Don't look back in anger [Luke]

 :: the city of cap harbor :: Silverlake Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/05/2018
›› Commérages : 167
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Personne.

Don't look back in anger [Luke] ✻ ( Mer 6 Juin - 16:46 )


Dont't look back with anger
Renouer avec le passé n'était pas une chose aisée. J'en faisais moi-même l'expérience au fur et à mesure que je retrouvais des personnes qui avaient fait partie de ma vie avant Farell. Avant qu'il ne devienne le sacro-saint centre de mon existence et de mon monde. Luke est un exemple parfait de ce retour dans le temps. Plus que parfait si je m'en tiens à combien il a changé, à tout ce que je ne reconnais plus chez lui à cause de toute cette distance. Il n'y avait réellement aucune chance que je le retrouve, à la base. Je n'avais plus son numéro, j'ignorais totalement où il vivait et je n'aurais peut-être même pas pensé à le recontacter. Je ne l'ai pas perdu de vue uniquement à cause de mon mariage. Mariage auquel il a pu assister lors d'une permission mais également parce qu'il est entré à l'US Army et que, si je n'avais plus le temps pour lui, c'était encore pire de son côté. Luke, c'était exactement le genre de garçon qui me rappelait pourquoi je n'avais pas de petit ami à l'époque. Le genre à sortir avec des filles uniquement parce que c'était ce qu'il fallait faire et parce que c'était amusant. Heureusement, il n'avait jamais agi ainsi avec moi, sûrement grâce à notre amitié. Au contraire, il me protégeait toujours des idiots sans cervelle et ne laissait jamais personne m'approcher lorsqu'on sortait. S'il avait été avec moi, lors de ma rencontre avec Farell, il aurait sans doute essayer. Je ne suis pas assez stupide cependant pour croire que cela aurait servi à quelque chose.

Oui, Luke avait été une longue période de mon existence de jeune fille et j'avais également énormément existé dans la sienne. Je n'avais pas été d'accord avec son choix d'entrer à l'armée pas plus que je ne l'en avais empêché pour autant. Quand je l'ai revu, totalement par hasard, il y  trois semaines à Haywood Hill, je me suis néanmoins demandée si je n'aurais pas mieux fait de le retenir. Je ne l'ai pas reconnu immédiatement et s'il ne m'avait pas appelé, sans doute aurais-je pensé que cet homme n'en était qu'un parmis tant d'autres. Un inconnu. Ca me désole encore aujourd'hui de ne pas avoir été capable de le dévisager assez pour comprendre qui il était réellement. L'invitation de ce soir, dans un bar, à boire un verre est venue d'elle-même quand j'ai pu récupérer son numéro et lui accorder un peu de temps au milieu du capharnaüm qu'est ma vie, en ce moment. Même si c'est au moins de moitié ma faute si elle ressemble à un saut en chute libre, sans fond, sans issue aujourd'hui. J'ai envie de connaître la nouvelle personne que j'ai croisé à Haywood alors qu'il promenait son chien. Envie de savoir qui se cacher derrière cet homme que j'ai connu et que je ne reconnais plus. Lorsque je l’aperçois, je lui fais un petit signe de la main et je me redresse quand il s'approche avant de tendre les bras vers lui, m'arrêter net dans mon élan, gênée. Je ramène mes mains contre moi sans le prendre dans mes bras finalement avec un petit sourire embarrassée. "Bonsoir..."

Il va finalement falloir du temps pour se réhabituer à lui, à nous, à ce qu'on était. Un geste comme ça entre nous aurait paru anodin il y a 20 ans mais 20 ans, c'est long. Ca semble presque être une éternité. Je le regarde attentivement en laissant mon doigt désigner son corps de haut en bas. "Il faut vraiment que je me fasse aux tatouages truc." A tous actuellement. "Est-ce qu'ils ont tous une signification, au fait, une histoire?" Je demande alors tout à coup sans prendre conscience que pour une première conversation, ça peut paraître un peu trop intrusif. Je m'assieds tout en lui montrant la sienne. Je nous ai commandé deux monacos, loin de me douter qu'il serait possible que Luke ne boive pas d'alcool, pas même un peu. Pas même de la bière mélangée à de la limonade. "Tiens. Tu aimes le Monaco? C'est idiot du coup mais je ne sais plus du tout ce que tu aimes alors j'ai pensé que c'était une source sûre, je me suis trompée hein?" Bon, je parle trop. Sûrement parce que ça me fait réellement étrange de me retrouver face à lui ou parce qu'il est là mais que j'ai l'impression que ce n'est pas lui ou tout simplement parce que je suis mal à l'aise même si ce n'est pas un parfait étranger, au fond. " Je pose mes bras sur la table, ralliant mes doigts entre eux et je le fixe, un petit sourire sur les lèvres. "Je suis vraiment heureuse de te voir Luke mais ça me fait tellement, tellement bizarre. Cap Harbor est vraiment petit, je me demande pourquoi on ne se croise que maintenant? D'ailleurs, j'espère que je ne t'ai pas volé une soirée en charmante compagnie contre une pauvre soirée retrouvailles." Bien que pour moi, c'est bien plus qu'une pauvre soirée. C'est sans aucun doute une surprise de taille qui rend ma vie un peu moins sombre. Un rayon de soleil.
Codage par Libella sur Graphiorum


Quand on se bat, moi je voudrais qu'on en rigole. Prendre la peine de s’abîmer. Faire des scènes, au lieu d'aimer.  ©️️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/03/2018
›› Commérages : 147
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jon fucking god Bernthal
›› Schizophrénie : louise hernandez (tatiana maslany) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (dan stevens) ✻ jocelyn ahern-fields (rachel bilson) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain).

Re: Don't look back in anger [Luke] ✻ ( Dim 10 Juin - 11:20 )


Leïla & Luke

in the end you always go back to the people that were there in the beginning. talking to an old friend makes you realize how much your life has changed.



Avec le temps, Luke avait fini par se fabriquer une boîte sur laquelle on pouvait lire « souvenirs du passé ». Évidemment, c'était une métaphore, puisque cette boîte n'existait que dans son esprit, mais avec le temps, il avait fini par emmagasiner un tas de choses dans cette boîte. Par exemple, les souvenirs de son meilleur ami, de son frère d'armes. Cet homme qui avait été comme son frère quand ils s'étaient engagé, quand ils avaient souffert pendant leurs entraînement. Cet homme avec qui il avait fait ses premières missions, avant d'être envoyé sur le terrain à l'étranger. Ce même homme à qui il avait promit de veiller sur sa femme. Une femme qu'il avait fini par épouser lui aussi. Et pourtant, Luke n'avait pas réussi à la protéger pour autant. Il n'avait pas réussi à la protéger des démons qui l'habitaient, il n'avait pas réussi à la sauver de lui-même. Elle avait assisté impuissante à la descente aux enfers de l'homme qu'elle aimait et lui n'avait rien pu faire pour la préserver. Il n'avait pas su la protéger de lui. Mais malgré ses démons, il avait toujours été un homme et un père aimant. Ce qui ne l'avait pas empêché de perdre sa femme et son fils dans un vulgaire et banal accident de voiture. Alors oui, avec le temps, il avait fini par enfermer tous ses vieux souvenirs dans une boîte fermée à clés, parce que se remémorer toutes ces choses sans arrêt, c'était douloureux. Ça n'avait souvent rien de vraiment bénéfique, de se remémorer sans cesse de mauvais souvenirs.

Mais malgré tout, il était parfois plaisant de se rappeler certaines choses. Luke, par exemple, gardait d'excellents souvenirs de son enfance, tout comme il gardait de bons souvenirs de son adolescence. Alors quand il avait aperçu Leïla, trois semaines plus tôt, alors qu'il promenait son chien près de chez lui, il n'avait pas hésité à l'interpeller. Leïla avait eu une place très importante dans sa vie par le passé. Elle avait été une amie précieuse aux yeux du jeune homme. Elle avait été une personne capable de le supporter, alors qu'il faisait bien souvent n'importe quoi. Souvent avec les filles d'ailleurs, mais il avait toujours eu le respect de ne rien tenter avec elle, parce qu'elle, contrairement aux autres, elle comptait. Parce qu'elle était importante. Pourtant, même s'ils avaient été de bons amis, ils s'étaient perdus de vue. Parce qu'il était rentré dans l'armée, parce qu'il avait déménagé à Charleston avant de parcourir le monde au gré de ses missions. A vrai dire, il n'avait gardé aucun contact avec ses amis d'enfance. Pas le moindre. Quelque part il s'était dit que si un jour il ne rentrait pas, si la mort l'emportait, ça ferait moins de personnes tristes. Et puis de toute façon, il n'avait pas vraiment de temps à consacrer à ses anciens amis. Mais croiser la jeune femme l'avait rendu nostalgique de ces anciennes années et il n'avait pas tardé à lui laisser son numéro, quand bien même il détestait cet engin appelé téléphone et ils avaient fini par se donner rendez-vous dans ce bar, ce soir.

A vrai dire, il ne savait pas bien à quoi s'attendre après vingt ans sans se parler. Mais quand il vit la jeune femme entrer dans le bar, il lui adressa un immense sourire. Il était heureux de la revoir, après tout ce temps. Il se leva, tandis qu'elle s'approchait, pour ouvrir ses bras et … les laisser tomber. Oui, les retrouvailles pouvaient parfois être gênantes. « Bonjour », répondit-il avant de caresser son bras brièvement pour mettre un terme à cette gêne passagère. A vrai dire, Luke n'était pas quelqu'un de très tactile et il fallait souvent l'obliger pour qu'il fasse des câlins, mais pour cette fois, il faisait un effort parce qu'il n'avait pas envie que la situation soit bizarre. Elle le serait déjà suffisamment quand ils en viendraient à discuter de ce qu'ils étaient devenus après toutes ces années. Lui adressant un sourire, Luke haussa les épaules. « Si ça te perturbe trop, je pourrais mettre un pull la prochaine fois », plaisanta-t-il. Car voilà le premier changement remarquable chez lui. A peine adulte, il avait décidé de dessiner sur sa peau. Et il n'avait pas vraiment arrêté depuis. « A vrai dire, pas vraiment. C'était juste des motifs que j'aimais bien. Et certains sont juste là pour cacher le fait que j'étais con il y a vingt ans », répondit-il. Ce n'était pas un mensonge. Comme tout le monde à l'époque, son premier tatouage avait été un tribale. Non seulement il était moche, mais en plus, il l'avait vite regretté. Et il l'avait fait recouvrir quelques années plus tard. Sur ces mots, le jeune homme se rassit, conscient que ce n'était pas si facile d'aborder la conversation, après pratiquement vingt ans sans se voir. Pour le coup, il se sentait un peu con et il avait l'impression que ce n'était pas juste une impression. D'autant plus qu'il n'était pas au bout de ses peines. Des tas de choses avaient changé pendant ces années. Comme la relation que Luke entretenait avec l'alcool. « A vrai dire, je ne bois pas », finit-il par dire, mal à l'aise. Il n'y avait pas trente six façons d'interpréter ses paroles, il le savait. Ça voulait dire ce que ça voulait dire, à savoir que comme il avait un problème avec l'alcool, il n'y touchait plus, même un peu. Mais sur ce sujet, il préférait être honnête. Il n'allait pas faire semblant et boire ce verre, juste pour sauver les apparences. Faisant un geste au barman, il opta plutôt pour un soda, c'était moins dangereux. Visiblement, il n'était pas le seul à être nerveux ce soir et sa remarque lui arracha un petit rire nerveux. « C'est vrai, Cap Harbor est une petite ville, mais j'imagine que nous n'avons plus les mêmes fréquentations. A vrai dire, je bosse tout le temps », expliqua-t-il. En fait, il passait sa vie au poste et depuis qu'il y avait Lucie, alias Nikki, c'était pire qu'avant encore. La blonde était tout le temps sur son dos et elle allait finir par le rendre dingue. « Mais moi aussi je suis content de te revoir Leïla et je n'aurais raté cette soirée pour rien au monde », ajouta-t-il. Parce que dans le fond, même si pour l'instant ils avaient l'air de deux adolescent timides, il avait envie de savoir ce qu'elle était devenue, après toutes ces années. « Comment va Farell ?», demanda-t-il d'ailleurs. Parce qu'aux dernières nouvelles, elle était mariée, c'était poli de prendre des nouvelles de ses proches, non ? 


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/05/2018
›› Commérages : 167
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Personne.

Re: Don't look back in anger [Luke] ✻ ( Lun 11 Juin - 19:43 )


Dont't look back with anger

Je suis réellement heureuse de le voir arriver dans ce bar, consciente que ce ne sera pas simple, après toutes ses années mais persuadée, au fond, qu'on s'est assez aimés pour que ça ne suffise pas à nous arrêter. Je ne me raidis pas lorsqu'il passe sa main sur mon bras parce que je sais que finalement, il le fait pour éviter de faire en sorte que je me sente complètement cruche à avoir essayé de le prendre dans mes bras sans y arriver. Je lui souris même avant de m'asseoir avec lui et de le regarder. Je balance la tête quand il me propose de mettre un pull la prochaine fois. Ce serait ridicule. J'accepterais toujours Luke comme il est. Je ne cherche pas à changer la nature profonde des gens. J'ai toujours pensé que ce serait une erreur monumentale. Lui demander de cacher ce qu'il est, ce serait rejeter sa nature. "Surtout pas. Je m'y ferais, ne t'en fais pas et puis, ça te donne un air rebelle, c'est sympa."  Je souris, amusée quand il finit par lâcher que certains ne sont là que pour cacher sa connerie d'il y a vingt ans. Je sais de quoi il parle mais je ne sais peut-être pas à quel point. Je finis par lui demander, réellement amusée. "Et tu ne l'es plus aujourd'hui? Moins?" On peut dire que niveau question, j'ai toujours tendance à mettre les deux pieds dans le plat. Ce qui me pousse ne tient pourtant pas à grand chose. L'envie de savoir des choses à propos de lui, de sa vie et peut-être même de nous. Surtout que, ce garçon con, je l'ai connu et apprécié et c'est sans doute pour cela que j'en rigole encore aujourd'hui.

Il semble y avoir un petit moment de flottement quand il m'avoue qu'il ne boit pas d'alcool. A ce moment-là, je ne peux pas me douter qu'il se fait trente milles idées dans sa tête alors que, vivant avec Farell, ça me semble totalement anodin. Il n'a jamais bu. Je lui souris tout de même parce que je l'ai connu différemment mais, à aucun moment, je ne me doute que ça peut sous-entendre autre chose. Une période d'alcoolisme est à mille lieux de mes pensées et moi. "Tu as arrêté, c'est sympa. J'ai l'habitude tu sais, mon mari ne boit pas. Jamais." Je fais signe au au barman en même temps que Luke, ce qui m'amuse et lui  permet également de se commander autre chose. "J'aurais juste dû l'envisager, désolée." C'était une possibilité grosse comme le monde. Après tout, Farell n'est pas le seul à refuser d'en boire. Ce sujet-là, mis de côté, il laisse échapper l'idée qu'on a peut-être pas les même fréquentations. Je fais une petite grimace face à cette constatation. "J'ai une grande famille." Je fais alors remarquer doucement parce que, c'est finalement la majeure partie de mes fréquentations à moi et bien la seule explication que je peux donner. Quand je ne traîne pas avec mon mari ou au boulot, je suis, la plupart du temps, avec l'un d'entre eux. "Comment va la tienne d'ailleurs? Et en quoi consiste ce fameux travail qui te prend tout ton temps?" Si la curiosité est un vilain défaut, on peut également le compter comme étant le tout premier chez moi. Ca ne se soigne pas ou alors juste un peu. Je m'attends à tout moment, à ce que Luke me remette à ma place et me demande de me mêler de mes affaires mais, à la place, il me surprend en affirmant qu'il n'aurait raté cette soirée pour rien au monde. J'ouvre un peu les yeux, je ne pouvais pas être certaine qu'il serait aussi excité que moi à ses retrouvailles. Le côté fleur bleue n'est pas une caractéristique générale, pas plus que le côté sentimentale ou nostalgique. Je lâche un soupir de soulagement. "OUF! Tu me rassures. J'avais peur d'être dans un ego trip retrouvailles toute seule et d'être un peu -BEAUCOUP- envahissante. Alors, tant qu'on y est -dans le mielleux à deux- ça me plairait qu'on évite de se revoir dans 20 ans..."

Et par politesse, je suppose, je l'entends alors demander des nouvelles de Farell. Je n'aime pas mentir alors je me sens particulièrement heureuse qu'il n'ait pas demandé comment ça allait entre nous. Particulièrement heureuse de pouvoir lui répondre avec un grand sourire et un regard plongé dans le sien. "Bien, c'est gentil de demander. Comme tout le monde, j'imagine, il connaît des hauts et des bas mais il a un boulot qu'il adore, une famille en or et... de superbes voitures." Je lance cette dernière remarque presque ironique, mais ça s'entend à peine. Heureusement que Luke ne me connaît plus aussi bien. Je passe bien sûr à la trappe le fait qu'il a une merveilleuse femme, c'est loin d'être le cas. Je pose à présent ma main sous mon menton pour que ma tête ait un appui et je lui demande. "Et toi, côté coeur, comment ça se passe?"


Codage par Libella sur Graphiorum


Quand on se bat, moi je voudrais qu'on en rigole. Prendre la peine de s’abîmer. Faire des scènes, au lieu d'aimer.  ©️️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/03/2018
›› Commérages : 147
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jon fucking god Bernthal
›› Schizophrénie : louise hernandez (tatiana maslany) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (dan stevens) ✻ jocelyn ahern-fields (rachel bilson) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain).

Re: Don't look back in anger [Luke] ✻ ( Jeu 28 Juin - 19:02 )


Leïla & Luke

in the end you always go back to the people that were there in the beginning. talking to an old friend makes you realize how much your life has changed.



Au final, il était content d'être là. Non pas qu'il avait hésité à venir, ce n'était pas ça du tout. Mais ces dernières années, Luke avait prit l'habitude de se renfermer un peu trop sur lui-même. Quand on avait souffert comme il avait souffert, ce n'était peut-être pas si surprenant que cela. Mais dans le fond, Luke n'était pas devenu un oiseau solitaire. Pas plus que par le passé. Il avait toujours ce même besoin des gens, c'était juste qu'il n'était pas dans la capacité de faire confiance aux autres. Mais avec Leïla, c'était différent. Sa confiance en elle était instinctive. Oui, elle avait changé et peut-être qu'au final, elle n'était plus la même personne qu'elle était par le passé. Mais vu les souvenirs qu'ils partageaient, il était obligé de lui faire confiance. A peine l'avait-il vu dans ce bar qu'il s'était senti ravi d'être à ses côtés, prêt à se souvenir d'éléments de son passé qui pour une fois n'étaient pas douloureux. « J'ai toujours été un rebelle », fit-il avec un sourire amusé. Bon peut-être pas un rebelle à proprement parler, mais un peu quand même. Quand il était adolescent, s'il y avait une connerie à faire, on pouvait être sûr et certain que Luke et ses frangins la faisaient. Parce qu'on n'allait pas se mentir, il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. Mais c'était de bons souvenirs, quand bien même ils s'étaient souvent fait engueuler par leurs parents qui devaient rattraper leurs conneries. Pauvre de eux. « Oh je ne sais pas si je suis moins con mais en tout cas ce que je sais, c'est que je suis moins jeune », répondit-il en riant. Bon, il n'était pas encore à l'article de la mort non plus, mais il avait suffisamment de recul sur la vie pour savoir ce qu'il ne devait pas faire. En l'occurrence, éviter de se tatouer tout et n'importe quoi sur la peau, c'était plutôt une bonne idée et une preuve de sagesse, pendant qu'on y était.

Le problème, quand on n'a pas vu certaines personnes pendant des années, c'est qu'on a tendance à ne pas tout savoir d'eux. Il était donc parfaitement normal, que Leïla ne sache pas qu'il avait bu, qu'il avait arrêté de boire et qu'elle ne sache pas non plus pourquoi elle avait commencé, ou arrêter. Bref, pendant ces années, de l'eau avait coulé sous les ponts et maintenant, ils en étaient à se redécouvrir, alors qu'ils se connaissaient par cœur dans le passé. « Enfin un homme qui a les idées bien en place », fit-il avec un sourire. Visiblement, elle ne semblait pas avoir comprit. C'était mignon dans le fond. Il trouvait ça adorable qu'elle soit toujours assez gentille et assez naïve pour ne pas avoir envisagé cette possibilité. Tous les deux firent le même geste pour interpeller le barman et Luke sourit. « Tu n'as pas à t'excuser, tu ne pouvais pas savoir », répondit-il en haussant les épaules. Au contraire, elle pensait qu'il était toujours le même et qu'il n'avait pas tant changé et il aurait aimé. Il aurait aimé ne pas être cet homme sombre et torturé qu'il était devenu avec les années. Ça aurait été tellement plus facile. Enfin, il était content de voir qu'il avait réussi à se sortir de cette conversation sans y laisser trop de plumes. C'était toujours ça de gagner. En revanche, c'était plutôt surprenant qu'ils ne se soient croisés. « La mienne n'est pas très grande. Et comme elle représente la grande majorité de mon entourage … En plus, ils ne sont vraiment pas faciles à vivre », plaisanta-t-il. Bon, c'était vrai que ses frangins n'étaient pas toujours très faciles à vivre et Leïla devait en avoir un petit souvenir. Mais dans le fond, Luke les aimait. Même sa nièce Brianna qui était pourtant le sommet de la pénibilité, il l'aimait de tout son cœur. Même si un jour elle deviendrait une drama queen qui pourrait concurrencer Aurora. « Mike s'est marié. Il a eu une fille. Et il a divorcé. Brianna vit avec lui depuis quelques temps. Les deux autres vont bien. Newt est toujours autant un geek », fit-il avec un sourire enthousiaste. Il aimait un peu trop parler de sa famille. Il aimait un peu trop sa famille tout court d'ailleurs. « Je suis devenu US Marshal. Dans une ville comme Cap Harbor, ce n'est pas forcément très mouvementé, donc on ne peut pas dire que je sois débordé », expliqua-t-il. En général, il ne s'occupait que des fugitifs ayant passé la frontière du conté. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Oui il y a encore des gens qui utilisent cette expression en 2018. « Et toi alors, qu'est-ce que tu deviens ? », demanda-t-il. Aux dernières nouvelles, elle avait fait des études de littérature ou quelque chose dans ce domaine. C'était dire depuis quand ils ne s'étaient pas revus. L'armée l'avait pendant longtemps coupé des siens. Mais c'était de sa faute, c'est lui qui l'avait choisi. « A vrai dire, c'est assez sympa de se rappeler une période où tout allait bien … », fit-il, un brin mélancolique. Bon, il allait peut-être éviter de rentrer dans une phase de déprime, s'ils voulaient passer une bonne soirée. « Mais j'apprécierais aussi qu'on évite de se revoir dans vingt ans », approuva-t-il. Bon, ça ne faisait pas tout à fait vingt ans. Mais pas loin. Dans tous les cas, ça faisait beaucoup trop longtemps.

Et puisqu'ils en étaient à prendre des nouvelles, Luke était curieux de savoir comment Farell allait. La dernière fois qu'il avait vu Leïla, c'était à son mariage. Après, ils avaient gardé contact uniquement par téléphone. Et puis, le temps avait fait son effet et ils s'étaient simplement perdu de vue. « Tant mieux. C'est un chic type », fit-il en hochant la tête. Enfin, pour autant qu'il en savait. Peut-être que Farell aussi avait changé avec tout ce temps. Il n'en savait pas grand-chose. « Comment va le restant de la famille Wilde ? », demanda-t-il en riant. Il se souvenait encore de les avoir tous vu au mariage de Farell et Leïla. Ça ressemblait fortement à un débarquement. Mais c'était une famille soudée, donc c'était plutôt beau à voir. Le jeune homme se sentait bien. Jusqu'à ce qu'elle lui demande comment cela se passait, côté cœur. Il se doutait que la question arriverait tôt ou tard dans la soirée. Mais il espérait qu'elle arriverait tard. Mal à l'aise, il se gratta la nuque. « Rien de sérieux. Quelques femmes, par ci par là … », fit-il en haussant les épaules. Autrement dit, il était toujours le même dragueur qu'à l'époque. Enfin, pas vraiment à vrai dire. Il ne savait pas trop s'il devait lui dire la vérité. Après un moment d'hésitation, il se jeta à l'eau. « A vrai dire, j'ai été marié. On a eu un fils. Mais ils sont tous les deux décédés dans un accident de voiture », soupira-t-il. Bon, maintenant qu'il avait cassé l'ambiance, peut-être qu'ils feraient mieux de boire tous les deux finalement. « Désolé, j'aime pas trop en parler. Ça a tendance à jeter un froid dans la conversation … », fit-il, plutôt mal à l'aise.  


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/05/2018
›› Commérages : 167
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Personne.

Re: Don't look back in anger [Luke] ✻ ( Ven 29 Juin - 19:59 )


Dont't look back with anger


Je craignais un peu que les retrouvailles soient si étranges qu'elles finissent par être paralysantes mais je peux voir que je me suis complètement trompée. Evidemment, il est gêné et je le suis peut-être même un peu plus que lui mais, au final, j'ai surtout l'impression de retrouver mon ami de toujours. Il a changé et c'est normal mais il y a aussi ce qui est resté. La couleur et la sincérité au fond de ses yeux. Cet éclair de fidélité également, que je reconnais. Luke n'abandonne jamais personne et il n'a qu'une parole. C'était peut-être un rebelle et un dragueur mais ça n'a jamais été un menteur. Ce qui est rassurant, c'est de voir que ça, ça n'a pas disparu. Cette loyauté sans limite que je lui connais, elle est là dans ce regard. Le sourire révèle aujourd'hui des rides mais elles sont signe de sagesse, comme le fait rapidement remarquer Luke en affirmant tout même qu'il est peut-être toujours con. "C'est bien de pouvoir dire merde aux règles quelque fois. J'aurais également dû l'être un peu plus avant de me marier." Et je souris tout naturellement, prête à le taquiner sur cette annonce. "Cette remarque est déjà la preuve d'une grande intelligence non?" Comme si je n'avais pas remarqué qu'il avait vieilli. Moi aussi, je n'étais plus toute neuve.

Le fait qu'il désigne Farell comme un homme ayant les idées bien en place me fait rire. Il ne sait pas à quel point il a tapé juste en lâchant cette idée comme s'il en rigolait simplement. Si Farell ne boit pas, c'est justement pour ça, en effet. Dans ce rire, je lâche doucement. "Tu n'as même pas idée." Personne ne pourrait d'ailleurs avoir une idée sur la question. Le pragmatisme de mon mari est pourtant légendaire dans la famille. Tout comme sa facilité à prendre des décisions sur lesquelles il ne se trompe jamais. Son calme et son sang-froid aidant énormément. S'il fallait demander à quelqu'un de sauver la famille sur une annonce d'explosion de la ville dans l'heure qui suit, il ne fait aucun doute que Farell serait l'homme de la situation. Le moment de gêne, à peine palpable après la boisson étant passée, Luke se détend un peu, tout comme moi et commence à me parler de sa famille. "Ta famille a toujours été adorable." Je le contredis volontairement. Peut-être est-ce encore moi et ma manie à toujours voir d'abord ce qu'il y a de bien mais je les appréciais. "Marié et divorcé déjà? Et ben dis donc. Attends, tu as dit Brianna?!?" Je tique un moment sur le prénom, de base, pas très commun et sur la tranche d'âge qui pourrait coïncider. "Mon neveu Andy fréquente une Brianna." J'essaie d'éviter de dire des bêtises alors je précise. "Ils sont amis. Tu crois que j'aurais eu la fille de Mike sous le nez sans m'en rendre compte? Ce serait dingue. On fera peut-être partie de la même famille un jour alors!" Je m'en étonne un peu mais il semble évident à mes yeux qu'il n'y a pas 300 Brianna à Cap Harbor.  J'en profite également pour le titiller, persuadée qu'il est aussi protecteur avec Bri qu'il ne l'était avec moi. Plus, en fait. "Newt n'a toujours personne? Même pas rencontré sur le net?" Là, évidemment, je continue de l'embêter. Je siffle ensuite à son titre avant de marquer un visage plein de respect. "US Marshall! Rien que ça! Félicitations, c'est un beau titre. On boit à ça tiens! Puisque je viens de l'apprendre." Je fais tinter mon verre contre le sien en le regardant droit dans les yeux avant de boire et de faire une moue amusée. "Oh tu sais, que peut-on dire de claquant après un métier pareil au tien?" Je prends plaisir à l'embêter pour toutes les années où je n'ai pas pu le faire. "Responsable éditoriale. T'as vu? Ca sonne creux et pourtant, c'est un métier génial." Je lui fais un clin d'oeil en évitant de trop sourire pour cacher que je me moque de lui. "Je suis toujours mariée et on a eu une fille. Nancy. Ma fierté. Elle a 18 ans et elle fait du patinage artistique. Elle est aussi belle que son père, malheureusement pour nous." Je fais une fausse grimace alors que je pense au magnifique visage de ma fille. Cette grimace amusée se fane quand il parle du bon vieux temps et je hoche doucement la tête. "On devrait nous donner des cours pour ça à l'école plutôt... On ne nous prépare pas. Personne ne nous dit que ça va être si difficile, qu'on regrettera d'avoir souhaité grandir si vite. D'ailleurs, même des cours ne suffiraient pas à se préparer à la vie, je pense. Je suis contente de me rappeler ses bons moments moi aussi. J'y retournerais volontiers le temps d'une semaine."

Après le type aux idées bien en place, Farell écope d'un "Chic type." Là, je ne peux pas l'affirmer. C'est bien une chose sur laquelle je ne mettrais pas ma main au feu en ce moment. J'en sais trop peu et bien trop à la fois pour ça. "Hm." je réponds vaguement en avalant une gorgée pour m'étouffer dedans. Je ne mens pas, je n'aime pas ça et je ne le ferais que si j'y suis obligée. Si je dois sauver sa peau ou la mienne. En attendant, j'acquiesce. Je deviens une pro du mensonge par omission moi aussi. Je me rends compte à quel point c'est aisé. Je sens qu'il risque de regretter d'avoir pris des nouvelles de ma famille alors je tente d'abréger au maximum. "Woaw... Et bien, Erz' a divorcé depuis peu, elle est avocate et Sil' a failli être mariée mais elle a tout arrêté avant, elle est entrepreneuse. Elle a ouvert un restaurant. Lu' est toujours célibataire et il vit à 200 à l'heure, c'est un cascadeur doubleur. Il a une vie trépidante. Il a même un comic book store, ma fille bosse dedans. Dylan va bien également. Andy, que tu n'as pas connu est le dernier de la famille. C'est un génie. Comme son père, Seth. Ses inventions sont révolutionnaires et son entreprise est sans aucun doute la meilleure. Owen, le frère de Farell va bien également. Ils sont un peu inquiets quand il travaille trop mais bon heureusement, il a une fille maintenant pour s'occuper de lui.... Et Marlon est toujours Marlon. L'homme très respecté à ne pas surtout pas fâcher ou contredire quant à Malik, c'est un trader et un éternel coureur de jupons. Il excelle dans les deux domaines." Je me demande quelle impression  ils ont pu faire à Luke d'ailleurs. "Ils vont tous très bien mais tu sais, ils sont aussi particuliers alors... On ne sait jamais. Demain, un labo pourrait exploser et ce serait le drame par exemple." Ou l'un d'entre eux pourrait se prendre un coup de fusil à force de chercher les problèmes continuellement. Ou même Malik, quand Seth apprendra leur histoire à lui et à Sil'. "Un accident est si vite arrivé." C'est d'ailleurs une des choses qui me terrifie à présent, au point de ne plus pouvoir dormir et face à un US Marshall, c'est presque difficile d'être fière d'être la femme d'un faussaire. Impossible en fait. J'aime Farell mais je hais cette activité. Et je dois trouver un moyen de l'aimer malgré, je l'ai bien enregistré. Je m'étonne que Luke soit aussi gêné de me parler de sa vie sentimentale. Elle n'a pas bougé d'un pouce mais ce qui est drôle, c'est qu'il semble dérangé par cette idée. "Comme avant quoi." Je lui fais remarquer pour qu'il cesse de sembler s'excuser. Malheureusement, je ne me rends compte que trop tard de la bêtise de mes paroles précédentes. J'ai été tellement idiote et maladroite de parler d'un accident  à présent que j'entends ses paroles. J'ouvre la bouche, ne sachant pas trop quoi dire. Pourtant, d'habitude, je suis douée pour remonter le morale. J'avoue avoir été prise de court. J'attrape alors sa main sans réfléchir. Si Luke n'a pas changé énormément, s'il a gardé quelques traces du passé, je sais qu'il ne dira rien tant qu'il ne ressentira pas le besoin d'en parler. Le forcer n'y changerait rien. Je fais une forte pression et je lui souris. "Un froid? Tu plaisantes. Je dirais plutôt que tu as brisé la glace d'une main de maître. En plus, je n'ai jamais eu aussi chaud de toute mon existence. Ma maladresse sur les accidents de la vie. Tu as le droit de me frapper quand je suis aussi gourde. Il m'arrive d'en avoir envie moi-même." Je me rapproche un tout petit peu et je lui dis en le regardant. Pas de jugement, pas de pitié. Je détesterais en voir à sa place. "Si tu veux en parler, je suis là. Peu importe l'heure. Tu m'appelles et je débarque." Parce qu'à sa place, je suis certaine que je serais devenue folle. Complètement folle. En fait, je doute même que je serais encore en vie aujourd'hui si j'avais perdu Farell et Nanc'.  Cette histoire me rappelle étrangement celle de Seth et je prends conscience que chaque personne tient le coup à sa façon. Je me demande cependant quelle a été celle de Luke. La question suivante traverse alors la barrière de mes lèvres en voyant son malaise. "Tu veux qu'on sorte?" Pensant que, peut-être, l'air frais lui ferait du bien.
Codage par Libella sur Graphiorum


Quand on se bat, moi je voudrais qu'on en rigole. Prendre la peine de s’abîmer. Faire des scènes, au lieu d'aimer.  ©️️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Don't look back in anger [Luke] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Don't look back in anger [Luke]

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Silverlake Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération