das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 322
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Louise Hernandez (Tatiana Maslany) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).

das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Mer 13 Juin - 12:24 )


Ozzy & Julian

Mit 15 schrieben wir noch Parolen an die Wand, die keiner von uns damals so ganz genau verstand. Wir waren mit 20 klar dagegen, egal was es grad war, hauptsache zusammen und mit dem Kopf durch die Wand.



S'il y avait bien une chose que Julian Finch n'aimait pas, c'était devoir s'inquiéter ou devoir se prendre la tête. Or, ces derniers temps, c'était exactement ce qu'il faisait, en permanence. C'était plus fort que lui. Car quand cela concernait sa famille, plus précisément sa mère, il était forcément inquiet. En même temps, qui ne l'aurait pas été dans sa situation. Sa mère avait tout sacrifié pour lui. Quand il était petit, elle l'avait élevé seule. Elle avait une fois travaillé près de quatre-vingt heures durant la semaine, simplement pour lui payer une paire de basket neuves, parce que ses camarades de classe se moquaient de ses vieilles baskets rappées. Maintenant, elle était malade et c'était à son tour de s'occuper d'elle. Mais maintenant qu'il était au chômage, c'était loin d'être une chose facile. Il avait un peu d'argent de côté, donc il parvenait encore à payer la nourriture, le loyer et les factures, mais probablement pas pour longtemps. Par chance, il allait bientôt pouvoir commencer un nouvel emploi. Ce n'était pas ce qu'il rêvait, c'était certain. Mais il allait servir des verres dans un bar de la ville et si ce n'était pas à la hauteur ni de ses capacités intellectuelles, ni de son talent musical, ça ferait une rentrée d'argent sur laquelle il ne pouvait pas cracher. Avant, les bars, c'était son lieu à lui pour s'amuser. Maintenant, il allait y travailler. Il avait connu pire dans sa vie. Après tout, quand il vivait en Allemagne, il travaillait bien dans une banque et la finance, ce n'était pas du tout son domaine. Alors le jeune homme allait faire avec et puis ce serait très bien. C'était provisoire de toute façon, ce n'était qu'un remplacement pour l'été et d'ici là, il aurait peut-être trouvé quelque chose. En attendant, le jeune homme était vautré sur son canapé, à jouer sur sa guitare, cherchant désespérément l'inspiration. Ces derniers temps, il ne sortait plus comme ça avait pu être le cas par le passé. Pourtant, il en avait marre de rester chez lui à ne rien faire. Et il n'avait pas envie de sortir non plus. Une idée lui passa par la tête. Il se saisit de son téléphone pour envoyer un message à Ozzy. Lui au moins pourrait peut-être l'aider à trouver l'inspiration. Julian avait toujours trouvé l'allemand bizarre, mais curieusement, ils étaient aussi devenus amis. Il attendit sa réponse avant de se lever pour aller mettre des bières au frais et vérifia qu'il avait encore des chips. Un apéritif sans chips, ce n'était pas un apéro selon lui. Le jeune homme rangea vaguement quelques trucs qui traînaient dans son salon avant d'entendre la sonnerie de la porte retentir. Il s'empressa d'aller ouvrir. « Salut mec », s'exclama-t-il en ouvrant la porte. Ce n'était pas vraiment une surprise de voir Ozzy sur le pas de sa porte, toutefois Julian sourit, plutôt content de le voir ici. Il était comme ça Julian. Souriant et amical, qu'importe les circonstances. « Merci d'être venu », ajouta-t-il en lui donnant une tape affectueuse dans l'épaule. Il le laissa passer avant de fermer la porte d'entrée. Il le conduisit dans le salon, vide à l'exception du chat, assis sur un fauteuil qui les regardait avec un regard mauvais. « Fait pas gaffe au chat, il est possédé par l'âme de Satan », répliqua-t-il en soutenant le regard du chat, avec le même regard mauvais. Finalement, il haussa les épaules et reporta son attention sur son ami. « Tu veux boire quelque chose ? », proposa-t-il finalement. Il manquait à tous ses devoirs à ne pas avoir commencé par là.  



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.


Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 254
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell, biologiste sauvage

Re: das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy ✻ ( Lun 18 Juin - 19:07 )


Julian & Ozzy

DAS LEBEN KAM OFT ANDERS UND SELTEN WIE GEDACHT


On peut pas dire qu'Ozzy l'ait joué très finement, ces derniers temps. Un séjour au commissariat de police pour avoir conduit sous emprise, son nez déboîté à cause d'un coup parti trop vite et une plaie sur le front cachée par une mèche de cheveux, il se donne des airs de voyou sans même le faire exprès. Mais le pire dans tout ça, c'est pas tant son avenir qui a failli faire faillite le temps d'une soirée. C'est la situation avec Saraï, sa supposée amie avec qui il a couché sans que ça soit calculé. Il a toujours été tellement doué pour se foutre dans des situations foireuses, à croire qu'il le cherche ou qu'il attire les ennuis comme un aimant se collerait sur un frigo. Voilà déjà plusieurs jours qu'il est rentré, qu'il ne travaille plus et qu'il passe donc ses journées enfermé chez lui, à mater la télé. Y a bien Bailey pour lui faire passer le temps, sa colocataire qui se ramène parfois avec ses jeux de société préférés, mais ça lui manque de sortir et de tenter le danger. Le médecin lui a prescrit des médocs qu'il ne prend même pas, préférant garder les petites pilules blanches anti-douleur pour un jour où il en aurait vraiment besoin. Aujourd'hui est le cinquième jour post-accident. Couché sur son lit à regarder le plafond, Ozzy compte le temps qu'il lui faudrait pour aller dans la ruelle d'en face se procurer de quoi fumer. Si on le prend une seconde fois, il est cependant très clair qu'il ne s'en sortira pas aussi facilement que lorsqu'il était face à Sofia Di Lazio. C'est le vibreur de son téléphone qui le sort de état de torpeur, un SMS de Julian qui le fait bondir sur ses pieds et sortir de sa chambre comme si il venait d'être piqué par un insecte porteur de la motivation qu'il lui manquait. Il voit là une occasion en or pour sortir de son appartement, enfin une raison pour ne plus être enfermé à entendre ses voisins d'en haut copuler. N'ayant plus de voiture, il est obligé d'emprunter les transports en commun bondé d'étudiants collés aux vitres. Un vrai bonheur. Arrivé devant chez Julian, Ozzy appuie sur la sonnette et réalise que cette fois doit être la première fois où il ne débarque pas totalement en retard quelqu'un. C'est qu'il en avait bien besoin de sortir. « J'ai du prendre les fuckin' transports en commun pour venir jusqu'ici, t'imagines pas comme c'est horrible, » ronchonne-t-il en entrant avant de se faire remercier par Julian pour sa présence, une tape dans son dos venant accompagner les mots prononcés par son ami. Un des seuls mâles qu'il peut appeler un ami, ça lui fait d'ailleurs encore bizarre de le dire tout haut que Julian et lui son potes. « Tu me demandes de venir mais c'est pas pour sortir, t'as une tête bizarre. Y a un truc qui va pas, avoue, » dit-il en plissant les paupières comme si il était en train de l'analyser. Il suit Julian dans le salon et, quand il repère le chat, esquisse un sourire immense. « On est potes les chats et moi, laisse-moi dix minutes et je te l'aurai amadouer ton mini Satan. » Puis à sa question, il se tourne une nouvelle fois vers Julian. « Ce que t'as, n'importe quoi sauf du Schweppes. Je déteste le Schwepes. » On est ravis de le savoir, Oz'. Il s'assied sur un des canapés, regarde le chat, puis l'allemand numéro deux qui fait son retour de la cuisine. « Alors, que me vaut ce bat-signal en urgence ? » lui demande-t-il tout en tentant de se rapprocher du félin. En tant qu'amoureux des comics, il arrive souvent à Ozzy de placer des petites références de ses préférés dans n'importe quel type de conversation. Par contre, il n'est pas rare qu'il passe pour un total abruti.


AVENGEDINCHAINS


I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker. 


Revenir en haut Aller en bas

das Leben kam oft anders und selten wie gedacht ✻ ozzy

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération