And I know I was born to be yours (Lauren)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
James Campbell
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 724
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan ‹ Kate Rhodes ‹ Brane Malone

And I know I was born to be yours (Lauren) ✻ ( Sam 24 Nov - 17:21 )

And I know I was born to be yours
JAMEN

Normalement, James ne se dispute jamais avec Rachel. Ça leur arrive de se prendre la tête pour des broutilles, comme n’importe quels frère et sœur. Ça leur arrive de se chamailler sans aucune raison particulière, juste pour le plaisir de vivre. Mais les grosses disputes, qui les opposent franchement et qui creusent un vrai fossé entre eux, elles sont quasi inexistantes. Il fallait bien qu’un jour, ça arrive. Depuis qu’ils sont nés, Rachel et James ont une vision différente de leur famille. Elle voit ça comme quelque chose d’important et de précieux. Il la perçoit comme une chose pénible et difficile à supporter. James savait qu’en refusant de voir ses parents, il allait blesser sa petite sœur. Il le savait, mais il l’a fait quand même. Son père, il a été trop loin. Il a dépassé la seule limite qu’il ne devait absolument pas dépasser. Qu’il s’en prenne à lui, qu’il l’accable de reproches en tout genre, qu’il le fasse passer pour le fils de trop, James peut l’encaisser sans problème. Il sait prendre sur lui, le sergent. Sa patience est immense, tout comme sa capacité à emmagasiner les remontrances. En revanche, il ne supporte que pas l’idée que son père puisse s’en prendre à Lauren. En essayant de manipuler Elena, il a blessé sa femme. Alors non, James na plus très envie de passer le moindre moment avec ses parents. Il n’a plus envie de faire semblant, de se prendre une tonne de remarques en pleine figure sans jamais rien dire. Il en a marre de donner raison à son père. Il n’en peut plus, de faire des efforts. En face de lui, il a un véritable mur. Un homme borné qui pense encore que son défunt fils aîné vaut mieux que le second. James, il trouve que ça n’en vaut plus la peine. Il est déçu de Rachel, parce qu’il pensait qu’elle serait capable de le comprendre. Il ne l’obligera jamais à prendre le parti de qui que ce soit, conscient qu’il y a certainement des torts des deux côtés. Il ne peut de toute façon pas obliger sa sœur à choisir entre son père ou son frère, étant donné toute l’importance des Campbell à ses yeux. Mais il s’attendait au moins à ce qu’elle accepte son choix d’éloigner sa propre famille de leur père. Et il est aussi déçu qu’elle le traite d’égoïste, alors qu’elle-même voudrait encore lui imposer un énième repas de famille insoutenable. Il en vient à croire que c’est sa sœur, l’égoïste. Elle s’enferme dans son idée de famille parfaite et idéale, refusant au passage de concevoir que cette même famille peut aussi infliger une tonne de souffrances à son frère. James se place volontairement en victime, pour une fois. Ça le blesse de voir que sa sœur lui tourne le dos. Ça le blesse aussi de relire les messages qu’ils se sont envoyés. Il déteste être en colère contre Rachel, et il déteste aussi que Rachel soit en colère contre lui. On peut ajouter à ça une journée plutôt nulle, avec une enquête qui tourne en rond et des heures supplémentaires. Le tout transforme James en une boule de nerfs susceptible et sensible. Il est à fleur de peau, il le sent. Lorsque la journée se termine et qu’il se gare dans l’allée de la maison, il coupe le moteur et reste assis à l’intérieur du véhicule. Il attend quelques minutes, la tête contre le repose-tête. Vu l’heure, il suppose que les enfants sont déjà au lit depuis longtemps. Il prie pour que Lauren soit toujours éveillée. Le plus calmement possible, il sort de la voiture et rejoint l’intérieur de la maison familial. Toutes les lumières sont éteintes, à l’exception d’une : celle du couloir, à l’étage. Il dépose rapidement ses affaires dans le hall d’entrée et retire ses chaussures avant de grimper au premier étage. Le bruit de l’eau qui coule lui indique que Lauren est sous la douche. Évidemment, il compte bien lui tenir compagnie. Puisqu’il passe devant les chambres d’Elena et Liam, il vérifie que tout le monde dort. On ne sait jamais, avec ces clowns. Il se dirige ensuite vers la salle de bain, frappant à la porte avant d’entrer. Il sourit, tandis qu’il s’introduit à l’intérieur de la pièce. « Avoue, tu l’as fait exprès. » Dit-il à sa femme en parlant de la porte déverrouillée. « Désolé de rentrer aussi tard. C’était un peu le bordel, aujourd'hui. » Comme tous les jours. Lauren se montre toujours incroyablement compréhensive envers son mari. Elle comprend toujours les absences de James, largement justifiées par le travail. Ça ne l’empêche pas de s’excuser à chaque fois. James se déshabille en quelques secondes, et il se glisse sous l’eau chaude, près de la brune. Les deux mains de part et d’autre de son visage, il dépose un long baiser sur ses lèvres. Puis il finit par la prendre dans ses bras, parce qu’il a besoin d’un énorme câlin. Il relâche finalement la pression, dans les bras de sa femme. Ça, c’est exactement ce dont il avait besoin aujourd’hui. C'est le moment qu'il attendait avec impatience.

✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Lauren Campbell
LOVE MAKES A FAMILY.


http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 256
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Jessica Queen Alba
›› Schizophrénie : rachel campbell (danielle panabaker) riley emerson-oakley (claire holt) ophelia rhodes (rebecca breeds) lissa valentine (dianna agron) mila matthews (nina dobrev) liv burrows (lyndsy fonseca) liam washington (joe keery) erin pierce (shantel vansanten) lily hastings (kiernan shipka)

Re: And I know I was born to be yours (Lauren) ✻ ( Dim 9 Déc - 10:59 )


and i know i was born to be yours.
james campbell & lauren campbell ※ jamen

“ I am happiest when I’m right next to you. ” ― IDK

Lauren est épuisée. Elle n'a qu'une envie c'est que cette journée se termine pour pouvoir rejoindre les bras de Morphée et également se glisser dans son lit, sous les draps, sous la couette afin d'être au chaud. La journée est relativement longue aujourd'hui. Lauren finit plus tard qu'à son habitude pour cause : la réunion parents-professeurs. Lauren ignore à l'avance à l'heure qu'elle va finir parce qu'elle sait que ce genre d'échange avec les parents a le don de s'éterniser un long, très long moment. Alors Lauren, elle n'a qu'une hâte ce soir c'est de rentrer et mettre les pieds sous la table. Sait-on jamais peut-être que James lui a préparer de délicieuses lasagnes. Lauren, elle rêve un peu trop et elle place trop d'espoir en James et ses capacités culinaires. Cependant quand elle reçoit un message de son mari l'informant qu'il rentre tard et qu'il n'a pas pu récupérer les enfants chez le père de Lauren, son rêve se brise. Ce n'est pas encore ce soir, qu'elle goûtera aux lasagnes de James.

A défaut d'avoir eut la chance de dévorer un plat de lasagnes, Lauren a eut la chance d'avoir le droit à des enchiladas préparer avec amour du moins c'est ce qu'elle pense par son père. Elle y gagne au change : James devrait demander des conseils culinaires à beau-papa. Oui, après sa réunion, Lauren s'est fait invité chez son père. Il ne pouvait pas la laisser mourir de faim. Bon certes, eux avait déjà finit de manger mais qu'importe son estomac est en train de revivre. Elena lui explique donc avec entrain sa journée et qu'elle a même eut le temps avec ses grands-parents de préparer la lettre au Papa-Noël. La petite fille explique aussi, qu'elle a aider Liam à faire la sienne parce qu'il est encore trop petit pour écrire. Cette petite fille est formidable, elle le sera un peu moins quand Lauren prendra connaissance de sa liste de souhaits pour Noël. Etant donner que les enfants sont déjà doucher et en pyjama merci Super Papy ou Super Mamie Lauren en profite pour discuter plus longuement avec son père et sa belle-mère. Aujourd'hui, Lauren ne pense qu'avec son estomac parce qu'elle est déjà curieuse de connaitre le repas prévu du 25. Et vu ce qu'est en train de lui lister sa belle-mère, elle en salive d'avance. Ce n'est qu'à partir du moment où Liam commence à piquer du nez que Lauren décide qu'il est temps de rentrer à la maison. C'est ainsi qu'une bonne trentaine de minutes plus tard, Lauren est enfin arrivé à la maison et qu'elle vient enfin de finir à coucher les enfants. Elle avait eut espoir d'y trouver déjà James mais non, à croire que la charge de travail était vraiment conséquente aujourd'hui. Si Liam avait été facile à coucher puisqu'il dormait déjà, Elena a tenue à ce que sa mère lui lise une histoire. Lauren c'est l'un de ses moments favoris dans sa journée, cet instant qu'elle partage uniquement avec sa fille. Elle n'a pas hâte que la petite fille lui annonce vouloir lire toute seule ses livres. Lauren ne veut pas que sa fille grandisse, c'est son bébé.Une fois que Elena semble avoir fermé les yeux, Lauren quitte sa chambre et rejoint la salle de bain. Elle aurait été tenter de prendre un bain sauf qu'il n'y a pas de baignoire dans la salle de bain. La jeune femme prend donc le temps de se démaquiller avant de filer sous la douche. Cette sensation d'eau chaude qui coule le long de son corps l’enivre de bonheur. Ses yeux se ferment un long moment avant de s'ouvrir quand elle entend la voix de James. « Avoue, tu l’as fait exprès. » Lauren ne ferme jamais la porte à clé, on ne sait jamais si elle avait un malaise où que l'un de ses enfants avaient besoin d'elle. « Je suis démasquée. » Mais si James pense qu'elle l'a fait juste pour lui, ça lui va quand même. « Désolé de rentrer aussi tard. C’était un peu le bordel, aujourd'hui. » Comme d'habitude, elle aurait envie de dire. « C'est rien. T'as eut le temps de mangé ? » Un paquet de chips, ça n'est pas une réponse. « Il s'est passé quoi ? » Lauren est une femme curieuse qui aime connaitre les journées de son mari. La jeune femme laisse une place à son mari qui la rejoint sous l'eau et dépose à son tour ses lèvres contre les siennes. Lauren quitte cependant rapidement son étreinte pour attraper du shampoing qu'elle déverse généreusement dans sa main. « La prochaine fois je suis d'avis qu'on échange de boulot, tu t'occupes de mes parents d'élèves qui m'ont épuiser et moi je vais poursuivre les méchants à travers Cap Harbor. » Lauren n'est point sérieuse mais son idée la fait sourire. Et elle semble ne faire sourire qu'elle. La brune fronce les sourcils en se tournant vers James. « Qu'est qu'il y a ? » Lauren, elle ne le connait que trop bien pour savoir que quelque chose cloche ce soir. « Et ne me dit pas rien parce que je sais que quelque chose ne va pas. » Elle n'aime pas voir James perturbé alors tant qu'il n'aura pas lâcher le morceau, elle ne lâchera pas l'affaire.



    you’re the first face that i see and the last thing i think about. you’re the reason that i’m alive, you’re what i can’t live without ( … )  you’re the light inside my eyes, you give me a reason to keep trying, you give me more than i could dream and you bring me to my knees... ★ plumb, don't deserve you.
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
James Campbell
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 724
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan ‹ Kate Rhodes ‹ Brane Malone

Re: And I know I was born to be yours (Lauren) ✻ ( Lun 17 Déc - 15:52 )

And I know I was born to be yours
JAMEN

James, ce n'est pas quelqu'un qui parle facilement. Avec lui, c'est toujours difficile de savoir si ça va ou non. Il a la fâcheuse tendance à tout intérioriser, à se répéter en boucle que ça finira bien par passer. Il n'est pas très expansif, ni même expressif. Mais il y a certaines fois où il n'arrive plus à intérioriser quoi que ce soit, surtout quand ça le blesse en profondeur. Et ces fois-là, il est content de pouvoir compter sur Lauren. Il se sent toujours infiniment chanceux d'avoir épousé sa meilleure amie, d'avoir obtenu la promesse la plus sincère d'une amitié et d'un amour sans fin. James finit toujours par se tourner vers elle quand il a la sale impression de n'avoir plus aucun contrôle sur quoi que ce soit. À chaque fois, elle trouve les mots justes pour le rassurer. Si ce ne sont pas ses mots qui l'apaisent, ce sont ses gestes. Dans tous les cas, James, il ne sait pas ce qu'il ferait sans sa femme. Ce soir encore, alors que la famille Campbell le malmène pour la énième fois (#victime), il ne tarde pas à se réfugier dans ses bras. Il aurait sincèrement aimé rentrer plus tôt, mais son emploi du temps ne lui permet pas de choisir ses horaires malheureusement. Ça lui donne une raison supplémentaire de croire que Lauren est une personne formidable, parce qu'elle ne lui en a jamais tenu rigueur. Il s'excuse malgré tout, conscient qu'il l'a une nouvelle fois laissée avec deux enfants en bas âge. Elena et Liam demandent encore beaucoup d'attention, alors il peut comprendre qu'elle veuille parfois pouvoir se reposer et se dire que James gère la situation. Elle n'a pourtant pas l'air de s'en préoccuper, davantage inquiète par l'alimentation de James. Le brun sourit et hausse les épaules. « Pas vraiment, mais j'ai pas spécialement faim. » James Campbell qui déclare ne pas avoir faim, c'est étonnant. C'est pourtant bien vrai : il se soucie bien plus de cette histoire avec Rachel que du remplissage de son estomac. Bien que Sarah ait pris l'initiative de commander des pizzas, il n'a pas voulu y toucher. La rousse l'a quasiment forcé à manger une part, avant de se rendre compte qu'il refusera de manger plus. « On a plusieurs vols qui ont été déclarés dans des épiceries en centre-ville. On pensait arriver à la fin de l'enquête parce qu'on avait pas mal de preuves, sauf qu'il y en a beaucoup qui ne concordaient pas du tout. J'ai eu l'impression de retourner à la case départ. » Qu'il explique sans forcément rentrer dans les détails. Une fois débarrassé de ses vêtements, il rejoint Lauren sous la douche et la retrouve pour un long câlin. Ça lui permet de se détendre un peu, d'évacuer ce trop-plein d'émotions survenues au cours de la journée. La brune quitte ses bras pour se laver les cheveux, laissant James tout perdu. Il se perd bien vite dans ses pensées, à peine attentif à ce que lui dit Lauren. « Jamais de la vie. » Répond-t-il sur un ton plutôt neutre, tandis qu'il se passe les mains sur le visage. James attrape le savon, en met un peu dans sa main et commence à l'appliquer sur son torse. À la question de Lauren, il est tenté de répondre ce qu'elle ne veut pas entendre. Ce n'est pas qu'il ne veut pas en parler, c'est juste qu'il s'en veut de devoir remettre le sujet Campbell sur le tapis. Au fond, il n'y en a pas un que ça affecte moins que l'autre. Il prend le temps de se laver intégralement le corps avant de répondre. « Rachel a décidé que c'était la guerre. » Il ne peut pas s'empêcher d'être un peu amer en disant ça. Pourquoi Rachel ? Pourquoi est-ce qu'il a absolument fallu qu'elle s'y mette aussi ? Il a envie de se mettre à sa place, de la comprendre, et en même temps, il lui en veut vraiment. « J'crois qu'elle a vu mes parents, ils lui ont dit qu'on fêterait pas Thanksgiving avec eux et elle m'a demandé ce qu'il en était pour Noël. J'ai répondu que je savais pas encore. » Les chances pour qu'ils fêtent Noël en famille sont minimes, on ne va pas se mentir. James préfère autant passer les fêtes avec sa belle-famille, qui est bien plus sympathique que sa propre famille. « Elle a fini par dire que j'étais comme mon père. » C'est peut-être bien ça qui le blesse le plus. James déteste être comparé à son père, parce qu'il ne veut absolument pas lui ressembler. Dès qu'on lui trouve des points communs avec cet homme, il se sent obligatoirement vexé. James se rince le corps et passe à ses cheveux. « J'imagine qu'on ne la verra pas avant un moment. » Tant qu'il ne s'excusera pas ou qu'il continuera à ignorer les Campbell, il sait qu'elle refusera de le voir.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Lauren Campbell
LOVE MAKES A FAMILY.


http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 256
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Jessica Queen Alba
›› Schizophrénie : rachel campbell (danielle panabaker) riley emerson-oakley (claire holt) ophelia rhodes (rebecca breeds) lissa valentine (dianna agron) mila matthews (nina dobrev) liv burrows (lyndsy fonseca) liam washington (joe keery) erin pierce (shantel vansanten) lily hastings (kiernan shipka)

Re: And I know I was born to be yours (Lauren) ✻ ( Dim 23 Déc - 9:59 )


and i know i was born to be yours.
james campbell & lauren campbell ※ jamen

“ I am happiest when I’m right next to you. ” ― IDK

Lauren n’est pas dupe, c’est une femme intelligente. Elle savait très bien qu’en se mettant en couple avec James et même en l’épousant, ce dernier n’aurait pas des horaires de bureau. La promotion qu’il a reçue en prenant la place de Didier avait des avantages comme des inconvénients. Mais Lauren, elle sait très bien que James il aimerait être plus présent parfois et ne pas finir à pas d’heures. Elle sait également que si elle-même avait une équipe à gérer, les choses seraient plus compliquées. Bien heureusement, Lauren n’a que deux petits monstres à gérer à la maison et c’est amplement suffisant. Parce que les lycéens c’est déjà assez compliqué comme ça. Alors quand elle voit que James pénétre dans la salle de bain, elle est souriante et elle ne lui tiendra pas rigueur de son retard. En même temps, Lauren elle avait prévue de prendre une douche, lire quelques chapitres et dormir. Certes James chamboule son programme mais c’est du bon chamboulement. Et la première chose à laquelle, elle pense c’est l’estomac de James. « Pas vraiment, mais j'ai pas spécialement faim. » Lauren, elle fronce un peu les sourcils en entendant cette nouvelle. « Qui êtes vous et qu’avez vous fait de mon mari ? » Parce que ne pas manger ça ne ressemble pas à James, Cet homme ne vit que pour la pizza et la tarte aux pommes, alors Lauren ne comprend pas. « Tu es malade ? » Désolé mais Lauren ne voit pas d’autre explication rationnelle face à cette nouvelle. « On a plusieurs vols qui ont été déclarés dans des épiceries en centre-ville. On pensait arriver à la fin de l'enquête parce qu'on avait pas mal de preuves, sauf qu'il y en a beaucoup qui ne concordaient pas du tout. J'ai eu l'impression de retourner à la case départ. » Traduction : journée de merde. Pour la peine, Lauren offre un doux câlin à son mari avant d’embrasser ses lèvres et de finalement quitter ses bras pour shampooiner ses longs cheveux bruns. Seulement voilà en y regardant de plus près, James n’est pas le James que Lauren connaît dans le sens où celui-ci paraît bien plus triste qu’à son habitude. Elle sait que quelque chose cloche et que si elle ne lui tire pas les vers du nez, il ne le fera pas de lui même. « Rachel a décidé que c'était la guerre. » « Ah.. » Lauren reste bouche bée par cette nouvelle à laquelle, elle ne s’attendait pas. Déjà qu’en ce moment, avec la famille Campbell ça n’est pas l’amour fou si en plus Rachel se rajoute dans l’équation, c’est la fin. D’autant plus que Lauren sait éperdument que James tient énormément à sa sœur alors le fait de savoir qu’elle lui tourne le dos, doit être deux fois plus douloureux. « J'crois qu'elle a vu mes parents, ils lui ont dit qu'on fêterait pas Thanksgiving avec eux et elle m'a demandé ce qu'il en était pour Noël. J'ai répondu que je savais pas encore. » C’est bon Lauren s’en veut deux fois plus d’avoir déclaré la troisième guerre mondiale au sein du Clan Campbell #WhiskyPower. « Elle a fini par dire que j'étais comme mon père. » Là dessus, Lauren ne peut pas lui en vouloir. Elle trouve aussi que James ressemble par beaucoup de côté à son père. « J'imagine qu'on ne la verra pas avant un moment. » Et c’est tout ? Lauren est totalement abasourdit par ses révélations qu’elle ne sait quoi dire. « Comme si ta sœur pouvait te bouder pendant des jours. » Lauren, elle tente toujours d’être optimiste même quand il ne le faut pas. « Dans deux jours ça sera finit et vous allez faire comme si de rien ne s’était passer. » C’est du moins ce que Lauren pense sauf qu’elle a faux sur toute la ligne. Elle tente de décrocher un sourire de son mari mais elle voit bien qu’elle n’y arrive même pas. « C’était violent cet échange ? » Lauren semble comprendre que les choses n’ont pas été très rose entre le frère et la sœur Campbell. « Je suis désolé James ... » Elle se sent en partie responsable de cette guerre inter- Campbell et ça la désole encore plus de voir que personne ne soutient James. La brune se rapproche du corps de son homme, pose ses mains sur sa nuque et tente de capter son regard malgré les gouttes d’eau qui tombe au-dessus de leur tête. James et Lauren ne sont pas pour les économies d’eau. « Je suis là.» Et parce qu’elle ne trouve rien de mieux à rajouter, elle préfère l’embrasser. Parfois les gestes ont plus de sens que les paroles. Elle tient juste à travers ce baiser à faire passer tout l’amour qu’elle lui porte et lui faire comprendre que jamais ô grand jamais, elle ne pourra vivre sans lui.



    you’re the first face that i see and the last thing i think about. you’re the reason that i’m alive, you’re what i can’t live without ( … )  you’re the light inside my eyes, you give me a reason to keep trying, you give me more than i could dream and you bring me to my knees... ★ plumb, don't deserve you.
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
James Campbell
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 724
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan ‹ Kate Rhodes ‹ Brane Malone

Re: And I know I was born to be yours (Lauren) ✻ ( Dim 6 Jan - 23:01 )

And I know I was born to be yours
JAMEN

James, il a toujours faim. Même lorsqu’il sort d’un long repas de Noël, qu’il a abusé des petits-fours et qu’il a pris dix parts de bûche, James reste un être affamé. Son estomac est un puit sans fond, un véritable gouffre. Alors quand il dit qu’il n’a pas faim, c’est alarmant. Ça veut dire qu’il y a hippopotame sous gravillon. Son manque d’appétit, il se justifie par une dispute avec Rachel. L’aîné des Campbell est habitué aux conflits familiaux. Depuis tout petit, il doit sans cesse se battre avec les hommes de la famille. Mais avant aujourd’hui, James n’a jamais été en désaccord avec sa petite sœur. Le pire étant que tout se soit passé par message. Si elle avait été en face de lui, nul doute que les choses auraient été différentes. James n’aurait pas été aussi dur dans ses propos, il aurait essayé de trouver un compromis plutôt que d’enfoncer le couteau dans la plaie. À l’heure actuelle, il ne sait pas si sa sœur lui reparlera de sitôt. Lui-même ne sait pas s’il a envie de courir jusqu’à chez elle pour s’excuser. Il en a marre d’être celui qui doit impérativement mettre de l’eau dans son vin. Lorsque Lauren lui demande s’il est malade, il comprend que le véritable sens de sa question est : qu’est-ce qui ne va pas ? James évoque d’abord sa journée de travail difficile, avant que sa femme n’essaye de creuser un peu plus. Il pourrait ne rien dire, ce qui serait totalement son genre. Bien que parler lui fasse probablement beaucoup de bien, il trouve que la famille Campbell est un sujet de discussion un peu trop récurrent à son goût au sein de leur couple. Pourtant, il annonce de but en blanc que Rachel semble avoir déclaré la troisième guerre mondiale. Ça lui fait d’autant plus de peine de le dire à voix haute. Il explique brièvement ce qu’il s’est passé, sans nécessairement rentrer dans les détails. Lauren, elle croit dur comme fer que Rachel ne pourra jamais faire la tête plus de deux jours. James aimerait y croire, mais cette fois, c’est différent. « En temps normal j’aurais été d’accord avec toi, sauf qu’elle ne m’a jamais parlé comme ça avant. » Accessoirement, il sait que son comportement a blessé sa sœur. Une Rachel blessée, c’est une Rachel capable de bouder pendant des mois. Réciproquement, elle a blessé son frère en lui tournant le dos. Donc d’ici à ce qu’ils se reparlent, on peut facilement compter des mois entiers. « C’est la première fois qu’on se dispute vraiment à cause de tout ça alors oui, c’était assez violent. Elle croit qu’on peut encore être une famille soudée, et que c’est de ma faute si c’est pas le cas. » Rachel n’a pas tourné les choses de cette manière. C’est cependant ainsi que James interprète ses messages. « Je sais pas ce qu’elle s’imagine. J’ai l’air d’être heureux de la situation, sérieusement ? À ce stade, ils pourraient tous me tenir responsable de la mort de Chris que ça serait la même chose. » James balance sa tête en arrière et ferme les yeux, juste pour apprécier les gouttes d’eau chaude qui lui tombe sur le visage. Il n’a pas envie de s’énerver, même si la colère est palpable. « Je sais pas ce que je leur ai fait pour qu’ils soient aussi cons. » C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Même s’il souffre énormément des réactions de sa famille, il ne dit jamais rien. Il préfère penser que son bonheur est ailleurs, auprès de Lauren, auprès des enfants. Ce soir, il n’a plus vraiment la force de faire semblant. « J’ai pas envie que tu t’excuses. C’est pas à toi d’être désolée, c’est pas toi la responsable. » Qu’il dit en baissant le regard vers elle, ses bras encerclant sa taille. James répond à son baiser d’une tendresse infinie. Il a l’impression qu’à chaque fois qu’elle l’embrasse, il tombe un peu plus amoureux d’elle. Elle lui fait ressentir ce qu’il n’aurait jamais cru ressentir un jour, le fait frissonner comme jamais. Heureusement, qu’elle est là. James n’aurait pas pu traverser les trois quarts de ce qu’il a traversé sans elle. Il rompt le baiser et pose son front contre le sien. « Si tu existais pas, il faudrait que je t’invente. » Il lui sourit, dépose ses lèvres sur le bout de son nez. « Je t’aime. » Il a beau le lui dire tous les jours, il a souvent le sentiment que ce n’est jamais assez. James embrasse encore une fois sa femme, avant de sortir de la douche, propre comme un sou neuf. « Je t’ai même pas demandé comment s’était passée ta journée ? Tes étudiants ont été sages ? Et les enfants aussi ? » Demande-t-il en se sachant les cheveux. « J’ai jamais eu aussi hâte d’aller dans le lit. J’ai le droit de dormir tout nu ? » Sa question est stupide vu qu’il dort souvent tout nu. « Toi aussi, tu peux dormir toute nue si tu veux. » Ça ne va certainement pas lui déplaire. En tout cas, parler de dormir tout nu l’enchante bien plus que d’évoquer sa dispute avec Rachel. C’est quand même plus agréable.
✻✻✻
CODES ©️️️️️ LITTLE WOLF.


    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Lauren Campbell
LOVE MAKES A FAMILY.


http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 256
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Jessica Queen Alba
›› Schizophrénie : rachel campbell (danielle panabaker) riley emerson-oakley (claire holt) ophelia rhodes (rebecca breeds) lissa valentine (dianna agron) mila matthews (nina dobrev) liv burrows (lyndsy fonseca) liam washington (joe keery) erin pierce (shantel vansanten) lily hastings (kiernan shipka)

Re: And I know I was born to be yours (Lauren) ✻ ( Mer 16 Jan - 15:19 )


and i know i was born to be yours.
james campbell & lauren campbell ※ jamen

“ I am happiest when I’m right next to you. ” ― IDK

Lauren, elle s'attend toujours à beaucoup de choses venant de la part de son mari. Cependant quand il lui annonce s'être prit la tête avec sa sœur, elle ne veut pas y croire. Elle est totalement surprise. Lauren n'est jamais à la fin de ses surprises avec James mais ce soir, elle doit reconnaître qu'elle se serait bien passé de cette surprise. Elle sait très bien à quel point James est proche de sa sœur, alors elle ne veut pas croire que c'est la guerre inter-Campbell. Lauren tente d'être optimiste et pense donc que cette dispute ne durera pas. Elle connait assez bien les deux Campbell, pour le savoir. « En temps normal j’aurais été d’accord avec toi, sauf qu’elle ne m’a jamais parlé comme ça avant. » AH ... Donc c'est beaucoup plus grave qu'elle ne le pense. « C’est la première fois qu’on se dispute vraiment à cause de tout ça alors oui, c’était assez violent. Elle croit qu’on peut encore être une famille soudée, et que c’est de ma faute si c’est pas le cas. » Pourquoi donc dans cette famille, ils ont tous le hic de vouloir tout mettre sur le dos de James ? Qu'est qu'il a fait pour mériter ça ? Lauren ne l'a jamais comprit et elle n'aura certainement jamais une réponse à cette question. « Pourquoi ça serait ta faute ? Tu n'as pas à te sentir responsable, tu as fais ce que tu pensais être juste. » En soit, il n'a rien fait puisque c'est Lauren elle-même qui a décider de prendre ses affaires et de quitter la demeure Campbell, la dernière fois. Mais James l'a soutenu dans son geste. « Je sais pas ce qu’elle s’imagine. J’ai l’air d’être heureux de la situation, sérieusement ? À ce stade, ils pourraient tous me tenir responsable de la mort de Chris que ça serait la même chose. » « Dit pas ça. » Lauren n'aime pas l'entendre parler de la sorte. Certes, elle sait très bien que l'amour entre les deux frères n'a jamais été flagrant mais elle sait aussi que James aimerait que son frère soit encore présent. La vie aurait été beaucoup plus compliqué entre eux, mais Lauren est certaine qu'ils auraient réussit à être heureux comme à l'heure actuelle. « Je sais pas ce que je leur ai fait pour qu’ils soient aussi cons. » « Il parait qu'on ne choisit pas sa famille. » Lauren, elle se serait bien passer de sa mère. « Mais tu m'as choisis moi et on est ensemble. » Et selon Lauren c'est totalement suffisant pour être heureux. En ce moment ce n'est pas évident au sein de la famille Campbell, mais Lauren espère qu'un jour ça ira mieux. En attendant, elle sait qu'elle peut compter sur James autant qu'il peut compter sur elle. Elle ne se prive d'ailleurs pas pour déposer le plus tendrement possible ses lèvres contre les siennes, afin de l’enivrer d'amour et de lui faire comprendre qu'ensemble, ils sont invincibles. « Si tu existais pas, il faudrait que je t’invente. » Elle fond, littéralement. James a beau lui dire assez régulièrement des mots doux, elle est toujours aussi sensible à chaque fois que ces mots sortent de sa bouche. Elle l'aime et plus les jours passent, plus elle n'imagine plus sa vie sans cet homme à ses côtés. Il la comble de bonheur et un simple je t'aime, parvient à réchauffer tout son être. « Je t’ai même pas demandé comment s’était passée ta journée ? Tes étudiants ont été sages ? Et les enfants aussi ? » Lauren attrape une serviette et sèche sa douce peau. « C'était très looong. » Trop pour Lauren. « Les élèves ça va mais quand tu rajoutes leurs parents, ça devient très vite gonflant. » Autrement dit, Lauren se serait bien passer de cette réunion parents-profs. « Mon père m'a dit qu'ils avaient été sages. Et Elena a donné de sa personne pour aider Liam à écrire sa lettre au père-noël. » Autrement dit une journée banale dans la vie de Elena et Liam Campbell. « J’ai jamais eu aussi hâte d’aller dans le lit. J’ai le droit de dormir tout nu ? » Alors qu'elle est en train de passer sur ses épaules, un kimono, elle relève la tête vers James avec un sourire aux lèvres. « Parce que tu as déjà eut un pyjama ? » Le seul pyjama qu'elle connait c'est un boxer et c'était le seul morceau de tissus qu'il portait quand ils n'étaient pas encore ensemble mais qu'ils avaient prit l'habitude de dormir dans le même lit. « Toi aussi, tu peux dormir toute nue si tu veux. » Lauren finit par brosser ses longs cheveux bruns. « Ou tu peux me déshabiller. » dit-elle simplement en haussant les épaules. En même temps, Lauren n'avait rien sous son kimono et elle n'avait pas pour projet désormais de s'habiller plus chaudement. « Mais je risques d'avoir froid, alors il va falloir que tu uses de tes talents pour te transformer en bouillotte. » Il n'y a pas que James qui a le droit de faire des allusions. Lauren fait même semblant d'avoir froid et de trembler en passant à côté de James. « Le premier au lit, gagne le droit d'être sur l'autre ce soir. » Elle défie James du regard, vient déposer ses lèvres sur sa joue et quitte la salle de bain afin de rejoindre la chambre le plus rapidement possible, tout en essayant de ne pas réveiller les enfants.



    you’re the first face that i see and the last thing i think about. you’re the reason that i’m alive, you’re what i can’t live without ( … )  you’re the light inside my eyes, you give me a reason to keep trying, you give me more than i could dream and you bring me to my knees... ★ plumb, don't deserve you.
Revenir en haut Aller en bas
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict
James Campbell
TONTON JAMES : Lauren and pizza addict


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 20/01/2018
›› Commérages : 724
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Chris Hemsworth
›› Schizophrénie : Joan Pryce ‹ Asher James ‹ Eliza Nelson-Riley ‹ Calie Washington ‹ Rose Milligan ‹ Kate Rhodes ‹ Brane Malone

Re: And I know I was born to be yours (Lauren) ✻ ( Dim 27 Jan - 20:34 )

And I know I was born to be yours
JAMEN

James n'est pas vraiment le genre de personne à jouer les victimes. Il est plutôt enclin à admettre ses torts, quelle que soit la situation. Mais il faut quand même avouer que les Campbell ont la fâcheuse tendance à le blâmer pour tout et n'importe quoi. Même si Rachel n'a pas clairement dit qu'elle tenait son frère responsable de toutes les tensions familiales, c'est ainsi qu'il a interprété ses derniers messages. Que son père l'accuse d'être le fauteur de trouble, ça lui est égal. Il lui a collé cette étiquette il y a bien longtemps et James n'a jamais pu s'en défaire. Donc à force, il s'y est habitué. En revanche, il n'était pas prêt à ce que Rachel soit contre lui. Bien qu'elle n'ait jamais pris aucun parti, elle a toujours été d'un soutien inébranlable. Alors ce retournement de situation le blesse profondément. Même les mots de Lauren ne suffisent pas à le réconforter, ce qui est très rare. James continuera à se sentir responsable et fautif tant que sa sœur le croira. Il hausse simplement les épaules, peu sûr de lui. A-t-il vraiment fait ce qui lui semblait être juste ? Ou ce qui était dans son meilleur intérêt ? La ligne entre les deux lui paraît bien fine. Dans tous les cas, cette situation l'affecte vraiment. Il aurait aimé avoir une famille normale, un pilier solide sur lequel se reposer. Il aurait aimé avoir un grand frère à l'écoute, il aurait aimé que son père ne fasse aucune différence entre les garçons Campbell. Il aurait aimé que Chris soit encore vivant, que Lauren ne se retrouve pas au milieu d'une stupide guerre familiale. Il aurait juste aimé que tout soit simple et beau. Malheureusement, il ne peut qu'en rêver. À l'heure actuelle, les Campbell sont plus éclatés que jamais. Du moins une partie des Campbell. À défaut de ne pas pouvoir compter sur ses parents et sa sœur, c'est vrai qu'il a Lauren. « Je me sens toujours chanceux avec toi. Sauf quand tu me grondes parce que j'ai pas mis mon linge sale à laver. Et que tu me forces à manger de la soupe pour montrer l'exemple aux enfants. » Anaïs n'aime pas la soupe, donc ses personnages non plus. « C'est pas bon la soupe. » James, il a cinq ans et demi d'âge mental quand on lui colle un bol de soupe sous le nez. Malgré tout, il aime Lauren de tout son cœur. Une vie sans Lauren, ce n'est pas une vie aux yeux de James. C'est un calvaire. Elle rend son existence bien plus agréable, elle fait de lui l'homme le plus heureux du monde. Et tout ça, il ne lui dira jamais assez. Étant donné que James déteste parler de lui et de ce qu'il ressent, il est assez ravi de changer de sujet. Il n'a plus envie de parler de Rachel ou des Campbell car dans le fond, il n'a pas l'impression que ça lui fasse le moindre bien. Alors James préfère se concentrer sur sa femme, sur la journée qu'elle a passée, et sur les enfants. « Ah mais j'ai toujours dit que les parents étaient pires que les gosses. » Qu'il fait en fronçant ensuite les sourcils. « Quand tu vas aux réunions pour Elena, t'as pas envie de te venger en jouant la maman insupportable ? Moi à ta place, j'adorerais faire ça. » Évidemment. James est un remake des fourberies de Scapin à lui tout seul. Quand il apprend qu'Elena a aidé son petit frère à rédiger sa lettre destiné au Père-Noël, il sourit largement. « Ah ? Donc en gros, elle a utilisé son frère pour écrire une deuxième lettre pour elle, c'est ça ? » Ça ne l'étonnerait pas d'Elena. C'est typiquement le genre de chose qu'elle pourrait faire. « Elle a mis quoi sur cette lettre ? Qu'elle voulait un petit frère ou une petite sœur ? Ou que je retrouve le mode d'emploi pour fabriquer les bébés ? » Cette histoire de petit frère ou de petite sœur, ça le fait beaucoup rire. Elena insiste de plus en plus, et les discussions sur le sujet le font beaucoup rire. Sauf quand Lauren insinue que son mari ne sait plus comment fabriquer les bébés. James, il sait toujours fabriquer les bébés. C'est un savoir qu'il a acquis il y a fort longtemps, et qu'il n'a jamais perdu. D'ailleurs, c'est possible qu'il le prouve à Lauren ce soir. Il n'a pas l'intention de couvrir son corps du moindre vêtement. Comme le souligne sa femme, il dort de toute façon toujours tout nu. « Oui. Il y a longtemps. Quand j'étais jeune et innocent. Puis un jour j'suis devenu allergique. » James Campbell a donc développé une allergie au pyjama. C'est original, et plutôt inédit. « J'aime bien me sentir libre avec mon corps. » Explique-t-il, en terminant de se sécher. Il tient aussi à ce que Lauren soit libre avec son corps, alors il l'autorise généreusement à dormir nue. Mais elle lui propose un bien meilleur plan, et voilà qu'il la regarde avec envie. Le baiser qu'elle lui offre l'électrise totalement. James, il aime bien quand sa femme est dessus. Du coup, il prend son temps pour rejoindre la chambre, se débarrassant au passage de sa serviette. Il la met dans le panier à linge sale parce qu'il est bien éduqué. Sans surprise, c'est Lauren qui gagne la bataille. Arrivé dans la chambre, James la regarde et feint une moue triste. « Oh miiiiince, j'ai perduuuu. » Il glousse comme une pintade et se précipite sur le lit pour s'installer près de Lauren. Il se colle à elle, l'embrasse avec beaucoup d'envie. James défait délicatement le kimono de sa femme, glisse une main à l'intérieur et caresse ses courbes généreuses. La main plaquée dans le bas de son dos, il la fait grimper sur lui sans lâcher ses lèvres une seule seconde. Ce n'est que lorsqu'il jette le kimono à travers la pièce qu'il embrasse le cou de la brune, puis le haut de sa poitrine. « J'pense qu'on devrait le faire, ce bébé. » James voulait lâcher ça sur le ton de la plaisanterie, mais il se rend lui-même compte qu'il paraît trop sérieux pour que ce soit une blague.
✻✻✻
CODES ©️️️️️ LITTLE WOLF.


    karma (noun) when you use the last of the toilet paper without replacing it and are the next person to use the bathroom.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: And I know I was born to be yours (Lauren) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

And I know I was born to be yours (Lauren)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération