And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
avatar
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 546
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan

And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren) ✻ ( Dim 5 Aoû - 11:11 )


When you feel like letting go, that's when you hold on to me.
Les joies du décalage horaire font que James se réveille extrêmement tôt, pour un dimanche matin. Il ouvre péniblement les yeux et attrape son téléphone pour vérifier l’heure. Il n’est même pas 7h00 du matin. Ce qui le rend le plus triste, c’est qu’il n’a dormi que quelques heures. James et Lauren sont retombés sur le sol américain en début de soirée. Beau-papa et belle-maman les ont gentiment réceptionnés, en leur rapportant par la même occasion un paquet cadeau : Liam. Après une sortie familiale au restaurant, ils sont rentrés chez eux, espérant profiter d’une bonne nuit de sommeil. James n’a pu s’endormir qu’au milieu de la nuit, aux alentours de 3h00. Maintenant, il a la désagréable impression de subir une méchante gueule de bois. Pour la peine, il décide de trouver un peu de réconfort auprès de sa femme. Il se tourne sur le côté, se rapproche d’elle et glisse un bras autour de sa taille. Naturellement, il se redresse un peu pour déposer quelques baisers dans le cou de Lauren avant de finalement capturer sa bouche. Ce genre de réveil, c’est celui auxquels ils ont eu le droit ces vingt derniers jours. Même s’ils sont désormais de retour à Cap Harbor, James n’est pas totalement prêt à casser leurs habitudes. Lauren étant très réceptive à son baiser matinal, il ne tarde pas à glisser ses mains sous sa nuisette, la faisant progressivement remonter le long de son corps. Dans le même temps, ses lèvres dévorent chaque parcelle de peau qu’elles peuvent atteindre. « Bonjour. » Qu’il souffle avec un sourire, tout en pressant son corps contre celui de la brune. James, il pourrait littéralement vivre d’amour et d’eau fraîche. Il est sur le point de déshabiller Lauren lorsqu’il entend la porte s’ouvrir avec violence. « Papaaaaaa ! Mamaaaaaan ! » Dans la panique, il cache la poitrine de Lauren et se laisse retomber sur le lit. Liam, heureux comme un prince, bondit sur le lit de ses parents. Et James, il est comme la Belgique : il a le seum. « C’est quand qu’on repart en vacances ? » Demande-t-il, une main sur le visage. Un retour brutal à la réalité.

James ne peut pas s’empêcher d’être aigri. D’abord parce qu’il n’a pas beaucoup dormi, ensuite parce que Liam l’a empêché lui et Lauren de faire l’amour, et ensuite parce qu’ils doivent récupérer Elena. En soit, retrouver Elena est une bonne chose. James est assez impatient à l’idée de retrouver sa princesse. Elle lui a manqué, mine de rien. Le souci, ne provient donc pas de la petite, mais plutôt du fait qu’elle soit chez ses parents à lui. Les repas de famille Campbell, ils n’ont plus lieu depuis longtemps. Tout simplement parce que James refuse de voir son père. Il estime qu’ils n’ont plus rien à se dire, et en est arrivé à un stade où il n’est psychologiquement plus capable de faire le moindre effort. Avant de partir au Japon, James voulait que les deux enfants restent avec les parents de Lauren. Mais sa femme, c’est la voix de la sagesse. Elle n’était pas d’accord avec l’idée de laisser deux enfants en bas âge à son père, alors elle a gentiment fait comprendre à son mari qu’il allait devoir se détendre. Les grands-parents se sont arrangés entre eux pour pouvoir profiter des deux enfants comme bon leur semble. Globalement, ils sont partis en leur disant « arrangez-vous, débrouillez-vous ». James aurait vraiment apprécié de pouvoir récupérer Elena en même temps que Liam. Malheureusement, la vie se passe rarement comme il le veut. L’occasion étant parfaite pour organiser un repas de famille, la mère de James a littéralement sauté sur l’occasion. « En plus, j’suis sûr que mon père est aussi en train de sauter de joie à l’heure qu’il est. » Oui, James est bougon. Et oui, il essaye de convaincre sa femme de ne pas participer à ce repas. « On peut juste attendre dans la voiture qu’ils nous ramènent Elena, et on va manger tous les quatre ailleurs. Non ? » Il sait que ça ne passera pas. Mais il teste. « C’est quand qu’on repart en vacances, déjà ? » Cette question, James risque de la poser à peu près dix fois par jour.

Toute la matinée, Liam a insisté pour que ses parents lui montrent les photos de leur voyage. Évidemment, le petit de deux ans se fichait pas mal des paysages. Tout ce qu’il voulait, c’est faire défiler les photos avec son petit doigt. Pendant qu’il découvrait le Japon au travers d’un écran de portable, il a également entrepris de raconter ses propres vacances. James, il a du mal à comprendre son fils. La plupart du temps, il est totalement à côté de la plaque, ce qui agace Liam. « Nooooooooooon. » Qu’il dit, lorsque James comprend l’opposé de ce que son fils essaye réellement de lui dire. Liam reprend ses explications, sans plus de succès. Alors au final, le petit abandonne et part faire la guerre à son coffre à jouets. « Liam, ça sert à rien. On va bientôt aller chez Papi et Mamie. » Est-ce qu’il s’en fout ? Oui, complètement. James répète l’information plusieurs fois, et Liam finit par lui tirer la langue en toute allégresse. Il est choqué, le Campbell. « Ça y est, deux semaines et demi d’absence et il est déjà en pleine crise d’adolescence. » James n’a pas dit son dernier mot. Il attrape le petit garçon, qui commence évidemment à crier. Décidément, cette journée n’est pas aussi belle qu’elle en a l’air. « Tu peux juste me redire quand on repart en vacances ? » Est-ce qu’ils peuvent au moins envisager la possibilité de vendre cet enfant en crise ?
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 201
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Jessica Queen Alba
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ riley emerson-oakley ✻ liv burrows ✻ ophelia rhodes ✻ jay thompson ✻ lissa valentine ✻ mila matthews ✻ liam washington ✻ erin rhodes

Re: And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren) ✻ ( Ven 10 Aoû - 12:57 )



and i know this ship is burning,
but i won't take you down with me.
james campbell & lauren campbell ※jamen

“ Every love story is beautiful, but ours is my favorite … ” ― IDK

Les vingt derniers jours ont été pour Lauren synonyme de paradis. Un havre de paix. Si elle était un poil anxieuse de fouler à nouveau le sol japonais, elle ne remerciera jamais assez son mari pour lui avoir donner un petit coup de pied afin de se rendre en sa compagnie dans le pays du soleil levant. Lauren n'a jamais été aussi heureuse de rompre sa routine habituelle et de profiter comme il se doit de ce pays qu'elle chéri autant. Mais toutes les bonnes choses ont une fin malheureusement. Ainsi, il a fallut que le couple marié rentre à bon port. L'idée de rester pour de bon au Japon était vraiment alléchante, Lauren s'y voyait presque déjà cependant elle était obligée d'admettre que ses enfants lui manquaient énormément même si, elle n'aurait pas dit non à une semaine supplémentaire de vacances en compagnie de James. La maman a hâte de retrouver sa petite princesse et son petit prince, comme elle a hâte de raconter ses vacances autant que d'écouter celles de ses enfants. Lauren a aussi hâte de repartir en vacances avec James et d'abandonner à nouveau ses enfants. Mais la brune a encore l'impression d'être en vacances quand elle sent les lèvres de James dans son cou. Si elle parvient avec du mal à ouvrir ses yeux, elle est heureuse de voir James au dessus d'elle et leurs lèvres ne tardent pas à ne faire qu'une. Elle aime cette façon qu'il a de la réveiller, autant que cette façon d'entreprendre les choses le plus naturellement possible. Elle n'a qu'une hâte c'est de ne faire plus qu'un avec son mari. Ce qu'elle n'avait pas penser c'est que Liam sauvage débarque dans la chambre. Lauren avait oublier qu'avoir des enfants c'est mettre sa vie sexuelle en suspend. Elle attrape le drap et recouvre son corps. « Coucou mon poussin ! » Bien qu'elle soit en train de sourire, elle est littéralement en train de râler à l'intérieur d'elle-même, trouvant tout de même le courage d'embrasser la joue de son fils. « Depuis quand tu sors tout seul de ton lit ? » C'est certainement une nouveauté parce que Lauren ne s'en souvient pas. « C’est quand qu’on repart en vacances ? » Elle comprend sa frustration et pour la peine, elle dépose un baiser sur sa joue. « Bientôt. » « Non. » Maintenant c'est l'enfant qui décide ? « Je crois qu'il va falloir que tu t'entendes avec ton fils pour les prochaines vacances. » Lauren, elle aime bien accentuer le fait qu'il s'agit du fils de James dès lors que Liam n'en fait qu'à sa tête ou qu'il fait une bêtise. A défaut de jouer à ce qui ressemble à une partie de cartes pour adultes avec James, Lauren joue avec Liam le couvrant de baisers et de chatouilles. Son fils lui avait manquer et ses parents semblent lui avoir manquer également. Elle n'avait pas entendu son rire cristallin depuis des jours et des jours, elle a du temps à rattraper. Si Liam répond à l'appel, Elena n'est pas encore là. Cette dernière se trouve être chez les parents de James et même si cette idée ne plait guère à James, Lauren n'a pas voulu priver sa fille de ses grands-parents. Aujourd'hui, ils ont même un repas de prévu chez les Campbell, chose qui ne s'est pas produite depuis un trop long moment au goût de Lauren. « On doit ramener quelque chose chez tes parents ? » Hormis le petit monstre encore présent dans le lit et eux-même. « En plus, j’suis sûr que mon père est aussi en train de sauter de joie à l’heure qu’il est. » C'est fort possible. Mais Lauren c'est une femme positive, alors elle veut être optimiste parce que si elle ne le fait pas, personne ne le fera. « Peut-être que tu auras des surprises. » Qui sait ? Lauren est trop confiante, elle croit trop au père noël. « On peut juste attendre dans la voiture qu’ils nous ramènent Elena, et on va manger tous les quatre ailleurs. Non ? » Sérieusement ? « Non. Mais je suis certaine que ça va bien se passer et que tu en fais toute une montagne pour rien. » Lauren décide d'ailleurs qu'il est l'heure de se lever. « Puis ta mère m'a dit qu'elle ferait spécialement des lasagnes donc désolé mais moi je ne rate pas une occasion pour des lasagnes. » Avant de déposer un pied à terre, elle dépose un baiser sur les lèvres de James. « Arrête d'être bougon même si ça te donne un charme supplémentaire. » Pour la peine, elle pose ses lèvres sur le nez de James avant de quitter enfin le lit, un Liam dans les bras. « C’est quand qu’on repart en vacances, déjà ? » Elle n'a même pas le temps de répondre que Liam prend la parole à sa place. « Non ! » Au moins, il aura sa réponse. Autrement dit ce n'est pas pour tout de suite.

Lauren est presque prête pour le déjeuner, il manque juste qu'elle finisse de se coiffer. Elle noue ses cheveux pour en faire un chignon. Quand elle a enfin finit, elle se demande ou les deux hommes de la maison se trouve et les cris lui donne un indice. « Ça y est, deux semaines et demi d’absence et il est déjà en pleine crise d’adolescence. » En même temps, ils sont partit pendant plus de deux semaines donc Lauren elle peut comprendre un peu que Liam leur en veuille un peu. « Je préfère ça qu'affronter un ado. » Mais ce n'est que son avis après tout. « Tu peux juste me redire quand on repart en vacances ? » Lauren, elle aimerait bien y retourner également sauf qu'elle sait que ce n'est pas aussi simple. « Bientôt, soit juste un peu patient. » La maman fronce cependant les sourcils en entendant toujours Liam brailler. Effectivement, ça, ça ne lui avait pas manquer. « Tu es sûr que tu veux d'autres enfants ? » Parce que si c'est un second Liam, Lauren, elle n'est pas trop sûre d'être partante. « Je suis prête, si tu es prêt aussi on peut y aller ... pour aller chez tes parents. » Même si l'idée d'essayer de faire des bébés n'étaient pas si mauvaise également. Elle avait juste été interrompu ce matin par le colis que Lauren vient de recevoir dans les bras. Quelques minutes plus tard, ils sont déjà à l'extérieur, Lauren installe Liam dans son siège auto avant de prendre place à son tour dans la voiture. Le plus naturellement, elle dépose sa main sur la cuisse de son mari, elle sait, elle sent qu'il n'a pas envie d'aller à ce repas et ça la chagrine un peu au fond. « Râle un bon coup, ça ira mieux après. » Et il aura même le droit de se plaindre pendant trois jours de ce repas, Lauren ne dira rien. « Tu sais t'es pas son fils pour rien, t'es le même quand tu boudes. » Pas certain que James le prenne bien, mais c'était simplement la vérité. « Dans le fond quand on regarde, c'est à moi qu'il devrait en vouloir. » C'était elle qui s'était marier aux deux fils Campbell et qui avait eut un enfant avec chacun et Lauren, elle s'en veut d'être le sujet d'une guerre inter-Campbell depuis trop longtemps.



    you’re the first face that i see and the last thing i think about. you’re the reason that i’m alive, you’re what i can’t live without ( … )  you’re the light inside my eyes, you give me a reason to keep trying, you give me more than i could dream and you bring me to my knees... ★ plumb, don't deserve you.
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
avatar
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 546
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan

Re: And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren) ✻ ( Ven 24 Aoû - 23:49 )


When you feel like letting go, that's when you hold on to me.
James, il crie avant d’avoir mal. Ce retour à la vie normale lui paraît un tantinet brutal. Il n’a pas vraiment besoin d’un repas chez ses parents pour comprendre que les vacances sont terminées. Après avoir passé un peu plus de deux semaines paradisiaques en compagnie de sa femme, dans un pays qu’il a adoré pouvoir découvrir, il ne se sent pas prêt à devoir sortir les armes pour un énième combat contre son père. « J’en sais rien, j’ai pas demandé. » Qu’il répond sur un ton plus sec qu’il ne l’aurait voulu lorsque Lauren lui demande s’ils sont supposés apporter quelque chose. Même s’ils avaient dû contribuer au repas, James aurait tout fait pour qu’ils viennent les mains vides. Il marmonne dans son coin, persuadé que son père fait la même chose de son côté. Il y a eu un moment où leur relation allait mieux. Puis James et Lauren ont commencé à afficher leur couple, et le patriarche de la famille Campbell a simplement décidé de leur tourner le dos. Il a refusé de venir voir Liam à la maternité, et s’il a docilement fait acte de présence à leur mariage, l’aigreur émanait de chaque parcelle de son corps. On comprend que James se serait passé d’une telle attitude. Il a plus d’une fois voulu faire des efforts pour hisser le drapeau blanc. Mais quand les efforts ne viennent que d’un côté, c’est quasiment voué à l’échec. Alors James a abandonné, et il en est à un stade où il fait tout pour éviter ses parents. Malheureusement pour lui, il ne peut pas les ignorer éternellement. Il propose de réceptionner Elena depuis la voiture, puis de partir aussitôt. Évidemment, Lauren refuse. « Si c’est que ça, j’apprends à en faire quand tu veux des lasagnes. » Après tout, s’il a réussi à faire une tarte, James peut tout faire. Malgré ses quelques tentatives, impossible pour James d’esquiver ce repas. Et en plus, Liam ne veut plus qu’ils partent en vacances ! C’est le pompon.

En cette journée si difficile, James aurait grandement apprécié la sagesse de son fils. Le problème, c’est que Liam veut se faire entendre. Il suppose que sa crise est un moyen finement réfléchi pour se venger de ses parents, qui ont osé prendre des vacances sans lui. James ne demande donc qu’une seule chose : repartir en vacances. Si possible maintenant. Avant qu’ils ne décident d’avoir plus d’enfants, sur un coup de folie. Si tant est qu’il se décide à en fabriquer d’autres. Pas sûr que James soit prêt. « J’avoue que là, j’suis dans le doute. Imagine on se retrouve avec des jumeaux ? » Quatre enfants à la maison. La compagnie créole de l’horreur. Rien que d’imaginer tous ces enfants, ça l’angoisse. Leur maison ne serait plus que pleurs et douleur. Et James, il pourra dire adieu à sa vie sexuelle. Mieux vaut qu’il cesse de visualiser cette famille de quatre enfants. Un peu plus, et il tomberait dans les pommes. Il lui en faut peu, à cet homme. « Honnêtement, je suis prêt pour rien. Ni les enfants, ni les parents. » Il se retient de demander s’il ne pourrait pas retourner dormir. D’ailleurs, James rejette son enfant, qui hurle littéralement à la mort. Aujourd’hui, la patience du brun risque d’être mise à rude épreuve. Lorsque tout le monde est bien installé dans la voiture, il démarre, et prend à contrecœur la direction du quartier où réside les Campbell. Il râle à la manière d’un enfant de cinq ans, mais dans le fond, ce repas l’effraie. C’est le chaos, dans son esprit, et il redoute sincèrement le comportement du vieux de la famille. Il déteste quand on lui fait remarquer ses ressemblances avec son père alors forcément, la remarque de Lauren l’agace un peu. « Dis pas ça. J’boude pas. » Pour le coup, lui, il est aussi crédible que Liam lorsqu’il dit qu’il n’a fait aucune bêtise. « Il devrait en vouloir à personne. Il est juste con. » James jette un oeil dans le rétroviseur et lance un regard sévère à son fils. « Non, tu répètes pas ça ! » À force d’entendre Liam jouer les perroquets, James anticipe.

Sans réellement s’en rendre compte, il serre la main de Lauren aussi fort qu’il le peut. Ça lui donne un peu de courage. Il sait qu’il ne sera pas tout seul face à son père et mine de rien, ça l’aide. « Si jamais ça se passe mal, promets-moi que tu me forceras pas à rester. » Il profite du feu rouge pour tourner le visage vers sa femme. Quand son père est d’humeur à massacrer des chatons, James ne peut pas le supporter. Il ignore totalement comment la journée va se dérouler. Pourtant, il s’attend à une énième crise. Généralement, quand le conflit éclate, aucun des deux hommes ne mesure ses propos. Dans ces cas-là, il vaut mieux les séparer. James redémarre, tourne à l’angle, et les voilà devant la demeure des Campbell. Il se gare devant, éteignant le moteur non sans pousser un soupir. « J’peux avoir un bisou ? » Qu’il demande en se penchant vers Lauren. Il dépose un long baiser sur ses lèvres, puis descend du véhicule. Lauren a à peine mis un pied à terre qu’une petite tête rousse fonce vers elle. Ça aussi, ça l’aide. Ce genre d’image positive qu’il chérit plus que tout au monde. James s’occupe de relâcher Liam de son siège auto, lui tenant malgré tout la main pour ne pas qu’il s’échappe. Bientôt, la mère de James apparaît dans l’encadrement de la porte. Il se dirige vers elle et l’embrasse brièvement avant de demander à Liam d’en faire autant. Contre toute attente, il offre un énorme câlin à sa grand-mère. « Ah. Bah il a fini sa crise d’adolescence, c’est bien. » Pendant que Liam est occupé à donner de l’amour, il se tourne et appelle Elena, pour le moment toujours occupée à étrangler sa mère. « J’ai pas le droit à un câlin, moi ? Je pue ? » La fillette relâche Lauren, accordant ainsi un peu d’attention à James. « Oui, tonton. » Et juste comme ça, elle lui passe à côté pour retourner à l’intérieur de la maison.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 201
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Jessica Queen Alba
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ riley emerson-oakley ✻ liv burrows ✻ ophelia rhodes ✻ jay thompson ✻ lissa valentine ✻ mila matthews ✻ liam washington ✻ erin rhodes

Re: And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren) ✻ ( Mar 28 Aoû - 16:49 )



and i know this ship is burning,
but i won't take you down with me.
james campbell & lauren campbell ※jamen

“ Every love story is beautiful, but ours is my favorite … ” ― IDK

Lauren aurait aimé profiter encore quelques semaines des paysages et de la vie japonaise. Elle aurait pu, si elle n'était pas maman et qu'elle n'avait pas d'obligations. Mais, Lauren avait l'impression que ces vingt jours avec James loin de Cap Harbor avaient été bénéfique pour elle, comme pour lui. Si Lauren était d'un côté ravie de rentrer dans sa ville natale pour retrouver ses enfants, James ne semblait pas aussi enthousiaste qu'elle mais pas à propos du même sujet. Ce repas chez les Campbell semblait le rendre anxieux et James est comme un enfant, il cherche toujours des dizaines d'excuses pour ne pas faire quelque chose. Sauf que désolé mais cette fois-ci Lauren est ferme, ils participeront à ce repas. Et elle tentera de garder son optimisme légendaire tout le long de cette journée. « J’en sais rien, j’ai pas demandé. » Que disait-elle avant ? C'est un enfant et quand il est contrarié, il ne donne pas de sa personne. Liam n'est pas le fils de James pour rien. « Si c’est que ça, j’apprends à en faire quand tu veux des lasagnes. » Lauren ouvre grand les yeux face à cette révélation. Elle est surprise, littéralement. « Je vais faire comme si je n'avais rien entendu. » Parce qu'elle est certaine que James va se vexé, si elle critique sa cuisine. « Mais avant que tu n'arrives à me faire des lasagnes digne de ce nom, on va aller manger celles de ta mère, ça te servira de base d'entrainement. » Pour faire mieux passer la pilule, Lauren embrasse le nez de son mari. Si Lauren est ravie d'être en compagnie des deux hommes de sa vie, elle doit avouer que l'autre présence féminine de la maison, manque énormément. Elena lui manque et Lauren n'est pas encore prête à se remettre en selle pour avoir d'autres enfants. Surtout que Liam décide de piquer sa crise aujourd'hui. « J’avoue que là, j’suis dans le doute. Imagine on se retrouve avec des jumeaux ? » Pardon ? Lauren secoue la tête. « Pourquoi pas des triplés temps que tu y es ? » Trois enfants supplémentaires ? Lauren n'est pas prête et elle ne le sera jamais. « Il y a des jumeaux de ton côté ? » Il parait que ça saute des générations ce genre de chose ... Et Lauren aimerait le savoir avant de se remettre au boulot avec James. « Le sexe protégé c'est bien aussi. » Heureusement que Lauren prend la pilule sinon, ils allaient découvrir qu'un nouveau Liam va bientôt faire l'apparition. « Je sais que t'es doué chéri mais de là, à m'en faire deux en même temps, j'ai des doutes. » La brune affiche un large sourire, autant essayer de lui faire avoir le sourire aussi et de détendre l'atmosphère. Qu'il ne soit pas d'accord, il était l'heure de se rendre chez ses parents. Une fois la petite famille en voiture, Lauren compare James à son père. Bien qu'il ne veut pas l'admettre, il y a des similitudes entre les deux hommes. « Dis pas ça. J’boude pas. » Mouai. Lauren, elle n'y croit pas trop. Maus au final cette situation entre James et son père, ça lui fait un peu mal au coeur. Elle se sent responsable ... Si elle n'avait pas été avec Chris et si par la suite, elle n'était pas tombée amoureuse de James, tout ça serait bien plus simple. « Il devrait en vouloir à personne. Il est juste con. » Ce n'est pas le mot qu'elle aurait employer en présence d'un enfant, mais il n'a pas tort. Même si elle-même n'oserait jamais traiter son beau-père de con. « J'espère juste qu'un jour, ça ira mieux. » Lauren, elle place trop d'espoir en Papa Campbell. Mais c'est son souhait qu'un jour, James et lui, aient une belle complicité. Plus les minutes passent, plus ils se rapprochent de la demeure des Campbell. « Si jamais ça se passe mal, promets-moi que tu me forceras pas à rester. » Elle n'aime pas le voir dans cet état, ça lui fend un peu le cœur de le forcer à supporter ce repas, mais Lauren est persuadée que c'est pour la bonne cause. « Je te le promets. » Elle tente d'être la plus convaincante possible et sa main caresse avec douceur le dos de la main de son mari. Quand enfin ils sont arrivé, Lauren ne se fait pas prier pour embrasser James bien que ça soit sa requête. Si ça peut lui donner du courage, elle est doublement heureuse. Et Lauren est même triplement heureuse quand elle voit une petite Elena sauvage lui sauter directement dans les bras. « Ma princesse. » Lauren la couvre de baisers et elle à le droit à pleins de câlins mais aussi à un début de monologue sur les vacances de princesse Elena, Lauren est toute ouïe. Elena ne la relâche que quand elle entend la voix de James. Lauren est d'ailleurs surprise de ne pas la voir foncer dans les bras de James. Elle lui en veut d'être partit en vacances sans elle ? Sauf que quand elle entend ces deux mots sortir de la bouche de sa fille, Lauren est littéralement surprise. Elle tombe des nues. Pardon ? Elle échange un regard avec la mère de James, puis James. Elle n'était pas prête à ça. « Elena, revient ici de suite et embrasse ton père. » Ce n'est pas une enfant de sept ans qui va faire sa loi. « Non, c'est pas mon papa. » Lauren va finir par étrangler sa fille d'avoir un comportement de la sorte. Si dans un sens Elena n'a pas tort, ce n'est pas pour autant que Lauren cautionne ce discours. Lauren n'attend pas une seconde supplémentaire pour pénétrer dans la demeure des Campbell à la recherche de sa fille, sagement assise à côté de son grand-père. Forcément. « Va ranger tes affaires, on s'en va. » « Mais pourquoi maman ? » Parce qu'en plus, elle se justifier ? « Elena je ne le répéterais pas. Je compte jusqu'à trois ... » La petite tête rousse quitte le canapé et part à l'étage. Si son beau-père tente de prendre la parole, Lauren le coupe dans son élan. « De quel droit vous dites à ma fille que James n'est pas son père ? Ce n'est pas votre rôle. James n'est peut-être pas son père biologique mais c'est l'homme qui l'élève, qui prend soin d'elle, qui l'écoute et chez moi ça s'apparente à un père. » Il n'avait pas le droit d'annoncer ça à Elena, quelle que soit la façon qu'il l'a fait. C'était à elle de le faire, quand elle aurait été en âge de comprendre. « Chris n'a jamais été présent durant ma grossesse, ni même après la naissance d'Elena. James, lui était là. Alors je sais que Chris aura toujours une place inconsidérable dans votre vie, dans la mienne aussi, mais ce n'est pas pour autant que vous devez continuellement rejeter vos autres enfants. » Lauren n'avait jamais été aussi bien, balancer ces quatre vérités à son beau-père, ça lui faisait un bien fou. « Un jour, ils ne seront plus là et ça sera trop tard. » Il sera tout seul. Sur ces quelques mots, Lauren fit marche arrière pour rejoindre James. « Ne rajoute rien. » dit-elle en le levant le doigt pour le dissuader d'ouvrir la bouche. « Je suis désolé Rebecca, on remettra ça plus tard. » Lauren trouve même le temps de s'excuser auprès de sa belle-mère. Elle ne pourra pas manger de lasagnes, c'est triste. Lauren réceptionne Elena au pied des escaliers, avant de franchir la porte et quitter la demeure des Campbell. Une fois dans la voiture, les enfants attachés, Lauren pousse un long soupire. Elle a envie que cette journée prenne fin, rapidement. « Papa c'est mon papa alors ? » Elle jette un regard remplit de désespoir à James, ne sachant pas vraiment comment lancer le sujet. Maintenant il était trop tard pour faire machine arrière.



    you’re the first face that i see and the last thing i think about. you’re the reason that i’m alive, you’re what i can’t live without ( … )  you’re the light inside my eyes, you give me a reason to keep trying, you give me more than i could dream and you bring me to my knees... ★ plumb, don't deserve you.
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
avatar
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 546
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan

Re: And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren) ✻ ( Sam 8 Sep - 23:32 )


When you feel like letting go, that's when you hold on to me.
La question des jumeaux se pose et James panique. Il hausse les épaules, incapable de dire si des membres de sa famille ont un jour donné naissance à des jumeaux. Il n’espère pas. Malgré sa folle envie d’avoir une famille nombreuse, il n’est pas prêt à ce que Dame Nature lui offre deux bébés d’un coup. Certes, accueillir des jumeaux, c’est garantir une double dose de bonheur et d’amour. Mais c’est aussi une double dose de pleurs, de couches sales et d’éducation. Et deux fois moins de sexe. Qu’on se le dise : James ne vit pas uniquement pour le sexe. Il s’agit néanmoins d’un aspect important de son couple, et il ne veut surtout pas le négliger. Les moments privilégiés avec Lauren, il y tient. Il y tient vraiment. Pour le moment, le couple n’a que deux enfants en bas âge à gérer, et ces deux petits monstres les privent de beaucoup d’intimité. Alors avec deux enfants en plus, il n’ose pas imaginer à quoi leur vie sexuelle ressemblerait. « Oui, le sexe protégé c’est très bien, même. » James ne pouvait pas trouver de meilleure conclusion que celle-ci. « Ne doute pas trop de mes capacités, quand même. Tu pourrais être étonnée. » Il dit ça en lui adressant un clin d’œil amusé. Bon, après avoir eu cette brève discussion, il espère tout de même que son pénis l’empêchera d’expulser trop de spermatozoïdes la prochaine fois qu’ils décideront d’avoir un autre enfant. Bien qu’il ne puisse malheureusement pas réguler ce genre de chose, il peut toujours prier. En attendant de faire l’amour, le couple doit survivre à cette affreuse journée. Est-ce que James a hâte de retrouver Elena ? Oui. Est-ce qu’il a hâte de voir ses parents ? Absolument pas. S’il n’a rien contre sa mère, il n’est pas spécialement ravi à l’idée d’être assis à la même table que son père. Tandis qu’ils sont encore dans la voiture, James en vient à faire promettre à sa femme de ne pas le forcer à rester dans le cas où un nouveau conflit éclaterait.

Le conflit en question éclate bien plus vite qu’il ne l’aurait pensé. Étonnamment, James n’est pas celui qui hausse le ton. À partir du moment où Elena prononce le mot « tonton », tout se passe très vite. Lauren fait preuve de réactivité, alors que James tente de comprendre ce qu’il se passe. Sa nièce ne l’a jamais appelé ainsi. Depuis toujours, elle l’appelle « papa ». Cette appellation est venue naturellement, sans que personne ne la force à l’employer. James n’ira pas dire que ça lui a toujours semblé normal. Au départ, il n’aimait pas qu’elle l’appelle ainsi. Par respect pour Chris, il aurait préféré qu’elle choisisse le surnom « tonton ». Puis Lauren lui a fait comprendre qu’Elena était en droit de le prendre pour son père, étant donné son soutien infaillible. Depuis qu’elle est né, James est présent. Il était là le jour de l’accouchement, il était là lorsqu’elle a fait ses premiers pas, et lorsqu’elle a dit ses premiers mots. Il a pris soin de sa mère, et il les a aimées toutes les deux. Dans les faits, James est quasiment le père d’Elena. Au cours du temps, il a accepté ce rôle. Et il l’adore, ce rôle. Il aime être celui qu’elle appelle « papa », celui qui essaye jour après jour de la protéger. Il savait qu’un jour, une discussion allait s’imposer. Il s’attendait même à ce que cette situation, celle qu’il est en train de vivre, se produise. Chris n’a pas complètement disparu et il reste le véritable père d’Elena. James n’avait cependant pas prévu de gérer cette histoire familiale aujourd’hui. Sans le vouloir, la rouquine se montre brutale. Elle vient de blesser James de façon indescriptible. Le Campbell reste à proximité de la porte d’entrée, avec son fils, et il ne sait pas quoi faire. Le visage choqué de sa mère n’est rien comparé au sien. Il entend Lauren s’énerver, et il pense qu’il ne l’avait jamais vue dans un état pareil auparavant. Les morceaux du puzzle s’assemblent et il finit par comprendre que tout ça, c’est à cause de son propre père. Évidemment. Ça ne devrait pas l’étonner, au final. Une fois son sac vidé, Lauren revient vers son mari en lui ordonnant de ne rien dire. Il se contente de secouer la tête, parce qu’il n’avait de toute façon pas l’intention d’ajouter quoi que ce soit. Aussi calmement que possible, James prend son fils dans les bras et retourne vers la voiture.

C’est bizarre, ce qu’il ressent. Ce n’est pas de la colère, ni de la tristesse. James est totalement sonné, comme s’il venait de voir quelque chose d’invraisemblable. Il a aussi l’impression de ne plus être à sa place, et en vient à appréhender chacune des secondes qui vont suivre. Les deux mains sur le volant le regard rivé sur le pare-brise, il sent celui de sa femme se poser sur lui lorsqu’Elena demande qui est son père. Une question légitime, à laquelle aucun des deux parents ne s’était préparé. James prend quelques secondes pour lui, le temps de retrouver ses esprits. Tout en démarrant la voiture, il attrape la main de Lauren pour la serrer très fort dans la sienne. Ce geste lui redonne contenance, et ça lui évite de devenir complètement fou. « Papa c’est mon papa ? » Répète Elena avec insistance en voyant qu’aucune réponse ne lui est donnée pour le moment. James sait que c’est à lui de répondre. Il voulait juste s’éloigner de la maison de ses parents. Lorsqu’il se sent en mesure de répondre à Elena, il se gare sur le bord de la route et met le frein à main. James se tourne vers la petite fille, réfléchissant à chacun des mots qu’il va prononcer. « Tu te souviens comment on fait les bébés ? » Demande-t-il en guise d’introduction. « Oui. Il faut dessiner des cœurs avec un prince et il faut l’aimer très fort ! » James hoche la tête, fier de constater qu’elle retient ce qu’il lui raconte. « Pour t’avoir, maman n’a pas dessiné des cœurs avec moi. Elle a dessiné des cœurs avec un autre prince, qui est l’autre garçon de papi. » Elena fronce les sourcils et prend le temps de saisir l’information. La rouquine lui fait comprendre d’un signe de tête qu’il peut poursuivre ses explications. « Papi avait raison quand il t’a dit que j’étais ton tonton. Ce n’est pas moi ton vrai papa, parce que ce n’est pas moi qui ai dessiné des cœurs avec maman. Ton vrai papa, il est parti quand tu étais aussi petite que Liam, et c’est pour ça que tu ne te souviens pas de lui. » Expliquer cette situation à une petite fille, ce n’est pas simple. Pourtant, James a l’impression d’y arriver. Doucement, mais sûrement. « Tu dois juste savoir qu’un papa, c’est pas forcément celui qui dessine des cœurs avec une maman. C’est peut-être encore compliqué pour toi, mais plus tard, tu verras qu’un papa c’est aussi celui qui t’apprends à faire attention aux gueux, qui sèche tes larmes quand ça ne va pas, et qui t’apprends à dire pardon quand tu fais des bêtises. Je sais que t’as toujours voulu être une grande fille. Alors je vais te donner l’occasion d’en être une en prenant une décision importante. » Il marque une petite pause, hésitant sur la suite. Ce qu’il s’apprête à dire, ça lui fait autant mal que ça lui fait peur. Pourtant, il sait qu’il doit laisser Elena décider de qui il doit être à ses yeux. « C’est à toi de décider si tu veux m’appeler tonton ou papa. C’est à toi de choisir ce que tu préfères. Peu importe ce que tu choisis, tu sais que je serais toujours là pour toi, d’accord ? Et c’est important que tu décides en fonction de ce que tu veux. Personne n’a le droit de choisir pour toi. Ni moi, ni maman, ni papi. »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 201
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Jessica Queen Alba
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ riley emerson-oakley ✻ liv burrows ✻ ophelia rhodes ✻ jay thompson ✻ lissa valentine ✻ mila matthews ✻ liam washington ✻ erin rhodes

Re: And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren) ✻ ( Dim 7 Oct - 19:33 )



and i know this ship is burning,
but i won't take you down with me.
james campbell & lauren campbell ※jamen

“ Every love story is beautiful, but ours is my favorite … ” ― IDK

Lauren était sur un petit nuage, du moins c'était son état d'esprit des derniers jours. Les vacances en amoureux loin de sa ville natale, lui avait fait énormément de bien que ça soit autant moralement que pour son couple. La brune avait eut besoin de passer du temps en tête à tête avec son mari sans avoir deux petits monstres qui accourent toutes les trente secondes pour un oui ou pour non. Malheureusement le retour à la réalité était un poil brutal. Ils auraient voulu continuer à vivre sur le petit nuage de bonheur. Seulement ce n'était point possible et Liam n'a pas hésité une seule seconde à leur rappeler à quoi ressembler le quotidien. Mais malgré ça, Lauren est heureuse. Elle aime sa vie de maman, autant que sa vie d'épouse. Si bien qu'ils parlent même d'autres enfants avec James. Pire, des jumeaux. Lauren n'est pas prête à ce genre de situation mais si cela devait lui tomber dessus, elle n'aurait pas d'autre choix que d'accepter. Il y aurait encore plus de vie au sein de cette maison, il faudrait peut-être pousser les murs. Jusqu'à preuve du contraire pour l'instant, Lauren n'est pas enceinte et ce n'est pas encore à l'ordre du jour également. Si petit Liam a profiter pleinement de ses parents, Lauren veut également retrouver sa fille. La mère est incapable de choisir entre ses deux enfants à savoir lequel elle aime plus que l'autre puisque c'est tout bonnement impossible à ses yeux. Le fait est que Elena c'est son bébé de sept ans et que son petit visage et ses histoires lui manquent. Petit problème ? Retrouver Elena implique un repas avec la famille de James, repas auquel James n'a aucune envie d'y aller. Lauren le comprend mais le pousse quand même à faire l'effort pour eux et pour la mère de James qui y tenait tellement. Sauf qu'une fois sur place, Lauren vient à regretter son idée et pense sérieusement qu'elle aurait du écouter son mari. Il avait raison, c'était une mauvaise idée. Très mauvaise. Lauren est connue pour être une force tranquille, d'un calme sans faille et pourtant aujourd'hui, elle perd son sang-froid en entendant sa fille nommer James autrement que " papa ". Au final la petite fille n'a pas tort, elle a même doublement raison, James n'est que son oncle. Seulement Lauren, elle aurait avoir cette conversation avec Elena plus tard quand elle serait un peu plus grande pour comprendre ... Elle n'a fait que repousser l'inévitable trop longtemps. Elle le sait. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle accepte que ça soit son beau-père qui a fait la démarche à sa place. Ça la fait sortir de ses gonds. Elle lui balance ses quatre vérités en pleine face en moins de cinq minutes, puis tourne des talons, prend la main de sa fille et quitte la demeure des Campbell aux côtés de James et Liam. Une fois dans la voiture, Lauren est prise de panique quand Elena demande à ses parents si James est véritablement son père. Elle est perdue littéralement. Elle aimerait ouvrir la bouche et sortit tant de paroles pour expliquer à Elena la situation, sauf qu'elle n'arrive plus à penser comme elle le voudrait. Chance pour elle, James semble gérer mieux la situation qu'elle. Comme Elena, elle mange les paroles de James. Elle l'écoute avec la plus grandes des attentions et au fil du récit, ses yeux s'embuent de larmes. C'est beau, c'est si joliment tourné qu'elle aurait été incapable de faire mieux. Elle est fière de lui et il la rend encore plus amoureuse qu'elle l'est. Son cœur ne cesse de battre la chamade et sa main serre plus fort celle de James. « Et qu'importe ton choix ma chérie, tu sais que je t'aimerais toujours autant et que pa ... James aussi. » Lauren sait très bien pourtant que si Elena décidait désormais d'appeler James, tonton, il allait en prendre un coup au moral. C'était inévitable, mais elle serait là pour lui. « J'ai le droit de réfléchir ? » Lauren lui lance un sourire avant de caresser la jambe de sa fille. « Autant de temps que tu voudras ma chérie. » Enfin tant qu'elle ne réfléchit pas pendant des années. Lauren se remet droite dans son siège, tournant quand même son regard vers James. « Ça va ? » demande-t-elle a demi-mot, consciente qu'il est plus que perturbé par cette affaire. « Faim ! » Cela n'étonne pas vraiment Lauren que l'estomac de son fils se réveille à cet instant. Elle est toujours autant déçue d'être passer à côté des lasagnes de sa belle-mère. « On pourrait aller manger quelque part ? » Elle ne sait pas où, mais ça semble une bonne idée selon Lauren d'autant plus qu'ils n'ont pas vraiment eut le temps de faire les courses depuis leur retour. Quand ils arrivent à se mettre d'accord sur l'endroit, la voiture redémarre les conduisant jusqu'au restaurant en question. Quelques minutes plus tard, ils sont enfin à table et chacun est plongé sur la carte afin de choisir ce dont ils ont envie. « Moi je vais prendre des ... » lasagne, mais Elena ne lui laisse pas le temps de répondre. « J'ai réfléchis assez longtemps. » Oh bah d'accord, Lauren est toute ouïe. « Je suis une grande fille alors j'ai décidé que j'aurais deux papas. » Elena, elle est comme ça. « Papa ça reste mon papa. » La petite fille, elle se lève même de sa place pour faire un câlin au sergent de police et lui faire un bisous sur la joue. « Je veux pas que papa soit triste à cause de moi. » Lauren elle fond d'amour. « Je peux aller jouer maintenant ? » Lauren accepte seulement à condition que sa fille embrasse sa joue. Quant à Lauren, elle dépose généreusement ses lèvres contre celle de James. « Je suis désolé de m'être un peu emporté envers ton père, enfin ça me dérange surtout vis-à-vis de ta mère ... Mais je suis surtout désolé de t'avoir forcé à aller à ce repas sachant très bien qu'un jour au l'autre, cela allait arriver. » Cela n'avait été qu'un compte à rebours avant que la bombe n'explose. « Je sais que ça ne sera pas toujours facile, mais je suis là, on est là ensemble et je t'aime encore plus qu'hier et moins que demain. » Lauren est tellement perdue dans les yeux de James qu'elle oublie totalement son autre enfant qui commence à râler à côté. « C'est quand qu'on repart en vacances déjà ?



    you’re the first face that i see and the last thing i think about. you’re the reason that i’m alive, you’re what i can’t live without ( … )  you’re the light inside my eyes, you give me a reason to keep trying, you give me more than i could dream and you bring me to my knees... ★ plumb, don't deserve you.
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
avatar
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 546
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan

Re: And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren) ✻ ( Dim 14 Oct - 19:02 )


When you feel like letting go, that's when you hold on to me.
La situation familiale des Campbell, elle est difficile à comprendre. Surtout pour une enfant de sept ans, qui croit depuis qu’elle est née que son oncle est son véritable père. James et Lauren n’ont jamais caché l’existence de Chris aux yeux de la petite fille, mais c’est vrai qu’ils n’ont pas pris le temps de lui en parler non plus. Parce que c’est à la fois compliqué et douloureux. Comment étaient-ils censés lui expliquer ? Comment lui dire que son véritable père est décédé lorsqu’elle était bébé ? Ils savaient qu’un jour ou l’autre, le sujet allait devoir être évoqué. Elena grandit de jour en jour, et elle se pose de plus en plus de questions. C’est normal, cette petite a toujours été curieuse. En voyant les quelques photos de Chris qui trônent sur les meubles, en demandant des anecdotes sur sa naissance, ils savaient qu’ils allaient devoir lui parler de son véritable père. Ce n’est pas pour autant qu’ils avaient prévu de le faire aujourd’hui, alors qu’ils devaient simplement déjeuner en famille. Ils n’avaient pas non plus prévu que la vérité sorte de la bouche du grand-père Campbell, encore et toujours en deuil. James aurait pourtant dû le sentir. Il aurait dû savoir que son père allait tout faire pour briser les liens solides qui existent entre Elena et lui. Il n’a pas hésité une seule seconde, il n’a pensé qu’à sa propre petite revanche, sans se soucier des conséquences et du mal dont il allait être à l’origine. Jour après jour, James se dit qu’il devrait apprendre à être plus indulgent envers son père. Il essaye sincèrement de mettre sa rancœur de côté, car il a peur de le perdre sans avoir eu l’occasion d’améliorer les choses. Il n’a pas envie que son père meure en pensant lui aussi que James le déteste. Après ce qu’il vient de se passer, pourtant, il n’a plus envie de faire le moindre effort. Plus que jamais, il ne pense qu’à tourner le dos à toute la famille Campbell.

La vérité a explosé au visage d’Elena, qui se pose désormais une question légitime : qui est son véritable père ? James, il n’est pas doué avec les mots. Il est maladroit, souvent incapable d’exprimer correctement ce qu’il veut dire. La petite le met dans une situation inconfortable, et le temps d’un instant, il se demande s’il est le mieux placé pour répondre à la question. Après quelques secondes de réflexion, il tente d’expliquer à Elena toute la complexité de leur famille. Et à la fin, il lui donne le choix de choisir qui il doit être pour elle. Un oncle ou un père, c’est à elle de décider. Durant sept ans, Lauren et James ont fait ce choix pour elle. Maintenant que la petite sait à peu près tout de leur histoire, elle est en mesure de prendre cette décision. James redoute la réaction de Lauren. Il aurait aimé en parler avec elle, avant de mettre Elena devant le fait accompli. Mais elle l’encourage, et ça le rassure. La petite fille demande un petit moment de réflexion, et évidemment, ils ne peuvent pas lui refuser ça. James, ça l’angoisse un peu plus. Au plus profond de lui-même, il aurait aimé que la réponse d’Elena soit évidente et spontanée. C’est égoïste de sa part d’espérer une telle chose, il le sait. Malheureusement, il ressent un petit pincement au cœur, et ça lui demande un effort presque surhumain de sourire. Inquiète, sa femme lui demande si ça va. Il ne tourne même pas le regard vers elle, un peu blessé. Il se contente de regarder droit devant lui, prêt à redémarrer la voiture. « T’en fais pas. » Souffle-t-il, juste avant que Liam ne manifeste sa faim. « Oui, parce que j’ai faim moi aussi ! » Il essaye de sourire et de masquer sa tristesse, même si sa voix reste légèrement tremblante. Ils se mettent d’accord sur le restaurant où ils souhaitent manger et la voiture repart. Pendant le trajet, James allume simplement la radio pour éviter le silence, ce qui était une excellente idée : toute la famille est bien vite amusée par Liam et sa douce voix de crécelle.

James reste anormalement silencieux. On sent que cette histoire lui a foutu un sacré coup au moral, et si d’ordinaire il parvient à cacher ses émotions avec brio, ce n’est pas le cas aujourd’hui. À partir du moment où il s’agit de sa famille, James n’arrive pas à jouer les insensibles. Ça le touche beaucoup trop pour qu’il puisse faire comme si de rien n’était. Par chance, Elena le libère d’un poids avant même qu’ils n’aient le temps de choisir leur plat. Elle décide d’avoir deux papas, dans le plus grand des calmes. James n’avait pas envisagé cette possibilité, et ça le rend infiniment heureux. Il est fier, aussi. Fier de toujours être un père aux yeux d’Elena. Au moment où la petite fille se lève pour lui faire un câlin en plus d’un bisou, il sent ses yeux s’embuer. « Je t’aime. » Qu’il dit avant de déposer un énorme baiser sur le haut de son crâne. « Je t’aime très fort. » Il a besoin de lui dire. Il a besoin qu’elle le comprenne, aussi. Même si Elena n’est pas sa fille biologique, il la considère comme telle. Personne ne pourrait jamais changer ça. « Je t’aime aussi papa. » Et la seconde d’après, elle s’enfuit vers de nouveaux horizons. James se sent beaucoup plus léger, d’un coup. Il gagne un second bisou, cette fois de la part de sa femme, et le sergent ne peut pas s’empêcher de sourire contre les lèvres de la brune. « Tu sais bien que c’est pas à toi de t’excuser… Honnêtement, je pensais pas que mon père irait jusque-là. Je pensais juste que ça allait être tendu, qu’il allait me faire ses remarques habituelles. Mais il a été trop loin. » Il attrape sa main pour la serrer très fort dans la sienne. « Je t’aime et je te remercierais jamais assez d’être là. » Sans elle, c’est tout un monde qui s’écroule. À ses yeux, Lauren vaut tout l’or du monde. Il lui doit beaucoup, et bien qu’il en ait conscience, il ne sait jamais comment lui montrer à quel point il peut lui être reconnaissant. Ça reste un handicapé sentimental, dans le fond. Dire qu’il l’aime, c’est facile. Exprimer tout ce qu’elle représente pour lui, c’est plus compliqué. Il rigole franchement lorsque Liam commence à râler, secouant la tête. « Si ça ne tenait qu’à moi, on repartirait dès demain. » Sauf qu’il faudrait encore confier les enfants aux grands-parents et étrangement, ça ne l’emballe pas des masses. Ils sont interrompus par la serveuse qui vient prendre leur commande : deux menus enfants, des lasagnes, et un BBQ burger. Liam gagne même un petit paquet de crayons afin qu’il puisse faire du coloriage. Parfait ! James et Lauren l’observent un instant, avant qu’il ne se décide à parler. « Je sais que tu veux pas m’entendre dire ce genre de choses, mais je veux vraiment plus les voir. Les repas de famille, c’est terminé. Rachel va sans doute m’en vouloir et peut-être que toi aussi. Pourtant ça m’est égal. J’ai assez donné et après ce qu’il s’est passé aujourd’hui, j’ai plus envie de faire le moindre effort. » Pourquoi ça devrait toujours venir de lui, après tout ? « Je suis fatigué de me battre avec mon père à cause de Chris. C’est comme ça depuis que je suis né et j’trouve que j’ai été assez patient jusque-là. Même ma mère, elle a jamais été capable de prendre ma défense une seule fois. Il suffit de voir ce qu’il s’est passé avec Elena… Elle a même pas cherché à faire taire mon père. » Il n’en peut plus d’être blessé toutes les semaines. Il n’en peut plus d’être toujours dans l’ombre de Chris. Ce qu’il ressent à chaque fois est insupportable.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

And I know this ship is burning, but I won't take you down with me. (Lauren)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération