Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle]

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 922
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› Schizophrénie : Dylan

Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle] ✻ ( Sam 24 Nov - 1:45 )

Oh I got a love that keeps me waiting !
Belle & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Sortez les feux d'artifices. Premier rencard officiel avec Anna, Lucas l’avait obtenu par un habile piège dans lequel la belle avait gentiment accepté de tomber, mais pas seulement pour le plaisir du Wilde. Pour son propre plaisir aussi, puisqu’elle aimait danser. Avant d’aller la récupérer chez elle, Lucas fit un passage obligé chez Erza. Quand sa grande soeur ouvrit la porte, une odeur de bois de santal vanillée et ambrée assez soutenue franchit le seuil avant même Lucas, qui prit Erza dans ses bras. Il n’avait pas fait ce chemin pour se vanter d’un rencard avec la femme qu’il avait officiellement choisi; Lucas avait accepté de se prêter au jeu d’Anna en ne révélant rien… mais il avait besoin d’un avis féminin. « Toi tu sors ce soir »  Ça c’était une évidence. « J’suis beau ? » demanda alors le garçon en se reculant un peu. Il portait la panoplie de base de l’homme chic, que ce soit les chaussures italiennes de cuir, le pantalon sombre parfaitement taillé et la chemise blanche un peu ouverte. Son manteau trois quart gris lui donnait des airs de british accentués par une écharpe Burberry. Ah, et monsieur était impeccablement coiffé, l’experte aurait l’œil là-dessus. Lucas partait avec un avantage : elle trouvait qu’il avait de beaux cheveux – bon il préférerait qu’elle trouve qu’il avait de beaux yeux mais c’était déjà ça de pris. Et puis, avec les yeux qu’Anna se payait déjà, la belle devait trouver les autres un peu fade à son goût, si elle devait comparer à elle-même en toute objectivité. Lucas refusa d’en dire plus à Erza sur son rencard et promit qu’il se rattraperait plus tard, quand il aurait le temps. Mais ce n’est qu’avec la validation sincère de sa sœur sur son apparence que son petit frère put aller retrouver Anna à sa porte, parfaitement à l’heure – oui il avait largement anticipé sa visite chez Erza. Il s’était donné du mal pour ce rendez-vous, ce n’était pas pour le foutre à moitié en l’air avec un retard. On en était au stade où Anna lui cherchait des défauts et collectait des raisons pour se débarrasser de lui, rappelons-le. Lucas gardait constamment en tête les enjeux, la vie d’un enfant, mais cela n’empêchait pas qu’il était réellement tombé amoureux d'elle. De base, elle était même un coup de foudre (à sens unique). La jolie norvégienne lui avait clairement tapé dans l’œil. Il n’avait vu qu’elle dès qu’il avait croisé son regard. Et faire en sorte d’être un excellent coup ne l’avait pas retenue de partir… Pas démonté pour autant, le Wilde se disait juste qu’ils n’avaient peut-être pas été parfaitement compatibles ensemble et qu’il avait des progrès à faire avec elle, puisqu’il n’était manifestement pas exactement à son goût.

Lucas gara sa fidèle Jaguar F-Type devant la demeure de sa dulcinée et alla toquer à sa porte. Un sourire content étira ses lèvres dès qu’il entendit le bruit de déverrouillage. Lucas lança « Bonsoir princesse » pendant que la porte s’ouvrait et la suite de ce qu’il devait dire se fit totalement la malle de son esprit. Il resta muet devant elle, soufflé. Il l’était toujours en la voyant mais là, c’était d’autant plus le cas, et c’était d’autant plus flagrant. Une peau pâle de porcelaine, de grands yeux bleus tirant sur le gris dont la couleur semblait mise en valeur, des traits fins de poupée et un port de reine… Lucas se félicita intérieurement d’avoir gardé la bouche fermée dans sa contemplation. Bien malgré lui, son regard descendit sur sa silhouette, mais avec une rapidité habile, trop habile pour qu’elle ne lui reproche un reluquage indécent. Il souriait légèrement et ne fit pas de compliment, parce que ce moment était juste trop évident et puis son regard avait déjà parlé pour lui de toute façon. Cela ferait redondant. « Prête ? » Première fois de sa vie qu’il appréhendait un peu tiens, d’habitude il s’en foutait. D’habitude, il n’avait pas affaire à la mère de son futur enfant aussi.

Il attendit le temps qu’il faut qu’elle sorte, pour marcher en sa compagnie jusqu’à la voiture, dont il lui ouvrit galamment la portière. Lucas alla ensuite s’installer au volant. « On a un petit peu de route, une vingtaine de minutes environ… » dit-il en bouclant sa ceinture. Il démarra. « …Faut bien que je t’emmène dans du très haut de gamme, histoire que ça soit à la hauteur de mes douze travaux pour réussir à t’inviter » ajouta t-il alors nonchalamment. Il exagérait à peine ! En tout cas, Wilde avait repéré un salon vraiment huppé et dansant qui jouait du jazz sur lequel swinguaient les clients jusqu'au bout de la nuit, et il ne se trouvait hélas pas à Cap Harbor.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


https://www.pinterest.fr/harmajabb/evan-rachel-wood/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 1202
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : Evan Rachel Wood - aka la Dolores de Westworld (azy on pourra me surnommer Dolores haha)
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Nelda Castillo, La banquière de CH aka Alycia Debnam Carey - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Jaymi l'l'alcoolo qui gâche carrément sa vie en pensant qu'il est bon à rien (sous les traits de Michiel Huisman) et pour terminer sans pour autant terminer, Owen Wilde le savant fou qui refuse de faire des expériences sur les animaux alors il s'injecte des cochonneries lui-même (aka Mark Ruffalo)

Re: Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle] ✻ ( Lun 26 Nov - 10:36 )

Oh I got a love that keeps me waiting !
Belle & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

J’en suis à la dernière étape: le maquillage. Je ne cherche pas à trop faire, ni à faire peu. J’ai appris quelques astuces grâce aux professionnels, cela aide énormément et ça a le mérite de me faire gagner du temps. Je suis bien ainsi, dans ma robe de danse. Elle ne va pas beaucoup me gêner et je n’ai pas peur qu’elle ne suive pas, j’ai l’habitude de danser avec. En plus d’être pratique, elle est jolie à mon goût. Un ami styliste me l’a confectionnée après avoir passé des soirées à danser avec lui. Elle a un air de vintage, la couleur rouge est dûment bien choisie dans le sens où elle captera tous les regards. Je n’ai pas peur d’être observée. Cela dit, cela fait longtemps que je n’ai pas dansé, je n’ai pas eu énormément de temps depuis… Et Lucas me permet de m’en donner. J’ai dû annuler mon programme de la soirée pour lui et donc, il a intérêt à en valoir la peine. Parce qu’il ne va pas seulement essayer de m’éblouir pour la soirée. S’il n’est pas doué, peut-être serais-je patiente avec lui. De plus, la danse me permettra d’apprendre à lui faire confiance d’une autre manière, tout comme il va apprendre à me faire confiance. Bien que dans le fond, hormis le fait que j’annule souvent les rendez-vous à la dernière minute, il me fait confiance sinon il ne m’aurait jamais laissé le coiffer. C’était assez osé alors que je pourrai lui faire les pires coiffures possibles, mais étrangement j’ai bien aimé notre moment que j’ai laissé passé. Même si je n’ai pas apprécié le baiser en public devant mes collègues qui m’ont posé des questions silencieuses. Elles n’ont pas osé me le demander en face, elles avaient raison parce que ce n’est pas un endroit pour gossiper.

J’ai quand même failli oublier cette soirée, j’ai quand même failli être sur le point de lui ouvrir la porte en n’étant absolument pas prête. L’arrivée de mon grand frère m’a complètement chamboulée et le fait que je sois enceinte ne m’a pas du tout aidé. Tout comme ça ne m’avait absolument pas aidé quand j’ai essayé de mettre ma robe. J’ai dû insulter ce sale gosse qui n’arrête pas de me pourrir la vie entre les nausées, les sauts d’humeurs, l’envie de manger tout et n’importe quoi, ne plus pouvoir mettre mes vêtements préférés. C’est également signe que je devrais bientôt prendre ma décision… Que je devrais m’autoriser à me rendre heureuse. Sauf que je le suis déjà, je l’étais déjà avant d’être enceinte, bien avant de rencontrer Lucas. Maintenant, toute ma vie se retrouve chamboulée. Je me retrouve à passer des soirées avec lui. Enfin, c’est la première soirée qu’on passe depuis des mois, après avoir refusé ses rendez-vous par manque d’intérêt ou peur, j’ai fini par accepter le rendez-vous dansant.

Je finis de mettre l’eleyiner quand ça toque. Je dépose mon matériel de maquillage et laisse devant le miroir du salon, je marche jusqu’à mes chaussures que je mets sans difficulté avant d’ouvrir la porte. J’entends sa voix que j’arque un sourcil. Il se met à me donner des surnoms ? Du moment que ce n’est pas Belle… « Bonsoir Lucas. » fis-je avant de l’observer très rapidement. Il s’est également investi dans sa tenue et cela me fait légèrement sourire. Dommage, il n’est pas venu en robe de chambre avec des pantoufles, quoique ça aurait été très gênant pour pouvoir danser et je doute qu’il le fera pour le week-end montagne qui est également prévu. Sinon il va se les geler. Je ne cache plus mon sourire avant de pencher la tête sur le côté quand je croise son regard après nos rapides observations. Apparemment les tenues nous allaient. « Je prends mon manteau. » fis-je avant de le laisser à la porte quelques secondes à peine. J’avais déjà préparé le manteau qui était accroché à la porte justement avec mon sac à main. Je le mets sur les épaules le temps que je ferme la porte derrière moi avant de le mettre correctement tout en marchant, soulevant mes cheveux par la même occasion. Je marchais avec les chaussures dont les talons font claquer.

Je remercie Lucas avant d’entrer dans la voiture et observe rapidement l’intérieur de sa voiture avant de mettre la ceinture. Cela fait très longtemps que je ne suis pas montée dans une jaguar et la dernière fois que j’ai pris la voiture, j’ai eu un accident. Accident dont je ne lui ai toujours pas dit. Je sais que je devrais le mettre au courant de ma rencontre avec son père. Je reviens sur Terre quand il parle de façon assez informelle. « Douze travaux ? Carrément. Tu en es à ton deuxième c’est ça ? » Deuxième des douze travaux. Parce que oui, il a fait son premier avec la séance coiffure. Dans tous les cas, vingt minutes ne me dérangent pas. Je ne parle pas forcément, ne sachant pas trop quoi lui dire sur le moment. Je ne sais pas ce qui pourrait l’intéresser au fond, alors je regarde le paysage se défiler jusqu’à ce que je décide deux minutes plus tard d’allumer sa chaine de musique. « Voyons voir ce que tu écoutes quand tu es tout seul… » marmonnai-je avant d’entendre les premières notes qui me feront ricaner un peu. « Queen hein ? » Somebody to love.

On roule sous la playlist de Queen, à me demander s’il n’avait même pas préparé ça. J’avoue que ce serait totalement dans son genre. Lucas cherche à ce que tout me plaise, qu’il me plaise et que je sois favorable à l’idée de passer ma vie avec lui. Je repense aux mots de mon frère et ça me fait légèrement soupirer malgré moi.

••••

by Wiise


always smile
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 922
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› Schizophrénie : Dylan

Re: Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle] ✻ ( Mer 28 Nov - 14:52 )

Oh I got a love that keeps me waiting !
Belle & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Alors qu’elle le toisait aussi, il préféra interpréter son petit sourire comme un compliment, et non une moquerie ; Erza avait bon goût, elle n’aurait jamais laissé son frère partir en rencard s’il avait commis une faute que réprimanderait Christina Cordula. À bien y regarder, cela semblait vraiment être un sourire content, voire appréciateur, qu’elle arborait. Et puis elle souriait en sa présence bordel, ça c’était cool ! Si elle l’avait accueilli avec un petit air pincé l’air de dire "Ok je viens mais c’est parce que tu m’as forcé, en vrai ça me fait chier", là il l’aurait mal vécu.  « Je prends mon manteau. » La vache, elle était même prête et ponctuelle et ça, c’était la preuve indéniable qu’elle n’en avait pas rien à foutre ! Rappelons qu’à ses yeux, Anna était une grande diva. « Douze travaux ? Carrément. Tu en es à ton deuxième c’est ça ? » « Deuxième, tu plaisantes ? Je suppose que t’as même pas encore écouté ta boîte vocal toi, pour m’sortir ça. » rétorqua t-il. Au bout d’un moment en voiture, Anna eut la curiosité de vérifier ce qu’il écoutait au volant et il espéra que ça n'allait pas brailler un gros « BACK IN BLACK » d’ACDC, la musique était vraiment cool –Seth écoutait d’ailleurs ce groupe en voiture- mais c’était pas trop l’ambiance de ce soir. Aussi, ça ne plaisait pas forcément à tout le monde. Il soupira doucement de soulagement quand les premières notes de Queen retentirent. Ça, c’était la grosse valeur sûre. Même si la personne d’en face n’apprécie pas le groupe, elle peut pas te taxer d’avoir mauvais goût.

Histoire qu’Anna soit au courant d’un de ses plus gros défauts, Lucas se mit à chanter à tue-tête quand ils quittèrent les frontières de la ville. « Lord, somebodyyyy somebody, ooh somebody, please can anybody find me, somebody to looove » Eh oui. Il aimait chanter, mais il faisait ça comme une casserole. Au moins, s’ils étaient ensemble plus tard, elle ne s’offusquerait pas de l’entendre pousser une chansonnette à la con en l’accusant de pub mensongère lors de leurs débuts. Il fit mine de tourner la tête vers elle après son massacre de chanson « Ah ça va, t’as pas sauté de la bagnole » se marra t-il. « Non, c’était pas un test ‘Belle, ça aurait pu cela dit » ajouta t-il en plaisantant. Et oui, il venait de lui donner le surnom qu’il-ne-fallait-surtout-pas-dire, mais c’était un peu une évidence pour lui. En plus, il connaissait déjà une fille qui s’appelait Anna. Lucas n’aimait pas les doublon, surtout pour une fille unique. Après la chanson –il lui fit le plaisir de ne plus ouvrir sa gueule-, Lucas baissa un peu le son de la radio pour pouvoir parler avec elle. « T’as de la famille à Cap Harbor ou tout le monde est encore en Norvège ? … pourquoi avoir choisir cette ville en fait ? » interogea t-il, curieux. C’est vrai, quelqu’un venant d’un pays aussi loin, ça aurait plutôt tendance à favoriser une grande ville. Remarque, ça avait peut-être été le cas au départ, avant qu'elle s'installe ici. Ou alors, elle était née à Cap Harbor, tout simplement. « Vous avez de sacrées montagnes là-bas, une partie de mon ancien régiment y avait fait un tour, j’avais été affecté aux Alpes pour ma part. D’ailleurs, t’es norvégienne par tes parents ou t’es née là-bas ? T’as pas d’accent » remarqua t-il, donc si elle s’était installé aux States, ça devait faire plusieurs années (ou alors elle était très douée). Ils n’avaient pas trop eu l’occasion de discuter sur ses origines, vu que la coupe de Lucas touchait à sa fin quand il avait abordé le sujet. Parlant de ça, la belle était sans doute familière à l’environnement des montagnes, c’était peut-être même une passion qu’ils avaient en commun, cela expliquerait pourquoi elle n’avait pas rechigné aux fameux trois jours. Lucas étant très curieux et attentif, le trajet passa assez vite, et lui sembla même court tellement il aurait pu continuer à poser des questions sur elle. Ce n’était même pas pour faire bonne mesure, il buvait sincèrement tout ce qu’elle disait. On ne peut pas feindre ou restreindre l’intérêt qu’on a pour quelqu’un qu’on aime. Une fois garée devant l'élégant salon de Charleston, sur deux étages et avec un toit-terrasse, ils sortirent de la voiture que Lucas verrouilla avant de lui présenter galamment son bras avec un petit sourire charmeur.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


https://www.pinterest.fr/harmajabb/evan-rachel-wood/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 1202
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : Evan Rachel Wood - aka la Dolores de Westworld (azy on pourra me surnommer Dolores haha)
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Nelda Castillo, La banquière de CH aka Alycia Debnam Carey - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Jaymi l'l'alcoolo qui gâche carrément sa vie en pensant qu'il est bon à rien (sous les traits de Michiel Huisman) et pour terminer sans pour autant terminer, Owen Wilde le savant fou qui refuse de faire des expériences sur les animaux alors il s'injecte des cochonneries lui-même (aka Mark Ruffalo)

Re: Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle] ✻ ( Mer 28 Nov - 18:10 )

Oh I got a love that keeps me waiting !
Belle & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Je n’ai pas encore écouté ma boite vocale pour que je dise ça. J’arque un sourcil, avec l’air que je peine à cacher parce que oui, dans le fond ça m’amuse de savoir qu’il me laisse des messages alors qu’en vrai… « J’aurai dû préciser dans mon répondeur qu’il vaut mieux me laisser des messages textuels, pas vocaux. Il n’y a pas que toi qui laisse des messages et elle est toujours surchargée. » Trop surchargée que je ne prends pas la peine d’écouter, je n’ai pas deux heures à écouter les messages et les supprimer un par un. Enfin, il devrait le savoir vu que je n’ai jamais répondu à ses messages qu’il a laissé sur mon répondeur. Surtout que certains messages devaient dater le mois dernier, voire la semaine dernière. Je n’ai jamais voulu faire l’effort de les écouter, tellement ça me casse les oreilles bien que je suis fatiguée de base le soir.

Je m’attendais à ce qu’il ne s’attende pas à ce que je touche à sa radio, mais apparemment j’ai l’impression qu’il a même prévu ce coup-là. Ça peut être son genre d’écouter du Queen, bien que je le voyais plutôt écouter du hard rock des fois, un genre de musique qui résonnerait bien fort dans les oreilles, dans cette voiture. Cependant, je ne m’attendais pas du tout à entendre la voix de casserole de Lucas qui me fit grimacer de dépit. « Oh mon dieu… » soupirai-je en posant la main contre le front, le coude sur l’accoudoir de la voiture. Freddie serait retourné dans sa tombe, le pauvre. Je n’ai jamais trouvé la chanson de Somebody to love aussi longue. Si jamais je décide de garder l’enfant, je fais une note à moi-même, voire deux. Note numéro 1: inscrire Lucas au cours de chant, je suis sûre qu’il irait sans broncher. Sinon ce qui m’amène à la note numéro 2: ne jamais le laisser chanter. Ah, ça va, t’as pas sauté de la bagnole. Je doute que je puisse si je le voulais, la voiture est dotée d’une fermeture automatique « J’aurai pu, mais contrairement à toi Lucas, je ne suis pas une casse-cou qui irait sauter d’une voiture roulant à 120miles par heure. Je note que tu ne sais pas du tout chanter et que tu faisais un test.» Non, c’était pas un test ‘Belle, ça aurait pu cela dit Je ne réponds plus en même temps que je ne bouge plus. Je viens de me figer sur le fait qu’il venait de me surnommer belle. Je tourne doucement mon regard glacial et c’est avec un ton très sec que je lui dis en même temps que je lui tape l’épaule avec mon poing. « Appelle-moi Belle encore une fois de plus, tu danseras tout seul sur cette piste ! » J’aurai pu causer un accident de voiture ? Je m’en fiche. On ne m’appelle pas Belle, je ne suis pas sa Belle. Si on arrive à destination vivants, je serai bien capable de repartir aussitôt arrivée en appelant un Uber tout simplement. Surtout que ce n’est pas ce qui manque dans le coin.

Après cela, la seconde chanson de Queen vint et Lucas eu l’intelligence de ne pas chanter avec. Je regarde le paysage se défiler sous mes yeux avec une légère mauvaise humeur à cause du surnom qui m’a été donné. Il a baissé la musique alors que le morceau n’était pas totalement terminé, mais je m’en fiche, je connais la suite et je la chante dans ma tête. Je n’étais pas totalement d’humeur à parler. Il se met à me poser des questions sur mes origines, reprenant là où on s’était arrêté. J’avais cru qu’il allait oublier, mais non, il est revenu à la charge alors que ce n’était pas la chose que je voulais parler dans mon salon de coiffure. Mais là, nous sommes tous les deux, on pouvait parler de tout et de rien sans avoir peur du regard des autres. Pourquoi ai-je choisi Cap Harbor ? Est-ce que ma famille vit dans cette ville ou est-elle en Norvège. Il a mon silence comme réponse. Cela ne l’empêche pas de continuer à poser des questions encore. Il serait même capable de parler des heures jusqu’à ce que je cède. Je soupire longuement à la remarque de l’accent. « Je suis née en Norvège et j’y ai à peine grandi. Je vivais dans une petite ville avec un lac qui séparaient les deux chaînes de montagnes. Mais mes parents ont eu un accident de voiture quand on était tous partis en vacances aux USA. J’avais quatre ans quand j’étais adoptée, ça n’a pas été difficile d’apprendre l’Anglais et d’oublier un peu le Norvégien. Ça l’était sûrement pour mon grand frère. On a grandi ensemble sous la responsabilité d’un couple qui nous ont adopté. Je vivais à Cap pour mes études, ce n’était pas loin de Charleston. » fis-je en me tournant vers Lucas qui restait concentré sur la route. Je croise les jambes et fronce un peu les sourcils, la tête penchée sur le côté, soutenue par ma main accoudée à la portière. « De base je ne raconte pas quoi ce que ce soit sur mon adoption ou mes parents sous prétexte que personne ne comprendrait. Mais toi tu le comprends non ? » Je souris légèrement, mais ce n’était pas un réel sourire en fait. J’éteins la musique sur le coup qui faisait son parasite qu’autre chose. « À ce que j’ai cru comprendre, ton père vit à New-York avec ton petit frère. Andrés je crois ? S’il reste à Cap Harbor, c’est parce qu’il y est né, pas toi. J’ai appris en faisant mes recherches que tu étais adopté… Tout comme tes frères et soeurs. C’est un réel privilège de ne pas avoir grandi dans l’orphelinat. Pourquoi a-t-il décidé de vous adopter ?» Mon frère et moi nous ne sommes jamais séparés quand on était en foyer, en attente de trouver des adoptants. Je me rappelais pas beaucoup de choses à cette époque, mais je me dis aujourd’hui avec un peu de recul (sans avoir un si grand recul que ça), ce n’était pas un agréable sentiment. Je me comparais beaucoup avec les chiens qui attendent à rencontrer leur nouveau maître, tandis qu’ils étaient coincés dans un grillage qui ressemblait plus à une prison qu’autre chose. Ils tournaient en rond, tout comme certains enfants. « C’est assez amusant. D’une certaine façon, je n’ai jamais voulu avoir un enfant, ni fonder une famille. Mais j’aurai été prête, que j’ai quelqu’un ou non dans ma vie, d’adopter non pas un enfant, mais plusieurs pour les faire quitter de l’orphelinat. » Pas demain c’est sûr, ni dans cinq ans. C’était quand même une façon de dire les choses, que je serais prête à tout pour éviter qu’un enfant grandisse dans l’orphelinat, c’est la pire chose qui puisse arriver: vivre avec un ressenti que personne ne voulait de lui.

On arrive à destination. Je reconnaissais la ville de Charleston, ça faisait pas si longtemps que ça que je ne suis pas retourné, mais ça faisait toujours plaisir de revoir cette ville. J’y ai passé mes études en plus. Je sors de la voiture et ferme la porte derrière moi, j’attends Lucas qui me rejoint et je prends son bras après quelques secondes d’hésitation. Je n’ai pas souri cette fois-ci. Nous marchions à la direction de ce bâtiment alors que je fronce légèrement les sourcils. « Il vient d’ouvrir non ? Je ne le connais pas du tout et ça m’a l’air récent. » Et très prisé surtout. On entre à l’intérieur et on se présente à la réception. Apparemment, il fallait réserver et Lucas l’a bien fait, seulement on ne lui trouve pas le nom de famille. Il essaye de regarder une seconde fois sous la demande de Lu’. Je plisse les yeux face à la personne qui s’excuse après avoir recherché. « Je ne veux pas de vos excuses, je veux que vous cherchez une troisième fois le nom Wilde et prenez le temps de chercher cette fois-ci. Sinon on appelle votre supérieur pour dire qu’il y a un souci parce que mon ami présent… » Je pose la main contre son torse pour le désigner et tapote tranquillement avec un léger sourire. « … Nous a réservé une table au nom de Wilde, peut-être est-ce que son nom est mal écrit, mais cherchez également le prénom Lucas. Ce n'est pas la personne avec qui il faut plaisanter. » Encore moins moi. La personne bafouille un peu et se mit à chercher. Je soupire longuement et regarde Lucas avant d’observer derrière, il y a des personnes qui attendent derrière nous. « Je te jure que je suis d’humeur à mettre le bâtiment en feu si on nous recale. On n’a pas fait tout ce chemin pour ça. »marmonnai-je que seul Lucas pouvait m’entendre. « Tu ne peux pas acheter ce lieu? » fis-je en plaisantant bien sûr.


••••

by Wiise


always smile
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 922
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› Schizophrénie : Dylan

Re: Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle] ✻ ( Mer 28 Nov - 22:18 )

Oh I got a love that keeps me waiting !
Belle & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Tiens, elle était comme Andy, elle préférait les messages textes. Le truc, c’est que Lucas savait que ce genre de personne tournée vers l’écrit existait, grâce à ce même petit frère. « J’ai écrit des messages textes. Comptes mes tentatives, compte tes réponses, et établis un pourcentage. Je suis pas un doué des maths comme mon père, mais pas besoin de ça pour savoir que ça frôle le zéro et demi ! ». Le point positif, c’est qu’Annabelle réagit très bien à un de ses plus gros défauts. Elle ne lui demanda pas de faire demi-tour, elle ne fit aucune crise d’épilepsie ni ne lui hurla dessus pour qu’il s’arrête à la bande d’arrêt d’urgence et la laisse là. Soit elle disposait d'une forte tolérance, soit elle avait vu pire, même si c’était difficile à concevoir. Ce qu’elle toléra moins, ce fut son petit surnom. « Mais c’est joli Belle ! C’est comme la princesse dans la Belle et la Bête en plus… sauf que c’est moi la Belle et toi la bête » ajouta t-il tout bas, très bas, comme un lâche qui assume pas la plaisanterie. Heureusement pour lui, il réussit à transitionner sur un sujet qui l'intéressait : le passé sa future femme - ouais, future femme, t'as bien lu. Anna était née dans un joli cadre, le genre d’endroit dont il raffolait, mais Lucas écarquilla un peu les yeux de stupeur en entendant le destin tragique de ses parents. Comme Erza, Anna avait été dans un orphelinat, si ça c’était pas une coïncidence de dingue. Il sentit le regard de la belle sur lui. « De base je ne raconte pas quoi ce que ce soit sur mon adoption ou mes parents sous prétexte que personne ne comprendrait. Mais toi tu le comprends non ? » Il entendit par là qu’elle connaissait un peu son passé. Il comprenait qu'on ait tendance à ne pas parler de ça, mais ce n'était pas exactement pour les même raisons de son côté. « Je vois que tu as fait tes recherches… » répondit-il avec un petit sourire vaguement amusé. Encore une preuve d’intérêt ! Il hocha la tête à sa question concernant Andrés, c’était juste, et Anna confirma s’être renseignée sur lui. Il répondit à son interrogation : « Mes parents sont morts dans un accident. Seth était dans l’autre voiture avec sa femme. Elle est morte aussi, sur le coup. On s’est retrouvé tous les deux à l’hôpital et je crois qu’il était aussi orphelin que moi à cette époque. Maintenant que j’y pense, j’ai plus été marqué par la mort dans son regard à ce moment que par la mort de mes parents… » il jeta un coup d’œil à Anna pour vérifier qu’elle n’était pas dégoutée par ses paroles. Il était quand même en train d’admettre quelque chose de terrible vis-à-vis de ses géniteurs, qui l’avaient sans doute aimé de tout leur cœur et dont Lucas ne se souvenait ni du sourire, ni même du visage. Son regard un peu terni se fixa de nouveau sur la route, il avait assez honte. Aussi, il lui était bizarre de parler de tout ça, c'était même peut-être la première fois qu'il en faisait mention avec tant de détails. Seth les avait toujours protégé des interviewers potentiellement gênants et pieds-dans-le-plat. « Pour mes frères et soeurs, c'était plutôt du hasard. Andrés, que tu connais, a été amené à Seth par son assistante et bras droit, Olivia. Sa soeur était en déperdition et avait abandonné son fils... on n'a jamais retrouvé cette bonne femme d'ailleurs. Je crois qu'Olivia a jugé que son neveu serait mieux avec Seth comme père, ce que je peux comprendre. Personne ne peut égaler un parent comme lui. Je ne parle jamais de tout ça parce que … j’ai tendance à oublier. Seth est mon vrai père » Il y avait comme quelque chose de catégorique dans sa voix et dans ses yeux quand il dit cette dernière phrase. Anna lui parla de son envie d'adopter, qui surprit un peu Lucas. « T’étais prête à refuser à un enfant la chance de vivre, à le rejeter comme des gosses dont personne ne veut, mais t’as des scrupules pour ceux que tu ne portes pas dans ton ventre… » rétorqua t-il un peu amèrement à cela. Oups, c’était sorti tout seul. « Désolé… » ajouta t-il précipitamment en lui offrant une petite grimace crispée avant de se reconcentrer sur la route. « C’est juste que… c’est paradoxal, tu veux prioriser ta carrière, mais c'est difficilement jouable quand on est prête à adopter en tant que mère célibataire… » se justifia t-il un peu platement. Arrivés sur place, Anna ne lui fit pas l’honneur d’un sourire cette fois, preuve qu’elle avait moyennement apprécié sa remarque. Au moins n’avait-elle pas refusé son bras ceci dit.

L’intérieur était chic, nickel, mais le réceptionniste laissait à désirer, puisqu'il ne trouva pas le nom de Wilde, apparemment. Anna lui jeta un regard si hostile qu’on aurait presque entendu un coup de fusil retentir en même temps. Son caractère le laissa silencieux lui, et fit bien stresser l'employé. Ok, c’est elle qui tient la culotte, semblait dire le mutisme de Lucas. Il fit claquer sa langue contre son palais d’embarras quand la belle révéla un instinct pyromane inquiétant qui n’était pas sans rappeler son petit frère. « Tu t’entendrais à merveille avec Andrés… » commenta t-il innocemment. « Tu ne peux pas acheter ce lieu? » Lucas se tut un instant et réfléchit réellement à la question. Il perdrait du temps à faire cela, il fallait rencontrer le propriétaire et rien ne disait qu’il était là. « Repose-moi la question demain » proposa t-il, « Là, je n’ai pas leur temps » Il saisit la main de la belle pour l'emmener avec lui, comme le ferait Andrés avec Brianna, et il contourna le jeune homme derrière son pupitre, qui ne remarqua pas tout de suite tellement il avait le nez collé à sa liste par peur manifeste d’Anna. Sa voix retentit toutefois derrière eux, mais ce n’était pas pour les réprimander. « Vous avez raison, on avait bien noté à L et non W ! ». Le serveur qui s’était avancé pour leur demander ce qu’ils fichaient entendit du même coup, et plutôt que les engueuler, les conduisit en salle. Pas mal de tables étaient déjà prises alors qu’il était assez tôt. Le serveur leur en proposa une de libre mais, de la même façon qu’on les avait fait chier à l’entrée, Lucas fit aussi le chieur. « Je préfère cette table là » exigea t-il en désignant du menton celle, miraculeusement libre, qui offrait une plus belle vue sur la terrasse joliment décorée et éclairée. Mais bien sûr, c’était madame qui aurait le dernier mot. « Qu’en penses-tu Annabelle ? » ajouta t-il en lui jetant un regard amusé. Une fois installés, les deux vérifièrent la carte des boissons et il laissa sa belle choisir ce qu’elle voulait en première, avant de lui-même prendre un cocktail sans alcool -par solidarité!- ainsi qu’un gigot d’agneau aux pommes sautées pour sa part. Fallait bien manger correctement, car l’endurance de la jeune femme serait mise à rude épreuve… rappelons qu’elle avait affaire à un garçon dont les poumons avaient passé l’étape de l’Everest.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.


https://www.pinterest.fr/harmajabb/evan-rachel-wood/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 1202
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : Evan Rachel Wood - aka la Dolores de Westworld (azy on pourra me surnommer Dolores haha)
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Nelda Castillo, La banquière de CH aka Alycia Debnam Carey - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Jaymi l'l'alcoolo qui gâche carrément sa vie en pensant qu'il est bon à rien (sous les traits de Michiel Huisman) et pour terminer sans pour autant terminer, Owen Wilde le savant fou qui refuse de faire des expériences sur les animaux alors il s'injecte des cochonneries lui-même (aka Mark Ruffalo)

Re: Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle] ✻ ( Jeu 29 Nov - 0:14 )

Oh I got a love that keeps me waiting !
Belle & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Ah et s’il a écrit ? Je réponds quoi à ça ? « Ah. » Voilà ce que je réponds. J’hausse les sourcils et mes épaules se tendirent. « C’est que je n’avais pas envie de te répondre à ce moment-là et que j’avais autre chose en tête si c’est d’avoir des envies de meurtre à cause de ces satanés hormones. » Et aussi que je suis toujours fatiguée, que je n’ai pas forcément envie de parler à qui ce que ce soit, j’ai cette sale habitude d’oublier ou justement, ne pas avoir envie. Je n’avais pas toujours envie avec Lucas et tout ce que je voulais, c’était ne pas penser à la vie qui m’attendait avec lui, avec cet enfant. Je voulais profiter de cette solitude, chose qui va très probablement me manquer à l’avenir. Ce calme, ce silence… Ce dont je me suis habituée pendant toutes ces années. Je ne suis pas sûre que je vais réussir à m’habituer à ses chansons, à sa voix cassée quand il chante et je refuse qu’il transmette ça à qui ce que ce soit. Je refuse surtout tout ça. J’aurai bien pu lui dire de se la fermer, d’hausser la voix mais je ne voudrais pas risquer de perdre mon calme et m’énerver, perdre le contrôle de mes émotions. Je ne voudrais pas non plus risquer une extinction de la voix et puis franchement ? Tout ça parce qu’il chante faux ? Au moins, ça me fait un défaut à ajouter dans la liste. Et franchement, y a pire que ne pas savoir chanter. C’est surtout me nommer Belle. « Je ne suis pas une princesse ! Et je refuse d’être rabaissée à ce surnom parce que c’est la seconde partie du prénom, c’est effroyablement réducteur en plus. » grognai-je n’ayant pas entendu sa remarque qui s’était noyée dans un murmure mélangé à de la musique. Et tant mieux pour lui, parce que sinon je lui aurais demandé d’arrêter la voiture sans hésiter. Je lâche un très gros soupir et essaye de me contrôler pour rester calme. On est venu pour passer une bonne soirée, rien de plus. On ne va pas se prendre la tête.

Je n’aurai pas cru qu’on aurait une discussion assez sérieuse dans la voiture, juste avant de venir danser. Je confirme que j’ai fait mes recherches, je dois avouer qu’après avoir rencontré Seth et certains Wilde, j’ai fini par me dire qu’ils valent que je jette un coup d’oeil sur ce qu’ils sont. Je ne m’attendais pas à ce qu’on se retrouve à parler de nos parents, encore moins d’apprendre que les parents de Lucas étaient décédés dans un accident voiture où Seth était également la victime. Je me suis redressée au fur et à mesure que j’apprends ces nouvelles informations et j’en étais muette de surprise. Je détourne le regard quelques secondes avant de retrouver ma voix. « Je suis désolée Lucas. » Je le disais sincèrement en plus, même si je ne dis jamais assez ce mot. Une pause, le temps d’observer les réactions de Lucas, je ne sais pas s’il a terminé de parler alors qu’il ne m’a pas répondu à la question. Je ne lui en veux pas sur ce coup-là, ce ne sont pas des choses qui sont faciles à parler. Je vois du remords dans son regard, je connais assez ce regard, même si je ne connais pas ceux de Lucas, mais je commence… « Je… Tu ne peux pas t’en vouloir de penser comme ça tu sais ? C’est difficile de se souvenir de ses parents et d’avoir un peu d’affection pour eux, plus que tu en as pour Seth aujourd’hui. Même moi, que je le veuille ou non. J’ai plus d’affection pour May et Jack que mes propres parents dont je n’ai plus grand chose d’eux. Je veux dire, leur mort auraient sûrement plus d’impact que ceux de mes parents. » Parce que je les ai connu plus longtemps, parce qu’ils ont partagés le plus de moments avec moi, parce que je me suis sentie plus proche d’eux que je ne l’étais de mes propres parents. Je savais qu’ils m’aimaient et qu’ils partageaient le plus possible leur affection. Mais ce n’est pas la même chose et je ne connaîtrais plus ça. Jusqu’ici, ils ne m’avaient pas manqué, en fait, ils me manquent quand je me mets à imaginer s’ils étaient là, comment auraient été mes souvenirs… J’écoute la suite de son histoire, après qu’il se soit un peu repris et je l’encourageais avec un petit sourire. Il l’affirmait fièrement et catégoriquement à force de parler, que Seth était son père, son vrai père. C’était un grand homme, il savait se débrouiller pour que les enfants qu’il a adopté se sentent vraiment à l’aise, comme s’ils faisaient partis de leur famille. Je n’ai jamais connu ça, je conçois. Mais c’était beau à entendre. Je me perdais dans mes pensées par la suite, tellement perdue dans les vécus de l’orphelinat où j’étais avec mon frère. J’étais assez jeune pour comprendre, mais je comprenais que je ne devais pas me séparer de Fredrik, il ne m’a jamais lâché la main et il avait toujours refusé de se séparer de moi, même pour dormir. Il avait fallu convaincre les femmes qui s’occupaient de nous de nous laisser dormir dans le même lit. Je lâchais les mots sans forcément réfléchir, repensant aux conditions dans lesquelles j’ai à peine grandi dans l’orphelinat, mais suffisamment longtemps pour que ça me marque. La réaction de Lucas me fit tourner le regard et je l’observe nullement choquée. « Comment ça désolé ? » le repris-je un peu perdue. Je secoue la tête, en détournant le regard et fis un geste rapide de la main après avoir compris pourquoi il me dit désolé. « Tu ne devrais pas être désolé d’avoir eu l’audace de me parler ainsi, je ne m’en offusquerais pas, mais ne t’attends pas à ce que je te réponde avec les coeurs dans les yeux si tu me parles sous ce ton. Assume tes mots. » Je le laisse reprendre après un gros soupir alors que je cherche à bouger un peu les jambes, ce n’est pas forcément facile de se caler que je finis par faire reculer le siège pour que je sois mieux installée. Je lui réponds sans forcément le regarder « Je veux toujours prioriser ma carrière Lucas. Perdue dans mes pensées, je me suis mal exprimée dans le sens où je veux dire que si jamais et encore, c’est un grand si. Si jamais il m’arrive quelque chose qui m’empêchera de continuer et même d’évoluer dans ma carrière. Je ne m’en remettrais probablement pas. Mais je saurais quoi faire si je me retrouve à avoir du temps et de l’énergie à me consacrer pour quelque chose. Il y a une différence entre vouloir porter un enfant et adopter un autre, elle est énorme. » Là je le regarde en train de conduire alors que je vois que nous sommes presque arrivés.

Peut-être que la discussion était intéressante, mais j’ai cette impression d’avoir un peu perdu le contrôle de mes émotions encore une fois de plus. J’essaye de me reprendre et au final, je me défoule un peu sur le pauvre réceptionniste qui se retrouve un peu trop intimidé. J’étais assez contrariée et je le serai davantage si on nous laissait pas entrer, parce que sinon, au pire. Rien à faire, j’entrerai quand même que le gars le veuille ou pas. La voix de Lucas me fit revenir sur Terre, je fronce les sourcils et le regarde avec l’air de lui demander de quoi il parlait. Pourquoi je m’entendrais bien avec Andrés ? Je le regarde avec les yeux ronds de surprise quand Lucas se mit à réfléchir et me dise que je devrais lui en parler demain. « Je ? Quoi ? » Je ne cache pas ma surprise du tout. « Tu es sérieux ? Je ne l’étais pas. » fis-je calmement sous un murmure alors que nous nous dirigions tout de même, main dans la main vers le salon que le gars le veuille ou pas. On ne s’arrêtait pas quand le serveur se mit à nous interpeller pour nous dire qu’on avait raison. Je soupire et lève la main en l’air pour montrer mon exaspération. Il nous avait demandé ce qu’on faisait, ce dont à quoi j’ai répondu dans le plus grand naturel qu’on allait s’installer sans lui pour nous guider. Il nous guida jusqu’à une table, entourée par d’autres qui étaient occupées et dans laquelle on entendrait toutes les conversations qui ne nous intéresseraient pas. Lucas préférait l’autre table qu’il désignait du menton, je suis son regard et souris légèrement. « Je pense que je préfère cette table-là aussi. Bonne idée, allons-y Lucas. » fis-je avec un petit sourire complice avant de glisser ma main derrière ses épaules, passant derrière lui aller jusqu’à cette fameuse table près de la terrasse. On s’y installe, j’étais plutôt contente de la vue qu’on avait et on était plutôt éloigné des bruits de conversations. Je commandais le cocktail sans alcool que je commence plutôt à connaître et à apprécier avant d’être surprise que Lucas me suivait dans le mouvement. « Tu n’étais pas obligé. » fis-je remarquer même si j’apprécie son soutien quant au fait que je ne puisse pas boire d’alcool. Je ne savais pas quoi choisir que j’ai dû demander conseil au serveur qui était venu prendre notre commande et je finis par opter un repas pas trop copieux, ni trop lourd. De toute manière, je vais finir par les recracher demain matin, alors autant éviter le gâchis. Je prenais du tartare au saumon avec une salade. Je pose les coudes contre la table et je joins les mains avec un léger sourire. « Vu que tu m’as l’air d’être un sportif, entre l’alpinisme, la boxe, la danse… Y-a-t-il un sport que tu ne fais pas ? Le yoga ? Le hockey sur glace ? Tu sais glisser sur de la glace ? » Je souris quand je vois son regard et je ne peux m’empêcher de m’amuser un petit peu avant de me reprendre. Je ne suis pas là pour me moquer de lui. « Enfin bref… Tu as dû avoir un accident un moment donné, je n’ai rien à craindre d’un quelconque handicap quand on dansera tout à l’heure ? » fis-je avant que le serveur vienne nous servir de nos boissons. Je le remercie avec un petit sourire avant qu’il disparaisse et je lève légèrement le verre, plongeant mon regard dans celui de Lucas. « On trinque à quoi ? » Pas à nous. Il n’y a pas encore de nous à proprement parler. À l’enfant ? Ce n’est pas encore sûr.


••••

by Wiise


always smile
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
avatar
♚ Wilde Gang ♛


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 922
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› Schizophrénie : Dylan

Re: Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle] ✻ ( Dim 2 Déc - 21:13 )

Oh I got a love that keeps me waiting !
Belle & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

« Je ne suis pas une princesse ! Et je refuse d’être rabaissée à ce surnom parce que c’est la seconde partie du prénom, c’est effroyablement réducteur en plus. » « Hé, ho, la seule chose que ça réduit, c’est la taille de ton prénom » se défendit Lucas sur le ton tranquille de Redescends de là, mamie. Ouais, c’est le principe du surnom en fait. « C’est très jolie, Belle, et je te rappelle que c’est aussi un prénom. Ça ne se signifie pas que toutes les filles qui le portent sont réduites à sa signification. » Il n’allait pas argumenter plus que ça contre elle là-dessus, vu qu’elle semblait à bout de nerf, mais ça ne signifiait pas qu’il abandonnait ce sobriquet qu’il lui avait trouvé. Lucas s’y était soudainement attaché. Il le lui ferait accepter tout comme son enfant. Changer de sujet fut un bon moyen de noyer le poisson et en apprendre plus sur elle, il ne s’attendait pas à ce que l’ascenseur lui soit rapidement renvoyé mais se prêta au jeu. « Je suis désolée Lucas. » Wilde tiqua. Il n’y avait clairement pas lieu de s’apitoyer sur son sort ou d’être désolée. « Dis pas ça. Je suis pas du tout à plaindre, eux non plus, ils sont en paix » Ceux qu’il y avait d’un peu moins joyeux, c’était cette espèce d’indifférence qu’il avait à ne pas avoir été élevé par ses géniteurs. Il les avait même pas mal occulté de sa mémoire pour laisser toute la place à celui qu’il considérait aujourd’hui comme son vrai père. Annabelle se montra très indulgente là-dessus en faisant même un parallèle avec elle-même. « T’as de la chance d’être tombée sur eux. Ils étaient plutôt stricts ou laxistes ? » Spontanément, Lucas aurait dit strict, vu le caractère trempé d’Annabelle et sa façon un peu arrêté dont elle voyait son avenir, tout le contraire de lui. Mais il se trompait peut-être.

Il lança la pique sur l’adoption trop vite et se rendit compte un peu trop tard qu’il avait parlé sans réfléchir. Non Annabelle n’avait pas dit qu’elle comptait adopter, elle avait dit qu’elle aurait été prête à le faire, ce qui excluait l’immédiat, plus le fait de subir les aléas d’avoir un enfant dans son ventre, et plein d’autres facteurs. Si bien que Lucas s’excusa rapidement « Comment ça désolé ? » « Euh… pour ce que je viens de dire » répondit-il, tout aussi perdu qu’elle. « Tu ne devrais pas être désolé d’avoir eu l’audace de me parler ainsi, je ne m’en offusquerais pas, mais ne t’attends pas à ce que je te réponde avec les coeurs dans les yeux si tu me parles sous ce ton. Assume tes mots. » « Si je m’en excuse, c’est que j’assume que ces mots ont une portée dénigrante et déplacée. Et ça m’étonne que tu t’offusques d’un surnom plutôt que cette énormité sans aucune nuance que j’ai sorti »  La nuance, c’est d’ailleurs Anna qui l’apporte. Ce n’est pas nécessairement qu’elle s’est mal exprimée, c’est surtout Lucas qui a interprété à sa sauce, poussé par une forme de tristesse de devoir se battre pour la faire accepter le petit être qu’elle a dans son ventre.« Je sais bien, j'ai parlé trop vite… je confirme que tu t’entendrais vraiment avec mon père en tout cas » ajouta t-il avec un petit sourire pensif. Oui il l'avait déjà dit et insistait bien dessus. Assez drôle, parce que quelques minutes plus tard, il déclarerait la même chose avec Andrés. Faut dire qu’il était le pyromane avéré de la famille alors, quand Anna avait parlé de foutre le feu, Lucas n’avait pas pu s’empêcher de faire le rapprochement. C’est ce qu’on appelle aimer sa famille ! Sceptique d’abord, Anna fut carrément étonnée qu’il considère sa proposition de racheter l’établissement. « Je ? Quoi ? Tu es sérieux ? Je ne l’étais pas » « Ah bon ? Mais il y a toujours un peu de sincérité derrière une plaisanterie non ? » rétorqua t-il nonchalamment avant de pousser la désinvolture au point d'entrer en salle avant même la validation de l’employé. Leur nom figurant bien sur la liste, les deux furent guidés par un serveur à une table et Lucas sauta sur l’occasion pour jouer au chieur capricieux. Echangeant un petit sourire avec sa complice, ils obtinrent évidemment gain de cause – on ne déconne pas avec les clients, encore moins les friqués. Wilde poussa l’image de l’homme parfait jusqu’à commander une boisson sans alcool. « Tu n’étais pas obligé. » « Je sais. »

Après leur commande, ce fut au tour d’Anna de se montrer curieuse. Et alors qu’elle se rapprochait en posant les coudes sur la table, il fit de même en y croisant les bras, le regard ancré dans le sien. « Vu que tu m’as l’air d’être un sportif, entre l’alpinisme, la boxe, la danse… Y-a-t-il un sport que tu ne fais pas ? Le yoga ? Le hockey sur glace ? Tu sais glisser sur de la glace ? » Lucas pinça les lèvres en plissant les yeux d’un air méfiant, ce qui fit sourire Anna. « Ça sent la question pas hasardeuse du tout. T’aurais pas vu une vidéo de moi en patins circuler sur le net, à tout hasard ? » Bah, il l’avait posté lui-même, cela signifierait donc que… « Tu es vraiment intéressée en fait » taquina t-il. « Enfin bref… Tu as dû avoir un accident un moment donné, je n’ai rien à craindre d’un quelconque handicap quand on dansera tout à l’heure ? » Il crut qu’elle faisait semblant de pas savoir de quoi elle parlait. « Un accident ? » releva t-il d’un air pas du tout convaincu. Sa chaîne était dédiée à tous ses accidents. « Fais pas semblant de ne pas savoir de quoi il en retourne » accusa t-il en pointant l’index vers elle avec un clin d’œil et un petit sourire en coin malin. « Et non, tu n’as strictement rien à craindre si ce n’est de ne pas être à la hauteur » ajouta t-il avec un petit haussement de sourcils taquin et présomptueux. Il saisit son verre que le serveur venait de remplir alors qu’il se foutait gentiment de sa chérie. « On trinque à quoi ? » « A toi » rétorqua spontanément Lucas en soutenant son regard. Quoi, elle était la future mère de son enfant (ouais, son idée fixe) ça méritait quelques hommages ! Pas sûr qu’elle accepte de trinquer pour elle-même, mais elle avait qu’à trouver une autre idée hein. Après quelques gorgées de boisson sans alcool, Lucas reposa sa coupe d’un air faussement sérieux. « Bon, honnêtement. T’as vraiment tapé mon prénom sur Google depuis la dernière fois » affirma t-il en s’efforçant de ne pas sourire. « T’as fait quelques sports d’hiver d’ailleurs, toi, j’imagine ? Tu sais glisser sur la glace, hm ? » répéta t-il en lui jetant un regard appuyé. Il se recula un peu quand on leur apporta leur plat et, tel un hôte faisant face à un invité, il ne prit pas la première bouchée avant la belle. Ouf, c’était excellent !


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Oh I got a love that keeps me waiting ! [Belle]

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération