Je te croyais mort.... #Sorena

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 03/12/2017
›› Commérages : 167
›› Pseudo : Bananecuite
›› Célébrité : La belle Melissa Mcbride
›› Schizophrénie : Plus personne jusqu'à maintenant. Tina est le seul personnage qui me reste mes amours.

Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( Sam 1 Sep - 12:23 )


Je te croyais mort....
Tony est partie, je me suis détachée de Samuel, je n'ai plus forcément d'amis proche avec qui me confier, bon... Merci les appel et les sms pour joindre Anthony mais ça reste différent. Je ne sais pas, en ce moment, je me sens un peu vide. Du coup, je m'occupe encore plus chaque jours, je sors, je fais découvrir de nouvelles choses à Azylas car elle approche quand même des un an cette petite et elle commence à gambader à quatre pattes et à s'agripper aux meubles pour se mettre debout. Le temps passe si vite... je ne la vois pas grandir et ça me fait peur. Heureusement, je peux compté sur Cameron et Lucas ainsi que mes enfants pour m'aider mais je ne sais pas, actuellement, je me sens seule et vidée. Sûrement un coup de blues.... ça passera. En tout cas, aujourd'hui, c'était décidée, je sors avec la petite pour aller dans un parc ou ailleurs.. J'irais là où mes pieds décideront d'aller en soit.

J'ai alors marché pendant presqu'une heure avant de me poser sur l'herbe fraise. J'avais sorti ma petite fille de sa poussette et je l'ai laissé gambader et découvrir la nature... Certains parents pourraient crisé à voir Azylas se salir les vêtements ou même arracher l'herbe entre ses mains.. Parce que oui, certains parents peuvent avoir peur que leur enfant mange de l'herbe ou qu'il machouille un bout de bois voir prendre un pauvre insecte dans ses petites mains. Moi ? Je ne suis pas de ce bord là. Certes, je garde un œil sur ce qu'elle peut prendre car je ne veux pas qu'elle s'étouffe, mais je la laisse vivre et découvrir mais surtout, je la laisse faire des erreurs... Car selon moi, c'est ainsi qu'elle apprendra la vie. La vie est faite d'erreurs, et sans elles, on ne peut pas avancer. ( J'arrête ma philosophie. )

Mon regard se détournait un instant. Oui oui, je vais vous dire la raison... Il y a une personne qui s'est posé sur le banc juste en face... Au début, j'ai cru apercevoir une tête connue, mais ce n'est pas possible, ça ne pouvait pas être lui. Cela dit.... Il lui ressemble beaucoup, ça me rend vraiment toute chose. Mon cœur se serre et des souvenirs me viennent en tête... Ah Soren... Cela fait combien d'années que je ne l'ai pas vu ? Je n'ose même pas imaginer et maintenant, de toute façon, je sais que je ne le reverrais plus... Il est parti dans un monde meilleur, et je sais qu'il veille sur moi de là où il est. J'aurai aimé passé d'autre moment avec lui, j'aurais aimé lui dire des choses importantes, j'aurai simplement aimé être à ses côtés. C'est vraiment la seule personne avec qui je me sentais moi-même, c'était la seule personne qui me connaissait comme sa poche.... Et notre adieu m'avait brisé le cœur. J'ai énormément pleuré, certes, en cachette, mais j'ai pleuré et encore par moment, je le pleure car il ne méritait pas de mourir. Je m'en veux de l'avoir laissé fuir comme ça... Je m'en veux pour pas mal de chose.... « Nana....Nana...nana... »  Je sortais de mes pensées aux paroles d'Azy, je souriais légèrement en la laissant venir s'agripper à moi et la laissant se mettre sur ses petites pieds. Je reposais malgré moi, mon regard sur cet homme avant de croisé son regard et là, je compris une chose : Ce n'est pas une personne qui lui ressemble... Ce regard, je le reconnaîtrais entre mille.... Mon cœur se serra encore plus, ça ne pouvait être possible, je me sentais encore plus perdue que je ne l'était avant. J'essayais tant bien que mal à contrôler mes larmes mais elles faisaient en sortent de monter jusqu'à mes yeux. «  Tina, arrête, ce n'est pas lui, tu confonds... » Marmonnais-je à moi même.  Mais nos regards ne se quittent plus, la vérité était bien là, si ça aurait un inconnu, il ne serait pas dans le même état que moi, dans un blocage absolu.

Il m'a fallu vraiment deux bonnes minutes avant que je réagisse, je décide de prendre mon courage entre mes mains, je saisi ma petite fille dans mes bras, laissant la poussette là où elle est, tant pis, j'irai la prendre après et je vais jusqu'à lui. Il allait fuir, je le voyais bougé de son banc mais je presse le pas. «  Tu ne bouges pas de là ! » Ordonnais-je assez froidement, mais c'est surtout pour ne pas qu'il fuit. Si c 'était bien lui, je le connaissais assez pour qu'il fasse ce genre de chose. Je me place face à lui, je posais une main libre contre son buste pour vérifier que je ne rêvais pas, que ce n'était pas une hallucination. «  Oh putain...... » Susurrais-je complètement bouleversé. Je reposais ma petite fille sur le sol. «  Tu es en vie.... Tu es en vie.... » Je tâtais ses bras avant de saisir son visage entre mes mains pour le détailler du regard. «  tu es en vie.... » J'avais besoin de le dire, parce que là, j'avais vraiment du mal à le croire au point que mes mains en trembler un peu. «  Tu es en vie.... » Je soufflais un peu avant de froncer les sourcils. «  Tu es en vie et tu ne viens même pas me voir ! Après toutes ces années ! Je te croyais mort ! Peter m'a dit que tu étais mort ! » Je fronçais de nouveau les sourcils avant de prendre mon visage entre mes mains. «  C'est toi qui lui a dis de faire ça ? » J'étais complètement perdue, je ne savais plus quoi pensé mais j'avais une furieuse envie d'aller dans ses bras et ça, je n'allais pas me privé. C'est ainsi que je venais le serrer fermement contre mon être en fermant les yeux. «  Bordel... Tu es en vie... » Murmurais-je cette fois ci comme un soulagement. ( Tony tu m'embêtes, j'arrête pas de juré maintenant. ) «  Pourquoi tu n'es pas venue ? Pourquoi tu ne m'as pas dis que tu étais toujours en vie ? Que tu arrivais à combattre ta maladie ? Je... J'comprend pas..... Ce n'est pas toi...... »  
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 152
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Martin Freeman
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen aka Evan Rachel Wood; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brown; Eliott James aka Colin Mr.Darcy Firth; Jaymi Payne aka Michiel Huisman; Owen aka Mark Hulk Ruffalo

Re: Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( Sam 1 Sep - 18:54 )

Je te croyais mort...
Tina & Soren
J’ai toujours gardé cette habitude: lire les journaux dans ce parc le matin. J’ai fait particulièrement attention à ce que je ne croise pas forcément les têtes connues par ici. Encore moins Tina qui vit plutôt près d’un autre parc… Enfin, si elle est toujours dans cette même maison, parce que je ne suis pas encore allé vérifier et faire mon voyeur. Je suis un peu pas à jour, pour pas dire pas du tout à jour dans les nouvelles du pays. Depuis que Trump a été élu, j’ai été effaré du contenu des articles et j’ai fini par arrêter de me renseigner sur ce qui se passe depuis. Donc ça me fait déjà au moins sept mois à rattraper et franchement, j’ai l’impression que je n’ai pas raté grand chose si ce n’est que le pays ne va pas aussi mieux qu’avant. Merci Trump, on se souviendra plutôt de tes désastres que de tes miracles… Enfin, je vais pas le remercier, je n’ai pas envie de penser à lui mais je ne suis pas aidé du Times que je suis en train de lire. Je soupire de dépit… Je pourrai faire quelque chose d’autre que de lire les journaux et peut-être aller revoir certaines personnes, ce serait pas mal pour commencer. Je devrais aussi regarder ma boite mail, mais j’ai plutôt la flemme. En vrai, j’ai pas mal de choses à faire, mais je ne sais pas par où commencer si ce n’est déjà digérer le fait que je suis revenu à Cap Harbor après vingt-six ans… Et mine de rien, c’est très long. Beaucoup de choses ont changé dans cette ville et ça m’a suffit pour me perturber. Voir que les commerces ne sont plus comme avant, qu’il y a maintenant un gros centre commercial… Même le pays a plutôt bien changé, surtout après 2001 aussi… Je soupire et relève mon regard du journal pour observer devant, autour de moi. J’avais cet air passablement agacé au fait que les nouvelles sur le journal sont de plus en plus absurdes et inintéressantes, mais aussi que j’ai cette désagréable sensation d’être observé depuis tout à l’heure. Et à peine que j’ai eu à lever mon regard, j’avais raison, j’étais observé et ce, pas par n’importe qui.

Mon visage se détend malgré moi, je ne me sens plus tendu du tout, je me sens comme si j’étais suspendu en fait. Tout s’est suspendu autour de moi, même le son et je ne sens même plus le papier journal dans mes mains. Je fronce un peu les sourcils, le temps que je réalise que cette personne… Elle n’a plus ses cheveux bouclés, elle n’est plus brune, elle a une petite avec elle, elle… Elle est Tina. Je euh… Je fais ? Attendez, je fais face à Tina là ? La Tina que je n’ai pas vu depuis des années, à qui j’ai envoyé des lettres ? Mon coeur manqua un battement et ça me fait grimacer un peu, mais surtout cela me fait revenir sur Terre. Ce moment là qui me fait revenir à moi alors que nous étions tous les deux figés l’un et l’autre. Je crois qu’à ce moment-là on vient tout juste de se reconnaitre après vingt-six ans…? Est-ce qu’elle vient tout juste de réaliser que je suis là devant elle ? Oui, on dirait bien. Vu la façon dont elle a pris la petite dans ses bras, je m’attendais déjà à ce qu’elle vienne vers moi pour s’énerver. Trois minutes m’ont suffit à comprendre que je viens de faire face à Tina totalement par hasard et ce, sans faire exprès. En trois minutes j’ai foutu tout en l’air mon plan de comment la retrouver de façon pacifiste et avec des points de fuite si jamais ça se passe mal. Là, c’est absolument pas prévu. J’ai quand même eu vingt-six ans pour comprendre que rien ne se passe comme prévu, mon voyage en soit est un gros imprévu bourré d’événements totalement imprévus. Alors pourquoi ça se passerait comme je le voudrais aujourd’hui ?

Bon, ce n’est pas le bon moment pour se parler, surtout pas avec sa démarche. Elle vient tout juste de se relever, moi je ferme immédiatement mon journal et me relève aussi. J’ai deux sorties possibles, je vais prendre la sortie vers la gauche, c’est la plus courte et il y a une petite ruelle qui va me mener vers une autre rue et je pourrai me fondre facilement dans la queue pour le Starbuck. C’est même l’heure pour ça. Seulement j’ai eu le temps de faire quelques pas rapides que j’entends son ton froid, un ordre surtout qui me fige. J’ai levé les yeux au ciel et déglutit assez difficilement. Qu’est-ce qu’elle va pouvoir bien me dire…? Est-ce qu’elle va s’énerver parce que j’ai mis du temps à revenir ? Je me retourne vers elle, prêt à tout prendre sur moi. Elle est dans son droit d’être énervée, je lui avais promis de revenir, sain et sauf et seulement, ça m’a pris vingt-six ans et que ma maladie soit assez avancé pour m’empêcher de voyager autant de fois que je veux.

Ceci dit, je me sentais assez bizarre, je sentais une tension à la poitrine mais c’est assez habituel parce que j’ai toujours ça à chaque fois que je suis très stressé et il y a de quoi… Je revois ma meilleure amie possiblement en colère après moi, pour la première fois depuis vingt six ans. Et oui, moi aussi j’ai du mal à le réaliser, tout autant qu’elle. Quoique…? Elle vient de jurer. Déposer la petite au sol et elle vérifie en me tâtant les bras que je suis en vie. Je fronce les sourcils un peu perdu. Je suis en vie oui. Je ? Peut-être que l’avoir écrit sur les lettres a un impact plutôt différent que de faire face à cette personne à qui j’ai annoncé que j’allais mourir dans les années à venir ? J’hoche silencieusement la tête, un peu essoufflé sous l’émotion, oui je suis vivant. Je pose la main sur son bras pour le confirmer ainsi. Cela ne suffit pas, je pose ma main sur son épaule. Elle a maigri. Elle a tellement changé en toutes ces années, à part ses yeux qui sont toujours les mêmes, à part son expression et surtout son ton à chaque fois qu’elle jure. Contrairement à elle, je n’arrive pas à dire quoi ce que ce soit. Je me sentais trembler aussi, tout comme je sens ses mains trembler entre mes joues. Elle répète toujours ces même mots, elle bug totalement jusqu’à que je lui réponde. « Oui, je… » Enfin, ce que j’essaye de répondre, puisqu’elle reprend aussi rapidement tout comme elle a retrouvé ses esprits à l’entente de ma voix. Elle n’est pas contente que je ne sois pas venu la voir. Je fronce les sourcils et penche la tête sur le côté, l’air pas sûr d’avoir compris ce qu’elle vient me dire avant de la voir s’emballer dans une question assez surprenante. Je la regarde très surpris et ne retint pas mon léger rictus nerveux, encore moins mon sourire. Ah elle est furieuse. « Le jour où Peter fait quelque chose que je lui demande, c’est quand les poules auront les dents. » Une légère pause, je prends Tina par les épaules assez doucement pour essayer de lui expliquer, enfin surtout poser une question. « Tina… Je croy… » Et elle me prend dans ses bras. Je suis assez perdu tout d’un coup, elle n’est pas en colère après moi ? Je n’y comprends plus rien. Enfin, je n’y comprends plus rien si je ne me focalisais pas sur mon envie qui était également de la prendre dans ses bras et réaliser que je l’ai retrouvée après toutes ces années. Je la prends également dans mes bras bien que je l’avais laissée faire cela toute seule quelques secondes. Je la prends dans mes bras pour la première fois depuis très longtemps et cela m’avait manqué. Elle m’avait manqué. Je me sens tellement mieux maintenant qu’elle m’a vu, que je l’ai vue. « Oui, je suis en vie… » confirmai-je avec une légère grimace de douleur avant d’enchainer avec l’incompréhension. J’ouvre les yeux à ses mots. « Hein ? Tu n’es pas en colère après moi ? » marmonnai-je avant d’essayer de prendre la distance entre nous deux pour qu’on se regarde. Mes mains étaient sur ses bras, il était quasiment impossible de ne plus la toucher. « Attends un peu…? Je me demandais pourquoi tu ne me répondais jamais, j’ai pensé que tu es en colère que je ne sois pas venu te voir quand je le pouvais. Je pensais que…? Je t’ai toujours dit que je suis en vie. Je suis perd…» Je fus interrompu par une petite pression à la jambe et je regarde immédiatement ce qui m’agrippait et c’était la petite que Tina tenait.  « C’est ta petite fille ? » demandai-je un peu bêtement. Tout comme je me sentais bête à m’être fait à l’idée que Tina m’en voulait. Cela n’avait pas l’air d’être le cas.
electric bird.



I've never forgot you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 03/12/2017
›› Commérages : 167
›› Pseudo : Bananecuite
›› Célébrité : La belle Melissa Mcbride
›› Schizophrénie : Plus personne jusqu'à maintenant. Tina est le seul personnage qui me reste mes amours.

Re: Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( Sam 1 Sep - 19:45 )


Je te croyais mort....
Il y avait trop de question qui me trottaient dans la tête, je ne comprenais pas ce qu'il se passait actuellement... Je ne comprenais pas pourquoi il ne m'avait rien dit, pourquoi il m'avait caché sa guérrison ou plutôt le fait qu'il soit en vie. Vingt-six années..... Non, il ne peut pas me dire qu'il ne pouvait pas passé en vingt-six années.... Pourquoi il m'a fait ça ? Et surtout, pourquoi Peter m'a dit qu'il était mort... J'ai la sensation que ma tête va exploser, je me serrais contre son corps. Ça déjà, ça me fait du bien... Il avait changé en toutes ces années, il était devenue plus musclés, plus homme, ce n'est pas l'homme que j'avais quitté il y a ces années... Et moi, je n'étais plus la même non plus. On avait changé physiquement, mais on restait les mêmes... Mon ami, mon meilleur ami. Il est en vie. Il avait ce regard surpris... Pourquoi était-il si surprit de mes questions ? Pourquoi vient il a me dire que je serais en colère contre lui ? Pour quelle raison ? Et de quoi il me parle là ? «  Attend.... » Soupirais-je en me massant les tempes avant de prendre ses mains dans les miennes. Moi aussi j'avais besoin de contacte, je crois que je vais avoir du mal à le lâcher là. Je ne vais pas le laisser fuir, pas une seconde fois... Jamais même. Quoi qu'il me dise, je ne vais pas le laisser partir. J'ai trop souffert la première fois. «  Quoi... Quoi ? Comment ça je ne répondais pas ? Mais de quoi tu parles ? » Demandais-je perplexe, perdue. «  Attends attends.... Non, je ne suis pas en colère contre toi ! Grand dieu, non ! Je n'ai aucune raison de l'être, mise à part le fait que tu ne m'es rien dit pendant vingt-six ans. Et comme je te l'ai dis..... Je t'ai cru mort..... Ce n'est pas une blague.... Je me souviendrais toujours de ce jour où il m'a dit que tu n'étais plus là.... Vraiment plus là... » Je fronçais les sourcils, les larmes aux yeux rien qu'en repensant à ce moment là. «  Si tu ne lui a rien dis c'est que... » Je lâchais ses mains pour aller m'asseoir. Je crois que j'ai vraiment besoin de m'asseoir là. «  Pourquoi il m'a dit ça... Il savait que ça allait me faire du mal d'apprendre ta mort, pourquoi il m'a dit ça.... Qu'est-ce qu'il lui ai passé sur la tête....Si j'avais su... Si j'avais su que tu étais encore en vie.... Je serais venue te voir ! J'aurais essayer de te retrouver que tu l'aurais voulu ou pas... Tu n'imagines même pas à quel point tu m'as manqué, à quel point j'ai regrettais plein de choses quand j'ai su que tu … Fin, quand j'ai cru que tu étais... » Je prenais une grande respiration en essayant de mettre mes idées aux clairs. Je posais ensuite mon regard sur Azy qui tenait de ses petites mains la jambe de Soren. Un petit sourire se faisait alors à cette vue, avant de relever mon regard. Je me déplaçais et je viens la saisir dans mes bras et déposer un doux baisé contre sa joue. «  NANA ! » Criait-elle joyeusement avant de tendre ses bras vers Soren. «  Siiieur ! Siiieur ! » Disait-elle comme pour dire «  monsieur. »  Je posais mon regard sur Soren en lui laissant le choix de la prendre ou non. «  C'est ma petite fille oui... Azylas... La fille de Mélia, ma première fille tu te souviens... ? »  Si je lui dis maintenant qu'elle est décédée, je sais qu'il va s'en vouloir de ne pas avoir été là pour moi. Je vais attendre un peu, surtout que Mélia est quand même décédé d'une maladie de cœur... La même que lui, et ça, ça sera encore plus compliqué à digérer. «  Elle a dix mois, une vraie chippie mais je l'aime d'amour. Elle grandit trop vite.... » Ricanais-je un peu avant de remettre mon regard sur le visage de Soren. «  Je n'en reviens pas... Vraiment pas.... Que tu sois là, juste en face de moi. Je ne l'aurais jamais cru... Jamais pensé... Tu n'as pas intérêt à me dire que tu vas repartir... Sinon, je te séquestre, sans rire, je t'enferme chez moi. Je ne veux pas que tu me dises ça hun... S'il te plait, j'en ai marre des départs... »   
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 152
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Martin Freeman
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen aka Evan Rachel Wood; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brown; Eliott James aka Colin Mr.Darcy Firth; Jaymi Payne aka Michiel Huisman; Owen aka Mark Hulk Ruffalo

Re: Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( Sam 1 Sep - 20:38 )

Je te croyais mort...
Tina & Soren
Ok.
Maintenant, là je suis perdu. Je ne m’attendais pas à retrouver Tina aujourd’hui, ni de cette façon et je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit aussi perdue que moi. Nous deux, totalement perdus, je n’aurai jamais cru que cela arriverait un jour. Quand elle se masse les tempes, c’est pour montrer qu’elle est aussi perdue, qu’elle ne comprend pas quelque chose et qu’elle essaye tant de mal pour pouvoir mieux suivre. Et comme toujours, ça ne marche pas. Enfin, les rares fois où ça marche, c’est quand ça ne méritait pas énormément réflexion (bon ça, c’est pour taquiner…). « Je… » allais-je lui répondre, lui parler des lettres que j’ai envoyé, mais forcément, je me fais couper dans mon élan. Je referme la bouche et penche un peu la tête sur le côté, à l’écouter parler et je lâche un gros soupir de soulagement. Une prise de tête en moins… Ou presque. Mais… Je lui ai envoyé des lettres ! Des cartes ! Non mais, elle ne peut pas me dire ça ! « Quoi ? » J’ai l’air bête de dire comme ça, j’ai vraiment contrôlé mon agacement et même mon énervement moi qui ne m’énerve jamais dû à mon état de santé, quand il s’agit de Peter qui l’annonce comme ça. Je serrai ses mains sans vraiment me rendre compte. « Comment il pouvait savoir ? » Je me regarde et secoue la tête. Je suis vivant hein. Je ne suis pas transparent comme un fantôme dont on verrait dans les films. Le gros cliché quoi. Je relève ma tête que Tina est partie s’asseoir sur le banc où j’étais assis tout à l’heure. Elle est partie dans ses réflexions par rapport à Peter et s’emballe. Je m’approche vers elle d’un pas, puis je regarde la petite qui était déjà près du banc, je m’accroupis tout en posant la main sur son bras et l’autre sur son genou. « Eh… Tina. Je me sens toujours vivant… Enfin, je suis toujours vivant. » me reprenai-je en secouant la tête un peu perturbé. « Je n’ai jamais été mort. » Je grimace en repensant à l’épisode en Tanzanie, ce n’est vraiment pas un bon souvenir pour moi et c’est également une longue histoire à raconter… Mais j’ai été mort là-bas pendant quelques secondes et ça m’a profondément changé. Je n’y pense pas davantage que la petite gamine nous divertit en nous rappelant sa présence. Elle est là, c’est vrai. Je souris et lui avais posé la question si c’était sa petite fille (ce qui serait logique). Tina bouge de son banc pour la prendre dans ses bras. Je souris encore plus quand elle me tend les bras vers moi. Je me redresse dans un soupir d’effort avant de m’installer à côté d’elle sur le banc alors qu’elle me parle de Mélia. « Oh Mélia ! Oui, je me souviens très bien d’elle ! » fis-je assez enthousiasme. Cela faisait longtemps, mais je me souviens très bien d’elle, une gamine assez vive et je me rappelle du fou rire avec Tina à la bêtise de Mélia. Elle avait voulu ranger le jardin avec moi, elle avait coupé les roses à leurs racines… Oui, impossible à l’oublier. Je tends les bras pour prendre Azylas dans mes bras et lui disais coucou. « Profite qu’elle ne fasse pas encore des bêtises digne de sa mère… » ricanai-je à mon tour avant de poser Azylas sur ma jambe « Et comment elle va Mélia ? Elle est dans le coin ? » lui-demandai-je sans trop savoir ce qui lui est arrivé en vérité. Je jouais avec la main d’Azy. Je regarde Tina, tristement amusé par sa menace. « Je vais rester pour un temps… Je suis rentré dans le pays pour me mettre sur la liste d’attente pour une greffe. Je n’arrive plus à voyager comme avant et mon style de vie, ma prudence et les médicaments n’ont plus un gros effet comme avant. Je ne suis pas prêt de repartir pour un moment… Je te le dis tout de suite: je vais toujours bien, mais ce n’est plus trop la grande forme maintenant… » fis-je assez inquiet par la tournure des choses aujourd’hui. Je ne me sens plus vraiment en forme c’est vrai, je suis toujours fatigué et il m’arrive de dormir en pleine journée. Je soupire et ferme les yeux quelques secondes, le temps de tout rassembler dans ma tête. Si elle pense que je ne l’ai pas prévenue pendant toutes ces années, c’est qu’elle n’a rien reçu de ma part et donc, si elle n’a rien reçu de ma part… « Tina…? Tu n’as pas déménagé depuis que je suis parti ? Tu sais que je t’ai envoyé des lettres et des lettres pendant plus de dix ans ? Je t’ai envoyé mes adresses provisoires pour que tu me répondes ou que tu viennes me rejoindre. Tu ne les as jamais lues ? » fis-je doucement, après avoir déglutit ayant peut-être ma petite idée. Je ne serai pas surpris en plus, c’est tellement logique et je me demande même pourquoi je n’y ai pas pensé pendant toutes ces années…
electric bird.



I've never forgot you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 03/12/2017
›› Commérages : 167
›› Pseudo : Bananecuite
›› Célébrité : La belle Melissa Mcbride
›› Schizophrénie : Plus personne jusqu'à maintenant. Tina est le seul personnage qui me reste mes amours.

Re: Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( Sam 1 Sep - 21:24 )


Je te croyais mort....
Le fait qu'on soit tous les deux perdues me perturber encore plus... Est-ce qu'on va vraiment avoir une réponse qui va éclaircir tout ça ou bien qu'on va se retrouver con dans nos questions ? Je réfléchissais, j'essayais vraiment de trouver la solution mais ça ne me venait pas. Évidemment, ça me prenais encore plus la tête et je sens que je vais avoir un sacré mal de tête ce soir. Je ne me rendais pas compte que Soren voulait dire quelque chose, je continuais dans mes paroles sans lui laisser le temps de paroles, cela dit , j'avais entendu sa question. Comment Peter pouvait savoir qu'il était mort ? J'en savais rien... Enfin, il a dû m'expliquer mais il savait que rien que le fait de me dire «  Il est décédé. » ça m'aurais anéanti. Je me souviens juste du fait qu'il m'avait forcé à rester ici alors que je voulais aller à l’enterrement, ou du moins, je voulais savoir où il était pour lui faire un denier adieu. Là, je sais qu'il m'avait retenu et que ça m'avait fais encore plus de mal. «  Internet, ou les journaux, j'en sais rien.... C'était il y a des années tu sais... Vingt ans peut-être... Voir quinze ans... Je ne sais plus... Je ne sais plus ce qu'il m'avait dit, mais en tout cas... Il m'avait convaincu... » Je ricanais nerveusement. J'ai vraiment été idiote... Naïve ? Ouais, les deux. Je me sens bête et trahis. Assise sur le banc, je relevais mon visage lorsqu'il pose ses mains sur moi. «  Je le vois... Mais je ne comprend pas... » Mes larmes me montaient aux yeux, je n'aimais pas ce mensonge venant de Peter. Il n'avait pas eu le droit de me faire ça... De me dire une chose pareille. «  J'aurai dû me renseigner moi même... J'aurai dû te rechercher avant d'écouter tous ce qu'on me dit... » Murmurais-je alors avant qu'Azylas vienne se mettre entre nous pour montrer sa présence. Evidemment que je ne l'oublie pas ma petite chérie. Jamais de la vie ! Dans mes bras en quelques secondes, je me remet au côté de Soren. Azy était un enfant très sociable et elle aimait aller dans les bras de tout le monde. Un vrai amour.. Et sa bouille angélique ne peut que faire craquer tous le monde. Je le laissais la prendre dans ses bras alors Azy vient tapoter le nez de Soren en gazouillant. «  Pet pet pet pet pet. » Disait-elle en appuyant dessus à chaque fois. Je ne pouvais m'empêcher de rire à l'illusion de Mélia. C'est vrai qu'elle était comme moi, toujours touche à tout et à faire plein de choses qui pouvait être une très mauvaise idée. Cela dit, mon cœur vient à se serrer de nouveau quand il demande des nouvelles de Mélia. Je secouais négativement la tête en déglutissant un peu. Je suis bête s'il ne va pas me demander ce qui se passe alors autant aller droit au but. «  Elle... n'est plus.. » Je posais une de mes mains sur le dos d'Azy en la regardant, alors que quelques larmes s'échappaient de mes yeux. J'ai un peu de mal à tous contrôler là, j'ai trop d'émotion en moi. «  Sa grossesse à compliquer son état de santé... Mais elle voulait cette petite, elle voulait qu'une part d'elle soit là sur cette planète. Certainement parce qu'elle a su qu'elle ne serait pas longtemps sur cette terre.... Enfin, on a eu un espoir quand elle a accepté de faire la greffe pour sa fille....  C'était trop tard... » Je passais une de mes mains sur mon visage en levant les yeux au ciel. «  Elle a pu profiter de sa fille pendant deux mois avant de … » Je haussais un peu les épaules en mordant mes lèvres. «  partir rejoindre son père. » Disais-je avant de déposer un bisou contre la joue d'Azy. «  C'est moi qui ai la garde d'Azy, elle m'en fait voir de toutes les couleurs, mais grâce à elle, je tiens le coup. Puis, j'ai mes trois autres enfants qui veillent comme ils le peuvent sur moi. Zack a bien grandi aussi, il a même deux enfants... Et j'ai eu des jumelles que tu n'as jamais vu pour le coup... Elles ont vingt-trois ans. Katherina et Laurena. » Je me redressais un peu sur le banc tout en gardant une main sur ma petite fille et je viens caler ma te^te sur l'épaule de Soren. Le fait qu'il me dise qu'il veut faire une greffe, je me sentais très mal.... Vraiment mal alors que je devrais être heureuse qu'il souhaite faire ça. Les larmes me remontaient aux yeux et la peur de revivre ce faux espoir me brise le cœur. «  S'il te plait... Je t'interdis de me lâcher avant que tu sois remis comme neuf.... S'il te plait... » Murmurais-je alors en baissant les yeux. Je relevais ensuite mon visage à son interpellation. «  mh ? » disais-je alors en attendant la suite. Je fronçais les sourcils en entendant ces propos. De quoi il parle ? Quelle lettre ? «  Je n'ai jamais déménager.... Je vis toujours dans ma maison... Je n'arriverais pas à m'en défaire de cette maison, ,mes enfants y ont grandis, on a vécu plein de chsoe dans cette maison... j'y tiens trop. Mais...... Je n'ai jamais rien eu....Je t'assure, je n'ai jamais rien eu... Crois-moi, je t'aurais répondu, je serais venue.... Oh ça oui que je serais venue te voir. » Je soufflais longuement pour comprendre pourquoi je n'avais rien eu. «  Pendant dix ans.... Pendant dix ans.... » Je me levais alors en ne pouvant pas tenir en place, trop d'hypothèse me venait en tête. «  il m'a menti pendant tous ce temps.... Il m'a cacher ça.... Pourquoi … pourquoi ! Il n'avait pas le droit ! Qu'est-ce qu'il a fait de ces lettres ? Dix ans putain... Dix ans... » Disais-je à moi même. Je crois que je vais exploser tôt ou tard. «  ça aurait été tellement différent si j'avais su.... Tellement différent..... Oh bon sang.... Tu as dû m'en vouloir, tu as dû me détester à ne pas te réponre, à ne pas venir.... Je suis tellement désolée Soren... »   
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 152
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Martin Freeman
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen aka Evan Rachel Wood; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brown; Eliott James aka Colin Mr.Darcy Firth; Jaymi Payne aka Michiel Huisman; Owen aka Mark Hulk Ruffalo

Re: Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( Sam 1 Sep - 22:13 )

Je te croyais mort...
Tina & Soren
Il y a vingt ans, j’étais en Inde si je me souviens bien… Quinze, en Crète… Je me rappelle que j’ai fait de l’arythmie à ce moment-là, mais rien qui pourrait présumer à mon décès… Quoique ? Non, même quand je me suis perdu dans la nature au milieu d’une nuit, ils ont pas tout de suite annoncé mon décès. En vrai, il n’y a aucun moment où mon décès a été annoncé ! C’est assez surprenant. J’étais assez surpris par ce qu’elle me dit et que Peter porte vraiment bien son surnom… Enfin, à moitié surpris pour Peter, mais surpris que Tina y ait cru. En même temps je peux comprendre, on fait énormément confiance à la personne qu’on aime, je sais ce que ça fait ça. Je lui assurais que j’étais bien et bel vivant, mais ça ne suffisait pas. C’est difficile de se faire à l’idée qu’après toutes ces années, la personne qu’on a cru morte est toujours vivante. Pensé comme ça, je conçois que c’est totalement perturbant…! Je tapotais son genou avec un sourire pincé et désolé à la fois. Elle aurait dû faire ça, mais elle ne l’avait pas fait, je ne vais pas lui en vouloir pour ça. Je comprends parfaitement pour ça. On n’est pas resté longtemps sur cette discussion que la petite fille de Tina nous divertit. Je l’ai prise dans mes bras et m’amusais à faire des grimaces à chaque fois qu’elle me tapotait le nez pour jouer dans son jeu, bien que ça me faisait rire dans le fond. Je demandais des nouvelles de Mélia tout en m’occupant d’Azy qui joue avec moi et qui a l’air de bien m’apprécier. J’ai toujours su me débrouiller avec les bébés, surtout que j’avais bien tenu Mélia et Zack dans mes bras en même temps pendant les révisions quand Tina m’aidait à comprendre une règle d’or sur le latin. Je n’ai jamais compris l’intérêt d’étudier cette langue, bien que ça m’a plutôt bien aidé durant ma visite en Italie mais quand même. J’aurai dû faire le Grec depuis le début. Je fronce un peu les sourcils en remarquant que seulement maintenant le changement d’expression chez Tina alors qu’elle s’est rapprochée d’Azy pour lui mettre la main sur le dos. « Elle n’est plus ? » répétai-je un peu bêtement avant de me figer face aux larmes. « Quoi ? » réalisai-je. Elle est décédée ? Je ne dis plus rien sur le coup, je cligne les yeux et le fait que l’idée que Mélia est décédée me faisait piquer les yeux et je retenais au mieux les larmes qui menaçaient de sortir. Je me reprends assez vite et regarde Tina, l’air de lui demander ce qui s’est passé. Sa grossesse… Une greffe… Et elle est décédée deux mois après la naissance d’Azylas. Putain. J’hausse les sourcils et ai avancé mon visage de surprise quand j’apprends également le décès de Peter. Lui aussi ? Merde. Il est décédé trop vite lui. J’aurai voulu lui dire deux mots. Merde. Fait chier. Enfin, dire deux mots, je voudrais surtout lui poser des questions, parce que merde, qu’est-ce qu’il lui a pris d’annoncer mon décès comme ça ?! Je caresse les cheveux d’Azylas qui semble plus ou moins se rendre compte de l’ambiance, puisqu’elle s’est calmée et encore, elle continue de jouer un peu avec moi, elle voulait récupérer mon téléphone qui est dans ma poche intérieure alors qu’elle avait ma tête contre l’épaule mais elle se calme petite à petit alors que je la berçais un peu. Mélia est décédée, ça m’affecte autant plus que le décès de Peter. Merde. Double merde. Et je n’ai pas été là pour elle alors qu’elle en avait le plus besoin, je pose la main sur son épaule et l'invite à poser la tête contre la mienne pour la consoler. Je savais qu’il lui était arrivé des choses, c’était même logique, mais je ne savais pas quoi exactement en vrai. Je ne savais pas ce qui lui arrivait exactement, mais je savais qu’elle a eu ses emmerdes. Tout comme moi j’ai eu des emmerdes. «  Des jumelles ? Oh mon dieu, ça n’a pas dû être du repos avec elles aussi. » fis-je avec un petit sourire pour essayer de détendre l’atmosphère. Et le fait que Zack a deux enfants, ça me fait tout drôle, la dernière fois que je l’ai vu, il était tout petit. Alors le revoir avec deux enfants, je n’en reviendrais pas là…! Au moins, si je n’ai pas été là, elle avait eu ses enfants, même si bon… Je m’en mords carrément les doigts, je savais que j’aurai dû retourner à Cap Harbor mais je n’en avais pas l’envie surtout. J’étais persuadé que Tina était furieuse envers moi. Enfin, le fait que Mélia est décédée alors qu’elle attendait une greffe au coeur, ce n’était pas bon signe. Il ne fallait pas que je cache la raison de ma présence, donc c’est pour ça que je lui ai dit par rapport au fait que moi aussi j’attendais une greffe. Je souris tristement à ses mots et me penchais un peu vers elle pour lui donner un coup d’épaule. « Eh. On m’avait donné deux ans à vivre, j’ai eu vingt-six ans de plus… » Alors je peux encore tenir, comme quoi, j’ai une endurance assez impressionnante. J’ai gardé mon sourire jusqu’à qu’elle sourit avant que je regarde Azylas qui est en train de dormir ou de somnoler au son de ma voix qui semble la bercer un peu. Maintenant Tina a sa garde et vit avec elle, cela ne doit pas être du repos quand même de reprendre le boulot de mère bien qu’elle est plutôt grand-mère. Je lui ai demandé si elle vit toujours dans cette même maison, là où j’ai planté mon olivier ? Là où tellement de choses se sont passés entre ses enfants, Tina, Peter, puis moi ? Mes parents ? Je suis soulagé par le fait qu’elle n’ait jamais déménagé, mais plutôt inquiet qu’elle n’ait jamais reçu mes lettres. Je n’ai pas eu le retour des lettres spécifiant que ce n’est plus la bonne adresse. Elle les a reçu, mais elle ne les a jamais vu. Mon visage se décomposa à ses réponses, puis je regarde devant moi, réfléchissant à ce qui pourrait bien s’être passé. Tina s’emballe, le fait que je lui ai envoyé des lettres pendant dix ans et qu’elle n’ai jamais rien reçu l’énerve. Je regarde toujours devant moi, restant attentif à ses paroles. Je fronce les sourcils et secoue la tête. « Non, je ne t’en ai pas voulu. J’avais compris que c’était la chose à faire pour toi, de devoir tourner la page parce que mon départ a fait que ça aurait tué notre amitié. Ou si tu n’as jamais répondu, ça m’aurait inquiété et je serai venu voir à Cap pour comprendre ce qui s’est passé… C’est ce que j’avais plus ou moins fait. Je suis venu une fois, je t’ai vue, tu étais épanouie, heureuse… Je ne voulais pas gâcher tout ça et j’avais compris d’une certaine manière que tu ne voulais plus rien de moi. Pourtant, j’ai quand même continué à t’envoyer des lettres, pensant que ça te passera, sachant que je tiens toujours mes promesses, que j’essaye de te montrer que je me bats contre ma maladie et que je vis ma vie tout en te tendant la main… » fis-je d’une traite, avec un visage grave avant de relever mon regard vers Tina qui faisait les cents pas. Mon sourire se dessine malgré moi et je me mets à rire un peu jaune. « Ça ne m’étonnerait pas du coup, que ce soit Pete-couille qui a reçu toutes les lettres et qu’il les aurait gardée ou déchirée ou quoi. » Je vois son regard, je penche la tête sur le côté avant d’observer Azylas. Oups. C’est vrai que je ne devrais pas jurer en présence des enfants. Même après vingt-six ans, la règle est toujours de mise. Je soupire et regarde Tina à nouveau, assez exaspéré. Je désigne Azylas endormie de la main. « Attends. Tu ne vas pas t’énerver parce que j’ai surnommé son grand-père Pete-couille. Tu as bien juré devant elle en disant: putain, bordel, mais surtout des putain. Moi je vais ajouter: ah l’enfoiré ce Pete-couille. Je ne serai pas surpris. Surtout qu’il voudrait que tu tournes définitivement la page avec moi et que tu avances avec lui. » Qu’elle n’est pas à regarder derrière elle, sûrement pour me voir en train de la rattraper pour marcher un bout de chemin avec elle.
electric bird.



I've never forgot you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 03/12/2017
›› Commérages : 167
›› Pseudo : Bananecuite
›› Célébrité : La belle Melissa Mcbride
›› Schizophrénie : Plus personne jusqu'à maintenant. Tina est le seul personnage qui me reste mes amours.

Re: Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( Dim 2 Sep - 16:17 )


Je te croyais mort....
Mélia, mon aînée est malheureusement partie en première. Aucun parents digne de ce nom aimerait voir ses enfants mourir, et malheureusement, j'ai dû vivre cette mauvaise expérience. J'ai encore du mal à digéré cette perte, je dirais même que je ne m'en remettrais jamais et ceux, même si je ne le montre pas forcément, ça m'a complètement brisé. Encore plus que le décès de Peter. Soren avait connu Mélia et Zack, il a vu leur première année, le début de leur enfance et on a passé de nombreux moments ensembles inoubliable. Des photos le montre bien dans mes albums à la maison. D'ailleurs, je les regarde très régulièrement... Car oui, il y a plein de chose que j'aurais aimé faire et que je garde pour moi. Ce n'est pas mon genre de garder des choses pour moi, mais il y a des moments où il le faut. Après tout, qui ça aurait pu intéressé ? Peu de gens, voire même personne. Du moins, ça c'était avant que je ne vois que Soren soit en vie et là, je regrette davantage de choses.... Quoi qu'il en soit, je pense qu'on remettra la discussion sur ma fille plus tard étant donné que Azy décide de faire sa belle et de se calmer dans les bras de Soren. C'était une image vraiment magnifique et cela me faisait sourire. Posant ma tête sur son épaule, je finissais par fermer les yeux et je lui disais que j'avais deux autres filles, des jumelles. En effet, il a vu juste, elles m'en ont fait voir de toutes les couleurs, surtout Kit. «  Oh ça oui... Kit, c'est la plus rebelle... Disons qu'elle n'a pas supporter le décès de son père. Elle n'avait que trois ans, ça se comprend... Laurena était plus... Forte. Là, elle veut reprendre l'entreprise de Peter. Je l'aide un peu vu que j'avais travaillé pour lui aussi alors je m'y connais un minimum et je reprend contacte avec d'ancien collègue. Kit... Je ne sais pas, je la trouve assez étrange en ce moment... J'ai l'impression qu'elle me cache quelque chose... Elle est plus distante tu vois, elle ne me dit pratiquement plus rien et ça me fait peur. Je n'ai pas envie qu'elle ait des soucis... » Je faisais une petite grimace. J'étais très proche de mes enfants, il faut dire qu'ils ne me restent plus qu'eux et je suis du genre à penser à eux plutôt qu'à moi. Chose normal non ? C'est dans ma nature... En tout cas, j'appréciais beaucoup que Soren essaie de détendre l'atmosphère, qu'il faisait en sorte de faire de l'humour et c'est toujours ce que j'aimais chez lui. Il comprenait quand j'avais besoin de ça. A son coup d'épaule, je lâchais un petit grognement légèrement amusé et je souriais à son sourire contaminé. «  Tu as raison... Et vu que je t'interdit de mourir, tu n'as pas le choix de vivre pendant toutes les années qu'ils restent. » répondais-je en déposant un doux baisé contre sa joue.

En tout cas, je venais à m'emballer ensuite.... Car oui, je ne comprenais pas Peter, je m'étais donc trompé sur lui ? C'était un menteur pur et dur et je n'avais vu que du feu ? Comment le savoir maintenant qu'il est mort ? J'avais envie d'aller fouiller dans ses affaires que j'avais conserver dans le grenier, là tout de suite et je pense que c'est ce que je vais faire à mon retour. Puis.... J'aurais tellement aimé recevoir ces lettres... Cela m'aurait fais un bien fou et je pense qu'après toutes mes mésaventures, je serais partie le rejoindre. Oui, j'aurais tout quitté pour le revoir car trop de chose me sont passés par la tête depuis son départ... «  Tu es … tu es revenu ici... Tu sais.. Si tu serais venue me voir, tu n'aurais pas gâcher tous ce que tu as vu...  J'aurais été tellement heureuse de te revoir.. Certes, je ne t'aurais pas laissé partir cette fois ci, comme là, je ne vais pas te laisser partir, car … Pfff.....  certes, tu m'as vu heureuse, mais tu me connais... Je ne dis pas tout et je ne montre pas tout et ta présence m'a manqué tous les jours. Depuis ce dernier jour passé avec toi, après tout ce qu'on s'est dit... Honnêtement, j'aurais aimé pouvoir repasser du temps avec toi pour te dire plein de chose que je n'avais pas dite.. » Je tournais mon visage vers mon ami quand il surnomme Peter. Non pas que ça me gène, mais oui, je venais de comprendre que Azylas était là et je ne voudrais pas qu'elle répète toutes ces injures. Sauf que..... Soren m'a bien eu, il avait raison, moi aussi j'avais juré devant ma petite fille et je viens alors lui tirer la langue. «  Vas-y, vas-y moque toi de moi ! » Répondais-je alors en souriant, puis je vais chercher la poussette avant de la placer à côté du banc. «  Installe là dedans, ça sera mieux.. » murmurais-je alors en l'aidant à la mettre dedans et à la sécurisé. Après quoi, je viens poser une e mes mains sur son bras. Je crois que j'aurais vraiment du mal à croire qu'il est vraiment là. J'ai peur de me réveiller et de me dire que tous ça, c'est qu'un rêve. «  Comment ça il voulait que je tourne la page avec toi ? Il savait très bien que je ne pouvais tourner la page avec toi... Tu es et restera encrés en moi, c'est une évidence.  » Demandais-je alors, il est vrai que j'ignorais que les deux garçons s'étaient expliqué sans que je le sache. «  Est-ce que tu viens avec moi ? Ces lettres... ça m'intrigue.... Il n'a pas pu les mettre à la poubelle, je les aurais vu... Il a dû les cacher... Je pense.... J'ai plein d'affaire à lui, je ne les ai jamais regarder... On pourrait aller voir. J'ai besoin de comprendre, j'ai besoin d'une réponse sur ça..  Oh et puis, ce n'est pas une question, tu n'as pas le choix de me suivre. Tu restes avec moi, on a plein de chose à se dire, à se raconter... J'ai plein de question qui me trotte dans la tête, et je pense que toi aussi...»    
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 152
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Martin Freeman
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen aka Evan Rachel Wood; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brown; Eliott James aka Colin Mr.Darcy Firth; Jaymi Payne aka Michiel Huisman; Owen aka Mark Hulk Ruffalo

Re: Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( Lun 3 Sep - 15:51 )

Je te croyais mort...
Tina & Soren
Je ne m’attendais pas à me retrouver avec la petite fille de Tina en train de dormir dans mes bras, Tina qui a la tête sur mon épaule. Si on m’avait dit que ça se serait passé ainsi aujourd’hui, j’aurai pu revenir encore plus tôt en vrai. J’aurai pu être là pour elle, pour le décès de Peter, même si lui, je ne le portais pas spécialement dans mon coeur, pour Mélia parce que c’était très difficile. Il n’y avait pas que moi qui avait eu des périodes assez difficiles, mais en même temps… Quand on vit des moments difficiles, il est difficile de penser aux autres. Ceci dit, mes pensées sont déviés quand Tina me parle de ses jumelles. Deux jumelles… Plus Mélia et Tina. Zack a dû en avoir marre de toute cette invasion de ces dames et il a dû sûrement apprendre à ne pas trop se mêler des histoires qui peuvent vraiment fâcher. Ça a dû être quelque chose quand même, je le sais parce que j’ai été en Suède, dans une famille avec des jumelles qui n’arrêtaient pas de se disputer pour des raisons compétitifs ou encore pour des histoires de vêtements. J’imagine que ça a été la même chose chez Tina. Elle le confirme plus ou moins, Laurena voudrait reprendre les affaires de son père et cela me fait un petit peu sourire. Dire que quand j’ai quitté Tina, elle étudiait, je n’aurai jamais imaginé qu’elle aurait travaillé dans l’entreprise de Pete-couille. Kit lui mène la vie un peu plus dure et suscite les inquiétudes. Je fais une légère moue songeuse avant de prendre la parole. « Peut-être que Kit parle plutôt à Laurena ? Tu sais, les soeurs jumelles sont très liées de base et des fois, il suffit d’un regard pour qu’elles comprennent ou encore pour comploter. Sinon, je suis sûr qu’elle sait que tu es là pour elle. » Cela sent le vécu, mais bon, on ne s’attarde pas sur ça et on reste sur le sujet de sa famille, de cette famille que j’aurai pu voir s’agrandir, grandir, se prendre la tête, mûrir… J’ai raté tout ça malheureusement. J’ai préféré la solitude et les relations éphémères avec les gens qu’une stabilité et un travail assez redondant. Toutefois, je n’ai pas caché sur mon état actuel, je pouvais ressentir la tension monter, alors je l’ai fait redescendre un peu en lui rappelant qu’on m’avait donné deux ans à vivre et encore je suis là. Je souris à son baiser et tourne mon regard à la fois attendri et amusé à Tina. « Et il faut bien que je t’embête encore un peu durant ces années-là. » Et aussi se remettre un peu à jour sur ce qui s’est passé pendant les vingt-six ans bien que je ne sois pas sûr que je veuille tout raconter, parce que certaines histoires ont laissé une plaie encore trop fraiche pour que je puisse raconter sans en avoir mal.

Elle ne montre pas tout ce qu’elle ressent, il arrive des fois à Tina de se cacher derrière un masque et je peux comprendre ce côté-là aussi. Je fais également pareil. Je cache tout derrière les lettres et mon livre, je cache tout derrière les mots. J’acquiesque pour confirmer que oui, j’étais revenu dans cette ville, mais je ne suis pas resté longtemps, je ne suis pas venu voir Tina, je ne lui ai pas fait signe quand j’en avais l’occasion. Elle était heureuse, elle était avec ses enfants et moi, j’étais là seul dans l’ombre. À me dire que si je me montrais, je ne pourrai plus partir, mais au moins, je serai entouré. Mais je m’étais dit que j’avais un gros choix à faire et j’ai choisi le monde au lieu de Tina, ce choix des fois me fait mal à force d’y penser. « Je sais Tina. Je sais que les apparences sont trompeuses, mais quand je t’ai vue à ce moment-là, je n’y pensais pas. Je me disais que c’est bon, tu as tourné la page, tu ne répondais pas à mes lettres, je ne me voyais pas encore vivre très longtemps à cette époque. Je ne pouvais pas revenir pour disparaître encore et encore. Je n’aurai que remuer le couteau dans la plaie. » Enfin, qu’est-ce qui a changé aujourd’hui ? J’ai toujours envie de voyager, c’est sûr, mais je ne peux plus vraiment avec ma maladie qui a pris de plus en plus d’importance et aussi, parce qu’il était temps que je retrouve mon amie d’enfance. Je me disais bien que quelque chose clochait et c’était la faute à Pete-couille. Je m’étais légèrement énervé en me lâchant sur le langage, je suis assez énervé après Pete-couille, il a tout fait pour que Tina tourne la page et moi, sans le savoir j’ai joué dans son jeu. Par contre, je ne m’attendais pas à sa réaction qui me tire à nouveau un sourire, elle me tire la langue et moi, tout ce que je fais c’est d’hausser … Ah non, j’évite d’hausser les épaules avec la petite dans mes bras. Je voulais hausser les épaules avec l’air innocent sur le visage. Mine de rien, Azylas et surtout la réaction de Tina a fait à nouveau redescendre la tension. Elle savait que quand je jure plusieurs fois, c’est que je suis un peu énervé. Quand je ne parle pas assez, c’est que je suis totalement contrarié et que tout ce qu’elle a à faire, c’est de crever l’abcès. Tina est revenue avec la poussette, ayant remarqué que j’étais un peu prisonnier dans mes mouvements, je bouge un peu du banc pour installer la petite. Une fois qu’elle est correctement installée, je ne pus m’empêcher de sourire face à la petite bouille d’ange endormie. Cependant, je sens une légère pression sur mon bras et je relève mon regard vers mon amie, sa question me fait perdre le sourire d’un coup et je finis par hausser les sourcils avant de lâcher un gros soupir fatigué. « Peter ne le comprenait pas, il refusait d’y comprendre. Honnêtement, je peux le comprendre un peu, ça l’énervait qu’on soit aussi complice plus que tu ne l’étais avec lui. Que je sache tellement de choses sur toi que lui. Pour être honnête, ça le tuait de devoir me demander des conseils pour un cadeau. » fis-je avant de me redresser, je récupère le journal que j’avais laissé tomber au sol un peu plus loin, avec un petit Hop et un soupir d’effort. Je le secoue un petit peu en tapant contre mon pantalon pour faire partir la poussière. Je fronce les sourcils avant de lâcher un léger sourire sur le fait qu’elle n’est plus prête à me laisser partir maintenant. « Oooh… Oui. On a, je pense, pas mal de questions à se poser. » Une pause avant que je la laisse prendre le pas, pour que je marche plus facilement à son niveau après avoir vérifié qu’on n’a rien oublié derrière. J’avais énormément de questions à poser oui, mais je ne peux pas commencer par les plus dures, concernant Mélia ou Peter, ce n’est pas un sujet à parler avec légèreté avec Tina. Il faudrait également que je la rassure que je ne partirai plus, mais qu’il y aura des moments où je devrais juste sortir un peu peut-être ? Rejoindre déjà les Burrows qui m’accueillent gentiment. Seulement, je ne pense plus à ça. Mais plutôt à quelque chose d’assez amusant. « En vrai, je me demande depuis un petit moment quand même… Qu’est-ce qui t’a motivé à ouvrir une chaîne you-tube sur l’Urbex ? Je ne m’y attendais pas à te trouver là-dedans. » fis-je assez amusé et curieux à la fois, prêt à affronter le regard surpris de Tina. Ceci dit, comme j’ai plus ou moins prévu sa question, je commence à m’expliquer. « Je t’ai découverte par hasard en consultant le site internet de la ville pour regarder les photos d’une amie. Tu étais sur la page d’accueil du journal de la ville. »
electric bird.



I've never forgot you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Je te croyais mort.... #Sorena ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Je te croyais mort.... #Sorena

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération