[BRIA] And everything was made for you and me. So let's take a ride and see what's mine

 :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/02/2018
›› Commérages : 86
›› Pseudo : Titif - tiphaine
›› Célébrité : Noah Schnapp

[BRIA] And everything was made for you and me. So let's take a ride and see what's mine ✻ ( Jeu 21 Juin - 22:37 )



And everything was made for you and me.

So let’s take a ride and see what’s mine



Le jour où Brianna rentre chez elle après avoir dormi avec Andrés, il lui manque quelques affaires, notamment son agenda. Le kleptomane le lui a prit de son sac et se l’est approprié sans penser, comme un réflexe. Inévitable. Puis, ce n’est pas mal, car il se dit qu’il le lui rendra bien un jour. En feuilletant le cahier, il s’arrête à une double page blanche. Il prend un stylo et écrit ce qui lui traverse l’esprit. Hélas, il n’y a pas beaucoup de pensées positives qui lui passe par la tête au cours d’une journée normale : Je déteste… les gens devant moi qui marchent lentement, qui se promènent sans but quand je me rends quelque part, écartez-vous bande de crétins paumés. Je déteste les lâches, ceux qui font chier les autres quand ils sont en groupe, et qui se font discret quand ils sont tout seuls. Je déteste la vie. Je trouve qu’elle est trop longue pour les connards, trop courtes pour les gens biens. Je ne connais même pas le sens de la mienne, y a t-il un seul pouilleux pour prétendre connaître le sens de la sienne ? Parfois je me demande si on n’est pas tous, à l’origine, des crasses céleste que Dieu a virées sur terre d’un coup de chasse. Je déteste la libraire de Woodbridge, une femme sénile aussi poussiéreuse que sa boutique, elle rêve de la vie qu’elle n’a jamais eue. Est-ce qu’elle compte les minutes qui lui restent aussi ? Je déteste la mort. La mort, c’est un mot qui te donne l’illusion qu’il y a une fin, alors qu’il n’y en pas. Il y a quelque chose après et si c’est la vie éternelle, alors je n’ai pas hâte d’être mort. L’idée de l’existence est supportable parce qu’on sait qu’un jour, elle se termine. Je doute que quiconque se lève avec l’espoir que ses emmerdes soit éternelles. J’espère que je me trompe. Je n’ai pas envie de mourir un jour, et de me réveiller après en me disant « Quoi, la vie ? Encore cette merde ? ». Va falloir que j'apprenne à l'aimer, parce que je vais peut-être me la cogner pour toujours. Je déteste les cons qui préfèrent allumer la télé avant de dormir plutôt que lire un livre. Si tu es intelligent, fais ce que tu veux, tu y laisseras quelques neurones et ça, tu peux encore te le permettre. Mais si t’es un con, achète-toi des bribes de savoir et du vocabulaire avec l’argent de mon père, c’est cadeau. Si je dois la faire courte, je déteste un tas de gens. Mais toi Bria, je t’aime bien.

Peu après être rentrée chez elle, Brianna lui demande si elle n’a pas laissé des choses chez lui et Andy répond que oui. Il ment et dit qu’elle les a oublié. Andrés est content qu’elle ne lui réclame pas les bonbons qui lui manquent aussi, il les a déjà mangé. Elle fait semblant de ne pas avoir remarqué, il en est à peu près sûr. Andrés lui rend ses autres affaires le lendemain, traine avec elle, et rentre chez lui.

Un matin, Andrés ouvre un œil fatigué quand il entend son portable vibrer sur sa table de nuit. Il s’est encore couché tard alors il fait une grasse matinée pendant que les autres enfants se font chier à aller à l’école, comme Brianna, maintenant qu’elle a écoulé ses jours de renvoi. Andrés tâtonne et met la main sur son cellulaire. C’est elle qui lui envoie un message. Après quelques jours de liberté, elle retrouve son quotidien, telle la régression d’un papillon renfermé dans sa chrysalide. Andrés ne s’attend à aucun optimisme de sa part, il se dit qu’elle a peut-être besoin d’encouragement. Il ouvre le message, les yeux plissés pour forcer sa vue brouillée de sommeil à s’habituer à la lumière de l’écran. C’est plus que du simple pessimisme en fait. Même si Bri aime parfois exagérer parce que c’est une diva, on est quand même haut sur l’échelle du désespoir là. Andrés avait senti que son amie commençait à saturer de quelque chose quand elle était chez lui. Aujourd’hui, la coupe est pleine. Brianna a raison de penser que Andrés est son meilleur ami, parce qu’il ne se contente pas de mots réconfortants. En fait, sur le moment, il ne répond pas, il préfère agir. Andrés repose le portable, se lève, va prendre une douche. Il se sèche, enfile un polo blanc Abercrombie, un jean sombre de la même marque et attrape son sac à dos Eastpak vide dans son dressing, à côté de ses affaires de golf, qu’il jette sur le lit. Il quitte ensuite sa chambre et descend pour voir ce que Seth est en train de faire. Apparemment, l’inventeur est déjà descendu dans la cave. Il a préparé un jus pour son fils. Même s’il s’est brossé les dents, le garçon le boit quand même. L’orange a un arrière gout de menthe. Andrés remonte les escaliers et fait les poches de pantalon de son père, il trouve sa carte de crédit et utilise son PC pour acheter deux billets d’avion en ligne. Il a intérêt de se dépêcher s’il ne veut pas rater son vol.

"Bagheera, appelle Hawkeye"

Hawkeye, c’est un drone qui a des fonctions très similaires, mais qui est surtout plus petit. Peu après sa demande, un petit robot circulaire gris arrive en volant par la porte entrouverte. Andrés le désactive et le range dans son sac. C’est tout ce qu’il va ramener avec lui, en plus de la carte de crédit de son père.

"M’en veux pas" dit-il à son drone de compagnie Bagheera qui émet des bruits électroniques mous, attristés et jaloux de Hawkeye. "Tu ne rentres pas dans mon sac. On voyagera ensemble aussi."

Il part ensuite sans un mot, sans un au revoir à son père, alors qu’il ne rentrera pas ce soir. Avant de la retrouver, Andrés passe chez Brianna, rentre par effraction, et fouille ses affaires en quête de son passeport. Il reprend ensuite son vélo et va à l’école de Bri. Un peu plus d’une heure s’est écoulée depuis le message de celle-ci, il n’a pas vraiment la patience d’attendre la fin de l’heure et donc de son cours. Il se rend à la salle de musique et joue les mêmes morceaux que la dernière fois, en tapant sur les touches pour se faire entendre par le bâtiment et faire savoir qu’il est là. Vu ce que la brunette lui a dit, Andrés est à peu près certain qu’elle va être plus rapide pour rappliquer. Dès qu’il la voit, il sourit un peu, se lève et récupère son sac.

"Viens, on se tire" dit-il en attrapant sa main.

Alors qu’ils attendent un bus en dehors de l’école, afin de faire un maximum de trajet jusqu’à la bordure de la ville, Andrés lâche sa main et la range dans sa poche. L’autre tient le guidon de son vélo qu’il va bientôt hisser dans le transport.

"T’as déjà visité Paris ?"

Il espère que non, parce qu'il se donne beaucoup de mal. Après le bus, ils ont une quarantaine de minutes de vélo. Andrés se dit qu’il devrait laisser Bria conduire une partie du trajet comme ça elle sera assise sur la selle. Ce n’est pas forcément confortable de rester debout sur les petites barres de fer fixées au centre des roues arrière. Si elle fatigue à pédaler, ils n’auront qu’à échanger. Il doute que le vélo rentre dans un taxi, or il a envie de l'emmener avec eux là bas.


fiche codée par Empty Heart


J'écrivais
DES SILENCES
DES NUITS, JE NOTAIS L'INEXPRIMABLE
JE FIXAIS DES VERTIGES

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/02/2018
›› Commérages : 242
›› Pseudo : Harmajabb-Mr Turtle
›› Célébrité : Millie Bobby Brown
›› Schizophrénie : Anthony Gresham (Jeffrey Dean Morgan) - Simone Esposito (Ryan Gosling) - Timothy Mancini (Jon Hamm) - Elliot James (Colin Firth) - Nawid Sadki (Oscar Isaac) - Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: [BRIA] And everything was made for you and me. So let's take a ride and see what's mine ✻ ( Mar 26 Juin - 12:05 )

And everything was made for you and me. So let's take a ride and see what's mine
Brianna & Andrés
Je suis de retour.
Non pas pour jouer les mauvais tours. Je n’ai surtout pas intérêt à jouer les mauvais tours, sinon ça va vraiment mal finir pour moi et je me fermerai les portes. Mais à quoi bon ? De toute manière, j’ai l’impression que les portes me sont déjà fermées, je n’ai jamais su être à ma place dans cette école. J’ai l’impression de retourner dans une sorte de cage qui me vide toute énergie et qui me contraint à devoir rester dans le cadre, de faire comme tout le monde: écouter et apprendre, essayer d’apprendre surtout dans le rythme qui nous est imposé et qui n’est pas le notre. Essayer d’apprendre même les choses qu’on ne juge pas utile et qu’on s’en passerait bien. Je n’ai jamais aimé ça. J’envie les jeunes qui font des cours à domicile, ils sont plutôt tranquilles même si pour se socialiser, ça ne doit pas être facile. Je ne suis pas le cours qui est donné par madame Campbell, je suis plutôt focalisée par ce qui se passe par la fenêtre. Je regarde une feuille tomber d’un arbre, puis se faire emporter par le vent. Je regarde cette feuille bouger à cause du vent, enfin, je dis bouger… Mais j’ai l’impression que cette feuille danse, comme si elle m’invitait à danser avec elle ou au moins jouer avec jusqu’à que je l’attrape. Je regardais cette feuille, oubliant ce qui se passe autour de moi, ce que je suis en train d’entendre et je ressens quelque chose en regardant cette feuille. Elle danse peut-être, mais elle ne va pas où elle veut forcément aller, parce que sa destination dépend de la volonté du vent. Si la feuille veut aller à gauche, elle n’ira pas tant que le vent n’a pas décidé et s’il veut que la feuille aille à droite, elle n’aura pas le choix. Il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour réaliser que j’étais en réalité cette feuille qui se bat pour sortir de là, mais qui en est empêché.

Madame Campbell a remarqué que je ne suivais pas le cours, ça l’a exaspérée qu’elle m’a posé une question. Question que je n’ai pas su répondre… Et forcément, je n’ai pas pu m’empêcher de ne pas me laisser faire, mais je me suis vite souvenue de mon père et de mes oncles… De ma famille. Ma mère qui s’énerverait pour de bon et qui voudra m’envoyer en pension ou une connerie de ce genre où je trouverai bien ma place, qu’on m’encadrera. Mon père qui serait contre ça, mais qui sera très vite à cours d’option si je continue à tout sauter en l’air… Mon oncle Luke pareil. En fait tout le monde serait à court d’option, tout comme moi je me sens être à cours d’option et tout ce que j’ai envie, c’est de quitter cette salle, prendre la feuille pour la faire quitter cette cage de vent avec moi pour aller quelque part. Où ? Je ne sais pas, loin. J’ai juste envie de partir loin de tout ça. Loin pour que je puisse réfléchir… Que je puisse me retrouver parce que j’ai l’impression que je suis perdue. Enfin, madame Campbell a le dernier mot, je me retrouve à devoir noter un devoir à faire en plus des autres pour rattraper mon retard sur l’agenda. Alors j’ouvre à la date prévue et note rapidement avant de me redresser, croiser les bras et essayer de regarder la feuille… Elle était au sol, mais elle bouge encore, doucement… Je soupire et regarde à nouveau mon agenda qui tourne les pages tout seul pour se refermer comme un grand. Sauf qu’un moment donné, comme je n’y ai pas touché depuis un bon moment, je remarque quelque chose d’assez inhabituel. Une double page noircie. J’y mets la main dessus et lis ce qui est écrit.

Ce sont les mots d’Andrés, je souris un peu, me rappelant de la première fois que j’ai lu cela. J’ai décidé de garder très précieusement ces mots, moi qui ne suis pas friande de base des mots des gens sur mon agenda, mais lui, c’est une exception. Ses mots sont peut-être pleines de pessimismes, mais il a raison sur une chose… Je devrais envoyer un message tient, pour lui dire comment ça se passe le retour à l’école. Il est prévenu que ça n’allait pas être la joie, sauf que là… Ce n’est pas l’absence de la joie. C’est l’absence tout court de toute chose. J’ai la sensation que quelque chose cloche avec moi. Enfin, je compose le message sous la table: « Andrés ? Tu sais que je ne dis pas toujours aux gens qu’ils ont raison, mais… Tu as raison sur le fait que la vie est longue pour les connards, mais courte pour les gens biens. » Je soupire et ne réfléchis pas à d’autres choses, je ne sais pas ce que je pourrai écrire en plus. Ma tête a du mal à réfléchir en ce moment. « Je suis en cours, ça ne se passe pas si bien que ça. Tout le monde essaye d’agir comme si tout est normal, mais je reste quand même la fille qui a frappé un professeur et Ivan, qui n’a jamais voulu dire pardon et qui a été forcée par sa mère à faire les excuses quand même. Je n’ai jamais compris l’intérêt de faire les excuses quand on n’est pas forcément sincère dedans ou qu’on ne les pense pas.» Ça sonne. J’appuie par réflexe sur envoyer. Je range tous mes affaires dans mon sac et évite de devoir parler avec Madame Campbell encore, je n’ai pas envie de louper mon déjeuner comme l’autre fois.

J’ai à peine mangé… En vrai, je ne pense pas que j’arriverai à manger tout court avant le sport. Surtout que je sais que le professeur va vouloir nous faire courir tout le stade jusqu’à la fin de l’heure, mais je peux me débrouiller pour dire que je ne suis pas en forme et pour une fois, ce n’est pas vraiment un mensonge. J’ai à peine écouté quelques potes et le temps passe vraiment vite quand on ne fait rien en vrai. C’est à peine que je suis arrivée dans le stade avec ma classe que j’entends de la musique. Sans dire un mot, je souris un peu et je crois que c’est même mon premier sourire de la journée. Je ne dis rien, je fais demi-tour sous les regards surpris avant que certains comprennent qu’il s’agissait du surdoué au piano qui était venu la rendre visite. Je m’en fichais de rater le sport, il n’y a pas grand chose à rattraper de toute manière…! Je le retrouve assez rapidement, parce que cette fois-ci je n’ai pas trainé et je n’ai pas pu m’empêcher de sourire au sourire d’Andy avant d’être surprise de devoir se tirer de là, mais je ne dis rien et ne râle pas. Au contraire, je suis plutôt contente de partir de là, peu importe les raisons je n’en ai pas qui justifierait l’absence mais je ne suis plus plus trop à ça près. Je serre sa main alors que nous sortions du lycée jusqu’à qu’on retrouve le vélo et je perds sa main. Andrés fut le premier à prendre la parole, je ne dis pas un mot assez surprise de sa question et je secoue la tête. Non je n’y suis jamais allée. Je souris un peu et ce fut deux minutes plus tard que je finis par parler. « Je n’ai jamais été en Europe en fait… » Il y a bien une première fois à tout, j’hoche la tête ayant l’air plutôt partante. « C’est une très bonne idée. » Mais je n’ai pas mon passeport…! Apparemment il s’en est assuré. Je l’ai regardé avec un air de lui demander s’il n’était pas entré dans mon appartement ? Visiblement oui, il est entré dans mon appartement. « T’as eu de la chance que mon père soit pas là. D’habitude il comate jusqu’à vers le début de l’après-midi. Quoique… Il a dû être là, mais tu sais, il a un sommeil tellement lourd que même un incendie ne le réveillerait pas…» Non, il n’y a pas du tout du vécu dedans.

On a fini par avoir le bus, on est monté tranquillement avec le vélo, il n’y avait pas de foule, alors c’était plutôt facile d’y entrer avec. Je regardais le paysage se défiler, c’était plutôt reposant de pouvoir quitter cette ville et voir un petit peu de campagne. J’allais lui demander pourquoi Paris, mais je connaissais plus ou moins les raisons: je rêvais d’y aller, il voulait perfectionner son français, il le fait pour moi… Quelque part, j’ai la sensation qu’il a tout organisé, et même si rien n’est organisé, je lui fais confiance dans le fond, parce qu’il a toujours su se débrouiller. Tout comme moi. Je pense qu’on saura se débrouiller tous les deux. Le fait que je voyage super léger me fait assez bizarre, mais d’un autre côté… Je ne dis pas non à une séance shopping parisien. Le fait que je n’ai pas pu dire au revoir à Mulder me faisait deux fois plus bizarre, mais je sais et ai la preuve que papa adore Muldy, il saura très bien s’en occuper. On est resté debout durant tout le trajet jusqu’à sortie de la ville. « Tu es déjà allé à Paris ? Toi qui a des moyens pour voyager…! » lui demandai-je alors que nous sortions du bus avec le vélo. Nous avons convenu que c’était lui qui pédalerai, je me tiendrais debout sur les barres. Mes mains étaient sur ses épaules et on retrouvait rapidement l’équilibre pour commencer le chemin. Je souris alors que je sentais le vent sur mon visage et soupire d’aise. Je prends le risque de me baisser un petit peu pour parler à Andy… Enfin, parler, mais c’est surtout pour lui dire un mot près de son oreille. « Merci. »

Si je n’ai pas pu ramasser la feuille, je sais que je commence à me sortir de la cage.

electric bird.



You rock my world

Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/02/2018
›› Commérages : 86
›› Pseudo : Titif - tiphaine
›› Célébrité : Noah Schnapp

Re: [BRIA] And everything was made for you and me. So let's take a ride and see what's mine ✻ ( Lun 9 Juil - 19:07 )



And everything was made for you and me.

So let’s take a ride and see what’s mine



Andrés est bien content qu'elle ne se soit pas excusée. Refiler des coups à Ivan ou au professeur n'a pas fait d'eux des gens moins cons, mais ça les a au moins un peu puni de l'être. Même si elle lui sourit, Andrés sent que Brianna est moins pétillante que d'habitude, il est vraiment temps qu'elle parte.

"On t’a fait chier ce matin ? Qui ?" qu’il demande quand ils sortent de l'établissement.

Vu le message qu’elle lui a envoyé, la première question est assez rhétorique. Quant à ceux qui se sont permis de lui faire des réflexions, ou même de la regarder de travers, ils n’allaient pas se contenter d’avoir des vitres cassés. Que Brianna soit dans un état de détresse à cause d’une poignée de bouffons, c’est inadmissible.

En lui posant sa question sur Paris, Andrés lui fait au passage part de leur destination.

"Je n’ai jamais été en Europe en fait…C'est une très bonne idée"

Le garçon sourit de satisfaction. Peut-être qu'ils feront un peu plus que seulement Paris alors. Un peu de Province, et d'Italie. Il ne sait pas encore. Le compte en banque de son père est si vaste qu'on se perd facilement quand il s'agit d'orienter les dépenses. Brianna veut lui rappeler qu'elle n'a pas de passeport ; Andrés le sort de sa poche arrière de pantalon avec un petit sourire en coin. Le regard de Bri est interrogateur au départ, mais il n'a besoin de donner aucune explication, elle comprend d'elle-même devant son air futé.

"T’as eu de la chance que mon père soit pas là. D’habitude il comate jusqu’à vers le début de l’après-midi. Quoique… Il a dû être là, mais tu sais, il a un sommeil tellement lourd que même un incendie ne le réveillerait pas…" "Il était bien là. Je l'ai entendu sortir de sa chambre à un moment, mais comme il est aussi alerte qu'une otarie dans le Sahara, il n'a rien cramé" ironise Andy avec un haussement d'épaule.

Il faut dire que le Holloway n'a pas remarqué une intrusion alors que le garçon était à quelques mètres. Andrés est très doué, toutefois, il préfère mettre ses succès sur le compte de la bêtise des autres plutôt que sur ses propres talents. C'est plus une forme de mesquinerie que de réelle humilité.

"Tu es déjà allé à Paris ? Toi qui a des moyens pour voyager…!" demande Bria quand ils sortent du bus.

Andrés pose son vélo et secoue négativement la tête avant de l'enfourcher.

"Je suis allé en Europe : Angleterre, Écosse, Allemagne, Autriche... j'adore Vienne. J'aurais pu t'y emmener, mais c'est moins drôle si on ne découvre pas un truc ensemble."

C'était des séjours avec la famille Wilde. Quant à son philanthrope de père, Andrés l'a plutôt accompagné dans des endroits défavorisés. Paris doit avoir son lot de défavorisés aussi ceci dit. Dans les journaux et sites satiriques, Andrés a lu des chiffres assez inquiétants concernant le nombre de personnes sans abris là-bas, des chiffres presque dix fois supérieurs à ce qu'a annoncé le premier ministre de France. C'est dramatique de se planter à ce point quand on est premier ministre, soit il porte des œillères, soit il a dû foutre les vitres teintées de sa berline à l'envers. Quoiqu'il en soit, vu la réputation de Paris, ça doit quand même être une belle ville. Encore faut-il connaître les bons endroits où aller.

Andrés a bien fait de choisir de terminer le trajet à vélo, ça fait du bien ce plein air.

"Merci"

L'ado a un petit frisson de surprise à ce murmure proche de l'oreille. Il tourne la tête vers son amie et lui jette un coup d’œil timide par-dessus son épaule. Andrés est habile, alors il peut se permettre de détacher un peu son attention de la route. Il est tout le contraire d'Owen, Seth, ou Lucas. Cette brochette de boulets se prendrait un trottoir.

"De quoi ? Je suis ton meilleur ami, non ? Ça sert à ça"

Il ne tarde pas à passer les barrières du parking. Andrés ne connait pas l'entrée pour piéton, alors il prend celle des voitures et ça convient très bien. Arrivé au Terminal, notamment aux enregistrements de bagages, il lève les yeux au ciel devant les frais de port supplémentaires et faramineux qu’impliquent le transport de son vélo. Andrés a les moyen, il refuse par principe de les utiliser : autant en acheter un autre sur place, ça revient moins cher au final. L’adolescent laisse le sien en plein milieu pour embêter un maximum de monde. Après ce petit accrochage, les enfants passent rapidement les douanes grâce à la légèreté de leur bagage, et le fait que Andy a déjà leur billet. Tout va très vite dans un aéroport, ici, ou n'importe quel pays, quand on a un passeport américain. Avant de rejoindre directement leur porte d’aéroport, les ado arpentent les boutiques. Andy feuillète les guides sur Paris, puis sur la France, afin de voir ce qu’ils peuvent visiter d’autres comme région. Le garçon n’est pas très calé sur le sujet. Il ne connaît que certaines grandes villes, ainsi que la région de Normandie car c’est là qu’a eu lieu le débarquement, un pan de l’histoire dont l’Amérique aime bien se vanter même si elle n'a rien libéré du tout en soi, étant arrivée bien tard. Après avoir évalué le meilleur angle pour échapper à la vigilance de la caméra, le garçon vole aussi quelques sucreries notamment ses préférés comme les Chupa chups ou les M&M’s. Même Bri ne voit que du feu, d’ailleurs, il compte acheter ce que sa copine souhaite. Ça fait moins suspect.

"J'ai la carte de mon père alors fais-toi plaisir. Même en rachetant l’aéroport, il ne verrait pas la différence sur son compte en banque", qu'il ajoute pour la rassurer.

Hawkeye n’est pas ravi d’être serré avec de la nourriture. Une fois qu'ils sortent, même s’il est désactivé, le drone lance un bip mécontent avant que son maître ne referme le sac.

"Désolé vieux"

Le drone peut se rassurer, toute cette bouffe ne fera pas long feu avec les deux gloutons. Comme il n’a rien mangé de la journée et qu’ils ont encore un peu de temps, Andrés propose à Brianna de s’arrêter à un point de restauration où ils peuvent manger.

"9h de voyage" râle Andrés en regardant les billets. "Pour Mumbai, il faut 13h. C’est le dernier voyage que j’ai fait avec mon père. Il a été malade tout le trajet et malgré ça, il consacre encore son talent à un Terminator dans notre sous-sol plutôt qu'à des machines de téléportation ou des SR-71 Blackbird pour voyageurs. Tu parles d'un génie."

Seth possède un jet privé mais il a promis à Farell de ne s’en servir qu’une seule fois par an grand maximum, pour des raison de gaspillages. C’est vrai que ça fait beaucoup de carburant pour une seule tête, un jet. Seth a plutôt intérêt à se tenir à cette promesse pour le bien de sa santé. Après leur repas, les enfants embarquent. Dès qu’il arrive dans l’avion, Andrés s’attèle à faire les poches des hôtesses et stewards. C’est d’autant plus facile qu’ils sont en première classe et qu’avant le voyage, il y en a donc toujours plusieurs pour s’approcher et s’assurer que tout va bien Le garçon est d'ailleurs côté couloir. Il réussit finalement à obtenir ce qu’il souhaite: les clés des placards de bouffe. Andrés a pris eu le temps d'analyser les serrures en arrivant, il sait à peu près celles qui correspondent. Il rend discrètement les autres clés d'une taille trop importante pour y convenir : un trop gros trou dans la trésorerie des poches du personnel attirerait l'attention, ce n'est pas ce qu'il veut. Les deux amis n’ont pas le droit au champagne comme ils sont mineurs en plus, Andrés compte remédier à ce problème en allant en chiper discrètement pendant le voyage.


fiche codée par Empty Heart


J'écrivais
DES SILENCES
DES NUITS, JE NOTAIS L'INEXPRIMABLE
JE FIXAIS DES VERTIGES

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: [BRIA] And everything was made for you and me. So let's take a ride and see what's mine ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

[BRIA] And everything was made for you and me. So let's take a ride and see what's mine

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération