Good or bad news •• Lucas

 :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


https://www.pinterest.fr/harmajabb/evan-rachel-wood/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 1065
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : Evan Rachel Wood - aka la Dolores de Westworld (azy on pourra me surnommer Dolores haha)
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Soren Layne, le fantôme de Cap Harbor aka Martin Freeman - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Jaymi l'l'alcoolo qui gâche carrément sa vie en pensant qu'il est bon à rien (sous les traits de Michiel Huisman) et pour terminer sans pour autant terminer, Owen Wilde le savant fou qui refuse de faire des expériences sur les animaux alors il s'injecte des cochonneries lui-même (aka Mark Ruffalo)

Good or bad news •• Lucas ✻ ( Ven 7 Sep - 21:06 )

Good or bad news
Lucas & Annabelle
Bon, aujourd’hui, il doit travailler.
Je n’aime pas devoir ne pas être dans mon salon de coiffure aujourd’hui, du moins, cet après-midi. Mais comme je n’ai aucun rendez-vous à mon nez, je fais confiance à mon assistante qui saura s’occuper du salon pour un après-midi. Déjà que je mets énormément de temps avant de vouloir faire confiance à quelqu’un, Pauline devra être à la hauteur de mes espérances. Je redresse mon sac à main, un Vuitton et je marche dans les rues. Je ne sais pas où est son magasin, mais je sais que c’est dans cette rue commerçante. Il m’en a parlé à plusieurs reprises, me disant que je pourrai le retrouver là s’il me manquait assez. Je ne pensais justement pas le revoir, je le trouve assez mignon et craquant, rien à redire au lit, mais les expériences uniques, en une seule fois sont toujours les meilleures… Surtout si je ne veux pas m’attacher à qui ce que ce soit. Sauf que là, la situation grave exige justement que j’aille le retrouver, le rencontrer et lui dire la nouvelle. Je retrouve vite son magasin et j’y entre. Je le revois à la caisse, en train de discuter avec un client. « Lucas. » fis-je nullement dérangée par le fait que je suis en train de le déranger dans sa discussion avec un client. « Il faut que nous parlons tout de suite. » fis-je assez sérieuse. Le client qui était en train de discuter avec Lucas allait se plaindre, je le regarde nullement impressionnée et encore moins dans l’humeur d’attendre. « Monsieur, je ne suis pas désolée de vous déranger. Parce que monsieur Wilde et moi avons à discuter d’une affaire très urgente. Plus urgente que de passer une commande d’un comic sans utilité par rapport à ma situation. Je pense que vous pouvez le trouver ailleurs, peut-être à Charlotte ou soit, vous attendez ou revenez demain. » fis-je d’une traite avant de prendre Lucas par l’épaule pour l’emmener dans le fond de la boutique pour justement discuter à l’abri des oreilles et surtout, je sais que la discussion ne sera pas longue. Alors ce monsieur peut très bien attendre cinq minutes. « Je ne vais pas te déranger trop longtemps pour pas que tu ne perdes ton client. » Je suis gentille tout de même. « Il faut que je te dise quelque chose. Tu te rappelles de notre unique nuit ? » Où je suis partie la première le lendemain, sans l’attendre pour le café. Oui, je suis partie comme une voleuse, mais je n’avais clairement pas le temps. « Je suis enceinte Lucas. »  Une pause pour lui laisser le petit temps de réaliser, bien qu’en vrai. Je lui ai à peine donné quelques secondes avant que je ne reprenne la parole. « Alors pour le bien de la gente féminine. Pense à mettre des préservatifs, c’est fait pour ça même si ça peut t’incommoder. Je n’en ai rien à faire. » J’ai toujours été directe, j’ai toujours été comme ça et si quelqu’un n’aime pas ça, ça ne me dérange pas, ce n’est pas comme si je fréquentais une seule personne de la planète. Il y a bien des milliards ici.

electric bird.



always smile
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 245
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: Good or bad news •• Lucas ✻ ( Dim 9 Sep - 13:57 )

Good or bad news !
Anna & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

C’était une journée placée sous le signe de l’accalmie. Après des jours de vagabondage et cassage de gueule, Wilde avait retrouvé le job qu’il aimait tant. Il était toujours ému de croiser des fans de Marvel ou DC comics avec qui échanger, même si certains lecteurs venaient pour d’autres enseignes plus underground. Ce qui ne coupait en rien le dialogue ! Il arrivait même qu’un client lui apprenne des trucs sur les comics que lui-même vendait. Hé, il y en avait beaucoup, et Wilde n’avait pas la science infuse. Alors qu’il était plongé dans une grande conversation sur le dernier Justice League, l’intéressé se tut en entendant son prénom prononcé par une voix un peu familière. Son regard bifurqua aussitôt sur la jeune femme. « Salut Anna » dit-il alors avec un sourire. Bien sûr, il se souvenait d’elle. Comment oublier ce visage, cette fille. Il n’aurait jamais les mots justes pour la décrire, si ce n’est qu’il la trouvait magnifique, sans réussir à déterminer exactement pourquoi. Il aimait sa peau pâle et impeccable, ses yeux parfois bleus, parfois acier, ses hautes pommettes de biche, le tracé élégant de son visage... Lui pour sa part, avait dû beaucoup moins lui taper dans l’œil vu comment elle s’était barrée au petit matin avant son réveil. Ou alors, elle ne l’avait pas jugé assez performant durant la nuit : c’était aussi une possibilité. Même si Lucas était du genre à faire passer le plaisir de l’autre avant le sien, il n’était pas nécessairement compatible avec tout le monde. C’était d’ailleurs bien dommage parfois. Pour en revenir à cette princesse aux traits délicats, celle-ci avait toutefois des manières de camionneur mal luné parce qu’il n’a pas fermé l’œil de la nuit si ce n’est pour faire une sieste dans une station essence.

« Il faut que nous parlons tout de suite. » « Eh bien… » commença t-il. Son client fut un peu plus ferme que lui, mais se fit rembarrer par Anna « Monsieur, je ne suis pas désolée de vous déranger… » Lucas tenta un petit « shh » en levant une main vers la bouche de la belle, sauf qu’il n’osa pas avoir l’irrespect de la toucher, alors il l’abaissa. « Parce que monsieur Wilde et moi avons à discuter d’une affaire très urgente. Plus urgente que de passer une commande » Pendant qu’elle parlait, Lucas faisait quelques gestes avec les mains, accompagnés de discrets sons de bouche de temps à autre, dans le genre « pchh … » « d’un comic sans utilité » « hmf… ! » « par rapport à ma situation... » « esh ! » « Je pense que vous pouvez le trouver ailleurs... » « tch… !» Bref, échec totale parce que la jeune femme ne s’arrêta de parler que quand elle avait fini de dire ce qu’elle avait à dire. Et quand elle se tut, Lucas resta un instant figé avec son index sur ses propres lèvres, puis laissa retomber mollement sa main. Annabelle lui attrapa l’épaule et il se laissa emmener vers le fond du commerce. En marchant, il jeta un dernier regard au client en joignant les mains telle une prière, et formula un piteux « Pardon » silencieux de ses lèvres. Une fois arrivé dans l’arrière-boutique, Lucas se tourna vers elle. « Je ne vais pas te déranger trop longtemps pour pas que tu ne perdes ton client. » Il haussa les épaules. C’est bon, elle pouvait prendre son temps : il y avait des chances que le gars se soit tiré de voir que Lucas n’avait été capable de tenir tête à une nana certes canon, mais avec des manières un peu trop diva pour le commun des mortels. Wilde, ça ne le dérangeait pas, lui. Il était le plus capricieux de sa famille. « Il faut que je te dise quelque chose. Tu te rappelles de notre unique nuit ? » Lucas sourit légèrement. « Je me rappelle aussi que tu m’as planté au réveil » Il n’avait pas été vexé à proprement parlé, seulement déçu parce qu’il aurait voulu mieux connaître cette fille. « Je suis enceinte Lucas. » Vu qu’elle lui balançait un peu ça sur le ton de « J’ai marché dans la merde », disons qu’il ne percuta pas la gravité de la situation immédiatement. Il jaugea son visage et semblait attendre un Nan je déconne ! qui ne vint pas. Son cerveau mit donc un peu de temps à faire les liens, encore que quand il articula quelques secondes plus tard : « … quoi ? » son cerveau n’était pas encore arrivé à terme du processus.  « Alors pour le bien de la gente féminine. Pense à mettre des préservatifs, c’est fait pour ça même si ça peut t’incommoder. Je n’en ai rien à faire. »

Il songea à une tentative de drague (ce n’était pas du tout le style d’Anna à sa connaissance, mais bon, il arrivait que les gens fasse des folies), ou alors elle faisait simplement une méchante blague pour… Ah il avait compris ! Elle lui faisait cette blague pour qu’il en tire une leçon ! Lucas eut un petit rire jaune et nerveux. Il lui tapota gentiment l’épaule : « D’accord j’ai déconné et je tâcherai d’être plus vigilant mais… il suffisait de demander hein… t’es pas obligée de faire des blague dans ce genre là… » Vu la tronche que Anna lui tirait, il n’eut d’autre choix que de réellement entendre qu’il faisait fausse route, et que « …Ce n’est pas une blague », souffla t-il après avoir perdu d’un coup son sourire.  Il resta un instant les bras ballant à le regarder d’un air un peu hébété (un air d’abruti quoi). « Tu… tu es sûre que… c’est bien moi, le... ? » Non parce que vu comment elle s’était volatilisée au matin, Wilde ne serait pas surpris qu’elle ait fait d’autres victimes dans la semaine. Etait-elle ici pour trouver le père ? Etait-elle ici parce qu’il ne faisait aucun doute que c’était Lucas et qu’elle avait besoin de conseil, ou besoin qu’il reconnaisse être papa et fasse son devoir ? Elle n'aurait pas à s’inquiéter pour ça. « … Eh bien… mon père désespérait de ne pas avoir de petit-fils ou de petite-fille alors… il serait très content de l’apprendre » dit-il un peu maladroitement. Pour une femme enceinte voulant garder l’enfant, ces mots un peu bégayés auraient été grandement rassurant, parce que non seulement Lucas reconnaissait son statut, mais il déclarait au passage que le petit avait de la famille pour l’attendre et l’aimer. Hélas, Annabelle ne voyait pas du tout les choses sous cet angle là.


••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


https://www.pinterest.fr/harmajabb/evan-rachel-wood/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 1065
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : Evan Rachel Wood - aka la Dolores de Westworld (azy on pourra me surnommer Dolores haha)
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Soren Layne, le fantôme de Cap Harbor aka Martin Freeman - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Jaymi l'l'alcoolo qui gâche carrément sa vie en pensant qu'il est bon à rien (sous les traits de Michiel Huisman) et pour terminer sans pour autant terminer, Owen Wilde le savant fou qui refuse de faire des expériences sur les animaux alors il s'injecte des cochonneries lui-même (aka Mark Ruffalo)

Re: Good or bad news •• Lucas ✻ ( Dim 9 Sep - 16:32 )

Good or bad news
Lucas & Annabelle
Je me rappelle que tu m’as planté au réveil.
Je le regarde et arque un sourcil, je ne me sens pas coupable par rapport à cela. Il devait bien savoir que je suis une femme très occupée et que j’avais du travail le matin, donc pas le temps de prendre un petit déjeuner à midi. Ce n’est pas mon style de vie du tout. J’hausse les épaules et ne juge pas important de me justifier par rapport à ça. Je ne suis pas venue parler du pourquoi je suis partie, mais lui dire que je suis enceinte et ça me met dans la merde monumentale. Je lance l’annonce, il ne semble pas réaliser, il attend surtout. Je ne vois pas ce qu’il attend, je le regarde sérieusement, le relançant du regard et tout ce qu’il me lance c’est un quoi ? Bon, il ne réalise pas encore. Je rajoute, sans lui laisser une minute, j’ai juste laissé des secondes et c’est suffisant. Donc, j’insiste sur l’importance de prendre un préservatif et d’y penser pour les prochaines fois. Je m’en fiche plutôt bien des autres femmes, mais je peux plutôt compatir si ça leur est arrivé parce que je ne m’attendais pas à ce qu’en une nuit, il soit aussi fertile. J’attends sa réaction et cette fois-ci je lui laisse plus que les secondes, carrément une minute et il continue à ne pas prendre l’annonce au sérieux. Je le regarde, toujours impassible et avec une tête d’une personne qui ne dit pas de blagues. Il reconnait d’avoir déconné sur le côté là, mais encore une fois, ce n’est pas une blague. Je reste silencieuse et là, il réalise. « Non espèce de nigaud, ce n’est pas une blague. » fis-je un exaspérée et enfin contente qu’il ravale son sourire, il réalise là ? Oui, il semblerait bien. Il en a mis du temps. Est-ce qu’il est comme ça ? À prendre tout ça pour une blague ? J’hoche la tête pour confirmer que je suis sûre que c’est bien de lui. « Oui, tu es le seul partenaire que j’ai eu durant cette période. » Les calculs sont bons même, il n’y a que Lucas qui peut correspondre et qui peut être le père de cet être vivant qui est en train de grandir en moi. Dans mon ventre.

En revanche, je ne m’attendais pas à la suite. Je pensais pouvoir reprendre la parole, mais Lucas avait quelque chose à dire et s’il voulait me rassurer, ce n’est pas le cas. Mes yeux se sont agrandis comme une soucoupe. Merde, je m’attendais à ce qu’il me demande d’abandonner. Je… Une famille ? Oui, je me rappelle qu’il m’a parlé de cette famille, je crois connaître quelques membres Wilde qui représentent presque la grande partie de la population de cette ville. Enfin, c’est la famille la plus connue, déjà pour ses bêtises sans nom et à des dégâts pas possibles, d’autres pour des prouesses et des découvertes impressionnantes, d’autres pour être présent dans les vies des habitants. Nous sommes envahis de Wilde. « Ah. » laissai-je échapper. Je déglutis sur le coup et me reprend, je lâche un gros soupir. « C’est fâcheux… Je pensais que tu allais me demander d’abandonner tout ça… Que j’aille à la clinique. » fis-je un peu ennuyée avant que je reprenne. « Si je suis venue te le dire, c’est parce que j’ai jugé que tu as ton mot à dire, parce qu'on l’a fait à deux. » Et ça ne m’est jamais arrivé d’être enceinte, alors j’ai forcément demandé des conseils et j’ai fini par arriver à la même conclusion; le dire à Lucas. Maintenant que je l’ai fait et que nous avons remarqué que nous avons pas les mêmes plans… Nous nous retrouvons dans une situation plus que fâcheuse.

electric bird.



always smile
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 245
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: Good or bad news •• Lucas ✻ ( Dim 9 Sep - 18:46 )

Good or bad news !
Anna & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

« Non espèce de nigaud, ce n’est pas une blague. » Tiens, si jamais il oubliait à un moment combien cette femme était charmante, elle était toujours là pour le rappeler en tout cas. Lucas se fit confirmer qu’il ne pouvait qu’être le père, puisqu’il était son « seul partenaire » durant la période… il ne savait pas s’il devait en être flatté ou pas. Cela aurait très bien pu être positif tout comme il aurait très bien pu l’avoir un peu découragé vis-à-vis de la gente masculine pendant un certain temps. Remarque, ce dernier point était peu exagéré. Et puis, au regard de la personnalité d’Anna qu’il commençait tout juste à un peu mieux maitriser, elle l'aurait fait savoir, s’il était moyen ! Sans compter qu’elle ne se serait même pas donnée la peine de simuler. Donc…  il ne s’en tirait pas trop mal en fait. Alors que Lucas essayait de la rassurer, il n’obtint que l’effet inverse. « C’est fâcheux… Je pensais que tu allais me demander d’abandonner tout ça… Que j’aille à la clinique. » Fâcheux ? Euh... elle était ennuyée qu'il veuille garder le gosse ? Lucas fronça légèrement les sourcils, l’air grave. Ce qu’il entendait, c’est que si elle était venu, c’était pour se sentir moins coupable de se débarasser du môme grâce à lui, car elle croyait qu’il n’en voudrait pas. Elle allait être déçue. « Si je suis venue te le dire, c’est parce que j’ai jugé que tu as ton mot à dire, parce qu'on l’a fait à deux. » Il hocha la tête. Bon, c’était correct de sa part, elle aurait très bien pu avorter sans jamais rien lui dire. Mais Wilde ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle n’avait pas le courage de faire une telle chose et qu'elle avait besoin de l’avoir de son côté… non, l’inverse. Il voulait croire que c’était l’inverse. Annabelle voulait garder son enfant mais avait peur d’être mère et des responsabilités, c'était le soutien de Lucas qu'elle était venue chercher. Même si elle ne l'admettait pas. « Si on était tous les deux dans la merde financièrement et dans l’incapacité de garantir un bel avenir à ce gosse, j’aurais peut-être hésité — encore que je ne considère pas ça comme des raisons valables pour retirer à quelqu’un la chance de vivre… cependant, j’ai le plaisir de t’annoncer que mon compte en banque se porte très bien » Lucas avait l'air très sérieux et grave, pour quelqu’un « ayant le plaisir de ». Mais il ne pouvait pas dire « Je suis au regret de ». Il s’agissait d’une vie bordel. On ne s’excuse pas de vouloir un enfant. Il ferma un court instant les yeux en soupirant. Wilde comprenait bien que cette femme allait le porter et avoir tous les désavantages que lui ne connaîtrait jamais, mais ce n’est pas pour autant qu’il la prendrait en pitié. Un enfant n’était pas un mal ou un poids, mais un cadeau. Lucas l’avait appris avec Seth.

Il retrouva le regard de la belle et posa doucement les mains sur ses épaules. « Je sais que tu es venue chercher mon approbation, mais désolé. Je ne peux pas te la donner. Je… j’aimerais que tu gardes cet enfant. » Il posa les doigts sur les tempes d’Anna et les glissa dans ses cheveux, ses pouces caressant ses pommettes de biche au passage. Un geste tendre et rapide, le temps de quelques mots : « On ne va pas discuter de ça ici. Viens. Allons prendre un café », lui murmura t-il en portant sur elle un regard sincère et bienveillant. il délaissa son visage et saisit la main dans la sienne. Ils sortirent ensemble de l’arrière boutique. En partant, Lucas prévint Fearne qu’il lui laissait l’enseigne et s’excusa auprès d’elle pour l’urgence. Il ne réalisait pas encore pleinement la situation, le fait qu’il allait être père… si Anna ne lui faisait pas le coup d’avorter dans son dos ! « Merci d’être venue me voir » dit-il d’ailleurs à son attention avec un petit sourire, tout en marchant. Il lui ouvrit galamment la porte du café d’à côté, un endroit rétro qu’il aimait bien, et entra à sa suite. Une fois qu’il fut installé en face d’elle, il croisa les bras sur la table et se pencha vers elle. « Anna… j’ai vraiment envie de croire que dans le fond, tu as envie de le garder. Et que tu as seulement peur. Je t’avoue que moi-même, j’ai le cœur qui bat très vite là » ajouta t-il avec un pauvre sourire en portant son poing contre sa propre poitrine. Lucas n’avait pas l’habitude de ça, la sensation était effrayante, étrange : il n’étais pas habitué à avoir peur, ce kamikaze. Le plus terrible, c’est qu’il n’avait pas seulement peur, il était terrifié ! Wilde avait pâli à vue d’œil. Des milliers d’interrogations se bousculaient dans sa tête, avec la peur de ne pas être à la hauteur, la peur qu’Anna refuse de l’entendre, la peur de tenir un nourrisson dans ses bras. « … Dis-moi ce dont tu as besoin, j’ferai n’importe quoi. » Il se tut et se redressa légèrement quand la serveuse vint prendre leur commande. Il laissa Anna choisir en première.


••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


https://www.pinterest.fr/harmajabb/evan-rachel-wood/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 1065
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : Evan Rachel Wood - aka la Dolores de Westworld (azy on pourra me surnommer Dolores haha)
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Soren Layne, le fantôme de Cap Harbor aka Martin Freeman - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Jaymi l'l'alcoolo qui gâche carrément sa vie en pensant qu'il est bon à rien (sous les traits de Michiel Huisman) et pour terminer sans pour autant terminer, Owen Wilde le savant fou qui refuse de faire des expériences sur les animaux alors il s'injecte des cochonneries lui-même (aka Mark Ruffalo)

Re: Good or bad news •• Lucas ✻ ( Dim 9 Sep - 20:36 )

Good or bad news
Lucas & Annabelle
C’était très fâcheux.
Pour ne pas dire beaucoup. Lucas veut l’enfant et il veut l’assumer. Mon coeur manque un bond à cette réalisation, les choses allaient être compliquées maintenant. Nous avons deux envies différentes, moi c’est de ne pas continuer, lui c’est d’élever cet enfant. Je pensais qu’il serait d’accord avec moi et que de ce fait, j’aurai moins à culpabiliser à l’idée d’avoir pris cette décision à moi toute seule. Je le regarde blasé quand il m’explique que son compte en banque va très bien, je secoue à peine la tête montrant que ce détail ne m’inquiète pas du tout. « Moi aussi j’ai ce plaisir de t’annoncer que mon compte en banque est en si bon état. » Ce qui me contrarie le plus, ce sont les projets que j’ai, toute une vie que je vois vivre et l’enfant n’est pas du tout dans l’équation et je prends plutôt mal cet imprévu. Encore, je trouve ça facile venant de monsieur de dire qu’il faut avoir cet enfant, ce n’est pas lui qui va supporter le poids du gamin, encore moins les nausées du matin qui sont très désagréables et qui rendent la bouche pâteuse, d’avoir ces sautes d’humeur et ressembler à une grosse baleine et ne plus avoir le même corps qu’avant. C’est ma frayeur d’ailleurs. Les modifications que ça apportera à mon corps. Je me sens très tendue, la mâchoire est crispée et je fais de mon mieux pour garder mon calme. Je n’ai pas envie d’avoir un enfant, je ne le connais pas assez pour ne pas dire, pas du tout. C’était qu’une nuit et… Bon sang. Je maudis l’éducation de mes parents adoptifs, c’est en partie à cause d’eux que je me retrouve dans cette situation-là. J’aurai très bien pu me taire et avorter sans lui dire. Mais non, il a fallu que j’ai cette petite voix qui pouvait me faire culpabiliser à n’importe quel moment…!

Le passage de ses mains détendirent mes épaules, cela aura duré un très court instant dès qu’il dit approbation, garder l’enfant dans presque la même phrase. Je garde mon calme et je ferme les yeux juste quelques secondes, un frisson me parcourt sous ses doigts dans mes cheveux, ses pouces sur mes pommettes. « C’est peut-être une bonne idée… » concédai-je calmement, avec un sourire éphémère. Peut-être qu’être dans le lieu public va m’aider à obliger de rester calme, mais honnêtement, je m’en fiche de me faire du public si jamais je m’emporte et je ne vais pas utiliser l’excuse des sauts d’humeur. Il est encore trop tôt pour ça d’ailleurs. Je change de sac de main pour libérer l’autre, pour Lucas. Je découvre les coulisses de sa boutique et rencontre une collègue Fearne, assez brièvement. Quand nous sommes sortis de la boutique, quand nous sommes en train de marcher sur le trottoir, Lucas me remercie d’être venu le voir. Je réponds avec un maigre sourire au coin. Remercie plutôt l’éducation de mes parents… Je n’ai rien contre lui, absolument rien, mais il mérite mieux que moi. Je ne suis pas la bonne personne, c’est tout. Je ne suis pas faite pour être mère. Je remercie Lucas qui m’a ouvert la porte et me laisse entrer la première. Je découvre en même temps ce café que je ne connaissais pas, c’est nouveau ? J’observe les détails de la pièce autour de moi avant que nous nous installons. Si au moins l’intérieur du café m’aura divertie pendant quelques secondes, ça m’a aidée. Nous trouvons une table, je dépose mes affaires à côté de moi, vers la fenêtre. Je croise les bras contre ma poitrine et mon dos est collé contre le dossier de la banquise. Je renifle et détourne le regard quand Lucas espère penser que j’ai envie de garder. J’ai seulement peur. C’est plus que ça. Je ne reste toutefois pas insensible quant au fait que lui aussi, ça le met à l’envers, il a peur et ça se voit même à son visage. J’ai eu la même réaction, j’ai pâli, je n’en ai pas dormi, je ne me sentais pas bien et j’ai dû me forcer à aller travailler malgré ces conditions. Je reste silencieuse et je déglutis difficilement, Lucas a dû sentir mon stress et mon silence l’inquiète sûrement puisqu’il me relance. Il était prêt à faire n’importe quoi pour subvenir à mes besoins. J’allais commencer à parler mais mon initiative fut coupé par l’arrivée d’une serveuse. « Un verre de vin, le meilleur que vou… Non. Un caf… Euh… Non. Une tasse de thé au jasmin, s’il vous plait. » Je change malgré moi mes habitudes, je ne peux pas faire autrement, surtout que je fais face à ce regard du père. Lucas passe sa commande, je passe la main sur mon front, couvrant ainsi mes yeux. Je les ferme et soupire longuement. J’attends que la serveuse parte avant que je me reprenne. « Je crois que tu ne saisis pas la situation Lucas. On ne se connait pas tant que ça, pour ne pas dire pas du tout. » J’enlève la main de mon front et le pointe du doigt, posant un peu trop fort le coude sur la table avec un air qui se veut dissuasif. « Ne va pas me dire qu’on va apprendre à faire connaissance durant les neuf mois ! » Ce serait trop facile et trop cliché, ça on n’en voit que dans les films. Le ton est légèrement monté et je me reprends un peu pour me calmer, je m’excuse du regard à Lucas, il ne mérite pas ça.  « Je n’ai pas seulement peur et ça, rien que le fait que tu me dises ça, tu te trompes de la personne que je suis. Je n’ai pas peur, je suis très contrariée parce que cet enfant n’est pas prévu. Tu vois, j’ai des projets de vie qui n’incluent pas une famille, pas un gosse à ma charge. Est-ce que tu réalises que je suis à la fois coiffeuse de salon, de cinéma, de mode et que je me déplace énormément ? Il est hors de question que je me pose et devienne une femme de foyer. Il est même hors de question de laisser cet enfant être élevé par une gouvernante et je ne sais quelle autre solution ! Un enfant ça s’assume et j’ai zéro envie de le garder, aucune possibilité de l’assumer. J’aurai très bien pu ne pas venir te voir et t’annoncer ça. Vivre ma vie tout comme toi qui vis la tienne. On n’en serait pas là. Mais je me connais, je ne pourrai pas supporter d’avoir pris une décision à moi toute seule et ça, remercie l’éducation que j’ai eu. » Je soupire profondément, comme si je venais de me défouler. Peut-être qu'il a raison dans le fond, c'est la peur qui parle, mais je suis trop fière pour l'admettre.

electric bird.



always smile
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 245
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: Good or bad news •• Lucas ✻ ( Mar 11 Sep - 23:36 )

Good or bad news !
Anna & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

« Un verre de vin, le meilleur que vou… Non. Un caf… Euh… Non. Une tasse de thé au jasmin, s’il vous plait. » bafouilla t-elle devant le regard indulgent de Lucas. Il commanda un expresso pour sa part, bien qu’il n’aimait pas ça. Cette boisson figurait dans un des chapitres du manuel de survie de Lucas Wilde. Sans ça, le garçon passerait ses journées entre éveil et somnolence : celles-ci étaient si longues… ! Longues au point de ne pas avoir de nuit parfois, d’ailleurs. « Je crois que tu ne saisis pas la situation Lucas. On ne se connait pas tant que ça, pour ne pas dire pas du tout. » « Tu parles d’un problème… ! » rétorqua t-il avec un haussement d’épaules. Etait-ce vraiment lui qui ne saisissait pas la situation ? A croire qu’elle avait conscience du mal qu’elle se ferait à se retirer un être vivant du corps ! « Ne va pas me dire qu’on va apprendre à faire connaissance durant les neuf mois ! » Il ne sut ce qui le vexa le plus : ses propos, ou l’intonation qu’elle avait utilisée en les disant. On lui aurait dit de torcher le cul à un macaque qu’elle aurait réagit avec la même indignation. « Insurmontable, n’est-ce pas ? Je crois que c’est même l’aspect le plus problématique dans le fait d’avoir cet enfant », ironisa t-il amèrement. Annabelle prit sur elle pour baisser d’un ton, un brin désolée dans l’air. C’était la seconde preuve qu’elle était dotée d’une conscience, après le fait qu’elle soit venue voir Lucas. Il l’écouta patiemment, sans la juger. Bien sûr que Wilde comprenait, lui-même était sur dix fronts dans sa vie professionnelle parce qu’il avait fait le choix de ne pas vivre avec le porte-monnaie de son père. Et lui aussi, il serait triste d’abandonner un peu cette vie d’aventure – un peu mais pas complètement, son gosse, il l’emmènerait partout dès qu’il serait apte à voyager. Anna était assez catégorique sur le fait qu’il ne fallait rien attendre d’elle, mais Lucas savait qu’il y avait de la place pour la négociation. Elle avait accepté de le prendre, ce café (enfin, ce thé plutôt), après tout.

« Je comprends. Je ne… Merci » coupa t-il en adressant un petit sourire à la serveuse qui venait de déposer leurs boissons devant eux. Il ramena son regard vers Annabelle et poussa un petit soupir comme pour se donner du courage. Où en était-il déjà ? Il s’en souvint, mais garda un léger silence de réflexion. Comment aborder la chose ? Et que fallait-il faire ? « … Je ne peux pas t’obliger à élever cet enfant et à renoncer à ta carrière mais… je te demande juste ces neuf mois » Lucas posa la main sur la sienne en la toisant avec insistance. « Tu n’es pas obligée d’arrêter ton travail, tu prendras ton congé maternité quand tu le voudrais » Il connaissait d’ailleurs une meuf qui avait pris seulement deux semaines de congé mat’, plus court que des vacances d’été le bordel. Mais celle-ci n’était pas humaine, et Wilde ne préconiserait jamais ça à Anna. « Si à sa naissance, tu n’en veux toujours pas, alors je le garderai. Tu n’en entendras plus jamais parler si tu le souhaites... » Le piège dans sa proposition, c’est que ces neuf mois, c’était aussi le délai qu’il se laissait pour la convaincre. La convaincre de quoi exactement ? Plus Lucas y pensait, plus il se disait qu’ils devraient se mettre ensemble, elle et lui. Difficile de se projeter puisqu’ils se connaissaient à peine comme elle le disait si bien (et qu’elle semblait d’ailleurs très bien s’en contenter), mais Lucas avait toujours souhaité fonder une vraie famille, qui ne soit ni brisée, ni recomposée. Tout ça était imprévu, et peut-être qu’il ne réalisait pas l’ampleur de la situation, mais il voulait essayer, il voulait faire en sorte que ça marche. N’avait-il pas voulu gravir l’Everest ? N’avait-il pas réussi ? Non ce n’était pas comparable, il n’avait pas eu peur une seule seconde dans cette montagne alors que là, son cœur battait à cent à l’heure. Et puis, Anna était belle, elle avait son caractère, elle lui tenait tête, ce n’était pas le genre de personne avec qui l’on s’ennuie. Et franchement, l’idée de se lever tous les matins avec ce corps et ce visage près de lui, c’était plus une perspective attrayante qu’effrayante. Plus important que tout ça, c’était une fille bien, ça se voyait. Elle se donnait des airs d’égocentrique pour qu’il n’attende rien d’elle, mais Lucas était persuadé qu’elle en avait quelque chose à foutre. Encore une fois, il avait la fâcheuse manie d’être bien trop optimiste. Toutefois, il y avait une chose qu’il pouvait affirmer avec certitude : il était contre cet avortement, et ce n’était pas seulement en raison des croyances vaguement chrétiennes de sa famille. Il pensait sincèrement que ce serait retirer une vie. « S’il-te-plait Anna. J’pourrais jamais me pardonner de t’avoir laissée avorter, si ça arrive. Tu pourrais vivre avec ça, toi ? »


••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


https://www.pinterest.fr/harmajabb/evan-rachel-wood/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 1065
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : Evan Rachel Wood - aka la Dolores de Westworld (azy on pourra me surnommer Dolores haha)
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Soren Layne, le fantôme de Cap Harbor aka Martin Freeman - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Jaymi l'l'alcoolo qui gâche carrément sa vie en pensant qu'il est bon à rien (sous les traits de Michiel Huisman) et pour terminer sans pour autant terminer, Owen Wilde le savant fou qui refuse de faire des expériences sur les animaux alors il s'injecte des cochonneries lui-même (aka Mark Ruffalo)

Re: Good or bad news •• Lucas ✻ ( Mer 12 Sep - 11:26 )

Good or bad news
Lucas & Annabelle
Le thé et le café arrivent.
Je sens mon coeur battre la chamade et je fais au mieux pour contrôler ma respiration. Intérieurement c'est la grosse panique. J'ai juste envie de prendre la voiture, conduire dans la campagne et hurler un bon coup. Loin de tout le monde, des regards et que je puisse me défouler. Mais non, je dois me contrôler et je prends un café avec Lucas, enfin un thé surtout pour ma part. J'ai remercié en inclinant le menton à la serveuse, ayant maintenant la gorge nouée. Je ne me sens pas bien sur le coup, je pensais que les paroles une fois lâchée, je me serai défoulée et je me serai sentie mieux. Mais... Non. Neuf mois, c'est très long pour moi, surtout pour celles qui ne désirent pas un enfant. Il me demande neuf mois, c'est beaucoup demander, c'est même trop pour moi, mais d'un autre côté... Il y a une petite part en moi qui refuse justement d'avorter, de détruire une vie qui est en train de créer. Je refuse totalement ça. Je reste silencieuse face aux paroles de Lucas, il essaye peut-être de me relancer en me prenant la main. J'aurai voulu la retirer et laisser mes mains sur mes cuisses, mais non, j'ai laissé ma main sous la sienne. Il veut juste mes neufs mois de ma vie, il veut...? Il est vrai que je peux toujours travailler, mais je me rappelle que mon frère, Fred, m'a dit de faire attention par rapport à cela. Il avait raconté que ma mère avait refusé les congés maternités et ça lui a été presque fatal pour elle et pour moi. Ils avaient eu peur dans ma famille, j'ai faill ne pas être née... Donc, non, je ne prendrais pas mon congé maternité le temps que je voudrais. Je serai même obligée de rester quelques mois inactive et c'est mon plus gros cauchemar. Des mois inactive, je vais devenir folle.

Lucas me donne une proposition. Un compromis qui allait nous arranger tous les deux à priori. Je plisse les yeux et le sonde du regard. Qu'est ce qu'il prépare ? Je ne pense pas que cette proposition soit juste une simple proposition. Il me demande neuf mois, il me demande de supporter les nausées, les sautes d'humeur mais aussi de sacrifier un peu mon corps. Est-ce qu'il réalise l'ampleur de sa demande. Je soupire, je baisse mon regard et je secoue la tête. Je n'ai pas prévu ça du tout, je n'ai pas prévu l'idée de fonder une famille, encore moins être une mère porteuse. Je n'ai rien prévu de tout ça. Je récupère ma main et pose mes deux mains contre mes tempes. Je ferme les yeux et ne dit plus rien. Ma gorge est encore nouée et je suis en pleine réflexion. "Je ne peux pas Lucas." fis-je tout simplement. Je ne peux pas porter cet enfant, mais je ne me sentais pas capable d'avorter, surtout que le père qu'il est, refuse également. Je ne peux pas.... Je suis surtout bloquée des deux côtés. Je suis bloquée sur tout. S’il-te-plait Anna. J’pourrais jamais me pardonner de t’avoir laissée avorter, si ça arrive. Tu pourrais vivre avec ça, toi ? Je retire les mains de mon visage et le regarde, sans dire un mot. Je me pince un peu les lèvres et regarde mon thé qui est en train de se refroidir. " Franchement ? Je dirai que j'arriverai à vivre avec ça. Mais ce ne sont que des paroles. Parce que je vais être honnête avec toi Lucas, je n'arriverai pas à vivre avec. Il y a bien des choses que je n'arrive pas à vivre avec, mais je m'y suis fait. Ce dont je n'arriverai pas, c'est que tu ne veuilles pas que je fasse ça et ça m'embête, ça m'embête que... Tu veuilles une famille... Nous parlons d'une vie. Mais nous parlons de la mienne également. Je sacrifie neuf mois, c'est peut-être rien si on regarde d'un point de vue que nous vivons des années. Mais pour moi, neuf mois c'est beaucoup. Mon corps va changer, je vais me sentir étrangère, je... Les sautes d'humeur et c'est aussi me demander de faire une pause à mon travail pour un mois au moins et ça, je ne saurai pas supporter ne rien faire. De prendre le risque de perdre des opportunités de carrière." Je ne saurai pas supporter tout ça. Je passe les mains devant mes yeux, me masse les tempes encore, puis au final, je couvre mon visage tout en lâchant un gros soupir.

electric bird.



always smile
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 245
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: Good or bad news •• Lucas ✻ ( Hier à 9:17 )

Good or bad news !
Anna & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

« Je ne peux pas Lucas » Wilde lâcha ses doigts frappa du plat de la main sur la table –sans y mettre vraiment de force bien évidemment-, montrant pour la première fois un réel signe d’agacement. Cela ne lui ressemblait pas, tout comme il n’avait pas l’habitude d’être surpris à avoir peur. Mais le sujet était important, voire grave. Toutefois, il marqua une pause pour s’assurer de n’élever en rien la voix. « … Tu le peux, mais tu ne le veux pas » rectifia t-il un peu sèchement, le ton n’était cependant pas monté : on voyait qu’il prenait énormément sur lui-même. Lucas la comprenait oui, mais ça ne signifiait pas pour autant qu’il l’approuvait, ou cautionnait ses paroles. Déjà, non, elle ne sacrifiait pas neuf mois. Elle devrait le savoir mieux que lui, mais le physique ne commençait à changer qu’à partir de trois mois. Et même si ce n’était pas le cas, là en l’occurrence, elle avait l’air en pleine forme, or le premier mois  aurait vite fait de toucher à sa fin. Et qu’est-ce que ça l’ennuyait qu’elle parle de sa carrière, elle oubliait un détail là-dedans !

« Mon père est Seth Wilde, il paraît dans tous les numéros du Forbes Magazine » Au chapitre des plus grosses fortunes, des plus gros investisseurs et des personnes les plus influentes. Devait-il préciser ? Il n’y pensa même pas. « Tu ne manqueras jamais de travail, jamais d’opportunité. Ce que tu perds, on te le rendra au double. Au triple… » Il n’avait pas touché à sa boisson. Le liquide avait trembloté quand il avait frappé la table. Lucas soupira et couvrit un instant ses yeux de sa paume. Ce n’était pas de la consternation, ou de l’exaspération, mais plutôt une forme de désespoir. Il se rendait bien compte qu’il ne pouvait pas lui forcer la main… mais il ne pouvait juste pas lâcher l’affaire. Peut-être était-il égoïste comme elle. Mais bon sang il s’en voudrait à jamais s’il la laissait faire une telle connerie. Lucas laissa retomber sa main et son regard bleu retrouva celui d’Annabelle, les sourcils légèrement froncés. C’était rare de voir Lucas aussi sérieux. « …Je sais qu’il n’y a rien de plus précieux que le temps Anna, aussi bien que toi. Et je sais que c’est la seule chose que je ne pourrai pas te rendre, mais s’il-te-plaît, réfléchis-y avant de me donner un non définitif… » Il jeta un regard par la fenêtre pour prendre le temps de réfléchir à quoi dire. Anna semblait tellement résolue qu’il avait l’impression que la chose dont il devait la convaincre, c’était de lui laisser au moins un peu de temps. Ce n’est pas seulement de l’enfant dont Anna ne voulait pas, elle ne voulait pas de Lucas non plus. Elle avait clairement fait entendre qu’il serait plus un poids pour elle qu’une aide, et même s’il avait déballé tous les arguments possibles pour la convaincre du contraire, il faudrait sans doute du temps pour qu’elle l’intègre… et le croit sur parole. C’est là qu’on réalisait que le côté capricieux et forceur de Lucas avait du bon. Il ne lâchait rien, encore moins quand ça en valait la peine. Il ramena son regard vers Anna. Comment une femme aussi belle pouvait faire autant de mal ? Dans le fond, il ne lui en voulait pas, elle n’y était pour rien. Elle n’était pour rien qu’ils soient si différents. Mais la demoiselle avait fait une erreur en pensant qu’elle se déchargerait de la culpabilité de tuer son gosse grâce à d’éventuels encouragements du Wilde, il était contre. Ça ne se rejette pas un gosse.

« Tu as raison. Je ne peux pas t’obliger à sacrifier neuf mois» approuva calmement Lucas, le visage raisonnable. « Mais je te demande un autre délai… Peux-tu attendre jusqu’à la date limite d’avortement avant d’en arriver là ? » N’était-ce pas trois mois justement ? Ou un peu moins ? En tout cas, Lucas venait de faire une habile tactique de persuasion : la porte au nez. Il lui avait proposé un délai qui lui semblerait insurmontable au départ, neuf mois, et l’avait réduit à deux-trois – certes ce n’était pas prévu à la base, mais ça avait fini par arriver. « « Tu as toi-même dit que tu ne pourrais pas vivre avec ça sur la conscience. Cette mauvaise décision ne sera pas comme les autres que tu as faites dans ta vie. Et avant de la prendre, j’aimerais qu’on passe un peu de temps ensemble. Juste ça. Tu ne vas pas me dire que le temps que je te demande là est un vrai sacrifice… ! Il n’y a pas de point de non retour  Ton corps n’aura même pas eu le temps de changer vraiment » ajouta t-il avec un regard insistant.


••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Good or bad news •• Lucas ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Good or bad news •• Lucas

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération