das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 352
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Mer 13 Juin - 12:24 )


Ozzy & Julian

Mit 15 schrieben wir noch Parolen an die Wand, die keiner von uns damals so ganz genau verstand. Wir waren mit 20 klar dagegen, egal was es grad war, hauptsache zusammen und mit dem Kopf durch die Wand.



S'il y avait bien une chose que Julian Finch n'aimait pas, c'était devoir s'inquiéter ou devoir se prendre la tête. Or, ces derniers temps, c'était exactement ce qu'il faisait, en permanence. C'était plus fort que lui. Car quand cela concernait sa famille, plus précisément sa mère, il était forcément inquiet. En même temps, qui ne l'aurait pas été dans sa situation. Sa mère avait tout sacrifié pour lui. Quand il était petit, elle l'avait élevé seule. Elle avait une fois travaillé près de quatre-vingt heures durant la semaine, simplement pour lui payer une paire de basket neuves, parce que ses camarades de classe se moquaient de ses vieilles baskets rappées. Maintenant, elle était malade et c'était à son tour de s'occuper d'elle. Mais maintenant qu'il était au chômage, c'était loin d'être une chose facile. Il avait un peu d'argent de côté, donc il parvenait encore à payer la nourriture, le loyer et les factures, mais probablement pas pour longtemps. Par chance, il allait bientôt pouvoir commencer un nouvel emploi. Ce n'était pas ce qu'il rêvait, c'était certain. Mais il allait servir des verres dans un bar de la ville et si ce n'était pas à la hauteur ni de ses capacités intellectuelles, ni de son talent musical, ça ferait une rentrée d'argent sur laquelle il ne pouvait pas cracher. Avant, les bars, c'était son lieu à lui pour s'amuser. Maintenant, il allait y travailler. Il avait connu pire dans sa vie. Après tout, quand il vivait en Allemagne, il travaillait bien dans une banque et la finance, ce n'était pas du tout son domaine. Alors le jeune homme allait faire avec et puis ce serait très bien. C'était provisoire de toute façon, ce n'était qu'un remplacement pour l'été et d'ici là, il aurait peut-être trouvé quelque chose. En attendant, le jeune homme était vautré sur son canapé, à jouer sur sa guitare, cherchant désespérément l'inspiration. Ces derniers temps, il ne sortait plus comme ça avait pu être le cas par le passé. Pourtant, il en avait marre de rester chez lui à ne rien faire. Et il n'avait pas envie de sortir non plus. Une idée lui passa par la tête. Il se saisit de son téléphone pour envoyer un message à Ozzy. Lui au moins pourrait peut-être l'aider à trouver l'inspiration. Julian avait toujours trouvé l'allemand bizarre, mais curieusement, ils étaient aussi devenus amis. Il attendit sa réponse avant de se lever pour aller mettre des bières au frais et vérifia qu'il avait encore des chips. Un apéritif sans chips, ce n'était pas un apéro selon lui. Le jeune homme rangea vaguement quelques trucs qui traînaient dans son salon avant d'entendre la sonnerie de la porte retentir. Il s'empressa d'aller ouvrir. « Salut mec », s'exclama-t-il en ouvrant la porte. Ce n'était pas vraiment une surprise de voir Ozzy sur le pas de sa porte, toutefois Julian sourit, plutôt content de le voir ici. Il était comme ça Julian. Souriant et amical, qu'importe les circonstances. « Merci d'être venu », ajouta-t-il en lui donnant une tape affectueuse dans l'épaule. Il le laissa passer avant de fermer la porte d'entrée. Il le conduisit dans le salon, vide à l'exception du chat, assis sur un fauteuil qui les regardait avec un regard mauvais. « Fait pas gaffe au chat, il est possédé par l'âme de Satan », répliqua-t-il en soutenant le regard du chat, avec le même regard mauvais. Finalement, il haussa les épaules et reporta son attention sur son ami. « Tu veux boire quelque chose ? », proposa-t-il finalement. Il manquait à tous ses devoirs à ne pas avoir commencé par là.  



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 345
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage) & peter shacklebolt (aaron taylor-johnson)

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Lun 18 Juin - 19:07 )


Julian & Ozzy

DAS LEBEN KAM OFT ANDERS UND SELTEN WIE GEDACHT


On peut pas dire qu'Ozzy l'ait joué très finement, ces derniers temps. Un séjour au commissariat de police pour avoir conduit sous emprise, son nez déboîté à cause d'un coup parti trop vite et une plaie sur le front cachée par une mèche de cheveux, il se donne des airs de voyou sans même le faire exprès. Mais le pire dans tout ça, c'est pas tant son avenir qui a failli faire faillite le temps d'une soirée. C'est la situation avec Saraï, sa supposée amie avec qui il a couché sans que ça soit calculé. Il a toujours été tellement doué pour se foutre dans des situations foireuses, à croire qu'il le cherche ou qu'il attire les ennuis comme un aimant se collerait sur un frigo. Voilà déjà plusieurs jours qu'il est rentré, qu'il ne travaille plus et qu'il passe donc ses journées enfermé chez lui, à mater la télé. Y a bien Bailey pour lui faire passer le temps, sa colocataire qui se ramène parfois avec ses jeux de société préférés, mais ça lui manque de sortir et de tenter le danger. Le médecin lui a prescrit des médocs qu'il ne prend même pas, préférant garder les petites pilules blanches anti-douleur pour un jour où il en aurait vraiment besoin. Aujourd'hui est le cinquième jour post-accident. Couché sur son lit à regarder le plafond, Ozzy compte le temps qu'il lui faudrait pour aller dans la ruelle d'en face se procurer de quoi fumer. Si on le prend une seconde fois, il est cependant très clair qu'il ne s'en sortira pas aussi facilement que lorsqu'il était face à Sofia Di Lazio. C'est le vibreur de son téléphone qui le sort de état de torpeur, un SMS de Julian qui le fait bondir sur ses pieds et sortir de sa chambre comme si il venait d'être piqué par un insecte porteur de la motivation qu'il lui manquait. Il voit là une occasion en or pour sortir de son appartement, enfin une raison pour ne plus être enfermé à entendre ses voisins d'en haut copuler. N'ayant plus de voiture, il est obligé d'emprunter les transports en commun bondé d'étudiants collés aux vitres. Un vrai bonheur. Arrivé devant chez Julian, Ozzy appuie sur la sonnette et réalise que cette fois doit être la première fois où il ne débarque pas totalement en retard quelqu'un. C'est qu'il en avait bien besoin de sortir. « J'ai du prendre les fuckin' transports en commun pour venir jusqu'ici, t'imagines pas comme c'est horrible, » ronchonne-t-il en entrant avant de se faire remercier par Julian pour sa présence, une tape dans son dos venant accompagner les mots prononcés par son ami. Un des seuls mâles qu'il peut appeler un ami, ça lui fait d'ailleurs encore bizarre de le dire tout haut que Julian et lui son potes. « Tu me demandes de venir mais c'est pas pour sortir, t'as une tête bizarre. Y a un truc qui va pas, avoue, » dit-il en plissant les paupières comme si il était en train de l'analyser. Il suit Julian dans le salon et, quand il repère le chat, esquisse un sourire immense. « On est potes les chats et moi, laisse-moi dix minutes et je te l'aurai amadouer ton mini Satan. » Puis à sa question, il se tourne une nouvelle fois vers Julian. « Ce que t'as, n'importe quoi sauf du Schweppes. Je déteste le Schwepes. » On est ravis de le savoir, Oz'. Il s'assied sur un des canapés, regarde le chat, puis l'allemand numéro deux qui fait son retour de la cuisine. « Alors, que me vaut ce bat-signal en urgence ? » lui demande-t-il tout en tentant de se rapprocher du félin. En tant qu'amoureux des comics, il arrive souvent à Ozzy de placer des petites références de ses préférés dans n'importe quel type de conversation. Par contre, il n'est pas rare qu'il passe pour un total abruti.


AVENGEDINCHAINS


say it ain't so

≈ I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.


Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 352
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Sam 23 Juin - 18:07 )


Ozzy & Julian

Mit 15 schrieben wir noch Parolen an die Wand, die keiner von uns damals so ganz genau verstand. Wir waren mit 20 klar dagegen, egal was es grad war, hauptsache zusammen und mit dem Kopf durch die Wand.



Ces derniers temps Julian était perdu entre l'envie de ne voir personne et l'envie de voir du monde. Oui, on est bien d'accord que c'était totalement paradoxale. Ce n'était pas de sa faute cela dit. Il n'avait pas envie de voir les gens compatissants qui allaient le cajoler. A vrai dire il avait plutôt envie qu'on le secoue et qu'on lui dise d'arrêter de faire le con. Qu'on lui dise de se reprendre en main. Et s'il y avait bien une personne capable de le secouer sans ménagement, c'était bien Ozzy. Non pas qu'il manquait de délicatesse. Mais … enfin bon. Il n'était pas forcément friand des débordements d'affection. Et Julian ça lui allait très bien. Du coup, il n'avait pas hésité à lui écrire pour l'embarquer dans une soirée chez lui. Ça ne pouvait que lui faire du bien. Il avait donc été ravi de voir que l'allemand avait accepté son invitation et il était encore plus content en le voyant débarquer chez lui. « Qu'est-ce qui est arrivé à ta voiture ? », demanda-t-il en ignorant les ronchonnements d'Ozzy. Ben ce n'était pas de sa faute s'il avait dû prendre les transports en commun. Il était innocent. Il s'était simplement contenté de lancer l'invitation. « D'ailleurs qu'est-ce qui est arrivé à ta tête ? », ajouta-t-il en voyant la blessure que son ami tentait de planquer derrière ses cheveux. C'était raté, mais ça laissait en tout cas une petite explication sur la voiture. Dans quel pétrin Ozzy s'était encore mit en revanche c'était une toute autre question. Il allait le harceler de question mais plus tard. D'abord, il lui laissait le temps de s'installer et de faire comme chez lui. Julian n'était pas chiant à ce sujet, son chez lui, c'était aussi le chez eux de ses amis. Cette phrase ne veut absolument rien dire. « Même avec une tête bizarre je suis toujours plus beau que toi », rétorqua Julian en levant les yeux au ciel. Voilà, Julian et la maturité, dans toute sa splendeur. Il finit par soupirer, conscient que d'une façon ou d'une autre, il devrait s'expliquer. « Les temps sont durs mecs. Sans boulot, avec les soins médicaux à payer … », expliqua-t-il. Et il n'en dirait pas plus. Mais disons que ces derniers temps, il ne pouvait pas vraiment se permettre de faire n'importe quoi et de dépenser son argent dans des soirées de beuveries. Ce ne serait franchement pas très malin il fallait bien l'avouer. « J'ai déjà essayé d'amadouer ce truc, laisse tomber, c'est peine perdue », fit-il en secouant la tête. Franchement, c'était pire que Satan cet animal. Il l'avait sauvé d'une mort certaine et cette bestiole ne lui en était même pas reconnaissant. Enfin, le jeune homme s’efforça de jouer les hôtes parfaits et lui proposa à boire. « Dommage, j'ai que du Schweppes à t'offrir », fit-il avec un petit sourire sarcastique. Il attrapa deux bières dans le frigo, les décapsula et revint dans le salon en toisant son chat d'un regard mauvais. Pourquoi il laissait approcher Ozzy et pourquoi il n'avait pas encore fuit ? Ce chat c'était vraiment Satan, sans déconner. « Je commençais à devenir dingue enfermé dans cette baraque », fit-il en tendant une bière à Ozzy. Il avait l'impression de tourner dans son appartement comme un lion en cage. C'était pénible. Ça ne lui ressemblait pas. Le jeune homme s'installa sur un fauteuil et dévisagea son pote. « Dis moi que tu as des choses croustillantes à me raconter pour me changer les idées », fit-il, en le regardant avec un air suppliant.  



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 345
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage) & peter shacklebolt (aaron taylor-johnson)

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Dim 29 Juil - 11:58 )


Julian & Ozzy

DAS LEBEN KAM OFT ANDERS UND SELTEN WIE GEDACHT


Si c'est d'un câlin et de quelques mots remonte-moral dont Julian a besoin, il s'est clairement trompé de numéro en contactant Ozzy. Il n'a jamais été doué pour ça même si il est capable d'écouter, sait à peine se mettre à la place de l'autre et s'imaginer à quel point leur vie peut être difficile à certains moments. Une conséquence de son enfance ça, du fait qu'il a longtemps été mis de coté et que les marques d'affections, il n'a jamais vraiment connu. Heureusement pour lui, Julian n'est pas encore au point de s'enrouler dans un plaid en pleurant jusqu'à en avoir des larmes qui lui coulent du nez. Au lieu de ça, il lui ouvre la porte en l'interrogeant dans un premier temps sur sa voiture, ce à quoi Ozzy répond simplement avec une main sur le coeur et un regard dans les airs. « Elle est partie trop tôt. » C'est vague, mais ça suffira pour le moment. Il n'est pas là pour parler lui et a d'ailleurs toujours détesté attirer l'attention sur sa personne. Parler, c'est pas son fort. Lui est plus dans l'action, les discours sans aucun sens et les plans foireux trouvés à la dernière minute. « Rien de grave impliquant que tu doives me refiler un de tes reins, je te rassure. » Il lui décroche son habituel sourire en coin et s'avance en direction du salon, là où les attend un chat qui attire immédiatement l'attention d'Ozzy. À ce que dit Julian, Oz' tourne brusquement la tête vers lui et plisse les paupières avant de se mettre à sourire à nouveau. « Je vais rien dire, je sais pas si je pourrai continuer à te supporter si tu commences à prendre la grosse tête. » Bah ouais, Ozzy à coté de Julian, c'est comme comparer un chiot à coté d'un chien. Rien que la barbe suffit à faire toute la différence, si Oz' essayait d'avoir la même pilosité que Julian il n'arriverait probablement à n'avoir qu'un semblant de moustache d'adolescent pré-pubère. Vient ensuite le moment où Ozzy doit faire semblant d'être un bon ami. Il s'attend à un long discours expliquant pourquoi les temps sont durs comme il vient de le dire, mais rien. Julian s'interrompt, laissant le plus jeune en attente qui se contente dans un premier temps de simplement hocher la tête. Il reporte ensuite son attention sur le chat. « Si je suis doué dans au moins un domaine, c'est de murmurer aux oreilles des chats. » Il lance un regard ampli de fierté à Julian, comme si il y avait du mérite dans le fait de savoir approcher un félin sans se retrouver avec les deux mains en lambeaux. Il se fait ensuite proposer à boire, se retient de rire à l'annonce du Schweppes comme seule boisson du frigo, puis attend le retour de Julian pour pouvoir prendre la bière qu'il lui tend. « Pourquoi tu sors pas ? Et si t'as une obligation de rester à l'intérieur, tu sais que tu peux venir chez moi. Bon c'est pas le grand luxe, mais ça te fera un changement de décor. » Rares sont les personnes ayant franchi le seuil de son appartement, et pourtant l'idée lui est venue sans même qu'il n'ait à y réfléchir. Ozzy le casanier deviendrait-il social ? Par exceptions. « Des choses croustillantes, hein ? » Il réfléchit en se frottant le menton avant de boire une gorgée de sa bière. « Je me suis retrouvé une nuit derrière les barreaux récemment, c'est à cause de ça que j'ai cette gueule. Et non, je ne me suis pas retrouvé dans un gang bang en prison, je me suis crashé contre un poteau. Mais je sais pas si c'est le genre d'histoire croustillante que tu veux entendre, je suis pas assez potins que pour savoir qui couche avec qui. » Cette fois, il le regarde avec une moue désolée en haussant les épaules.


AVENGEDINCHAINS


say it ain't so

≈ I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.


Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 352
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Sam 11 Aoû - 18:45 )


Ozzy & Julian

Mit 15 schrieben wir noch Parolen an die Wand, die keiner von uns damals so ganz genau verstand. Wir waren mit 20 klar dagegen, egal was es grad war, hauptsache zusammen und mit dem Kopf durch die Wand.



Julian savait qu’il pouvait compter sur Ozzy pour lui changer les idées. Pas parce qu’il allait le prendre dans ses bras pour lui souffler des mots réconfortants non. S’il avait voulu ça, il aurait composé le numéro de Liv. Ou de Holia. Ou de Sarah. Julian est entouré de trop de femmes, bientôt il va pouvoir ouvrir un harem. Non pas du tout. Au contraire. Il savait qu’Ozzy allait parvenir à lui changer les idées, il allait lui parler d’autres choses. Et surtout, il n’allait pas le regarder avec cet air plein de pitié que les autres pouvaient parfois avoir. Bref, le jeune homme était ravi. C’était exactement la soirée dont il avait besoin. Une bonne soirée entre mecs. Eux ils n’allaient pas se faire des couettes en mangeant du pop-corn non. Ils allaient parler jeux-vidéos et voitures. Enfin, en parlant de voiture, Julian se demandait bien où était passée celle d’Ozzy. « J’espère que tu as prié pour son âme », rétorqua-t-il en levant les yeux au ciel. Ozzy, toujours le même, toujours aussi mystérieux. Enfin, vu sa gueule, ça devait sûrement avoir un rapport. Voiture morte + sale gueule, ça voulait généralement dire accident. C’était moche. C’est pour ça que Julian était toujours un conducteur ultra prudent. « Bah de toute façon je t’aurais pas donné mon rein. J’en ai b’soin avec toute la bière que j’bois », rétorqua-t-il en secouant la tête. Parce que c’était scientifiquement prouvé – du moins sa vessie elle le prouvait – que la bière ça donnait envie de pisser. Et Julian de la bière il en buvait beaucoup. Alors il ne pouvait pas donner son rein. De toute façon, il était certain qu’aucun médecin ne voudrait un de ses organes. Un jour, il finirait même pas une cirrhose du foi, dixit sa mère. Et franchement elle abusait parce qu’il ne buvait pas tant que ça. En revanche, ce qui était certain c’était qu’un jour le chat finirait en rôti. Mais ça c’était une autre histoire. « J’ai déjà la grosse tête. Je te rappelle que je suis une star de la chanson internationale », rétorqua-t-il avec un sourire sarcastique. Ben quoi ? Il s’était produit en France, au Luxembourg et en Allemagne. Et puis, il avait posté ses chansons sur YouTube. D’ailleurs, la dernière fois, il avait eu un commentaire d’un internaute localisé en Pologne. Donc il était une star internationale. CQFD. Mais pour l’heure, Julian était occupé à parler. Mais comme il savait qu’avec Ozzy ce n’était pas la peine d’en raconter trop, il s’abstint de tout déballer, se contentant de parler du chat. « J’rigole s’il te griffe », se moqua-t-il. Et puis, si jamais le chat ne le griffait pas, ce serait lui qui n’aurait plus à manger pendant deux semaines. Cet abruti de chat passait son temps à lui faire des crasses et il se laissait caresser par des inconnus. Alors qu’il l’avait sauvé de la poubelle. Sale bête. Finalement, Julian se contenta d’aller chercher deux bières au frigo et revint s’installer au salon. « J’suis pas obligé de rester à l’intérieur, c’est juste que j’ai pas trop la tête à aller faire la fête en ce moment », commenta-t-il. Il avait plutôt la tête dans la paperasse administrative et médicale. Il avait des tas de choses à faire, des tas de choses à penser. Et puis, savoir sa mère dans un sale état, ça ne lui donnait pas trop envie de s’éclater et de faire la fête. « Mais j’te remercie pour l’invitation », conclut-il avec un sourire, avant de porter sa bière à ses lèvres. Il n’avait pas trop envie de parler de lui pour l’instant. D’ailleurs, si Ozzy avait des choses intéressantes à raconter, avec des détails croustillants, Julian ne serait pas contre. Du coup, il écouta Ozzy parler et fit la grimace. « T’avais picolé ? », demanda-t-il. Il ne jugeait pas. Il essayait juste de situer le contexte. Lui aussi était parfois rentré chez lui avec un verre ou deux en trop dans le nez. « Heureusement qu’il y a eu plus de peur que de ma. Tu t’sens bien ? », demanda-t-il, se souciant tout de même de ce qui arrivait à son ami.  



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 345
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage) & peter shacklebolt (aaron taylor-johnson)

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Jeu 30 Aoû - 16:39 )


Julian & Ozzy

DAS LEBEN KAM OFT ANDERS UND SELTEN WIE GEDACHT


Pour le moment, Julian est une des seules personnes de son entourage qui daigne encore composer son numéro de téléphone, à Ozzy. Faut croire qu'il est finalement aussi auto-destructeur que le disait sa prof quand il était gamin, tout comme tous les adultes qu'il a croisés et qui ont réalisé à quel point il tournait pas toujours droit. Il a beau dire qu'il n'en a rien à caler, ça lui fait quand même du bien de se dire qu'il a toujours un ami dans tout ce bordel qu'est devenu sa vie. Peut-être que lui aussi finira par lui tourner le dos quand il aura réalisé à quel point Oz' n'est pas doué pour les relations amicales mais, pour le moment, il profite de sa présence et du fait qu'il ne lui demande pas de le prendre dans ses bras pour essuyer ses larmes. Il apprécie son sarcasme quand il lui demande si il a prié pour sa caisse déclassée, ou encore sa franchise quand Julian confesse qu'il préférait garder ses deux reins pour lui. Un sourire vient étirer les lèvres du plus jeune, pas du tout vexé par sa réflexion. « Je vois, bah j'ai plus qu'à aller chercher sur le dark net pour me trouver un rein sûrement radioactif. » Il hausse les sourcils, pousse un léger soupir pour faire semblant qu'il est vexé alors que c'est cramé à quinze kilomètres qu'il simule. Il est pas le genre à se vexer pour si peu Ozzy, c'est d'ailleurs même très rare qu'il en vienne à prendre au sérieux une reproche qu'on lui aurait fait. Ca doit être un de ses mécanismes de défense dont parlait sa psy douze ans plus tôt, ces sales manies qui l'empêchent d'être totalement empathique, à l'écoute, toutes les qualités nécessaires pour fonctionner correctement en société. Quand on voit l'adulte bizarre qu'il est devenu, ce n'est pas étonnant qu'il ait si peu de véritables amis. « Mais ouais, j'ai failli oublier ! » s'exclame Ozzy en se remémorant ce que lui avait dit Julian sur son "passé" en tant qu'artiste. Il n'avait jamais eu l'occasion de l'entendre jouer avant, n'a donc pas pu fangirler la première fois qu'ils se sont vus même si il ne sait pas si il se serait sérieusement intéressé à lui si il l'avait découvert plus tôt. « En tant que star, tu devrais déjà être dans un van en direction de l'Alabama ou j'sais pas où pendant que tu te noies dans l'alcool et les solos de guitare sur les aires d'autoroute. Je pense qu'il y a une opportunité à saisir là, je pourrais même être ton agent ça me fera un voyage gratuit. D'ailleurs, pourquoi on se fait encore chier dans des appart' casi vides ? » Ça l'amuse de penser à tout ça, lui qui a toujours rêvé de pouvoir voyager plus. Quitter l'Allemagne pour venir à Cap Harbor a malheureusement été le seul et unique coup de folie qu'il a pu se payer, l'argent a eu bien du mal à suivre par la suite. Puis plus sérieusement, même si il est loin d'être le type le plus expressif et qu'il n'a probablement jamais montré son affection à Julian, il serait capable de le soutenir dans une carrière d'artiste si ce dernier se décidait à véritablement se lancer. À la pique lancée par l'autre, Ozzy le fusille du regard avant de s'éloigner du félin, safety first. Il prend place, s'empare de sa bière, boit sa première gorgée puis écoute les bribes d'informations que laissent échapper Julian quant-au pourquoi de son moral si bas en ce moment. Ça fait un peu énigme, à force de capter des infos il va peut-être finir par comprendre ce qui se trame dans sa tête. « Y a pleins d'autres trucs possibles à faire, tu sais. Du genre, partir dans un van pour entamer ta carrière d'artiste connu par un seul continent. » Nouveau rictus après cette remarque affectueuse. C'est un peu un con Ozzy, mais au moins il est optimiste pour Julian. Il se fait quand même remercier, ce à quoi il ne répond que par un simple haussement d'épaules et son habituel demi-sourire. La conversation finit par se tourner vers lui alors que c'est connu, il a jamais été hyper doué pour parler de lui. Pour parler tout court en fait, à croire qu'il a rien pour lui le pauvre Oz'. Il est doué en réalité, talentueux même, et malin quand il ne se crame pas les neurones. C'est juste qu'en société, il a toujours eu du mal. « J'ai un peu merdé, ouais, et j'en suis pas fier. Enfin, je suis pas venu ici pour me plaindre alors que déjà à la base t'as sûrement dû m'appeler en te disant qu'on pourrait éviter les conversations sérieuses. » Il rit légèrement avant de se poser dans le fond du canapé, le regard perdu dans le vide. « Mais c'est sympa. De demander, je veux dire. Même si c'est plutôt moi qui devrais te poser cette question, » ajoute-t-il en tournant la tête vers son ami, sincère pour une fois dans son intérêt pour un être humain vivant.


AVENGEDINCHAINS


say it ain't so

≈ I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.


Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 352
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Lun 17 Sep - 21:32 )


Ozzy & Julian

Mit 15 schrieben wir noch Parolen an die Wand, die keiner von uns damals so ganz genau verstand. Wir waren mit 20 klar dagegen, egal was es grad war, hauptsache zusammen und mit dem Kopf durch die Wand.



Julian avait toujours été pour le moins sociable. Se faire des amis pour lui n’était pas un problème. Et même si Ozzy ne correspondait pas à son type d’amis habituel, il avait fini par avoir une place dans la vie du Finch. Sans doute parce qu’ils avaient de nombreux points communs malgré les apparences. Et au final, ça lui faisait beaucoup de bien d’avoir quelqu’un comme Ozzy dans son entourage. Au moins, il ne risquait pas de passer son temps à le couvrir d’un regard désolé et plein de sympathie. C’était tout ce que Julian n’avait pas besoin en ce moment. Du coup, se concentrer sur les problèmes des autres c’était bien plus facile. Sauf que s’il avait le choix, Julian préférait garder ses reins pour lui. Les deux. Enfin en cas de nécessité il le ferait quand même, mais là tout de suite ça le rendrait triste. « Si jamais sur ton dark net tu trouves de l’humour pour pas cher, pense à moi, je sais exactement à qui l’offrir », répondit-il en haussant les épaules. Son ancienne patronne en aurait bien besoin, d’humour, puisqu’elle ne comprenait pas le sien. Enfin il y avait beaucoup de personnes qui ne comprenaient pas son humour en fait. Parce que l’humour de Julian était à 90 % basé sur le sarcasme et à 10 % sur un absence total de sérieux, qu’importe le sujet abordé. Bref, Julian n’aimait pas se prendre la tête, et ce tout le temps. Le fait que sa mère était malade par exemple était un drama largement suffisant dans sa vie. Il n’en avait pas besoin de plus. Alors si les gens se mettaient à le plaindre, il allait péter un câble. « Comment as-tu pu oublier une chose pareille ? Tu es pote avec une célébrité », s’offusqua-t-il. Bon, il n’était pas réellement une célébrité. Mais il avait quand même pratiquement dix mille abonnés sur Youtube je vous prie. Bon, ça l’agaçait un peu de se dire que des abrutis finis de youtubeurs gaming comme pewdiepie avaient des millions d’abonnés pour jouer à des jeux vidéos et faire des blagues lourdes. Mais bon en soit, dix mille c’était déjà pas mal. « J’ai déjà commencé à me noyer dans l’alcool. La bière. C’est pour ça que je peux pas te donner mon rein. Faut suivre mon gars », protesta Julian. Oui il s’était un peu prit dans ce petit jeu qui l’amusait. Alors qu’en vérité, il n’était pas du tout ce genre de type à se vanter. Et de toute façon, il n’avait jamais eu le succès espéré. « Bah … Tu pourrais être mon agent mais j’crois que les gens ne comprennent pas ma musique, c’est trop complexe à comprendre pour eux », acheva-t-il en haussant les épaules. Les chansons de Julian parlaient de sa vie. De qui il était. Des gens qui l’entouraient. Rien à voir avec de la musique purement commerciale. Alors peut-être que ça ne marchait pas pour cette raison. Mais il s’en fichait un peu à vrai dire. Il préférait largement continuer à faire ce qu’il aimait et tant pis si ça ne plaisait pas aux autres. Être comme tout le monde de toute façon, c’était trop ennuyant. Julian n’aurait donc peut-être jamais de carrière fructueuse, mais ce n’était pas bien grave. De toute façon, en ce moment, il avait bien d’autres choses en tête. « Tu sais qu’avant de faire un tour en van, faudrait en acheter un ? », demanda-t-il en haussant les sourcils. Voilà ce qu’il ferait quand il aurait gagné au loto. Il achèterait un van et il embarquerait Ozzy en road trip. Mais bon, comme il ne jouait pas, c’était déjà mal barré pour qu’il ne gagne. « Bah, ça arrive. T’as conscience de tes erreurs c’est déjà pas mal », répondit-il en haussant les épaules. Julian était plutôt doué pour voir le bon côté des choses. Et puis, il était plutôt mal placé pour engueuler Ozzy. La seule raison pour laquelle il n’avait jamais fait d’accident sous emprise de l’alcool, c’est parce qu’il se déplaçait essentiellement en transports en commun. Sinon, il serait sans doute mort dans un accident depuis longtemps. « Ah, c’est pas dans nos habitudes les discussions sérieuses, mais c’est pas si mal au final », constata Julian en souriant. Même s’ils étaient plutôt habitués aux soirées sans prise de tête, c’était toujours bien d’avoir un ami à qui parler. Sauf que Ozzy retourna l’attention sur lui et que ça, ça ne l’arrangeait pas trop le Juju. « Ah … Finalement on devrait peut-être jouer à la console ? », fit-il pour détourner le sujet. Mais il avait conscience qu’Ozzy n’était pas du genre à s’intéresser aux gens en général, donc s’il demandait, c’était qu’il s’y intéressait vraiment. Alors il se décida, après un soupire, à lui répondre sérieusement. « Ma mère est malade. Mais franchement, on fait aller, faut pas t’inquiéter », répondit-il après un moment. De toute façon, Julian était déjà assez inquiet pour deux.  



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 345
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage) & peter shacklebolt (aaron taylor-johnson)

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Sam 6 Oct - 15:07 )


Julian & Ozzy

DAS LEBEN KAM OFT ANDERS UND SELTEN WIE GEDACHT


Est-ce qu'il le ferait, lui ? Se défaire d'une de ses organes pour le donner à quelqu'un ? Ozzy n'en sait trop rien, en réalité il ne s'est même jamais posé la question. Il n'est pas certain que qui ce soit voudrait se tourner vers lui avec tout ce qu'il a déjà infligé à son propre corps, que ce soit avec l'alcool ou la drogue. Il ne doit pas avoir très bonne mine de l'intérieur Ozzy, peut-être même que sa durée de vie est lentement en train de réduire sans qu'il ne s'en rende compte. Dans un premier temps, la réflexion de Julian le fait froncer les sourcils avant qu'il ne se rappelle d'un détail sur sa vie qu'il avait totalement oublié : il avait une boss avec qui ça ne semblait pas coller sur tous les plans, c'est sûrement d'elle dont il parle. Oz' ne peut s'empêcher de rire. « Pendant une seconde j'ai cru que tu parlais de moi, j'étais à deux doigts de taper scandale et de partir comme une drama queen. » En même temps, l'humour d'Ozzy n'est pas le meilleur alors la réflexion aurait été légitime. Il est principalement basé sur du sarcasme, des blagues sur la mort et des références à des vieux films que personne n'avait jamais vus. Le pauvre est souvent bien incompris, heureusement qu'il a Julian pour pouvoir esquisser un sourire à ses conneries. « Tu parles de ta boss ? Parce que tu sais, tu me donnes de plus en plus envie de la rencontrer là. Je suis intrigué, » ajoute-t-il pendant qu'un sourire continue de flotter sur ses lèvres. Il reporte cependant bien vite sur Julian et le fait que, c'est vrai, il a été un artiste. Ou bien il l'est toujours, Ozzy a bien souvent du mal à suivre lorsqu'on commence à lui raconter sa vie. Il devrait peut-être faire un tour sur la chaîne de Julian un de ces jours, cesser d'oublier et se faire sa propre opinion sur son talent avant de se lancer en tant que manager ou il ne sait trop quoi. « Tu m'excuseras mais c'est pas comme si y avait grand chose pour me faire fréquemment la piqûre de rappel ! Pas que ce soit négatif hein, je sais pas si on pourrait rester potes si t'avait une horde de paparazzi qui te suivait à chacune de tes sorties. » Il rêvasse, pense à une vie où ils n'auraient pas les pieds collés sur le sol de Cap Harbor et où ils pourraient voyager. La remarque de Julian sur l'état de son rein fait sourire Ozzy qui sort de ses pensées avant de hausser simplement les épaules. « Bah, ça changerait pas beaucoup du mien. » Ozzy se demande ce que serait devenu Julian si sa carrière avait décollé. Serait-il toujours ici, en ville, ou ailleurs dans le monde ? C'est pour déconner qu'il lui propose d'être son agent, par contre pour ce qui est du reste ce n'est qu'à moitié une plaisanterie. Le regard perdu dans le vide, il se laisse tomber dans le fond du canapé. « Si on travaille à deux, je suis certain qu'y a moyen de te trouver un public cible. Regarde ces gars qui parlent de trucs sombres là, twenty-one pilots. Je bosse près de cadavres toute la journée je pourrais carrément te trouver de quoi rajouter un peu de glauque à tes chansons. Bon après ça correspondrait sûrement plus trop à ton style, t'as toujours été plus soft que moi. Mais ça peut marcher. » Il ne prend pas trop ça au sérieux, un peu comme tous les projets qu'il évoque et qu'il finit par ne jamais réaliser. En réalité, sans même s'en rendre compte, Ozzy essaie inconsciemment de pousser Julian à penser à autre chose qu'à ce qui le tourmente en ce moment. C'est sympa de rêver à ce qui ne se produira jamais, ça permet de se détacher de la réalité le temps qu'il faut pour laisser les émotions se calmer. « Et pourquoi pas ? » demande-t-il en se redressant, les traits plus sérieux cette fois. « J'achète un van et on voyage, on va genre... au Texas. Puis au Canada. » Un sourire en coin vient étirer une nouvelle fois le coin de ses lèvres alors que son esprit divague vers d'autres horizons. Mais bien vite, ils en reviennent aux choses sérieuses. Pourquoi il a cette tête, comment il s'est retrouvé dans un accident de voiture ? Il a pas envie d'en parler, il n'aime pas de devoir se montrer sincère. C'est douloureux pour son ego. « C'est clair, faudrait qu'on arrête. Les bros qui se prennent dans les bras après avoir lâché ce qu'ils ont sur le coeur, ça nous colle pas vraiment. » Il l'aime bien pour ça Julian, parce qu'il comprend. L'idée de se faire une partie enthousiasme plus Ozzy que ça ne le devrait, sale geek. Il s'empresse de hocher vivement la tête. « C'est une bonne idée, ça fait longtemps que j'ai plus eu l'occasion d'écraser quelqu'un. » Il remarque bien que Julian dévie la conversation, qu'il n'a pas envie de parler lui non plus et Ozzy peut bien le comprendre. Il ne cherche donc pas plus loin, mais la raison de son mal-être finit cependant par être amenée sur le tapis. Sa mère, hein. Ozzy n'a jamais eu de mère, il ne peut donc pas compatir. Par contre, il a vu la santé de son père se dégrader mais n'a jamais été capable de ressentir envers lui l'empathie qu'il aurait du avoir. « Ça va aller. » C'est tout ce qu'il arrive à dire, il est tellement naze pour remonter le moral des autres. « Si t'as besoin d'un truc, du genre aller lui faire faire un tour en voiture, je suis plutôt doué avec les mères. Promis, cette fois je serais pas bourré. »


AVENGEDINCHAINS


say it ain't so

≈ I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.


Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 352
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Dim 14 Oct - 21:12 )


Ozzy & Julian

Mit 15 schrieben wir noch Parolen an die Wand, die keiner von uns damals so ganz genau verstand. Wir waren mit 20 klar dagegen, egal was es grad war, hauptsache zusammen und mit dem Kopf durch die Wand.



Julian était un bon ami, mais pas non plus au point d’offrir tous ses organes. Enfin quoi que … Pour un ami qui comptait vraiment à ses yeux, il aurait pu le faire. En revanche, Julian était suffisamment généreux pour proposer d’acheter de l’humour pour quelqu’un qui n’en avait pas. Parce que déjà, Julian ne pouvait pas concevoir qu’on puisse vivre en étant dépourvu d’humour, c’était trop triste. Sauf qu’Ozzy avait comprit les choses dans le mauvais sens et ça c’était un peu triste. Il avait le cœur brisé que son poto puisse penser ça de lui. « Quoi ? Tu penses que j’aurais pu dire ça de toi ? Choqué déçu ! », fit-il en secouant la tête. Du coup, des deux amis, on avait trouvé la drama queen. Julian se mit à rire, une pensée lui trottant dans la tête. « Désolé j’étais en train de t’imaginer partir en claquant la porte comme une drama queen c’est excessivement drôle », ajouta-t-il en continuant à se marrer comme une baleine. Bon, Ozzy n’était pas toujours très drôle, c’était vrai. En même temps, le mec, il travaillait avec des gens morts, même pas avec des vivants. Mais Julian était devenu son ami en connaissance de cause, donc il n’allait pas critiquer son humour. Même qu’il était solidaire. « Bien sûr que je parle de ma boss. Enfin de mon ancienne boss », répondit-il. Parce que oui, dans ce rp, Julian avait déjà démissionné. C’est triste. « Mais crois-moi, c’est bien mieux de ne pas la connaître », fit-il en secouant la tête. Mais Julian ne voulait pas rentrer dans les détails. Il était juste encore terriblement vexé. Franchement, elle l’avait chauffé et elle l’avait laissé tomber, elle l’avait jeté comme si c’était un moins que rien. L’ego de Julian en souffrait encore. Il était vexé. Bref, il préférait parler de sa carrière de chanteur que de parler de sa patronne. Quoi que … L’échec de sa carrière était aussi une raison de faire souffrir son ego. « Pourtant je suis super beau, les photographes devraient me suivre partout même si je ne suis pas célèbre », se moqua-t-il. Bon, c’était surtout de l’auto-dérision, parce que Julian ne se prenait jamais au sérieux de toute façon. Et puis, il n’était pas certain qu’il aurait supporté d’avoir des paparazzi sur le dos constamment. Il aurait même été du genre à péter un câble. « Mais je note quand même que ton amitié à des conditions, tu ne m’aimerais pas pour tout ce que je suis », fit-il en faisant mine de bouder. Mais Julian n’était pas crédible quand il s’agissait de bouder. A part contre son père, il n’avait pas le souvenir d’être resté très longtemps fâché contre quelqu’un. « C’est pour ça qu’on est potes. Unis dans l’adversité. Unis jusque dans l’usure de nos reins », fit-il en se marrant. Bon, ce n’était pas que l’idée de partir sur les routes pour faire de la musique lui déplaisait. Julian aurait rêvé de pouvoir faire ça. Mais soyons honnêtes : il avait tenté, il n’avait pas réussi à percer. « Bah, les twenty-ones pilots ont eu plus de chance que moi apparemment. Pourtant, les chansons d’amour c’est sensé toucher des gens non ? Enfin bon, j’ai dû rater quelque chose quelque part, je vois pas d’autre explication. Et laisse mes chansons en dehors de ton univers glauque et de tes cadavres », répondit-il en grimaçant. L’idée même de voir un cadavre lui donnait envie de vomir. Il ne savait vraiment pas comment Ozzy pouvait en faire son métier. Ça le dégouttait un peu. Il était admiratif des gens capables de faire un tel métier, parce qu’il en fallait. Mais lui, il ne pourrait jamais. En tout cas, il appréciait que Ozzy tente de le bouger. Mais il avait déjà tenté sa chance. « J’ai déjà tenté ma chance. Maintenant j’ai décidé de revenir m’occuper de ma famille et de vivre une vie normale. Je ne sais pas si ce serait judicieux de recommencer », fit-il en haussant les épaules. Sincèrement, il n’avait pas la force de recommencer à se battre. Ça le fatiguait d’avance et il n’avait pas envie de vivre une nouvelle déception. Changer de sujet était nécessaire. Bien qu’ils n’étaient pas du genre à s’ouvrir leurs cœurs. « Si on continue comme ça on va finir devant un film romantique à se coiffer les cheveux », grimaça-t-il. Et l’idée ne l’enchantait pas vraiment on l’aura deviné. Ils n’allaient pas jouer aux gonzesses tous les deux, ce n’était pas leur style. Enfin, maintenant qu’il était question de lui, il changeait bien de comportement le Julian. Il avait envie d’esquiver. Mais Ozzy était son pote, alors il pouvait bien lui raconter. Julian adressa un sourire à Ozzy. « C’est gentil. Mais ça va aller. Ça fait un moment qu’on se bat et c’est pas la première fois. Mais j’apprécie le geste », répondit-il avec un sourire. Mais Julian n’avait pas envie d’en parler d’avantage. Ce n’était pas dans ses habitudes de toute façon. Il se leva donc et frappa dans ses mains. « Tu veux jouer à quoi ? Je peux t’écraser à FIFA », s’exclama-t-il en ramassant ses deux manettes. Il lui en tendit une et alluma la console.  



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération