How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA

 :: postcard for far away :: Sometimes they back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 11/10/2017
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Léa - Harmajabb - Mr.Turtle
›› Célébrité : Ryan Gosling
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Rachel Evan Wood), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA ✻ ( Mar 20 Nov - 17:37 )

How to have fun by Simone Esposito
Eliza & Simone
« Allez voilà… On a fait tout un chemin pour venir fêter mon anniversaire et comme j’ai déjà payé quelques verres auparavant. Tu me connais Roman. Je ne t’ai jamais arnaqué, je ne t’ai jamais mal traité, je t’ai toujours respecté et on se connait, on est tous les deux barmans tu vois. Enfin, je gère un bar maintenant, ce qui fait que je ne viens pas toujours mais voilà. Ce soir, je fête mon anniversaire avec mon amie, je te saoule avec ça, je sais. Mais c’est juste deux bouteilles et on paiera le reste. Crois-moi. » fis-je avec un grand sourire des plus charmeurs. Bien sûr que Roman et moi on se connait assez intimement si vous vous posez la question. Donc oui, ça joue en ma faveur. Et forcément que je lui ai promis de revenir plus tard, enfin pas plus tard dans la soirée, mais dans la semaine quoi. Parce que ce soir, je la consacre pour Eliza parce qu’elle est dans sa leçon numéro 1. Savoir se changer les idées et ne pas garder son nez complètement sur le boulot jusqu’à ce que ce soit l’heure de manger et de dormir. C’est pas un énorme trou de son temps non plus. Le voyage n’a pas été long, on a bien discuté en chemin. De plus, on vient à peine d’arriver au bar que je réclame déjà les deux bouteilles gratuites juste parce que c’est mon anniversaire alors qu’en vrai… Bon ok, j’ai un peu été malhonnête, mais ça me ferait chier de payer le rhum alors que je tiens un bar merde. Dans tous les cas, je rejoins Eliza qui était déjà assise. « Tadaaaaaaam ! Les deux bouteilles rien que pour nous ! » fis-je tout triomphant, tout fier. J’étais assez content certes. « Bon ne t’inquiète pas, c’est pas pour toutes les finir hein. On les emportera, ou sinon je les emporterai pour savoir comment ils font pour rendre ce rhum aussi attirant, c’est tellement bon et on ne sent pas le goût de l’alcool… Mais l’effet de l’alcool est assez traitre par contre. » Une pause j’hausse les épaules. « C’est un peu un espionnage compétitif non ? Je ne sais plus quel est le terme ? L’espionnage d’entreprise ? » Enfin bref, j’hausse les épaules et je nous sers les deux verres. Eliza découvrait une ambiance assez particulière du bar, rien à voir avec ceux qu’on connait de Cap Harbor. Ici, ça avait une ambiance pirate et encore, la surprise n’est pas là. J’esquisse un petit sourire. « Dis-moi ? Est-ce que tu sais chanter ou jouer un instrument de musique ? » Je bouche la bouteille et renifle un peu l’odeur, regarde le contenu comme si je pouvais percer le mystère comme ça. J’ai essayé de demander à Roman, mais même lui n’en sait pas grand chose. C’est assez frustrant ça, ça pourrait faire la boom pour les affaires du bar de Mike n’empêche si j’arrivais à percer ce secret…!
electric bird.



Badly bad
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/09/2017
›› Commérages : 901
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Natalie Portman
›› Schizophrénie : Joan Pryce ∗ Asher James ∗ James Campbell ∗ Calie Washington ∗ Rose Milligan ∗ Kate Rhodes ∗ Brane Malone

Re: How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA ✻ ( Ven 23 Nov - 15:17 )

How to have fun by Simone Esposito
Simone & Eliza

Eliza qui quitte son bureau à l’heure juste pour les beaux yeux d’un homme ? C’est inédit, et la PDG de Pure Beauty elle-même n’aurait jamais cru ça possible. Et le plus incroyable, c’est qu’elle en est la première ravie. Simone Esposito relève le défi de la sortir de sa zone de confort, en la forçant à totalement se déconnecter de son travail. Eliza reste sceptique sur la réussite de cette mission, mais elle accepte quand même de jouer le jeu le temps d’une soirée. C’est ainsi qu’elle retrouve Simone Esposito après une longue journée de travail, le sourire aux lèvres. L’italien lui a prévu une surprise, à ce qu’il paraît. Même si elle déteste les surprises, parce qu’elles sont synonyme d’imprévisibilité, la brune s’est montrée patiente et sereine. Elle n’a pas cherché à savoir à l’avance quelle était cette surprise. Pour une fois, elle veut bien se laisser surprendre. Simone l’emmène légèrement en dehors de Cap Harbor, dans un endroit qui lui est complètement inconnu. Malgré cette situation particulière, elle ne perd pas son sourire. C’est rare qu’elle le perde, quand elle est avec Simone. Il l’entraîne dans un bar décoré à l’effigie des pirates, et l’abandonne un instant tandis qu’elle se met à l’aise. Elle essaye, du moins. Cette ambiance, ça la met un tantinet mal-à-l’aise. Ce n’est pas le genre de bar qu’elle côtoie habituellement, et pour être honnête, Eliza ne pensait jamais se retrouver dans un tel environnement un jour. Heureusement pour elle, Simone ne la délaisse pas bien longtemps. Il revient, victorieux, avec une bouteille de rhum dans chaque main. « Ah, le temps d’un instant, j’ai cru que tu voulais me faire boire au point de me rendre ivre morte. » Dit-elle avec un sourire. « De toute façon, je ne pense pas que nos foies soient capables d’absorber autant d’alcool. » Son foie, en tout cas, c’est sûr qu’il capitule avant même d’entamer la seconde bouteille. D’autant plus qu’elle ne boit du rhum pur qu’une fois tous les deux ans. Ses alcools de prédilection sont plutôt des cocktails. Il y a donc du rhum, parfois. Mais pas que. « On parle d’espionnage industriel. » Corrige-t-elle en riant. « Ce qui fait de toi un client mystère. » Ce rôle lui va étrangement bien. Eliza le regarde servir les deux verres d’un air distrait, ne relevant les yeux vers Simone que lorsqu’il lui parle de chant et d’instrument. Est-ce qu’elle peut paniquer ? Elle regarde d’un air inquiet, les sourcils froncés. « C’est une question piège ? » Elle n’a pas prévu de se donner en spectacle, si c’est ça la question. « Me dis pas que je vais devoir participer à un concert ou faire du karaoké… Non parce que là, c’est possible que je parte en courant. Et bon courage pour me rattraper ! » Elle est sérieuse, Eliza. Ça se voit sur son visage. Elle veut bien apprendre à s’amuser un peu, mais il y a certaines limites qu’elle n’est pas encore prête à dépasser. « C’est pour ça, le rhum ? » Elle désigne les deux verres, sans quitter Simone du regard. « Tu veux vraiment me faire boire pour qu’ensuite, j’aille faire un solo sur la scène ? » La brune rigole un peu, mais c’est un rire jaune. Elle panique vraiment, pour le coup. À tel point que son cœur commence à battre de plus en plus vite. Là, il n'y a plus la moindre trace de son sourire, si on se pose la question.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    calories (noun) tiny creatures that live in your closet and sew your clothes a little bit tighter every night.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 11/10/2017
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Léa - Harmajabb - Mr.Turtle
›› Célébrité : Ryan Gosling
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Rachel Evan Wood), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA ✻ ( Lun 26 Nov - 11:33 )

How to have fun by Simone Esposito
Eliza & Simone
Je secoue vite la tête en fronçant les sourcils quelques secondes quand Eliza pensait que je voulais la rendre ivre morte. « Pour te réveiller le lendemain avec un mal de crâne avant d’aller au boulot ? Tu vas vouloir ma mort surtout oui. Je tiens suffisamment à la vie pour l’instant. » Oui, j’ai très bien compris qu’Eliza était une work-alcolic et que si je me mets en travers de son chemin… Ben voilà. On comprend ce que je veux dire hein ? Je ricane un peu, me détendant assez vite face à sa remarque. « En plus, pour s’amuser, on n’a pas besoin d’être complètement ivre mort. » Et je sais de quoi je parle, étant barman j’ai vu pas mal de gens qui ne tenaient pas l’alcool et qui claquaient toutes leurs économies là-dessus, revenir le lendemain assez furax et demander le remboursement. Oh oui, il y en a qui sont allé jusque là, c’était assez impressionnant quand même comme l’argent permet aux gens d’avoir un tel culot. Dans tous les cas, j’ai pris une bouteille rien que pour nous deux, la deuxième bouteille c’est plus pour la science de l’espionnage industriel. Le terme qui m’a été donné par Eliza, je claque les doigts avant de la désigner. « Espionnage industriel, voilà c’est ça. » Dire que j’étais prêt à me torturer les méninges pour trouver ce terme que je ne pense pas… Que j’aurai trouvé sans Eliza. Ce qui est marrant, c’est qu’elle m’apprend quelques termes sur l’entreprise et franchement, je dors moins con grâce à elle. « Client mystère ? Ah ben tient, ça me va bien. » fis-je mine d’apprécier ce surnom. J’aime beaucoup en effet, client mystère. C’est un peu comme Mister Mystère. Alors qu’on était bien parti pour être à l’aise ce soir, j’ai pas pu ménager comme il faut Eliza. Quoique… Si. Quand même, je suis justement en train de le faire là. « Comment ça une question piège ? Y a pas de question piège avec moi. » fis-je subitement perdu par sa question. Je cligne les yeux alors que je dépose la bouteille. « Aaaah ! » réalisai-je ce qu’elle voulait dire, je secoue la tête essayant de parler. « En fa… » J’allais engager sur une phrase, mais elle me coupe dans l’élan. « Mais no… » Vraiment lui faire boire pour qu’elle fasse un solo sur la scène ? « Hein ? » Je me retrouve assez con sur le coup et lâche un rictus comme étant pris sur le court. « Attends juste une minute avant de détaler comme un lapin. » fis-je en levant le doigt avec un sourire mi-amusé et mi-gêné, comme si je voulais lui expliquer un truc très sérieusement. « Je ne suis pas le genre de personne qui pousse les autres à faire ce qu’ils ne veulent pas faire, encore moins à les faire boire jusqu’à qu’ils soient ivres morts. Je ne m’amuse jamais comme ça. Ce n’était même pas mon intention de te faire monter sur scène. Je te demandais par rapport au fait si tu étais déjà monté sur scène une fois quand tu étais petite par exemple. Histoire de savoir si tu connaissais la sensation d’avoir été face à un public, que tu comprennes ce que je vais te raconter par rapport à ça et ensuite t’annoncer que je vais monter sur scène plus tard. » Je soupire et m’affale un petit peu sur la chaise en levant les mains en guise d’innocence. « J’avoue que j’ai mal formulé ma question. My bad. En vrai, ce bar. Il est spécial dans le sens où il y a des spectacles assez atypiques par moment, tu comprendras quand tu verras. Des fois, ils demandent à ce que le public participe dans le sens où ils peuvent chanter les refrains ou quoi… Puis, il y a des fois des gens parmi tous les clients qui viennent participer et forment un groupe de concert par pure improvisation. » Je me désigne moi-même, parce que oui, je vais monter sur scène plus tard comme je l’ai dit tout à l’heure. « Et ça te change vachement des concerts ou des représentations je ne sais pas quoi. Je ne sais même pas si tu y vas pour les affaires. Tu ne m’as jamais invité à un opéra d’ailleurs… Enfin bref ! Tout ça pour te dire que ça va te changer de voir un ami sur scène et tu vas encore plus qu’apprécier le moment présent, encore plus le concert que tous les concerts et scènes que tu as pu voir auparavant. » fis-je avec un petit sourire fier avant de regarder l’heure sur ma montre. « Bon, j’ai eu deux ou trois minutes. Et je vois que tu ne t’es pas enfuie ? »
electric bird.



Badly bad
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/09/2017
›› Commérages : 901
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Natalie Portman
›› Schizophrénie : Joan Pryce ∗ Asher James ∗ James Campbell ∗ Calie Washington ∗ Rose Milligan ∗ Kate Rhodes ∗ Brane Malone

Re: How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA ✻ ( Jeu 6 Déc - 19:33 )

How to have fun by Simone Esposito
Simone & Eliza

Eliza veut bien apprendre à relâcher la pression, mais elle reste tout de même méfiante. Avec Simone, elle s'attend à tout. Il lui demande si elle sait chanter ou jouer d'un instrument de musique et tout de suite, elle panique. Eliza s'imagine déjà devoir monter sur scène pour se donner en spectacle devant des gens qu'elle ne connait pas. Elle en vient aussi à croire que le rhum servira d'arme pour lui faire faire n'importe quoi. Eliza voit rouge, son cerveau ne génère plus aucune pensée logique ou cohérente. Avant même de savoir de quoi il en retourne, Eliza est catégorique : il est hors de question qu'elle chante. Tandis qu'elle envisage sérieusement la possibilité de partir en courant, Simone lui demande un moment d'attention afin qu'il s'explique. Apparemment, Eliza est totalement à côté de la plaque. Elle fronce les sourcils, consciente qu'ils ne se comprennent pas. Mais pourquoi lui avoir posé cette question, dans ce cas ? Eliza lui laisse le bénéfice du doute et bientôt, c'est à elle de se sentir bête. « Oh... » Qu'elle fait, désormais rassurée. Simone qui monte sur scène, c'est une idée qui lui plait déjà beaucoup plus. Ses traits inquiets se détendent progressivement, jusqu'à ce qu'elle retrouve son sourire d'origine. Il cherche à s'excuser alors que dans le fond, Eliza sait que c'est elle qui a crié avant d'avoir mal. Elle rigole franchement lorsqu'il remarque qu'elle ne s'est toujours pas enfuie. « Non, c'est bon. Tant que je ne monte pas sur scène, je ne risque pas de m'enfuir. En réalité, je suis assez curieuse de voir ta performance. Je ne savais pas que tu chantais ! » Elle a l'impression de découvrir cet homme à chaque fois qu'elle le voit. Simone, c'est la caverne d'Ali Baba : il regorge de merveilles et de trésors en tout genre. Il a tellement à offrir, tellement à partager. Eliza, ça la fascine autant que ça la captive. « Désolée de m'être emportée. Je me doute bien que ce n'est pas ton genre, de soûler les gens pour mieux les manipuler. C'est juste que je ne suis jamais très à l'aise devant les foules, alors j'ai un peu paniqué. » C'est ironique, d'ailleurs. En tant que PDG, elle est souvent amenée à tenir des discours devant une horde de gens. C'est la partie qu'elle apprécie le moins, celle qui lui demande un temps de préparation titanesque. Elle a gagné en assurance avec le temps mais dans le fond, elle reste une enfant peureuse et peu sûre d'elle. « Enfin ! J'avoue que je ne suis jamais venue dans ce genre d'endroit et j'ai hâte de voir ce que ça donne, cette histoire de concert. » Elle lui sourit sincèrement, avant de poursuivre. « D'ailleurs, sache que je ne suis pas allée à l'opéra depuis des années. J'y allais souvent quand j'étais petite, parce que mes parents adoraient ça. Je crois que c'est toujours le cas, il me semble qu'ils y vont encore de temps en temps. Si vraiment ça te tente, je serais ravi de t'y inviter un jour. » Sans lui demander, elle se saisit d'un verre de rhum et l'invite à en faire autant pour qu'ils puissent trinquer. Eliza se laisse porter par les arômes de cet alcool, pleinement satisfaite. « Je ne crois pas avoir eu l'occasion de boire un rhum aussi bon avant aujourd'hui. » Avoue-t-elle avec sincérité. Elle se laisse tenter par une nouvelle gorgée, avant de reposer son verre sur la table. « Pour répondre à ta question de tout-à-l'heure, je ne sais pas chanter. Par contre, je me souviens avoir eu le droit à quelques cours de piano quand j'étais petite. J'ai vite arrêté parce que je sentais que ce n'était pas mon truc. Si tu me colles derrière un piano aujourd'hui, je serais incapable d'en jouer. » Ça l'attriste un peu, quand elle y pense. Les mélodies composées à l'aide d'un piano sont, à son humble avis, les plus belles. Elle aurait aimé savoir jouer du piano. « Et toi ? Tu as pris des cours de chant quand tu étais petit ? Ou tu as découvert ton talent en venant ici ? » Demande-t-elle en reprenant son verre. « Parfois, je me demande s'il y a une chose que tu ne saches pas faire. » Eliza le regarde d'un air intrigué, comme s'il état le plus grand mystère de son existence. À force de passer du temps avec Simone, elle comprend qu'elle a beaucoup à apprendre de lui.
✻✻✻
CODES ©️️️️️ LITTLE WOLF.


    calories (noun) tiny creatures that live in your closet and sew your clothes a little bit tighter every night.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 11/10/2017
›› Commérages : 217
›› Pseudo : Léa - Harmajabb - Mr.Turtle
›› Célébrité : Ryan Gosling
›› Schizophrénie : Annabelle Andresen (Rachel Evan Wood), Soren Layne (Martin Freeman), Brianna Holloway (Millie Bobby Brown), Eliott James (Colin Firth), Jaymi Payne (Michiel Huisman), Owen Wilde (Mark Ruffalo)

Re: How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA ✻ ( Ven 14 Déc - 17:08 )

How to have fun by Simone Esposito
Eliza & Simone
Bon la seule chose positive, c’est qu’Eliza ne s’est pas enfuie du tout. Je soupire de soulagement bien que j’ai essayé un petit côté humouristique. Le fait qu’elle se mette à rire, c’est bon signe. Tout est bon. Je détends totalement mes épaules et la regarde avec un léger sourire. « C’est tout récent. » Oui je chante un peu trop récemment, mais c’est surtout que je joue au piano, vraiment le piano. Quand je me rappelle que je voulais apprendre à jouer à la guitare, mais que Gio n’était pas d’accord et a déclaré que ce domaine là, c’était son domaine et que je devais aller ailleurs. Alors je suis allé ailleurs et j’ai joué au piano. On faisait des duos quand on était jeunes et ça marchait plutôt bien je trouve. Je fronce les sourcils un peu surpris d’apprendre que Eliza avait paniqué à l’idée qu’elle monte sur scène, me disant que forcément, la manipulation, elle en a beaucoup vu dans le monde dans lequel elle travaille. Elle subit ça tout les jours et d’un autre côté, je ne peux pas m’empêcher d’être compréhensif, un poil trop compréhensif en fait. « Tu n’es pas à l’aise devant les foules ? Pourtant tu fais des discours face au grand public et je te trouvais à l’aise les fois où je suis venu à des soirées de lancement. » Une pause, je suis impressionné et la regarde ainsi. « En vrai, c’est impressionnant parce que ça ne se voit pas du tout. Tu gères plutôt bien le stress et ta peur de passer devant tout le monde. » On en parle de ça, jusqu’à ce qu’elle me parle d’autre chose, mettant une clôture sur le monde du travail parce que déjà, on n’est pas là pour ça. On n’est pas là pour parler de travail, mais se détendre ! Chose que mademoiselle Nelson-Riley ne sait pas faire… Pour l’instant. Parce qu’il se trouve que je suis assez doué dans ce domaine-là. Savoir faire détendre les gens…! Je souris à son changement de sujet, surtout que c’est une totale découverte pour elle. « Ah. » réagis-je quand j’apprends qu’elle n’est pas allée à l’opéra depuis des années. Ça c’est dommage et surtout c’est parce qu’elle n’a pas beaucoup de temps pour ça j’imagine…! « Ce serait trop cool ça ! Je me demande ce que ça fait d’être dans un si grand opéra et d’être impressionné par le chant des acteurs. » Surtout que ces genres de personnes là, ils font pas les choses à moitié. Je prends le verre de Rhum et trinque avec elle avant de boire cul sec pour ma part. Je dépose le verre sur la table avec une légère grimace, tout en hochant la tête aux paroles d’Eliza. « Tu as vu hein ? Il y a un truc qui déchire dans cette recette de rhum, c’est juste pas possible qu’il rende ça aussi bon. Surtout qu’à une certaine époque, je n’aimais pas trop ça, mais là… » Je claque dans les mains et désigne les deux bouteilles. « J’adore ! » J’étais persuadé de boire un alcool qui tue, un alcool ouffifisme et je suis bien prêt pour percer le secret, de faire tout pour arriver à mon but ! Elle répond à la question que j’avais maladroitement posé tout à l’heure, je l’avais complètement oubliée en plus. Donc elle jouait du piano quand elle était petite. « Ah mais ouais, c’est triste ça. Au moins, je sais que tu aimes en écouter. À moins que ta famille ait tenté de t’apprendre à jouer le piano parce que c’est ce qu’ils veulent que toi tu fasses ? » On se posait des questions, on faisait plus ample connaissance et j’aimais beaucoup ça en vrai. On était dans un endroit plutôt normal, pas du monde d’Eliza, mais plutôt le mien, dans une discussion tranquille, sans de faux-semblant, sans de mauvaise intention pour l’un et l’autre. « En vrai, c’était avec un ami à moi que j’ai découvert ce bar. Je n’ai jamais pris de cours de chant. Juste des cours de piano. Quand j’étais petit je voulais absolument apprendre à jouer d’un instrument et c’était la guitare, mais mon grand frère, Giovani, ne voulait pas que je touche à ‘’sa’’ guitare. Alors je me suis intéressé au piano. J’en joue depuis tout petit. Donc c’est le fait que j’ai appris à jouer au piano m’a fait venir ici et c’est sur scène que j’ai découvert que je me débrouillais pas trop mal pour le chant. » Je me ressers le rhum sous la question d’Eliza. « Oh bah ! J’ai plein de choses que je ne sais pas faire ! » m’emballai-je en claquant les doigts. « Comme eeeuh… Les mathématiques. J'ai du mal avec les chiffres. Lire, écrire sans faire de fautes… Tout les trucs scolaires, c’est ma bête noire. Mais j’essaye de me débrouiller sans. Je ne sais pas faire du jardinage, je suis trop brutal avec les pauvres plantes. Je ne sais pas prendre un train correctement et j’en passe, j’en passe… » fis-je en haussant les épaules avec un petit sourire. « Et toi ? Il y a bien forcément quelque chose que tu ne sais pas faire à part ne pas savoir se détendre ? » fis-je en ricanant légèrement pour m’amuser d’elle, parce que si on était là, c’était pour lui apprendre à se détendre.
electric bird.



Badly bad
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/09/2017
›› Commérages : 901
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Natalie Portman
›› Schizophrénie : Joan Pryce ∗ Asher James ∗ James Campbell ∗ Calie Washington ∗ Rose Milligan ∗ Kate Rhodes ∗ Brane Malone

Re: How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA ✻ ( Mer 9 Jan - 23:34 )

How to have fun by Simone Esposito
Simone & Eliza

Eliza, elle est incapable d’expliquer pourquoi tout est différent avec Simone. Avec lui, elle n’arrive pas à garder son visage de vieille sorcière. Elle n’arrive pas à jouer les femmes dures, insensibles. Dès leur rencontre, elle s’est montrée sous son vrai jour. Il le seul devant qui elle accepte de montrer toutes ses failles, sans avoir peur de paraître faible ou vulnérable. Simone, il dégage quelque chose de rassurant. Quelque chose qui la pousse souvent à se confier et à se dévoiler entièrement, sans filtre. La brune a assurément besoin de quelqu’un comme lui dans sa vie. Au-delà du fait qu’ils couchent ensemble, elle apprécie d’avoir une personne dans son entourage sur qui elle puisse compter. Une personne extérieure à son grand monde, capable de la comprendre sans jamais la juger. Même si elle est à la tête d’une entreprise montante comme Pure Beauty, il y a certains aspects de son rôle avec lesquels la brune est loin d’être à l’aise. Tenir de beaux discours devant une foule, par exemple, ce n’est pas un domaine dans lequel elle excelle. Des deux filles Nelson-Riley, Eliza est la plus calme, la plus discrète, la plus réservée. Elle est aussi timide à quelques détours et manque souvent de confiance en elle. Eliza, elle est l’opposée parfaite de sa sœur. Mais des deux, c’est aussi celle qui camoufle le mieux sa personnalité derrière un masque de PDG ambitieuse. Elle sourit à la remarque de Simone, haussant les épaules. « C’est facile de faire semblant. » Souligne-t-elle le plus simplement du monde. « Ce que tu ne sais pas, c’est qu’un discours d’une minute me demande quasiment une semaine de préparation. Jamais tu ne pourras me demander d’improviser un discours devant des journalistes. » Elle exagère un peu le temps de préparation, cela dit. C’est juste pour lui faire comprendre que cet exercice n’est pas inné pour la brune. Ça lui demande énormément de temps et d’énergie. Tout ça, elle est évidemment prête à le consacrer. Chacune de ses apparitions véhicule l’image de son entreprise. Et pour Pure Beauty, Eliza sera toujours prête à tout. Parce que son entreprise rythme son quotidien. Simone, il est heureusement là pour la sortir de ce quotidien, pour lui faire découvrir de nouveaux horizons. Quand bien même ce soit inattendu, elle apprécie l’endroit où il l’a traînée ce soir. Un jour, c’est elle qui l’emmènera dans son univers. Ils parlent d’opéra et évidemment, Eliza propose de l’y inviter. Même si elle n’y a pas mis les pieds depuis longtemps, elle serait ravie de faire plaisir à Simone. « J’admets que l’opéra, c’est… Unique. Je te promets qu’un jour, tu découvriras ce que ça fait d’être face à un tel spectacle. » Sur ces mots, elle déguste finalement le verre de rhum qu’elle a sous le nez. Voilà une nouvelle chose que Simone lui fait découvrir. « T’as vraiment l’air déterminé à percer le secret de ce rhum, c’est fou ! » Elle rigole en secouant la tête, puis relance la conversation sur le chant et la musique. Eliza a joué du piano quand elle était jeune, mais a abandonné par manque de motivation. « Oui, on peut dire ça. Ils ne m’ont jamais vraiment forcé à jouer du piano, mais tu vois, c’était une fierté pour eux de voir leurs filles jouer d’un instrument. Quand j’ai voulu abandonner ils ne m’en ont pas voulu, même s’ils étaient un peu déçus. » Eliza essaye de nuancer ses propos, de ne pas faire passer ses parents pour des monstres. C’est vrai qu’ils voulaient absolument qu’elle fasse du piano. Pour autant, ils ne lui ont jamais mis un couteau sous la gorge. « Ma sœur, c’était le violon. » Contrairement à elle, Emmy jouait du violon à la perfection. Elle est même persuadée que si on lui demandait d’en jouer aujourd’hui, elle le ferait avec plaisir et beaucoup de précision. Eliza s’intéresse à Simone, à ses talents de musicien et de chanteur. Elle ne peut pas s’empêcher de le regarder avec un grand sourire et les yeux brillants, admirative de son audace. « T’as jamais voulu tenir tête à ton frère et jouer de la guitare quand même ? » Demande-t-elle avec curiosité. « Je trouve ça marrant que chaque enfant ait son instrument. Toi, le piano. Ton frère, la guitare. Moi, le piano. Ma sœur, le violon. Comme si dans une famille, on était obligé de mettre une option sur un instrument. Enfin après, je suppose que chaque famille est différente… » Eliza reporte son attention sur son verre de rhum, intéressée par tout ce que Simone ne sait apparemment pas faire. Parmi sa liste, il y a un élément qui l’interpelle plus que les autres. « Attends… Quoi ? Tu ne sais pas prendre un train correctement ? Ça veut dire quoi, ça ? » Elle ne peut pas s’empêcher de rire. Qu’il ne soit pas scolaire, ça ne l’étonne pas plus que ça. C’est comme ça qu’elle l’imagine depuis le début. Comme un garçon manuel, actif. « Oh oui, la liste est longue… » Qu’elle répond tout en réfléchissant. « Je ne sais pas cuisiner. J’en suis incapable, la cuisine ne veut pas de moi. Tout ce qui touche aux travaux manuels, à la peinture, au bricolage… Il faut m’oublier. Je ne sais pas non plus nager, je panique dès que les eaux sont trop profondes. Je ne sais pas chanter, du coup, et je ne sais pas jardiner non plus. » Elle ne sait pas non plus entretenir une relation, quelle soit amicale ou amoureuse. « C’est qu’une petite partie de ce que je ne sais pas faire. » Affirme-t-elle avant de boire encore un peu de rhum. « Mais dis-moi, c’est quand que tu me montres ce que toi, tu sais faire sur scène ? » Depuis qu’il a dit qu’il se donnerait en spectacle, Eliza se montre impatiente. Elle a hâte de l’entendre chanter.
✻✻✻
CODES ©️️️️️ LITTLE WOLF.


    calories (noun) tiny creatures that live in your closet and sew your clothes a little bit tighter every night.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

How to have fun by Simone Esposito •• SIMELIZA

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Sometimes they back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération