a waste of a lovely night (jaymi)

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 152
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (bill skarsgard) & peter shacklebolt (aaron taylor-jonhson)

a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Ven 31 Aoû - 18:39 )


jaymi & Alma

a waste of a lovely night


En ce moment, elle flotte sur un petit nuage Alma. Elle va bien, se sent bien, autant mentalement que dans son corps. Ça fait déjà plusieurs mois qu'elle n'a plus compté les calories de ce qu'elle mange, a même réussi à croquer dans un petit gâteau sans lorgner sur tout le sucre qu'il contient. Puis elle a retrouvé Bird aussi, une de ses plus proches amies quand elles n'avaient même pas encore dix-huit ans et qui lui a prouvé que même des années de séparation n'avaient pas réussi à casser le lien qui les unissait autrefois. Une little miss sunshine, la fille heureuse que tu vois sourire dans le train et sur laquelle tu peux pas t'empêcher de jalouser un peu. Alors que le soleil commence à se coucher, Alma traverse le chemin qui sépare son arrêt de bus de son appartement pendant que ses doigts serrent la lanière de son sac. Elle pense à son chien qui va sûrement lui faire la fête comme tous les jours après avoir pensé qu'elle l'avait abandonné pour la vingt-sixième fois ce mois-ci. Elle pense à pleins de trucs en réalité, à sa démission chez Starbucks et à comment coller Sarah dans les bras d'Asher. Ses neurones chauffent sur le chemin du retour mais son sourire persiste, léger, éternel. Elle traverse la chaussée, marche le long du trottoir en évitant les bancs et les poubelles, slaloomant entre eux comme si elle était en plein dans une comédie musicale. Au loin, sur un des bancs, elle distingue à peine une silhouette qui ressemble plus à un amas de sacs plutôt qu'à une personne. Faudrait qu'elle arrête de nier ses lunettes de vue Alma, ça s'empire de jour en jour à force de les laisser traîner dans un tiroir. Obligée de passer à coté pour rentrer chez elle, elle finit par réaliser qu'il s'agit d'un être humain. Un homme qui gigote, le visage caché, mais sans pot devant lui pour ramasser des pièces de monnaie. Alma ne sait pas pourquoi elle s'attarde à coté de lui, peut-être parce que ça lui fait un peu mal au coeur à chaque fois qu'elle croise quelqu'un à la rue. Elle est tentée de courir à la sandwicherie la plus proche avant qu'elles ne ferment toutes afin de lui offrir de quoi manger pour ce soir, sauf qu'elle se trouve bien vite coupée dans son élan lorsque l'homme dévoile son visage fatigué. Impossible, pas lui. Jaymi. Pas maintenant, après ce silence qui lui a paru durer une éternité. Le ventre d'Alma se noue pendant que son coeur s'amuse à faire des salto arrières dans sa poitrine. Elle se déteste pour se sentir triste en cet instant, cassée dans son élan de bien-être total qui ne pouvait évidemment pas durer. Et elle le déteste lui, mais elle se voit mal lui crier dessus alors qu'il somnole à moitié sur un banc dans une ruelle de la ville. « Jaymi. » Ce n'est même pas une interrogation, elle sait que c'est lui. Elle a trop connu son visage que pour l'oublier, est même capable de reconnaître ses cheveux et sa barbe mal taillée. Ça lui fout le cafard cette rapidité qu'elle a eu à prononcer son prénom plutôt que de partir sans lui adresser la parole. « Qu'est-ce que tu fais... là ? » Sur ce banc, dans cette rue. Le ton de sa voix est froid, ses bras se croisent contre sa poitrine et elle s'empresse faire un pas en arrière pour immédiatement instaurer une distance entre eux. Elle a été proche de lui, trop proche même à un point où elle a finit par souffrir de la distance qu'il a instaurée entre eux. À présent, elle préfère prendre les devants et lui faire croire qu'entre temps, elle n'a eu aucun mal à penser à autre chose. De toute façon, elle est bien trop en colère contre lui et n'éprouvera donc aucun mal à faire semblant.


AVENGEDINCHAINS


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down



Dernière édition par Alma Worrell le Dim 2 Sep - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/03/2018
›› Commérages : 385
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle aka Léa
›› Célébrité : Michiel Huisman
›› Schizophrénie : Anabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Sam 1 Sep - 22:36 )

a waste of a lovely night
Alma & Jaymi
Dormir sur un banc, c’est pas le genre de début de soirée que je voudrais passer. Mais en même temps, avec comment je me débrouille jusqu’ici, je ne serai pas surpris que je devienne un SDF et un malpropre, un bon à rien qui aura tout gâché, qui vit en compagnie d’une bouteille, sa plus fidèle amie au monde. Ah bah ça oui. J’ai tout gâché.
Gaché bon à rien, donc voilà, moi dormir sur le banc, avec bouteille vide, parce que c’est ce que je mérite. Puis basta. Rien à foutre de ce que dirons les gens. Je suis un SDF jusqu’à ce que je retrouve mes clefs de maison. Je les ai perdues et ch’ais pas ce que j’en ai fait. Déjà ma voiture paumée quelque part dans la ville, j’ai beau avoir passé des journées à biper dans le vide, à avoir des faux espoirs de bips de bruits d’ouverture des voitures qui n’étaient même pas les miennes. Ce serait cool que j’ai PLEINS DE VOITURES. Oui, je hurle dans mes pensées. Mais je réalise que c’est pas comme ça que j’arriverai à dormir. Même si dormir vers 19h ou 20h, chéplu ça aide pas non plus. Mais je vois pas ce que j’pourrai faire d’autre. J’ai cherché partout mes clefs, je les retrouve pô alors autant attendre que le temps passe, que mon cerveau fasse des miracles et fasse enfin son boulooot grâce à la magie de la Vodka. Alors, voilà. Je dors. Enfin j’essaye. Mais franchement, c’est pas un peu débile là ? Pour pouvoir dormir, faut faire semblant de dormir ? Je … ? Ouais voilà. C’est débile, mais c’est vrai, on fait semblant de dormir pour pouvoir dormir. On dort pas comme ça d’un coup. Me faudrait un coup de marteau quoi. Genre, moi, incapable de tenir en place, plus un marteau égal BIM, moi en train de faire une sieste avec ma bouteille.
Et une probable commotion cérébrale ou hémorragie ou… Bah, bye bye Jaymi. Plus de Jaymi. Parce que je me serai tapé trop fort la tête et plusieurs fois parce que j’ai une caboche hyper solide. Genre, un miroir m’est tombé dessus, c’est le miroir qui s’est cassé, moi j’ai rien eu. Comme quoi ma tête est solide. Même pas une tronçonneuse pourrait y trancher.
Ouais bon, je suis un peu bourré. Un touuuut petit peeeu. Et j’ai pas commencé ma soirée, mais j’ai pas d’argent. J’ai laissé ma carte bleue chez moi et ça me fait chier. Pourquoi je l’ai laissée d’abord ? Ah oui, pour pas dépenser tout et n’importe quoi. Mais j’avais assez dans ma monnaie pour une bonne bouteille de vodka là. Je suis capable de tout claquer en si peu de temps et de vivre sur mes maigres réserves. Je vais finir par ne plus rien avoir. Alors autant s’entrainer à dormir dans la rue, sur un banc qui n’est pas si confortable que ça. Mais c’est sûr que le sol est plutôt inconfortable. Alors si dormir sur un banc s’apparente à un luxe, avec une bouteille, je vais pas dire non quoi. En plus j’aurai doublé le SDF qui y dort là. Enfin, s’il y en a.

Je grogne alors que j’essaye de trouver LA position parfaite pour dormir. Mais je n’y arrive pas, j’ai beau tourner dans tous les sens, je ne trouve que dalle. J’en ai déjà marre là. Je veux dormir bordel et que je me réveille avec une idée d’où est ma fichue clef. J’ai à peine bougé que j’entends une voix m’appeler. Je grogne encore et croise les bras contre mon buste avec ma bouteille pour me protéger du froid ou me réchauffer, chéplus. Bon par contre, la voix de la personne m’est sacrément familière, mais je ne l’ai pas entendue depuis très longtemps. Un chouia trop longtemps que ben… C’est trop la voix d’Alma. C’est marrant. Mais je ne la croise plus, j’ai fait de mon mieux pour ne pas la croiser, qu’elle ne me voit pas ainsi. Je soupire et essaye de faire semblant de dormir, mais elle insiste. Je fronce les sourcils, attends. Elle est vraiment là ? Je cligne les yeux avant de discerner une silhouette, blonde, grande (en même temps je suis petit à être allongé sur le banc), assez blasée ou plutôt en colère, froide… Ah c’est ça, c’est elle qui m’envoie le froid, du coup j’ai froid. C’est pas sympa ça. « Qu’estcejefélà? » fis-je en mâchant les mots alors que je croise encore plus les bras pour refermer ma chemise. Je soupire et referme les yeux. « J’essaye de dodo. Perdu mes clefs chépôoù. Alors vais me réveiller plus tard, dans l’idée de savoir ce que j’en ai fé. » soupirai-je, alors que je remonte ma bouteille vers mon buste. « Et toi? Tu fékoâ ici? » Mon anglais est juste horrible quand je suis bourré, il m’est difficile de me comprendre, alors les autres. PRRR aucune idée.
electric bird.



Cheers
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 152
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (bill skarsgard) & peter shacklebolt (aaron taylor-jonhson)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Dim 2 Sep - 14:59 )


jaymi & Alma

a waste of a lovely night


Pendant des mois, elle a cru qu'elle ne le reverrait jamais. Que Jaymi faisait partie de ces personnes qui apparaissent dans votre vie sans crier gare afin de la rendre plus belle, plus drôle, plus supportable, puis qui disparaissaient tout aussi vite. Elle s'est dit qu'il n'était qu'un bonheur passager, que de toute façon cette attirance qu'elle commençait à ressentir pour lui n'aurait jamais pu être entièrement comblée. Enfin, elle a fini par s'en convaincre quand elle a réalisé qu'il ne revenait pas. Elle a presque eu le coeur brisé Alma, heureusement qu'il a disparu juste avant qu'elle ne commence à réellement s'attacher. Non pas qu'elle ne l'était pas, elle aimait ces moments passés avec Jay et s'en réjouissait à chaque fois, attendant le prochain avec l'excitation d'un gamin avant Noël. Mais si il était parti plus tard, si il avait attendu quelques mois le temps qu'elle finisse par ne plus vouloir le lâcher, là elle en aurait crever. Elle était fragile sans lui, réduite au statut de l'anorexique qui refusait de se nourrir. Pour ça, elle devrait être heureuse de le voir. L'entourer de ses bras, embrasser sa joue, lui demander comment il va et où il était. Elle n'a pas le droit de lui en vouloir, après tout ils n'ont jamais rien été d'autre qu'un type et une fille qui fréquentaient les mêmes thérapies de groupe. Pourtant, de le voir cligner des yeux en la regardant comme si ils s'étaient vus la veille, ça fait bouillir sa rage en elle. Elle sert les poings jusqu'à ce que ses ongles viennent s'enfoncer dans les paumes de ses mains, serre les dents jusqu'à en avoir mal à la mâchoire. Si elle avait eu une mauvaise journée, Alma se serait certainement mise à crier. « Je fais quoi ici ?! C'est la meilleure ça. J'y vis, t'as oublié ? Et est-ce que tu es ivre ?! » Sa voix est montée dans les aigus mais elle tente de se calmer, inspire profondément pendant que ses bras retombent le long de son corps. Elle n'a pas envie de le regarder parce que si elle le fait, des larmes de colère commencent à lui noyer les yeux. Alors elle observe autour d'elle le ciel, les bâtiments, les passants, tout ça pour ne pas croiser le regard de Jaymi. « Pourquoi t'es revenu ? Et... » Elle inspire une nouvelle fois et se force à le regarder. « Pourquoi t'es parti ? » Elle a besoin d'explications là, tout de suite, maintenant. Mais rapidement, Alma réalise que Jaymi n'est pas en état de lui offrir les mots dont elle a besoin. « Ne réponds pas maintenant. Pas ici. Lève toi de ce banc, tu dormiras sur mon canapé. » Elle lui fait signe de la tête pour qu'il la suive avant de commencer à marcher quelques pas devant lui. Alors qu'il ne peut pas la voir, elle se permet de laisser une larme couler le long de sa joue avant de rapidement l'effacer à l'aide du plat de sa main. Ce n'est même pas de la tristesse qui lui vrille le coeur, c'est cette impression d'avoir été utilisée comme un simple passe-temps par la personne en qui elle avait le plus confiance. Elle se sent trahie, stupide. Et pourtant, elle vient quand même de lui offrir un endroit où passer la nuit. Ses joues à présent sèches, elle se tourne sur elle-même et croise à nouveau ses bras sur sa poitrine. « T'as intérêt à décuver rapidement parce que tu vas répondre au pire interrogatoire que t'aies jamais connu, » lâche-t-elle entre ses dents. Elle a beau être en colère, le détester un peu, y a quand même une petite part d'elle qui a l'impression de revivre en revoyant le visage familier de Jaymi. Stupide Alma.


AVENGEDINCHAINS


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/03/2018
›› Commérages : 385
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle aka Léa
›› Célébrité : Michiel Huisman
›› Schizophrénie : Anabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Lun 3 Sep - 14:10 )

a waste of a lovely night
Alma & Jaymi
Je cligne les yeux sans trop comprendre pourquoi elle est énervée. Je fronce les sourcils, je l’observe attentivement… Correction: j’essaye de l’observer, mais les mèches de mes cheveux m’embêtent. Les cheveux, vous faites chier là, vous m’empêcher de regarder Alma làààà ! Enfin, à moins que mes cheveux veulent me cacher quelque chose, veulent me protéger de quelque chose ? C’est très probable, c’était grâce à mes cheveux que j’ai évité de frapper le policier, James je crois, en pleine figure. Ça ne change pas au fait que je l’ai frappé quand même. ‘fin bref. Elle est pas amusée Alma, moi non plus, elle m’a réveillé et elle me donne un coup de froid pas possible. Elle est en colère Alma, elle me pose des questions et elle est bien partie pour faire la reine de nuit dans la flute enchantée. Azy, j’ai la chanson dans la tête, ça me rappelle un spectacle que j’ai géré en musique, le son quoi, mon boulot hein, je suis pas metteur en scène. Je suis ingénieur quoi. Le génie, mais pas si génie que ça apparemment, j’ai oublié qu’elle y vit. « Ben moi aussi j’y vis. » répliquai-je innocemment et un peu perdu. Alors ça revient au même ? Qu’est-ce que je fous ici ? Je vis dans cette ville aussi ? Enfin, c’est pas compliqué non ? Normalement ? Hein ? Et est-ce que tu es ivre ?! Euuuh… Et beeen… J’ouvre les yeux en grand et secoue doucement la tête avant de répliquer un petit « Nooon… » timide tout d’un coup. Oops. C’est vrai, moi je ne devrais pas être ivre devant elle. Je m’étais fait la promesse que je ne boirais pas, plus jamais et ça fait depuis un an que je bois comme pas possible, bien que je suis plus prudent. Je réalise maintenant ça, je lâche un très gros soupir et passe la main sur mon visage. « Oh putain, chuis ivre. » Et il est pas tard en plus. Je sais quasiment pas tenir bon la journée. Plus du tout. Pourquoi t’es revenu ? Et… Mais je suis pas parti, j’ai été là. Toujours été là ! Pourquoi t’es parti ? Je fronce les sourcils et la regarde tout en clignant les yeux. « Du banc tu v…? » Elle m’interrompt pour me dire de ne pas répondre finalement. Elle m’ordonne de me lever du banc, que j’irai dormir sur son canapé. Je ne le sens pas quelque part. Elle ne me laisse pas le temps de répondre ou quoi, comme quoi, le refus n’est pas de mise. Alors je ne tente pas le refus, je n’ai même pas le choix. Je soupire et essaye de me redresser. La première fois, je ne réussis pas, la seconde non plus. Enfin, jamais deux sans trois…! Je soupire d’effort avant de pouvoir ENFIN me lever. OUH LÀ. Le sol est trop instable pour moi… Je fais ce que je peux pour marcher correctement, je tiens la bouteille à la main et au final, je décide de la laisser sur le banc. Chéplu si elle est pleine ou pas, mais pas de bouteille chez Alma, ça c’est la règle d’or que je devrais au moins respecter, même si j’ai enfreins les autres…! J’essaye de rattraper Alma qui marche définitivement bien trop vite, je ne suis pas sûr de l’avoir entendue parler. Je m’arrête à trois pas d’elle quand elle s’est retournée sans crier gare. « Ah parce que tu es une agent secrète, formée par la CIAFBINSAchépluquoi… Donc t’es formé à ça ? » fis-je nullement impressionné par sa colère, enfin, c’est ce que j’essaye de lui montrer, mais je n’arrive pas à contenir mes émotions. J’ai l’impression d’être le gamin qui se fait gronder par sa mère. Je n’aurai jamais cru que ça m’arriverait. « Aprèsunedouchedeleaujemereprendsunpetitpeu… » fis-je d’une traite face au regard d’Alma. Ok, il ne faut pas plaisanter là-dessus. Il faut que j’arrête de faire l’autruche, mais je n’y arrive pas, c’est tellement facile de vouloir fuir les problèmes. Je fais un léger sourire désolé avant de lever un peu la main. « Dis ? » Bon, ça va, je ne suis pas très très ivre, mais quand même, j’ai la tête qui tourne et le sol n’est tellement pas stable que je ne ferai pas confiance à mes pieds. « Je peux poser cette main sur tonépaule ? Ça tourne autour et j’ai pas envie de me faire mal en marchant. Steuplé » Et au final, on marche ensemble jusqu’à chez elle. Enfin, sur le chemin j’étais en proie des sentiments assez contradictoires entre le fait que je suis très content de pouvoir lui reparler, mais j’ai aussi honte de me montrer ainsi, en colère après moi d’avoir tout gâché et franchement ? Je n’ai pas envie qu’elle me le dise en face, mais je sais que c’est une façon à elle de se défouler, de montrer que ma disparition l’a atteinte, tout comme la sienne. « Ch’uis désolé. » Marmonnai-je alors que nous étions à l’arrêt devant le passage piéton.
electric bird.



Cheers
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 152
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (bill skarsgard) & peter shacklebolt (aaron taylor-jonhson)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Jeu 6 Sep - 14:17 )


jaymi & Alma

a waste of a lovely night


Les hommes n'ont jamais arrêté de la décevoir, et ça avant même qu'elle ne soit née. Son père qui est parti avant sa naissance, ce type à une soirée qui a profité de son ivresse pour lui voler sa virginité, même gars qui s'est fait plaisir pour redorer sa réputation à Alma, la faisant passer de "clocharde" à "traînée". Puis Jaymi. Elle le pensait plus mature, elle a pris la décision stupide et naïve de lui offrir sa confiance avec laquelle il a joué un temps avant de finir par s'en lasser. Elle est triste, déçue aussi, mais elle préfère faire passer ses faiblesses pour un sentiment intense de colère. Ça a toujours été plus facile à supporter de faire peur que de faire pitié. Il y vit, sans blague. Elle l'avait remarqué avant qu'il ne s'évapore soudainement des rues de Cap Harbor. Ou peut-être qu'il y était toujours, qu'il se contentait simplement de l'éviter parce qu'il n'a pas assumé, qu'il ne voulait pas d'elle. Oui, c'est ça, il ne la voulait pas. Alors pourquoi elle reste devant Jaymi, Alma, au lieu de tracer sa route ? « Bordel, mais qu'est-ce qui t'arrive en ce moment. » Ce n'est pas vraiment une question cette fois, plutôt une pensée prononcée tout haut. Elle commence à avoir de l'empathie pour lui, à avoir le coeur qui se sert de le voir totalement ivre alors qu'il avait fait la promesse de ne plus boire. Il se l'était faite à lui-même cette promesse, pas même à Alma. Qu'a-t-il bien pu vivre pour finir par replonger encore une fois ? Alors qu'il tente de répondre par quelque chose de stupide qu'elle lui empêche de prononcer jusqu'au bout, Alma sent ses doigts se resserrer sur ses bras. Si seulement elle n'avait pas toutes ces émotions contradictoires qui se bousculaient en elle, ce serait bien plus simple de faire face à une telle situation. Elle lui demande de se lever, de la suivre sans savoir si c'est une bonne idée. Derrière elle, Jaymi peine à se lever et elle l'entend faire des bruits qui ressemblent à des gémissements avant d'être capable de tenir sur ses jambes. Il lui pose une question qui aurait pu la faire rire en temps normal mais, sur le coup, elle n'a même plus envie de sourire. « Si ça peut te pousser à parler sans me mentir, on a qu'à dire que oui, je fais partie du FBI. » Elle n'est pas très sérieuse sa réponse, mais à quoi bon l'être quand on sait que Jay ne retiendra sûrement rien de cette conversation demain matin. Elle l'entend marmonner entre ses dents, crois comprendre qu'il parle d'une douche. Bonne idée, ça l'aiderait sûrement à y voir plus clair. Tant qu'elle ne doit pas ramasser son vomi. Elle continue de fixer le sol cependant, marchant droit devant elle jusqu'à ce qu'un appel de Jaymi ne la fasse relever les yeux dans sa direction. Tenir son épaule ? Et puis quoi encore ? « Bien sûr que tu peux. » Et puis merde, Alma. Elle marche sans parler parce qu'elle sait que si elle l'ouvre, ce sera pour décharger une haine injustifiée sur lui alors que ça se voit, il n'est pas en état de faire face à la tornade Worrell. Mais quand il s'excuse, un désolé prononcé avec toute la sincérité du monde, Alma sent sa colère s'évaporer de son corps lentement. Ses épaules s'affaissent et un soupir s'échappe d'entre ses lèvres. « Moi aussi. » Désolée d'avoir crié, de s'être énervée. Mais aussi, désolée d'avoir mis tant de responsabilités sur ses épaules. Ils n'auraient jamais du s'embrasser, elle n'aurait pas dû s'attacher à lui. Sauf qu'à présent, il est trop tard pour revenir en arrière. Ils n'ont pas à marcher beaucoup avant d'arriver devant le bâtiment où vit Alma. Elle ouvre la porte avant de se diriger vers les escaliers, s'assurant que Jaymi arrive à grimper les marches sans tomber en arrière pour ensuite toutes les dégringoler. Elle ouvre la porte de son appartement et allume quelques lumières pour éviter d'utiliser la grosse, celle qui éblouit et qui ferait probablement râler Jaymi. Le salon est à présent baigné d'une lumière tamisée et Alma ferme la porte derrière elle avant d'aller s'appuyer sur le dos du canapé. « Tu veux de l'eau ? » demande-t-elle, le ton de sa voix un peu moins dur que tout-à-l'heure même si pas encore des plus chaleureux. « En tout cas, t'as vraiment une sale mine. Je vois qu'en un an sans se voir, tu t'es toujours pas décidé à prendre un peu plus soin de cette barbe. » Elle l'a placé comme ça, pour voir si il réalise que ça fait déjà un an. Un an sans nouvelle, un an sans savoir si Jaymi est toujours vivant ou inerte dans un caniveau.


AVENGEDINCHAINS


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/03/2018
›› Commérages : 385
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle aka Léa
›› Célébrité : Michiel Huisman
›› Schizophrénie : Anabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Jeu 6 Sep - 21:48 )

a waste of a lovely night
Alma & Jaymi
Bordel qu'est-ce qui t’arrive en ce moment.
Qu’est-ce qui m’arrive en ce moment ? C’est même la question à laquelle je me pose. Je réponds à peine à cette phrase avec un soupir, je ne sais pas quoi répondre à ça. Qu’est-ce que je peux bien répondre ? Je suis juste faible, c’est tout. Une sombre merde qui n’a pas su tenir sa propre promesse et c’est-à-dire ne pas toucher une seule bouteille d’alcool. Et voilà le résultat: j’ai touché non pas une, mais plusieurs bouteilles et ce, sans limite. Putain. Je n’ai pas eu le temps de dire quoi ce que ce soit qu’elle enchaine déjà par une autre question, mais est-ce qu’il lui arrive de me laisser le temps steuplé ? Ma tête n’est pas trop là, les neurones font déjà la fête avec les mini bouteilles dans ma tête. Ils se battent pour l’alcool, alors pour réfléchir, c’est un peu chouia voire un tantinet, pour pas dire hyper méga giga flixa trop dur. J’allais dire sur le banc, mais c’est pas la réponse qu’il fallait donner, mais merde. Je suis pas mentaliste moi, je sais pas entrer dans la tête des gens pour donner les réponses qu’ils veulent. Ouah… Ma tête ne suit rien là en fait, il y a aucune logique dans mes pensées et c’est super chaud. Enfin bref, tout ce que je retiens dans tout ce blabla et mes pensées, c’est qu’il y a un canapé qui m’attend les accoudoirs ouverts. Qu’il faut que je me lève du banc et abandonne la bouteille et … Me lever surtout. Pas facile quoi quand le sol est devenu mon ennemi numéro un, ça tangue quand même… Faut que je me reprenne là, elle a des questions à me poser digne d’un agent du FBI, elle me l’a confirmé. Alors pendant tout ce temps-là ? Elle m’a caché qu’elle était une agente ? Ça explique. Je sais pas ce qui pourrait expliquer, mais ça explique quoi. « Ouuuuuh. » fis-je en grimaçant un peu trop exagérément pour montrer que j’en ai peur. Au final, oui, je me suis laissé impressionner par sa colère sur le coup, surtout que si elle me confirme d’être un agent du FBI, faut pas faire de conneries. J’en ai déjà assez fait putain. Alors, Jaymi, tu restes sage. Tu vas être tranquille, faut pas plaisanter ou quoi. Même si j’ai pas la moindre idée de quoi faire. Déjà, la mission numéro une, réussir à marcher correctement et c’est pas du tout gagné. Faut que …? Ouais, j’ai besoin de son aide. Alors je l’ai appelée pour lui demander si je peux poser la main sur son épaule, ça pourrait grave m’aider comme repaire. Je fais un léger sourire pincé quand elle m’autorise et c’est ainsi que nous marchions. Je marchais un peu trop lentement, tiré par le chev… euh Alma. Alma. Je tiens l’épaule d’Alma pour la première fois depuis aussi longtemps, son épaule moins large que le mien. Son épaule dont je n’ai aucun de mal à cacher avec ma grande main. Cela faisait longtemps que je n’ai pas touché son épaule… Alma quoi. Cela fait longtemps que je n’ai pas entendu sa voix, mais par contre je n’ai jamais entendu sa voix colérique. Est-elle vraiment en colère contre moi ? Elle a raison, parce qu’elle est en colère à ma place, elle fait tout à ma place et moi, je suis… Jaymi, le bourré, qui pense à des vaches volantes qui sautent comme des moutons. Enfin je pense, mais je les vois surtout sur le trottoir. C’est un peu chaud, parce que je ne sais pas si c’est vraiment voir, ou si j’ai plutôt envie de les voir et ce… Ben, j’ai pas de bouteille pour rendre ça possible, ni ma carte bleue, ni mes clefs que j’ai dû paumer quelque part. Je suis une catastrophe. Je serre légèrement son épaule pour répondre à son excuse. Elle était aussi désolée, désolée de quoi ? De moi ? De ce que je suis devenu ? Je n’ai pas besoin de son désolé. Non.

On arrive devant le bâtiment, on y entre, on monte les escaliers. On a dû s’arrêter deux ou trois fois quand nous avons senti que moi, je me penchais un peu dangereusement en arrière. Je n’arrive pas du tout à gérer mon équilibre. C’est pas possible bordel. On arrive devant sa porte. Je m’adosse contre le mur alors qu’elle ouvre la porte. Nous entrons. Je vois tout de suite le canapé, je m’y installe malgré le noir. Heureusement qu’il y avait rien sur mon passage, parce que bordel, je me serai ramassé comme pas possible là. Enfin bref, je m’écrase sur le canapé alors que la lumière commence à venir petit à petit. Je regarde autour de moi, fronce les sourcils et me dit quelque chose: je suis déjà venu ici ? Ah mais oui, je suis con, je suis déjà venu plusieurs fois en vrai. C’est pour ça que je ne me suis pas pris une table qui était pourtant à côté du canapé. Même devant le canapé. Je sais plus. Je ne connais plus l’anglais. Je suis complètement affalé sur le canapé, je détaille la pièce autour et remarque que peu de choses ont changé. À moins que j’observe très mal. Je devrais la remercier de ne pas avoir mis la lumière principale qui m’aura arraché la rétine… « Mhmh. » fis-je en réponse à sa proposition. De l’eau, j’en ai besoin. Elle n’y va pas encore, pas tout de suite. Elle me parle de la barbe, ça me fait légèrement sourire. Je l’avais rasée une fois, mais ça ne m’allait plus trop, je n’arrive plus à m’habituer à mon propre visage. « Un an, huit mois… Presque deux ans Alma… Ch’arrive plus à compter correctement, mais… C’est cha en gros.» soupirai-je avant de secouer la tête, l’air complètement morose, mais aussi, comme elle l’a souligné: une sale tête. Le fait qu’elle vient de me souligner que ça faisait plus d’un an que nous nous sommes pas vu m’a foutu un gros coup, un gros changement d’humeur là. Je lâche un gros soupir avant de balancer tout d’un coup. « Je … Je t’évitais à cause de moi. Pas toi. Tu es parfaite, même dans tes imperfections pour que je t’évite. C’est moi qui nelesuispas. » Je cale parfaitement ma tête contre le canapé et ferme les yeux juste quelques secondes. Juste des petites secondes steuplé. « Vais pas dodo. » marmonnai-je « Juste les yeux sont lourdmaistécoute » Je ne dors pas, même si l’envie de bailler arrive et il faut que je le réprime. Les secondes sont passées, faut que j’ouvre les yeux. Je fronce les sourcils en entendant du bruit, mais je sais pas ce que c’est. Le pire, c’est que j’arrive pas à ouvrir les yeux. Putain, les paupiettes non, les paupières sont trop lourde, j’arrive pas à ouvrir les yeux… Je suis devenu aveugle là ? Putain, non. Je peux pas être aveugle. J’arrive juste pas à ouvrir les yeux, les paupières sont méga lourdes. Jaymi, coincé par ses paupiettes… Non paupières. On aura tout vu.
electric bird.



Cheers
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 152
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (bill skarsgard) & peter shacklebolt (aaron taylor-jonhson)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Ven 7 Sep - 15:31 )


jaymi & Alma

a waste of a lovely night


Foutu Jaymi Payne. Elle devrait être en colère Alma, continuer à garder sa crédibilité alors qu'il agit devant elle comme un gamin qu'on viendrait de surprendre en pleine bêtise. Elle devrait être capable de garder les poings serrés, l'air sévère pendant que, devant elle, celui qui est censé être l'adulte titube en essayant tant bien que mal de garder ses paupières ouvertes. Et pourtant, quand il lâche ce bête "ouuuh" accompagné d'une expression de peur totalement simulée, Alma ne peut s'empêcher de sourire. C'est bien lui ça, toujours capable de lui tirer ne serait-ce qu'un rictus même dans des situations sérieuses comme celle-ci. Elle ne dit rien, se contente de le regarder avec moins de noirceur dans le regard pendant que ses bras retombent le long de son corps. De toute façon, elle savait pertinemment qu'elle serait incapable de rester trop longtemps en colère contre lui. Qu'elle le veuille ou non, Jaymi a réussi à percer sa carapace, à voir ce qu'elle continuait de cacher au monde entier à cause de ses vieilles blessures qu'elle n'arrivait pas à soigner. Il l'aidait à aller mieux même, lui faisait oublier la cruauté des autres et l'injustice du monde. Sauf qu'elle était toujours là cette injustice, et qu'elle a fini par lui prendre son baume au cœur. Elle ne dit pratiquement rien non plus lorsqu'ils marchent jusque chez elle, seulement quelques mots quand lui s'excuse et qu'elle fait de même, bien qu'elle soit trop déboussolée que pour lui dire pourquoi. Elle l'emmène chez elle en faisant attention à ce qu'il ne se blesse pas, laisse le temps s'emparer petit à petit de sa colère pour ne laisser que les sentiments positifs qu'elle a toujours nourri envers Jaymi. Au final, qui est-elle pour lui en vouloir d'avoir replongé ? Elle l'a déjà fait par le passé, elle a aussi été tentée de côtoyer une nouvelle fois ses démons par question de facilité. Alma sait à quel point il est difficile de se débarrasser d'une habitude, aussi nocive soit-elle, alors pourquoi bon sang ressent-elle toute cette colère envers Jaymi qui est bien plus victime de lui-même qu'elle ne l'est ? La peur, sûrement. Cette peur qui lui nouait le ventre de ne plus le revoir, d'apprendre trop tard qu'il a été renversé, ou tué par elle ne sait quelle personne mal intentionnée. Mais au fond, était-elle plus effrayée pour lui, ou par l'idée qu'il ne finisse par la laisser à nouveau seule ?

Arrivés chez elle, Alma allume quelques lampes pendant que Jaymi se dirige immédiatement vers le canapé pour s'y affaler. Romy n'est pas là, il doit probablement être roulé en boule au pied du lit d'Alma comme il le fait à chaque fois qu'elle n'est pas là. Après lui avoir proposé de l'eau, elle prend ce "mmh" pour une réponse affirmative et marche jusqu'à la cuisine pour aller prendre un verre dans une des armoires, le remplir d'eau du robinet, et le ramener ensuite à Jaymi qui somnole à moitié dans le salon. Elle parle d'un an absence et, alors qu'elle s'attend à ce qu'il ne relève même pas, ce dernier vient même jusqu'à la corriger. Un an et huit mois. C'est qu'il a raison en plus, il a réussi à compter malgré les litres d'alcool qui doivent couler dans son sang en cet instant. Le coeur serré, Alma prend place à coté de lui et lui colle le verre d'eau entre les mains. « Bois ça, » souffle-t-elle d'un ton décidément plus doux, tellement différent de celui d'il y a encore quelques minutes. Elle s'appuie sur le dos du canapé, tournée vers Jaymi avant de caler sa tête contre le plat de sa main. Elle se sent déjà mieux, sa respiration est plus lente et elle n'a plus l'impression que son coeur est sur le point de bondir hors de sa poitrine. « Ne dis pas de bêtise Jay, tu n'es peut-être pas parfait mais je suis loin de l'être aussi. Personne ne l'est. » Surtout pas eux qui se sont pendant si longtemps laissés guider par leurs faiblesses. Lui l'alcool, elle la privation de nourriture. Elle le voit fermer les yeux et ne peut s'empêcher de sourire. Alors qu'il ne la voit pas, Alma tend la main en direction de son visage et est tentée de dégager une mèche qui recouvre son œil. Elle est à deux doigts de le toucher mais, au dernier moment, elle laisse retomber son bras entre eux. « Je n t'en veux pas, » murmure-t-elle. « Je suis surtout blessée que tu ne m'aies plus jamais donné de nouvelle, mais ça ne fait pas de toi une mauvaise personne. Par contre... » Elle se penche vers lui et sent ses cheveux, quoi qu'elle n'a pas besoin de s'approcher beaucoup pour que l'odeur d'alcool ne vienne emplir ses narines. Alma recule dans un geste rapide. « Tu t'es servi de ta bouteille pour te faire un shampoing ? » lui demande-t-elle avec un sourire amusé. Elle se lève, se place devant lui et le tire par la main pour le faire se lever. « T'as vraiment besoin d'une douche sinon tu vas le regretter demain, » ajoute-t-elle avec un sourire léger alors qu'elle commence à le pousser en direction de la salle de bain, ses mains plaquées sur son dos.


AVENGEDINCHAINS


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/03/2018
›› Commérages : 385
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle aka Léa
›› Célébrité : Michiel Huisman
›› Schizophrénie : Anabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Ven 7 Sep - 18:16 )

a waste of a lovely night
Alma & Jaymi
Un an et huit mois… Plus précisément, un an, sept mois, trois semaines, cinq jours, quelques heures, je ne sais pas quoi. J’ai pas l’heure sous le nez, mais je sais que c’est le soir. Enfin bref. Trop de chiffres, ça me fait toujours aussi mal à la tête. Je retiens toujours le nombre là, toujours parce que je le suis assez souvent répété pour que je n’oublie même pas ivre. C’est ce qui me surprend assez tout de même. Je n’oublie pas ça, tout comme je n’oublie pas mon divorce et le fait que nous aurions pu fonder une famille, je n’oublie pas les choses qui font que je me suis déçu, qui font que je suis assez en colère après moi et que je me punis constamment. Je sens du mouvement à côté de moi, je tourne à peine la tête et malgré la fidèle mèche qui, comme à son habitude, n’arrête pas de m’empêcher de voir. Je me retrouve déjà avec un verre à la main. Je fais un petit sourire pincé. « Cheers… » fis-je avant de lever un tout petit peu le verre en l’air. Je bois et grimace, pas trop habitué à boire de l’eau et que cela ne me brûle pas la gorge. Faudrait que vous essayez un jour (la joueuse conseille pas pour votre santé) et vous verrez qu’à force de boire de l’alcool, encore et encore, on a la gorge qui brûle, le ventre qui me fait à peine mal. Du coup, un verre d’eau, elle balaye à peine ça, c’est même vu comme un envahisseur pour mon corps qui est habitué à l’alcool. Un peu trop habitué à l’alcool même. L’eau n’est pas celle qui va m’aider à reprendre les esprits comme ça. Enfin, un verre quoi. Un tout petit verre, tout simple. Il me faudra des litres et des litres d’eau. Des tonneaux d’eau.

Bon, on se retrouve sur le canapé, j’ai un peu comme une sensation de déjà-vu. La dernière fois que l’on s’est vu, c’était sur un canapé. On s’était embrassé en plus, et puis après ça, plus rien, j’ai disparu et je peux tout à fait comprendre Alma. Enfin, le Jaymi pas bourré pourrait tout à fait comprendre. Parce que je suis toujours ivre et je pense toujours à des conneries pas possibles et encore, je pense aussi de mauvaises choses de moi. Je me pense pas être une bonne personne pour Alma. Il faut qu’elle se rende compte que je ne suis pas quelqu’un de bien dans le fond, je bousille la vie de tout le monde sans que je ne m’en rende compte. Je suis celui qui aime faire l’autruche et partir pour ensuite revenir faisant mine comme si tout allait bien quoi. Je secoue la tête tout en baissant mon regard en réaction de sa réponse après l’avoir regardée du coin de l’oeil. Elle est totalement à l’aise, comme je le suis en sa présence. Je me sens plus calme dans mes pensées, quoiqu’un peu plus négatif au possible. « Je suis moins parfait que toi. » fis-je dans un murmure.

Je suis plutôt bien dans ce canapé, j’ai l’impression d’être dans un nuage qui est en train de m’endormir par son confort. J’ai juste fermé les yeux pour m’y visualiser, juste pour quelques secondes. Je voulais déjà rassurer Alma que je ne suis pas en train de m’endormir, mais que j’ai l’oreille attentive. Ça a toujours été comme ça. Musicien dans l’âme et même ingénieur de son, j’ai toujours l’oreille attentive, même dans mon sommeil. J’entends beaucoup de choses. Puis je suis sûr qu’Alma n’est pas du tout inquiète. Elle a l’habitude avec moi. Je l’entends bouger, mais je ne réagis pas, je n’ouvre pas les yeux ou quoi. En vrai, j’essaye de les ouvrir, mais les paupières sont trop lourdes et du coup, ça ne me facilite pas du tout la tâche, c’est rageant ! Je ne t’en veux pas Me dit-elle après avoir mis la main entre nous deux. J’ouvre les yeux au final, avec difficulté, mais j'ai réussi à ouvrir les yeux et tout d’un coup j’ai une grosse envie de bailler. Je me retiens très difficilement, mais je me retiens en me mordant intérieurement les joues. Je ne lui ai pas donné des nouvelles, c’est ce qu’elle me reproche. Ceci dit, je n’ai pas donné de nouvelles à qui ce que ce soit dans mon entourage, je ne serai pas surpris que certains doivent me croire mort aujourd’hui. J’arque un sourcil quand elle laisse la phrase en suspend pour me renifler ? Elle allait me renifler ? Elle l’a fait d’ailleurs, elle a essayé surtout. Mais mon odeur d’alcool doit être trop forte pour son petit nez pas du tout habitué. J’eus une petite moue moqueuse et secoue la tête à peine amusé. « Je pense alcool, je sens alcool, je vis d’alcool, je mange alcool, je suis alcool. » fis-je voyant que ma tirade sur l’alcool allait être écourtée quand elle me tend la main que j’attrape après un petit soupir mécontent. J’étais bien sur le canapé là ! Je me lève avec son aide. « Ouais mais non… Almaaa… Steuplééé ! J’étais bien sur le canapééééééé. J’en fais quoi du verre ? » fis-je en le levant un peu pour le lui montrer derrière mon épaule alors qu’elle me pousse. « J’allais pas m’endormir promis. Je dormais pas. Le canapé était trop confortable. Steuplé. J’ai dit une douche, mais dès que j’ai posé mon popotin, c’était dur de… OUAH. » fis-je interrompu par un bâillement, comme quoi je viens plus ou moins de me réveiller en étant un peu activé. « Je n’allais pas dormir. » lui dis-je totalement sûr. Je voulais me retourner sur moi-même, mais je me prends un mur à l’épaule, bon j’ai très mal calculé le coup. « Aieuh. » fis-je après quelques secondes. Bravo, le temps de réaction… Ça ne m’a pas fait si mal que ça, mais ça m’a fait mal. « Le mur, je l’avais pas vu. Vilain mur, je réglerai ton compte toi tout à l’heure, même si je sais plus quel mur t’es.» soupirai-je à la fin. Mais dit ? Alma n’est plus fâchée ? Sa colère est retombée ? Elle va m’interroger ? Attends. Mon dieu. Est-ce que ce serait cette technique barbare d’interrogation, avec de l’eau. La serviette sur le visage, l’eau dessus. Je … Ah nah. Alma n’est pas comme ça, elle a dû plaisanter quand elle m’a dit qu’elle était du FBI. Hein ? Dis ? Non ? « Alma ? T’es vraiment du FBI ? » fis-je un peu inquiet sur le coup. Et je me retrouve déjà dans la salle de bain. « Wouah. Ça sent la fille ici. » une pause, je me retourne jusqu’à voir Alma, je pose la main sur le lavabo. « Tu vas m’observer me laver toi ? » lui demandai-je avant d’ajouter. « J’pense que jesauraimelavertoutseulsansquejemefassemal. » fis-je tout d’une traite à nouveau. Je ne crois pas avoir pris la douche chez Alma, c’est même la première fois. Ouah, c’est pas une nouvelle étape non ? Enfin bref, je suis sûr qu’elle va me laisser me laver comme un grand. Après tout je suis grand, je suis adulte et largement plus responsable qu’elle. Enfin largement responsable, mais oui Jaymi. Je suis plus responsable qu’elle, je suis vraiment le gamin de nous deux et c’est la faute à la bouteille de vodka là.
electric bird.



Cheers
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 152
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (bill skarsgard) & peter shacklebolt (aaron taylor-jonhson)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Lun 10 Sep - 15:01 )


jaymi & Alma

a waste of a lovely night


De surface, ils ont l'air si différents, Alma et Jaymi. Lui à trente-trois ans, prêt à fonder une famille alors qu'elle, vingt-quatre ans, incapable de se défaire de cette peur du regard des autres qui a fini par l'emprisonner dans un cercle vicieux et sans fin. Ils appartenaient à deux mondes différents, ne se seraient probablement même jamais rencontrés si lui n'était pas devenu alcoolique et qu'elle n'avait pas fini par se priver de nourriture. Peut-elle vraiment blâmer ce qui lui a permis de rencontrer cet homme qui est à présent assis à coté d'elle, sur son canapé ? Elle le devrait. Elle est censée haïr ce mal qui le tourmente, et c'est le cas puisque pour elle, tout ce qui compte est qu'il soit heureux. Mais si être heureux pour Jaymi signifie retourner auprès de sa famille et la quitter elle, Alma la gamine qui ne sait même pas prendre soin d'elle-même, qu'est-elle censée penser ? Alors qu'elle le regarde boire un verre d'eau, ses pensées gambergent dans son esprit et elle a du mal à savoir ce qu'elle est censée ressentir en ce moment. Une tornade de différentes émotions ravage ses pensées et installe une boule de stress dans son ventre. C'est étrange. Elle se sent mal d'un coté d'avoir retrouvé Jaymi parce qu'elle ne sait pas ce que ça signifie, parce qu'elle craint que ce ne soit que passager et qu'il ne finisse par bien vite repartir comme il l'a déjà fait. Mais d'un autre, elle se sent bien. Apaisée avec cette lumière tamisée dans son salon, le calme qui y règne, la présence de Jay qui ré-instaure un sentiment de familiarité en elle. Elle est perdue entre l'envie de le sermonner et celle de prendre sa main pour la serrer fort. Il se dit ne pas être parfait, ou moins qu'elle, et Alma a du mal à composer avec cette idée. Momentanément, elle l'a trouvé parfait à sa propre façon, parfait dans ses imperfections. « C'est la seule excuse que t'as trouvé pour justifier ton comportement ? » Elle fait claquer sa langue sur son palais en secouant négativement la tête de gauche à droite. Elle pointe ensuite son doigt sur lui. « Ne critique pas Jaymi, c'est un bon ami à moi. » Alma le regarde d'un air sévère avant de se laisser à nouveau tomber dans le fond du canapé. Elle ne se souvient pas de l'avoir déjà vu ivre avant ce soir, n'a jamais connu que l'homme un peu ronchon de ne pas pouvoir consommer avant qu'il ne finisse par petit à petit se transformer en quelqu'un de bien, vraiment bien. Mais au fond, quand elle l'entend se dévaloriser de manière à la mettre elle sur un piédestal, elle réalise que le Jaymi qui a bu n'est pas si différent de celui qui est sobre. C'est surtout l'odeur en fait, cette haleine d'un mélange de différentes liqueurs qui pousse Alma à ne pas trop s'approcher de lui. Et ça le fait rire lui, il en vient même à faire cette tirade sur l'alcool qui la fait froncer les sourcils. Bah voyons, et puis quoi encore. Debout devant lui, elle se met à le tirer par la main. « Tu pourras entièrement profiter de ce canapé quand tu seras débarrassé de cette odeur. Et t'as qu'à le laisser là ce verre il sera toujours présent à ton retour, promis. » Il dit ne pas être prêt à dormir alors qu'il baille à s'en décrocher la mâchoire, une contradiction qui fait doucement sourire Alma. Bon sang, fallait vraiment qu'il soit adorable dans cet état ? C'est qu'elle risque d'y prendre goût alors qu'elle devrait plutôt l'interdire de boire, pour sa santé. « C'est ça, t'allais pas dormir. » Son sourire s'élargit bien qu'elle essaie de le camoufler au maximum. « Tu me remercieras plus tard. » Mais quand il recule au point de se cogner contre le mur, cette fois Alma ne peut pas se retenir de rire. Elle frappe son front du plat de sa main avant de faire glisser ses doigts dans ses cheveux et de le guider comme promis en direction de la salle de bain. Il la rappelle sur son post au FBI pendant qu'ils marchent dans le hall, un détail qu'elle avait fini par oublier. « Hum, pas vraiment. Désolée de t'avoir menti, mais je me suis dit que tu suivrais plus docilement une personne importante. » Elle hausse les épaules. C'était stupide, mais en soit il ne l'aurait jamais crue si il n'avait pas autant bu. Du coup, c'est un peu de sa faute à lui aussi. Elle ouvre la porte avant de le laisser entrer. « Oui, bah, les mâles se font rares dans cette partie de l'appartement. Enfin pas que dans cette partie, mais ça ne te regarde pas ça. » Elle a son petit air boudeur, les bras croisés contre sa poitrine malgré son regard doux qui persiste dès qu'elle pose les yeux sur Jaymi. Elle reste plantée là sans trop savoir pourquoi, sûrement effrayée à l'idée qu'il ne glisse et ne finisse par se fracasser le crâne contre la baignoire. « Hum, ouais, c'est vrai. Je, je serai dans le salon si t'as besoin. » Elle hoche la tête, glisse une mèche de cheveux derrière son oreille, puis part à reculons avant de fermer la porte. La respiration lente, elle reste quelques secondes plantée au milieu du couloir sans savoir ce qu'elle est censée faire à présent. Jaymi est de retour, oui, mais pour combien de temps ? Est-elle censée oublier ce qu'il s'est passé il y a un an et huit mois ? Alma pousse un soupir et, dès qu'elle entend le jet de la douche se mettre en marche, elle s'éloigne de la salle de bain et va s'écrouler dans son canapé. L'odeur de Jay s'est imprégnée dans un des coussins, mais pas son odeur d'alcool. Celle qui lui est caractéristique, l'élément qui aide Alma à se sentir à l'aise lorsqu'ils sont tous les deux. Perdue dans ses pensées, elle prend le coussin sur ses genoux et le sert contre elle pendant que cette fameuse odeur vient emplir ses narines d'une manière bien plus agréable que celle de la liqueur.


AVENGEDINCHAINS


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/03/2018
›› Commérages : 385
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle aka Léa
›› Célébrité : Michiel Huisman
›› Schizophrénie : Anabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Lun 10 Sep - 17:03 )

a waste of a lovely night
Alma & Jaymi
C'est la seule excuse que t'as trouvé pour justifier ton comportement ?
Je tourne lentement la tête vers Alma, je la regarde et j’eu une petite moue moqueuse quand elle me dit qu’il ne faut pas critiquer un certain Jaymi. Un sourire s’est également dessiné avant que je n’arque un sourcil et lui dise.  « Qui t’as dit que c’était une excuse…? » fis-je tristement avant que je ne secoue la tête. Pourquoi ai-je disparu ? Je secoue encore la tête et je me pince les lèvres, sans un mot. Je baisse mon regard et passe la main dans les cheveux, tout ça en si peu de secondes et avec beaucoup d’enchainements. Dans le fond, Alma n’a pas changé, elle est toujours cette même femme qui saurait me défendre quand on parle du mal de moi, quand je ne suis pas là. Elle est toujours cette même personne qui quelque part m’encourage sans rien me dire de ne pas boire, qui sait me dissuader de la bouteille. Je sais que j’aurai dû la voir alors que j’avais une énorme envie d’alcool, mais je ne l’ai pas fait, parce que j’avais trop honte et tout s’est enchainé très vite. « Chuis content de t’avoir retrouvée… Même si… Les circonstances sont pas terribles. » Ouais, c’est vrai ça. Je suis content d’avoir retrouver Alma, cette personne même si elle est en colère après moi, même si elle a envie de m’engueuler ou qu’elle reste calme, peu importe ce qu’elle en pense de ces retrouvailles. Moi je suis content. Puis voilà. Juste pas fier de la façon dont on s’est retrouvés, c’est tout… Et elle me voit ivre pour la première fois. Je crois que c’est la première fois qu’elle me voit ainsi et je suis content qu’elle ne m’a pas trouvé ivre au point de ne pas pouvoir parler.

« Sûre ? Il va pas s’enfuir le petit verre ? » fis-je pour la taquiner, mais en vrai… Je vois trop bien le verre s’enfuir là, à petit pas. Pris de frayeur par mon haleine d’alcoolique. Il se serait vite enfui oui. Enfin bref, je dépose le verre et le regard d’un air de lui dire: ne t’enfuis pas. Je t’aime bien le petit verre, je serai très triste si tu pars. « J’allais pas dormir. » confirmai-je assez sûr de moi, le bâillement ne m’a pas trahi, pas du tout voyons. Elle n’a rien vu, ni entendu. Elle doit juste m’écouter et je n’ai pas bâillé, je n’allais pas m’endormir. « Je te remercie maintenant. » fis-je juste parce que j’en envie de ne pas faire comme les autres, mais surtout j’ai envie de la remercier tout simplement. Merci d’être là, de me supporter alors qu’elle avait toutes les raisons de passer son chemin, de faire comme si elle ne me connaissait pas. Mais nah. Elle est restée, elle m’a emmené ici, m’a prêté son canapé et m’a permis de faire connaissance avec le verre. « QUE-WAH ?! » réagissai-je, scandalisé d’apprendre qu’elle m’a menti. Elle n’est pas une agent du F.B.I « Oooooh. Comment tu m’as menti. Je suis très triste !» Enfin, je dis triste, mais j’ai surtout l’air d’être faussement offusqué, je ne joue pas très bien la comédie… Pourtant je suis, enfin, j’étais en contact avec la troupe de théâtre et au final… Non, je n’ai rien appris sur comment stimuler une émotion.

On entre dans la salle de bain, typiquement fille, en même temps il n’y a qu’Alma qui y vit, son animal aussi, je crois. Si je me souviens bien. Elle a un animal normalement… Enfin chéplu. « Pourtant, tu m’as dit ça comme si ça me regardait. » fis-je pour la titiller, avec un petit sourire au coin alors que je la vois bouder. Son air là m’a toujours fait sourire, que ce soit en vrai ou intérieurement. Enfin, petit moment de silence, un blanc, comme un blanco… Je relance, elle réagit, elle radote un petit peu et me laisse dans la salle de bain, tout seul. Je regarde autour de moi, je trouve une pile de serviette de bain dans un meuble, je le prends. Je me regarde dans le miroir et soupire, j’ai vraiment une sale tête ouais… Je me retrouve tout seul, la tension et l’amusement commence à partir, je ne me sens pas vide comme quand je quittais Alma au contraire. Alma est partout, elle est là et… Je crois que je devrais prendre la douche au lieu de partir dans les pensées complètement what the fuckieste. Je finis par enlever les vêtements, monter dans la douche et je n’attends pas l’eau chaude s’activer, je me mets direct dans l’eau froide pour bien me réveiller, mais surtout parce que je le mérite quelque part. Je l’ai très vite regretté la seconde d’après: c’est trop froid.

J’ai pris quelques minutes sous la douche, à me reprendre, à m’habiller. Je ne tarde pas trop pour aller sortir de la salle de bain, les cheveux trempés. Je n’ai pas eu envie d’utiliser son sèche-cheveux, j’ai même cru comprendre que c’est sacré chez les filles et… Ouais enfin, en gros, pas touche. J’arrive silencieusement dans le salon où je la vois de dos, en train de tenir un coussin comme si elle m’attendait. Je souris un peu et viens derrière elle avant de mettre la main sur ses cheveux du bout de mes doigts pour la chatouiller légèrement. Manière d’un Jaymi mi-décuvé de dire qu’il est là. « J’ai pris ton shampoing et je sens la fille maintenant. » fis-je avec un léger sourire amusé avant de me pencher pour prendre le verre d’eau qui ne s’est pas enfui. « Vais me resservir… » Je repars pour aller dans la cuisine, me resservir de l’eau. Sauf que je ne m’attentais pas à ce que je m’en resserve encore et encore. Je reviens avec de l’eau que je dépose sur la table, m’installe sur le canapé avec un soupir d’effort, m’y suis presque allongé dessus… J’ai mis les pieds sur le canapé en gros, je me suis tourné vers Alma, avec un léger air fatigué et reposé à la fois. Je passe la main dans mes cheveux pour coller la mèche rebelle avec les autres. Je laisse ma main dans les cheveux, le coude sur mon genou et la regarde sérieusement. « Je … » fis-je voulant être prêt à lui parler de ce qui s’est passé, mais je n’y arrive pas. Je soupire et hausse à peine les sourcils alors que je baisse mon regard sur mes pieds, dont l’un s’appuie sur l’autre. « … Je voulais venir à la séance, après le Nouvel An. Cette séance de groupe, mais je n’ai pas pu… » Une petite pause avant que je pose vraiment mon regard pour scruter sa réaction. « … J’étais détenu en détention provisoire pour agression à la personne. J'ai vraiment mal fini... »
electric bird.



Cheers
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 152
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (bill skarsgard) & peter shacklebolt (aaron taylor-jonhson)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Mar 11 Sep - 18:03 )


jaymi & Alma

a waste of a lovely night


Maintenant que la colère est passée, ça lui pince le coeur de voir à quel point Jaymi continue d'avoir cette faible estime de lui-même. Ça a toujours été un peu le cas, elle se souvient qu'il faisait des plaisanteries sur lui-même et que ces petites "blagues" cachaient en réalité une très grosse partie de réalité. Mais ce soir, ça semble encore pire qu'avant. Il a l'air abattu, à bout, comme elle après chacune de ses rechutes. Quand elle sombrait, Alma avait Lizzie. C'était stupide de se reposer sur sa petite soeur, mais elle était capable de se montrer bien plus mâture que n'importe quel autre vivant qu'elle fréquentait. Souvent, Alma s'est demandé si Jay avait quelqu'un de semblable. Une personne pour le soutenir quand ça ne va plus, quand il n'arrive plus à refuser l'entrée à ses démons. Bien souvent, les personnes fréquentant ce genre de thérapies de groupe n'ont personne, ou elles ont l'impression de n'avoir personne. Et puis, si Jaymi était si bien entouré, il ne ce serait pas retrouvé sur un banc dehors, mais plutôt sur le canapé d'un ami, de quelqu'un de sa famille. Lorsqu'Alma le regarde, elle réalise qu'elle sait bien peu de choses sur lui. Cependant, ce dont elle est certaine, c'est qu'elle peut être sa Lizzie pour ce soir. Quand il lui avoue que ça lui fait plaisir de l'avoir retrouvée, les mots lui font l'effet d'une bombe qui explose à l'intérieur de son ventre. La colère a laissé place à la peur, et la peur laisse à présent place au soulagement, au bonheur. Elle aussi est contente, tellement heureuse de revoir celui qui rendait ses journées plus supportables quand elle avait l'impression d'être au fond du trou. « C'est réciproque, tu sais. Et peu importe les circonstances, on est pas assez normaux que pour se croiser par hasard à un événement lambda comme ce serait le cas pour le reste du monde. En soit, ça m'étonne même pas qu'on se retrouve de manière aussi anormale. Ça nous colle à la peau faut croire, les rencontres dans des lieux particuliers. » Elle lui sourit après sa tirade et sent son corps se contracter, résistant à l'envie d'avoir des gestes tendres envers lui. L'envie se bat avec la raison, y a toujours cette petite voix dans sa tête pour lui dire qu'il pourrait finir par briser son cœur, encore. Au final, elle en vient à vouloir lui faire prendre une douche pendant que Jaymi se plaint que son verre risque de s'en aller en son absence. « Il risque pas d'aller bien loin de toute façon, t'as déjà vu un verre courir vite ? » Courir tout court en soit, mais c'est pour rester dans la continuité de leurs paroles d'enfant. Il la remercie et ça aussi, ça la fait sourire. Elle en devient ridicule Alma à sourire tout le temps, elle était censée être en colère et elle a déjà mal aux joues à cause des bêtises que lâche Jay. Elle ne répond rien et, à la place, lui confesse qu'elle ne fait pas vraiment partie du FBI. Oups. « Désolée, mais c'était important ! Une affaire d'état ! Promis, je ne te mentirai plus jamais. » Et elle le mène à la salle de bain sans qu'il ne se débatte de trop, heureusement. Une salle de bain qui sent la fille, évidemment vu qu'il n'y a qu'elle qui l'utilise. « Parce que de toute façon, tu auras sûrement oublié toute cette conversation demain. » Et puis, qu'est-ce qu'il peut bien en avoir à caler qu'elle ait vu des hommes en son absence ? Si il est parti sans donner de nouvelle, c'est que ça ne l'intéresse pas plus que ça. À cette pensée, le coeur d'Alma se serre et elle recule pour pouvoir sortir de la salle de bain. Elle retourne au salon, sert un coussin contre elle, et laisse le bruit de la douche qui coule la bercer alors qu'il fait de plus en plus sombre dehors. Les premières étoiles sont déjà apparues et entourent une lune presque pleine qui illumine une grande partie de la rue en bas. Alors qu'elle est perdue dans ses pensées, Alma tressaillit en sentant une main caresser ses cheveux. Elle n'y est plus habituée à ce genre de contact, elle n'a jamais vraiment été très tactile de manière générale. Mais ce geste de la part de Jaymi, ça suffit immédiatement à l'apaiser. « T'as bien fait, et je suis certaine que tu préfères sentir la fille que le whisky, la vodka ou je ne sais quoi. » Elle plisse légèrement les paupières pour le regarder dans un air de défi. Il s'éloigne pour aller chercher un verre d'eau, et ça lui fait plaisir de voir qu'il arrive à se sentir comme chez lui dans l'appartement d'Alma. Quand il revient, elle s'est installée d'un coté du canapé et il en profite pour s'emparer de l'autre coté où il se pose comme si c'était le sien. Elle le laisse faire, ça ne la dérange pas vraiment de le voir prendre ses aises, au contraire. « Je... » Il ? Curieuse, Alma se penche légèrement en avant et s'apprête à écouter tout ce qu'il a à lui dire. Il voulait venir, mais il ne pouvait pas. Ce n'était donc pas une question de volonté. La confession tombe comme une massue qui vient éclater la bulle qu'ils viennent de créer. « Détenu pour agression ? Bon sang Jaymi, qu'est-ce que t'a fait ? Qu'est-ce qui t'a pris ? » Elle soupire légèrement et se prend la tête entre les mains avant de relever les yeux vers lui. « Mais... c'est terminé ? Tu n'as plus de problème avec la justice ? » demande-t-elle prudemment, craignant sa réponse.


AVENGEDINCHAINS


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down

Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 22/03/2018
›› Commérages : 385
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle aka Léa
›› Célébrité : Michiel Huisman
›› Schizophrénie : Anabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Mer 12 Sep - 10:58 )

a waste of a lovely night
Alma & Jaymi
Oui, je suis content d'avoir retrouvé Alma.
C'est ce que je ressens malgré toutes les pensées qui sont mélangées dans ma tête. Ces pensées qui me disent que j'aurai dû me reprendre, ne pas dormir sur un banc, que je ne suis un bon à rien, que la colère d'Alma est justifiée et que j'aurai dû faire pareil: être en colère. Mais non, je ne suis pas en colère, c'est déjà passé ça et ça m'a littéralement épuisé. Cette colère m'aura aussi apporté des ennuis avec la justice et elle continue toujours d'ailleurs, si je bois trop, plus que de raison même. Non, là je ne suis pas en colère, je suis plutôt content de retrouver Alma, parce que quelque part, c'est la personne qui me motive à me reprendre, à résister contre mes démons. Depuis qu'elle n'était plus là dans ma vie, parce que je ne voulais pas qu'elle voie comment j'ai chuté, j'ai plus que chuté, je n'ai réussi à trouver la main à laquelle m'agripper. J'aurai dû prendre celle d'Alma. J'eu une moue moqueuse quand elle me dit que nous sommes pas normaux et que les rencontres banales, ça ne nous connait pas. "Tu marques un point." On ne fait pas les choses comme tout le monde, en effet... On ne fait vraiment rien comme tout le monde. D'un côté, c'est plutôt bien.

T'as déjà vu un verre courir vite ? Je me retourne à demi, tout en marchant, je la regarde avec un air le plus sérieux possible... Ce qui est presque impossible quand je suis ivre en fait. " Non. Mais j'ai vu une bouteille courir. Je n'avais rien compris à la vie quand j'ai vu ça et personne n'a voulu me croire. Mais je te jure. Cette bouteille courrait et je courrais après elle pour l'attraper !" Ah mais, je ne mens pas quand je raconte cette histoire. Cette bouteille s'est vraiment enfuie ! Elle m'a échappé des mains et hop, elle a couru, enfin, elle m'a fait courir sur tout le long du quai de la ville. J'avais fait mon sport de la semaine et ... Faut dire que ça m'arrive régulièrement ça. Courir après les choses, ma voiture, mes clés, mon téléphone, la bouteille. Faut pas s'étonner que je n'arrive pas à prendre du ventre comme les autres alcooliques et franchement, ce n'est pas plus mal que ça. Enfin, je dis la vérité à la fameuse agente du FBI qui me déclare ne pas en être une. J'avais pris un air offusqué, j'ai réagi comme un drama-king par rapport au fait qu'elle m'ait menti. "Mais mais ?! Pourquoi tu dis que c'est une affaire d'état si tu n'es pas une agente de l'état ?! Mais tu bosses dans quoi alors ?!" fis-je tout perdu avant de placer la main devant la bouche. "Ooooooh attend ? Je crois avoir compris... Tu ne peux pas dévoiler ce que tu es...?" Secret d'état, affaire d'état et ... Attends, ça n'a plus aucun sens là. Pourquoi mon cerveau se met à réfléchir comme pas possible à des trucs complètement improbables ? Enfin, tout ira bien, avec un peu de chance j'aurai oublié toute ces conversations ridicules demain, mais elles étaient plutôt amusantes.

Dans tous les cas, la douche m'aura fait du bien, elle m'aura aidé à me reprendre en quelque sorte. Pas totalement, mais, elle m'aura aidé à réaliser certaines choses et qu'il faudrait tout de même... Que je m'explique à Alma. Elle mérite des explications, elle a été blessé par mon absence et le manque des nouvelles. Elle savait quelque part que ça arriverait en fait, je lui disais toujours que je ne faisais pas le premier pas, je ne prenais pas l'initiative pour aller vers les autres. Tout ce que je fais, c'est me replier, partir quelque part et revenir comme si rien n'était. Je ne suis tout de même pas resté assez longtemps tout seul que je suis allé rejoindre Alma qui était en train de rêvasser de je ne sais pas quoi. Je l'ai fait revenir dans le monde réel en mettant la main dans ses cheveux, ce qui l'aura fait sursauter. J'aurai pu lui demander à quoi elle pensait, mais j'ai préféré ne rien demander et râler un peu le fait que je sente la fille. Je plisse les yeux à sa réponse et j'hoche à peine la tête, avec cet même air. " Je préfère sentir dont j'ai l'habitude de sentir..." Par conséquent l'alcool...! Enfin, on ne termine pas ce débat que je suis parti me servir de l'eau. D'ailleurs, ce verre ne s'est pas enfui, je suis content. Peut-être qu'Alma a demandé à ce verre de ne pas s'enfuir.

Je finis par prendre mes aises, faire comme si c'était chez moi et ... Honnêtement, ça fait longtemps que je ne me suis pas senti comme chez moi. Même dans ma maison, je ne me sentais jamais chez moi, parce qu'il y avait toujours ce fantôme qui planait. Il y avait toujours ces souvenirs qui sont trop douloureux et j'avais l'impression d'être le fantôme de moi-même. Je faisais au mieux pour ne pas être chez moi le plus souvent possible, mais quand ça arrive... Je fais comme si j'étais chez quelqu'un d'autre, je n'ai plus jamais été trop à l'aise... Enfin, si on oublie le bordel que je laisse derrière... Tout comme j'ai laissé le bordel s'installer dans ma relation avec Alma, où je me souviens furtivement nos baisers, mais qu'on n'a rien dit, parce que... On n'en a pas eu l'occasion à cause de mes conneries. A cette pensée, je déglutis difficilement et j'ai essayé de parler, mais je n'ai pas réussi du premier coup. Il a fallu attendre un peu, montrant plus ou moins à Alma que j'essayais de m'expliquer ce qui s'est passé. Elle mérite de savoir ça, elle mérite de savoir ce que je suis devenu maintenant. Je me prends des questions en pleine face, je me pince les lèvres, un peu coupable et pas du tout fier de ce que j'avais fait. Je voulais répondre, mais Alma se prenait la tête entre les mains, j'aurai voulu lui poser la main sur son épaule pour ... Je ne sais pas. J'ai juste cette envie qui vient d'apparaître mais heureusement que ma raison est presque revenue, un peu tibutante à cause de l'alcool, mais elle est revenue et elle me dit de ne pas toucher son épaule. Elle me regarde à nouveau et me demande si je n'ai pas de souci avec la justice. J'ouvre la bouche pour parler, mais aucun son ne sort. Je me pince intérieurement la lèvre sans rien dire, le temps que je réfléchisse. Je râcle la gorge et j'ai tout d'un coup, mon courage s'est envolé... " Eh bieeen..." Bon j'ai l'air con. Je croyais que c'était facile d'en parler une fois qu'on s'est lancé, mais en fait non. C'est encore plus dur. " Plus de problème avec la justice, juste quelques petits problèmes avec la police quand j'ai un peu trop bu... Je suis devenu plus ou moins un habitué pour décuver dans leurs cellules..." J'enlève la main de mes cheveux et la repasse dedans encore. " Je... Juste après le jour du Nouvel An, j'ai reçu un message d'un ami à moi. Il m'a dit que mon ex-femme se remariait avec un ancien camarade de la fac. Qu'ils étaient un couple heureux et qu'ils allaient fonder une famille ensemble. J'ai vu rouge. Je suis venu à ce mariage en tant que guitariste... J'ai frappé le mari avec la guitare." fis-je au fur et à mesure que l'histoire avance, j'ai baissé mon regard pour regarder les pieds. " C'est la version courte de l'histoire... C'est... Juste que je n'arrive pas à comprendre." A comprendre dans quoi j'ai merdé avec elle. Dans quoi j'ai merdé dans cette vie en fait. Dans quoi j'ai merdé pour que je continue à merder par la suite. Un cycle interminable de merdes.
electric bird.



Cheers
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 152
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (bill skarsgard) & peter shacklebolt (aaron taylor-jonhson)

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( Hier à 15:14 )


jaymi & Alma

a waste of a lovely night


Elle se souvient encore aujourd'hui de ces conversations où il lui disait qu'il lui arrivait de "disparaître" sans se retourner. Il l'avait lâché sans grand sérieux, un soir où ils regardaient le monde passer devant eux sans vraiment faire attention à eux. Alma ne l'avait pas pris au sérieux. Elle s'était dit que tout ça appartenait à son passé, que Jaymi était différent de l'homme qu'il lui arrivait de décrire de manière plus souvent péjorative. Naïvement, elle s'est dit qu'il ne le ferait pas avec elle. C'était stupide de songer que pour une fois, un homme ne la décevrait pas. C'était d'ailleurs plus une déception envers elle-même qu'envers lui, et elle s'en voulait plus d'avoir osé y croire qu'à lui d'être parti sans un mot. Ce qu'elle ne dit pas, c'est que son départ a changé énormément de choses. Ne trouvant plus d'intérêt dans les thérapies de groupe, Alma a fini par cesser d'y aller. Elle a manqué de sombrer à nouveau sans son ancre pour rester à la surface de l'eau, a effleuré du bout des doigts ses démons qui la suppliaient de les rejoindre une nouvelle fois. Mais elle a tenu bon. Elle a refusé d'être faible à nouveau, elle a laissé la colère prendre la place de la tristesse et a reporté la faute sur Jaymi, non plus sur elle. Elle s'est convaincu qu'elle le détestait pendant un moment, s'est accrochée à l'idée qu'elle était de toute façon mieux sans lui. C'était faux. Il suffit de voir comme sa colère s'est si vite dissipée, comme elle arrive à rire à chacune des phrases qu'il prononce pour comprendre que jamais Alma n'arrivera jamais à détester Jay. « Tu dis vraiment n'importe quoi, » soupire-t-elle en levant les yeux au ciel, sans pour autant se détacher de son sourire. Aurait-il été si facile de lui pardonner si il avait été sobre, au final ? Si les divagations avaient laissé leur place aux conversations sérieuses, que le sourire d'Alma était entre-coupé d'une envie de pleurer. Elle n'en a aucune idée et au fond, elle s'en fiche totalement. Elle aimerait se convaincre qu'elle est capable d'affronter son retour sans finir par flancher, et ça peu importe la situation. « On en parlera quand tu auras dé-saoulé, tu vas finir par t'exploser les neurones. » Une douche lui fera du bien, elle en est convaincue. C'est donc dans sa salle de bain qu'elle le laisse seul, livré à lui-même avec pour seule compagnie ses propres pensées. Enfin, peut-être que Jaymi ne pense à rien, contrairement à elle. Peut-être qu'il va bien, qu'il n'est pas chamboulé, qu'elle ne lui a pas manqué. S'asseoir seule dans son canapé lui permet de respirer à nouveau et elle contemple son propre salon, apaisée par la lumière orangée qui empêche au noir d'être complet. Jaymi revient, s'en va chercher de l'eau, puis revient encore une fois. Alma quant-à elle ne bouge pas d'un pouce jusqu'à ce qu'il vienne s'installer dans le canapé à coté d'elle. Là, elle se colle contre l'accoudoir et garde ses jambes collées contre sa poitrine. Il est l'heure pour les conversations qui fâchent, celles qui peuvent faire éclater d'un seul coup d'épingle cette bulle de simplicité qui les entourait d'une douce chaleur. L'air redevient froid lorsqu'il annonce avoir eu des problèmes avec la justice. « Oh, je vois. Enfin, ce n'est pas encore trop grave. T'es pas revenu jusqu'ici pour que je te laisse croupir dans des cellules prison, » ajoute-t-elle avec un sourire avant qu'il ne reprenne. Il lui parle de cette période où il n'était plus là, période où il est parti pour... sa femme. En réalité, après qu'il ait prononcé ce mot, Alma a cessé d'écouter ce qu'il ajoutait. Elle a resserré un peu plus l'étreinte autour de ses jambes et a senti ses poumons se réduire à l'intérieur de sa cage thoracique. Elle se sent stupide. Pire encore, tellement naïve qu'elle en a la nausée. « Ah. » C'est tout ce qu'elle arrive à dire. D'un geste brusque, Alma se retrouve debout sur ses jambes pendant que ses deux poings se serrent jusqu'à ce que ses ongles entrent dans ses paumes. « Récapitulons, tu veux bien ? T'avais tes foutus problèmes d'alcool pendant que t'étais avec ta femme, t'étais au fond du trou et qui t'a ramassé ? Hein, qui ?! Moi ! J'ai été là pour toi, t'as arrêté de boire je te rappelle parce que je t'en empêchais, moi et les autres. Et tu m'embrasses une fois, deux fois, pour au final quoi ?! Retourner auprès d'elle ? Bordel Jaymi, t'as pris ton pied en fait en jouant avec moi comme ça ? » Cette fois, c'est elle qui voit rouge. Des larmes ont roulé le long de ses joues sans même qu'elle ne s'en soit rendu compte, son ongles ont déchiré la chair de ses paumes pour y laisser des traces en forme de demi-lune. Elle se tourne pour ne plus le voir et essuie ses joues du revers de sa main avant de croiser ses bras contre sa poitrine. C'est douloureux, ce sentiment qu'elle a de se sentir abandonnée une deuxième fois. « J'ai été stupide de croire que t'étais un minimum attaché à moi, » ajoute-t-elle, dos à lui, incapable de le regarder en face. Si il décide de partir, elle ne le retiendra pas. Et lui qui disait être heureux de l'avoir retrouvée, conneries.


AVENGEDINCHAINS


Break hearts, not promises

≈ At a certain point your brain stops to rationalize things. At a certain point it gives up, shuts off, shuts down

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: a waste of a lovely night (jaymi) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

a waste of a lovely night (jaymi)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération