follow me into the dark (lucas)

 :: the city of cap harbor :: Silverlake Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 345
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage) & peter shacklebolt (aaron taylor-johnson)

follow me into the dark (lucas) ✻ ( Dim 30 Sep - 17:11 )


Lucas & Ozzy

follow me into the dark


C'est peut-être le froid qui lui fait cet effet, le fait qu'il passe à présent plus souvent ses soirées chez lui que dehors, mais Ozzy a fini par se calmer sur les conneries. C'est par vague en fait, ça vient de temps en temps jusqu'à ce qu'il ne finisse par mettre sa propre sécurité en danger. Aujourd'hui, il ne garde de son dernier accident qu'une légère marque au niveau de son nez et une cicatrice encore rouge sur sa joue, là où son visage est entré en contact avec le guidon. Il fait moins peur à voir, sous une certaine luminosité il garde même ses traits angéliques avec seulement son regard sombre pour contraster avec le fait que, sans un poil sur le menton, il ne donne pas l'air de se rapprocher de la trentaine. Le problème avec le confort d'une vie sans embûche, c'est qu'Ozzy s'ennuie. Il tourne en rond, cherche après quelque chose qui pourrait stimuler un peu son existence et la rendre moins redondante. Il n'a jamais aimé la routine, déteste se lever le matin et se dire que la journée sera la même que la veille. Au lieu de traîner dans son appartement, seul depuis que sa colocataire s'est fait la malle, Oz' a décidé de visser son derrière sur une chaise d'un bar jusqu'à croiser l'élément déclencheur qui rendra sa journée plus intéressante que ce qu'elle n'est pour le moment. Il a rarement du mal à trouver, faut croire qu'Ozzy a toujours été doué pour attirer les événements inattendus sans avoir besoin de bouger le petit doigt. C'est sur le Silverlake que son choix finit par se porter, ce bar devenu celui qu'il fréquente le plus maintenant qu'il traîne moins dans les ruelles à la recherche de nouveaux clients. Après être entré dans le bâtiment, il se fraie un chemin à travers les autres clients sans prendre la peine de regarder si il connait l'un d'eux. Il s'en fiche un peu pour le moment, il a d'abord besoin de sa bière comme n'importe qui aurait besoin de son café le matin avant d'ouvrir la bouche. Ozzy s'élance donc en direction du bar, sa veste toujours sur le dos avant de s'accouder contre le meuble en bois. Il commande son précieux alcool et, en attendant le barman, pianote contre le bar en regardant machinalement devant lui sans vraiment faire attention. Un détail finit cependant par attirer son attention, la présence d'une personne qu'il n'a plus vue depuis déjà plusieurs mois et qui a justement toujours été un bon élément déclencheur lorsqu'il s'agit de se divertir un peu. Il l'aurait certainement simplement salué vite fait le mois passé, n'aurait pas pris le temps de s'attarder sur lui. Mais puisqu'il n'a rien à faire actuellement, puisqu'Ozzy manque cruellement de ce quelque chose pour lui changer les idées, il décide de s'avancer vers Lucas Wilde dès que sa bière lui atterrit entre les mains. « Tiens, si ce n'est pas mon deuxième Wilde préféré, » lâche-t-il avec un sourire au coin des lèvres, espérant un peu qu'il soit seul et pas occupé à faire son charme à quelqu'un d'autre. Non pas qu'Ozzy serait jaloux, loin de là, mais ça foutrait en l'air ses plans d'une soirée plus pimentée que les autres. Ce serait quand même le comble de se ramasser un râteau à sa première sortie depuis des semaines. « Maintenant qu'on est pas observés par un possible Dieu, j'ai le droit de te faire boire sans que tu ne te ramasse la bible en pleine face ? » C'est sa façon de proposer un verre à quelqu'un, sa manière un peu décalée à lui de flirter sans que ce soit trop évident. Mais à force, Lucas doit certainement avoir compris comment fonctionne l'être décalé qu'est Ozzy.


AVENGEDINCHAINS


say it ain't so

≈ I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.


Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 263
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans

Re: follow me into the dark (lucas) ✻ ( Mer 10 Oct - 13:16 )

Follow me into the dark
Ozzy & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Lucas n’était pas parti en vadrouille depuis un sacré bail – du moins pour lui ça remontait à un sacré bail. Le dernier voyage de l’aventurier devait remonter à plus d’un mois. Ce n’était certes pas un record, mais ça restait assez inhabituel. Il en avait donc profité pour reprendre des activités du commun des mortels, comme passer du temps avec sa famille –qu’il avait de sacrément nombreuse !-, travailler dans son Comic Book Store, et enfin, écumer les bars le soir. Lucas vivait à CH depuis tellement d’années qu’il pouvait rentrer dans ce genre de lieu mondain de manière inopinée avec la certitude absolue de trouver une connaissance/un groupe de camarades/un camarade à minute +1 de son arrivée. C’est d’ailleurs pourquoi il ne programmait pas ce genre de sortie avec qui que ce soit. Il aimait bien découvrir qui serait le ou les heureux élus de la soirée. Polo Ralph Lauren, jean sombre et godasses italiennes, Lucas partait de chez lui en casual chic comme à son habitude. Alors qu’il entrait au Silverlake avec pour priorité de prendre une boisson avant de s’intéresser au monde autour de lui, Wilde s’accouda au comptoir et attendit que la serveuse termine de s’occuper de son client avant d’oser l’embêter. Il se trouve qu’on l’accosta avant qu’il ne passe commande.

« Tiens si ce n’est pas mon deuxième Wilde préféré » L’interpellé tourna aussitôt la tête vers cette voix familière, et un petit sourire naquit sur ses lèvres. C’était donc lui, l’heureux gagnant. Lucas aurait pu lui retourner la gentillesse, en tant que German boy préféré, mais il tiqua la seconde d’après sur la moitié de compliment que l’autre venait de lui offrir. « … Deuxième » releva t-il en fronçant légèrement les sourcils de contrariété. Ok, vu le nombre de Wilde qu’ils étaient, deuxième, ça aurait dû sonner comme acceptable, mais certainement pas aux oreilles de Lucas. S’il sentait physiquement le bois de santal, humainement, Lucas Wilde chlinguait le gosse capricieux à des kilomètres, avec son incapacité à accepter une deuxième place. Il avait l’habitude d’être premier en tout. Premier dont Erza s’occupait, premier que son père gâtait, premier que son petit frère admirait, premier neveu chéri de ses tontons, bref, le trou du cul vaniteux n’avait pas l’air de savoir déjà se contenter de tout ça. « Maintenant qu'on est pas observés par un possible Dieu, j'ai le droit de te faire boire sans que tu ne te ramasse la bible en pleine face ? » Lucas écarquilla un instant les yeux de stupeur. Putain de merde, et dire que c’était le même mec qui lui avait foutu un râteau monumentale la première fois qu’ils s’étaient rencontrés ! Bon, entre temps, les deux hommes s’étaient roulés une pelle mémorable. Ça nouait un peu les liens, faut croire. « Entendu. Mais va falloir expliciter ce que t’entends par là Ackerman, c’est qui le premier ? » Le jeune homme réclama un bourbon, en remerciant Ozzy au passage pour l'invitation miraculeuse et inespérée - raison de plus pour croire en Dieu me direz-vous. Une moue sceptique sur les lèvres, il le détailla ensuite du regard. « Mais qu’est-ce qui est arrivé à ta tronche ? Tu t’es battu ? » Ouais, ça avait beau sauter aux yeux, il avait fallu un petit temps de latence à Wilde avant de remarquer. C’est clairement pas le premier truc qu'il peut voir, les blessures, même faciales. Faut dire qu’il a un peu trop l’habitude de voir des tronches éclatées dans sa cinglée de famille, y compris la sienne quand il se regardait dans le miroir (là en l’occurrence, aucun pet sur son beau faciès : Wilde était impeccable. Quoique pas tout à fait rasé). En tout cas, sur la gueule d’angelot de ce démon d’Ozzy, ça faisait tâche ce genre de bobo.


••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas

follow me into the dark (lucas)

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Silverlake Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération