Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1026
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes

Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Jeu 23 Aoû - 23:03 )


Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Dernièrement, Asher passe plus de temps au travail que chez lui. C'est étonnant, venant de lui. Son métier ne le passionne pas des masses, et l'esprit start-up n'est pas pour lui. Ce travail, c'est principalement ce qui lui permet d'avoir assez d'argent pour vivre. Jamais il ne pourra rédiger ses articles avec rage et passion, jamais il ne pourra les rendre en temps et en heure. Alors, comme on s'en doute, moins il passe de temps à son bureau, mieux il se porte. Il s'arrange toujours pour travailler depuis chez lui, en profitant pour ne rien faire et prendre du retard sur les tâches qui lui sont attribuées. Mais ces derniers jours, c'est compliqué. Il n'aime pas rester chez lui. Il n'aime pas se dire qu'à tout moment, il peut tomber sur Sarah. Ils se sont méchamment disputés et pour le moment, Asher n'arrive toujours pas à savoir s'il s'en veut, ou si c'est à Sarah qu'il en veut. Donc à choisir entre la start-up qu'il déteste et l'appartement qui le met de mauvaise humeur, il choisit la start-up. Il préfère troller ses collègues et faire semblant de travailler. Ca lui paraît plus simple que de rester chez lui. Au moins, chez Clothes Over Hemp, il n'y a rien pour l'agacer. Si ce n'est le travail. Mais le travail, Asher sait l'éviter avec agilité. D'ailleurs, aujourd'hui, il se balade sur 9gag. Et il glousse toutes les deux minutes, parce que ce site regorge de memes hilarants. C'est comme ça qu'il décide de prendre ses collègues en photos, dans la plus grande discrétion, afin de produire des images drôles de qualité. Ca lui demande une bonne dose de créativité, et une grande maîtrise. Au final, celle affaire lui occupe toute sa journée de travail. Lorsqu'à la fin de celle-ci, il présente son travail à ses collègues, une grande vague de fierté l'envahit. « Vous croyez qu'on peut convaincre Kate de les publier sur le site ? » La réponse est claire : non.

Au moment où tout le monde commence à quitter le bureau, Asher s’attelle à la rédaction de son article. Il avait prévu de se réfugier chez Jocelyn, mais cette dernière travaille de nuit. Techniquement, il a les clés de son appartement. Donc il pourrait choisir de s'y rendre malgré tout. Sauf qu'il n'aime pas être chez Jocelyn si elle n'est pas là. Alors dans cette optique, il n'a pas d'autre choix que celui de rentrer chez lui. Là encore, ça lui pose un problème. Il y a toujours Sarah, et après la merveilleuse journée qu'il vient de passer, il n'a pas envie qu'elle soit gâchée. Du coup, il travaille. S'il reste au bureau suffisamment tard, les chances pour qu'il croise Sarah diminuent. Ça lui semble être le plan parfait. Il vient de terminer son premier paragraphe quand son portable le distrait. Sa mère vient de lui envoyer un message, parce qu'elle a décidé d'improviser un repas de famille. Il sourit, en se disant que ça ne devrait probablement pas le surprendre. Cette femme est douée pour établir des plans de dernière minute. Asher tape rapidement sa réponse, expliquant à sa mère qu'il devait pouvoir être là dans la demi-heure qui suit. Le garçon enregistre son travail, ferme les fenêtres de l'open space, éteint les lumières, et quitte les locaux en verrouillant la porte principale derrière lui. Au passage, il a volé un paquet de céréales et quelques bouteilles de soda, mais on le pardonne. Asher est persuadé qu'on retient de l'argent sur son salaire pour pouvoir remplir les placards de la cuisine, donc il part du principe qu'il peut prendre tout ce qu'il veut. De toute façon, il y a peu de chance pour que quelqu'un remarque quoi que ce soit. La dernière fois, Asher a osé voler un paquet de dix rouleaux de papier toilette, et personne n'a hurlé au scandale.

Tout feu, tout flamme, Asher arrive chez ses parents. Il présente les bouteilles de soda à sa mère, remarquant bien vite les trois assiettes à table. « Lys et Leo sont pas là ? » Qu'il demande, un peu déçu. Aucun des deux n'a pu libérer sa soirée. Ce qui n'a rien d'étonnant, puisqu'ils mènent tous les deux une vie mouvementée. Contrairement à Asher, qui ne fait généralement rien. C'est moins difficile pour lui de répondre présent aux invitations de dernière minute. Quoi qu'il en soit, ça n'empêche pas Asher de profiter du repas comme il se doit. A la fin du repas, il aide ses parents à nettoyer la cuisine, et propose un verre en terrasse. Sa mère refuse, mais son père accepte. Les deux hommes s'installent donc dans le jardin, et Asher sort ses cigarettes, roulées au préalable par ses soins. « T'en veux une ? » Ce paquet contient un joint, et c'est justement ce qu'il tend à son père. Il se garde bien de divulguer l'information, pour plus de fun. « Dis-moi. Tu sais que j'ai une petite-amie qui s'appelle Jocelyn, hein ? T'as pas oublié, que Sarah et moi, c'était fini ? »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 96
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle
›› Célébrité : Mr Darcy aka Colin Firth
›› Schizophrénie : Ici Anna (aka REW), Si' (aka Ryan Gosling), So (aka Martin Freeman), Bri (aka Millie Bobby Brown), Jay (aka Michiel Huisman), Owiwi (aka Mark Ruffalo)

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Lun 3 Sep - 11:58 )

Poster un nouveau sujet
Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Asher & Eli
Asher va venir, Lys et Léo ont déjà prévu quelque chose pour leur soirée.
Je fronce les sourcils et relève mon nez de l’ordinateur. Je ne suis pas au courant qu’il y avait une soirée organisée, mais cela ne me dérange pas du moment que ce n’était pas une soirée que j’ai encore oubliée. J’ai toujours vécu ainsi avec Erika qui a le don de faire des plans à la dernière minute et encore, c’est plutôt sage comparé à la fois où elle m’a embarqué dans une grande fête. Une fête que je n’avais nullement envie d’y aller et qu’au final, on s’est un peu trop amusé et que nous avons plus ou moins râlé le fait que nous étions trop vieux pour savoir récupérer de l’abus de boisson. Donc le diner avec Asher me va parfaitement, si on ne se prend pas trop la tête comme d’habitude. Je fais de mon mieux ceci dit, je fais des efforts pour ne pas faire des remarques qui peuvent nous fâcher. Bon, si Asher vient (et il vient dans trente minutes), j’arrête d’écrire sur mon ordinateur et viens aider Erika à mettre la table, à préparer la salade. Dans le fond, je suis assez content qu’Asher vienne et uniquement que lui, parce que ça me permet de repousser l’annonce à toute la famille… Même si je devrais l’annoncer à Erika d’abord avant d’annoncer à nos enfants. Déjà qu’il faut qu’elle l’apprenne et qu’elle ne s’énerve pas parce que je lui ai caché ma maladie depuis des mois. Je préfère que tout soit prêt avant l’annonce, bien que mon livre ne le sera jamais, mais ça, je n’ai pas besoin qu’il soit terminé pour être prêt. La chose c’est qu’on n’est jamais prêt à quoi ce que ce soit. Erika est la bonne preuve à force de prévoir des choses à la dernière minute. Si ça se trouve, je serai pas préparé à faire l'annonce comme il faut.

Enfin, je n’y pense pas trop, encore moins quand Asher est arrivé avec un paquet et des sodas en main. Cela m’a fait légèrement sourire avant de lever les yeux au ciel. On a discuté et mangé ensemble, on a prit les nouvelles les uns et les autres. Asher était le dernier parti du bureau, cela m’avait surpris et Erika lui avait demandé si tout allait bien. Elle a toujours su poser les questions à ma place, dans tous les cas, selon la réponse d’Asher, cela a l’air d’être le cas. Bon s’il dit que tout va bien… Il sait déjà que quand ça ne va pas, il peut toujours se tourner vers nous, enfin plus particulièrement Erika. On a rangé la table, puis la cuisine tous ensemble. Enfin, jusqu’à ce qu’Erika nous envoie un peu balader, disant que c’était son domaine et sa partie de plaisir de ranger la vaisselle. C’est avec un verre de whisky pour changer du soda de tout à l’heure que nous nous retrouvons dans le jardin, à profiter de la verdure et de la fraicheur de la soirée. On avait bien besoin de ce rafraîchissement après une journée assez chaude. Je joins mes deux mains, regardant les plantes avant d’observer Asher sortir le paquet de cigarettes. Il m’en propose une. Je ne dis rien pour le moment que je tourne la tête pour vérifier qu’Erika ne regarde pas à la fenêtre, elle n’a pas l’air d’être là. « Oui, s’il te plait. » fis-je en tendant la main pour prendre la cigarette qu’il me tend. Tant pis si Erika me fait une remarque, je n’ai pas fumé depuis assez longtemps. Je prends le briquet et allume la cigarette, je commence à aspirer la fumée sans me rendre compte de la différence, parce que j’ai commencé à tousser à la question. Bien que j’ai essayé de me retenir, je prends un petit moment pour me reprendre avec un regard un peu perdu. « Oui, je suis au courant Asher. » fis-je avant de faire une pause, je pose la main sur mon menton et le regarde, je ne vois pas où est ce qu’il veut en venir là et je ne fais absolument pas semblant. « Pourquoi cette question ? » fis-je en me penchant pour mettre le briquet sur la table pour qu’il puisse la récupérer.
electric bird.



Be okay
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1026
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Dim 9 Sep - 18:38 )


Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Asher ne pouvait pas être plus fourbe qu’en offrant à son père un joint, sans qu’il ne le sache. Il l’accepte, et un sourire malicieux vient étirer les lèvres du jeune homme. Ça fait des semaines que ce plan mijote dans son esprit. Il a déjà hâte de voir quels effets la drogue aura sur son père. Il prie pour que ça le détende un peu. Après tout, ça ne peut pas lui faire de mal. La dose n’est pas forte, et il ne s’agit pas non plus d’une drogue dure. Simplement d’un peu d’herbe magique visant à embellir son existence. Par solidarité, Asher prend lui aussi un joint. Il y a fort à parier pour que leur discussion n’ait pas le moindre sens, après ça. Alors avant qu’ils ne partent totalement en roue libre, Asher prend le temps de revenir sur ce qu’il s’est passé avec Sarah. Dans un premier temps, il vérifie auprès de son père que la mise à jour sur sa vie sentimentale a bien été effectuée. Il dit que oui, mais Asher n’est pas convaincu. S’il était vraiment au courant, il n’aurait jamais envoyé un message à Sarah en lui rappelant de prendre le gâteau pour l’anniversaire à venir. D’ailleurs, cet anniversaire, il n’a jamais su duquel il s’agissait. Lys l’a pris pour un fou lorsqu’il lui en a parlé, et Leo a affirmé qu’il n’y avait aucun anniversaire dans la famille cette semaine-là. Donc Asher a laissé tomber l’affaire, en se disant que son père s’était peut-être mélangé dans les dates. Sauf que le mélange de dates n’explique pas pourquoi il s’est adressé à Sarah, en sachant que Jocelyn est sa petite-amie depuis le début de l’année. Plus il essaye de comprendre, plus il s’embrouille. Alors à force de passer son temps à retourner la situation dans tous les sens, il en a conclu que la meilleure solution pour élucider ce mystère, c’était de consulter le principal intéressé. Sauf que le principal intéressé ne l’aide pas des masses.

Il tire une bouffée sur son joint et relâche la fumée dans les airs. « J’sais pas. Sarah m’a dit que tu lui avais envoyé un message. » Explique-t-il en haussant les épaules. « Il paraît que tu lui as demandé de ne pas oublier le gâteau d’anniversaire. C’était y’a une ou deux semaines, je sais plus trop. Elle s’est énervée parce qu’elle croyait que j’avais rien dit pour notre séparation. » Même s’il n’a plus besoin de Sarah pour empêcher sa famille de le marier de force avec une inconnue, il garde la vérité pour lui. Il ne peut pas dire à sa famille que son histoire avec Sarah était inventée de toute pièce. Les James risqueraient de mal le prendre et ne voudraient plus le croire. Et de toute façon, il considère avoir réellement été en couple avec sa colocataire. Parce qu’ils se sont comportés comme tel du début à la fin. « J’ai pas compris pourquoi tu avais envoyé un message à Sarah, et je sais toujours pas de quel anniversaire tu parlais. » Il tourne le regard vers son père, qui semble lui aussi un peu perdu. « T’es sûr que tu savais, pour Jocelyn ? Parce que sinon, j’avoue que je comprends pas. » Et Asher, il veut comprendre, justement. Il n’aime pas être dans le flou. D’autant plus que ce message a eu des conséquences disproportionnées. Bien que ce ne soit pas la cause directe à l’énorme dispute qui a éclaté entre lui et Sarah, il a comme l’impression qu’il s’agit de l’élément déclencheur. À tort ou à raison. Il attrape son verre de whisky pour en boire une gorgée, et se laisse porter par les premiers effets de l’alcool mélangés à ceux de la drogue. De temps en temps, il jette un œil à son père pour guetter ses réactions. « Je trouve ça triste qu’on ne fasse pas ça plus souvent. » Quand on connait la relation parfois conflictuelle qui les unit, ça n’a rien d’étonnant. Entre Eliott et Asher, ça n’a jamais été simple. Ce soir, les deux hommes ont réussi à tenir plus d’une heure sans se crêper le chignon, et il s’agit d’un record. Reste à savoir si cet état d’esprit va perdurer, ou s’il va se dissiper dans les prochaines minutes.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 96
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle
›› Célébrité : Mr Darcy aka Colin Firth
›› Schizophrénie : Ici Anna (aka REW), Si' (aka Ryan Gosling), So (aka Martin Freeman), Bri (aka Millie Bobby Brown), Jay (aka Michiel Huisman), Owiwi (aka Mark Ruffalo)

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Lun 10 Sep - 11:12 )

Poster un nouveau sujet
Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Asher & Eli
Cela faisait très longtemps que je n’ai pas fumé, donc les cigarettes ont bien dû changer depuis ces derniers temps. Je ne serai pas surpris de cela d’ailleurs…! Le drôle hasard veut qu’Erika croyait fermement avec mes mauvaises habitude à fumer, je finirai par attraper un cancer de poumon… Ce qui n’est clairement pas le cas malheureusement, j’ai une autre maladie bien plus pénible et qui me joue souvent les tours ces derniers mois. C’est assez difficile de rattraper tout ça et des fois, ça ne marche pas toujours et je laisse le silence faire les choses, mais ça sème des doutes. Des fois ça marche, mais ça sème les doutes encore. Dans les deux cas, il ne faut pas que je cache cela pour très longtemps. Mon neurochirurgien a raison, je déteste l’admettre mais je m’embarque dans une spirale où je risque ne pas m’en sortir. Je crains que ce soit le cas déjà avec Asher qui est la deuxième personne à me poser des questions après Erika. Je fronce les sourcils quand il évoque le message que j’ai envoyé à Sarah. Bon d’accord, je n’envoie pas souvent les messages à Sarah et je l’aperçois au commissariat quand je passe. Alors normalement je devrais m’en souvenir, sauf que… Je ne m’en souviens pas. Heureusement que Asher me donne les détails. Je suis de plus en plus surpris et perdu à la fois. Un gâteau d’anniversaire ? Il y a un anniversaire ? Je fronce les sourcils. Parce que je ne m’en souviens pas, je secoue la tête et tire sur la cigarette contrarié. Qu’est-ce qui s’est passé il y a une semaine ? J’écrivais, je suis sorti avec Erika voir des amis et des voisins, sommes allé à la plage… Ah oui, le casino aussi juste pour le fun. On a perdu malheureusement, mais ça, on se garde de le dire. Deux semaines… Je me rappelle d’avoir passé une partie de la semaine seul et avoir été un peu perdu. Cela colle et ça ne me rassure pas du tout. Est-ce qu’il y a d’autres choses que j’ai pu faire et que je ne m’en rappelle pas ? J’expire la fumée et écoute Asher parler, enfin me partager son incompréhension. Je bois une gorgée de whisky en essayant de rester le plus imperturbable possible, mais mon regard perdu me trahit. Je regarde Asher après avoir déposé le verre. « Oui. Je suis sûr que je le sais. Ta mère me parle d’elle au moins trois fois dans la semaine. » affirmai-je avant de remettre la cigarette aux lèvres et je me mets à réfléchir. Que faire ? Je ne veux pas lui mentir, mais je ne veux pas lui expliquer ma situation actuelle, du moins pas avant Erika. « Mais quel anniversaire je devais avoir parlé…? Il n’y a pas une personne qui est né en août pourtant… » marmonnai-je alors que je me massais le tempe en réfléchissant avec la main qui tenait la cigarette. « J’ai dû m’emmêler dans les dates et j’ai dû aussi m’emmêler sur le téléphone, les tactiles, c’est une horreur… Il m’arrive d’envoyer des sms à des gens qui ne sont pas censé en recevoir. » soupirai-je après avoir tiré sur la cigarette que je consomme un peu trop vite. Ça me rend légèrement nerveux quand Asher me pose des questions comme ça et que moi, j’ai dû chercher une excuse en un temps record.

L’excuse donnée, on passe plus ou moins à autre chose. Surtout le silence s’installe entre nous deux, déjà moi en train de fumer, Asher en train de boire. Je repense encore à ce message que j’ai envoyé à Sarah mais que je n’arrive pas à m’en souvenir. Je suis très tenté de regarder sur mon téléphone, mais en la présence d’Asher, ce n’est pas très conseillé. J’ai en même temps peur de trouver ces messages assez inquiétants. La phrase sortie de nulle part d’Asher m’aura fait oublier mes pensées, pour m’y concentrer. Réalisant la phrase qu’il venait de dire, je souris tristement et sans dire un mot, je pose la main sur son épaule et je la papate (la joueuse est fatiguée et sait pas comment ça se dit en vrai français alors zut). Je ne dis rien, mais ce geste l’exprime déjà assez pour ma part. Moi aussi je trouve ça dommage que nous ayons pas beaucoup de moments comme ça. J’ai fait des efforts pour justement que ça dure, je n’ai pas envie, enfin, je n’ai plus envie de me disputer avec mon fils. Je n’ai pas envie d’avoir ça en dernier souvenir. Un petit instant après, que j’ai terminé la cigarette. « J’enverrai un message à Sarah pour m’excuser de cette confusion… » fis-je sortant ça de nulle part, parce qu’il faut croire que cette histoire m’inquiète un peu. « J’espère que je n’ai pas crée un malaise entre vous deux. » Il ne manquerait plus que ça, c’est loin d’être mon intention de pourrir les relations des gens… Je n’ai vraiment pas envie qu’ils en pâtissent à cause de ma maladie. À cette idée, je sens tout d’un coup un poids sur mes épaules comme si tout d’un coup, ça me minait. Je n’aurai jamais cru que ça me ferait ça.
electric bird.



Be okay
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1026
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Ven 28 Sep - 22:33 )


Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Asher profite d’être seul avec son père pour lui parler du fameux message qui a rendu Sarah aussi redoutable qu’une tornade. Si les deux colocataires ont l’habitude de se hurler dessus, cette dispute était particulièrement marquante. Pour la première fois en un an de cohabitation, ils se disputaient pour quelque chose de sérieux. Puis ils ont réussi à calmer leurs ardeurs, avant qu’Arya ne sorte de l’ombre pour balancer à Asher ses quatre vérités en pleine face. C’est compliqué, cette histoire. Trop compliqué pour le garçon qu’est Asher. Mais à l’heure actuelle, ce n’est pas sa relation avec Sarah qui l’inquiète. Il se préoccupe plutôt de son père, et du message qu’il a envoyé à la rouquine. Parce que ça n’a pas le moindre sens. Émettre mille et une supposition ne l’aidera pas à comprendre. Seul son père peut décoder les informations complexes de son propre cerveau. Pour la seconde fois, il lui affirme être au courant de la relation entre Asher et Jocelyn. Et pour la seconde fois, Asher se sent réellement perdu. Comment pouvait-il savoir et envoyer un message à Sarah ? Le jeune homme fronce les sourcils, confus. « Justement, je sais pas de quel anniversaire tu parlais, donc je te pose la question. Mais si toi non plus tu sais pas, alors on a un problème. » Plus Eliott tente d’éclaircir la situation, moins Asher comprend. S’emmêler dans les dates, c’est une chose. S’emmêler dans le répertoire de son téléphone, en plus des dates… C’est autre chose. Et Asher, ça lui paraît louche. À vrai dire, il peine à croire que ce soit possible. « Donc en gros, tu t’es perdu dans les dates, et en plus, t’as confondu Sarah et Jocelyn ? » Qu’il demande, les sourcils froncés. Bon. Soit son père n’a pas envie d’éclaircir sa lanterne, soit il le prend pour un lapin de six semaines. Dans les deux cas, il abandonne. Pour le moment.

Entre Asher et Eliott, ça a toujours été plus ou moins particulier. Ils entretiennent une relation hautement conflictuelle depuis des années, et personne n’a su apaiser les tensions. Le jeune homme a beau tenté de se souvenir, il ne se rappelle pas une seule fois où lui et son père étaient proches. Difficile d’en vouloir à Eliott, cependant. Asher, il est né pour être agaçant et mener une vie libre. À chaque fois qu’il doit prendre une décision, il fait tout pour que ce soit l’exact opposé de ce que l’on attend de lui. Parfois consciemment, souvent inconsciemment. Pousser le vice jusqu’à l’agacement est l’une de ses spécialités. Eliott et Asher sont rarement sur la même longueur d’onde. Ce soir, pourtant, aucune dispute ne se profile à l’horizon. Du moins, dans l’esprit du jeune homme. Car si son père savait ce qu’il fumait, il ne serait peut-être pas aussi pacifiste. Mais Asher refuse de s’inquiéter, parce qu’il se dit qu’un joint ne peut que faire du bien à son paternel. Le jeune James profite de ce moment, en remarquant que ce n’est pas si mal de pouvoir passer un peu de temps avec son père. Même si c’est assez sympathique, ce n’est pas dans leurs habitudes, et ça ne le deviendra certainement jamais. Dans le fond, ils adorent se prendre le chou pour des futilités. Du moins, c’est surtout vrai pour Asher. De manière générale, il adore faire sortir les gens de leurs gonds, et c’est encore plus drôle lorsqu’il s’agit de son père. Eliott est une personne sérieuse, qui a donné vie à un bouffon qui se qualifie de génie. Exposée ainsi, on comprend que cette relation reste explosive. Un moment de répit entre deux prises de tête, ça ne leur fera évidemment aucun mal. Asher émet vaguement la volonté de passer plus de temps avec son père, mais il sait que les probabilités pour que cette situation ne se reproduise à l’avenir sont bien minces. Sauf s’il le kidnappe un jour. À méditer.

Asher tente désespérément de reconnaître une constellation dans le ciel lorsque son père revient sur sa dispute avec Sarah. Le garçon hausse les épaules, assez attristé par la façon dont les choses se sont déroulées entre eux. « T’embêtes pas. » Souffle-t-il. « Le malaise était déjà là avant que tu envoies le message. Elle m’en veut d’être avec Jocelyn, je crois. » Elle lui en veut aussi de ne pas l’avoir tenue informée de sa vie sentimentale. Et elle a des sentiments pour lui, ce qu’il n’avait pas prévu. « C’est compliqué, les femmes. » Qu’il dit en aspirant sur sa cigarette. « Ou c’est les hommes qui sont compliqués. On devrait réfléchir à la question. » Pas de soir, cela dit. Asher a d’autre chat à fouetter. « T’es sûr que tout va bien ? » Asher remarque rapidement la mine morose de son père, et il sent qu’au-delà de cette histoire de SMS, il y a autre chose qu’il ne veut pas dévoiler. « Je sais que je suis pas ton enfant préféré, mais tu me dirais si quelque chose n’allait pas ? » Aussi étonnant que ça puisse paraître, Asher accorde de l’importance à sa famille. Il déteste avoir le sentiment qu’il y ait hippopotame sous gravillon. Et là, clairement, il y a hippopotame sous gravillon.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 96
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle
›› Célébrité : Mr Darcy aka Colin Firth
›› Schizophrénie : Ici Anna (aka REW), Si' (aka Ryan Gosling), So (aka Martin Freeman), Bri (aka Millie Bobby Brown), Jay (aka Michiel Huisman), Owiwi (aka Mark Ruffalo)

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Lun 1 Oct - 13:25 )

Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Asher & Eli
Maintenant qu’Asher reformule en une phrase l’excuse que j’ai plus ou moins donné avec cette histoire de SMS. Entendu comme ça, ça me parait louche et j’aurai tiqué tout comme il est en train de le faire. Je ferme les yeux une fraction de secondes avant d’hausser les sourcils, un peu dépassé. Ce n’est vraiment pas moi qui suis pourtant plus doué et le plus en contact avec la nouvelle technologie comparé à Erika. « Aussi étonnant que ça puisse paraître, ça arrive Asher. » Une pause avant que je ne tourne mon regard vers lui, l’air de concéder et d’hausser les épaules. Oui, voyons, ça ne lui est peut-être jamais arrivé parce qu’il est certainement plus à l’aise que moi sur les téléphones…

Dans tous les cas, j’imagine bien que ça a crée du souci chez Asher. Je sais bien que nous nous entendons pas si bien que ça, du moins aux yeux de tous. On ne fait que se prendre la tête, il n’arrête pas de me désespérer avec ses réflexions et actions. Je n’ai jamais arrêté de lui faire des remarques. On s’est toujours pris le chou et pourtant, je n’irai jamais jusqu’à détruire une relation avec un de ses amis. Encore moins Sarah…! Je fronce légèrement les sourcils à la réponse du jeune homme, peut-être qu’il ne veut pas que je m’embête, je devrais quand même m’excuser. Il affirme qu’il y avait déjà ce malaise entre lui et Sarah. « Fort probable… Vous étiez ensemble pendant un bon moment, elle a dû voir vos projets s’écrouler alors que tu t’es mis avec Jocelyn. » fis-je en regardant devant moi, un peu dans mes pensées. J’ai l’impression que tout de même, je m’enfonce. Mentalement. « Je trouve ridicule de dire que les femmes sont compliquées. Nous sommes des êtres humains, avec un fonctionnement assez complexe… » Donc, les femmes ne sont pas les seules à être compliquées et elles pourraient dire autant la même chose avec les hommes. Enfin, c’était une réponse rapide avant que je ne réalise que je me sens bizarre. Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment, mais j’ai l’impression qu’il y a quelque chose qui change et je n’arrive pas vraiment à déterminer si c’est dû à ma maladie ou à l’alcool. Ces deux détails m’étonneraient fortement, parce que pour ma maladie, c’est un autre sentiment et ce n’est pas du tout ce que j’ai en ce moment-même. Enfin, j’espère surtout que ce ne soit pas ça. L’alcool, j’ai à peine touché au verre. « Mh… Je me sens un peu bizarre en ce moment. » répondis-je par rapport à mon état général en ce moment-même. Je le regarde et remarque de suite qu’il voulait parler autre chose. Il sent qu’il y a quelque chose qui cloche et en même temps, il y a de quoi. On ne se prend pas la tête, et quand ça arrive, c’est soit l’un ou l’autre qui est malade, ou qu’il a quelque chose à demander… Je le regarde légèrement surpris de sa question avant de me reprendre qu’en effet, malgré notre prise de tête assez constante, on tient l’un à l’autre. Il est normal qu’on s’inquiète. « Oui. » fis-je tout simplement avant de commencer à hocher la tête. « Il y a bien quelque chose qui ne va pas. » Je regarde la cigarette puis Asher. J’eu une légère moue moqueuse. « Qu’est-ce que tu as mis dans cette cigarette ? » Oui, c’était ça qui n’allait pas. Si c’est ce à quoi je pense… Je pense que notre soirée sans prise de tête n’aura pas totalement duré longtemps.
electric bird.



Be okay
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1026
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Jeu 11 Oct - 15:28 )


Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Asher arque un sourcil avec scepticisme. L’explication que lui donne son père ne passe pas. Il n’en croit pas un seul mot, intimement persuadé qu’il lui cache quelque chose. Même s’il adore critiquer son père en lui attribuant tous les défauts du monde, il sait qu’il est intelligent. Assez intelligent pour se souvenir des dates importantes, assez intelligent pour ne pas son tromper dans les destinataires de ses messages. Le jeune homme choisit de ne pas insister. Quoi qu’il dise, peu importe le temps qu’il passera à creuser, il connait suffisamment son père pour savoir qu’il s’accrochera à sa version des faits dur comme fer. Les James sont bien tous pareils : s’ils n’ont pas envie d’avouer ce qu’il se passe réellement, il n’y a aucun moyen de les faire parler. Alors soit. Asher hausse les épaules et les deux hommes continuent tranquillement de discuter.

Puisqu’ils évoquaient la source du premier conflit qui a éclaté entre Asher et Sarah, ils en viennent à parler de cette dernière. Parfois, Asher aimerait expliquer à son père la vraie nature de sa relation avec sa colocataire. Il aimerait lui dire qu’elle n'a jamais été sa petite-amie officielle, que ce cinéma n’était qu’un moyen pour lui d’être tranquille. Sauf qu’il n’est psychologiquement pas prêt à admettre qu’il a menti. Bien que cette mascarade lui ait permis de remonter la pente sans avoir à supporter les remarques de sa famille, il n’est pas tellement fier d’avoir roulé tout le monde dans la farine. Il n’est pas plus fier d’avoir utilisé Sarah – même si elle était entièrement d’accord pour jouer la comédie à ses côtés. Toujours est-il que cette situation, simple au départ, commence à lui grignoter le cerveau. À tel point qu’il finit par en parler à son paternel, en masquant partiellement la vérité. Tandis qu’il essaye de construire une relation solide avec Jocelyn, il apprend que Sarah éprouve des sentiments pour lui. Et ça, c’est difficile à gérer. Blesser la rouquine n’a jamais été dans ses intentions. Mais à force de jouer les abrutis, c’était prévisible. Il était justement trop idiot pour s’en rendre compte. Eliott, lui, comprend la réaction de Sarah. Pour une raison inconnue, Asher ressent comme un pincement au cœur. « Peut-être. » Répond-t-il simplement, assez peu désireux de s’étendre sur le sujet davantage. Asher dit que les femmes sont compliquées, sans nécessairement le penser. Toute cette histoire est partie de lui, après tout. Parce que le souvenir de Jenna est encore trop frais dans son esprit, parce qu’il ne voulait pas s’engager tout de suite dans une nouvelle relation. Il ne peut pas dire qu’il soit facile à vivre. « Tu trouves pas qu’il est un peu tard pour philosopher sur la complexité de l’humain ? » Demande-t-il avec amusement, avant de tirer sur son joint.

Asher commence doucement à en sentir les premières sensations, et il se demande si c’est aussi le cas pour son père. Le jeune homme profite des dernières minutes de lucidité pour tenter de comprendre ce qui cloche chez son père. Accessoirement, il suppose que le joint ouvrira ses chakras. Peut-être qu’avec ça, Eliott dévoilera tous ses plus grands secrets. Asher ne compte pas trop dessus, mais dans le doute… « Bizarre comment ? C’est positif ou négatif ? » Voilà qu’il fronce les sourcils, tout en se tournant légèrement vers son père. Sans prévenir il pose la main sur son front, histoire de deviner sa température. « T’as l’air flex. » Conclut-il en haussant les épaules. Finalement, Eliott avoue de lui-même qu’il ne va pas bien. Du moins, il finit par comprendre que sa cigarette n’est pas si innocente qu’elle en a l’air. Asher affiche un grand sourire empli de fierté, se préparant déjà aux hurlements et autres cris de colère. « Oh tu sais… Des trucs. » Asher est vague, et ça l’amuse. « Si j’te disais ce qu’il y avait, tu me renierais. Est-ce qu’on a envie que tu me renies ? Non, je n’crois pas Monsieur James. » Eliott, il a un fils qui travaille dans une start-up qui encourage la culture du chanvre. Avec un peu d’effort, il devrait comprendre tout seul de quoi se compose sa cigarette. « Je te rassure, ça peut pas te tuer. Au contraire, j’pense que ça peut te faire que du bien. T’as pas envie de faire des claquettes sur un petit air de salsa ? » Il boit une longue gorgée de son verre de whisky, satisfait. « Si tu me dis ce qui ne va pas, je te dis ce qu’il y a dans ta cigarette. » Et, l’air de rien, il lui tend une main comme pour sceller un pacte. Le pire, dans l’histoire, c’est qu’il aborde un air très sérieux.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 96
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle
›› Célébrité : Mr Darcy aka Colin Firth
›› Schizophrénie : Ici Anna (aka REW), Si' (aka Ryan Gosling), So (aka Martin Freeman), Bri (aka Millie Bobby Brown), Jay (aka Michiel Huisman), Owiwi (aka Mark Ruffalo)

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Ven 12 Oct - 18:10 )

Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Asher & Eli

Je dois concevoir qu’Asher a raison, mais on sait tous que je préfère que ce soit moi qui ait raison. Les mains jointes, j’eu un petit rictus, sa réplique m’aura tiré un petit sourire amusé. « Ben voyons. Tout le monde me dit ça, le matin: c’est trop tôt. Le midi: On mange, donc pas le moment de penser à ça. Le soir: il est un peu tard pour ça. » En vrai, ce n’est jamais le moment de philosopher et je pointe le fait que c’est une excuse assez facile. Mais je ne relève pas tant que ça, je ne faisais que constater, tout simplement et tranquillement. Tout comme je constate qu’il se passe quelque chose d’assez bizarre en ce moment. Je me sens tout simplement bizarre et je ne saurai pas expliquer correctement. Je me sens détendu en même temps, assez à l’aise, tellement à l’aise que je pourrai parler tranquillement de tout et de rien. Je ne m’attendais pas à ce qu’Asher pose la main contre mon front pour vérifier la température. J’aurai voulu râler, mais je n’ai rien dit, j’avais voulu faire la même chose, même si mon premier réflexe était de reculer la tête de sa main. Je n’ai pas été assez réactif de toute manière qu’il me dit que tout à l’air d’aller. « Flex ? C’est quoi ce langage ? » fis-je légèrement perdu, depuis quand il parle comme ça d’ailleurs ? Enfin, il me demande s’il y avait quelque chose qui n’allait pas, est-ce que je lui aurais dit. C’est ce que j’avais plus ou moins fait, au départ, je voulais le lui dire, mais à la dernière seconde, je me suis désisté pour parler de ce qui n’allait pas par rapport à la cigarette. Je fronce les sourcils et le regarde avec cet air légèrement contrarié. « Quels trucs Asher ? » fis-je moins en moins amusé sur le coup. J’espère vraiment que ce n’est pas ce que je pense. Ce n’est clairement pas drôle. Je voulais reprendre la cigarette, mais ce n’est certainement pas pour avoir un trip comme celui-ci. Quand il me parle de reniement, il n’a fait que confirmer mes soupçons et je le pointe du doigt avec un air assez sérieux. « Tu sais que je n’étais pas loin de le faire quand tu avais pris cette décision de travailler dans cette entreprise, je n’ai jamais été aussi déçu. Et je ne vois toujours pas pourquoi tu y travailles. » fis-je en levant les mains de dépit avant de les laisser retomber sur mes genoux dans un soupir. Je lâche un léger rictus et secoue la tête, avec un léger sourire triste quand il me parle de danser. « Arrête. C’est ridicule. » J’ai beau peut-être sourire, mais intérieurement, je commence à m’énerver. Il m’énerve avec son sourire fier, comme s’il venait d’accomplir quelque chose. Non, je n’ai pas fumé de mon plein gré son chanvre. J’ignorai le contenu et il ne m’aide vraiment pas dans la confiance. Je … Je ne supporte pas ça.

Il me tend la main comme pour la serrer, histoire d’avoir un pacte scellé. Je regarde sa main, puis Asher et je soupire avec un air des plus dépités. « Ce qui ne va pas Asher, c’est que tu m’as fait fumer un joint rempli de chanvre ou je ne sais quelle connerie que tu as foutu, sans mon consentement. Et tu trouves ça drôle, ce qui n’est pas le cas pour moi. Je trouve ça grave. Tu fais fumer ça à une personne qui ne réagit pas bien aux effets, tu fais comment ? » C’était une question où je n’attends pas du tout la réponse, je me mets à ricaner nerveusement et pose la main contre le front. Je ne prenais pas sa main pour sceller un pacte, cela ne sert absolument à rien maintenant que j’ai plus ou moins une idée de ce qu’il y avait dans cette cigarette et ça me contrarie beaucoup. « Oh je n’y crois pas… Tu me fais fumer ça alors que je suis…» marmonnai-je, je secoue encore la tête et regarde Asher pour de bon. « Je ne t’ai pas élevé pour ça. »
electric bird.



Be okay
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1026
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( Lun 22 Oct - 11:59 )


Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ?
Lorsque son père se plaint de ne jamais pouvoir philosopher, Asher ne trouve rien de plus intelligent à faire que de glousser. Fumer un joint le rend toujours très heureux de vivre. Il rigole quoi qu’on lui dise, prenant absolument tout à la légère. Ce comportement, il n’est pas inconnu pour Asher. Se foutre de tout, c’est dans sa nature. La drogue ne fait qu’amplifier ce qu’il est déjà. À l’entente de son propre rire, il se rend compte que le joint commence à faire son effet. L’impatience le gagne petit à petit, tandis qu’il se demande quelle sera la réaction de son père lorsqu’il comprendra ce qu’il fume. « Vois plutôt ça comme un signe, papa. Ça veut dire que la philosophie, c’est surfait. C’est juste de la masturbation d’esprit et franchement, ça fait même pas plaisir. » Lui aussi, il philosophe sur la philosophie. Il ose pousser le concept plus loin, amusé d’avance par tout ce que son père pourra répondre. Avant de se laisser porter par la douceur de son joint, il tente brièvement de comprendre ce qui cloche chez son père. Parce que oui, Asher sait se montrer intelligent et il a suffisamment de flaire pour savoir qu’il lui cache quelque chose. Quand Eliott avoue ne pas se sentir bien, le fils essaye de deviner sa température. Son geste est rapide et idiot. Il ne peut rien diagnostiquer du tout ainsi, et pourtant. Son petit doigt lui dit que son père est flex. « Flex, c’est quand t’es pépouses. Quand t’as pas mi-figue, mi-raisin. T’es flex, quoi ! T’es bien. » Il lâche ça en haussant les épaules, comme si le mot parlait de lui-même. Asher oublie parfois qu’entre son père et lui, il y a un gap générationnel. Il oublie qu’en termes de langage, il peut y avoir des incompréhensions. « J’ai foi en toi. » Qu’il dit en posant une main sur son épaule. « Je sais qu’un jour, tu finiras par comprendre. » Et il glousse, pour la beauté du geste.

Finalement, Asher avoue tout. Du moins, il essaye. Il admet que son père ne fume pas une cigarette innocente, mais ne dévoile pas non plus le contenu du tube blanc. Avec un peu de jugeote, il devrait comprendre. Si ce n’est pas déjà fait. « Des trucs. » Qu’il répète en prenant une voix innocente. Asher prétend que si son père savait, il le renierait. Et il n’a pas envie d’être renié. C’est là qu’il apprend à quel point il déçoit Eliott. Il rigole, fait mine d’être indifférent et fume tranquillement son joint pour essayer d’en capturer les meilleurs effets. Mais dans le fond, outch, ça fait mal. Asher a toujours su qu’il était la plus grosse déception de la famille James. L’échec de son mariage et l’abandon de ses études n’ont fait que renforcer ce sentiment d’être le vilain petit canard. Il le sait et jusque-là, ça ne l’empêchait pas de vivre. Sauf que personne ne lui a jamais dit de vive voix. Son père vient de le faire, en employant des mots durs et blessants. La carapace solide d’Asher, elle présente quelques défauts, quelques failles. Son père vise exactement là où il faut. « Faut bien que je gagne ma vie. Entre nous, vaut mieux promouvoir le chanvre que le vendre. » Dit-elle en souriant, toujours en étant aussi détaché que possible. Il oublie ce que son père vient de lui dire, du moins il n’y pense plus, et tente de convaincre son père des bienfaits d’un bon joint. Il lui propose même de danser, et le sourire qu’il aperçoit sur le visage du vieil homme le fait rire. « C’toi qui es ridicule. » Réplique-t-il en soufflant. « La salsa, c’est bon pour la circulation du sang. T’as tort de t’en priver. Parole de chirurgien pas diplômé ! » Vu les circonstances, rappeler à son père son absence de diplôme n’est probablement pas une bonne idée. Mais Asher, il a rarement de bonnes idées.

L’aîné de James finit par lever les yeux au ciel lorsque son père s’énerve pour de bon. Les effets de la drogue font qu’il refuse d’être sérieux ne serait-ce que deux secondes. Il voulait profiter de ce moment et espérait que son père puisse en faire autant. Dans le fond, il sait que son père a raison. Il a toujours raison. C’est la voix de la sagesse, cet homme. Pourtant, ça l’agace. « Arrête de tout dramatiser. » Lâche-t-il en prenant un air renfrogné. « Y’en a assez pour te décontracter, pas pour te tuer. Je sais doser. » Son but, ce n’était pas de retourner le cerveau de son père. Eliott, parfois, il devrait arrêter de jouer les rabat-joie. Malgré tout, Asher fait son possible pour apprécier son joint. « Alors que t’es quoi ? » Rétorque-t-il d’un ton sec, tournant la tête vers son père. « Je sais que tu me caches quelque chose papa. Tu me prends pour un lapin de six semaines depuis tout-à-l’heure. Alors vas-y, dis-moi il est où le problème. » Si fumer un joint s’avère décontractant, ça amplifie aussi la moindre émotion. En l’occurrence, Asher commence à bouillir intérieurement. « Ça va, j’ai compris que j’étais la honte de la nature. T’es vraiment obligé de me le coller dans les dents à chaque fois qu’on se voit ? » Ça commence à lui courir sur le haricot, cette affaire. « T’es incapable de m’accepter. Depuis que je suis né, tu t’es fait une vision parfaite de ce que je pourrais être et ça t’obnubile tellement que tout ce que je fais, tu le verras comme une atteinte à ta personne. Désolé, mais la vie ça ne se passe pas toujours comme on veut. Et j’trouve ça triste que ce soit moi qui doive te le dire. Vu le grand philosophe que t’es, j’pensais que tu le comprendrais tout seul. » Oui, Asher a fini dans une start-up qui promeut le chanvre. Si Jenna ne l’avait pas brisé quelques années plus tôt, il pourrait être chirurgien à l’heure actuelle. À croire que son père se fiche pas mal des circonstances.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Can’t you see we’re trying to have an awkward conversation ? (Eliott)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération