when things go wrong, don't go with them ☽ declan

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/01/2018
›› Commérages : 100
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Charlie baby Cox.
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte) ✻ Grace Rhodes (Sophia Bush) ✻ Xavier Egerton (Richard Madden).

when things go wrong, don't go with them ☽ declan ✻ ( Lun 5 Nov - 14:27 )


Declan & Javier

life isn't meant to be easy. it's hard to take being on the top - or on the bottom. i guess i'm something of a fatalist. you have to have a sens of history, i think, to survive some of these things ... life is one crisis after another.



Javier Rodriguez aurait dû être ravi. Ce qui lui arrivait, c’était une très bonne nouvelle. Pourtant, comme à son habitude, il était bougon. Enfin, il était même plus bougon qu’à son habitude – oui, c’est possible. Petite explication. Il y avait quelques jours de cela, une galerie d’art de Cap Harbor avait proposé d’exposer ses peintures, pendant une semaine. Forcément, au départ, ça l’avait réjoui. Depuis qu’il était revenu aux États-Unis, l’espagnol n’avait eu que très peu d’occasions d’exposer ses œuvres. Mais le jeune homme s’était ensuite rendu compte que c’était probablement la dernière fois qu’une telle occasion se présentait pour lui et ça avait fini par l’énerver. Sa vue diminuait. Il s’en rendait compte chaque jour un peu plus. Son champ de vision ne cessait de se rétrécir et il prenait conscience que la fin approchait. Bientôt, il n’y verrait plus rien et il ne peindrait plus rien non plus. Cette exposition était sûrement la toute dernière de sa carrière. A vrai dire, le jeune homme prenait tellement conscience de sa situation qu’il avait décidé de parler enfin à sa famille. Quand il avait fait son annonce, sa mère avait pleuré. Elle avait beaucoup pleuré. Et c’était précisément pour cette raison qu’il n’avait rien dit auparavant. Il ne voulait pas la voir pleurer. Ça lui faisait trop de mal de savoir qu’elle était triste. Elle avait tout donné pour sa famille et il ne voulait surtout pas être une source d’inquiétude. Malgré lui, c’était exactement ce qu’il devenait et il savait qu’il allait avoir toute sa famille sur le dos sans discontinuer, maintenant. Finalement, c’était beaucoup plus simple quand la seule personne qui était au courant de son problème était Helena. Même si elle était inquiète, elle n’était pas du genre à le montrer et lui, ça l’arrangeait plutôt pas mal.

Malgré son mécontentement qui, somme toute, n’était pas si inabituel quand on connaissait le monsieur, Javier tentait de sourire et de se montrer poli. Certaines personnes venaient le voir pour féliciter l’artiste ou pour lui poser des questions sur ses sources d’inspirations. Il ne voulait pas se comporter comme le roi des cons pour une fois, notamment parce qu’il voulait garder un bon souvenir de tout ça. C’était bête, parce que connaissant l’oiseau, on aurait pu croire et penser qu’il allait exprès tout faire capoter pour ne pas avoir de regrets. Mais pour une fois, il n’était pas décidé à faire n’importe quoi. Pour une fois, il se comportait bien, il se montrait charmant, souriant et poli. Il répondait aux questions, déambulait parmi les invités, une flûte de champagne à la main. Peut-être que le fait qu’il n’en soit pas à sa première ce soir aidait à ce qu’il se comporte de façon charmante d’ailleurs. Mais tandis qu’il marchait parmi les invités, le jeune homme ne tarda pas à se heurter à quelque chose. Après une rapide inspection des alentours, il se rendit compte que ce quelque chose était en réalité quelqu’un. C’était une bonne façon de faire sensation cela dit. Javier ne faisait de toute façon jamais rien comme les autres. « Putain, fait chier », pesta-t-il, dans son langage fleuri qui était bien plus habituel que ne l’était la politesse dont il avait fait preuve toute la soirée. Chassez le naturel, il revient au galop, comme on dit. « Je suis désolé, je ne vous avais pas vu », s’excusa-t-il. Et c’était une phrase qui prenait tout son sens quand on connaissait sa condition. Le jeune homme qu’il avait bousculé se trouvait tout simplement en dehors de son champ de vision. « J’espère que je ne vous ai pas fait mal », s’enquit-il, juste parce que c’était ce qui se faisait dans ces cas et pas réellement parce que ça l’intéressait. Le fait que Javier était un connard narcissique n’était pas nouveau non plus. « Je m’appelle Javier. C’est moi qui ai … enfin qui ai peint ces trucs là », fit-il en désignant d’un geste l’un des murs où une toile était accrochée. Il n’était pas non plus très doué pour se vendre. Et d’ailleurs à cet instant le jeune se dit vaguement qu’une fois encore il avait probablement perdu une occasion de se la fermer.



I WANT THE WORLD TO BE QUIET
however much you love somebody, you should always keep a part of yourself to yourself. never give it all. you can never be yourself otherwise.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 24/09/2018
›› Commérages : 34
›› Pseudo : Mamie Jeanne
›› Célébrité : Ansel Elgort
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ❆ Sarah Miller (Meghann Fahy) ❄ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ❄ Pio Esposito (Wilson Bethel) ❄ Martin Palmer (Ben Barnes) ❄ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ❄ Oscar Pierce (Matt McGorry)

Re: when things go wrong, don't go with them ☽ declan ✻ ( Dim 25 Nov - 11:45 )












Evan m’enquiquinait, il ne voulait pas venir à une exposition avec moi et il ne voulait pas non plus m’y conduire. Selon lui il était plus que temps que je grandisse et que je passe mon permis. Il ne comprenait pas pourquoi je m’entêtais à tout faire en vélo. Déjà parce que c’était écologique, c’était beaucoup plus rapide et cela me permettait de faire un minimum de sport. J’aurai bien proposé à Joan de venir avec moi, mais on avait déjà été tous les deux et je n’étais pas persuadé que voir la même exposition une deuxième fois l’enchante vraiment. Il y avait bien Sebastian, mais j’étais prêt à mettre ma main à couper que cela n’intéresserait pas mon petit frère. Je tentais quand même ma chance en lui envoyant un message, mais sa réponse fut aussi rapide que brève. NON. La famille Pryce n’était pas drôle aujourd’hui et cela me rendait assez triste.
Je réfléchissais à qui je pouvais proposer de m’accompagner, mais je n’avais aucune idée. Peut-être j’aurai pu proposer à Joey, mais sachant que je ne l’avais pas reconnu tout de suite la dernière fois cela pourrait être bizarre. Je ne savais pas trop. Non le plus simple serait encore que j’y aille tout seul. En sortant, je devais bien avouer que le vélo c’était bien, mais par tant de plus cela avait beaucoup d’inconvénient. Mais heureusement j’étais paré à tout et même si j’étais royalement ridicule, je portais mon poncho jaune fluo avec beaucoup de fierté et surtout beaucoup de classe.

Heureusement pour moi la galerie n’était pas très loin et surtout ils avaient un vestiaire. Parce que je me voyais mal tenir à bout de bras mon poncho dégoulinant d’eau, en plus par inadvertance j’aurai pu abîmer des toiles. En tout cas j’étais heureux d’entrer une nouvelle fois dans cet endroit. J’avais presque l’impression d’être à la maison.
J’étais toute à mon admiration des œuvres que je ne faisais pas spécialement attention à ce qui se passait et finalement je finissais par bousculer quelqu’un. Ou alors c’était la personne qui m’avait bousculé ? Je ne savais pas trop. « Putain, fait chier » Voilà qui n’était pas très poli. « Non, moi c’est Declan » Je tentais un peu d’humour parce que de toute façon il n’y avait pas mort d’homme. « Je suis désolé, je ne vous avais pas vu »  Vu le monde qu’i y avait, si il n’y avait une dizaine de bousculade aujourd’hui alors c’était un miracle. « Ne vous inquiétez pas, peut-être c’est à cause de moi, on ne pourra jamais le savoir » Sauf s’il y avait des caméras installée et qu’on prenait le temps de tout visionner mais personnellement j’aurai grandement la flemme de faire ça. « J’espère que je ne vous ai pas fait mal » Je faisais un rapide tour d’horizon de ma personne, tournant sur moi-même, mais non tout allait bien. « Oh non vous inquiétez pas, j’ai la chance de ne pas être en sucre. Ni un château de carte » Sinon effectivement je ne serais plus qu’un tas qui ne ressemblerait à rien. « Et vous, vous allez bien ? » Je préférais m’en assurer avant de l’abandonner à la suite de sa visite. « Je m’appelle Javier. C’est moi qui ai … enfin qui ai peint ces trucs là » Alors je n’arrivais pas à y croire. Sur toutes les personnes présentes, j’avais eu la chance de me faire bousculer par Javier Rodriguez. La vie était quand même vachement bien faite. « C’est génial ce qui se passe. Je suis un très grand fan de votre exposition, c’est au moins la deuxième fois que je viens » Ou peut-être la troisième, je ne savais plus trop. La première fois c’était avec Joan ça j’en étais sûr. « Je suis Declan Pryce, on se connaît pas, mais je suis un artiste aussi. Enfin j’essaye de l’être » En tout cas je n’étais pas peintre, la peinture ce n’était pas vraiment mon truc. [color=teal « Je suis dessinateur » [/color] Pour être encore plus précis, on pouvait même dire que j’étais illustrateur de dessin pour enfant.




lumos maxima


† When i die yeah you know i'll be ready to go
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/01/2018
›› Commérages : 100
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Charlie baby Cox.
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte) ✻ Grace Rhodes (Sophia Bush) ✻ Xavier Egerton (Richard Madden).

Re: when things go wrong, don't go with them ☽ declan ✻ ( Jeu 29 Nov - 15:25 )


Declan & Javier

life isn't meant to be easy. it's hard to take being on the top - or on the bottom. i guess i'm something of a fatalist. you have to have a sens of history, i think, to survive some of these things ... life is one crisis after another.



Javier pouvait parfois se comporter comme un véritable abruti. Il en avait parfaitement conscience. C’était un idiot fini, qui ne savait pas se tenir en société. Une fois encore, il en avait la preuve ce soir. Alors que c’était le moment le plus important de sa carrière, il se comportait comme un idiot. Bon d’accord, ce n’était peut-être pas le moment le plus important de sa carrière, mais c’était un moment important quand même, peut-être le dernier avant qu’il n’y voit plus rien. Il savait qu’on attendait de lui qu’il fasse de grands sourires, des courbettes, et qu’il soit poli. Javier était pourtant bougon. Et voilà qu’il avait renversé un potentiel client. Il se montrait grossier en jurant comme un vieux cochon. Bref, Javier manquait à tous ses devoirs. Mais le jeune homme qui se tenait face à lui semblait avoir le sens de l’humour. Tant mieux, ça lui évitait de passer pour un crétin. « Ben désolé, mais vous n’avez pas une tête de Declan », fit Javier en haussant les épaules. « Je trouve que vous avez plus une tête de putain fait chier », ajouta-t-il, un sourire moqueur sur les lèvres. Oui, le jeune homme se foutait allègrement de la tronche d’un type qu’il ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Il était sans gêne. Mais il s’en fichait. Ce n’était pas franchement son genre de se soucier ce que les autres pouvaient penser de lui. Toutefois, puisqu’il avait été un vrai con, il prit au moins le temps de s’excuser. C’était sa maladresse qui avait provoqué cet accident. Ou plutôt, son champ de vision qui se réduisait chaque jour un peu plus. « Il faut dire que cette pièce est petite pour accueillir autant de monde. J’aurais jamais pensé qu’autant de monde pourrait avoir envie de voir ces trucs affichés sur les murs », fit-il en secouant la tête. Oui, pour Javier, c’était une véritable surprise de se rendre compte que des gens pouvaient apprécier son art. Pourtant, il en avait vendu des tableaux au cours de sa vie. Mais le jeune homme était toujours surprit de voir que des gens pouvaient s’intéresser à ses peintures. Enfin bon. Personne n’était mort, c’était déjà ça. « Tant mieux », répondit-il. Parce que s’il avait fallut appeler les pompiers ça aurait quand même grandement gâché la fête et le succès de l’exposition. « Oh, mis à part que ma maladresse légendaire a probablement attiré tous les regards curieux je crois que je n’ai rien », fit-il. D’ailleurs, il avait bien envie de faire un doigt d’honneur à tous les gens qui les regardait. Deux personnes qui se rentraient dedans, ça arrivait tout le temps. Bon, ça faisait un peu film romantique, mais ça arrivait tout le temps. Manque de bol, il était l’artiste, donc il n’avait pas le droit de faire des doigts d’honneur à tous les gens qui pouvaient potentiellement vouloir acquérir ses tableaux. « Oh bah je suis super flatté. Un fan carrément. Ça c’est sympa », approuva-t-il. Bon, c’était la première fois qu’il avait un fan. Du moins, un fan au point de vouloir voir son exposition deux fois. Bon et puis, il fallait bien être honnête, en général, Javier, comme un vieux con, s’arrangeait pour ne pas avoir besoin de parler à qui que ce soit. « En tout cas, je suis ravi de vous connaître Declan Pryce, grand fan, qui essaye d’être un artiste », rétorqua Javier. Bon, si vous vouliez son avis, il le trouvait quand même un peu bizarre ce jeune homme. Mais c’était plutôt agréable quand même, de discuter avec lui. « Dessinateur alors ? », demanda-t-il. « Et vous dessinez quoi exactement ? », s’enquit-il. Le jeune homme était curieux maintenant. Il aimait toujours discuter d’art avec les gens. Surtout avec les gens qui étaient d’accord avec son art, d’ailleurs.  



I WANT THE WORLD TO BE QUIET
however much you love somebody, you should always keep a part of yourself to yourself. never give it all. you can never be yourself otherwise.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 24/09/2018
›› Commérages : 34
›› Pseudo : Mamie Jeanne
›› Célébrité : Ansel Elgort
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ❆ Sarah Miller (Meghann Fahy) ❄ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ❄ Pio Esposito (Wilson Bethel) ❄ Martin Palmer (Ben Barnes) ❄ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ❄ Oscar Pierce (Matt McGorry)

Re: when things go wrong, don't go with them ☽ declan ✻ ( Dim 9 Déc - 10:43 )












A force de venir ici peut-être que je finirais pas acheter une toile, dans mon salon ça pourrait rendre bien, mais est ce que j’avais assez d’argent sur mon compte pour m’en offrir une ? Je n’étais pas sûr et puis de toute façon ma réflexion fut interrompue par une bousculade sauvage. D’ailleurs la personne en question c’était aussi trompé de prénom. Putain fait chier c’était mon voisin du dessus qui n’arrêtait pas de faire l’amour avec sa femme d’une manière beaucoup trop bruyante et bizarre. Moi c’était Declan. Un prénom simple, beau, élégant. Tout moi au final. « Ben désolé, mais vous n’avez pas une tête de Declan » J’avais une tête de quoi alors ? J’étais curieux de le savoir. « Je trouve que vous avez plus une tête de putain fait chier » Oh très bien. Est ce que j’étais en train de me faire insulter par un inconnu ? Je n’en étais pas vraiment sûr. « Je ne remets pas vos goûts en question, mais je crois que je vais garder Declan. Ma mère n’aime pas dire des obscénité » Pourtant ça pourrait être drôle. J’étais même sur qu’Evan serait le premier content de ce changement de prénom. Si moi j’étais putain fait chier, lui serait arrête de m’emmerder. « Il faut dire que cette pièce est petite pour accueillir autant de monde. J’aurais jamais pensé qu’autant de monde pourrait avoir envie de voir ces trucs affichés sur les murs » C’est vrai que la galerie était assez petite, mais au moins ça avait du charme. « Soit c’est la galerie qui est petite, soit c’est l’artiste qui a trop de succès » Pour moi c’était du tout vu, c’était l’artiste qui était un génie.
Heureusement personne n’avait été blessé dans cette bousculade digne des plus grandes cascades ou bagarres du cinéma. En tout cas moi j’allais bien, j’espérais que lui aussi. « Oh, mis à part que ma maladresse légendaire a probablement attiré tous les regards curieux je crois que je n’ai rien » Je tournais sur moi-même pour effectivement voir que tout le monde nous observer, j’en profitais donc pour faire mon plus beau sourire, prendre ma plus belle pose et saluer tout le monde. Cela serait dommage de ne pas en profiter. « Peut-être qu’on nous regarde parce qu’on est incroyablement charismatique. » C’était plus sympa de croire ça en tout cas et puis sachant que j’étais arrivé avec un poncho en plastique pour me protéger de la pluie, j’avais envie de dire que le regard des autres me faisaient autant d’effet qu’une coccinelle en train de se promener sur mon bras.
Par contre je ne m’attendais absolument pas à être face à l’artiste lui-même et je me sentais presque honoré d’avoir été bousculé de la sorte. J’étais un grand fan, limite l’hôtesse à l’entrée pouvait m’accueuillir comme un vieil habitué. Bon peut-être pas parce que ça ne faisait que 2 fois que je venais, mais quand même je me sentais tout excité de rencontrer Javier Rodriguez. « Oh bah je suis super flatté. Un fan carrément. Ça c’est sympa » Ah oui, un très grand même. « Oui j’adore la façon dont vous peignez, tout ce que vous arrivez à faire passer dans vos tableaux, vraiment c’est du génie » Peut-être que tout le monde ne pensait pas ça, mais en tout cas moi oui et j’étais content de pouvoir me présenter et dire que j’essayais moi aussi d’être un artiste. J’en étais loin, mais je faisais de mon mieux. « En tout cas, je suis ravi de vous connaître Declan Pryce, grand fan, qui essaye d’être un artiste » Pour la peine je me courbais même pour lui faire un sorte de mini révérence. Rare était les gens qui me parlait de la sorte. « Dessinateur alors ? » Oui monsieur, j’en avais même fait mon métier. « Oui j’aime même la chance de travailler pour Illustration LTD » Dans le milieu cette agence était très connue, mais rare était les gens qui connaissaient. En tout cas je me sentais hyper fier d’y travailler et j’adorais mes collègues aussi. Je n’étais qu’amour pour cette boîte. « Et vous dessinez quoi exactement ? » Tout et rien c’était une réponse acceptable ? « Je suis illustrateur de livre pour enfant, j’essaye de donner vie aux écrits des auteurs » Et ce n’était pas toujours facile parce que certains avaient des restrictions et des conditions assez compliqués à mettre en œuvre. « Mais j’adore passer du temps dans le parc et dessiner les gens au hasard. Un père avec son enfant, des petits vieux sur un banc. La vie quotidienne quoi » Des tonnes de dessins qui s’entassaient dans des boîtes et qui ne me servaient à rien, mais ce n’était pas grave. « Peut-être un jour j’aurai la chance d’être exposé » Ou pas, je ne me faisais pas d’illusion non plus. « Qu’est ce que ça fait de savoir qu’autant de monde apprécie son œuvre ? » Cela devait être une sensation grisante.




lumos maxima


† When i die yeah you know i'll be ready to go
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 28/01/2018
›› Commérages : 100
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Charlie baby Cox.
›› Schizophrénie : Aurora Callahan (Jenna Coleman) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Evan Pryce (Dan Stevens) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Rachel Bilson) ✻ Nicholas O'Brian (Dan Jeannotte) ✻ Grace Rhodes (Sophia Bush) ✻ Xavier Egerton (Richard Madden).

Re: when things go wrong, don't go with them ☽ declan ✻ ( Mar 18 Déc - 19:38 )


Declan & Javier

life isn't meant to be easy. it's hard to take being on the top - or on the bottom. i guess i'm something of a fatalist. you have to have a sens of history, i think, to survive some of these things ... life is one crisis after another.



Javier n’avait jamais été un grand fan des gens. C’était un fait que tous ceux qui le connaissaient un minimum savaient. Le jeune homme n’avait d’ailleurs que très rarement rencontré les personnes pouvant apprécier ses tableaux. Mais maintenant qu’ils se retrouvaient face à un jeune homme qui appréciait ses œuvres, l’espagnol devait bien avouer qu’il était plutôt fier de lui et assez flatté. C’était peut-être un comportement un peu trop égocentrique, mais tant pis, il le vivait bien. Et ça lui donnait d’ailleurs envie de poursuivre cette conversation. « Je comprend. Mais c’est un grand manque d’originalité si vous voulez mon avis », rétorqua-t-il avec son éternel sourire moqueur. Bon en même temps le jeune homme ne voulait sans doute pas de son avis. Après tout, ils ne se connaissaient pas, ni d’Eve, ni d’Adam. Mais Javier il aimait bien donner son avis sur tout et tant pis si ça le faisait passer pour un sale petit con. Il avait l’habitude. En revanche, il n’avait pas l’habitude de voir autant de monde pour voir ses peintures. Ça lui faisait bizarre. « Ahah. Trop de succès je n’sais pas. On ne m’en a pas encore acheté beaucoup », rétorqua-t-il. Pour l’instant, il n’avait vendu que cinq tableaux. Certes, l’exposition allait se poursuivre encore plusieurs semaines et il avait le temps. Mais Javier avait besoin de cet argent. Il avait besoin de mettre de l’argent de côté, avant qu’il n’y voit plus rien et qu’il devienne totalement incapable de peindre quoi que ce soit. Mieux valait qu’il s’en sorte avec ces peintures, parce qu’après ça allait être une catastrophe pour le peintre. Mais ça, l’espagnol ne pouvait pas en parler. De toute façon il ne voulait pas en parler. Peu de gens étaient au courant et c’était très bien comme cela. Enfin, pour l’instant il pouvait cacher cette information, mais s’il continuait à percuter des gens, ça allait peut-être changer. « Ah ça doit être ça. Je me disais bien que je me trouvais particulièrement beau aujourd’hui », fit-il en levant les yeux au ciel. A vrai dire, il aurait sans doute mérité de passer un coup de peigne dans ses cheveux. Mais déjà, le jeune homme avait prit le temps de s’habiller convenablement, pour lui c’était beaucoup. Il ne fallait pas trop lui en demander non plus. Si ça n’avait tenu qu’à lui, un jean et un polo et voilà, ça aurait fait l’affaire. Mais le jeune homme avait fait un effort et peut-être que ça valait le coup. Ou peut-être pas. Mais au moins, l’espagnol rencontrait l’un de ses fans et ça lui donnait envie de poursuivre cette soirée ridicule. « Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis un génie. Picasso était un génie. Moi j’arrive à reproduire de beaux paysages », corrigea-t-il. Mais clairement, Javier faisait juste semblant d’être modeste, parce que sa déesse narcissique intérieure était clairement en train de faire la danse de la joie. Pour une fois que ce n’était pas une petite morveuse qui critiquait sa peinture, Javier était aux anges. Du coup, Javier, ça le rendait curieux et maintenant il noyait son interlocuteur sous les questions. « C’est génial ! C’est rare de pouvoir faire de sa passion son travail », répondit-il avec un sourire sincère. Lui, il avait cette chance aussi, sauf qu’on ne pouvait pas dire qu’il roulait sur l’or. Donc il vivait certes, mais pas comme un roi non plus. « Les livres pour enfant c’est … intéressant », commenta-t-il. Enfin, qu’est-ce qu’il était supposé dire de toute façon ? « Enfin, je dois bien avouer que je n’y connais rien. Je ne suis pas papa, donc les livres pour enfants, je n’y connais que dalle », avoua-t-il, pour s’expliquer, parce qu’il ne voulait pas vexer son interlocuteur. Pourtant, il aurait aimé être papa Javier. Mais ça c’était une autre question. « Alors vous faites aussi des portraits ? », poursuivit-il, plutôt intéressé. Lui n’avait pas peint de portrait depuis que Jane avait quitté sa vie. Maintenant, il avait parfois envie de recommencer. Mais il avait peur que ça rende les choses bizarre. « J’espère en tout cas que vous aurez cette chance. Vous devriez essayer de convaincre le propriétaire de la galerie de le faire », suggéra-t-il. Même que Javier pouvait les présenter. Si ce type était doué, peut-être que le propriétaire aurait envie de l’exposer quand l’exposition de Javier serait finie. Tout était possible dans la vie. « Eh bien j’avoue que c’est assez flatteur. Quand une seule personne réussi à comprendre l’énergie que j’ai voulu apporter à un tableau, c’est assez grisant », avoua-t-il. Le jeune homme évitait d’exprimer ses sentiments à voix haute en général. Mais il devait bien reconnaître qu’il était excité comme une puce. « Vous n’avez pas des exemples de vos dessins sur vous ? », demanda-t-il soudain, changeant de sujet. Non, il ne laissait jamais la conversation s’attarder sur lui bien longtemps.  



I WANT THE WORLD TO BE QUIET
however much you love somebody, you should always keep a part of yourself to yourself. never give it all. you can never be yourself otherwise.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: when things go wrong, don't go with them ☽ declan ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

when things go wrong, don't go with them ☽ declan

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération