I only thought of you as support. |Iowan&Jewel

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/03/2017
›› Commérages : 78
›› Pseudo : LKD
›› Célébrité : Camila Fucking sexy Mendes
›› Schizophrénie : Ysaline (Lindsey Morgan) Binky (Gigi Hadid) Olina (Vanessa hudgens) Yara (Kat Graham) Posy (Zendaya Coleman) Willow (Maia Mitchell)

I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( Lun 23 Avr - 16:47 )



I only thought of you as support. Je n'avais encore jamais compris que la musique avait cette faculté de faire sauter des verrous chez ceux qui l'écoutaient, de les transporter dans des lieux auxquels le compositeur lui-même n'avait pas songé.
luckyred


Iowan & Jewel.
Les douleurs sont tout bonnement insupportable. Je tente désespérément d prendre le dessus. D’oublier la douleur me rongeant, mais je n’y parviens pas. Je sens encore le goût métallique du sang dans ma bouche et ce n’est en rien agréable. Je n’ai qu’une envie me faufiler loin du monde entier. Je veux surtout rien dire à mon frère, mais autant dire que ce n’est pas une chose qui sera facile à garder secrète. Mais, j’y tiens. Du moins le temps que tout ça se calme. Je boite et je sais exactement où je vais, pourtant je devrais surement accourir jusqu’à la police, mais non. Mon être entier, ma tête, mon cœur mon poussait jusqu’à chez Iowan. Je ne voyais pas faire autrement de toute façon, comment le faire ? Impossible. Je ne sais pas en qui avoir confiance de toute façon. Tout en marchant je sens les larmes ruisseler le long de mes joues, j’aimerais vraiment pouvoir ne plus rien ressentir que ce soit physiquement aussi bien que moralement, mais c’est impossible sinon ça se serait.

J’arrivais dans la rue de Iowan et j’ai besoin de reprendre mon souffle, alors je me bosse contre l’un des murs de sa rue en commençant à me demander si je faisais le bon choix, si je faisais bien d’aller le voir, je devrais juste aller dans un hôtel et me reposer. Je suis perdue et je n’ai pas la force de trop penser. Je reste là les yeux clos pour essayer de maîtriser mon mal de tête qui me donne presque envie de vomir, je ne sais pas trop la tête que j’ai, mais peu importe. Je sais juste que j’ai mal sur la plus part des endroits de mon corps. Quand je repense que je sortais juste de soirée et que cela faisait deux jours que j’avais été kidnappé par des mecs de la mafia que mon frère avait doublé sur un plan. J’en voulais presque à mon frère, mais il était détruit, toute cette histoire avec moi l’avait troublé, mon frère avait perdu gros durant son adolescence nos vies avaient éclaté avec la nouvelle de mon kidnapping quand j’étais petite et le fait de voir sa copine mourir sous ses yeux. Alors, je donnerais tout pour lui, il n’est pas du même sang que moi, mais ça me convient parfaitement.

Je finissais par me dire que c’était une mauvaise idée alors à cette pensée mes sanglots reprirent, alors je pris mon téléphone en essayant de me calmer. Je suis cruche, j’étais au pied de l’immeuble d’Iowan et j’aurais dû rentrer chez lui, mais je commençais à faire demi-tour. Mon téléphone en main dont l’écran avait été cassé durant ma bataille avec ses hommes, je commençais à composer un numéro pour prendre un taxi, sauf quand marchant je fonçais dans une autre personne, finissant par me retrouver les fesses au sol. La douleur ravageant tout mon être. « Putain … » Que je criais pour la personne ou pour moi. Pinçant mes lèvres je levais les yeux pour les déposer sur Iowan. Je finissais par craquer en pleurant toutes les larmes de mon corps. Je tentais de me relever et j’eus un peu de mal, une fois sur mes pieds, je finissais par faire demi-tour pour l’évier. Ce qui est con vu comment je marche à la vitesse d’un escargot.







true love  ...   never waits
Les filles c'est comme ça, même si elles sont plutôt moches, même si elles sont plutôt connes, chaque fois qu'elles font quelque chose de chouette on tombe à moitié amoureux d'elles et alors on sait plus où on en est. Les filles. Bordel. Elles peuvent vous rendre dingue. Comme rien. Vraiment. — LUCKYRED.


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/04/2018
›› Commérages : 70
›› Pseudo : gaby
›› Célébrité : Boyd Holbrook
›› Schizophrénie : Non

Re: I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( Mar 24 Avr - 12:00 )



I only thought of you as support. Je n'avais encore jamais compris que la musique avait cette faculté de faire sauter des verrous chez ceux qui l'écoutaient, de les transporter dans des lieux auxquels le compositeur lui-même n'avait pas songé.
luckyred


Iowan & Jewel.
Encore une journée qui se termine. Encore une journée à passer à mentir, à ne pas être moi-même. Pas totalement en tous cas. C’est épuisant en plus d’être dangereux. Je dois être toujours à 100% voir même 2000%, toujours à l’affût de la moindre information et sur le qui-vive en permanence. Je ne suis clairement pas fait pour ça et depuis un an, je me demande bien pourquoi c’est moi qu’on a choisit. Evidement, coincé Nathéo me ferait le plus grand bien, ce n’était pas franchement un ange mais si j’avais eu le choix, jamais je ne serais partit bossé sous couverture alors que ce n’était clairement pas ma spécialité. Bosser sous couverture ne s’improviser pas. Construire notre nouvelle identité demander du travail, il fallait l’apprendre par cœur et ne jamais au grand jamais s’en écarter. Tellement de chose pouvait déconnait en une fraction de seconde … Plusieurs fois déjà, cela avait faillis me péter à la gueule. Mon expérience du terrain m’avait aidé à rattraper le coup. J’avais beau n’avoir aucune envie d’être là, ma mission n’était pas terminé et j’avais des gens à protéger et un groupe d’homme dangereux à mettre or d’état de nuire.

Même si j’avais quitter les gars, ma journée n’était pas fini. Il me restait encore à faire mon débriefing hebdomadaire. Indispensable, il me permettait de donner signe de vie et de faire part à mes supérieur de l’avancée de mon enquête et je leur fournissais également les dernières informations que j’avais récolté. Je rejoignis donc mon agent référent dans un petit bar paumé et discret pour n’éveiller aucun soupçon. Glissant une capuche sur ma tête, faisant tout pour passer inaperçu, j’entrais dans le bar et rejoignais rapidement mon contact en m’essayant en face  de lui, regardant autour de moi. Je soupirais et enlevais ma capuche. « Salut … J’ai pas beaucoup de temps. » Lâchais-je, nerveux alors qu’une serveuse déposa deux vers de soda devant chacun de nous. Elle repartit et mon collègue hocha la tête. « Je sais. Je t’écoute. » Me dit-il alors, avant d’attraper son verre. Je fis de même et bu une gorgé avant de lui répondre. « Notre gars est un peu nerveux c’est dernier temps, sûrement qu’il doit bientôt recevoir de la marchandise … J’ai pas la date, ni l’heure, ni l’endroit pour le moment mais je devrais être mis au parfum demain à mon avis. » Lui dis-je avant de reprendre une gorgé de soda. « D’accord, appel moi quand tu en sauras plus. C’est notre chance de les devancés et éviter que la marchandise se retrouve dans les rues. » Je hoche la tête et glisse une main dans mes cheveux. « Ca sera fait. Comme toujours. » Ironisais-je malgré moi. L’autre rit, se foutant de ma gueule. « Allez Mac, prend ton mal en patience. Tu t’en sors bien. » Me dit-il, ce qui me faisait une belle jambe. Je pris mon verre et le bu en entier. « On a fini ? » Lui demandais-je après avoir regarder autour de moi. Il hocha la tête. « Ouais, on se contacte demain. » Me dit-il. « Ouais, en fin de journée. A plus. » Dis-je en me levant et en remettant ma capuche sur ma tête.

Je quittais alors le bar sans plus de mot et je marchais en direction de ma maison sur Belle Heaven Street. La soirée et même la nuit était bien avancées mais je m’en fichais. Ce temps là, je le gardais pour moi, pour respirer, pour ne plus jouer mon rôle bien qu’il devienne de plus en plus encré à moi. Tout était calme. En arrivant près de chez moi, je vis une silhouette féminine qui ne m’était pas inconnue, non loin. Je fronçais les sourcils, me demandant ce qu’elle faisait là. Je marchais donc vers elle, qui ne semblait pas m’avoir vu, pencher sur son téléphone. Elle me rentra dedans. Avant que je n’ai pu la retenir, elle tomba au sol, sur les fesses. « Putain … » Lâchais t-elle sans me regarder. Elle finit par lever les yeux vers moi. Elle se mit soudain à pleurer. Je fronçais les sourcils. Je remarquais alors dans quel état elle était. L’instinct de protection en moi se mit en ébullition. « Jewel … Qu’est ce qui se passe ?! » Lui demandais-je, inquiet. Je lui tendis la main qu’elle refusa pour se relever difficilement toute seule, toujours en pleurs. « Jewel … Parle moi bordel ! » M’emportais-je alors qu’il était clair qu’elle n’allait pas bien et qu’elle n’était pas par hasard venu dans mon quartier, près de ma maison.  Elle me tourna le dos et partit dans la direction opposé. Je fronçais les sourcils et en quelques pas, j’étais devant elle, lui barrant le passage. « Qu’est ce que tu fou à la fin ?! Qu’est ce qu’il s’est passé ? Qui t’a fait ça ? » Lui demandais-je, la rage coulant dans mes veines. Contre ceux qui lui avait fait ça, mais contre moi aussi qui n’avait pas su la protéger comme je me l’étais si souvent promis.


Jewel = [color=#db23db]
Iowan = [color=#23dbaa]


    when I say I love you, just shut up
    It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/03/2017
›› Commérages : 78
›› Pseudo : LKD
›› Célébrité : Camila Fucking sexy Mendes
›› Schizophrénie : Ysaline (Lindsey Morgan) Binky (Gigi Hadid) Olina (Vanessa hudgens) Yara (Kat Graham) Posy (Zendaya Coleman) Willow (Maia Mitchell)

Re: I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( Mer 30 Mai - 18:51 )



I only thought of you as support. Je n'avais encore jamais compris que la musique avait cette faculté de faire sauter des verrous chez ceux qui l'écoutaient, de les transporter dans des lieux auxquels le compositeur lui-même n'avait pas songé.
luckyred


Iowan & Jewel.
Que fais-je là ? Je n’aurais pas dû venir là. Les questions, les indignations sont nombreuses, je tente tant bien que mal de ne pas me dire que maintenant que j’y suis-je devrais rester. Je dois aller panser mes blessures moi-même et surtout ne pas venir mêler Iowan à tout cela. Quelle idée ai-je eu sérieusement. Je me déçois moi-même. Je suis conne, mais je fais demi-tour, je ne sais pas, je me sens pas du tout de le voir et pourtant ça serait réconfortant à souhait. Mais il faut que je rentre. Le téléphone en main, les sanglots et l’écran pété n’aide pas à voir bien concrètement ce que je peux faire de mon fichu téléphone dont la batterie va bien finir par me lâcher. Alors, appeler un taxi est vital, je ne peux pas faire toute la route jusqu’à chez moi et je ne suis même pas sûre d’avoir envie d’être chez moi. Ils ont pris mon portefeuille, savent donc où je vis … heureusement qu’ils ne savent pas où vivent les autres Bussby et je ne parle même pas de mes parents adoptifs. Sérieux, je ne sais plus quoi penser, mes méninges ne cessent de bosser et de me faire un mal de chien à moins que ce soit les coups que j’ai mangé. Peu importe l’impact est le même, je ne me sens tellement pas bien que je ne sais pas trop comment faire.

Je pensais pouvoir partir, sans même le croiser. Mais me voilà face à face avec Iowan, les larmes qui coulent le long de mes joues, je ne sais pas comment agir et que faire. J’ai peur du regard de l’homme sur moi, peur de sa réaction et je ne sais même pas pourquoi dans le fond. Je ne peux pas le mêler à ça, le mettre en danger lui ou encore Binky que j’ai croisé quand il a appris qu’elle faisait un métier peu ragoutant à ses yeux. Ce qui est normal. J’avais atterri sur les fesses, mais ma chute n’avait pas l’air d’avoir laissé plus de blessure que les coups qu’on m’avait porté. Je ne répondais pas aux interrogations d’Iowan, finissant juste par essayer de partir. Et ici c’est bel et bien le mot dans cette histoire. Je ne marche pas vite, ma jambe gauche me fait mal et autant dire que ce n’est pas agréable de marcher ainsi, tout au contraire, on a qu’une envie c’est de se poser, mais je ne peux pas , pas ici. J’espère qu’il ne me suivra pas, mais c’est comme demander à un chat de ne pas essayer de bouffer une souris, enfin c’est ainsi que ça doit se passer, malheureusement.

Il est devant moi et mon regard happé par le sien se dépose dans le sien. Tentant de mon mieux de contrôler mes larmes, je cesse de vouloir passer rapidement, c’est comme demander à une tortue de battre un lapin, pas facile ? Enfin je crois. Puis merde. « Personne ! Je ne fais rien et ça ne te regarde pas ! » Je ne suis pas très convaincante dans mes mots, mais je tente de mon mieux de le faire, mais franchement s’il y croit, c’est étonnant. « Je n’ai pas besoin de toi … je me suis … » Ouai, j’allais dire je me suis trompée de direction, mais je ferais une pâle menteuse pour le coup. « Laisse tomber, ok. » Je le supplie le regard plongé dans ses pupilles, alors que je pince mes lèvres en essayant de respirer, pas simple avec une telle douleur dans la poitrine. Ma tête tourne, je ferme les yeux accusant finalement un peu plus le coup, mais je me dois de rester forte. « Laisse-moi passer et ne dit rien à Nathéo ! » Que je le supplie une nouvelle fois en espérant qu’il veuille bien faire ça pour moi … pas comme-ci il me devait quoi que ce soit.








true love  ...   never waits
Les filles c'est comme ça, même si elles sont plutôt moches, même si elles sont plutôt connes, chaque fois qu'elles font quelque chose de chouette on tombe à moitié amoureux d'elles et alors on sait plus où on en est. Les filles. Bordel. Elles peuvent vous rendre dingue. Comme rien. Vraiment. — LUCKYRED.


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/04/2018
›› Commérages : 70
›› Pseudo : gaby
›› Célébrité : Boyd Holbrook
›› Schizophrénie : Non

Re: I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( Jeu 31 Mai - 14:16 )



I only thought of you as support. Je n'avais encore jamais compris que la musique avait cette faculté de faire sauter des verrous chez ceux qui l'écoutaient, de les transporter dans des lieux auxquels le compositeur lui-même n'avait pas songé.
luckyred


Iowan & Jewel.
Je regarde Jewel, sentant toutes les fibres de mon corps me dire que quelque chose n'allait pas. C'était de toute façon plus qu'évidant. Il n'y avait qu'a la regarder pour comprendre qu'elle était bouleversée par quelque chose, même si, dans toute sa fierté mal placé, elle refusait de l'admettre. Je n'en démordrais pas, elle était venue chez moi pour une bonne raison, qu'elle se l'avoue ou non. Elle nie tout en bloque bien sur avant de prendre la fuite quand j'essaye d'en savoir plus. Elle est dans un sale état, bouleversée et mon imagination ne m'aide en rien à me calmer. Malgré moi, je sens venir ce sentiment que je connais de plus en plus quand il s'agit d'elle. Cet instinct de protection qui ne devrait en aucun cas être aussi puissant, par lorsque j'étais sous couverture, pas quand je devais être concentré à chaque seconde qui passaient pour ma sécurité et aussi celle des autres. Pourtant c'est  bien là, pulsant dans mes veines. Je meurs d'envie de trouver les responsables et de les faire payer ce qu'ils lui ont fait. Peu m'importe qui ils sont, peu importe combien ils sont ou encore leurs raisons. Nier ne changerait pas ce que je ressens. Je suis Jewel et ne met pas longtemps à la rejoindre au vu de son état. « Personne ! Je ne fais rien et ça ne te regarde pas ! » Me dit-elle dans une pitoyable tentative de noyer le poisson. " Ah bon ? Cela ne me regarde pas ? Pourtant c'est bien devant chez moi que je te retrouve , non ? Je crois donc que ça me regarde un peu quand même ! " Lâchais-je. Je ne suis pourtant pas dupe et je ne crois rien de ce qu'elle me dit. J'ai des yeux, je vois bien son état. Je ne suis pas un idiot, elle le sait, mais elle persiste. « Je n’ai pas besoin de toi … je me suis … » Ajoute t-elle, ce qui ne fait que l'enfoncer encore plus. Je la regarde, sentant la colère toujours en moi. « Laisse tomber, ok. » Me supplies t-elle en plongeant son regard dans le miens. Je soutiens ce regard quelques secondes et cela ne fait que confirmer ce que je sais déjà. Elle ne va vraiment pas bien, alors j'explose, tout simplement. " Que je laisse tomber ? Alors que je vois bien dans l'état dans lequel tu es ? Je pense que tu me connais mieux que ça Jewel ! " M'emportais-je, haussant un peu la voix en l'empêchant de partir. Elle semble souffrir atrocement et voir ça m'est difficile. « Laisse-moi passer et ne dit rien à Nathéo ! » Me supplie t-elle une nouvelle fois. Quand j'entend le prénom de son frère, mon sang se glace. D'une manière ou d'une autre, je sais qu'il est responsable que ce qui est arrivée à Jewel ce soir, quoi que ce soit. Et il payera pour tout ça, un jour ou l'autre. " Non. " Clamais-je en la regardant, me fichant qu'elle m'en foute une bien que je ne la crois pas en état de répliquer ce soir.

Je l'observe un moment, lui barrant toujours le passage. Je viens alors glisser une main sur mon visage puis dans mes cheveux. " Jewel ... Je ne dirais rien à ton frère si c'est ce que tu veux mais parles moi ! Ca restera entre nous mais il est hors de question que je te laisse repartir dans cet état tant que tu ne m'a pas expliquée ce qu'il s'est passer. " Lui dis-je en la regardant dans les yeux. Un silence se figea entre nous pendant quelques secondes. " Ne me prend pas pour un idiot en essayant de me mentir encore une fois. Je te connais. Au moins un petit peu. " Soufflais-je en la regardant toujours. Je soupire. " De toute façon, si je te laisse partir, ou est ce que tu vas aller ? " Lui demandais-je en ne m'écartant toujours pas de son chemin. " Tu tiens à peine debout ! " Lâchais-je. Je m'approchais d'elle d'un pas de plus. " Tu sais quoi ? Si tu veux rien me dire, soit, je peux pas t'obliger, mais t'a clairement besoin d'aide. " Continuais-je en la regardant toujours. " Viens chez moi. Tu pourras prendre une douche, on s'occupera de toutes ses marques que tu as et j'ai une chambre d'ami ou tu pourras te reposer. Le reste peut attendre demain ... " Lui dis-je, plus calmement, sentant la colère s'évacuer pour laisser place à l'inquiétude.


Jewel = [color=#db23db]
Iowan = [color=#23dbaa]


    when I say I love you, just shut up
    It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/03/2017
›› Commérages : 78
›› Pseudo : LKD
›› Célébrité : Camila Fucking sexy Mendes
›› Schizophrénie : Ysaline (Lindsey Morgan) Binky (Gigi Hadid) Olina (Vanessa hudgens) Yara (Kat Graham) Posy (Zendaya Coleman) Willow (Maia Mitchell)

Re: I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( Jeu 14 Juin - 12:03 )



I only thought of you as support. Je n'avais encore jamais compris que la musique avait cette faculté de faire sauter des verrous chez ceux qui l'écoutaient, de les transporter dans des lieux auxquels le compositeur lui-même n'avait pas songé.
luckyred


Iowan & Jewel.
Une erreur d’être venue vers lui. Iowan est sans doute la personne avec qui je suis le plus souvent de mon temps, pourtant à son arrivée dans la bande de mon frère, si je peux appeler ça ainsi, je ne pouvais que m’énerver avec lui. La faute à mon frère ayant demandé à ce mec d’être mon ombre pour me protéger, alors que merci, je sais me défendre. Enfin au vu de mon état autant dire que ce n’est vraiment pas top, tout au contraire. Je n’ai plus qu’une envie maintenant partir, je me dis qu’il va avoir des ennuis par ma faute ou autre et cela n’est pas une chose fondamentalement possible, tout au contraire. Pinçant mes lèvres, je tente d’être forte, malgré cette peur qui fait rage en moi et cette douleur si dévorante qui coule dans mes veines et dans chaque parcelle de mon être. « Je ne suis pas venue ici, j’étais dans les environs ! » Première chose à faire quand je ne peinerais plus à marcher ou alors à ne pas suffoquer à chaque mot : apprendre à bien mentir. Généralement, je suis douée, mais je crois que là tout mon être est épuisée, mon esprit est noyé par tous les souvenirs de ce calvaire qui est à présent le mien. L’horreur en somme. Je ne sais vraiment pas quoi faire de toutes ces pensées que j’ai en tête, je ne sais pas ce que je suis à présent, mais je n’aime pas les sentiments et la peine que je peux ressentir. Mes prunelles plongées dans les siennes, j’essaye de faire en sorte de pouvoir aller me réfugier ailleurs, mais je le sais, il n’en démordra pas et il faut avouer que je n’ai pas la patience de me battre contre lui, alors que j’aimerais sans doute juste sentir ses bras autour de moi. « Je t’en prie … » Et je sens les larmes monter, je me sens mal, je me sens comme une poupée de chiffon qui pourrait s’envoler à la moindre bourrasque de vent. J’ai horreur de me sentir de la sorte, vraiment, je n’aime pas ça, mais que puis-je y faire en vrai ? Rien. Je suis là, comme une simple feuille morte et à la merci de n’importe qui, l’horreur en somme. Je veux m’ne aller et en oubliant pas que Nathéo ne doit pas être au courant, sinon il ferait n’importe quoi et je ne pourrais pas supporter de le perdre. Mais ce non sortant d’entre les lèvres d’Iowan fait glisser des larmes le long de mes joues. Je suis en souffrance et je n’ai plus envie de me battre. Je me résigne bien avant qu’il ne vienne à me toucher, je suis déjà à lui à ce moment donné, sans qu’il le sache.

Sa douceur et cette haine que je peux lire dans son regard me bouleverse, je peine à déglutinais, la douleur ou alors la peine, peut-être même les deux sont en cause. Peu importe, je l’écoute, dans un silence religieux, moi qui aime râler et avoir le dernier mot, je crois que je suis résignée à un point que je n’aurais jamais pensé possible. Enfin, je ne peux rien faire contre tout cela. Glissant ma main sur mon ventre, je peine à ne pas déverser encore quelques larmes, elles glissent, comme-ci c’était naturel d’être sur mon visage, je ne pleurs que rarement. « D’accord ! » C’est le seul mot qui parvient à franchir mes lèvres, je n’ai pas envie d’épiloguer, je dis oui à tout et en lâchant se simple mot, mon être tout entier va s’enfuir dans les bras de Iowan, tout en commençant à sangloter. Je ne sais pas comment lui dire merci. Le remercier de ne pas avoir lâché, de ne pas m’avoir lâché, car je n’aurais pas pu continuer seule dans ces rues pour le moment.

Je me calme petit à petit et pendant que j’étais dans ses bras, il m’avait ramené jusqu’à chez lui, tout en m’aidant à monter les marches. J’étais debout dans le salon, alors que je n’osais pas bouger, j’étais silencieuse et mes larmes se sécher au fur et à mesure. Je devais m’expliquer et il attendait que ça, posé devant moi à cet instant. « Ils veulent qu’il se retire des affaires sinon a prochaine fois ils me feront pire ! » Le gang rival à celui de mon frère, des trafiquants sans doute plus déloyale que mon frère. Il n’aurait jamais osé s’en prendre aux familles, pas son style. Mais je sais qu’il le ferait pour donner une leçon, je le connais que très bien. « Merci … » Je ne veux pas entrer dans les détails et je le remercie surtout d’être un soutient. Mon regard dans le sien, je lui offre un rictus très difficile à faire avec cette douleur.








true love  ...   never waits
Les filles c'est comme ça, même si elles sont plutôt moches, même si elles sont plutôt connes, chaque fois qu'elles font quelque chose de chouette on tombe à moitié amoureux d'elles et alors on sait plus où on en est. Les filles. Bordel. Elles peuvent vous rendre dingue. Comme rien. Vraiment. — LUCKYRED.


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/04/2018
›› Commérages : 70
›› Pseudo : gaby
›› Célébrité : Boyd Holbrook
›› Schizophrénie : Non

Re: I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( Dim 24 Juin - 21:25 )



I only thought of you as support. Je n'avais encore jamais compris que la musique avait cette faculté de faire sauter des verrous chez ceux qui l'écoutaient, de les transporter dans des lieux auxquels le compositeur lui-même n'avait pas songé.
luckyred


Iowan & Jewel.
Elle est là, près de moi, tremblante et morte de peur. Elle se refuse à me parler, veut même partir en me faisant croire qu'elle n'est là, devant chez moi, que par hasard. Et moi je bouillonne à l'intérieur de la voir dans cette état en sachant que cela ne devrait pas m'atteindre comme ça m'atteint. Que tout ça risque de me péter à la gueule si je ne refoule pas mes sentiments. Cela ne serait bon pour aucun de nous. Je ne vois pas comment ça pourrait l'être mais ce que je ressens est bel et bien là, que je le veuille ou non. Elle me suppliât de laisser tomber mais c'est au dessus de mes forces. Tout simplement.  « Je t’en prie … » Je la regarde et je vois ses yeux brillants qui me déchire le coeur. Je secoue la tête. " Qu'est ce que tu attends de moi bordel ?! Je ... Je ne peux pas ignorer dans quel état tu es et te laissais repartir ... Je ne peux simplement pas ! " Lâchais-je, me dévoilant bien plus que je n'aurais jamais du le faire. Mais je m'en fichais pas mal. Elle allait mal et il fallait que je fasse quelque chose. Je viens prendre sa main après m'être rapprocher d'elle une fois que j'y voyais moins rouge. Je lui propose, la suppliant presque, de venir chez moi, pour que je puisse veiller sur elle et qu'elle se repose. Elle semble épuisée et plus encore. Elle n'irait de toute façon pas bien loin dans son état. Mon speech peut rentrer dans les annales. Je me donne a fond même si, de tout façon, aucun refus ne sera accepter, dois-je la porter jusqu'à chez moi. Et j'en suis capable. A vrai dire, je me fiche bien de savoir ce qu'il s'est passé, je veux juste prendre soin d'elle. Quelqu'un doit bien le faire et si son frère l'aime, il finira pas causé sa perte à elle aussi. C'est inévitable. « D’accord ! » Dit-elle avant de se ruer dans mes bras, son frêle corps secoué par ses sanglots. Surpris, je met quelques secondes à réagir et à refermer mes bras autour d'elle, alors qu'elle lâche prise et s'effondre contre moi. " Ca va aller .... Je suis là. " Dis-je avant de glisser une main dans ses cheveux. " Je serais toujours là ... " Murmurais-je par la suite.

Pendant de longue minutes, on resta là, sans bouger. Jewel se calma petit à petit dans mes bras. Quand je fus assuré qu'elle allait mieux, je passais un bras autour de sa taille pour la guidée jusqu'à chez moi. On se retrouva dans le salon, l'un en face de l'autre. « Ils veulent qu’il se retire des affaires sinon a prochaine fois ils me feront pire ! » M'expliqua t-elle enfin en réponse aux questions silencieuses qui ne m'avait pas quitter depuis que je l'avais vu. Ses paroles mirent tous mes sens en alerte maximal. C'était pas bon, pas bon du tout. En parler à son frère déclencherait quelque chose que je n'étais pas certain de pouvoir contenir et ne rien faire en connaissant la menace qui pesait sur elle était hors de question. " Ca pue Jewel. Ca pue vraiment. Pour ton frère et surtout pour toi. Tu seras toujours un moyen de pression contre lui ... et ses rivaux sont pas du genre à laisser tomber. " Dis-je en passant une main lasse sur mon visage, cherchant un moyen pour qu'elle ne soit plus en danger. Elle n'abandonnerait jamais son frère même pour être en sécurité. c'était tout à son honneur mais cela ne me facilité pas la tache. La savoir en danger parasitait totalement mon cerveau. « Merci … » Me dit-elle ensuite avant de sourire douloureusement. Sourire qui avait plutôt l'air d'un rictus. " La salle de bain est sur la gauche. Je te laisserais des vêtements devant la porte. Cela te fera du bien. " Lui dis-je, prenant à coeur de prendre soin d'elle. Je la regardais. " Est ce que tu a faim ? Je suis pas un grand chef mais je peux te faire un sandwich si tu veux. " Lui proposais-je en la regardant. " On pourra se mettre sur le canapé devant la télé après, si tu sens capable, sinon, j'te montrerais ou est la chambre d'ami. " Lui dis-je, doutant qu'elle tienne encore longtemps le coup.


Jewel = [color=#db23db]
Iowan = [color=#23dbaa]


    when I say I love you, just shut up
    It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/03/2017
›› Commérages : 78
›› Pseudo : LKD
›› Célébrité : Camila Fucking sexy Mendes
›› Schizophrénie : Ysaline (Lindsey Morgan) Binky (Gigi Hadid) Olina (Vanessa hudgens) Yara (Kat Graham) Posy (Zendaya Coleman) Willow (Maia Mitchell)

Re: I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( Mar 11 Sep - 14:20 )



I only thought of you as support. Je n'avais encore jamais compris que la musique avait cette faculté de faire sauter des verrous chez ceux qui l'écoutaient, de les transporter dans des lieux auxquels le compositeur lui-même n'avait pas songé.
luckyred


Iowan & Jewel.
Je n’aime pas être dans cet état, l’impression d’être qu’une petite chose, mais je n’ai pas le choix. Pourquoi lui. Pourquoi c’est vers Iowan que j’ai finalement décidé d’aller. J’aurais dû autant l’éviter que Nox. Mais je suis là face à lui, à supplier de me laisser à nouveau partir, mais en ai-je vraiment envie ? Je ne sais pas. Je suis surtout très bornée, même dans cette souffrance qui ne fait de moi qu’une bouchée. « N’importe qui le ferais … alors tu pourrais le faire … » Oui, j’en connais des gars qui auraient déjà lâché depuis bien longtemps. Mais pas lui, il est encore là me demander de lâcher. De cesser d’être bornée, même s’il n’utilise pas ces mots. C’est un renvoi de balle qui va finir par filer des migraines à ceux qui suivent la démarche. Lâche, non toi. C’est ainsi, encore et encore. Puis, finalement, j’ai abandonné. Lâchée le fait d rentrer, je ne sais où. Abandonner mon cœur à mes pieds pour le laisser à Iowan, lui laissant faire de ce dernier ce qu’il veut et autant dire que cette idée ne me plaît que peu, voire pas du tout. Car ça prouve, que je suis attachée à cet homme, un homme qui a été mis sur mon chemin par mon frère, pour me suivre, pour tenter de me protéger de toutes ces merdes. Mais la preuve ce soir, cela ne fonctionne que très peu, voire pas du tout. Je tente vraiment de foutre une distance entre mes souvenirs de ces dernières heures et moi-même, je me protège comme je peux, mais je suis déjà abattue, plus que je ne pourrais l’imaginer. Mais c’est plus fort que tout, je pleurs, je laisse tout glisser sur mon visage, alors que mon petit corps vient de se nicher dans les bras de Iowan. Un visage triste et défait de la réalité par ce que je tente d’oublier, mais personne ne peut oublier aussi rapidement. Les mots qu’il me dit ne sont pas oublié, ne sont pas rejeté, mais ils restent sans réponse et pourtant mon cœur à tendance à battre plus fort sous ces derniers. Il est rassurant et je me sens bien là, plus protégé du monde que jamais. Je n’ai juste rien d’autre à ajouter.

Dans le salon du jeune homme, je commence à expliquer, à dévoiler un peu plus de chose sur e qui s’est passé. Pas de détail sordide, car ça ne sert à rien, vraiment. Mes opales se collent aux siennes, voyant sa réaction, j’ai comme l’impression de capter toutes ces pensées sur le coup, de pouvoir les joindre aux miennes. Je reste pourtant stoïque. Pinçant mes lèvres et l’observant puis ses mots finirent par arriver. « Lui non plus n’est pas du style à lâcher … mais je peux rien faire contre ça … vraiment. » Non je ne peux rien faire sans créer des problèmes à mon frère et c’est impossible. Il a toujours été comme le point le plus solide de ma vie. Je sais qu’il n’est pas ce mec froid qu’il démontre à ces hommes et tout, qu’il est bien plus sensible, plus affectueux que n’importe qui mon frère, mais il a été détruit par la perte de la seule meuf qu’il aimait. Comme il le dit il ne reste que moi, maintenant. Et que celui qui osera me toucher sera mort, cela vaut pour ces monstres tout comme pour Iowan avec qui c’est allée plus loin qu’un simple baiser, je n’aurais jamais dû, mais j’étais attirée comme un aimant à lui. Ce fût unique et je ne sais pas, encore c soir je suis à ses côtés plutôt qu’ailleurs. La douleur est présente, mais je l’endors par les gestes tendres du jeune homme. Je le regarde pinçant mes lèvres et glissant encore mes yeux dans les siens. Je le laisse parler, m’expliquer les choses. Mais je n’ai pas le courage ou l’envie de faire ça seule. Je glisse ma main dans la sienne, mes yeux dans les siens. « Tu ne veux pas venir avec moi ? » Sous la douche. Rien de sexuel, mais je crois que j’ai besoin de sa présence encore, que sans lui je ne suis pas sûre de me relever de tout ça. Besoin de lui qui est en fait encore un inconnu, malgré ces mois à échanger ensemble encore et encore. Je ne réponds à rien d’autre car l’voir avec moi vaux pour le tout.








true love  ...   never waits
Les filles c'est comme ça, même si elles sont plutôt moches, même si elles sont plutôt connes, chaque fois qu'elles font quelque chose de chouette on tombe à moitié amoureux d'elles et alors on sait plus où on en est. Les filles. Bordel. Elles peuvent vous rendre dingue. Comme rien. Vraiment. — LUCKYRED.


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/04/2018
›› Commérages : 70
›› Pseudo : gaby
›› Célébrité : Boyd Holbrook
›› Schizophrénie : Non

Re: I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( Jeu 27 Sep - 10:41 )



I only thought of you as support. Je n'avais encore jamais compris que la musique avait cette faculté de faire sauter des verrous chez ceux qui l'écoutaient, de les transporter dans des lieux auxquels le compositeur lui-même n'avait pas songé.
luckyred


Iowan & Jewel.
Quand Jewel est là, devant moi, tremblante et semblant être morte de peur, je ne peux pas penser clairement. C'est purement impossible. Tout ce que je vois c'est l'état de détresse dans lequel elle est. Ca me rend fou. Littéralement. Et quand elle me demande de laisser tomber, je m'emporte violement alors qu'elle n'a surement pas besoin de ça. Je suis là pour elle. Elle n'a aucun droit de me demander de la laisser dans un moment pareil. « N’importe qui le ferais … alors tu pourrais le faire … » Je secoue la tête, essayant de me maitriser face à son obstination alors que je pourrais seulement la porter façon sac à pomme de terre jusqu'à chez moi pour prendre soin d'elle. " Je ne suis pas n'importe qui. " Lui dis-je en plongeant dans son regard. " Et puis tu vas arrêter ça et pour une fois, laisser quelqu'un prendre soin de toi quand tu en as besoin. " Lâchais-je, fermement avant de lui offrir un léger sourire en coin pour diminuer la dureté de mon ton. Finalement, elle lâche enfin prise, surement épuisée, et vient s'effondrer dans mes bras. Durant de longues minutes, je reste immobile, la fille de mes rêves pleurant dans mes bras. A mesure que les minutes passent, elle se calme un peu plus et moi j'en veux de plus en plus à son frère et aux responsables de son état. J'ignore ce dont je serais capable si je les avaient sous la main.

Jewel se calme petit à petit et je l'emmène chez moi, cherchant à en savoir plus sur ce qui s'est passé ce soir. Elle m'apprend alors que c'est lié à son frère et à son business. Et ça ne me plait pas du tout. Mais ça sera toujours comme ça. Elle sera toujours une arme dont on se servira pour atteindre son frère. Et ses ennemis ne lâcheraient rien. Jewel était une cible mais elle ne pourra jamais abandonner son frère, je les bien compris depuis le temps que je les côtois. « Lui non plus n’est pas du style à lâcher …  » Me rappelle t-elle en parlant de son frère. « Mais je peux rien faire contre ça … vraiment.  » Je soupire en glissant une main dans mes cheveux. " Je sais.  " Soufflais-je, contenant comme je pouvais toutes les émotions qui me traversaient, même si ce qu'elle me disait ne me plaisait pas. " Putain ... " M'emportais-je, détournant mon regard d'elle. " Tu sera potentiellement en danger à chaque seconde qui passent, avec une cible accrochée à ton dos. " Dis-je, me demandant bien comment j'allais pouvoir gérer tous ça. Je ne lui en voulais pas d'être fidèle à son frère. La famille est importante pour elle et je respecte ça vu que ma famille aussi est très importante à mes yeux. C'est même ma priorité la plupart du temps. Mais savoir qu'elle était en danger vrillait mon cerveau.

Je me mettais alors au petit soin pour elle, lui proposant de prendre une douche pendant que je lui prépare de quoi la nourrir et la chambre d'ami pour qu'elle y dorme. Elle a besoin de calme, de repos et je veux qu'elle sache que je serais toujours là pour lui offrir ça, quoi qu'il arrive. « Tu ne veux pas venir avec moi ?  » Me demande t-elle après coup, me laissant surpris alors qu'elle glisse sa frêle main dans la mienne. Je plonge dans son regard, pesant le pour et le contre de sa proposition. Je sais qu'elle à besoin de moi, même si elle ne le dit pas. Mais est-ce que cela ne rendra pas les choses plus difficile entre nous ? Plus compliqué ? Je prend une inspiration et serre doucement sa main. " Viens. " Dis-je simplement avant de la diriger vers la salle de bain. Au diable le bon sens. Elle a besoin de moi et je ne peux pas l'abandonner. Ma main toujours dans la sienne, j'ouvre de l'autre la salle de bain et nous fait entrer. Je lui souris doucement et lâche sa main. Je vais vers le placard et en sors des serviettes propres. C'est vraiment étrange de la voir évoluer dans mon environnement. Mais ce n'est pas désagréable non plus. Je me met alors à régler l'eau de la douche. Quand elle est a bonne température, je me tourne vers Jewel. " C'est bon.  " Lui dis-je avant de commencer à enlever mon tee-shirt. Et avant que j'y réfléchisse plus, je suis sous le jet d'eau chaude, me demandant ce que j'étais entrain de faire.


Jewel = [color=#db23db]
Iowan = [color=#23dbaa]


    when I say I love you, just shut up
    It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: I only thought of you as support. |Iowan&Jewel ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

I only thought of you as support. |Iowan&Jewel

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération