are you serious ? ✻ lucas

 :: the city of cap harbor :: The Nora's Cafe & Restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Sam 23 Juin - 23:16 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



Les choses allaient dans le bon sens dans la vie d'Aurora Callahan et franchement, elle devait bien avouer qu'en ce moment, elle était heureuse. Cela faisait bien longtemps que les choses n'avaient pas été aussi positives dans sa vie. Pour une fois, la jeune femme parvenait à s'entendre avec son père et à vrai dire, cela n'était pas arrivé depuis très longtemps. Alors forcément, la jeune femme ça la rendait heureuse. Elle avait toujours tout tenté pour attirer l'attention de son père, mais elle n'y était jamais réellement parvenue. Maintenant, c'était différent. Depuis qu'elle avait démarré son projet de structure caritative, il lui parlait comme à une personne normale et pas comme à une profonde demeurée. Aurora n'avait jamais été une idiote, mais personne ne l'avait jamais prise au sérieux. En même temps, avant, la jeune femme passait absolument toutes ses journées à aller bronzer, faire du shopping ou faire la fête. En un an, Aurora avait beaucoup changé. Elle était devenu beaucoup plus ouverte, plus intéressée par les autres. Elle avait fait ressortir des traits de sa personnalité qu'elle ne faisait pas ressortir en général, de peur de paraître faible. L'idée même qu'on puisse s'imaginer qu'elle était une personne faible et facilement manipulable lui était insupportable. Alors la jeune femme n'avait pas hésité à cacher toutes ces facettes de sa personnalité. Mais sa rencontre avec Tony avait tout changé parce que pour une fois, la jeune femme avait accepté de faire confiance à quelqu'un au point de lui venir en aide et de lui montrer qu'elle pouvait être autre chose qu'une potiche sans cervelle. Découvrir qu'il lui avait menti lui avait fait du mal, c'était une certitude, mais rien n'avait changé pour autant. Il lui avait fait du mal, mais elle ne baissait pas les bras. Elle avait de l'argent, bien plus d'argent qu'elle en aurait besoin un jour. Alors, elle pouvait faire le bien. Elle pouvait l'utiliser pour sortir des gens de la rue. Et son projet avançait, quand bien même, pour l'instant il devait avancer tout seul, avec elle seule aux commandes.

Une autre chose avait cependant changé dans la vie de la demoiselle ces derniers temps. Aurora était amoureuse. Ça lui faisait un peu bizarre de se dire ça, parce qu'elle avait l'impression d'avoir douze ans, mais c'était bel et bien le cas. Le stade du coup de cœur avait été largement dépassé avec le dénommé Jay Thompson. La jeune femme ressentait des sentiments pour lui qu'elle n'avait pas ressenti depuis longtemps. Et à vrai dire, elle avait un peu renoncé à les ressentir. Si la jeune femme était généralement peu attirée par les beaux gosses au charme ravageur, elle était tombée sous le charme du beau pompier. Et il la rendait meilleure, curieusement. Elle était, à ses côtés, une meilleure personne qu'elle ne l'avait été. Il n'était peut-être pas un homme de haut rend plein aux as, mis il était plus riche intérieurement que tous les hommes qu'elle avait rencontré dans sa vie. Elle ne savait pas où cette histoire allait les mener, mais elle savait qu'elle était bien avec lui et qu'il avait les clés en main pour la rendre heureuse. Cette pensée lui arracha un sourire et la jeune se décida à lui faire une surprise. Elle savait qu'il travaillait aujourd'hui et elle était bien décidée à lui faire plaisir en lui faisant une petite visite à la caserne, armée d'un café. Bien décidée, elle se changea rapidement avant d'attraper ses affaires. Son chauffeur la déposa dans le centre ville et la jeune femme se dirigea à pieds vers le café de chez Nora. Elle aimait bien cet endroit, qu'elle avait toujours trouvé sympa. C'était plus classe que les autres café restaurant de la ville. Pas comme ces banales fast-food où elle devait sortir un petit mouchoir de son sac avant de s'asseoir sur une de leurs chaises. Elle s'apprêtait à s'avancer vers le comptoir quand elle aperçu Lucas, attablé non loin. Elle lui aurait bien fait un petit coucou, si elle ne l'avait pas vu avec une des nombreuses pimbêches qu'il s'évertuait à séduire. La jeune femme leva les yeux au ciel. Est-ce qu'elle était surprise ? Pas vraiment. Il n'y avait pas si longtemps que ça, il avait essayé de la draguer et elle avait été obligé de doucher ses espoirs avant qu'il ne se fasse des films. Mais il était quelqu'un de super et la jeune femme était certaine que s'il arrêtait de papillonner pour se concentrer sur les personnes qui comptaient, il allait trouver la bonne personne, celle faite pour lui. Ou celui d'ailleurs. Alors que la jeune femme s'apprêtait à lever les épaules et à passer son chemin, elle changea d'avis, bien décidée à lui remettre les idées en place pour une fois. Elle se dirigea vers lui, grand sourire sur les lèvres et posa sa main sur son épaule. « Salut mon poussin, tu m'as tellement manqué », susurra-t-elle, avant de planter un baiser sur sa joue. L'air de rien, elle adressa un regard à la jeune femme face à lui, sans se défaire de son sourire. Pour ceux qui l'ignoraient, Aurora était une excellente actrice. « Bonjour, vous êtes une amie de mon poussin ? », demanda-t-elle en battant exagérément des cils. Est-ce qu'elle avait conscience de passer pour une parfaite idiote ? Totalement. Mais à vrai dire, la situation l'amusait pas mal. Vexée, la femme ne prit pas le temps de lui répondre avant de déguerpir. Très bien. Aurora pouvait donc se défaire de son sourire idiot. « Franchement Lucas, tu n'as pas assez de conquêtes ? A force d'ouvrir ta braguette, tu vas finir par mourir de la syphilis », fit-elle en levant les yeux au ciel, maintenant qu'ils étaient tous les deux. Oui, elle était directe. Mais en même temps, ils étaient amis. Ils se comprenaient. Et surtout, il avait tenté de la séduire. Alors elle avait bien le droit de se montrer directe avec lui. C'était compris dans le forfait de location d'amitité avec la Callahan.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 571
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Mer 11 Juil - 18:42 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



Lucas avait beau songer qu’il préférait les brunes, le pourcentage de blondes qu’il draguait racontait une toute autre histoire. Et alors qu’il était de passage au Nora's pour un café rapide avant de se rendre chez son père, voilà qu’il se retrouva, malgré lui, engagé dans une conversation avec une charmante blonde qui avait eu le malheur, ou la chance –dépendamment du point de vue- de croiser son regard. Pour la défense du Wilde, elle lui faisait vraiment penser à quelqu’un : Erin. La jolie demoiselle ne manqua pas de faire remarquer à voix haute combien l’approche était bateau. Lucas posa le coude sur le comptoir et appuya sa joue sur son poing. « Avouez que vous êtes de sa famille » se défendit-il avec un grand sourire à peine désarçonné. Heureusement qu’il était à son goût, sinon elle aurait été moins aimable. Alors qu’il commençait à peine à flirter, une autre donzelle fut de la partie.

Sa joue appuyée contre son poing s’en décolla aussitôt tandis qu’il sursautait presque. « Poussin ? » releva t-il. Lucas avait presque honte comme s’il était un ado que sa mère récupérait à la sortie du collège en l’appelant comme ça devant ses potes. Heureusement, il réalisa bien vite que c’était Aurora, ça fit redescendre le pic de gêne. Disons que cette brunette, ce n’était pas n’importe qui. Wilde n’aurait pas pu en dire autant si elle était un peu moins jolie. Elle piqua un baiser sur sa joue, et ça lui fit aussi prendre conscience qu’il y avait une suite à ce poussin. C’était quoi déjà ? Ah oui. « Euh… tu m’as manqué aussi ? » répondit-il d’un ton un peu incertain. Il avait le regard perplexe, plus parlant et pertinent que sa bouche. Un regard qui demandait très clairement : C’est moi où t’es cheloue ? « Bonjour, vous êtes une amie de mon poussin ? » Les sourcils haussés de surprises de Lucas se rabaissèrent d’un coup tandis qu’un vent blasé traversa l’expression de son visage. Ok, il avait compris. Et il se sentait autant puni que quand, petit, son oncle Farell l’obligeait à se mettre à genoux devant un mur, mains derrière la tête. Lucas commençait à bien la connaître cette petite brunette. Elle en avait marre de le voir avec une personne différente à son bras, on aurait dit sa grande sœur Erza. Callahan fit fuir la donzelle vitesse éclair. Refilez un oscar à cette casse-pied. C’est grâce à ce genre de fille que Lucas comprenait rapidement son pourcentage incohérent au niveau de sa préférence de couleur de cheveux : quand les blondes étaient plus dociles, les brunes étaient de sacrés morceaux en règle générale… ce n’était pas pour lui déplaire, mais Lucas tendait peut-être à emprunter le chemin de la facilité, la plupart du temps.

« Tu as quelques semaines de retard, chérie » ironisa t-il avec un petit air pincé. Il ne se leurrait pas, la position d’Aurora quant au « Never, ever date Lucas » n’avait pas changé, d’autant qu’elle avait un copain. Mais bon, il avait le droit de se consoler un peu en prétendant le contraire. Aurora le remit bien vite à sa place : « Franchement Lucas, tu n'as pas assez de conquêtes ? A force d'ouvrir ta braguette, tu vas finir par mourir de la syphilis » Lucas s’affaissa un peu dans son siège. On aurait dit un gosse qui boudait de se faire sermonner par sa mère. Oh attendez, c’est un peu ce qu’il était en ce moment en fait. « Je ne couche pas avec tous les gens que tu vois en ma compagnie, ma belle », fit-il remarquer. Il se pencha vers elle avec un petit sourire en coin enjôleur. « Même si parfois, ce n’est pas l’envie qui manque. Tu veux y remédier ? Demande-moi en mariage » provoqua t-il, avec un petit air insolent en prime. L’abonnement au roulage d'yeux était compris dans le tarif de location de l’amitié de Lucas pour sa part, les orbes de Callahan n’auraient bientôt plus rien à envier à un ventilateur. Chacun sa tare. « C’est gentil de t’inquiéter en tout cas… Enfin, puisque t’es là, c’est toi que j’invite. Tu prends quoi ? » Il attrapa l'attention de la serveuse d’un s’il-vous-plait accompagné d’un sourire, avant de tourner un regard inquisiteur vers la brunette casseuse d’ambiance. Pour sa part, il prit un capuccino. « Alors, comment ça se passe avec ton… John ? » Jay, Lucas, c’était Jay, mais il y avait moyen qu’il l’ait fait un peu exprès. Quoique. « Il serait ravi de te voir jouer le rôle de ma dulcinée à peine jalouse. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Sam 11 Aoû - 17:38 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



Aurora Callahan était ce qu'on pouvait appeler une petite fouineuse. Et elle l'assumait parfaitement. Elle adorait mettre son petit nez tout fin partout où elle le pouvait, surtout là où il ne devrait pas être. Elle aimait se mêler de tout et de n'importe quoi. C'était un peu sa spécialité. Oh, ce n'était pas bien méchant, mais s'il y avait un commérage, Aurora était bien souvent dans le coin. Pas étonnant donc que la demoiselle ait décidé de mettre son nez dans les affaires de Lucas Wilde. A vrai dire, elle aurait très bien pu passer son chemin et faire sa vie de son côté. Mais on n'allait pas se mentir, ça aurait été beaucoup moins drôle. La brune était curieuse de voir le jeune homme draguer une nouvelle femme. Elle aurait pensé qu'elle serait brune au moins. Après tout, elle elle était brune et il n'y avait pas si longtemps que cela, c'était elle, l'objet de ses désirs. Aurora elle était tellement narcissique qu'elle était déçue qu'il soit passé si rapidement à autre chose. Pas étonnant donc qu'elle ait décidé d'intervenir et pas franchement de la façon la plus discrète du monde. En même temps, la discrétion, ce n'était pas franchement dans son caractère. Même que d'après certains de ses amis, elle était une vraie drama queen. Elle ne voyait pas pourquoi cela dit.

Bon, il lui avait manqué, c'était un fait. Après tout, ils étaient amis. Mais soyons honnêtes, comme toujours, elle en rajoutait. La subtilité non plus, elle ne connaissait pas. « Évidemment que je t'ai manqué, voyons », rétorqua-t-elle avec un petit rire d'idiote finie. En même temps, si elle ne lui avait pas réellement manqué, elle allait vraiment se vexer. Certes, elle ne lui avait pas offert ce qu'il voulait, mais quand même. Leur amitié était importante à ses yeux, elle n'aurait voulu gâcher cela pour rien au monde. Même si Lucas risquait de lui en vouloir, parce qu'elle venait de faire fuir la blondinette. Oops. Mais la brune ne s'en voulait pas le moins du monde. Elle en avait vraiment assez de le voir avec une autre femme chaque fois qu'elle le croisait. Elle était d'avis que Lucas était un homme super et si elle n'avait pas accepté ses avances, c'était tout simplement parce qu'il méritait mieux que quelques aventures. Enfin il y avait ça et l'apparition du pompier en carton dans sa vie. S'il ne s'en rendait pas compte lui-même, elle devrait peut-être lui expliquer. Si elle avait réussi à trouver quelqu'un capable de l'aimer, il allait trouver aussi. En attendant, si elle devait se conduire comme la reine des casses-pieds, ça lui allait. Elle acceptait même qu'on lui offre un oscar. Tant de générosité dans une si petite femme.

La jeune femme lui adressa un sourire des plus hypocrites. Non, elle ne s'en voulait pas. Pas du tout. « Désolée mon chou, ne m'en veux pas trop », fit-elle en lui envoyant un baiser dans les airs. S'il lui en voulait, c'était la même chose de toute façon. Aurora était heureuse en ménage. Mais surtout, elle n'était pas du genre à briser une amitié pour du sexe. C'était idiot de prendre le risque de briser une belle histoire pour quelques minutes de plaisir. Enfin, à supposer que Lucas durait quelques minutes, on ne savait jamais. Sur sa lancée, la brune ne se priva pas de le réprimander, comme un vilain garçon ayant fait une bêtise que sa maman grondait. C'était tout juste si elle ne le privait pas de dessert. « Bien entendu, tu vas me dire que tu ne voulais pas coucher avec ? Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu aussi ? », fit-elle en levant les yeux au ciel. Non, Aurora n'était pas naïve. Au grand désespoir de son père. Entrant dans son jeu, la jeune femme se pencha à son tour vers lui, petit sourire au coin des lèvres. « Oh, mon dieu, tu accepterais de m'épouser ? Tu réaliserais mon plus grand rêve », répondit-elle en posant sa main sur son cœur, dans un geste toujours plus dramatique. Elle était plus douée que certaines pseudo actrices, franchement, elle méritait vraiment la petite statuette dorée. « Évidemment que c'est moi que tu invites », répondit-elle en battant des cils. Ben quoi ? Elle était parfaite, c'était normal qu'elle se fasse inviter. « Un café crème s'il vous plaît », demanda-t-elle à la serveuse appelée par Lucas, en retrouvant son sérieux. La jeune femme le regarda une nouvelle fois de son regard réprobateur. Mais son visage s'illumina rapidement quand il fut question de son pompier. Aurora n'allait pas tarder à se faire un t-shirt I love Jay. « A merveille », répondit-elle. Bon, elle aurait bien déblatéré pendant des heures sur son bonheur, mais elle avait un peu de respect pour Lucas quand même, suffisamment pour ne pas le confondre avec sa meilleure copine avec qui elle organisait une soirée pyjama. « Il ne dirait rien du tout, il sait que je n'ai d'yeux que pour lui », ajouta-t-elle en boudant. Bon, dans le doute, elle n'allait pas forcément en parler à Jay. Mais elle n'avait quand même d'yeux que pour lui. « Je te demanderais bien comment se passe ta propre vie sentimentale, mais j'en ai une bonne idée », fit-elle en levant les yeux au ciel. Est-ce que ça se voyait qu'elle était blasée ? Dans le doute, elle le regarda en secouant la tête. « Lucas, Lucas … Que va-t-on faire de toi ? Ne me dis quand même pas que je dois me mettre en quête de la femme parfaite pour toi », acheva-t-elle en hochant gravement la tête.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 571
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Sam 15 Sep - 17:06 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



« Bien entendu, tu vas me dire que tu ne voulais pas coucher avec ? Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu aussi ? » C’est qu’elle se fichait de lui en plus ! Aurora, elle avait ce chic oui. Bon, c’est peut-être aussi ce qui faisait son charme. C’était assez drôle de voir ce minois tout mignon balancer des répliques aiguisées au couteau, même si Wilde faisait exprès de ne pas s’en montrer attendri. L’égo d’Aurora avait déjà des dimensions suffisamment honorables comme ça. « Figure-toi qu’elle ne m’en avait pas encore donné l’envie » rétorqua Lucas en faisant mine de se renfrogner un peu. Il croisa les bras sur le comptoir. « Renseigne-toi sur les marmottes, avant d’en parler » ajouta t-il avant de pousser un lourd soupir exaspéré. En vrai, c’était juste pour faire genre : il aimait bien l’avoir dans le coin, cette petite brune ! Aussi, le jeune homme n’étant pas du tout rancunier, évidemment, il proposa de l’inviter. La diva choisit son café crème et réutilisa ses talents d’actrice en feignant le ravissement qu’il parle de mariage. « Oh, mon dieu, tu accepterais de m'épouser ? Tu réaliserais mon plus grand rêve » Comment elle faisait pour pas s’étouffer avec ses marées de sarcasmes ? « J’ai pas dit que j’accepterais, la castratrice. Je t’ai juste suggéré de tenter ta chance. Y a des pour et des contre avec toi. » Dès qu’il fut question de « John », l’esprit d’Aurora s’illumina tellement qu’elle en oublia de corriger Lu’ sur le prénom. « Il ne dirait rien du tout, il sait que je n'ai d'yeux que pour lui » Elle fit une moue boudeuse adorable qui lui arracha un petit sourire en coin. Lucas remercia la serveuse qui déposa son cappucino devant lui et baissa les yeux dessus tout en saisissant l’anse  « Pff. Crois-moi, s’il n’est pas jaloux, c’est qu’il manque d’amour, pas qu’il est confiant » répliqua t-il avec désinvolture avant de siroter quelques gorgées… et se brûloter le bout de la langue ! En terme de pique, Aurora ne tarda pas à lui renvoyer cordialement l’ascenseur.

« Je te demanderais bien comment se passe ta propre vie sentimentale, mais j'en ai une bonne idée » Après avoir reposé sa tasse, Lucas appuya un coude sur la table et tourna le visage vers elle en calant sa joue contre son poing. « Hé, fais redescendre ta jauge de condescendance tout de suite, miss parfaite. » répliqua t-il en lui adressant un petit signe de menton dédaigneux. Evidemment, il venait de s’adresser à un mur. « Lucas, Lucas … Que va-t-on faire de toi ? Ne me dis quand même pas que je dois me mettre en quête de la femme parfaite pour toi » « Tss » souffla t-il avec un petit sourire en coin de sale gosse. Il passa une main dans ses cheveux bruns pour les lui ébouriffer un peu. Il aimait bien la traiter comme une gamine chaque fois qu’il sentait qu’elle se prenait un peu trop au sérieux. Souvent, quoi. « Je ne sais pas si je te le demanderais. Tu risques de considérer qu’une femme parfaite se doit d’être comme toi, or j’ai pas envie de finir ma vie à tourner dans un lave-linge en Sibérie en ultime tentative désespérée de suicide. Une seule Aurora, ça me suffit largement » Une autre, même en peinture, ça commencerait à faire trop. Comment ça, il exagérait ? Il écarta son visage de son poing et utilisa cette même main pour reprendre sa tasse. « Tu sais que mon père s’imagine des trucs nous concernant ? J’aimerais bien que tu démentes la prochaine fois que tu le vois, j’ai comme une baisse de tension chaque fois qu’il fait des allusions avec ton nom dedans » se moqua t-il gentiment avant de boire une autre gorgée de son capuccino. Il était encore trop chaud le bordel. « Le pauvre est bien plus désespéré que toi sur mon célibat. Et je ne te parle même pas de ma sœur… » ajouta t-il pensivement.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Mer 19 Sep - 18:22 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



Se lier d’amitié avec Lucas Wilde, ce n’était pas tous les jours de tout repos. Aurora adorait Lucas. Enfin, elle l’appréciait beaucoup en tout cas. Mais il était vrai que des fois, c’était un vrai cas désespéré. En amour en tout cas, s’en était un. Mais comme la brune l’aimait bien, en général, elle essayait de ne pas trop se foutre de lui. Je dis bien en général. Parce que dans le fond, se foutre de lui, c’était un peu marrant quand même. #Sorrynotsorry. « Bien sûr. Donc tu flirtais avec elle en toute innocence, sans la moindre idée derrière la tête », répliqua-t-elle. A d’autres. Elle n’y croyait pas. D’ailleurs, elle se demandait parfois ce que ces filles pouvaient bien lui trouver. D’accord, il était beau, mais justement. Aurora se méfiait toujours des hommes trop beaux. Ils étaient des aimants à filles et généralement, les dîtes filles finissaient par pleurer à chaudes larmes. Très peu pour elle. Sauf si le beau gosse s’appelait Jay Thompson. « Tant que tu ne me fourniras pas une vidéo de marmotte en train de mettre du chocolat dans le papier alu, je continuerais à ne pas croire en ton innocence Wilde », rétorqua-t-elle en haussant le menton, d’un air faussement hautain. De toute façon, s’il y avait bien une chose que la jeune femme avait apprit depuis le temps qu’elle connaissait les Wilde, c’est que par principe, un Wilde était toujours coupable. C’était sa règle d’or. Et en général, elle fonctionnait bien. Son autre règle d’or, c’était de manier le sarcasme avec précision. Comme à chaque fois qu’elle croisait le Wilde. « Pourtant, tu devrais savoir que je suis merveilleuse », répliqua-t-elle en secouant la tête. Comment osait-il ? De toute façon, son cœur n’était plus à prendre. « Dommage pour toi tu as raté ta chance », ajouta-t-elle. Enfin pour être exact, il avait tenté sa chance et elle avait repoussé ses avances. Elle ne voulait pas gâcher une amitié pour du sexe. Et avec Lucas, elle était certaine que ce ne serait que du sexe. Donc ça ne valait pas le coup de gâcher une amitié. Sauf s’il avait un pénis magique. Mais le sourire de la brune s’envola vite fait. Voilà que le Wilde l’avait vexée. « Qu’est-ce que tu en sait toi, ce que c’est que de ressentir de l’amour ? », rétorqua-t-elle, un brin acide. A ce moment, Lucas se brûla le bout de la langue et la jeune femme afficha une mine réjouie. « Bien fait », fit-elle sans se défaire de son sourire victorieux.

Bon en tout cas, la vie sentimentale de la brune devait être plus harmonieuse que celle du blond. Pourtant, Lucas gagnait à être connu. Elle ne comprenait pas pourquoi il avait tant de mal à se caser. Ce n’était pas comme si sa famille était un modèle de tout ce qui n’allait pas dans la société. Ils étaient soudés et pour ce qu’elle en savait, elle comportait même quelques couples heureux. Donc … Non, elle ne pigeait pas. « Oh, tu avoue enfin que je suis parfaite », rétorqua-t-elle en posant sa main sur son cœur. Elle pouvait peut-être faire descendre sa jauge de condescendance, mais pas sa jauge d’auto-suffisance. Il ne fallait pas déconner non plus, elle était Aurora Callahan, elle n’allait pas se transformer en ange tout d’un coup. Mais son sourire satisfait s’évapora quand il lui ébouriffa les cheveux. « Hey bat les pattes, je ne sais pas où tes mains ont bien pu traîner ! », s’exclama-t-elle, absolument outrée. Non mais d’où il osait toucher à ses cheveux. La jeune femme, sourcil froncés, s’efforça de les remettre en place. « Oh non, une femme parfaite ne peut pas être comme moi chéri, c’est impossible d’être comme moi », rétorqua-t-elle. Et pour une fois, ce n’était même pas prétentieux. Juste qu’on ne pouvait pas ressembler trop à quelqu’un, c’était impossible. Enfin heureusement d’ailleurs, parce que deux Aurora sur terre … Bonjour la catastrophe. « Je sais, il m’a demandé l’autre fois si je comptais te ramener sur le droit chemin. Je lui ai bien entendu répondu que tu t’étais égaré sur des routes trop sinueuses pour revenir où que ce soit. Mais je crois qu’il refuse d’entendre raison. Comme si toi et moi ça pouvait marcher », répliqua-t-elle en levant les yeux au ciel. Lucas et elle en couple ? L’un des deux serait mort et enterré avant le mois de relation. « Mais désolé trésor, j’ai bien trop de mal à faire accepter à mon papa que je fréquente un pompier pour m’occuper du tien », ajouta-t-elle en secouant la tête, faussement désolée. Jay sauvait des vies bordel de merde. Pourquoi ça ne semblait pas assez bien pour son père ? Parce qu’il aurait été mieux vu qu’il soit médecin et qu’il ramène beaucoup d’argent. Eh bien, Rory, elle l’aimait comme il était. Puis l’uniforme, c’est saxy. « Je comprends qu’ils soient désespérés. Franchement, j’ai jamais compris d’où venait ton problème à te caser. T’es pas toujours trop pénible. T’es plus pas désagréable à regarder. T’as des qualités quoi … », fit-elle, méditative. Et oui, dans sa bouche, c’était un compliment.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 571
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Mer 26 Sep - 23:36 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



Toujours à chercher la petite bête, sa majesté Aurora ! Lucas avait seulement dit que la nana ne lui avait pas donné l’envie de coucher avec, ça ne signifiait pas non plus qu’il n’avait aucune idée derrière la tête en s’adressant à elle ! Contrairement à ce que pensait la brunette, coucher avec n’en faisait pas directement partie cela dit. Dans la majorité des cas, il faisait du charme juste pour le plaisir de... faire du charme. Les fois où ça allait jusqu’au pieu parce qu’il le voulait n’était pas si nombreuses que ça. Et d’ailleurs, les seules fois où Lucas avait eu envie de se faire quelqu’un dès les premiers mots échangés, c’était avec des mecs. Aucune idée du pourquoi. L’assurance de certains, peut-être ? C’était moins évident chez une fille souvent, la confiance en soi. On savait en tout cas ce qui l'avait attiré chez Aurora, au tout début... « Tu cherches les problèmes ? » rétorqua t-il avec un brin d’amusement. « Ce que j’ai dit était assez clair pour ne pas avoir besoin d’interprétation. » Parmi leurs chamailleries, Lucas se sentit assez insulté qu’elle remette en question ses capacités à aimer. Ce n’est pas parce qu’il n’avait pas de meuf qu’il ne savait pas faire. Et puis d’abord, de quelle droit pouvait-elle prétendre qu’il n’était jamais tombé amoureux ? Ah… il avait dû le lui dire, ce boulet. Ça n’empêche pas qu’elle avait tort ! « Ça y est, madame a un homme alors elle fait la grande ! Je sais aimer oui. Je suis jaloux à l’idée qu’un membre de ma fratrie puisse aimer son ou sa conjointe plus que moi, je suis jaloux à l’idée que mon père puisse préférer Erza à moi, je suis jaloux quand Erza se chamaille avec un autre frère ou une autre personne que moi tout court, et en fait, je suis facilement jaloux quand ça touche aux Wilde parce que je les aime plus que tout » T’y avais pas pensé, à l’amour familiale, banane ! Lucas lui parlait avec un petit rictus en coin suffisant. « Alors oui. Je sais très bien ce qu’est l’amour, pas seulement parce que je l'expérimente comme tout le monde, mais aussi parce que je m’intéresse à ceux qui m’en parlent. Et je sais que j’ai raison: même en ayant une confiance absolue en toi, si ton mec n’est pas jaloux, pose-toi des questions » Point barre. En tout cas, ils étaient comme deux gosses. Si bien que Lucas ne put s’empêcher de faire ses jeux de mains-jeux de vilain en lui ébouriffant les cheveux à un moment. Même si Aurora protesta, c’était trop tard ! « Tiens c’est vrai que je me suis pas lavé les mains en sortant des toilettes » rétorqua t-il d’ailleurs pour la dégoûter. C'était complètement faux mais ça elle n’était pas censée le savoir.

« Oh non, une femme parfaite ne peut pas être comme moi chéri, c’est impossible d’être comme moi » « Tch... Tant mieux ? » se moqua Lucas, qui lui parla ensuite de l’idée fixe de son père. « Je sais, il m’a demandé l’autre fois si je comptais te ramener sur le droit chemin. Je lui ai bien entendu répondu que tu t’étais égaré sur des routes trop sinueuses pour revenir où que ce soit. Mais je crois qu’il refuse d’entendre raison. Comme si toi et moi ça pouvait marcher » Elle roula des yeux et il eut un petit hochement de tête, un peu pensif. « Hm. Il y aurait des risques de violences conjugales » approuva t-il. Euh. Pas seulement des risques. Il y aurait vraiment des violences conjugales avec cette tête de noeud. « Mais désolé trésor, j’ai bien trop de mal à faire accepter à mon papa que je fréquente un pompier pour m’occuper du tien » « Oh, que ta vie semble compliqué ! » se moqua t-il en lui pinçant gentiment le bout de son petit nez – et quel mignon petit nez elle avait ! C’était plus fort que lui, il adorait la taquiner ainsi, en la tripotant ! Sans doute parce qu’elle n’aimait justement pas ça… « Je comprends qu’ils soient désespérés. Franchement, j’ai jamais compris d’où venait ton problème à te caser. T’es pas toujours trop pénible. T’es plus pas désagréable à regarder. T’as des qualités quoi … » Lucas prit un air interloqué. Il sortit son portable de sa poche et le déverrouilla. « Attends je note la date, tu viens de me dire des trucs qui ressemblent presque à des compliments là. » Façon de parler : il ne nota pas à l’écrit la date. Il se contenta juste de la regarder, ainsi que l’heure. Passé la plaisanterie, il rangea son portable, le regard baissé. Il gardait en tête l’interrogation de la brune à son sujet. Il se demandait si c’était une bonne idée d’y répondre. Elle était autant capable d’être à l’écoute que de le tourner en dérision. Après un moment de silence, il reprit : « Tu sais, mon père était hyper jeune quand il a trouvé l’amour de sa vie. Elle est morte il y a presque trente ans, et pourtant il n’a jamais voulu de personne d’autre après… c’est un peu déprimant quand t’y penses, j’ai l’impression que mon blocage vient de là. » En fait, c’est de la peur. Il ne le dit pas clairement pour ne pas lui tendre la perche à ce qu’elle se foute de lui, cette pimbêche. D’ailleurs, il conclut en haussant les épaules, comme si ce n’était pas grand chose, tout ça.


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Ven 5 Oct - 10:49 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



Le fait qu’Aurora était une véritable tête de mule n’était un secret pour personne. La jeune femme pouvait être exaspérante au possible parfois. Ce n’était pas faute d’essayer de … non en fait elle n’essayait pas de changer, prétendre le contraire aurait été mensonger. Elle aimait bien être une casse pieds. Elle se disait dans le fond que de cette façon, elle marquait les esprits. La preuve, elle avait réussit à se rendre suffisamment intéressante pour séduire le petit cœur d’artichaut de Lucas. Bon, généralement elle évitait de s’en vanter, parce qu’elle l’avait repoussé et qu’elle n’était pas sadique au point de lui rabâcher cette histoire pour le restant de ses jours. Quoi que. « Aurais-je touché une corde sensible ? », demanda-t-elle en feignant l’innocence. Elle ne voyait pas ce qu’elle avait fait, voyons. En tout cas, elle jouait l’innocence avec autant de talent qu’une actrice hollywoodienne. Aurora aurait clairement dû faire du théâtre. « Fait pas l’innocent avec moi, je suis sûre que si je t’avais laissé plus longtemps avec cette poupée, tu aurais eu envie d’apprendre à la connaître de … plus près », fit-elle, après lui avoir adressé un clin d’œil entendu. Non, elle n’en démordrait pas. En même temps, Lucas en était venu à la draguer, elle. Alors qu’elle avait toujours été insupportable avec lui. Donc, il devait avoir quelques soucis, de ce côté là. Et si Aurora n’avait pas tant peur de souffrir, avec un homme qui collectionnait les femmes, peut-être lui aurait-elle laissé une chance. Mais elle ne l’avait pas fait, parce que dans le fond, les histoires sans lendemain ce n’était plus ce qu’elle cherchait et qu’elle était persuadée que jamais il ne pourrait lui donner plus. Un fait qui semblait le vexer, à en juger par les traits tirés de son visage. « Ca va ça va Roméo, redescend d’un cran », fit-elle en levant les mains en signe d’apaisement. Elle n’avait pas de drapeau blanc à agiter, c’était triste. « Tu es capable d’aimer, ça te va ? Même si entre nous, je trouve ça bizarre que tu sois jaloux des conjoints de ta fratrie », répondit-elle en haussant les épaules. Mais bon, elle allait peut-être éviter de juger, vu sa propre relation avec son jumeau. D’ailleurs, pour elle, le concept de famille était un concept qui lui échappait. Voilà pourquoi elle aimait tant les Wilde. « Si tu veux tout savoir, il m’a tapé une crise de jalousie en trouvant mon frère chez moi. Ils n’avaient pas encore été présenté. Mais ça n’empêche pas qu’on se fasse confiance », fit-elle en levant le menton. Enfin, ça n’empêchait pas que si Aurora le voyait avec une autre femme, elle aurait probablement envie d’assassiner la dite femme. Fallait pas déconner, elle restait Aurora Callahan quand même. Elle en était arrivée à cette conclusion quand elle sentit les doigts de Lucas ébouriffer ses cheveux et elle se mit à râler. « Tu es vraiment un porc Wilde », fit-elle en grimaçant, avant de secouer la tête.

Toujours était-il qu’elle l’aimait bien le Wilde, mais que c’était un cas désespéré en amour. Elle aurait bien voulu lui arranger le coup avec une de ses copines, mais elle ne voyait même pas qui pourrait lui correspondre. « En effet tant mieux. Tu ne saurais pas quoi faire d’une femme comme moi dans ta vie », fit-elle en lui adressant un clin d’œil. Non, Aurora ne manquait jamais de répartie. Mais dans le fond, elle savait qu’elle disait vrai. Ils ne ne se seraient jamais entendu en tant que couple. L’un aurait fini par assassiner l’autre et ce n’était pas forcément le plus fort et le plus musclé des deux qui aurait gagné. Aurora pouvait être une vraie teigne quand il le fallait. « Je crois que ça finirait dans la rubrique nécrologique et que nos familles s’entre-tueraient, façon Roméo et Juliette », commenta-t-elle, pensive. Bon, eux deux ne se suicideraient pas par amour, mais leurs familles allaient s’affronter, c’était certain. Mieux valait donc éviter les drames à venir. « Oui ma vie est … hey ! », râla-t-elle, alors qu’il lui pinçait le bout du nez. Il prenait un peu trop plaisir à l’asticoter. Elle allait devoir trouver une petite vengeance, simple et efficace. Sauf qu’elle était lancée dans les problèmes de couple de Lucas et qu’elle ne comprenait pas pourquoi il en avait. « Bon ça va, remet-toi, je ne t’ai pas dis que tu étais l’homme parfait non plus », fit-elle en levant les yeux au ciel, un sourire amusé ne quittant pourtant pas ses lèvres. De toute façon, elle ne dirait jamais une chose pareille. L’homme parfait, elle a décidé que c’était Jay. Pensive, elle porta sa tasse de café à ses lèvres et écouta attentivement ce qu’il lui racontait. « Tu sais, ma mère est morte il y a presque vingt ans. Après ça, mon père s’est remarié cinq ou six fois – j’ai perdu le compte – mais il n’a plus jamais aimé une femme comme elle. Les drames arrivent dans la vie. Mais ce n’est pas parce que ton père en a vécu un que tu seras forcément malheureux », fit-elle en lui tapotant gauchement le bras. Aurora était championne du monde de la répartie assassine, par contre, quand il fallait se montrer compatissante, elle avait encore quelques lacunes. « Mais dis moi, il n’y a personne qui puisse faire battre ton petit cœur ? Et ne me dit pas que tu n’en as pas, tu viens tout juste de prouver le contraire », ajouta-t-elle en le dévisageant longuement.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 571
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Mar 16 Oct - 13:36 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



« Fait pas l’innocent avec moi, je suis sûre que si je t’avais laissé plus longtemps avec cette poupée, tu aurais eu envie d’apprendre à la connaître de … plus près » « Si même ton mec n’a pas réussi à te convaincre que le mal n’est pas partout chez nous, je peux rien faire. Pense ce que tu veux. » Il ne cherchait même plus à la convaincre et, ok, il provoquait un peu ! Mais de là à l’accuser à ne pas connaître l’amour, il ne fallait pas déconner ! Le blondin défendit son cas avec honneur, d’autant qu’il pourrait d’ici quelques jours ajouter un énième argument à ce qu’il venait de dire. L’amour avec un grand A, il allait le connaître, notamment pour une fille au caractère de merde avec un grand M ! Pour ce coup, c’est Callahan qui rendit les armes. Un partout ! « Tu es capable d’aimer, ça te va ? Même si entre nous, je trouve ça bizarre que tu sois jaloux des conjoints de ta fratrie » « T’es bien placée pour juger ma relation avec ma fratrie » marmonna Lucas entre ces dents, le regard baissé sur sa boisson, avant d’être pris d’une fausse quinte de toux qu’il étouffa dans le pli de son coude. Ah bon, il avait dit quelque chose ? « Si tu veux tout savoir, il m’a tapé une crise de jalousie en trouvant mon frère chez moi. Ils n’avaient pas encore été présenté. Mais ça n’empêche pas qu’on se fasse confiance » Ah bah ! Lucas avait raison putain !  Et elle qui lui faisait tout un speech sur le 0 jalousie, 100% confiance. Mon cul. « Tu vois quand tu veux ! » En tout cas, elle apprécia moyennement de se faire ebouriffer la tignasse par une main qu’il prétendait n’avoir pas lavé après avoir touché sa… « Tu es vraiment un porc Wilde »

« Je crois que ça finirait dans la rubrique nécrologique et que nos familles s’entre-tueraient, façon Roméo et Juliette » « En vertu du pouvoir du nombre, et du degré de vice chez nous, ta famille ne tiendrait pas cinq minutes face à la mienne. Navré Juliette. » Quoi que le nombre de Wilde n’était pas le meilleur argument en faveur d’une victoire ultime. Le meilleur argument, c’était Marlon, ou Farell. Le blond était d’ailleurs bien content que les deux seules personnes au monde qu’il ne souhaiterait jamais avoir comme ennemis soient ses oncles. Lucas avait beau être ancien champion national de boxe anglaise, il redoutait autant la colère de l'un que celle de l’autre. « Oui ma vie est … hey ! » Les râleries d’Aurora, quel doux son cela représentait à ses oreilles ! Encore que ça ne l’empêcha pas de faire des compliments à Lucas, celui-ci s’en trouva sur le cul. « Bon ça va, remet-toi, je ne t’ai pas dis que tu étais l’homme parfait non plus » « Venant de toi si, ça veut largement dire que je suis un homme parfait. » Lucas se tut respectueusement quand la brunette parla de sa mère défunte. Le garçon avait perdu ses parents biologiques à peu près au même âge, plus jeune d'un an pour être plus précis. Un fait que Lucas n’avait pas mal vécu, loin de là, il était petit, con, et avait trouvé un papa génial après tout. Et sans Seth, sa vie n’aurait pas été aussi chouette que maintenant d’ailleurs. « Je le sais bien… je le sais bien… ça viendra j’imagine… » il l’observa un instant, un brin curieux. Aurora avait perdu ses parents à quatre ans, ce n’était qu’un an de plus, mais tout de même, à cet âge, on comprend beaucoup plus de choses qu'à trois ans. « Comment tu as vécu le deuil, toi ? » osa t-il demander. Lucas était une bête curieuse et pas des plus délicates. Ce n’était pas de la malveillance, le garçon avait juste du mal à savoir ce qui pouvait se dire et ce qu’il valait mieux taire. Il appliquait la règle du "ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse", or l’indiscrétion ne le dérangeait guère. Et puis, Aurora pouvait très bien l’envoyer chier de toute façon, lui ça ne le gênerait pas non plus.

« Mais dis moi, il n’y a personne qui puisse faire battre ton petit cœur ? Et ne me dit pas que tu n’en as pas, tu viens tout juste de prouver le contraire ». « Bien sûr que c’est possible ! Il suffit juste que je lâche prise, j’imagine… tu sais quoi ? Faisons un marché. Si dans trois mois je n’ai pas trouvé une copine pour une relation posée et sérieuse. Tu me donneras un gage. N’importe lequel » Et ouais, il avait pas peur de ces conneries Lucas, il était cap de tout ce cinglé… y compris de tomber amoureux. Il était temps de toute façon, non ?! Aurora avait raison. Et depuis le temps qu'Erza attendait aussi qu'il se case... « Ou alors tu me demanderas ce que tu veux. Deal ? » Il lui présenta sa main avec un regard de défi — pas sûr qu'elle accepte de la serrer vu ce qu'il en avait préalablement dit d'ailleurs !



Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Mar 13 Nov - 20:34 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



Cet homme était têtu comme une mule. Elle avait parfois très envie de le secouer pour lui remettre les idées en place. Par chance, Lucas était aussi parfois plutôt adorable. Donc il arrivait que Aurora l’aime très fort, grand comme ça. De temps en temps. Il ne fallait pas exagérer non plus. « Jay est une exception », conclut-elle en haussant les épaules. Oui, elle avait des idées arrêtées. Ça c’est la faute de Cindy. Mais elle avait été déçue par tellement d’hommes dans le passé … C’était d’ailleurs pour cela qu’elle n’aurait jamais pu laisser quoi que ce soit se passer avec Lucas. Mais si elle était certaine qu’elle aurait vécu une nuit de folie avec lui, elle savait aussi qu’elle aurait prit le risque d’être blessée. Lucas ressemblait bien trop aux hommes qu’elle avait fréquenté par le passé. Mais elle se garda bien de le lui dire. Ça lui aurait fait trop plaisir de savoir qu’elle pensait qu’il était sans doute un bon coup. « Je t’emmerde Wilde », rétorqua-t-elle en boudant. Oui, elle avait entendu. C’est vrai qu’elle n’avait pas une relation étrange avec son frère. Mais bon, elle n’était pas jaloux de ses copines. Non, elle estimait juste que personne ne méritait Jake. Ou pour être plus exact, que lui ne méritait personne. Tant qu’elle n’était pas heureuse, il ne le méritait pas. Et même, il lui avait tellement gâché la vie qu’il méritait d’être malheureux jusqu’à ses quatre-vingt ans. Finalement, pour toute réponse, la jeune femme se contenta de soupirer. Se battre avec Lucas Wilde ne servait à rien. A part à la rendre chèvre.

Quoi qu’il en soit, une chose était certaine : Aurora et Lucas ensemble, ça ne donnerait jamais rien qui vaille. Ça finirait sans doute dans la rubrique nécrologie. Ils allaient s’entretuer. « Ah tu crois ? Certes, vous êtes plutôt malicieux. Mais mon frère serait probablement capable de faire appel à un tueur à gages. Mon père aussi ceci dit », fit-elle, une mine pensive sur le visage. Est-ce qu’elle pensait que sa famille puisse se rendre responsable d’un homicide ? Pas de doute. Quoi que, de ce qu’elle en savait, il y en avait dans la famille Wilde à qui il manquait une case aussi. Mais personne n’en saurait jamais rien de toute façon, puisque jamais Aurora et Lucas ne finiraient ensemble. C’était impossible, ils ne se supporteraient jamais. Et de toute façon, Aurora était beaucoup trop amoureuse de Jay. Elle avait limite des petits cœurs dans les yeux. Enfin bon, Aurora aurait presque pu plaindre le Wilde pour ses petits problèmes, si elle n’en avait pas déjà eu assez avec les siens. Mais ce n’était pas aujourd’hui que Lucas jouerait un rôle de psy. Au contraire, il préférait l’embêter. Qu’à cela ne tienne, elle se vengerait à un moment ou à un autre. « N’exagérons rien. Le jour où je vais te faire un vrai compliment tu vas t’évanouir », se moqua-t-elle. Tiens, elle allait lui dire qu’il avait des cheveux magnifiques plus tard, histoire de tester sa théorie.

Finalement, ils étaient capables de parler sérieusement. Ils avaient des défauts tous les deux. Mais ils avaient quand même des tas de points communs. C’était à la fois pour cette raison qu’ils arrivaient à se comprendre et qu’ils ne pourraient jamais sortir ensemble. « Je ne crois pas pouvoir à cette question. Ça fait vingt ans et je continue à aller fleurir sa tombe toutes les semaines », répondit-elle en haussant les épaules. Il y avait tant de choses qu’elle n’avait pas pu faire avec sa mère. Elle ne l’avait pas aidé à se préparer pour son premier bal. Elle ne l’avait pas consolé pour son premier chagrin d’amour … Et puis, elle savait que si sa relation avec son frère était partie totalement en sucette, c’était à cause de leur chagrin respectif. L’atmosphère se radoucit entre eux. La séance émotions était passée, mais ils ne sortaient pas encore les griffes, c’était déjà ça. « Trois mois ? D’accord. On a un deal », accepta-t-elle en hochant la tête. Mais dans son fort intérieur, la jeune femme espérait qu’elle n’allait pas avoir besoin de lui lancer le moindre gage. La jeune femme lui serra la main, méfiante. Elle se disait qu’il plaisantait sans doute avec son histoire de main sale, mais elle se méfiait quand même. « J’espère quand même que tu trouveras quelqu’un. Et j’espère qu’elle sera sympa et que je pourrais l’emmener faire du shopping. Et lui raconter plein de choses sur toi », ajouta-t-elle avec un sourire moqueur. Chassez le naturel, il revient au galop. « Au fait, comment va ta famille ? », demanda la brune, curieuse de prendre des nouvelles des Wilde.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 571
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( Hier à 13:26 )


Lucas & Aurora

Feeling my way through the darkness guided by a beating heart. I can't tell where the journey will end but I know where to start. They tell me I'm too young to understand. They say I'm caught up in a dream. Well life will pass me by if I don't open up my eyes. Well that's fine by me. So wake me up when it's all over when I'm wiser and I'm older all this time I was finding myself and I didn't know I was lost.



« Jay est une exception » « C’que t’es blessante » grommela Lucas pour tout réponse. Monsieur avait l’habitude d’être premier en tout et d’être chouchou de tout le monde dans sa famille. Même Andrés, qui semblait avoir une dent contre la terre entière sauf Brianna, le trouvait merveilleux. Preuve que c’était Lucas l’exception, nom d’un chien ! Du coup, Wilde lui rendit la politesse en faisant une remarque désobligeante sur sa relation avec sa famille – vu qu’elle critiquait la sienne en première, à la base. « Je t’emmerde Wilde »  « Tiens, je crois reconnaître ma réplique quand je suis à court d’argument ! »

Même si Lucas argumentait en faveur du fait que ça n’aurait pas marché entre eux pour cause de possibilité de décès d’une des parties. Au fond, il n’était pas vraiment dupe. Quand Lucas voulait vraiment que quelque chose marche, cet obstiné parvenait à ses fins. La preuve arriverait d’ailleurs quelques temps plus tard avec Annabelle, qui avait un caractère tout aussi sanglant (voire plus) qu’Aurora. Il allait toutefois dans son sens car il avait accepté le râteau qu’elle lui avait mis, et qu’en plus de cela, Callahan était avec un homme qui semblait vraiment la combler et dont elle était très amoureuse. « Ah tu crois ? Certes, vous êtes plutôt malicieux. Mais mon frère serait probablement capable de faire appel à un tueur à gages. Mon père aussi ceci dit » « J’ai deux oncles qui sont déjà des tueurs à gage. Tes amours seraient mort avant d’avoir passé le moindre coup de fil… si c’est pas Andrés qui les aurait déjà descendu en les cramant avec leur maison... » Oui, il parlait bien de son tout petit frère. On aurait pu croire à une plaisanterie sur ce dernier point, et tant mieux. Sauf qu’Andrés avait certes quatorze ans, c’était certes un bout de chou, mais c’était un bout de chou avec un degré de psychopathie non négligeable sur lequel beaucoup de Wilde fermait les yeux, telle la parfaite bande d’irresponsables qu’ils étaient tous. « En ce qui concerne la famille, au jeu de ‘qui a la plus grosse’, je suis imbattable beauté. Même mon père est plus riche que le tien » conclut-il sur un ton qui ressemblait vaguement à un nananère. Un sourire de petit con collé aux lèvres, il leva l’index avant qu’elle ne réplique pour ajouter : « Ouvre un Forbes Magazine avant de me contredire ». Ouais un grand gamin doublé d’un fils à papa, il n’aurait pas volé ces insultes là. Mais un gentil gars avec une bonne gueule, Aurora était forcée de le reconnaître. « N’exagérons rien. Le jour où je vais te faire un vrai compliment tu vas t’évanouir » « J’sais pas… essaie, pour voir ? » taquina t-il. Le sujet avait subtilement glissé sur le côté cœur et Aurora avait bien raison de dire qu’il en avait un. Elle avait dû le prendre pour un bad boy vu l’aisance et le naturel avec lesquels il l’avait draguouillée, mais il était loin d’en être un. Lucas avait toujours été très respectueux avec la gente féminine, et ne s’était jamais fichu d’aucune femme. Elle accepta le deal, Lucas avait intérêt de se bouger le cul ces trois mois.

« J’espère quand même que tu trouveras quelqu’un. Et j’espère qu’elle sera sympa et que je pourrais l’emmener faire du shopping. Et lui raconter plein de choses sur toi » dit-elle avec ce petit sourire carnassier qui en disait long sur ses intentions. Lucas déglutit. Elle n’allait quand même pas raconter le râteau qu’elle lui avait mis ? « Euh ouais, nan, faut pas te sentir obligée hein. Et puis, ne lui gâche pas la surprise, c’est bien si elle me découvre au fur et à mesure, hum… par elle-même. » Cette brunette était un démon. Bon, un démon soucieux en tout cas : « Au fait, comment va ta famille ? » « Je pense que la famille va bien, difficile d’avoir des nouvelles de tout le monde… » Il devait y avoir un Wilde à chaque coin de rue de Cap Harbor, en dehors de son père Seth et son frère Andy qui venaient occasionnellement et vivaient dans un penthouse à New York. « Et puis, c’est même un peu trop calme depuis qu’Andrés a fait flamber la voiture de notre voisin » Il parlait d’un ton léger, un peu comme s’il n’était pas sérieux et faisait une blague, alors qu’Andy avait vraiment cramé cette voiture… après que Seth, Lucas et Farell l’ait volée dans le but de la jeter dans un ravin. C’était un petit con, aussi, leur voisin. Andy avait décidé que le sort de cette voiture serait tout autre, à la surprise de tout le monde. « Ce n’est tellement pas normal que je pense qu’on risque de tous mourir prochainement » Cette fois-ci c’était une vraie plaisanterie. Lucas ignorait à ce moment qu’ils allaient réellement manqués de tous mourir à cause du gâteau d’anniversaire foiré d’Owen. Owen et Seth, c’était typiquement les types qui réduisaient l’espérance de vie de toutes la famille à eux seuls. C’était peut-être pour ça qu’il y avait autant de Wilde : pour qu’il y ait une chance qu’au moins un ou deux survivent et perpétuent la lignée. « Toi, ton papa, ton frère, ça va ? Faudra aussi que tu me présentes ce fameux Jay un jour. Je suis vraiment content que tu l’ais trouvé » C’était très sincère. Lucas inclina légèrement la tête sur le côté tout en a la dévisageant, un petit sourire affectif au lèvres. « T’as pas le même regard que quand on s’est rencontrés, il doit vraiment te rendre heureuse. »



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: are you serious ? ✻ lucas ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

are you serious ? ✻ lucas

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Nora's Cafe & Restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération