who run the world ? ☽ rose

 :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/10/2018
›› Commérages : 32
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sophia lovely bush
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

who run the world ? ☽ rose ✻ ( Dim 14 Oct - 20:18 )


Rose & Grace

Some of them men think they freak this like we do. But no they don't make your check come at they neck disrespect us no they won't. Boy don't even try to touch this. Boy this beat is crazy. This is how they made me Houston Texas baby. This goes out to all my girls that's in the club rocking the latest who will buy it for themselves and get more money later. I think I need a barber none of these niggas can fight me. I'm so good with this, I remind you I'm so hood with this.



Grace était plutôt contrariée. Visiblement tous mes personnages sont contrariés ces derniers temps. Le couple dont elle était présentement en charge d’organiser le mariage était en retard. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça l’énervait. Ils avaient insisté pour organiser ce mariage en un temps record et ils n’étaient même pas capables d’être ponctuels. Dans le fond, Grace savait que ce n’était pas tant leur retard qui la contrariait. D’une manière générale, tous les couples heureux et sur le point de se marier pour de vrai avaient tendance à l’exaspérer. Ce qui était un comble, puisqu’organiser des mariages était son gagne pain. Alors, elle avait plaqué un sourire impassible sur son visage pendant tout le temps où ils avaient fait le tour de la boutique florale, pour choisir la composition qui ornerait les centres de table. Mais la future mariée avait prit des heures à se décider. Elle n’aimait pas l’odeur d’une fleur, elle n’aimait pas la couleur d’une autre et rien ne trouvait grâce à ses yeux. Elle était l’une des mariées les plus difficiles pour qui Grace avait un jour du travailler. En général, ça la mettait pourtant en joie, d’organiser des mariages, mais aujourd’hui, le cœur n’y était pas. Ce petit couple d’amoureux lui rappelait son propre mariage avorté et désastreux. Au lieu de se focaliser sur les détails, ils feraient mieux de se concentrer sur leur amour partagé. Elle, elle avait organisé le mariage parfait. Du moins, elle l’avait cru. Elle avait tout pensé, elle avait réglé tous les détails, des fleurs, au repas, jusqu’à la pièce monté. Et cet enfoiré ne s’était même pas présenté le jour du mariage. Tout planifier n’était pas la clé du bonheur, elle l’avait apprit à ses dépends et elle espérait que ces amoureux ne l’apprendraient pas aux leurs non plus.

Quand elle avait regagné la maison de son père, elle avait poussé un soupir à mi-chemin entre le soulagement et l’agacement. Elle était tendue et la première chose dont elle avait besoin, c’était d’un bon bain. Elle se prélassa de longues minutes dans l’eau chaude, profitant des bulles qui explosaient au contact de sa peau, de l’eau qui détendait ses muscles. Elle sentait progressivement la tension de la journée s’atténuer et ce n’était pas plus mal, puisque la jeune femme était tellement tendue qu’elle pouvait en devenir vraiment désagréable. Après son bain, la brune, enroulée dans son peignoir, joua avec son téléphone. Elle avait besoin de sortir, elle avait besoin de s’aérer l’esprit et de se changer les idées. La jeune femme voulu d’abord composer le numéro de Liam, mais elle s’en empêcha. Certes, passer la soirée dans ses bras lui ferait du bien, mais ce n’était certainement pas ce qui l’aiderait à être plus détendue. Le jeune homme avait le don de lui faire tout oublier, le temps d’un moment mais chaque fois, la culpabilité finissait par prendre le dessus. Il était marié et elle avait beau tourner leur relation dans tous les sens, il n’en restait pas moins qu’elle savait que ce qu’elle faisait était mal. Elle volait l’homme d’une autre. Elle prenait le risque de détruire un amour béni par les liens sacrés du mariage. Se résignant, elle envoya un sms à Mila, pour savoir si elle n’était pas motivée à sortir avec elle. Mais la jeune femme déclina son invitation, puisqu’elle passait la soirée avec Martin. Elle aurait dû s’en douter, puisque sa collègue et amie lui avait parlé de ses projets pour la soirée, mais une fois encore, elle avait eu la tête ailleurs et n’avait pas retenu l’information qu’elle lui avait pourtant communiqué.

Qu’à cela ne tienne, Grace n’avait besoin de personne pour sortir et s’amuser. Elle avait enfilé sa plus belle robe, vert émeraude, ses chaussures à talons noirs et elle avait laissé ses boucles à l’air libre. Un rouge vif couvrait ses lèvres. Elle se sentait en confiance quand elle passa les portes du Blue Lagoon, bien décidée à profiter de sa soirée, même si elle devait la passer seule. Il y avait toujours suffisamment de gens intéressant dans ce club pour ne pas avoir besoin de venir accompagné. La brune ne tarda pas à se commander un cocktail, qu’elle attendit en tapant des doigts en rythme sur le bar. Son regard parcouru l’assemblée et se posa sur une brune dont le visage lui disait vaguement quelque chose. Elle n’arrivait pas à situer son visage mais en même temps, c’était une petite ville, tous les visages lui semblaient familiers. Mais la jeune femme semblait importunée par l’homme qui lui faisait face. Grace ne savait pas si elle était supposée faire quelque chose. Après tout, si ça se trouvait, elle se trompait et elle allait passer pour une cinglée. « Merci », fit-elle à l’attention du barman, qui détourna son attention l’espace de quelques instants, en posant son cocktail devant elle. Elle régla sa consommation, porta son verre à ses lèvres et reporta son attention sur la brune qui semblait vraiment agacée. Plus de doute dans l’esprit de la brune, son côté girl power prenait le dessus. Au pire, elle aurait l’air d’une imbécile. « Ma chérie ! », s’exclama-t-elle en s’approchant de la brune pour la prendre dans ses bras, comme si elles se connaissaient depuis toujours. Au moins, cela eu le don de faire reculer l’homme d’un pas. « J’ai cru que je n’allais jamais te trouver au milieu de tout ce monde. Tu nous présente ? », fit-elle en désignant le molosse. Si elle voulait lui lancer un SOS c’était le moment. Si elle la prenait pour une dingue, c’était le moment aussi.


Dernière édition par Grace Rhodes le Lun 29 Oct - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 29/09/2018
›› Commérages : 200
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Mila Kunis
›› Schizophrénie : Joan Pryce ✻ Asher James ✻ Eliza Nelson-Riley ✻ James Campbell ✻ Calie Washington ✻ Kate Rhodes

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Lun 22 Oct - 20:30 )

Who run the world ?
Grace & Rose

L’ennui est palpable dans la vie de Rose. Ça faisait des mois qu’elle ne s’était pas retrouvée loin des tournages et des projecteurs, dans une ville calme où absolument rien ne se passe. Ça faisait des mois qu’elle ne s’était pas retrouvée face à elle-même, et Rose, elle se trouve pénible. Elle ne sait pas quoi faire de son corps, alors elle s’occupe comme elle peut. Principalement en cherchant un moyen de rendre son affreux appartement un minimum vivable. Toute la semaine, Rose s’est baladée de magasins en magasins pour trouver de quoi décorer son logement. Elle a également entrepris de ranger tous ses produits de beauté dans la salle de bain, ce qui lui a littéralement pris une matinée toute entière. Des produits de beauté, elle en possède des tonnes. L’actrice n’a pas arrangé son cas en achetant de manière compulsive un stock de rouges à lèvres et de vernis. Elle s’est laissé tenter par des produits inconnus, des marques qu’elle ne connaissait pas avant de mettre les pieds à Cap Harbor. Comme quoi, vivre dans une petite ville peut avoir du bon. Les boutiques paraissent moins grandes et les perles rares sont plus faciles à repérer. Faire en sorte que tout rentre dans les tiroirs de sa salle de bain n’a pas été simple. Mais elle se félicite d’y être parvenue. Malheureusement, l’agencement et le rangement de son appartement ne suffisent pas à la garder occupée. Donc elle retourne dans l’ennui, à se faire les ongles trente-six fois par jour tout en regardant les séries abominables de Netflix. Elle peste contre les actrices qu’elle déteste, critique allègrement leur jeu nul, et de temps en temps, elle se maudit d’avoir absolument voulu venir à Cap Harbor. Comme Erin est la responsable à tout ce cirque, elle passe la moitié de son temps chez cette dernière, affalée dans son canapé ou dans son lit. Bref, la vie de Rose manque de paillettes et d’action.

Le week-end approchant, elle refuse de laisser l’ennui la ronger. Erin lui propose une soirée entre filles, à boire du vin devant un bon film. Rose râle, parce que c’est ce qu’elles font depuis plusieurs jours. Elle veut sortir, découvrir à quoi Cap Harbor ressemble la nuit, rencontrer de nouveaux visages. Non pas que celui d’Erin soit moche. Disons qu’elle aimerait beaucoup en connaître d’autres. Rose, c’est une femme qui a besoin de compagnie. Elle ne supporte pas d’être seule, elle ne supporte pas les journées répétitives et par-dessus tout, elle ne supporte pas l’ennui. Alors elle tente de convaincre sa meilleure amie d’être son acolyte pour une soirée. Elle lui sort tout un tas d’arguments, certains beaucoup plus convaincants que d’autres. Rose finit néanmoins par comprendre qu’elle se tue à la tâche pour rien. Erin, elle n’a pas envie de sortir. La blonde veut rester chez elle, tranquillement. Et Rose se sent trahie. Elle ne manque pas d’exprimer tout son mécontentement, quittant l’appartement des sœurs Pierce telle la drama queen qu’elle est. Elle part en affirmant être choquée et déçue, ne donnant pas l’occasion à sa meilleure amie de se rattraper. Elle ose même dire que puisque la présence de sa sœur est plus agréable que la sienne, elles ne se reverront jamais. Évidemment, elle balance ces atrocités pour faire réagir Erin. Cette dernière se contente de l’observer avec amusement, les bras croisés contre sa poitrine. « C’est grave. C’est très très grave. » Dit-elle avant de claquer la porte. La brune fulmine, et elle fulmine encore plus lorsqu’elle réalise qu’elle doit encore affronter les transports en commun. C’est aussi ce qui la pousse à appeler Erin une fois chez elle. Elle s’excuse un million de fois et capitule. Elle accepte le fait que sa meilleure amie veuille ne pas sortir. Ça ne veut pas dire qu’elle restera chez elle à boire du vin. Elle s’y refuse fermement.

Dès le lendemain, elle part à l’aventure. Elle est quand même passée chez Erin avant, histoire de se mettre un peu d’alcool dans le sang. Sa meilleure amie part dormir et elle, elle part faire la java. Avant de faire des folies avec son corps, elle rappelle à Erin à quel point c’est un monstre. Elle la tient d’emblée responsable pour tout ce qu’il lui arrivera de mal dans la soirée. Rose embrasse la jeune femme et rejoint le Blue Lagoon, la seule boîte de nuit qu’elle connaisse. Et probablement la seule de tout Cap Harbor. Cinq minutes plus tard, elle se fait déjà agressée par un vieux lourd. « Je t’offre un verre, bébé ? » Sa voix est affreuse, au même titre que sa personne. Rose lui adresse un sourire poli et le rejette allègrement. « Non merci. » Dit-elle sèchement. Personne n’a le droit de l’appeler bébé. Malheureusement pour elle, le type insiste et commence à lui faire des avances. Si Erin avait été là, elle aurait pu la sauver. Erin n’est cependant pas là et Rose est seule. « Bon, non c’est non. Il faut te le dire en quelle langue ? » Elle commence à s’énerver, la demoiselle. Son agacement provoque le rire de son interlocuteur et bon sang… Elle commence à croire qu’elle ne s’en sortira jamais. C’est là que sa sauveuse intervient. Son cerveau se met sur pause deux secondes, incapable de dire si c’est à elle qu’on s’adresse ou non. Ses talents de comédienne lui permettent de s’adapter très vite à la situation, remerciant du fond du cœur cette inconnue d’avoir volé à son secours. « Ça fait dix minutes que j'essaye de te rejoindre mais justement, cet homme m'en empêche. » Elle adresse un sourire faux à l'homme en question, en plus d'un regard noir. « Je suis désolée ma chérie. J'avais pas prévu de tomber sur un type aussi lourd. » Et elle embrasse brièvement la brune, faisant ainsi fuir l'homme qui la collait depuis de longues minutes. Rose se détache alors de la jeune femme, poussant un soupir de d'agacement. « Quel lourdingue celui-là ! » Qu'elle râle avant de détailler la brune. « Mille mercis et pardon de t'avoir embrassée. J'en reviens pas de devoir faire tout ça pour se débarrasser d'un gros con. » Rose lève les yeux au ciel, avant d'afficher un grand sourire. « Je peux t'offrir un verre pour te remercier encore une fois ? Et au passage, je m'appelle Rose. » Parce qu'elle s'est aussi habituée au fait qu'ici, personne ne la connaisse.

✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    brain (noun) an organ that most people do not possess or use.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/10/2018
›› Commérages : 32
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sophia lovely bush
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Javier Rodriguez (Charlie Cox) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte).

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Mer 31 Oct - 21:43 )


Rose & Grace

Some of them men think they freak this like we do. But no they don't make your check come at they neck disrespect us no they won't. Boy don't even try to touch this. Boy this beat is crazy. This is how they made me Houston Texas baby. This goes out to all my girls that's in the club rocking the latest who will buy it for themselves and get more money later. I think I need a barber none of these niggas can fight me. I'm so good with this, I remind you I'm so hood with this.



Grace avait toujours été du genre féministe. Pas de ces folles furieuses extrémistes qui voulaient considérer comme une règle universelle que les hommes étaient des moins que rien et que le simple fait qu’ils regardent une femme dans la rue était abusif, non. En revanche, la jeune femme avait toujours considéré que l’homme qui lui ferait accepté qu’elle était du sexe faible n’était pas né. Elle avait toujours refusé d’accepter qu’une femme puisse gagner moins qu’un homme pour un travail à responsabilités égales juste à cause de ce qu’elle avait entre les jambes. Et surtout, la brune avait toujours refusé de s’aplatir devant un homme. Petite déjà, elle avait mit une gifle à Bryan qui lui avait dit que les filles devaient faire la cuisine et qui avait refusé qu’elle ne joue au foot avec ses amis. Elle avait été convoquée par sa maîtresse et dans le bureau du directeur, mais elle avait refusé, têtue comme une mule de s’excuser et de reconnaître ses torts, tant que Bryan ne s’excuserait pas avant. Le soir même, elle était rentrée à la maison en décrétant qu’elle ne ferait jamais à manger de toute sa vie et que les garçons étaient nuls de toute façon. Elle avait grandit, elle avait mûri aussi, mais Grace n’avait pas pour autant changé et elle avait gardé ce côté féministe. Hors de question pour elle de se laisser faire par les hommes. Et quand on lui disait qu’elle était habillée de façon vulgaire ou trop sexy et qu’elle attirait donc le regard des hommes, elle répondait généralement par un doigt du milieu fièrement levé. L’homme qui parviendrait à lui faire fermer son clapet ou à lui faire entendre raison n’était pas encore né, c’était une certitude. Elle ne changerait pas, pour personne, quoi qu’on en dise.

Rien de surprenant à ce qu’elle ait volé au secours de cette brune, totalement inconnue. Elle ne la connaissait pas, certes. Peut-être que ça ne la regardait pas non plus d’ailleurs. Mais Grace ne pouvait décemment pas laisser une femme se faire embêter sans rien faire. Même si elle était frêle et qu’elle ne ferait pas le poids face à cet homme, il était normal et naturel pour elle d’agir, sans réfléchir. Grace avait parfaitement conscience qu’elle allait passer pour une folle furieuse en débarquant de la sorte et promis, si en fait la brune n’était pas en danger, elle s’excuserait platement pendant une demi-heure. Mais pour l’instant, elle avait surtout l’impression de faire ce qu’il fallait, à savoir sauver cette fille des griffes de ce gros porc. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour comprendre qu’elle avait bien fait. La brune rentrant dans son jeu. Et comme Grace aimait bien s’amuser de situations étranges de temps en temps, elle en rajoutait une couche. « J’ai cru que tu m’avais posé un lapin. Franchement monsieur, vous n’avez pas honte ? », fit-elle, en fronçant les sourcils. Grace, elle ressemblait à une maman autoritaire et franchement, ça la faisait rire. Mais comme la situation exigeait un peu de sérieux, elle tentait tant bien que mal de ne pas se marrer. Elle allait encore tout foutre en l’air. D’ailleurs, elle faillit bien tout faire foirer en lâchant un cri de surprise quand la brune l’avait embrassé. Alors ça, CA, elle ne l’avait pas vu venir, la Grace. Et sur le coup, elle était incapable de réagir, restant plantée là comme une idiote.

Heureusement, elle n’avait pas eu à en rajouter des caisses. Ce baiser furtif avait suffit à faire fuir le vieux pervers. Parfait. Grace ne sait pas si elle aurait été capable de mettre de la conviction dans ce baiser de toute façon. En revanche, la belle inconnue n’avait pas l’air plus gênée que ça par ce baiser volé. Pour ne pas paraître farouche, Grace faisait comme si de rien n’était. Mais elle avait quand même l’air d’une cruche, un peu. « Je te le fais pas dire. J’ai repéré sa tête de lourdaud à la seconde où je suis rentrée », fit-elle avec une grimace de dégoût. C’était un peu comme s’il avait un panneau « je suis un gros pervers » au dessus de sa tête, qui clignotait, avec de grosses lumières colorées. « C’est pas grave, ne t’en fais pas. Ça va me faire une chose à rayer de ma liste de choses à faire avant de mourir », plaisanta Grace en lui adressant un sourire complice. Bon à vrai dire, ce n’était pas vrai. A cause du jeu de la bouteille, elle avait embrassé une fille, à l’université. Et si elle avait eu une voix aussi jolie que celle de Katie Perry, Grace n’aurait pas tardé à écrire la chanson I kissed a girl and je n’ai pas liked it, si vous voulez tout savoir. « Enfin bon, il n’y a vraiment pas de quoi. Si on ne peut pas s’entraider entre filles, qui va le faire à notre place ? », fit-elle, sans se défaire de son sourire. Elle était d’ailleurs à deux doigts de gueuler girl power, mais elle se dit que c’était peut-être un peu trop. Maintenant qu’elle était plus à l’aise, Grace était aussi amicale qu’elle l’était d’habitude. Elle avait toujours eu le don de se faire des amis partout où elle allait. « Moi c’est Grace. Et je ne dis jamais non à un verre, qu’importe les circonstances », répondit-elle. Maintenant qu’elles n’étaient que toutes les deux, Grace était curieuse de sa voir qui était cette brune. Elle connaissait des tas de visages dans cette ville, pour avoir toujours fait parti de prêt ou de loin des fêtes les plus mémorables de Cap Harbor. Et elle était à peu près certaine de ne jamais avoir vu Rose avant. « Tu es nouvelle dans le coin ? », la questionna-t-elle, consciente d’être trop curieuse. Elle lui avait sauvé les fesses, donc elle avait le droit d’être curieuse. CQFD.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 29/09/2018
›› Commérages : 200
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Mila Kunis
›› Schizophrénie : Joan Pryce ✻ Asher James ✻ Eliza Nelson-Riley ✻ James Campbell ✻ Calie Washington ✻ Kate Rhodes

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( Sam 10 Nov - 19:20 )

Who run the world ?
Grace & Rose

Rose, elle aime quand on vole à son secours. Surtout lorsqu’elle fait face à un homme particulièrement détestable, qui ne comprend pas ce que « non » signifie. Malgré tout ce qu’il se passe dans le monde en ce moment, malgré tous les changements en marche, il y a toujours cette petite poignée de gros lourds qui refuse de disparaître de la surface de la terre. Par chance, ce soir, elle peut compter sur la solidarité féminine pour s’extirper d’entre les vilaines pattes de cet affreux personnage. Rose, elle saisit cette perche à pleine main. Elle se glisse dans la peau d’une femme en couple et utilise allègrement cette jolie inconnue comme petite-amie. Les deux femmes prennent visiblement leur rôle très à cœur, et Rose encore plus. Elle ne se gêne pas pour déposer un généreux baiser sur les lèvres de sa sauveuse, ravie de constater que ce simple geste suffit à faire fuir l’homme venu l’importuner un instant plus tôt. Bien qu’elle soit ravie de s’en être sortie indemne, ça la sidère de devoir embrasser une inconnue pour qu’un homme la laisse tranquille. Ça n’a aucun sens et ça l’agace. S’il avait accepté son refus dès le début, elle n’aurait pas eu besoin de violer la bouche de cette demoiselle. La moindre des choses désormais, c’est de remercier la jeune femme de l’avoir secourue, et de s’excuser pour ce baiser impromptu. Par chance, elle ne lui en veut pas. « Oh. Donc si je résume bien la situation : tu m’as aidée à me débarrasser d’un vieux pervers et moi, je t’ai aidée à accomplir un de tes rêves. » Bon, techniquement, elle n’a pas parlé de rêve. Mais aux yeux de Rose, c’est tout comme. « C’est vraiment une bonne affaire ! J’en suis ravie ! » Qu’elle dit avec enthousiasme, presque en tapant dans ses mains. Tout le monde peut ne pas réagir de la même façon face à un baiser furtif offert par une inconnue. Elle a de la chance, Rose. Elle a vraiment beaucoup de chance. « C’est vrai. Si t’avais pas été là, je n’ose même pas imaginer comment la soirée se serait finie pour moi… » Rose affiche une mine de dégoût, consciente du danger évité. En tant qu’actrice, elle aurait pu être une habituée de ces situations. C’est malheureusement le cas pour beaucoup de ses consœurs. Alors elle peut s’estimer heureuse de ne jamais avoir vécu quoi que ce soit de traumatisant. Elle prie pour que ça dure, d’ailleurs. Parce qu’à en croire les médias, les agressions sexuelles vont bon train dans le monde du cinéma et de la télévision. En guise de ses remerciements les plus sincères, elle propose d’offrir un verre à la jeune femme. Ça lui permettra de manifester toute sa reconnaissance, en plus d’apprendre à connaître celle qui a empêché le pire de se produire. Ou peut-être qu’elle est complètement parano et que cet homme ne lui voulait pas le moindre mal. Mais de manière générale, un homme qui insiste, ça n’inspire pas confiance. Le garçon devrait revoir ses manières en matière de séduction. « Parfait ! On mérite toutes les deux un verre. » Sans plus attendre, elle hèle le barman pour qu’il apporte aux deux femmes deux jolis mojitos. Rose, elle aime les mojitos autant qu’elle aime Erin. C’est-à-dire à la folie des grandeurs. Elle réceptionne les boissons en échange de sa carte de crédit, et offre l’un des cocktails à sa nouvelle amie. Oui, Grace est la nouvelle amie de Rose. Elle vient de le décider. Sa carte étant à nouveau en sécurité dans son petit sac à main, elles peuvent trinquer en toute tranquillité. « Merci à toi, Grace, pour ton acte de bravoure. » Elle lève son verre, adresse un clin d’œil à la brune, et boit une première gorgée de son verre. La discussion se fait naturellement et en l’occurrence, Grace s’interroge sur l’actrice. Rose, elle passe régulièrement pour la touriste. À croire qu’au-dessus de sa tête se trouve un énorme panneau lumineux qui dit « je suis nouvelle et perdue, aidez-moi ». C’est vrai qu’elle agit comme une pauvre âme en peine depuis son arrivée à Cap Harbor. Ça se voit sur son visage, ça se décrypte dans son attitude. « Oh oui. J’ai appris l’existence de Cap Harbor il y a un mois, à peine. » Explique-t-elle en toute honnêteté. « Je n’avais jamais mis les pieds ici avant. J’étais même jamais venue en Caroline du Nord, en réalité. » C’est bien trop loin de sa côte ouest, de sa ville natale et de sa carrière d’actrice. Ici, personne ne la connait. Du moins, à Cap Harbor, elle peut arpenter les rues dans le plus grand des calmes sans que personne ne vienne la déranger. « Ma meilleure amie vit ici. Je me suis décidée à la rejoindre, mais en réalité, je viens de Los Angeles. » La simple évocation de L.A. lui pince le cœur. Elle sirote son mojito pour tenter d’apaiser sa tristesse d’être ici ce soir, et non dans l’un de ses bars favoris. « Et toi ? Tu viens d’ici ? Comment tu fais pour survivre ? Enfin je ne veux pas paraître hautaine… C’est juste que voilà. C’est pas ouf. » Elle tente d’expliquer ça sans être bourrue, tandis qu’une grimace vient déformer son visage.

✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    brain (noun) an organ that most people do not possess or use.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: who run the world ? ☽ rose ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

who run the world ? ☽ rose

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération