Oops I did it again. feat. Samuel

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/07/2018
›› Commérages : 36
›› Pseudo : Panda-Sama
›› Célébrité : Chloe Noorgard
›› Schizophrénie : /

Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( Jeu 16 Aoû 2018 - 16:54 )

Oops I did it again.L’avantage de s’être fait mettre à la porte, c’est qu’il n’y avait plus personne pour râler lorsque je sortais le soir sans prévenir et que je passais la nuit dehors. Certes, je vivais officiellement en colocation avec Mae maintenant, cependant, elle était jeune aussi et elle s’en fichait que je sorte, tant que je ne faisais pas trop de bêtises. Quoique, c’était peut-être beaucoup me demander que de rester sage comme une image. Tout le monde savait que j’avais besoin de bouger, de sortir pour me sentir en vie. Être enfermée chez moi à ne rien faire, ne me ressemblait pas. Au bout de quelques heures d’affilées je tournais déjà comme un lion dans sa cage.

Tout ça pour dire qu’il était presque quatre heure du matin et j’étais bien contente de ne pas me faire harceler de message ou d’appel par ma mère pour savoir où j’étais et avec qui. De toute façon, elle était vraiment mal placé pour me reprocher de trop boire et perdre la notion du temps. J’étais avec ma bande de pote habituel. La plupart d’en eux étaient des mecs plus vieux que moi, mais je les aimais ces imbéciles, c’était un peu comme ma deuxième famille, j’étais en quelque sorte la petite soeur du groupe, tout le monde faisait attention à moi et on s’occupait les uns des autres. Bref, comme ça devrait se passer dans une vraie famille.

Sauf qu’on serait du coup une famille de jeunes qui aiment faire la fête. Ce soir, on avait trouvé le moyen de s’incruster dans une soirée étudiante. Ca avait été énorme ! C’est qu’ils savaient s’amuser à l’université à défaut d’étudier. Puis en bon squatteur, on avait fini par fuir les lieux en emportant quelques bouteille, finissant notre soirées dans les rues de Cap Harbour. C’était juste énorme, on rigolait bêtement pour un rien, s’arrêtant parfois sur le chemin pour des envies pressantes ou simplement parce que quelqu’un avait une idée de connerie à faire. Je vous raconte pas le nombre de panneaux ou de plots de sécurité que j’avais ramené à la maison comme ça. Ou tout autre objets inutiles qu’on peut bien trouvé à quatre heure du mat’ traînant dans la rue.

Et il est possible qu’on était un peu bruyant On avait mis de la musique sur un portable et on avait un peu tous tendance à parler très fort, chanter, crier tout ce qu’on savait. On avait bien trop bu pour réaliser qu’on déranger tout le monde; Dans notre état actuel, il n’existait plus personne en dehors de nous. On était dans notre petit monde quoi et c’était en partie ce qui était génial. Et on aurait sûrement passé encore un sacré bout de temps à errer à Cap Habour, on aurait peut-être même fini par se poser dans un parc pour regarder le soleil se lever, si la police n’était pas intervenue avant. En effet, des bon citoyens de la ville avaient dû se plaindre de tapage nocturne et ni une ni deux, la police débarqua et nous arrêta tous. On allait être bon pour la cellule de dégrisement.

Les flics commençèrent à arrêter mes potes, leur demander leur papier. Le type qui m’approcha semblait particulièrement sympathique. Il se pencha vers moi et me demanda mes papiers. Mais je n’avais rien sûr moi en dehors de mon portable. Je n’aimais pas prendre trop d’affaire en soirée de peur de me les faire faucher. Puis voyant que j’étais toute adorable, toute mignonne et un peu perdue, il me demanda si j’étais majeure. Je secouais négativement la tête. Je m’étais faite arrêtée suffisamment de fois pour savoir que les mineurs avaient toujours le droit à un traitement de faveur. Et en donnant mon nom au policier, il sembla assez étonné et me demanda si je serais pas la fille de Samuel Hemsworth. Apparemment il connaissait un peu mon père.

Je n’étais pas en de très bons termes avec mon père. Tout du moins, je lui en voulais de ne pas avoir été là ses dernières années quand j’avais eu besoin de lui. Je savais que ce n’était pas de sa faute, que c’était son travail qui l’éloignait sans cesse. Mais j’étais quand même sa fille et je m’en fichais de partir à l’autre bout du monde. J’avais besoin de lui et il n’était jamais là, il ne m’envoyait pas non plus de message pour savoir comment ça allait. Il ne savait même pas que j’étais revenue à Cap Harbour. Mais là, bêtement, dans mon état, quand j’avais entendu le nom de mon père, je m’étais mise à sourire comme une gamine et à dire que oui, c’était bien mon papa.

Le policier avait hoché la tête, puis la suite est encore assez flou dans mon esprit. L’important, c’est que quelques minutes plus tard, j’étais assise sur la banquette arrière de la voiture de police et je regardais le paysage défiler par la fenêtre, sans trop savoir où on m’emmenait. Mais je sais, je n’étais pas stressée, je n’avais pas peur de quoique ce soit. Je me sentais juste bien. J’avais même voulu ouvrir la fenêtre parce que j’adore sentir le vent sur ma figure, mais je m’étais faite sèchement réprimander et de ce que j’avais compris, ce n’était pas possible d’ouvrir les fenêtres arrière de toute façon.

Nous finîmes par nous arrêter devant une maison, deux policier m’escortèrent jusqu’à la porte, je les suivit dans discuter. J’étais en train de redescendre, de me remettre des mes émotions et c’est lorsqu’ils sonnèrent à la porte que je compris où on m’avait emmener. C’était la maison de mon père. Comment j’avais pu ne pas la reconnaître ? Soudainement, je me mis à paniquer… Enfin intérieurement surtout. Non ! Qu’est-ce que je faisais là ! J’allais lui dire quoi ? Quoique… Comme ça au moins, papa serait au courant de mon retour et il n’aurait pas d’autre choix que de m’accueillir pour cette nuit. Finalement, ce plan me plaisait bien. Lorsque la porte s’ouvrir, j’affichais une petite mine de chien battu et fit un petit sourire :

- Salut papa !

Il ne faut pas s’étonner que les flics se soient méprit sur mon âge avec une attitude de gamine pareille. Mais j’aimais tellement en jouer aussi. C’était toujours trop bon d’abuser de la naïveté et de l’ignorance des gens.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2016
›› Commérages : 1132
›› Pseudo : Dast
›› Célébrité : Norman Reedus
›› Schizophrénie : Sasha

Re: Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( Sam 1 Sep 2018 - 10:28 )




L'arc-en-ciel capillaire et son père
« Oops I did it again. »
Harassé par ma journée de boulot et le véritable cagnard qui a régné du matin au soir, arrivé à la maison, j'ai à peine dîné, ramassant juste une bière et un reste de blanc de poulet en salade dans le frigo et m'échouant quasi aussitôt sur le canapé pour finalement succomber au sommeil tout juste après quelques bouchées et une bière à peine terminée.
Entre temps, la chienne s'est fait une place le long de mon flanc, étalée de tout son long en se calant entre moi et le dossier du sofa pendant que je roupillais. Seulement, cette vieille carne prend de la place et sans que je ne m'en rende compte et sûrement elle non plus, je me retrouvais peu à peu toujours plus près du bord du canapé durant mon sommeil.

Aussi, je peux te dire que le réveil est violent lorsque soudain j'entends frapper à la porte, que la chienne dans le même temps sursaute elle aussi et me fait tomber dans le mouvement avec le chat qui était lui aussi venu squatter sur mon torse. Lequel se carapate d'ailleurs un peu trop vivement en enfonçant ses griffes sur mon t-shirt pour mieux avoir de prise et se propulser rapidos.

- Et merde les bestioles ! Vous faites chier ! râlais-je alors que je suis affalé sur le sol et tente de me relever au nouveau coup frappé à la porte. C'est bon, j'arrive, deux minutes !

Quelle heure est-il au juste ? Bon sang, si tôt ?! C'est quoi le délire ??!! Je repose ma montre que j'avais laissée plus tôt sur la table basse du salon et me relève, marchant au radar jusqu'à la porte, et demeurant méfiant en demandant de qui il s'agit avant d'ouvrir. On me l'annonce et la chaine de sécurité enclenchée, j’entrouvre à peine la porte pour vérifier et ouvre des yeux grands comme des culs de bouteille alors que j'aperçois en effet deux flics qui encadrent une tignasse colorée à l'air particulièrement penaude. Ni une ni deux, je défais la chaine et ouvre en grand.

- Salut papa !

J'esquisse une moue de what the fuck bien comme il faut, hallucinant de trouver ma fille ainsi accompagnée, ici, à cette heure alors qu'elle devrait se trouver avec sa mère bien loin d'ici. Elle a fugué ou quoi ?!
Tellement sur le coup de la surprise et la tête dans le cul bien comme il faut, je zappe toute formule de politesse mais l'un des flics que je connais, m'explique alors la situation.

- Tapage nocturne ... rien que ça ? lâchais-je ironique et revêche en mode facepalm avant de finir par les remercier de t'avoir escorté sans t'emmener au poste. Humpf ... toi t'as rusé sur ton âge ... . Les flics partis, je te laisse entrer et vais dans la cuisine sans un mot, me frottant les yeux pour tenter de retrouver un minimum de clarté d'esprit. Comme si ça pouvait aider ... . Ironie mode ON. Je manque de me prendre le chambranle de la porte au passage et titube légèrement, encore à moitié dans le coaltar.  J'ai franchement pas la force de lancer un interrogatoire tout de  suite mais je n’ai pas envie d'attendre demain matin, ouais bon certes, on est déjà le matin.

- Merci pour le réveil la môme, tu m'expliques ce que t'as foutu et comment tu t'es retrouvée là ?! lâchais-je revêche alors que je prépare du café pour me sortir de mon état comateux. T'as encore fugué de chez ta mère ? Tu trainais dans les rues sans foutu bagage ou tu squattais chez va savoir qui ?!

Je me rends compte d'à quel point je suis désagréable là tout de suite, je ne t'ai même pas rendu ton salut tant j'étais sur le cul en ouvrant la porte. Je soupire un "Maximus Rephaïm Hemsworth ..." dépité avant de tendre un bras pour t'inciter à venir un instant te réfugier contre moi en guise de salut.


©️ 2981 12289 0


I'M A FUCKING ANIMAL !!
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/07/2018
›› Commérages : 36
›› Pseudo : Panda-Sama
›› Célébrité : Chloe Noorgard
›› Schizophrénie : /

Re: Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( Sam 1 Sep 2018 - 13:42 )

Oops I did it again.Je ne dis pas un mot de plus, laissant les flics faire tous les discours pour moi. Leur version des choses était bien mieux que la mienne de toute façon. Enfin, pour mon père, elle serait mieux. Puis je ne voulais pas dire la moindre bêtises de plus non plus. Sait-on jamais, il n’était pas trop tard pour qu’ils me remette dans leur voiture et m’emmène au poste. Ce qui serait totalement bête, parce que du coup, papa pourrait nous suivre et payer directement ma caution. Enfin, j’espère qu’il ferait au moins ça pour sa fille quoi. Après tout, ce n’était pas comme s’il avait eu à beaucoup s’occuper de moi ces dernières années.

Les flics finirent par partir, me lançant seule avec mon père, qui ne m’avait même pas saluer. Il s’était contenté de me laisser entrer et fermer la porte derrière nous. Son chien vint me sauter dessus. Au moins une personne qui était heureuse de me voir ici. Je lui accordais volontiers quelques caresses alors que papa commençait déjà avec ses accusations. Il avait l’air fatigué et pas très frais non plus. Je n’avais pas très envie de lui répondre. Il ne savait même pas que mon imbécile de beau-père m’avait foutu à la porte quoi. Je restais silencieux et observait son invitation pour un câlin. Mon regard alla de sa main à sa tête, hésitante. Je fini par m’approcher en soupirant.

Je serrais un court instant mon père avant de m’éloigner. Il m’avait manqué, mais tout cela n’effaçait pas ce qu’il s’était passé avant. Je plongeais mon regard dans celui de mon père avec un air terriblement sérieux pour répondre à ses questions.

- Tu saurais peut-être ce que je fais ici, si tu t’étais donné la peine de prendre des nouvelles.

Moi aussi je pouvais être désagréable, s’il voulait jouer à ça. Pas de bol, je n’étais pas sa fille pour rien et je tenais sûrement ça de lui. Il était le seul à qui il pouvait en vouloir.

- Et t’inquiète pas trop, je suis juste là parce que j’ai dit aux flic que j’étais mineur et vu qu’ils te connaissaient… Mais je vais pas te prendre plus de ton temps que ça hein ?

Max, la parfaite dramaqueen. Je me retournais en faisant bien voler mes cheveux multicolors en me dirigeant vers la porte d’entrée, restant attentive à ce qu’il se passait derrière moi. Est-ce qu’il allait me retenir ou me laisser partir encore une fois ?
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2016
›› Commérages : 1132
›› Pseudo : Dast
›› Célébrité : Norman Reedus
›› Schizophrénie : Sasha

Re: Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( Lun 3 Sep 2018 - 10:46 )





L'arc-en-ciel capillaire et son père
« Oops I did it again. »
Tandis que le café se met à couler, je te demande :

T'as encore fugué de chez ta mère ? Tu trainais dans les rues sans foutu bagage ou tu squattais chez va savoir qui ?!

- Tu saurais peut-être ce que je fais ici, si tu t’étais donné la peine de prendre des nouvelles.

Je laisse échapper un soupir. Aucune excuse ne sera utile, ça risque plutôt d'envenimer la situation si je te dis que j'ai eu trop de boulot entre quelques emmerdes en dehors ou du moins, soucis. Et c’est vrai que je t'ai un peu zappé ces dernières semaines. Je t'incite à venir me saluer dans une étreinte à laquelle tu réponds mais visiblement sans grande conviction tant elle se fait brève et molle.
J'attrape une boule de papier aluminium froissée qui traine sur la table, la faisant passer d'une main à l'autre. J'ai envie de te dire que ça va dans les deux sens en ce qui concerne les nouvelles et que je n'ai pas toujours été super doué pour ça, ce n'est pas nouveau.

- Et t’inquiète pas trop, je suis juste là parce que j’ai dit aux flic que j’étais mineur et vu qu’ils te connaissaient… Mais je vais pas te prendre plus de ton temps que ça hein ? déclares-tu en faisant volte face et en t'éloignant déjà en direction de l'entrée.
Appuyé contre l'ilot central en face du couloir, je t'interpelle en te lançant la boule de papier alu qui heurte l'arrière de ta tête.

- Hey p'tite tête, ramènes tes fesses par là, on en a pas terminé. Tu crois pas t'en sortir si facilement quand même ?


©️ 2981 12289 0



I'M A FUCKING ANIMAL !!
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/07/2018
›› Commérages : 36
›› Pseudo : Panda-Sama
›› Célébrité : Chloe Noorgard
›› Schizophrénie : /

Re: Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( Sam 22 Sep 2018 - 16:54 )

Oops I did it again.Il faut croire qu’on était pas très aimable chez les Hemsworth et que c’était de famille. Je n’étais plus une gamine, je ne me laissais plus marcher sur les pieds dorénavant. Et même s’il s’agissait de mon père. Bon ok, je savais que je ne pourrais pas tenir éternellement, parce qu’il était sûrement la seule personne à se faire encore du soucis pour moi. Enfin, quand il avait le temps. Et je ne me formalisais pas trop de son attitude. Je n’étais guère mieux à vrai dire. Et comme on dit tel père telle fille non ?

Mais pour le moment, je ne voulais pas laisser penser à mon père que c’était gagné d’avance. Alors je fit demi-tour, prête à m’en aller. Et je serais sortie si papa ne m’avait pas rappelé en me lançant quelque chose dessus que j’identifiais rapidement comme la boule d’aluminium avec laquelle il jouait depuis tout à l’heure. Je m’arrêtais et me mis à sourire, malgré moi. Je ne m’attendais pas à ce qu’il me saute dessus pour m’attraper ou me fasse tout un drama en me suppliant de rester. Ce n’était pas mon père ça. Je me retournais en fronçant les sourcils et en posant les mains sur mes hanches. C’était plutôt théâtral comme geste et ça devait se sentir que je n’étais pas si énervée que ça.

- Et tu vas faire quoi si je pars quand même ?

Juste par curiosité, j’aurais bien aimé savoir s’il serait prêt à plus pour moi ou pas. Je commençais à me rapprocher de lui, pas trop près non plus. Mais assez pour montrer que je n’étais plus prête à partir quoi.

- Figure-toi que je n’ai pas eu à fuguer. Ca fait plusieurs moi déjà, je vis avec une amie et elle a décidé de déménager ici alors je l’ai suivit.

C’était vraiment le strict minimum que je lui donnais là. Mais s’il était aussi curieux que moi, mon père allait sûrement se douter que ce n’était pas de mon plein gré que je ne vivais plus chez ma mère et mon beau-père. Mais ce n’était pas plus mal ainsi non plus. Je ne voulais plus voir ces deux là avant un moment. J’aurais bien dit, de toute ma vie, malheureusement, j’aimais toujours ma mère. Malgré ce qu’elle m’avait fait subir, elle restait ma mère quoi.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2016
›› Commérages : 1132
›› Pseudo : Dast
›› Célébrité : Norman Reedus
›› Schizophrénie : Sasha

Re: Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( Dim 23 Sep 2018 - 10:11 )





L'arc-en-ciel capillaire et son père
« Oops I did it again. »
Alors que la boule d'aluminium te percute la tête, tu te retournes avec une drôle d'expression sur le visage, ne pouvant visiblement empêcher un sourire discret de se glisser sur tes lèvres. Je fais du mimétisme en adoptant la même posture que toi, mains sur les hanches avec une moue faussement revêche comme tu t'emploies à tenter l'expression malgré l'amusement que je devine derrière ton attitude.

- Et tu vas faire quoi si je pars quand même ?

- Te rattraper par la peau du cul et te transformer en limace à force de grosses léchouilles baveuses, ça me parait pas mal et plutôt original comme punition, qu'est-ce que t'en dis ? Tu veux la preuve en images ?
lâchais-je amusé malgré moi un instant.

Puis tu reviens sur mon interrogation d'un peu plus tôt en me révélant enfin les infos que je voulais savoir.

- Figure-toi que je n’ai pas eu à fuguer. Ça fait plusieurs moi déjà, je vis avec une amie et elle a décidé de déménager ici alors je l’ai suivie.

Je marque un temps d'arrêt, comme bloqué sur la fonction arrêt-image d'un lecteur dvd.

- Attends, comment ça tu vis chez une pote depuis plusieurs mois ?! Et ta mère ne m'en aurais pas touché un mot ? Ravale tes bobards la môme, j'aime pas être pris pour un con ... .

Pour le coup, ça ne me plait pas du tout. Je passe près de toi pour aller verrouiller la porte d'entrée. Si j'étais presque décidé à ne pas trop t'en poser vu l'heure, là il faut que je comprenne la nature de ce que tu me déballes et de ce qui t'incite ainsi à me mentir ou me provoquer. Tu sembles adorer jouer à ça parfois, sauf que ce n'est pas l'heure pour ça.

- Salon ! dis-je d'une voix sèche et directive en t'indiquant la pièce en question d'un bras tendu. Même la chienne comprend qu'il ne vaut mieux pas se mettre entre nos pattes et elle file dans sa panière l'air de craindre le pire pour ses oreilles tombantes même si assurément, ce n'est pas elle qui va se prendre la soufflante. Compte pas te dérober maintenant Max, plus t'esquiveras, plus je vais être en boule et tu me connais quand je ne suis plus enclin à plaisanter. Now, tu t’assois et tu parles.

Je prends place dans un des fauteuils après avoir ouvert une des fenêtres en me laissant tomber lourdement, positionné légèrement en avant, coudes en appui sur les cuisses tandis que je m'allume une clope.

- Ah et t'as gagné le droit de m'expliquer exactement ce qu'incluait cette histoire de tapage nocturne, depuis quand tu traines les rues en foutant le bordel ?!

Sérieux, si je te vois trainer avec des types louches, je serais foutu de leur mettre sur la gueule. Je n'ai pas envie que ma môme tourne mal et risque sa peau avec allez savoir quel foutu petit con de son âge.


©️ 2981 12289 0



I'M A FUCKING ANIMAL !!
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/07/2018
›› Commérages : 36
›› Pseudo : Panda-Sama
›› Célébrité : Chloe Noorgard
›› Schizophrénie : /

Re: Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( Dim 14 Oct 2018 - 15:35 )

Oops I did it again.Quand on nous voyait, c’est vrai qu’on pourrait douter que Samuel soit mon père, on ne se ressemblait pas forcément beaucoup physiquement, puis il avait l’air toujours tellement grognons au premier abord, mais l’entendre me menacer de la sorte, là, c’était sûr, des idées de punitions pareille, je tenais clairement de lui. C’est définitivement de Papa et sûrement des Wilde que je te tenais ce grain de folie qui nous caractérisait. Je grimaçai, ayant parfaitement l’image de la limace en tête et m’écartai de papa en pointant un doigts vers lui :

- EW ! Non ! Tu t’approche pas ! Pas de léchouille ! Je veux pas devenir une limace !

Je me doutais bien qu’il ne le ferait pas. Enfin, il serait capable de m’attraper et de me lécher, mais pas autant qu’il le disait. Sinon ce serait quand même assez bizarre. Si un voisin regardait par sa fenêtre à ce moment, il pourrait crier à l’inceste dans tout le quartier.

Heureusement, on eu pas à en arriver là. Mais peut-être qu’au final, j’aurais préféré devenir une limace, plutôt que d’avouer à mon père ce qu’il s’était passé avec maman. Je sais, c’était bête. Oui, je lui en voulais de pas avoir été là, mais quelque part, je n’avais pas envie qu’il s’inquiète non plus et qu’il s’en veuille trop à lui même. Contradictoire la petite Max. Mais que voulez-vous que j’y fasse ? Ma famille me faisait chier oui, mais je les aime quand même !

J’allais répondre encore, papa semblait assez tendu pour le coup et il n’avait pas l’air de vouloir croire ce que je lui racontais. Et pourtant oui, c’était bien ça ! J’allais répliquer et râler que s’il ne voulait pas me croire c’était son problème. Ou non ! Il ne voulait pas me croire, et c’était bien là le problème justement ! Mais avant que je n’aie le temps de dire quoique ce soir, papa m’indiqua le salon, me força à m’asseoir et à tout lui raconter. Je le suivit dans l’a pièce d’à côté, le regardai s’installer mais restai debout.

- Pour qui tu me prends ? Je suis pas ton chien, tu ne peux pas me donner des ordres comme ça ! Vivre tout seul ne te réussit vraiment pas, c’est de pire en pire ! Et tu sais quoi ? Ok ! Je voulais être sympa, pendant un instant, j’avais envisagé l’idée de te ménager, et je sais, peut-être même passer une soirée tranquille qui sait ?

Pour le coup, j’étais vraiment remontée oui. Sam avait beau être mon père, ça ne lui donnait pas tous les droits non plus. Vu comment il avait été absent ces dernières années, cela lui donnait encore moins de droit même ! Sérieusement, il voulait jouer à ça ?

- Alors voilà ce qu’il s’est passé. Ca fait six ans que j’ai quitté Cap Harbour. Et ça fait six ans que je dois vivre avec maman, qui n’arrive pas à rester sobre, ni à garder un job ou la moindre illusion d’une vie stable pendant plus d’un mois ! C’est vrai que c’est toujours un plaisir de rentrer chez soi le soir et de devoir ramasser sa mère, nettoyer le vomi, jeter les bouteilles vides. Et entendre toujours les mêmes remarques “Désolé Max, promis ça ira mieux, je vais me reprendre, ça ira bien”.

Je pris une pause, juste le temps de reprendre mon souffle. J’étais déjà bien sûr les nerfs, fatiguée en plus, et ça ne faisait que commencer.

- Et quand les choses vont un peu mieux, je m’en prend plein la gueule, comme quoi je suis pas assez reconnaissante envers ce que ma mère fait pour moi. Je dois apprendre à vivre avec les imbéciles qu’elle ramène sans jamais se rendre compte que c’est encore un mec débile de plus qui va lui briser le coeur et la faire sombrer à nouveau.

Je faisais de mon mieux pour retenir mes larmes, t’as pas fini ton histoire Max, tu dois allez jusqu’au bout.

- Et récemment, il y a eu un nouveau type de qui elle s’est amouraché et c’est le pire des connards, un manipulateur hors-pair, mais évidemment, il y a toujours que moi pour le voir. Donc je passe pour la fille ingrate qui accepte pas que sa mère aie trouvé quelqu’un d’autre que son père. Et je m’en fous que vous ne soyez plus ensemble, j’aimerai juste ma mère trouve quelqu’un de bien, qu’elle soit heureuse aussi !

Ca faisait des années que mes parents étaient séparés, évidemment que j’avais arrêté d’espérer qu’ils se remettent ensemble un jour.

- Donc ouais, je suis plus une gosse, et j’en ai marre de devoir fermer ma gueule ou de devoir ramper devant tout le monde. Et ça n’a pas plus à l’autre connard. Il a poussé maman à arrêter de financer mes études ! Tu peux comprendre la honte que c’est ? T’es en cours à la fac et on te mets soudainement à la porte, comme ça, juste parce que ta mère paye plus ? Et quelque jours plus tard, on te met même à la porte de ta propre maison en te disant que t’es majeur maintenant, t’es plus étudiante, t’as pas de job, tu sers à rien ! Vas donc apprendre la vie par toi même et fou nous la paix !

Je pense que c’était plutôt une bonne représentation de ce qu’il s’était passé.

- Alors oui ! J’ai tenté de fuir, ses dernières années ! Et tu le sais ! Tu as toujours su ce qu’il se passait, mais à force d’arriver ici, de ne trouver personne… De ne jamais recevoir un message pour demander comment ça va… Evidement, j’ai fini par abandonner. Tu m’as abandonné papa ! Donc j’ai fait comme j’ai pu heureusement, j’ai mes potes et surtout Maé qui m’a accueillit chez elle avant de déménager ici. Et le tapage de ce soir… Merde, j’ai juste besoin de sortir de profiter d’être jeune moi aussi ! Et… et… oublier que je sers à rien, que même ma propre famille n’en a plus rien à faire de mon sort…

Cette fois-ci, j’étais à bout d’énergie et je me laissais tombé dans un fauteuil, mes mains sur mon visage pour essuyer mes larmes et fuir le regard de papa. Ca faisait du bien d’avoir tout laissé sortir. Mais maintenant je m’en voulais, parce que je réalisais à quel point j’avais été dure et peut-être injuste et… et je ne voulais pas aller aussi loin non plus.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2016
›› Commérages : 1132
›› Pseudo : Dast
›› Célébrité : Norman Reedus
›› Schizophrénie : Sasha

Re: Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( Jeu 8 Nov 2018 - 10:13 )





L'arc-en-ciel capillaire et son père
« Oops I did it again. »
Tu me suis dans le salon, néanmoins pas décidée à t'asseoir.

- Pour qui tu me prends ? Je suis pas ton chien, tu ne peux pas me donner des ordres comme ça ! Vivre tout seul ne te réussit vraiment pas, c’est de pire en pire ! Et tu sais quoi ? Ok ! Je voulais être sympa, pendant un instant, j’avais envisagé l’idée de te ménager, et je sais, peut-être même passer une soirée tranquille qui sait ?

- Bla bla bla ... commence par ne pas te faire gauler par les flics pour commencer à envisager de passer une soirée tranquille, ça sera un bon début.

Peu m'importe que tu sois remontée. Peu importe tes reproches, j'ai un boulot prenant. D'où je devrais justifier de bosser pour gagner ma vie ?! Et alors que je t'invite à me présenter les choses clairement concernant tes frasques de la soirée, tu sembles prompt à te livrer en me faisant grâce de ne pas m'agacer plus longtemps entre provocation et mystères. Quoi que c'est peut-être vite dit ... .

- Alors voilà ce qu’il s’est passé. Ça fait six ans que j’ai quitté Cap Harbor. Et ça fait six ans que je dois vivre avec maman, qui n’arrive pas à rester sobre, ni à garder un job ou la moindre illusion d’une vie stable pendant plus d’un mois ! C’est vrai que c’est toujours un plaisir de rentrer chez soi le soir et de devoir ramasser sa mère, nettoyer le vomi, jeter les bouteilles vides. Et entendre toujours les mêmes remarques “Désolé Max, promis ça ira mieux, je vais me reprendre, ça ira bien”.

C'est la première fois que tu m'offres une image réelle de la situation avec ta mère et je réalise au fil de tes mots à quel point le penchant de ta mère pour la boisson n'est pas qu'occasionnel. Je me passe une main sur le visage. Merde, j'ai pas foiré que sur des merdouilles. Et je ne me rendais pas compte.
Tu poursuis en m'en apprenant plus sur l'étendu de tout ça.

- Et récemment, il y a eu un nouveau type de qui elle s’est amouraché et c’est le pire des connards, un manipulateur hors-pair, mais évidemment, il y a toujours que moi pour le voir. Donc je passe pour la fille ingrate qui accepte pas que sa mère aie trouvé quelqu’un d’autre que son père. Et je m’en fous que vous ne soyez plus ensemble, j’aimerai juste ma mère trouve quelqu’un de bien, qu’elle soit heureuse aussi !

Je relève les yeux sur toi. Aucun son ne franchit la barrière de mes lèvres. Je suis quelque peu bouleversé par ce que tu m'apprends et par le ton de ta voix dont on devine toute l'émotion retenue.

- Donc ouais, je suis plus une gosse, et j’en ai marre de devoir fermer ma gueule ou de devoir ramper devant tout le monde. Et ça n’a pas plus à l’autre connard. Il a poussé maman à arrêter de financer mes études ! Tu peux comprendre la honte que c’est ? T’es en cours à la fac et on te mets soudainement à la porte, comme ça, juste parce que ta mère paye plus ? Et quelque jours plus tard, on te met même à la porte de ta propre maison en te disant que t’es majeur maintenant, t’es plus étudiante, t’as pas de job, tu sers à rien ! Vas donc apprendre la vie par toi même et fou nous la paix !

- Tu plaisantes là ?! relevais-je alors que je suis scié par de telles nouvelles. Mais tu confirmes que c'est bien la réalité et tu soulignes que je ne peux nier avoir vu et avoir été au courant concernant l'état de ta mère. Sauf que oui en effet, je suis tombé sur ta mère dans de drôles d'états à l'occasion ou au téléphone, ça s'entendait. Moi-même était pas mal porté sur la bibine fut un temps sans pour autant tomber à fond dedans. Je ne sais pas à quoi j’ai pensé. Ai-je préféré nier en me disant que ça ne devait pas être H24 ainsi ?
Tes propos suivant me percutent plus encore. Tes mots relevant de l'abandon m'achèvent.

- T'as vraiment cru que ... laissais-je en suspend sans pouvoir aller au bout. Tu te laisse tomber dans un fauteuil, dissimulant les larmes que tu ne peux plus retenir et je me sens comme un con de ne savoir encore une fois comment réagir sans risquer de te braquer ou que ça puisse sonner faux à tes yeux.

- Max ... j'ai pas de mots face à tout ça. Je pensais ni que c'était à ce point ni que t'en étais arrivée à perdre toute espérance vis-à-vis de moi au point de ne pas pouvoir trouver refuge ici.

Je viens m'agenouiller auprès de toi et attrape tes mains entre les miennes. Je te regarde, j'aimerais pouvoir t'en dire plus mais les justifications seraient pathétiques. Je suis d'autant plus remué par cette colère vis-à-vis de ta mère et son mec d'après ce que je viens d'apprendre. Autant dire que sur ce point, ça va péter, et méchamment.
Il y aura du boulot pour rattraper tout ça, j'ai failli à te donner toute l'attention dont tu avais besoin.

- Tu dois penser que je m'en carre complètement l'oignon, pas vrai ? Ça servirait à quelque chose de te dire que t'es ce qui m'est le plus précieux au monde ?

Mon regard capte le tien au fil de ces mots et ma main se glisse sur l'une de tes joues. J'aimerais te serrer entre mes bras et te dire combien tu représentes pour moi, même si si je suis décidément depuis toujours à côté de la plaque pour te le montrer.

- J'ai décidément tout fait de travers. J'ai pas envie de te balancer tous mes regrets à la tronche chaton, ça semblerait égoïste. Mais laisse-moi au moins regagner ma place telle qu'elle aurait du être depuis le départ. Je te promets pas d'être le père de l'année et d'être H24 dispo pour toi. Ça collerait pas. Mais je veux que tu ressentes et comprennes enfin ce que tu es pour moi. Tu veux bien bazarder tes provocations un temps et me laisser une chance ?


©️ 2981 12289 0



I'M A FUCKING ANIMAL !!
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Oops I did it again. feat. Samuel ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Oops I did it again. feat. Samuel

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération