Let's go for a ride •• Leila

 :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


https://www.pinterest.fr/harmajabb/mark-ruffalo/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman)

Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mar 2 Oct - 0:40 )

let's go for a ride
Leila & Owen
Allez hop.
Faudrait vraiment que je m’habitude à cette voiture. Depuis que Sam l’a découverte, il n’a pas arrêté de me souler à vouloir la sortir comme si cette voiture était un chien. En même temps je peux bien comprendre sa réaction, c’est un sacré rêve de pouvoir conduire une hybride comme ça. Mais qu’est-ce qu’elle est nerveuse et qu’est-ce qu’elle va méga vite…! Je fais ronronner le moteur, je pourrai réveiller toute la ville rien qu’en passant par la rue principale. Je pourrais faire n’importe quoi. Mais non, j’ai sorti la voiture parce que j’en ai besoin et franchement ? C’est très rare quand j’ai besoin d’une voiture. Je suis totalement contre la pollution et la frime, de plus, je ne suis pas un bon conducteur comme Seth. On n’est pas doué en conduite, on frôle les accidents, mais on s’en sort complètement indemne. Enfin bref. Je vais aller à Charleston. J’ai quelqu’un à voir et qui va sûrement me changer les idées. Je suis toujours aussi déprimé et ça me soule d’être enfermé chez moi, à tourner en rond. Alors j’aurai pu m’organiser un voyage, prendre mon jet et partir quelque part tranquillement, sans prévenir qui ce que ce soit et disparaître quelques semaines tout en tenant au courant Seth et Erza. Puis voilà. Mais ce qui est étrange, c’est que je n’ai absolument pas envie de partir à l’autre bout du monde. Alors je préfère rester pas loin de Cap et être joignable.

Donc voilà. Je vais aller à Charleston pour voir une amie que je n’ai pas vu depuis très longtemps et je m’en veux de l’avoir négligée. Elle ne m’aura pas oublié, c’est sûr. Elle se souvient toujours de moi dans tous les cas. Peut-Être que ça me donnera un déclic par rapport à la situation du virus Zika. Je n’ai tout de même pas trop d’espoir. Enfin bref. J’ai ouvert la portière de la voiture quand j’aperçois une silhouette avancer vers moi depuis le même trottoir. Je fronce les sourcils assez surpris de voir Leila arriver. J’ignorai qu’elle venait ! En fait, elle ne m’a pas prévenue. Je crois que c’est une visite surprise. Oh bah… « Heeeey ! Leila ! » fis-je en ouvrant mes bras pour la prendre dans une étreinte et faire un gros câlin de la morkitue à la Owen. Et quand je dis gros câlin, c’en est même jusqu’à la soulever, mais je ne peux pas vraiment en ce moment avec mon pied qui déconne encore. Avec cet épisode de ce syndrome, mon muscle du pied ne fonctionne toujours pas correctement et donc, il se peut que j’ai quelques ratés comme d’habitude. Cela me prendra du temps pour m’en remettre… Et bien sûr que ça me gênera dans la conduite, mais enfin, c’est qu’un détail comme un autre. Je n’ai pas soulevé Leila au final, encore un peu trop faible pour ça. « Je ne t’attendais pas à voir aujourd’hui ! » fis-je assez surpris et content de la voir quand même. J’hausse les épaules et fais un geste. « Allez, peut importe ce que tu as prévu, tant pis. Tu montes dans cette voiture. Allez hop. Je vais à Charleston, c’est pas loin de là. » Je dis ça, mais en fait c’est un petit peu loin. Mais on va pouvoir discuter en voiture et ça me fera du bien d’y aller avec quelqu’un. Si Farell n’est pas content, tant pis pour lui. Il ne peut pas avoir sa femme rien qu’à lui tout seul. « Comment est-ce que ça va ? » lui demandai-je alors que nous sommes montés dans la voiture et que j’ai mis le contact. Ah bah là oui, je viens un peu de kidnapper Leïla sur le coup ! Donc ça ne peut qu’aller très bien !
electric bird.






   
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 92
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : No one

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mar 2 Oct - 20:11 )


Let's go for a ride.
Alors que les préoccupations de mon tendre Owen sont tout autres que les miennes, il ne se doute pas un seul instant que l'on va tout de même devoir les mettre en commun pour trouver une solution à chacun de nos problèmes. Qui sait si mon problème ne pourrait pas tout simplement régler le sien et vice versa? Ma préoccupation, en ce moment, va directement vers un ami qui m'est cher. Pas le genre d'ami pour lequel mon amour semblerait ambiguë de près ou de loin. Ce qui arrange drôlement mon affaire, il ne manquerait plus qu'Owen puisse imaginer une seule seconde que je lui demande d'aider mon hypothétique amant et je n'aurais aucune chance, vraiment aucune d'arriver à le convaincre. Non, Eliot est plutôt un second père et sur cette deuxième partie de ma vie, il est même bien plus un père que le mien ne l'a jamais été. Owen le verra dans mes yeux. Il me connaît trop bien. Aller vers ce tendre et cher Owen au sujet d'Eli pour lui demander de me rendre un service ne me gêne pas en soi. C'est autre chose qui me dérange. Je sais, de source sûre, que mon adorable Owen est et a toujours été le champion pour mettre sa vie en danger. Surtout lorsqu'il fait des expériences dangereuses et je tends à penser qu'elles le sont, en fait, toutes plus ou moins. Il faut ajouter à cela que je ne suis pas dans les meilleures faveurs de tous les membres de la famille en ce moment et qu'attenter à la vie du tonton Owen de manière directe ou indirecte me vaudrait un aller simple pour le cimetière, cette fois, c'est certain.

Malgré tous ses éléments, clairement pris en compte avant mon départ, cela ne m'empêche pas de me diriger directement chez Owen avec la ferme intention de lui parler d'Eli, envers et contre tout. Lorsque j'arrive, je suis surprise de le voir dans ce genre de voiture. Je ne suis pas très calée dans ce domaine malgré l'amour évident de la famille et de mon mari à ce sujet. Pourtant, cela ne m'empêche pas d'aimer quand ils conduisent rapidement et de profiter de l'adrénaline en tout confiance. Enfin, surtout avec Lu' et Farell. Je ne savais cependant pas qu'Owen était adepte des voitures de luxe. Même hybride. Je souris, certaine que l'idée ne vient pas de lui et je profite de l'étreinte qu'il m'offre. Elle me fait un bien fou! "Owi! Comment vas-tu?" Je pose un baiser sonore sur sa joue en sifflant vers sa voiture amusée. "Joli bolide." Attendant qu'il daigne m'expliquer de lui-même ce grand bavard d'où elle lui vient. Un sourire qui se fane rapidement lorsqu'il m'invite à monter dans la voiture. "Pardon?" Loin de moi l'envie d'être vexante mais mon cher Owi est un adorable rat de laboratoire, pas une racaille de la course poursuite et cette voiture entre ses mains, c'est tout simplement flippant. Mais justement, ce n'est pas le jour pour être vexante. Pas du tout alors je raccroche mon sourire à mes lèvres en hochant la tête et en levant le poing vers le ciel, lâchant un "Super!" faussement rassurée. Je manque encore de m'étouffer en entendant le nom de la destination mais au lieu de le faire, je déglutis difficilement et je m'installe à ses côtés. "Je vais bien." J'essaie de me convaincre moi-même mais j'ai peur. Peur pour ma vie. Je me concentre alors sur lui pour être certaine qu'il reste lui-même concentré sur sa route. "La question va sûrement te paraître farfelue et sortie du contexte de la ballade en voiture de luxe... Mais qu'est-ce que tu penses de la maladie d'Alzheimer toi? Tu as déjà fait des recherches à ce sujet?" Owen ne s'arrête jamais et un je ne sais quoi me fait penser que ça pourrait être une maladie qui l'aurait déjà intéressé. Un peu ou énormément. Un mystère de la science.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


https://www.pinterest.fr/harmajabb/mark-ruffalo/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman)

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mer 3 Oct - 2:09 )

let's go for a ride
Leila & Owen
Ah, mais qu’est-ce que Leila m’a manqué. Je ne l’avais pas vue depuis un bon moment ! En même temps, ça se comprend, elle est pas mal occupée et j’ai été pas mal occupé de mon côté. J’ai fait le con et j’ai dû me replier dans l’ombre de ma maison, à broyer légèrement du noir avant de me reprendre. Je n’aime pas rien faire. « Supeeeeer bieeeeeen depuis que je te voiiiiis! » fis-je en appuyant sur certains mots alors que je lui faisais un câlin le plus fort que je pouvais, mais bon, ce n’est pas comme les dernières fois. Au moins, elle pourra respirer et ne pas s’étouffer dans mon étreinte. Enfin, je sens un petit regain d’énergie là avant que je ne lève les yeux quand elle me pose indirectement la question sur cette voiture. « Je ne l’ai pas sortie depuis très longtemps… C’est un vieux modèle, je crois que ça ne se vend plus aujourd’hui. Enfin bref… C’était quand je travaillais à Seattle. Mes collègues en avait, mais alors là RAS-LE-BOL que j’arrive en retard avec mon skate ou le taxi ou le métro ou le bus. Ils trouvaient que ce n’était pas possible que je me déplace ainsi alors que j’avais les moyens de m’acheter une belle voiture. Sauf que moi, ben, je n’aime pas trop conduire, je n’aime pas trop les voitures, je n’aime pas trop polluer, je préfère faire de l’exercice avec le skate et… Enfin bref, tu m’as compris. Je ne voulais pas acheter de voiture quoi. Mais un collègue m’a trainé dans les magasins et je suis entré dans la première boutique: la marque jaguar je crois. Attends je vérifie. » Je me penche un peu en avant pour voir le volant qui avait la marque dessus. Je souris quand je la retrouve et c’est fièrement que je continue mon histoire sans fin. « Ouais, jaguar. Enfin bref. Donc, première boutique, je décide d’acheter la première voiture. J’ai pris celle là sans regarder le prix ou les caractéristiques tellement mon collègue m’a énervé. Je voulais rentrer chez moi, être tranquille et m’occuper du cas d’Ayana. J’ignorai absolument que c’était une hybride ou quoi. Quand je l’ai testée pour la première fois pour aller au boulot, qu’est-ce que j’ai vite regretté mon achat… Et en plus. Je suis encore arrivé en retard à mon travail. Ils étaient à deux doigts près de me virer, mais ça les emmerdait bien assez de devoir perdre le génie que je suis… Enfin, dix minutes de retard quand je suis en skate. 3 en bus… Mais alors là, en voiture, j’avais battu mon record: 2h de retard, parce que je n’arrivais pas à m’orienter dans la ville avec tous ces codes de route. » Je soupire et secoue la tête, assez dépité de moi-même avant de remarquer son regard. J’essaye vite de la rassurer. « Allez, c’était y a quelques années là. J’ai progressé en conduite depuis et je conduis même mieux que Seth. » Bon pas mieux que Lucas, c’est certain, encore moins que Sam. Mais voilà, je ne me débrouille pas trop comme un pied. Même si mon pied déconne et que les chances de déconner en voiture sont un peu grandes. Faudrait qu’en fait que Leila vienne, que je ne sois pas seul dans mes conneries. En plus sa présence m’aidera à me concentrera davantage sur la route et à ne pas faire de conneries. Parce que c’est sûr, même si c’est absolument pas le genre de Farell de me menacer de mort, il me tuera carrément d’avoir tenté de tuer sa femme. Donc voyons le côté positif.

« Oui oui. Leila. Ne t’inquiète pas, je ne signe pas ta mort. Ce serait signer la mienne s’il t’arrivait quelque chose. » essayai-je de la rassurer à voir son expression et sa panique intérieure. Au final, je suis rassuré à voir son sourire, donc je souris à mon tour. Elle était enthousiasme, ou faisait semblant de l’être, mais elle est quand même contente. Tout se passera bien, j’en suis sûr. Enfin, presque. Il ne faut pas oublier quelques petites douilles, c’est sûr. « Parfait ! Allons y ! » fis-je en ouvrant la voiture. Je laisse Leila faire le tour et s’installer à côté de moi alors que je ferme la porte après m’être confortablement installé sur le siège. Je commence à démarrer et ce, douuuuuucement. Mais même en appuyant pour rouler doucement, je me retrouvais déjà à 50km/h. « Oups pardon. Elle est trop nerveuse encore, t’inquiète pas. » Je redescends à 30 et là, les choses vont mieux. Je reste très particulièrement attentif à ce qui se passait sur la route. On arrivait sur la route principale, pas loin de la sortie de la ville quand Leila me pose la question comme un cheveu sur la soupe. Chose qui m’est carrément inattendu. Ma surprise pouvait se lire sur mon visage et je la regarde une seconde avant de retrouver la route. « Alzheimer ? » Une pause, je pouvais enfin aller à 80km/h ce qui est assez sage pour une petite route nationale comme ça. Surtout que je vais parler. Je racle la gorge et fronce les sourcils. « C’est une saloperie ce truc. Inutile de t’expliquer ce que c’est en vrai cette maladie, j’imagine que tu connais les grandes lignes non ? Quoique… Peut-être que tu devrais connaître les termes médicales pour mieux suivre ce que je vais te raconter par la suite. Faudra bien s’accrocher là. Les plaques amyloïdes sont anormalement composées de la protéines A-bêta, c’est ce à ça qu’on associe à la maladie Alzi. Parce qu’elles sont terribles dans le sens où le surplus de cette protéine fait que y a une accumulation de ces plaques et qui entrainent petit à petit les lésions cérébrales, de l’altération mentale, cognitives… Et c’est irrémédiable. Alors. Si on peut guérir la personne, c’est raté de suite. On ne peut pas récupérer ce qui est perdu ou quoi. C’est mort. Mais si je me souviens bien de mon séjour à Chicago pour un congrès, quelques mois plus tôt… Je suis intervenu là-bas pour parler de Zika mais aussi pour prendre des nouvelles par rapport à l’avancée des recherches de mes confrères. J’avais travaillé un court temps sur cette maladie. Je suis parti du principe que si on ne peut pas trouver un vaccin ou un remède miracle, autant gagner du temps et ralentir les effets pour les personnes. J’appelle ça le blocus. Donc j’ai cherché un moyen de ralentir justement cette formation de ces plaques contenant ces fichues protéines. Sauf que… Je n’avais pas de cobayes sur qui tester et j’ai juste écrit la formule pour mon collègue qui était plus impliqué que moi sur cette maladie. C’était un truc qui m’aidait justement à me changer les idées par rapport à Zika. Enfin bref, à ce congrès. Il y avait eu un sujet sur Alzheimer et ce collègue a utilisé ma formule, il l’a même améliorée. Ils ont trouvé un moyen de ralentir cette maladie. Encore, c’est pas très convaincant, mais ça donne déjà de l’espoir. Biogen et Eisai ont fait un essai clinique sur les malades, atteint de cette maladie dans le sens où tu donnes 700mg de molécule artificiellement créée pour une personne de 70kg, atteinte de cette maladie, tous les 15 jours. Au bout d’un an et demi, la maladie de cette personne s’est stabilisée. Il n’a pas malheureusement pas trouvé sa mémoire, tout ce qu'il a perdu avant et durant le traitement. Mais le truc, c’est que avec leur médicament miracle, les effets secondaires sont assez dévastateurs: inflammation du cerveau, AVC, oedème de cerveau, rupture d’anévrisme. En gros, leur cerveau explose à l’intérieur quoi dû à la dose qui est trop forte. Mais ils ne pouvaient pas faire moins, sinon ça ne servait à rien. Donc je te laisse deviner que ce gars a peut-être survécu et retrouvé sa famille avec les souvenirs qui lui restent. Il est décédé d’un AVC par la suite. Donc en gros, c’est comme jouer au loto là… Mais quand même, cette recherche est juste É-NOR-ME parce que ça donne une preuve, une petite preuve que comme quoi, les maladies neurodégénératives ne sont pas si impossibles à traiter que ça !! » fis-je tout passionné, parlant à flot et en m’emportant par moment, mais bien sûr. Entre temps il ne s’est rien passé en route. Après tout faut juste rouler tout droit. Ça commence à devenir un peu chiant, donc j’accélère un peu, j’appuyais sur mon genou avec ma main et passais à une autre vitesse. « Mais pourquoi tu veux savoir un truc sur cette maladie ? Hein ? S’y passe quoi ? T’es venu me voir pour ça ? » fis-je un peu inquiet sur le coup. « Farell est bien trop jeune pour l’avoir et ça m’étonnerait, il n’a pas quoi ce que ce soit pour former une telle maladie. Enfin du moins d’après mes analyses. »
electric bird.






   
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 92
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : No one

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mer 3 Oct - 16:42 )


Let's go for a ride.
L'enthousiame et la joie d'Owen sont contagieuses et c'est presque sans m'en rendre compte que mon sourire s'aggrandit de plus en plus en sa présence, au son de sa voix guillerette. Grâce à lui et sa bonne humeur, j'en oublierais presque les raisons de ma venue qui sont, pour mon malheur, moins réjouissantes que l'humeur d'Owi. Alors qu'il parle de la voiture ma main se glisse immédiatement sur la carrosserie avant de le rejoindre dans la voiture. Owen est bavard. Je le sais, je l'ai toujours su mais cette fois, il bat tous les records en me racontant l'histoire de son hybride du véritable début à la toute fin. Il réussit même à me raconter une histoire, qui, si je l'avais noté dans un livre semblerait n'avoir aucun rapport avec l'histoire principale. Le skate, les retards, même Ayana passe par là et je me retiens d'exploser de rire. L'euphorie du moment ne peut que me guetter et même si je l'écoute attentivement, je ne peux pas être sérieuse. Jamais en sa présence. J'ai même droit à la marque même si à ce moment je n'en peux déjà plus et qu'un rire s'échappe involontairement de mes lèvres alors que je tente d'hocher la tête pour prouver que, si, si je l'écoute encore. Cependant, à la chute de l'histoire, j'explose parce que c'est tordant. Bon sang, c'est à mourir de rire et je mettrais ma main à couper qu'il n'y a vraiment qu'à lui que ça peut arriver. "Oh Owi!" Je souffle affectueusement en me rapprochant de lui et en glissant ma tête sur son épaule avant de me redresser. "T'es le meilleur et cette voiture est une merveille." Et en voyant ma tête, il se met même à me rassurer parce qu'il l'a bien compris. Je ne le suis pas du tout. Je lui souris. Evidemment que je le crois sur parole et je serais la première à savoir que même si on meurt par sa faute, Owen ne l'aura pas du tout fait par stupidité ou par méchanceté. De l'au delà, je ne lui en voudrait pas d'un iota. Il met sa propre vie en danger H24. Je ne crois pas qu'il ait la même notion du danger que nous. La mort, il la frôle tous les jours, une journée où il ferait réellement attention à sa vie, serait sans aucun doute étrange pour lui. Le danger est banalisé pour Owen. "Je te fais confiance!" Alors que non, pas du tout. Je sais que je peux croire en ses paroles mais pas en sa volonté de rester en vie coûte que coûte. Enfin, je me détends totalement quand il fait référence à sa possible mort s'il m'arrivait quelque chose. Je souris en pensant à Farell. Oh alors, il y a bien quelqu'un capable d'engendrer un peu de bon sens dans la belle tête d'Owen. Tant mieux. "Haha, on devrait se servir de Farell pour que tu arrêtes tes bêtises s'il t'inspires autant d'inquiétude." Je le taquine, évidemment. "Je ne suis pas une petite chose fragile t'inquiètes..." Non, évidemment que non, je ne le suis pas et encore moins ces derniers temps. Je glisse ma main sur le superbe cuir de la voiture et je le regarde même avec un sourire. Alors qu'il se rate, me fais un peu peur et conduis ensuite à l'allure d'un papy, tuant la capacité qu'a le moteur d'une voiture de ce genre et notre plaisir, je me fais enfin la meilleure réflexion de la journée en le regardant la bouche grande ouverte. "Oh et puis, tu sais quoi? Cette voiture est faîte pour rouler à fond les manettes. Alors ROULE!" Je fais un geste de la main dans l'air pour lui faire signe d'aller plus vite.

J'attends qu'il accélère pour réussir à parler sincèrement de ce qui me turlupine dans les meilleures conditions. La vitesse pourrait me vider la tête mais avant de m'écouter, Owen se met à m'expliquer clairement ce qu'est l'Alzheimer et les recherches qui ont été faîtes à ce sujet. Si Seth est un passionné, Owen n'est pas son frère pour rien. Seulement voilà, aujourd'hui, le sujet est moins joyeux que les androïdes ou l'herpès. Heureusement, il ne voit pas mon visage se décomposer au fur et à mesure que son discours avance. Mémoire jamais retrouvée, AVC, cerveau qui explose, mort. Je suffoque. Je suffoque carrément et alors qu'il finit par demander des explications, je suis blême et je n'ai plus les mots. Plus un seul. Et le temps passe. Il passe encore avant que je n'explose. "Ca! CA, comme recherche, c'est génial? ENORME? Mais, mais Owi, tu ne peux pas dire ça! Imagine un peu... Imagine que ça arriverait à quelqu'un de notre famille, tu.... Tu trouves réellement ça génial?!? Ça ne l'est pas! Ça n'est pas énorme!" Et je me rends enfin compte qu'il a raison, que j'ai tort mais que je suis incapable de le voir parce que je suis trop, beaucoup trop impliquée. Je tousse et me retourne alors qu'il précise que Farell est trop jeune pour être atteint et je soupire, parce que j'ai passé des heures et des heures à faire des recherches à ce sujet. "Il y a toujours l'Alzheimer précoce..." Je souffle encore et je le regarde avant de murmurer. "Je suis désolée, désolée d'avoir crié. Ça l'est, si, c'est... C'est une avancée pour la science, bien-sûr tu as raison." Je regarde la route avant de laisser un nouveau silence s'installer. Quand il passe et que j'arrive à prendre sur moi à nouveau, je tente même un sourire. "Ce n'est pas Farell, c'est un vieil ami de la famille. Un ancien voisin. Je l'aimais comme mon père. Je... l'aime comme si ça l'était et j'ai appris qu'il était atteint il y a quelques temps. Je ne sais pas pourquoi j'ai imaginé que tu aurais peut-être déjà fait des recherches à ce sujet et que tu aurais une meilleure solution que l'explosion cérébrale... C'était idiot. Je dois juste..." Je glisse le dos de ma main sur mes lèvres en attendant que l'idée soit concevable. "... Me rendre à l'évidence et l'accepter." Seulement un peut-être, un espoir me reste sur le bord des lèvres et je me retourne vers Owen en demandant, un poil dépressive. "N'est-ce pas?" Comme si je m'attendais à une solution miracle.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


https://www.pinterest.fr/harmajabb/mark-ruffalo/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman)

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mer 3 Oct - 18:38 )

let's go for a ride
Leila & Owen
Se servir de Farell pour que j’arrête les bêtises ? Je réagis en secouant la tête, avec une moue bien trop moqueuse. Je sais bien qu’elle me taquine, mais franchement, elle est en train de rêver à fond… Ni rien, ni personne ne m’arrêtera dans mes bêtises. Si ça a été le cas, j’aurai bien arrêté depuis trèèèèèèès longtemps et le jour où ça arrivera, il pleuvra des vaches ! « Le coup de la boule de neige que j’ai envoyé en plein nez et que tu en as pissé du sang parce que je n’avais pas vu qu’il y avait un caillou dedans, on en parle ? » Bon, ça remonte à quelques années ça, mais c’était comme hier. D’accord, j’ai fait un peu fort avec un caillou et puis même moi j’aurai pissé le sang. Elle reste quand même une petite chose fragile quand elle est avec moi. Elle se prend quand même en pleine figure au sens littéral à cause de mes conneries ! En plus, si elle m’encourage à aller plus vite, je ne sais pas comment on peut prendre ça, mais elle connait clairement les risques. Enfin bref, je dirai qu’il y avait eu un accord verbal et puis voilà. Ce sera de sa faute si elle finit par perdre un bras dans un accident de voiture. Je vais quand même nous éviter ça bien que j’ai un peu monté en vitesse avec les 80km/h comme indiqué sur les panneaux de limite.

Je ne m’attendais pas à ce que Leila vienne, mais pourtant nous y voilà. Je ne m’attendais pas du tout à ce que je parle de la maladie Alzheimer, des avancées impressionnantes des remèdes contre cette maladie. Des malheureux effets secondaires et j’en parle avec tellement de légèreté, que je ne me rends pas du tout compte des réactions de ma belle-soeur face à mes mots. J’ai posé les questions, pourquoi elle voulait que je parle de ça. Je ne reçois aucune réponse. Je fronce les sourcils et tente de la regarder quelques secondes, puis la route, après Leila, la route. « Eh Leila ? » Leila. Puis la route. « Lei ? » Je la regarde encore, puis la route. « Tu fais peur là. » Je la regarde à nouveau, pour ensuite regarder la route. « Sérieux dit quelque chose, je vais finir par avoir un torticolis à force de faire ça. J’ai dit un truc qu’il fallait pas ? C’est vraiment Farell qui est…? » Je la regarde encore, puis la route. Urrrgh, je me rends malade à force de faire ça en plus. Je soupire et commence à paniquer à l’idée que Farell soit atteint de cette merde. Ce n’est même pas logique, Alzheimer précoce ou quoi, ce n’est pas logique. « Leeeeeeei ? » fis-je en levant la main, sur le point d’enfoncer mon doigt sur sa joue pour l’activer. Je suis terriblement chiant ouais, mais tout de même je n’ai pas eu l’occasion de faire ça qu’elle se met enfin à parler tout d’un coup. J’hausse les sourcils, assez surpris par le ton. « Woh ? » fis-je un peu tout bête et que sous le coup de stress, j’appuie encore plus sur l’accélérateur et on finit par aller plus vite que possible. Le plus drôle ? C’est qu’on ne le remarque pas du tout, vu que c’est carrément un sujet assez sérieux. « WOWOWOWOW ! On se calme un peu Lei ! Quelqu’un de notre famille est malade ?! Pourquoi je suis toujours le dernier à être au courant en plus ?! » paniquai-je sur le coup. Non mais attends, qui est ce qui a Alzheimer là ?! Le précoce en plus ?! « Merde. » réagissai-je sous le coup de la panique, je viens de voir que nous étions sur le point de rentrer dans une voiture, je la dépasse en priant qu’il y a pas l’autre voiture de l’autre sens… Et si. Merde merde merde. Lei tousse. Moi je panique. J’appuie encore plus sur le champignon là, hop hop. 140 et je dépasse la voiture, tellement ça va vite et elle est méga réactive que voilà. Nous continuons à rouler encore et je n’arrive pas à lever mon pied… Je lève mon genou sur le coup, doucement en plus pour qu’on redescende à 100. Je soupire et maintenant que je peux réfléchir, Lei reprend la parole. Il y a toujours l’Alzheimer précoce… Oui ça je sais, je m’en fous ! Enfin, non, je m’en fous pas, mais c’est qui qui est malade ?! C’est pas moi quand même ?! J’ai tendance à oublier des trucs c’est vrai, je suis tête en l’air, je bute sur certains mots, m’en suis pris des coups à la tête, mais ça m’étonnerait que ce soit moi ! Je suis désolée, désolée d'avoir crié. Ça l'est, si, c'est... C'est une avancée pour la science, bien-sûr tu as raison. Oui mais encore ? Je la regarde un peu, en une petite fraction de seconde. Ah mais, elle me fait très peur avec ses pauses de silence là. Mon dieu. Même si je ne crois pas en dieu, mais mon dieu quand même. Le silence me stresse encore plus qu’avant, je sens mon coeur se serrer et tout ce que j’ai en tête c’est que quelqu’un est malade. Que ça peut être de la famille. Et que… Non attends. Elle a dit que ça arriverait à quelqu’un de notre famille, donc c’est du futur, une probabilité pas aboutie. Donc ? Un Wilde n’est pas atteint de cette maladie ? Donc ? Tout va bien alors ? Mais alors pourquoi elle me pose cette question ? Aaaaaaah mais Leeeeeeila ! Je vais devenir fou et je ne peux pas faire mon relou à lui poser des questions de peur de la brusquer ou quoi. Aaaaah ! Moi qui pensais pouvoir conduire en toute tranquillité pour aller voir Nami mais aaaah !

Ce n’est pas Farell. Je soupire bruyamment en faisant gonfler mes joues. Toute la pression s’en va. « Ah. La bonne nouvelle. Aaah. » fis-je vraiment soulagé. C’est un vieil ami de la famille. Un ancien voisin. Je fronce les sourcils, je ne comprends pas de qui elle parle en fait. C’est quelqu’un que je connais ? Non, probablement pas. Leila ne m’a pas parlé d’une telle personne, c’est la première fois d’ailleurs et ça me surprend beaucoup. Surtout qu’elle le considère comme un père pour elle, donc il doit être d’un âge assez avancé par rapport au notre. Je ne fais plus vraiment attention à la route que maintenant je regarde Leila. Je voyais qu’elle était vraiment atteinte par cette nouvelle et qu’elle ne supportait pas être impuissante face à la situation qui se présentait devant elle. J’ai été assez violent aussi avec le fait que nous en sommes uniquement au stade d’essai et que ce n’est pas encore, mais vraiment pas ça. Elle avait du mal à se faire à l’idée qu’elle ne puisse rien faire, qu’il n’y avait aucun espoir. Je pouvais voir le regard de Leila, ce regard que je le croise, elle cherchait une infime espoir. Un tout petit. Jusqu’à ce que le regard de ma belle-soeur change comme si elle réalisait la chose… Parce que je la regardais depuis un bon moment et… « MERDE ! OUI JE REGARDE LA ROUTE ! » réagissai-je tout de suite, après avoir presque sursauté. Bon tout va bien, j’ai juste roulé sur le mauvais côté de la route, tout va bien. Je n’avais spas compris pourquoi j’avais entendu une voiture klaxonner plus tard. Décidément, faut vraiment jamais me parler des sujets sérieux quand je conduis ! « Je euh… » fis-je pour essayer de me reprendre et tout d’un coup, j’ai un air assez sérieux. Bien trop sérieux et surtout, je suis dans la réflexion. « Eh bien… Tout ce que je t’ai expliqué, ce sont surtout les solutions de mes confrères, j’y ai mis ma patte mais je ne me suis pas pleinement penché sur cette maladie. » Je soupire et passe la main dans les cheveux parce que ma tempe me grattait et les cheveux, been c’était sur le chemin, pas pour me la péter. « Il en est à quel stade ton père de substitution ? Parce que bon, s’il est à un stade avancé, c’est un peu la merde. Son âge ? Est-ce qu’il vit seul ? C’est qui d’ailleurs, si c’est pas indiscret ? De toute façon, indiscret ou pas, je vais finir par savoir qui c’est. »
electric bird.






   
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 92
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : No one

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mer 3 Oct - 20:55 )


Let's go for a ride.
J'ouvre grand les yeux quand il fait référence à cette vieille histoire de caillou. "Tu plaisantes?!?" Il ne va quand même pas prendre cet exemple LA pour considérer que je suis une petite chose fragile? "Le nez de n'importe qui aurait exploser sous le choc Owi! Même celui d'un géant! C'était un caillou!!!" Je lui rappelle quand même juste au cas où le fait qu'il vienne de le dire n'avait pas fait de ce détail quelque chose d'assez évident à ses yeux. C'est pourtant bien lui qui me l'a rappelé cette anecdote, même si mon nez, lui s'en souvient très bien. "J'ai eu une chance folle qu'il ne soit pas tordu ou complètement brisé." Je fais mine de bouder parce que, comme je l'ai expliqué plus tôt. Ce genre d'incidents n'est jamais du fait totale d'Owen. Juste de sa maladresse et son côté un peu rêveur, dans les nuages. C'est ce qui fait tout son charme, après tout.

Je ne cherche pas à être cruelle ou à l'inquiéter gratuitement en m'intimant un silence des plus complet. J'essaie simplement de me remettre. J'essaie de sortir la tête de l'eau pour entendre et comprendre des propos que je refuse d'assimiler totalement. Pas parce que je suis idiote et incapable de les comprendre, bien au contraire mais parce je les comprends justement et qu'ils signifient clairement la perte totale d'Eliot. Sa mort. Alors, pendant quelques instants, Owen peut bien crier, me secouer ou me faire manger le tableau de bord, je ne réagis pas. Si Owen pense qu'il n'y a pas d'espoir, alors c'est certain, il n'y en a pas. Plus. Tout du moins jusqu'à ce que je l'entende paniquer au sujet de quelqu'un qui est malade dans la famille. Je balance immédiatement la main pour qu'il se calme. "Non, personne n'est malade dans la famille Owi, rassure toi." Sauf qu'en parlant d'être rassurée, c'est moi qui ne le suis plus du tout quand il tente un dépassement quasiment impossible à réaliser. "Plus vite. Plus vite!  Range toi... Range toi. OWEN RANGE TOI!" Comme quoi, un tour en voiture avec Owen et je peux rapidement devenir chèvre. Passer du je te fais confiance à finalement, roulons comme des fous pour ensuite hurler pour qu'il nous sauve la vie qu'il a lui-même mis en danger. Je pousse un lourd soupir de soulagement. "Tu... Mais... Comment est-il possible que des génies comme Seth et toi puissiez conduire aussi mal? C'est pourtant énormément d'analyse et d'instinct que vous avez bon sang." Sueurs froides, sueurs chaudes, grâce à lui, j'ai tout eu. Je glisse une main sur mon visage pour tenter de reprendre mes esprits alors que je l'entends simplement souffler quand il apprend que ce n'est pas Farell qui est malade. Je lui rappelle alors que ce n'est pas le plus important, là, tout de suite. "Tu as faillit nous tuer!" Une manière comme une autre de demander à mon adorable Owi de faire un peu plus attention. Ce qui est peine perdue. Je ne remarque même pas qu'il reste concentré sur moi jusqu'à ce que je remarque la dangereuse déviation de la voiture. Je me tourne vers lui immédiatement avant d'hurler. "OWEN! REGARDE TA ROUTE BORDEL!!!" Il va me faire perdre mon sang froid et ma bonne éducation. Je rate plusieurs battements de coeur au passage. Je ne veux pas mourir, en fait. Pas maintenant.

Je l'entends alors essayer de trouver une sorte de solution à ma question pleine d'espoir. Il n'a pas envie d'être celui qui me dira que tout est fichu, je l'entends bien. Je le vois bien. Owen est parfait mais je ne peux pas l'obliger à réaliser l'impossible. Même avec des yeux de biche. Je l'écoute mais je ne suis pas concentrée. Pas sur ce qu'il dit en tout cas et lorsqu'il a fini, au lieu de répondre à ses questions, je lui intime autre chose. "Non non, attends! Arrête toi. Si on parle réellement de ça, c'est moi qui conduis le temps de la discussion." C'est un homme, il ne peut pas faire deux choses en même temps et ce même si c'est un homme hors du commun. Je le fixe lorsqu'il s'arrête, toujours pas certaine qu'il va me laisser le volant mais au moins, je peux parler sans risquer de mourir. Peut-être s'est-il arrêté simplement pour autre chose d'ailleurs? "Eliott a 60 ans. Il ne vit pas seul mais il a divorcé de sa femme d'un commun accord juste pour rire. S'il l'a fait en vérité, c'est pour ne pas lui dire qu'il est malade et pour éviter qu'elle subisse également le poids de la maladie. Il a le sens du sacrifice tu vois?" Essayer de l'attendrir? Je le fais peut-être un peu mais je le suis moi-même et puisque je suis entière, je ne fais que ressortir ce que je ressens pleinement. "Il en est au stade trois de la maladie d'après ce qu'il m'a dit. C'est un peu la merde alors?" Je le regarde à nouveau, les yeux pétillants, comme s'il était mon seul et dernier espoir. "C'était un couple d'amis de mes parents. J'ai perdu beaucouup de contact après mon mariage. Pas juste à cause de Farell, je me suis juste tellement attachée à vous tous que j'ai égoïstement oublié un peu... Beaucoup les autres. Lors de ma séparation avec Farell, je suis retournée le voir et j'ai découvert le papier dans un de ses tiroirs alors que..." J'y rangeais mes papiers de divorce? Non, je vais éviter de préciser ce détail, à la place, je soupire. "Enfin bref, je viens tout juste de le retrouver." Je termine pour clôturer simplement l'anecdote.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


https://www.pinterest.fr/harmajabb/mark-ruffalo/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman)

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Jeu 4 Oct - 0:47 )

let's go for a ride
Leila & Owen
Je me pince les lèvres à la réaction de Leila. Elle n’était pas contente sur ce coup-là, en même temps, je peux bien comprendre: qui ne le serait pas de toute manière ? « Mais… Mais… Je ne savais pas qu’il y avait un caillou dans cette neige ! » C’était vrai, c’est la pure vérité ! J’avais juste pris une poignée de neige et hop, je balance à Leila et elle se prend un caillou. Juste qu’elle n’avait pas de chance que… Bon ok, ma maladresse y a à voir. « Oui bon… J’avoue que sur le coup, s’il n’était pas tordu ou cassé, c’est qu’en fait t’es solide. J’ai rien dit. Et je suis toujours désolé du caillou. » fis-je en concédant, avec les deux mains en l’air avant de poser la main sur l’épaule de Leila pour montrer encore que je suis désolé pour ça. Mais n’empêche, quand elle a pissé du sang, tout le monde a paniqué.

Tout comme là, on panique en ce moment même au volant. Je ne fais tellement pas attention, y a trop de choses en même temps et je n’arrive pas à tout gérer. C’est terrible et les hurlements de Leila ne m’aident, mais absolument pas. Je me sens encore plus stressé que ça. « Je… C’est pas la même choooooose !! » fis-je assez stressé, constipé, coincé et j’en passe, en levant les mains en l’air pour montrer à quel point je ne savais pas avant de les remettre sur le volant. Pour plus de sécurité oui. Bien sûr. « En voiture, y a trop de choses qui se passent en même temps là. Les pédales, les vitesses, les numéros de vitesse, les codes de la route, veiller aux voitures, te parler et… Bon ok, ça fait quasiment plus de trois ans que je n’ai pas conduit ! Ça y joue beaucoup ! » Enfin bref, à part ça. Je suis très soulagé que ce ne soit pas Farell qui est tombé malade, je suis assez content et… Leila parle du fait qu’on a failli mourir. « Oh ça. C’est pas si grave Lei. On manque tous de mourir tous les jours, alors c’est franchement pas nouveau. Juste que tu ne t’en rends pas compte. Déjà rien qu’avec le téléphone, tu t’attires les ondes et tu augmentes les chances de cancer. La nourriture, je ne sais pas quels sont tes habitudes alimentaires, ça va te tuer quand même à petit feu. Puis sans compter le fait que ton corps peut faire une merde, c’est une machine tu sais ? Il peut avoir un petit dysfonctionnement et poum. Enfin, c’est un quotidien et je sais de quoi je parle. » fis-je avec une énorme nonchalance mais bon, allez, faut que je lui dise un truc là. C’est juste pas possible que Leila soit dans un tel état et je ne veux pas dire que ce n’est pas possible du tout ou quoi, qu’il y a pas un seul moyen tant que je n’aurai pas essayé. Il faut que j’essaye en fait. Que ce soit impossible ou pas, faut que j’essaye parce que je pars du principe que l’impossible est possible que seulement quand on y croit.

Mais tout ce qu’elle me demande, en réponse à mes questions, c’est que je m’arrête. Je la regarde. « Maintenant ?! » Je me retrouve assez déstabilisé. Bon c’est le fait que je n’ai pas conduit depuis trois ans qui ne la rassure pas du tout. j’aurais vraiment dû me taire. Ok. Ok. J’essaye de ralentir la voiture et je grimace à l’idée que je n’arrive pas encore à lever mon pied. Je soupire et enlève la main du volant pour essayer de soulever mon genou assez doucement … La vitesse se perd, j’essaye de me garer sur le bord mais j’avais un peu trop levé le genou que voilà. On cale. Assez brutalement que je me cogne contre le volant, que Lei pourrait se cogner contre le tableau de bord, que la ceinture lui fasse mal. Je me mets à ricaner nerveusement et lève les mains du volant, je mets le frein à main. Maintenant que nous sommes bien garés. « Heureusement que j’ai ralenti avant… Parce que sinon, on aurait fait un joli vol plané ou on se serait pris le ravin ou sinon on aurait fait le tour dans les champs de blés… Ce sont des blés ou du maïs ? Je confonds tout le temps surtout que j’ai pas pris mes lunettes… Peut-être dans la boite à gants… » Je regarde Leila et prends un léger air blasé. « Ok OK. Je te laisserai conduire tout à l’heure ! Mais s’il te plait, on est arrêté là et on a de la chance que les flics soient pas dans le coin ! » Oui, je veux écouter les réponses aux questions. Je ne pensais pas que tout d’un coup, même pas sorti une heure plus tard, j’ai cette petite flamme qui commence à s’animer et que ma tête gribouille plusieurs idées de test à faire pour Alzheimer. Et ce, bien avant de savoir quoi ce que ce soit. Je masse inconsciemment ma jambe et écoute Leila, sur cette fameuse personne atteinte de cette merde.  « Woh… C’est assez jeune. » commentai-je. Avant de bug à l’idée qu’il a divorcé pour le fun. « Hein ?!! Qui divorcerait pour le fun ? » Quoique, je me dis que quelqu’un de la famille Wilde serait LARGEMENT capable de faire ça, alors pourquoi pas lui ? Enfin bref. J’écoute, je devrais arrêter de commenter. « Dooonc… Sa femme… Euh, ex-femme, enfin sa compagne, n’est pas au courant ? Mais comment il peut cacher une telle maladie ?! C’est… » fis-je un peu perdu. Je disais quoi par rapport aux commentaires ? Oups… « Stade 3 ?! Et il arrive à cacher ça ?! Mais. Attends, c’est pas possible qu’elle n’ait rien cramé. Attends, c’est… Ne pas se souvenir des noms des gens qu’il rencontre actuellement, qu’il perdrait ses affaires et qu’il ne serait presque pas capable de lire un bouquin. » Une pause et je passe la main dans mes cheveux. « Mais c’est un malade ce gars. » commentai-je encore. Ok, il a vraiment le sens du sacrifice et si personne n’a cramé quoi ce que ce soit, c’est qu’il ne doit pas forcément beaucoup voir sa compagne. En même temps, s’ils sont divorcés, ils ne doivent pas beaucoup se voir non ? Enfin… C’est très chelou toute cette histoire. Je prends un air assez concerné, bien tourné vers Leila. Je l’écoute raconter cette histoire, parce que oui, je me demande comment elle… Uniquement elle a découvert le secret d’Eliott, mais pas sa compagne. Je cligne les yeux et secoue la tête. « Donc tu as su sa maladie en fouillant dans ses tiroirs ? Mais… Pourquoi tu fouillais ses tiroirs ? » Je m’interromps en voyant le regard de Leila. « En fait, je ne crois pas que ce soit judicieux que je doive savoir comment tu l’as appris. Mais bon, tu l’as découvert par hasard, c’est ce que je retiens. Il a baissé sa garde avec toi, alors qu’avec sa compagne, il doit faire de son mieux pour tout cacher ça. Je n’imagine pas l’épuisement que ça doit être. Il est au courant que tu me demandes ça ?» À la réaction de Leila, je soupire longuement et passe mes deux mains dans les cheveux, complètement affalé contre le siège de la voiture. « Ah la meeeerde… » marmonnai-je avant de laisser le silence s’installer, le temps que je réfléchisse. Que faire ? S’il est au stade trois, ça va, il a le temps. Enfin, je ne sais pas depuis quand il est au stade trois, mais ça mettra au moins un an avant une certaine évolution, donc je pourrai essayer de reprendre le médicament test fait par mes confrères, mais qu’il faut également que je vois pour éviter ces fâcheux effets secondaires… Sûrement ajouter mes modifications… Ça va être du boulot tout ça. Puis, c’est pas si mal, ça me changera aussi de mon échec contre le virus Zika, ça me changera carrément les idées. Mais qu’il ne soit pas au courant que Leila me demande ça, je peux comprendre parce que si je n’avais pas de plan, ça lui aurait fait de faux-espoirs. Mais que sa compagne ne sache pas ça, ça pue ça. Je n’ai pas envie de … Je soupire encore une fois « Bon… » fis-je en rompant ainsi le silence. Je finis par sortir de la voiture pour prendre l’air et me dégourdir les jambes. J’attends que Leila sorte elle aussi. Je pose mes bras sur le toit et croise son regard assez concerné. « Je n’ai peut-être pas ma place dans sa vie privée. Je ne le connais même pas cet Eliott mais ça se voit que tu tiens à lui. Donc tu es mieux positionnée que moi pour le pousser au moins à dire à sa compagne ce qu’il a. Je m’en fiche des conséquences que ça engendra maintenant. Mais s’il ne le dit pas maintenant et que je vais essayer de trouver un truc pour l’aider à lutter contre cette maladie, je n’ai pas envie de faire face à sa compagne qui découvre tout ça. Les conséquences à ce moment-là, seront vachement plus sérieuses et on va tous - surtout moi - galérer. Parce que bon, ne pas être au courant qu’il est malade, c’est qu’il a ses raisons. Mais s’il vient dans mon labo, je ne veux pas d’emmerdes venant de ses proches. »
electric bird.






   
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 92
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : No one

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Ven 12 Oct - 9:12 )


Let's go for a ride.
Je soupire en entendant ses excuses. Il ne savait pas le fait-il si bien remarqué. "Je sais Owen." Non, réellement, c'est bien quelque chose que j'ai noté durant ses longues années de mariage, Owen ne le fait jamais exprès. Jamais et encore heureux. Son insouciance est attachante, sauf quand elle me vaut de perdre quelques décilitres de sang. Je me répète alors en entendant ses excuses et je lui souris cette fois. "Je le sais aussi et merci!" D'avouer que je ne suis pas si fragile, bien plus pour me faire plaisir que par véracité j'imagine. Lorsqu'il m'explique que conduire et être intelligent à souhait n'ont rien à voir je grimace en m'accrochant fermement au siège auto alors qu'il fait n'importe quoi. Il va réellement finir par nous tuer et, avec son talent, ça pourrait encore être un peu de ma faute malgré tout. Au moment où il lève les mains, je hurle un peu plus fort. "Owen, garde les mains sur le volant!!!" J'en abaisse même une de mon propre chef en tapant dedans et en la refermant dessus. "TROIS ANS?" Je perds un peu plus mon calme en le fixant pour être certaine qu'il regarde la route. "Tu comptais me faire part de ce détail quand on serait morts?" Il enfonce d'ailleurs le clou en précisant justement que la mort peut arriver à tout moment. C'est bien parce qu'il sait tout ça qu'Owen a une relation différente que nous autre avec notre chère faucheuse. Il a l'impression de lui serrer la main tous les matins alors que nous, nous l'ignorons dans toute sa splendeur au quotidien. Par peur, par ignorance ou par envie. J'en rajoute alors de plus belle. "Non, non et je préfère ne pas savoir." Pour éviter d'y penser toutes les nuits et d'être aussi imprudente que lui. "Sérieusement Owen, arrête toi!" Je ne resterais pas dans cette voiture maintenant que je sais qu'il n'y a pas touché depuis trois ans et qu'il est incapable de regarder la route plus de deux minutes. J'ouvre grand les yeux quand il se questionne sur le moment de l'arrêt et je réponds un peu plus fort. "Evidemment pas à la Saint G..." BOOM. Aussitôt dit, aussitôt fait et je suis projetée sans comprendre pourquoi. Je mets la main en protection, belle idée. Je me cogne la main se tort un peu sous l'à-coup. "Aoutch..." Je marmonne en me redressant et en passant d'abord la main sur mon poignet puis sur mon épaule, là où la ceinture m'a violenté. Owen est comme un enfant et je le sais. Une seule information à la fois et toujours lui donner le temps de l'enregistrer, l'analyser pour l'effectuer correctement. Là a été mon erreur. Je lui lance un regard noir alors que son explication, pas même des excuses, vient se confronter à mon visage dur. Je me détends en l'entendant et réponds naturellement. "Du blé." Puis j'hallucine en prenant réellement conscience de ce qu'il vient de dire. Je balbutie, choquée.

"Tu portes des lunettes...? Tu portes des lunettes et tu ne les as pas mise pour conduire?!? Tu ne peux même pas discerner le blé du maïs?!?" Même si la saison du maïs en était à sa fin, c'était si simple de les différencier que je manque de faire une crise cardiaque en me demandant ce qu'il voit alors s'il ne voit pas le champ à moins de 6 mètres de nous. Je lui mets plusieurs claques à peine douloureuses sur l'épaule. "J'ai un mari et une fille espèce de fou! Ca ne va pas!!" La plus grande punition que je puisse lui donner parce que là encore, je sais qu'il ne l'a pas fait exprès. Je m'arrête quand il promet alors de me laisser conduire une fois qu'on aura discuté, en lui lançant quand même un regard plein de suspicion. Sait-il réellement où vit son amie? Je m'en inquiète à présent. Cependant, le sujet de la maladie d'Eliott est bien plus important alors avant de détourner son attention, je prends mon courage à deux mains pour lui donner toutes les informations sans pleurer comme une madeleine, ou comme la petite fille à son papa. Je hoche la tête, passionnée par notre sujet de discussion. Il tique évidemment sur la même chose que moi. Le divorce pour le fun. "EXACTEMENT! C'est ce que je lui ai dit!" Je réfléchis sur la manière dont il cache la maladie et propose tout ce qui me passe par l'esprit. "Il écrit ses Mémoires pour éviter d'oublier, il passe le moins de temps possible avec elle parce qu'elle le connaît par coeur... Et pourtant! Il en écrit un figure toi. Un livre sur sa vie. Il combat la maladie comme un lion j'imagine..." Le respect s'entend au fond de ma voix et alors que celui d'Owen semble aussi flagrant parce que, quand il pense que quelqu'un est un malade, c'est forcément un compliment, je m'adoucis et j'acquiesce. Oui, un grand malade. La grimace qui apparaît sur mon visage quand il me demande pourquoi je fouillais dans les tiroirs d'Eliott lui permettent immédiatement de savoir qu'il ne vaut mieux pas chercher les raisons exactes qui m'ont amené dans ce lieu et il se rattrape immédiatement en refusant finalement que je m'explique. Ce que j'aurais fait sans détour s'il me l'avait demandé pourtant. Tout ce qu'Owen m'aurait demandé aujourd'hui, je le lui aurais donné et il semble le savoir puisqu'il m'arrête avant même que je n'ai commencé. Surtout que la situation n'est pas simple et mon cher Owi ne tarde pas à le savoir en essayant de savoir si Eliott est au courant de ma démarche. Je me pince les lèvres, coupable et je balance la tête de gauche à droite, n'osant pas réellement dire un non qui m'accablerait encore plus. Je sais qu'il ne va pas apprécier que je fasse ça dans le dos d'Eliott. Owen est la personne la plus sincère que je connaisse. Il n'est pas menteur pour un sou et même quand il essaie, il n'y arrive pas, c'est la raison pour laquelle il ne faut jamais lui confier un secret.

J'attends alors, stressée comme pas possible, la sentence quand je le vois se mettre à réfléchir. Il a commencé par "Ah la merde" et ça n'annonce rien de bon mais, naïve comme je suis, ça ne m'empêche pas de garder espoir malgré tout. Le silence est pesant, long, beaucoup trop long et je comprends alors ce que je lui ai fait endurer quand il a pensé que c'était Farell qui était malade. Je n'ai pas d'autres solutions qu'Owen, pas d'autres espoirs. Quand il commence, je me rends compte que tout ce temps, j'ai retenu mon souffle et que je le lâche seulement à la fin de son discours quand je comprends que oui. OUI, il va l'aider. La pression se relâche et même si rien n'est gagné, tout semble l'être en fait, sur ce petit laps de temps. Une victoire immense comme le monde. Je lui saute au cou, faisant fi de la boîte de vitesse, du frein à main, de tout et je réponds, excessivement enthousiaste. "Je ferais tout, absolument tout ce que tu me demandes!!!! S'il ne le dit pas lui-même, je le menacerais de le faire. Promis! Elle saura tout!" Même si j'espère pouvoir le convaincre avant d'en arriver à cette extrême. Je pose un énorme baiser sonore sur sa joue. "Oh merci!!! Merci! Merci! T'es le meilleur Owi!" Je sors de la voiture pour m'arrêter à côté de sa porte, côté conducteur, excitée comme une puce et je lui fais signe de se déplacer. "Allez!! On va voir ton amie!" J'appuie mes mains sur la portière, à l'endroit où la vitre est grande ouverte et je le fixe un moment, tout en réfléchissant. "Euh... Cette histoire, elle va rester entre nous ou?" Je pense bien-sûr à toute la famille qui va sûrement détester qu'Owen se remette à faire des tests dangereux d'une manière ou d'une autre. Je suis folle de penser qu'Owen saurait mentir, même sur un sujet aussi sérieux. "Attends... Comment tu vas t'y prendre? Eliott sera le cobaye?" Aucune solution ne me déplaît plus que celle-ci. Enfin si, celle où Owen se prendrait comme propre cobbaye. Je me rends enfin compte des conséquences de ma demande et elles sont terribles.
Codage par Libella sur Graphiorum


DON'T YOU MESS WITH DEATH


code by Elle

Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


https://www.pinterest.fr/harmajabb/mark-ruffalo/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman)

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mer 17 Oct - 12:21 )

let's go for a ride
Leila & Owen
Ah bah c’est du blé. Bon voilà, c’était du blé, pas du maïs, je me disais bien que ce n’était pas la même chose. Enfin bref, je me suis demandé en l’espace de trois secondes pourquoi je parlais du blé et du maïs avant de me souvenir que j’étais en train de me justifier sur ce qui aurait pu se passer si je n’avais pas ralenti petit à petit sous le regard assassin de Leïla. Cette dernière change très vite d’expression quand elle réalise mes paroles, je finis par les réaliser en même temps qu’elle et j’ai voulu la rassurer au mieux que je peux. « Nan ! Si ! Enfin si ! Je peux voir le blé et le maïs, mais je me trompe tout le temps parce que je m’y connais rien en agriculture ! Pas parce que je ne vois pas ! Même si j’avais mes lunettes je … Aieuh ! Aow ! Mais Ah ! Leï ! Arrête ! » grognai-je sous les petits coups de Leïla. Je remonte les épaules en attendant qu’elle ait terminé, avec une petite grimace avant de prendre un air totalement blasé: c’est bon, je vais lui laisser le volant ! Cela a le mérite de l’arrêter totalement, ce qui est parfait en plus. Si c’était Marlon, ce serait plus que des petites claques à la Leïla… Enfin, si c'était Marlon, je l’aurais laissé conduire ma voiture.

Enfin bref, c'est pas le plus important.

J’apprends pas mal de choses sur la demande de Leïla, pourquoi et ce qu’elle attend de moi. J’apprends également sur cette personne qu’elle voudrait aider. Donc, c’est Eliott, stade trois à peu près, normalement incapable de lire un bouquin mais qui pourtant écrit ses mémoires, un livre et ce, pour garder ses souvenirs. Cela devait être très difficile, en vrai c’est un malade ce gars et c’était bien et bel ma manière d’exprimer mon respect. C’est impressionnant, parce que je ne suis pas sûr que si j’étais atteint d’une telle maladie que je sois capable de faire ce que Eliott est en train de faire. Seulement, ce dernier n’est pas au courant ce que Leïla est en train de faire pour lui, elle a peur de sa réaction donc ça me dit que quelque part, il a accepté son destin: finir par ne plus avoir de souvenirs. Il ne serait pas partant pour des solutions alternatives et donc, il sera difficile à convaincre, or ce n’est pas mon problème parce que ce n'est pas à moi de faire ça. Je suis tout simplement prêt à faire les expériences oui, pourquoi pas. Mais c'est tout. J’imagine quand même qu’il est suivi par un neurologue, qu’il devrait avoir ses médicaments, mais ce qui lui manque c’est le soutien. C’est le fait que sa famille devrait être au courant et encore, il ne peut pas indéfiniment cacher son secret. Cela le pousse à éviter sa compagne, ce n’est pas vivable. Je n’ai pas voulu savoir les sombres détails de comment Leïla l’a appris, je ne pense pas que ça me regarde et encore, je ne me fais pas confiance pour garder les informations confidentielles comme ça.

En gros, c’est la grosse merde tout ça.

Beaucoup de risques, comment faire des expériences si moi je ne peux pas en être le cobaye ? Comment régler les problèmes des effets secondaires ? Mais surtout, le temps est contre moi. Le traitement mettra énormément de temps à agir et le temps que ça agisse, Eliott sera largement passé au stade quatre. Enfin bref, toute une prise de tête et j’aime bien ce qui est prise de tête. C’est également un très gros défi pour moi. Et j’aime les gros défis. Seulement, y a des détails qui ne m’arrangent pas, mais rien qui ne pourrait ne pas être arrangé à mon avis. Malgré ces détails, je lui ai dit plus ou moins oui, pour pas dire totalement oui. Leïla en est tellement soulagée, elle me saute dessus et encore un peu, je me serai cogné contre la portière tellement je ne m’attendais pas à un déferlement de joie de sa part. En même temps, j’aurai dû y penser, parce que c’est tout Leïla craché: quand il y a un grand problème, elle refuse absolument qu’il n’y ait pas de solution. Elle est comme moi dans le fond: on n’accepte pas le fait qu’il n’y ait pas de solution ou de choix. Y a toujours un choix. Elle est énormément attachée aux personnes, elle cherche toujours à bien faire, des fois un peu trop. Elle prend le risque de blesser les personnes à force de trop bien faire et ça part toujours en couille, si ce n’est pas encore arrivé maintenant, ça risque bien à l’avenir.

Enfin pour l’instant je profite de l’explosion de joie de Leïla qui me fera bien rire. Elle me dit même que je suis le meilleur, en même temps elle n’a pas tort: elle a demandé au meilleur. Elle a retrouvé sa joie de vivre en l’espace de quelques secondes et fait comme si tout était gagné, sûrement parce qu’elle ne réalise pas l’étendu des conséquences de sa demande, après tout, ce n’est pas son domaine à proprement parler. Donc cela devrait aller si elle n’en sait pas grand chose.

Elle est sortie de la voiture et j’en profite pour ouvrir la portière, mais je ne suis pas sorti tout de suite que Leïla me demande déjà de le faire. Je fais un léger geste de la main pour lui dire de ralentir un peu, j’ai à peine posé les pieds au sol et toujours pas levé mon popotin du siège qu’elle se pose la question. Est-ce que cela devrait rester entre nous ? Je grimace légèrement à cette idée et penche la tête de droite à gauche, pas très confiant à l’idée que je doive rester secret sur ce que je fais. Surtout après le fiasco de Zika, ça m’étonnerait que j’aie le droit de rester silencieux. « Ah ben ça… Je ferai au mieux de garder le secret, mais il est certain que je ne pourrais pas le cacher à Alma parce que c’est mon assistante et elle travaille avec moi, quitte à avoir les cheveux blanc plus tôt que prévu pour son âge avec tout ce que je lui fais subir… Ayana parce que c’est ma fille qui est bien capable de descendre dans mon laboratoire avec son paquet de chips et à me demander quelles sont mes nouvelles. Elle saurait très vite reconnaître ce que je suis en train de faire, elle est trop intelligente cette fille… Et Seth, parce que c’est mon frère quoi qui me surveille avec son son truc qui sert de drone électrocuteur. » Surtout que Nao est directement lié à Seth et qui lui envoie des rapports par moments sur mon état de santé. Je me rappellerai toujours de cette électrocution qui m’aura été presque fatal quand j’étais délirant de fièvre.

Je me lève du siège, en m’appuyant sur la portière, en faisant garde de ne pas écrabouiller les mains de Leila. Je secoue la tête aux questions, réalisant qu’elle vient de prendre conscience des conséquences de la demande. « Eliott ne sera pas tout de suite le cobaye, parce que bon. Je n’ai pas envie de lui exploser le crâne si jamais je n'ai pas réussi à arranger les effets secondaires. Enfin dans un premier temps, parce qu’il faudra bien que monsieur Eliott doive être un cobaye parce que le temps sera mon ennemi. Il est au stade trois et il ne faut pas que je prenne mon temps et le risque qu’il soit au stade 4. Plus le stade est évolué, plus il lui sera difficile de sauver ce qui lui reste des fonctions cognitives. » soupirai-je alors que je commence à me déplacer en boitillant légèrement, faisant le tour de la voiture pour aller au siège passager. « De plus, je ne peux pas encore faire les test sur moi-même. Je ne me suis pas entièrement remis du fiasco de Zika. De plus, je ne peux pas avoir Alzeihmer, c’est quasiment impossible. Donc je vais probablement faire une annonce sur le site de recherche, trouver les cobayes ayant cette maladie, en échange d’une très bonne rémunération et… Enfin, détails détails Leïla… Allons y, on est un petit peu en retard pour voir Nami. » fis-je en m’asseyant au final sur le siège passager, j’ouvre la boite à gants et retrouve le boitier de mes lunettes… de soleil. Parce que quand même, y a un sacré soleil là ! La voiture démarre et je la regarde d’un oeil inquiet. « Ne me dis pas que c’est la première fois que tu conduis une voiture comme celle-ci ? » Parce que si c’est la première fois qu’elle conduit une telle voiture, j’aurai affaire à une Leïla Owen V.2 et on sera très mal barré.
electric bird.






   
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 92
›› Pseudo : Liannajo
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : No one

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mar 30 Oct - 20:20 )


Let's go for a ride.

Quand Owen tente de m'expliquer ce qu'il voit ou ne voit pas, je ne suis pas plus rassurée qu'auparavant. J'ai juste envie de lui faire payer son imprudence à notre égard à tous les deux. Je n'arrive pas à croire qu'ils mettent nos deux vies en danger. C'est pourtant simple de faire attention de temps en temps. Je pousse un lourd soupir, ne perdant pas de vue qu'Owen frôle sûrement la mort à chaque seconde et j'arrête de le frapper à sa demande même si j'en meurs encore d'envie. "Ne conduis plus jamais sans tes lunettes!" Espérant qu'il puisse réellement écouter mon conseil.

Parler de la maladie d'Eliot me fait un bien fou. Owen n'a pas son pareil pour écouter les gens et ça me fait du bien d'être entendue à ce propos. N'ayant pas eu l'occasion d'en parler à qui que ce soit d'autres, c'est un exutoire dont j'use et abuse avec plaisir. Après tout, Owen en a vu des vertes et des pas mûres et ce n'est pas la vie de mon ami qui le choquera le plus. Pour lui, ce n'est même presque rien. S'il fait quelque chose, ce n'est que pour moi, que parce qu'il remarque combien ça me touche. J'en ai conscience et j'en suis d'autant plus reconnaissante. A l'évocation des personnes à qui il ne pourra assurément pas le cacher, je déchante. Si Seth le sait, tout le monde le saura. Il est impossible de cacher des choses longtemps dans cette famille. Impossible. En plus, Owen n'est pas le meilleur menteur de la planète bien qu'il doive avoir quelques compétences dans le domaine. "Okay, c'est mort!" Je le coupe pour éviter d'aller plus loin. Il n'y a pas d'échappatoire. "On ne dit rien mais on ne cache rien. Si on nous demande, on dit la vérité et.... Peut-être prendrais-je la peine d'en parler à Farell si l'occasion se présente." Le choix du secret ou non étant fait, je sais que je trouverais cette occasion et que c'est même préférable.

Je manque plusieurs battements de coeur quand il parle d'exploser la cervelle d'Eliott et j'ouvre grand les yeux. D'abord incapable de parler, je finis par retrouver la parole. "Tu vas exploser leur crâne? Attends, rassure moi Owen, on parle bien de cobaye animal ici pour l'explosion? Hm?" Cette fois, je commence à être de plus en plus sceptique et de plus en plus inquiète. Si Owen ne semblait pas si adorable la plupart du temps, il me ferait même presque peur, le temps d'un instant. Il finit alors par m'éclairer avec ces précisions et je crie un peu. "Une bonne rémunération?!? Tu te moques de moi? Tu.... Attends, tu n'es pas sérieux?" C'est le moment où j'attends patiemment qu'il se mette à rire ou même juste à me sourire mais rien ne vient. Je l'observe pourtant, espérant encore. "Tu pourrais tuer des hommes comme ça? Impunément? Attends..." Je manque d'air un moment. Je deviens pale. "Tu en as déjà tué?" Je ne peux même plus respirer d'ailleurs et je m'accroche un peu à la voiture, persuadée qu'elle tangue. Je dois être en plein cauchemar. "Des DETAILS? Mais voyons Owen, jamais Eliott n'acceptera! Jamais je ne pourrais accepter de tuer des innocents contre de l'argent. Ce ne sont pas que des détails, c'est grave! C'est mortellement grave!" Me voilà à nouveau hystérique, au bord du précipice. J'essaie pourtant de me concentrer sur la route, ce qui n'est pas chose aisée à présent que je sais exactement ce qu'il en est. Sauver Eliott aura un prix, que je dois accepter de payer et que je dois sûrement lui cacher. Il n'est pas bête Eliott et je ne sais quel mensonge je pourrais inventer. Il lit si facilement en moi. Agacée par la conversation précédente et le choix de la conséquence de mes actes, je réponds. "Bien-sûr que non. Tu sembles oublier à qui je suis mariée." Evidemment que je sais conduire des voitures puissantes. Je ne le fais juste pas tous les jours. Je souffle enfin, après réflexion. "Si j'étais ton cobaye, tu ferais plus attention?!? Tu serais plus regardant? Peut-être que ton insensibilité face à la mort ne te permet pas de voir à quel point c'est grave.... Mais si c'était moi, tu ferais ton maximum pour éviter cette erreur, non?" Je regarde la route, qui ne file plus si droit et je rajoute juste au cas où. "N'oublie pas de m'indiquer le chemin à suivre." Je dois pourtant bien me douter qu'Owen n'est pas le meilleur dans ce domaine là également.

Codage par Libella sur Graphiorum


DON'T YOU MESS WITH DEATH


code by Elle

Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
Wilde Gang


https://www.pinterest.fr/harmajabb/mark-ruffalo/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/06/2018
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle (oui encore môa)
›› Célébrité : Mark Ruffalo
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Evan Rachel Wood), Simone Esposito (Ryan Gosling), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman)

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( Mer 31 Oct - 12:45 )

let's go for a ride
Leila & Owen
Depuis que j'ai parlé de comment j'allais faire mes expérimentations, juste pour répondre à la question de Leïla, je me suis laissé débordé par les mots, les idées et je m’en étais rendu compte un peu trop tardivement. J’ai essayé au fur et à mesure que Leïla posait les questions, commençait à réaliser petit à petit ce que cela implique. Enfin, je devrais dire détail détail, n’arrivant même pas à détendre l’atmosphère. Je fronce les sourcils à la remarque de ma belle-soeur sur le fait qu’Eliot n’acceptera jamais. Qu’elle n’acceptera jamais. Que c’était plus que des détails, c’est grave, c’est mortellement grave. Je secoue la tête, montrant que je ne suis pas d’accord du tout avec elle. « Non mais pas du tout voyons ! Tu n’y es absolument pas Leïla ! » Elle faisait des conclusions un peu trop hâtives et je m’en voulais d’avoir révélé un peu mon business pas si innocent que ça. « En vrai. Je suis contre les expérimentations pour les animaux, ils n’ont rien demandé pour ça et ils ne sont même pas volontaires. C’est sur ce quoi je me base. Le volontariat, bien rémunéré dans tous les cas. Je ne force pas les gens à subir ces expériences. Ils viennent de leur propre chef et je leur fais signer les décharges quand tout va mal pour pas que ça me retombe dessus. Bien sûr, ils sont conscient des risques, ils savent qu’ils risquent la mort et subissent les effets secondaires dévastateurs mais la majorité s’en foutent parce que bon, ils ne disent pas non à 10 000$ au moins à pouvoir envoyer à leur famille ou je ne sais pas quoi s’ils réussissent à survivre. » Je lève les mains comme si c’était une évidence. Comme si je n’avais rien fait de mal et c’est le cas. Je n’étais pas offusqué que Leïla pense que je tue les gens, impunément. Je la pointe du doigt pour la rectifier. « Je ne tue pas les gens. C’est le virus qui tue les gens, nuance ! » Je me repositioenne correctement sur mon siège et cherche mes lunettes qui étaient dans la boite à gant pour les mettre sur le nez. « De plus, je ne suis pas le seul à faire ça. Ça se fait dans les labos scientifiques. Faut bien qu’on teste les remèdes sur les humains. » … volontaires surtout. J’insiste là-dessus même si en vrai, dans le fond, je me débrouille pour faire des test de motivation et observe s’il y en a qui méritent vraiment de s’en sortir vivant ou pas. Toute cette histoire de sélection sur les meilleures personnes ou les mauvaises, presque personne ne le sait, à part quelques membres dans la famille. Leïla en est une, mais elle est une des plus innocentes, mieux vaut préserver cela et si je lui dis ça, elle ne me verra plus jamais de la même façon. Quoique… Avec sa naïveté, elle se fermera les yeux et se dira que je ne fais pas forcément exprès. Ce qui est vrai, je ne fais pas toujours exprès.

Enfin bref, je ne peux pas m’empêcher de m’inquiéter sur la conduite de Leïla malgré la conversation précédente. Ce à quoi elle me répond qu’elle était la femme de Farell, aka le plus grand conducteur des voitures puissantes de la famille. Je hausse les sourcils pas totalement convaincu. « Bien sûr, mais tu n’es pas Farell. » Le silence s’installe un petit peu quelques minutes alors que je regarde sur mon téléphone pour voir où est-ce que nous sommes et on n’est pas très loin, on se rapproche de la ville où je voulais justement aller. Je fronce un peu les sourcils quand Leïla reprend la parole, je ne relève pas le nez du téléphone pour l’écouter. « Mhmh oui. Je traite mes membres de famille différemment et c’est ce que je ferai avec Eliott bien sûr. Vous n’êtes pas mes cobayes à qui je paye grassement pour faire les test. » Une pause avant de relever mon regard vers Leïla un peu perturbé. « Je suis si insensible que ça face à la mort ? » Dis donc, je comprendrais mieux pourquoi elle doit se sentir vachement vexée parce que je ne fais pas attention à elle, pauvre mort… « Mh ? » réagissais-je quand elle me demande de lui indiquer le chemin. « Ah. Non non c’est bon. Tu continues vers la droite bientôt. » fis-je en regardant mon téléphone à nouveau avant de remarquer qu’il y a plusieurs droites en fait. « Deuxième à dr… non troisième à droite pardon. Troisième à droite et ensuite il y aura un feu rouge, tu tourneras à gauche. » Sauf que je n’ai pas fait gaffe que la gauche, c’était un sens interdit. « Ah mais… C’était pas comme ça avant ! Mais… Roooh, va tout droit. Tant pis et après tu tourneras à gauche pour tourner la deuxième à droite. Après faudra trouver les places. » Et étrangement ça se passait plutôt bien, enfin presque bien. Je trouvais des places, Leïla voulait pas se garer parce que c’était trop petit. Puis elle voulait se garer là mais une voiture nous avait doublé sous notre nez et bien que l’envie de râler, de houspiller sur le conducteur était forte, on n’avait pas le temps. « Allez allez. Hop hop. On est déjà en retard en plus, on va pas en rajouter avec ce petit con. On s’en occupera plus tard. »
electric bird.






   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Let's go for a ride •• Leila ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Let's go for a ride •• Leila

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération