Original Prankster [Andrés + Silvia]

 :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 263
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Original Prankster [Andrés + Silvia] ✻ ( Sam 12 Mai - 20:16 )

Original Prankster
Andy & Silvia & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Franchement, seul dans la villa de Seth, à garder un Andrés épuisé de sa journée et qui se couchait aux alentours de minuit, une heure excessivement raisonnable pour lui… L’occasion était juste trop belle. Prouvant pour la énième fois qu’il était capable de blagues placées très haut sur l’échelle de la fils de putterie, Lucas n’avait pas résisté à l’envie de faire vivre un mini-film d’horreur à son petit frère (qui était adorable en toute circonstance, mais surtout quand il avait la frousse). Toutes les conditions étaient réunies, cette opportunité de connerie lui était servie sur un plateau d'argent. Attendant que le gosse ait bien fermé la porte de sa chambre, et lui laissant un petit délai pour se glisser sous les couettes, le filou descendit discrètement dans la Seth-cave. Il était temps d’entamer les hostilités de saleté de grand frère !

Lucas mentirait s’il disait qu’il n’avait pas lui-même un peu peur de l’Androïde de leur père, Lucy. Entre son sourire inexhaustible inquiétant, cette lueur bizarre qu’elle avait dans les yeux, et son physique un peu trop humain, et son absence de gambette esthétiquement flippante…. Disons qu’il n’écartait pas la possibilité qu’elle lui brise la nuque d’un revers de bras un jour, quand il serait trop près comme maintenant. Tout comme Andrés, Lucas avait un peu trop regardé Terminator dans son enfance et cette histoire de robot prenant le contrôle de toutes ses actions et voulant se débarrasser de la domination humaine, ça avait vite fait de monter à la tête quand on avait un père justement entouré de machines. D’autant plus que vu ce qu’il s’apprêtait à faire, il y aurait des chances que Lucy se venge un jour. L’Androide étant dénuée de jambes, Lucas la porta à plein bras. « Je t’emmène en mission, beauté » « Je m’appelle Lucy, monsieur Wilde » lui répondit la femme avec sa voix d’hôtesse. C’est qu’elle était marante en plus ! « T’es revêche toi » Il la monta jusqu'au premier étage. Allant ensuite dans une des chambres d’invités, il emprunta  au bureau un siège de travail roulant afin d’y asseoir le robot.

Silencieux, discret, à pas de loup, il fit rouler le siège devant la porte fermée d’Andrés. Lucas se mit ensuite à côté d’elle et s’accroupit. « Demande à Andy de t’ouvrir» chuchota t-il au robot. Quel enfoiré cet aîné, Andrés avait une peur bleue de Lucy. Il couvrit sa propre bouche d’une main pour s’empêcher de rire quand l'androïde s’exécuta d’une voix claire, distincte : « Bonsoir Monsieur Wilde, pouvez-vous me laisser entrer ? » Comme le disait un des dictons de Lulu : qui aime bien, châtie bien, qui adore, châtie mieux encore. Lucas ravala son rire silencieux pour articuler, toujours tout aussi bas : « Je crois que tu vas devoir insister un peu, il m'a pas l'air très emballé là » Sans blague. « Monsieur Wilde, vous m’entendez ? S’il-vous-plait ». Bon, il n’y avait plus qu’à espérer que son petit frère n’ait déjà pas pissé au lit à l'heure qu'il était. M’enfin, vu la fripouille sans foi ni loi que c’était, il méritait bien une petite frousse dans le genre. Il y a un truc que Lucas n'était pas pressé d'avoir cela dit, c'était le retour du boomerang. Andrés était un revanchard dangereux, son grand frère avait au moins la chance d'être son chouchou au sein de la famille. Cela lui laissait une marge d'indulgence à avoir.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/02/2018
›› Commérages : 98
›› Pseudo : Titif - tiphaine
›› Célébrité : Noah Schnapp

Re: Original Prankster [Andrés + Silvia] ✻ ( Ven 15 Juin - 13:17 )



Original Prankster



Lucas lui a demandé d’être raisonnable, sa parole est d’or alors Andy l’écoute. Le garçon monte dans sa chambre assez tôt avec son assiette de cheesecake au coulis de framboise. Il le déguste dans sont lit avec une canette de coca posée sur sa table de nuit qu’il boit entièrement ensuite. Andrés espère qu’il ne perdra pas à la loterie de la malbouffe, parce que ce serait dommage qu’il fasse partie des malheureux élus chopant un cancer du pancréas ou autre saloperie parce qu’ils n’ont pas fait attention. Andrés va ensuite se brosser les dents dans sa salle de bains, il prend une douche et va se glisser sous les draps. Il y est tellement tôt que le garçon prend le temps de lire la suite de Hell. Andrés trouve que la jeune fille, Hell, est captivante avec son cynisme et sa superficialité, mais il n’arrive pas à savoir s’il aime bien ce livre, il y a un peu de trop de tout, et une impression de déjà vu parce qu’il est fan de Palahniuk, et que Palahniuk a un style viscéral et haché qui y ressemble ou alors peut-être que c’est mal traduit. Hell, c’est un roman français à la base.

Lucas a promis qu’ils passeraient la journée ensemble le lendemain, le garçon veut donc y être en forme parce qu’une journée avec son grand frère, c’est éprouvant comme une traversée du continent à cloche-pied. Andrés est content de passer plus de temps avec lui. Toutefois, si Andy décide de passer une soirée dans sa vie en étant sage, ça doit forcément partir en un freestyle aussi consternant qu’un alcoolique qui s’essaie à la tektonik. A force de lire, un début de sommeil le guette alors il referme son livre, le range dans le tiroir de sa table de nuit, et tire le fil de sa lampe de chevet. Ça le laisse dans le noir. Les yeux clos, Andrés ne sombre pas tout de suite, il est quelque part sur le chemin de l’inconscience, la somnolence fragile. Il rouvre les yeux quand il croit entendre des bruits de pas. Sa chambre est bien isolée, il ne sait pas exactement ce que c’est. Des bruits de pas, ou des chuchotements, il ne saurait dire. La voix d’une femme s’élève. Andrés la reconnaît et ramène les draps contre son torse en écarquillant les yeux de peur. Son pire cauchemar est derrière la porte, ce n’est pas forcément que le soulèvement des machines a lieu aujourd’hui, mais il a quand même la frousse.

"LUCAS !" braille Andrés.

Sa voix se situe entre la crainte et l’énervement, parce qu’il fait deux choses : il appelle son frère s’il n’est pas là, pour qu’il vienne à son secours, et il le gronde s’il est en train de lui faire une mauvaise blague. Andrés, il ne compte pas sur sa chance alors il se lève précipitamment de son lit, il enfile des tennis ouvre sa fenêtre et se faufile sur le toit.

"Viens Bagheera"

Son drone noir s’active et sort le premier tandis que Lucy insiste pour entrer. Le garçon est monté plein de fois sur le toit, mais il n’a jamais cherché à en descendre. Andrés essaie de trouver la partie la plus proche du sol, dans le jardin. Il saute dans l’herbe et roule tout de suite après pour évacuer la tension sur ses jambes et pour pas que ça remonte au cerveau. Andrés a plein d’astuces pour se débrouiller et survivre, si vous êtes un jour perdu dans la nature, vous préféreriez être avec lui qu’avec Lucas. Andrés court jusqu’à chez sa grande sœur Silvia. Elle habite le plus proche et même si ce n’était pas le cas, Andrés n’irait pas chez Erza. Ce n’est pas qu’il l’aime moins, c’est juste qu’il y a des choses qu’il a du mal à accepter chez elle. Andrés se faufile chez Silvia par la porte principale grâce à son drone Bagheera, qui dégaine les pinces et force la serrure.

Andrés referme ensuite la porte précautionneusement et retire ses chaussures à l’entrée. Il monte directement dans la chambre de sa sœur. Le garçon ouvre la porte, il est tard, Silvia est couchée, la pièce est plongée dans le noir.

"Silvia…" dit Andrés d’un ton bougon et plaintif adorable. "Silv’" qu’il ajoute en allant se réfugier sous les draps de sa sœur, à côté d’elle.

Etendu sur le flanc, tourné vers elle, Andrés marmonne.

"Lucas est méchant avec moi, j’arrive pas à dormir"

Petit, Andrés allait souvent dans le lit de quelqu’un quand il n’arrivait pas à dormir. Ce n’est pas la distance entre sa maison et celle de Silvia qui l’empêche de faire pareil, ni son âge.



fiche codée par Empty Heart


J'écrivais
DES SILENCES
DES NUITS, JE NOTAIS L'INEXPRIMABLE
JE FIXAIS DES VERTIGES

Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 21/04/2018
›› Commérages : 814
›› Pseudo : MAD
›› Célébrité : Carlson Young
›› Schizophrénie : Callen, ce psychopathe.

Re: Original Prankster [Andrés + Silvia] ✻ ( Ven 15 Juin - 15:57 )


ORIGINAL PRANKSTER

La journée a été longue, et après une soirée plutôt agréable, Sil a juste envie d'aller dormir. En enfilant son short, qui fait office de pyjama, la blonde repense aux dernières heures. Elle ne sait pas encore si ce qu'elle a préféré, c'est passer du temps avec Alma ou manger cette pizza qui vient de ce restaurant italien qu'elle affectionne tout particulièrement. Elle se revoit croquer dans cette quatre fromages, entre deux rires. Du vin en guise d'accompagnement, c'est tout ce qu'il faut à Sil pour être sûre de passer une bonne soirée, surtout avec Alma. La jeune Wilde apprécie tout particulièrement la compagnie de cette blonde, qu'elle considère presque comme la petite sœur qu'elle n'a jamais eu. À tous les coups, lorsque Sil a le moral au plus bas, c'est le plus souvent Alma qu'elle appelle. Et Alma vient toujours à la rescousse, avec des mouchoirs ou du chocolat ainsi que des films. Ce soir, cependant, c'est Sil qui a régalé. Non pas en cuisinant, mais en payant une pizza. Cette pizza qu'elles se sont empressées de dévorer, quitte à s'en mettre partout. Le fromage dégoulinant, et cette odeur, c'est ce dont Vi raffole toujours le plus. Elle a même maladroitement taché son jean en croquant grossièrement dans la dernière part, mais ce soir, elle s'est pas mal fichue de sa maladresse, plutôt préoccupée à se régaler et à parler avec son amie.

Après s'être brossé longuement les dents, démaquillée et coiffée, Sil rejoint son lit. Elle est seule ce soir, avec pour unique compagnie ce silence presque trop pesant. Depuis qu'elle vit seule, l'américaine ne s'est jamais habituée à se coucher seule le soir, à se retrouver sans sa famille, sans personne. Et pourtant, elle continue de vivre dans cette immense villa, sans essayer de remédier à cette solitude. En s'allongeant, Vi s'étire longuement. La journée qui l'attend demain va être longue et elle le sait déjà. Pour une fois, Sil n'a pas envie d'aller travailler, mais seulement de ne rien faire. Hélas, elle n'a pas vraiment le choix que de se rendre au restaurant. Il faut dire que c'est un lieu auquel elle tient tout particulièrement. Le signe de sa réussite, ce rêve qui s'est enfin réalisé après des années passées à douter, à ne pas savoir réellement quoi faire de sa vie. Sil s'en souvient, quand elle était petite, elle voulait tout faire : astronaute, pilote de voitures, architecte, danseuse, maîtresse, et même archéologue ou scientifique. Sans doute était-elle, à l'époque, grandement inspirée par son père ou par ses oncles. Un sourire s'affiche sur ses lèvres lorsqu'elle repense à son enfance, puis elle ferme ses yeux.

Cette nuit-là, la jeune femme ne parvient pas à trouver le sommeil. Elle se retourne mille fois dans son lit, préoccupée. Elle pense toujours à beaucoup de choses et n'arrive pas à ne plus penser à quoi que ce soit. Ce n'est pas la première fois que cela arrive. À vrai dire, cela fait même plusieurs nuits que Silv ne dort plus vraiment. Si elle comptait les heures de sommeil, celles-ci ne dépasseraient même pas vingt ces trois, quatre derniers jours. Avec les longues journées qu'elle a, ce n'est pas une bonne chose. Pourtant, elle n'y peut rien, elle ne sait pas comment faire pour retrouver un sommeil agréable et paisible.

« Silvia… » se plaint une petite voix masculine. « Silv' » ajoute-t-elle, tirant subitement la blonde de ce léger sommeil qu'elle a tenté de gagner pendant un long moment auparavant. Sil sent une présence se glisser sous les draps de son lit, contre elle, alors elle ouvre les yeux, même si la pièce est plongée dans le noir. La grande sœur reconnaît Andrès, son unique petit frère, celui pour qui elle donnerait absolument tout. Il est tard, et la première question qui lui vient à l'esprit est la suivante : que fait-il ici, à cette heure-ci, alors qu'il devrait dormir ? « Lucas est méchant avec moi, j’arrive pas à dormir » pourquoi cela n'étonne guère Sil ? Tandis qu'elle se redresse légèrement, l'américaine allume sa lampe de chevet et se tourne vers son frère. « Oh, Andy… Qu'est-ce qu'il a fait encore ? Viens par là. » Dit Sil, d'une voix douce, tout en tendant ses bras vers Andy. Elle lui fait signe de venir dans ces derniers, chose qu'elle fait toujours dans une pareille situation. Ce n'est pas la première fois que le petit Wilde se glisse dans les draps de sa grand sœur. Sil se rappelle encore des fois ou il ne se gênait pas pour la réveiller, parce qu'il avait peur de l'orage, parce qu'il avait fait un cauchemar, et qu'il ne voulait pas réveiller leurs frères, ou leur sœur, sous peine de se faire disputer. A croire que Sil est beaucoup plus compréhensive, et plus attentionnée, sur ce point là. Lorsque Andy vient dans ses bras, Sil referme ces derniers autour de ce petit corps et le serre toujours avec une certaine douceur. « Tu veux rester ici cette nuit ? Un chocolat chaud et des marshmallow devant la télé, avec ta grande sœur, ça te dit ? » Une chose est sûre, Sil aime Andy, et adore s'occuper de lui. Elle ne manquera pas de demander des explications à leur grand-frère qui doit sans doute s'amuser de la situation, ou se demander ou a pu passer Andrès. Enfin, s'il a remarqué la fugue du vilain petit canard, qui ce soir est la victime de ce méchant frère blagueur.



Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 263
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: Original Prankster [Andrés + Silvia] ✻ ( Mar 21 Aoû - 14:50 )

Original Prankster
Andy & Silvia & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Aux premiers mots de Lucy, Lucas plaqua une main sur sa bouche pour s’empêcher de rire alors que Andrés braillait son prénom. Ce n’était pas le moment de griller sa couverture ! Le filou proposa au robot d’insister un peu plus, mais cette fois le gosse ne dit rien. Lu’ se dit qu’il avait été peut-être un peu trop loin. Et avec un peu de recul, il eut un pincement au cœur en se demandant si Andy ne l’avait pas plutôt appelé à l’aide précédemment. Pourquoi il ne disait plus rien ? Il était terrorisé ? « Hé Andy » dit Lucas en ouvrant « c’est juste une bla… » il s’interrompit en voyant que le lit était défait, que la chambre était vide et que la fenêtre était ouverte. Frôlement de crise cardiaque ! Lucas était censé le surveiller. Il se rua vers la fenêtre et appuya les deux mains vers le rebord en regardant tout autour pour vérifier si le gosse n’était pas monté sur le toit. En baissant le regard, il l’aperçut finalement qui quittait la rue – du moins, Lucas ne distinguait que sa silhouette à cette distance mais il songea que ça devait être lui. Ok, il était fichu. A moins que… ? Lucas sortit son portable de la poche arrière de son jean et tenta de le joindre. En réponse, il entendit les vibrations du portable qu’Andy avait laissé sur la table de nuit. Evidemment, dans la précipitation, il n’avait pas pensé à le prendre. Wilde soupira.

Instinctivement, Lucas eut envie d’appeler sa grande sœur, sauveuse de fesses officielle de l’équipe Wilde, mais il n’était pas certain que ce soit une bonne idée. Lucas ignorait pourquoi, mais le garçon était bien souvent revêche avec Erza. Lucas se laissa tomber sur le lit avec un autre soupir et appuya les coudes sur ses genoux. Il fit mentalement la liste des endroits où Andy aurait bien pu aller en commençant pas Brianna. Lucas pouvait peut-être l’appeler via le portable d’Andy, mais… si à cette heure là, elle réveillait un parent, on irait sans doute les fusiller, Andrés et lui, pour le dérangement. Enfin, surtout lui, l’ado avait un sacré talent pour se dépêtrer des merdiers. Alors qu’il réfléchissait sur quoi faire, ce fut le moment que son père choisit pour lui envoyer un message et demander si tout allait bien. Bah merde. Lucas mentit en répondant que oui. Une minute plus tard, son portable sonna les premières notes d’Another One Bites the dust.  Il fronça légèrement les sourcils en voyant le nom de Silvia. Elle avait senti qu’il était dans la merde ou bien ?« Bonsoir Silv ! … »  Il se tut pour l’écouter et ouvrit de grand yeux ravis tandis qu’elle lui annonçait qu’Andrés était avec elle. Trop cool sa sœur, elle le prévenait tout de suite afin qu’il ne s’inquiète pas de la disparition du petit ! Bon en vrai... elle le sermonnait d'abord mais ça aurait pu être pire ! Erza l’aurait peut-être fait mariner pour lui faire peur et lui faire comprendre qu’il était temps de devenir adulte. « Trop cool, tu me rassures ! J’arrive tout de suite. » Il raccrocha et se leva. Lucas quitta ensuite la chambre. Lucy fut ramenée à la cave et remerciée. Lu' alla ensuite enfiler ses chaussures à l’entrée. Il se rendit chez Silvia à pied. Même s’il toqua deux coups à sa porte, Lucas entra sans qu’on l’y invite. La méthode Wilde quoi. « C’est moi » annonça t-il. Les lumières étaient allumées, Andrés et Silvia étaient assis sur le canapé à déguster des marshmallow avec une boisson chaude. Lucas regarda successivement son petit frère et sa petite sœur. On dirait que le trio diabolique était à nouveau réuni. Après un petit moment, Lucas croisa les bras. « Ok, sors ton jeu de carte Sisi ! » dit-il en allant s’écrouler entre eux sur le canapé. Ça faisait longtemps qu’ils n’avaient pas joué ensemble à ce genre de trucs ! Avec l’enthousiasme de Lucas, dès qu’il réclamait à ce qu’on joue, on lui disait difficilement non. Surtout ces deux là ! Deux minutes après, ils étaient déjà réunis autour de la table basse tandis que Lucas battait les cartes. Il les distribua tour à tour face cachée. Avant le jeu, il prit la parole.

« Je vous rappelle les règles de la bataille Wilde. Chacun tire une carte de son paquet. Celui qui a la carte la plus forte doit immédiatement frapper celui qui a la carte la plus faible avec ça » dit-il en levant le magazine qu’il tenait dans sa main. Andrés et Silvia en avaient un aussi pour l’occasion. « Si la victime esquive ou pare le coup, l’attaquant ne reçoit pas le point. Si l’attaquant frappe la mauvaise personne, il perd un point » C'est de cette façon que Lucas s'était déjà retrouvé avec un -2 dès le début d'une partie. « Si l’attaquant met trop de temps à frapper, il ne reçoit pas le point non plus. Prêt ? » Lucas glissa doucement la main sur la carte du dessus de son paquet, tandis que l’autre serrait le Vogue replié en parchemin. La règle de frapper avec un magazine ne s’appliquait que quand il y avait une fille dans le jeu. Quand ils étaient entre mecs, ils se cognaient dessus avec les poings. « Un… deux… trois ! » Les Wilde tirèrent leur carte du dessus et la retournèrent au milieu de la table, Lucas avait déjà brandi son magazine, sauf que c’est lui qui avait la carte la plus faible ! Un foutu trois de pique ! Non préparé, il se mangea un coup de magazine sur la tronche. « Mais merde ! » râla t-il.


••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/02/2018
›› Commérages : 98
›› Pseudo : Titif - tiphaine
›› Célébrité : Noah Schnapp

Re: Original Prankster [Andrés + Silvia] ✻ ( Lun 8 Oct - 0:49 )



Original Prankster



Dès qu’il y est invité, Andy se blottit aussitôt dans les bras de sa sœur. Ce qu’il aime bien chez Silvia, c’est qu’elle est beaucoup plus sensible à sa bouille d’ange que les autres. Si c’était Erza, elle aurait d’abord demandé avec méfiance ce qu’il a fait comme connerie pour que Lucas fasse ça… elle aurait eu raison de demander, ça n’empêche pas que le garçon n’apprécie pas la démarche. De toute façon Erza n’en a que pour Lucas et ça Andy, ça l’énerve. Sil’ au moins, elle est beaucoup plus impartiale dans son amour pour sa famille, elle donne de manière égale.

"Tu veux rester ici cette nuit ? Un chocolat chaud et des marshmallow devant la télé, avec ta grande sœur, ça te dit ?"


Le garçon qui a blotti la tête contre son épaule la relève aussitôt, le regard brillant de convoitise. Il adore les sucreries, le chocolat, et veiller tard. Silvia, elle comprend la vie en fait. La télé, Andrés aime moins, il trouve que c’est un peu le repère de la connerie humaine, ou le Space Mountain du disneyland des enculés. À voir. La regarder avec Sil, c’est différent parce qu’elle a un œil très critique et elle se fout elle aussi de la gueule des gens qu’elle voit derrière l’écran. C’est un passe-temps, et plus drôle de faire ça à deux. Le cynisme du garçon s’accorde bien avec les railleries de Silv.

"Oh ouais !"

Andrés défait les couvertures d’un mouvement de bras et sort du lit. Il redescend à nouveau les escaliers et croise son drone Bagheera qui flotte dans la villa. Il va s’installer devant la télé en attendant sa sœur, et l’accueille avec un petit sourire d’angelot quand il la voit enfin apporter sa tasse, avec un bol de marshmallow. Apparemment, elle a aussi appelé Lucas pour le sermonner et lui dire où est Andy. Il ne va pas tarder à arriver. En l’attendant, Andrés enfourne deux friandises d’un coup dans sa bouche en observant le présentateur télé d’un regard méprisant.

"Pff celui-là… Dès que je l’entends parler, j’ai l’impression qu’on braque sur moi un ventilateur à merde"

Sirotant prudemment son chocolat un peu trop chaud mais aussi trop bon, l’adolescent relève un regard courroucé de sa tasse quand son frère se pointe finalement. Il laisse Silvia faire le sermon à sa place, ce qui ne démonte pas pour autant Lucas. Après un silence, son grand frère a pour idée de jouer aux cartes. Pas du tout rancunier avec lui, Andrés lève le poing en poussant une exclamation approbatrice.

Armé de son magazine, concentré, Andrés écoute patiemment les règles même s’il les connaît déjà. Il est aux aguets. "Prêt ?" Il fait un petit hochement de tête. Que le massacre commence ! Chacun tire une carte au décompte. Andrés devance Silv et défonce immédiatement la face de son grand frère d’un grand coup en voyant son trois de pique. Il a des réflexes aiguisés le sale gosse.

"Mais merde !" râle Lucas. "Et un point pour moi !" rétorque l’ado. Malgré tout l’amour et l’admiration qu’il porte à son grand frère, le garnement ne rigole pas aux jeux.

Andrés esquive et pare les coups contre lui à tour de bras. Aussi, il cogne toujours celui à la carte la plus faible comme un automatisme, même Silvia, qu’il frappe moins fort. En fait, s’ils se tapent dessus avec de la presse, c’est par égard pour elle. Quand ils ne sont qu’entre mecs, ils y vont aux poings, c'est encore plus drôle. Comme Andrés a beaucoup gagné de points en tapant sa sœur, il la laisse quelques fois lui taper dessus en retour pour se venger. Certes il ne plaisante pas avec les jeux, mais il fait tout de même de petites exceptions avec elle : ça n'entrave en rien sa course vers la victoire ! Les cartes s’enchainent de plus en plus rapidement et au final… ils finissent par se taper dessus n’importe comment. Ça fait rire Andrés, qui se mange finalement un coup de magazine alors qu’il a la meilleure carte.


fiche codée par Empty Heart


J'écrivais
DES SILENCES
DES NUITS, JE NOTAIS L'INEXPRIMABLE
JE FIXAIS DES VERTIGES

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Original Prankster [Andrés + Silvia] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Original Prankster [Andrés + Silvia]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération