DILEY ✻ Things were all good yesterday and then the devil took your memory

 :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/07/2018
›› Commérages : 18
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : sebastian stan
›› Schizophrénie : arya cohen ✻ adrian dawkins ✻ anya arsenault ✻ bird roth-spiegelman ✻ lola fitzsimmons ✻ alix westmore ✻ mina o'cearnaigh ✻ cassandra hamilton ✻ markus cubbins

DILEY ✻ Things were all good yesterday and then the devil took your memory ✻ ( Lun 9 Juil 2018 - 11:52 )

❝ THINGS WERE ALL GOOD YESTERDAY
PERSONNAGE


L'alliance qui trône à son doigt pèse lourd autant sur l'annulaire que sur la conscience. Depuis la sortie de l'hôpital de la blonde, Devon a bien du mal à l'apercevoir et dans un sens c'est tant mieux parce qu'il n'a pas trop envie de la voir, sa blonde. Enfin si, mais il est bien trop con pour se l'avouer alors il préfère encore ne pas y penser. Allongé sur son lit, il se remémore une fois de plus la dispute qu'ils ont eu, le choc et le cri de Riley qui lui hante un peu plus chaque jour. Il attrape le verre de whisky qui trône sur la table de nuit et il en vide le contenu avant de se lever et de se regarder dans le miroir, la gueule fatiguée, la barbe naissante sur le visage, on dirait un pauvre type. La tête qui tourne, la tête qui cogne, il a encore fini mal hier soir à la fermeture du club, en même temps, cela fait quelques semaines qu'il finit ivre tout les soirs et il commence à s'habituer après tout. Il ouvre alors la porte de sa chambre et suit l'odeur matinale des pancakes, Riley ? Ah non, Rachel. « Tu as encore bu comme un trou hier Oakley. Je t'ai entendu rentrer, on aurait dit un éléphant qui fait de la danse classique. » Le brun lève les yeux au ciel en secouant négativement la tête avant de se mettre à rire en imaginant la scène. Il ne doit faire subir sa mauvaise humeur à tout le monde et surtout pas Rachel, parce qu'il l'aime bien Rachel, elle est sympa et elle fait le petit-déjeuner à midi donc on va dire que c'est un brunch « Désolé si je t'ai réveillé. » Et elle le pardonne. En même temps, si elle ne l'avait pas fait cela ne l'aurait pas empêché de dormir sur ses deux oreilles ce soir, vu qu'il va certainement prolongé la soirée avec quelques habitués et galérer à monter les escaliers à quatre pattes parce qu'il ne saura plus comment tenir debout. Mais ça, il a l'habitude de ne plus savoir comment tenir debout, la vie est plus marrante à l'horizontale. Il attrape alors un pancake et le tartine de confiture, checkant ses mails et ses messages. Aucun message de Riley alors qu'il lui en avait envoyé un pour savoir comment elle allait. Parce qu'au fond, il s'inquiète pour elle, même s'il ne le montre pas, même s'il joue au connard chronique, il ne peut s'empêcher de se demander si elle va bien, si elle se sent bien. Mais elle ne répond jamais. Alors il insiste l'imbécile, mais il sait que ce n'est pas la chose à faire, parce qu'elle risquerait de finir par venir lui crever un œil. « Bon, j'ai rendez-vous à la banque, je dois filer. » Et une petite tape dans l'épaule de la brune qui occupe la cuisine, il file se préparer pour son rendez-vous dans l'optique d'ouvrir un nouveau club dans une ville voisine, toujours avec son cousin mais il faut qu'il voit s'il aurait l'aval de son banquier, ce qui n'est pas vraiment sûr étant donné qu'il a déjà loupé un premier rendez-vous, mais il aura l'excuse de l'hôpital, même si cela s'était passé une semaine avant le rendez-vous manqué.

Devon est partiellement content parce que le banquier lui a annoncé qu'il pourrait avoir son prêt dès qu'il aurait constitué le dossier, maintenant il ne restait plus qu'à convaincre Ryan et là, ce n'était pas une mince affaire puisque son cousin était un peu du côté de la blonde, du coup, c'était assez la guerre à l'appartement. Du coup, il allait préparer son dossier et lui présenter un jour comme s'il passait un oral important et peut-être que ça irait. Enfin, il espérait grandement. Et puis même si ça n'allait pas, il allait l'ouvrir quand même #ThugLife. Après avoir poussé la porte du Blue Lagoon, il passait derrière le bar pour se servir un verre de Tequila qu'il vidait d'une traite en guise d'auto-félicitation et il servait les clients avec un sourire un peu béat et un peu con sur le visage avant de voir la porte qui s'ouvre, il se tourne et il se pince les lèvres. Sa blonde qui débarque et qui ne semble pas dans un si bon état. Il fronce les sourcils, qu'est-ce qu'elle a foutu ? Il serre les dents, et la laisse arriver au bar, elle sent l'alcool. Et il laisse claquer sa langue contre son palet en la regardant « T'as besoin que je te mette deux doigts dans le fond de la gorge pour que tu désaoules ? » l'attaque t-il alors qu'elle commande de la Tequila. Il lui sert un verre d'eau à la place et la regarde « Tu ferais mieux de boire de l'eau. » Après tout, c'était pour elle qu'il faisait ça, pas pour lui. Enfin si, peut-être pour soulager sa bonne conscience.

©️ MADE BY LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
I DON'T WANNA LIVE WITHOUT YOUR LOVE
avatar
I DON'T WANNA LIVE WITHOUT YOUR LOVE


http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/04/2015
›› Commérages : 2023
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Claire Godness Holt
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ ophelia rhodes ✻ lissa valentine ✻ liv burrows ✻ jay thompson ✻ mila matthews ✻ lauren campbell ✻ liam washington ✻ erin rhodes

Re: DILEY ✻ Things were all good yesterday and then the devil took your memory ✻ ( Sam 14 Juil 2018 - 23:35 )



things were all good yesterday
and then the devil took your memory.
devon oakley & riley emerson-oakley ※ diley

“ There for me, there for me, said you'd be there for me. Cry for me, cry for me, you said you'd die for me. Give to me, give to me, why won't you live for me ? Care for me, care for me, I know you care for me. ” ― DRAKE

En ce moment c'est pas vraiment la joie dans la ville de Riley. Si son moral en a prit un gros coup, sa vie sentimentale c'est pas mieux. Et même si ça ne va pas bien, Riley prend sur elle. Elle en a marre de pleurer sous la douche, elle en marre de se sentir si faible. C'est la troisième fois que son corps rejette le petit être qui ne demande qu'à vivre en elle. Elle se déteste de ne pas avoir réussit à le garder. Elle se déteste d'en avoir parler avec Devon et elle le déteste également lui. Elle lui en veut parce que c'est sa faute, si elle ne porte plus la vie en elle. Riley, elle rêve de devenir mère depuis un trop grand nombre d'années et son rêve lui passe encore sous le nez. Mais elle se sent stupide, comme si Devon aurait pu bien réagir à cette annonce. Il ne sait déjà pas s'occuper de lui-même, alors un enfant ? Si cet accident n'aurait pas eut lieu, il aurait fuit. Mais peut-être qu'ils auraient réussit à se retrouver plus tard afin d'être une vraie famille. A la place, Riley les a perdu tout les deux ... Et ça, ça fait mal. Elle aurait besoin de Devon, de son épaule pour pleurer et pour se confier. Sauf qu'en plus d'avoir perdu son mari / petit-ami, elle vient de perdre son meilleur ami et c'est trop à digérer pour la blonde. Riley tente cependant de garder la tête haute, de faire la forte face à ses proches. Elle déteste être en position de faiblesse ... C'est elle qui rassure les autres d'habitude, les rôles ne doivent pas s'inverser. Alors pour éviter de penser à lui, la blonde sort en compagnie de Maeve, ça lui change les idées. Riley n'a pas juger nécessaire d'informer son amie de l'accident, juste de sa rupture avec Devon et c'est amplement suffisant. Ce que Riley aime avec Maeve c'est qu'elle n'est pas là pour se prendre la tête. Les soirées libres de la blonde ressemble donc désormais à une dépravation. Elle boit jusqu'à s'en rendre minable, ce qui nécessite une dosse trop colossale d'alcool. Pour accélérer les effets, elle ne trouve rien de mieux que de toucher à cette jolie poudre blanche. Lamentable la Riley. Mais ça plait et ça lui fait oublier un grand nombre de ses soucis. Alors, elle rit comme une bécasse et la moitié de ses propos dépassent sa pensée mais ça fait rire le petit groupe avec qui elle est. Riley est tellement dans son monde qu'elle n'a même pas fait attention qu'ils viennent de franchir la porte du Blue Lagoon. Ils n'auraient pas du venir ici. Pourtant dès qu'elle croise le regard de Devon, son sang ne fait qu'un tour, elle n'a qu'une envie c'est faire machine arrière. Cependant le petit groupe la pousse à aller passer commande, après tout elle a bien dit qu'elle paierait sa tournée. Alors elle s'approche du comptoir, du barman, sans même un sourire, ni un bonjour. « Une bouteille de tequila. » Et elle ne lui demandera même pas avec une formule de politesse.  « T'as besoin que je te mette deux doigts dans le fond de la gorge pour que tu désaoules ? » De quoi il se mêle franchement ? C'est pas ses affaires. « Et toi, t'as besoin d'une claque ou de deux dans ta gueule pour arrêter de dire de la merde et me donner ce que je veux ? » La blonde, elle puise vraiment dans ses dernières forces pour garder son sérieux face à lui. « Tu ferais mieux de boire de l'eau. » Sauf que son verre d'eau, elle n'en a rien à foutre. Si elle le prend dans sa main, c'est uniquement pour lui jeter en pleine figure. « T'es qu'un con Oakley ! » Ce n'est pas la première fois qu'elle lui dit et ça ne sera certainement pas la dernière fois. Parce que le ton hausse, une barmaid dont Riley ne connaissait pas l'existence jusqu'à ce soir fait son apparition, prête à prendre la défense de Devon ? Pardon ? « Non mais je t'ai pas causé la pute alors tu prends ta bouche et tu vas sucer une queue ailleurs, merci. » Si Riley l'ignorait, la pilule ne passe plus quand on la traite elle également de pute. Oui Riley elle peut insulter les autres, mais on n'insulte pas Riley. Sans attendre, ni sans comprendre comment la blonde se retrouve derrière le comptoir à en mettre une à la jeune femme. Sauf que la bataille prend rapidement fin quand Riley se sent pousser des ailes et éloigner la scène. « Devon Oakley si tu ne me reposes pas tout de suite, je te jure que je te défonces ! » Elle sait que c'est lui, elle pourrait reconnaître cette paire de fesses entre mille. Et elle ne ment pas, elle n'hésite même pas à battre des pieds dans le vide et tenter de le mordre. Puis finalement, elle abandonne parce qu'elle sait qu'elle ne gagnera pas cette bataille. Ils finissent leur course dans le bureau du brun et à peine Riley pose t'elle un pied à terre que sa tête commence à tourner ... « Je me sens pas bien, je crois que je vais vomir ... » La blonde se permet d'ouvrir l'une des fenêtres qui donnent sur la rue pour vider le surplus d'alcool présent en elle. Très glamour. « Tu vois j'aurais pas eut besoin de tes deux doigts. » Elle sourit comme une idiote avant de vomir une seconde fois. Après quelques minutes, elle s’essuie la bouche avec sa main et récupère le verre d'eau que Devon lui tend. Promis cette fois, elle ne lui jette pas à la figure. Elle le boit d'une traître et se laisse tomber dans l'un des fauteuils de la pièce, la tête en arrière. « Je veuuuuux mourir ... »


some things we don't talk about better do without. just hold a smile, we're falling in and out of love. the same damn problem, together all the while, you can say never. when we don't know why time and time again. younger now then we were before. don't let me go ... ✻ riley and the oakley's.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/07/2018
›› Commérages : 18
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : sebastian stan
›› Schizophrénie : arya cohen ✻ adrian dawkins ✻ anya arsenault ✻ bird roth-spiegelman ✻ lola fitzsimmons ✻ alix westmore ✻ mina o'cearnaigh ✻ cassandra hamilton ✻ markus cubbins

Re: DILEY ✻ Things were all good yesterday and then the devil took your memory ✻ ( Hier à 21:43 )

❝ THINGS WERE ALL GOOD YESTERDAY
PERSONNAGE


Devon il aime Riley, en même temps, il fallait être bien stupide pour ne pas s'en apercevoir. Si pendant un moment, on aurait pu penser qu'il avait surtout un panneau lumineux avec inscrit sexe en gros au dessus de sa tête, maintenant on peut être sûrs qu'il l'aime sa blonde.  Même s'il ne lui dit pas souvent et même si en ce moment, ils s'aiment à s'en déchirer, même si en ce moment ils préfèrent se faire la guerre que se faire l'amour il devrait trouver le juste milieu et faire des crêpes, et tout ça c'est de la faute du brun, parce que s'il avait vu le connard qui avait grillé le feu rouge, s'il avait accepté de garder l'enfant, rien de tout cela ne serait arrivé et il s'en veut, même s'il ne le dit à personne. Il ne le dit surtout pas à Ryan qui est bien content de lui en foutre plein la gueule et il ne veut pas le dire à Riley parce que ça risquerait d'empirer les choses. Personne ne sait qu'il voulait de cet enfant, à part le médecin qui avait prit la blonde en charge à son entrée à l'hôpital et l'ambulancier qui était là à leurs côtés. Mais maintenant, il se contente de boire, se battre quand il en a l'occasion et finir minable, parce que c'est ce qu'il pense qu'il est. Un minable. Et il aimerait bien lui expliquer à Riley qu'il a été con, qu'il a eu peur de mal faire, mais il sait qu'elle ne l'écoutera pas, déjà qu'elle ne répond pas à ses messages, qu'est-ce qu'elle écouterait sa complainte ? Ce qu'il n'imaginait pas vraiment, c'était la revoir dans cet état. Elle était venue récupérer ses affaires un jour où il n'était pas là, elle ne lui avait rien laissé comme explications, et elle n'était pas repassé au bar depuis ce jour. Devon se demandait même si elle était toujours en ville. Mais quoiqu'il en soit, il gardait toujours cette alliance à son doigt. Cependant, ça ne l'avait pas empêché de se réveiller encore saoul de la veille avec une rouquine dans son lit, sans comprendre le pourquoi du comment et il n'avait même pas pu appeler sa blonde pour qu'elle la fasse dégager, ça n'aurait fait qu'empirer les choses. Malheureusement. Alors il avait jouer au goujat, lui avait dit qu'il n'y avait pas de petit-déjeuner, que c'était un sale coup et elle était partie en l'insultant de tout les noms ce matin là, et le brun avait encore ce sourire de con sur le visage. Parce que c'était ce qu'il était. Un con. Mais il n'était tout de même pas assez con pour ne pas se préoccuper de l'état de la blonde qui semblait vraiment dans un autre monde, et ça, il ne le tolérait que de moitié. Le groupe avec qui elle était ne semblait pas plus normal qu'elle et il pensait avant tout à sa sécurité avant de penser aux autres.  « Et toi, t'as besoin d'une claque ou de deux dans ta gueule pour arrêter de dire de la merde et me donner ce que je veux ? » Devon lève les yeux au ciel en lui servant son verre d'eau avant de lui répondre « Je te donnerais ce que tu veux quand t'auras désaouler. Et encore. » Oui parce que le temps qu'elle redescende, ils auront sûrement fermé parce que si elle soufflait dans un ballon, ce ne serait pas joli joli et il faudrait du temps pour éponger tout ça. Il n'a pas le temps de réfléchir qu'il sent l'eau qui lui arrive au visage, visage qu'il s'essuie à un main, la mâchoire contractée  « T'es qu'un con Oakley ! » Il lève les yeux au ciel encore une fois et il se contente de lui répondre « Je sais tu me l'as déjà dit et baisse d'un ton Emerson parce que sinon je te fais vider. » Oui c'est lui le patron et il aime bien le lui rappeler quand il le peut. Et elle ne semble pas d'accord, les noms d'oiseaux fusent et l'une des nouvelles barmaid vient prendre la défense de son patron il la remerciera en nature un jour « Non mais je t'ai pas causé la pute alors tu prends ta bouche et tu vas sucer une queue ailleurs, merci. »  Evidemment. Devon tente de calmer la demoiselle qui bosse pour lui mais c'est peine perdue quand il l'entend insulter sa blonde. Et comme il l'avait prévu, elle sort complètement de ses gonds et Devon a tout juste le temps d'esquiver un poing dans la figure avant d'attraper sa femme pour la jeter comme un sac à patate sur ses épaules, sous les yeux médusés des clients accoudés au bar, il se retourne alors vers Anaïs « Anaïs va te soigner le nez. Et rentre chez toi. Et non, tu n'es pas viré. » Oui parce que si c'est pour avoir une plainte au cul pour licenciement abusif, il n'a pas signé pour ça, et il a surtout d'autres chats à fouetter ou des chattes. Mais en attendant, il a une blonde sur l'épaule qui ne semble pas spécialement d'accord avec le fait d'être considérée comme un sac à patates « Devon Oakley si tu ne me reposes pas tout de suite, je te jure que je te défonces ! » Il continue de marcher, se frayant un chemin parmi les gens bourrés et ceux qui dansent « Bien sûr, demain. » Demain, elle ne s'en souviendra plus, c'est le principal. Et il lui préparera des dolipranes même parce qu'il est gentil. Quand elle en a enfin fini de se débattre, il la pose par terre en claquant la porte et il attrape une bouteille d'eau fraîche dans le petit frigo caché sous son bureau. . « Je me sens pas bien, je crois que je vais vomir ... »   Devon n'a pas le temps de lui tendre une poubelle qu'elle vomit par la fenêtre et il soupire en reposant l'objet sur le sol avant de lui servir un verre d'eau.   « Tu vois j'aurais pas eut besoin de tes deux doigts. »  Il ricane un peu le brun avant de dire le plus naturellement du monde « Tu préfères que je me serve de mes doigts pour autre chose. » Et il la regarde se vider encore une fois de la façon la plus glamour qui soit avant de lui tendre le verre puisqu'elle semble réellement en avoir besoin. Et fort heureusement pour lui, l'eau ne finit pas sur son magnifique visage cette fois-ci, ça l'aurait bien embêter parce que sa chemise n'a même pas encore eu le temps de sécher du premier assaut de liquide d'il y a quelques minutes.  « Je veuuuuux mourir ... » Alors oui, mais non, Devon n'est pas vraiment d'accord sur ce point. Elle ne mourra pas parce qu'il ne veut pas. Il se rapproche alors d'elle et s'accroupit pour prendre appui sur ses genoux « Alors non tu ne mourras pas parce que j'en ai pas envie. » C'est aussi simple que ça, il se relève alors avant d'aller se servir un verre de vodka qu'il vide d'une traite pour se donner du courage et il se retourne vers elle « C'est quoi ce jeu auquel tu joues Riley ? Ca t'amuse de te rendre minable ? Tu te rends compte que tu es pathétique ? » Oui, il est décidé à lui faire prendre conscience qu'elle fait de la merde. Même si habituellement c'est lui qui fait de la merde, là, il joue au moralisateur, ce qui est assez étrange en somme « Et puis, c'est quoi ce groupe d'amis qui était aussi bourré voir défoncé que toi ? Génial les fréquentations. Tu veux quoi ? Me faire comprendre que j'ai merdé ? J'ai compris que j'ai merdé. Je suis un con, je sais. Mais si tu penses égoïstement que t'es la seule dans cette situation là, tu te fourres le doigt dans l'oeil. » tout est une question de doigts.  Et il se rapproche d'elle en lui rapportant un nouveau verre d'eau et un cachet « Tu veux qu'on aille à l'appartement pour que tu te reposes ? »



--- and suddenly
i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: DILEY ✻ Things were all good yesterday and then the devil took your memory ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

DILEY ✻ Things were all good yesterday and then the devil took your memory

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération