Contagion buddies - Alma

 :: the city of cap harbor :: Middlenton commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 127
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Anthony Gresham (Jeffrey Dean Morgan), Simone Esposito (Ryan Gosling), Timothy Mancini (Jon Hamm), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Nawid Sadki (Oscar Isaac)

Contagion buddies - Alma ✻ ( Ven 15 Juin 2018 - 10:11 )

Contagion Buddies
Alma & Owen
L’heure est grave.
Très grave… C’était même la fin du monde, c’était le début de l’apocalypse pour moi. C’était si grave à un point que j’ai dû quitter ma maison (même si c’est la maison d’Ayana, ça reste ma maison, elle l’a achetée avec mon argent) avec un dossier un petit peu sensible et en skate. Je ne pouvais pas rester là-bas. Pour vous rassurer tout de suite, la population de Cap Harbor ne va pas mourir, pas encore. Non, je n’ai pas renversé une fiole contenant un virus assez dangereux… Non rien de tout ça. Puis si ça arrivait en vrai, Nao se serait occupé pour que le virus ne sorte pas de là avec les autres drones. Non, c’est encore plus grave qu’un simple virus de Zika, plus grave que ça… Je sens même mes yeux piquer à l’idée d’y penser, alors c’est un petit peu difficile de l’annoncer, mais voilà.

Ma machine à café est morte.

Ma magnifique machine à café, ma compagne qui m’a supporté et qui m’a fait des cafés avec amour pendant des années est morte. C’était comme ça, je viens le matin pour aller étudier le dossier que mon collègue m’a envoyé par internet et que j’ai fait imprimer. Je lui ai demandé de me faire mon café comme d’habitude et… Puis voilà, pas de réponse, rien de tout ça. J’ai vite constaté avec Nao qu’elle est morte (même si ça ressemblait plus à un: Owen la machine est morte - Non, tu racontes n’importe quoi, ma machine meurt jamais - elle ne répond pas - tais-toi elle est vivante, allez fonctionne s’il te plait - Owen - Elle est morte… Pourquoi? - la vie des machine. - tu peux la réparer ? - il faut racheter des pièces -oh non j’ai besoin de café maintenant).

Donc voilà, je me retrouve au Starbuck avant d’aller m’acheter de nouvelles pièces pour ma machine, tout en espérant que je n’ai pas à acheter une nouvelle. Je ne veux pas de nouvelle…! Je suis en train de boire mon latte… Un petit peu agacé parce que je ne supporte pas travailler en public… Il y a trop de yeux curieux, mais aussi des caméras mal placés. Mais bon, il y a des situations qui font que je ne peux pas faire autrement et que je dois faire avec. J’ai besoin de mon café, coûte que coûte et s’il faut sortir, alors je sors. S’il faut que j’assieds à une table plutôt reculée, toujours pas à l’abri du bruit, je m’assieds quand même là.

Puis, ça propose des cookies. C’est bon les cookies. Alors ça me calme un petit peu et j’espère juste ne pas faire des tâches sur le rapport même si c’est moi qui ait imprimé, je corrige quand même dessus. La coqueluche… La maladie revient en force pour faute que le vaccin n’est plus assez puissant et on a de plus en plus de septiques avec ces médicaments qui favorisent la propagation. Je soupire et passe la main dans mes cheveux avant de relever mon regard vers une jeune femme qui fait le ménage à côté. Enfin, elle est censée faire du ménage et ses yeux sont rivés sur mes papiers étendues sur toute la table. Je disais quoi déjà ? Ah oui, je n’aime pas travailler en public. “ Erm… Je peux comprendre que regarder les papiers et ce qui est écrit est plus intéressant que regarder les carrelages… Mais est-il possible que vous regardiez les papiers des autres ailleurs ?” Quoi ? J’ai été un petit peu gentil.


electric bird.






   


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 47
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy, ce weirdo

Re: Contagion buddies - Alma ✻ ( Ven 15 Juin 2018 - 13:36 )

contagion buddies

owen
&
alma
Dans le genre "je fais semblant d'aimer mon boulot pour être bien payée", Alma pourrait remporter la palme d'or. À peine trente minutes qu'elle a commencé son service et déjà, elle s'empresse de grimacer dans le dos de tous ses clients jamais contents et qui ne se semblent pas connaître les termes bonjour, merci et au revoir. À chaque fois, elle sort son habituel discours qui a fini par devenir un automatisme tellement elle le dit sur une journée. Bonjour, bienvenue chez Starbucks, que prendrez-vous à boire, et à quel nom, quelque chose à manger avec ça ? Ça en devient lassant. Alors pourquoi elle reste ? Parce qu'elle a rien de mieux sous la main, parce que ce boulot ingrat paie ses employés en fonction de leurs performances à sourire non-stop pendant plus de huit heures et qu'Alma est plutôt douée pour ça. Alors qu'elle prépare son seizième café au lait de la matinée, elle sent quelqu'un rentrer son coude dans ses côtes pour lui signaler qu'on a encore renversé sa tasse sur la table la plus proche des fenêtres. Évidemment, c'est toujours sur elle que ça tombe ce genre de petit plaisir quand on ne lui refourgue pas une serpillière et du Mr. Propre spécial toilettes sales entre les mains. Après avoir fusillé du regard le type qui travaille avec elle -amicalement bien sûr-, elle lui prend des main le chiffon qu'il lui tend et l'enroule autour de sa main pendant qu'elle s'avance en direction de la fameuse table, sa queue de cheval rebondissant librement sur le haut de son dos. Alors qu'elle passe à coté d'un des clients, Alma se permet de jeter un coup d'oeil sur son travail par simple curiosité maladive. Ça a toujours été son truc préféré, regarder ce que font les clients et essayer de deviner à quoi ils passent leur journée quand ils ne sont pas enfermés ici, dans ce café des enfers. Elle fait tomber le chiffon sur la table, nettoie le café sans réaliser qu'elle est en train de l'étaler parce que son attention reste fixée sur les noms familiers rédigés sur les feuilles de l'homme. Lorsqu'elle l'entend élever la voix, ça la surprend et Alma a un spasme qui la fait renverser le café sur ses chaussures. « Oh boy, » soupire-t-elle plus pour elle-même avant de se tourner vers le client, appuyée contre la table d'un air totalement décontracté. « J'étais juste surprise qu'une personne saine d'esprit puisse s'intéresser à la composition d'un virus de si bon matin. Ce qui me laisse à penser que vous ne devez pas être une personne saine d'esprit. » Elle n'est pas censée sortir de son discours habituel lorsqu'elle s'adresse aux clients, mais qu'est-ce qu'elle en a à caler de se faire juger quand le grand patron n'est pas là. « Et puis, personne d'autre ici ne travaille à part vous et les employés de ce café, sans vouloir vous contredire. » Trop tard. Alma s'écarte de la table sur laquelle elle était appuyée et offre son plus beau -faux- sourire à l'homme avant de finir de nettoyer la tâche de café. « Si je peux vous aider en quoi que ce soit, n'hésitez pas. Pour un choix de boisson ou de cookie bien sûr, pas pour ce sur quoi vous êtes en train de travailler. Je maîtrise mieux la classification des différents types de cafés que celle des microbes. »
camo©️015


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down



Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 127
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Anthony Gresham (Jeffrey Dean Morgan), Simone Esposito (Ryan Gosling), Timothy Mancini (Jon Hamm), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Nawid Sadki (Oscar Isaac)

Re: Contagion buddies - Alma ✻ ( Ven 15 Juin 2018 - 14:01 )

Contagion Buddies
Alma & Owen
Travailler en public avec un dossier sensible est toujours une mauvaise idée.
Dans le sens où tout ce qui est écrit sur les feuilles attire forcément le regard indiscrets des personnes. Parce que oui, c’est inédit, c’est intéressant… Plus intéressant que notre propre travail. Cela ne m’arrive pas très souvent, parce que…. 1 - Je ne sors jamais de mon lieu de travail donc je n’ai pas l’occasion de voir ce que les autres font. 2 - J’aime trop mon travail pour admirer le travail d’un autre. Enfin, je peux comprendre que nettoyer une table ou même le sol, c’est pas du tout intéressant que de regarder mes papiers sur l’autre table. Sauf que ces papiers ne devraient pas être vues par quelqu’un d’autre, je n’ai pas envie de créer une rumeur ou une vague de panique. Il me faut être éthique et responsable. Enfin je dis ça, mais je ne suis ni éthique, ni responsable. Enfin bref, ça n’empêche pas le fait que je doive regarder ces papiers et appeler mon ami et collègue ce midi pour lui expliquer ce que j’en pense.

J’avoue que je m’attendais à ce que la serveuse ne comprenne pas grand chose ce qui est écrit sur les papiers et s’excuse tout en bafouillant après s’être renversé du café renversé sur ses pieds… Mais pas à me répondre de cette façon tout en s’approchant à la table, je réagis en haussant les sourcils et croise les bras sur la table, mais surtout sur les papiers même si ça me fait pencher un peu vers l’avant. Personne ne travaille ici à part moi et les employés. “Mais vous venez de me contredire.” fis-je avec un léger sourire avant que je ne regarde autour de moi, je vois des gens qui étaient devant leur téléphone. C’est certainement sûr que c’est moins intéressant à observer et moins facile aussi. “ Et en effet, ça fait moins de lecture à faire pour égayer votre journée…” Elle se redresse, je ne bouge pas de ma position. Elle retourne nettoyer le café tout en me disant qu’elle était à ma disposition pour toute demande… Sur ce qui est du café bien sûr. Mais s’est-elle intéressée à la composition du virus ? “ Vous avez eu le temps de lire ce que c’est comme virus ou vous avez juste reconnu la composition ?” fis-je en montrant le dessin du virus qui avait sûrement attiré son attention. J’hausse les épaules si elle ne savait rien alors j’ai fini par rebondir à la question sur le café. “Sinon, je peux vous demander si vous vous connaissez en machine à café ? La mienne vient de mourir… Elle ne s’allume plus du tout et je pense que c’est sûr à l’alimentation. Vous avez plus d’expérience dans ce domaine que moi: y a une chance que cette machine soit réparée ou il vaut mieux que j’en achète une autre…?”

electric bird.






   


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 47
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy, ce weirdo

Re: Contagion buddies - Alma ✻ ( Ven 15 Juin 2018 - 14:32 )

contagion buddies

owen
&
alma
De le voir s'étaler ainsi sur la table pour lui empêcher de lire plus ce qu'il y a sur les feuilles, ça la fait doucement sourire. Elle ne s'en cache pas d'ailleurs, Alma laisse le rictus venir étirer ses lèvres avant que son regard ne vienne croiser celui de l'homme. Dommage pour lui, il ne lui suffit que de quelques indices pour deviner de quoi parle un sujet qu'elle a étudié pendant plus de cinq ans et qui l'a captivée au point qu'elle puisse lire des livres dessus durant des heures, même la nuit. Ah, la biologie. Son vice secret, sa fascination étrange pour l'univers invisible à l'oeil nu et pour tout ce que beaucoup ne prennent même pas la peine de regarder. Alors clairement, ce que lui fait, elle trouve ça bien plus intéressant que de nettoyer une flaque de café laissée là par un lâche qui n'a même pas eu l'audace de venir les prévenir qu'il était un empoté. Quoi qu'elle peut bien parler Alma quand on voit la tâche qui s'est étalée sur sa basket. Heureusement qu'elles sont foncées, ses chaussures. À sa remarque, elle hausse les épaules. « J'ai du mal à jongler entre la franchise et la politesse. » Mais lorsqu'elle voit le sourire de l'homme, elle comprend qu'il ne lui en veut pas. Ou du moins, il n'en a pas trop l'air. À son tour, elle se tourne vers le reste de la salle et regarde les jeunes clients pianoter sur le clavier de leur téléphone. Elle a toujours détesté ça, cette air de smartphones devenus comme une extension du bras. Non pas qu'elle ne se sert jamais du sien, mais disons qu'elle en a un plus pour le coté pratique que pour passer des heures dessus. « Détrompez-vous, on apprend beaucoup des SMS laissés ouverts sur la table pendant que le propriétaire est parti chercher une serviette supplémentaire. » Elle s'essaie à l'humour, quoi qu'au final elle passe plus pour une stalkeuse incapable de se mêler de ses affaires. Détachant son regard du client, Alma se remet à nettoyer la table en évitant cette fois de s'éclabousser au passage. La question qu'il lui pose lui fait cependant interrompre son geste. « Bordetella pertussis et bordetella parapertussis, deux noms assez moches qui ne présagent rien de bon, » répond-elle sans le regarder. « Mais comme vous avez l'air de travailler de manière top secrète, je vais éviter des lancer mes hypothèses à voix haute. Quoi que, je pourrais mentionner la toux de cent jours, » ajoute-t-elle en fronçant légèrement les sourcils, se redressant. « Ça sonne moins sérieux. » Elle regarde le dessin qu'il lui tend, ses papiers n'étant visiblement plus aussi secrets qu'il y a quelques minutes. Alma hoche pensivement la tête, à présent pratiquement certaine qu'elle a misé juste. Elle n'en dit cependant pas plus. Face aux autres, elle a toujours préféré offrir son image de fille à qui rien ne fait peur plutôt que de la grosse tête capable de réciter par ordre alphabétique le nom grecques de toutes les fleurs poussant sur leur continent. Heureusement, il dévie la conversation suite à sa proposition et lui pose une question sur une machine à café qui ne fonctionne plus. Alma n'a jamais été très douée quand il s'agit de travail manuel, c'est en général le technicien qui vient s'occuper des leurs lorsqu'elles se montrent récalcitrantes.  « Parfois, il suffit d'un bon coup sur le dessus pour la faire redémarrer. Enfin, ça fonctionne quand la notre ne fonctionne plus et que je suis la seule pour la réparer, » ajoute-t-elle avec un nouveau sourire amusé.

camo©️015


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down



Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 127
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Anthony Gresham (Jeffrey Dean Morgan), Simone Esposito (Ryan Gosling), Timothy Mancini (Jon Hamm), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Nawid Sadki (Oscar Isaac)

Re: Contagion buddies - Alma ✻ ( Ven 15 Juin 2018 - 15:03 )

Contagion Buddies
Alma & Owen
Vous savez une chose ?
Que vous voyez les femmes de ménages, les serveuses, les éboueurs… Tout ça… Ne dites jamais qu’ils ont ratés leur vie et qu’ils ne sont pas si intelligents que ça. En vrai, ils sont très malins dans le fond et c’est souvent une mine d’or. On ne sait jamais ce qu’on va trouver, ni leur caractère, leur histoire mais surtout… Ce à quoi ils servent réellement. Des fois je finis par croire au coup du destin et que j’étais destiné à rencontrer cette jeune blonde qui a l’air d’être tellement blasée de la vie, tellement blasée d’être là même. “ Ca se voit, que vous êtes en amour avec votre travail.” Je ne devrais pas continuer comme ça, mais je n’ai pas pu m’empêcher. Je ne contrôle pas vraiment les mots et encore, je lutte durement pour ne pas trop monopoliser la parole, mais je me connais, un moment donné, je vais l’inonder et elle n’aura pas de bouée de secours. J’espère pour elle qu’elle saura nager… “ Il existe des gens qui ont tellement confiance à un point de laisser leur téléphone ouvert sur une table ?” Je suis surpris, oui. Faudrait que je sorte un peu plus souvent ceci dit, je ne vais quasiment jamais dans les endroits publics en vrai. Là aujourd’hui, c’est exceptionnel, je n’avais plus de café, mais surtout plus de machine à café. Enfin, pensons pas au café, pensons à la toux de cent jours. Enfin, si elle saurait reconnaître le dessin de la bactérie que je suis en train de lui montrer.

En vrai, j’ai beau penser que les serveuses, femmes de ménage et tout le tralala que j’ai déjà dit plus haut c’était des mines d’or. Il y a quand même une part en nous, ce qui fait ce que nous sommes: des êtres pleins de préjugés. Pour être honnête, je ne pensais pas qu’elle reconnaîtrait la bordetella… Enfin si… Elle donnait l’air de savoir ce qu’elle lisait, mais… Enfin… Je ne pensais pas… Enfin, je sais plus ce que j’étais en train de penser en fait. Je remarque à peine que j’avais l’air impressionné sûrement, mais j’ai surtout l’air d’être surpris. La toux de cent jours, c’est moins sérieux oui… Enfin… Je râcle ma gorge et laisse le dessin à la vue de la jeune femme. Je suis surpris. Je ne pensais pas me retrouver face à une serveuse qui s’y connait en bactériologie. “ Erm… Ouais… Normalement, elle était censée avoir totalement disparue dans les années 80, mais elle revient en force.” Enfin, je devrais me taire, ne pas créer une vague de panique. Ah mais bon sang ! “ Pardon, je n’étais pas censé dire ça.” Et hop, vite, rapidement, efficacement, discrètement pas si discrètement, je passe à un autre sujet: le café. Je réunis mes feuilles en posant la question. Je ricane un peu et enlève les lunettes pour me masser le front ensuite. Un peu nerveux… “ Oh, mais ma cafetière a 4 ans, elle a survécu à un incendie je veux dire… Mais ne pas survivre à la surtension… Enfin, je pense que c’est ça. La surtension qui fait que ma cafetière ne marche plus. Parce que je l’ai branchée, débranchée, j’ai donné un coup, j’ai même changé le type de café ou le filtre, j’ai tout fait pour la réaminer. Enfin, je dis ça comme si c’était une personne, mais voilà. La cafetière a beaucoup survécu. L’incendie… Je l’ai déjà dit ça… Oui. Incendie, accident, même une chute des escaliers… Enfin, j’ai dû la rasfitoler et voilà que du jour au lendemain, elle a rendu l’âme. Je ne peux pas travailler sans café donc, je suis là… A travailler sur cette fichue bactérie parce que mon collègue est face à un mur parce qu’il n’a pas la moindre idée de comment régler tout ça, même si je pense que c’est le vaccin tout court qui n’est plus si puissant. Il a vieilli, la maladie a évoluée et donc… Dites moi… ? Vous n’êtes pas qu’une simple serveuse ? Je veux dire… Sans vouloir avoir les préjugés - que j’en ai quand même - si vous avez des connaissances poussées sur même les noms latins de la maladie, la toux à cents jours… Vous connaissez ses classements ? Le CISP ? Le CIM …?” Une pause, pour déglutir avant de reprendre la parole. “ En gros, comment vous êtes venues à être serveuse ici ?”


electric bird.






   


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 47
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy, ce weirdo

Re: Contagion buddies - Alma ✻ ( Ven 22 Juin 2018 - 11:35 )

contagion buddies

owen
&
alma
Suite à la réponse pleine de sarcasme de l'homme, Alma ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire amusé. Elle hausse ensuite les épaules, l'air de dire "c'est bon, tu m'as démasquée". Il a raison, on ne pas dire qu'elle s'éclate à faire des cafés à longueur de journée et pourtant, ça fait déjà plus d'un an qu'elle le fait. « La meilleure partie, c'est le récurage des toilettes. Vous devriez essayer un jour, c'est tellement... exotique, » ajoute-t-elle sans se défaire de son sourire. Si on l'entend parler comme ça à un client, Alma pourra dire au revoir à ses revenus. Elle donne l'impression de n'en avoir rien à faire, que l'idée d'un renvoi lui passe totalement au-dessus de la tête. Mais en réalité, ça la mettrait dans une sacré galère de ne plus avoir la paye du Starbucks et elle n'est pas vraiment attirée par l'idée de se retrouver à la rue avec Romy, son chien. À la question de l'homme sur les téléphones laissés à l'abandon, Alma hoche la tête dans un premier temps. « C'est plutôt qu'ils ne le ferment jamais mais oui, le matin les gens sont plus dépendants de leur café que des actualités de Facebook. » C'est qu'elle a eu le temps de les observer ses clients, d'apprendre par cœur leurs habitudes et de découvrir leurs points faibles. Une véritable sociologue, Alma. Délaissant totalement la table qu'elle nettoyait -ainsi que toutes les autres d'ailleurs-, elle laisse son regard se perdre de temps à autres sur les feuilles du client avant de relever les yeux vers son visage, amusée par son air de surprise dès qu'elle ouvre la bouche pour lui lâcher une flopée de scientific facts. Surprise, elle a un cerveau sous sa masse de cheveux blonds la serveuse. Elle n'aime pas le crier sur tous les toits et, pourtant, elle se sent presque fière d'avoir su impressionner l'homme qui se tient toujours assis face à elle. Il a une lueur de fascination qui brille dans son regard, ça lui change de ceux accusateurs qu'on lui lançait quand elle était la gamine surdouée qu'elle a tant essayé de cacher durant son enfance. À l'annonce du retour de la toux de cent jours, Alma fronce légèrement les sourcils et se remet à observer l'illustration sous tous les angles. « Elle revient ? Et a-t-on réussi à trouver un traitement contre une maladie qui ne s'est plus manifestée depuis plus de trente ans ? » C'est sorti tout seul, comme un éternuement incontrôlable. Alma se pince les lèvres et détache son regard de la photo. D'un coté, ça la fascine ce genre de recherches. Elle a envie d'en savoir plus, pourrait passer des heures à coté de l'homme juste pour en apprendre plus sur ce qu'il a déjà découvert jusque là. Mais d'un autre, elle a le sentiment désagréable de régresser à chaque fois qu'elle se trouve envahie par ses vieilles passions. Ça la rend plus vulnérable, c'est un trou qu'elle créé dans sa carapace. Heureusement, il arrive à la faire retomber sur ses pieds lorsqu'il mentionne sa cafetière, quoi qu'elle n'y connait au final pas des masses lorsqu'il s'agit de les réparer. Ses yeux s'ouvrent en grands quand il mentionne un incendie et, durant le reste du discours du client, Alma finit par venir s'installer sur la chaise en face de la sienne. Elle se défait de son tablier vert qu'elle pose sur ses genoux et s'octroie elle-même une pause bien méritée. Elle hoche des fois la tête, sourit d'autres fois, puis est prise de court quand il lui demande si elle est en réalité plus qu'une simple serveuse. « Vu la façon dont vous le dites, on pourrait presque croire que je suis une sorte d'héroïne cachée derrière le costume d'une employée de café. Je suis flattée, » dit-elle pendant qu'un nouveau sourire vient étirer plus longuement ses lèvres. Elle pose ses coudes sur la table, entremêle ses doigts entre eux, puis y pose son menton tout en fixant le vide. « J'ai fait des études dans la biologie, c'est pour ça. J'avais cette drôle de fascination pour tout ce qui touchait aux êtres vivants quand j'étais petite, j'essayais d'en connaître le plus possible sur ce que je pouvais trouver dans les bois ou les rivières plutôt que de jouer à la poupée. Drôle de gamine, hein. Enfin, je ne vois pas pourquoi je vous raconte tout ça, » ajoute-t-elle dans un rire légèrement nerveux. « Mais c'est plus facile de se faire embaucher dans un Stabucks que dans un centre de recherches quand on n'a même pas encore vingt-cinq ans. Et puis, ça me semblait trop... surréaliste. Mais heureusement, il y a des personnes comme vous pour m'empêcher d'enterrer mes connaissances dans le fin fond de mon inconscient, vous pouvez vous dire que vous avez empêché à une fille de totalement devenir stupide aujourd'hui. » Elle plante à nouveau son regard dans celui de l'homme, bien trop à l'aise alors qu'ils ne se connaissent que depuis quelques minutes.

camo©️015


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down



Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 127
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Anthony Gresham (Jeffrey Dean Morgan), Simone Esposito (Ryan Gosling), Timothy Mancini (Jon Hamm), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Nawid Sadki (Oscar Isaac)

Re: Contagion buddies - Alma ✻ ( Ven 22 Juin 2018 - 12:57 )

Contagion Buddies
Alma & Owen
Je fais une petite moue amusée quand elle me parle du voyage aux toilettes, c’est vrai que le récurage doit être assez intéressant… Même si je n’en ai jamais fait de toute ma vie, parce que l’argent n’était pas ce qui me manquait et il y avait des gens qui étaient payés pour ça, tout comme cette serveuse. Mais je sais très bien que ce n’est tout de même pas la destination favorite des gens.  « Peut-être un poil trop exotique vu que peu de personnes aimeraient y faire un tour pour au moins essayer. » fis-je avec un sourire en réponse. Au final, je ne m’attendais pas à ce que je discute avec une serveuse dans un starbuck et que cela m’amuse, mais surtout que cela me change les idées. J’apprends des choses sur le mode de vie, mais aussi sur les habitudes qu’ont les clients autour à regarder les téléphones… Et même à en laisser sur place. « En même temps… Le café, c’est une drogue encore plus puissante qu’un téléphone. En raison des molécules de caféine qui remplacent les récepteurs des cellules de cerveau qui sont conçus pour l’adénosine, elles bloquent la sensation de fatigue et qui fait que ça stimule la personne pendant quelques heures… Cela crée ainsi une dépendance, mais c’est surtout pour lutter contre les effets secondaires qui sont plutôt moins agréables que la somnolence. Parce que la caféine peut se dissoudre dans notre organisme et quand on n’en a plus… Les effets secondaires sont pas si géniaux que ça, maux de tête, douleurs musculaires, des nausées… Tout type de symptômes pseudo-grippaux. Donc… Oui, je comprends bien que les personnes préfèrent le café à leur téléphone et leur vie privée. » fis-je sans forcément me rendre compte que je parle un peu étrangement, mais ce n’est pas de ma faute. Car je suis bavard et je le serai toujours, mais aussi parce que je suis un biologiste dans le fond, je m’intéresse à tout ce qui est composants et j’aime comprendre ce qui m’arrive quand je ne bois pas de café. Enfin, avec mon explication, on ne peut plus s’étonner pourquoi je n’arrive pas à passer une journée sans mon café, surtout que ça m’empêche d’être fatigué et c’est exactement ce dont j’ai besoin: ne pas être fatigué et dormir peu.

Oui, dormir peu pour sauver le monde d’une certaine épidémie. Que ce soit à partir des virus ou encore des bactéries. Enfin, je suis plus penché vers les virus que les bactéries, mais il m’arrive de faire des exceptions en acceptant d’aider certains de mes collègues, mais c’est surtout une façon à moi de sortir la tête de l’eau après plusieurs semaines de recherche sur les virus… Donc là, je suis sur la maladie de la toux de cent jours. Je ne m’attendais pas à ce que la serveuse s’y connaisse quelque chose là-dessus, mais en vrai, sur tout ce qui touche la bactérologie, je ne m’y attendais pas. Je fais un léger sourire et fais un geste de la main. « Je n’ai pas vraiment le droit de dire ça. C’est censé être confidentiel… » Moi et les secrets… Et on se demande pourquoi je ne vais jamais aux lieux publics, parce que je finis toujours par parler avec quelqu’un ou devoir faire face à des yeux curieux. « Ne me regardez pas comme ça, je sais que je suis dans un lieu public, pas l’idéal pour cacher les informations sensibles… Mais comme vous savez, je suis dépendant du café. » fis-je un peu amusé et embêté à la fois. Enfin, vite vite, changeons de sujet et c’est en parlant encore une fois du café, mais plutôt de ma cafetière warrior qui a survécu à tout, même à l’incendie. Je finis par parler, parler et encore parler, tout en laissant la serveuse s’installer en face de moi. Il arrive que les gens ne m’écoutent pas, parce que je parle souvent pour ne rien dire, mais elle… Elle est plutôt attentive à chaque de mes paroles et elle réagit même par moment. C’est plutôt rare ça. Enfin, je finis par lui poser des questions, sinon j’étais bien parti pour parler pendant des heures et des heures, je l’aurai empêchée de travailler en plus. Elle serait virée par ma faute. Je souris au final quand elle me répond. « Vous pouvez l’être. Ce n’est pas tous les jours qu’un biologiste comme moi rencontre une serveuse qui s’y connait aussi un rayon. » Je me mets à l’écouter à mon tour, apprenant un peu son histoire… Elle a été étudiante en biologie, ceci explique cela et je m’en suis douté. Je me reconnais un peu en elle à l’idée d’explorer la nature dans l’espoir de trouver des êtres vivants. Je pense à mon élevage ridicule des escargots. Cela me faisait sourire avant d’être légèrement surpris parce que je ne m’attendais pas à entendre qu’elle avait moins de 25 ans…! « Ravi d’avoir empêché une catastrophe et un tel gâchis se produire…! » fis-je assez concerné au final avant de regarder autour de moi tout en me redressant. « Ce n’est pas une place pour vous ici… Faire les cafés pour les drogués et faire un voyage exotique dans le récurage des toilettes. Donc vous avez un diplôme en biologie et aucune entreprise ne veut vous prendre ? Vous avez essayé d’y postuler j’imagine mais on vous a sorti le même discours: vous êtes trop jeune et vous n’avez pas assez d’expérience dans ce domaine bla bla bla… » fis-je en mimant le bla bla bla avec ma main, d’un air un peu lassé. « Je suis passé par là… Ma meilleure solution était de partir faire des missions humanitaires, ça a plutôt bien marché… Mais on va dire que l’argent m’a beaucoup aidé aussi. » Oui, j’étais aidé par mes parents après m’être battu pour avoir enfin ce diplôme et essayer de m’investir dans les vaccins. J’enlève l’oreillette qui m’aidait à lire les documents pour la ranger dans la poche, ainsi que mon stylo lecteur pour en sortir un autre, un vrai qui écrit en plus. Je sors également mon carnet que je pose sur la table. Je l’ouvre et écrit quelque chose dessus. « À vrai dire, je ne sais pas ce que je fiche vraiment, mais… Je ne crois pas au hasard. Si ma cafetière est tombée en panne, c’est pour que je vienne ici et vous rencontre… J’aimerai bien vous rencontrer à nouveau, mais cette fois-ci chez moi dans mon laboratoire. Voir jusqu’où vous pouvez aller avec vos connaissances… Voici mon adresse. » fis-je en arrachant le papier avant de le tendre à la jeune femme. « Je vous propose plus ou moins une solution pour vous débloquer et ajouter une très belle ligne sur votre cv, disant que vous avez travaillé avec moi, même ne serait-ce un essai pendant un mois… Si vous voulez. Les centres de recherche se rueront vers vous. » Une pause avant que je ne lui tende la main pour serrer la sienne en guise de présentation. « Je suis Owen Wilde, biologiste, spécialisé en virologie et des fois sur la bactériologie à mes temps perdus… »

electric bird.






   


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Contagion buddies - Alma ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Contagion buddies - Alma

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Middlenton commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération