you're all I ever wanted (Newry)

 :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/03/2018
›› Commérages : 326
›› Pseudo : Padawan (la preuve, check l'avatar)
›› Célébrité : Rey (a) (Daisy Ridley)
›› Schizophrénie : Keshia (Lupita Nyong'o)
›› more about me

you're all I ever wanted (Newry) ✻ ( Mar 8 Mai - 0:08 )


Newton & Rory
you're all I ever wanted


Épuisée, je l’étais totalement. Alors que la représentation touchait à sa fin, je m’étais laissée glisser au sol. Vidée de toute substance énergique. Passant une main sur mon visage poisseux, je distinguais des passages dans les vestiaires. J’avais tellement donné de moi-même ces dernières semaines et ce soir qu’il ne me restait pas un brin d’énergie en moi. J’étais vide. Une coquille. Comme il s’agissait du grand soir, je n’avais pas eu le droit d’apporter Scraps avec moi mais d’avaler toute la réglisse que je voulais. Aussitôt et ce malgré la douleur présente dans tout mon corps, je fouillai pour sortir un bâton que je collais dans ma bouche pour commencer à le mâchouiller. Le technicien qui avait été chargé de filmer une partie de la représentation avec mon téléphone vint me trouver pour me tendre le couteux appareil. C’était l’un des rares objets que je possédai qui coûtait une fortune mais indispensable pour une ballerine. Enfin une danseuse. Car je me filmai toujours pour passer au crible le spectacle le lendemain et repérer mes erreurs. J’avais trois messages. Un de ma sœur qui me souhaitait bon courage. Ma mâchoire se crispa en pensant à elle. Avant elle venait à chacune de mes représentations mais nos relations s’étaient dégradées depuis sa fuite de l’Angleterre. Avait-elle seulement conscience des sacrifices que j’avais faits pour elle ? J’en doutais. Je ne lui répondais pas pour passer au sms suivant, pas très intéressant en somme. Puis mon regard se posa sur celui de Newton. Un sourire naquit alors sur mes lèvres alors que je tapai une réponse bien que je ne doutais pas qu’il ait reçu quelques morceaux via les réseaux sociaux et ce à ma demande. Dans le fond, j’avais envie de fêter mes vacances en sa compagnie, enfin le début alors je lui demandai quels étaient les plans pour la soirée déjà bien entamée. Je suis en boîte. What. The. Fuck ? De nouveau mes dents s’entrechoquèrent et un grincement retentit alors que je me relevai en chancelant pour aller retrouver les autres danseurs. Alors qu’on m’avait proposée cette fameuse sortie, j’avais décliné pour rentrer me coller sous mon plaid licorne et dormir pendant trois jours. Je m’approchai de la fille qui se rapprochait le plus d’une amie avant de lui montrer le sms. « Ok, donc nous avons besoin des filles, d’une robe et de te… désolée ma chérie mais tu fais peur. » je levai les yeux au ciel alors que trois paires de mains me poussèrent dans ma loge. On m’arracha à ma tenue de cygne blanc suicidé pour me passer au crible. Fort heureusement, ce n’était pas la première fois que je me retrouvais nue devant elles. Nous autres danseuses n’étions pas pudiques pour un sou. L’une d’elle rentra triomphante avec une étoffe beaucoup trop courte et la brandir comme s’il s’agissait d’un trophée. Ma faible constitution dûe à ma perte de poids me permit de me glisser dedans sans difficulté mais elle était vraiment, vraiment trop courte. Et échancrée sur les côtés et sur le devant. « J’ai l’air d’une pute. » On me dit signe de me taire alors qu’on me força à m’asseoir sur une chaise pour détacher le chignon bien serré et laisser ma touffe retomber en boucles pas trop soyeuses. Puis à coups de pinceaux, elles me firent reprendre forme humaine. j’avais l’impression de partir en guerre. « J’te jure que s’il te saute pas dessus… je le tue. » la voix venait de derrière, mon partenaire de danse me jaugeait avec les bras croisés. J’avais si souvent parlé de Newton que les autres commençaient à en avoir marre. Surtout que j’étais l’une des rares à n’avoir eu aucun partenaire sexuel. Je me redressai alors qu’on me tendit des talons de douze. Danseuse. Peut marcher avec tout. Je chancèle alors que j’attrape un donuts au passage pour l’engloutir. Si je n’ai pas une perfusion de sucre, je pense que je vais m’évanouir. Puis, un gilet sous le bras, nous quittons l’édifice afin de nous diriger vers les véhicules. Une dizaine de danseurs rachitiques, crevés mais bruyants, nous n’allions pas passer inaperçus encore une fois. Une fois dans la voiture, je colle ma tête contre la vitre pour légèrement m’assoupir alors que Newt m’envoyait des messages de détresse. Bien entendu, je n’avais pas dit que je le rejoignais, comptant sur l’effet de surprise. Une fois les deux voitures garées, je fus saisie par le froid qui régnait. Je grelottais alors que nous pénétrions dans le lieu calfeutré et sans doute surchauffé. Je dodelinai de la tête avant de voir qu’il y avait beaucoup trop de monde. Les filles passent aux vestiaires et je fais un signe de dénégation, désirant garder mon gilet. J’avais réellement l’air d’une prostituée dans cet accoutrement ridicule. et ayant appris à plus au moins à faire connaissance avec Newton, ceci aurait plus don de le faire fuir que de le rapprocher de moi. « Foutu pour foutu. » je m’approche de la piste que je traverse accompagnée de mes bruyants camarades et essayant de trouver mon brun au passage. Mais bon, brun et sans doute vêtu de noir, Batman demeurait introuvable. On dénicha un coin et je commandai une redbull que je vidai cul sec alors que la musique de Demi Lovato et Fonsi se mit à retentir. « On part en quête de Dark Vador. » Surnom trouvé pour Newt que je n’appréciai pas tellement. Je soupirai alors que mon partenaire de danse m’invita à danser sur ce morceau rythmé. Je ne mis pas longtemps à accepter, consciente que si je restai sur place, j’allais prendre racine et m’endormir. Une copine m’arracha à mon gilet alors que je me dirigeai sur mes échasses près de la piste de danse pour commencer à bouger avec fluidité. J’avais toujours eu ce don de me mouvoir sur tous les morceaux de musique. C’est comme si elle pénétrait tout mon corps. Je ferme un instant les yeux, me laissant emporter par mes mouvements sans me rendre compte de l’ambiguïté de nos pas. « RORY, ON L’A TROUVÉ, me hurla quelqu’un. » le regard enfiévré à cause de la danse, je me tournai vers la source du bruit avant de voir mes deux amies revenir en courant. « Ton Newton, il est à une table là-bas. » Je déglutis avant de chercher mais j’étais trop petite. Fort heureusement, la musique avait cessé mais la table des garçons -je supposai qu’il n’y avait que des hommes- avait pleine vue sur la piste. Je me mordillai la lèvre inférieure avant de disparaitre de la vue de tous pour retourner vers la table où tout le monde parlait trop fort. « Mon gilet s’il te plait, c’était une très mauvaise idée. » Joueuse et sans doute trop éméchée, la russe monta sur le canapé alors que je fis de même sur la table. Nos dix centimètres d’écart n’aidant pas je me surpris à sautiller malgré les talons sur la table en agitant les bras pour récupérer ma loque. J’allais l’atteindre lorsque des mains puissantes se refermèrent sur mes hanches et m’attirèrent en arrière. Je poussai un cri avant de commencer à me débattre. « Mais lâchez-moi espèce de… » relevant la tête, je croisai un regard qui me hantait depuis une certaine soirée. Alors, je fis un sourire. « Surprise!, m'exclamai-je avec un sourire timide.» il allait me tuer, ouais, il allait sans doute me tuer. adieu monde cruel.  
AVENGEDINCHAINS




Et je vois dans ce regard. Que le voile enfin s'est levé. Et je vois dans ce regard. Que les lumières brillent pour nous. Et dans la douceur du soir. Je sens que le monde a changé. Maintenant tout semble différent  Je veux croire en vous. Je veux croire en nous


Revenir en haut Aller en bas
avatar
NEW IN CAP HARBOR !

❝ Family don't end with blood ❞
‹ NEW IN CAP HARBOR !
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 06/04/2018
›› Commérages : 40
›› Pseudo : battery
›› Célébrité : adam driver
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: you're all I ever wanted (Newry) ✻ ( Lun 14 Mai - 23:30 )

you're all i ever wanted
rory & newton

« »
La soirée battait son plein depuis un petit moment et les garçons s’étaient installés à une table, où visiblement, tout le monde était occuper à discuter avec quelques filles venues squatter leurs bouteilles tout en mettant à jour leur Instagram et Snapchat à la seconde. Il était de ce lot la, moins la poitrine débordant d’une robe et les autres attributs d d’la géante féminine qui allaient avec. Pourtant il fixait lui aussi son écran, ignorant la conversation actuelle en attendant une réponse, quelque chose. Des semaines d’attente et toujours rien. Deux, pour être précis, au cours desquelles il avait tenté de la retrouver, de sortir. Pourtant à chaque fois qu’il lui avait demandé, c’était un non qu’il recevait en réponse. La raison c’était toujours la même: tu me distrairais. De quoi le frustrer, malgré la réponse qu’il avait envoyé plusieurs fois. Je comprends. De toutes les semaines qu’ils avaient passés dans la même ville sans jamais se revoir, il a fallut qu’ils se retrouvent juste avant son ballet. Ce grand ballet qu’elle répète depuis des mois et dont elle lui parle souvent, lui envoyant même des extraits de ses performances lors des répétitions. Sa culture du ballet s’arrêtant à Black Swan, autant dire qu’il ne connaissait pas grand chose du tout, trop peu sophistiqué pour apprécier cet art de la danse millimétrés. Pourtant il regardait ses vidéos, parce que c’était elle et lui avait souhaité bonne chance pour la première représentation ce soir, malgré son absence à sa représentation. Il n’y avait définitivement pas sa place. Ni comme simple spectateur, ni comme soutien à sa...son amie ? Même ce terme sonnait bizarre. Étaient-ils amis ? Peut-être un peu. Sauf qu’en general il évite de se retrouver entre les jambes de ses ami(e)s. À la place de toute façon, on l’avait trainé ici en boîte, par vengeance pour la dernière soirée où Holloway s’était barré à peine arrivé et que sa voiture avait elle aussi disparue. L’excuse qu’il leur avait fournis c’était Keshia et son arrestation pendant la soirée. Il s’était bien gardé de parler de Rory et de leur excursion à Walmart histoire d’éviter des moqueries non-nécessaires. Après tout il avait déjà le moral assez miner comme cela, maudissant encore cette soirée des qu’il y pense, ce n’était pas une raison d’en ajouter une couche. Pourtant, pour eux, rien ne justifiait la tête ailleurs du grand brun et son inattention depuis qu’ils étaient arrivés. En tout cas, c’était pire que d’habitude. C’est pourquoi une paire de mains viennent de poser sur ses épaules, et que la voix de Mark le sort de ses pensées. « Aller Newt, fais pas la gueule. » il sourit, malgré tout et range son téléphone dans sa poche. Elle ne lui répond plus depuis qu’il lui a répondu être ici alors qu’elle voulait savoir ce qu’il faisait ce soir. Dans l’idéal, il aurait préféré être ailleurs, voir même chez lui. Mais le poids de Mark qui se jette sur le canapé à côté de lui, lui rappelle qu’au moins, il n’est pas tout seul. « J’ai pas le droit de boire et vous m’avez forcé à venir, j’ai le droit de tirer la tronche, nan ? » Bon, sortir n’était pas là pire des tortures mais c’est vrai qu’il aurait préféré être ailleurs. « Désolé d’avoir gâché ta soirée astiquage, tu pourras remettre ça à demain. » « Je t’emmerde » dit-il en remplissant le verre que lui tendait son ami, riant malgré lui à sa réflexion. C’était pas vraiment le programme qu’il avait prévu, mais bon. Newt le regarde ensuite descendre la boisson d’une traite en soupirant, puis un deuxième. Lui aussi il aimerait bien descendre quelques verres histoire de calmer ses nerfs. La plupart des mecs de son groupe avait quelques années de moins de que lui, certains avaient l’âge de son microbe de frère et d’autres encore plus jeunes. C’est bien souvent pour cela que Newt se retrouvait à être un des taxis ambulants de leurs soirées et qu’ils se permettaient tant de familiarités, c’était comme ses petits frères. Le verre est claqué sur la table et les bras levés au ciel en guise de victoire. « Voilà, celui là il était pour toi. » le Holloway ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel en s’appuyant sur le dossier du canapé feutré au grand désespoir de son voisin. Les autres étaient bien trop occupés à regarder autour d’eux pour se soucier de ses états d’âmes. « Qu’est-ce que t’as mon vieux ? Avec la tête que tu fais c’est pas comme ça qu’on va réussir à pécho. » Cette fois encore il rit. « Que je sois là ou pas t’arriverais pas à pécho. Faut te mettre ça en tête. » « C’est pas dit, regarde. » il désigne les deux filles qui se sont arrêtées devant leur table et qui, visiblement attendait qu’il lève le nez. Leurs visages lui disait quelque chose mais à peine les garçons avaient-ils croisé leurs regards qu’elles s’enfuyaient en riant. « Tu disais ? » Il se moque un peu, se laissant retomber lourdement sur le dossier du canapé qu’il avait déserté avant de sentir de nouveau sa main s’écraser sur son épaule, le poussant en avant. « Aller debout, tu m’accompagnes. » qu’il grogne, soulevant son ami malgré les plainte de Newton. « J’ai pas envie, Mark. » « Je t’ai pas demandé ton avis. » il fini par céder et se lever, boudant, les mains dans ses poches, en suivant son ami qui visiblement cherchait les filles. Dans la foule, il n’arriverait pas à les retrouver c’est certain et il en était plutôt satisfait, peu désireux de servir de bras droit à son ami qui avait visiblement l’intention de conclure ce soir. Ça en ferait un de moins à ramener à la maison, il fallait voir les choses de façon positive. Mais il n’avait tout simplement pas envie de draguer à ses côtés, tout simplement parce qu’il avait déjà quelqu’un en tête.. et elle refusait de lui répondre. Et ça, c’était frustrant. Les yeux fixés sur la foule il observe, cherche pour lui les deux nanas dans la boîte, jusqu’à ce que Mark ne le frappe au bras, désignant avec enthousiasme une fille à la robe très très échancrée que les filles rejoignent, visiblement. Même de loin, elle lui dit quelque chose... mais non. Non c’est son imagination de pervers qui lui fait miroiter Rory dans une tenue pareille. La pauvre fille avait juste le malheur d’avoir à peu près la même carrure qu’elle et des cheveux bruns aussi... ça ne pouvait pas être elle, si ? Non. Bien sûr que non. « Mate un peu le spectacle, on est tombé sur le jackpot ! » on a perdu Mark, alors qu’il suit le groupe de fille réunie autour d’une table où effectivement, il a de quoi trouver son bonheur. Les deux hommes fendent la foule pour rejoindre les jeunes femmes et soudain, Newton se fige. C’était Rory. C’était sa voix, c’était son corps qu’il avait, malheureusement eu l’occasion de voir au travers des vidéos -cruelles- qu’elle lui avait envoyé et une entendu, c’était un visage qu’il ne voit pas la-tout de suite, mais qu’il a aperçu plus tôt en la regardant danser. Mais le reste, tout le reste, ne fait pas trop de doute. Même ses amies, au final, il les reconnaît. Le duo n’ose pas interrompre la scène qui se joue devant eux au premier abord, observant les deux femmes se battre pour un gilet visiblement, alors que Rory sautillait sur la table, définitivement en train de perdre le combat. « T’as vu comment elle est bonne ? Cette robe... J’vais me la- » il se fait interrompre. « Je crois pas non. » Simple et précis, pourtant, Mark n’a aucune idée de pourquoi ce Non était catégorique. Il ne savait pas que cela faisait plus de deux semaines qu’il attendait de la voir. Ne savait pas que, voilà deux semaines, qu’il vivait avec la frustration de ne pas avoir pu rester avec elle ne serait-ce que quelques minutes de plus. Tout ce qu’il voulait faire, là tout de suite, c’était la décoller de cette table et reprendre là où ils s’en étaient arrêtés en y mettant toute cette frustration accumulée ces derniers jours. Et la voir ainsi se dandiner et pire, plaire aux autres, n’aidait franchement pas. Il fallait qu’il fasse quelque chose. Parce qu’elle était à lui, et à personne d’autres. À côté pourtant, Mark ne se démonte pas, expliquant le planning d’attaque qu’il mettait au point pour réussir à finir dans le lit de la fille de ses rêves. « Mais si, tout ce que t’as à faire c’est avoir l’air... dark et mystérieux pendant que je drague ok ? L’autre debout a l’air pas mal non plus je glisserai un mot en ta faveur... » Il réalise au bout de quelques secondes que son interlocuteur n’était plus à côté de lui. « Newt ? » mais Newton avait cessé d’écouter il y a un petit moment. Pire, il avait franchit les quelques pas pour rejoindre la table basse où sautillait toujours Rory. Elle était en talons hauts. Et en robe... enfin, si on pouvait appeler ça une robe. Sans trop d’effort -pas du tout même- il pose ses mains sur ses hanches et la soulève de la table, l’attirant à lui. Adieu le gilet, que son amie détient toujours victorieuse, alors Rory se débat férocement. « C’est juste moi. » dit-il, et effectivement ce n’était que lui. Ce n’était pas la première fois qu’elle sentait ses mains sur elle et certainement pas la dernière. En tout cas c’est ce qu’il espérait. Elle se rend rapidement compte de son identité et lui sourit. Et ça, c’était Rory. « Salut. » qu’il souffle en lui rendant son sourire. « Une surprise en effet, je ne pensais pas que tu allais venir, tu ne répondais plus. Je comprends pourquoi maintenant. Tu vas bien ? ça c’est bien passé ? » au final il était content de se silence s’il avait conduit à sa présence ici, alors qu’il ne l’attendait pas du tout. Ce n’était certainement pas pour le rejoindre, vu le monde assemblé à sa table, mais il remerciait la taille de cette ville tellement petite que le hasard avait bien fait les choses. Et il était heureux, soudainement. Après deux semaines à ruminer dans son coin, elle était là et grand dieu, ça lui était apparu comme une éternité. Stupide, n’est-ce pas. Ils ne se voient pas pendant six mois et il a suffit de deux heures avec elle et quelques sms par jour pour qu’elle lui manque. Il était dans la merde, c’était certain. C’est ce qui flotte dans son esprit alors qu’il la pose sur le sol, sans pour autant décoller ses mains d’elle. Sait-on jamais, elle allait peut-être disparaître si il le faisait. « Tu es... plus que ravissante. Même si j’avoue que j’ai eu du mal à te reconnaître au début. » En entendant les autres parler il tourne la tête vers ses amis, se rappelant soudainement de leur présence. Ah. Ils étaient là. C’est vrai...Mark aussi d’ailleurs, un peu perdu, vu la tête qu’il faisait - qu’est-ce que ça aurait été si il était directement l’embrasser sans plus de cérémonie devant lui. Il faudra bien qu’il lui explique… un jour.



(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/03/2018
›› Commérages : 326
›› Pseudo : Padawan (la preuve, check l'avatar)
›› Célébrité : Rey (a) (Daisy Ridley)
›› Schizophrénie : Keshia (Lupita Nyong'o)
›› more about me

Re: you're all I ever wanted (Newry) ✻ ( Mar 15 Mai - 0:03 )


Newton & Rory
you're all I ever wanted


Maudites soient-elles. Je devrais être sur ma canapé, emmitouflée dans mon plaid comme un burritos à regarder un épisode de série ou alors, ou alors. Oui, j’avais d’autres plans. Je voulais retrouver mon mien. Car oui, Newt m’appartenait. Il suffisait de voir les sms qu’on s’échangeait, les courtes vidéos, nos discussions le soir. Alors, oui il m’avait invité plusieurs fois à sortir. Oui, j’avais refusé mais à contrecœur. Après un refus, je lui envoyais toujours une petite vidéo pour m’excuser et lui montrer le cadre dans lequel j’étais. A savoir une chambre d’hôtel miteuse, seule à faire mon maki dans une couverture. « J’aimerai tant que tu sois avec moi, ce soir. » Cette phrase était sortie toute seule alors que j’étais sur le point d’entrer sur scène. j’avais toujours un trac fou avant les premières. Je me disais qu’encore, c’était une petite compagnie et donc il y avait peu de chances que de gros bonnets viennent me voir pour m’intégrer ailleurs. J’en avais reçu des offres mais je les avais toutes déclinées. Car ma sœur était plus importante. Et maintenant, je savais que ma place était à Cap. Parce qu’il y avait quelque chose de mieux qui me retenait ici. Il y avait Newton. Peu de personnes croient au coup de foudre mais il y en avait fallu de peu pour que je sois complètement mordue. Mes copines me l’avaient dit. C’est lui ou nous. Alors, je le choisissais lui. voilà pourquoi vêtue comme une catin, j’avais rassemblé mon courage pour monter dans cette voiture en direction d’un endroit que je n’aimais pas. une boite de nuit. je mentirai si je disais n’y être jamais allée mais dans le but de « pécho » comme il disait. Nous, j’y allais surtout pour danser, me défouler. Mais j’avais dansé pendant trois heures ce soir. J’avais mal partout et pourtant. Je ne pouvais pas le laisser là. je sentais mon téléphone vibrer dans mon sac. Sans doute des messages de Newton. Mais la magie des iPhone faisait que tu pouvais voir lorsqu’une personne lisait tes messages. Et il s’agissait juste d’une surprise. Faisant l’impasse du vestiaire car je n’avais qu’un gilet, j’arrivai sur mes talons hauts pour chercher mon mâle. Où es-tu géant de deux mètres ? Je cherche mais je ne le trouve pas. alors, je pars bouder dans mon coin. « Nous partons en éclaireuses, m’avaient dit deux de mes amis alors qu’on commandait du champagne. » Je ne buvais pas. je n’avais jamais bu d’alcool. Ou de la chance liquide comme dirait Harry Potter. En grognant, je regardai les autres danser au loin. Puis, je soupirai. « Arrête de faire la tête, tu vas le trouver ! » Ou pas. je fus tentée de sortir mon portable pour lui demander où il était mais on me le prit des mains alors que mon partenaire de danse me tira par la main pour me mettre debout. Natalya ôta mon gilet qu’on jetta au loin alors qu’on m’envoyait dans l’arène. Avec des fauves. Josh me prit par la taille alors qu’on commençait à danser. Je pouvais sentir les regards des mecs sur moi mais je fermai les yeux, remplaçant mon partenaires par un autre. Par Newton. Au rythme de la musique endiablée, mes muscles s’animèrent comme munis d’une nouvelle force. Je continuai ma parade amoureuse avant de continuer à sourire alors qu’Olga et Lily revinrent en force. Nous l’avons trouvé. Les mots me pétrifièrent sur place alors que je regardai ma tenue de la tête aux pieds. J’avais vraiment l’air d’une trainée. Mon gilet. Et vite. Avec une grâce qui m’était propre et sans doute dû au manque d’alcool, je montai sur la table pour commencer une bagarre et récupérer mon vêtement. En sautillant sur place. J’entendis un mec siffler et tenter une approche alors que des mains chaudes se posèrent sur ma peau dénudée. Je frissonnai avant de me débattre. Le timbre chaud m’apaisa et je m’autorisai un regard vers lui. Newton. Mon cœur se mit à battre un peu plus vite, ma température corporelle augmenta petit à petit alors que je plongeai dans ses yeux. « ça va et toi ?, me contentai-je de répondre alors que mon sourire s’élargissait. » Il m’attira un peu vers lui avant de me poser au sol. Mes bras s’enroulèrent naturellement autour de son cou alors que je ne le quittai pas des yeux. Un toussotement me fit détourner les yeux pour se poser sur mes amies qui me firent un signe de tête. « Ouais apparemment les filles pensaient que j’avais plus de chances d’attirer quelqu’un vêtue comme… enfin comme ça. » je posai mon index sur ses lèvres. « Deux secondes. » Je m’écarte à contrecœur comme une anguille avant d’aller vers les trois filles qui se mirent à glousser. Nous échangeâmes quelques mots en russe alors qu’on me tendit mon gilet que j’enfilai. Puis une coupe de champagne. « pour te donner du courage, me murmura-t-on. » Je fixe un moment le verre avant de le vider d’une traite et grimacer. « Et merde ! » Puis, je fais volte-face avant de sauter dans les bras du géant. Rien à foutre du regard des autres. Mes lèvres s’écrasent sur les siennes avec passion. Au diable, la galanterie. J’entends des sifflements derrière nous mais j’en ai strictement rien à foutre. Le temps s’arrête comme dans Big Fish. Je lève haut mon majeur pour mes amis alors que mon autre main était toujours agrippée à sa nuque. Hors d’haleine, je me détache de ses lèvres, remarquant que j’avais enroulé mes petites jambes autour de son corps massif. Merci le gilet qui devait cacher mon manque de sous-vêtement. « Désolée mais comme tu ne semblais pas te décider, j’ai pris les devants. Tu m’en veux pas trop ? Murmurai-je avant d’attraper sa lèvre inférieure. » Puis, je retrouve la terre ferme avant d’attirer les pans de mon gilet sur mon corps frêle. Puis, je me tourne vers son pote qui nous fixe sans rien dire. « Je crois que t’as besoin de prendre l’air. Une petite brise d’air frais te permettra de te remettre les idées en place, hein gigantosaure ? » Un énième sourire en coin naquit sur mes lèvres que je pris un malin plaisir avant de me mettre à gigoter sur le rythme de la musique   
AVENGEDINCHAINS




Et je vois dans ce regard. Que le voile enfin s'est levé. Et je vois dans ce regard. Que les lumières brillent pour nous. Et dans la douceur du soir. Je sens que le monde a changé. Maintenant tout semble différent  Je veux croire en vous. Je veux croire en nous


Revenir en haut Aller en bas
avatar
NEW IN CAP HARBOR !

❝ Family don't end with blood ❞
‹ NEW IN CAP HARBOR !
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 06/04/2018
›› Commérages : 40
›› Pseudo : battery
›› Célébrité : adam driver
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: you're all I ever wanted (Newry) ✻ ( Jeu 17 Mai - 2:48 )

you're all i ever wanted
rory & newton

« »


C’était bien Rory, heureusement pour lui parce que sinon il allait se retrouver avec une plainte au cul pour avoir posé ses mains sur une fille qu’il ne connaît pas du tout. Un double soulagement donc. « Mieux maintenant.» qu’il répond tout sourire. Finalement sortir ça avait valu la peine si cela voulait dire la voir, quelques minutes ou quelques heures peu importe si tout le monde autour devait les regarder. En tout cas, c’est l’impression qu’il avait, particulièrement avec les bruits émis par les amies de Rory qui manigançait bien des choses. C’était elles, la robe et les chaussures… pour attirer quelqu’un ? Mais quoi voyon ? Lui? Lui ou un autre ? Il n’eu pas le temps de répondre que son index se pose sur ses lèvres, le forçant au silence pendant qu’elle retourne vers ses amies. Sans détourner les yeux, il pouvait sentir pourtant le regard de son ami sur sa droite. Aïe. Cela ne l’empêche pas de continuer à regarder ce qu’elle faisait, histoire qu’elle ne disparaisse pas dans l’instant parce que la, il en voudrait au monde entier de ne jamais rien faire en sa faveur. Après avoir enfilé son gilet et avalé le contenu d’un verre elle se retourne et lui saute complètement dessus pour venir l’embrasser sans demander son reste. Alors ça pour une surprise, c’est effectivement une surprise lui qui c’était retenu de ne pas lui sauter dessus, c’est elle qui craque avant lui. Ce n’est qu’aux bouts de quelques secondes que le grand brun ne fini par réaliser ce qu’il se passait, s’accrochant enfin à elle il lui rend son baiser dans se soucier des commentaires des autres. De toute façon ils n’avaient pas leur mot à dire et la, tout de suite maintenant, plus rien n’avait d’importance hormis eux-deux et leur baiser qu’elle interrompt malheureusement pour respirer. C'était décidé dans sa tête: il ne laisserait rien ni personne l’empêcher de quitter cet endroit avec elle. Celui qui tente finira la tête la première sur le bitume à l’extérieur. « Pas du tout, c’était ce que j’avais envie de faire. » qu’il se contente de souffler contre ses lèvres, amusé par son entrain qui l’avait littéralement propulsé dans ses bras. Elle ne tarde pas à retrouver le sol de nouveau, alors que cette fois elle s’adresse à Mark, qui ressemblait à un poisson pour le coup en regardant la jeune femme qui se remet à danser, avant de lui jeter un coup d’œil à lui qui ne fait que hausser les épaules dans sa direction. Plus tard l’explication, il avait mieux à faire tout de suite. « Je crois que c’est moi qui ai besoin d’air…On revient. » Aussitôt il passe un bras autour de sa taille et la soulève de terre toujours sans la moindre difficulté. Elle devait faire le poids de sa nièce, voir même de son chien tellement elle était fine alors, ce n’était pas grand chose pour lui, qui traverse la foule du mieux qu’il pouvait. Newton savait parfaitement où il allait, dans la cours extérieur de la boîte où s'agglutinent les gens pour fumer quand il faisait bon dehors. Peut-être qu'aujourd'hui était un peu plus frisquet que les autres et que les fumeurs avaient renoncés à leur nicotine pour le moment ? Avec un peu de chance. Pourtant en poussant la porte, ils n’étaient pas seul à l’extérieur - foutus chauffages d’extérieur qu’ils avaient allumé - mais tout le monde était bien trop occupé pour réaliser leur intrusion, parfait. C’était déjà mieux que devant la table de ses amis et devant un Mark un peu perdu. Là c’était bien mieux, en tout cas c’est ici qu’il avait prévu de l’emmener à la seconde où il l’avait vu et où l’idée de lui sauter dessus devant tout son groupe d’ami n’était pas une superbe idée. Pourtant il ne regrettait pas qu’elle se le soit permise, elle qui connaissait ces gens. Parce qu’au moins, sa frustration ne le rendait plus aussi taré qu’avant, même si une grande partie de lui en avait pas du tout terminé avec elle. Ils auraient eu ça, déjà, si jamais ils étaient encore interrompu dans les dix prochaines minutes par quelqu’un ne tenant que peu à la vie. En se glissant dans un coin il la dépose sur le sol sans pour autant la relâcher. Ils y trouvent un peu de calme...si on peut dire. La musique tambourinait toujours derrière eux et les conversations autour d’eux formait un brouhaha constant, mais au moins, pas besoin de crier pour s’entendre ni d’entendre les sifflets des autres, juste pendant quelques minutes. A l’extérieur Newton peut enfin prendre le temps de la regarder en détail. Elle a perdu du poids depuis la dernière fois qu’ils se sont vu. Avec tous les entraînements qu’elle fait, qui leur ont coûté de nombreux rendez-vous qu’ils auraient pu avoir, cela expliquait tout. Bien évidemment ce n’est pas le genre de commentaire qu’une fille a envie d’entendre, dans un sens comme dans l’autre. Mais cela ne l’empêche pas de s’en inquiéter un peu, elle déjà si frêle n’aurait bientôt plus que la peau et les os si elle continuait à se surmener, mais encore une fois, il n’avait pas son mot à dire du tout. Il ne savait même pas vers où ils allaient tous les deux... Il préfère secouer sa tête mentalement et essaye de penser à autre chose, rapidement. Ah oui, la raison pour laquelle il l’avait traîné jusqu’ici. En nouant fermement ses bras autour elle, bien forcé de glisser ses mains sur sa peau exposée malgré le feu que cela engendre chez lui. Il aurait très bien pu poser ses mains sur son gilet...mais finalement, c'était mieux comme ça. Tant pis pour lui, au moins ses bras étaient au chaud. Il la détestait cette robe et pourtant, il l’adorait. Parce qu’elle était sublime à l’intérieur, absolument renversante et cela n’aidait en rien le pauvre Newt à se concentrer sur autre chose que eux, son lit et la maudite robe trop fine laissant trop de peau exposée et son gilet, balancés dans un coin de la pièce. Ça l’énerve presque tellement c’était injuste de lui faire ça, et il maudissait ses amies autant qu’il les remerciait. Son étrange idée pour changer le fil de ses pensées ? Poser ses lèvres sur les siennes et arrêter toute réflexion en lui donnant un baiser, beaucoup doux au début, qu’il intensifie par la suite. C’était plus ça qu’il avait en tête l’autre soir sur ce maudit parking. Quelque chose de plus langoureux, ses mains serrant sa taille contre lui. Oh il n’avait rien du tout contre les baisers passionnés plein de fougue, loin de là... Mais si ils ne prenaient pas leur temps, pas certain qu’ils arrivent à quitter cet endroit avant qu’il ne craque et lui saute dessus. Bien entendu, il s’en voudrait de faire une chose pareille. Lorsqu’il fini pas se détacher ce n’est pas pour aller bien loin, restant assez près pour que leurs lèvres s’effleurent mais qu’ils puissent respirer quand-même. « C’était ça que j’avais plutôt en tête comme premier baiser, l’autre soir, sur le parking. Mais quand je t’ai vu - enfin que j’ai eu confirmation que je ne rêvais pas - ma seule envie c’était de te faire descendre de cette table et t’embrasser sans la moindre retenue. Mais je crois que mon pote m’aurait tué si j’avais fait ça. Au moins, ce sera pas de ma faute pour le coup. » qu’il dit, riant en imaginant la stupeur sur le visage de son ami, déjà que la il était sûrement marqué pour la soirée. Mais au diable Mark et les autres, ils viendraient bien assez tôt gâcher leur tranquillité si difficilement obtenue. Il devait avoir l’air malin, penché comme il l’était pour pouvoir l’atteindre. Mais c’était le prix à payer d’être aussi grand, et encore, les talons de Rory leur facilitait légèrement la vie.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/03/2018
›› Commérages : 326
›› Pseudo : Padawan (la preuve, check l'avatar)
›› Célébrité : Rey (a) (Daisy Ridley)
›› Schizophrénie : Keshia (Lupita Nyong'o)
›› more about me

Re: you're all I ever wanted (Newry) ✻ ( Jeu 17 Mai - 3:39 )


Newton & Rory
you're all I ever wanted


 J’étais clairement venue en boite pour le retrouver. Même si j’avais lamentablement échoué et qu’au final, deux russes étaient parties en éclaireuses. Mais alors que je sentais ses mains chaudes se refermer sur ma taille et réprimant mon envie d’assommer le brave, je reconnus sa voix à mon oreille. Puis, il me fit pivoter pour que je me retrouve face à lui. Mon regard se leva pour rencontrer le sien. Nous allions choper un torticolis à force de nous regarder de la sorte dans le blanc des yeux. j’en ignorai les gloussements de mes amies -pintades- et le regard de son ami. qui avait envie de me pécho si j’avais bien compris leur conversation. No chance, bro. J’incline un peu la tête sur le côté alors que mon sourire s’élargissait de plus en plus au fur et à mesure que les secondes passaient. Je me rapproche un peu plus de lui alors qu’on m’interpellait en russe. Je lève alors yeux au ciel avant de me tourner vers mes amies, mettant mon index sur la bouche de mon… wait a minute ! Je m’écarte de lui à contrecœur avant de les écouter parler. Me dicter leur plan. Simple. Enfile ce gilet que j’arrache des mains de Natalya en lui jetant un regard assassin avant d’accepter une coupe de champagne. Il faut bien une première fois à tout. Je la vide d’une traite. Mauvaise idée quand on sait que je n’ai pas mangé et que mon corps est délesté de cinq kilos au moins. Puis, je secoue la tête pour assimiler le liquide ignoble qui coulait dans ma gorge. Puis sans réfléchir, je me dirige vers lui avant de prendre une petite impulsion et me retrouver agrippée à son cou. mes doigts autour de sa nuque, ma bouche contre la sienne. Je laisse de baiser exprimer la frustration que j’avais ressentie depuis quinze jours. Ou plutôt six putains de longs mois en solitaire. Merde pour une fois qu’un mec me plaisait, je n’allais pas le laisser filer de sitôt. Sans surprise, il répond à mon baiser. A cet instant, les secondes se figent tout comme mon cerveau. Seul notre échange comptait. Je pouvais limite entendre les cris de joie de l’assemblée derrière nous pour lever mon majeur en l’air. « Gracieux Rory, me clarifia Josh ». Mes doigts tapotaient dangereusement sa nuque. La musique était toujours aussi forte, les gens continuaient de danser autour de nous sans se soucier du fait qu’un jeune couple était en train de se former. Je finis par me reculer, hors d’haleine, remarquant mes jambes nouées machinalement autour de sa taille. Simplicité. Sans le quitter des yeux -merci mais l’autre fois m’a suffi, tu disparaitras pas sans moi mon pote- je murmure quelques mots contre ses lèvres avant de finir les mordiller. Sa réponse me fait rire et je perds un instant ma tête dans son cou avant de caresser sa joue avec un geste affectueux. Puis, je délie mes jambes pour retrouver le sol. Je tire un instant sur ce maudit tissus avant de voir que le pote -qui désirait visiblement que je finisse dans son lit- était toujours à nous fixer avec son air de poisson mort sur le visage. J’ai quelques mots à son adresse, d’humeur taquine. Mais Newt semble en avoir décidé autrement. Je sens ses mains se refermer sur moi de nouveau et je quitte mes appuis plantaires à nouveau en poussant un cri de surprise. « Non mais homme des cavernes, je peux marcher tu sais ? » Je le laisse fendre la foule comme s’il était Moïse et que j’étais le bâton qui séparait la mer rouge en deux. Je devais donc faire comme Fiona balourdée sur l’épaule de Shrek et attendre. Sauf que je suis collée contre son corps et que ma tête est enfouie dans son cou. Je pourrais le mordre, je devrais d’ailleurs mais sans ça, mes hormones reprendraient le dessus.. Puis, il ouvrit la porte et je sentis une bourrasque de vent frais s’insinuer, m’arrachant un frisson. Le fumoir. Je fronce le nez avant de tousser légèrement alors qu’il continuait de marcher. Mais il m’emmène où comme ça ? Je retrouve la terre ferme pour lisser à nouveau mes vêtements et je dodeline de la tête au rythme de la musique qui nous parvenait de l’intérieur. Je finis par lever le regard avant de voir que le sien est rivé sur moi. je fronce un peu les sourcils avant d’entrouvrir légèrement les pans de mon gilet. « Attention, je crois que tu baves un peu, dis-je en passant ma main au coin de sa bouche pour le taquiner légèrement. » C’est vrai que j’étais vêtue comme une trainée et qu’en plus, je ressemblais à un sac d’os. QUI CREVAIT LA DALLE. Punaise et dire que j’ai abandonné une succulente pizza pour venir le rejoindre. Est-ce que je le regrettai ? Pas le moins du monde. Mais si je commence à le voir comme une tranche de bacon, il ne faudra pas s’inquiéter. Mon esprit s’égare vers mon canapé, mon chien et ma bouffe si bien que je ne sens pas ses doigts venir. Ceux-ci se posent à nouveau sur ma taille sur ma peau. Les miennes se glissent sous son tee-shirt. Punaise, ses muscles. Je pense que je vais faire un AVC avant la fin de la soirée. Ou y laisser ma culotte. Sauf que je n’en ai pas et que visiblement, cette robe n’était pas faite pour rester sur le corps d’une donzelle. Je me presse un peu plus contre lui alors que mes mains parcourent son dos. Je me hisse un peu sur mes pointes -avantages de ballerine- alors que nos lèvres se rencontrent. Au départ, le baiser est doux -parfait- puis rapidement la passion nous emporte à nouveau l’un comme l’autre. Je le laisse mener le ballet qui se livrait entre nous seuls à cet instant avant de nous écarter mutuellement pour reprendre notre souffle l’un comme l’autre. Je passe une main dans ses cheveux. J’éclate de rire avant de secouer la tête. « Au diable ton pote, il ne pensait qu’à me sauter de toute manière. Et il aurait échoué… » Clairement. Mais alors en beauté. Se casser les dents sur le bitume comme dans American History X. « Alors embrasse-moi sans la moindre retenue. Je suis toute à toi. Eh oui, on se débarrasse pas de moi si facilement Monsieur Holloway. Je te l’ai dit. Sois-tu me prends toute entière, soit pas du tout. » Après tout, nous avions dépassé le simple stade du flirt en quinze jours. Je tourne la tête pour voir une petite caisse derrière nous. Sans doute pour que les gens puissent s’asseoir et vomir en écartant les jambes. Je monte dessus pour réduire notre écart de taille assez prodigieux avant de venir l’attirer contre moi et de l’embrasser à nouveau. Mes mains délestent son dos pour venir attraper les siennes que je pose franchement sur ma peau, réduisant plus encore la distance entre nos corps. Merde, il caille et j’ai besoin de chaleur corporelle. Une fois le baiser rompu à nouveau, je viens en déposer un plus chaste sur son nez avant de le regarder. « Si tu veux rendre jaloux ton pote qui pense que tu peux te la jouer dark et mystérieux, je veux bien t’aider. Mais ça va inclure une petite séance de pelotages… » Je me penche pour venir mordiller un peu son cou alors que mes mains remontaient lentement le long de son avant-bras. « Prêt à se sacrifier pour écourter cette soirée, sergent Holloway ? Je suis venue ici pour toi, maintenant que j’t’ai trouvé je compte bien danser encore un peu et me barrer pour aller manger. Car j’ai la dalle. » Oui, je l’avais choisi lui plutôt que la bouffe. Sauf que trois heures d’effort et une grande dose d’épuisement faisaient qu’il fallait vite nourrir le Pokémon Rory. Et ce même si nous étions après minuit. Après tout, je n’étais pas un gremlin. Enfin, j’espérai être un peu plus pour Newt. 1. Il pourrait sans doute me mouiller comme il l’entendait avec de longs bains -punaise le rêve de toute danseuse après un ballet ; 2. Je comptais bien sortir avec lui à la lumière du jour. Et 3. Etre nourrie en pleine nuit car franchement, j’allais finir par tourner de l’œil avec cette unique coupe de champagne en guise de repas.  
AVENGEDINCHAINS




Et je vois dans ce regard. Que le voile enfin s'est levé. Et je vois dans ce regard. Que les lumières brillent pour nous. Et dans la douceur du soir. Je sens que le monde a changé. Maintenant tout semble différent  Je veux croire en vous. Je veux croire en nous


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: you're all I ever wanted (Newry) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

you're all I ever wanted (Newry)

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération