who run the world ? ☽ rose

 :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/10/2018
›› Commérages : 59
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sophia lovely bush
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

who run the world ? ☽ rose ✻ ( Dim 14 Oct - 20:18 )


Rose & Grace

Some of them men think they freak this like we do. But no they don't make your check come at they neck disrespect us no they won't. Boy don't even try to touch this. Boy this beat is crazy. This is how they made me Houston Texas baby. This goes out to all my girls that's in the club rocking the latest who will buy it for themselves and get more money later. I think I need a barber none of these niggas can fight me. I'm so good with this, I remind you I'm so hood with this.



Grace était plutôt contrariée. Visiblement tous mes personnages sont contrariés ces derniers temps. Le couple dont elle était présentement en charge d’organiser le mariage était en retard. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça l’énervait. Ils avaient insisté pour organiser ce mariage en un temps record et ils n’étaient même pas capables d’être ponctuels. Dans le fond, Grace savait que ce n’était pas tant leur retard qui la contrariait. D’une manière générale, tous les couples heureux et sur le point de se marier pour de vrai avaient tendance à l’exaspérer. Ce qui était un comble, puisqu’organiser des mariages était son gagne pain. Alors, elle avait plaqué un sourire impassible sur son visage pendant tout le temps où ils avaient fait le tour de la boutique florale, pour choisir la composition qui ornerait les centres de table. Mais la future mariée avait prit des heures à se décider. Elle n’aimait pas l’odeur d’une fleur, elle n’aimait pas la couleur d’une autre et rien ne trouvait grâce à ses yeux. Elle était l’une des mariées les plus difficiles pour qui Grace avait un jour du travailler. En général, ça la mettait pourtant en joie, d’organiser des mariages, mais aujourd’hui, le cœur n’y était pas. Ce petit couple d’amoureux lui rappelait son propre mariage avorté et désastreux. Au lieu de se focaliser sur les détails, ils feraient mieux de se concentrer sur leur amour partagé. Elle, elle avait organisé le mariage parfait. Du moins, elle l’avait cru. Elle avait tout pensé, elle avait réglé tous les détails, des fleurs, au repas, jusqu’à la pièce monté. Et cet enfoiré ne s’était même pas présenté le jour du mariage. Tout planifier n’était pas la clé du bonheur, elle l’avait apprit à ses dépends et elle espérait que ces amoureux ne l’apprendraient pas aux leurs non plus.

Quand elle avait regagné la maison de son père, elle avait poussé un soupir à mi-chemin entre le soulagement et l’agacement. Elle était tendue et la première chose dont elle avait besoin, c’était d’un bon bain. Elle se prélassa de longues minutes dans l’eau chaude, profitant des bulles qui explosaient au contact de sa peau, de l’eau qui détendait ses muscles. Elle sentait progressivement la tension de la journée s’atténuer et ce n’était pas plus mal, puisque la jeune femme était tellement tendue qu’elle pouvait en devenir vraiment désagréable. Après son bain, la brune, enroulée dans son peignoir, joua avec son téléphone. Elle avait besoin de sortir, elle avait besoin de s’aérer l’esprit et de se changer les idées. La jeune femme voulu d’abord composer le numéro de Liam, mais elle s’en empêcha. Certes, passer la soirée dans ses bras lui ferait du bien, mais ce n’était certainement pas ce qui l’aiderait à être plus détendue. Le jeune homme avait le don de lui faire tout oublier, le temps d’un moment mais chaque fois, la culpabilité finissait par prendre le dessus. Il était marié et elle avait beau tourner leur relation dans tous les sens, il n’en restait pas moins qu’elle savait que ce qu’elle faisait était mal. Elle volait l’homme d’une autre. Elle prenait le risque de détruire un amour béni par les liens sacrés du mariage. Se résignant, elle envoya un sms à Mila, pour savoir si elle n’était pas motivée à sortir avec elle. Mais la jeune femme déclina son invitation, puisqu’elle passait la soirée avec Martin. Elle aurait dû s’en douter, puisque sa collègue et amie lui avait parlé de ses projets pour la soirée, mais une fois encore, elle avait eu la tête ailleurs et n’avait pas retenu l’information qu’elle lui avait pourtant communiqué.

Qu’à cela ne tienne, Grace n’avait besoin de personne pour sortir et s’amuser. Elle avait enfilé sa plus belle robe, vert émeraude, ses chaussures à talons noirs et elle avait laissé ses boucles à l’air libre. Un rouge vif couvrait ses lèvres. Elle se sentait en confiance quand elle passa les portes du Blue Lagoon, bien décidée à profiter de sa soirée, même si elle devait la passer seule. Il y avait toujours suffisamment de gens intéressant dans ce club pour ne pas avoir besoin de venir accompagné. La brune ne tarda pas à se commander un cocktail, qu’elle attendit en tapant des doigts en rythme sur le bar. Son regard parcouru l’assemblée et se posa sur une brune dont le visage lui disait vaguement quelque chose. Elle n’arrivait pas à situer son visage mais en même temps, c’était une petite ville, tous les visages lui semblaient familiers. Mais la jeune femme semblait importunée par l’homme qui lui faisait face. Grace ne savait pas si elle était supposée faire quelque chose. Après tout, si ça se trouvait, elle se trompait et elle allait passer pour une cinglée. « Merci », fit-elle à l’attention du barman, qui détourna son attention l’espace de quelques instants, en posant son cocktail devant elle. Elle régla sa consommation, porta son verre à ses lèvres et reporta son attention sur la brune qui semblait vraiment agacée. Plus de doute dans l’esprit de la brune, son côté girl power prenait le dessus. Au pire, elle aurait l’air d’une imbécile. « Ma chérie ! », s’exclama-t-elle en s’approchant de la brune pour la prendre dans ses bras, comme si elles se connaissaient depuis toujours. Au moins, cela eu le don de faire reculer l’homme d’un pas. « J’ai cru que je n’allais jamais te trouver au milieu de tout ce monde. Tu nous présente ? », fit-elle en désignant le molosse. Si elle voulait lui lancer un SOS c’était le moment. Si elle la prenait pour une dingue, c’était le moment aussi.


Dernière édition par Grace Rhodes le Lun 29 Oct - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 29/09/2018
›› Commérages : 308
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Mila Kunis
›› Schizophrénie : Joan Pryce ✻ Asher James ✻ Eliza Nelson-Riley ✻ James Campbell ✻ Calie Washington ✻ Kate Rhodes ✻ Brane Malone

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Lun 22 Oct - 20:30 )

Who run the world ?
Grace & Rose

L’ennui est palpable dans la vie de Rose. Ça faisait des mois qu’elle ne s’était pas retrouvée loin des tournages et des projecteurs, dans une ville calme où absolument rien ne se passe. Ça faisait des mois qu’elle ne s’était pas retrouvée face à elle-même, et Rose, elle se trouve pénible. Elle ne sait pas quoi faire de son corps, alors elle s’occupe comme elle peut. Principalement en cherchant un moyen de rendre son affreux appartement un minimum vivable. Toute la semaine, Rose s’est baladée de magasins en magasins pour trouver de quoi décorer son logement. Elle a également entrepris de ranger tous ses produits de beauté dans la salle de bain, ce qui lui a littéralement pris une matinée toute entière. Des produits de beauté, elle en possède des tonnes. L’actrice n’a pas arrangé son cas en achetant de manière compulsive un stock de rouges à lèvres et de vernis. Elle s’est laissé tenter par des produits inconnus, des marques qu’elle ne connaissait pas avant de mettre les pieds à Cap Harbor. Comme quoi, vivre dans une petite ville peut avoir du bon. Les boutiques paraissent moins grandes et les perles rares sont plus faciles à repérer. Faire en sorte que tout rentre dans les tiroirs de sa salle de bain n’a pas été simple. Mais elle se félicite d’y être parvenue. Malheureusement, l’agencement et le rangement de son appartement ne suffisent pas à la garder occupée. Donc elle retourne dans l’ennui, à se faire les ongles trente-six fois par jour tout en regardant les séries abominables de Netflix. Elle peste contre les actrices qu’elle déteste, critique allègrement leur jeu nul, et de temps en temps, elle se maudit d’avoir absolument voulu venir à Cap Harbor. Comme Erin est la responsable à tout ce cirque, elle passe la moitié de son temps chez cette dernière, affalée dans son canapé ou dans son lit. Bref, la vie de Rose manque de paillettes et d’action.

Le week-end approchant, elle refuse de laisser l’ennui la ronger. Erin lui propose une soirée entre filles, à boire du vin devant un bon film. Rose râle, parce que c’est ce qu’elles font depuis plusieurs jours. Elle veut sortir, découvrir à quoi Cap Harbor ressemble la nuit, rencontrer de nouveaux visages. Non pas que celui d’Erin soit moche. Disons qu’elle aimerait beaucoup en connaître d’autres. Rose, c’est une femme qui a besoin de compagnie. Elle ne supporte pas d’être seule, elle ne supporte pas les journées répétitives et par-dessus tout, elle ne supporte pas l’ennui. Alors elle tente de convaincre sa meilleure amie d’être son acolyte pour une soirée. Elle lui sort tout un tas d’arguments, certains beaucoup plus convaincants que d’autres. Rose finit néanmoins par comprendre qu’elle se tue à la tâche pour rien. Erin, elle n’a pas envie de sortir. La blonde veut rester chez elle, tranquillement. Et Rose se sent trahie. Elle ne manque pas d’exprimer tout son mécontentement, quittant l’appartement des sœurs Pierce telle la drama queen qu’elle est. Elle part en affirmant être choquée et déçue, ne donnant pas l’occasion à sa meilleure amie de se rattraper. Elle ose même dire que puisque la présence de sa sœur est plus agréable que la sienne, elles ne se reverront jamais. Évidemment, elle balance ces atrocités pour faire réagir Erin. Cette dernière se contente de l’observer avec amusement, les bras croisés contre sa poitrine. « C’est grave. C’est très très grave. » Dit-elle avant de claquer la porte. La brune fulmine, et elle fulmine encore plus lorsqu’elle réalise qu’elle doit encore affronter les transports en commun. C’est aussi ce qui la pousse à appeler Erin une fois chez elle. Elle s’excuse un million de fois et capitule. Elle accepte le fait que sa meilleure amie veuille ne pas sortir. Ça ne veut pas dire qu’elle restera chez elle à boire du vin. Elle s’y refuse fermement.

Dès le lendemain, elle part à l’aventure. Elle est quand même passée chez Erin avant, histoire de se mettre un peu d’alcool dans le sang. Sa meilleure amie part dormir et elle, elle part faire la java. Avant de faire des folies avec son corps, elle rappelle à Erin à quel point c’est un monstre. Elle la tient d’emblée responsable pour tout ce qu’il lui arrivera de mal dans la soirée. Rose embrasse la jeune femme et rejoint le Blue Lagoon, la seule boîte de nuit qu’elle connaisse. Et probablement la seule de tout Cap Harbor. Cinq minutes plus tard, elle se fait déjà agressée par un vieux lourd. « Je t’offre un verre, bébé ? » Sa voix est affreuse, au même titre que sa personne. Rose lui adresse un sourire poli et le rejette allègrement. « Non merci. » Dit-elle sèchement. Personne n’a le droit de l’appeler bébé. Malheureusement pour elle, le type insiste et commence à lui faire des avances. Si Erin avait été là, elle aurait pu la sauver. Erin n’est cependant pas là et Rose est seule. « Bon, non c’est non. Il faut te le dire en quelle langue ? » Elle commence à s’énerver, la demoiselle. Son agacement provoque le rire de son interlocuteur et bon sang… Elle commence à croire qu’elle ne s’en sortira jamais. C’est là que sa sauveuse intervient. Son cerveau se met sur pause deux secondes, incapable de dire si c’est à elle qu’on s’adresse ou non. Ses talents de comédienne lui permettent de s’adapter très vite à la situation, remerciant du fond du cœur cette inconnue d’avoir volé à son secours. « Ça fait dix minutes que j'essaye de te rejoindre mais justement, cet homme m'en empêche. » Elle adresse un sourire faux à l'homme en question, en plus d'un regard noir. « Je suis désolée ma chérie. J'avais pas prévu de tomber sur un type aussi lourd. » Et elle embrasse brièvement la brune, faisant ainsi fuir l'homme qui la collait depuis de longues minutes. Rose se détache alors de la jeune femme, poussant un soupir de d'agacement. « Quel lourdingue celui-là ! » Qu'elle râle avant de détailler la brune. « Mille mercis et pardon de t'avoir embrassée. J'en reviens pas de devoir faire tout ça pour se débarrasser d'un gros con. » Rose lève les yeux au ciel, avant d'afficher un grand sourire. « Je peux t'offrir un verre pour te remercier encore une fois ? Et au passage, je m'appelle Rose. » Parce qu'elle s'est aussi habituée au fait qu'ici, personne ne la connaisse.

✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    brain (noun) an organ that most people do not possess or use.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/10/2018
›› Commérages : 59
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sophia lovely bush
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Mer 31 Oct - 21:43 )


Rose & Grace

Some of them men think they freak this like we do. But no they don't make your check come at they neck disrespect us no they won't. Boy don't even try to touch this. Boy this beat is crazy. This is how they made me Houston Texas baby. This goes out to all my girls that's in the club rocking the latest who will buy it for themselves and get more money later. I think I need a barber none of these niggas can fight me. I'm so good with this, I remind you I'm so hood with this.



Grace avait toujours été du genre féministe. Pas de ces folles furieuses extrémistes qui voulaient considérer comme une règle universelle que les hommes étaient des moins que rien et que le simple fait qu’ils regardent une femme dans la rue était abusif, non. En revanche, la jeune femme avait toujours considéré que l’homme qui lui ferait accepté qu’elle était du sexe faible n’était pas né. Elle avait toujours refusé d’accepter qu’une femme puisse gagner moins qu’un homme pour un travail à responsabilités égales juste à cause de ce qu’elle avait entre les jambes. Et surtout, la brune avait toujours refusé de s’aplatir devant un homme. Petite déjà, elle avait mit une gifle à Bryan qui lui avait dit que les filles devaient faire la cuisine et qui avait refusé qu’elle ne joue au foot avec ses amis. Elle avait été convoquée par sa maîtresse et dans le bureau du directeur, mais elle avait refusé, têtue comme une mule de s’excuser et de reconnaître ses torts, tant que Bryan ne s’excuserait pas avant. Le soir même, elle était rentrée à la maison en décrétant qu’elle ne ferait jamais à manger de toute sa vie et que les garçons étaient nuls de toute façon. Elle avait grandit, elle avait mûri aussi, mais Grace n’avait pas pour autant changé et elle avait gardé ce côté féministe. Hors de question pour elle de se laisser faire par les hommes. Et quand on lui disait qu’elle était habillée de façon vulgaire ou trop sexy et qu’elle attirait donc le regard des hommes, elle répondait généralement par un doigt du milieu fièrement levé. L’homme qui parviendrait à lui faire fermer son clapet ou à lui faire entendre raison n’était pas encore né, c’était une certitude. Elle ne changerait pas, pour personne, quoi qu’on en dise.

Rien de surprenant à ce qu’elle ait volé au secours de cette brune, totalement inconnue. Elle ne la connaissait pas, certes. Peut-être que ça ne la regardait pas non plus d’ailleurs. Mais Grace ne pouvait décemment pas laisser une femme se faire embêter sans rien faire. Même si elle était frêle et qu’elle ne ferait pas le poids face à cet homme, il était normal et naturel pour elle d’agir, sans réfléchir. Grace avait parfaitement conscience qu’elle allait passer pour une folle furieuse en débarquant de la sorte et promis, si en fait la brune n’était pas en danger, elle s’excuserait platement pendant une demi-heure. Mais pour l’instant, elle avait surtout l’impression de faire ce qu’il fallait, à savoir sauver cette fille des griffes de ce gros porc. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour comprendre qu’elle avait bien fait. La brune rentrant dans son jeu. Et comme Grace aimait bien s’amuser de situations étranges de temps en temps, elle en rajoutait une couche. « J’ai cru que tu m’avais posé un lapin. Franchement monsieur, vous n’avez pas honte ? », fit-elle, en fronçant les sourcils. Grace, elle ressemblait à une maman autoritaire et franchement, ça la faisait rire. Mais comme la situation exigeait un peu de sérieux, elle tentait tant bien que mal de ne pas se marrer. Elle allait encore tout foutre en l’air. D’ailleurs, elle faillit bien tout faire foirer en lâchant un cri de surprise quand la brune l’avait embrassé. Alors ça, CA, elle ne l’avait pas vu venir, la Grace. Et sur le coup, elle était incapable de réagir, restant plantée là comme une idiote.

Heureusement, elle n’avait pas eu à en rajouter des caisses. Ce baiser furtif avait suffit à faire fuir le vieux pervers. Parfait. Grace ne sait pas si elle aurait été capable de mettre de la conviction dans ce baiser de toute façon. En revanche, la belle inconnue n’avait pas l’air plus gênée que ça par ce baiser volé. Pour ne pas paraître farouche, Grace faisait comme si de rien n’était. Mais elle avait quand même l’air d’une cruche, un peu. « Je te le fais pas dire. J’ai repéré sa tête de lourdaud à la seconde où je suis rentrée », fit-elle avec une grimace de dégoût. C’était un peu comme s’il avait un panneau « je suis un gros pervers » au dessus de sa tête, qui clignotait, avec de grosses lumières colorées. « C’est pas grave, ne t’en fais pas. Ça va me faire une chose à rayer de ma liste de choses à faire avant de mourir », plaisanta Grace en lui adressant un sourire complice. Bon à vrai dire, ce n’était pas vrai. A cause du jeu de la bouteille, elle avait embrassé une fille, à l’université. Et si elle avait eu une voix aussi jolie que celle de Katie Perry, Grace n’aurait pas tardé à écrire la chanson I kissed a girl and je n’ai pas liked it, si vous voulez tout savoir. « Enfin bon, il n’y a vraiment pas de quoi. Si on ne peut pas s’entraider entre filles, qui va le faire à notre place ? », fit-elle, sans se défaire de son sourire. Elle était d’ailleurs à deux doigts de gueuler girl power, mais elle se dit que c’était peut-être un peu trop. Maintenant qu’elle était plus à l’aise, Grace était aussi amicale qu’elle l’était d’habitude. Elle avait toujours eu le don de se faire des amis partout où elle allait. « Moi c’est Grace. Et je ne dis jamais non à un verre, qu’importe les circonstances », répondit-elle. Maintenant qu’elles n’étaient que toutes les deux, Grace était curieuse de sa voir qui était cette brune. Elle connaissait des tas de visages dans cette ville, pour avoir toujours fait parti de prêt ou de loin des fêtes les plus mémorables de Cap Harbor. Et elle était à peu près certaine de ne jamais avoir vu Rose avant. « Tu es nouvelle dans le coin ? », la questionna-t-elle, consciente d’être trop curieuse. Elle lui avait sauvé les fesses, donc elle avait le droit d’être curieuse. CQFD.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 29/09/2018
›› Commérages : 308
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Mila Kunis
›› Schizophrénie : Joan Pryce ✻ Asher James ✻ Eliza Nelson-Riley ✻ James Campbell ✻ Calie Washington ✻ Kate Rhodes ✻ Brane Malone

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Sam 10 Nov - 19:20 )

Who run the world ?
Grace & Rose

Rose, elle aime quand on vole à son secours. Surtout lorsqu’elle fait face à un homme particulièrement détestable, qui ne comprend pas ce que « non » signifie. Malgré tout ce qu’il se passe dans le monde en ce moment, malgré tous les changements en marche, il y a toujours cette petite poignée de gros lourds qui refuse de disparaître de la surface de la terre. Par chance, ce soir, elle peut compter sur la solidarité féminine pour s’extirper d’entre les vilaines pattes de cet affreux personnage. Rose, elle saisit cette perche à pleine main. Elle se glisse dans la peau d’une femme en couple et utilise allègrement cette jolie inconnue comme petite-amie. Les deux femmes prennent visiblement leur rôle très à cœur, et Rose encore plus. Elle ne se gêne pas pour déposer un généreux baiser sur les lèvres de sa sauveuse, ravie de constater que ce simple geste suffit à faire fuir l’homme venu l’importuner un instant plus tôt. Bien qu’elle soit ravie de s’en être sortie indemne, ça la sidère de devoir embrasser une inconnue pour qu’un homme la laisse tranquille. Ça n’a aucun sens et ça l’agace. S’il avait accepté son refus dès le début, elle n’aurait pas eu besoin de violer la bouche de cette demoiselle. La moindre des choses désormais, c’est de remercier la jeune femme de l’avoir secourue, et de s’excuser pour ce baiser impromptu. Par chance, elle ne lui en veut pas. « Oh. Donc si je résume bien la situation : tu m’as aidée à me débarrasser d’un vieux pervers et moi, je t’ai aidée à accomplir un de tes rêves. » Bon, techniquement, elle n’a pas parlé de rêve. Mais aux yeux de Rose, c’est tout comme. « C’est vraiment une bonne affaire ! J’en suis ravie ! » Qu’elle dit avec enthousiasme, presque en tapant dans ses mains. Tout le monde peut ne pas réagir de la même façon face à un baiser furtif offert par une inconnue. Elle a de la chance, Rose. Elle a vraiment beaucoup de chance. « C’est vrai. Si t’avais pas été là, je n’ose même pas imaginer comment la soirée se serait finie pour moi… » Rose affiche une mine de dégoût, consciente du danger évité. En tant qu’actrice, elle aurait pu être une habituée de ces situations. C’est malheureusement le cas pour beaucoup de ses consœurs. Alors elle peut s’estimer heureuse de ne jamais avoir vécu quoi que ce soit de traumatisant. Elle prie pour que ça dure, d’ailleurs. Parce qu’à en croire les médias, les agressions sexuelles vont bon train dans le monde du cinéma et de la télévision. En guise de ses remerciements les plus sincères, elle propose d’offrir un verre à la jeune femme. Ça lui permettra de manifester toute sa reconnaissance, en plus d’apprendre à connaître celle qui a empêché le pire de se produire. Ou peut-être qu’elle est complètement parano et que cet homme ne lui voulait pas le moindre mal. Mais de manière générale, un homme qui insiste, ça n’inspire pas confiance. Le garçon devrait revoir ses manières en matière de séduction. « Parfait ! On mérite toutes les deux un verre. » Sans plus attendre, elle hèle le barman pour qu’il apporte aux deux femmes deux jolis mojitos. Rose, elle aime les mojitos autant qu’elle aime Erin. C’est-à-dire à la folie des grandeurs. Elle réceptionne les boissons en échange de sa carte de crédit, et offre l’un des cocktails à sa nouvelle amie. Oui, Grace est la nouvelle amie de Rose. Elle vient de le décider. Sa carte étant à nouveau en sécurité dans son petit sac à main, elles peuvent trinquer en toute tranquillité. « Merci à toi, Grace, pour ton acte de bravoure. » Elle lève son verre, adresse un clin d’œil à la brune, et boit une première gorgée de son verre. La discussion se fait naturellement et en l’occurrence, Grace s’interroge sur l’actrice. Rose, elle passe régulièrement pour la touriste. À croire qu’au-dessus de sa tête se trouve un énorme panneau lumineux qui dit « je suis nouvelle et perdue, aidez-moi ». C’est vrai qu’elle agit comme une pauvre âme en peine depuis son arrivée à Cap Harbor. Ça se voit sur son visage, ça se décrypte dans son attitude. « Oh oui. J’ai appris l’existence de Cap Harbor il y a un mois, à peine. » Explique-t-elle en toute honnêteté. « Je n’avais jamais mis les pieds ici avant. J’étais même jamais venue en Caroline du Nord, en réalité. » C’est bien trop loin de sa côte ouest, de sa ville natale et de sa carrière d’actrice. Ici, personne ne la connait. Du moins, à Cap Harbor, elle peut arpenter les rues dans le plus grand des calmes sans que personne ne vienne la déranger. « Ma meilleure amie vit ici. Je me suis décidée à la rejoindre, mais en réalité, je viens de Los Angeles. » La simple évocation de L.A. lui pince le cœur. Elle sirote son mojito pour tenter d’apaiser sa tristesse d’être ici ce soir, et non dans l’un de ses bars favoris. « Et toi ? Tu viens d’ici ? Comment tu fais pour survivre ? Enfin je ne veux pas paraître hautaine… C’est juste que voilà. C’est pas ouf. » Elle tente d’expliquer ça sans être bourrue, tandis qu’une grimace vient déformer son visage.

✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    brain (noun) an organ that most people do not possess or use.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/10/2018
›› Commérages : 59
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sophia lovely bush
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Dim 25 Nov - 21:35 )


Rose & Grace

Some of them men think they freak this like we do. But no they don't make your check come at they neck disrespect us no they won't. Boy don't even try to touch this. Boy this beat is crazy. This is how they made me Houston Texas baby. This goes out to all my girls that's in the club rocking the latest who will buy it for themselves and get more money later. I think I need a barber none of these niggas can fight me. I'm so good with this, I remind you I'm so hood with this.



Grace Rhodes avait un esprit de féministe, depuis qu’elle était toute petite. Mais au-delà de ça, elle avait quand même un peu envie de pester contre tous ces gens présents à cet instant, qui ne s’étaient pas dit que ce serait une bonne idée d’aider la brune. Elle, elle ne la connaissait ni d’Eve, ni d’Adam, mais ça paraissait assez évident qu’elle avait besoin qu’on l’aide. Tout comme c’était assez évident que cet homme était un abruti fini, un vrai crétin et que Grace avait bien fait de l’aider à s’en débarrasser. Bon, peut-être que son avis était un peu influencé quand même, parce que Grace n’était pas franchement très fan des hommes en ce moment. Mais si on pouvait faire comme si Grace était seine d’esprit et parfaitement équilibrée, pas du tout motivée par une haine féroce envers son ex fiancé, ça l’arrangerait beaucoup, en fait. De toute façon, pour l’heure, il n’était pas question d’elle, non. Il était question de la brune, l’autre brune, qu’elle venait de débarrasser d’un abruti et qui l’avait embrassé en retour. Et Grace, elle était plutôt surprise. Mais bon, ça leur avait permis de se défaire de ce porc. Encore que ça aurait pu être quitte ou double, il aurait pu être open pour un plan à trois. « Exactement. Donc on peut dire que dans le fond, on en sort toutes les deux gagnantes », plaisanta-t-elle avec un sourire accroché aux lèvres. Les femmes, ce n’était pas pour elle et Grace elle en était persuadée depuis très longtemps. Enfin bon, d’un autre côté, elle était aussi persuadée que les hommes, ce n’était plus pour elle non plus. Elle devrait peut-être faire vœux d’abstinence. Mais c’était le genre de réflexion qu’elle n’allait peut-être pas partager avec la jeune femme, qu’elle connaissait à peine. Qu’elle ne connaissait pas du tout pour être exact.

Plutôt que de parler d’elle, Grace se contentait d’approuver la brune. Ce type était vraiment lourd et la soirée aurait pu finir en véritable cauchemar pour la jeune femme. « Mon côté éternelle optimiste serait tentée de penser que quelqu’un aurait fini par voler à ton secours, mais dans la réalité … », fit-elle avant de s’interrompre. Dans la réalité, les gens étaient trop égoïstes et trop concentrés sur leurs nombrils pour se préoccuper d’une demoiselle en détresse. Sans compter que Grace était bien placée pour savoir qu’elle était souvent trahie par son côté éternellement optimiste. Les gens étaient parfaitement capable d’être méchants, elle était bien placée pour le savoir. Un homme avait été jusqu’à la demander en mariage pour piller ses affaires pendant qu’elle l’attendait devant l’autel. On pouvait dire que niveau méchanceté gratuite, elle avait eu sa dose. Cette pensée venait assombrir la soirée. Alors un verre était plus que le bienvenue. « Ça va rapidement nous requinquer », approuva-t-elle en s’efforçant de sourire. La jeune femme suivit donc sa nouvelle compagne de soirée vers le bar. Elle ne buvait pas beaucoup d’alcool, son état de santé ne le permettant pas autant qu’elle le voulait, mais ce soir, elle ferait une exception. Un verre n’allait pas la tuer. Et elle avait envie de s’amuser. Après tout, c’était pour se changer les idées qu’elle était venue ce soir. Le pire qui puisse lui arriver, c’était de faire un coma diabétique. La soirée lui appartenait. Et maintenant, elle semblait avoir trouvé la partenaire parfaite pour partager cette soirée. Grace en était ravie. Quand on vivait dans une aussi petite ville, il était souvent difficile de rencontrer de nouvelles têtes. Donc quand Grace en apercevait une, elle en profiter pour faire sa connaissance. Bon d’accord, elle ne connaissait pas non plus tous les habitants de Cap Harbor, mais quelque chose lui disait que cette femme n’était pas d’ici.

Mais avant de la noyer sous les questions, Grace préféra la remercier pour le verre et trinquer avec elle. « C’est tout à fait normal », fit-elle avec un sourire. En tout cas, pour Grace, c’était totalement normal, mais de nos jours, les gens étaient tellement égoïstes qu’elle avait un doute. « Je propose qu’on trinque à la solidarité féminine », ajouta-telle. Les femmes devraient se soutenir un peu plus au lieu de se critiquer les unes et les autres et se moquer des habits ou des courbes des femmes. Enfin bon, Grace n’était pas mère Thérésa, parfois elle regardait quand même de travers des femmes habillées trop court ou mal vêtues, mais elle savait que ce n’était pas bien. Maintenant qu’elles avaient de quoi s’alcooliser, les deux femmes pouvaient allègrement apprendre à se connaître. Et Grace ne se gênait plus désormais pour poser ses questions, parce que oui, ça se voyait que Rose était nouvelle en ville. « Je vois. Ça doit drôlement te changer », fit Grace. Enfin, quand on venait d’ailleurs, une ville comme Cap Harbor, ça pouvait surprendre. La plupart des gens se connaissaient, tout le monde disait bonjour à son voisin. Les ragots se répandaient comme une traînée de poudre. Grace n’était pas certaine qu’elle aurait aimé ça, si elle était née ailleurs, mais elle n’avait toujours connu que ça. « Los Angeles ! Je n’y ai jamais mis les pieds. Ça doit être géniale », s’exclama-t-elle avec un enthousiasme. Bon en vérité, elle n’avait jamais quitté cette ville, tout court. Enfin, sauf pour faire ses études, mais elle n’avait jamais quitté la Caroline du Nord quand même. « Qui est ta meilleure amie ? Je la connais peut-être », demanda-t-elle, s’en fichant totalement d’être trop curieuse. Grace, elle connaissait beaucoup de monde ici. Et c’était d’ailleurs comme ça qu’elle s’en sortait dans cette ville. La remarque de Rose la fit rire. « J’ai toujours vécu ici, je n’ai jamais quitté la Caroline du Nord », avoua-t-elle en grimaçant à son tour. C’est vrai que ce n’était pas le rêve, il y avait plein de lieux qu’elle aurait aimé visiter, mais elle ne l’avait jamais fait. « Mais je survis ici parce que j’organise les meilleures fêtes de cet État et que je suis toujours invitée aux fêtes qui valent le coup », fit-elle en lui adressant un clin d’œil. Peut-être qu’elle devrait inviter Rose la prochaine fois, comme ça, elle se sentirait mieux à Cap Harbor.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 29/09/2018
›› Commérages : 308
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Mila Kunis
›› Schizophrénie : Joan Pryce ✻ Asher James ✻ Eliza Nelson-Riley ✻ James Campbell ✻ Calie Washington ✻ Kate Rhodes ✻ Brane Malone

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Sam 8 Déc - 11:25 )

Who run the world ?
Grace & Rose

Rose aurait dû savoir que sortir toute seule était une mauvaise idée. Elle n'ira pas jusqu'à penser qu'elle aurait dû écouter Erin et rester avec elle, à regarder un film quelconque tout en s'enfilant une bouteille de rouge ainsi qu'un plateau de fromage, mais elle croit quand même qu'elle aurait dû faire preuve d'un peu plus de méfiance. La brune avait tellement envie de visiter la ville et les bars qu'elle accueille, qu'elle n'a pas envisagé une seule seconde la possibilité que tout puisse virer au drame en deux secondes seulement. Dans la tête de l'actrice, les pervers sexuels n'existent que dans les grandes villes. Les plus petites, comme Cap Harbor, sont épargnées. Force est de constater que ce n'est pas du tout le cas. Les pervers sexuels sont partout, où qu'elle aille. Même au beau milieu d'un champ, perdu dans les fins fonds de la Caroline du Nord, elle serait susceptible de tomber sur l'un d'entre eux. Ce soir, Rose est néanmoins chanceuse. On vole à son secours, alors qu'elle pensait sincèrement devoir gérer la situation toute seule. Rose échappe heureusement au drame et en prime, elle récolte un peu de compagnie pour embellir sa soirée. C'est une excellente chose, parce que la perspective de passer une soirée seule, accoudée à un bar, en menant un combat acharné contre le moindre des gros lourds, ça ne l'enchantait pas vraiment. « D'un côté, l'éternelle optimiste qui est en toi avait raison. Il y a bien quelqu'un qui a volé à mon secours. » Et ce quelqu'un, c'est elle. « Parfois, il vaut mieux compter sur soi plutôt que sur les autres. C'est moins risqué. » C'est en tout cas ainsi qu'elle fonctionne la plupart du temps. Au lieu de placer des espoirs inutiles en des personnes indignes de confiance, elle préfère croire en elle, en ses qualités, en ses valeurs. Ça ne sert à rien d'attendre que les autres agissent à notre place. C'est une perte de temps totale. Le débat sur cette question pourrait avoir toute son importance mais au final, aucune des deux femmes n'est là pour ça. En plus, tout est rentré dans l'ordre, grâce à la jeune femme. Rose est saine et sauve, et toujours motivée à faire de cette soirée une belle soirée. C'est ainsi qu'elle décide d'offrir un verre à son héroïne. Elle dit que c'est pour la remercier mais dans le fond, elle est surtout ravie d'avoir une personne avec qui discuter. Rose déteste la solitude. Elle a besoin d'être entourée. Qu'elle connaisse les personnes en question ou non, elle s'en fiche. Elle a la particularité d'être extrêmement sociable et charismatique, et ce sont deux qualités qui facilitent grandement le dialogue avec les gens qu'elle rencontre. « La solidarité féminine, hein ? » Qu'elle répète, un sourire amusé au coin des lèvres. « J'aurais pas dit mieux ! » Elle sourit, parce qu'elle est plutôt du genre à rencontrer des hommes lorsqu'elle côtoie ce genre d'endroit. Ce soir, elle tombe sur une femme, et il n'est absolument pas question de séduction ou de relation sexuelle. Juste de solidarité féminine. C'est inédit, et ça lui plait pas mal. Tandis que les deux femmes sirotent leur cocktail, elles en profitent pour en apprendre un peu plus l'une sur l'autre. La discussion se porte essentiellement sur Rose, qui est comparable à un chaton perdu au milieu de la forêt. Cap Harbor et Los Angeles sont deux villes complètement différentes, ça va sans dire. « Oh que oui, Los Angeles c'est génial. Il y a tellement de choses à faire, tellement d'endroits à visiter, de gens à rencontrer... Je te cache pas que le changement de ville a été très brutal. » Rose, elle est encore fragilisée par ce déménagement. Elle ne regrette évidemment pas cette décision, puisqu'au final, c'est ce qui lui permet de retrouver la femme de sa vie. Et puis Rose, c'est quelqu'un qui aime sortir de sa zone de confort une fois de temps en temps. Mais là, c'est trop violent. Trop rapide. Elle ne peut pas s'empêcher de râler contre tout et n'importe quoi. « Erin Pierce, ça te parle ? Ils sont plusieurs dans la famille, elle a deux sœurs plus âgées et un petit frère. Ah, et un cousin un peu bizarre qui élève des tortues, aussi. » Rose se permet de rire parce que ça, elle ne s'en remettra jamais. Toute la famille Pierce agit comme si de rien n'était mais elle, elle continue de s'interroger au sujet de ces tortues. « Bon, elle est actrice aussi. Peut-être que ça te parlera plus. » Ou peut-être pas, elle n'en sait rien. Elle a l'impression qu'ici, personne ne regarde la télévision, parce que personne ne la reconnaît. À l'exception d'une ou deux adolescentes. C'est sans doute pour ça qu'elle méprise autant Cap Harbor. C'est trop éloigné de son monde fait de paillettes et de lumières, trop éloigné de sa carrière. Rose ne peut pas s'empêcher de dénigrer cette petite ville, sans vouloir être méchante. Elle constate juste qu'entre Los Angeles et Cap Harbor, il y a tout un monde. « Sérieusement ? Tu n'as jamais été à New-York ? Ou dans le Colorado ? Ni même la côte ouest ? » Pour le coup, Rose est choquée. « Maintenant, tu connais au moins une personne qui a une résidence à Los Angeles, donc il faudra en profiter. » Rose n'a jamais peur d'être amicale, pas même avec les personnes qu'elle connait à peine. Alors si Grace veut découvrir de nouveaux horizons, l'actrice l'y aidera avec plaisir. Quand Grace lui dévoile son secret pour survivre, la brune se retient de sautiller sur place. Elle sent que cette rencontre va enfin mettre un peu de piment à son quotidien terne. « Attends ! Tu as bien dit ce que tu as dit ? Tu organises les meilleures fêtes de l'état ? Waaaouuuuh ! C'est génial ! » Rose devient hystérique, heureuse d'avoir croisé le chemin de Grace. « Dis m'en plus. Tu organises quel type de fêtes ? Tu as créé ta propre agence événementielle ou tu travailles pour quelqu'un ? Ça m'intéresse ! » Ça l'intéresse tellement qu'elle finit par s'asseoir sur une chaise haute, invitant Grace à en faire autant. « Je ne veux pas paraître opportuniste, mais est-ce que c'est possible que je sois invitée aux soirées, moi aussi ? » Si Erin pouvait aussi avoir le droit à ses invitations privées, ça serait plutôt une bonne nouvelle.
✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    brain (noun) an organ that most people do not possess or use.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/10/2018
›› Commérages : 59
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sophia lovely bush
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Ven 14 Déc - 17:25 )


Rose & Grace

Some of them men think they freak this like we do. But no they don't make your check come at they neck disrespect us no they won't. Boy don't even try to touch this. Boy this beat is crazy. This is how they made me Houston Texas baby. This goes out to all my girls that's in the club rocking the latest who will buy it for themselves and get more money later. I think I need a barber none of these niggas can fight me. I'm so good with this, I remind you I'm so hood with this.



Grace avait un passif avec les hommes. Un passif qui n’était pas forcément très positif. La demoiselle avait eu des problèmes avec bien des hommes dans sa vie. Entre celui qui avait diffusé des photos d’elle et celui qui était parti avec l’intégralité de ses économies, on pouvait dire que la brune n’avait jamais eu particulièrement de chance. La jeune femme avait donc un très mauvais à priori sur les hommes. Elle n’en était pas au point de sortir des phrases du genre men are trash ou quelque chose de ce genre. En revanche, la brune avait beaucoup de mal à faire confiance. Mais ce n’était pas entièrement une mauvaise chose, si on comptait que c’était sa méfiance naturelle qui avait poussé la jeune femme à venir en aide à cette parfaite inconnue. Puisque personne ne semblait vouloir l’aider, elle l’avait fait elle même. Et elle en était plutôt contente. « C’est vrai que c’est une bonne façon de voir les choses », approuva-t-elle avec un sourire. Grace en tout cas, elle incarnait le girl power. Et elle avait l’espoir qu’au fur et à mesure les femmes apprendraient à s’entre-aider. L’espoir faisait vivre, comme on le disait. Et de l’espoir, la brune en avait. Elle avait foi en les gens. Peut-être un peu trop. C’était peut-être pour cette raison qu’elle était déçue par les autres, parce qu’elle mettait la barre trop haute. Mais Grace, elle était incorrigible, c’était plus fort qu’elle. « J’imagine que tu as raison. Même si j’ose espérer que l’égoïsme ne va pas finir par devenir la norme », répondit-elle, méditant ses paroles. Il était vrai que les gens devaient de plus en plus égoïstes, mais la jeune femme avait dans l’espoir que les mentalités allaient changer dans les temps à venir. Enfin bon, la brune n’avait pas l’intention de déblatérer sur l’égoïsme pendant des heures.

En revanche, la brune était tout à fait d’accord pour passer à autre chose et pour profiter de cette belle soirée. La jeune femme venait de se trouver une partenaire de fête et elle en était ravie. D’autant plus que Rose avait l’air de savoir s’amuser. Grace est ravie de découvrir un nouveau visage dans cette ville qu’elle connaissait si bien. Au moins, pour Rose, elle était une parfaite inconnue. Elle ne risquait pas de lui parler de son ex-fiancé par exemple. Et ça lui allait très bien. Et quoi de mieux pour faire connaissance que de boire un verre ensemble ? Maintenant, elles n’avaient plus qu’à trinquer. Et trinquer à la solidarité féminine c’était encore mieux. Pour toute réponse, Grace adressa un sourire à quelle qui était désormais sa nouvelle amie. Grace elle l’avait décidé, maintenant Rose n’avait plus le choix, elle allait avoir la brunette sur le dos. Toutes deux armées d’un verre, elles avaient totalement le loisir d’apprendre à se découvrir. Grace avait un milliard de questions à poser. D’un naturel bavard et curieux, la brune avait envie de tout savoir sur cette femme qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de croiser à Cap Harbor. Et non, elle n’avait pas peur d’avoir l’air absolument insupportable. Elle comptait sur Rose pour la recadrer si elle devenait trop pénible. « J’imagine. Passer d’une ville aussi grande à un endroit où tout le monde se connaît ça doit être surprenant. Mais ça a du bon aussi de connaître ses voisins. Ici, si tu tombes en panne, tu auras toujours quelqu’un pour t’aider et tu pourras toujours sonner chez ton voisin pour lui réclamer un paquet de sucre si nécessaire », répliqua-t-elle avec enthousiasme. Bon, en même temps, Grace, elle ne connaissait rien d’autre que sa petite ville et elle l’adorait. C’était prêcher une convaincue.

Mais si Rose était si perdue dans cette ville, elle se demandait pour quelle raison elle était venue jusqu’ici. Elle découvrit bientôt que c’était à cause d’une personne, d’une amie. Erin Pierce. Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. « Oui on se connaît. On n’était pas forcément très proches, mais elle était adorable. Les Pierce sont plutôt connus par ici. Qu’est-ce qu’elle devient d’ailleurs ? », demanda Grace, curieuse encore une fois. Elle aimait bien savoir ce que ses anciens camarades devenaient. C’était idiot, mais s’ils avançaient tous plus qu’elle, Grace ça l’angoissait. « Ah, elle est devenue actrice ? Désolé, mais je l’ignorais », avoua-t-elle en se mordillant la lèvre, un peu gênée. Grace et la télévision, ça faisait deux. Enfin, ce n’est pas qu’elle n’appréciait pas de regarder une série de temps en temps. Le souci, c’est qu’elle ne regardait jamais les nouveautés, donc elle avait toujours trois ou quatre saisons de retard sur ses amis. Face aux questions de Rose, Grace se sentait un peu idiote, comme si elle n’avait jamais rien fait de sa vie. « Non. Je suis très proche de ma famille, m’éloigner d’eux à toujours été horriblement difficile. J’ai étudié à Charlotte. Et je n’ai jamais voyagé non plus », avoua-t-elle. La brune sentait ses joues rougir. Elle se sentait un peu bête. « Mais si un jour je me décide à quitter ma petite ville je saurais où aller », ajouta-t-elle en forçant son sourire. Bon, si elle n’avait pas peur de la plupart des moyens de transport, la jeune femme aurait probablement pu voyager. Mais ça, elle préféra ne pas le révéler à sa nouvelle copine, de peur qu’elle ne la prenne vraiment pour une demeurée. Mais si elle n’était pas une baroudeuse, Grace organisait de superbes fêtes. Et ça ne tombait pas dans l’oreille d’une sourde, visiblement. « Bon, je suppose que je ne suis pas objective, mais j’organise de super-super fêtes », approuva-t-elle. Oui, elle n’avait pas peur de s’en vanter. Tout le monde se souvenait encore de la fête de ses trente ans. Pas elle, elle avait trop bu. « A vrai dire, avec ma meilleure amie, nous avons créé une entreprise d’organisatrices de mariage. Ça marche plutôt pas mal. Et quand on sait organiser des mariages, on sait organiser de bonnes fêtes aussi », répondit-elle, enthousiaste à l’idée de partager tout cela avec la jeune femme. Elle semblait enfin avoir capté son attention avec quelque chose, donc ça la réjouissait. « Bien entendu, tu seras la bienvenue », approuva la jeune femme en riant. Il n’y avait rien d’opportuniste là dedans. « Tu verras que les gens de la campagne savent aussi s’amuser », la taquina-t-elle. C’était de bonne guerre. Mais Grace n’avait pas mal prit les critiques sur sa petite ville, loin de là. « Dis moi, tu voudrais aller danser ? », proposa-t-elle. Elle adorait danser. Et elle avait envie de s’amuser.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 29/09/2018
›› Commérages : 308
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Mila Kunis
›› Schizophrénie : Joan Pryce ✻ Asher James ✻ Eliza Nelson-Riley ✻ James Campbell ✻ Calie Washington ✻ Kate Rhodes ✻ Brane Malone

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Jeu 10 Jan - 18:04 )

Who run the world ?
Grace & Rose

Avant d’atterrir en Caroline du Nord, Rose n’avait pas le moindre idée de ce à quoi Cap Harbor pouvait ressembler. Erin ne l’avait pas préparée à la brutalité de la réalité. La brune pensait bêtement que Cap Harbor était une version miniature de Los Angeles. Elle ne s’attendait pas à ce que sa ville natale et celle de sa meilleure amie soient foncièrement différentes. Ici, elle doit s’habituer à un train de vie plus calme, à une atmosphère plus détendue, à des rues moins bondées. Pour une personne comme Rose, qui n’a vécu qu’à Los Angeles depuis qu’elle est née, c’est difficile. Erin a déjà tenté de la convaincre un million de fois de la beauté de Cap Harbor. Elle a dressé une liste non-exhaustive de toutes les raisons valables de vivre dans une petite ville, lui a exposé ses meilleurs arguments. Rose, elle ne se laisse convaincre que dix minutes. Après ça, elle regarde par la fenêtre et se représente Cap Harbor comme un endroit sombre et froid. Tous les efforts d’Erin deviennent sans importance, et c’est un retour à la case départ qui s’opère. Grace essaye à son tour de faire ressortir le côté positif de Cap Harbor, expliquant qu’en cas de problème, il y aura toujours quelqu’un pour voler à son secours. La brune fronce les sourcils, assez peu convaincue. Elle se met à la place des autres et se dit qu’elle n’aimerait pas qu’on la dérange pour un paquet de sucre. Par ailleurs, elle n’y connait rien en mécanique. Donc même si elle voulait voler au secours d’un individu en panne sur le bord de la route, elle ne saurait pas quoi faire. « Peut-être. Mais à Los Angeles, les garages sont ouverts vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Et si jamais tu manques de sucre, il y a des supérettes à tous les coins de rue. » Rose hausse les épaules, consciente que ce débat est totalement stérile avec elle. Un jour, elle acceptera de positiver. Un jour, elle arrêtera de cracher son venin sur Cap Harbor, elle se rendra compte de sa chance, et décidera d’être heureuse. Un jour. Quand l’aigreur aura quitté son corps. Si elle ne tenait pas autant à Erin, elle n’a aucun doute quant au fait qu’elle serait déjà rentrée à Los Angeles depuis longtemps. La brune apprend que les Pierce sont relativement connus dans le coin et ça lui confirme qu’ici, le monde est incroyablement petit. « Elle est devenue une femme forte et indépendante ! » Répond-t-elle avec enthousiasme, avant d’annonce qu’elle est aussi devenue actrice. D’un signe de la main, Rose balaye les excuse de la jeune femme. Bon, elle, elle aurait été vexée qu’une de ses connaissances ne sache rien de sa carrière d’actrice. Mais Rose, elle se vexe souvent pour rien. Dès que son égo en prend un coup. Donc souvent. « Je vais te faire la liste des séries dans lesquelles elle a joué. Tu verras, Erin est géniale ! Tu vas forcément l’adorer. » Accessoirement, elle va adorer les séries en question. Dans la tête de Rose, le contraire ne s’envisage même pas une seule seconde. La brune questionne sa rencontre de la soirée, lui demande si elle vient d’ici ou d’ailleurs. Ça l’étonne franchement d’apprendre que Grace n’a jamais quitté Cap Harbor depuis sa naissance, que ce soit pour des vacances ou tout autre occasion particulière. En dehors de Charlotte, elle n’a rien vu d’autre du pays. Quand elle parle de sa famille, Rose comprend un peu mieux. C’est vrai qu’elle, elle n’est proche de personne à part son oncle. De fait, rien ne l’a jamais retenue de voyager. « Los Angeles doit être ta prochaine destination. Bon, il faudrait déjà que j’y retourne et à l’heure actuelle, je suis incapable de dire quand j’y retournerai. Mais au pire, rien ne nous empêche de se prévoir quelques semaines de vacances. » Pour Rose, ça va être facile. Étant donné qu’elle n’est plus à l’affiche de quoi que ce soit, ses vacances risquent de s’étaler sur des mois. En revanche, il se peut que ce soit plus difficile pour Grace. D’ailleurs, la brune ne tarde pas à en apprendre davantage sur la carrière professionnelle de la jeune femme. Rose, quand on lui parle de fêtes, ça la met en joie. « Si elles sont doublement super en plus… Que demander de plus ? C’est Noël ! » Dans la tête de Rose, il y a une explosion de confettis. Grace s’explique, évoque l’organisation de mariages. Pour l’actrice, un mariage et une soirée sont deux choses différentes. Elle veut cependant bien croire que si on peut organiser de super mariages, alors on peut aussi organiser de super fêtes. Rose tape frénétiquement dans ses mains, impatiente et excitée comme une puce. « Je savais que tu étais géniale ! Je l’ai senti et OLALA, tu me rends heureuse ! » Parce que, bien évidemment, elle s’imagine déjà sur la liste VIP des futurs événements organisés par sa nouvelle amie. Rose ne rate surtout pas l’occasion de se faire inviter aux prochaines soirées. Grace lui confirme que tout est possible, et voilà que Rose sautille sur place. « Mille mercis, tu me sauves la vie ! » Elle attrape Grace dans ses bras pour la gratifier d’une chaleureuse étreinte emplie de reconnaissance. « Je te promets de ne jamais oublier ta gentillesse, mademoiselle Grace ! Ou Madame… Pour ce que j’en sais, tu peux être mariée. » Elle lui lance un clin d’œil, puis termine son verre d’un trait. « Avec plaisir ! Je suis venue là pour ça, de toute façon. » Rose tend sa jolie main et entraîne Grace sur la piste de danse. Les deux femmes bougent leur corps au rythme de la musique, sans oublier de retourner au bar de temps en temps histoire de rester hydratée (et alcoolisée). Dans le feu de l’action, Rose ne voit pas cet homme ivre danser sans aucune délicatesse. La brune se fait bousculer violemment, tombe à terre et en prime, l’homme trébuche sur elle, l’aspergeant de son verre de vodka lemon. « MAIS WOW ! » Elle le repousse aussi fort qu’elle le peut, sans pour autant parvenir à se dégager de sous ce gros sac. « GRAAAAACE ! » Ceci est un appel au secours.
✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    brain (noun) an organ that most people do not possess or use.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

who run the world ? ☽ rose

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération