Remind me to forget [Julian]

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 800
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ∞ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ∞ Pio Esposito (Wilson Bethel) ∞ Martin Palmer (Ben Barnes) ∞ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ∞ Oscar Pierce (Matt McGorry) ∞ Declan Pryce (Ansel Elgort)

Remind me to forget [Julian] ✻ ( Dim 26 Aoû - 23:32 )












Je savais de source sûre qu'Asher n'était pas là ce week-end et même si le fait qu'on ne s'adressait pas la parole me rendait triste, le fait de pouvoir profiter de la maison pour moi toute seule me rendait plutôt heureuse. Je ne savais pas ce que j'allais faire encore, mais je ne doutais pas que j'allais rapidement trouver. En plus merveilleux hasard, c'était aussi pour moi un week-end de libre. Aucune obligation d'aller au boulot, sauf si je le voulais et comme je le voulais pas spécialement alors j'étais bien décidé de rester dans le canapé sans rien faire, bien emmitoufler dans ma couverture à bras. Pour l'occasion je comptais même me faire un apéro avec moi même. C'était même l'occasion rêvée de prendre un bain de 3h sans personne pour râler parce que je prenais beaucoup trop de temps dans la salle de bain. On pouvait le dire, ce week-end j'allais uniquement penser à moi et prendre soin de moi.
Après mon merveilleux bain avec des odeurs de vanille et framboise, je n'avais aucune envie de me préparer à manger et je préférais me faire livrer quelque chose. En attendant la livraison, j'en profitais pour me faire un petit gommage et je m'habillais le plus simplement du monde. Le livreur et moi étions d'ailleurs connecté, parce qu'il sonnait à la porte pile au moment où je terminais de nettoyer mon gommage. J'étais fin prête pour un repas devant Netflix. Le temps de choisir mon film je commençais à grignoter et finalement j’optais pour un film qui avait l'air plutôt sympa. A tous les garçons que j'ai aimé. Le résumé du film avait l'air plutôt sympa et je me décidais à le lancer. De toute façon cela ne pouvait pas me faire de mal.

Dire qu'un film ne pouvait pas me faire de mal, c'était très mal pensé de ma part. Si au début le film était mignon au possible, quand les deux personnages ont fini par faire croire à tout le monde qu'ils sortaient ensemble alors que ce n'était pas le cas, cela m'avait brutalement ramené à mon histoire avec Asher. Malgré tout, je continuais le film jusqu'à la fin. Si pour eux tout se terminait merveilleusement bien – les joies de l'adolescence et des films – pour moi ce n'était absolument pas le cas et le peu de quiétude que j'avais réussi à retrouver aujourd'hui s'était envolé.
La maintenant tout de suite j'avais besoin de Mila et je lui envoyé un message pour savoir si je pouvais passer chez elle, boire tout le stock de son bar et ne plus jamais partir. J'espérais vraiment une réponse positive de sa part, malheureusement ce n'était pas ce qu'elle me donnait. Elle était à un mariage et la pauvre s'inquiétait pour moi à tel point qu'elle voulait que je vienne la rejoindre. Sa proposition était très intéressante, mais je préférais décliner, lui promettant que le lendemain je passerais toute la journée avec elle.

Finalement, rester à la maison ne me semblait plus aussi tentant, j'avais l'impression d'étouffer et il fallait vraiment que je sorte de là. Malgré son petit air tout triste, je laissais Yoko à la maison. Je ne savais pas où je voulais aller, ni combien de temps cela allait me prendre alors c'était plus simple comme cela. Je déambulais dans Cap Harbor sans trop réfléchir à ma destination, je ne pensais à rien et je regardais à peine les gens que je rencontrais. Si j'avais croisé quelqu'un que je connaissais, je n'en avais même pas conscience. Je n'étais pas dans un état second, mais presque. Me disputer avec Asher était une chose, être dans cet état à cause de cela en était une autre et je n'aimais pas du tout cela. Je me secouais mentalement. Il était temps que tout cela s'arrête et surtout que j'essaye de penser à autre chose.
Je m'arrêtais pour regarder où mes pas m'avaient mené et j'étais surprise de voir que j'étais dans un quartier que je connaissais particulièrement bien. Julian habitait pas très loin d'ici et je trouvais que c'était le moment parfait pour lui faire une visite surprise. Peut-être que j'aurai du le prévenir avant, mais même s'il n'était pas là, je pouvais toujours passer un peu de temps avec sa mère. Un peu de compagnie devrait lui faire du bien. C'était dans cet esprit que je toquais à la porte et le sourire que j'affichais, prouver à quel point j'étais heureuse de le voir. D'ailleurs, j'allais directement le serrer contre moi. « Je suis contente de te voir et surtout que tu sois chez toi » Même si j'aimais beaucoup sa mère, je venais surtout pour le voir lui. Je quittais l'étreinte de ses bras pour lui faire face. « Je te dérange pas j'espère, je viens un peu à l'improviste » D'habitude je n'aimais pas trop faire cela, mais là l'occasion s'était présenté à moi et j'y voyais un signe du destin que Julian avait lui aussi beaucoup de choses à me raconter.





lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 354
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: Remind me to forget [Julian] ✻ ( Sam 1 Sep - 16:46 )


Sarah & Julian

freundschaft ist wie magie, die gute zeiten noch besser macht und schlechte zeiten vergessen lässt.



Ces derniers temps, sa vie était essentiellement ponctuée de rendez-vous médicaux. Mais Julian Finch, toujours bien organisé malgré ses airs m’enfoutiste, gérait son planning d’une main de maître. Alors, ce matin, à la première heure, il avait déposé sa mère à l’hôpital pour son rendez-vous de chimiothérapie hebdomadaire. Cela coïncidait malheureusement avec son jour de congé, si bien qu’il n’avait pas pu l’accompagner. Si en général, il faisait l’effort de la rejoindre à l’hôpital après son travail, Julian avait dû se résoudre à laisser sa mère pour la journée, parce que le reste de ce qu’il avait à faire n’allait malheureusement pas se faire tout seul. Il avait commencé par faire ses courses, avec dans l’idée de préparer un bon repas pour sa mère le lendemain. Il savait qu’avec la chimiothérapie elle aurait l’estomac totalement retourné ce soir, mais il se disait que le lendemain, elle serait heureuse de manger un bon petit plat. Sauf que Julian, dans un magasin, il était un peu comme un enfant. Bon, de toute façon, c’était un grand enfant. Du coup, il avait un peu envie d’acheter tout et n’importe quoi, surtout ce dont il n’avait pas besoin. Et même s’il n’avait pas fait d’excès aujourd’hui parce que son compte en banque ne le permettait pas, il était reparti avec un jeu pour sa console, à bas prix. On dirait moi quand il y a un rayon livre dans un magasin. Il avait aussi prit soin d’acheter les chocolat préférés de sa mère, pour lui faire un petit plaisir quand elle rentrerait. Ça ne se voyait peut-être pas aux premiers abords, mais Julian était aux petits soins pour les gens qu’il aimait et sa mère arrivait en tête de liste de ces personnes. D’ailleurs, il ne savait pas ce qu’il aurait fait sans elle, de toute façon.

Par chance, il n’avait pas à penser à cela. Les médecins disaient qu’il y avait de bons espoirs pour qu’elle s’en sorte et qu’elle faisait beaucoup de progrès. Ils n’avaient toujours pas trouvé de donneurs compatibles pour l’instant, mais il était certain qu’elle répondait bien aux traitements et que la maladie ne s’étendait heureusement pas. Le jeune homme était ravi de voir que sa mère qui se battait de toutes ses forces étaient récompensée. De retour à la maison, il mit une machine en route, rangea les courses et se plongea dans ses factures. C’était loin d’être une chose facile de gérer son budget en ce moment. Maintenant qu’il avait recommencé à travailler chez Pure Beauty, il avait à nouveau une couverture maladie pour lui et pour sa mère, mais cela ne changeait rien quant aux frais qu’il avait déjà engagé dans les traitements. Beaucoup de personnes avaient proposé de l’aider à payer les soins, mais Julian était quelqu’un de beaucoup trop têtu et de beaucoup trop fier. La raison principale pour laquelle il ne parlait pas de sa mère à son entourage, c’était parce qu’il était trop fier pour montrer qu’il avait besoin d’aide, trop fier pour montrer qu’il n’était pas toujours au top et qu’il avait des failles et des faiblesses. Il aurait même été capable de vendre sa guitare pour payer les soins, si sa mère ne lui avait pas hurlé dessus, lui faisant clairement comprendre que s’il faisait une chose pareille, elle renoncerait purement et simplement aux soins pour qu’il puisse la garder. Pourtant, il allait devoir trouver une solution pour payer et comme sa vie merdique en témoignait, il ne pouvait pas compter sur la chance. Inutile donc de jouer au loto en espérant gagner le jackpot, il avait plus d’espoir de se faire renverser par une voiture que d’y gagner.

Il était plongé dans ses comptes quand il entendait qu’on frappait à sa porte. Il haussa les sourcils, plutôt surprit. Il n’attendait personne à cette heure ci. D’ailleurs, il n’attendait personne tout court. Il se leva brutalement, une chose que ne sembla pas apprécier Moriarty le chat qui le griffa au passage. Julian pesta, la douleur s’emparant de son bras malmené. Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas tout simplement laissé ce chat dans sa poubelle, il se le demandait des fois. Mâchoires crispées, il se leva pour aller ouvrir la porte et retrouva rapidement son sourire quand il vit Sarah dans l’encadrement. A peine eut-il ouvert d’ailleurs qu’elle se jeta dans ses bras et il l’enlaça tendrement. « Moi aussi je suis content, c’est toujours un plaisir vraiment de voir une belle femme débarquer chez moi et me sauter dessus », plaisanta-t-il. Parce que Julian était Julian et qu’il ne pouvait naturellement pas rester sérieux plus d’une minute. Il s’écarta pour lui laisser de la place pour entrer. « Non je t’en prie entre, j’étais juste en train de faire de la paperasse », déclara-t-il en haussant les épaules. Pour être sincère, ça ne le dérangeait pas le moins du monde que quelqu’un le dérange de toutes ces démarches administratives qu’il devait faire. Ça allait finir par lui donner mal à la tête s’il continuait à relire toutes les lignes dix fois. « A vrai dire, tu m’as probablement sauvé d’une mort certaine », fit-il en désignant son bras, couvert de lignes sanguinolentes. Ce chat allait le lui payer un jour, il en faisait la promesse solennelle. « Qu’est-ce qui t’amène ? Tout va bien ? », questionna-t-il. Pas qu’elle ait besoin d’une véritable raison pour venir le voir, mais c’était suffisamment surprenant pour qu’il s’en inquiète. « Tu as fait quelque chose à tes cheveux ? », acheva-t-il en la dévisageant. Non, ça c’est juste que Sarah a changé de tête depuis la dernière fois qu’il l’a vu.  



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 800
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ∞ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ∞ Pio Esposito (Wilson Bethel) ∞ Martin Palmer (Ben Barnes) ∞ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ∞ Oscar Pierce (Matt McGorry) ∞ Declan Pryce (Ansel Elgort)

Re: Remind me to forget [Julian] ✻ ( Mar 4 Sep - 15:51 )












Si j'avais su que ce film allait me mettre dans cet état, je n'aurai certainement pas commencé. Pourtant cela partait bien, c'était mignon, adorable et puis biim il fallait que les deux acteurs principaux fassent semblant d'être en couple. Le pire ? C'était qu'on voyait qu'ils étaient à fond l'une sur l'autre. C'était aussi visible que le nez au milieu de la figure et puis du coup je m'étais demandé si avec Asher, on avait eu ce genre de complicité, ce genre de moment. Évidemment que oui, sinon personne n'aurait réellement cru à notre histoire. Puis il y avait eu le mariage. Quand on s'était embrassé, je n'avais pas rêvé, ce baiser avait été vrai. A l'époque pas que je m'en fichais, mais je n'avais pas encore ses petits sentiments pour Asher. Maintenant c'était différent. Toute notre relation était différente depuis notre dispute. Il était mon colocataire et rien de plus. Il vivait sa vie heureuse avec Jocelyn, moi je restais avec Yoko. Ce film était censé me détendre et au final il avait eu tout l'effet inverse. Je savais que j'aurai du regarder le Seigneur des Anneaux. Au moins ce film était une valeur sûre et je n'étais jamais trahi par Aragorn. Voilà, j'allais épouser Aragorn. Après tout une femme avait bien épousé la Tour Eiffel, pourquoi moi je ne pourrais pas me marier avec un personnage de fiction ? Puis comme ça je serais pote avec les elfes et les hobbits. Franchement ça serait hyper cool. Ou alors je pouvais toujours devenir bonne sœur. Après tout, j'en prenais bien le chemin. Les relations d'un soir n'avait jamais été ce que je préférais et du coup cela faisait un petit moment que je n'avais pas vu la bête. Est ce que cela me manquait ? Oui, beaucoup. Okay, à ma prochaine soirée en boîte je rentrais avec un inconnu et puis on en parlait plus. Uuurg, j'avais vraiment un problème pour en arriver à ce genre de réflexion. J'étais passé du résumé d'un film à envisager de coucher avec le premier venu.

Rester à la maison n'était plus une option saine pour moi, il fallait que je sorte de cet appartement, que je prenne l'air et surtout que je pense à autre chose. Pendant ma promenade j'essayais de me consacrer à l'observation de tout et de rien,  mais évidemment tout le monde dans la rue semblait heureux. Des couples qui se tenaient par la main tout en souriant. Beurk. Des mère venus jouer au parc avec les enfants. Beurk. Enfin non pas beurk parce que c'était attendrissant et que je voulais ce genre de chose moi aussi, mais avec ma carrière de bonne sœur qui débutait, enfanter n'était absolument pas dans mes priorités.
Sans vraiment attention où j'allais, je m'étais rendu compte que j'étais dans le quartier de Julian, et quoi de mieux pour essayer d'oublier tout ce qui se passait que d'aller le voir ? C'était sûrement la meilleure idée que je pouvais avoir de la journée et j'espérais bien qu'il serait chez lui. Je serais vite renseigné en allant sonner chez lui. A croire qu'il y avait un Dieu quand même sur terre qui ne m'en voulait pas trop, parce que Julian apparaissait tout souriant à la porte et oui je me jetais littéralement dans ses bras. J'étais contente de le voir tout simplement. « Moi aussi je suis content, c’est toujours un plaisir vraiment de voir une belle femme débarquer chez moi et me sauter dessus » C'était très con, mais rien qu'avec cette phrase il arrivait à me faire sourire. L'avantage avec Julian, c'était qu'à lui aussi il lui manquait un grain. C'était peut-être pour ça qu'on s'était rapidement très bien entendu tous les deux. « N'en fait pas une habitude quand même » Quoique ce n'était pas ce qu'il y avait de plus désagréable. Je me reculais quand même et m'inquiétait de savoir si je le dérangeais ou pas. « Non je t’en prie entre, j’étais juste en train de faire de la paperasse » Quelque chose qui ne devait pas lui faire plaisir. J'étais même sûr qu'avant mon arrivée il était en train de s'arracher les cheveux. « Tu as besoin d'aide ? J'adore faire la paperasse » Alors oui c'était une passion un peu bizarre, mais une passion qui avait toujours beaucoup plus à James qui avait un peu trop pris l'habitude de me laisser faire la plupart de nos dossiers. « A vrai dire, tu m’as probablement sauvé d’une mort certaine » Le pauvre, pourtant son chat avait l'air tellement adorable, je ne comprenais pas. « Vous n'avez toujours pas réussi à trouver un terrain d'entente avec Moriarty » Et comme pour le narguer, le chat venait s'installer sur mes cheveux pendant qu'on parlait tranquillement. Par habitude, je le caressais derrière l'oreille et rapidement j'entendais ses ronronnement de contentement. « Qu’est-ce qui t’amène ? Tout va bien ? » Ce n'était peut-être pas encore le moment de parler d'Asher. « Oui, oui tout va bien t'inquiète pas. J'étais en train de me promener et je me suis rendu compte que j'étais à côté de chez toi et du coup j'en ai profité pour venir te voir » Voilà,  par moment la vie était aussi simple que ça. « Tu as fait quelque chose à tes cheveux ? » Je secouais un peu les cheveux pour donner un petit mouvement à mes cheveux et je le regardais en souriant. « Oui j'avais envie de changement, et même si j'avais un peu peur, je dois dire que j'apprécie beaucoup tout cela. J'ai l'impression d'être une nouvelle moi » Enfin pas tout à fait, j'avais juste fait quelques changements capillaire, ce n'était pas comme si j'avais changé de personnalité. « Et toi comment ça va ? Tu t'en sors ? » Je savais qu'il avait repris son ancien boulot et ça c'était une excellente nouvelle. « Ta mère n'est pas là ? J'avais espéré pouvoir lui faire un bisou » Et avec sa maladie, j'espérais ne pas avoir dit une connerie. Je ne voudrais pas mettre les pieds dans le plat, mais en même temps si il lui était arrivé quelque chose de grave, il me l'aurai sûrement dit.





lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 354
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: Remind me to forget [Julian] ✻ ( Lun 17 Sep - 22:01 )


Sarah & Julian

freundschaft ist wie magie, die gute zeiten noch besser macht und schlechte zeiten vergessen lässt.



Clairement, Julian n’avait jamais été doué avec les chiffres. Au contraire, il détestait cela. Déjà quand il était étudiant, il détestait les chiffres et les mathématiques. Ses professeurs essayaient désespérément de de lui faire rentrer quelque chose dans la tête, mais têtu comme il l’était, c’était plutôt difficile de faire étudier Julian contre sa volonté. Déjà que de sa propre volonté c’était impossible, alors contre, laissez tomber. Il n’avait jamais trouvé un quelconque intérêt à savoir calculer un cosinus, un sinus ou une tangente. Par contre prendre la tangente, ça il savait faire. Bref, il ne voyait pas l’intérêt des mathématiques. Même quand il travaillait dans une banque il n’en comprenait pas l’intérêt. Alors d’accord, là, il ne s’agissait que d’additionner le montant de toutes ses factures pour voir s’il arriverait à tout payer d’un coup. N’empêche que franchement, ça l’ennuyait beaucoup trop. Il aurait aimé passer sa journée de congé autrement qu’en additionnant des chiffres. D’ailleurs, il aurait aimé pouvoir passer ce temps avec sa maman. Mais n’importe quelle distraction serait la bienvenue. Alors oui, il savait que s’il repoussait sa comptabilité, il devrait reprendre son activité à un autre moment. Mais bon, nous connaissons tous Julian et nous savons tous que procrastiner ce n’est pas un problème pour lui. Donc, même s’il n’attendait pas de visite, entendre sonner à sa porte était une bonne nouvelle. Ça voulait dire qu’il pourrait remettre sa compta à plus tard. Et quand en plus la distraction en question était Sarah, il ne pouvait qu’être ravi d’être dérangé. Surtout que Sarah l’accueillait avec un immense câlin. Il la savait expressive, après tout, la première fois qu’ils s’étaient vu, elle lui avait demandé un autographe sans la moindre gêne. Mais c’était toujours appréciable d’être accueilli de la sorte, surtout que ces derniers temps, le moral du blond n’était pas forcément au beau fixe.

Mais il était certain que ça allait changer. Parce que Sarah était son propre rayon de soleil et que sa simple présence suffisait déjà à améliorer son quotidien. Oui, rien que ça. « Ah je sais pas franchement, la sensation était agréable. Du coup, j’envisage de payer une prostituée juste pour qu’elle me saute au cou chaque fois que j’ouvre la porte », répondit-il en ricanant. L’avantage avec Julian, c’est que comme il plaisantait de tout et qu’il ne prenait pas grand-chose au sérieux il était un peu comme un antidépresseur. Sauf qu’il agissait plus vite et qu’il était moins toxique. Par contre, attention, lui aussi créait un effet de dépendance. Julian Finch, séducteur de ces dames depuis 1988. Quoi qu’il en soit, le jeune homme était heureux de la voir. Elle était toujours la bienvenue chez les Finch. Même sa mère l’adorait. Même son chat l’adorait. Et pourtant Moriarty n’aimait personne, surtout pas son maître, qui l’avait pourtant sauvé de la poubelle. « Je ne faisais que calculer le montant total des factures pour voir ce que je pourrais payer ce mois et ce que je vais devoir échelonner. Mais si tu y tiens tant que ça, mes paperasses sont tout à toi », fit-il avec un sourire. En vérité, ce n’était pas tant les paperasses qui le dérangeaient. Il en avait aussi pour le compte de Pure Beauty et ils les traitait sans broncher. Non, le vrai fond du problème, c’était qu’il était déprimé d’avance à l’idée de savoir qu’il devait un paquet de pognon à l’hôpital et qu’il ne pourrait certainement pas tout payer d’un coup. Donc, on repartait pour les dettes qu’il allait se trimballer pendant des années. Et bon, disons que cette perspective ne l’enchantait pas outre mesure.

Mais il ne voulait pas plomber l’ambiance. Non seulement il était content de voir Sarah, mais en plus, elle lui avait probablement sauvé la vie. Son chat avait déjà commencé à le taillader. Il était sûr qu’un jour, il allait viser la carotide pendant qu’il dormait. « Non. Cette sale bête n’est même pas reconnaissante. Je le soupçonne de m’en vouloir de l’avoir sorti de sa poubelle et de l’avoir privé d’une vie de chat de gouttière », commenta-t-il en haussant les épaules. Il ne voyait pas d’autre explication. Parce qu’il faisait tout pour ce chat. Il lui offrait ces putains de croquettes super chères parce qu’il était difficile, il lui changeait sa litière. Et en échange, il se retrouvait souvent couvert de griffure ou à devoir changer les draps sur lesquels il avait pissé. « C’est vraiment adorable de passer me voir. J’ai l’impression que ça fait une éternité qu’on n’a rien fait ensemble », fit-il en soupirant. En même temps avec la reprise du travail et les rendez-vous médicaux, on ne pouvait pas dire qu’il avait beaucoup de temps devant lui. Julian était donc privé de sa vie de fêtes et de débauche. « J’aime beaucoup la nouvelle toi. Cette coupe te va à ravir », répondit-il en lui adressant un clin d’œil. De toute façon, il avait toujours trouvé Sarah mignonne. Même la première fois qu’il l’avait vu, alors qu’elle était super bizarre. Sombre époque. « Je m’en sors comme je peux. Beaucoup mieux depuis que je suis retourné à Pure Beauty », laissa-t-il entendre. En même temps, avec un retour de salaire, la vie allait tout de suite mieux. Son compte en banque le remerciait d’avoir accepté de retourner travailler pour Eliza. Son égo un peu moins, mais bon, elle s’était excusée. « Elle est à l’hôpital pour son rendez-vous hebdomadaire. Mais je vais la chercher après, tu pourras venir si tu veux », proposa-t-il. Après tout, il était certain que sa mère serait heureuse de la voir. Sarah faisait partie de la famille maintenant. Comme beaucoup d’amis de Julian d’ailleurs. Ce garçon à beaucoup trop de femmes dans sa vie. « Tu sais que ma mère a rencontré Eliza ? Maintenant elle me demande sans cesse quand elle va la revoir. Genre jamais ! C’est ma patronne, elle va pas débarquer chez moi tous les deux jours », lui raconta-t-il en levant les yeux au ciel. Sa mère voulait encore jouer les entremetteuses, à tous les coups. « Je te sers quelque chose à boire ? », proposa-t-il finalement en constatant qu’il manquait un peu à tous ses devoirs.  



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 800
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ∞ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ∞ Pio Esposito (Wilson Bethel) ∞ Martin Palmer (Ben Barnes) ∞ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ∞ Oscar Pierce (Matt McGorry) ∞ Declan Pryce (Ansel Elgort)

Re: Remind me to forget [Julian] ✻ ( Mar 2 Oct - 20:57 )












Me blottir dans les bras de Julian c'était toujours une sensation très agréable, surtout quand j'étais pas au meilleur de ma forme, mais dans n'importe quelle circonstance c'était un réel bonheur et je me disais que ce n'était peut-être pas un hasard si mes pas m'avait mené ici. Avec lui c'était facile aussi facile qu'avec James et j'étais contente de savoir que je ne le dérangeais pas et qu'il n'était pas mécontent du fait que je lui saute dessus. « Ah je sais pas franchement, la sensation était agréable. Du coup, j’envisage de payer une prostituée juste pour qu’elle me saute au cou chaque fois que j’ouvre la porte » Alors ça je n'étais vraiment pas convaincue. « Au boulot je peux t'en trouver facilement, mais je pense que tu devrais quand même oublier cette idée » Puis j'étais pas sûre que sa mère soit d'accord non plus. Personnellement je n'étais pas d'accord non plus.
En venant à l'improviste j'avais pris le risque qu'il ne soit trop occupé pour passer un peu de temps avec moi, mais fort heureusement ce n'était pas le cas, j'avais même l'impression d'arriver comme le messie pour le sauver de ses affreux calculs. « Je ne faisais que calculer le montant total des factures pour voir ce que je pourrais payer ce mois et ce que je vais devoir échelonner. Mais si tu y tiens tant que ça, mes paperasses sont tout à toi » Si cela pouvait l'aider à ne pas s'arracher les cheveux trop vite et ne pas finir chauve, je voulais bien me sacrifier. « Au boulot j'ai l'habitude de faire la paperasses. En montant en grade James déteste toujours autant faire ça. Bon d'accord c'est complètement différents, mais t'inquiète je m'en occupe » A la maison c'était moi aussi qui avait l'habitude de payer les factures et après je montrais le montant total à Asher et voilà. De toute façon dès le début on avait réussi à faire les choses assez équitablement.

En entrant chez lui, forcément Julian ne pouvait s'empêcher de râler sur ce pauvre chat qui selon lui voulait le tuer. Je ne savais pas si c'était vrai, ce chat était un véritable aimant à câlin et quand je le voyais ronronner sur mes genoux, j'avais du mal à croire qu'il était si machiavélique. En tout cas la guerre était loin d'être terminée entre eux. « Non. Cette sale bête n’est même pas reconnaissante. Je le soupçonne de m’en vouloir de l’avoir sorti de sa poubelle et de l’avoir privé d’une vie de chat de gouttière » Je rigolais doucement. Il n'y avait que Julian pour s'offusquer d'une chose pareil et dire cela sans le penser. « Si tu veux lui jouer un mauvais tour la prochaine fois je viens avec Yoko si tu veux » Sauf qu'il serait vite déçu parce que ma chienne était aussi amicale que moi et il y avait fort à parier qu'ils deviendraient des bons potes de conneries. « C’est vraiment adorable de passer me voir. J’ai l’impression que ça fait une éternité qu’on n’a rien fait ensemble » Il n'avait pas vraiment tort, cela faisait une éternité. Il avait repris le boulot, j'avais le mien avec des horaires pas toujours faciles et puis il y avait tout le reste à ajouter. La vie sociale c'était compliqué à gérer au final. « Je commençais à oublier le son de ta voix c'est bien pour cela que je suis venue » Je n'étais pas sénile, j'essayais juste de faire un peu d'humour, mais je n'avais pas le talent de Julian pour ça. Ou même de James ou Asher. Quand j'y pensais, j'étais entouré de gens drôle dans ma vie. C'était sympa.
On avait du temps à rattraper tout les deux. J'avais même eu le temps de changer complètement de tête depuis la dernière fois. Le changement c'était maintenant. « J’aime beaucoup la nouvelle toi. Cette coupe te va à ravir » Je lui souriais, contente qu'il puisse approuver. « La nouvelle moi te remercie grandement » Je lui offrais même mon plus grand sourire en attendant patiemment de savoir comment lui allait. « Je m’en sors comme je peux. Beaucoup mieux depuis que je suis retourné à Pure Beauty » Quand il m'avait envoyé un message pour me dire qu'il avait repris le boulot, je m'étais sentie soulagé et surtout très heureuse pour lui. Je savais que c'était important pour lui. « Ta patronne a repris visage humain ? Elle n'est plus aussi rigide ou froide ? » Ou je savais plus comment il me l'avait décrite. Je ne le connaissais pas alors je ne voulais pas juger.

Rapidement je remarquais l'absence de sa mère et cela me rendait un peu triste, j'aurai voulu la voir et lui raconter mes dernières péripéties de maladroite. Elle arrivait toujours à prendre ma défense quand les autres se moquaient ouvertement de moi. « Elle est à l’hôpital pour son rendez-vous hebdomadaire. Mais je vais la chercher après, tu pourras venir si tu veux » Alors ça c'était une excellente idée. « Oh oui avec plaisir, je pourrais lui dire que j'ai gagné un combat contre une porte de placard, mais perdu contre la table » C'était l'histoire de ma vie que de me battre avec les meubles. « Tu sais que ma mère a rencontré Eliza ? Maintenant elle me demande sans cesse quand elle va la revoir. Genre jamais ! C’est ma patronne, elle va pas débarquer chez moi tous les deux jours » Alors là, j'étais sur le cul. Comment c'était possible ? « Genre sérieusement ? Ta patronne a du faire un sacré effet sur ta mère pour qu'elle te demande ça » Ou alors maman Finch désespérait de voir son fils se marier et avoir des enfants. « Je suis jalouse, je veux la rencontrer aussi la fameuse Eliza » Oui, j'étais une personne très curieuse et je l'assumais complètement. « Je te sers quelque chose à boire ? » Je réfléchissais 2 secondes à ce que je voulais. « Si tu as du café je suis pas contre » Mon sommeil et moi étions en guerre. Enfin c'était surtout mon subconscient qui me faisait trop réfléchir. « Oh et je t'ai pas dit. Asher est vraiment amoureux de Jocelyn. Hier il m'a dit qu'il l'aimait » Même si c'était en plein milieu d'une dispute et qu'il voulait me blesser, j'aurai préféré qu'il ne le fasse pas. « Merci beaucoup » Rien que sentir l'odeur du café chaud suffisait à m'apaiser. Si il y avait une pénurie de café dans le monde je serais la première à mourir de manque. « Et il est au courant que j'ai quelques sentiments pour lui, mais maintenant on a mis un terme à toute relation entre nous. On est juste des colocataires qui évitons tous contacts et toutes conversations » C'était en partie ce qui m'empêchait de dormir et qui me rendait triste. On pouvait dire merci à Arya pour cela.





lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 354
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: Remind me to forget [Julian] ✻ ( Dim 14 Oct - 21:15 )


Sarah & Julian

freundschaft ist wie magie, die gute zeiten noch besser macht und schlechte zeiten vergessen lässt.



Chez les Finch, la porte était toujours grande ouverte pour recevoir du monde. Julian était toujours heureux de recevoir de la visite chez lui, à la maison. Encore plus quand cette visite en question se prénommait Sarah. Depuis qu’il avait rencontré cet étrange personnage, un jour, dans un café et qu’elle l’avait interpellé d’une façon pour le moins amusante, il avait beaucoup d’affection pour elle. Certes, au départ, il était surtout flatté de rencontrer quelqu’un qui connaissait sa musique, mais depuis, il était devenu évident qu’ils partageaient un vrai lien tous les deux. En tout cas, Julian aimait beaucoup Sarah et il était toujours très content de la voir. « Je suis choqué que tu me suggères une telle chose madame l’agent de police », répliqua-t-il en ouvrant grand la bouche et en posant sa main sur son cœur. Julian avait raté sa carrière d’acteur, c’était évident. Toujours est-il que le jeune homme trouvait ça un peu glauque que Sarah puisse facilement trouver des prostituées dans le cadre de son travail. Et en même temps, c’était lui qui avait suggéré cette idée. Mais c’était habituel que des idées pas tout à fait nets passent par sa tête. En revanche, si Sarah avait en tête de l’aider avec ses calculs, Julian était forcé de l’aimer. Parce qu’il n’en pouvait déjà plus de faire ses comptes alors qu’il venait à peine de commencer. « Franchement, si tu pouvais jeter un œil, ça m’enlèverait une grosse épine du pied », fit-il par concéder. Parce qu’à ce rythme, il allait devenir chauve et ses cheveux étaient beaucoup trop beaux pour finir arraché.

Enfin, si Julian ne finissait pas chauve, il était certain qu’un jour, il finirait mort parce que son chat aurait fini par trouver un moyen de lui trancher la gorge avec ses griffes dans son sommeil. Autant cet animal était parfois adorable et câlin, autant il passait beaucoup trop de temps à lui faire des crasses. D’après le vétérinaire, son comportement n’était pas tout à fait anormal, pour un chat sauvé d’une poubelle. Mais quand même, Julian aurait aimé avoir un peu de reconnaissance pour lui avoir sauvé la vie. « Tu parles. Il joue le gentil devant tout le monde alors que c’est le diable incarné. Il serait capable de faire semblant d’aimer ton chien j’en suis sûr », répondit-il en lançant un regard mauvais au chat. Cet animal possédait un esprit humain machiavélique et diabolique, il ne voyait pas d’autre explication. Ou alors, c’était la réincarnation de Satan en personne. En tout cas, il y avait forcément quelque chose de négatif en lui. Mais trêve de théories du complot, Julian était surtout content que Sarah ait prit le temps de passer le voir. Il n’avait plus trop de temps à consacrer à ses amis en ce moment, entre le travail et l’hôpital, alors les visites surprises lui faisaient énormément plaisir. « Pourtant, je te rappelle que tu peux trouver ma voix sur YouTube », plaisanta-t-il. Non, Julian ne lui laisserait jamais la chance d’oublier leur rencontre. En même temps, leur rencontre était plutôt amusante et difficilement oubliable. Lui en tout cas s’en souvenait encore comme si c’était hier. En parfait ami, le jeune homme avait même remarqué que Sarah avait changé de tête depuis la dernière fois qu’il l’avait vu. Et il adorait sa nouvelle coupe de cheveux. Il avait toujours été plus ami avec des femmes qu’avec des hommes, ce qui expliquait pourquoi il était capable de remarquer ce genre de détails. Pour toute réponse, le jeune homme lui adressa un sourire. Il était sincère, elle n’avait pas à le remercier, elle était belle comme un cœur comme ça. Puis ils en profitèrent pour parler de Pure Beauty et de son poste retrouvé. La vie était plus simple depuis qu’un salaire décent rentrait de nouveau régulièrement sur son compte en banque. « Plus ou moins. Elle n’a pas changé en fait, mais elle est plus respectueuse quand même. Enfin, on forme une bonne équipe et on travaille bien ensemble, je suppose que c’est l’essentiel », fit-il avec un nouveau sourire. En tout cas, lui ça lui allait. Et puis, ça lui permettait d’oublier ce moment gênant où elle l’avait laissé tomber en plein milieu de … bref. Tout le monde s’en souvient.

La maison était bien plus calme quand sa mère n’était pas là. Quand elle était à la maison, elle avait souvent la télévision allumée sur une de ses émissions préférées ou alors, elle écoutait la radio. Là, le silence régnait en maître. D’où le fait que Julian était si heureux de voir Sarah. Il n’était pas habitué à être tout seul chez lui. « Je suis certain que tes derniers combats de boxe contre tes meubles sont tout ce qu’elle a besoin d’entendre pour être en forme », se moqua-t-il. Mais il devait bien avouer que sa mère était toujours amusée par les histoires de Sarah. Ce que Julian appréciait. Il était reconnaissant à ses amis de passer régulièrement changer les idées à sa mère. Il y avait Paul, Joan, Liv et même Sarah. Il avait des amis formidables et il était content que sa mère malade puisse en profiter. « Oui, elle lui a fait un sacré effet. Elle est persuadée d’avoir décelé une fragilité chez elle et quelque chose comme ça. J’avoue que j’ai arrêté d’écouter après fragilité », répondit-il. Il pouvait imaginer beaucoup de qualificatifs pour décrire Eliza. Certains étaient flatteurs, d’autres l’étaient beaucoup moins. Par contre, fragile, ça n’apparaissait à aucun moment. « Promis, à la prochaine fête de ma boîte, tu seras ma cavalière. Comme ça tu pourras la rencontrer », ajouta-t-il en lui adressant un clin d’œil. Et comme ça, Julian aurait l’occasion de lui montrer que non, il ne passait pas ses journées à se languir d’elle, même si elle lui avait collé un vent intergalactique. « Je te fais ça », répondit-il en se dirigeant vers la cuisine pour allumer la machine à café. Il sortit deux tasses et prépara deux cafés. Il revint au salon avec un plateau avec du lait, du sucre et les deux tasses. « Tu crois que c’est réciproque et que ça va marcher entre eux ? », demanda-t-il en haussant un sourcil. Parce que bon, il ne savait pas, cette histoire était arrivée vite quand même. « Comment est-ce que tu l’as vécu ? », demanda-t-il en lui tapotant le bras. Son petit doigt lui disait que ça n’avait pas été franchement facile à entendre pour elle. « Wow attend, j’ai raté un épisode là. Il a mit un terme à votre amitié parce qu’il a apprit que tu avais des sentiments pour lui ? », demanda-t-il, un brin choqué. Jusqu’à présent, il l’aimait bien ce Asher, mais il allait peut-être changer d’avis. « Mais quel goujat ! », s’exclama-t-il, franchement sidéré. C’était franchement petit d’agir comme ça. Sarah n’y pouvait pas grand-chose, si elle était amoureuse de la mauvaise personne. 



NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 800
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ∞ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ∞ Pio Esposito (Wilson Bethel) ∞ Martin Palmer (Ben Barnes) ∞ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ∞ Oscar Pierce (Matt McGorry) ∞ Declan Pryce (Ansel Elgort)

Re: Remind me to forget [Julian] ✻ ( Sam 10 Nov - 15:13 )












Malgré tout ce que pouvait dire Julian, je refusais de croire que les chats qui étaient en train de ronronnait sur mes genoux puisse être le diable qu'il me décrivait. Pour autant je lui proposais quand même de venir avec Yoko la prochaine fois pour voir si le chat se sentirait toujours aussi puissant, même si à mon avis Julian était beaucoup trop dans l'exagération. « Tu parles. Il joue le gentil devant tout le monde alors que c’est le diable incarné. Il serait capable de faire semblant d’aimer ton chien j’en suis sûr » En même temps je le comprenais tout le monde aimait Yoko. Cette chienne était la plus adorable au monde. « Yoko pourrait devenir sa meilleure amie » Et après à Moriatry a devenir un animal aimant. Je n'y croyais pas trop, mais sur un malentendu j'avais envie de croire que tout était possible. Tout comme le fait d'oublie la voix de Julian parce que cela faisait bien trop longtemps qu'on ne s'était pas vu. D'accord j'exagérais, mais juste un peu. « Pourtant, je te rappelle que tu peux trouver ma voix sur YouTube » Il n'avait pas tort sur ce point. C'était même comme ça que j'avais d'abord fait sa connaissance avant de le rencontrer en vrai. Ce jour là j'avais quand même l'impression de rêver et le café qui s'était renversé n'était même pas de ma faute. « Oui mais c'est mieux de l'entendre en live. » Parce que devoir aller sur google pour entendre sa voix parce que ça faisait longtemps qu'on se s'était pas vu c'était un peu triste quand même.
J'étais quand même heureuse et flattée qu'il remarque le changement de coiffure, en même temps on pouvait difficilement passer à côté, mais j'étais contente que tout le monde approuve ce changement capillaire. La réaction la plus important avait quand même été celle de Mila et James et comme ils avaient approuver en 2 secondes comme Julian, alors tout était parfait. Aussi parfait que Julian qui avait retrouvé son boulot. J'étais d'ailleurs curieuse de savoir si elle était plus sympa avec elle depuis. « Plus ou moins. Elle n’a pas changé en fait, mais elle est plus respectueuse quand même. Enfin, on forme une bonne équipe et on travaille bien ensemble, je suppose que c’est l’essentiel » Ce qui était quand même la base dans une relation de travail. « J'espère que ce n'est pas juste pour une période et qu'elle va se montrer comme ça tout le temps » Parce que se faire dévaloriser au travail ce n'était pas la chose la plus sympa au monde.

En plus de l'aider à trier et faire ses factures, cet après-midi Julian m'emmenait avec lui voir sa mère et cela me mettait en joie. Cela faisait un moment que je n'avais pas eu l'occasion de la voir et j'étais sûr qu'elle avait beaucoup de choses à me raconter. Comme le fait par exemple qu'elle avait rencontré la patronne de Julian et qu'elle voulait la voir une nouvelle fois. Cette Eliza m'intriguait énormément. « Oui, elle lui a fait un sacré effet. Elle est persuadée d’avoir décelé une fragilité chez elle et quelque chose comme ça. J’avoue que j’ai arrêté d’écouter après fragilité » C'était du Julian tout craché ça. « Ta mère a peut-être raison, la façon dont elle se comporte c'est peut-être pour cacher quelque chose d'autre qu'elle n'a pas envie que ses employés puisse voir » Mais si c'était ça, cela devait être fatiguant pour elle, mais je voulais la rencontrer moi aussi maintenant. « Promis, à la prochaine fête de ma boîte, tu seras ma cavalière. Comme ça tu pourras la rencontrer » Alors là, je disais oui tout de suite. J'avais même très hâte.

Café en main je ne pouvais évidement pas pouvais passer l'histoire d'Asher sous silence, d'une parce que c'était trop important et de deux parce que cela me faisait toujours un peu mal d'y penser. « Tu crois que c’est réciproque et que ça va marcher entre eux ? » Je haussais les épaules, je n'en avais aucune idée. « Peut-être, je connais pas Jocelyn. » Et je n'avais pas vraiment envie de le faire. « Comment est-ce que tu l’as vécu ? » Très mal, mais cela n'allait pas changer les choses. Tant mieux pour lui s'il était amoureux « Wow attend, j’ai raté un épisode là. Il a mit un terme à votre amitié parce qu’il a apprit que tu avais des sentiments pour lui ? » C'était un peu plus compliqué que cela quand même. « Mais quel goujat ! » Je souriais, ravi d'entendre ce mot qui avait sûrement disparu de la circulation depuis un moment. « Non ce n'est pas seulement pour cela. Puis en fait c'est moi qui ai soumis l'idée » Une idée bien trop ridicule, mais sous le coup de la colère on pouvait dire ou faire beaucoup de choses regrettable. « J'ai fait l'erreur d'essayer d'expliquer la situation à une copine et la première chose qu'elle a été faire fut d'aller voir Asher pour l'insulter et lui dire qu'il n'avait pas la lumière à tout les étages. » D'ailleurs à un moment il faudrait que je retourne voir Arya pour m'excuser. « Il n'a pas vraiment apprécié et du coup et Asher et moi on s'est disputé » C'était triste, j'étais triste et ça m'énervait. « Mais il me reste toujours un père à connaître alors ça va. » La situation n'était pas complètement désespéré au final. « Je me dis que cela finira par s'arranger » Oui je gardais toujours de l'espoir.





lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Remind me to forget [Julian] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Remind me to forget [Julian]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération