Partir pour mieux revenir | Draven |

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/05/2018
›› Commérages : 18
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Une petite Wilde.

Partir pour mieux revenir | Draven | ✻ ( Jeu 31 Mai - 22:06 )


Partir pour mieux revenir
Le temps n'a jamais paru aussi long que lors de ce voyage interminable. L'excitation n'a même jamais été aussi forte, tout autant que l'envie de rentrer. Rentrer, c'est étrange de penser ainsi à chaque fois. Qu'elle parte ou qu'elle vienne, c'est toujours ce qu'elle s'imagine. Rentrer. Aujourd'hui pourtant, cette sensation est plus forte, plus brûlante. Elle a bien plus l'impression de rentrer chez elle, près de sa mère que si elle devait repartir à New-York dans une semaine. Au vu des derniers évènements, elle en serait d'ailleurs incapable. Elle n'est pas étonnée que son cousin soit là pour l'accueillir, avec ô joie immense, des vêtements sur le dos pour se fondre dans le décor puisque, dans la communauté, il est toujours torse à l'air. Pas qu'il soit hyper musclé pour autant mais il n'est pas moche à regarder. Joey s'est toujours demandée s'il n'aimait pas le tissu ou si c'était simplement pour tomber les filles. Elle sourit et se dirige directement dans ses bras dont il l'enveloppe délicatement. Lui, il sait par quoi elle vient de passer puisqu'elle l'a appelé pour le prévenir. Le burn-out n'a plus de secret pour son tendre cousin qui récupère sa valise.

"J'ai dit à tout le monde que tu rentrais Jo', alors tu t'en doutes..." Elle termine pour lui en levant les yeux au ciel. "Il y aura une fête!" Il la fixe un moment alors qu'elle glisse ses mains dans les poches de son short et il demande, inquiet. "Tu veux que je leur dise que t'es crevée? Tu sais, tout le monde comprendra." Il s'arrête en pleine explication et Joey lui lance un regard sombre. "T'en as parlé à personne hein?" C'était bien les Cherokees ça, incapables de laisser la famille dans la panade. Ca sentait le traquenard à plein nez. Elle l'observe tourner la tête de gauche à droit. Il ment tellement mal et elle détourne son regard. Elle se demande ce qu'ils ont tous pensé d'elle, du coup. Elle grimace. Faible et incapable de s'en sortir. Elle sent une main sur son épaule la ramener contre son cousin et elle fronce les sourcils. "Balance!" Il rit aux éclats, trop heureux de la revoir et elle n'a pas la force de l'engueuler réellement, pourtant elle déteste se sentir jugée.

* * *

Finalement, personne n'a rien dit. A part la grand-mère de Draven qui lui a glissé, en l'embrassant et en la serrant dans ses bras, un collier qui appartenait à sa mère au creux des mains. Pas un mot, juste ce regard plein d'amour. Main qu'elle a gardé alors fermée jusqu'au retour dans la maison d'Anoki. Allongée sur son lit, elle observe à présent le collier pendule Lapis-Lazuli qu'elle lui a donné en sentant remonter un flot de souvenirs. Sa mère se penche vers elle pour lui montrer des dessins faits par plusieurs enfants sur cette Terre et lui expliquant pourquoi elle ne devrait pas les détruire comme elle tentait de le faire. Le collier frôle sa joue et elle en rigole en essayant de tirer dessus jusqu'à ce que sa mère lui explique que le pendule sert surtout à trouver sa voie quand on est perdus. Elle n'y avait rien compris évidemment. Aujourd'hui, même si elle a une idée de ce qu'elle voulait dire, elle n'est toujours pas claire pour autant. Il se balance de gauche à droite comme pour la narguer un peu et lui dire qu'à présent, elle est avec sa famille, elle peut dormir. Les insomnies l'ayant hanté à profusion lors de sa dépression, elle ferme les yeux sans même s'en rendre compte.

* * *

Au réveil, elle entend déjà le bruit des hommes qui rigolent à l'extérieur. Son retour n'est qu'un prétexte pour eux. Tout ce qu'ils veulent, c'est boire. Elle relève sa main en y sentant le pendule la piquer et elle l'enfile autour de son cou. Un coup d'oeil par la fenêtre suffit à lui faire comprendre que le soleil tombe déjà et qu'elle est attendue, au moins par les femmes. Elle change juste rapidement de haut avant de rejoindre la communauté, un sourire de façade est de mise et elle l'affiche jusqu'au bout, enfin jusqu'à ce qu'elle croise le regard de Draven, se figeant. Est-ce que lui, est au courant? Est-ce qu'il s'en moque complètement? Est-ce qu'il... Elle détourne le regard en sentant un bras la tirer dans le sens contraire du grand Cherokee, elle lève la tête et n'est pas surprise de voir Anoki l'en éloigner, l'air de rien. "Mange un truc!" Lâche-t-il en lui tendant un bol qu'elle repousse. "Je n'ai pas faim Anoki." Pas parce que c'est vrai mais parce qu'elle déteste quand il agit de manière possessive. Elle libère son bras pour se rapprocher du feu, une femme lui tend une moque en attrapant délicatement son bras. Joey y plante son nez pour respirer la délicieuse odeur de la gnôle d'ici. C'est idiot comme ce genre de sensation peut manquer. Elle la remercie et récolte une douce caresse dans le dos. C'est parfait ici, comme toujours. Elle relève les yeux vers le groupe dans lequel était Draven pour y croiser encore son regard et elle se permet même de lever son verre dans sa direction en lui souriant. Une manière comme une autre de dire bonjour.
Codage par Libella sur Graphiorum


La vérité si je mens
J'ai choisi la marche en arrière pour arriver
au sommet de mes pensées. •°¤ Mags.


Revenir en haut Aller en bas
All that you need is in your soul.
avatar
All that you need is in your soul.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 691
›› Pseudo : Dast
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha + Sam

Re: Partir pour mieux revenir | Draven | ✻ ( Mar 5 Juin - 13:02 )




Joey + Draven
« Partir pour mieux revenir. »
Planté en haut de l'échelle, j'applique la lasure au pinceau tandis que Creed lui, s'occupe d'une autre partie. De là où on est installés, on peut se voir et se parler. Il attire bientôt mon attention sur la fête de ce soir et évoque le souvenir qu'il a d'une de mes frasques avec toi, Joey. On étaient tout mômes et Creed m'avait défié de soulever ta jupe. Je me rappelle encore comment j'avais foncé droit sur toi en courant, soulevant le tissu au passage avant de continuer sur ma lancée et de me péter la gueule royalement alors que mon regard avait plutôt tendance à regarder en arrière que devant moi. J'avais fini la tête dans la boue d'une flaque d'eau. Et s'il m'évoque ce souvenir, c'est parce qu'il est limite à me demander si j'en serais encore cap aujourd'hui. Sans me gaméler cette fois. Un son pareil à un cliquètement de bouche m'échappe comme pour dire de laisser tomber et de pas me chambrer à ce sujet. Il me charrie et je finis par effectuer une trajectoire avec le pinceau dans sa direction. Un peu de lasure atterrit sur son t-shirt et je me carapate vite fait en descendant de l'échelle avant qu'il ne contre-attaque. Je glisse sur les derniers barreaux et file par derrière la maison alors que je l'entends descendre de son échelle à toute allure, au son pressant des barreaux métalliques.

- Hurricane ramènes-toi par là, je vais te foutre la tête dedans !!

- Dans tes rêves, gros !

Je suis déjà en train de rejoindre la cuisine et nous prendre deux bières lorsque je le vois passer devant l'une des fenêtre, faisant le tour de la maison. Ce à quoi je ne m'attends pas, c'est qu'en sortant alors sur le porche quelques petites minutes plus tard, je me fais surprendre comme un bleu, recevant le contenu d'un seau d'eau sur la gueule. Un temps d'arrêt, un bras écarté pour éloigné ma canette de bière ouverte tandis que je tient la seconde dans sa direction, yeux fermés et tête basse tandis que la flotte dégouline de partout. Creed lui, se marre, toutefois il n'ose s'approcher pour attraper la canette, sachant que c'est un piège. Il se met alors à marcher à reculons lorsque je rouvre les yeux et relève un regard noir sur lui. Mains levées en l'air, paumes ouvertes, il zieute de temps à autre pour voir où il pose les pieds tandis qu'un sourire se place sur mes lèvres, comme vicieux et plein de cette hâte qui me nourrit à l'idée d'avoir ma revanche. Mais Sahale, mon père se ramène et nous interrompt avant que je n’ai eu le temps de lui sauter sur le dos.

- La maturité viendra un jour ... glisse-t-il d'un ton faussement désespéré à nous voir encore à faire les andouilles comme deux mômes. En attendant, il est temps, nous fait-il ainsi comprendre qu'on est attendu aux festivités, poursuivant son chemin alors qu'il passait juste par là.

Tous les deux nous précipitons alors à l'intérieur en vue de prendre une bonne douche, et dans les escaliers, c'est la course à qui arrive le premier en haut des marches. Je fais un vilain coup à mon meilleur ami qui manque de chuter en avant mais le rattrape vivement dans un geste calculé d'avance. Nous nous chamaillons en nous filant des claques, tout ce qu'il y a de plus gentillet. Puis chacun rejoins son coin.

L'eau tiède qui retombe en pluie sur mon dos vire bientôt au frais alors que je réduis encore la température. On dispose de deux salles de bain et Creed est le premier à sortir de sa douche et à venir squatter la salle de bain où je me trouve pour discuter entre deux brossages de dents.

- T'es une telle pipelette que j'peux même pas prendre une douche tranquille sans que tu ne viennes squatter.

Creed tente de me balancer du dentifrice sur la tronche en s'emparant du tube et j’ai juste le temps de lever les mains devant moi pour éviter d'en recevoir sur la tronche.

- Arrête de faire le con Cavalera, tu vas nous foutre en retard ! clame-t-il en me rejetant ironiquement la faute.

Je le vite à coup de pieds au cul hors de la pièce et finis de me préparer tranquille, enfilant un jean's et t'shirt noirs, une fois séché. Puis une fois sorti, juste le temps d'enfiler mes pompes et nous voilà partis. Marchant tranquillement, nous croisons quelques-uns des nôtres en chemin. Toute une troupe de gosses joue plus loin, autour du feu. Trois d'entre eux viennent me tanner pour aller courir autour du feu avec eux en les portant chacun leur tour sur mon dos mais Creed me passe un bras autour des épaules en mode possessif et leur fait signe de déguerpir et de le laisser profiter un peu de son pote. C’est pas comme si on était pas quasiment H24 ensemble en plus de vivre dans la même baraque (ironiquement parlant) Plus sérieusement, c'est sa façon à lui de taquiner les mômes sous couvert malgré tout de m'accaparer.

- J’ai l'impression de me coltiner une peluche parfois ... le raillais-je.

- Tu vas voir la peluche !! lâche-t-il en commençant à me boxer gentiment, me filant quelques coups dans le ventre auxquels je réplique avant de soudain m'immobiliser alors que je croise ton regard. Ouais toi, la petite Tawani, qui n'est plus la môme qu'on se plaisait à surnommer ainsi autrefois. Je penche la tête sur le côté en t'adressant un sourire et Creed me file un coup dans les côtes en me glissant que j'ai l'air d'un gentil petit toutou à pencher la tête d'un côté ou de l'autre de la sorte, ajoutant que :

- Il ne te manque plus que la langue pendante, dit-il en imitant un chien qui halète.

Je lui ébouriffe énergiquement les cheveux et lorsque je reporte à nouveau mon regard dans ta direction, tu es tournée vers ton cousin, Anoki.

- Mouahaha, ça va être hard d'approcher Joey avec ton "grand pote de toujours" qui semble mettre un point d'honneur à la couver, me lance Creed, un brin moqueur. Si t'as besoin que je fasse diversion pour te faciliter la tâche, j'suis là ! se dévoue-t-il.

- Jamais eu besoin de toi pour ça, lâchais-je faussement revêche.

Installés devant le feu, mon regard prend les lueurs ambrée des flammes tandis que mon attention est reportée sur Anoki. Je sens un bras se poser sur mes épaules tandis que mon cousin Amarok débarque alors à ma droite.

- On dirait deux tafioles alors je viens donner le change, nous lance-t-il alors que Creed a toujours son bras autour de mes épaules, posté à ma gauche. Je me retrouve ainsi encadré d'eux deux, pesant sur mes épaules. Amarok lance ça pour déconner, étant en réalité très ouvert sur la question.

- J'peux faire une suggestion ? dit-il. T'auras du mal avec Anoki si tu convoites la belle.

- C’est ce que je lui disais, appuie Creed. J’ai déjà proposé de faire diversion.

- Hep, dis-je sur un ton amusé. Faites moi de l'air vous deux ... .

Tandis qu'ils s'éloignent, j'observe Anoki jouer les pots de colle. Il arrive qu'on s'accroche de temps en temps lui et moi, et ce depuis l'adolescence, voir même mômes. Creed m'a dit un jour qu'il nourrissait sans doute une certaine jalousie envers moi, en plus de cette rancœur persistante qu'il éprouve encore à l'heure actuelle à mon égard. Il n'a toujours pas digéré la fois où encore adolescents, je lui ai mis la pâtée du siècle devant la moitié des nôtres.

A vous observer tous deux, je sens l'agacement dans ton geste alors que tu cherches à te défaire de lui. Salish me tend à boire et me donne une tape sur l'épaule avant de s'éloigner. L'effluve de l'alcool piquerait presque le nez si on n'y est pas habitué. Je me rappelle encore de mon état pitoyable la première fois où j'y ai goûté. Bon sang ... pas eu le temps d'en boire plus de trois gorgées que j'étais déjà à quatre pattes par terre. Je revois encore ma grand mère ne pouvant s'empêcher de rire. Creed étant plus vieux que moi, lui, y était passé avant moi et s’en était étrangement mieux sorti. Ou presque. Il lui avait fallu une tasse complète disons pour en venir à bout et lui coller le museau dans la boue.

En buvant une gorgée, je relève les yeux sur toi, t es comme entourée d'un halo doré dans la lumière des flammes, de l'autre côté. Tu bois une gorgée toi aussi alors que nous relevons nos moques dans un même mouvement simultané, nos lèvres trempant dans le breuvage alors que nos regards se captent un moment qui semble durer. Tu lèves bientôt la couplele dans ma direction en signe de salut et ton sourire semble plus doux que celui qui ornait tes lèvres un peu plus tôt.

- Sublime ... glisse Amarok qui me rejoint discrètement en se posant dans mon dos. A trente degrés ouest plus en arrière, un peu moins toutefois, attire-t-il alors mon attention sur Anoki qui se tient quelques bons mètres derrière toi, tandis que Creed l'a alpagué un instant en cherchant à attirer son attention sans grand succès. On voit qu'il ne prête qu'une oreille discrète à mon meilleur ami et devine le but de sa manœuvre. Aussi, c'est à moi présentement qu'il adresse un regard noir, et un sourire un brin mauvais se glisse alors sur mes lèvres pour répondre au sien, plein de provocation.

- Faudra être moins taciturne si tu veux aller lui taper la causette, cousin, me glisse Amarok.

Je retourne un regard vers lui et esquisse une drôle d'expression.

- Non, comme ça, dit-il en tentant d'esquisser un sourire sur mes ourlées en posant un doigt à chaque commissure. Mais il se recule soudainement alors que le regard que je lui adresse est bientôt aussi noir que celui adressé précédemment à Anoki.

- Cherche pas, il n'y a que moi qui arrive à le rendre docile. Et la vieille, déclare affectueusement Creed, en désignant la grand-mère, celui-ci de retour vers nous après avoir lâché l'affaire avec Anoki.

Je bois une nouvelle gorgée puis tend ma tasse à Creed en lui plaquant contre la poitrine dans un geste un peu vif. M’essuyant la bouche du dos de la main, je me dirige alors vers toi, bousculant bientôt Anoki d'un coup d’épaule léger en passant près de lui alors qu'il semble vouloir me barrer le chemin. Je fais quelques mètres, longeant les banc autour du feu puis passe dans ton dos, et me tourne dans ta direction en me mettant un instant à marcher à reculons une fois capté ton attention. Un discret sourire aux lèvres, je ne te lâche pas des yeux et semble comme t'inviter à me suivre alors que je m'éloigne un peu du reste du groupe.

©️ 2981 12289 0


Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/05/2018
›› Commérages : 18
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Une petite Wilde.

Re: Partir pour mieux revenir | Draven | ✻ ( Mar 5 Juin - 17:55 )


Partir pour mieux revenir
Le revoir. C'est un peu comme un bond en arrière. C'est une délicieuse sensation, mélangée à la plus dangereuse. Celle de laisser Draven s'imiscer même un tout petit peu sous sa peau. Idée complètement interdite selon Anoki mais avant son avis, c'est bien celui de Joey qui compte et il est clair que c'est bien le seul à qui elle ne laissera pas une once de manoeuvre. Pas une seule. Le sourire qui se glisse quand même sur ses lèvres quand elle voit ses cousins discuter avec lui en la regardant est agaçant. Elle sait parfaitement qu'ils parlent d'elle. Ils sont sûrement en train de débattre sur lequel des deux fera le premier pas. C'est Joey qui le fait en levant sa moque dans la direction de Draven, elle ne s'attend pas cependant à ce qu'il bouge ou même à ce qu'il s'approche. Tout comme elle, il veut peut-être éviter des problèmes supplémentaires. Elle fronce les sourcils alors qu'il ne semble pas détourner le regard. Ou pas. Il n'a pas l'air d'hésiter par rapport à son cousin, il n'a pas l'air d'hésiter tout court. Alors qu'elle, elle empêche simplement ses pieds d'avancer vers eux. Il n'y a pas que lui qu'elle meurt d'envie de saluer. Il y a aussi Amarok et Creed qui ont toujours réussi à la faire mourir de rire même si elle le cache toujours parfaitement. D'ailleurs, ils arrachent également un sourire à Draven et Jo' doit avouer qu'elle donnerait volontiers une pierre précieuse pour savoir ce qu'ils se disent. Ce qui est amusant. Elle choisit de détourner les yeux la première quand elle voit Anoki observer ce jeu. Elle remarque également qu'il boit et si ce n'est pour elle, elle n'a aucune envie que tous les Cherokees passent la soirée à tenter de séparer les deux hommes. Ils savent tous d'avance qui gagnerait et préfèreraient éviter une deuxième humiliation à Anoki. Elle se retourne pour trouver le regard de la grand-mère de Draven cette fois. Elle aussi, comme Anoki les regarde tour à tour comme si elle cherchait à comprendre ce qui se passe. A moins qu'elle ne pense le savoir déjà, même avant eux. C'est bien le genre des aînées par ici. Jo' rougit, se demandant ce qu'elle peut bien imaginer en les observant ainsi et se retourne alors vers une voisine qui lui demande ce qu'elle fait comme travail à présent.

Joey se concentre, tentant d'oublier que la seule présence de Draven au milieu de toutes ses personnes est capable de la désorienter, de lui faire perdre le Nord, même si ce n'est que pour quelques secondes. Elle passe alors son temps à expliquer ce qu'elle fait, ce qui lui permet d'oublier, au moins un instant ces regards persistants jusqu'à ce qu'elle entende les femmes face à elle pouffer de rire en jetant des coups de menton dans son dos. Elle fronce les sourcils, incertaine de ce qui pourrait engendrer une telle réaction. Elle se retourne, croise le regard de Draven, dans son dos, posé sur elle. Il s'est rapproché le fou. Elle se retourne vers Anoki et le regard haineux la bloque un moment. Elle entend les femmes murmurer dans son dos. "Evidemment... C'était certain... Ou va-t-il?" Et Jo' doit avouer qu'à part pour le reste, elle se pose la même question. Elle le regarde encore, essayant de retenir le sourire réellement amusé à le voir la chercher ainsi. Jo' n'a pas peur de jouer avec lui, elle a surtout peur de se brûler et selon Anoki, ce serait d'une facilité déconcertante avec ce genre d'hommes. Elle ne peut s'empêcher de se demander de quel genre il parle exactement. Il recule, l'invitant dans son regard, dans sa posture et dans ses gestes. Joey hésite. La raison devrait l'emporter, elle devrait penser à Anoki, penser à ce qu'il lui a dit sur Draven même s'il est resté évasif, oublier qu'il n'est plus l'enfant avec qui elle courrait nus pieds partout dans la communauté et se rappeler qu'il a grandi. Quoique ça, ce n'est pas difficile. Draven est devenu massif. L'envie, Jo' devrait totalement la faire taire, la mettre aux flammes et montrer aux femmes de la communauté de ce soir qu'elles ont tort. Ce n'était pas évident ou certain. Leur montrer qu'elles ne sont pas en train de détenir un secret sur lequel Jo' n'arriverait pas à mettre le doigt. Mais c'est ce fichu regard qui semble plus fort qu'elle qui décide à sa place et, la moque dans la main, oubliant le regard brûlant d'Anoki dans son dos qu'un cousin à Draven semble avoir pris en grappe pour l'empêcher de les suivre, elle s'enfonce dans le noir avec lui, s'éloignant, tout comme lui.

Elle ne se demande même pas pourquoi elle le fait. Elle se laisse juste guider par l'instinct et toujours ce regard qui trace le chemin. Se rappelant alors tout à coup qu'elle n'a aucune envie d'être cette fille qui se laissera diriger par un homme. Ami, cousin ou Draven confondus, elle s'arrête et s'accroche à un arbre à bout de bras en lui souriant. "Tu te rappelles quand même qu'on a plus l'âge de jouer à cache-cache?" Histoire de voir si ça l'arrêtera et si elle pourra capter son attention, l'empêchant de l'amener là où il le souhaite mais plutôt là où elle le souhaite. "En plus, mon père m'a interdit de suivre les inconnus dans des forêts sombres sans chaperon. Tu souhaites réellement m'obliger à désobéir à mon père?" Sa moue est moqueuse et elle s'arrête de se balancer doucement sur l'arbre avant de s'y adosser, sentant enfin Buddy grimper près de sa jambe. Elle s'était demandée où il était mais elle ne doute pas qu'il soit allé se nourrir auprès de toutes les personnes acceptant de le faire. Cet ogre de furet. "Anoki est en train de te maudire. Tu ne crainds donc pas du tout pour ton âme Draven Sword Cavalera?" Elle glisse un doigt sur la tête du furet, bien caché derrière elle. "A moins qu'elle ne soit déjà damnée?" Jo' continue à le taquiner, même si cette question là, elle aimerait en connaître la réponse, savoir ce qu'Anoki sous-entend quand il dit que Draven n'est pas fréquentable. Finalement, elle laisse tomber deux secondes les taquineries pour être sincère et sérieuse. Juste deux secondes. "Je suis contente de te voir." Ni plus, ni moins, trop effrayée de lui donner un peu trop d'arguments prouvant qu'elle ne serait pas juste contente. Mais plus. Bien plus.
Codage par Libella sur Graphiorum


La vérité si je mens
J'ai choisi la marche en arrière pour arriver
au sommet de mes pensées. •°¤ Mags.


Revenir en haut Aller en bas
All that you need is in your soul.
avatar
All that you need is in your soul.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 691
›› Pseudo : Dast
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha + Sam

Re: Partir pour mieux revenir | Draven | ✻ ( Ven 15 Juin - 14:18 )




Joey + Draven
« Partir pour mieux revenir. »
Je bois une nouvelle gorgée puis tend ma tasse à Creed en lui plaquant contre la poitrine dans un geste un peu vif. M’essuyant la bouche du dos de la main, je me dirige alors vers toi, bousculant bientôt Anoki d'un coup d’épaule léger en passant près de lui alors qu'il semble vouloir me barrer le chemin. Je passe dans ton dos, captant ton attention. Discret sourire aux lèvres, regard intense, je ne te lâche pas des yeux. Une invitation à me suivre tandis que je fais quelques pas à reculons pour t'y inciter.


Spoiler:
 


Lorsque tu esquisses un pas vers moi semble -t-il, le crépitement des flammes plus loin derrière semble redoubler d'intensité un instant avant de dévorer à nouveau le bois sagement. Le tambour au niveau de ma poitrine s'emballe, s'enorgueillit de sentir que tu me suis, quelques mètres derrière moi. Je peux deviner ton regard dans mon dos, écouter le frottement discret du tissu qui accompagne tes mouvements. La brise légère m'apporte de douces effluves, celles de ton parfum. Mon sourire s'accentue. J'ai envie de marcher pieds nus dans l'herbe, sentir la fraicheur de leurs brins vert tendre. Mais un désir plus fort encore s'insinue en moi. Sentir ta présence, profiter du chant de la nature à tes côtés, partager un instant seul avec toi sans tous les regards autour, loin du monde, loin des échos de cette vie que j’affectionne tant. Je longe le muret qui coure le long du chemin remontant plus haut sur les terres, à proximité des bois, mains glissées dans les poches arrières de mon jean's.

"Tu te rappelles quand même qu'on a plus l'âge de jouer à cache-cache?"

Je fais encore quelques pas puis opère un revirement en faisant tranquillement demi-tour, les yeux posés sur le sol, tête légèrement baissée comme pour dissimuler le doux sourire suspendu à mes lèvres. Je ne répond rien, arborant juste cette lueur mutine dans le regard alors que je le relève légèrement dans ta direction au fil de mes pas.

"En plus, mon père m'a interdit de suivre les inconnus dans des forêts sombres sans chaperon. Tu souhaites réellement m'obliger à désobéir à mon père?"

- La question est plutôt ... esquissais-je alors que j'arrive bientôt à ta hauteur, as-tu réellement besoin d'un chaperon ? achevais-je ainsi en me rapprochant de toi, regardant toutefois ailleurs, les yeux perdus dans le vague plus loin à l'ouest, et prenant appui d'un bras tendu sur l'arbre contre lequel tu t'es appuyée, te faisant pour ainsi dire rempart d'un côté sans paraitre pour autant te bloquer.
Le léger bruissement de l'herbe attire mon attention. Ça ressemble au vent qui courbe ses brins mais c'est différent, plus prononcé par ici. Je devine un animal aux alentours, le pas léger et la course fluide et néanmoins déterminé. C'est alors que je vois surgir ton animal de compagnie qui se faufile le long de ta jambe, grimpant de façon légère et agile. Une lueur attendrie se glisse dans mes prunelles. Puis mon regard se rive à nouveau au tien.

"Anoki est en train de te maudire. Tu ne crains donc pas du tout pour ton âme Draven Sword Cavalera?"

J'esquisse un sourire en coin, mes doigts glissant sur l'écorce du tronc avant de le sentir plus pleinement sous ma paume, tandis que je pense ne le suis-je pas déjà?. Des mots qui ne franchissent pas la barrière de mes lèvres mais que tu traduis comme si tu avais deviné ma pensée.

"A moins qu'elle ne soit déjà damnée?"

-Tu sembles avoir mis le point sur quelque chose ... dis-je en penchant légèrement la tête sur le côté, le regard pétillant. Quelque chose qui tient de la réelle curiosité semble avoir nourri cette interrogation de ta part mais je n'en révèle pas plus.

"Je suis contente de te voir," déclares-tu bientôt en laissant un instant les taquineries de côté.

- Moi aussi, d'où la prise de risque ... glissais-je alors que je fais référence à ce que tu as dit plus tôt par rapport à la menace "Anoki".

- Crains-tu pour moi, toi qui m'a si sagement averti ?

Mes lèvres s'étirent avec un soupçon en plus de tendresse mêlé d'amusement. Mon regard qui s'éternisait de nouveau alentours avant de se fixer dans le flamboiement du tien.


©️ 2981 12289 0


Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/05/2018
›› Commérages : 18
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Une petite Wilde.

Re: Partir pour mieux revenir | Draven | ✻ ( Ven 15 Juin - 22:02 )


Partir pour mieux revenir

Avoir Buddy dans son dos, son museau contre ses doigts l'aide à se concentrer sur autre chose que le visage de Draven. Autre chose que sa grande mâchoires, ses pommettes parfaitement dessinées et ce regard d'une profondeur à vous couper le souffle. Ce qui est une bonne chose parce que, ce visage, elle ne l'a que trop détaillé par le passé. Dans le regard, autre chose se joue cependant. Quelque chose de différent qu'elle aimerait comprendre, capter. Oui, elle aimerait savoir ce qui a changé mais elle ne pouvait pas réellement compter sur le fait que Draven l'ait attiré loin de la foule pour qu'il lui dise tout ses secrets en l'espace de quelques minutes de retrouvailles, si? D'ailleurs, elle ne lui parlait pas des siens non plus, même s'il y avait plus de chance que lui en ait entendu parler. Draven avait des amis qui savaient bien garder ses secrets, contrairement à son cousin et sa langue bien pendue. Elle note malheureusement rapidement l'amusement au fond de ses yeux quand elle lui rappelle qu'ils n'ont plus l'âge de jouer mais il n'approuve pas spécialement. En même temps, Joey a toujours pensé que jouer, c'était son truc à Draven. Jamais, il n'arrêterait lui, au fond. La preuve qu'il avait réussi à l'y entraîner malgré tout était qu'elle se retrouvait suspendue puis appuyée à un arbre, ayant abandonné sa propre fête. C'est déjà bien trop de choses qu'elle le laisse faire avec elle. Bien trop.

Elle sourit quand il pose sa question et sent son coeur s'accélérer peu à peu. Il est presque dérangeant qu'il se permette de réagir alors que Draven s'approche. Heureusement pour Jo', l'organe est plutôt bien dissimulé. Elle tourne la tête sur l'endroit où se pose sa main avant de le regarder à nouveau. "Ça dépend. Tu comptes te conduire en gentleman?" Elle penche un peu la tête. Elle n'a pas peur qu'il ne le fasse pas. Elle n'aime pas les gentleman Jo', elle ne fait que le taquiner, espérant secrètement grapiller des informations à son sujet. Même si elle s'est promis de ne pas le faire. Même si elle s'est promis de s'en moquer complètement. Et surtout, elle sait se défendre seule. Elle a appris rapidement. Traîner toutes les nuits à New-York a été le meilleur des entraînements. Elle n'a pas besoin de suivre son regard des yeux pour comprendre que Draven a remarqué Buddy. Elle l'avait amené la dernière fois et il s'en souvient peut-être. Il était, à l'époque, encore minuscule et il ne se baladait sûrement pas librement. Toujours bien caché dans ses poches. "C'est Buddy, tu t'en rappelles?" En entendant son prénom, l'animal vient se loger dans son cou avant d'essayer de respirer l'odeur de Draven, se penchant en avant. Joey sourit en le regardant faire et elle aurait pu l'observer encore si Draven n'avait pas fini par rebondir sur son âme damnée. Elle relève les yeux vers lui, essayant d'y lire quelque chose. C'est dans ces moments-là qu'elle note le changement, la différence. Joey insiste alors. "Tu ne comptes pas m'en dire plus, n'est-ce pas?"

Parce qu'elle aimerait savoir ce qu'Anoki lui reproche. Et elle est assez curieuse Joey. Si elle ne le sait pas aujourd'hui, ce sera demain. Ou le jour suivant. Quitte à le suivre, elle se connaît et tout ceci uniquement par curiosité, pas par intérêt, évidemment. Mais à qui ment-elle alors que son coeur bondit quand il affirme qu'il est, lui aussi, content de la voir. Elle aurait dû s'en douter puisqu'ils se retrouvent là, tous les deux mais elle se plaît à l'entendre. "C'est donc le moment où je suis censée être flattée?" Et en réalité, elle l'est. Énormément. Jo' balance alors la tête à sa dernière question. Elle sait pertinemment que si elle doit se faire du soucis, ce serait plutôt pour Anoki. Draven serait même gentil de le laisser en vie. Pourtant, elle n'a pas envie qu'il se batte, ça, elle pourrait volontiers le lui accorder. "Ce serait idiot de ma part." Lâche-t-elle alors sans répondre réellement. Du soucis pour Draven, quelque part, elle s'en fera toujours inconsciemment. Elle se tourne vers Buddy qui semble multiplier ses efforts pour connaître son inconnu. Elle se penche alors, frôlant le bras de Draven de son épaule pour que Buddy s'y glisse et elle jette un coup d'oeil à l'Ours pour voir comment il réagit à son furet. Juste au cas où, elle dit doucement. "Il tente simplement de faire connaissance." Puis, prête à le taquiner jusqu'au bout, elle rajoute. "Il ne mord pas. Enfin,  sauf quand le morceau lui plaît." Elle sourit et balance la tête avant de demander, sérieuse à nouveau. "Hm... Draven" Elle le regarde droit dans les yeux. "Tu sais pourquoi je suis revenue?"
Codage par Libella sur Graphiorum
[/quote]


La vérité si je mens
J'ai choisi la marche en arrière pour arriver
au sommet de mes pensées. •°¤ Mags.


Revenir en haut Aller en bas
All that you need is in your soul.
avatar
All that you need is in your soul.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 691
›› Pseudo : Dast
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha + Sam

Re: Partir pour mieux revenir | Draven | ✻ ( Lun 9 Juil - 11:05 )





Joey + Draven
« Partir pour mieux revenir. »
"C'est Buddy, tu t'en rappelles?" déclares-tu alors que l'animal nous rejoint. J'acquiesce. Il se loge délicatement dans ton cou, telle une caresse, exactement là où j'aimerais pouvoir glisser ma main. Son petit museau frétille alors qu'il cherche à me sentir, se penchant légèrement en avant. Le sujet tourne autour de cette ombre de damnation qui plane au-dessus de moi et tandis que tu esquisses dans une interrogation, à savoir si je ne compte pas t'en dire plus, j'esquisse un doux sourire empreint du mystère que je laisse ainsi perdurer. Ce qui ne t'étonne par ailleurs pas puisque tu l'avais en effet ainsi bien présagé.

- Je te le révèlerais sans doute un jour ... glissais-je.

"Je suis contente de te voir," finis-tu par déclarer après un instant.

- Moi aussi, d'où la prise de risque ... glissais-je alors que je fais référence à ce que tu as dit plus tôt par rapport à la menace "Anoki".

"C'est donc le moment où je suis censée être flattée?"

- Il n'y a que toi qui peut décider de quoi ressentir. Ou plus exactement ceci ... dis-je en plaçant délicatement un doigt à hauteur de ton cœur. Nous ne sommes maitres de rien après tout, relevais-je.

Ta façon de pencher la tête, cette lueur dans ton regard et ce sourire me font chavirer intérieurement. Par ailleurs, je jubile d'imaginer Anoki en train de nous espionner ou nous apercevoir de loin et d'enrager intérieurement.

- Crains-tu pour moi, toi qui m'a si sagement averti ? glissais-je alors que mes lèvres s'étirent , mutines et habitées par un soupçon de tendresse tandis que mon regard perdu au loin se rive de nouveau au tien.

"Ce serait idiot de ma part."

- Pas tant que ça ... affirmais-je.

Ton attention se reporte sur Buddy qui semble multiplier ses efforts, tente une approche plus précise envers moi, le regard curieux. Tu te penches alors, créant une passerelle en frôlant mon bras pour que Buddy s'y glisse.

"Il tente simplement de faire connaissance."

- Tu crois que j'ai une touche ? glissais-je avec amusement.

J'aime les animaux et je demeure d'un calme qui lui inspire confiance tout comme dans le ton de ma voix.

"Il ne mord pas. Enfin, sauf quand le morceau lui plaît."

- Si ce genre d'attitude te colle aussi à la peau, dois-je craindre une morsure de ta part ?

Budddy grimpe gentiment sur moi et son museau furète dans mes cheveux jusqu'à me chatouiller le cou et l'oreille. Je le laisse faire et attend qu'il se sente à l'aise et m'accorde à sa façon d'approcher ma main pour me permettre de lui offrir une petite caresse.

"Hm... Draven" attires-tu à nouveau mon attention sur toi. "Tu sais pourquoi je suis revenue?"

- J'en ai une vague idée il me semble, dis-je alors que de ma main libre, je tire légèrement sur la chaine autour de ton cou pour laisser glisser cette dernière entre mes doigts et laisser un instant reposer le pendentif dans le creux de ma paume, un sourire discret et songeur aux lèvres.

©️ 2981 12289 0



Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Partir pour mieux revenir | Draven | ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Partir pour mieux revenir | Draven |

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération