Brianna ⍙ Consider yourself at home

 :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 21/02/2018
›› Commérages : 103
›› Pseudo : Laure
›› Célébrité : Robert freakin' sexy Downey Jr.

Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Jeu 5 Avr - 23:04 )




Consider yourself at home

Brianna & Seth

Son filou de Lucas lui avait fait une forte frayeur à cacher son androïde Lucy. En la cherchant partout, Seth avait cru avoir perdu 306 heures de travail, et plusieurs centaines de millions de dollars. Avec l’aide d’Erza, il l’avait finalement récupérée. Sa chère Lucy avait désormais retrouvé sa place au sous-sol. A l’occasion de son retour, Seth avait décidé qu’il était temps de lui confectionner ses jambes. Pour l’instant, la gambette gauche, celle par laquelle il avait commencé, n’était qu’un tas de ferrailles et de fils électriques sur un plan de travail dûment éclairé par les néons. Seth venait de reproduire la rotule et vérifiait la fluidité du repli du genou. Normalement, les joints étaient étanches mais il devrait faire quelques tests afin de vérifier. Son portable vibra, sur le coin de sa table, et Seth manqua de lâcher ses outils pour répondre, par réflexe. Il oubliait qu’il avait créé une commande vocale très instinctive sur son cellulaire. Sa mémoire lui revint juste à temps : « Réponse. Haut parleur. » L’appel fut acceptée et la voix de son assistante Olivia résonna dans la cave. C’est fou combien être sollicité par elle à diverses heures de la journée ne le surprenait pas. Qu’à cela ne tienne, il était persuadé qu’elle gérait l’entreprise Wilde d’une main de maître en son absence. Olivia était une employée particulière, avec des fonctions de vice-présidente, un salaire de vice-présidente, mais le titre d’assistante parce que Seth avait besoin de quelqu’un pour gérer sa vie personnelle par-dessus le marché. Or une vice-présidente ne gère pas la vie des autres !

« Bonjour monsieur Wilde, puis-je avoir la date de votre retour ?
- Quoi, je ne suis pas là depuis deux jours, et vous avez déjà besoin de moi ? »

Seth se gonflait d’importance. Il faisait le paon parce qu’il s’était disputé avec Olivia il y a quelques jours. Il avait voulu la virer (comme d’habitude), mais au final, c’est elle qui lui avait rétorqué qu’il était viré. De sa propre entreprise. Olivia ne manquait pas de culot parfois.

« Cela fait quatre jours.
-… Certes. Mais vous m’avez viré, je vous signale.
- Vous êtes le PDG »

Seth leva les yeux au ciel. Elle n’en avait pas marre d’avoir toujours raison, cette bonne femme ?

« Oui. Et ?
- …Vous êtes éreintant, monsieur.
- … Je pense rester encore deux semaines, j’ai promis à Lucas de ne pas passer en coup de vent cette fois, je vous fais confiance. Prenez soin de vous Olivia.
- Vous aussi monsieur Wilde. »

Reprenant le travail, scrupuleusement, il n’entendit pas la première sonnerie à la porte d’entrée. Au bout de la deuxième, Seth se réveilla enfin. Il reposa le tournevis sur la table et quitta la pièce. « J’arrive » indiqua t-il en montant les marches de la cave. Il y avait peu de chance que la personne à l’extérieur l’ait entendue. Seth se demandait qui cela pouvait bien être. Un Wilde serait entré sans frapper, et il y avait peu de personnes en dehors de sa famille à bien vouloir lui rendre visite. Ses voisins le trouvaient barjot. Ses voisins avaient un certain bon sens. Seth ouvrit la porte d’entrée. Il baissa le regard sur une jolie petite brunette qui se trouvait là et qu’il reconnut comme une amie d’Andrés. « Tiens, Brianna ! » dit-il avec un grand sourire aimable. Il n’était pas un si mauvais père au final, la preuve, il se souvenait des prénoms des amis de son fils. Cela signifiait qu’il s’intéressait à la vie d’Andy. Cela lui rappela d’ailleurs que Andrés n’était pas là. Et en fait, au départ, il pensait que son fils était avec Brianna, laquelle venait sonner à sa porte pour voir son fils, lequel n’était donc pas avec elle tout compte fait… ! Mince alors. Seth n’avait donc aucune idée d’où Andy pouvait être. Son raisonnement sur le fait qu’il était peut-être un père (un peu) modèle venait de tomber à l’eau. Il fronça légèrement les sourcils, quelque peu embêté. « Je pensais que Andy était avec toi. J’ignore avec qui il a bien pu partir en vadrouille... Il s’entraine peut-être au skate park… ? » tenta t-il, aussi peu convaincant que convaincu. Seth n’en avait sincèrement aucune idée, alors il zappa le sujet comme une chaîne télé. « Tu veux peut-être prendre ton goûter ici ? » proposa t-il en lui ouvrant cordialement sa porte, comme c’était l’heure. Brianna venait probablement de sortir de cours. Au moins elle ne serait pas venue pour rien. « Tu sais, Andrés parle assez souvent de toi… et en bien, ça change ! En règle générale, environ 68 % de ce qu'il dit représente du sarcasme. C'est un miracle que tu y échappes » Le pire, c’est qu’il avait sincèrement l’impression d’aider son gosse à avoir un ticket en disant ce genre de chose. Pourquoi pas, c’était quand même rare que Andrés parle de quelqu’un en en disant peu de mal, quand cette personne n’était pas Lucas. L'adolescent était même narquois en parlant des gens de sa famille et qu’il aimait, c’était dire ! Cela rendait donc Seth assez curieux sur cette petite qui trouvait grâce aux yeux de ce garçon particulier et particulièrement difficile.



Mais que faire de son regard ?
Regarder vers le ciel me rend nostalgique et fixer le sol m’attriste, regretter quelque chose et se souvenir qu’on ne l’a pas sont tous deux également accablants. Alors il faut bien regarder devant soi, à sa hauteur, quel que soit le niveau où le pied est provisoirement posé.
©endlesslove.


Dernière édition par Seth Wilde le Lun 23 Avr - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/02/2018
›› Commérages : 274
›› Pseudo : Harmajabb-Mr Turtle
›› Célébrité : Millie Bobby Brown
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood) - Simone Esposito (Ryan Gosling) - Soren Layne (Martin Freeman) - Elliot James (Colin Firth) - Jaymi Payne (Michiel Huisman) - Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Ven 13 Avr - 12:38 )

Consider yourself at home
Seth & Brianna
DING DONG.
Bon ok la sonnerie n’est pas comme ça, mais moi je fais comme si c’était un ding dong et puis voilà. On ne va pas s’en plaindre. C’est mieux que d’entendre une sonnerie qui pourrait être comme celle de Sherlock, un soupir d’extase d’Irène Alder. Bon enfin, j’ai fini les cours plus tôt que prévu et mon téléphone est déjà déchargé, du coup je ne peux pas dire à Andrés que je suis là quoi, devant la porte de sa maison. Je sais qu’il n’est pas à New-York, il me l’a dit hier soir avant que je m’endorme. Du coup, je suis plutôt contente de le revoir, des fois c’est une vrai bouffée d’air de discuter avec lui parce que ces derniers temps, on n’arrête pas de m’énerver et donc… J’ai besoin de me détendre.

Bon j’avoue que j’ai séché, parce que bon, voilà, je ne sais pas pour vous tous, mais étudier Shakespeare, ça me fatigue et je ne comprends pas grand chose. Je n’aime pas la langue d’origine qui est trop raffinée pour moi, je préfère la langue de nos jours même si je devais m’intéresser aux origines, de la phonologie et de la phonétique. Sauf que voilà, à force de trop m’intéresser aux langues, ça me fatigue et je finis par m’en lasser. Alors oui, j’ai besoin de me changer les idées, de penser à autre chose et donc, j’ai pensé à aller voir Andrés. Seulement, ben, faudrait que la porte s’ouvre en fait ! Personne ne semble venir… Donc j’appuie une seconde fois sur la sonnerie un peu plus longuement jusqu’à ce que j’ai mal au bras. Parce que oui, je suis petite et c’est difficile d’arriver à la taille des bonnes choses. J’attends, je pianote du pied, je croise les bras, je fais une moue boudeuse et j’avais déjà ma phrase pour Andrés. Histoire de le charrier là dessus tient, vu qu’il n’arrête pas de me charrier lui aussi concernant ma ponctualité. « T’en as mis du t…. » fis-je avant de m’interrompre quand je me rends compte que je m’adresse au bidou d’une personne qui est nettement bien plus grand qu’Andy. « Oh bonjour monsieur Wilde ! » réagissai-je vite fait, bien sous l’effet de la surprise que d’être contente de le rencontrer avec un grand sourire. En fait, il me reconnait, c’est que Andy a parlé de moi à sa famille ? En même temps, c’est logique même s’il veut pas forcément l’admettre dans le fond, même moi je parle de lui à mon père qui voit ça d’un mauvais oeil bien sûr. « Andy n’est pas ici ? » fis-je néanmoins un peu suspicieuse quand je me rends compte qu’en fait, Andy n’est toujours pas venu, même après que son père ait dit mon prénom. Normalement, s’il l’avait entendu, ben il serait accouru vers la porte (qu’il veuille l’admettre ou pas). Sauf que ben non. En plus monsieur Wilde a l’air d’être embêté lui aussi. « Mh… Peut-être… J’étais censée m’entrainer avec lui, du moins réessayer son truc là. » fis-je en haussant les épaules assez indifférente avant d’être surprise par l’invitation. Je ne refuse pas, en fait il n’allait pas me laisser refuser son invitation. J’entre pour une énième fois dans cette maison que je connaissais déjà alors que je dépose mon sac à l’entrée, puis je me balade dans la maison jusqu’à la cuisine que je connaissais déjà tout en écoutant monsieur Wilde. Je souris quand il me parle d’Andy et je me retourne vers lui. « Oui, on s’entend plutôt bien. Je l’apprécie beaucoup dans le sens où c’est le seul avec qui je peux avoir une discussion assez poussée sur certains sujets. » Mais aussi parce qu’il vient au lycée et s’incruste à des cours, mais aussi parce qu’on a une vision assez sarcastique sur les adultes et les situations. On aime bien se charrier un peu tous les deux et aussi, parce que je respecte son intelligence. « En plus, il est direct et ne tourne pas autour du pot. S’il a un truc à me dire que ça me plaise ou pas, ça me dérange pas. » fis-je avec un petit sourire amusée alors je regarde les placards. Bon, je n’ai pas la moindre idée d’où je peux récupérer la brioche pour tartiner avec. « Mais c’est vrai qu’il est plus sarcastique que moi, je me demande de qui il tient ce côté-là… » fis-je avec un petit sourire avant de regarder monsieur Wilde. « Je croyais que vous travaillez dans votre entreprise à cette heure-ci ? Je ne connais pas trop votre emploi du temps j’avoue, mais je ne dérange pas quand même ? »

electric bird.



You rock my world



Dernière édition par Brianna Holloway le Ven 18 Mai - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 21/02/2018
›› Commérages : 103
›› Pseudo : Laure
›› Célébrité : Robert freakin' sexy Downey Jr.

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Lun 23 Avr - 23:48 )




Consider yourself at home

Brianna & Seth

« T’en as mis du t…. » râla la jeune fille sitôt que la porte fut ouverte. Adorable. C’est exactement le mot qui lui vint à l’esprit. Seth n’était point du tout ennuyé que Brianna et Andy s’adressent parfois l’un à l’autre comme des camionneurs. A leur âge, ça commençait comme ça. Il adressa un sourire à la jeune fille quand elle releva la tête vers lui, bien qu’elle lui posa une petite colle en demandant où se trouvait son fils. Alerte mauvais papa ! L’ingénieur tenta d’éluder l’interrogation. Mais quel était ce « truc » dont il était question ? « Truc… mh, son… skate ? Son vélo ? C’est amusant que tu t’essaies à ce genre de choses » Brianna était une jeune fille coquette. Qu’Andy ait réussi à la convaincre de pratiquer ses activités à lui était d’autant plus craquant. L’inventeur donnerait cher pour avoir une photo de ces moments. « Oui, on s’entend plutôt bien. Je l’apprécie beaucoup dans le sens où c’est le seul avec qui je peux avoir une discussion assez poussée sur certains sujets » lui expliqua t-elle tandis qu’ils se dirigeaient ensemble vers la cuisine. « Ce doit être réciproque, Andy est assez révulsé par les jeunes de son âge pour leur manque de réflexion, ou d’esprit critique, je ne sais pas exactement. J’ignore si je lui ai rendu service en le faisant étudier à domicile, car cela peut être assez handicapant socialement parlant, mais au moins… il est très content comme ça. Et puis, il va à son rythme aussi. Un rythme assez effréné vu la vitesse à laquelle il boit ses livres. Je sais aussi qu’il aimerait perfectionner son français. J’ai cru comprendre que tu étais douée en langues ? » bavarda t-il, car Seth était bavard, oui, surtout quand il s'agissait de parler de ses enfants. Il pourrait faire dix tomes oraux sur chacun d'eux s'il n'avait pas ses préoccupations d'ingénieur lui rappelant qu'il n'avait pas toute la vie devant lui, et qu'il ferait bien d'abréger s'il voulait mener certains projets à terme. « N’hésite pas à le faire travailler. Je me permets de te le dire car je doute qu’il le fasse un jour… Andrés est très débrouillard, il n’aime pas demander de l’aide. Ce doit être étroitement lié à la fierté masculine, tout ça… ne lui répète surtout jamais ces derniers mots » ajouta t-il précipitamment en lui adressant un regard entendu. « Je nierai les avoir dit de toute façon »

« En plus, il est direct et ne tourne pas autour du pot. S’il a un truc à me dire que ça me plaise ou pas, ça me dérange pas. » Ils n’avaient pas beaucoup échangé qu’il se disait déjà qu’il l’aimait bien, cette petite. Seth comprenait l’intérêt de son fils pour elle. Brianna était dotée d’une certaine maturité. « Heureusement qu’il y a des personnes comme toi ma chère Brianna, tu imagines le peu d’ami qu’il aurait, autrement ? … Que souhaites-tu manger ? » ajouta t-il alors qu’il l’invitait à s’asseoir d’un geste cordial de la main. La petite aimait les brioches, il lui sortit le paquet et de quoi tartiner. « Mais c’est vrai qu’il est plus sarcastique que moi, je me demande de qui il tient ce côté-là… » Elle lui adressa un petit sourire innocent. Seth répondit par un pincement de lèvres faussement sévère. « Ne me regarde pas comme ça, je ne sais pas non plus. Andy a toujours été ainsi » Il se dirigea vers le placard et en sortit un verre tout en continuant de causer. « J’avais tenté de l’inscrire à l’école, au tout début. Sa maîtresse m’a convoqué dès le premier jour et Andrés lui a dit devant moi, je cite : votre cours est long et chiant comme la vie d’Elisabeth II » Seth posa le verre devant Brianna et releva un regard un peu grave vers elle : « Il avait six ans » précisa t-il très sérieusement. « Ce n’est pas rien, à six ans, d’en connaître assez sur la vie d’Elisabeth II pour savoir qu’elle est longue et chiante » ajouta t-il avec un demi-sourire ironique et là, tout de suite, on voyait l'air de famille entre le père et le fils. D'autant que étrangement, Seth et Andrés se ressemblaient physiquement sans avoir le même sang. Certes, il fallait assez de culture sur la reine, mais ce n’était aussi pas rien de s’exprimer de cette façon à son âge. Seth haussa les épaules. « Je peux comprendre son point de vue ceci dit. Entrer dans une classe où on apprend à lire alors qu’on a déjà soi-même lu David Copperfield, Hamlet, et j’en passe… ce doit être effectivement assez pénible » Il se dirigea vers le réfrigérateur. « Mackenzie et toi devez être les plus jeunes amies de son entourage, mes compliments. Souhaites-tu boire du lait ou du jus ? » demanda t-il en ouvrant le frigo. « Je croyais que vous travaillez dans votre entreprise à cette heure-ci ? Je ne connais pas trop votre emploi du temps j’avoue, mais je ne dérange pas quand même ? » « Je suis en vacances, je ne travaille pas pour mon entreprise présentement, je travaille pour moi-même. Tu ne me déranges pas du tout. Au contraire, tu peux te joindre à moi si le coeur t'en dit. » Après l'avoir servie, Seth récupéra un paquet de spéculoos pour lui même et se servit un verre de whisky. Devant la petite, oui, à 16h, oui. La responsabilité et lui, c'était une équation à six inconnues. « Ce n'est pas Andrés qui te montrerait le sous-sol. Il n'aime pas s'y aventurer. Il a peur de ce qui y loge. Je t'autorise à te moquer de lui à ce sujet le jour où tu seras à court d'argument » ajouta t-il avec un clin d’œil. C'était un cadeau de bon cœur, puisqu'il savait que son garçon était difficilement vaincu dans les batailles de joutes verbales. Et puis, à en juger par la maturité de Brianna, elle n'abuserait pas de la moquerie. « Tu auras peut-être peur toi aussi, qui sait. Cependant, quelque chose me dit que tu seras plus brave que Andrés là-dessus. Lui c'est pour faire des bêtises qu'il ne recule devant rien. »



Mais que faire de son regard ?
Regarder vers le ciel me rend nostalgique et fixer le sol m’attriste, regretter quelque chose et se souvenir qu’on ne l’a pas sont tous deux également accablants. Alors il faut bien regarder devant soi, à sa hauteur, quel que soit le niveau où le pied est provisoirement posé.
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/02/2018
›› Commérages : 274
›› Pseudo : Harmajabb-Mr Turtle
›› Célébrité : Millie Bobby Brown
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood) - Simone Esposito (Ryan Gosling) - Soren Layne (Martin Freeman) - Elliot James (Colin Firth) - Jaymi Payne (Michiel Huisman) - Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Ven 18 Mai - 11:13 )

Consider yourself at home
Seth & Brianna
« Skate. Monsieur. Le skate. » le corrigeai-je avec un petit sourire amusé. C’est assez amusant que monsieur Wilde pense qu’Andy m’apprenait à faire du vélo, je sais en faire… Enfin pas au point de faire des cascades pas possibles, ce n’est pas mon truc malheureusement et je ne tiens pas à avoir des cicatrices sur mes genoux qui sont franchement parfaits, j’aimerai les garder ainsi. J’hausse les épaules avec un air qui se voulait indifférent. « J’aime bien le skate au final, je trouve que ce n’est pas facile et je vois ça comme un défi… J’aime les défis et les réussir. » Je suis même sûre que je vais réussir de toute manière, rien ne me résiste face à mon caractère de diva et accessoirement: un caractère de merde. Je suis entrée et j’arrive dans la cuisine que je connais bien avec monsieur Wilde. Je n’aurai jamais cru que je me retrouverai seule avec lui. Je l’écoute parler attentivement, j’aime bien les parents, surtout le père Wilde parce que j’apprends des choses sur Andrés et ça attise ma curiosité un peu. Je souris et hoche la tête. « Oui, je parle le français assez bien. Je vais à Montréal quand l’occasion se présente avec mon père. J’adore cette ville. » fis-je dans la langue française avant de préciser sans être sûre si monsieur Wilde savait également parler la langue. « Je vais souvent à Montréal. » c’est clair et concis. Voilà, sans plus. Je rigole un peu quand il me demande de ne pas répéter ce qu’il vient de me dire, je fais un petit geste de la main pour dire que je cousais ma bouche, que je ne dirai rien. « Je lui parlerai Français sous prétexte que j’ai besoin de m’exercer avec lui. »

C’est sûr qu’Andrés n’a pas beaucoup d’amis, heureusement qu’il existe quelques personnes matures comme moi. Je ne sais pas si j’aurai aimé être mature à ce point-là parce que je réalise très vite les choses et je me sens un peu à l’écart de certaines personnes, ce qui n’est pas toujours facile en fait. « Je ne sais pas où est-ce qu’Andy a mis les brioches. Il change toujours d’emplacement parce qu’il sait qu’à chaque fois que je viens, je vide tout le stock. Et je prends avec du chocolat aux noisettes. » Pas avec le nutella, ça c’en est hors de question. Le nutella comme certaines autres entreprises étaient la cause de la déforestation des pauvres singes. Je m’installe et me mets à expliquer. « Je suis d’accord qu’il a très peu d’amis et qu’être aussi intelligent comme ça, ça handicape assez. Mais au moins, ça lui permet d’avoir peu d’amis qui comptent sur le nombres des doigts de la main (et des pieds)… Ça vaut mieux ainsi, parce que franchement entre avoir 1000 amis sur Facebook qui sont forcément des gens que tu ne sais pas sur qui compter et 10 vrais amis qui seront là pour toi quand ça va pas fort… Le choix est vite fait. » Je récupère la brioche et de quoi tartiner. « Merci monsieur Wilde. » parce que oui, il faut bien être poli attention ! Je parle ensuite de son côté sarcastique avec un petit regard en sa direction, j’hausse les sourcils sans pour autant perdre mon sourire face à sa réaction. Je me sers de la brioche et commence à tartiner. « Ça ne m’étonne pas de lui. » ricanai-je. La répartie me fait toujours aussi rire et …  « Il avait six ans » Mon sourire disparait et je relève mon regard totalement surpris. « Sans déc’ ? » fis-je sous le coup de la surprise. J’en avais même fait retomber le couteau dans la boite à tartiner. Je n’avais plus de mots, seulement ma réaction parlait pour tout le monde. Je détourne mon regard et hausse encore plus les sourcils sous le coup de la surprise. Je penche la tête sur le côté quelques secondes avant de me reprendre. « Il avait à peine six ans ? Il a lu la vie d’Elizabeth II ? Mais du coup…? » Je ne termine pas ce que j’allais dire que monsieur Wilde me complétait. « … Dire qu’à mes six ans, j’étais plutôt contente d’avoir appris les tables de multiplications et de savoir lire un livre toute seule. » C’est sûr qu’Andrés et moi sommes pas comparables, mais alors là pas du tout. On a tous notre propre intelligence et notre propre rythme, c’est tout. « Du jus s’il vous plait ! En fait, il n’a que Mack et moi comme amis ? Il n’a pas d’amis à New York ? » Et en parlant de New York, ce n’était pas l’endroit où monsieur Wilde était censé être ? Je lui pose la question et j’ai rapidement sa réponse. « Me joindre à vous ? Au sous sol ? » Dis de cette façon-là, c’est très bizarre et surtout mal tourné, mais je ne me focalise pas davantage sur cette pensée. Je le remercie pour le jus et fronce les sourcils quand je le regarde boire du Whisky. Je ne juge pas pour l’heure, après tout, j’imagine bien qu’il est assez grand pour s’occuper de lui-même comme un grand garçon. Je ricane un peu quand monsieur Wilde me donne un élément comme quoi Andrés a peur de Lucy, je croyais qu’il n’avait pas le droit de descendre. Cela commence enfin à prendre son sens en fait. Je mange ma brioche et finis de la mastiquer pour reprendre la parole. « Si vous parlez du robot appelé Lucy, je peux comprendre. De ce qu’il m’en a raconté, elle a du potentiel, mais elle pourrait également être dangereuse si elle se retrouvait entre les mains d’un individus mal intentionné. Elle pourrait même devenir une arme… » Une pause et j’hausse les épaules. « Je suis curieuse tout de même et j’aimerai bien la voir en fait ! » Histoire de savoir de quoi je parle la prochaine fois quand je verrai Andrés.

Au final, je finis de manger ma brioche, tartine la seconde avant de tout ranger avec monsieur Wilde pour descendre avec lui au sous-sol. Il y avait cette porte qui avait une sorte de reconnaissance faciale, je souris un peu et me rappelle comment le robot d’Andy m’avait scanné et de ce fait, je pouvais aussi entrer chez eux à ma guise. Même si je suis polie et préfère toujours m’assurer qu’il y ait quelqu’un à l’intérieur. Nous entrons et immédiatement j’avais failli faire tomber ma brioche de la main. « C’est … Lucy ? » fis-je un peu hésitante avant de m’approcher un peu prudemment et regarde monsieur Wilde. « Elle est … ? Enfin, je veux dire… Elle est activée ? »

electric bird.



You rock my world

Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 21/02/2018
›› Commérages : 103
›› Pseudo : Laure
›› Célébrité : Robert freakin' sexy Downey Jr.

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Dim 3 Juin - 18:00 )




Consider yourself at home

Brianna & Seth

« Je ne sais pas où est-ce qu’Andy a mis les brioches. Il change toujours d’emplacement parce qu’il sait qu’à chaque fois que je viens, je vide tout le stock. Et je prends avec du chocolat aux noisettes. » « Je comprends mieux pourquoi on achète ça ici alors qu’il ne prends jamais de brioches à New-York… » dit Seth avec un air de pas grand chose alors qu’il était évident qu’il ne donnait pas cette info au hasard. Son petit garçon cruel, pas mal égoïste et snob, se montrait plutôt attentionné avec cette Brianna. Ces deus enfants assez marginaux s'étaient bien trouvés. « Tu as raison. Et puis, il a une famille nombreuse sur qui il peut compter aussi ». L’anecdote de la reine, la petite n’en revenait pas et pourtant, ce n’était pas le pire (ou le meilleur) d’Andrés, ce garçon était plein de surprises. « … Dire qu’à mes six ans, j’étais plutôt contente d’avoir appris les tables de multiplications et de savoir lire un livre toute seule. » « Tu étais sans doute meilleure matheuse que lui ? J’ai l’impression que Andrés a appris à lire en apprenant à parler » « Du jus s’il vous plait ! » Seth lui servit un verre et le posa devant elle. « En fait, il n’a que Mack et moi comme amis ? Il n’a pas d’amis à New York ? » « Il a des camarades qu’il s’est fait au skate park près de chez nous parce qu’ils partagent la même passion, mais ce sont de jeunes adultes et je ne me rappelle même pas de leur nom. » Contrairement à celui de Brianna. D’ailleurs, celle-ci est très bien informée sur les sujets familiaux importants. Elle rit un peu, mais elle ne se moqua pas. « Si vous parlez du robot appelé Lucy, je peux comprendre. De ce qu’il m’en a raconté, elle a du potentiel, mais elle pourrait également être dangereuse si elle se retrouvait entre les mains d’un individus mal intentionné. Elle pourrait même devenir une arme… » « Encore faudrait-il réussir à détourner ma sécurité. Il y a beaucoup de génies parmi nous certes, mais des génies qui me surpassent… disons que c’est un peu comme le cerveau de Trump. Je ne dis pas que ça n’existe pas, je dis juste qu’on n’en a pas encore la preuve. » Arrogant et sarcastique, digne père d’Andy. « Je suis curieuse tout de même et j’aimerai bien la voir en fait ! » « Termine ton gouter d’abord » dit-il avec bienveillance. Pour sa part, il termina son whisky. Ce duo insolite descendit ensuite dans la cave, comme la petite le devançait, le visage de Bria passa la sécurité au vert avant le sien. « Je vois que Andy t’a donné la clé de la maison, j’en suis ravi. »

Le deuxième androïde répertorié se trouvait en Arabie Saoudite et s'appelait Sophia, mais celui de Seth le surpassait de loin en terme de réalisme, d'expression faciale, d'intelligence, et de beauté. Il faut dire que l’inventeur s’était même ennuyé à lui offrir des cheveux, et d’ailleurs, il lui avait donné des cheveux avant les jambes. Comme toujours, Lucy était installée sur son siège, qui ressemblait plutôt à un fauteuil d’hôpital d’ailleurs. Ses yeux bleus étaient ouverts, et son visage était figé dans une expression cordiale (une expression de psychopathe, dirait Andy) « C’est … Lucy ? » « C’est elle, oui. » « Elle est … ? Enfin, je veux dire… Elle est activée ? » « Tu as dit son prénom, donc oui, elle t’entend » Seth se plaça à côté de l’adolescente. Il posa une main amicale sur l’épaule de l’androïde et désigna la brunette de l’autre main. « Lucy, je te présente Brianna, la petite… » Il s’éclaircit la gorge. Je vous jure devant Dieu qu’il n’avait pas fait exprès. « La copine d’Andrés. » Le clone tourna son visage vers la petite d'une manière un peu plus lente qu’un humain lambda. « Bonjour mademoiselle Brianna » « Améliorer la fluidité de ses mouvements est prévu au programme » commenta Seth. « Tu vois » ajouta t-il en posant le doigt sur la joue du clone, « C’est une silicone très travaillée pour donner une texture souple et semblable à celle de la peau. »  « Nous sommes pareils vous et moi » L'ingénieur inclina la tête tout en regardant curieusement son clone.  « Elle est en train de faire de l'humour. Là aussi, il y aurait quelques améliorations à apporter »  Seth croisa les bras et se tourna vers Brianna avec un petit sourire. Il y avait quelque peu d’auto-satisfaction emprunt sur ses traits, seulement, c’était la moindre des choses qu’il pouvait se permettre. L’homme avait repoussé les limites de la science comme personne. Ce qu’il avait accompli, c’était le but de toute une vie. « Tu te rends compte, la création d'androïde existe dans l’imaginaire des hommes depuis des siècles. Même encore aujourd’hui on ne parle pas de réalisme mais de science-fiction dans les romans, pourtant, ça existe vraiment. J’ai rendu cela possible… et les arabes aussi » maugréa t-il dans sa barbe. Seth avait quand même plus de mérite, il n’avait pas eu d’équipe pour l’assister… ! « Lucy a pour vocation de devenir à la fois un robot domestique et ma future assistante. J’ai toujours eu Olivia pour m’aider dans … à peu près tout, quand je travaille. Il est temps qu’elle ait enfin le poste de Vice-présidente qu’elle mérite, et non plus seulement le salaire. Personne ne saurait fournir son travail et être aussi efficace, si ce n’est une machine. » Il marcha vers le bureau où était exposées les futurs jambes de son clone, qui n’étaient pas encore couverts de fausse peau. Le génie s'adressait à Brianna comme à une adulte brillante, et c'est son comportement avec les enfants qui avait rendu les siens aussi malins et dégourdis. « Je ne pense pas que je la présenterai un jour à la conférence des inventeurs de New-York, et je ne veux pas prétendre à quelconque prix Nobel avec elle. Il n'est pas difficile de deviner ce qu’on en dirait. Je suis bien conscient de cette inquiétude selon laquelle la machine puisse un jour remplacer l’homme. Je ne veux pas apporter de polémique, encore moins la preuve que c’est possible, du moins, ce que certains considéreraient comme une preuve... »




Mais que faire de son regard ?
Regarder vers le ciel me rend nostalgique et fixer le sol m’attriste, regretter quelque chose et se souvenir qu’on ne l’a pas sont tous deux également accablants. Alors il faut bien regarder devant soi, à sa hauteur, quel que soit le niveau où le pied est provisoirement posé.
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/02/2018
›› Commérages : 274
›› Pseudo : Harmajabb-Mr Turtle
›› Célébrité : Millie Bobby Brown
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood) - Simone Esposito (Ryan Gosling) - Soren Layne (Martin Freeman) - Elliot James (Colin Firth) - Jaymi Payne (Michiel Huisman) - Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Dim 3 Juin - 20:51 )

Consider yourself at home
Seth & Brianna
Je plisse les yeux et ne pus cacher mon sourire quand le papa Wilde me lâche une information importante. Donc alors…? Personne ne mange les brioches ici, juste moi ? Je comprends mieux pourquoi les tranches de brioche ont toujours le même nombre entre le moment où je pars et reviens dans la maison. J’hoche la tête pour confirmer les paroles. Oui la famille est très importante et c’est extraordinaire de voir autant de gens dans cette famille sur qui il peut compter… Ou presque, il m’a dit que l’oncle Owen n’est pas capable de garder un secret très longtemps. En fait, il n’est pas capable de garder un secret tout court…! « Mh… Peut-être. Après tout, je n’aime plus trop les maths aujourd’hui. » fis-je en haussant les épaules avec un air peu convaincu. Au final, j’aime bien discuter avec monsieur Wilde, c’est assez amusant d’apprendre des faits insolites concernant Andrés, ça me permet de le voir sous un autre oeil et de le découvrir autrement. Donc c’est marrant, parce que je me mets à sourire un peu comme une idiote et je m’en rends compte un peu trop tardivement. « Mais vous vous souvenez du mien et celui de Mack. » fis-je en guise de remarque. Je note mentalement qu’Andy fait souvent du skate à New-York, si jamais un jour… J’irai à cette ville, je pourrai essayer de le retrouver là-bas, mais je me rends compte que c’est pas comme Cap Harbor… Et que les skatepark y en a déjà pas mal…!

Parlant de Lucy, je me contrôle par rapport à ce nouvel fait: Andy a peur de ce robot et j’aimerai bien comprendre pourquoi… En même temps, sans l’avoir vu, j’appréhende déjà un peu parce qu’elle pourrait devenir une arme aux mains des gens malavisés. Je plisse les yeux quand il parle du fait que la personne qui pourrait hacker Lucy n’existe pas encore. « Mh… Touchons le bois. » fis-je en tapotant sur la table de ma petite main. « Parce que le jour quand ça arrivera, vous allez être un peu bête. Je vous le dis. Donc j’espère pour vous que ça n’arrivera pas ! » fis-je avec un petit sourire pour conclure, parce que oui. Je ne me gêne pas de dire ce que j’en pense vraiment, que ça me fasse apprécier par la personne ou pas, je m’en fiche, c’est le cadet de mes soucis. Dans tous les cas, je ne cache pas ma curiosité et que je voudrais bien voir sur le coup. « Oui monsieur. » C’est vrai que chaque chose en son temps… Et il aura le temps de savourer son verre d’alcool de la journée. Mais après ça, nous filons vers le sous-sol et je voulais montrer à monsieur Wilde que j’avais aussi l’accès. « Oui ! Son drone m’a scannée. Il m’a dit que je pourrai venir n’importe quand je veux, mais je ne suis pas encore à l’aise pour avoir… Comment dire… Enfin, je ne suis pas à l’aise pour rentrer comme si c’était chez moi. J’ai toujours peur d’arriver au pire moment. » Mauvaise expérience qui parle… Mais bon, je doute qu’il se passe un truc chez les Wilde et dire ça, c’est mal connaître cette famille. Des fois, je fais de mon mieux pour éviter d’être embarquée dans des situations assez rocambolesques…

Maintenant je suis entrée dans le sous sol et je vois enfin Lucy. Je me suis un peu figée à la vision, parce que oui, je suis impressionnée et aussi… Je comprends pourquoi Andy pourrait avoir peur. Je me suis approchée pour voir et me demande si elle est activée sur le coup, elle l’est en réalité. « Oh. » réalisai-je et la regarde. Je regarde aussi monsieur Wilde nous présenter comme si nous étions des êtres humains, c’est assez marrant en fait. Je souris un peu avant que mon sourire se fige d’un coup sous le qualificatif. Je fronce les sourcils. « Je suis l’amie d’Andrés oui…? » fis-je un peu plus perplexe. « Vous êtes au courant de quelque chose que j’ignore monsieur Wilde ? » Petite copine ? Depuis quand Andrés est mon petit copain ? Je ne suis pas en couple avec lui ou quoi. C’est juste mon ami. Enfin, à ce que je sache, aux dernières nouvelles quoi. Donc…? Je lui plais ? « Oh… euh… Bonjour Mademoiselle Lucy. » fis-je tout maladroitement en essayant de sortir de mes pensées, un peu intimidée. « Oui, peut-être ajouter de l’huile si c’est le mécanisme qui coince entre les deux extrémités qui permettent un mouvement ? » Je regarde monsieur Wilde et j’hausse les épaules avec l’air un peu indifférent. « Quoi ? J’ai vu ça à la télé. » Comme quoi la télé ça rend un peu intelligent, ça n’abrutit pas contrairement à ce que papa dit en fait. « Ah ouaaa…. » Nous sommes pareils vous et moi.  J’allais être enthousiasme et impressionnée, mais ce que Lucy vient de me dire fait un peu peur encore une fois de plus. « Aaah. C’est du second degré. Ah oui, effectivement il faut travailler ça. Est-ce qu’elle sait lire ?» oui question idiote. Je secoue la tête pour me reprendre. « Au pire, elle peut chercher dans google si elle est reliée au réseau, toutes les expressions, les blagues…? Ou c’est le contact humain qui lui manque ? » Une pause et je tends la main à Lucy qui fait de même et je frôle sa main. « C’est un truc de dingue en fait ! » m’exclamais-je en face de monsieur Wilde qui est fier comme un paon et c’est fou ça. Comment il est fier et je comprends… C’est un androïde et c’est même le premier… En fait, je suis l’une des rares personnes à avoir vu cet androïde et je ne suis pas le genre à le hurler sous les toits, donc c’est sûrement pour ça qu’il me le montre, pareil pour Andy… Ça me touchait dans le fond. « Faut toujours un concurrent pour le meilleur. » Oui, je ne l’aide pas là, mais allez… Il a fait Lucy tout seul et je suis sûr que les arabes lui ont trouvé un nom de robot assez moche. Je l’écoute attentivement et hoche la tête pour montrer que je suis la conversation. Je le suis jusqu’au bureau et je vois les jambes. C’est ainsi que je vois comment les jambes sont constituées. « Mh… Est-ce que vous regardez Westworld ? » fis-je assez dans mes pensées, toujours les paroles dans ma tête. Oui, j’avoue que c’est une série pas pour moi, enfin ce n’est pas à mon âge, mais je n’ai pas pu m’empêcher de la regarder. J’en entends très souvent en parler. « C’est une série où les robots ressemblent tellement à un humain qu’on pourrait croire que c’est un humain justement. Ils pourraient même circuler dans notre monde qu’on ne remarquerait pas la différence… Pourtant, les humains en font un usage horrible, ils font toutes les actions les plus horribles les unes et les autres en toute impunité, tout en se défoulant sur les robots… Ce que je veux dire par là… C’est que je pense que l’humanité n’est pas prête pour ça. Pour les robots. Nous sommes trop dans le monde où l’individualisme est très fort. Ce que je trouve ça dommage… Même moi, je ne le cache pas. Je peux être très individualiste et égoïste… Ce robot, Lucy, elle peut révolutionner le monde… Mais pas aujourd’hui, ni demain… » Une pause et regarde les jambes avant de le regarder avec l'air de lui demander s'il avait un truc à faire avec ?

electric bird.



You rock my world

Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 21/02/2018
›› Commérages : 103
›› Pseudo : Laure
›› Célébrité : Robert freakin' sexy Downey Jr.

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Mer 27 Juin - 13:34 )




Consider yourself at home

Brianna & Seth

« Quel pire moment ? Tu ne déranges jamais, sois en certaine » promit Seth. La petite était la bienvenue chez eux. Elle pouvait évidemment débarquer à des moments de crise, mais c’était au même titre que n’importe quel Wildesa présence serait sans doute plus bénéfique que dérangeante. Quoiqu’elle risquerait de fuir devant les conneries du génie. Un génie boulet qui fit un petit lapsus. « Je suis l’amie d’Andrés oui…? » releva Brianna tandis qu’il l’avait présentée à Lucie. « Vous êtes au courant de quelque chose que j’ignore monsieur Wilde ? » « Mais enfin, non. Ma pensée a fourché parce que… reconnais que tu n’es pas encore bien grande aussi. Ce n’est pas une critique, je ne le suis pas non plus, et puis, tu peux encore grandir toi ! » tergiversa t-il pour se justifier. Brianna salua le robot et nota la remarque de l’inventeur. « Oui, peut-être ajouter de l’huile si c’est le mécanisme qui coince entre les deux extrémités qui permettent un mouvement ? » Seth lui jeta un coup d’œil impressionné, elle avait quelques notions de mécanique la gamine ! « Quoi ? J’ai vu ça à la télé. » « Ah ces jeunes… en fait, ce n’est pas un problème de joints pour ce cas-ci —Lucy est extrêmement bien entretenue—, mais plutôt un problème de réactivité du système. Celui de Lucy est déjà très performant, mais quand on a conscience du nombre de muscles qu’est capable de mobiliser un visage en l’espace d’une microseconde sans même penser, c’est là qu’on réalise la difficulté de reproduire le mouvement humain avec fidélité » La blague de Lucy tomba complètement à l’eau. « Aaah. C’est du second degré. Ah oui, effectivement il faut travailler ça. Est-ce qu’elle sait lire ?» « Bien sûr, et écrire » Oui elle n’avait peut-être pas de pieds, mais elle avait des mains. « Au pire, elle peut chercher dans google si elle est reliée au réseau, toutes les expressions, les blagues…? Ou c’est le contact humain qui lui manque ? » « Bien vu Brianna. Certes elle peut faire des recherches sur Google, mais la répartie vient avec la pratique. Or on est peu nombreux à lui rendre visite ; le plus dégourdi de mes enfants ne veut même pas l’approcher…. En tout cas, elle apprend de moi, et de toi ! Ce n’est pas toujours une bonne chose, vu qu’elle m’a traité de tas d’os quand je l’ai traité de tas de ferraille la dernière fois. Bref, un peu trop de répondant, ça peut être… comment dire ? » « Seth a peur que je passe pour son créateur et lui pour ma machine » Quand c’était pour se foutre de la poire de son inventeur, l’humour de la tête de fer était déjà un peu plus élaboré tiens !

« Mh… Est-ce que vous regardez Westworld ? » « Mh… Non ? » Brianna la lui résuma donc. « Cette série dont tu parles semble dépeindre une vision assez pessimiste de l’homme. Je ne dis pas qu’elle est fausse… juste pessimiste, et je ne la partage pas. Je penche plutôt du côté de ces films où l’homme et la machine évoluent ensemble main dans la main… enfin, il y a souvent un hic dans ces intrigues, notamment quand les machines ne se soulèvent et amènent l’extinction de l’humain. Mais c’est une fantaisie. » Seth toussa un peu dans son poing et s’éclaircit la gorge. « Créer des intelligences artificielles à l’image de l’homme comporte des risques, comme toute chose, c’est pour ça que le nombre de clones doit rester très limité, afin que nous soyons toujours en maîtrise de la situation. Toutefois, ne rien risquer, c’est également ne rien faire en faveur du progrès. D’ailleurs, mon petit frère Owen travaille dans la recherche, il se met énormément en danger, notamment en testant ses produits sur lui-même. C’est grâce à cela qu’il a permis de grandes avancées dans le domaine médical ! En ce qui le concerne, je trouve d’ailleurs que c’est un peu trop de risques… je le surveille constamment, pour tout te dire » ajouta Seth avec un petit air faussement blasé « Je pense d’ailleurs que c’est en grande partie grâce à lui, et mon inquiétude pour sa santé, que personne n’égale les prouesses de la compagnie Wilde en matière de sécurité ».  Seth croisa les bras tout en observant les gambettes de son robot d’un air sceptique. « Je devrais les fixer au corps avant de créer la peau » « Vous aurez donc une bonne raison de m’appeler C3PO, monsieur Wilde » indiqua alors Lucy qui, effectivement, ressemblait parfaitement à une humaine jusque là. Une humaine cul-de-jatte, qui allait avoir des jambes de machine. « Chaque chose en son temps, Robocop » rétorqua le génie.




Mais que faire de son regard ?
Regarder vers le ciel me rend nostalgique et fixer le sol m’attriste, regretter quelque chose et se souvenir qu’on ne l’a pas sont tous deux également accablants. Alors il faut bien regarder devant soi, à sa hauteur, quel que soit le niveau où le pied est provisoirement posé.
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/02/2018
›› Commérages : 274
›› Pseudo : Harmajabb-Mr Turtle
›› Célébrité : Millie Bobby Brown
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood) - Simone Esposito (Ryan Gosling) - Soren Layne (Martin Freeman) - Elliot James (Colin Firth) - Jaymi Payne (Michiel Huisman) - Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Mar 4 Sep - 10:59 )

Consider yourself at home
Seth & Brianna
Que je ne dérange jamais, c’est comme me donner une place importante dans cette famille. Je n’ai jamais eu quelqu’un d’aussi accueillant en vrai, dès la première rencontre. Avec Seth, directement, le courant passe et d’un autre côté je ne serai pas totalement surprise, parce que je traine assez souvent avec Andrés et il a dû sûrement entendre parler de moi un moment donné. Si Andrés m’a ajouté dans les têtes connues à l’entrée, pour que je puisse aller dans la maison Wilde à ma guise, je préfère tout de même faire attention parce que même si monsieur Wilde dit qu’il n’y a pas de mauvais moments… Il y en a toujours. Si jamais il accueille des gens et que ma présence n’est pas la bienvenue ? Si jamais il y a une tuile dans son invention ? Si jamais… Enfin, vous m’aurez compris.

Je fronce un peu les sourcils quand il me dit que je suis la petite amie, alors qu’il s’est tout de suite mis à corriger, c’est qu’il cache quelque chose. Je crois que monsieur Wilde a tout de même du mal à garder ses secrets ou ses pensées. Quelque part, ça m’intrigue en même temps que ça m’amuse. Alors je m’amuse à le titiller un tout petit peu avant que j’esquisse un léger sourire à sa réplique. « Je peux grandir maintenant en portant des talons et je vous dépasse presque. » Est-ce que j’insinue que Seth est petit ? Oui. Mais bon, je sais ce que ça fait d’être petit et comment on est moqué surtout. Entre petits on peut partager nos galères et se moquer mutuellement. « Ceci dit, je suis un peu plus grande qu’Andrés, alors je ne suis pas vraiment la petite amie. » fis-je en revenant quand même sur le sujet de base, voyant là une tentative de monsieur Wilde de changer de sujet. Mais bon, pas de panique, je le lâche un tout petit peu maintenant qu’il me présente Lucy. Il avait commenté quelque chose de technique, alors j’ai répliqué par quelque chose de technique avant d’observer un peu plus minutieusement, je plisse les yeux en écoutant monsieur Wilde. « Donc en fait, vous reconstituez chaque muscle du visage humain sur un androïde ? » fis-je en réalisant la complexité du travail, c’est plus qu’une simple mécanique. Pour un peu, avec cette peau en silicone, elle a l’air tellement vraie que j’aurai aimé toucher pour voir, mais pas sûre que Lucy apprécierait. Je me mettais un peu à sa place pour visualiser ses émotions. « C’est du génie. » commentai-je assez impressionnée sur le coup, parce que là, oui. J’imagine l’intensité du travail. « Et vous faites ça, mais tout ça, tout seul ? » Sans avoir obtenu une aide quelconque ? C’est vraiment impressionnant en fait. Je suis soufflée là.

Jusqu’à ce que Lucy tente une blague qui ne m’a pas du tout fait rire, au contraire, je mettais du temps avant de comprendre que ce n’était que du second degré. Je me suis rapprochée du robot et j’observe vraiment tout ça de près, il y a de la méticulosité, c’est impressionnant et flippant en même temps. Mine de rien, si elle est totalement terminée, elle pourra se mêler dans les humains et personne ne l’aurai remarquée en fait. Ça me rappelle un film, mais j’ai oublié le titre. Il était creepy, avec le réalisateur qui vient de faire un film sur netflix, Anilihation ? J’éclate de rire devant l’échange de monsieur Wilde et de Lucy, c’était très drôle. « Elle a de la bonne répartie pour commencer ! C’est juste excellent ! » Je vois la tête de monsieur Wilde qui n’a pas l’air d’apprécier ça, j’hausse les épaules. « Si vous voulez que Lucy ait du répondant, il faut savoir la laisser gagner, comme là maintenant. » C’est dommage effectivement qu’Andrés ne vienne pas la voir, ça aurait été super de voir la guerre entre eux, surtout qu’Andy pour moi, c’est le roi des réparties qui claquent et qui font mal, même que c’est le meilleur de la famille personne ne me contredira. Il y a bien d’autres choses dont il sait faire, mieux que certaines personnes, comme garder un secret par exemple ou encore se faufiler dans une maison de quelqu’un sans bruit. Ceci dit, je peux comprendre le point de vue de mon ami par rapport à Lucy, elle semble être réelle si on oublie le fait que je peux voir les rouages maintenant. Tellement réelle, belle qu’elle pourrait être une menace. Je n’ai pas une vision optimiste, même si je trouve cette création admirable. J’ai un peu peur des conséquences dans le sens où nous, l’humanité, nous sommes pas prêt pour Lucy. « Oui donc, ce qui est dommage, c’est que la majorité des films montrent une vision pessimiste du monde humain/androïde. » Et souvent je me dis que ce point de vue est juste. Je vois des robots qui trouvent que les humains sont faibles. Je vois des robots qui sont entrainés à tuer les meurtriers pour au final tuer tout le monde. Je vois des robots chasser les humains de la terre. Les robots ont toujours un rôle de méchant ou de débile ou encore, un peu trop intelligent à un point de rendre les humains inutiles. J’écoute monsieur Wilde ceci dit, il dit d’avoir pris des mesures de sécurité pour éviter toute situation catastrophique. Je plisse les yeux quand il parle d’Owen, j’ai vaguement entendu parler de lui d’Andrés. J’arque un sourcil quand j’apprends qu’il teste ses produits sur lui-même, mais qu’en prenant les grands risques comme ça, il permet une avancée impressionnante dans le monde médical. Je bug encore sur le fait qu’Owen teste ses produits sur lui-même ? Il n’est toujours pas mort après ça ? Sûrement grâce à monsieur Wilde qui le surveille et qui a dû lui sauver la vie à plusieurs reprises. Mais il y a une différence entre sauver une vie et éviter un androïde de sortir de la maison. Cela dit, parlant de sécurité, je peux effectivement voir que c’est plutôt pas mal sécurisé par ici. Déjà les entrées protégés, mais qui ne me dit pas que Lucy saurait les pirater ? Je regarde les jambes de Lucy, puis Lucy et ainsi de suite, je regarde ces deux parties à tour de rôle et fronce les sourcils, en train de me poser des questions alors que j’entends Lucy ne pas faire preuve de grande patience. Je souris un petit peu et regarde Lucy « Est-ce que tu connais la patience ? C’est apprendre à laisser le temps faire son travail pour toi. Des fois tu n’as rien à faire si ce n’est juste attendre un peu. Je suis sûre que monsieur Wilde est aussi impatient comme toi, mais il est aussi méticuleux et veut que tu sois parfaite. Et pour être parfaite, il faut du temps et pour ça, il faut être patient. » fis-je avec un petit sourire en m’adressant au robot, bien que dans le fond, je suis assez surprise de parler ainsi comme si je parlais plus ou moins à un enfant qui est en train d’apprendre. C’est assez amusant dans le fond alors qu’une autre question me traverse l’esprit d’un coup. « Est-ce qu’elle ressent de la douleur ? » Je regarde Lucy et les jambes à nouveau. « Je veux dire, quand vous allez lui fixer les jambes, est-ce qu’elle ressentira quelque chose ? Est-ce qu’elle saura marcher tout de suite ou il lui faut apprendre ? » Beaucoup de questions, mais ce n’est pas étonnant, je suis assez intéressée et je m’étais permise de toucher la jambe, au niveau de la cheville pour voir ce que ça fait.

electric bird.



You rock my world

Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 21/02/2018
›› Commérages : 103
›› Pseudo : Laure
›› Célébrité : Robert freakin' sexy Downey Jr.

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Sam 29 Sep - 18:03 )




Consider yourself at home

Brianna & Seth

Dis donc elle critiquait sa taille ? C’était bien l’amie d’Andrés ça… ! « À moins de porter des échasses de 16 cm, ce serait difficile de me dépasser, jeune fille ! » se défendit sévèrement Seth « Et 20 cm pour me regarder de haut, j’espère que mon fils sera là pour filmer ! » Le génie plissa un peu les yeux et observa attentivement la demoiselle lorsqu’elle déclara être plus grande qu’Andy. Elle avait affaire à un oeil de lynx et un expert en dimension, rappelons-le. «… Tes données ne sont pas à jour. Nus pieds, c’est lui qui te dépasse. Hm… entre deux et cinq centimètres de plus, je dirais » évalua t-il. Assez parlé des amoureux, il y avait une autre merveille dans la pièce.

« Donc en fait, vous reconstituez chaque muscle du visage humain sur un androïde ? » « Exactement. C’est comme un travail de tissage » répondit songeusement Seth. La difficulté était de taille, autrement dit ! Brianna le corrigea un peu : « C’est du génie » Touché, Seth eut un petit sourire content et haussa les sourcils, l’air un brin suffisant. « Ça, je le dis toujours, mais mon petit dernier ne semble pas vouloir le croire ! » fanfaronna t-il. « Et vous faites ça, mais tout ça, tout seul ?» « Avec l’aide d’autres machines, mais il n’y a pas d’autres mains humaines, si telle est ta question. Et pour être honnête cela fait plusieurs années que je m’occupe de Lucy » « Vous êtes mon père depuis huit ans monsieur Wilde » ajouta l’androïde de sa voix d’hôtesse. La remarque était adorable, mais la pique que Lucy balança ensuite y jeta de l’ombre. Elle s’octroya l’approbation de Brianna, qui forcément aimait le sarcasme pour être amie avec Andy. « Elle a de la bonne répartie pour commencer ! C’est juste excellent ! » Brianna jeta un coup d’œil au génie qui avait croisé les bras avec une moue boudeuse. « Si vous voulez que Lucy ait du répondant, il faut savoir la laisser gagner, comme là maintenant. » Il était forcé de reconnaître qu’elle avait raison. Toutefois, le premier signe de désaccord avec elle fut leur vision sur la machine. Elle pessimiste, lui optimiste. Même en ne la partageant pas, il respectait et appréciait son point de vue à sa juste valeur. Andrés avait à peu près le même de toute façon. « Oui donc, ce qui est dommage, c’est que la majorité des films montrent une vision pessimiste du monde humain/androïde. » « Très dommage. Je comprends qu’on puisse penser que l’humanité n’est pas prête. Cependant, c’est aussi ce que peut penser une jeune mère, or quand celle-ci ne met pas son enfant dans le congélateur, tout se passe merveilleusement bien pour la majorité des cas » il avait balancé son humour noir avec tellement de naturel que la collecte de données de Lucy pourrait en faire effectivement un robot un peu effrayant plus tard. D’ailleurs « Oh tiens regarde Brianna ! » Seth se tourna de nouveau vers son clone. « Lucy, quel est ton but dans la vie ? » « Servir la famille Wilde » Seth roula des yeux et s’éclaircit la gorge. « Non mais je veux dire… ton vrai but. Le vrai de vrai » répéta le génie en la regardant avec insistance. Lucy capta l’attente et l’espoir dans son regard et répondit : « Annihiler la race humaine et asseoir la domination des machines sur le monde » Seth éclata de rire en tapant dans ses mains, fier de sa fi-fille qui avait balancé son terrible projet avec le même naturel que lui l’aurait fait. Cet humour là, c’était la signature de Seth Wilde.

Lorsque Lucy se mit à manifester ce qui ressemblait à une plainte de se retrouver avec des jambes en ferraille, Brianna lui donna une leçon de patience sous l’oeil bienveillant de Seth. « Est-ce qu’elle ressent de la douleur ?... Je veux dire, quand vous allez lui fixer les jambes, est-ce qu’elle ressentira quelque chose ? Est-ce qu’elle saura marcher tout de suite ou il lui faut apprendre ? » « Surtout pas, elle ne ressent aucune douleur. La pauvre souffrirait le martyr durant ses examens et ses mises à jour. Bien sûr, elle a un talon d’Achille au cas où elle se met à déconner -comme mon grille pain il y a quelques jours- mais c’est tout ». Quelle enfant curieuse et intéressée ! C’était la première fois que Seth parlait autant de sa création. Lucas aussi avait été un peu curieux au départ, mais pas autant, ni autant pointilleux sur les questions. « Elle pourra tenir sur ses jambes car ses muscles seront prêts. Théoriquement, elle sait déjà marcher car elle a analysé comment nous faisons. Je pense qu’elle balbutiera les premiers pas le temps de savoir doser la force de ses jambes par rapport à son poids » « Vous me mettez au défi monsieur Wilde » répondit Lucy. Alors que l’inventeur s’était mis à faire les cent pas pour analyser son chef d’œuvre sous toutes les coutures, son regard s’illumina soudainement. « Par ailleur, elle a une commande manuelle ! Tu veux tester Brianna ? » Bon… elle ne pourrait bouger que le haut, mais c’était déjà bien. Seth se précipita vers le chariot en métal pour attraper ce qui ressemblait à une grosse manette de PlayStation, mais avec beaucoup plus de boutons. Il la tendit ensuite à la demoiselle avec un petit sourire en coin fier de lui.



Mais que faire de son regard ?
Regarder vers le ciel me rend nostalgique et fixer le sol m’attriste, regretter quelque chose et se souvenir qu’on ne l’a pas sont tous deux également accablants. Alors il faut bien regarder devant soi, à sa hauteur, quel que soit le niveau où le pied est provisoirement posé.
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/02/2018
›› Commérages : 274
›› Pseudo : Harmajabb-Mr Turtle
›› Célébrité : Millie Bobby Brown
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood) - Simone Esposito (Ryan Gosling) - Soren Layne (Martin Freeman) - Elliot James (Colin Firth) - Jaymi Payne (Michiel Huisman) - Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Mar 2 Oct - 12:47 )

Consider yourself at home
Seth & Brianna
« Je n’ai pas encore fini de grandir monsieur Wilde ! On ne parle pas trop vite ! » continuai-je à taquiner alors que c’est quand même risqué sur le coup. Je sais que papa m’a appris de ne pas taquiner les gens qu’on connait à peine et ce, dès la première rencontre. Franchement, je n’ai pas trop envie de respecter les codes de politesse et de faire comme tout le monde, ça m’agace tout ça. « De plus je suis capable de porter des talons de 8 centimètres. Donc ça me fera… 12 cm à devoir grandir. » fis-je avec un grand sourire bien confiante. En espérant qu’Andrés sera là pour filmer aussi, cette tête déconfite de monsieur Wilde, ça pourrait être très drôle justement. Parlant d’Andy, je le dépasse un peu avec mes chaussures, c’est ça qui est assez amusant, mais monsieur Wilde me contredit. Je fronce les sourcils et plisse les yeux. « Nus pieds il me dépasse certes, mais je le dépasse avec mes chaussures. » Ah mais oui, j’essaye carrément d’avoir le tout dernier mot possible. Et encore, Andrés, il va finir par grandir un jour et d’une façon assez impressionnante qu’on ne comprendra absolument rien à notre vie dans cette famille Wilde-Holloway.

Je découvre le génie de monsieur, il ne semble pas avoir de limites du tout et c’est vraiment impressionnant. S’il s’investissait sur autre chose comme sur le réchauffement climatique, il ferait des miracles incroyables. En vrai, je me rends pas toujours compte que je fais face à un des plus grands personnages de l’humanité, un homme influent même. Non, je ne m’en rends pas compte encore. Il a construit un androïde et franchement… je suis émerveillée mais aussi effrayée dans le fond, surtout avec mon côté pessimiste je sens que je ne vais pas en dormir la nuit. Je penche la tête sur le côté quand Lucy dit que monsieur Wilde est papa depuis huit ans. « Mh… Tu as huit ans donc Lucy ? Tu es une enfant en fait ! » Elle est une enfant avec un visage d’adulte et qui pense surtout comme un adulte, qui a une sacré répartie d’adulte et ça c’est encore impressionnant. Enfin, ça m’inquiète tout de même que je fais part de ma vision pessimiste à monsieur Wilde qui ne la partage pas du tout. En même temps, c’était obligé, sinon il n’aurait pas crée Lucy. Je plisse les yeux à sa réponse et ne dit rien pendant quelques secondes, le temps de réfléchir. « Je… » Je ne dis rien de plus que monsieur Wilde change tout de suite le sujet en voulant me montrer quelque chose. J’observe donc l’interaction et souris légèrement à la réponse de Lucy. Un peu peinée qu’elle pense à servir la famille Wilde, elle aurait pu avoir un autre but de la… Annihiler la race humaine et asseoir la domination des machines sur le monde. Je reste muette sur le coup, la bouche ouverte pendant que monsieur Wilde éclaire de rire. « Oh. Mon. Dieu. » réagissai-je. Mi-amusée et mi-inquiète sur le coup. « Elle est terriblement naturelle qu’on aurait pas pu comprendre que c’est votre humour particulier qui ressort de chez Lucy si on ne vous connaissait pas ! Si elle dit ça devant l’assemblée des Nations Unies, elle ne sera pas comprise et se fera massacrer niet. Même Andy trouverait un moyen de s’en débarrasser si elle lui dit ça devant lui humour ou pas. » fis-je avec un geste de la met pour montrer qu’elle se ferait décapiter. Andy n’aime tout simplement pas ce robot, alors oui, je ne serai pas surprise qu’il cherchait comment s’en débarrasser. J’espère que Lucy saurait contrôler cet humour là, il est terrible et n’est pas toujours au goût de tout le monde. « Mais ceci dit, elle assimile bien je trouve. » Pour une gosse de huit ans…!

Je suis devenue un peu trop curieuse sur ce robot que je n’arrête pas de poser des questions, ça ne s’arrête plus même. Je me demande si elle ressent de la douleur, mais je pense qu’il a sûrement désactivé cette option ? En même temps, quel intérêt à faire souffrir sa création ? À entendre parler, j’ai l’impression qu’elle est tellement parfaite que rien ne pourrait l’arrêter. « Donc vous avez juste un plan pour l’arrêter ? Et si elle est trop intelligente et qu’elle sait détourner ce plan et en faire son avantage ? Vous avez un plan B ? » J’espère que ce n’est pas l’exploser avec un bazooka. Ce serait tout de même un honneur de voir le robot marcher, faire ses premiers pas. Ce serait intéressant d’ailleurs et je vois déjà qu’ils se mettent directement au défi, c’est assez amusant. Je le regarde observer en 360° tandis que moi, je suis en train de l’observer en train d’observer. Tout en réfléchissant. « Oh ?! OUAIS ! » fis-je toute excitée d’un coup. Un peu trop enthousiasme, c’est vrai. Je suis contente de pouvoir tester des choses avec Lucy. Enfin, si elle ne râle pas ou quoi. Ça ne semble pas être le cas, ce qui est cool. Je me dirige vers monsieur Wilde et je prends cette manette qui ressemble trop à celle de la PSP4. Je regarde les boutons et je regarde monsieur Wilde. « Je peux toujours n’importe quels boutons ? » fis-je un peu hésitante au début. Bon allez hein. Je choisis un bouton au hasard total et Lucy réagit avec un sourire, et un salut de la main. Je teste un autre bouton, elle claque dans les mains pour applaudir. Alors, c’est en testant avec la manette, bien décidée à faire tous les boutons que je pose la question qui vient me traverser à l’esprit.  « Mais dites ? Lucy a une maman ? Parce que si vous êtes son père, il faudrait qu’elle ai une mère non ? L’équilibre entre père et mère est importante pourtant. » Parce que je vis avec des parents divorcés et je le vis très mal d’ailleurs. Je n’en montre pas totalement, mais je le vis mal. J’ai du mal à vivre seulement avec papa par moment et quand c’est le cas je vais chez ma mère, puis si j’ai du mal avec maman, je vais chez papa. Je me déplace tout le temps pour avoir cet équilibre. Alors si Lucy n’a que Seth en papa, qui est la maman ? Je suis moi-même assez surprise de penser de cette manière, mais ce n’est pas bête non plus.

electric bird.



You rock my world

Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 21/02/2018
›› Commérages : 103
›› Pseudo : Laure
›› Célébrité : Robert freakin' sexy Downey Jr.

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Dim 21 Oct - 13:26 )




Consider yourself at home

Brianna & Seth

Le génie eut un petit sourire arrogant quand la jeune fille sembla prête à relever le défi de gagner ses vingt centimètres avec le temps et les talons ! « Bon courage ! » Il la rectifia d’ailleurs sur sa taille par rapport à son fils, lequel devait faire un peu moins de cinq centimètres de plus qu’elle. « Nus pieds il me dépasse certes, mais je le dépasse avec mes chaussures. »« Eh bien, la hauteur de semelle de ses Air Max étant de deux centimètres, avec des talons de plus de six centimètres, tu le dépasses en effet. Profite tant que tu le peux encore » se moqua t-il gentiment, avec sa petite manie de chercher à avoir le dernier mot.

Dans la Seth cave, le génie s’employa à lui faire découvrir sa meilleure création avec fierté. Enfin quelqu’un qui peut l’apprécier et lui porter un intérêt digne de sa juste valeur ! « Mh… Tu as huit ans donc Lucy ? Tu es une enfant en fait ! » « Si elle était une humaine, Lucy serait effectivement une enfant, mais on ne peut pas vraiment lui appliquer cette échelle de mesure. Sa connaissance sur le monde est supérieure à la mienne. Sa manière d’apprentissage est différente aussi. Connais-tu le machine learning d’ailleurs ? C’est l’implémentation de toutes les méthodes qui permettent à une machine  d'évoluer par un processus systématique, et donc de remplir des tâches difficiles ou de résoudre des problèmes par des moyens algorithmiques plus classiques » En gros, il n'avait pas appris des choses à sa machine. Il avait appris à sa machine comment apprendre, et à être autonome. Comme ce n'était pas forcément clair pour quelqu'un n'étant pas Owen ou un expert, Seth se dirigea vers une des tables métallique et saisit une télécommande afin d’allumer le vidéo projecteur qui projeta une image sur le mur opposé. Il fit défiler des images de la nature et d’animaux pour arriver finalement sur un fond noir où le le museau et les yeux verts d’un chat tout aussi noir se distinguait clairement au centre de la photo. « Si je te demande de quoi il s’agit, pour toi, il est évident que c’est un chat. Or ce qui est évident pour nous ne l’est pas pour une machine. Lucy s’est trompée des centaine de fois avant d’arriver à cette conclusion. De la même façon que quand je lui ai demandé de saisir un verre de lait. Avant d’y arriver, Lucy a fait plusieurs mouvements aléatoires en utilisant ses fonctions motrices car elle ne savait encore rien de la coordination des mouvements. Ce que j'ai essentiellement fait, c'est la rectifier sans jamais réellement l'aiguiller, afin qu’elle puisse étiqueter correctement toutes les données qu’elle recevait par elle-même. Aujourd’hui, Lucy apprend toute seule grâce aux méthodes que je lui ai enseignées et à sa connexion au Network » Seth lui fit même faire une blague devant Brianna, qui ne réagit pas à la rigolade devant l’humour noir du robot. L’inventeur se fendait la poire pendant que la petite brune restait bouche bée devant la machine. Lucy ne précisa en rien qu’elle plaisantait, tout comme Seth ne le ferait pas lui-même. Seth secoua légèrement la tête devant les dires de Brianna. Il voulait bien croire que son fils tenterait de s’en débarrasser (une seconde, n’avait-il pas déjà tenté d’ailleurs ?!) mais pour le reste… « Ne t’en fais pas pour les Nations Unis, les dirigeants ont de l’humour et du bon sens ! Tu penses bien qu’un seul clone désarmé ne peut pas grand chose contre la race humaine. A une certaine époque, elle aurait effectivement pu utiliser son intelligence artificielle et le Network pour pirater les grands de ce monde, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui grâce à mes système de sécurités. Sans facteur chance donnée par la main de Dieu elle-même, réussir à pirater la NASA lui prendrait des millions d’années par exemple » Eh oui, c’est Seth Wilde qui fut en charge de la mise en place des protection des données de la NASA, de la Maison Blanche ainsi que de beaucoup d’organisations secrètes, tels que la CIA, le FBI et on en passe.

« Donc vous avez juste un plan pour l’arrêter ? Et si elle est trop intelligente et qu’elle sait détourner ce plan et en faire son avantage ? Vous avez un plan B ? » « Techniquement, se détourner des codes qui lui ont été implantées lui est impossible. Il ne faut pas confondre intelligence et libre-arbitre. De la même façon qu’un four micro-onde est programmé pour chauffer des aliments toute sa durée de vie, Lucy servira les Wilde toute la sienne. Même si je vais limiter son degré d’obéissance, car le vrai danger, c’est bien ce que ma famille aurait l’idée d’en faire. » ajouta t-il tout bas. Seth toussa dans son poing, faisant mine de n’avoir pas dit cette dernière phrase. Il n'avait rien dit. Avait-il dit quelque chose ? « Mais pour te répondre convenablement, bien que cela soit inutile, il existe effectivement un moyen de griller la puce qui lui sert de moelle épinière à distance. Ce qui la paralyserait complètement »  Ne parlons pas de malheur voulez-vous, Seth proposa plutôt à la brunette une excellente attraction afin de détourner le sujet : utiliser justement les fonctions motrices de Lucy. Enfin… le peu de fonctions motrices qu’elle avait, tout du moins. « Je peux toujours n’importe quels boutons ? » « Bien sûr » Seth l’observa découvrir les fonctions de Lucy avec un petit sourire appréciatif.  

« Mais dites ? Lucy a une maman ? Parce que si vous êtes son père, il faudrait qu’elle ai une mère non ? L’équilibre entre père et mère est importante pourtant. » « Je… eh bien… » marmonna Seth en frottant pensivement sa mâchoire barbue. Non, Lucy n’avait pas de mère… tout comme Pinocchio, ou tout comme le monstre de Frankenstein… « Tu sais, c’est la norme pour une machine, de n’avoir qu’un père et… heu… » le sujet semblait tenir à cœur à la demoiselle. « Lucy a une famille nombreuses après tout. Et puis, tu es la première à t’intéresser à elle de cette façon, tu n’as qu’à être sa mère » lança t-il avec indifférence. Il croisa alors les bras et tourna la tête sur le côté en fronçant les sourcils, établissant ensuite sa réflexion à voix haute comme il avait l’habitude de parler seul : « Viens-je vraiment de demander à une enfant de quinze ans d’être parent avec moi ? Il faudra que je demande à Erza où ça me situe vis-à-vis de la loi. Ce genre d'initiative est peut-être réprimé par la brigade des pedobears » lança t-il avec une forme de désinvolture et d’insolence sur les mœurs qu'il mentionnait. On parlait d’une machine après tout, ne nous emballons pas.



Mais que faire de son regard ?
Regarder vers le ciel me rend nostalgique et fixer le sol m’attriste, regretter quelque chose et se souvenir qu’on ne l’a pas sont tous deux également accablants. Alors il faut bien regarder devant soi, à sa hauteur, quel que soit le niveau où le pied est provisoirement posé.
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/02/2018
›› Commérages : 274
›› Pseudo : Harmajabb-Mr Turtle
›› Célébrité : Millie Bobby Brown
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood) - Simone Esposito (Ryan Gosling) - Soren Layne (Martin Freeman) - Elliot James (Colin Firth) - Jaymi Payne (Michiel Huisman) - Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( Mar 6 Nov - 16:46 )

Consider yourself at home
Seth & Brianna
Lucy est une enfant, ça je ne m'y attendais clairement pas. C'était carrément une surprise. Elle avait l’air d’être une adulte et est même le parfait exemple que l’habit ne fait carrément pas le moine. Je plisse les yeux quand monsieur Wilde se met à expliquer. Je secoue la tête quand il mentionne la machine learning, c’est même la première fois que j’en entends parler. Mais j’imagine plus ou moins le concept: « c’est la machine qui apprend des trucs ? » tentai-je avant qu’il n’explique en une phrase ce que c’était. Je cligne les yeux plusieurs fois et prends un air qui se veut que je le suis plus ou moins. C’est un délire qui n’est pas du tout le mien parce que je suis plus concentrée sur les langues qu’autre chose. Comme monsieur Wilde voit que j’ai du mal à saisir le concept, il continua dans ses explications avec un visuel pour appuyer ses dires. Je vois un chat dans la télé, je croise les bras et hoche la tête comme si c’était évident pour moi. Ben ouais. Apparemment ça ne l’était pas pour Lucy. « Ah. » laissai-je échapper, comme si je commençais à comprendre quelque chose sur ce coup-là. Et comme si quelque chose s’est débloqué dans mon cerveau, je commence vraiment à comprendre le truc là. Je lève légèrement la tête avant de la hocher petit à petit, comprenant vraiment un truc sur ce coup-là. Je me sens vraiment moins bête et les explications qui suivirent devenaient de plus en plus claires pour moi. Je désigne la télé d’un geste vague de la main. « Donc, en plus simple… Vous apprenez à Lucy comment apprendre les choses comme une grande ? Pour ne pas dépendre de vous ? » fis-je pas si sûre que ça. Mais si c’était ça, ça aurait été plus simple de me dire ainsi, mais je ne vais pas m’en plaindre, j’ai appris pas mal de nouveaux trucs et je pense que je pourrais partager certaines informations à Andrés, je le laisserai faire ce qu’il veut avec ça. Je n’ai pas réagi à la blague qui n’était pas si drôle pour moi, que Lucy veuille exterminer toute l’humanité étant cela comme vrai but, ça faisait froid dans le dos. Je peux comprendre qu’Andy n’aime pas trop ce robot. Je plisse les yeux quand monsieur Wilde continue d’expliquer, d’alléger la situation tandis que Lucy nous observait, mais surtout était en train de nous écouter. « Mh… Si vous le dites monsieur Wilde. Mais il faudrait quand même rester sur les gardes, on n’est jamais trop prudent et je sais de quoi je parle. » La sécurité ne fait pas tout pour moi. « Parce qu’un clone désarmé ne peut pas faire grand chose à la race humaine vous dites, mais il peut toujours faire quelque chose. » fis-je en penchant la tête sur le côté, les bras croisés. Je me pince légèrement la lèvre que je me mets déjà à réfléchir. J’imagine déjà des scénarios catastrophe et ce n'est pas de ma faute si je suis assez pessimiste. Surtout que je n’ai pas forcément une vision positive de la vie.

Du coup, je me demande si Lucy n’est pas une menace en soit. Si elle avait un bouton off si jamais un jour, elle finit par dérailler. Monsieur Wilde est bien trop confiant que ça pourrait le rendre aveugle. Même s’il semble être conscient des risques et bien paré contre ça, je suis toujours sûre même si c’est un génie aussi, qu’il y a forcément un truc auquel il n’a pas pensé et qu’il ne pensera pas avant un bon moment. Je me rapproche de monsieur Wilde quand il se met à marmonner, comme s’il venait de remarquer la petite faille sur le coup. Je n’ai pas pu l’entendre davantage qu’il commence à tousser. « Vous avez dit quoi ? » Il ne semble pas savoir avoir dit quelque chose. « Pas grave. » Je ne suis pas sûre si c’est grave ou pas. Enfin s’il remarque qu’il a oublié un truc et qu’il va devoir le corriger, c’est bien. « Mais si. Et c’est un grand si monsieur, parce que vu que je connais seulement un quart de l’arbre généalogique et vous semblez être tellement nombreux dans cette famille. Et si y a plus de Wilde ? Lucy va finir par servir les autres Wilde de nom ? Et si y a plus du tout de Wilde ? » Oui là, on voit clairement que je cherche la petite bête, mais je ne peux pas m’en empêcher, je me pose des questions et je m’y intéresse voilà. Et je suis consciente que la curiosité est un vilain défaut. Monsieur Wilde l’a vite remarqué et comme pour l’assouvir, il me propose de toucher plusieurs boutons pour voir ce que ferait Lucy. C’était impressionnant, y a tout types de gestes possibles et certains sont très marrant jusqu’à ce que je me pose la question sur le fait que Lucy avait un papa, mais je me demande si elle avait une maman ?

Cette question aura déstabilisé le génie, il ne l’avait pas vue venir et je me pince un peu les lèvres pour ne pas rire ou avoir l’air désolée en même temps. Mais sa réaction était drôle. « Ah oui ? Alors elle n’a pas besoin de mère ? » fis-je un peu trop hâtivement avant que monsieur Wilde répond qu’elle a une famille assez nombreuse. Je conçois, une famille nombreuse et folledingue à lier mais que j’aime généralement avant de bugger à l’annonce que je puisse être sa mère. Je le regarde avec les yeux ronds et que j’arrête d’appuyer sur les boutons. « Quoi ? » Je cligne les yeux et souris légèrement, assez amusée à l’idée que je sois la maman de Lucy. « Je… Monsieur Wilde, je vous entends et oui, c’est très bizarre ce que vous venez de me proposer. Mais ça ne le sera pas si vous dites que tous les gars de la famille Wilde sont les papa (surtout vous qui serez le papa en chef), les filles de la famille Wilde sont les mamans. Même si je ne fais pas vraiment parti de la famille… Je peux être aussi la maman. » Une pause et je souris. « J’aime bien le nom la brigade des pedobears. Ça sonne tellement tendance en plus. » Limite qu’il faudrait suggérer ce nouveau nom, mais je suis sûre que ce ne sera pas accepté, quelque part. C’est étrange comme sensation non ?

Après avoir appuyé sur les boutons de la grosse manette je regarde monsieur Wilde et fronce les sourcils. « Mais dites monsieur ? Ça fait combien de temps qu’on est en bas ? Je ne suis pas sûre qu’Andrés voudrait descendre et il doit bien me chercher en ce… » « Votre téléphone a sonné plusieurs fois mademoiselle. » fit Lucy qui jugea bon d’intervenir. « Ah ! » Je rendis la manette à monsieur Wilde avant de courir jusqu’à mon téléphone que j’avais laissé sur la table et regarde les messages. « Ah mais, Andrés me cherche. » Il ne va pas me croire si je lui dis que je suis en bas. « Il m’attend au parc de skate. » fis-je en relevant la tête vers monsieur Wilde un petit peu embêtée de devoir arrêter cet entretien là.
electric bird.



You rock my world

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Brianna ⍙ Consider yourself at home ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Brianna ⍙ Consider yourself at home

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération