Money make me smile [Jocelyn]

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 18/03/2018
›› Commérages : 72
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Matt McGorry
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ≡ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ≡ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ≡ Pio Esposito (Aaron Tveit) ≡ Martin Palmer (Ben Barnes) ≡ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester)

Money make me smile [Jocelyn] ✻ ( Ven 27 Avr - 14:08 )












« Les gars aujourd'hui est un grand jour, peut-être que je vais devenir une grande personne avec un véritable boulot. Vous pouvez y croire ? » Moi personnellement j'avais encore beaucoup de mal à y croire. Sans Asher pour m'aider et surtout convaincre sa copine que je pouvais faire un boulot de malade je n'en serais certainement là. D'ailleurs cet entretien me coûtait déjà une fortune parce que je m'étais rendu compte que je n'avais absolument rien de convenable à me mettre pour un entretien. J'aurai pu y aller avec mon costume de poulet, mais je n'étais pas sûr que cela aurait donné le résultat voulu. Après si j'y allais avec, j'aurai certainement gagné des points pour l'originalité et surtout Jocelyn ne m'aurait pas oublié de ci-tôt. Parce que j'étais en plein doute il fallait que je téléphone à Asher pour me rassurer. « Tu crois que je dois lui ramener quelque chose ou alors ça sera vu comme un pot de vin ? » Je ne savais plus rien. « Et comment je suis censé me comporter avec elle, alors que y'a pas 2 jours j'étais avec vous dans un bar en train de boire une bière et raconter mes dernières aventures de poulet » Alors effectivement elle avait bien rigoler, mais du coup c'était plutôt mauvais pour qu'elle puisse me voir comme quelqu'un de professionnel et compétent. Urg je détestais être en plein doute comme ça, cela ne me ressemblait absolument pas. J'étais le gars sympa, drôle et bouffon, de postuler à ce job. Trop de questions que je débitais à la vitesse de l'éclair à ce pauvre Asher qui devait faire semblant de bosser. Dans d'autres circonstances il aurait sûrement été ravi que je le dérange, mais là j'en doutais. Heureusement je pouvais quand même compter sur son soutien, il me sortait peut-être des phrases bancales et qu'on entendait dans toute bonne comédie romantique, mais cela fonctionnait à merveille avec  moi. « Merci beaucoup Asher James, je t'aime » Un jour peut-être que je devrais arrêter de lui dire ça au téléphone, ou même lui dire tout court. Un jour peut-être, mais pas tout de suite. En attendant il fallait vraiment que je me dépêche si je ne voulais pas être en retard. « Bon les gars, souhaitez moi bonne chance. Si c'est bon, ce soir je vous ramène de la salade et de la pizza » Un jour j'arriverais vraiment à leur faire manger de la pizza et faire le cri des ninjas.

En me garant devant l'adresse indiquée, je devais bien avouer que je ne me sentais pas le plus confiant du monde. L'envie de faire demi-tour était même très forte, ce qui était très con parce que je connaissais Jocelyn, qu'elle était sympa et qu'elle n'avait aucune raison de me traiter comme de la merde. Je soufflais un bon goût tout en me rendant compte à quel point j'étais ridicule. Certes j'avais quitté la comptabilité à peine mes études terminées, mais ce n'était pas pour autant que j'étais un bon à rien. J'avais plein d'autre qualité et surtout avec moi Jocelyn n'allait jamais s'ennuyer. Voilà, c'était comme ça qu'il fallait que je me vende.
En entrant dans le cabinet de Jocelyn, je fus accueilli par une secrétaire revêche et qui avait l'air de n'aimer que ses chats. Enfin si elle en avait. Peut-être qu'elle savait que j'étais là pour essayer de lui piquer sa place. « Bonjour charmante demoiselle, j'ai rendez-vous avec la non moins charmante Jocelyn Ahern-Fields » Vu la manière dont elle me regardait, j'avais vraiment l'impression d'être un monstre qui venait tout juste de sortir de la boîte de Pandore. « J'ai un bout de salade coincé entre les dents pour que vous me regardiez comme ça ? » Ou alors ma tête ne lui revenait tout simplement pas. Honnêtement tout était possible à ce niveau. Heureusement pour moi, Jocelyn sortait de son bureau pour me sortir de ce mauvais pas. Elle était parfaitement à l'heure. Ce qui me rendait un peu plus nerveuse quand on savait que j'avais tendance à être tout le temps en retard. « Oh bonjour Jocelyn, je crois que ta secrétaire vient de tomber complètement sous mon charme. Elle n'a pas dit un mot depuis mon arrivée. C'est un signe non ? » C'était même un signe très flagrant pour moi si on me demandait mon avis. Avec cette remarque j'avais réussi à faire sourire Jocelyn et pour moi c'était déjà une première victoire. A la suite de ça, elle m'invitait à entrer dans son bureau et une fois la porte fermé, j'étais en pleine crise existentielle. « Comme on se connaît, mais comme c'est aussi un entretien est ce que je dois continuer à te tutoyer ou alors te dire vous ? » En fonction de sa réponse peut-être que je me mettrais à pleurer ou pas. Ou alors peut-être que je lui parlerais de mes tortues,  je savais pas trop.  



lumos maxima




Dernière édition par Oscar Pierce le Jeu 24 Mai - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 261
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Rachel Awesome Bilson
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (dan stevens) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: Money make me smile [Jocelyn] ✻ ( Ven 11 Mai - 19:58 )


Oscar & Jocelyn

working hard for something we don't care about is called stress. working hard for something we love is called passion.



Son week-end avait été fabuleux.
Et c'était une belle garce.

A vrai dire, dire qu'elle était une belle garce n'était pas tout à fait exact. Parce qu'elle se sentait même être la pire traînée possible, à vrai dire. Pour situer les choses, la jeune femme était devenue ce qu'elle détestait. Une personne infidèle. Et elle s'en voulait. Une partie de jambes en l'air avec Lewis, ça n'aurait pas du arriver. Parce que oui, ils se tournaient autour depuis bien longtemps, mais est-ce que cela valait le coup qu'elle risque de décevoir Asher ? Pas du tout. Elle regrettait à vrai dire. Surtout qu'Asher avait décidé de l'embarquer en week-end et qu'elle avait adoré profiter de ce moment avec lui.  Mais voilà, la jeune femme culpabilisait. Pourtant, Jocelyn était un oiseau libre. Elle n'avait pas d'attaches. Enfin en temps normal, elle n'avait pas d'attaches. Elle n'aimait pas être emprisonnée dans une histoire. Pas depuis son mariage complètement raté. Alors la jeune femme aurait peut-être dû y réfléchir à deux fois avant de décider de former un couple avec Asher. Mais en même temps, elle l'appréciait. Elle l'appréciait beaucoup. Es-ce que c'était suffisant pour que ça marche entre eux ? La jeune femme n'en savait rien. Mais elle se disait qu'elle n'allait pas le savoir. Parce que si leur relation débutait sur un mensonge … La jeune femme soupira. Elle avait mal à la tête à force de réfléchir. Ce n'était pas comme ça qu'elle aurait une réponse à son problème de toute façon. Elle allait devoir parler à Asher. Lui dire la vérité. Et ça n'allait pas être simple, ça,  c'était une certitude. Du coup, la jeune femme repoussait l'idée dans sa tête et se noyait dans le travail. Et comme elle n'était pas d'une humeur très agréable, la jeune femme était encore plus en colère contre sa secrétaire que d'habitude. Dans son esprit, une secrétaire était supposée facilité sa vie, l'aider à s'organiser, répondre à son téléphone, lui rappeler ses rendez-vous importants. Or, Dana oubliait souvent de prendre des rendez-vous, lui passait des appels sans la prévenir en plein rendez-vous. Bref, elle n'était pas à la hauteur, en plus d'être carrément désagréable. Alors, en colère, la jeune femme avait décidé que c'était suffisant et qu'elle allait renvoyer la jeune femme. Elle lui avait annoncé la nouvelle trois jours auparavant et déjà Jocelyn avait une liste de candidats et de candidates pour la remplacer. C'était une bonne chose d'ailleurs, parce qu'elle avait besoin de la remplacer rapidement. Dans trois semaines, elle se retrouverait sans secrétaire. La jeune femme, en plus de ses rendez-vous, avait quelques entretiens à faire passer. Et celui du jour, elle allait le faire passer à l'ami d'Asher, lui-même. Elle avait d'abord été réticente, parce qu'elle avait rencontré Oscar dans un bar, deux jours plus tôt et que de ce qu'elle en savait, il était poulet publicitaire. Ce qui était très amusant et la jeune femme n'était pas du tout du genre à avoir des préjugés, mais elle voyait mal comment est-ce que son expérience de poulet pouvait lui être d'une quelconque utilité. Mais face aux compliments d'Asher à l'égard de son ami, elle avait fini par céder et par accepter de le recevoir en entretien. Après tout, elle pouvait bien lui accorder quelques minutes de son temps libre. Ce n'était pas grand-chose. La jeune femme regarda l'heure. Il était temps. Et comme elle ne faisait pas confiance à Dana, la jeune femme se leva pour aller chercher Oscar elle-même. « Oscar, bonjour. Pile à l'heure », fit-elle avec un sourire. La jeune femme jeta rapidement un coup d’œil à Dana, qui dévisageait Oscar avec insistance, sans le moindre sourire. C'était bien la raison pour laquelle Jocelyn devait se séparer d'elle. D'accord, là, elle était revêche justement parce qu'elle avait été licenciée mais elle n'était pas franchement plus agréable en temps normal. La jeune femme lui adressa donc un regard mauvais. « C'est un signe que ton charme fait effet, pour sûre. Mais entre je t'en prie », répondit-elle en désignant son bureau, un petit sourire amusé sur les lèvres. La jeune femme devait bien avouer que Oscar était plutôt drôle. C'était une bonne chose, il aurait un bon feeling avec les clients. Enfin, pas avec les clients coincés mais bon. La jeune femme entra dans son bureau à sa suite et referma la porte derrière lui. Face à ses inquiétudes, elle lui adressa un sourire rassurant. « Tu peux continuer à me tutoyer », affirma-t-elle. Après tout, ça aurait été légèrement ridicule de lui demander de la vouvoyer, maintenant qu'ils se connaissaient. La jeune femme lui désigna la chaise en face de son bureau d'un geste de la main. « Installe-toi je t'en prie », ajouta-t-elle avec politesse. La jeune femme pour sa part fit le tour de son bureau et s'installa dans son fauteuil. Elle voulait le mettre à l'aise et d'un autre côté, elle était bien trop sérieuse. Parce qu'elle ne voulait pas donner l'impression de faire du favoritisme d'une part et parce qu'elle recherchait la bonne personne pour travailler à ses côtés. « Alors dis-moi, quelles sont selon toi les qualités qui feraient de toi un bon candidat pour ce poste ? », demanda-t-elle avec un sourire encourageant. Après tout, ce n'était pas une question piège, il devait bien y avoir réfléchi avant de venir la voir, n'est-ce pas ?  



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.




Dernière édition par Jocelyn Ahern-Fields le Dim 8 Juil - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 18/03/2018
›› Commérages : 72
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Matt McGorry
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ≡ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ≡ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ≡ Pio Esposito (Aaron Tveit) ≡ Martin Palmer (Ben Barnes) ≡ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester)

Re: Money make me smile [Jocelyn] ✻ ( Jeu 24 Mai - 21:04 )












Je n'étais pas le genre de personne à me stresser pour un entretien d'embauche, ni même pour quoi que ce soit. Le stress ne faisait jamais parti de ma vie, mais aujourd'hui c'était complètement différent parce que j'avais une double pression. J'avais eu cet entretien grâce à Asher qui était l'homme de ma vie et la personne pour qui je pouvais potentiellement travailler était tout simplement la copine d'Asher. Oui, oui Jocelyn en personne. Ce qui me faisait le plus peur en fait, c'était qu'elle savait le boulot que je faisais actuellement. Etre poulet publicitaire n'était pas quelque chose de honteux pour moi, bien au contraire c'était même très drôle par moment, mais forcément cela ne correspondait pas aux qualités qu'on recherchait pour un assistant. Surtout dans le domaine juridique. J'étais persuadé de pouvoir le faire, mais là tout de suite j'étais angoissé de ouf et j'avais besoin d'entendre la voix d'Asher et surtout j'avais besoin qu'il me rassure. Ce qu'il savait faire à la perfection. Honnêtement, je ne savais pas ce que je pourrais faire sans cet homme. Le jour où je serais hyper riche, je le couvrirais de cadeau. Ou alors on partira juste en vacances. Ouais c'était bien aussi les vacances.
Après avoir raccroché avec lui, il était plus que temps que je me mette en route si je ne voulais pas arriver en retard. D'ailleurs j'arrivais même pile à l'heure. Evénement que je ne manquerais pas de dire à Ness, elle qui critiquait sans cesse mes retards.

En tout cas si il y avait une personne qui se semblait pas emballé par le fait que j'étais en avance, c'était la secrétaire actuelle. Peut-être qu'elle savait pourquoi j'étais là, peut-être qu'elle savait que son temps dans ce cabinet était compté et du coup elle m'en voulait ? En tout cas une chose était sûre, elle restait de marbre face à mon charme légendaire, ou alors elle ne savait tout simplement pas parler ce qui pouvait expliquer beaucoup de chose. A moins qu'elle respectait l'expression ''motus et bouche cousue'' à la lettre. Je pourrais lui parler longtemps même si elle ne me répondait pas. Parler dans le vide n'était pas quelque chose de très difficile pour moi. Heureusement pour cette charmante vieille femme, Jocelyn venait à notre secours et parce que c'était dans mon style et parce que j'étais très stressé, je lui demandais si je devais vraiment interprété le silence de son assistance comme un signe qu'elle était complètement in love de moi. « C'est un signe que ton charme fait effet, pour sûre. Mais entre je t'en prie » J'en étais sûr et juste avant d'entrer dans le bureau de Jocelyn, je regardais une dernière fois sa secrétaire en haussant les sourcils de manière très significative. Peut-être que j'allais lui laisser mon numéro en partant.
Ceci dit, il était temps que je me concentre sur le moment présent et à ce moment là c'était de savoir si je pouvais continuer à la tutoyer ou pas. On se connaissait et cela me stressait un peu. « Tu peux continuer à me tutoyer » Okay, j'étais rassuré. « Merci, je dois dire que ça fait un coup de stress en moins. J'ai pas arrêté de me poser la question depuis le réveil » Peut-être que ce n'était pas non plus le genre de chose que j'étais censé dire. Tout était beaucoup trop compliqué à mon goût. « Installe-toi je t'en prie » Je prenais place en face de Jocelyn ne pouvant m'empêcher ma jambe de jouer du tambour. Après un effort surhumain et surtout interne, j'avais réussi à la faire arrêter. On pouvait croire que le cerveau avait le contrôle sur tout le corps, mais non pas du tout. J'avais surtout l'impression que certaines partie de mon corps étaient complètement indépendante et cherchaient à se rebeller contre moi. « Alors dis-moi, quelles sont selon toi les qualités qui feraient de toi un bon candidat pour ce poste ? » Techniquement c'était la question la plus facile, et je savais même tout qu'est ce que je voulais lui dire. « Et bien avec moi dans ton cabinet tu es sûre de ne jamais t'ennuyer. Je ramenerais la joie et la bonne humeur au quotidien et tu pourras même rencontrer mes tortues » Dans un monde idéal, je n'aurai jamais sortie ce genre de connerie. Seulement, c'était plus fort que moi et je m'éclaircissait la voix avant de reprendre. « Pour être un peu plus sérieux, et je peux l'être beaucoup plus souvent que les apparences ne le montre, j'ai conscience que mon boulot actuel ne donne pas toutes les garanties que tu souhaites pour le poste » Après tout il y avait un monde d'écart entre un poulet publicitaire et un cabinet d'avocat. « J'ai suivi des études de comptabilité. Les bilans, les dossiers qui n'en finissent plus, l'organisation c'est quelque chose que je maîtrise. » Du moins que je maîtrisais, cela faisait un peu trop longtemps que je ne m'étais pas plongé dans un plan comptable. « Et je peux faire aussi les gros yeux, si des clients sont trop méchants » Après savoir si j'étais crédible c'était une autre question.




lumos maxima


Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 261
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Rachel Awesome Bilson
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (dan stevens) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: Money make me smile [Jocelyn] ✻ ( Dim 3 Juin - 18:04 )


Oscar & Jocelyn

working hard for something we don't care about is called stress. working hard for something we love is called passion.



Jocelyn n'était pas franchement enchantée à l'idée de faire passer un entretien au meilleur ami d'Asher, pour plusieurs raisons évidentes. La première, c'était que justement, c'était le meilleur ami d'Asher. Elle avait peur que si elle disait oui, cela passerait pour un privilège et si elle disait non, le meilleur ami de son petit ami la haïrait jusqu'à la fin des temps. Et puis, Oscar, s'il travaillait pour elle, aurait accès à tous ses rendez-vous, y comprit ses rendez-vous privé. Non pas qu'elle cachait ses rendez-vous à Asher, mais c'était un peu gênant, que le meilleur ami de son copain sache quand elle avait rendez-vous chez le dentiste ou chez le gynécologue. Mais la jeune femme avait tout de même accepté de donner une chance à Oscar parce que, elle n'en savait rien, il pouvait parfaitement tenir son rôle. S'il était professionnel, alors la jeune femme, ça lui convenait parfaitement. S'il avait les capacités de travailler pour elle, alors elle serait contente. C'était ce qu'elle cherchait. Une personne souriante, avenante, capable d'exécuter les tâches sans voir l'air d'avoir envie de tuer quelqu'un. Jocelyn ne demandait pas la lune aux dernières nouvelles, du moins pas qu'elle sache. Enfin, quand on voyait son assistante actuelle, on pouvait penser que si. C'était bien pour cette raison que la jeune femme avait décidé d'engager quelqu'un d'autre à sa place. Une vieille harpie de mauvais poil, ça rendait les clients agressifs à peine entré dans son bureau et Jocelyn commençait à en avoir assez d'entendre des réclamations au sujet de la rouquine. Ah pour sûr, ce n'était pas l'assistante du siècle. Par contre si Donna Paulsen de Suits cherchait du travail, Jojo elle voulait bien l'engager. Sur ces pensées, la jeune femme ne tarda pas à aller chercher Oscar devant son bureau. Il était à l'heure, ce qui était une très bonne chose pour lui. Et il était souriant, comme toujours, ne manquant pas de plaisanter. La jeune femme devait bien avouer être sensible à son humour. Sur ces mots, elle l'invita à prendre place dans son bureau et ne tarda pas à régler la question du tutoiement. « On ne va pas faire comme si on ne se connaissait pas.Du moment où tu es conscient que tu n'auras pas de traitement de faveur, tout va bien. Tu peux te détendre, je ne vais pas te manger », le rassura-t-elle. Parce que c'était ça le pire. Elle était une patronne franchement coulante et clémente, absolument pas casse pieds. Elle était disposée à accorder des jours de congé de dernière minute facilement, à accepter qu'on parte un peu plus tôt et elle ne râlait pas pour un peu de retard. Par contre, elle voulait que le travail soit fait en temps et en heure et elle voulait voir un visage souriant et sympathique à l'accueil de son bureau. Voilà, elle n'en demandait pas plus. Sur ces mots, la jeune femme lui demanda quelles étaient selon lui ses compétences pour travailler dans ce cabinet à ses côtés. Sa réponse ne manqua pas de la faire rire. « C'est un bon point pour toi je le reconnais, en plus j'ai toujours adoré les tortues », concéda-t-elle. A vrai dire, Oscar pouvait en douter, mais c'est vrai que sa bonne humeur contagieuse était déjà un très bon point pour lui. Elle avait envie de voir un visage souriant le matin quand elle arrivait. Et si en plus elle pouvait travailler avec quelqu'un capable de la faire rire, c'était un plus. Face à sa réflexion, Jocelyn lui adressa un sourire bienveillant. « Ton travail actuel n'est nullement un problème, pour être sincère, nous avons tous déjà eu des jobs alimentaires, pour payer les factures. Ce qui m'intéresse vraiment c'est de savoir ce que tu penses pouvoir apporter au cabinet », répondit-elle. Et par extension, ce qu'il pensait pouvoir lui apporter à elle. La bonne humeur déjà et le sérieux. C'était de bonnes choses. La jeune femme les nota sur son carnet. Elle rajouta au passage qu'on pouvait souligner sa détermination. Il en fallait pour être poulet publicitaire. Quand il eut terminé de parler, la jeune femme hocha la tête. « Pour ne rien te cacher, je fais souvent des horaires plutôt longs et je risque de te demander de rester tard parfois. J'attends de mon assistant qu'il soit souriant et qu'il soit capable de gérer mon emploi du temps. De démarcher des clients parfois. Et surtout, qu'il sache faire preuve de réactivité. Parfois, les procès sont avancés sans raison et on doit travailler dans le stress, tu te sens capable de faire ça ? », demanda-t-elle en l'observant. La jeune femme recommença à prendre des notes dans son carnet, bien que ce n'était pas vraiment nécessaire. Elle connaissait Oscar, il n'était pas un candidat lambda dont elle risquait d'oublier le nom d'une minute à l'autre. « Quels sont selon toi tes trois plus grandes qualités et tes trois plus grands défauts ? », demanda-t-elle finalement. C'était une question plutôt courante en entretien. Une question que Cindy elle déteste.  



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.




Dernière édition par Jocelyn Ahern-Fields le Dim 8 Juil - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 18/03/2018
›› Commérages : 72
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Matt McGorry
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ≡ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ≡ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ≡ Pio Esposito (Aaron Tveit) ≡ Martin Palmer (Ben Barnes) ≡ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester)

Re: Money make me smile [Jocelyn] ✻ ( Dim 24 Juin - 12:47 )












Le fait qu'on pouvait se tutoyer me rassurait d'une façon dont je ne pensais pas possible. Je savais que j'étais stressé par cet entretien, mais je ne pensais quand même pas à ce point là. C'était très étrange, pourtant ce n'était pas ma vie qui était en jeu. D'accord pouvoir travailler avec Jocelyn pouvait considérablement améliorer ma vie, mais quand même. « On ne va pas faire comme si on ne se connaissait pas.Du moment où tu es conscient que tu n'auras pas de traitement de faveur, tout va bien. Tu peux te détendre, je ne vais pas te manger » Jocelyn voyait peut-être les choses de cette façon, mais tout le monde n'était pas comme ça. J'étais aussi rassurée qu'elle ne veuille pas me manger. « Vouloir me manger serait du cannibalisme et le cannibalisme c'est très mal vu par la société » Même que c'était pas moi qui le disait, mais Willy Wonka. « Et ne t'inquiète pas, j'ai conscience que de te connaître ou même connaître Asher ne va pas influencer ta décision et c'est plutôt rassurant » Même que si elle décidait que je n'étais pas fait pour travailler avec elle, je ne lui en voudrait absolument pas.
Cet entretien commençait en douceur et cela me plaisait, même si à la première question j'avais l'impression d'être le con le plus abruti de la planète. Pourquoi j'avais parlé de mes tortues ? Alors d'accord les gars étaient toute ma vie, mais ce n'était pas une raison pour dire autant. Par contre le fait qu'elle n'allait pas s'ennuyer avec moi, c'était très vrai. De toute façon elle avait bien vu comment j'étais avec Asher. « C'est un bon point pour toi je le reconnais, en plus j'ai toujours adoré les tortues » Ce n'était peut-être pas la chose à me dire. « Autant te dire qu'à cet instant très précis je me retiens très fort de ne pas dégainer mon téléphone pour te montrer des photos » Je garderais ça pour plus tard. Il fallait que je me montre sérieux, surtout que mon métier actuel ne jouait pas vraiment en ma faveur. On allait pas se mentir, être poulet publicitaire n'était pas la meilleure ligne de mon CV. « Ton travail actuel n'est nullement un problème, pour être sincère, nous avons tous déjà eu des jobs alimentaires, pour payer les factures. Ce qui m'intéresse vraiment c'est de savoir ce que tu penses pouvoir apporter au cabinet » Elle n'avait pas tort sur ce point et j'étais d'autant plus rassuré parce qu'elle ne semblait pas croire que j'étais un bon à rien pour autant. « Oui c'est sûr, mais généralement ce genre de boulot on le fait au début et on change quand on finit ses études pour avoir un vrai métier » Comme pour devenir avocat. Un exemple parmi tant d'autre hein. Après pour ce que je pouvais apporter à son cabinet, elle n'avait pas à s'inquiéter. Malgré mes airs je m'en foutiste, j'avais quand même suivi des études de comptabilité. Si mon appart était un véritable bordel, dans le travail j'étais beaucoup plus consciencieux et organisé. Vraiment elle pouvait compter sur moi. « Pour ne rien te cacher, je fais souvent des horaires plutôt longs et je risque de te demander de rester tard parfois. J'attends de mon assistant qu'il soit souriant et qu'il soit capable de gérer mon emploi du temps. De démarcher des clients parfois. Et surtout, qu'il sache faire preuve de réactivité. Parfois, les procès sont avancés sans raison et on doit travailler dans le stress, tu te sens capable de faire ça ? » Alors faire ce genre de comparatif c'était peut-être abusé, mais dans les grandes lignes, je vivais un peu la même chose dans mon boulot actuel. Sauf peut-être le stress de devoir faire quelque chose à la dernière minute. « Honnêtement, les horaires ça ne me fait pas peur, en ce moment je finis souvent vers minuits donc ce n'est pas un problème et aller chercher des clients, je trouverais même cela amusant. Ce n'est pas pour me vanter, mais je suis une personne assez avenante et les gens aiment bien me parler. J'aime parler aux gens aussi, je serais capable de faire la conversation avec un muet et le comprendre sans problème » Ce qui des fois pouvait même être très chiant parce que je pouvais parler à tort et à travers. Surtout que dans certain moment je n'avais pas de filtre et je ne savais pas mentir. « Par contre, je ne te cache pas que je ne sais absolument pas comment je vais réagir en situation de stress » Je n'avais jamais vécu ce genre de situation alors je pouvais difficilement me projeter et j'espérais que cela n'allait pas être un frein pour Jocelyn. « Quels sont selon toi tes trois plus grandes qualités et tes trois plus grands défauts ? » C'était la question que je redoutais. « Tu vas rire, même si je m'étais préparé à cette question, c'est celle que j'aime le moins » Parce que j'avais toujours l'impression que les recruteurs attendaient une réponse bien précises. « Au niveau des qualités, je vais placer ma bonne humeur en premier parce que vraiment c'est moi. Je suis hyper curieux aussi. A part mes tortues, je n'ai pas beaucoup de passion dans la vie, mais je m'intéresse à un peu tout et pour finir je vais dire que je suis capable d'encaisser beaucoup de choses. » Genre vraiment. Maintenant les défauts et étonnamment cela venait beaucoup plus rapidement que les qualités. « Tu l'aura sûrement remarquer, je suis très bavard et du coup j'ai conscience que des fois c'est trop. Mais promis je me soigne. Je peux me montrer distrait aussi. Mon cerveau peut vite partir à l'aventure et revenir aussi vite et enfin il est possible que je sois un tantinet émotif » Après cela n'était pas encore trop grave. Enfin j'estimais que ce n'était pas grave. « Après je sais pas si c'est représentatif pour pouvoir travailler avec toi. » Mais je serais ravi de pouvoir répondre à plusieurs de ses questions pour lui donner l'envie de travailler avec moi.




lumos maxima


Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 261
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Rachel Awesome Bilson
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (dan stevens) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

Re: Money make me smile [Jocelyn] ✻ ( Dim 8 Juil - 21:44 )


Oscar & Jocelyn

working hard for something we don't care about is called stress. working hard for something we love is called passion.



Jocelyn n'avait rien contre un entretien plutôt informel et léger. Après tout, elle aimait travailler de cette façon aussi. Elle avait conscience que certains médecins, dont le chef de service notamment, aimaient mettre une certaine distance entre eux et les collaborateurs, qu'ils soient infirmiers ou secrétaires. Ce n'était pas son genre. Elle aimait bien garder un petit ton léger, ça lui donnait l'impression de travailler dans une grande famille. « Il y a des jours où j'aimerais devenir végétarienne, alors ne t'inquiète pas, le cannibalisme n'est pas d'actualité », fit-elle en levant la main droite, parce qu'elle le jurait. « Et dans le pire des cas, je mangerai un cadavre à la morgue », plaisanta-t-elle. D'accord, peut-être que ce genre de blague était un peu de mauvais en fait. C'était le genre de truc qui aurait pu faire rire un médecin mais est-ce que ça allait faire rire Oscar ? C'était une autre question. La jeune femme se passa nerveusement les doigts dans les cheveux et s'éclaircit la gorge, pour cacher son malaise. « Je suis contente que tu le prennes comme ça en tout cas », fit elle avec un sourire. Ça aurait été un peu gênant, s'il avait cru qu'il aurait un quelconque traitement de faveur. La jeune femme avait besoin d'une secrétaire médicale – ou d'un secrétaire médical – sérieuse et elle prendrait une décision rationnelle. Mais elle était contente tout de même qu'à la fin, il n'y ait pas de malaise, qu'importe sa décision. Elle ne voulait pas avoir l'impression d'être obligée de le choisir. « Tu auras plusieurs autres occasions de me montrer tes tortues je pense », le rassura-t-elle. Il n'aurait qu'à venir avec Asher un de ces soirs, ils passeraient sans doute une bonne soirée. Ils en avaient déjà passé plus d'une, alors ils en passeraient d'autre. Elle l'appréciait en dehors de ce bureau, parce qu'il était drôle et qu'il avait de bonnes histoires à raconter. Bon ce n'était pas une qualité nécessaire pour obtenir ce travail mais c'était toujours un plus. « Au moins tu travail, tu n'es pas chez toi à ne rien faire. Et puis tu es ici aujourd'hui, c'est bien la preuve que tu te donnes la peine d'essayer de changer les choses », l'encouragea-t-elle avec un sourire. Bon, d'accord, elle ne savait pas de quoi elle parlait puisqu'elle n'avait jamais eu besoin de travailler pour manger. Elle avait eu l'argent de ses parents et quand elle avait claqué la porte de chez elle, elle avait déjà suffisamment d'argent de côté et surtout un diplôme en poche et une bonne réputation. Mais elle comprenait et elle admirait qu'il soit là, pour tenter de changer de travail et de vie par la même occasion. « Très bien je suis ravie d'apprendre ça. Quand je serais au bloc, tu pourras partir. Là où c'est important que tu puisses gérer, c'est les consultations. Il m'arrive de partir opérer en urgence et dans ces moments il faut rappeler tout le monde pour changer les horaires de rendez-vous. Quand ça m'arrive, je consulte souvent après vingt-heures, parce que mon emploi du temps est plein pour plusieurs mois et je ne sais pas où caler mes rendez-vous. Enfin … Si tu travailles pour moi j'aurais le temps de t'expliquer tout ça », expliqua-t-elle. Elle parlait déjà comme s'il travaillait pour lui. En même temps, Oscar n'avait pas tort, il était très  avenant. C'était vraiment une bonne chose. Elle ne supportait plus sa secrétaire désagréable dont les patients se plaignaient régulièrement. « Oh tu sais, ça, ça s'apprend. Tu vas être amené à t'occuper de personnes mécontentes parce que je serais en retard sans doute. Du moment où tu gardes ton sourire et ta politesse, tout ira bien », répondit-elle avec un sourire encourageant. C'était le problème avec sa secrétaire actuelle. Elle envoyait chier les gens sans aucune limite et sans sourire. Et ça, forcément, ça n'allait pas. Il y avait des gens malades ici. Il fallait quand même les traiter avec respect, sans accepter pour autant qu'ils ne les respectent pas en retour. « Tout le monde déteste cette question mais elle est incontournable », fit-elle en riant. C'était une question piège, c'était une évidence. Mais elle la posait toujours. Surtout que c'était elle qui faisait passer les entretiens et pas la DRH. La jeune femme écouta attentivement ses réponses et les nota sur la page concernant le jeune homme. Au bout d'un moment, elle hocha la tête. « Je vais être honnête, ton côté souriant et familier serait un gros avantage. Les gens ici sont malades, pas tous gravement, mais un petit sourire et une petite blague pourrait facilement leur apporter un petit sourire dans une situation de grand stress », expliqua-t-elle. Et ça, c'était précisément ce qu'elle cherchait. Un patient satisfait et souriant se montrer plus facilement capable de patienter en salle d'attente qu'un patient mal reçu dès le départ. « Par contre, il va falloir travailler sur l'émotivité. Plus facile à dire qu'à faire j'en conçois. Tu vas parfois te faire engueuler sans aucune raison par les patients ou par certains de mes collègues. Et il va nous arriver de perdre des patients. Mais tu verras, avec le temps on s'endurcit et ce n'est pas forcément un défaut d'être émotif », ajouta-t-elle. Voilà, maintenant, ils avaient probablement fait le tour. Enfin du moins, la jeune femme était plutôt satisfaite des réponses à ses questions. « Je crois qu'on a fait le tour, je ne vois pas quoi te demander d'autre. Si tu es intéressé, on pourrait faire le tour du service », proposa-t-elle en se levant. En fait, c'était une question rhétorique et il avait plutôt intérêt à se bouger. « Je te présenterais tout le monde, comme ça tu pourras me dire si ça t'intéresse de travailler ici », ajouta-t-elle en lissant un pli invisible sur sa blouse blanche.

NB : Pour ceux qui suivraient ce rp, Jojo est passé d'avocate à médecin après un petit lifting du personnage.  



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Money make me smile [Jocelyn] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Money make me smile [Jocelyn]

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération