knowing a disappointing truth is better than wondering forever ☽ lou

 :: the city of cap harbor :: Middlenton commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

knowing a disappointing truth is better than wondering forever ☽ lou ✻ ( Mar 11 Sep - 18:34 )


Lou & Aurora

knowing is better than wondering, waking is better than sleeping, and even the biggest failure, even the worst, beats the hell out of never trying.



Aurora n’avait pas calculé une chose en décidant que c’était une bonne idée de créer une association : que ça allait lui prendre tout son temps. Bien entendu, elle savait qu’elle allait devoir bosser de nombreuses heures sur son projet, mais elle ne s’était aucunement imaginé que ça allait l’empêcher de déjeuner avec ses copines parce qu’elle devait déjeuner avec son entrepreneur. Elle n’avait pas non plus imaginé que ça allait empiéter sur la plupart de ses soirées parce qu’elle devait cirer les pompes d’une bande de riches pour qu’ils acceptent d’investir dans son projet. Bref, la jeune femme n’avait plus beaucoup de temps devant elle et le peu qu’elle avait, elle l’accordait à Jay, parce que Jay il était parfait. Oui, elle avait toujours des petits papillons dans le ventre quand elle pensait à lui, oui elle était toujours tout sourire quand elle le voyait. Et elle envisageait très sérieusement de se faire un t-shirt I love Jay pour que tout le monde le sache. Toujours est-il que quand elle avait commencé à se lancer dans son projet, la jeune femme n’avait pas pensé au fait que les journées shopping, c’était fini. Oui, elle savait qu’elle n’aurait plus le temps d’en faire tous les jours comme elle le faisait avant, mais franchement, jamais elle n’aurait pu croire qu’elle n’en ferait plus du tout. Elle était obligée de porter des vieilleries sur le dos, ô diable, ô désespoir. C’était absolument impensable pour l’héritière pourrie gâtée qu’elle était encore il y a quelques mois de cela.

Mais Aurora n’était plus cette petite peste pourrie gâtée. En revanche, elle était encore une grande amatrice de shopping. Alors quand elle s’était rendue compte qu’elle n’avait rien de prévu cet après-midi là, elle avait décidé qu’il serait grand temps pour elle de remettre les pieds dans les magasins, histoire de rappeler aux vendeurs que oui, elle était toujours vivante. Ils devaient croire qu’elle avait été kidnappée et qu’une rançon avait été demandée, depuis le temps qu’elle n’était plus retournée dans certaines boutiques, où elle était pourtant une habituée. La jeune femme était pleine d’enthousiasme, quand Smitter l’avait déposé devant le centre commercial. Depuis le temps qu’elle n’était pas venue, il y avait sans doute des tas de choses nouvelles, qui ne demandaient qu’à être découvertes. Et la jeune femme était pleine d’enthousiasme à cette idée. Elle avait commencé par le magasin de meubles dans lequel elle passait son temps à acheter tout et n’importe quoi dans le seul et unique but de refaire sa décoration, mais à vrai dire, elle n’avait rien trouvé de transcendant. Elle avait tout juste dégotté une jolie lampe, mais pas pour son appartement. Non, elle trouvait que la lampe irait merveilleusement bien dans le hall d’entrée de l’association, avec sa petite touche vintage. D’ailleurs, elle irait à merveilles avec le canapé qui lui avait autrefois appartenu et qu’elle avait décidé de garder pour la réception. Ce serait un parfait mélange de moderne et d’ancien et elle avait passé commande pour la lampe que Smitty passerait récupérer quand il en aurait l’occasion.

Mais après une heure de shopping, Aurora devait bien avouer que son enthousiasme pour sa passion préférée avait fortement diminué. Elle avait repéré une magnifique paire d’escarpins et elle s’était réjouie de la découvrir, jusqu’à ce qu’elle n’en arrive à la conclusion que c’était ridicule, puisqu’elle possédait déjà deux modèles très ressemblants. Oui, elle Aurora Callahan, grande prêtresse du shopping, grand maître incontesté de la dépense inutile, elle avait remit un article en rayon parce qu’elle n’en avait pas besoin. Soit le monde ne tournait plus rond, soit elle était tombée sur la tête, au choix. Finalement, elle avait décidé de faire des emplettes dans une boutique de cosmétique et elle s’était offert une crème parfumée à la mangue, qui ne manquerait pas de plaire à Jay, elle en était certaine. Elle ne l’avait pas oublié non plus d’ailleurs, puisqu’elle avait acheté un parfum à son homme. Et puis, pour lui faire plaisir, elle pourrait s’offrir une jolie robe, pour rencontrer ses parents. Son enthousiasme remontait enfin en flèche et elle se rendit dans sa boutique de vêtements préférés. Elle avait déjà repéré trois jolies robes qui faisait gentille fille de bonne famille quand elle entendit une cliente se plaindre de l’absence d’une robe à sa taille. Rien d’inhabituelle, sauf que lorsque la brune reconnu la jeune femme qui l’avait prise de haut il y a peu, lors d’un gala de danse, son sang ne fit qu’un tour et son envie de se mêler de tout, surtout de ce qui ne la regardait pas, reprit le dessus. « Tiens, je me disais bien que j’avais entendu cette voix désagréable quelque part », fit-elle en retirant ses lunettes de soleil pour la dévisager. Oui, pas de doute, elle ne s’était pas trompé sur la personne. La jeune femme ne put s’empêcher de se dire qu’elle aussi était comme ça, par le passé. Enfin … avec beaucoup plus de classe, bien entendu. « Qu’est-ce qu’il se passe cette fois ? On t’a volé ta sucette ? », demanda-t-elle, d’un ton sarcastique. Oui, parfaitement, elle se mêlait de ce qui ne la regardait pas et en plus, son attaque était totalement puérile. Mais bon, elle n’avait pas changé à ce point non plus, il ne fallait pas déconner.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/02/2018
›› Commérages : 246
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Selena Queen Gomez
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Logan Pierce (Dacre Montgomery)

Re: knowing a disappointing truth is better than wondering forever ☽ lou ✻ ( Mer 3 Oct - 13:14 )



knowing a disappointing truth is better than wondering forever
with, Aurora & Lou.

Lou suit avec précision les pas de danse que sa collègue montre. Elle tente même de suivre les mouvements pour mieux enregistrer le tout. Un pas à gauche. Saut. Et on se récupère sur le sol pour continuer avec la musique. Ok. C'est bon. Elle assimile le truc. Elle se redresse et se replace, étire une dernière fois son cou avant que la musique redémarre. C'est parti. Elle reproduit, avec les autres danseurs le spas de danse d'Agathe, plusieurs fois d'affilées. Il faut être sûr que tout le monde les reproduit comme elle le souhaite. Lou se fait reprendre deux fois sur des petits détails qu'elle applique. Surtout, elle ne doit pas cracher son venin. Plus tard, elle serait à cette place là, devant créer une chorégraphie avec un groupe de danseurs et danseuses qu'elle aura choisi et sera noté dessus. C'est normal qu'elle se fasse réprimander, donc. Agathe arrête la musique, félicite la petite troupe et vous remercie de lui faire confiance. Tout le monde s'applaudit et ça signe la fin de la journée. La brune a plus de cinq heures de danse dans les jambes et ces dernières lui font un peu mal. Sa blessure à la jambe en début d'année la titille de temps en temps. Elle va être obligé de retourner voir son médecin et surement son kiné si cela continue. Elle n'a pas envie. Elle a cette trouille bleue qu'on lui annonce que la danse c'est fini pour elle et ce sport, c'est un peu toute sa vie. C'est même la seule chose qu'elle sait faire.

Alors qu'elle est assise sur le banc, serviette autour du corps de sa douche chaude juste finie, son téléphone se met à sonner. Elle décroche, met sur haut-parleur. C'est Willow, sa meilleure amie qui lui demande si une virée shopping la tente. Comment refuser ? C'est son passe-temps favoris. Lou trouve toujours de quoi faire une place dans son dressing pour de nouveaux vêtements ou chaussures. C'est son frère qui va être heureux d'apprendre cette nouvelle. Elle sait déjà qu'il peste dans son dos par rapport à ça. Elle se dépêche donc d'enfiler un jean et un haut, des chaussures et elle se met en route. Dix minutes plus tard, la voilà dans le plus beaux des magasins, les bras chargés de toutes choses. Quelques essayages et voilà qu'elle se rends compte que la robe qu'elle veut à tout prix n'est pas disponible à sa taille. Comment est-ce possible ? Elle fait partie de la nouvelle collection. « Non, non. Vous allez en commander une à ma taille tout de suite ! » Elle ne veux pas être méchante ou quoi. Mais c'est tout de même de l'abus qu'on lui dise que c'est impossible. « Je vous préviens, je vais créé un scandale si vous le faites pas. » Lou, elle a un caractère de cochon et tout le monde le sait. Mieux vaut pas se la mettre à dos. « Tiens, je me disais bien que j’avais entendu cette voix désagréable quelque part » Elle ne saurait dire comment elle sait que cette réflexion est pour elle, mais elle est certaine que la demoiselle l'a fait à son encontre. Lou se retourne , le regard mauvais. Elle tombe nez à nez avec une poufiasse qui se permet de la juger sans même la connaître. « Qu’est-ce qu’il se passe cette fois ? On t’a volé ta sucette ? » La brune tente de garder son calme. Elle dévisage des pieds à la tête la jeune femme en face d'elle et lui offre un immense sourire ironique, traduisant son indifférence totale ou presque à ses remarques. « Et si tu te mêlais de tes affaires. Va donc chercher tes bas de contentions, grand-mère. » A ce qu'elle sache, elle ne vient pas prendre part à ses discussions à elle. « Pousse-toi et va écouter les conversations des autres. T'es pas la bienvenue ici. » Et puis, qu'est-ce qu'elle lui veux enfaîte ? Elle est venu l'espionner ou lui dire de la fermer ? Désolée, mais Lou ne va pas se laisser marcher sur les pieds. Ce n'est pas son style et ça ne le sera jamais. « Si t'as un problème avec moi, je te conseille de le dire tout de suite et de t'enfuir. J'suis pas d'humeur aujourd'hui. » Petit à petit, elle reconnait ce minois. Elle l'avait vu avec un gala de danse. Elle était furieuse, la brune. Elle s'était loupée sur un porté et ça l'avait rendu aigrie comme pas d'eux. Elle ne se souvient pas vraiment ce qu'elle aurait pu lui faire néanmoins, à cette brune sans cervelle.


Lightning and the thunder ♒︎ Just a young gun with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose. I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: knowing a disappointing truth is better than wondering forever ☽ lou ✻ ( Ven 5 Oct - 11:29 )


Lou & Aurora

knowing is better than wondering, waking is better than sleeping, and even the biggest failure, even the worst, beats the hell out of never trying.



Depuis sa plus tendre enfance, Aurora était habituée à faire des caprices et elle était habituée à ce qu’on les lui cède. Enfin pour être exacte, cela remontait à ses dix ans passés. Après la mort de sa mère, pour attirer l’attention de son paternel, la brune avait apprit à taper du pied et à faire des crises pour attirer l’attention et pour obtenir ce qu’elle désirait. Mais avec les années, elle avait fini par changer. Plus exactement, cela ne faisait que quelques mois qu’elle avait évolué. Elle avait rencontré un homme qui faisait battre son cœur. Elle avait rencontré un autre homme qui avait changé sa vision du monde dans lequel elle vivait à jamais. Mais tout ça pour dire que la brune savait parfaitement reconnaître une sale petite peste capricieuse comme elle. Comme elle l’avait été. Elle avait repéré celle-ci il y avait déjà un petit moment, lors d’un gala de danse. Elle avait été très réjouie de savoir qu’elle allait pouvoir rencontrer les danseurs. S’il y avait bien une chose qu’Aurora aimait, c’était la danse, mais elle était aussi gracieuse et souple qu’un balai, alors la danse, elle la regardait bien plus qu’elle ne la pratiquait. Bref, les danseurs. Elle les avait vu, à la fin du gala et elle avait eu envie de les féliciter. Se faire voir à ce genre d’évènement, c’était bon pour son image et donc pour l’image de son association. Elle avait vu cette fille, qui s’était ratée sur un porté sur scène et elle avait voulu lui dire qu’elle l’avait trouvé sublime et gracieuse malgré tout, qu’elle ne devait pas se décourager pour un petit échec. Mais la brune l’avait remballée de façon catégorique et Aurora l’avait immédiatement rangée dans la catégorie des sales petites pestes capricieuses. Comme elle, par le passé quoi.

Rien de surprenant à ce qu’elle ait repéré cette fille dans ce magasin, donc. Aurora avait un radar à gens qu’elle n’aimait pas. A croire que l’univers tout entier cherchait à tester sa patience en la soumettant sans arrêt à la tentation de remettre à leur place des gens qu’elle ne pouvait pas encadrer. Elle n’avait pas pu s’empêcher de faire une remarque. Elle avait toujours eu du respect pour les vendeuses dans les boutiques de vêtements, parce qu’elle savait qu’en étant une cliente polie, elle recevait de meilleurs conseils et que parfois, elles sortaient du stock à l’arrière des tailles qu’elles n’avaient plus en magasin. « J’imagine que je devrais me vexer, mais je me dis que tu auras atteint mon âge plus vite que tu ne te l’imagine », fit-elle en levant les yeux au ciel. Même que Aurora, hier encore, elle avait tout juste vingt ans et elle pensait que le monde lui appartenait. Puis elle avait cligné des yeux et elle avait eu trente ans et elle s’était rendue compte que même si c’était une riche héritière capricieuse dans cette ville, elle n’était personne à l’échelle du monde. Cette personne finirait par s’en rendre compte aussi. Oui Aurora ne la connaissait pas et peut-être qu’elle la jugeait un peu vite, mais l’image qu’elle renvoyait ne lui plaisait pas. Ses menaces ne la faisaient que soupirer et elle leva les yeux au ciel. Trop prévisible. « Écoute chérie, ton petit jeu ne marche pas sur moi. Je n’ai pas peur de toi et je ne vais sûrement pas m’enfuir en courant et trembler de peur à l’idée de subir ta mauvaise humeur », répondit-elle, sans cacher la pointe d’agacement dans sa voix. Est-ce qu’elle était vraiment comme ça quand elle était plus jeune ? Pas étonnant que personne ne pouvait l’encadrer. « J’ai été à ta place avant toi. C’est marrant de jouer à la sale gosse capricieuse, mais tu sais quoi ? Dans la vie, ça n’apporte rien du tout », ajouta-t-elle. Mais pourquoi est-ce qu’elle lui parlait déjà ? Elle savait très bien que cette potiche allait lui rire au nez. Cette conversation était une perte de temps. « Pour info, il arrive que les vendeuses mettent certaines tailles de côté, mais elles ne les sortent pas pour les clientes insupportables », fit-elle d’un air dédaigneux. Elle s’approcha, la jaugea de la tête au pied et posa son regard sur la robe qu’elle tenait. « Et de toute façon, cette couleur ne te va pas au teint », acheva-t-elle avant de rejoindre le porte-vêtements derrière elle, sur lequel elle avait repéré une adorable robe qui pourrait plaire aux parents de Jay.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 16/02/2018
›› Commérages : 246
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Selena Queen Gomez
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Logan Pierce (Dacre Montgomery)

Re: knowing a disappointing truth is better than wondering forever ☽ lou ✻ ( Sam 10 Nov - 17:34 )



knowing a disappointing truth is better than wondering forever
with, Aurora & Lou.

Le shopping, c'est sa vie. Le magasin dans lequel elle vient de mettre les pieds, c'est l'un de ceux qu'elle aime regarder de loin. Ça peut paraître étrange que Lou ait décidée de s'y rendre, mais elle avait vu cette jolie petite robe sur un ceintre. Elle allait craquer. Peu importe. L'argent n'est pas le sien et son père lui doit bien tout ceci. Elle lui fait vivre un enfer tout comme elle en a vécut un plus jeune à cause de lui. Même maintenant, c'est encore difficile. Le probleme de sa colere actuelle donc ? Le fait que cette fameuse sublime robe n'est pas disponible à sa taille. De base, elle aurait râler puis commander par internet. Mais meme sur internet, la taille désirée n'etait plus disponible. Ça l'a mise dans une colére noire. Et bien-sûr, il faut en plus qu'une petite sotte vienne se méler de son problème. Peut-on la laisser en paix au moins une fois dans sa vie ? « J’imagine que je devrais me vexer, mais je me dis que tu auras atteint mon âge plus vite que tu ne te l’imagine » Grand bien lui fasse. Lou n'en a absolument rien à faire. « Et tu seras toujours plus vieille que moi. Bla Bla Bla. » La situation ne change pas dans n'importe quel cas. Maintenant que le débat semble clos, Lou peut à nouveau renvoyer son poison vers la pauvre vendeuse. « Écoute chérie, ton petit jeu ne marche pas sur moi. Je n’ai pas peur de toi et je ne vais sûrement pas m’enfuir en courant et trembler de peur à l’idée de subir ta mauvaise humeur » Lou leve les yeux vers le ciel, souffle pour montrer clairement son mécontentement. « Très bien. Je m'en balance. » Elle veut entendre quoi au juste ? Lou ne va pas lui chanter des mots doux aux oreilles juste pour la mettre en valeur. De un, ce n'est pas son genre. De deux, elle n'a pas que ça à faire. Elle ne la connait pas et heureusement. Elle est insupportable cette fille. « J’ai été à ta place avant toi. C’est marrant de jouer à la sale gosse capricieuse, mais tu sais quoi ? Dans la vie, ça n’apporte rien du tout » Miss Philosophie. Bon, au moins, maintenant, elle sait à qui elle a affaire. « Il me semble que tu ne me connais pas, donc ton jugement, tu te le gardes. » De toute façon, il est loin de la blesser. Bien au contraire, ça l'a fait rire. Elle, capricieuse ? OF COURSE ! C'est sa marque de fabrique enfin. « Pour info, il arrive que les vendeuses mettent certaines tailles de côté, mais elles ne les sortent pas pour les clientes insupportables » Ok. C'est bon. Elle fulmine. « Et de toute façon, cette couleur ne te va pas au teint » Elle va l'assassiner. « C'est bon, fini ? » Il semblerait. « Je sais que ça doit être difficile d'accepter de mettre de la taille 40, mais ne soit pas jalouse du fait que je puisse tout porter. » Elle aurait dû partir dans le mannequinat. Elle ne voulait juste pas faire de l'ombre aux autres. Lol. Que de bullshit. « C'est quoi ton problème avec moi enfaite ? » Parce que clairement, elle ne comprends pas la Perkins. « Si tu recherches de la notoriété, c'est pas comme ça qu'il faut si prendre, Princesse. Faut te mettre à la page ! »


Lightning and the thunder ♒︎ Just a young gun with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose. I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 615
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise queen Coleman
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: knowing a disappointing truth is better than wondering forever ☽ lou ✻ ( Mar 13 Nov - 20:33 )


Lou & Aurora

knowing is better than wondering, waking is better than sleeping, and even the biggest failure, even the worst, beats the hell out of never trying.



Maintenant qu’Aurora avait affaire à une vraie peste, elle se demandait comment elle avait pu survivre pendant toutes ces années. Parce que la brune avait été une gamine capricieuse et insupportable par le passé, elle devait bien l’avouer. Elle, deux minutes lui avaient suffit pour avoir envie de mettre une baffe à cette espèce de petite peste. Dire qu’elle avait été pareille. Enfin … Aurora était certes très chiante et très capricieuse, elle n’avait jamais été aussi gratuitement méchante non plus. Dire qu’à la base, la première fois qu’elle avait voulu parler à cette fille, c’était pour la complimenter. Pour toute réponse, Aurora se contenta de soupirer d’agacement. Elle ne se sentait pas vieille. Elle avait tout juste trente ans, elle se sentait dans la fleur de l’âge. Ce que cette bécasse avait à lui dire lui importait peu. Au final, elle regrettait juste de lui avoir adressé la parole. Jusqu’à présent, Aurora était de bonne humeur, mais c’était terminé. Elle avait envie de mettre une paire de gifles à cette petite peste. « Oh, madame est vexée », réagit-elle en levant les yeux au ciel. En même temps, quand on se comportait comme une petite peste, c’était normal que tout le monde nous juge comme tel. Certes, Aurora avait fait les frais de ces préjugés également par le passé. Mais elle savait qu’elle le méritait. Elle faisait tout pour que personne ne puisse la supporter. Peut-être était-ce la même chose pour cette brune d’ailleurs. Aurora n’avait pas envie de le savoir. Elle n’avait pas envie de creuser. D’ailleurs, ça lui apprendrait à se mêler de ses affaires, toute cette histoire. « Oui fini. J’ai suffisamment perdu de temps avec toi », confirma-t-elle. D’ailleurs, Aurora avait définitivement envie de reprendre son shopping et d’ignorer cette enfant capricieuse. Elle se demandait encore ce qui lui avait prit de se mêler des affaires des autres. Sauf que la jeune femme ouvrit la bouche une nouvelle fois et Aurora ne pu s’empêcher de ricaner. « Du 40 ? », fit-elle, sans se défaire de son sourire moqueur. « Je t’en prie, ne soit pas tant de mauvaise foi, c’est moche », ajouta-t-elle en lui lançant un regard dédaigneux. Aurora avait toujours été toute petite et toute menue. Ça l’avait souvent énormément complexée d’ailleurs. Elle pouvait se fabriquer deux robes avec une taille 40. Donc elle allait se calmer la petite. Une nouvelle fois, Aurora soupira. « Mon problème c’est toi. Et ton comportement », fit-elle en fronçant les sourcils. Ceci dit, la danseuse était tellement hautaine et arrogante qu’elle ne se souvenait probablement plus d’elle. « De la notoriété ? Désolée de te l’apprendre, mais j’ai pas besoin de toi pour obtenir une quelconque notoriété », fit-elle, agacée. Bon, comme elle ne se regardait que le nombril, elle ne devait sans doute pas le savoir « Tu as l’air de te croire très importante. Mais laisse moi te dire quelque chose : tu n’es rien, ni personne », conclut-elle. Aurora, par le passé, elle avait l’habitude de les anéantir, les petites pestes dans son genre. Maintenant, elle avait simplement la maturité de passer son chemin. Et le moment était venu. « Tu sais quoi ? Tu as raison. Je devrais me mêler de mes affaires. Bye », ajouta-t-elle en se détournant d’elle. La jeune femme décida de retourner à son shopping. Elle fit défiler les robes sur le portant. Elle avait repéré un modèle mais il n’y avait plus sa taille. Trop de tristesse en elle. La brune se décida donc à aller voir la vendeuse pour lui demander si elle n’avait pas encore le modèle dans l’arrière boutique et elle évoqua vaguement la rencontre avec les beaux parents. Face à la réponse favorable de la vendeuse, Aurora, tout sourire, fouilla les portants en attendant son retour.



LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: knowing a disappointing truth is better than wondering forever ☽ lou ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

knowing a disappointing truth is better than wondering forever ☽ lou

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Middlenton commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération