time to meet ✻ james

 :: the city of cap harbor :: The Nora's Cafe & Restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 553
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise cutie Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

time to meet ✻ james ✻ ( Dim 19 Aoû - 13:04 )


James & Aurora

When you're down and troubled and you need some love and care and nothing, nothing is going right close your eyes and think of me and soon I will be there to brighten up even your darkest night. You just call out my name and you know wherever I am I'll come running, to see you again. Winter, spring, summer or fall all you have to do is call and I'll be there you've got a friend.



Aurora Callahan voyait ses journées passer à une vitesse affolante. Elle avait l’impression que quelqu’un avait décidé d’accélérer la vitesse à laquelle le temps passait. Est-ce que c’était ça, ce que ressentaient les gens qui travaillaient ? Non, la preuve Cindy rp pour combler l’ennui. En tout cas ça lui plaisait. C’était fini, ces longues journées à ne rien faire. C’était fini ce temps où elle se levait tard le matin, s’habillait et se maquillait à la perfection en vue d’une éventuelle visite qui n’arrivait jamais. La jeune femme avait beaucoup évolué en quelques mois, elle en avait parfaitement conscience. Comme quoi, une rencontre ou deux pouvaient tout changer. Alors qu’avant ses journées consistaient essentiellement à faire du shopping, se promener sur la plage et s’ennuyer, maintenant elle ne voyait plus le temps passer. Les travaux avançaient beaucoup plus rapidement qu’elle ne l’avait prévu. Tout se passait à merveille. Les cloisons étaient maintenant dressées pour former les différentes chambres et les plombiers allaient bien passer pour installer la plomberie. Une fois tout cela fait, elle pourrait enfin s’attaquer à la décoration. Et puis, elle allait bientôt pouvoir se lancer dans l’organisation de la soirée qui allait rassembler tous les gros portefeuilles que son père connaissait dans le seul but de rassembler l’argent dont elle avait besoin pour faire tourner la structure. Les choses se présentaient bien, elle avait déjà signé avec plusieurs partenaires sociaux et certaines personnes s’étaient montrées intéressées à l’idée de devenir bénévoles en cuisine. Elle avait même déjà trouvé une boutique de vêtements abordables où elle pourrait se fournir en costumes et en tailleurs pour les personnes souhaitant obtenir une aide pour s’habiller pour des entretiens d’embauche. Bref, tout se déroulait à merveille et la jeune femme était plutôt fière de voir son projet avancer aussi bien.

S’il y avait un autre domaine qui lui réussissait en ce moment, c’était bien l’amour. La jeune femme était en effet sur un petit nuage depuis sa rencontre avec Jay. Enfin plutôt depuis sa dispute avec Jay. Depuis qu’ils s’étaient ouvert leurs cœurs parce que Monsieur le pompier pensait qu’elle fréquentait quelqu’un d’autre et qu’elle se jouait de lui. Elle était vraiment aux anges d’avoir rencontré quelqu’un comme Jay. Ils étaient totalement différents et, ne nous mentons pas, le simple fait qu’ils n’appartiennent pas à la même classe sociale aurait suffis à la refroidir il y a encore quelques mois. Mais elle avait changé et elle était plus intéressée par l’amour qu’il lui portait que par le contenu de son compte en banque. Jay était quelqu’un d’honorable, qui gagnait sa vie de façon honnête et admirable. Lui au moins ne gagnait pas sa vie en inventant les robots de demain, ceux qui détruiraient le monde, elle en était persuadée. Elle était totalement contre l’intelligence artificielle, les gens étaient déjà suffisamment bêtes comme ça, merci. Enfin, tout ça pour dire qu’elle était plus intéressée par les qualités de Jay que par autre chose. Même si certaines parties de son anatomie étaient intéressantes aussi. Leur relation était au beau fixe. La preuve, Jay s’était mis dans la tête de la présenter à tout le monde : ses colocataires, ses parents et même son meilleur ami. Même si elle trouvait ça flippant, parce qu’elle n’avait aucune confiance en elle et qu’elle avait peur que tous ses gens en la voient comme une sale petite peste et comme une gosse de riche, comme la plupart des gens qu’elle connaissait elle devait bien avouer qu’elle était flattée et heureuse. Jay l’aimait suffisamment pour la présenter aux gens qui comptaient pour lui. La réciproque était vraie d’ailleurs et Aurora l’aurait volontiers présenté à ses proches. Sauf qu’elle n’avait pas beaucoup d’amis. Sa mère l’aurait adoré, mais elle n’était plus là pour voir ça. Quant à son frère et son père, elle était certaine que personne ne trouvait grâce à leurs yeux. Elle avait beau avoir déjà dit à son père qu’elle était très heureuse avec Jay, il ne semblait toujours pas considéré que cet homme était suffisamment bien pour elle. Elle aurait pu trouver ça adorable qu’il la trouve si parfaite qu’aucun homme ne pouvait l’égaler, s’il ne se fichait pas totalement de son bonheur.

Enfin bref. Malgré son angoisse qui ne cessait de s’agrandir d’heure en heure, la jeune femme avait accepté de quitter le chantier plus tôt aujourd’hui pour rejoindre Jay et son meilleur ami. Elle était plutôt nerveuse, parce que franchir le cap du meilleur pote, c’était une étape importante dans un couple. Et elle était déjà stressée à l’idée que James ne l’aime pas. La jeune femme avait fait un crochet par son appartement, avait pris une douche et avait passé une bonne demi-heure à choisir sa tenue. Sa première robe avait trop de décolleté, elle ne voulait pas passer pour une catin. Sa seconde tenue, une robe noire à col Claudine blanc donnait l’impression qu’elle se rendait à l’Eglise. Et ce fut ainsi pour les dix tenues suivantes, qu’elle rejeta l’une après l’autre. Finalement, elle opta pour un jean tout simple et un sweat shirt, parce qu’elle voulait se donner l’air plus cool qu’elle ne l’était. En y réfléchissant bien, elle n’était même pas certaine qu’elle se soit présentée une seule fois devant Jay en pantalon. Tant pis. Elle voulait avoir l’air décontractée. Histoire que James ne la voit pas immédiatement comme la salle gosse de riche qu’elle était. Elle se décida enfin à partir de chez elle, avec dix minutes d’avance. Comme toujours, Smithers la conduisait et comme toujours, il avait les mots justes pour la rassurer. Après tout, pourquoi est-ce qu’elle stressait ? Si James était heureux pour son pote alors il l’aimerait, voilà. Toutefois, la jeune femme demanda à Smithers de la laisser à deux rues du café, histoire qu’elle finisse le trajet à pieds. Sinon, ce serait tout de suite trop bizarre. Un jour, elle se déciderait à apprendre à conduire. Ou elle achèterait un vélo. La brune arriva bientôt chez Nora et en poussant la porte, elle se garda d’avoir l’air déçue. Ce n’était pas le genre de lieu qu’elle fréquentait habituellement à vrai dire, mais au moins, ce n’était pas un fast-food, donc elle n’aurait pas à mettre une serviette sous ses fesses avant de s’asseoir. A peine installée à table, son téléphone sonna, annonçant un message de Jay. Il avait été retenu pour son travail. Attendez, quoi ?! Elle allait rencontrer James toute seule ? Elle s’efforça de rester zen tout en répondant au message. Tu as intérêt à te montrer très imaginatif pour te faire pardonner, Jason, écrivit-elle, utilisant son prénom complet pour l’embêter. La porte s’ouvrit à ce instant, laissant apparaître un visage qui lui était familier, pour l’avoir déjà vu en photo. Elle se leva immédiatement et se maudit aussi vite. Elle n’était pas à un entretien d’embauche. « James ? », demanda-t-elle en connaissant déjà la réponse. Elle avait l’impression d’être une idiote finie. Et d’ailleurs, comment devait-elle le saluer ? Lui serrer la main ? Trop formel. Lui faire la bise ? Non, il n’y avait que les français qui échangeaient leurs bactéries avec des inconnus dès qu’ils se rencontraient. Non, elle opta pour un petit signe timide de la main et aperçu le garçon qui l’accompagnait. « Salut toi, c’est quoi ton petit nom ? », demanda-t-elle à l’enfant, en se demandant s’il n’était pas trop grand pour qu’elle lui parle avec une voix aussi mielleuse. Jay l’avait informé que James était père, mais elle ne savait pas qu’il viendrait accompagné ce soir. Elle avait l’impression d’avoir déjà totalement raté la bonne première impression et se maudit intérieurement. « Jay vient de m’envoyer un message, il est retenu au travail. Du coup, il n’y a que nous trois », annonça-t-elle avec un sourire. S’il voulait annuler, ce n’était pas bien grave. Après tout, elle avait presque envie de fuir en courant déjà.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 440
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce (Italia Ricci) ‹ Asher James (Taron Egerton) ‹ Eliza Nelson-Riley (Natalie Portman) ‹ Calie Washington (Crystal Reed)

Re: time to meet ✻ james ✻ ( Jeu 6 Sep - 9:53 )


Time to meet
Du haut de ses deux ans, Liam Campbell fait déjà preuve d’une complexité déconcertante. Le petit souffle le chaud et le froid en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, si bien que ses parents peinent à le suivre dans son raisonnement. Généralement, James se contente de fixer son fils en se disant qu’il finira bien par trouver lui-même le chemin vers la sagesse. C’est en partie pour cette raison qu’il se tient actuellement près de la porte principale de la crèche, attendant patiemment son fils qui, pour le moment, court d’un endroit à l’autre sans trop savoir le but de cette manœuvre. Déposer le dernier Campbell dans cet endroit est une véritable épreuve pour James et Lauren. Leur fils déteste qu’on l’abandonne, et il le fait comprendre en pleurant à chaudes larmes tous les matins. Le soir venu, l’épreuve est tout aussi éprouvante : Liam refuse de quitter la crèche, parce qu’il s’y amuse bien avec ses copains. Si ça ne tenait qu’à James, il l’attirerait avec de belles promesses. Mais Lauren lui a demandé de ne jamais promettre aux enfants des choses qu’ils n’auront jamais, simplement pour les faire obéir. Même s’il sait que sa femme a raison, ça l’ennuie. Tout comme ça l’ennuie de devoir répéter encore et encore à son fils qu’il est temps de partir. « Tu sais comment ça va se finir, si papa t’attrape. » Qu’il dit d’une voix douce, en essayant tant bien que mal de masquer son impatience. « Tu vas avoir le droit à la maxi peluche. » Et dans le langage de James, la maxi peluche équivaut à une tape sur les fesses. « Noooon ! Pas maxi pe'uche ! » Liam panique, et consent à attraper ses affaires avant d’accourir vers son père. James réceptionne l’enfant, puis lui explique le programme en cet fin d’après-midi. Sans surprise, Liam se montre très enthousiaste à l’idée de voir son tonton Jay. Les enfants Campbell aiment un peu trop cet homme. Surtout Elena, qui a décidé de l’épouser incessamment sous peu.

James ne voit pas passer le trajet entre la crèche et le Nora’s café. Liam se met en tête de raconter sa journée, qui se résume essentiellement à deux mots : toboggans et copains. Même si ce n’est jamais difficile de comprendre l’idée principale que le petit garçon tente d’exprimer, les détails sont en revanche difficiles à saisir. À chaque fois que James essaye de déchiffrer les informations transmises par son fils, ce dernier finit par s’énerver car son père ne comprend rien. Au final, James a l’impression de se faire gronder par son propre enfant. Donc maintenant, il le laisse parler et place des « oui » et « oh, c’est bien » ici et là. Alors que les deux hommes sont sur le point d'arriver à destination, Liam commence à demander où est sa maman. James sent la tempête arriver. Dans deux minutes, il y a de fortes chances pour que le petit garçon se mette à pleurer. « Maman est à la maison avec Elena. Nous on va voir tonton Jay et sa copine. » Liam affiche une petite moue triste. « Tonton Yay et popine ? » James hoche la tête, tandis que son fils émet un léger soupir. Le plus vieux des Campbell en rit, évidemment. Ça l’amuse toujours de constater que les enfants aussi mènent parfois une vie dure. Liam, il a un don particulier pour constamment donner l’impression d’être au bout de sa vie. « Tu pourras faire un gros câlin à maman en rentrant. » En attendant, c’est Elena qui profite de sa mère. La rouquine va être contente de ne pas avoir son petit frère pour l’empêcher de couvrir Lauren de bisous. Parce que dans le genre jaloux, Liam atteint des sommets. Une fois arrivé au Nora’s Café, James détache son fils du siège et l’aide à descendre de la voiture. Main dans la main, James et Liam entrent à l’intérieur du café. « Si tu vois tonton Jay, tu cries. » Il indique la marche à suivre à son fils, cherchant lui-même du regard le grand brun.

Ils n’ont pas besoin de chercher longtemps. Une brunette interpelle James, qui se dirige alors vers elle. « Lui-même. » Qu’il fait avec le sourire, alors que Liam gagne toute l’attention d’Aurora. Il en est ravi, évidemment. Pas timide pour un sou, il est à deux doigts de bomber le torse devant la jeune femme. « Iam ! » Répond-t-il alors que la petite-amie de Jay lui demande son prénom. « Non, Liam. » Corrige James avec le sourire. « Il a encore du mal avec le L. » Pour être honnête, il y a encore beaucoup de sons avec lesquels il se bat en permanence. Mais la plupart du temps, tout le monde arrive à décoder les mots qu’il tente de dire. Sauf quand il inverse volontairement ou involontairement les syllabes. Là, ça demande un peu plus d’effort. « Ah. Et après il ose dire que c’est moi le fou du travail ? Il perd rien pour attendre. » Il dit ça en secouant la tête, un peu amusé. « C’est pas grave. Il sait pas ce qu’il rate, voilà tout ! » James n’a aucunement l’intention de reporter cette rencontre. Ça fait des semaines qu’il attend de voir à quoi Aurora ressemble, et d’apprendre à la connaître. Si Jay ne peut pas être là, ce n’est pas son problème. Lui, il est présent. « On s’assoit ? » Propose James, en prenant Liam dans les bras. Tous les trois, ils s’installent à la table qu’Aurora occupait. « Tu veux boire quoi ? Enfin, ça ne te dérange pas que je te tutoie, hein ? » Liam, croyant que la question lui était adressée, répond à la place de la brunette. « Non ! Yus orange, peplait. » « Tu veux pas plutôt un peu d’eau avec du sirop ? » Liam n’est pas difficile en affaire. Il abandonne sa commande originale et accepte le verre d’eau. « J’espère qu’on t’a pas trop fait attendre, au fait. » Il se retient de lui expliquer la raison pour laquelle ils avaient un peu de retard. Les épopées de Liam ne l’intéressent probablement pas le moins du monde.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 553
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise cutie Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: time to meet ✻ james ✻ ( Mar 11 Sep - 20:43 )


James & Aurora

When you're down and troubled and you need some love and care and nothing, nothing is going right close your eyes and think of me and soon I will be there to brighten up even your darkest night. You just call out my name and you know wherever I am I'll come running, to see you again. Winter, spring, summer or fall all you have to do is call and I'll be there you've got a friend.



Jay Thompson avait chamboulé sa vie et il la rendait terriblement heureuse. La jeune femme devait bien avouer que depuis que le pompier avait débarqué dans sa vie, elle avait apprit beaucoup de choses au sujet des petits plaisirs de la vie, des petits bonheurs du quotidien. Elle était devenue plus simple, plus terre à terre. Bon, il lui arrivait toujours de se comporter comme une véritable petite miss je sais tout, mais elle était devenue beaucoup moins casse-pieds. Ce n’était pas gagné au départ, puisqu’elle l’avait carrément insulté lors de leur rencontre. Mais elle s’était vite rendu compte qu’il n’y avait pas besoin de choses bien compliquées pour passer un bon moment. Chaque fois que Jay l’emmenait manger en ville, il ne choisissait pas les restaurants les plus chics mais ils passaient toujours un super moment parce qu’ils étaient tous les deux, qu’ils parlaient de tout et de rien. Elle se sentait bien à ses côtés, parce qu’elle n’avait pas besoin d’en faire trop. Elle ne devait pas en rajouter des tonnes pour se faire apprécier du brun. Depuis bien longtemps, elle ne croyait plus en l’amour, elle se disait qu’à force d’avoir eu le cœur brisé, plus personne ne pourrait le ressouder et qu’elle était incapable de le redonner à quelqu’un. Mais la jeune femme se trompait, parce que l’amour avait frappé à sa porte quand elle s’y attendait le moins. Elle avait été surprise de voir cet homme débarquer dans sa vie et se faire une place dans son cœur. Tant et si bien que la jeune femme avait non seulement accepté de rencontrer les parents du jeune homme, mais aussi de rencontrer ses amis, qui semblaient très importants pour lui. La jeune femme devait bien avouer qu’elle réfléchissait même à l’idée de présenter sa propre famille au jeune homme, histoire de franchir une nouvelle étape dans leur relation.

Mais les choses se passaient différemment de ce qui était prévu. Lorsque la jeune femme reçu le message de son petit ami, lui indiquant qu’il ne viendrait finalement pas, elle eut d’abord envie de l’assassiner. Ce n’était pas comme si elle était timide, mais franchement, se présenter d’elle-même au meilleur ami de son copain, c’était un peu la loose. Du coup, Rory était un peu tentée de s’enfuir en courant et c’était sans doute ce qu’elle aurait fait par le passé. Mais elle voulait se faire bien voir par James, refusant catégoriquement qu’il ne l’aime pas. Elle était même prête à lui faire un massage des pieds si nécessaire, tout sauf d’accepter qu’il ne l’apprécie pas et que ce soit un potentiel obstacle dans sa relation avec Jay. Mais elle détestait les pieds, donc si ça pouvait ne pas aller jusque là, elle apprécierait. Aussi préféra-t-elle l’accueillir avec un grand sourire, surprise de le voir arriver avec un truc petit, avec des bras et des jambes, qui lui ressemblait, dont elle chercha à connaître le nom. « Ravie de faire ta connaissance Liam », répondit-elle quand il lui annonça comment il s’appelait. Bon, pour être honnête, elle n’était pas très douée avec les enfants. Mais Jay lui avait parlé des enfants de ses amis, donc elle savait que c’était important pour lui. « Il est adorable », ajouta-t-elle à l’attention du père, auquel elle souriait. Qu’il ait du mal avec les L, Aurora trouvait le petit garçon adorable. Parce qu’il était à son papa et qu’elle pouvait le rendre. Si c’était le sien, ce serait une autre histoire. Les enfants, généralement, c’était mieux chez les autres. Non pas qu’Aurora n’aimait pas les enfants, mais dans le fond, c’était encore un peu une enfant elle-même, alors en avoir un, ça lui paraissait insurmontable.

Toujours était-il que c’était à elle d’annoncer à James que son meilleur ami ne viendrait pas et qu’il les avait lâchement abandonné. La jeune femme n’hésiterait pas à réprimander le pompier plus tard, quand elle le verrait après sa garde, mais pour l’instant, elle s’efforçait d’être charmante. « Je l’aurais bien engueulé, mais il paraît qu’il sauve des vies, du coup ça ne se fait pas », fit-elle en souriant. Enfin, elle savait que certaines personnes avaient du mal à gérer les emplois du temps compliqué de leurs petits amis pompiers. Elle le savait parce qu’elle avait discuté avec une femme à la caserne une fois. Pour l’instant, il n’avait pas manqué d’anniversaire ou de dîner important, donc elle ne voyait pas pourquoi ça aurait dû la déranger. « Mais ça fera plus de gâteau pour nous du coup », ajouta-t-elle, plus à l’intention de Liam que de son père. Les enfants ça aimait manger du gâteau non ? Elle ne savait plus trop, puisqu’elle avait passé sa vie à faire attention à son poids, trop effrayée à l’idée de grossir. « Bien sûr », répondit-elle avant de s’installer à la table où elle les attendait. « Hm, je vais prendre un thé au citron. Et bien entendu, tu peux me tutoyer », répondit-elle avec décontraction. Même si elle avait vouvoyer Jay pendant cent milles ans, son éducation l’y poussant, la jeune femme ne voulait pas donner un côté trop formel à cette rencontre. Elle observa un instant l’échange entre le père et le fils, relativement attendrie. « Oh non, je venais tout juste d’arriver », fit-elle avec un vague geste de la main. De toute façon, c’était un miracle qu’elle soit arrivée à l’heure. Elle n’était jamais à l’heure nul part. Comme elle le disait souvent, ce n’était pas elle qui était en retard, mais les autres qui étaient en avance. « Alors les garçons, dites moi ce que vous faites dans la vie », demanda-t-elle en adressant un clin d’œil à Liam. Puis elle se pencha légèrement vers lui, d’un air complice. « Ou alors tu pourrais me raconter des anecdotes rigolotes sur tonton Jay », ajouta-t-elle en riant.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: time to meet ✻ james ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

time to meet ✻ james

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Nora's Cafe & Restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération