Open your eyes and see the way our horizons meet

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Declan Pryce
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 24/09/2018
›› Commérages : 38
›› Pseudo : Mamie Jeanne
›› Célébrité : Ansel Elgort
›› Schizophrénie : Paul McMahon ❆ Sarah Miller ❆ Helena Lewandowski ❆ Pio Esposito ❆ Martin Palmer ❆ Emmy Nelson-Riley ❆ Oscar Pierce ❆ Dan Fumero

Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Sam 6 Oct - 22:33 )












Quand je ne savais pas quoi faire de ma vie, quand je n'avais pas envie de dessiner, j'allais toujours chez Joan. Accessoirement c'était aussi chez Evan, mais il n'était jamais là alors tant pis pour lui. Dans ce genre de moment avec ma sœur on avait pas forcément besoin de parler. Juste être ensemble suffisait à nous rendre heureux. Pourtant aujourd'hui je n'arrêtais pas de jacasser. J'avais plein de choses à raconter à Joan et je ne me privais pas pour le faire, pourtant au bout d'un moment elle me disait dans le plus grand des calmes que je devais partir parce qu'elle avait rendez-vous avec Paul. Paul je l'aimais bien. Joan avait l'air heureux avec lui et c'était tout ce qu'il y avait de plus important pour moi. Que Paul ne soit pas le père de William n'était qu'un détail. Que ma mère notre mère ne soit pas d'accord avec tout ça, n'était qu'un détail. Tant qu'il ne lui brisait pas le coeur, Paul était le bienvenue, même si je devais avouer qu'il accaparait un peu trop ma sœur adorée. « Tu me zappe un peu trop souvent ces derniers temps pour passer du temps avec Paul !! » Est ce que j'étais triste ? Oui un petit peu. Est ce que je le vivais mal ? Non absolument pas, je disais cela uniquement pour l'embêter, parce que Joan était une personne qui pouvait culpabilisait rapidement, et du coup c'était drôle de la faire marcher et avant qu'elle annule sa journée avec Paul, je préférais arrêter tout de suite ma petite blague. « Rassure toi, je rigole. T'as bien le droit d'en profiter, si tu veux je garde même William. J'ai remarqué qu'il adorait passer du temps avec moi » Et il ne fallait pas se tromper, un jour j'allais apprendre toutes mes bêtises à son fils. Je n'étais pas son oncle cool pour rien. Evan lui apprendrait à être sérieux et devenir quelqu'un de bien, alors que Sebastian et moi, on allait lui apprendre tout le contraire. Il fallait un juste milieu. « T'es nul et pour la peine je garde William avec moi » Sous prétexte qu'elle était sa mère, elle avait le droit de faire ce qu'elle voulait avec son fils. Je trouvais ça un peu injuste. « Avoue t'as peur qu'il m'aime plus qu'il n'aime n'importe qui d'autre » Je ne savais pas si cette phrase avait du sens, mais pour moi elle en avait. « Comme tu me prives d'un moment passé en tête à tête avec mon neveu, je vais aller au parc dessiner des gens au hasard. Tu m'accompagne ? » Elle regardait par la fenêtre, hésitais quelques instants avant de me dire non. « Non il faut marcher et marcher c'est presque comme du sport, donc je vais juste prendre ma voiture, mais je peux te déposer au parc si tu veux » C'était gentil de sa part de me le proposer, mais j'avais mon vélo, et je n'étais pas sûr qu'il entre dans le coffre, surtout avec tout l'attiral de William qu'elle devait toujours emporter avec elle. « Merci pour la proposition soeurette, mais je vais garder mon vélo » Avant de prendre congé de Joan, je l'embrassais sur chaque joue et je la prenais aussi dans mes bras.

Le vent dans les cheveux, les mains géles et les yeux qui pleuraient, c'était les joies du vélo quand le froid refaisait son apparatition. Alors oui je pouvais passer mon permis et être bien au chaud avec le chauffage, mais non je n'avais tout simplement pas envie. Dans une ville comme Cap Harbor je n'en voyais pas non plus l'utilité. Alors j'étais heureux avec mon petit vélo et j'étais encore plus heureux de pouvoir aller au parc. Je posais mon vélo contre le banc sur lequel j'étais assis et carnet à la main, je cherchais l'inspiration.
Venir ici était l'une de mes activités préférées. Des fois je ne faisais rien de particulier, je regardais juste le monde qui m'entourais, mais souvent je dessinais les scènes de vie qui s'offraient à moi. Une mère qui réconfortait son enfant après qu'il soit tombé, un père qui apprenait à son fils à faire du vélo, une grand-mère qui attendait que le temps passe. Tout m'inspirait et aujourd'hui après avoir laissé mon regard errait autour de moi, je n'avais pu m'empêcher de s'attarder sur cette magnifique brune. Comme moi elle avait un carnet à la main, mais elle écrivait dedans d'une manière frénétique et rien qu'à la voir je me sentais curieux de savoir ce qu'elle pouvait bien écrire. A défaut de le deviner, je m'empressais de faire son portrait. Son regard concentré, ce petit creux entre ses yeux quand elle semblait réfléchir avec beaucoup d'intensité. Tout en elle, donnait envie de la dessiner. Régulièrement je posais mon regard sur elle des secondes durant pour essayer de capter le moindre mouvement de cheveux, la moindre expression. Peut-être qu'on pouvait penser que j'étais un psychopathe, mais non ma démarche n'était absolument pas malsaine. J'étais juste inspiré.
Je ne connaissais pas cette jeune femme et peut-être même que je n'allais plus jamais la croiser de ma vie, c'est pourquoi je voulais profiter de ce moment.




lumos maxima


† When i die yeah you know i'll be ready to go
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Joey Washington
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 71
›› Pseudo : getget
›› Célébrité : the lovely Katie Stevens

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Dim 21 Oct - 14:32 )

declan&joey ⊹ « Comme vous le savez tous le mois dernier avait lieu la journée de la bisexualité. Et parce que cette cause ne doit pas seulement être célébré un jour de l’année nous avons décidé que le numéro d’Octobre serait également basé ce thème. Je veux que l’on parle de cette journée mais pas seulement, je veux aussi que l’on s’intéresse à toute la communauté LGBTQ. » Joey prenait des notes son stylo à la main, elle écoutait Mia leur parlait de ce nouveau numéro en édition spéciale. La brune elle voulait parler des rassemblements qu’il y avait eu dans les différentes villes des Etats-Unis pour célébrer cette journée mais trois de ses collègues étaient déjà sur le coup alors elle pensa à aller interviewer des personnes bisexuelle avant de se rendre compte qu’elle n’en connaissait pas vraiment. Alors qu’elle demandait de l’aide à Mia, son amie, sa patronne, lui répondit « Parles de toi Joey, tu es toujours meilleur quand tu parles de toi » Tel une Carrie Bradshaw qui se sert de sa propre expérience pour définir un sujet si vaste. Joey avait besoin de réfléchir et pour cela elle décida de se rendre dans son lieu favoris pour travailler. Le grand parc de Cap Harbor. Joey Washington c’est un peu une version 2.0 de Carrie Bradshaw. Cette idée lui plait. Une Carrie plus ouverte d’esprit, une Carrie plus libéré, plus autonome. Ce banc c’était pour elle comme le bureau de Carrie dans son appartement. Elle regardait ses notes la brune, les relisait encore et encore se disant que finalement Mia avait raison. Elle allait parler de son expérience. Elle allait dévoiler son expérience avec une femme tout en montrant qu’il est stupide de coller des étiquettes aux gens. Bisexuel, Homosexuel, Hétérosexuel. Pour elle il y a plus grand que ses étiquettes, il y a la découverte. Est-ce qu’on est forcément bisexuel parce qu’on a voulu tenter une nouvelle expérience. Son sujet enfin trouvé la Washington se mit à écrire à une vitesse folle sur son carnet à idée. Alors qu’elle partageait son expérience Joey pensa « Et si Liam viens à lire cet article ? » Après tout Liam doit bien se douter que sa petite sœur à une vie sexuelle, mais de là à l’imaginer avec une femme il n’était certainement pas près. D’un autre côté il y avait très peu de chance que Liam lise un de ses articles, Calie peut-être, mais Liam. Non. Et autant le dire Joey serait beaucoup plus à l’aise pour parler de tout ça avec Calie qu’avec son frère dont l’inconscient la pense toujours vierge. Son stylo glisse sur la page à une vitesse folle quand il se stoppe soudain. Elle ne trouve pas le mot qu’elle cherche. Un synonyme. Non plus. Elle relève alors la tête de son carnet pensant que regarder ailleurs aidera son cerveau mieux s’oxygéner. C’est là qu’elle l’aperçoit à quelques mètres d’elle, elle croise même son regard avant qu’il ne baisse les yeux sur sa feuille. Declan. Declan Pryce, le grand frère de Seb son amie d’enfance. Celui avec qui il a fait 1001 conneries. Se souvient-il même d’elle ? Elle elle se souvient. Peut-être parce que son frère passait tout son temps avec Seb et Declan étant plus jeune. Peut-être aussi parce qu’à l’époque elle avait craqué sur lui. Elle avait craqué sur lui comme une enfant craque sur un garçon un peu plus vieux. Pour lui elle n’était certainement que la petite sœur pot de colle et relou. Elle retourne à l’écriture de son article la brune pourtant il lui semble désormais qu’on l’observe. Lorsqu’elle ose un regard au dessus de son carnet elle l’aperçoit à nouveau qui la regarde. Est-ce que le frère de Seb est devenu un vieux pervers qui reluque les filles pendant des heures ? Elle n’ose pas y croire. Elle ne va pas se laisser reluquer de la sorte longtemps la Washington. Elle ferme alors son carnet et s’approche de lui ses affaires sous le bras alors qu’il relève à nouveau la tête vers elle vraisemblablement surpris qu’elle ne soit plus qu’à quelques pas de lui. Elle est presque sur qu’il ne la reconnait pas. Après tout cela fait bien longtemps qu’elle ne l’a pas vu et elle a grandit la petite fille, c’est aujourd’hui une femme. « Dis je peux savoir pourquoi tu me regardes comme ça depuis tout à l’heure ? » Elle le regarde, attendant une réponse, et s’approchant d’un pas de plus elle aperçoit finalement ce qu’il cache sur sa feuille. « Wouha tu es doué » Elle n’aperçoit que quelques coups de crayons mais reconnait bien là le talent d’un artiste. Il abaisse alors son carnet dévoilant ainsi son dessin et la jeune femme ouvre de grands yeux à la découverte de celui-ci. « Mais. C’est moi ? » Ou plutôt c’était elle il y a encore quelques secondes lorsqu’elle était installé sur ce banc. Joey a beaucoup d’admiration pour tout ce qui concerne l’art, les chanteur, musicien, dessinateur, peintre, écrivain. Et ici elle ne peut que s’extasier devant ce talent. Finalement le blond n’est pas doué que pour faire des conneries. « Declan c’est magnifique » Dit-elle sans vraiment se rendre compte qu’elle vient de l’appeler par son prénom. S’il n’avait aucun souvenir d’elle en tout cas il va maintenant se poser des questions.


❝ two hearts, one valve❞ I know that, birds fly in every direction, I hope to see you again. Sunsets, sunrises. Livin' the dream, watchin' the leaves, changin' the seasons.  Some nights I think of you, relivin' the past, wishin' it'd last. Wishin' and dreamin'..
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Declan Pryce
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 24/09/2018
›› Commérages : 38
›› Pseudo : Mamie Jeanne
›› Célébrité : Ansel Elgort
›› Schizophrénie : Paul McMahon ❆ Sarah Miller ❆ Helena Lewandowski ❆ Pio Esposito ❆ Martin Palmer ❆ Emmy Nelson-Riley ❆ Oscar Pierce ❆ Dan Fumero

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Jeu 1 Nov - 11:51 )












A cette période de l'année, le parc apportait un nombre de couleur incroyable. Je n'avais jamais quitté Cap Harbor de toute ma vie, je connaissais la ville comme ma poche et pourtant à chaque fois je me sentais émerveillé par le parc. Année après année, les paysages n'étaient jamais les mêmes. A chaque saison, je découvrais une nouvelle chose. C'était sûrement pour cela aussi que j'aimais tant y venir pour dessiner, pour trouver l'inspiration. L'école avait repris depuis longtemps, mais il y avait toujours les plus petits qui venaient au parc avec les parents, ou même avec une nounou et voir les sourires qui illuminaient leurs visages en courant après un oiseau c'était tout simplement génial. J'avais déjà hâte que William soit en âge de marcher, j'avais hâte aussi d'être à ses 18 ans et de lui offrir un livre avec tous les portraits de lui que je comptais faire à chacun de ses anniversaires. Si d'habitude j'aimais à dessiner ces instants fugaces de la vie, aujourd'hui mon attention avait été détourné par une magnifique brune pas très loin de moi.
J'aurai pu aller l'aborder, lui demander si cela ne la dérangeait pas que je la dessine, mais quand je faisais ça, les gens perdaient de leur naturel. Même si je demandais de ne pas faire attention à moi, ils ne pouvaient s'empêchaient de poser un minimum. Du moins c'était vrai pour les gens de ma génération. Les plus vieux, ne faisaient vraiment pas attention à moi. Alors oui cette femme je décidais de l'observer de loin, de la dessiner. Elle semblait si concentrée, si inspirée. Tout comme je l'étais. Dans ces moments là,  plus rien n'existait autour de moi. J'entrais dans une bulle et peut-être que dans ma bulle et le monde pouvait s'écrouler que je n'étais pas sûr de le remarquer. J'étais sur le point de mettre la touche finale à mon dessin, de retravailler un peu les ombres, mais je fus interrompu parce que la jeune femme avait décidé de partir. Je pensais qu'elle allait partir du parc et cela m'attristait un peu, mais je fus encore plus surpris de voir qu'elle venait vers moi. Peut-être qu'elle n'allait pas apprécier ce que j'étais en train de faire.

« Dis je peux savoir pourquoi tu me regardes comme ça depuis tout à l’heure ? » Elle avait du me prendre pour un mec hyper creepy qui voulait la tuer dans un coin. Promis je n'étais pas un psychopathe qui voulait la tuer ou la conserver dans du formol. « Pardon, je ne m'en suis pas rendu compte » C'était la vérité, j'étais juste concentré à rendre le dessin aussi crédible que possible. Dessin que j'essayais de cacher du mieux que possible, mais il était trop tard. « Wouha tu es doué » Je me sentais un peu gêné. D'habitude les gens que je dessinais au hasard ne voyais jamais rien. Les dessins finissaient toujours dans un carton dans mon appartement. « Hurm, merci beaucoup. J'essaye de faire de mon mieux en tout cas » Même si je me savais doué, j'étais quand même plus à l'aise avec les illustration pour enfant. « Mais. C’est moi ? » J'étais rassuré sur le fait que ce soit assez ressemblant au moins. « J'aurai sûrement du vous demander l'autorisation avant, mais vous aviez l'air si concentré, c'était trop tentant de dessiner cet instant. Et je vous jure que je ne vais pas en faire un usage malsain » Ceci dit le dire devait me rendre encore plus bizarre que la situation, peut-être que je devrais simplement me taire et donne le dessin à la personne. Je ne savais pas trop en fait. « Declan c’est magnifique » Mais comment elle pouvait me connaître ? Maintenant c'était moi qui allait penser qu'elle était bizarre. « Mais on se connaît ? » Ce n'était pas une ex petit copine, sinon je m'en serais souvenu et pourtant plus je la regardais, plus j'avais l'impression de voir quelque chose de familier dans son regard et la forme de son visage. « On se connaît et c'est ma mémoire qui me fait défaut c'est ça ? » La honte venait de refaire son apparition et je n'aimais pas trop ça, j'étais beaucoup trop gênée. J'avais l'impression d'enchaîner les bourdes. « J'en déduis que je peux te tutoyer. » Mais pour le reste c'était juste un énorme point d'interrogation. « Pour t'obliger à me dévoiler ton identité secrète, je peux t'offrir le dessin si tu veux » Parce qu'on allait se rendre à l'évidence, j'avais autant de chance de retrouver qui elle était, que de passer mon permis de conduire. Et si c'était vraiment une super héroïne, alors j'exigerais un autographe.




lumos maxima


† When i die yeah you know i'll be ready to go
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Joey Washington
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 71
›› Pseudo : getget
›› Célébrité : the lovely Katie Stevens

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Jeu 29 Nov - 10:43 )

declan&joey ⊹ Si cela avait été un total inconnu qui était en train de l’épier la jeune Washington s’y serait certainement repris à deux fois avant de s’approcher. Mais la elle n’avait pas peur. C’était Declan. Declan Pryce le frère du colocataire de Liam. Le reconnaître l’avait mis en confiance et pourtant elle n’avait pas l’intention de rester assise bien tranquillement en le laissant profiter du paysage. Elle s’approche alors de lui son carnet à la main et ne passe pas par 4 chemins pour lui demander pourquoi il a les yeux fixés sur elle depuis une bonne dizaine de minutes. Du moins cela fait seulement dix minutes qu’elle l’a remarqué. « Pardon, je ne m'en suis pas rendu compte » Elle fronce les sourcils la Washington et porte alors son regard sur la feuille qu’il tente de cacher tant bien que mal. Joey ne peux pas se montrer insensible face à un artiste. Peu importe la forme d’art elle ne peut que reconnaitre le talent et admirer. Ce qu’elle fait à cet instant. « Hurm, merci beaucoup. J'essaye de faire de mon mieux en tout cas » En jetant à nouveau un regard sur le dessin il lui semble alors que la jeune femme dessinée à quelque chose de familier. Comme si elle la connaissait. Non comme si c’était elle en fait. « J'aurai sûrement du vous demander l'autorisation avant, mais vous aviez l'air si concentré, c'était trop tentant de dessiner cet instant. Et je vous jure que je ne vais pas en faire un usage malsain » Ce qui donnait totalement l’impression qu’il allait en faire un usage malsain. Enfin en tout cas cela lui aurait donné l’impression si elle ne le connaissait pas. Joey devrait se méfier un peu plus des gens, les violeurs, les agresseurs sont souvent des personnes plus proches qu’on ne le pense. Non elle n’est pas en train de dire que Declan est un violeur. Elle le complimente à nouveau sur son dessin sans vraiment se rendre compte qu’elle prononce son nom ce qui semble immédiatement raisonner chez le jeune homme. « Mais on se connaît ? » Elle détourne le regard, il ne l’a donc pas reconnu elle avait raison. Et une partie d’elle est un peu déçue il faut le dire. « On se connaît et c'est ma mémoire qui me fait défaut c'est ça ? » Elle hausse les épaules avec un léger sourire en coin « Peut-être bien oui » Après tout il ne l’avait pas reconnu et la situation était assez amusante finalement alors autant en jouer un peu. « J'en déduis que je peux te tutoyer. » Elle ne s’était pas gêné pour le faire elle. « Tu peux » Ajoute t-elle tout en finissant par s’asseoir à ses côtés posant son carnet sur ses genoux. « Pour t'obliger à me dévoiler ton identité secrète, je peux t'offrir le dessin si tu veux » Un nom contre un dessin. Non. Elle n’était pas convaincue « Donc tu ne me reconnais vraiment pas, j’avoue que s’en est presque blessant » Pas vraiment en fait mais elle voulait le faire culpabiliser et elle était presque sur d’y parvenir seulement avec ces quelques mots. « J’ai une meilleure idée cela dit. » Joey est joueuse et comptait bien garder son identité pour elle un peu plus longtemps. « Je suis journaliste pour le Ravenheart Magazine » Non elle ne lui donnait pas des pistes pour qu’il aille chercher sur internet elle voulait simplement exposer son idée « J’aimerais beaucoup faire un article sur toi, sur ton talent et ta passion pour dessiner les gens dans un parc » En fait elle ignorait si c’était une passion ou si elle était la première qu’il dessinait de cette façon mais peu importe. « Alors on a qu’à dire que je te laisse quelques minutes de plus pour découvrir qui je suis, juste le temps que je te pose toutes les questions pour mon article. Et si jamais à la fin de mon interview tu n’as toujours pas trouvé et bien tu n’auras plus qu’à lire l’article que j’aurais écris à ton propos. Mon nom sera inscrit tout en bas » Oui Joey était assez fière de son idée elle devait bien l’avouer mais encore fallait-il que Declan soit partant. « Et je ne répondrais à aucune question concernant mon identité pendant ce laps de temps sinon ce serait trop facile » Elle lui sourit et passe une mèche de cheveux derrière son oreille presque gêné qu’il la regarde avec autant d’insistance maintenant qu’elle est assise juste à côté de lui. « En revanche je veux bien le dessin quand même » Si ce n’est pas trop demandé.


❝ two hearts, one valve❞ I know that, birds fly in every direction, I hope to see you again. Sunsets, sunrises. Livin' the dream, watchin' the leaves, changin' the seasons.  Some nights I think of you, relivin' the past, wishin' it'd last. Wishin' and dreamin'..
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Declan Pryce
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 24/09/2018
›› Commérages : 38
›› Pseudo : Mamie Jeanne
›› Célébrité : Ansel Elgort
›› Schizophrénie : Paul McMahon ❆ Sarah Miller ❆ Helena Lewandowski ❆ Pio Esposito ❆ Martin Palmer ❆ Emmy Nelson-Riley ❆ Oscar Pierce ❆ Dan Fumero

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Dim 9 Déc - 8:02 )












Joan me répétais souvent que je devrais faire attention quand je me mettais à dessiner les gens dans le parc parce que souvent je me perdais dans mon esprit, dans mon dessin et mon regard devenait insistant. Ce qui pour certaine personne pouvait vite devenir malaisant. En regardant les gens de la sortes ils pouvaient se sentir épié ou pire se sentir violé dans leur intimité. J’avais l’impression que Joan en faisait trop, mais en même temps je n’aimais pas non plus quand on me regardait trop, alors je ne savais pas. En tout cas, jusqu’à présent je n’avais jamais eu de problème, personne n’était venu me voir pour me taper ou me dire que je devais arrêter tout de suite, ni même pour me complimenter sur mon travail. C’était la première fois que ce genre de situation m’arrivait et je me sentais d’autant plus mal à l’aise que cette personne semblait me connaître alors que moi pas du tout. J’avais une excellente mémoire pourtant, mais là non ça ne voulait pas revenir, ce qui était frustrant parce que cette demoiselle était magnifique. Cela me rendait triste de ne pas me souvenir d’une femme aussi belle.
Je pouvais la tutoyer donc c’était déjà un bon point et elle ne semblait pas vouloir me mettre une claque ou m’attaquer pour quelque chose que je lui aurait fait dans le passé. La seule chose qui me venait à l’esprit c’était d’échanger mon dessin contre des informations. « Donc tu ne me reconnais vraiment pas, j’avoue que s’en est presque blessant » Alors ça c’était horrible, et c’était moi qui allait commencer à me sentir gêné. « Je suis sincèrement désolé, mais t’inquiète pas ma mémoire va me revenir, je le sens » Et sinon je secouerais la tête dans l’espoir que tout se mette à l’endroit et que mes souvenirs de cette personne revienne. Par contre je n’irai pas jusqu’à me taper la tête sur le banc. J’avais mes limites. « J’ai une meilleure idée cela dit. » J’étais tout ouïe. « Je suis journaliste pour le Ravenheart Magazine » Huum, voilà qui ne m’aidait pas vraiment. Joan lisait souvent ce magazine et je le feuilletais des fois par curiosité, mais ça s’arrêtait là. « Enchantée madame la journaliste » Ma mère m’avait quand même appris à être poli. Mais j’attendais toujours son idée. « J’aimerais beaucoup faire un article sur toi, sur ton talent et ta passion pour dessiner les gens dans un parc » Oh vraiment ? Alors autant dire que celle là je ne l’avais absolument pas vu venir. Je ne pensais pas que mon talent était suffisant pour qu’on puisse avoir envie de faire un article sur moi. « Alors on a qu’à dire que je te laisse quelques minutes de plus pour découvrir qui je suis, juste le temps que je te pose toutes les questions pour mon article. Et si jamais à la fin de mon interview tu n’as toujours pas trouvé et bien tu n’auras plus qu’à lire l’article que j’aurais écris à ton propos. Mon nom sera inscrit tout en bas » Voilà qui était intéressant, je dirais même que ça pourrait être drôle. « Nous avons donc un deal, je suis prêt à jouer le jeu » J’allais devoir choisir mes questions avec précaution pour essayer de retrouver son identité secrète. Cette journée au parc s’annonçait beaucoup plus drôle que prévue. « Et je ne répondrais à aucune question concernant mon identité pendant ce laps de temps sinon ce serait trop facile » Doux jésus si elle me compliquait la tâche j’étais foutu. Ma mémoire avait beaucoup trop de limite pour un génie tel que moi. « Alors je vais devoir faire appel à des souvenirs pour retrouver qui tu es ? » Ce qui me semblait assez compliqué, mais d’accord je voulais bien relever le défi. « En revanche je veux bien le dessin quand même » Je lui donnais avec grand plaisir, mais quand même il y avait un peu d’injustice dans cette affaire. « Je me suis un peu biaisé quand même. Tu as le droit à un authentique Declan Pryce et j’ai même pas le droit à un petit indice en échange. » J’avais certes accepté de jouer selon ses règles, mais quand même. Elle inventait des règles pour être sûre de gagner, c’était un peu fourbe si vous voulez mon avis. « On semble être de la même génération, est ce qu’on a eu la chance d’aller au collège ou au lycée à la même époque ? Pas forcément dans la même classe » Je dirais même qu’elle était plus jeune. J’essayais de trouver sur son visage un signe qui me dirais si je suis dans la bonne direction ou non, mais elle restait impassible avec son beau sourire. « Est ce que tu étais notre ancienne voisine qui a déménagé à l’autre bout du pays et comme tu étais en manque de ma personne tu es revenu à Cap Harbor et en me voyant tu t’es rendu compte à quel point j’étais beau et tu es tombé follement amoureuse de moi ? » Comment ça j’allais trop loin ? Et puis pourquoi pas après tout, ça arrivait bien dans les films alors pourquoi pas dans la vraie vie et puis ça ferait une belle histoire à raconter. « JE SAIS ! Tu es une ancienne star de la télé. Non c’est débile ce que je dis, si c’était le cas tu ne me connaitrais pas » C’était compliqué cette affaire. Les devinettes n’étaient pas ma spécialité et je me sentirais frustrée de devoir attendre aussi longtemps pour connaître son nom. Parce que si je n’avais pas son prénom, comment j’allais pour la retrouver et lui offrir un verre ? Et bah j’irai tout simplement à Ravenheard Magazine. « Si tu me connais, est ce que tu connais aussi Joan, Sebastian et Evan ? » C’était finalement plus logique de commencer par les bases.




lumos maxima


† When i die yeah you know i'll be ready to go
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Joey Washington
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 71
›› Pseudo : getget
›› Célébrité : the lovely Katie Stevens

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Sam 5 Jan - 18:35 )

declan&joey ⊹ Lorsque Joey c’était rendu compte que Declan l’observait elle avait été intrigué. Pourquoi l’observait-il ainsi ? Et puis que faisait-il avec ce carnet devant les yeux. Est-ce que Liam avait demander à Seb de demander à Declan de l’espionner ? Non cela semblait beaucoup trop tiré par les cheveux et même Liam n’était pas aussi tordu. Il ne lui restait qu’un seul moyen de comprendre pourquoi il la fixait et c’était en allant le lui demander. Ce ne fut qu’une fois à sa hauteur qu’elle se rendit compte qu’il était en fait en train de dessiner et qui plus est que c’était son portrait qu’il était en train de faire ce qui était assez flatteur bien que quelque peu gênant et effrayant en même temps. Mais c’était Declan et Joey n’avait pas peur de Declan bien au contraire même il y a des années de cela elle avait craqué pour lui. Cependant c’était il y a longtemps et apparemment bien trop longtemps pour que le Pryce se souvienne encore d’elle. «  Je suis sincèrement désolé, mais t’inquiète pas ma mémoire va me revenir, je le sens » Peut-être. Peut-être pas. Mais une chose est sure c’est que la journaliste était curieuse de savoir combien de temps il mettrait à se souvenir d’elle alors elle eu une idée. Faire un article sur lui, elle lui poserait des questions et il aurait le droit d’en poser également. Et si finalement à la fin de tout ça il ne l’avait toujours pas reconnu alors il n’aurait qu’à chercher son nom au bas de l’article dans le prochain numéro du Ravenheart. « Enchantée madame la journaliste » Elle sourit puis continue afin de lui exposer son idée persuadé qu’il accepterait parce qu’après tout c’était Declan Pryce et que les jeux il a toujours aimé ça. « Nous avons donc un deal, je suis prêt à jouer le jeu » Parfait. Elle reprit alors son carnet en main prête à noter les réponses du Pryce mais lui précisa tout de même avant qu’elle ne lui dévoilerait pas son identité aussi facilement. Ce serait trop simple. « Alors je vais devoir faire appel à des souvenirs pour retrouver qui tu es ? » Elle acquiesce d’un signe de la tête suivit d’un sourire malicieux lorsqu’elle lui explique qu’elle aimerait bien récupérer ce sublime portrait d’elle malgré tout. « Je me suis un peu biaisé quand même. Tu as le droit à un authentique Declan Pryce et j’ai même pas le droit à un petit indice en échange. » La jeune femme lève les épaules avec un petit sourire « Toujours partant ? » Qu’elle demande tout en récupérant le dessin. Partant il semblait l’être puisqu’il commença à l’assener de questions ce qui la faisait rire. « On semble être de la même génération, est ce qu’on a eu la chance d’aller au collège ou au lycée à la même époque ? Pas forcément dans la même classe » Elle continuait à sourire la brune mais n’eut pas le temps de répondre que déjà il enchainait avec de nouvelles suppositions. « Est ce que tu étais notre ancienne voisine qui a déménagé à l’autre bout du pays et comme tu étais en manque de ma personne tu es revenu à Cap Harbor et en me voyant tu t’es rendu compte à quel point j’étais beau et tu es tombé follement amoureuse de moi ? » Elle secoue la tête tout en levant les yeux au ciel, à cette allure il n’est pas prêt de découvrir qui je suis pensa t-elle. « JE SAIS ! Tu es une ancienne star de la télé. Non c’est débile ce que je dis, si c’était le cas tu ne me connaitrais pas » C’était elle qui était censé poser des questions, il n’était pas censé prendre tout son temps de paroles « Si tu me laissais répondre déjà ce serait peut-être plus simple. » Enfin c’est comme il veut « Il se peux que l’on ai été dans le même collège » Mais comment pourrait-il se rappeler de la petite brune qui était en 6ème pendant qu’il était en 3ème prêt à conquérir le lycée. « Si tu me connais, est ce que tu connais aussi Joan, Sebastian et Evan ? » Enfin il commençait à poser des questions qui avait plus de sens. Et qui surtout l’aiderait certainement plus dans sa recherche. « Oui je connais aussi tes frères et sœurs » Bien que celui qu’elle connaisse le mieux c’était Seb c’est vrai. « Maintenant à mon tour de poser des questions sinon je n’aurais rien à dire dans cet article hormis que tu es un psychopathe qui dessine les filles dans un parc » Et ce ne serait pas très positif pour lui et sa carrière. « Tu dessines depuis combien de temps ? Et c’est juste une passion ou tu as un métier dans le dessin ? » Oui parce que finalement maintenant qu’ils sont tous grands Joey passe beaucoup moins de temps avec les amis de son frère et ignore donc ou en est Declan dans sa vie et même s’il est célibataire. « Et qu’est-ce que tu préfères dessiner ? A pars les filles dans un parc. » Ou peut-être que c’était sa spécialité justement. « Qu’est-ce que tu préfères dans le dessin ? Et je peux voir d’autres dessins ? » Elle était bien trop curieuse la brune et avait bien trop envie de voir l’étendue de son talent.


❝ two hearts, one valve❞ I know that, birds fly in every direction, I hope to see you again. Sunsets, sunrises. Livin' the dream, watchin' the leaves, changin' the seasons.  Some nights I think of you, relivin' the past, wishin' it'd last. Wishin' and dreamin'..
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Declan Pryce
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 24/09/2018
›› Commérages : 38
›› Pseudo : Mamie Jeanne
›› Célébrité : Ansel Elgort
›› Schizophrénie : Paul McMahon ❆ Sarah Miller ❆ Helena Lewandowski ❆ Pio Esposito ❆ Martin Palmer ❆ Emmy Nelson-Riley ❆ Oscar Pierce ❆ Dan Fumero

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Jeu 10 Jan - 21:24 )












Même si j’étais très partant pour essayer de découvrir qui était cette jeune femme, je trouvais injuste qu’elle puisse avoir mon dessin sans me donner le moindre indice. Mais j’étais bon et beau joueur, alors je le faisais sans trop me prendre la tête. Enfin si je prenais la tête pour que mes souvenirs puissent revenir et qu’une illumination puisse m’indiquer qui elle était. Elle me connaissait donc je la connaissais forcément, mais il fallait juste que je trouve la bonne clé pour tout débloquer. Savoir qu’elle était journaliste était intéressant, mais cela ne m’aidait pas vraiment sur le moment. Alors je tentais ma chance en posant des questions peut-être un peu con. Le pire dans cette histoire ? J’enchaînais les questions et les scénarios plus chelous les uns que les autres sans vraiment lui laisser le temps de répondre. J’espérais qu’en posant 50 questions à la secondes je puisse réussir à me remémorer des souvenirs avec elle. Mais vu l’état de ma dernière question, il était peut-être temps que je m’arrête et que je reprenne les choses dans l’ordre. color=#d14ba7]« Si tu me laissais répondre déjà ce serait peut-être plus simple. »[/color] Elle n’avait pas tort, alors pour une fois je me montrais docile et je lui laissais la parole. « Il se peux que l’on ai été dans le même collège » Voilà au moins qui réduisait le champs des possibles et je savais donc qu’on était tout les deux de Cap Harbor. « Je sais qu’on ne doit pas demander son âge à une femme, mais je sais aussi que tu n’es pas de mon année. Combien de différence entre nous ? » Je serais tenté de dire 2 voire 3 maximum. Même si cette information était sympa, elle ne m’aidait pas vraiment plus à y voir plus clair.
Je devais encore réduire les choses, essayer de trouver quelque chose pour me mettre sur la bonne piste, et demande si elle connaissait les autres membres de la famille Pryce pourrait être un sacré indice. « Oui je connais aussi tes frères et sœurs » Si elle connaissait Joan et Sebastian je devrais peut-être essayer de prendre une photo d’elle discrètement pour essayer de trouver qui elle était. J’étais sûre que Joan me donnerait la réponse tout de suite. « J’ai le droit de faire appel à eux comme Joker pour m’aider dans ma recherche ? » Je priais très fort pour qu’elle dise oui, mais comme c’était madame qui dictait les règles du jeu, j’avais du mal à y croire. « Maintenant à mon tour de poser des questions sinon je n’aurais rien à dire dans cet article hormis que tu es un psychopathe qui dessine les filles dans un parc » Je prenais un air faussement choqué. D’accord j’étais peut-être un peu bizarre, mais je n’étais pas un psychopathes. Sinon Joan me l’aurait dit depuis longtemps. « Si tu mets ça dans ton article je risque de perdre mon boulot haha » Et je ne voulais pas le perdre, j’y tenais beaucoup trop. « Tu dessines depuis combien de temps ? Et c’est juste une passion ou tu as un métier dans le dessin ? » Je serais tenté de dire depuis toujours, mais ça serait un mensonge parce qu’à la naissance mes petits bras étaient incapable de tenir un crayon. « Depuis que je suis gamin. On est une famille d’artiste. Enfin sauf Evan, mais c’est Evan faut pas lui en vouloir » Il n’y avait que lui qui s’était tourné vers une carrière beaucoup plus terre à terre. « Le dessin était avant tout une passion, mais j’ai réussi à en faire mon métier. Vivre de sa passion c’est assez merveilleux. Pas un jour je me lève en me disant je n’ai pas envie d’aller au boulot » Ce qui n’était malheureusement pas le cas de tout le monde, alors oui je mesurais ma chance. « Et qu’est-ce que tu préfères dessiner ? A pars les filles dans un parc. » Je rigolais doucement, j’avais l’impression que cette histoire allait me poursuivre encore longtemps. « En fait ce n’est pas tant les filles dans les parcs que je dessine, c’est les moments de vie. C’est tombé sur toi, parce que tu avais l’air tellement concentré, rien ne pouvais te perturber et je trouvais ça beau parce que tu ne faisais pas semblant. Si je t’avais demandé la permission, ton attitude aurait changé et le dessin n’aurait pas été le même » Quand on demandait, les gens avaient tendance à poser, à vouloir montrer le plus beau profil ou le plus beau sourire et ce n’était pas vraiment ce que je recherchais. « Et je ne sais pas si c’est une spécialité, mais je travaille en agence et je suis illustrateur de livre pour enfant. J’essaye de donner vie au livre avec quelques coups de crayons et de la couleur » Jusqu’à présent tout le monde avait été content de mon boulot, alors j’espérais bien que ça continuerait comme ça. « Qu’est-ce que tu préfères dans le dessin ? Et je peux voir d’autres dessins ? » Quand elle posait des questions, elle ne faisait pas semblant. C’était drôle, cela me faisait presque oublié que j’avais une mission à remplir. En attendant je prenais la pochette qui était à mes côtés pour la lui tendre. « Tu pourras trouver mes dessins les plus récents et le dernier projet sur lequel je travaille pour le boulot » Cette pochette était un vrai pèle-mêle. Des vieux assis sur un banc, des parents jouant avec leurs enfants, William et Joan parce qu’ils étaient mes modèles préférés. « Tout me plaît dans le dessin. On peut y faire passer toutes les émotions que l’ont veut, avec un peu de talent on peut reproduire tellement de choses, faire comprendre tellement de choses. Et ça va peut-être paraître bête aussi, mais que je dessine j’ai l’impression d’être un autre moi. Quand je dessine je suis sûr de moi et je ne doute de rien » Je n’avais pas de gros problème de confiance en moi, mais j’étais humain et forcément je doutais souvent, mais pas quand j’avais un crayon à la main. « Est ce que tu as des contacts régulier avec les Pryce ? » Je passais du coq à l’âne parce que j’étais vraiment curieux de connaître son identité. « La dernière fois qu’on s’est parlé c’était quand ? Parce que si c’était hier, je vais prendre peur et tout de suite faire des tests pour savoir si j’ai Alzheimer. » Je rigolais, mais j’avais quand même un peu peur. Quoique le pire serait quand même d’avoir Parkinson. Mais j’étais jeune, beau et en bonne santé alors je n’avais pas à m’inquiéter. « Et toi, pourquoi le journalisme ? Tu es spécialisé dans un domaine particulier ? » Je ne savais pas trop comment cela fonctionnait en fait, mais j’étais prêt à le découvrir.




[/color]
lumos maxima



† When i die yeah you know i'll be ready to go
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Joey Washington
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 71
›› Pseudo : getget
›› Célébrité : the lovely Katie Stevens

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Dim 3 Fév - 18:21 )

declan&joey ⊹ Si elle avait été légèrement vexé qu’il ne la reconnaisse pas désormais elle trouvait ça plaisant de le voir s’interroger encore et encore en posant tout un tas de questions plus absurdes les unes que les autres. A cette allure il n’était pas prêt de trouver qui elle était et tant mieux parce que ce petit jeu commençait à l’amuser la Washington. « Je sais qu’on ne doit pas demander son âge à une femme, mais je sais aussi que tu n’es pas de mon année. Combien de différence entre nous ? » Ses questions commençaient finalement à être plus ciblée et Joey pensa qu’il ne lui resterait pas longtemps avant de comprendre qui elle était « Si je ne me trompe pas il me semble que l’on a 4 ans d’écart » Il lui semble ne l’avoir vu qu’une année lorsqu’ils étaient au collège. Alors oui, forcément le beau gosse de la 3ème ne se rappelait pas de la petite fille timide et harcelé de 6ème. Comment aurait-il pu. Et pourtant elle n’accepte pas vraiment cela comme une excuse car ils se sont vus en dehors du collège. Ils se sont vus lorsque Liam était contraint d’emmener sa sœur avec lui pour aller jouer chez Seb. Ils se sont vu mainte et mainte fois mais apparemment pas assez pour que Declan se souvienne d’elle. « J’ai le droit de faire appel à eux comme Joker pour m’aider dans ma recherche ? » Est-ce qu’il s’attendait à un oui en posant cette question ? « Surement pas ce serait bien trop simple » Et le voir galérer était beaucoup plus amusant. Seulement ils avaient conclut un marché en débutant ce jeu et celui-ci était qu’elle acceptait de répondre à ses questions tant qu’il acceptait de répondre aux siennes et pour le moment il ne lui avait pas vraiment laissé de place pour la parole. « Si tu mets ça dans ton article je risque de perdre mon boulot haha » Promis, elle n’osera pas. Le Ravenheart Magazine est lu par bien trop de personnes pour qu’elle ose mettre une chose pareille et puis en plus elle sait que Declan n’est pas un psychopathe. Un amoureux des filles peut être. « Depuis que je suis gamin. On est une famille d’artiste. Enfin sauf Evan, mais c’est Evan faut pas lui en vouloir » Elle acquiesce tout en prenant des notes sur son carnet. « Le dessin était avant tout une passion, mais j’ai réussi à en faire mon métier. Vivre de sa passion c’est assez merveilleux. Pas un jour je me lève en me disant je n’ai pas envie d’aller au boulot » En effet vivre de sa passion est un plaisir que peu de personnes ont. Elle-même il lui semble pouvoir dire qu’elle vit de sa passion, ou plutôt même de ses passions puisqu’elle peut parler de mode tout en écrivant. Si elle pouvait en plus de cela chanter alors dans ce cas tout serait réuni. « Et donc tu es illustrateur ? Tu fais quoi ? Des couvertures ? Des BD ? Des livres pour enfants ? Des calendriers de femmes nus ? » Elle rit avant d’en rajouter à nouveau une couche en lui demandant ce qu’il aime dessiner hormis les femmes. Oui cette histoire de femmes va lui rester un moment en tête à la Washington. Dommage pour lui. « En fait ce n’est pas tant les filles dans les parcs que je dessine, c’est les moments de vie. C’est tombé sur toi, parce que tu avais l’air tellement concentré, rien ne pouvais te perturber et je trouvais ça beau parce que tu ne faisais pas semblant. Si je t’avais demandé la permission, ton attitude aurait changé et le dessin n’aurait pas été le même » Il a raison c’est vrai, s’il lui avait demandé de poser elle aurait certainement était beaucoup moins naturel « Et en effet j’étais bel et bien concentré puisque j’écrivais mon prochain article mais voila que maintenant j’en ai un nouveau à rédiger » Un article sur le dessinateur du parc. « Et je ne sais pas si c’est une spécialité, mais je travaille en agence et je suis illustrateur de livre pour enfant. J’essaye de donner vie au livre avec quelques coups de crayons et de la couleur » Il n’était donc pas illustrateur de calendrier. La voila rassuré. Elle note chacune de ses phrases avec précision tout en souriant avant d’enchainer avec une nouvelle question. « Tu pourras trouver mes dessins les plus récents et le dernier projet sur lequel je travaille pour le boulot » La journaliste ne se fait pas prier pour ouvrir la pochette au trésor et découvrir les nombreux croquis qui s’y trouve tous plus beaux les uns que les autres. Elle reconnait bien vite Joan et son fils, elle ne l’a jamais vu mais a entendu Seb en parler durant les derniers mois si bien qu’elle suppose que c’est lui sur ces dessins. « Je crois que celui-ci est mon favoris » Dit-elle en désignant un portrait de Joan et son fils. « Tout me plaît dans le dessin. On peut y faire passer toutes les émotions que l’ont veut, avec un peu de talent on peut reproduire tellement de choses, faire comprendre tellement de choses. Et ça va peut-être paraître bête aussi, mais que je dessine j’ai l’impression d’être un autre moi. Quand je dessine je suis sûr de moi et je ne doute de rien » Sa page se remplit rapidement, finalement cet article lui permet d’en apprendre plus sur Declan qu’elle ne connaissait finalement pas tant que ça. « Est ce que tu as des contacts réguliers avec les Pryce ? » Bien sur Declan ne perdait pas le nord et bien qu’il ai terminé de répondre à toutes les questions qu’elle avait posé il n’en oublie pas son objectif principal, cela fait sourire la jeune femme. « Je croise Seb assez souvent oui » Ce qui était déjà un indice énorme à son goût. Elle en avait bien trop dit. S’il réfléchissait bien Declan ferait rapidement le lien entre son frère, ses colocataires et elle. « La dernière fois qu’on s’est parlé c’était quand ? Parce que si c’était hier, je vais prendre peur et tout de suite faire des tests pour savoir si j’ai Alzheimer. » Elle se mit à rire et secoue la tête pour finalement répondre « Pas de panique ce n’était certainement pas hier. En fait je ne me souviens pas mais je pense que cela date de plusieurs années maintenant » Maintenant il va se dire que c’est normal s’il ne la reconnait pas. Pourtant elle elle l’avait bien reconnu. Son amour pour lui durant son adolescence n’y était certainement pas pour rien. « Et toi, pourquoi le journalisme ? Tu es spécialisé dans un domaine particulier ? » En quoi cette question lui servirait-elle à découvrir son identité ? Etais-ce simplement de la curiosité ? Joey adorant parler de son métier elle se fit néanmoins une joie d’y répondre « Parce que j’aime écrire et découvrir. Au Ravenheart je peux écrire sur tous les sujets qui me passionne, la mode, l’art, la musique, le féminisme, le sexe » Elle vit son regard tiquer à l’énonciation du dernier mot « En fait je me sers de toutes mes expériences personnelles pour écrire et les gens adore parler de sexe et adore quand une femme parle de sexe » Il suffisait de se rappeler les fans de Carrie Bradshaw. Certes elle ne parlait pas que de sexe mais aussi d’amour et de tout un tas d’autres mais bref. « Je te sens presque choqué que je puisse aborder le sujet de la sorte » Dit-elle en riant « On dirait mon frère » Soudain elle se tut immédiatement. C’était sortie tout seul, cette information primordiale sur sa vie. « Bon, maintenant tu sais que j’ai un frère, et si tu veux une petite anecdote mon frère m’a surprise en train de coucher avec un homme il y a quelques temps » Elle ignorait pourquoi elle lui racontait ça et pourtant cela lui venait naturellement. « Et je crois que je parle beaucoup trop »


❝ two hearts, one valve❞ I know that, birds fly in every direction, I hope to see you again. Sunsets, sunrises. Livin' the dream, watchin' the leaves, changin' the seasons.  Some nights I think of you, relivin' the past, wishin' it'd last. Wishin' and dreamin'..
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Declan Pryce
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 24/09/2018
›› Commérages : 38
›› Pseudo : Mamie Jeanne
›› Célébrité : Ansel Elgort
›› Schizophrénie : Paul McMahon ❆ Sarah Miller ❆ Helena Lewandowski ❆ Pio Esposito ❆ Martin Palmer ❆ Emmy Nelson-Riley ❆ Oscar Pierce ❆ Dan Fumero

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Sam 16 Fév - 9:16 )












Essayer de retrouver qui était cette femme que de toute évidence était très drôle, mais également très frustrant surtout qu’elle ne me laissait pas faire appel à Joan ou Seb pour m’aider. Malgré son interdiction le rebelle qui sommeillait très pronfondemment en moi avait envie d’envoyer un message, mais ça ne serait pas très discret et il faudrait que je trouve une excuse et non vraiment c’était demandé beaucoup trop d’efforts pour un simple sms. Heureusement elle essayait de me garder l’esprit occupé en parlant de mon boulot. C’était dans ce genre de moment que je m’ouvrais le plus, parce que mon boulot était vraiment tout pour moi. Je ne m’imaginais pas un jour sans pouvoir dessiner. Si cela devait arriver, alors c’est que j’aurai atteint un point de non retour, ou alors que je serais en grave dépression. J’en étais pas là et je profiter pleinement de tout cela. Dessiner, mon boulot c’était ce qui me rendait vraiment le plus fier dans ce monde. Quoique… Depuis l’arrivée de William dans nos vies j’étais incroyablement fier de Joan et tout ce qu’elle avait accompli, mais c’était un tout autre sujet.  « Et donc tu es illustrateur ? Tu fais quoi ? Des couvertures ? Des BD ? Des livres pour enfants ? Des calendriers de femmes nus ? » Je rigolais à sa dernière proposition, elle continuait donc à me prendre pour un psychopathe pervers. « Oh non les calendriers de femmes je laisse ça aux photographes » Et pourtant jamais je ne m’étais pris pour Leonardo DiCaprio dans Titanic qui dessine Rose avec uniquement le coeur de l’océan comme accessoire. Je ne savais pas si je me sentirais très à l’aise à dessiner des personnes nue. Par contre dessiner les gens sans le savoir oui, parce que c’était dans ces moments qu’ils étaient les plus naturels. « Et en effet j’étais bel et bien concentré puisque j’écrivais mon prochain article mais voila que maintenant j’en ai un nouveau à rédiger » Je ne savais pas si j’étais heureux ou embarrassé de lui donner une charge de travail supplémentaire. Pour me faire pardonner et surtout donner de la matière à son article je lui donné ma pochette avec tous mes autres dessins. « Je crois que celui-ci est mon favoris » C’était le mien aussi, dès qu’il s’agissait de William de toute façon c’était tous mes préférés. « C’est mon projet secret pour les 1 an de William, offrir à Joan les dessins représentants les 12 premiers mois de son fils. » Et je ne pensais pas que ce petit homme changerait autant de mois en mois mais si c’était le cas.
Si je pouvais parler dessin pendant des heures, je n’avais pas oublié mon objectif premier de découvrir qui était cette mystérieuse femme, alors cette fois j’essayais de poser des questions ayant un peu plus de sens. Peut-être elle était proche de quelqu’un proche de moi. « Je croise Seb assez souvent oui » Oooh voilà qui était intéressant, ça ne m’aidait pas vraiment, mais si je devais quand même envoyé un message discretos, je l’enverrais à Seb avec une description complète. Je commençais à assembler les pièces du puzzle, mais à ce niveau j’avais seulement fait le tri entre les pièces du bord et celle du centre. Maintenant il fallait que je trouve les coins. Savoir quand je l’avais vu pour la dernière fois pourrait m’aider, et j’espérais que ce n’était pas récent sinon j’irai directement chez le médecin. « Pas de panique ce n’était certainement pas hier. En fait je ne me souviens pas mais je pense que cela date de plusieurs années maintenant » Cela me rassurait un peu, mais ne m’avançait pas vraiment plus au final. J’allais finir frustré. « Est qu’ensemble on a fait quelque choses de particulier qui pourrait me mettre sur la voie ? » Je tentais ma chance comme je le pouvais, mais en attendant j’avais envie d’en savoir plus, peut-être qu’en l’écoutant parler, je trouverais des indices. « Parce que j’aime écrire et découvrir. Au Ravenheart je peux écrire sur tous les sujets qui me passionne, la mode, l’art, la musique, le féminisme, le sexe » Oh le sexe ? Je n’étais pas prêt pour ça, j’étais bien trop pur. « C’est vraiment des sujets très divers et varié » Un profil qui devait sûrement beaucoup plaire à ses patrons. « En fait je me sers de toutes mes expériences personnelles pour écrire et les gens adore parler de sexe et adore quand une femme parle de sexe » Alors pas que j’étais mal à l’aise, mais j’étais quand même assez surpris. Pourtant avec Joan je lui racontait tout ce qui m’arrivait donc ça devrait pas me semblait bizarre. « Tu es presque une conseillère sexuelle pour tes milliers de gens alors. » Je me demandais si les hommes étaient nombreux à suivre ses aventures. « Je te sens presque choqué que je puisse aborder le sujet de la sorte » Il y avait un peu de ça effectivement. « Surpris serait un terme peut-être plus exacte » Mais en même temps c’était sûrement mieux qu’une femme parle aux femmes, plutôt qu’un homme avec des conseils foireux. « On dirait mon frère » Haha, enfin elle avait laissé filtré un indice et j’affichais un sourire de vainqueur, même si pour l’instant ça ne m’aidait pas beaucoup. « Bon, maintenant tu sais que j’ai un frère, et si tu veux une petite anecdote mon frère m’a surprise en train de coucher avec un homme il y a quelques temps » J’éclatais de rire à cette petite histoire, je n’étais pas prêt et de toute évidence elle non plus. « Et je crois que je parle beaucoup trop » Ah non, non cela me faisait beaucoup rire. « Ton frère a pas fait une crise cardiaque ? » Personnellement je pourrais devenir aveugle si je voyais Joan et Paul en pleine action ou alors Seb et sa copine aussi. « Mais maintenant je sais que tu as un frère et que tu es sexuellement active » Des infos qui finalement ne m’aide pas vraiment. « OOOOH MAIS JE SAIS » Oui le génie venait de traverser mon corps. « Si je vais sur le site internet de ton magazine je vais forcément trouver une photo de toi et je pourrais faire une recherche google et trouvait qui tu es. » Inspecteur Gadget et Sherlock Holmes n’avaient qu’à bien se tenir. « Ou alors, si je ne trouve vraiment pas, j’attendrais que ton article sorte, je viendrais à ton boulot pour t’inviter au restaurant » N’était ce pas un bon compromis ? Après je ne garantissais pas d’avoir la force de ne pas faire de recherche. J’étais un homme faible.




lumos maxima


† When i die yeah you know i'll be ready to go
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Joey Washington
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 01/10/2018
›› Commérages : 71
›› Pseudo : getget
›› Célébrité : the lovely Katie Stevens

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( Mer 13 Mar - 12:01 )

declan&joey ⊹ Si Joey avait dans un premier temps été assez déçu que Declan ne la reconnaisse pas elle avait finalement décidé de s’amuser de la situation en faisant en sorte qu’il devine par lui-même qui elle pouvait bien être. Elle acceptait de donner des indices la Washington mais pas trop non plus. Après tout le but était que ce petit jeu soit amusant et s’il décidait d’envoyer un message à Seb alors ce serait beaucoup trop simple. Elle décide de le faire ramer un peu le Pryce et parce qu’elle ne veut pas trop en dire sur elle, elle lui pose tout un tas de questions. Notamment sur son travail puisque c’est la dessus qu’elle a décidé d’écrire son article. Joey elle se demandait ce que c’était sa spécialité en tant que dessinateur, s’il était plutôt paysages, portrait, dessins pour livre d’enfant ou même pour calendrier de femmes nus. « Oh non les calendriers de femmes je laisse ça aux photographes » Elle sourit et compte bien l’embêter encore un peu avec cette histoire de dessin de femmes. Après tout elle l’avait surpris en train de dessiner son portrait en l’observant à quelques mètres d’elle. Joey elle finit par lui demander si elle peux voir d’autres de ces créations et craque complètement devant l’un des portrait de William, le fils de Joan. « C’est mon projet secret pour les 1 an de William, offrir à Joan les dessins représentants les 12 premiers mois de son fils. » Joey trouve cette idée absolument fabuleuse. « Mais c’est génial, j’adore cette idée » Et puis quel beau souvenir pour la maman que de voir son enfant grandir aux grès des coups de crayons, au grès des dessins. Joey était réellement intéressé par le talent de Declan et avait déjà hâte de pouvoir écrire cet article mais Declan lui n’avait pas perdu de vue son objectif. Trouver qui elle était. La jeune Washington admet alors qu’elle croise son frère assez souvent et pour cause, son frère et le sien vivent ensemble et sont meilleurs amis alors forcément. Si elle croise Seb assez souvent en revanche Joey a du mal à se souvenir de la dernière fois ou elle a vu Declan. Cela remonte même à plusieurs années il lui semble. Ce qui n’est pas pour aider le Pryce dans sa recherche de souvenirs. « Est qu’ensemble on a fait quelque choses de particulier qui pourrait me mettre sur la voie ? » La jeune femme se met soudain à rire avant de répondre « Si tu veux savoir si on a déjà couché ensemble la réponse est non » Bien qu’à l’époque Joey était folle amoureuse du frère de l’ami de son frère. Elle n’était pas encore en âge de penser relation sexuelle néanmoins un baiser ne l’aurait pas dérangé c’est certain. Puis il la questionna à son tour sur son travail, et surtout pourquoi avoir choisi ce travail. Si Declan semblait adorer parler de son travail il en était de même pour la jeune femme qui a toujours été très fière de ce qu’elle fait. Et qui en parle sans aucune pudeur, ni retenu, de la même façon qu’elle le fait dans ses articles quitte à en étonner plus d’un comment cela semble être le cas de Declan lorsqu’elle avoue parler de sexe dans ses articles. « Tu es presque une conseillère sexuelle pour tes milliers de gens alors. » Oui. En quelques sortes. Bien que la jeune femme considère avoir encore des tas de choses à apprendre dans le domaine du sexe. « Disons que j’aime expérimenter, j’aime découvrir et je fais pars de mes découvertes à tous mes lecteurs » Elle n’est pas vraiment une conseillère, plus une testeuse. Qui test pour soi plus que pour les autres. « Surpris serait un terme peut-être plus exacte » Elle pouvait assez bien le comprendre. Une femme qui parle de sexe aussi ouvertement ce n’est pas courant. Liam aussi avait été choqué en lisant son premier article qui était pourtant assez chaste, il l’avait été davantage encore lorsqu’il l’avait surpris en pleine acte sexuel dans sa chambre il y a quelques semaines. « Ton frère a pas fait une crise cardiaque ? » Heureusement non « Non mais il a fichu le type à la porte en lui hurlant dessus » Alors que Joey était nue comme un ver, enroulé dans les draps pour cacher sa nudité. « Mais maintenant je sais que tu as un frère et que tu es sexuellement active » Elle sourit et rit même légèrement parce qu’elle ne voit pas vraiment en quoi la deuxième information pourrait bien l’aider. « Et que vas-tu faire de ces informations ? » Il lui laisse à peine le temps de terminer sa phrase qu’il reprend « OOOOH MAIS JE SAIS » Il a retrouvé la mémoire ? Il a eu une illumination divine ? Joey le regarde, intrigué. « Si je vais sur le site internet de ton magazine je vais forcément trouver une photo de toi et je pourrais faire une recherche google et trouver qui tu es. » C’est vrai, elle n’y avait pas pensé « Mais ce serait de la triche non ? » En tout cas cela ne lui semblait pas très convenable à la Washington. Ou en tout cas elle trouvait ça un peu trop simple. « Ou alors, si je ne trouve vraiment pas, j’attendrais que ton article sorte, je viendrais à ton boulot pour t’inviter au restaurant » Elle a bien entendu ? Il veut l’inviter au restaurant ? L’adolescente qu’elle était il y a quelques années rougit intérieurement à l’idée que son crush lui propose de l’inviter au restaurant. « Je trouve cette idée bien meilleure que la précédente si tu veux mon avis » Joey sourit bêtement avant de lui rendre les dessins qu’elle tient dans les mains. Elle prend ses affaires, se lève et lui dit « L’article sortira la semaine prochaine alors j’attend ta visite » Elle lui sourit une dernière fois avant de s’éloigner avec un sourire béat se dépêchant d’envoyer un message à sa meilleure amie pour lui expliquer ce qu’il vient de se passer.

FIN


❝ two hearts, one valve❞ I know that, birds fly in every direction, I hope to see you again. Sunsets, sunrises. Livin' the dream, watchin' the leaves, changin' the seasons.  Some nights I think of you, relivin' the past, wishin' it'd last. Wishin' and dreamin'..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Open your eyes and see the way our horizons meet ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Open your eyes and see the way our horizons meet

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération