais garder cette information sous silence pour l'instant. « Difficilement, mais je pense pouvoir bouger oui » Après ce qui venait d'arriver, je pensais pouvoir être prête à tout, mais je devais bien avouer que non parce que je ne m'attendais absolument pas à ce que ce soit Maximilian qui se tienne au dessus de moi. Ma surprise était vraiment totale. « Désolée de te décevoir. Pas de prince charmant, juste moi » J'étais loin d'être déçue, bien au contraire. « Tant mieux, parce que je ne crois pas au prince charmant » Quand j'avais rencontré Luke j'y avais pourtant cru, mais c'était loin tout cela, et il venait d'enterrer les derniers bons sentiments que j'avais pu avoir pour lui en me tapant ce soir. Même si j'étais très contente qu'il soit intervenu, j'étais quand même surprise de le trouver là et je ne pouvais m'empêcher de penser et de dire que s'il avait su avant que c'était moi, il aurait sûrement changer de chemin. Après tout, nous n'étions pas vraiment les meilleurs amis du monde. « Je ne savais pas que c'était toi, mais si je l'avais su, je ne t'aurais pas laissé toute seule dans cette rue face à lui. Personne ne mérite ça » Décidément cet homme ne cessait de m'étonner. Je l'avais vraiment très mal jugé. « J'ai envie de croire que je n'ai pas mérité ça » Même si je n'étais pas la personne la plus agréable du monde. De toute façon à ce moment la seule chose que je pouvais faire c'était de la remercier. Le remercier sincèrement pour une fois. « Je t'en prie, c'est normal » Même s'il trouvait cela normal, il n'était pas obligé de rester avec moi, surtout quand on savait qu'il ne m'appréciait absolument pas. « Ne soit pas ridicule. Je vais t'emmener à l'hôpital » Ce simple mot suffisait à me faire réagir et même si bouger me faisait incroyablement mal c'était toujours mieux que d'aller à l'hôpital. Finalement je n'étais pas mieux que Javier. « Je n'irai pas à l'hôpital. Je dois avoir des côtes cassées et des bleus un peu partout, mais c'est tout » Mon corps pouvait bien me faire souffrir mais de toute façon pour les côtés on ne pouvait rien faire, alors oui je préférais rentrer chez moi. Même si chaque mouvement m'arrachait une grimace, j'avais réussi à me remettre debout. Je ne tenais que grâce à l'appui du mur, mais quand même. J'allais rentrer même si je devais ramper pour cela. color=steelblue]« D'accord. Mais tu rentres avec moi. Je ne te laisserais pas toute seule. Tu tiens à peine … »[/color] Il n'avait pas le temps de finir sa phrase que j'avais essayé de faire un pas et sans son aide je serais certainement encore une fois tombé. « Si c'est une tentative pour coucher avec moi, c'est un peu loupé pour ce soir » J'essayais de faire de l'humour, mais j'avais bien trop mal et oui j'étais bien contente que Maximilian soit à mes côtés. Alors que je voulais avancer tant bien que mal, il avait pris l'initiative de me porter. J'avais l'impression d'être une poupée de chiffon dans ces bras. « Pas de discussion possible » Je secouais la tête négativement, je n'avais ni le courage et encore moins la force de me rebeller contre lui ce soir.
Pendant qu'il marchait tranquillement comme si je n'étais pas plus lourde qu'un sac de plume, je ne pouvais détacher mon regard de son visage, j'avais envie de lui poser des centaines de questions et en même temps je n'osais pas. Je n'étais pas très familière d'une telle hésitation et je ne savais pas comment la gérer. « Pourquoi tu fais tout ça pour moi ? » Malgré mes protestations il aurait pu me déposer devant un hôpital et continuer sa vie comme si je n'existais pas, mais non il était décidé à me ramener chez lui. Le reste du trajet jusqu'à chez lui c'était passé dans le plus grand des silences. Pas un silence gênant, plutôt le genre de silence où on était chacun perdu dans nos pensées. Ce n'était qu'une fois qu'il m'avait posé dans le canapé et après avoir repris une respiration a peu près normale que j'osais lui parler vraiment. « Celui qui m'a frappé, c'était mon ex-mari » Jamais je n'aurai pensé dire cette phrase un jour en parlant de Luke et pourtant c'était le cas. « Et je pense vraiment que si tu n'étais pas intervenu il m'aurai tué » Ou alors il se serait arrêté quand il n'aurai plus eu de force, mais dans tout les cas cela aurait été mauvais dans ma survie. Donc oui ce soir je devais ma vie à Maximilian.





lumos maxima



I am his, and he is mine



Dernière édition par Helena Lewandowski le Mar 17 Avr - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/06/2016
›› Commérages : 409
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : mats god husband hummels
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Lun 16 Avr - 10:54 )


Helena & Maximilian

JUST WANNA DANCE WITH YOU ALL NIGHT. WHEN EVERYONE HAS THEIR DISGUISE. I'LL SHOW YOU MY HEART IS REAL. I'LL SHOW YOU HOW THIS COULD FEEL. THIS MOMENT SHAKING IN MY HANDS. I'LL SHARE THIS SECRET FOR A CHANCE. JUST TO BE HERE WITH YOU. JUST TO GET LOST WITH YOU. WHEN IT'S COLD, I JUST WANNA FEEL YOUR TOUCH. WHEN IT'S COLD, THERE'S NOBODY ELSE I'D RATHER KNOW.



« Ne fait pas de mouvement trop brusque, tu as le temps », suggéra-t-il. Bon, après, elle faisait bien ce qu'elle voulait, mais il pensait quand même qu'elle ferait bien d'y aller doucement. On ne savait pas quel genre de traumatisme son corps avait subit. Et il pouvait en parler, lui, de traumatismes subit. Comme cette fois où en plein match, il avait subit un choc tête contre tête avec le gardien de but de l'équipe adverse et il en était ressorti avec une commotion cérébrale. Bon, ça n'avait rien à voir dans le cas présent, mais tout ça pour dire qu'elle ferait mieux d'écouter son corps et de ne pas trop forcer. La jeune femme semblait en tout cas retrouver ses esprits. Suffisamment pour le reconnaître en tout cas. Max lui adressa un sourire. « Je suis déçu moi qui pensait avoir mérité le droit d'être qualifié de prince charmant maintenant », fit-il. Et pourtant, il était bien loin d'en être un. Il cherchait juste à détendre l'atmosphère. Parce que dans le fond, il savait bien qu'il avait de trop nombreux défaut pour être qualifié de prince. Il buvait. Il n'était rien d'autre qu'un ancien footballeur déchu, dopé aux stéroïdes. Comme prince charmant, on pouvait faire mieux. Mais au moins, il avait été là pour venir en aide à la brune. C'était tout ce qu'il pouvait lui offrir. Face à la remarque de la brune, l'ancien footballeur fronça les sourcils. « Personne ne mérite un truc comme ça Helena. Tu as tes défauts, mais tu ne mérites pas de te faire tabasser par un enfoiré pour autant », la corrigea-t-il. Aucune femme ne méritait de se faire frapper et ce, qu'importait ses défauts. Maximilian ne la connaissait pas depuis très longtemps, mais il la connaissait déjà suffisamment pour dire que oui, des défauts, elle en avait et pas juste un. Mais personne ne méritait ce qui venait de lui arriver, pas même elle. Et il était certain que même Georgiana serait de cet avis. En fait il était même persuadé que Georgiana se serait interposée pour prendre les coups à sa place, naïve comme elle était. Enfin bon, ils n'étaient pas là pour débattre si elle avait mérité ce qu'il lui arrivait ou non. Le jeune homme, après avoir balayé ses excuses proposa de la ramener à l'hôpital. Une proposition qu'elle refusa bien rapidement. Et ça ne l'arrangeait pas. Ce n'était pas qu'il avait envie de se débarrasser d'elle, pas du tout. Mais il espérait qu'elle n'avait rien de grave, parce qu'il n'était certainement pas apte à s'occuper d'elle. « Tu as une vision aux rayons x et tu ne m'en a pas parlé ? », demanda-t-il en haussant les sourcils. Pourtant, malgré lui, le jeune homme céda. Par fierté, il était certain que lui non plus n'aurait pas accepté d'aller à l'hôpital. Il n'aimait pas les hôpitaux ni les médecins. Encore moins depuis que l'un d'eux avait rendu public son contrôle positif à des produits dopants. Soupirant, le jeune leva les yeux au ciel quand elle tenta d'avancer toute seule. Elle était bien trop faible pour l'instant. Ce n'était même pas seulement ses blessures, c'était aussi l'effet de l'adrénaline qui devait se distiller dans son corps. Par chance pour elle, il réussit à la rattraper avant qu'elle ne s'étale de tout son long et qu'elle n'aggrave ses blessures. Il prit l'initiative de la soulever dans ses bras, même si ce n'était pas la position la moins douloureuse pour les côtes de la jeune femme, mais si elle ne voulait pas aller à l'hôpital, ils n'avaient pas le choix. Sa remarque lui arracha toutefois un rire. « Tu dis ça, mais dans le fond, c'est toi qui est folle de mon corps et qui est déçue de ne pas pouvoir en abuser ce soir », répondit-il, moqueur, en ajustant la position de la brune contre lui. Il marchait doucement, pour éviter de lui faire mal. Malheureusement pour elle, elle allait devoir en chier jusqu'à ce qu'ils n'arrivent chez l'allemand. Par chance, ce n'était pas très loin, mais Max était ralenti par le poids de la polonaise dans ses bras. Sa question lui fit hausser les sourcils. « Pourquoi je ne le ferais pas ? Je ne suis pas un salopard. Et tu n'es pas juste une inconnue. Même si nos relations ne sont pas des plus cordiales, tu es de la famille de Georgiana. Elle m'en aurait voulu de t'avoir laissé tomber », répondit-il. Il avait voulu hausser les épaules, mais il s'était retenu. Le jeune homme, essoufflé par le poids qu'il portait, marqua une petite pause pour reprendre son souffle avant de reprendre son chemin. Dans le fond, il était certain que sa cousine s'inquiétait pour sa belle-sœur, qu'importe ce qu'elle en disait. Elles avaient une personne précieuse en commun. Finalement, le jeune homme avait passé le reste du trajet en silence, plongé dans ses pensées. Il se posait tout un tas de questions. Qui était cet homme, qu'est-ce qu'elle avait fait pour le mettre dans cet état de colère ? Finalement, il préféra ne pas poser la question et fut content d'arriver devant chez lui parce qu'elle ne pesait pas trois grammes non plus. Il la déposa sur son canapé et en profita pour étirer ses muscles endoloris. Le jeune homme s'apprêtait à aller dans la cuisine quand il entendit la voix de la jeune femme. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il était surprit par ce qu'elle venait de lui dire. Choqué, même, c'était le mot le plus juste. « Ton ex mari ? », balbutia-t-il. Déjà, le fait qu'elle ait été mariée était une information qu'il n'avait pas en sa possession. Mais comment cet homme avait-il pu faire ça ? « Pourquoi est-ce qu'il a fait ça ? », demanda-t-il, parce que oui, il avait bien conscience que s'il n'était pas intervenu, elle ne serait plus là pour lui raconter toute l'histoire. Toutefois, il se sentait comme un étranger dans cette conversation et il se gratta la nuque. « Enfin je suis désolé, ça ne me regarde sûrement pas », fit-il simplement en haussant les épaules. « Je reviens », annonça-t-il. Parce que oui, c'était bien de l'avoir allongée, mais le visage de la jeune femme était en sang tout comme ses mains. Le jeune homme s'absenta donc dans sa salle de bain, pour laver ses mains enflées et couvertes de sang. Puis il revint dans le salon, avec une bassine d'eau tiède, un linge propre et un flacon d'antalgique. « Tiens, c'est pour la douleur. Tu arrives à te nettoyer le visage ou tu as besoin d'aide ? », demanda-t-il en lui tendant le flacon de médicaments, avant de désigner la bassine d'eau d'un geste du menton.



NEVER LET YOU DOWN
I hate to turn up out of the blue uninvited but I couldn't stay away, I couldn't fight it. I had hoped you'd see my face and that you'd be reminded that for me it isn't over. Never mind, I'll find someone like you. I wish nothing but the best for you too. Don't forget me, I beg I'll remember you said, "sometimes it lasts in love but sometimes it hurts instead.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ☼ Oscar Pierce (Matt McGorry) ☼ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Mar 17 Avr - 10:13 )












Même s'il était venu à mon secours, je ne pouvais définitivement pas dire que Maximilian était un prince charmant. Un jour peut-être que  je réviserais mon jugement, mais pour l'instant je voulais juste que la douleur cesse. Même si d'après tout le monde j'étais un garce au coeur de pierre, je ne pensais pas mériter un tel sort. Ou alors peut-être que si justement le karma était en train de me rattraper. « Personne ne mérite un truc comme ça Helena. Tu as tes défauts, mais tu ne mérites pas de te faire tabasser par un enfoiré pour autant » Mince moi qui pensait être la femme parfaite, voilà que c'était loupé. Cependant les paroles de Maximilian me rassuraient. Il me détestait pour ce que j'avais pu faire à sa cousine et pourtant il était quand même intervenu et il confirmait que je ne méritais pas tout ça. Peut-être que je devrais le croire. « Je pense qu'on peut trouver quelques personnes pour te prouver le contraire » Ce serait même sûrement la chose la plus facile au monde. On avait qu'à demander à la moitié des gens avec qui je travaillais, ceux que j'avais renvoyé et sûrement quelques personnes avec qui je travaillais aussi en Allemagne, mais je préférais autant éviter qu'on fasse ça. Après ce soir je n'avais pas forcément besoin qu'on vienne me dire à quel point j'étais une personne horrible. Mon égo ne le supporterais pas. Déjà de me sentir aussi faible je n'aimais pas et même si Maximilian se montrait adorable avec moi, il fallait que je me relève, que je rentre chez moi parce qu'il était hors de question que j'aille à l'hôpital. Okay j'avais mal partout, okay je faisais sûrement peur à voir, mais j'étais persuadé de n'avoir rien de grave. Je l'espérais vraiment. « Tu as une vision aux rayons x et tu ne m'en a pas parlé ? » J'aurai aimé que ce soit le cas, malheureusement non, je comptais juste sur ma bonne étoile même si de toute évidence ce soir elle m'avait un peu abandonné. « Tu crois que c'est vraiment utile la vision aux rayons X c'est vraiment utile ? » Pour savoir si un homme avait tout ce qu'il fallait où il fallait pourquoi pas, mais j'avais déjà couché avec lui donc je n'en avais pas vraiment besoin et cela ne m'aurait pas non empêcher de me faire taper parce que Luke était arrivé complètement à l’improviste. Si je pouvais détecter le danger ça serait encore mieux. Comme ça, j'aurai pu comprendre qu'essayer d'avancer toute seule c'était une grossière erreur, mais encore une fois Maximilian était là pour m'éviter de tomber. Il avait même décider de prendre soin de moi de toute évidence parce qu'il me prenait dans ses bras. Ce geste aurait pu être romantique s'il ne m'avait pas fait aussi mal. Ce n'était pas ce qu'il y avait de plus agréable pour moi, mais je serais les dents et je tentais l'humour en lui disant que ce soir il ne pourrait rien obtenir de moi, je n'étais pas vraiment en état. color=steelblue]« Tu dis ça, mais dans le fond, c'est toi qui est folle de mon corps et qui est déçue de ne pas pouvoir en abuser ce soir »[/color] Si il y avait bien une chose qu'on ne pouvait pas reprocher à Maximilan, c'était sa répartie et même si cela m'arrachait un grimace en même temps, j'avais gloussé. « Mince tu m'as démasquée. La prochaine fois je devrais peut-être utiliser une technique moins risquée pour t'attirer jusqu'à moi » Bien qu'il aurait fallut être complètement folle pour envisager à un plan comme ça juste pour attirer l'attention d'un homme. Personnellement je m'en serais bien passé et surtout je n'avais pas besoin de ça.
Quoiqu'il en soit, Maximilian avait décidé de me ramener chez lui, et je n'arrivais pas à comprendre pourquoi il faisait tout ça. Après tout il ne m'appréciait pas vraiment. « Pourquoi je ne le ferais pas ? Je ne suis pas un salopard. Et tu n'es pas juste une inconnue. Même si nos relations ne sont pas des plus cordiales, tu es de la famille de Georgiana. Elle m'en aurait voulu de t'avoir laissé tomber » Peut-être qu'à une période j'avais effectivement pensé qu'il était un véritable connard, mais ce soir tout venait de voler en éclat au même titre que mes certitudes. « Georgiana est beaucoup trop gentille » Avec tout ce que je lui avais fait endurer ce n'aurait été que justice de me laisser à mon triste sort. Quand bien même nous avions eu Lukas en commun.
Le reste du trajet c'était fait en silence, parce que même si je n'étais pas lourde dans les bras de Maximilian j'étais un poids mort et donc oui ses bras devaient sérieusement commencer à s'ankyloser. Heureusement pour lui on venait d'arriver chez lui et alors qu'il me déposait dans le canapé, j'en profitais aussi pour dire que c'était mon ex-mari qui était responsable de tout ça. « Ton ex mari ? » Oui, lui même. « De toute évidence tu n'as pas regarder le dossier que je t'ai donné » Pourtant il contenait vraiment toutes les informations qu'il voulait savoir était dedans. « Pourquoi est-ce qu'il a fait ça ? » Il y avait tellement de raison pour son comportement que je ne savais pas par où commençait et de toute évidence Maximilian interprété mal mon silence. « Enfin je suis désolé, ça ne me regarde sûrement pas » Pourtant il était en droit de savoir, du moins j'avais cette impression. « Tu n'as absolument pas à t'excuser et sachant ce que tu as fait, tu as le droit de savoir » Le seul problème, c'était que je ne savais pas comment expliquer, je n'arrivais plus à trouver mes mots. « Je reviens » Au moins cela me laissait un petit moment de répit pour organiser mes pensées. La fatigue commençait aussi à me rattraper, mais je savais qu'il ne fallait pas que je m'endorme, cela pourrait être dangereux. Heureusement pour moi Maximilian était rapidement de retour et en plus il était là avec une bassine d'eau. « Tiens, c'est pour la douleur. Tu arrives à te nettoyer le visage ou tu as besoin d'aide ? » Tant bien que mal j'essayais de me redresser. J'avais sûrement des côtes cassées et j'auai des semaines à souffrir de la sorte, c'était sûrement pour cette raison que je me jetais sur les antalgiques qu'il me proposait. « Je pense que ça devrait aller, je te remercie » J'étais déjà un boulet, je ne voulais pas en rajouter une coucher. Doucement je me nettoyer le visage, c'était délicat, mais ça allait. Une fois que je pensais avoir fini je me tournais vers Maximilian. « C'est bon, je suis un peu plus présentable ? » J'en doutais fort, mais à l'heure actuelle je ne pouvais pas faire mieux. « Je ne t'ai même pas demandé si tu étais blessé. Tu vas bien? » Sans lui demander son avis, j'attrapais une de ces mains pour évaluer les dégâts. Ce n'était pas beau à voir, mais ça ne semblait pas être trop grave. « Tu te rends compte que c'est la deuxième fois que tu tapes un homme pour moi. Mais j'avoue j'aurai préféré ne pas en arriver là avec mon ex-mari » Je pensais que plus rien ne pouvais me surprendre avec Luke, mais je m'étais lourdement trompé.





lumos maxima



I am his, and he is mine



Dernière édition par Helena Lewandowski le Mer 2 Mai - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/06/2016
›› Commérages : 409
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : mats god husband hummels
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Lun 23 Avr - 11:17 )


Helena & Maximilian

JUST WANNA DANCE WITH YOU ALL NIGHT. WHEN EVERYONE HAS THEIR DISGUISE. I'LL SHOW YOU MY HEART IS REAL. I'LL SHOW YOU HOW THIS COULD FEEL. THIS MOMENT SHAKING IN MY HANDS. I'LL SHARE THIS SECRET FOR A CHANCE. JUST TO BE HERE WITH YOU. JUST TO GET LOST WITH YOU. WHEN IT'S COLD, I JUST WANNA FEEL YOUR TOUCH. WHEN IT'S COLD, THERE'S NOBODY ELSE I'D RATHER KNOW.



Certaines personnes aux yeux de Maximilian Adenauer, méritaient de se prendre un bon coup de poing dans la gueule, histoire de leur remettre les idées en place. Par contre, il était d'avis qu'on ne frappait pas un homme à terre et qu'un mec n'avait pas à frapper une femme. Que les femmes se battent entre elles, c'était leur problème, mais un homme n'avait pas à lever la main sur une femme. Alors qu'importait dans le fond ce qu'elle croyait avoir fait et de quoi elle pensait être responsable, le jeune homme n'était pas du tout d'accord. Et là tout de suite, il était en position de supériorité. Écoutons le mâle alpha. Le jeune homme leva les yeux au ciel. « Oh je ne doute pas que tu dois avoir une ou deux assistantes qui t'en collerait bien une et qui voudraient bien te tirer les cheveux, mais ce n'est pas pareille », fit-il, amusé. En même temps, vu la situation, mieux valait ne pas dramatiser d'avantage. Et de toute façon, Max était bien connu pour dédramatiser les situations. A quoi ça servait de se prendre la tête ? Il s'était beaucoup prit la tête après cette histoire de dopage et qu'est-ce que ça avait changé exactement ? Absolument rien. Alors maintenant il avait décidé de prendre la vie comme elle venait, avec philosophie, en partant du principe que de toute façon il ne pourrait pas changer grand-chose. Helena devrait essayer elle aussi, si vous vouliez son avis. Tout comme elle aurait mieux fait d'aller à l'hôpital. Mais elle s'y refusait. Ce qu'il pouvait comprendre, même si ça ne l'arrangeait pas franchement. « Je ne sais pas, seul quelqu'un qui a une vision aux rayons x pourrait te dire si c'est utile ou pas », fit-il en haussant les épaules. Mais selon lui, ce n'était pas franchement le meilleur des super pouvoirs. S'il devait en choisir un, il aurait prit la vitesse. Ou peut-être la capacité à guérir. Comme ça, peut-être qu'il n'aurait pas eu à souffrir plusieurs mois d'une rupture des ligaments croisés et que son père ne se serait pas mis en tête de le doper pour qu'il revienne plus rapidement à son top niveau. Mais bon avec des si, on pouvait refaire le monde et ça ne changerait pas qu'à cet instant précis, il était avec une Helena fortement diminuée par la douleur, dans une ruelle sombre. Et si quelqu'un passait par là ils risquaient de croire que c'était lui qui avait fait ça en plus. Alors que la jeune femme se relevait seule, elle n'évita la chute que parce qu'il la rattrapa à temps. Maximilian se demanda vaguement si son ego allait supporter de recevoir autant d'aide de sa part d'un seul coup ou pas. Mais il ne demanda pas et se contenta de rire à sa plaisanterie. « C'est certain. Tu pourrais venir chez moi dans une tenue sexy ça marcherait sans doute mieux », lui fit-il remarquer. Encore que … Il lui venait en aide parce qu'il était tout bonnement incapable de la laisser tomber dans une situation aussi difficile. Mais si elle avait sonné chez lui, tenue sexy ou pas, il lui aurait sans doute claqué la porte au nez. Si Max ne portait pas cette femme dans son cœur, il apercevait un autre aspect d'elle, plus fragile, qui lui donnait moins envie de lui en vouloir. Dommage qu'il ait fallut qu'elle se fasse refaire le portrait pour en arriver là. Toujours était-il qu'il était suffisamment inquiet de son état pour l'emmener chez lui plutôt que de la déposer à l'hôpital. « Georgiana est naïve et un jour elle s'en mordra les doigts. Mais dans le fond, elle considère que tu es de sa famille », répondit-il. Non, il ne comprenait pas pourquoi Georgiana éprouvait un tel besoin d'être appréciée des Lewandowski, mais c'était le cas. Alors même si Helena lui avait fait vivre un enfer, dans le fond, il savait qu'elle aurait été là pour la défendre et voler à son secours. Et apparemment, elle semblait lui déteindre dessus, puisque Max finit par arriver chez lui et par déposer Helena sur le canapé. Il aurait pu la laisser se reposer, mais elle avait réussi à attirer son attention sur une chose. C'était son ex-mari qui lui avait fait ça. Déjà, première nouvelle, elle avait un ex-mari. Deuxième nouvelle, il aurait dû trouver cette information dans le dossier qu'elle lui avait donné. Sauf qu'il avait été trop occupé à sauter en parachute avec sa dingue de cousine pour lire un foutu dossier. « Je ne sais pas lire », rétorqua-t-il en levant les yeux au ciel. Ben quoi ? La plupart des gens étaient persuadés que les footballeurs n'avaient rien dans le cerveau et qu'ils parlaient tous comme Ribéry (pardon tonton Franky, bisous à toi) alors peut-être qu'il arriverait à expliquer ainsi pourquoi malgré ses menaces il n'avait fait aucune recherche sur elle. Pourtant, il avait des millions de questions à poser. Mais avait-il le droit de le faire ? Il n'en était pas sûr, malgré les dires de la jeune femme. « J'étais juste au bon endroit au bon moment. Si ça n'avait pas été moi, ça aurait été quelqu'un d'autre. Ça ne veut pas dire que tu me dois quelque chose en retour », précisa-t-il. Et il trouvait cela important. Il ne voulait pas que la jeune femme s'imagine qu'elle lui était redevable. Lui ne comptait pas lui faire sentir qu'elle l'était en tout cas. Finalement le jeune homme s’éclipsa pour lui ramener de quoi se nettoyer et de quoi apaiser la douleur physique, parce qu'il ne pouvait malheureusement pas grand-chose contre la douleur émotionnelle. Il s'installa sur le fauteuil, tandis qu'elle se redressait et balaya ses excuses d'un geste de la main. Il lui laissa le temps de se débarbouiller, les doigts croisés sous son menton. Max il jouait au vieux sage. Sa question lui arracha un sourire. « Belle comme un cœur », répondit-il avec un petit sourire amusé. Et en même temps, malgré son visage tuméfié, la jeune femme était effectivement belle. Il aurait fallut être aveugle pour ne pas le remarquer. Mais à peine eut-il répondu qu'elle posait déjà une autre question. Elle pouvait donner la main à Nikki. « Je … », commença-t-il, mais elle prit sa main et il haussa un sourcil. Ce n'était pas désagréable comme sensation. C'était juste étrange. En attendant, oui il avait mal aux doigts, mais ça passerait. « Ça va aller », se contenta-t-il d'ajouter. Comparativement à ses blessures à elle, les siennes étaient carrément superficielles. « J'aime bien me battre. Et si en plus ça me donne l'air d'être un sauveur des demoiselles en détresse, j'aime encore plus », répondit-il en levant les yeux au ciel. A vrai dire, il avait été tenté de tourner la conversation en dérision, jusqu'à ce qu'elle n'aborde à nouveau l'existence de son ex-mari. Le jeune homme récupéra sa main et s'adossa d'avantage contre le dossier. Les relations amoureuses finissaient souvent mal en général. Si tu as la chanson en tête, c'est cadeau. « J'ai jamais été marié. Mais j'ai failli. Enfin je suppose que tu le savais déjà. On a eu une fille. Et je n'ai jamais pu la voir », finit-il par lui dire, après avoir gardé le silence un long moment. Il ne parlait pratiquement jamais de ce détail de sa vie, parce que c'était trop douloureux. Mais d'une certaine façon, il cherchait à mettre la jeune femme en confiance. « Enfin tout ça pour dire que je serais mal placé pour te juger, concernant ton ex-mari », ajouta-t-il, l'invitant donc à lui raconter tout ce qu'elle voulait bien lui raconter. Parce que Max ne la jugerait pas. Qui était-il pour le faire ?



NEVER LET YOU DOWN
I hate to turn up out of the blue uninvited but I couldn't stay away, I couldn't fight it. I had hoped you'd see my face and that you'd be reminded that for me it isn't over. Never mind, I'll find someone like you. I wish nothing but the best for you too. Don't forget me, I beg I'll remember you said, "sometimes it lasts in love but sometimes it hurts instead.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ☼ Oscar Pierce (Matt McGorry) ☼ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Mer 2 Mai - 13:47 )












Il était hors de question que j'aille à l'hôpital et Maximilian pourrait dire ce qu'il voulait il n'arriverait pas à me convaincre. Vision X ou pas. D'ailleurs je me demandais si c'était vraiment utile ce genre de pouvoir. « Je ne sais pas, seul quelqu'un qui a une vision aux rayons x pourrait te dire si c'est utile ou pas » Sauf que je n'en connaissais pas dans mon entourage alors je ne pourrais jamais le savoir. « Si c'était possible, je préférais la guérison ultra rapide comme l'autre avec ses griffes dans les mains » Je n'étais pas très calé en super-héros, mais Roman m'avait suffisamment emmerder avec ça pour avoir quelques souvenirs. Heureusement pour moi Maximilian avait un super temps de réaction et une super force, à tel point que je ne pouvais m'empêcher de blaguer un peu sur la situation. On allait certainement pas coucher ensemble ce soir, mais la prochaine fois je penserais à un stratagème moins risqué pour ma personne pour essayer de l'attirer. « C'est certain. Tu pourrais venir chez moi dans une tenue sexy ça marcherait sans doute mieux » Huum, j'avais des doutes sur cela. Après tout ce qu'on s'était dit la dernière fois, j'aurai pu me présenter nu devant chez lui il ne m'aurait sûrement pas ouvert. C'était aussi pour cela que je ne comprenais pas pourquoi il voulait prendre soin de moi ce soir. Georgiana pouvait être gentille, il n'était pas obligé d'être comme elle et encore moins de faire ça pour elle. « Georgiana est naïve et un jour elle s'en mordra les doigts. Mais dans le fond, elle considère que tu es de sa famille » Je n'arrivais pas à comprendre et j'étais assez d'accord avec Maximilian, un jour elle allait vraiment s'en mordre les doigts. « Elle ne devrait pas se raccrocher à nous. Elle était la seule à vraiment connaître Lukas » Admettre cette vérité me faisait plus mal que tout les coups que Luke avait pu me donner ce soir, mais il fallait que je me rende à l'évidence. Elle voulait connaître un Lukas qui n'existait pas et qui avait préféré tout cacher à sa famille. Cela en disant long sur notre famille...

En arrivant chez lui et après qu'il m'ait déposé dans le canapé, je lui apprenais que c'était mon ex-mari responsable de mon état. Information qui semblait l'étonné. Pourtant ça ne devrait pas en sachant que je lui avais donné un dossier complet sur moi. « Je ne sais pas lire » Alors ça c'était une excuse un peu trop facile à mon goût. « Je pourrais te donner des cours privé si tu veux » Je le taquinais un peu. Il jouait la carte du sportif débile, alors je pouvais bien rire un peu avec lui. J'en avais bien besoin ce soir. En tout cas sans lui je ne serais pas là pour en parler avec lui. « J'étais juste au bon endroit au bon moment. Si ça n'avait pas été moi, ça aurait été quelqu'un d'autre. Ça ne veut pas dire que tu me dois quelque chose en retour » Je tournais la tête pour le regarder. Il pensait peut-être ça, mais je me sentais vraiment redevable envers lui. « Je ne sais pas, la plupart des gens auraient sûrement détourné la tête en faisant semblant de ne rien entendre » Ce ne serait certainement pas la première fois que arriverait, ni la dernière. « Je te remercie vraiment » C'était la deuxième fois que je lui disais dans la soirée, mais je voulais m'assurer qu'il comprenait bien que je ne disais pas ça juste pour la forme. J'étais même prête à lui parler un peu plus de mon ex-mari, mais il avait quitté le salon pour revenir avec une bassine d'eau et surtout avec des antalgiques. Tant bien que mal j'essayais de me nettoyer, mais je n'étais pas sûre du résultat, j'espérais au moins être présentable. « Belle comme un cœur » Je secouais la tête en rigolant en un peu. « C'est pas beau de mentir » Pour autant ça me faisait plaisir et c'était gentil de sa part. Seulement ce soir je n'avais pas était la seule à avoir pris des coups, Luke en avait aussi reçu quelques uns et je prenais la main de Maximilian dans la mienne pour m'assurer qu'il allait bien. « Ça va aller » Je le regardais pour essayer de voir si il disait ça uniquement pour me rassurer ou si c'était vrai. « J'aime bien me battre. Et si en plus ça me donne l'air d'être un sauveur des demoiselles en détresse, j'aime encore plus » Décidément il avait toujours le mot pour ire, mais cela ne faisait pas beaucoup de bien à mes côtes. « Tu es définitivement mon sauveur, mais je vais éviter de te le dire trop souvent parce que tu vas prendre la grosse tête » Cela serait dommage quand même qu'il s'envole parce qu'il se prenait trop au sérieux, j'aurai peut-être encore besoin de lui. En tout cas j'avais besoin de revenir sur mon ex-mari avec lui. C'était aussi le moment qu'il avait choisi pour récupérer sa main et s'installer plus confortablement « J'ai jamais été marié. Mais j'ai failli. Enfin je suppose que tu le savais déjà. On a eu une fille. Et je n'ai jamais pu la voir » Je hochais la tête. Oui effectivement j'étais au courant qu'il n'était pas marié, j'étais aussi au courant pour sa fille. « Je suis désolé pour ta fille. » Cela ne devrait pas être permis de séparer un père de son enfant. « Tu arrives quand même à avoir de ses nouvelles ? » Je l'espérais pour lui en tout cas. « Enfin tout ça pour dire que je serais mal placé pour te juger, concernant ton ex-mari » Je n'avais pas forcément peur du jugement de Maximilian, j'avais juste peur de tout ce que cela allait impliquer. « Au début c'était la mariage parfait, je pensait même qu'il était mon prince charmant » Je lançais un petit sourire amusé à Maximilian et sa tendance à vouloir jouer lui-même au prince charmant. « Puis on a appris une mauvaise nouvelle et si Luke s'est centré sur lui-même, moi j'ai plongé dans le travail et au final il a demandé le divorce » Sûrement l'une des seules choses bien qu'il ait pu faire dans sa vie. « C'était moi qui rapportait l'argent dans notre couple, la maison était à mon nom et il pensait pouvoir récupérer la moitié et avoir une pension pour continuer à avoir un train de vie convenable. Nous n'avions pas d'enfants et donc il a tout perdu et naturellement il me tient pour responsable. Jusqu'à ce soir je n'avais plus eu de ses nouvelles » Et j'aurai préféré ne pas en avoir du tout. En tout mon corps entier s'en serait passé. « Demain j'irai sûrement porter plainte et demander une injonction d'éloignement » Ou alors je travaillerais de chez moi en attendant que mon visage reprenne une couleur normale en essayant d'oublier toute cette histoire. « Même si je n'ai jamais été une personne très sympa, mais l'énergie que j'ai du mettre dans mon divorce a fini de faire de moi la garce que je suis » Je n'essayais pas de me repentir, la vie avait de moi celle que j'étais et je ne changerais sûrement jamais, mais c'était aussi une façon de lui dire que je n'étais pas que ça. A mon tour je m'enfonçais un peu plus dans le canapé et je tournais la tête vers lui. « Je sais que tu as dit que je ne t'étais pas redevable, mais si tu veux de l'aide pour récupérer ta fille, je connais pas mal de gens qui peuvent arranger ça » Même que certaines de ces personnes me devaient tellement de service qu'il n'aurait pas à débourser un centime s'il disait oui.





lumos maxima



I am his, and he is mine



Dernière édition par Helena Lewandowski le Lun 21 Mai - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/06/2016
›› Commérages : 409
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : mats god husband hummels
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Ven 18 Mai - 11:55 )


Helena & Maximilian

JUST WANNA DANCE WITH YOU ALL NIGHT. WHEN EVERYONE HAS THEIR DISGUISE. I'LL SHOW YOU MY HEART IS REAL. I'LL SHOW YOU HOW THIS COULD FEEL. THIS MOMENT SHAKING IN MY HANDS. I'LL SHARE THIS SECRET FOR A CHANCE. JUST TO BE HERE WITH YOU. JUST TO GET LOST WITH YOU. WHEN IT'S COLD, I JUST WANNA FEEL YOUR TOUCH. WHEN IT'S COLD, THERE'S NOBODY ELSE I'D RATHER KNOW.



Le jeune homme devait bien avouer que si Helena était têtue, elle ne manquait pas de sens de l'humour. Même dans son état, elle était capable de faire des plaisanteries. Bien entendu, lui, n'était pas forcément rassuré. Elle ressemblait à un hématome géant. Alors franchement, il n'était pas certain d'être très rassuré qu'elle soit capable de rire. Mais c'était sans doute dû à l'excès d'adrénaline dans son sang. Malgré lui, il lui adressa cependant un sourire. « Donc si je résume, tu ressembles à un gigantesque hématome, mais tu es là, à me parler de Wolverine. Tu es décidément pleine de surprise ma chère », plaisanta-t-il. Et en même temps, comme elle refusait de voir un médecin et qu'ils n'avaient aucun moyen de savoir si quelque chose était ou non cassé, il valait mieux en rire qu'autre chose. Les choses pouvaient bien mal tourner, il n'en savait rien et de toute façon, il ne pourrait pas y changer grand-chose. Le jeune homme l'observa un instant, cherchant à dissimuler son inquiétude. Mais comme ils continuaient de plaisanter tous les deux, ce serait sans doute plus facile pour lui, de feindre l'indifférence. Même si à vrai dire, Helena aurait pu se pointer chez lui toute nue ou avec des sous-vêtements en bonbons, il n'aurait pas ouvert. Au final, s'il se préoccupait d'elle, c'était parce qu'il savait que Georgiana l'aurait fait, elle. Et qu'elle lui en aurait voulu de lui avoir tourné le dos. « Que veux-tu que je te dise ? Elle est bien trop naïve, on est d'accord. Et en même temps, on vit dans un monde peuplé de personnes indifférentes et méchantes. Ça fait du bien de voir que certaines personnes peuvent être différentes », répondit-il. Après tout, lui, il avait été trahi par son propre père. Alors bon, on pouvait dire que le monde était vraiment peuplé de gens tordus.

Finalement, ils étaient arrivé chez lui et Maximilian l'avait installé sur son canapé. Il continuait de penser qu'elle serait bien mieux dans un lit d'hôpital, avec des médecins pour voir si elle avait quelque chose de casser. Si elle faisait un pneumothorax, ils étaient dans la merde. Mais après tout, il n'était plus à une surprise près ce soir. Alors, elle avait été marié ? Apparemment, il aurait dû l'apprendre dans le dossier qu'il n'avait pas eu envie de lire. « Tu veux vraiment essayer de mettre quelque chose dans le crâne d'un sportif débile ? J'espère que tu as de la patience », répliqua-t-il, un brin amusé. Bon, il avait l'habitude qu'on le prenne pour un débile de toute façon. C'était le truc des sportifs. On pensait qu'ils avaient tout dans les muscles et qu'ils n'avaient rien dans la tête. Bon, en même temps, il n'était pas spécialement intelligent. Mais quand même, il avait apprit à lire. En tant qu'allemand il avait même vaguement entendu parlé des nazis. Enfin, quoi qu'il en soit, Max n'aimait pas l'idée qu'elle se sente redevable de quoi que ce soit. Il ne l'avait pas laissé mourir, d'accord. Mais elle n'était redevable de rien. « C'est vrai l’égoïsme des gens est sans limite de nos jours », concéda-t-il. Il en avait déjà eu la preuve. Quand il était à Munich, il avait parfois vu des hommes embêter des femmes, dans l'indifférence la plus totale. Lui, ça l'avait toujours révolté. « J'accepte tes remerciements. Mais j'insiste, tu ne me dois rien », ajouta-t-il. Parce que oui, elle avait bien le droit de lui dire merci. De là à dire qu'elle lui était redevable, il n'était pas d'accord. Enfin bon. Le jeune homme était certes curieux, il n'en demeurait pas moins que la jeune femme avait besoin de soins. Et à défaut d'un docteur, ce qu'il pouvait lui donner, c'était des antalgiques et de l'eau pour se nettoyer. Il l'aurait bien aidé, mais quelque chose lui disait que s'il la considérait comme une petite fille ayant besoin d'aide, elle allait lui en vouloir. « Je ne ment jamais, sinon mon nez s'allonge, comme celui de Pinocchio », se défendit-il en levant les mains. Et puis son nez était déjà assez long comme ça. A vrai dire, Helena était toujours jolie. Il aurait fallut être sacrément de mauvaise foi pour le nier. Elle était belle, même avec des bleus partout. Promis juré, s'il ment, il va en enfer. Pourquoi il se montrait aussi gentil au fait ? C'était une bonne question. Peut-être parce qu'au fond, il voyait que son la carapace épaisse, se trouvait une personne bien plus sensible qu'il ne le le pensait. Elle avait l'air de bien cacher cette partie d'elle-même en tout cas. Mais ça ne l'empêchait pas de s'inquiéter pour lui, alors que sa blessure, c'était trois fois rien. « Ouais évite de me faire prendre la grosse tête, j'ai déjà un gros nez, ne va pas en rajouter », plaisanta-t-il. Si avec ses bêtises, il pouvait lui changer les idées, alors l'ancien footballeur était partant pour le faire. Après tout, il était un grand adepte de l'auto-dérision. Il ne s'était jamais prit au sérieux. Enfin pas physiquement, en tout cas. Si on critiquait son talent sportif, là par contre, il boudait comme un enfant. Finalement, le jeune homme s'installa et accepta de discuter avec elle. Si elle lui confiait des choses, il pouvait bien en faire autant. Même si ce n'était pas facile pour lui. Il avait été si heureux à l'idée d'être père. Mais il n'avait toujours pas eu le droit de voir sa fille. « Merci. A vrai dire, je n'ai pas eu de nouvelles, non. J'ai eu le droit à une photo à sa naissance et rien depuis. L'idée m'a effleuréd de me battre pour sa garde, puis je me suis demandé quel juge accorderait la garde d'un enfant à un raté, doublé d'un alcoolique », confessa-t-il. Parce que c'était la vérité. Il avait de l'argent, beaucoup d'argent et sa fille ne manquerait jamais de rien. Mais il n'avait plus de travail, il n'était plus personne. Et il avait de gros problèmes avec l'alcool. Toutefois, c'était la première fois qu'il l'avouait à voix haute. Mais après tout, y avait-il un autre mot pour décrire un homme ivre du matin au soir ? Non. Il était alcoolique, voilà tout. Soudain silencieux, le jeune homme l'écouta parler de son mariage. Comme dans toutes les histoires, rien n'était simple, c'était évident. « Ton ex-mari est un sacré connard. Désolé, je ne devrais pas porter de jugement, mais tu mérites clairement mieux que lui, c'est une évidence », répondit-il après lui avoir laissé le temps de tout lui raconter. Au final, il aurait pu donner la main à son ex. Elle aussi avait été avec lui parce qu'il lui donnait une bonne image dans les médias, mais quand il avait tout perdu, elle ne lui avait pas tenu la main dans la tempête, elle l'avait poussé dans l'ouragan et avait battu en retraite. « Tu veux que je t'accompagne chez les flics demain ? », proposa-t-il. Personne ne devrait avoir à faire ça tout seul. Et puis, il était témoin de la scène, comme ça, ce ne serait pas la parole de la jeune femme contre celle de son ex-mari. Même si elle portait les marques de son agression, il pouvait toujours dire que ce n'était pas lui. « Tu sais, je crois qu'au final, tu n'as pas à te justifier. La vie à fait de toi un bloc de glace et elle a fait de moi un raté », répondit-il en haussant les épaules. Le jeune homme réfléchit un moment, avant de reprendre la parole. « Je ne sais pas si tu m'aurais forcément apprécié avant. Mais j'étais différent. Insoucient. Tout me réussissait. J'étais heureux. J'étais drôle, le rigolo de la bande, toujours prêt à faire la fête ou à traîner avec les copains. Je n'avais rien à voir avec le mec cynique que tu as en face de toi aujourd'hui », avoua-t-il. Et on pouvait dire que ça lui coûtait d'avouer ça. Parfois l'ancien Max, insouciant, lui manquait. Mais depuis, il avait découvert la vie. Le vrai mauvais fond des gens. Il ne pouvait plus revenir en arrière maintenant. Face à la proposition de la jeune femme, il réfléchit un instant. C'était généreux. Mais est-ce que c'était une bonne idée ? « Je ne sais pas … Tu sais, elle va avoir trois ans. J'aimerai la voir. J'aimerai pouvoir la garder avec moi. Et en même temps, tu crois franchement que j'ai ce qu'il faut pour être père ? », demanda-t-il. A vrai dire, il n'en savait rien. Il avait toujours pensé qu'il était près, parce que Lisa et lui avaient été prêt à avoir cet enfant. Mais est-ce qu'il pouvait s'en occuper ? Il n'en savait rien. « Cette discussion est beaucoup trop sérieuse, j'ai très envie d'un verre », commenta-t-il. Mais il se contentait d'en avoir envie et ne se jetait pas directement sur la bouteille, ce qui en soit était un grand progrès. « Tu sais quoi, on devrait se changer les idées. Regarder un truc à la télé », proposa-t-il. De toute façon, ils allaient devoir rester réveillés. Ils ne savaient pas si Helena avait un traumatisme crânien, donc il valait mieux. « Je suis quelqu'un d’extrêmement narcissique, donc je pourrais te montrer des vidéos de mes exploits sportifs », plaisanta-t-il avec un petit sourire en coin. Il devenait franchement urgent de détendre l'atmosphère selon lui. « Mais j'ai aussi quelques films. Et à manger. Et à boire. De quoi passer une bonne soirée en somme », proposa-t-il. Parce que ce serait toujours mieux que de passer la soirée à ruminer.



NEVER LET YOU DOWN
I hate to turn up out of the blue uninvited but I couldn't stay away, I couldn't fight it. I had hoped you'd see my face and that you'd be reminded that for me it isn't over. Never mind, I'll find someone like you. I wish nothing but the best for you too. Don't forget me, I beg I'll remember you said, "sometimes it lasts in love but sometimes it hurts instead.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ☼ Oscar Pierce (Matt McGorry) ☼ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Lun 21 Mai - 13:27 )












La première chose que j'avais dit à Maximilian après être arrivé dans son canapé, c'était que mon ex-mari était à l'origine de tout ça et j'étais étonné qu'il ne sache pas que j'avais eu un mari alors que tout était dans le dossier que je lui avais donné lors de notre dernière rencontre. Rencontre qui s'était très mal passé. Il sous entendait qu'il ne savait pas lire parce qu'il était un sportif, cela me faisait doucement rire et je me proposais même de lui donner des cours privés, même si j'étais la personne la moins patiente au monde et qu'être la tutrice de quelqu'un ce n'était tout simplement pas envisageable. « Tu veux vraiment essayer de mettre quelque chose dans le crâne d'un sportif débile ? J'espère que tu as de la patience » Absolument pas. « Ma patience est proche de – 1000 en règle générale, donc finalement je crois qu'on va en rester là » Ca serait encore un coup à ce qu'on s'énerve et qu'on se dise les pires insanité du monde, même si ça pouvait être drôle, je n'en avais pas la force actuellement. Tout comme peu de gens aurait eu la force de s'interposer face à Luke comme l'avait fait Maximilan ce soir. Selon lui n'importe qui aurait réagit de la sorte, mais je n'en étais pas convaincue. Le monde était beaucoup trop moche pour que je puisse croire à une telle chose. « C'est vrai l’égoïsme des gens est sans limite de nos jours » Je hochais la tête, même si je pouvais pas me permettre de trop juger parce que j'étais pas mal égoïste dans mon genre, mais à croire que je pouvais changer un peu parce que je n'arrêtais pas de le remercier. « J'accepte tes remerciements. Mais j'insiste, tu ne me dois rien » Alors oui il pouvait le répéter plusieurs fois ça aussi, mais ce n'était pas pour autant que j'allais l'écouter. Je ne l'avais jamais fait jusqu'à présent, je n'allais pas continuer. Et en attendant je profitais juste des antalgiques qu'il m'avait donné et de la bassine.
Se mouvoir avec des côtés cassées ce n'était pas la chose la plus facile au monde et surtout cela faisait très mal, alors pour ne pas changer je serrais les dents, retenant ma respiration par moment et soufflant un bon coup quand une pointe de douleur surgissait sans rien dire. Pour me redonner visage humain et enlever tout le sang que j'avais c'était un mal nécessaire. L'eau de la bassine était rapidement devenue rouge de mon sang. Je faisais le strict minimum et demandait même l'avis de Maximilian même si c'était un incroyable menteur. « Je ne ment jamais, sinon mon nez s'allonge, comme celui de Pinocchio » Je le regardais en arquant un sourcil, le seul mouvement qui ne me demandait aucun effort. « Et la fée bleue va bientôt venir nous rendre visite c'est ça ? » Dans mes souvenirs d'enfance il me semblait que c'était la fée bleue, mais comme avec Wolverine je n'étais pas très sûre de moi. Un jour j'allais réellement devoir refaire ma culture cinématographique. Mais si on considérait bien les choses, c'était quand même la deuxième fois que Maximilian venait à mon secours, même si selon moi la première fois n'était pas totalement utile, aujourd'hui j'avais grande apprécié qu'il soit là. Un vrai sauveur qui pourrait vite attraper la grosse tête si je lui disais encore une fois. « Ouais évite de me faire prendre la grosse tête, j'ai déjà un gros nez, ne va pas en rajouter » Cette autodérision qu'il avait me faisait rire. « Il n'y a pas que ton nez qui est gros » C'était le genre de phrase qu'on regrettait instantanément et pourtant c'était vrai. Pour avoir couché avec Maximilian, je ne pouvais pas le nier, mais ce n'était peut-être pas le moment et l'endroit pour dire ce genre de chose. Tant pis c'était fait.
Parce que me nettoyer m'avait demandé trop d'effort, avec toute la délicatesse du monde je m'enfonçais dans le canapé en essayant de trouver la position la moins douloureuse et en écoutant son histoire. Par moment la vie pouvait être une belle garce et la garce de Maximilian était tout simplement son ex. Qu'une relation se termine mal cela arrivait souvent, mais privé un père de son enfant je ne trouvais pas cela normal. « Merci. A vrai dire, je n'ai pas eu de nouvelles, non. J'ai eu le droit à une photo à sa naissance et rien depuis. L'idée m'a effleuré de me battre pour sa garde, puis je me suis demandé quel juge accorderait la garde d'un enfant à un raté, doublé d'un alcoolique » C'était une excellente question, mais au moins il admettait déjà avoir un problème avec l'alcool, c'était une bonne chose. « Peut-être qu'elle n'est pas mieux dans son rôle de mère. Puis avec les bons avocats, tout est possible » J'avais assisté à suffisamment de procès au cours de ma carrière pour le savoir. D'ailleurs j'étais étonné de ne jamais avoir été attaqué personnellement par un collègue pour harcèlement moral. Cela allait sûrement arriver un jour ou l'autre, mais j'avais le temps de m'en préoccupé. Pour l'instant je racontais juste à Maximilian le désastre de mon mariage sans trop entrer dans les détails sur le pourquoi du comment. « Ton ex-mari est un sacré connard. Désolé, je ne devrais pas porter de jugement, mais tu mérites clairement mieux que lui, c'est une évidence » Je tentais un haussement d'épaules. Oui Luke était un connard. « Tu ne juges pas, tu ne fais qu'établir un fait. » Pour qui était de mériter mieux, je préférais ne pas me pencher sur ça. Il y avait bien longtemps que j'avais appris à ne plus me faire d'illusion. Peut-être que je méritais mieux, peut-être pas. Une chose était sûre, Luke méritait que j'aille porter plainte contre lui. « Tu veux que je t'accompagne chez les flics demain ? » Je tournais la tête pour le regarder. Je ne m'attendais pas à une telle proposition. « Hum oui, je veux bien » Au moins cela m'obligera vraiment a y aller. Parce que j'aurai été capable de ne rien faire juste pour oublier cette histoire. Surtout que m'apitoyer sur mon sort ce n'était pas vraiment dans mon caractère, j'étais une garce, mais une garce qui s'assumait, même si c'était mon divorce qui avait fini de me transformer. « Tu sais, je crois qu'au final, tu n'as pas à te justifier. La vie à fait de toi un bloc de glace et elle a fait de moi un raté » C'était une façon de voir les choses effectivement. « On fait un sacré duo alors » Une bloc de glace et un raté c'était plutôt inhabituel. « Je ne sais pas si tu m'aurais forcément apprécié avant. Mais j'étais différent. Insoucient. Tout me réussissait. J'étais heureux. J'étais drôle, le rigolo de la bande, toujours prêt à faire la fête ou à traîner avec les copains. Je n'avais rien à voir avec le mec cynique que tu as en face de toi aujourd'hui » Effectivement la description de son lui d'avant n'était pas le genre de personne dont je pouvais être proche. Il n'y avait qu'à voir Javier et Eliza pour comprendre quel genre de personne j'aimais avoir à mes côtés. « Une chance que le cynisme soit une qualité à mes yeux » Les gens qui en faisaient des tonnes pour qu'on les remarques très peu pour moi. C'était aussi le moment que je choisissais pour lui proposer mon aide s'il voulait récupérer sa fille. Enfin plutôt l'aide de gens que je connaissais. « Je ne sais pas … Tu sais, elle va avoir trois ans. J'aimerai la voir. J'aimerai pouvoir la garder avec moi. Et en même temps, tu crois franchement que j'ai ce qu'il faut pour être père ? » Ce n'était pas moi qui allait pouvoir l'aider à répondre à cette question. « Ce n'est pas en restant dans ton canapé que tu pourras le savoir. » S'il voulait découvrir s'il était un bon père il devrait remuer ses jolies fesses et faire en sorte de récupérer sa fille. C'était à lui de voir. « Cette discussion est beaucoup trop sérieuse, j'ai très envie d'un verre » Il n'avait pas tort et un peu trop déprimante aussi. « Tu sais quoi, on devrait se changer les idées. Regarder un truc à la télé » Bien que l'idée de passer la soirée avec Maximilian était très tentante, je ne voulais pas abuser de son temps. « Je vais pas t'embêter plus longtemps, il faut que je rentre chez moi » Dans l'idée c'était ce que j'aurai voulu faire, mais j'avais à peine essayer de me lever que j'avais la tête qui tournais et je retombais lamentablement dans le canapé en grimaçant. « Okay, tu vas devoir me supporter un peu plus longtemps en fait » Si je devais rester éveiller toute la nuit, autant le faire en bonne compagnie. « Je suis quelqu'un d’extrêmement narcissique, donc je pourrais te montrer des vidéos de mes exploits sportifs » Je le regardais en arquant un sourcil. Il était sérieux ? « Si tu veux que je m'endorme alors le sport c'est la façon la plus facile. Au grand désespoir de mon père j'ai toujours détesté ça » A une période j'avais fait un effort pour m'y intéresser, mais cela ne servait à rien. Puis si je voulais voir Maximilian courir, j'étais sûr que c'était possible en allant au parc où dans un endroit quelconque. « Mais j'ai aussi quelques films. Et à manger. Et à boire. De quoi passer une bonne soirée en somme » Cela me convenait parfaitement. « Si tu as du coca au frais, je ne dirais pas non, mais de l'eau fera très bien l'affaire aussi. » Puis avec les antalgiques que je venais de prendre, l'alcool n'était pas recommandé malheureusement. « Pour les films, je dois faire une confession. Je n'ai aucune culture. Je crois que la dernière fois que j'ai été au cinéma c'était pour voir Avatar. Le truc avec les gens bleus et je n'avais pas du tout aimé. » Est ce que j'étais une chieuse ? Oui complètement, mais je l'assumais. « Tu n'as qu'à mettre ton film préféré et ça ira très bien, parce que si tu me demande de choisir dans 3 ans on y est encore » Il pouvait même mettre une émission de télé-réalité que ça m'irait très bien. Se moquer d'eux c'était toujours ça de pris.





lumos maxima



I am his, and he is mine

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/06/2016
›› Commérages : 409
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : mats god husband hummels
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Dim 3 Juin - 16:08 )


Helena & Maximilian

JUST WANNA DANCE WITH YOU ALL NIGHT. WHEN EVERYONE HAS THEIR DISGUISE. I'LL SHOW YOU MY HEART IS REAL. I'LL SHOW YOU HOW THIS COULD FEEL. THIS MOMENT SHAKING IN MY HANDS. I'LL SHARE THIS SECRET FOR A CHANCE. JUST TO BE HERE WITH YOU. JUST TO GET LOST WITH YOU. WHEN IT'S COLD, I JUST WANNA FEEL YOUR TOUCH. WHEN IT'S COLD, THERE'S NOBODY ELSE I'D RATHER KNOW.



C'était étrange, de se retrouver dans la même pièce qu'Helena, sans que les armes ne soient braquées et prêtes à être utilisées. Parce qu'il fallait bien le dire, la dernière fois, ils ne s'étaient pas quitté en très bon terme. Pourtant aujourd'hui les caprices et les vexations des uns et des autres semblaient avoir volés en éclat. Ils étaient là tous les deux, semblant s'entendre aussi bien que la première fois qu'ils s'étaient rencontrés, plaisant sur des sujets qui n'étaient pourtant au départ pas sujet à rire. Comme par exemple du fait qu'il soit potentiellement illettré. En même temps il avait entendu tellement souvent des blagues sur les footballeurs qui n'ont rien dans le crâne, mais tout dans les jambes qu'il avait apprit à en rire. C'était toujours mieux que d'en pleurer. « J'me disais aussi », fit-il avec un petit sourire moqueur quand finalement elle capitula. En même temps, il n'irait pas jusqu'à dire qu'elle n'était pas la personne la plus douce et patiente qu'il ait connu dans sa vie mais … bon, elle n'était pas la personne la plus douce et la plus patiente qu'il ait connu dans sa vie. Mais en même temps, est-ce qu'il la connaissait vraiment ? Probablement pas. Georgiana lui avait dressé un portrait peu flatteur de la femme, tout en continuant à avoir l'espoir que leur relation s'améliore. Cette femme était trop naïve à force c'était fatiguant. Enfin bon, lui aussi peut-être au final. Parce que croire que tout le monde aurait défendu la jeune femme, c'était un peu naïf. Certains auraient tourné les yeux, mais le monde était moche et il essayait de se convaincre qu'il pouvait encore y avoir de l'espoir, que tout n'était pas perdu. C'est beau de rêver. Enfin bon, ils n'allaient pas non plus en faire des caisses. Il l'avait sauvé, il avait défoncé sa main en défonçant la tronche de ce pauvre type et voilà. Ils pouvaient passer à autre chose, elle ne lui devait rien. Sauf si elle continuait à le traiter de menteur. Là peut-être qu'il allait lui faire payer le prix fort de son intervention héroïque. « Ah mais la fée bleue, je vis avec, mais je lui ai demandé de rester dehors pour ce soir, histoire de ne pas t'effrayer », rétorqua-t-il plutôt amusé. Cette métaphore sur pinocchio le faisait rire. D'autant plus qu'il n'était pas du tout du genre à mentir. Bien au contraire, c'était quelqu'un de plutôt spontané et honnête. Et qui n'hésitait pas le moins du monde à se tourner en dérision. La preuve en était, il se moquait de son nez, tout seul comme un grand garçon. Mais la réponse d'Helena, il ne l'avait pas vu venir. Heureusement qu'il ne buvait pas, sinon il se serait très certainement étouffé. « Ça fait toujours plaisir de faire bonne impression », répondit-il avec un petit sourire en coin. Bon, elle venait de flatter sa fierté masculine là. Le jeune homme devait bien avouer qu'il était plutôt content. Comme un chien à qui on aurait fait une caresse derrière les oreilles. Oui, mes métaphores sont géniales, tu peux le dire. Si ce n'était pas surprenant que Maximilian se retrouve à rire de tout et à tourner la situation à la dérision, ça l'était en revanche d'avantage qu'il se confie à Helena. Enfin … Qu'il se confie tout court pour être exact. Mais en même temps, il avait découvert des choses importantes sur elle ce soir, alors bon, il pouvait bien faire un effort lui aussi. Même si ce n'était jamais un plaisir de parler de ça. Se brouiller avec toute sa famille avait été difficile, voir sa compagne le quitter tout autant. Mais alors ne jamais avoir vu son enfant, c'était juste une torture pour le jeune homme. « Je ne sais pas à vrai dire, je ne suis même pas certain de savoir où elle vit. Enfin, avec les réseaux sociaux, je sais, mais … elle a trois ans. Personne ne me rendra ses premiers sourires. Ses premiers pas. Ses premiers mots », répondit-il finalement en haussant les épaules. Après tout, c'était quelque chose auquel il avait déjà pensé. C'était même à force d'y penser et de se dire qu'il ne récupérerait jamais son enfant qu'il avait fini par sombrer dans l'alcool. Depuis la naissance de son bébé, on lui avait enlevé. Et ça le tuait. Enfin bon, il ne voulait pas monopoliser la conversation et il l'écouta bientôt parler de son mariage raté. Son mari était un abruti, s'il pouvait se permettre. Et il se permettait. « J'ai éclaté sa tronche, je suppose que ça me donne le droit d'établir des faits oui », fit-il en riant. Enfin, cela n'avait rien de drôle. La façon dont cet homme s'était comporté avec la pauvre Helena … ça lui faisait perdre foi en l'humanité franchement. Enfin certes décrire la brune comme une pauvre femme n'était peut-être pas tout à fait approprié mais Max continuait à penser que personne ne méritait une chose pareille. Et c'est pour cette raison qu'il lui avait proposé de l'accompagner chez les flics. Et aussi parce qu'au moins, il serait sûr qu'elle ne se dégonflerait pas. Rendez-vous était donc prit pour le lendemain et il hocha la tête en signe d'approbation. Si elle se dégonflait, de toute façon, elle allait l'entendre et il n'était pas décidé à se montrer raisonnable. Ils formaient en tout cas un sacré duo tous les deux. Lui le raté. Elle la garce. Tous les deux devaient ça à une vie merdique et à une relation de couple ratés. Finalement, ils s’étaient plutôt bien trouvé si on y réfléchissait bien. Enfin surtout maintenant. Parce qu'avant, Max était une personne franchement différente. « Tu as une drôle de définition de ce qu'est une qualité », fit-il en riant. Mais après tout si elle voulait trouver que son côté grognon et cynique était une qualité, il voulait bien l'écouter. Il n'allait pas donner le bâton pour se faire battre si ce n'était pas nécessaire. Il vivait très bien d'être un abruti profond de toute façon. Enfin, pas forcément, mais de toute façon il ne pouvait rien faire contre alors il était bien forcé de bien le vivre. Par contre, ce qu'il vivait mal, c'était d'être privé de sa fille. Et s'il n'était pas bavard à ce sujet en temps normal, il avait pourtant confié à Helena ce qu'il ressentait à ce propos. « Ah bon ? Je pensais pourtant qu'un juge allait me la ramener par le premier avion juste par la force de ma volonté », s'exclama-t-il en levant les yeux au ciel. Oui, il savait que ce n'était pas en restant assis là qu'il allait récupérer son enfant mais en même temps il ne voyait pas trop ce qu'il pouvait faire. Ça faisait trois ans. Trois longues années qu'elle n'était pas avec lui mais avec sa mère. Et lui, il avait tout raté. Enfin bon. Aussi intéressante était cette conversation, elle était surtout déprimante et il avait besoin de se changer les idées. Pourquoi pas en regardant la télé. Enfin, la jeune femme ne semblait pas être de cette avis. Mais quelle tête de mule celle-là aussi. « Tu n'irais nulle … », commença-t-il à râler en voyant la jeune femme se lever. Mais la jeune femme avait l'air prise de vertige. En tout cas, elle ne tarda pas à se rasseoir. Et lui, il lui adressa un sourire moqueur. « Ca t'apprendra à n'en faire qu'à ta tête », jubila-t-il. Encore un peu il lui aurait tiré la langue et lui aurait balancé un nananananère comme l'homme très mature qu'il était. On ne juge pas, ok. Mais le jeune homme se retint. A la place, pour se moquer, il lui proposa de regarder des vidéos de ses exploits sportifs et éclata de rire en voyant sa tête. « Ah Helena, on ne peut vraiment rien faire pour toi », fit-il en secouant la tête. En même temps, il ne possédait pas de vidéos de lui. S'il voulait vraiment en regarder il n'avait qu'à taper son nom sur YouTube. Ce qu'il ne faisait jamais, parce que c'était bien trop pénible. Enfin, sur ces mots, le jeune homme se leva pour rejoindre la cuisine et chercher deux cannettes de coca. « Tu veux un verre ? », demanda-t-il par politesse. Ce n'était pas parce que lui était un gros beauf qui buvait directement à la cannette qu'elle était pareille. En plus, elle avait l'air classe et distinguée. Tout ce qu'il n'était pas en somme. Après sa réponse, il la rejoignit et lui donna son coca, bien impatient de se poser devant un film. Mais avant même de s'asseoir sur le canapé, il s'arrêta net. « Tu n'as pas aimé Avatar ? », s'exclama-t-il, outré. Non mais qui était cette personne et de quelle planète elle débarquait ? A la limite, on pouvait ne pas apprécier l'intrigue. Mais la qualité du film et des décors ? Non mais. Il était révolté pour le coup. Et il allait se mettre à bouder comme un gamin. « Mon film préféré … », commenta-t-il. Ça allait être difficile, parce que des films préférés il en avait bien cinquante. Le jeune homme avait toujours détesté les séries, par contre, les films, c'était son dada. Et soudain, il s'arrêta net. « Attend ça veut dire que tu n'as jamais vu les Harry Potter ? », demanda-t-il en la dévisageant. Alors ça non. Non et non. Il n'était pas d'accord. « Je refuse d'héberger sous mon toit quelqu'un qui n'a pas vu Harry Potter », se plaignit-il. C'était au dessus de ses forces. Il n'était pas d'accord. Il refusait. C'était proscrit. « On va sérieusement devoir songer à refaire ta culture cinématrographique ma fille », ajouta-t-il. Genre de toute urgence. Enfin, si elle lui disait à la fin de la soirée qu'elle n'aimait pas Harry Potter, il risquait d'avoir envie de la noyer dans l'océan. Mais en attendant d'en arriver là, il alluma la télé et lança le premier volet de la saga. Puis, il retourna dans la cuisine, prépara du pop corn et revint juste à temps pour le début du film. Il s'installa sur le même canapé qu'Helena, pour mettre le pop corn au milieu. « Je te préviens si tu t'endors, je risque de devoir te chatouiller et tes côtes ne vont pas aimer », la menaça-t-il. Menace du siècle au passage.



NEVER LET YOU DOWN
I hate to turn up out of the blue uninvited but I couldn't stay away, I couldn't fight it. I had hoped you'd see my face and that you'd be reminded that for me it isn't over. Never mind, I'll find someone like you. I wish nothing but the best for you too. Don't forget me, I beg I'll remember you said, "sometimes it lasts in love but sometimes it hurts instead.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ☼ Oscar Pierce (Matt McGorry) ☼ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Lun 11 Juin - 10:05 )












Je ne savais pas si c'était parce que j'étais complètement dans les vapes ou si j'étais incroyablement détendu pour dire ce genre de choses, mais pourtant quand Maximilian parlait de son gros nez, je n'avais pas eu le temps de réfléchir avant de balancer qu'il n'y avait pas que son nez qui était gros. En soirée pour le draguer et le chauffer je n'aurai jamais hésite à dire cela, mais dans les circonstances actuelle je trouvais ça presque déplacé, mais malheureusement je ne pouvais pas revenir dessus et heureusement que sa fée bleue n'était pas là ce soir, sinon elle m'aurait certainement lancé un sort pour que j'arrête de dire ce genre de choses. « Ça fait toujours plaisir de faire bonne impression » Je savais que je n'aurai pas du dire ça. Son petit sourire en coin et satisfait me le confirmer. « J'ai du recevoir trop de coup à la tête » C'était une défense bien peu crédible, mais cela avait au moins l'avantage de nous faire rire et de détendre l'atmosphère. Atmosphère que pourtant je n'avais pas hésite à plomber une nouvelle fois en parlant de mon mariage ratée. Je n'avais pas forcément envie de me confier, mais sur le moment j'en avais eu besoin. J'avais besoin qu'il comprenne que les choses n'étaient pas facile, que les apparences pouvaient parfois se montrer trompeuse. Comme j'avais pu le juger un peu trop facilement sans même le connaître. Je savais qu'il avait un enfant, je savais aussi que cet enfant ne vivait pas avec lui, mais je ne connaissais pas toute l'histoire. Ce soir j'avais l'impression que des barrières étaient en train de tomber entre Max et moi. Si moi je n'avais clairement aucune intention de renouer avec mon ex-mari, pour Maximilian c'était quelque chose de complètement différent, il pouvait encore faire la différence. « Je ne sais pas à vrai dire, je ne suis même pas certain de savoir où elle vit. Enfin, avec les réseaux sociaux, je sais, mais … elle a trois ans. Personne ne me rendra ses premiers sourires. Ses premiers pas. Ses premiers mots » Effectivement personne ne pouvait lui rendre ça, mais la vie ne s'arrêtait pas à ses rares moments. « Mais tu peux être présent pour ses autres premières fois » Si la vie s'arrêtait aux premiers pas d'une personne alors on était un peu foutu. Après c'était à lui de prendre sa décision, pas à moi. Tout comme il avait le droit de juger mon ex-mari. Plus que personne il en avait le droit. « J'ai éclaté sa tronche, je suppose que ça me donne le droit d'établir des faits oui » Je n'étais pas forcément une adepte de la violence, mais ce soir je devais admettre que j'étais bien contente que Luke ai reçu une sacré leçon et que se soit Maximilian rendait peut-être les choses un peu particulière. C'était d'ailleurs peut-être pour cela que j'avais accepté qu'il m'accompagne chez les flics. Toute seule j'aurai certainement fini par mettre cette affaire de côté, avec lui, je ne pouvais pas faire machine arrière. On formait un duo des plus atypique lui et moi. Duo qui selon lui n'aurait sûrement pas fonctionné du temps où il était au top de sa carrière et à la description qu'il me faisait de lui, je pouvais confirmer qu'il m'aurait énervé au plus haut point. En tout cas il pouvait se rassurer, je préférais la compagnie des gens cyniques. « Tu as une drôle de définition de ce qu'est une qualité » Est ce qu'il y avait vraiment une définition à ce mot ? Si je n'étais pas aussi mal en point j'aurai pu lancer le débat, mais je n'en avais pas le courage. « Accepte les compliments sans rien dire » Parce que oui mine de rien c'était un compliment. Peut-être qu'il regrettait la personne qu'il était, mais je n'avais pas connu cette personne et même si on avait eu nos différents, j'appréciais la personne qu'il était. Assez en tout cas pour lui proposer mon aide pour récupérer sa fille. Il ne voulait peut-être pas de mon aide, il ne demandait sûrement pas après, mais elle était là. Surtout que ce n'était pas à rester en picolant dans son canapé qu'il allait arranger les choses. « Ah bon ? Je pensais pourtant qu'un juge allait me la ramener par le premier avion juste par la force de ma volonté » Je levais une main pour le taper. Enfin taper c'était un bien grand mot, je n'avais plus beaucoup de force dans les bras, mais c'était le geste qui comptait. « Y'a que Dark Vador qui peut utiliser la force je crois » Même ça je n'en étais pas totalement sûre. « Ceci dit, tu pourrais vraiment trouver ce genre de juge » Avec beaucoup de fric tout était possible de toute façon. Même que je serais ravie de l'aider dès à présent, mais je ne voulais surtout pas abuser de son hospitalité et encore moins de son temps. Rentrer chez moi me semblait la chose la plus logique à faire. « Tu n'irais nulle … » Il n'avait pas le temps de finir sa phrase que j'étais déjà de retour dans son canapé. J'avais honte et je me sentais faible. Des sentiments que je n'aimais absolument pas, mais je devais me rendre à l'évidence et surtout Maximilian allait devoir me supporter encore un peu. « Ca t'apprendra à n'en faire qu'à ta tête » Si la douleur ne m'avait pas coupé le souffle et vidé du peu de force que j'avais, j'aurai certainement essayé de le taper une nouvelle fois. « L'adrénaline ne fait plus effet » C'était la triste réalité, mais passer une soirée avec Maximilian n'avait rien de désagréable. Par contre regarder des vidéos de ses exploits très peu pour moi. Sauf qu'il voulait que je m'endorme en 2 secondes. « Ah Helena, on ne peut vraiment rien faire pour toi » Pour le sport c'était clair, j'étais un cas complètement désespéré. « Je ne peux pas être parfaite dans tout les domaines » Même si j'essayais de l'être. En tout cas si je devais passer la soirée ici, je ne serais pas contre un bon verre. En tant normal je n'aurai pas dit non à un bon whisky, mais avec les cachets ce n'était pas une bonne idée. Par contre un coca bien frais pouvait avoir des allures de paradis. « Tu veux un verre ? » Il étais revenu aussi rapidement qu'il était parti, et je secouais la tête. J'étais encore capable de boire à la canette. « Je voudrais pas que tu ais de la vaisselles à faire à cause de moi » C'était une blague minable, mais j'aimais bien. En tout cas cette première gorgée de coca me faisait plus de bien que je n'aurai pu le deviner. Maintenant j'étais prête pour une soirée film, même si j'avouais que j'avais des grosses lacunes. En témoignait le dernier film que j'avais vu au cinéma. Le film avec les gens bleus. « Tu n'as pas aimé Avatar ? » Je secouais négativement la tête. « L'histoire est quand même assez bizarre. De ce que je m'en souviens, les gens se connecte avec une queue de cheval à tout et n'importe quoi. » Beaucoup trop bizarre pour que mon esprit cartésien puisse l'accepter. Du coup, c'était plus simple que Maximilian mette son film préféré. « Mon film préféré … » Je le regardais réfléchir, attendant sa réponse. « Attend ça veut dire que tu n'as jamais vu les Harry Potter ? » De toute évidence cela semblait le choquer. « Je n'ai même pas lu les livres » Alors que pourtant la littérature c'était mon truc, mais cet engouement public me laissait de marbre et ne me donnait pas envie de m'y mettre. « Je refuse d'héberger sous mon toit quelqu'un qui n'a pas vu Harry Potter » Il était vraiment sérieux ? Je le regardais un peu plus intensément, mais oui Maximilian était vraiment sérieux. « Tu aimes ce film à ce point là ? » Je ne pouvais m'empêcher de sourire. Cela avait un côté absolument adorable. « On va sérieusement devoir songer à refaire ta culture cinématographique ma fille » Je levais les mains en signe d'innocence et un peu d'impuissance. « Je t'avais prévenu que je n'y connaissais rien » Et je n'avais absolument pas menti. Je ne mentais jamais de toute façon. De toute évidence, ce soir j'avais le droit à ma première leçon de cinéma et surtout à mon premier visionnage d'Harry Potter. En plus c'était comme au cinéma, on avait le droit à des pop corn. Je ne me faisais d'ailleurs pas prier pour y goûter rapidement. « Je te préviens si tu t'endors, je risque de devoir te chatouiller et tes côtes ne vont pas aimer » Alors ça ne n'était pas très fair-play de sa part. « Tu veux risquer la perforation d'un poumon pour me tenir éveiller ? Je sais pas si c'est conseillé » J'en rajoutais beaucoup je le savais, mais je n'étais pas sûre de pouvoir survivre à des chatouilles. Surtout pas dans les conditions actuelles. « Je promets de ne pas m'endormir,  ou alors de faire la conversation si je sens la fatigue venir » C'était tout ce que je pouvais faire actuellement et aussi me taire quand même pour essayer de suivre un peu le film. Autant le dire tout de suite, Harry était beaucoup trop gentil pour moi. Severus Rogue au contraire avait un sacré potentiel. Pourtant régulièrement mon attention se détournait sur Maximilian. Pour être honnête, j'avais sûrement passer plus de temps à observer Maximilian qu'à regarder le film. Il était tellement à fond dans le film, c'était impressionnant, pourtant je me sentais obligé de le sortir de cette concentration. « Est ce que je peux t'embêter pour te demander une couverture ? » Je ne savais pas si c'était le contre-coup, ou si c'était la fatigue, ou même autre chose, mais je commençais vraiment à avoir froid.




lumos maxima



I am his, and he is mine

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/06/2016
›› Commérages : 409
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : mats god husband hummels
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Mar 12 Juin - 13:16 )


Helena & Maximilian

JUST WANNA DANCE WITH YOU ALL NIGHT. WHEN EVERYONE HAS THEIR DISGUISE. I'LL SHOW YOU MY HEART IS REAL. I'LL SHOW YOU HOW THIS COULD FEEL. THIS MOMENT SHAKING IN MY HANDS. I'LL SHARE THIS SECRET FOR A CHANCE. JUST TO BE HERE WITH YOU. JUST TO GET LOST WITH YOU. WHEN IT'S COLD, I JUST WANNA FEEL YOUR TOUCH. WHEN IT'S COLD, THERE'S NOBODY ELSE I'D RATHER KNOW.



Finalement, ce n'était pas si désagréable que cela, d'avoir Helena chez lui à la maison. Au contraire, Maximilian découvrait une facette de la personnalité de la jeune femme qui ne lui déplaisait pas. Elle pouvait se montrer drôle et en soit, un peu plus fragile qu'il ne l'aurait cru. Mais surtout drôle. Parce que jamais il n'aurait pensé par exemple qu'elle choisirait ce moment précis pour vanter ses capacités physiques, situées sous la ceinture. Bon, Max était pas mal, mais bon, se l'entendre die, c'était plaisant. Oui, en toute modestie bien entendu. Même si ce n'était pas franchement l'endroit pour ce genre de confidence, Maximilian arborait un sourire fier comme un paon. Ou comme un crétin, au choix. « C'est ça trouve toi des excuses pour prétendre que tu n'es pas folle de mon corps », répondit-il, taquin. Mieux valait en rire. Vu la soirée qu'ils avaient passé tous les deux, s'ils ne plaisantaient pas, ce serait triste, un peu. Ils auraient tous les deux pu s'affaler sur le canapé, pleurer et se raconter toutes les choses horribles qui étaient arrivées dans leurs vies, mais à la place, Maximilian préférait largement rire. Et plaisanter. Et ne surtout pas se prendre la tête. C'était bien connu de toute façon qu'il prenait tout au second degré. A quoi bon se prendre la tête pour rien ? Même s'ils parlaient de leurs relations ratées, de leurs vies parties en couilles, le jeune homme préférait le prendre avec philosophie et détachement. Ils avaient tous les deux sans doute suffisamment souffert. En rajouter une couche n'était absolument pas nécessaire. Pourtant, quand il s'agissait de sa fille, Maximilian était toujours beaucoup plus émotif. Parce qu'elle était sa chair et son sang mais qu'il n'avait même jamais eu l'occasion de la tenir dans ses bras. « J'imagine que tu as raison », concéda-t-il. Parce qu'il y aurait d'autres premières dois, c'était certain. La première sortie. Le premier cinéma. Plus tard, la première sortie entre copines. Le premier garçon. Le premier piercing. Bref, elle avait encore de quoi marquer la vie de son père et de quoi le rendre dingue. Si Maximilian n'allait certainement pas prendre une décision aussi importante ce soir, il devait bien avouer que d'en discuter avec Helena avait remis certaines choses en perspective. C'était plutôt drôle, comme situation. Si on avait dit à Max qu'il serait dans une pièce avec Helena, à discuter calmement, il ne l'aurait pas cru. Pas après ce qu'ils s'était déjà passé entre eux. Pourtant, ils semblaient capable de bien s'entendre. Et ça le faisait sourire. « Laisse moi résumer. Tu trouves que j'en ai une grosse, tu aimes mon cynisme et c'est un compliment. Dans cinq minutes tu vas me dire que je suis l'homme parfait ? », demanda-t-il en riant. Bon, il ne fallait peut-être pas rêver non plus, d'autant plus que Maximilian avait plein de défauts et qu'il était loin d'être parfait. Déjà, pour commencer, il buvait trop. Il était grognon, il était capricieux et têtu. Surtout têtu. Il agissait souvent sur des coups de tête et quand il le faisait, c'était rarement intelligent. Mais puisque c'était un compliment qu'elle lui faisait, il était obligé de l'accepter. Surtout qu'elle était en train de lui proposer son aide pour récupérer sa fille. La jeune femme tenta de le frapper et pour seule réponse, le jeune homme se mit à ricaner. Avec sa force de mouche là. « Tu fais une référence à Star Wars ? Alors là je suis choqué », s'exclama-t-il. Ben quoi ? C'était rare qu'une femme fasse des références à Star Wars. Le jeune homme n'en connaissait pas beaucoup. Tiens d'ailleurs, s'il récupérait sa fille, il faudrait qu'elle regarde Star Wars quand elle aurait … Disons six ans. Ça lui paraissait bien ça, six ans. « Je ne veux pas graisser la patte d'un juge. Je préfère que ce soit fait dans les règles. Je n'ai pas envie de la retrouver pour qu'un jour on vienne me la reprendre », répondit-il. Es-ce qu'il était vraiment en train d'envisager de se battre pour la garde de sa fille ? Apparemment. En tout cas, l'idée n'était pas déplaisante. Maximilian n'était peut-être pas le symbole même de l'équilibre, mais quand sa copine lui avait annoncé qu'elle était enceinte, il avait été heureux et impatient d'accueillir ce bébé. Il s'était préparé pour devenir un bon papa. Il n'aurait pas imaginé qu'il se prenait une telle claque dans la figure par la suite. Enfin bon, ce n'était pas le moment de parler de ça. Parce que prendre une décision sur un coup de tête, c'était forcément une mauvaise idée. Il allait avoir besoin d'y réfléchir. Tout comme Helena aurait dû réfléchir avant de se lever du canapé. Le jeune homme ne dissimula rien de son sourire narquois quand elle se plaignit à cause de la douleur. Elle aurait dû l'écouter. Un point pour le mâle. « Je t'avais dis de ne pas bouger », fit-il remarquer. Bref, il avait raison et puis c'était tout, d'accord ? En attendant, s'ils devaient passer la soirée ensemble, ils feraient mieux de trouver quelque chose pour s'occuper. Comme par exemple, de regarder ses exploits sportifs. Non il n'a pas tourné de porno bande de pervers. « Tu es parfaite dans ton boulot et parfaite pour terroriser les gens c'est pas mal déjà je trouve », concéda-t-il. Bon, elle était pas mal parfaite pour lui remettre les idées en place aussi, mais ça il n'allait pas lui dire, ça lui ferait trop plaisir et comme c'était un mec sympa, il pensait à la taille de son melon et de ses chevilles. Il ne voudrait pas qu'elle soit dans l'incapacité de se lever de son canapé à vie parce qu'elle prenait la grosse tête. #Maxâmecharitable. Sur ces mots, le brun alla leur chercher à boire et leva les yeux au ciel face à se remarque. « C'est vrai que c'est très gentille à toi de m'épargner une demi-heure de vaisselle pour ce petit verre sale », rétorqua-t-il, pourtant visiblement amusé. Elle était drôle Helena, mine de rien. Pourtant les circonstances n'étaient pas drôles, elles. Peut-être qu'elle avait mangé un clown avant de se faire tabasser. . Enfin, Max n'aurait peut-être pas invité la jeune femme à s'installer sur son canapé s'il avait su qu'elle était aussi mauvaise en cinéma. Non mais elle venait de quelle planète ? « Bon je reconnais que l'histoire plutôt particulière. Mais franchement tu ne peux pas nier que c'était visuellement très qualitatif », protesta-t-il. Attention, quand il parlait cinéma, Maximilian commençait à sortir des mots savants qui contrastaient avec le côté footballeur abruti qu'il se donnait depuis le début de la soirée. Parce qu'il était vraiment outré de voir qu'elle était tellement inculte en cinéma. Attendez … Elle n'avait même pas vu Harry Potter ? Là, c'était carrément un scandale. Un crime contre l'humanité. « Même pas lu les livres … Mais … Comment on peut vivre dans ce siècle sans avoir vu ce film ? », s'exclama-t-il. Il ne comprenait pas. Cindy non plus. Parce que bon, à la limite, on pouvait ne pas aimer. Mais il n'avait encore jamais connu une seule personne n'ayant pas vu un seul Harry Potter. Helen avait vécu dans une grotte toute son enfance, c'était pas possible autrement. « Ce n'est pas seulement que j'aime ce film, même si oui, c'est le cas. C'est que je crois que je n'ai jamais connu quelqu'un qui n'a pas au moins regardé un des films », répondit-il en secouant la tête, désespéré. D'ailleurs, Cindy non plus elle ne connaît personne qui n'a jamais au moins regardé un des huit films. Enfin bon, si elle passait la nuit ici, il allait devoir remédier à cela, parce que sinon, il allait être obligé de la mettre dehors. « Tu n'allais pas au cinéma dans ta jeunesse ? Tu ne faisais pas des soirées films en famille ? », demanda-t-il, carrément curieux pour le coup. Lui il faisait toujours ça en famille. Sa mère l'avait emmené voir le premier Harry Potter au cinéma. Tous les dimanches ils regardaient un film en famille pendant l'après-midi. Bon, il n'avait pas une famille parfaite mais au moins il connaissait les classiques du cinéma. « Tu as refusé d'aller à l'hôpital, si tu es victime d'une perforation du poumon, je dirais que c'est la faute à ton entêtement », fit-il en levant les mains, totalement innocent. Eh. C'était vrai en plus. Il aurait pu la conduire à l'hôpital, mais elle avait refusé. Donc elle faisait mieux de ne pas dormir tout de suite. Pas tant qu'ils ne savaient pas si son cerveau se portait bien en tout cas. « C'est plus judicieux en effet », répondit-il. Bon en temps normal le jeune homme ne supportait pas qu'on parle pendant un film, mais bon, il voulait bien faire une exception pour une fois. En plus, elle acceptait de regarder Harry Potter avec lui. Le jeune homme, pendant le film, lui commenta d'ailleurs qu'il avait toujours préféré l'insolence de Drago dans la saga, même si parfois il faisait un peu preuve de lâcheté. Le jeune homme regardait le film comme s'il le découvrait pour la première fois. S'il sentait le regard de la brune sur lui, il ne disait rien, trop absorbé par les aventures de Harry et de ses amis. Il ne sortit de l'écran que quand elle reprit la parole. « Ah ! Bien sûr », fit-il en haussant les sourcils. Il lui quelques secondes avant de se lever, pour ouvrir sa table basse qui s'ouvrait pour ranger des objets. Le jeune homme en sorti une couverture toute douce, une couverture polaire grâce à laquelle elle n'aurait pas froid. Il la déplia et la posa sur elle, dégagea une mèche de ses cheveux de son visage, avant de la dévisager en haussant un sourcil, visiblement perturbé par l'attention qu'il lui portait. Depuis quand il se montrait si doux ? « Hm », fit-il, un peu mal à l'aise pour le coup. Bon. Il avait l'air d'un crétin maintenant. « Je ne suis pas expert en traumatisme crânien donc je ne sais pas si tu devrais te reposer un peu ou pas ? Il est tard », commenta-t-il. Il pouvait continuer à lui tenir compagnie si elle le voulait, mais il ne voulait pas non plus l'empêcher de se reposer et de dormir un peu.  



NEVER LET YOU DOWN
I hate to turn up out of the blue uninvited but I couldn't stay away, I couldn't fight it. I had hoped you'd see my face and that you'd be reminded that for me it isn't over. Never mind, I'll find someone like you. I wish nothing but the best for you too. Don't forget me, I beg I'll remember you said, "sometimes it lasts in love but sometimes it hurts instead.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ☼ Oscar Pierce (Matt McGorry) ☼ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( Jeu 14 Juin - 14:30 )












Dire que j'avais reçue trop de coup sur la tête c'était la seule explication logique que j'avais trouvé pour expliquer mes paroles. Bien sûr Maximilian ne me croyait pas, mais c'était pas grave, j'allais pouvoir m'en remettre sans problème. Surtout que comparé à ce qui s'était passé ce soir, ce n'était pas le plus important et mine de rien il avait aussi d'autre chose à penser, comme le fait qu'il pouvait récupérer sa fille et que si c'était le cas, évidemment on ne lui rendrait pas ses premiers pas et ses premiers mots, mais il pourrait vivre beaucoup plus de choses encore. « J'imagine que tu as raison » A croire que dire cette phrase lui faisait mal. Est ce qu'il serait aussi têtu que moi à toujours vouloir avoir raison ? « J'ai toujours raison, c'est une vérité universelle » Même quand j'avais tort – ce qui n'arrivait jamais – j'avais toujours raison. Mais c'était un fait, plutôt que de se lamenter sur ce qu'il avait rater il devrait se concentrer sur le futur, sur comment il pourrait récupérer sa fille. J'étais prête à l'aider, du moins à le mettre en relation avec les personnes compétentes, mais le reste devrait venir de lui. En tout cas si cela pouvait le rassurer, j'étais presque certaine que je n'aurai pas aimer le Maximilian d'avant. Il aurait été trop m'as-tu-vu à mon goût. Puis aussi bizarre que cela puisse être, oui ma définition des qualités n'était pas la même que le commun des mortels et donc le cynisme pour moi en était-une. Et pour une fois que je faisais un compliment il devrait plutôt l'accepter au lieu de se moquer de moi. « Laisse moi résumer. Tu trouves que j'en ai une grosse, tu aimes mon cynisme et c'est un compliment. Dans cinq minutes tu vas me dire que je suis l'homme parfait ? » Je secouais doucement la tête en secouant. Cet homme était vraiment irrécupérable. « N'allons pas exagérer non plus. De toute façon l'homme parfait c'est un mythe » Ou alors c'était pour les petites filles qui croyaient encore aux contes de fées. Et je n'étais plus une petite fille depuis longtemps. J'avais vécu et surtout accompli beaucoup de choses depuis. Tout comme Maximilian d'ailleurs, mais si il voulait vraiment récupérer sa fille, il faudrait qu'il bouge ses fesses de son canapé. Aussi confortable soit-il ce n'était pas comme ça qu'il allait la récupérer et même comme ça, il trouvait encore le moyen de se foutre de ma gueule. C'était inné chez lui. Bien sur ma tentative de la taper n'avait servi à rien. Quand je reprendrais des forces, quand je n'aurai pu l'impression d'être passé plusieurs fois sous les roues d'une bulldozers, alors il verra la différence. « Tu fais une référence à Star Wars ? Alors là je suis choqué » C'était si inhabituel que ça ? « Je ne suis pas très cinéma, mais je connais quand même quelques classiques. Tu ne seras pas surpris d'apprendre que j'aimais beaucoup  le personnage de Palpatine » Oui c'était le méchant, mais c'était justement pour ça que je l'aimais bien et puis il était tellement rusé et manipulateur. Le personnage parfait pour moi. Et sinon, Maximilian pouvait toujours payer un juge pour obtenir ce qu'il voulait, mais c'était une opération plus risquée et s'il me disait oui je serais aussi un peu déçue. « Je ne veux pas graisser la patte d'un juge. Je préfère que ce soit fait dans les règles. Je n'ai pas envie de la retrouver pour qu'un jour on vienne me la reprendre » C'était une très bonne initiative. Surtout que les juges facilement corruptibles allaient vers le plus offrant. Alors si sa copine avait vraiment envie de garder sa fille, elle pouvait proposer plus et alors Maximilian ne pourrait plus rien faire. C'était une situation particulière, mais avec les bonnes personnes à ses côtés, il allait pouvoir la récupérer facilement selon moi, j'avais même déjà en tête quelques noms d'avocats qui allaient pouvoir l'aider à monter un dossier. Mais pour tout ça, il faudrait que je rentre chez moi, sauf que mon corps n'avait pas envie. Du moins il ne pouvait pas et je retomber comme une poupée de chiffon dans le canapé en réprimant un cri de douleur. « Je t'avais dis de ne pas bouger » Gnagnagna oui, mais je voulais n'en faire qu'à ma tête. « Le moment où j'aurai besoin d'aller aux toilettes ça va être marrant tiens si je n'arrive pas à marcher » Ou peut-être aussi que je cherchais un moyen d'échapper aux vidéos de ses plus beaux buts ou arrêts ou je ne savais pas quoi. Je n'aimais pas le sport et en regarder c'était peut-être aussi ignoble pour moi. J'avais de nombreux atouts, mais pas celui là. « Tu es parfaite dans ton boulot et parfaite pour terroriser les gens c'est pas mal déjà je trouve » Je souriais amusé. Effectivement, c'est mes deux points forts. « Et dans 5 minutes tu vas me dire que je suis la femme parfaite ? » Il pouvait, je le prendrais absolument bien.
Après avoir été chercher de quoi nous raffraîchir, on était tombé d'accord pour regarder un film, mais comme je n'avais aucune culture, je le laissais choisir pour nous. Surtout quand on considéré que le dernier film que j'avais été voir au cinéma datait de beaucoup trop longtemps et en plus je n'avais pas aimé. « Bon je reconnais que l'histoire plutôt particulière. Mais franchement tu ne peux pas nier que c'était visuellement très qualitatif » Alors oui je pouvais accorder ça au film, mais maintenant c'était un peu monnaie courante du coup tout était relatif. « Oui c'était très bien exécuté, mais si l'histoire n'avait aucun intérêt. Enfin à mon sens, après comme tu le vois, je ne suis pas une référence » Donc autant ne pas faire attention à mes remarques, surtout si on aimait ce film. Si le fait que je n'avais pas aimé Avatar l'avait étonné, quand je lui confirmais n'avoir jamais vu Harry Potter, j'ai cru qu'il allait faire une attaque. « Même pas lu les livres … Mais … Comment on peut vivre dans ce siècle sans avoir vu ce film ? » C'était une chose très simple à faire. « C'est facile, je travaille tout le temps, même pendant mes week-ends et quand je travaille pas, soit je suis avec ma famille, soit avec des amis » Et qu'ils ne se trompent. J'avais peut-être mis le mot ami au pluriel, mais Javier et Eliza n'étaient que les deux qui comptaient. Les autres n'étaient que des vagues connaissances.. Et encore. De toute évidence Maximilian aimait beaucoup ce film. « Ce n'est pas seulement que j'aime ce film, même si oui, c'est le cas. C'est que je crois que je n'ai jamais connu quelqu'un qui n'a pas au moins regardé un des films » Oh c'était donc ça. « Il faut une première fois à tout » Même avec sa fille, il pourrait lui montrer Harry Potter pour la première fois. « Tu n'allais pas au cinéma dans ta jeunesse ? Tu ne faisais pas des soirées films en famille ? » Je réfléchissais sérieusement à sa question, mais non je n'avais jamais fait ça. Enfin si, mais c'était une époque révolue. « Je faisais ça avec Lukas avant qu'il quitte Cap Harbor et abandonne tout. Mais on regardait toujours les même film, du coup ça ne compte pas vraiment » Puis aller au cinéma ne m'avait jamais vraiment intéressé non plus. Peut-être que j'avais rater beaucoup de chose. En tout cas Maximilian était bien décidé à refaire mon éducation et même à me tenir éveiller au risque que je me perfore un poumons à cause de ses chatouilles. « Tu as refusé d'aller à l'hôpital, si tu es victime d'une perforation du poumon, je dirais que c'est la faute à ton entêtement » Alors ça c'était un peu trop facile comme raisonnement. « Vu dans l'état où je suis, tu aurais pu m'y emmener de force que je n'aurai rien pu faire. Avoue que tu voulais profiter de ma merveilleuse compagnie » Il pouvait assumer, ce n'était pas grave. Mais parce que je n'avais pas envie de blessure supplémentaire, je préférais lui faire la conversation. Enfin c'était surtout Maximilian qui me faisait la conversation en me commentant le film. Je n'étais pas vraiment étonné qu'il préfère Drago à Harry. Je ne connaissais pas encore tout, mais j'étais assez d'accord avec lui. Harry se posait un peu en victime. Même si j'étais très attentive au film, je devais avouer que je passais quand même plus de temps à observer le profil de Maximilian et sa concentration sur Harry et les autres. Pourtant au bout d'un moment je le coupais dans sa concentration pour lui demander une couverture. « Ah ! Bien sûr » C'était fort aimable de sa part ça. Je m'attendais à ce qu'il me donne la couverture le plus simplement du monde, mais non. Il était au petit soin en la posant sur moi et en remettant en place une mèche de mes cheveux. Cela pouvait passer pour un geste anodin et pourtant c'était un geste très doux, avec quelque chose d'intime. « Hm » Je n'aurai pas dit mieux moi même et presque gêné, je baissais les yeux en me mordant la lèvre. Dans d'autre circonstances peut-être que je l'aurai embrassé, dans d'autre circonstances, je ne serais pas installé dans son canapé non plus. « Je ne suis pas expert en traumatisme crânien donc je ne sais pas si tu devrais te reposer un peu ou pas ? Il est tard » Je n'avais aucune idée de l'heure qu'il pouvait être, mais peut-être que oui il faudrait qu'on dorme un peu. « Je pense que ça devrait aller, ne t'inquiète pas » Je n'étais pas une experte non plus, mais de toute façon le pauvre n'allait pas rester éveiller juste pour mes beaux yeux. « Tu peux aller te coucher si tu veux, toi aussi tu as besoin de repos » Il fallait qu'il réfléchisse à tête reposer s'il était vraiment décidé à récupérer sa vie. « Encore merci pour tout Maximilian » Je lui avais répété à de nombreuses reprises ce soir, mais c'était important qu'il le sache. Même si mon corps n'était pas d'accord avec le mouvement que j'étais en train de faire, je me m'approchais de lui pour l'embrasser sur la joue. Je n'étais pas une personne très démonstrative, mais aujourd'hui beaucoup de barrière étaient tombé entre nous.




lumos maxima



I am his, and he is mine

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: I never meant to cause you trouble [Maxena] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

I never meant to cause you trouble [Maxena]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Southport Road :: The Bronze
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération