[OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose

 :: the city of cap harbor :: The independance Inn :: St Michael Church
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/02/2018
›› Commérages : 88
›› Pseudo : Titif - tiphaine
›› Célébrité : Noah Schnapp

[OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose ✻ ( Mar 1 Mai - 22:04 )


Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose



Cela lui refile un sacré coup quand Andrés apprend que madame Berfield est morte d’un accident de voiture. Non pas qu’il vouait un attachement particulier à cette quarantenaire, mais il y a moins de deux jours, Andrés lui a volé de son sac un vinyle d’un album de The Clash, juste après qu’elle l’a acheté au disquaire de Woodbrige avenue. Andrés est un peu superstitieux, et très croyant. Il sait que ça peut lui causer beaucoup de malheur dans sa vie, et dans l’après-vie, s’il a des litiges non réglés de son vivant.  Quand il raconte ça à Lucas avec ses grands yeux de chaton effrayé, son frère lui rappelle que ce n’est pas trop tard pour rendre le vinyle. Il est gentil Lucas, il se donne la peine de le réconforter alors qu'il est aussi incertain de l'existence de Dieu que Andrés est incertain de l'existence d'un cerveau dans le crâne de Trump.

Andy appelle la sœur de madame Berfield et lui présente ses condoléances. Il dit qu’il veut être là à l’enterrement et demande quand celui-ci aura lieu, sauf que Fiona lui fait savoir que le corps de sa soeur va être rapatrié dans son pays d’origine pour l’enterrement : l’Angleterre. Quelle drôle d’idée ! C’est bien la preuve que Madame Berfield est le genre à vous faire chier même après sa mort, ça doit couter super cher à sa famille, un rapatriement. En tout cas, Andrés, ça lui fout les boules. A tous les coups c’est Deborah qui lui a refilé sa poisse. Le garçon aurait préféré qu’elle lui transmette une tuberculose, là au moins on connait le traitement. Et en fait, Deborah a tellement de poisse qu’elle pourrait attraper la tuberculose en se mouchant le nez, ou le choléra en regardant un avion voler. Le garçon se creuse la tête. Tally Berfield va être rapatriée. Ça veut dire qu’elle ne l’est pas encore et qu’elle est à Cap Harbor en attendant, sans doute à la morgue. Andrés ne s’y connaît pas, mais il est suffisamment dégourdi pour se douter qu’elle va subir quelques traitements pour pas qu’elle arrive en décomposition et toute chlinguante à son enterrement. C’est important d’être beau à son enterrement, Andrés trouve. C’est même plus important d’être beau à son enterrement que de l’être à son mariage, car on peut se marier plusieurs fois de nos jours. La mort, ça c’est un one-shot.

Andrés se dit que c’est peut-être son jour de chance. Il prend son vélo et se rend à la morgue. La porte principale est ouverte. Andy descend des escaliers, il reste ensuite tapi contre le mur du couloir, un peu recroquevillé. Il y a une autre porte entrouverte, et quelqu’un qui travaille à l’intérieur. Andrés le voit bien car l’homme est dans la lumière, alors que lui-même est plongé dans l’ombre. Il se dit qu’il faut être patient, même s’il fait approximativement 0 degré. L’adolescent aurait dû prendre un sweat un peu plus lourd. L’homme va forcément sortir à un moment donné quand les besoins naturels se feront ressentir, n’importe lesquels. Andy poireaute un certain temps. Finalement, l’homme place une cigarette entre ses lèvres. Parfait ! Andrés se cache dans un recoin. Dès que l’employé est sorti le garçon entre dans la salle principale. Il y a un corps sur une table d’autopsie mais c’est un monsieur. Andrés se dirige vers les grands casiers. Des noms sont étiquetés. C’est étrange de se dire qu’il y a des gens qui rangent d’autres gens comme Andrés range ses classeurs. Il parcourt les étiquettes du regard et trouve celle de Tally Berfield. Andrés l’ouvre et écarquille les yeux parce qu’il ne s’attendait pas à tomber directement sur la tête endormie et blafarde de celle-ci.

"Bonjour madame" bredouille t-il. Elle l’entend forcément de là-haut. A l’heure qu’il est, Tally doit être dans la salle d’attente de son jugement. "je suis venu rendre le CD que je vous ai emprunté sans permission…"

Il pose l'album à l’aveuglette dans le casier, qui doit atterrir au niveau du sternum, et le referme. C’est glauque de voir les morts. Positivement glauque. Andrés sursaute en entendant des bruits de pas dans les escaliers. L’employé est de retour. Le garçon ouvre un casier du bas sans étiquette, vide, et se glisse à l’intérieur. Il le referme en attrapant le haut du casier et en tirant d’un coup, suffisamment fort pour le faire rouler tout du long. Il laisse passer cinq minutes. Qu’est-ce qu’on est à l’étroit dans ce truc ! De toute façon, si Andrés s’est planqué, ce n’est pas parce qu’il a peur qu’on le gronde ou qu’on appelle la police, ça il s’en fiche. C’est surtout pour faire une mauvaise blague. Il toque sur le plafond pour attirer l’attention de l’homme. Un rictus malin étire ses lèvres quand il entend qu’il y est parvenu. Il toque à nouveau. Les pas de l’homme se rapprochent alors. Andrés se dit qu’il est sacrément courageux. Lui, à sa place, il aurait fui en hurlant comme une fille de quatre ans. Bon, peut-être pas quand même, mais en tout cas, il serait déjà plus là, ça c’est clair.

Le casier s’ouvre finalement et le regard d’Andrés tombe sur de grands yeux bleus et un visage à l’envers.

"T’as eu peur avoue", marmonne le garçon. Il se redresse. "On dirait pas comme ça, mais je suis pas venu causer des ennuis… en fait, j’aurais besoin de ton aide."

Andrés lui envoie son regard de petit chaton à qui on ne peut pas dire non, sauf si on s’appelle Satan.


fiche codée par Empty Heart


J'écrivais
DES SILENCES
DES NUITS, JE NOTAIS L'INEXPRIMABLE
JE FIXAIS DES VERTIGES

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 290
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage)

Re: [OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose ✻ ( Sam 5 Mai - 18:31 )

Yeah, I probably got a couple
of screws up in my head loose
EXORDIUM.
Nombreux sont ceux qui trouvent son métier trop étrange que pour qu'il puisse l'avoir choisi délibérément. Passer sa journée à donner un make over à des cadavres, c'est quand même pas banal comme passe-temps. Et pourtant, ça ne lui a jamais posé de problème, à Ozzy. Au contraire, il a même fini par devenir chaque jour presque impatient à l'idée de rencontrer un nouveau visage figé. Eux au moins, ils n'ont pas ce défaut de parler trop pour ne rien dire. Ils sont calmes, des individus charmants selon Ozzy. Et puis, il y a un coté fascinant dans l'observation d'un corps qui ne vit plus. Il peut aisément deviner quel genre de personne a été, dans son vivant, l'individu couché sur la table face à lui . Il lui suffit de regarder ses vêtements, de fouiller ses poches, d'observer quelles chaussures il porte. Mr. Addams, par exemple, porte une paire de baskets sous son costume trois pièces. Pauvre homme. Alors que son médecin lui avait conseillé de faire du sport entre deux rendez-vous pour se débarrasser de son obésité, il avait fallu que son coeur lâche à mi-chemin entre le bureau et le parc où il comptait s'entraîner. « Morale de l'histoire, même le sport peut vous tuer, » marmonne Ozzy pour lui-même avant d'enfiler une paire de gants en plastique. Il suit le protocole, lave l'énorme Mr. Addams, jette dans la poubelle ses vêtements remplis de sueur et devenus trop petits pour lui. Après avoir recouvert son corps d'un drap blanc, Ozzy se penche au-dessus de son visage. « Au point où on en est, je suppose que vous ne serez pas dérangé si je vous met un doigt dans la bouche. » Hors contexte, la phrase qu'il vient de prononcer pourrait sincèrement porter à confusion. Sauf que clairement, il ne s'est pas levé ce matin en se disant qu'il ferait bien du rentre-dedans à un cadavre d'obèse couché à moitié à poil sur une table en métal. Comme Addams ne proteste pas, Ozzy soulève sa lèvre et inspecte l'intérieur de sa bouche. Il pourrait presque donner l'impression d'être un véritable médecin légiste si on ne prenait pas le temps de savoir ce qu'il faisait vraiment, à savoir vérifier qu'aucune dent ne pourrait tomber pendant les visites au salon funéraire. Après avoir joué au dentiste, Ozzy se recule et s'empresse de retirer ses gants. Il meurt d'envie d'une cigarette là, tout de suite, mais n'est pas autorisé à fumer au-dessus de la tête des clients. « Pas bouger, » ordonne-t-il à Addams avant de sortir une clope de son paquet et de la caler entre ses lèvres. Il quitte la pièce, monte les escaliers, et va respirer l'air du monde extérieur le temps de quelques bouffées de nicotine.

Quelques minutes s'écoulent pendant qu'Ozzy fume sa précieuse cigarette. En tant que fumeur compulsif, il a toujours eu cette mauvaise habitude de les consumer plus vite que son ombre. Après avoir jeté son mégot dans la poubelle située à la sortie du bâtiment, il plonge ses mains dans les poches de son pantalon et retourne en direction de sa salle à lui. Addams n'a pas bougé, toujours étalé sur la table avec seulement son drap pour recouvrir son corps dénudé. Alors qu'Ozzy s'apprête à camoufler les plaies dues à sa chute à l'aide d'une couche de fond de teint, un bruit venant des tiroirs où sont entreposés les cadavres attire son attention. Dans un premier temps, il se dit qu'il a dû rêver. Il n'y a personne ici à part lui, aucun autre être normalement composé psychologiquement est capable de se sentir à l'aise dans cet endroit froid et à l'odeur de formol. Sauf que le bruit recommence et lui fait lâcher ses ustensiles. Lui auraient-ils amené un type encore vivant ? Sans penser à un possible danger imminent, Ozzy s'avance vers les casiers avant de s'accroupir pour ouvrir celui d'où vient le bruit. Quand il voit ce gamin face à lui, la tête à l'envers, jouant au mort-vivant, il se contente dans un premier temps de froncer les sourcils. « C'est toi qui devrais avoir peur, imagine si je t'enfermais là-dedans. » Un rictus vient étirer le coin de ses lèvres avant qu'il ne recule d'un pas pour laisser le garçon descendre. Qu'est-ce qu'il fiche ici, celui-là ? Il a pas mieux à faire que de traîner dans une pièce remplie de morts ? Alors qu'il s'apprête à le chasser, la requête du garçon suffit cependant à attiser sa curiosité. « Mon aide ? » répète-t-il avant de croiser ses bras contre son torse. « Dis toujours, je t'écoute. » Même si Ozzy ne voit clairement pas en quoi il pourrait aider ce gamin, sauf si il a besoin d'aide pour camoufler le corps de quelqu'un qu'il aurait tué sans faire exprès. Tu regardes trop de films, Oz.


say it ain't so
I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker..
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/02/2018
›› Commérages : 88
›› Pseudo : Titif - tiphaine
›› Célébrité : Noah Schnapp

Re: [OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose ✻ ( Dim 27 Mai - 3:16 )


Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose



"C'est toi qui devrais avoir peur, imagine si je t'enfermais là-dedans"

Andrés est tout d’un coup un peu intimidé par lui, même s’il s’en cache bien. L’observant avec de grands yeux de petit ange contrarié, il balance une réplique citron-pressé-sans-sucre avec une voix d’enfant crédule:

"Je te le déconseille Mr. Hyde. On me retrouverait rapidement : mon père a un radar à psychopathe"

On passe le nombre de cinglés de Wilde pour venger le chenapan, qui ne méritait guère tant d’amour. Déjà qu’ils ruinaient la vie d’un pauvre gars juste parce que le gosse leur avait menti à son sujet... Le monsieur croise les bras sur sa poitrine, c’est le signe qu’il est un peu récalcitrant. Ce doit être la curiosité qui le pousse à s’informer sur ce que veut le garçon.

"Dis toujours, je t'écoute"


Encouragé, Andrés bondit souplement hors de sa cachette. Une fois debout, il se rend compte que l’homme à qui il s’adresse est super grand. Ou alors c’est surtout lui qui ne l’est pas assez avec son mètre soixante-huit. Andrés a encore du temps pour grandir. Il espère qu’il atteindra la taille de son grand frère Lucas plus tard.

"Je ne sais pas qui prépare le cercueil de Madame Berfield" qu’il dit en désignant de l’index là où est logée la défunte. "Mais est-ce que tu peux y placer aussi son vinyle des Clash ? Je l’ai mis dans son…" Il ne connaît pas le terme de ce rangement à morts "placard" achève t-il bien qu’il mime avec sa main un tiroir qu’on referme. Parce que c’était un peu ça tout compte fait, ces casier à mort : des tiroirs. "Bref, ne le jette pas s’il-te-plait. Ce serait bien qu’elle soit enterrée avec, comme ça j’ai pas de litiges avec les morts… déjà que j’en ai beaucoup avec les vivants" qu’il se plaint. Andrés marque une pause. "... j’suppose que ça sera pas gratuit, mais j’ai de quoi payer" promet-il sans honte. Il est prêt à chiper de l’argent à son père, comme d'habitude.

Andrés se dit qu’il a fait beaucoup pour se rattraper jusque là, il espère qu’un ange  avertira madame Berfield et qu’elle aura un peu d’indulgence pour lui, de là-haut. Si elle pouvait éviter de le hanter plus de trois cauchemars dans la nuit, ça serait sympa. Andrés glisse les mains dans ses poches et observe pour la première fois ce qu’il y a autour de lui avec attention. Son regard curieux toise l’homme allongé sur la table de travail. Vu le poids, il avait dû claquer d’un diabète ou d’une bêtise affiliée.

"Oh mais je le connais lui !" s’étonne t-il alors avec de grands yeux tandis qu’il reconnaît monsieur Addams.

Ce n’était pas l’homme le plus aimable de Cap Harbor, alors qu’il aurait dû : il n'avait donc rien pour lui. Andrés ne saurait que trop vous conseiller d’être beau et mince si vous tenez à vous comporter en trou du cul. Il n’est pas désolé, il n’est pas triste, ça lui fait juste bizarre de voir monsieur Addams comme ça, tout au plus. Quand Andrés n’apprécie pas quelqu’un, lui non plus ne vaut pas plus qu’un psychopathe. Il y a comme un vide en lui. Un vide inquiétant.

"Va falloir un siècle de paquet de vers pour venir à bout de ce gros morceau", qu’il raille, désinvolte, en faisant quelques pas vers lui.

Il fait comme chez lui, Andrés. Il a un air un peu candide sur le visage, fasciné de voir la mort de près. Ça jure avec le cynisme qui transpire par tous les pores de ses mots.

"C’est pas que je me réjouis qu’il soit mort, mais j’suis satisfait de constater la fermeture officielle de la benne à ordure pleine de dents qui lui sert de bouche" Andrés tourne alors un visage curieux vers l’homme qui travaille ici. "Tu l’as découpé, dis ? Vu le bœuf que c’est, j’suppose qu’une formation de boucher fut préalablement nécessaire"


fiche codée par Empty Heart


J'écrivais
DES SILENCES
DES NUITS, JE NOTAIS L'INEXPRIMABLE
JE FIXAIS DES VERTIGES

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 290
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage)

Re: [OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose ✻ ( Sam 2 Juin - 19:01 )

Yeah, I probably got a couple
of screws up in my head loose
EXORDIUM.
Paraît qu'un gamin est beaucoup plus sensible aux mots qu'il entend par rapport à un adulte, qu'il pourrait plus facilement être traumatisé si on ne prend pas de gant avec lui. Sauf qu'Ozzy, il a pas l'habitude de discuter avec un enfant, surtout pas sur son lieu de travail. Même si ça le dérange dans un premier temps de voir qu'il n'est pas seul, il finit par se rendre compte du courage que doit avoir le petit pour oser se cacher dans un des tiroirs entre deux cadavres. Puis la remarque qu'il lâche suffit à lui tirer un nouveau sourire, alors autant en finir immédiatement avec la carte du psychopathe qui découpe adultes et enfants juste pour le plaisir. « C'est bon, je te relâcherai quand tu m'auras dit ce que tu fais là. » Vient la requête, une demande bizarre qu'on ne lui a encore jamais faite. Si Ozzy comprend bien, le môme a eu le temps de se faufiler à l'intérieur pendant qu'il avait le dos tourné et a réussi à trouver le tiroir de la dame dont il s'est occupé plus tôt dans la journée. La vache, ce gamin devait être sacrément déterminé. Tout en suivant le lieu qu'il désigne au bout de son index, Oz' hoche la tête en gardant ses bras croisés contre son torse. Un vinyle des Clash, ça mérite bien qu'il prenne la demande du petit au sérieux. Si ça avait été quelque chose comme une carte d'au revoir ou un collier de pâtes, sûrement qu'il aurait fait semblant de s'en occuper avant de le jeter dans les ordures. Quand il sous-entend avoir déjà assez de mal avec les vivants que pour s'attirer des ennuis avec les morts, ça fait rire Ozzy qui n'a jamais vraiment cru à ces histoires de fantômes venant hanter le monde des mortels. « Si tu te faufiles à tout bout de champ dans les bureaux des gens, je peux comprendre que tu t'attires des emmerdes. » Il regarde le gamin, hausse un sourcil, puis finit par faire tomber ses bras le long de son corps. « Mais je suis d'accord, je ferai en sorte qu'elle garde son vinyle. Tu lui avais piqué ? » demande-t-il ensuite, plus par envie de voir sa réaction plutôt que de le juger pour un acte qu'il a probablement déjà lui-même commis étant gamin. « Je vais pas te faire payer pour ça, garde ton argent de poche. » C'est qu'il peut faire preuve d'élan de générosité par moments, aussi rares soient-ils. Le gamin s'extirpe enfin de la cabine où il s'était caché et s'avance sans gêne jusqu'au corps sur lequel travaillait Ozzy. Est-ce que voir un cadavre peut suffire à traumatiser un gosse ? Va-t-il se faire poursuivre par son père et son radar à psychopathe pour ne pas avoir couvert plus Mr. Addams ? L'exclamation du plus jeune surprend Oz' qui s'en va le rejoindre, posant son regard sur le visage pâle du gros monsieur. Encore une fois, il arrive à l'amuser avec une remarque qui le surprend, le genre de phrase qui prouve qu'il n'est en aucun cas traumatisé par la vue d'un mort. « T'imagines pas le nombre d'années qu'il va passer sous terre, à moitié mangé, avant de devenir un semblant de squelette. Plus t'es gros, plus t'as une mort dégueulasse, » ajoute-t-il en se tournant vers le gamin comme si il lui faisait une sorte de prévention contre l'abus de sucreries et de trucs gras. Alors que le brunet lui demande si il l'a déjà découpé, Ozzy hausse un sourcil. Décidément, il n'arrêtera jamais de l'étonner, celui-là. « Je suis pas vraiment supposé le faire sauf si ils ont des trucs coincés à l'intérieur, tu m'as pris pour Dexter ? » Peut-être qu'il ne saisira pas la référence, la série est quand même pas mal glauque pour un ado de son âge. Mais rapidement, un nouveau sourire vient étirer ses lèvres. « Mais on peut dire qu'il s'est écrasé contre une branche dans sa chute. Tu veux essayer ? » Il s'empare de sa boîte de gants en plastique et la tend vers le gamin. Vaut mieux éviter qu'il se retrouve avec du jus de cadavre sur les doigts, l'odeur reste pendant sacrément longtemps.


say it ain't so
I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker..
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/02/2018
›› Commérages : 88
›› Pseudo : Titif - tiphaine
›› Célébrité : Noah Schnapp

Re: [OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose ✻ ( Ven 29 Juin - 15:24 )


Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose



"Si tu te faufiles à tout bout de champ dans les bureaux des gens, je peux comprendre que tu t'attires des emmerdes."

"On est dans le pays de la liberté. En quoi suis-je libre si je ne peux pas me balader où je veux, d'autant plus quand les portes me sont ouvertes ?"

"Mais je suis d'accord, je ferai en sorte qu'elle garde son vinyle" "Cool ! Merci !" répond Andrés avec un regard de chaton ébloui. "Tu lui avais piqué ?" "C'était plutôt un emprunt à durée indéterminée et sans permission. La preuve, je suis venu le lui rendre" qu'il répond avec un petit sourire angélique.

Il est d'autant plus surpris que l'autre ne demande rien en échange. Andy, dès qu'il y a à gratter, même s'il n'a besoin de rien, il gratte quand même. D'ailleurs, il garde un moment de pause pour attendre un "non je déconne, ça sera cent balles". Écarquillant les yeux de stupeur en constatant que ça ne vient pas, Andrés lui sourit ensuite timidement avant de se libérer.

Il s'intéresse au cadavre de monsieur Addams en faisant preuve du même détachement nécessaire à quelqu'un qui fait le boulot de légiste —ou de thanatopracteur. Celui présent n'est pas seulement détaché, il est tout aussi cynique que Andrés en fait.

"T'imagines pas le nombre d'années qu'il va passer sous terre, à moitié mangé, avant de devenir un semblant de squelette. Plus t'es gros, plus t'as une mort dégueulasse"

"Je me demande s'il existe un documentaire montrant le phénomène en accéléré" répond Andrés avec intérêt.

Ce serait tellement plus intéressant que ces fichus documentaire sur les baleines bleues, même s'il arrive au garçon d'en regarder, puisqu'il est quand même un peu curieux sur tout.

"Je suis pas vraiment supposé le faire sauf si ils ont des trucs coincés à l'intérieur, tu m'as pris pour Dexter ?"

Andrés relève un regard intéresse vers l'homme. La référence l'émeut presque.

"C'est ma série préférée" commente t'il avec un ton sympathique, comme s'il est en train de faire un compliment, chose qui est rare. Il incline légèrement la tête sur le côté. "T'es pas légiste ?"

Andrés sait beaucoup de choses mais il ne connaît pas le métier de cet homme. Tout du moins, il ne saurait pas le nommer. Il s'est cependant toujours douté qu'il y a bien quelqu'un qui rend les morts présentables et que ce n'est pas le médecin légiste, du haut de son pédantisme, qui se donnerait cette peine.

"Mais on peut dire qu'il s'est écrasé contre une branche dans sa chute. Tu veux essayer ?"
"Oh ouais, et comment ! Génial !" s'exclame aussitôt Andrés, qui n'en revient pas de l'opportunité.

Aucune morale cet employé, on dirait Seth ! Andrés tire un gant, puis un autre qu'il cale entre ses dents tandis qu'il enfile le premier. Il enfile ensuite le deuxième. Une fois prêt, il tend la main vers le jeune homme en mimant le sérieux d'un médecin tandis qu'il réclame d'un ton professionnel :

"Scalpel" Il a un petit rictus en coin amusé. "Tu t'appelles comment au fait ? Moi c'est Andrés"

Il se demande si l'employé va vraiment le laisser découper le cadavre. La curiosité sur la sensation de la peau qui se fend sous la lame est sans doute très malsaine. Andrés ne se rend pas compte. Il regarde son interlocuteur avec intérêt. Il a des traits juvénile malgré son âge. Andy espère qu'il aura le même genre de bouille plus tard. Il craint de ne plus être mignon en grandissant. Comment pourrait-il manipuler son entourage sans ça ?

"Dis, je trouve que tu as la tête de quelqu'un qui obtient facilement ce qu'il veut des autres. C'est le cas ?"



fiche codée par Empty Heart


J'écrivais
DES SILENCES
DES NUITS, JE NOTAIS L'INEXPRIMABLE
JE FIXAIS DES VERTIGES

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 290
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage)

Re: [OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose ✻ ( Dim 12 Aoû - 17:16 )

Yeah, I probably got a couple
of screws up in my head loose
EXORDIUM.
On lui dit souvent qu'il a l'air froid au premier abord, un type au tain blafard et au regard de serial killer. Pourtant, quand on s'attarde un moment, il est loin d'être méchant Ozzy. La preuve, si il le voulait, il aurait très bien pu dégager ce gamin à grands coups de pied aux fesses plutôt que de l'écouter lui parler de cette prof à laquelle il aimerait rendre quelque chose qu'il lui a "emprunté". D'ailleurs, sa répartie arrive à lui tirer un sourire amusé. C'est bon, il l'a adopté, plus question de sortir les regards noirs et les marmonnements entre ses dents. « Mouais, t'as de la chance que ta prof sois plus trop en état pour donner sa version des faits. » En soit, ce n'est pas vraiment interdit de faire enterrer quelqu'un avec un objet. Les gens le font tout le temps, que ce soit avec un album de photos de famille ou un bijou particulier, un animal en peluche, tout ce qu'ils jugent appartenir au défunt. S'il le pouvait, Oz' demanderait bien à être incinéré avec son piano, quoi que pour ça il doute que ce soit vraiment autorisé. Du coup, il se voit encore moins demander de l'argent au gamin en échange de ses services, ce n'est pas comme si il y avait quelqu'un pour le surveiller dès qu'il fait un geste s'écartant de ses fonctions habituelles. Ils viennent à parler cadavres, une conversation qu'il n'aurait jamais cru avoir avec un gamin de son âge. Quoi qu'en réalité, ce n'est pas le genre de conversation qu'il s'attend à avoir avec qui que ce soit, enfants comme adultes. En règle générale, ça dégoûte plus que ça n'intrigue et les personnes normales préfèrent changer de sujet plutôt que de s'étendre en long et en large sur son boulot. « Ce serait hyper cool, » souffle Ozzy en pensant au documentaire. Il a toujours aimé ce qui touche au glauque, macabre, ce n'est pas pour rien qu'il se retrouve ici. Après avoir ému Ozzy en annonçant que Dexter est sa série préférée -ça leur fait un point commun, si ça c'est pas touchant-, le garçon lui rappelle que ses rêves de légiste lui ont filé sous le nez quand il a décidé de plaquer l'Université du jour au lendemain. Une tragédie pour Ackerman, même si personne ne l'a poussé et qu'il s'est lancé dans le gouffre tout seul. « Nope, juste un simple thanatopracteur. C'est comme un médecin légiste, mais en moins cool. » Au lieu de sortir des foies pour les peser, il repoudre le nez à des types trop blancs que pour être présentés directement. Sauf que vu qu'il est tout seul et que personne ne pense à soulever les vêtements des morts histoire de vérifier qu'il a bien fait son job, ça lui arrive de faire quelques écarts comme il s'apprête à le faire pour impressionner le gamin. Face à son enthousiasme, Ozzy ne peut s'empêcher de sourire fièrement et commence à préparer le matériel nécessaire à une opération surprise pendant que son acolyte se débat avec une paire de gants en plastique. Pour jouer le jeu, il lui tend le scalpel sans penser un seul instant comme à quel point ça peut être dangereux de laisser un enfant jouer avec des outils aussi tranchants. À son âge, ça l'aurait bien fait marrer de pouvoir se la jouer docteur pour de vrai. « Ozzy, » se présente-t-il au dénommé Andrés avant d'enfiler lui-même des gants pour ensuite retirer une partie du drap qui couvrait le corps de Mr. Addams. Il s'empare d'une bouteille de désinfectant, d'un coton, et nettoie avec précaution le flanc de l'homme sous le regard curieux d'Andrés. « Hum, ça dépend avec qui, » répond-il avec sincérité dans un léger rire. « C'est plutôt moi qui devrais te dire ça, quoi que je suis pas un bon exemple. Apparemment, je cède vite aux demandes des gamins. » Il jette le coton imbibé de désinfectant puis se tourne vers le plus jeune. « Bon, on va rien faire de fou hein, ce serait bon ni pour toi ni pour moi. Tu vas juste lui faire une incision là, sur le flanc, mais pas plus de six centimètres. Tu t'en sens capable ? » lui demande-t-il en haussant un sourcil, le regardant avec une lueur de défi.


say it ain't so
I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: [OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

[OZZY] Yeah, I probably got a couple of screws up in my head loose

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The independance Inn :: St Michael Church
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération