sometimes, fate took a hand - lola & ella

 :: the city of cap harbor :: Middlenton commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/03/2018
›› Commérages : 30
›› Pseudo : lolita
›› Célébrité : bryden jenkins
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

sometimes, fate took a hand - lola & ella ✻ ( Ven 6 Avr - 18:54 )


sometimes, fate took a hand




En regardant par la fenêtre de la chambre qu'elle avait loué dans l'auberge de la ville, Ella ne pût s'empêcher de lâcher un soupir. Cette ville était bien trop différente de Los Angeles, l'endroit qu'elle avait toujours considéré comme son foyer, pour s'y habituer aussi vite. Elle n'était à Cap Harbor que depuis une semaine et tout la poussait déjà à repartir. Si elle n'avait pas été aussi têtue, elle aurait probablement déjà retrouvé son soleil californien, mais elle était venue dans cette ville dans un seul et unique but, qu'elle comptait bien atteindre. Sept ans plus tôt, son frère aîné, Dimitri, avait claqué la porte de la maison familiale en déclarant qu'il n'était plus un Milliénov. Depuis, ni Ella, ni ses frères n'avaient eu de ses nouvelles, mais c'était à coup sûr la petite blonde qui le vivait le plus mal. Elle qui avait toujours tenue aux liens si spéciaux qu'elles partageaient avec ses frères, elle était plus que consciente qu'une partie d'elle s'était en allée avec son aîné. Retrouver la trace de Dimitri, même avec l'aide d'un détective privé, n'avait pas été de tout repos, pourtant, elle se trouvait à présent dans la même ville que lui. La blonde l'avait même aperçu, entrain de rentrer chez lui, alors qu'elle se planquait dans la voiture qu'elle avait loué plus tôt dans la semaine. Elle avait attendu devant son immeuble deux bonnes heures avant de le voir enfin débarquer, mais quand elle l'avait enfin eu dans son champs de vision, elle s'était paralysé. La peur du rejet l'avait envahie, et elle avait déguerpi aussi vite que possible. Depuis, il était inutile de préciser que Ella doutait clairement d'elle-même. Elle avait été si effrayé de constater à quel point son frère avait changé qu'elle n'avait même pas osé lui adresser un mot. Plusieurs jours avaient passé, et elle ne comprenait toujours pas pourquoi de tels doutes s'étaient immiscés dans son esprit. Résultat, elle était à peine sortie de sa chambre et avait broyé du noir pendant des heures.

Cette journée était partie pour être la même que les précédentes, jusqu'à ce qu'elle ait son plus jeune frère au téléphone. Alexis, il avait le don de lui remonter le moral, dans presque n'importe quelle situation, et même s'il ne connaissait pas encore la vraie raison du départ si soudain de sa sœur, il lui rendit le sourire en moins d'une heure. Comme par magie, son humeur était devenue bien moins morose, et, malgré le temps pluvieux qui s'annonçait, Ella décida même de sortir de sa chambre, pour se rendre ailleurs que dans le bar qu'elle avait repéré quelques jours plus tard. J'ai besoin de faire du shopping, a-t-elle déclaré en se redressant soudainement de son lit. S'il y avait bien quelque chose qui remontait le moral de la blonde presque aussi bien que son frère, c'était faire les magasins. Il lui fallut moins d'une petite demi-heure pour quitter sa chambre et rejoindre sa voiture de location. Dieu merci, il y avait un centre commercial ici, à Cap Harbor, et s'ils ne valaient pas ceux de Californie, Ella se contenterait de ça.

La petite blonde a flâné dans les allées des boutiques du rez-de-chaussée pendant une bonne demi-heure, observant et détaillant tous les articles qui lui faisait de l’œil, sans rien acheter pour autant. Ses amies à Los Angeles lui manquaient. Malgré la popularité qu'elle avait hérité de ses frères au lycée, elle n'avait toujours compté que sur peu de personne. Elle n'avait peut-être pas beaucoup d'amis, mais elle les considéraient essentiels. Or, ici, elle ne connaissait personne hormis le frère à qui elle n'osait pas se confronter. Cette pensée la déprima, alors elle la chassa aussitôt à la vue d'une petite robe qu'elle acheta sans même y réfléchir. Ella et les achats compulsifs, une grande histoire. Son caprice passé, elle quitta la boutique, un nouveau sac à la main, et vérifia rapidement qu'elle n'avait pas manqué une boutique. Une enseigne à l'étage attira son attention, et elle se dirigea sans grande énergie vers l'un des coins dans lequel se trouvait l’ascenseur. Quand elle fût assez proche pour l'avoir dans son champs de vision, elle s'aperçut que les portes de métal étaient déjà en train de se refermer. Merde, jura-t-elle en se mettant à courir. Elle passa de justesse entre les portes, manquant de bousculer la personne se trouvant à l'intérieur. Elle adressa un petit sourire à l'inconnue pour s'excuser, et appuya sur le bouton de l'étage qui l'intéressait.
Il suffisait de jeter un œil à la cabine de métal pour voir qu'elle datait probablement de la préhistoire. Ella ne fût donc pas surprise en sentant un soubresaut secouer l’ascenseur, indiquant qu'il montait. En revanche, quand il s'arrêta soudainement au bout de quelques secondes, la blonde faillit perdre l'équilibre. Les néons jaunâtres qui éclairaient l'espaces clignotèrent quelques secondes avant de se stabiliser. L'ascenseur ne repartit par pour autant, ce qui fit soupirer la blonde. Il ne manquait plus que ça.


— code by lizzou —



Spoiler:
 



you know that the past is never dead
ella millienov ⊹ i want to be as i was once with you. just to feel hope instead of this deadness in my heart. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/03/2017
›› Commérages : 134
›› Pseudo : HARLEEN.
›› Célébrité : Emma cutie Watson
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum)
›› more about me

Re: sometimes, fate took a hand - lola & ella ✻ ( Jeu 10 Mai - 12:55 )

❝ SOMETIMES FATE TOOK A HAND
ELLA ET LOLA


Lola a l'impression de ne pas être dans sa vie, elle a l'impression d'être spectatrice, d'assister à son propre malheur d'un point de vue extérieur. Elle ne fait rien pour aller bien, elle n'a pas envie pour le moment, elle veut que la tristesse l'assomme, ça ferait sûrement moins mal. Être assommée par sa propre tristesse. Ca pourrait être pas mal. La, dans son canapé, elle n'a envie de rien, absolument rien. Elle aimerait que le frigidaire se remplisse tout seul, elle aimerait qu'Alice aille faire des courses, mais elle est en cours et Lola est triste. Terriblement triste. Elle caresse son chien qui est venu se blottir contre elle, comme il le fait si bien depuis qu'elle l'a quitté. Il ne la quitte pas d'une semelle. Il ne l'abandonne pas et il ne rechigne pas quand elle en a assez et qu'elle l'envoie bouler. Elle est bien heureuse d'avoir cette boule de poil avec elle pour occuper ces nuits blanches. Il n'est pas rare qu'elle aille le promener en pleine nuit, juste pour s'arrêter de penser. Juste pour arrêter de croire que sa vie n'est qu'un chaos sans nom. Et elle en a conscience que sa vie n'est qu'un chaos, et elle aimerait que cela s'arrête, mais ça ne sera pas demain la veille, avant il y a toutes les étapes à passer après une séparation. Alors ça passera, un jour, ça passera. Demain, après-demain, dans un mois, trois mois. Un jour son cœur guérira, un jour son cœur ira bien mieux. Un jour son cœur se remettra à battre normalement, comme ça, sans aucune pression, sans se presser. Et elle soupire la brune en se levant, râle un peu en donnant un coup de pied dans son plaid parce qu'il était sur son chemin et qu'elle a manqué de tomber. Elle enfile un jean, un tee-shirt extra large, une paire de converses, et le cœur se compresse un peu, elle se tient au plan de travail avant d'attraper son sac, la liste de courses qu'elle a griffonné sur une serviette parce qu'elle avait la flemme de se lever et elle part en direction du centre commercial. Peut-être qu'elle aura une crise de shopping et qu'elle achetera beaucoup plus de choses, mais au moins, elle n'oubliera pas l'essentiel. Elle a envie de s'acheter des chaussures, mais elle sait qu'elle repartira avec des baskets.

Il y avait trop de mnde dans le centre commercial et Lola en avait déjà assez mais elle se pressait pour ne pas avoir à subir les acres de la foule trop longtemps, attrapait un gobelet de café à emporter, elle flânait un peu dans les boutiques, acheter des confiseries pour Wizz, s'acheter un bouquet de pivoines et elle avait toujours le regard aussi vide. Elle ne prenait pas plaisir à faire les magasins et ça lui creusait un peu plus le creux du cœur. Elle allait devenir complètement folle. Elle finissait tout de même par choisir une robe qu'elle enfilait pour voir si elle lui allait et elle passait à la caisse avant de s'enfoncer dans l'ascenseur parce qu'il y avait trop de monde aux escalators et surtout ils étaient trop loin pour sa flemme. Elle attrapait son téléphone dans son sac, lisait un mail d'un de ses collègues qui était définitivement trop perdu sans elle, elle levait les yeux au ciel avant de tapoter sur son téléphone pour lui répondre, ne prenant pas la peine de saluer la demoiselle qui venait visiblement de se jeter dans la cabine de fer. Et en plus, il faut qu'elle soit enquiquinée par quelqu'un, même quand elle ne veut pas. Lola était bien trop concentrée sur son téléphone, qu'elle le lâchait quand la cabine de fer venait de leur offrir un soubresaut. « Putain. » jurait-elle, avant de le ramasser et de voir qu'il était intact. Elle roulait des yeux et regardait autour d'elle, appuyer sur le bouton d'aide. Et elle posait enfin son regard sur la demoiselle « Vous allez bien ? » Ce n'était pas la meilleure des choses, parce qu'elle allait sûrement lui retourner la question. « Quelqu'un va sûrement venir. Enfin j'espère je n'ai pas toute ma vie, j'aimerais bien rentrer chez moi, dans mon plaid avec mon chien. » Elle riait un peu avant de lever les yeux au ciel « Lola, sinon ! »

©️ MADE BY LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas

sometimes, fate took a hand - lola & ella

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Middlenton commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération