please tell me what the hell is wrong with me ☽ riley

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/09/2018
›› Commérages : 22
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Dan awesome Jeannotte
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox).

please tell me what the hell is wrong with me ☽ riley ✻ ( Ven 14 Sep - 21:44 )


Riley et Nicholas

true friends aren't the ones who make your problems disappear, they are the ones who won't disappear when your facing problems.



Nicholas s’était foutu dans une merde pas possible ces derniers temps et il ne pouvait pas ne pas en avoir confiance. D’un côté, il y avait Calie. Calie pour qui il avait toujours eu des sentiments, même s’il n’avait jamais été très sûr de savoir lesquels. Certes, ce n’était sans doute pas de l’amour avec un grand A, mais il aimait quand même beaucoup cette femme. Une femme qui avait choisi son frère avant même de s’intéresser à lui. Elle l’avait choisi en second recours, ce qui ne lui arrivait pas souvent dans sa vie. Mais il avait quand même succombé à son charme, il avait quand même été séduit par cette brune pétillante. Et forcément, c’était une mauvaise idée. Parce que si son frère finissait par le découvrir, il allait lui en vouloir, il allait le détester et leur relation si parfaite allait voler en éclat, il allait détruire sa famille. D’un autre côté, il y avait maintenant Wendy. Certes, elle était sa meilleure amie et il n’avait pas de sentiments pour elle. Il la respectait énormément. La preuve, c’était probablement la seule femme sur terre avec qui il n’avait pas essayé de coucher. Elle était sa meilleure amie et sans son intervention, elle allait être expulsée du pays. Alors oui, il voulait l’aider, mais il avait conscience que ce ne serait pas une chose facile. Un mariage, ce n’était pas rien. Mais ce qu’il n’avait surtout pas prévu, c’était que Calie n’apprenne pour ses fiançailles, venant compliquer encore un peu plus la situation. S’il pouvait effacer cette conversation étrange qui avait eu lieu chez lui, il l’aurait fait. Malheureusement, il n’avait pas ce pouvoir et il allait être obligé d’assumer les conséquences de ses mauvais choix et de ses mauvaises décisions.

Sauf qu’il n’avait pas réellement l’impression d’avoir prit une mauvaise décision. C’était peut-être idiot, parce qu’au final, il savait que ses choix allaient déplaire à de nombreuses personnes. Mais pour être honnête, il avait l’impression de faire quelque chose de bien et quelque chose de non égoïste. Et ne pas se montrer égoïste, c’était complètement nouveau pour lui. Wendy avait travaillé dur pour pouvoir rester dans ce pays et c’était une erreur administrative idiote qui allait la chasser de ce pays. Elle ne méritait pas ce qui lui arrivait et s’il pouvait intervenir pour empêcher cela, il le ferait. C’était la conclusion à laquelle il était arrivé pendant qu’il ruminait les évènements encore et encore dans son esprit. Il en avait même eu beaucoup de mal à se concentrer sur son lieu de travail. Ce n’était pourtant pas son genre. Le jeune homme aimait bien mener son petit monde à la baguette, il devait l’admettre. Ce n’était pas le genre de connard imbu de sa personne, mais le fait qu’il puisse donner des ordres plutôt que d’en recevoir était appréciable à ses yeux. Mais ce jour, il n’y était clairement. Alors quand un client était venu se plaindre des prestations de l’auberge et du service du chambre, Nicholas avait manqué de perdre patience. C’est bon, ils n’étaient pas non plus dans un cinq étoiles, il devait se calmer un peu, ce vieux con. Il ne savait pas comment il avait fait pour ne pas monter dans les tons, mais clairement, cela relevait du miracle. Toujours est-il que quand il était sorti du travail, Nicholas était tendu et clairement sur les nerfs. Il était à deux doigts de l’explosion. Il avait envie de mettre une baffe à quelqu’un pour passer ses nerfs. Le jeune homme avait un grand besoin de penser à quelque chose d’autre et de s’amuser.

Et il savait exactement vers qui se tourner pour cela. Riley avait plus ou moins été sa petite amie, pendant quelques temps. Mais ils s’étaient vite rendus compte que ça ne collerait pas entre eux. D’un côté, il était sûr et certain qu’elle était amoureuse ce Devon, son supposé meilleur ami. Et de l’autre, il était évident que Nick ne saurait jamais lui donner du sérieux et de la stabilité. Alors ils avaient décidé de se séparer et curieusement leur relation était bien plus sérieuse maintenant qu’ils étaient amis que lorsqu’ils étaient ensemble. Il était bien décidé à lui raconter ses malheurs et si elle voulait lui faire la morale, elle avait parfaitement le droit. Le jeune homme prit donc sa voiture, en sortant du travail et s’arrêta en premier lieu dans un magasin pour acheter une bonne bouteille de vin et une boîte de chocolat. Oui il avait décidé de prendre Riley par les sentiments. Il lui fallut un quart d’heure supplémentaire avant de se pointer chez Riley. Il n’avait pas la moindre idée de si elle était là d’ailleurs, pour ce qu’il en savait, elle aurait pu être au Blue Lagoon. Mais il voulait tenter sa chance et dans le pire des cas, il serait déçu et torcherait la bouteille tout seul. Par chance cependant, après qu’il eu frappé, la porte s’ouvrit et il afficha bien vite un grand sourire. « Rileynouchette », s’exclama-t-il sans se défaire de son sourire. Nick, distributeur de surnoms pourris depuis 1984. « Comment va la plus belle ? », demanda-t-il en lui adressant un clin d’œil. En tout cas, elle était toujours aussi belle. Quoi ? Ils avaient rompus, ça ne voulait pas dire pour autant qu’il était devenu aveugle. « Je passais dans le coin, je me suis dis que j’allais passer », fit-il. Bon, ce n’était pas tout à fait vrai, mais une petite impasse sur la vérité vraie, ça n’allait pas non plus les tuer. « D’ailleurs je ne suis pas venu seul », ajouta-t-il en désignant la bouteille de vin et les chocolats qu’il tenait dans ses mains. Et qui étaient dans sa voiture par le plus pur des hasards, au passage, c’était évident.  
Revenir en haut Aller en bas

please tell me what the hell is wrong with me ☽ riley

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération