time to meet ✻ james

 :: the city of cap harbor :: The Nora's Cafe & Restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

time to meet ✻ james ✻ ( Dim 19 Aoû - 13:04 )


James & Aurora

When you're down and troubled and you need some love and care and nothing, nothing is going right close your eyes and think of me and soon I will be there to brighten up even your darkest night. You just call out my name and you know wherever I am I'll come running, to see you again. Winter, spring, summer or fall all you have to do is call and I'll be there you've got a friend.



Aurora Callahan voyait ses journées passer à une vitesse affolante. Elle avait l’impression que quelqu’un avait décidé d’accélérer la vitesse à laquelle le temps passait. Est-ce que c’était ça, ce que ressentaient les gens qui travaillaient ? Non, la preuve Cindy rp pour combler l’ennui. En tout cas ça lui plaisait. C’était fini, ces longues journées à ne rien faire. C’était fini ce temps où elle se levait tard le matin, s’habillait et se maquillait à la perfection en vue d’une éventuelle visite qui n’arrivait jamais. La jeune femme avait beaucoup évolué en quelques mois, elle en avait parfaitement conscience. Comme quoi, une rencontre ou deux pouvaient tout changer. Alors qu’avant ses journées consistaient essentiellement à faire du shopping, se promener sur la plage et s’ennuyer, maintenant elle ne voyait plus le temps passer. Les travaux avançaient beaucoup plus rapidement qu’elle ne l’avait prévu. Tout se passait à merveille. Les cloisons étaient maintenant dressées pour former les différentes chambres et les plombiers allaient bien passer pour installer la plomberie. Une fois tout cela fait, elle pourrait enfin s’attaquer à la décoration. Et puis, elle allait bientôt pouvoir se lancer dans l’organisation de la soirée qui allait rassembler tous les gros portefeuilles que son père connaissait dans le seul but de rassembler l’argent dont elle avait besoin pour faire tourner la structure. Les choses se présentaient bien, elle avait déjà signé avec plusieurs partenaires sociaux et certaines personnes s’étaient montrées intéressées à l’idée de devenir bénévoles en cuisine. Elle avait même déjà trouvé une boutique de vêtements abordables où elle pourrait se fournir en costumes et en tailleurs pour les personnes souhaitant obtenir une aide pour s’habiller pour des entretiens d’embauche. Bref, tout se déroulait à merveille et la jeune femme était plutôt fière de voir son projet avancer aussi bien.

S’il y avait un autre domaine qui lui réussissait en ce moment, c’était bien l’amour. La jeune femme était en effet sur un petit nuage depuis sa rencontre avec Jay. Enfin plutôt depuis sa dispute avec Jay. Depuis qu’ils s’étaient ouvert leurs cœurs parce que Monsieur le pompier pensait qu’elle fréquentait quelqu’un d’autre et qu’elle se jouait de lui. Elle était vraiment aux anges d’avoir rencontré quelqu’un comme Jay. Ils étaient totalement différents et, ne nous mentons pas, le simple fait qu’ils n’appartiennent pas à la même classe sociale aurait suffis à la refroidir il y a encore quelques mois. Mais elle avait changé et elle était plus intéressée par l’amour qu’il lui portait que par le contenu de son compte en banque. Jay était quelqu’un d’honorable, qui gagnait sa vie de façon honnête et admirable. Lui au moins ne gagnait pas sa vie en inventant les robots de demain, ceux qui détruiraient le monde, elle en était persuadée. Elle était totalement contre l’intelligence artificielle, les gens étaient déjà suffisamment bêtes comme ça, merci. Enfin, tout ça pour dire qu’elle était plus intéressée par les qualités de Jay que par autre chose. Même si certaines parties de son anatomie étaient intéressantes aussi. Leur relation était au beau fixe. La preuve, Jay s’était mis dans la tête de la présenter à tout le monde : ses colocataires, ses parents et même son meilleur ami. Même si elle trouvait ça flippant, parce qu’elle n’avait aucune confiance en elle et qu’elle avait peur que tous ses gens en la voient comme une sale petite peste et comme une gosse de riche, comme la plupart des gens qu’elle connaissait elle devait bien avouer qu’elle était flattée et heureuse. Jay l’aimait suffisamment pour la présenter aux gens qui comptaient pour lui. La réciproque était vraie d’ailleurs et Aurora l’aurait volontiers présenté à ses proches. Sauf qu’elle n’avait pas beaucoup d’amis. Sa mère l’aurait adoré, mais elle n’était plus là pour voir ça. Quant à son frère et son père, elle était certaine que personne ne trouvait grâce à leurs yeux. Elle avait beau avoir déjà dit à son père qu’elle était très heureuse avec Jay, il ne semblait toujours pas considéré que cet homme était suffisamment bien pour elle. Elle aurait pu trouver ça adorable qu’il la trouve si parfaite qu’aucun homme ne pouvait l’égaler, s’il ne se fichait pas totalement de son bonheur.

Enfin bref. Malgré son angoisse qui ne cessait de s’agrandir d’heure en heure, la jeune femme avait accepté de quitter le chantier plus tôt aujourd’hui pour rejoindre Jay et son meilleur ami. Elle était plutôt nerveuse, parce que franchir le cap du meilleur pote, c’était une étape importante dans un couple. Et elle était déjà stressée à l’idée que James ne l’aime pas. La jeune femme avait fait un crochet par son appartement, avait pris une douche et avait passé une bonne demi-heure à choisir sa tenue. Sa première robe avait trop de décolleté, elle ne voulait pas passer pour une catin. Sa seconde tenue, une robe noire à col Claudine blanc donnait l’impression qu’elle se rendait à l’Eglise. Et ce fut ainsi pour les dix tenues suivantes, qu’elle rejeta l’une après l’autre. Finalement, elle opta pour un jean tout simple et un sweat shirt, parce qu’elle voulait se donner l’air plus cool qu’elle ne l’était. En y réfléchissant bien, elle n’était même pas certaine qu’elle se soit présentée une seule fois devant Jay en pantalon. Tant pis. Elle voulait avoir l’air décontractée. Histoire que James ne la voit pas immédiatement comme la salle gosse de riche qu’elle était. Elle se décida enfin à partir de chez elle, avec dix minutes d’avance. Comme toujours, Smithers la conduisait et comme toujours, il avait les mots justes pour la rassurer. Après tout, pourquoi est-ce qu’elle stressait ? Si James était heureux pour son pote alors il l’aimerait, voilà. Toutefois, la jeune femme demanda à Smithers de la laisser à deux rues du café, histoire qu’elle finisse le trajet à pieds. Sinon, ce serait tout de suite trop bizarre. Un jour, elle se déciderait à apprendre à conduire. Ou elle achèterait un vélo. La brune arriva bientôt chez Nora et en poussant la porte, elle se garda d’avoir l’air déçue. Ce n’était pas le genre de lieu qu’elle fréquentait habituellement à vrai dire, mais au moins, ce n’était pas un fast-food, donc elle n’aurait pas à mettre une serviette sous ses fesses avant de s’asseoir. A peine installée à table, son téléphone sonna, annonçant un message de Jay. Il avait été retenu pour son travail. Attendez, quoi ?! Elle allait rencontrer James toute seule ? Elle s’efforça de rester zen tout en répondant au message. Tu as intérêt à te montrer très imaginatif pour te faire pardonner, Jason, écrivit-elle, utilisant son prénom complet pour l’embêter. La porte s’ouvrit à ce instant, laissant apparaître un visage qui lui était familier, pour l’avoir déjà vu en photo. Elle se leva immédiatement et se maudit aussi vite. Elle n’était pas à un entretien d’embauche. « James ? », demanda-t-elle en connaissant déjà la réponse. Elle avait l’impression d’être une idiote finie. Et d’ailleurs, comment devait-elle le saluer ? Lui serrer la main ? Trop formel. Lui faire la bise ? Non, il n’y avait que les français qui échangeaient leurs bactéries avec des inconnus dès qu’ils se rencontraient. Non, elle opta pour un petit signe timide de la main et aperçu le garçon qui l’accompagnait. « Salut toi, c’est quoi ton petit nom ? », demanda-t-elle à l’enfant, en se demandant s’il n’était pas trop grand pour qu’elle lui parle avec une voix aussi mielleuse. Jay l’avait informé que James était père, mais elle ne savait pas qu’il viendrait accompagné ce soir. Elle avait l’impression d’avoir déjà totalement raté la bonne première impression et se maudit intérieurement. « Jay vient de m’envoyer un message, il est retenu au travail. Du coup, il n’y a que nous trois », annonça-t-elle avec un sourire. S’il voulait annuler, ce n’était pas bien grave. Après tout, elle avait presque envie de fuir en courant déjà.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
avatar
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 649
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan ‹ Kate Rhodes

Re: time to meet ✻ james ✻ ( Jeu 6 Sep - 9:53 )


Time to meet
Du haut de ses deux ans, Liam Campbell fait déjà preuve d’une complexité déconcertante. Le petit souffle le chaud et le froid en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, si bien que ses parents peinent à le suivre dans son raisonnement. Généralement, James se contente de fixer son fils en se disant qu’il finira bien par trouver lui-même le chemin vers la sagesse. C’est en partie pour cette raison qu’il se tient actuellement près de la porte principale de la crèche, attendant patiemment son fils qui, pour le moment, court d’un endroit à l’autre sans trop savoir le but de cette manœuvre. Déposer le dernier Campbell dans cet endroit est une véritable épreuve pour James et Lauren. Leur fils déteste qu’on l’abandonne, et il le fait comprendre en pleurant à chaudes larmes tous les matins. Le soir venu, l’épreuve est tout aussi éprouvante : Liam refuse de quitter la crèche, parce qu’il s’y amuse bien avec ses copains. Si ça ne tenait qu’à James, il l’attirerait avec de belles promesses. Mais Lauren lui a demandé de ne jamais promettre aux enfants des choses qu’ils n’auront jamais, simplement pour les faire obéir. Même s’il sait que sa femme a raison, ça l’ennuie. Tout comme ça l’ennuie de devoir répéter encore et encore à son fils qu’il est temps de partir. « Tu sais comment ça va se finir, si papa t’attrape. » Qu’il dit d’une voix douce, en essayant tant bien que mal de masquer son impatience. « Tu vas avoir le droit à la maxi peluche. » Et dans le langage de James, la maxi peluche équivaut à une tape sur les fesses. « Noooon ! Pas maxi pe'uche ! » Liam panique, et consent à attraper ses affaires avant d’accourir vers son père. James réceptionne l’enfant, puis lui explique le programme en cet fin d’après-midi. Sans surprise, Liam se montre très enthousiaste à l’idée de voir son tonton Jay. Les enfants Campbell aiment un peu trop cet homme. Surtout Elena, qui a décidé de l’épouser incessamment sous peu.

James ne voit pas passer le trajet entre la crèche et le Nora’s café. Liam se met en tête de raconter sa journée, qui se résume essentiellement à deux mots : toboggans et copains. Même si ce n’est jamais difficile de comprendre l’idée principale que le petit garçon tente d’exprimer, les détails sont en revanche difficiles à saisir. À chaque fois que James essaye de déchiffrer les informations transmises par son fils, ce dernier finit par s’énerver car son père ne comprend rien. Au final, James a l’impression de se faire gronder par son propre enfant. Donc maintenant, il le laisse parler et place des « oui » et « oh, c’est bien » ici et là. Alors que les deux hommes sont sur le point d'arriver à destination, Liam commence à demander où est sa maman. James sent la tempête arriver. Dans deux minutes, il y a de fortes chances pour que le petit garçon se mette à pleurer. « Maman est à la maison avec Elena. Nous on va voir tonton Jay et sa copine. » Liam affiche une petite moue triste. « Tonton Yay et popine ? » James hoche la tête, tandis que son fils émet un léger soupir. Le plus vieux des Campbell en rit, évidemment. Ça l’amuse toujours de constater que les enfants aussi mènent parfois une vie dure. Liam, il a un don particulier pour constamment donner l’impression d’être au bout de sa vie. « Tu pourras faire un gros câlin à maman en rentrant. » En attendant, c’est Elena qui profite de sa mère. La rouquine va être contente de ne pas avoir son petit frère pour l’empêcher de couvrir Lauren de bisous. Parce que dans le genre jaloux, Liam atteint des sommets. Une fois arrivé au Nora’s Café, James détache son fils du siège et l’aide à descendre de la voiture. Main dans la main, James et Liam entrent à l’intérieur du café. « Si tu vois tonton Jay, tu cries. » Il indique la marche à suivre à son fils, cherchant lui-même du regard le grand brun.

Ils n’ont pas besoin de chercher longtemps. Une brunette interpelle James, qui se dirige alors vers elle. « Lui-même. » Qu’il fait avec le sourire, alors que Liam gagne toute l’attention d’Aurora. Il en est ravi, évidemment. Pas timide pour un sou, il est à deux doigts de bomber le torse devant la jeune femme. « Iam ! » Répond-t-il alors que la petite-amie de Jay lui demande son prénom. « Non, Liam. » Corrige James avec le sourire. « Il a encore du mal avec le L. » Pour être honnête, il y a encore beaucoup de sons avec lesquels il se bat en permanence. Mais la plupart du temps, tout le monde arrive à décoder les mots qu’il tente de dire. Sauf quand il inverse volontairement ou involontairement les syllabes. Là, ça demande un peu plus d’effort. « Ah. Et après il ose dire que c’est moi le fou du travail ? Il perd rien pour attendre. » Il dit ça en secouant la tête, un peu amusé. « C’est pas grave. Il sait pas ce qu’il rate, voilà tout ! » James n’a aucunement l’intention de reporter cette rencontre. Ça fait des semaines qu’il attend de voir à quoi Aurora ressemble, et d’apprendre à la connaître. Si Jay ne peut pas être là, ce n’est pas son problème. Lui, il est présent. « On s’assoit ? » Propose James, en prenant Liam dans les bras. Tous les trois, ils s’installent à la table qu’Aurora occupait. « Tu veux boire quoi ? Enfin, ça ne te dérange pas que je te tutoie, hein ? » Liam, croyant que la question lui était adressée, répond à la place de la brunette. « Non ! Yus orange, peplait. » « Tu veux pas plutôt un peu d’eau avec du sirop ? » Liam n’est pas difficile en affaire. Il abandonne sa commande originale et accepte le verre d’eau. « J’espère qu’on t’a pas trop fait attendre, au fait. » Il se retient de lui expliquer la raison pour laquelle ils avaient un peu de retard. Les épopées de Liam ne l’intéressent probablement pas le moins du monde.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: time to meet ✻ james ✻ ( Mar 11 Sep - 20:43 )


James & Aurora

When you're down and troubled and you need some love and care and nothing, nothing is going right close your eyes and think of me and soon I will be there to brighten up even your darkest night. You just call out my name and you know wherever I am I'll come running, to see you again. Winter, spring, summer or fall all you have to do is call and I'll be there you've got a friend.



Jay Thompson avait chamboulé sa vie et il la rendait terriblement heureuse. La jeune femme devait bien avouer que depuis que le pompier avait débarqué dans sa vie, elle avait apprit beaucoup de choses au sujet des petits plaisirs de la vie, des petits bonheurs du quotidien. Elle était devenue plus simple, plus terre à terre. Bon, il lui arrivait toujours de se comporter comme une véritable petite miss je sais tout, mais elle était devenue beaucoup moins casse-pieds. Ce n’était pas gagné au départ, puisqu’elle l’avait carrément insulté lors de leur rencontre. Mais elle s’était vite rendu compte qu’il n’y avait pas besoin de choses bien compliquées pour passer un bon moment. Chaque fois que Jay l’emmenait manger en ville, il ne choisissait pas les restaurants les plus chics mais ils passaient toujours un super moment parce qu’ils étaient tous les deux, qu’ils parlaient de tout et de rien. Elle se sentait bien à ses côtés, parce qu’elle n’avait pas besoin d’en faire trop. Elle ne devait pas en rajouter des tonnes pour se faire apprécier du brun. Depuis bien longtemps, elle ne croyait plus en l’amour, elle se disait qu’à force d’avoir eu le cœur brisé, plus personne ne pourrait le ressouder et qu’elle était incapable de le redonner à quelqu’un. Mais la jeune femme se trompait, parce que l’amour avait frappé à sa porte quand elle s’y attendait le moins. Elle avait été surprise de voir cet homme débarquer dans sa vie et se faire une place dans son cœur. Tant et si bien que la jeune femme avait non seulement accepté de rencontrer les parents du jeune homme, mais aussi de rencontrer ses amis, qui semblaient très importants pour lui. La jeune femme devait bien avouer qu’elle réfléchissait même à l’idée de présenter sa propre famille au jeune homme, histoire de franchir une nouvelle étape dans leur relation.

Mais les choses se passaient différemment de ce qui était prévu. Lorsque la jeune femme reçu le message de son petit ami, lui indiquant qu’il ne viendrait finalement pas, elle eut d’abord envie de l’assassiner. Ce n’était pas comme si elle était timide, mais franchement, se présenter d’elle-même au meilleur ami de son copain, c’était un peu la loose. Du coup, Rory était un peu tentée de s’enfuir en courant et c’était sans doute ce qu’elle aurait fait par le passé. Mais elle voulait se faire bien voir par James, refusant catégoriquement qu’il ne l’aime pas. Elle était même prête à lui faire un massage des pieds si nécessaire, tout sauf d’accepter qu’il ne l’apprécie pas et que ce soit un potentiel obstacle dans sa relation avec Jay. Mais elle détestait les pieds, donc si ça pouvait ne pas aller jusque là, elle apprécierait. Aussi préféra-t-elle l’accueillir avec un grand sourire, surprise de le voir arriver avec un truc petit, avec des bras et des jambes, qui lui ressemblait, dont elle chercha à connaître le nom. « Ravie de faire ta connaissance Liam », répondit-elle quand il lui annonça comment il s’appelait. Bon, pour être honnête, elle n’était pas très douée avec les enfants. Mais Jay lui avait parlé des enfants de ses amis, donc elle savait que c’était important pour lui. « Il est adorable », ajouta-t-elle à l’attention du père, auquel elle souriait. Qu’il ait du mal avec les L, Aurora trouvait le petit garçon adorable. Parce qu’il était à son papa et qu’elle pouvait le rendre. Si c’était le sien, ce serait une autre histoire. Les enfants, généralement, c’était mieux chez les autres. Non pas qu’Aurora n’aimait pas les enfants, mais dans le fond, c’était encore un peu une enfant elle-même, alors en avoir un, ça lui paraissait insurmontable.

Toujours était-il que c’était à elle d’annoncer à James que son meilleur ami ne viendrait pas et qu’il les avait lâchement abandonné. La jeune femme n’hésiterait pas à réprimander le pompier plus tard, quand elle le verrait après sa garde, mais pour l’instant, elle s’efforçait d’être charmante. « Je l’aurais bien engueulé, mais il paraît qu’il sauve des vies, du coup ça ne se fait pas », fit-elle en souriant. Enfin, elle savait que certaines personnes avaient du mal à gérer les emplois du temps compliqué de leurs petits amis pompiers. Elle le savait parce qu’elle avait discuté avec une femme à la caserne une fois. Pour l’instant, il n’avait pas manqué d’anniversaire ou de dîner important, donc elle ne voyait pas pourquoi ça aurait dû la déranger. « Mais ça fera plus de gâteau pour nous du coup », ajouta-t-elle, plus à l’intention de Liam que de son père. Les enfants ça aimait manger du gâteau non ? Elle ne savait plus trop, puisqu’elle avait passé sa vie à faire attention à son poids, trop effrayée à l’idée de grossir. « Bien sûr », répondit-elle avant de s’installer à la table où elle les attendait. « Hm, je vais prendre un thé au citron. Et bien entendu, tu peux me tutoyer », répondit-elle avec décontraction. Même si elle avait vouvoyer Jay pendant cent milles ans, son éducation l’y poussant, la jeune femme ne voulait pas donner un côté trop formel à cette rencontre. Elle observa un instant l’échange entre le père et le fils, relativement attendrie. « Oh non, je venais tout juste d’arriver », fit-elle avec un vague geste de la main. De toute façon, c’était un miracle qu’elle soit arrivée à l’heure. Elle n’était jamais à l’heure nul part. Comme elle le disait souvent, ce n’était pas elle qui était en retard, mais les autres qui étaient en avance. « Alors les garçons, dites moi ce que vous faites dans la vie », demanda-t-elle en adressant un clin d’œil à Liam. Puis elle se pencha légèrement vers lui, d’un air complice. « Ou alors tu pourrais me raconter des anecdotes rigolotes sur tonton Jay », ajouta-t-elle en riant.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
avatar
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 649
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan ‹ Kate Rhodes

Re: time to meet ✻ james ✻ ( Ven 28 Sep - 22:18 )


Time to meet
Liam est un séducteur né. Du haut de ses deux ans et quelques mois, ce petit sait déjà battre des cils pour charmer les demoiselles. Lauren, elle tombe dans le panneau à chaque fois. Elle ne peut jamais rien refuser à son fils, parce qu’il connait ses faiblesses. En un sourire, il pourrait lui faire décrocher la lune. James ne peut pas prédire l’avenir, mais il affirme déjà que son fils brisera des cœurs à l’école. S’il doit apprendre à Elena à ne pas faire des bisous aux gueux, il devra apprendre à son fils à ne pas en être un. En attendant, il n’est pas tellement surpris de voir qu’en deux secondes seulement, il a réussi à se mettre Aurora dans la poche. Ça le fait sourire, à vrai dire. « Il est adorable, mais il faut quand même s’en méfier. Son visage d’ange peut être très trompeur. » Précise James, en faisant allusion au fait que son fils a parfois les allures d’un grand manipulateur. Il pense aussi million de bêtises qu’il peut faire lorsqu’il n’est plus sous surveillance. Dans ses souvenirs, Elena n’était pas aussi fourbe. Comme lui a dit Lauren à de nombreuses reprises, chaque enfant est différent. Heureusement, d’ailleurs !

En parlant d’enfant, Aurora ne tarde pas à annoncer l’absence de Jay. Dans le fond, il ne peut que se montrer compréhensif. Son meilleur ami exerce un métier qui l’empêche d’avoir un emploi du temps programmé à l’avance. Les urgences surviennent sans qu’ils ne puissent les contrôler. James connait ça, lui aussi. Il n’est pas rare que les week-ends en famille soient perturbés par une nouvelle enquête. L’avantage, c’est qu’ils ne vivent pas dans une grande ville. Cap Harbor reste une petite ville calme, assez peu mouvementé. Lui et Jay peuvent donc s’estimer heureux. Il n’empêche qu’en cas de force majeur, ils n’ont pas d’autre choix que celui d’annuler leurs plans, quels qu’ils soient. « Oui et accessoirement, ça serait un peu triste. Je devrais t’arrêter pour meurtre et tout… Pas top, pour une première rencontre ! » Il sourit, hochant la tête lorsqu’elle s’efforce de voir le côté positif : ils auront plus de gâteau. Dès qu’on lui parle de nourriture, James se sent séduit. Il ne lui en faut pas beaucoup, à cet homme. James et Aurora s’installent donc à une table, sans plus se soucier de Jay. Bien qu’il ne la connaisse que depuis quelques minutes, il a un bon pressentiment à propos de la brune. Ce n’est pas comme avec Lola. Il s’entendait bien avec cette dernière, mais il sentait qu’il y avait hippopotame sous gravillon. Il ne pouvait pas se l’expliquer, à l’époque. Sans oublier le fait qu’il ne s’est jamais senti complètement à l’aise avec elle. Aurora lui semble différente. Il n’exclut pas la possibilité qu’il puisse se tromper, évidemment. Cela dit, il a envie de croire son instinct. James se charge de commander pour tout le monde, avant de reprendre la carte pour choisir quelque chose à manger. Il est comme ça, James. Il ne perd jamais le nord.

Tandis que son cœur balance entre le sucré et le salé, il entreprend de répondre à Aurora. Liam le coupe dans son élan, racontant sa journée avec son vocabulaire d’enfant. James sourit en constatant que son fils joue toujours le même disque. « Il a fait du toboggan avec ses copains aujourd’hui. » Il est gentil, il traduit les paroles de son fils. Histoire qu’Aurora comprenne ce que Liam lui raconte. « Honnêtement, j’ai une centaine d’anecdotes à te raconter à propos de Jay. Je suis pas sûr qu’il soit d’accord pour que je te les dévoile toutes aujourd’hui, alors je t’informe juste qu’Elena – la fille de ma femme – l’a déguisé en princesse l’autre jour. De mon humble de point de vue, il a adoré. Je dois avoir une preuve, attends. » Dans le même temps, il attrape son téléphone et recherche la photo correspondant à cette histoire. James la retrouve rapidement et s’empresse de la montrer à Aurora. « Voilà. Je te présente princesse Jay, première du nom. » Inutile de préciser que le policier glousse comme une pintade. Il se souviendra de ce jour toute sa vie. C’était presque aussi mémorable que son mariage. « S’il faut, Liam te déguisera en chevalier un de ces quatre. » Il dit ça en toute innocence, avant d’hausser les épaules. « Je te raconterai les autres anecdotes un peu plus tard. » Parce que bon, il tient à sa vie. Il n’a pas spécialement envie que Jay le tue, pas après toutes ces belles années d’amitié. « Pour répondre à ta première question, Liam passe sa vie à la crèche pour l’instant. Et en ce qui me concerne, je travaille au poste de police. Après, je pense que Jay te l’a déjà dit. » Pour une raison qu’il ignore, il trouve toujours les présentations un peu bizarres. Il ne sait jamais quoi dire et la plupart du temps, il a l’impression d’être à un entretien d’embauche. « Et toi ? » Au moment où James lui retourne la question, la serveuse arrive pour déposer les boissons sur la table. Dès qu’elle repart, James reprend son interrogatoire. « J’ai le droit de savoir comment t’as rencontré Jay ? Il m’a déjà raconté l’histoire mais j’aime bien avoir les deux versions. » Demande-t-il, un sourire malicieux inscrit sur le visage. James, il sait que son meilleur ami a été charmé par une brune dans une ascenseur, avec assez de répondant pour le faire craquer. Il a aussi dit qu’elle était canon, selon ses propres mots. Mais peut-être qu’Aurora, elle l’a trouvé laid et insupportable. C’est le genre de détail qu’il veut savoir.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.


Dernière édition par James Campbell le Mar 16 Oct - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: time to meet ✻ james ✻ ( Mer 3 Oct - 17:16 )


James & Aurora

When you're down and troubled and you need some love and care and nothing, nothing is going right close your eyes and think of me and soon I will be there to brighten up even your darkest night. You just call out my name and you know wherever I am I'll come running, to see you again. Winter, spring, summer or fall all you have to do is call and I'll be there you've got a friend.



Aurora devait bien l’avouer, ça ne l’arrangeait pas que Jay ne soit pas présent pour cette rencontre. A vrai dire, elle n’était pas douée pour rencontrer les gens, ni pour faire en sorte qu’ils ne l’aime bien. Elle finissait généralement par faire une gaffe ou par prouver qu’elle était une sale gosse mal élevée. Mais la jeune femme était bien décidée à montrer au meilleur ami de son chéri qu’elle pouvait être adorable quand elle le voulait. C’était plus facile de discuter avec James, maintenant qu’elle se rendait compte qu’il avait l’air de quelqu’un d’ouvert et de chaleureux. Mais elle aurait été plus à l’aise avec Jay à ses côtés. Elle avait l’impression de passer une sorte de test, une épreuve et il n’était pas là pour la guider ou pour l’encourager. Sans compter qu’elle n’avait pas prévu que mini-James soit présent et qu’elle n’était pas douée avec les enfants. Mais si Aurora était mal à l’aise, elle le cachait fort bien. Elle avait apprit pendant toutes ces années à faire semblant. Sourire en toutes circonstances était le meilleur moyen de faire diversion. Elle avait plutôt l’habitude de faire ça sur les collaborateurs de son père, mais pour aujourd’hui, ça irait très bien aussi. Si l’absence de Jay était gênante, elle était en tout cas décidée à tout faire pour apprendre à connaître son meilleur ami. Et peut être qu’il aurait des ragots croustillants à lui apprendre.

Enfin voilà, ils n’allaient quand même pas faire la tête toute l’après-midi parce que monsieur Thompson ne s’étaient pas joint à eux. Il était pompier, vu son métier, elle était au courant qu’il était parfois appelé sur des urgences. Pour l’instant, il n’avait pas encore dû trop souvent la quitter d’une minute à l’autre, alors elle s’estimait heureuse. Elle n’allait pas le tuer pour cela. Surtout que James allait sans doute l’arrêter, ce serait triste. « Oui et bien … Le orange ne me va pas au teint et je suis à peu près certaine que je ne tiendrais pas cinq minutes en prison, donc on va s’abstenir », répliqua-t-elle, tout sourire. Bon, de toute façon, le orange, ça n’allait à personne, mais c’était un autre débat. Tout comme c’était un autre débat de se dire que les gens riches avaient souvent plus de facilité à sortir de prison, étrangement et que son père n’aurait pas hésité à graisser quelques pâtes pour la faire sortir. Inutile d’aborder le sujet. De toute façon, Aurora était fière de ce que faisait Jay, même si son père estimait que ce n’était pas suffisant. Jamais content celui là de toute façon.

Maintenant qu’ils étaient assis et que leurs commandes étaient passées, ils avaient tout le loisir de discuter. La brune s’intéressait à la journée de l’adorable Liam, bien qu’elle ne comprenait pas grand-chose de ce qu’il lui racontait. Elle s’efforçait de se montrer chaleureuse, même si elle ne savait pas comment lui parler. Il n’y avait pas beaucoup d’enfants dans son entourage. Mais elle avait comprit l’essentiel et James lui avait traduit le reste. « Tu en as de la chance, je suis super jalouse. Quand j’étais petite, j’adorais faire du toboggan », répondit-elle avec un sourire attendrit. D’ailleurs, si jamais ça intéressait quelqu’un, Aurora aimait encore, en étant adulte, faire du toboggan aquatique. Quand il y avait de grandes piscines et qu’elle pouvait descendre de grands toboggans, elle était heureuse. Presque trentenaire et pourtant, elle avait encore une âme d’enfant. Mais puisqu’ils étaient là et sans le principal intéressé, Aurora était bien curieuse de savoir ce que James et Liam avaient à lui raconter. Des anecdotes croustillantes seraient toujours bonnes à prendre, surtout si la jeune femme pouvait les réutiliser ultérieurement pour se moquer de son lapin. « Les absents ont toujours tort, il n’est pas là pour t’entendre alors tu as tous les droits », décréta-t-elle. De toute façon, Jay ne les avait pas prévenu assez tôt pour annuler la sortie, maintenant il allait devoir assumer tout ce qui allait se passer en son absence. C’était triste, mais c’était comme ça. Il allait devoir s’y faire. Sorry not sorry. Pour appuyer son histoire, James sorti son portable pour lui montrer une photo et Aurora se mit à rire comme une baleine. « Il est belle comme un cœur », s’exclama-t-elle. Vraiment adorable. Elle n’aurait jamais cru que Jay puisse être aussi mignonne. La prochaine fois qu’il se moquerait d’elle et de ses robes à fleurs ou de ses robes blanches rendues transparentes par de l’eau, elle n’hésiterait pas à lui rappeler que lui aussi pouvait être très mignonne. « Pour qu’on soit bien assortis, il semblerait que je sois obligée de devenir un valeureux chevalier », concéda-t-elle en adressant un clin d’œil à Liam, qui semblait visiblement intéressé par l’idée d’avoir un copain chevalier. Bon, avec son mètre moins douze, Aurora ne serait sans doute pas très crédible dans une armure, mais tant pis. Mais pour l’heure, pas de déguisement et pas non plus de nouvelle anecdote. Aurora en profita pour demander aux deux hommes ce qu’ils faisaient dans la vie, bien qu’elle connaissait déjà la réponse. « En effet, il me l’a dit. Ça me fait tout drôle d’être en face d’un policier. En général, même si je n’ai rien fait, j’ai toujours l’impression de devoir me sentir coupable de quelque chose quand je vois la police », répliqua-t-elle avec un demi-sourire. Même que Cindy ça lui fait le même effet. Par chance, James n’était pas en uniforme, sinon Aurora aurait été sacrément intimidée. « Eh bien, tu dois savoir que jusqu’à il n’y a pas si longtemps, je ne faisais rien d’autre que d’exister », avoua-t-elle. Enfin, ce n’était pas tout à fait exact. Elle était experte en finance. Plus précisément, experte dans l’art de dépenser l’argent des autres. « Mais j’ai décidé de me consacrer à l’humanitaire en ouvrant un centre d’accueil et d’aide aux sans-abris », expliqua-t-elle, au moment où la serveuse apporta leurs cafés.

La jeune femme la remercia et en avala une gorgée avant de reprendre la parole. Raconter sa rencontre avec Jay avait toujours le don de la faire sourire. « Eh bien, je rendais visite à mon père dans son entreprise. L’ascenseur est tombé en panne et on a envoyé les pompiers pour me sortir de là. Bien entendu, ils ont mit un temps fou à venir », fit-elle en levant les yeux au ciel. Bon, d’accord, peut-être qu’elle exagérait un peu. Mais comme elle avait peur des espaces confinés, le temps lui avait paru extrêmement long. « Il est possible que j’ai été pénible et que j’ai un tout petit peu exagéré. Quoi qu’il en soit, il est venu me sortir de là. Sauf que son poids à fait basculer l’ascenseur qui est tombé encore plus bas et que monsieur le pompier a dû être secouru par ses collègues pompiers », acheva-t-elle de raconter. Quand on y pensait, c’était comme ça que commençait de nombreux films romantiques. Elle avait eu de la chance, de l’avoir rencontré. « Je l’ai trouvé sûr de lui, beaucoup trop charmeur et insupportable, donc naturellement, il m’a immédiatement plu », ajouta-t-elle finalement. Logique. C’était le côté bad boy, aucune femme ne pouvait y résister. Elle avait été faible. Mais heureusement, elle le vivait plutôt bien. « Tu connais Jay depuis longtemps ? », demanda-t-elle finalement, curieuse de savoir comment était née leur amitié.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
avatar
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 649
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan ‹ Kate Rhodes

Re: time to meet ✻ james ✻ ( Mar 16 Oct - 12:50 )


Time to meet
Puisque Jay n’est pas là, le sergent ne se fait pas prier pour dévoiler une anecdote un peu honteuse à son sujet. C’est entièrement de sa faute, il n’avait qu’à être présent aujourd’hui. S’il tel avait été le cas, il se serait abstenu de lui raconter cette fois où Elena avait déguisé Jay en princesse. Il se serait aussi abstenu d’appuyer ses propos avec une illustration très explicite du pompier en robe à paillettes. Robe dans laquelle il ne rentrait même pas une jambe, d’ailleurs. Mais le plus beau reste la partie maquillage. Elena s’est appliquée à colorer le visage du jeune homme avec les accessoires de sa mère. Du plus bel effet ! Au moment où il déballe son téléphone pour montrer la photo à Aurora, il sait d’emblée qu’il signe son arrêt de mort. C’est de bonne guerre. Si les rôles avaient été inversés, Jay en aurait fait autant. Et puis ça permet de mettre la brune à l’aise. Du moins, c’est ce qu’il suppose, étant donné le rire que la situation déclenche. « Oh oui ! » Dit-il en riant à son tour. « J’aurais pas su dire mieux. » Aurora, elle va forcément se moquer de Jay. Si on lui demandait son avis, à James, il dirait qu’elle aurait tort de s’en priver. Connaissant le zouave, le Thompson ne doit jamais louper une occasion de rire de sa petite-amie. « Je peux t’envoyer la photo, si tu veux. » Oui, il est comme ça. Il se rit du danger. Cela dit, Aurora devrait se méfier. Le jour où Liam la forcera à enfiler un costume de chevalier, il sera assurément dans les parages pour immortaliser l’instant. « Ouiiii ! » James regarde son fils en souriant, impatient à l’idée de le voir transformer Aurora en valeureux chevalier. « Il a encore le temps de changer d’avis et de vouloir te déguiser en fée. » Dit-il en haussant les épaules. Avec ce petit, c’est assez difficile sa savoir à quoi on doit s’attendre.

Parler de Jay pendant des heures semble être une idée fortement plaisante. Malheureusement, si Aurora et James sont au Nora’s Café aujourd’hui, c’est avant tout pour qu’ils apprennent à se connaître. Ça paraît moins drôle, mais tout aussi intéressant. En tout cas, James, il trépignait d’impatience à l’idée de rencontrer Aurora. De manière générale, il est toujours ravi de rencontrer de nouvelles personnes. Lorsqu’il annonce être une recrue de la police de Cap Harbor, Aurora avoue être impressionnée et intimidée. Elle n’est pas la première ainsi et ça le fait rire à chaque fois. « Si ça peut te rassurer, ma sœur est pareille que toi. À chaque fois qu’elle me voit, elle m’avoue tout ce qu’elle a fait de mal dans la journée. La dernière fois, elle a culpabilisé d’avoir mangé tous les cookies qu’elle avait faits pour mes enfants. » Bien souvent, James joue de son rôle de sergent. On se souviendra longtemps de cette fois où il avait fait croire à Rachel qu’elle était une meurtrière. RIP Monsieur Pouky. Pour sa défense, elle était ivre et avait volé des guirlandes de Noël. Il avait tous les droits de l’effrayer un peu. « À moins que tu aies tué quelqu’un, tout devrait bien se passer. » Précise-t-il en souriant. Cela étant, il prie pour qu’Aurora n’ait assassiné personne. Il l’aime bien, cette jeune femme. Le courant passe bien et ça le rassure. Ne pas supporter la petite-amie de son meilleur ami, c’est quasiment sa hantise. « J’avoue, Jay m’avait aussi dit que tu étais une héritière. Ou quelque chose comme ça. » En disant ça, James se sent légèrement mal-à-l’aise. Il ne veut pas paraître impoli ou ignorant. Il ne veut pas non plus dire qu’Aurora ne faisait rien de sa vie, parce que dans le fond, il ne sait pas en quoi ça consiste d’être une héritière. « Oh wow. C’est une très belle initiative. Jay m’en avait pas parlé, donc tu pourras le taper derrière la tête de ma part. » Comment Jay a-t-il pu omettre de mentionner une information aussi importante ? James se le demande. « Le centre est déjà ouvert ou il va ouvrir ? » Qu’il demande, curieux d’en savoir plus.

La serveuse apporte les boisons commandées un peu plus tôt, et James change de sujet. Il questionne Aurora sur sa première rencontre avec Jay, principalement parce que c’est une commère. James aime bien tout savoir. Ce n’est pas forcément pour mettre son nez dans les affaires des autres, parce qu’il déteste ça. Juste pour sa propre culture générale. Il ne peut pas s’empêcher de sourire bêtement, tout pendant qu’elle lui raconte cette histoire d’ascenseur. Il trouve ça cocasse, le Campbell. « Il n’a même pas dit que t’étais pénible ! Juste que t’avais du répondant. » Ce qui revient au même, au final. C’est juste plus joliment dit. « J’aime bien la description que tu fais de Jay. Je trouve que ça lui correspond assez bien, surtout la partie ou tu dis qu’il est insupportable. » James ne serait pas un bon ami s’il ne disait que du bien de son meilleur ami. « Sinon, ça m’étonne pas qu’il ait fait basculer l’ascenseur. Je trouvais qu’il avait un peu grossi. » Ça, c’est gratuit. Et c’est pour toute les fois où il l’a insulté de gros. Elle lui demande alors depuis combien de temps il connait Jay, et ça lui demande un petit temps de réflexion. Il fronce les sourcils, incapable de donner un nombre exact d’années. « Je crois que je l’ai toujours connu, en fait. On a quasiment grandi ensemble. Quand on était vraiment petits, il n’y en avait jamais un sans l’autre. » Il sourit en pensant à toutes ces années d’amitié. À tout ce qu’ils ont vécu et traversé. Une belle équipe de vainqueurs, ces deux gus. « Tu dois savoir que si j’avais pas épousé ma femme, j’aurais épousé Jay. Mais bon, j’ai trouvé mieux que lui donc j’en veux plus. Je te le laisse. » Il ne peut pas s’empêcher de faire danser ses sourcils, amusé. « T'as un tout petit peu de concurrence avec Elena, quand même. » James s’occupe un instant de Liam, qui lutte avec la paille de son verre pour boire un peu de jus d’orange. « Tu veux peut-être manger quelque chose ? » Qu’il demande à Aurora, en sachant d’avance que c’est son fils qui répondra positivement à la question. Ce n’est pas son enfant pour rien, après tout.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: time to meet ✻ james ✻ ( Mar 13 Nov - 20:35 )


James & Aurora

When you're down and troubled and you need some love and care and nothing, nothing is going right close your eyes and think of me and soon I will be there to brighten up even your darkest night. You just call out my name and you know wherever I am I'll come running, to see you again. Winter, spring, summer or fall all you have to do is call and I'll be there you've got a friend.



Finalement, Aurora était bien plus calme qu’elle ne l’aurait pensé. Ça, c’était sans doute dû au fait que James était quelqu’un de charmant et de plutôt agréable. Une personne avec qui il était plaisant de discuter. Ça la changeait, ce petit côté informel. La brune, dans sa vie, avait souvent eu affaire à des gens mal intentionné. Elle ne comptait plus le nombre de personnes qu’elle avait côtoyé pour de mauvaises raisons. Il y avait eu ces personnes à qui elle s’était attachée et qui l’avaient déçu, quand elle s’était rendue compte qu’ils ne la fréquentaient qu’à cause de l’argent qu’elle possédait. Puis, il y avait ces personnes qu’elle fréquentait parce que c’était bien vu de le faire. Elle ne les appréciait pas plus qu’ils ne l’appréciaient en retour, mais c’était simplement bien vu d’être vu avec eux. Au final, la brune n’avait que très peu d’amis sincères. Caitlin en faisait bien entendu parti, mais elles ne se connaissaient pas depuis si longtemps que cela, dans le fond. Elle n’avait pas d’amis d’enfance, d’amis qui la connaissaient par cœur depuis toujours. Du coup, elle écoutait James avec une certaine pointe de nostalgie. Elle avait envie d’en savoir plus sur leur histoire d’amitié, parce qu’elle trouvait ça absolument adorable. Et puis, si vous vouliez son avis, elle trouvait adorable le fils de James. Aurora n’avait jamais été très douée avec les enfants, mais elle avouait volontiers qu’elle craquait pour le petit Liam. Toutes ces anecdotes la faisaient rire. Aurora s’amusait comme une enfant. Elle n’allait plus jamais lâcher Jay avec cette histoire de princesse. « Oh, je veux bien les photos. Comme ça, s’il n’est pas gentil, je pourrais le faire chanter », se moqua-t-elle. Bon, ce n’était pas très sympa de sa part, de se moquer de son petit ami. Mais bon en même temps, c’était de sa faute, il n’était pas là, il n’avait qu’à assumer. Au pire Aurora aurait bien trouvé une autre raison de se moquer. « Je crois que je préfère quand même le chevalier. Le déguisement de fée, c’est un peu trop cliché », répondit-elle avec un sourire amusé. De toute façon, Aurora devait être déguisée en reine, puisque c’était une drama queen. C’est tout pour moi, bye.

Bon, se moquer de Jay c’était drôle, mais il paraissait que s’ils se rencontraient tous les deux aujourd’hui, c’était pour apprendre à se connaître tous les deux. Aurora n’était pas prête à parler des choses les plus personnelles la concernant. Elle n’irait pas lui dire qu’elle avait un père qui pensait plus à son entreprise qu’à ses enfants, un frère qui mériterait sans doute de faire de la prison pour harcèlement. Non, mais Aurora avait quand même des choses à raconter. Et elle savait surtout se montrer attentive. Elle était curieuse d’en savoir un peu plus sur le jeune homme que Jay considérait comme son meilleur ami. Face à l’aveu de James, Aurora se mit à rire. « Je suppose que en un sens, ça doit être pratique. Au moins, tu es sûr qu’elle ne te cache rien », répondit-elle, visiblement amusée. En même temps, elle faisait partie de ces gens qui respectaient l’uniforme. Lorsqu’elle voyait un policier, elle se sentait pleine de respect. En revanche, nous savons tous qu’elle avait tendance à se montrer insolente avec les pompiers. « Non, pour l’instant je n’ai tué personne. En revanche, si tu me dis qu’un jour tu pourrais m’aider à cacher un corps, j’apprécierais », fit-elle, pince sans rire. Quoi que … Peut-être qu’un jour elle finirait vraiment par tuer son jumeau. On ne savait jamais. Le jeune homme pourrait éventuellement tenter de détruire son couple avec Jay et Aurora n’aurait d’autres choix que de le zigouiller. Ce n’est que des suppositions, bien entendu. « Exactement. Mais rassure toi, j’ai quand même un peu plus de classe que Paris Hilton », plaisanta-t-elle. Au passage, Aurora ne supportait pas d’être comparée à Paris Hilton ou à Kim Kardashian. Et si jamais on lui posait la question, elle n’avait jamais fait de sex-tape. D’ailleurs, elle n’avait jamais fait la une de la presse à scandales non plus. « Promis, je le réprimanderais pour toi », confirma-t-elle. Pour une fois qu’elle faisait autre chose que de faire du shopping ou attendre que le temps passe, il n’en avait même pas parlé à son meilleur ami. Tristesse. « Il va ouvrir. A vrai dire, j’ai encore besoin de réunir des fonds, pour faire tourner l’association. L’avantage, c’est que mon père connaît pas mal de gros bonnets », expliqua-t-elle. Autrement dit, pour une fois, l’argent des riches serait utilisé à bon escient. Enfin, encore fallait-il les convaincre de faire un don et ça, ce n’était pas encore gagné.

Plus le temps passait, plus Aurora se sentait à l’aise. Et en même temps, il n’y avait rien qu’elle aimait plus qu’une tasse de thé, dans la vie. La brune était amusée, parce que James ressemblait curieusement à une vraie commère. Mais parler de sa première rencontre avec Jay l’amusait beaucoup. Parce qu’elle avait quand même été un peu horrible avec lui. La preuve que quelque chose ne tournait pas rond dans la tête du pompier, puisqu’il avait voulu la revoir après ça. « Ah oui ? J’ai pourtant le souvenir qu’il voulait me laisser dans cet ascenseur », fit-elle, un sourire nostalgique sur les lèvres. Elle n’avait pas imaginé une seule seconde à l’époque que Jay allait devenir son pompier à elle. « Il est toujours insupportable d’ailleurs, c’est vraiment difficile de le supporter au quotidien », ajouta-t-elle. Mais son sourire la trahissait. Avec Jay, Aurora se sentait bien. Elle était heureuse et épanouie. Elle irradiait de bonheur et ça se voyait. « Ah tu trouves ? Enfin, en même temps, j’ai toujours pensé que ses abdos c’était du photoshop », fit-elle en feignant une mine outrée. La première fois qu’elle avait vu Jay torse nu, elle avait failli défaillir tellement elle l’avait trouvé parfait. Mais bon, ça James n’avait peut-être pas besoin de le savoir. « C’est adorable. Je n’ai jamais eu d’ami d’enfance. Je vous envie beaucoup », fit-elle. Comme quoi, Aurora avait l’argent, certes, mais elle ne pouvait pas tout acheter. Enfin bon, elle n’allait pas se plaindre, ce serait peut-être un peu mal vu. « Oh, trop d’honneur, merci », ricana-t-elle. Bon, elle ne savait pas trop si elle était très contente de ramasser les poubelles de James. Mais bon elle aimait Jay avec plein de cœurs, donc c’était tant mieux pour elle. « Je suis sûre que je ne peux pas concurrencer Elena », fit-elle remarquer. Parce qu’elle savait que Jay aimait les enfants, donc elle n’était pas bien surprise. Mais elle allait se battre de toutes ses forces. « Pourquoi pas. Je prendrais bien un de leurs délicieux cookies », affirma-t-elle en hochant la tête. La jeune femme interpella poliment la serveuse. « Et pour vous les garçons ? », demanda-t-elle. Elle les laissa passer leur commande et laissa la serveuse repartir. Elle n’avait même pas piqué une crise. Elle se comportait bien. Pour une fois. « Tu es marié depuis longtemps ? », demanda-t-elle de but en blanc. Pour Aurora, les relations amoureuses, c’était un mystère sans nom. Du coup, quand elle croisait un couple heureux, elle était curieuse.  



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: time to meet ✻ james ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

time to meet ✻ james

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Nora's Cafe & Restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération