cake is the answer no matter what the question is ✻ emmy

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 291
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Rachel Awesome Bilson
›› Schizophrénie : aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ evan pryce (dan stevens) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

cake is the answer no matter what the question is ✻ emmy ✻ ( Dim 19 Aoû - 13:20 )


Emmy & Jocelyn

WHAT WOULD YOU DO IF I SANG OUT OF TUNE ? WOULD YOU STAND UP AND WALK OUT ON ME ? LEND ME YOUR EARS AND I'LL SING YOU A SONG. I WILL TRY NOT TO SING OUT OF KEY. OH, BABY I GET BY AH, WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS. ALL I NEED IS MY BUDDIES AH, WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS. I SAY I'M GONNA GET HIGH AH, WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS.



Le moins que l’on puisse dire, c’est que Jocelyn Ahern-Fields avait été très occupée ces derniers temps. Comme elle était la seule à ne pas avoir pris de congés pendant l’été, elle avait fatalement récupéré une grande partie des gardes de ses collègues. Elle passait plus de temps à l’hôpital qu’elle n’en passait chez elle. Bon en soit, ce n’était pas surprenant, parce qu’elle passait souvent plus de temps à l’hôpital que chez elle. Mais cette fois, c’était pire. Il y avait même plusieurs jours où elle n’était même pas rentrée chez elle. Elle s’était simplement assoupie quelques heures dans l’une des chambres de garde du centre médical. A vrai dire, elle avait l’impression de revivre ses années d’internat. Si ce n’était pas pour lui déplaire, parce qu’elle adorait son travail, Jocelyn devait bien avouer que même pour elle, c’était trop. Elle avait à peine eu le temps de voir Asher pendant tout le mois de juillet et elle avait dû décliner un déjeuner avec ses parents parce qu’elle travaillait le dimanche toute la journée. Elle avait fortement besoin de repos. Au moins d’un petit moment rien qu’à elle pour se détendre. Heureusement, septembre approchait à grand pas et enfin, elle aurait ses propres vacances. Elle songeait sérieusement à prendre un billet pour une île ensoleillée et à se dorer la pilule pendant deux semaines, sans rien faire d’autre. Mais ce n’était pas pour tout de suite. Pour l’instant, elle vérifiait les résultats sanguins d’un patient qu’on lui avait déposé en urgences. Selon elle, c’était fort probable que cet homme soit en train de faire une crise cardiaque, vu le tôt de troponines élevé qu’il présentait, aussi l’avait-elle ajouté à son programme déjà chargé de la journée. Ce qui était certain, c’est qu’elle ne risquait pas de s’ennuyer en tout cas. Et puisqu’elle était incapable de tenir en place, ce n’était peut-être pas plus mal.

Lorsqu’elle quitta enfin son travail, elle avait enchaîné une garde de vingt-quatre heures et n’en avait dormi que quatre, dans une chambre au lit inconfortable. Elle avait mal dans chaque muscle de son corps et elle avait l’impression que le poids du monde reposait sur ses épaules. Mais curieusement, malgré son teint grisâtre et ses cernes prononcés, elle n’avait pas envie d’aller se coucher. Jocelyn était une personne plutôt sociable et pleine de vie, passer un mois tout entier pratiquement privée de toute vie sociale, c’était de la torture pour elle. Elle envisagea d’abord d’en profiter pour aller voir Asher, mais elle se rappela bien vite qu’il l’avait prévenu qu’il n’était pas disponible aujourd’hui. L’idée de voir son frère aurait été tentante, mais égoïstement, Jocelyn n’en avait pas envie. Oui, c’était méchant, mais elle savait très bien ce qui allait se passer, si elle rendait visite à Ethan. Elle allait passer un temps fou à lui parler de ses derniers résultats et ils allaient parler plus de médecine que d’autre chose. Elle faisait des efforts à vrai dire, mais elle ne parvenait pas à arrêter de se comporter comme une maman poule avec son petit frère. Peut-être parce qu’elle s’en voulait un peu de ce qui lui était arrivé. Si elle avait été là, si elle ne s’était pas barrée à l’autre bout du pays … Ben, elle n’aurait rien pu y changer de toute façon, mais ça, elle avait du mal à le comprendre. Comme de nombreux médecins, elle souffrait sans doute un peu trop du complexe de Dieu. Sauf que là, elle n’aurait rien pu faire. Et elle ne pouvait toujours rien faire. Les yeux, ce n’était pas sa spécialité. Ça ne battait pas entre ses doigts. Ce n’était pas composé de ventricules et d’oreillettes. Bref, ce n’était pas sa tasse de thé. Elle avait toujours préféré le café de toute façon et l’ophtalmologie l’avait toujours ennuyée.

Finalement, sur le chemin vers sa maison, Jocelyn avait profité d’un arrêt au feu rouge pour envoyer un message à sa voisine. Oui c’est mal, on sait. Elles avaient déjà parlé plus d’une fois de se voir pour faire des gâteaux toutes les deux, mais elles étaient toutes les deux super occupées. Elle fut donc ravie de voir qu’Emmy lui avait répondu qu’elle était disponible. Jocelyn pourrait en profiter pour lui parler du gala annuel des médecins qui aurait lieu dans deux mois et ainsi, elle pourrait lui demander de lui créer une robe pour l’occasion. Enfin, si elle avait le temps bien entendu. C’était moins glorieux que d’habiller le prince Harry. Quoi que Rachel Bilson elle est canon aussi. Lorsqu’elle se gara dans l’allée de son garage, elle se dépêcha de regagner la cuisine, pour lancer la machine à café. Elle allait avoir grand besoin d’une bonne dose de caféine si elle voulait survivre à cet après-midi. La brune n’était rentrée que depuis quelques minutes quand elle entendit qu’on toquait à la porte. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Une après-midi entre filles, c’était parfaitement ce qu’il lui fallait. Elle se précipita pour aller ouvrir la porte et manqua de se vautrer à cause du tapis du salon et accueillit Emmy avec un grand sourire. « Bonjour madame la célébrité. Tu peux toujours fréquenter tes modestes voisins ? », demanda-t-elle pour la taquiner. Visiblement, ses projets professionnels se portaient plutôt bien en ce moment. Jocelyn était d’ailleurs très contente pour elle. Mais elle ne manquait jamais de la taquiner sur le sujet. « Je t’en prie entre », fit-elle en ouvrant grand la porte pour la laisser entrer. Elle pouvait faire comme si elle était chez elle, bien entendu. Jocelyn ne jugeait même plus nécessaire de le préciser. « Je viens de faire du café si tu en veux. Ou si tu veux boire autre chose évidemment », proposa-t-elle en l’invitant à passer dans la cuisine. 



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/01/2018
›› Commérages : 131
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Leighton Meester
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ❋ Sarah Miller (Meghann Fahy) ❋ Helena Lewandowsky (Elodie Yung) ❋ Pio Esposito (Wilson Bethel) ❋ Martin Palmer (Ben Barnes) ❋ Oscar Pierce (Matt McGorry)

Re: cake is the answer no matter what the question is ✻ emmy ✻ ( Dim 26 Aoû - 22:58 )












Dire que j'aimais mon boulot était un euphémisme, j'en étais complètement folle. Il ne se passait pas une seconde sans que j'ai envie de coudre, dessiner ou réfléchir à mes prochaines collections. Pourtant en ce moment j'aimais mon boulot encore plus, je n'arrivais pas à décrire ce sentiment. Callie allait se marier et je ne lui avais pas laissé le choix. C'était à moi de lui faire sa robe et surtout il n'y avait pas moyen qu'elle débourse le moindre centime. Cette robe serait mon cadeau et je comptais bien me surpasser. Faire encore mieux que tout ce que j'avais pu faire avant. Evidemment, j'avais fait tout cela sous le regard de Callie. J'avais dessiné des dizaines de modèles pour elle, et après en avoir mixé plusieurs on avait réussi à trouver la robe parfaite pour elle.
J'avais presque fait passer cette création avant tout le reste. Heureusement que j'avais une équipe qui assurait avec moi pour parfois me remettre dans le droit chemin et surtout me dire de rentrer. Me connaissant, j'aurai été capable de finir la robe de Callie en une nuit, tellement j'étais excitée par tout cela, finalement cela m'avait pris beaucoup plus de temps, mais maintenant je pouvais admirer le résultat et je me sentais aussi émue que fière. Si rien qu'en voyant la robe j'avais envie de pleurer, qu'est ce que ça allait être quand Callie viendrait l'essayer et quand elle remonterait l'allée jusqu'à l'autel. J'avais beaucoup trop hâte de ce moment. Mon petit coeur fondait d'amour et du bout de doigts je touchais la robe. Le travail de la dentelle, l'assortiment des perles et cette magnifique traîne. Vraiment, c'était certainement la plus belle de mes créations et j'avais hâte de pouvoir faire la même chose avec Eliza.
Mais pour que tout soit vraiment parfait, il fallait que Callie vienne l'essayer et oui j'étais décidé à faire cela tout de suite. J'attrapais mon téléphone pour lui envoyer un métier. « CALLIIIIIIIIE MA CHERIE J'AI TERMINE TA ROBE !! TU VAS ETRE ABSOLUMENT MAGNIFIQUEMENT SUBLIME DEDANS !! Les majuscules c'était pour que tu te rendes compte à quel point je suis excité par tout cela. T'es disponible tout de suite pour venir l'essayer ? J'ai trop hâte de te voir dedans » Un jour j'allais devoir apprendre à gérer mes émotions et mon excitation, mais pas tout de suite. Je fixais mon téléphone avec intensité, comme si cela allait permettre à ma meilleure amie de répondre beaucoup plus vite. Quand enfin je le sentais vibrer dans ma main j'en étais presque à sauter de bonheur, mais ma joie fut bien vite éteinte. Callie n'était pas disponible. Elle était en week-end avec son amoureux. J'étais triste, mais ce n'était que partie remise. Je lui renvoyais un message pour lui souhaiter un bon week-end et surtout pour qu'elle profiter pour faire toutes les bêtises qu'elle avait en tête.

Le problème étant que j'avais un peu axée ma fin de journée sur les essayages et maintenant je me retrouvais fort dépourvue. C'était sans compter sur mon téléphone qui vibrait une nouvelle fois. Prise de folie, je pensais que c'était Callie qui me recontactait pour me dire que tout était okay, mais évidemment ce n'était pas elle. La logique aurait voulu que je m'en rende compte. Pour autant, ce message me faisait tout autant plaisir. C'était Jocelyn qui voulait que je passe l'après midi avec elle. Autant dire que j'étais plus que partante et rapidement je lui envoyais un message pour lui dire qu'elle pouvait compter sur moi. Après un dernier regard sur la robe de Callie, je rangeais cette dernière et surtout je fermais le placard avec un cadenas. Je ne voulais prendre aucun risque.
En partant de l'atelier, j'étais tenté de faire un saut rapide par chez moi, mais au final cela ne me servait à rien et puis Jocelyn était ma voisine, si vraiment elle avait besoin de quelque chose ou moi j'avais besoin de récupérer quelque chose cela ne nous prendrait pas beaucoup de temps.
Parce que j'étais douce et bien élevée, je faisais tout le contraire de ce que je faisais chez ma sœur, et je sonnais à la porte que Jocelyn vienne m'ouvrir. Une attente pas très longue et je répondais à son grand sourire. Avoir une voisine comme elle c'était une bénédiction. « Bonjour madame la célébrité. Tu peux toujours fréquenter tes modestes voisins ? » Je rigolais à ses taquineries, cela me mettait même encore plus à l'aise. Jocelyn allait devoir se méfier, sinon j'allais me sentir chez elle comme chez moi. « Célébrité je ne sais pas, mais j'ai toujours du temps pour mes voisines sympas » Autant dire que je n'accordais pas du tout la même importance au gars chelou du coin de la rue. Bien au contraire je l'évitais comme la peste au contraire de Jocelyn. « Je t’en prie entre » Je la remerciais d'un sourire et je la précédait dans la maison, attendant de savoir ce qu'elle avait en tête. « Je viens de faire du café si tu en veux. Ou si tu veux boire autre chose évidemment » Au mot café elle avait déjà réussi à capter toute mon attention. « Un café ça serait merveilleux, je te remercie » Trois minutes plus tard on était toute les deux installée devant un café bien fumant et rien qu'avec cela j'étais contente. « Tu n'a pas peur de ruiner ta cuisine en voulant m'initier à la pâtisserie ? » Et pourtant j'avais hâte de pouvoir apprendre et je devais l'avouer une grosse partie de moi, avant envie d'apprendre à faire des gâteaux pour faire une surprise à Jake. Je ne savais toujours pas ce qu'on était tous les deux, mais j'aimais sa présence à mes côtés. « Mais avant, dit moi tout !! Comment tu vas ? » Et par cette question je sous-entendais beaucoup de chose évidemment. Sa vie perso et professionnel. Tout, je voulais tout savoir. « Et avant que tu te demandes, j'ai tout mes vaccins et je suis allergique à rien » Donc même si je me coupais ou que j'entrais en contact avec des fruits quelconques il n'y avait aucun risque à avoir.




lumos maxima


† Everybody's gonna love today
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 291
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Rachel Awesome Bilson
›› Schizophrénie : aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ evan pryce (dan stevens) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: cake is the answer no matter what the question is ✻ emmy ✻ ( Lun 10 Sep - 17:13 )


Emmy & Jocelyn

WHAT WOULD YOU DO IF I SANG OUT OF TUNE ? WOULD YOU STAND UP AND WALK OUT ON ME ? LEND ME YOUR EARS AND I'LL SING YOU A SONG. I WILL TRY NOT TO SING OUT OF KEY. OH, BABY I GET BY AH, WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS. ALL I NEED IS MY BUDDIES AH, WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS. I SAY I'M GONNA GET HIGH AH, WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS.



Il paraît qu’il n’y avait pas que le travail dans la vie. Eh bien visiblement Jocelyn Ahern-Fields n’était pas de cette avis. Ou alors, elle ne devait pas comprendre cela. Toujours était-il que ces derniers temps, elle passait pratiquement toute sa vie à l’hôpital. D’un autre côté, ce n’était pas comme si elle avait le choix, vu le nombre de médecins absents dans son service. Mais on ne pouvait pas dire que ça la dérangeait. La jeune femme aimait un peu trop son travail et elle aimait un peu trop passer tout son temps à l’hôpital. En même temps, aucune personne sensée ne ferait autant d’années d’études pour un travail qui ne lui plaisait pas. Alors oui, la jeune femme passait la majeure partie de son temps à travailler et elle se sentait bien. Mais d’un autre côté, elle se sentait aussi épuisée. Le sommeil commençait vraiment à manquer et enchaîner entre les opérations et les consultations devenait compliqué. Elle avait vraiment un grand besoin de se vider la tête et de s’aérer l’esprit. Elle avait besoin de temps pour elle et elle avait surtout besoin de repos. Mais elle n’irait pas dormir tout de suite. Déjà parce que même si elle avait seulement terminé sa garde de 24 heures, on n’était toujours en plein après-midi et que si elle allait se coucher maintenant, elle allait se réveiller au milieu de la nuit et totalement détraquer son rythme de sommeil. Ensuite, parce que la jeune femme avait grand besoin de voir des gens qui n’étaient pas malades et qui n’avaient pas besoin qu’elle plonge ses mains dans leur cage thoracique. Ces derniers temps, elle n’avait vu que des confrères ou des patients et ce dont elle avait le plus besoin, c’était de passer une après-midi avec une copine à parler de tout et de rien en buvant un verre ou deux. Ou une ou deux bouteilles, c’était faisable aussi.

Son choix s’était d’ailleurs porté sur Emmy, sa voisine, avec laquelle elle avait lié une belle amitié depuis qu’elle était allée sonner chez elle pour être dépannée d’un peu de sucre. Depuis, Jocelyn passait la voir de temps en temps avec une pâtisserie et elle prenait un plaisir plus que certain à la voir et à parler vêtements avec elle. Elle était fascinée par tous les tissus qui se trouvaient chez Emmy et par tous les dessins qu’elle avait pu voir. Sans parler des magnifiques robes qu’elle avait déjà eu l’occasion de voir. Bref, elle était jalouse. Si Jocelyn était douée pour faire des points de suture, elle était loin d’être aussi douée pour coudre. Et ce n’était pas faute d’avoir essayé. Quand elle avait apprit à coudre des plaies béantes, elle avait tenté de faire la même chose sur des morceaux de tissu. Mais elle n’avait pas la fibre créatrice. Et surtout, si on pouvait fermer une plaie avec deux ou trois points de sutures, ce n’était pas le cas d’un vêtement et elle s’en était rapidement aperçue. Quoi qu’il en soit, la jeune femme, à peine rentrée chez elle, lança la machine à café. Son corps hurlait qu’il avait besoin de sommeil et elle avait plutôt intérêt à lui donner de la caféine si elle ne voulait pas tomber la tête la première dans la pâte à gâteau tellement elle avait besoin de dormir. Elle n’en avait d’ailleurs pas le temps, puisqu’on frappa à la porte et elle s’empressa d’aller ouvrir, un grand sourire aux lèvres. Elle était ravie de passer l’après-midi avec Emmy. « Heureusement que je suis sympa dans ce cas, j’aurais eu le cœur brisé que tu n’aies plus de temps pour moi », s’exclama-t-elle avec enthousiasme. Bon, en même temps, elle ne risquait pas grand-chose, puisque c’était son métier de réparer des cœurs. Oui mon jeu de mot est nul.

Sans tarder, Jocelyn invita la brune à entrer. A vrai dire, toutes ces formalités n’étaient que des politesses, parce qu’Emmy était bien libre de faire ici comme chez elle si elle le désirait. Elles avaient dépassé le stade des formalités. Du moins, Jocelyn le pensait. Mais comme c’était une hôte charmante et agréable – du moins elle essayait de l’être – elle lui proposa quand même un peu du café qu’elle venait de préparer. Emmy pouvait s’estimer heureuse d’ailleurs, parce que Jocelyn ne partageait pas son café avec tout le temps. Le café, c’est un bien précieux. Cindy elle ne partage jamais le sien. Elle s’empara d’une tasse dans un placard, qu’elle remplit du précieux liquide noir. « Tiens », fit-elle en lui donnant la tasse. « Lait ? Sucre ? », demanda-t-elle. D’accord, peut-être que depuis tout ce temps, elle aurait pu prendre la peine de retenir les préférences d’Emmy en terme de café. Mais bon, on ne pouvait pas toujours être parfait. Après lui avoir donné tout ce dont elle avait besoin, elle la rejoignit et s’installa près d’elle. « Oh ne t’inquiète pas, j’ai vérifié les termes de mon contrat d’assurance, je suis couverte pour les incendies domestiques », plaisanta-t-elle. Bon, peut-être qu’elle n’aurait pas dû en rire. Mais elle était certaine que personne ne pouvait être mauvais en cuisine à ce point … si ? « Je me porte comme un charme. Je suis épuisée, j’ai enchaîné les heures à l’hôpital, mais ça me rend un peu nostalgique de mes années d’internat », répondit-elle avec un sourire. Avant, c’était un challenge pour elle de tenir éveillée, parce que c’était une vraie mamie. Mais quand elle était devenue interne, elle n’avait pas eu le choix. Maintenant, elle maîtrisait les nuits blanches comme personne. « Et toi alors, raconte moi tout », fit-elle avec un grand sourire. Elle voulait savoir comment elle allait, mais aussi qui elle avait habillé de célèbre dernièrement. Par contre, si un jour elle rencontrait Jake Gyllenhaal, Jocelyn allait en mourir de jalousie, je préviens. « Je suis ravie de savoir que je ne risque pas de te tuer avec un gâteau », rétorqua-t-elle avec un nouveau sourire amusé. Le côté très spontané d’Emmy avait toujours le don de la faire sourire. Elle adorait cette fille, c’était officiel. « Est-ce que tu as envie d’essayer quelque chose en particulier ? Un gâteau crémeux ? Ou bien une tarte pour commencer par les classiques ? », demanda-t-elle. Dans tous les cas, elle avait un million de livres de recettes, donc elles allaient forcément trouver leur bonheur toutes les deux.  



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/01/2018
›› Commérages : 131
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Leighton Meester
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ❋ Sarah Miller (Meghann Fahy) ❋ Helena Lewandowsky (Elodie Yung) ❋ Pio Esposito (Wilson Bethel) ❋ Martin Palmer (Ben Barnes) ❋ Oscar Pierce (Matt McGorry)

Re: cake is the answer no matter what the question is ✻ emmy ✻ ( Mer 12 Sep - 21:43 )












Que Calie ne puisse pas venir essayer sa robe me rendait infiniment triste. J'avais imaginé ce moment tellement de fois ces dernières semaines que je devais avouer que je me sentais hyper frustrée et je ne savais plus quoi faire de mes 10 doigts. Comme si j'étais complètement désœuvré alors que ce n'était absolument pas le cas, j'avais des dizaines de projets à terminer, sûrement une tonne de ménage à faire chez moi, et potentiellement des courses aussi, mais rien de tout cela ne me faisait envie. Vu comment j'étais partie, j'allais sûrement rester dans mon atelier à attendre que le temps passe et que la motivation revienne. C'était mon plan initial, mais c'était sans compter sur super Jocelyn, ma super voisine qui me proposait de venir passer l'après midi chez elle et surtout de m'apprendre à faire des gâteaux. D'un coup, toute mon énergie venait de revenir, et je lui répondais rapidement que j'étais plus que d'accord pour venir chez elle.
Avant de partir de l'atelier, je faisais un brin de ménage et surtout je regardais amoureusement la robe de Calie avant de l'emballer avec 1 000 précautions. Je ne voulais que rien ne lui arrive, si j'avais eu un coffre fort je l'aurais certainement mise sous clé pour être sûre, mais je n'avais pas ce genre de chose. Il faudrait peut-être que je pense à en faire installer un. C'était une idée à laquelle je devrais réfléchir sérieusement. J'en parlerais avec mon père pour lui demander si c'était vraiment une bonne idée ou pas. En attendant, j'avais rendez-vous avec la pâtisserie et cela m'angoissait un peu.

Aller chez Jocelyn c'était toujours un plaisir. C'était sûrement la seule voisine avec qui j'avais réussi à nouer une véritable relation et on pouvait le dire, une véritable amitié. Dès qu'on en avait l'occasion on aimait bien se retrouver autour d'un café, ou même d'un verre de vin pour parler de tout et n'importe quoi. Souvent je l'enviais de sa relation avec son copain, cela me désespérais même d'être toujours célibataire. Moi l'éternelle amoureuse, je ne l'avais plus été depuis bien trop longtemps. Peut-être que de réussir à faire la cuisine allait changer les choses. Je croisais les doigts et surtout j'arrivais avec un grand sourire chez ma voisine. Elle pouvait se rassurer, malgré le succès de mon costume au mariage princier, j'avais toujours du temps pour elle. « Heureusement que je suis sympa dans ce cas, j’aurais eu le cœur brisé que tu n’aies plus de temps pour moi » Oh non, briser les coeurs ce n'était vraiment pas mon truc, cela me rendait trop triste. « Tu n'as aucune inquiétude à avoir » Je ne comptais pas déménager, ni partir à l'étranger, ni rien.
Rapidement je me retrouvais dans la cuisine de Jocelyn avec un café devant moi. Ce cours de pâtisserie commençait vraiment de la meilleure des façons. « Lait ? Sucre ? » Je faisais un signe de la main pour dire que c'était tout parfait comme ça. J'adorais prendre mon café noir. Le meilleur moyen de sentir tout les arômes. Et parce qu'elle devait être au courant de ma nullité, je préférais la prévenir toute de suite que sa cuisine pourrait subir quelques dommages si elle ne me surveillait pas de près. « Oh ne t’inquiète pas, j’ai vérifié les termes de mon contrat d’assurance, je suis couverte pour les incendies domestiques » Voilà qui était plutôt rassurant. Je me sentais un peu mieux de savoir cela quand même. « Je te promets de faire attention et d'éviter de mettre le feu, mais c'est quand même bon à savoir. » Maintenant que ce point était établie, je demandais de ces nouvelles à Jocelyn. « Je me porte comme un charme. Je suis épuisée, j’ai enchaîné les heures à l’hôpital, mais ça me rend un peu nostalgique de mes années d’internat » Mais enfin, ce n'était pas humain de travailler autant, du coup je culpabilisais de l'embêter alors qu'elle pourrait se reposer. « Mais si tu veux aller faire une sieste, on peut remettre notre petit cours plus tard » Je ne lui en voudrais sûrement pas de vouloir me mettre à la porte. « On peut vraiment être nostalgique de son internat ? » Dans les séries que je regardais, j'avais plutôt l'impression que c'était l'enfer sur terre. « Et toi alors, raconte moi tout » Si je lui racontais tout dans les moindres détails, elle était foutu, mais pourtant je ne pouvais pas m'en empêcher. « Londres c'était vraiment magnifique ! J'ai pas pu approcher la reine, mais tu te rends compte que j'ai respiré le même air qu'elle ? » Oui cela me perturbait. « Et avec Jake tout s'est merveilleusement bien passé ! Enfin il ne s'est rien passé, mais j'avais vraiment l'impression d'être au bras du prince charmant » De toute façon je ne savais même pas si un jour il allait réellement se passer quelque chose entre lui et moi. « Et aujourd'hui j'ai terminé la robe de mariée de ma meilleure amie, ça me rend toute excitée » Tellement qu'encore une fois, je ne pouvais m'empêcher de sauter sur place. Voilà, dans quel état j'étais constamment en ce moment. Mais pour les gâteaux, il fallait que je retrouve ma concentration et j'étais très heureuse de dire qu'aujourd'hui normalement je ne devrais pas mourir. « Je suis ravie de savoir que je ne risque pas de te tuer avec un gâteau » Non, il n'y avait pas moyen. J'étais bien déterminé à réussir cette recette avec Jocelyn. « Est-ce que tu as envie d’essayer quelque chose en particulier ? Un gâteau crémeux ? Ou bien une tarte pour commencer par les classiques ? » Voilà, elle venait de me perdre en deux secondes et je réfléchissais avant de m'écrier. « OH JE SAIS !! Une tarte au citron meringué » J'avais toujours adoré cette tarte et si on pouvait la faire je serais la plus heureuse. « On peut faire ça ? Dit moi que oui, s'il te plaît » Parce que si c'était trop compliqué pour une première alors je me mettais à pleurer. « Sinon on peut faire un gâteau au yahourt. C'est peut-être plus facile et moins dangereux » Je ne voulais pas prendre trop de risque et finir avec des brûlures sur les mains, j'en avais trop besoin. « Olalala, j'aurai du assurer mes mains avant de me mettre à la pâtisserie » Tant pis, des fois dans la vie il fallait savoir vivre dangereusement.




lumos maxima


† Everybody's gonna love today
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: cake is the answer no matter what the question is ✻ emmy ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

cake is the answer no matter what the question is ✻ emmy

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération