We're creatures of the underworld † Misha

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♚ Wilde Gang ♛
Malik Wilde
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 27/03/2018
›› Commérages : 84
›› Pseudo : Mae
›› Célébrité : Tom Hiddleston
We're creatures of the underworld † Misha Vide

We're creatures of the underworld † Misha ✻ ( Dim 25 Nov - 19:08 )




We're creatures of the underworld

Malik & Misha

Deux putains de jour de garde à vue, et où tu n’as pas bossé. Deux jours, ça peut rapporter entre zéro et cent mille balles dans ton métier. Tu sais pas exactement ce que t’as perdu pendant ce temps d’argent, mais cet enfoiré de Murdock, lui, il s’en est mis plein les poches. Bah ouais, t’étais pas là pour lui mettre des laxatifs dans son thé, forcément tu l’as pas freiné à coup de chiasse, forcément il allait monter en flèche. Quand tu vois votre classement de la semaine, avec toi largement détrôné qui a chuté de dix places, et lui en tête, t’es obligé de le féliciter et lui serrer la main, même si t’as un sourire un peu crispé de constipé et un regard qui semble cordialement dire « sale race de fils de pute ». Tu fais le bon joueur. Murdock est tellement refait qu’il t’invite toi et quelques autres connards à une soirée qui se veut mémorable. Ce mec put le bon-à-rien de parvenu mais toi tu fais pas de commentaire, t’as pas envie qu’il te désinvite. Même si t’es plein aux as, tu restes un rat et t’aimes bien qu’on te paie ta place. Ce qu’il y a de bien avec tes collègues, c’est que vous avez beau vous faire des gros coups de sales cons, vous n’êtes pas rancuniers entre vous. Chudah a déjà oublié le croc-en-jambe que tu lui as fait dans les escaliers la semaine dernière, il boite toujours mais ça ne vous empêche pas de vous marrer ensemble avec les autres. T’es pas non plus un crétin, tu sais que la vengeance ça se mange froid et que le jour où il va te la mettre à l’envers à son tour, ça te fera mal au cul comme une première fois sans vaseline. Le cabaret, c'est tellement chic et péteux comme lieu pour plutocrates que tu te demandes comment ça se fait que t’y avais pas mis les pieds avant.

Les petits richous qui se prennent une table au cabaret avec bouteille de champ’ et blagues un peu trop lourdingues, c’est tellement cliché que vous devriez avoir honte. Mais toi t’as honte de rien. C’est si bien le cas que tu sors ta petite boite de cachetons d’ecstasy. Bordel t’es en dèche « Partage » exige Brenwood. « Il ne m’en reste qu’un » c’est ton excuse de toujours, mais là c’est vrai, il peut voir par lui-même; il est assis juste à côté. Ça ne l’empêche pas de t’insulter. « Connard » « Ta gueule » Tu écrases le cachet pour en faire de la poudre avec ta carte de crédit. Murdock te file un billet de cinquante « Tiens, un bon vieux Grant pour faire passer ». Il fait semblant d’être sympa, mais en réalité, le fils de pute te nargue car il veut te rappeler le classement. Le seul billet qu’il t’a jamais refilé de sa vie, c’était un Washington, pour que tu lui prennes une boisson comme t’allais à la cafète. C’était pas longtemps après votre rencontre, et vu combien il a été malade le reste de la semaine, il n'a plus jamais fait l’erreur de te faire confiance.

Tu roules précautionneusement le billet et sniffe rapidement la poudre avant de ranger ton matos, et garder le billet bien entendu. Vous vous faites bien plus sage lors du show qui en met plein les mirettes et qui ne souffre d’aucun de tes commentaires cinglants chuchotés discrètement à tes camarades, malgré ta langue aiguisée de petit con. Les jolies demoiselles en tenues de scène bien légère te laissent bouche bée, plus particulièrement l’une d’elle que tu suis du regard. Après un moment, tu te penches quand même vers Brenwood avec quelques idées derrière la tête. « Combien pour accéder aux loges à ton avis ? » lui demandes-tu tout bas. Bien sûr que c’est possible de faire ça, tout s’achète. « J’en sais rien… » il va pas faire l’effort de réfléchir, ça le soule que t’aies eu l’idée avant lui. A la fin du spectacle, quand les éclairages se font moins rares de votre côté, tu scannes la salle du regard et repère quelques entrées qui sont peut-être le lien vers les loges des artistes. Avant toute chose, tu termines tranquillement ton verre de champagne. Tu pèses le pour et le contre. Tenter ta chance, ou te contenter d’une des donzelles déjà présentes et faciles d’accès ? T’aimes le challenge mais de là à faire le déplacement et risquer une chemise, ça ne vaut peut-être pas le coup. Le destin te prouve cependant qu’il n’est pas toujours qu’un sombre enculé : la fille de tes pensées surgit justement d’une des portes que tu avais repérées, et s’avance vers ta table, parce que vous avez eu l’intelligence de sélectionner celle proche du bar.

Elle compte passer sans te voir, mais tu l’arrêtes d’un murmure « Attendez » tout en lui saisissant délicatement le poignet. Putain, tu viens de la faire ‘Coup de foudre à Notting Hill’, et tu n’as pas honte de ce cliché là non plus. Au contraire, t’en es fier.  Tes yeux vert captent un instant les siens tandis qu’un petit sourire carnassier se faufile sur tes lèvres. Tu tires doucement son poignet pour l’inciter à se pencher vers toi. « Félicitation pour ce soir. Je n'avais d'yeux que pour vous. Est-ce que vous faites des prestations privées ? » glisses-tu à son oreille sur un ton qui flirte avec l’innocence.


We're creatures of the underworld † Misha IvLqiq8A_o
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Misha Castillo
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 02/11/2018
›› Commérages : 207
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : queen ana de armas
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), alma worrell (h. sage) nova hamilton, (o. holt) , elijah livingston (j. mcavoy) & diego abberline (s. claflin)
We're creatures of the underworld † Misha Vide

Re: We're creatures of the underworld † Misha ✻ ( Ven 30 Nov - 17:55 )


Malik & Misha

we're creatures of the underworld


Alors que la lumière se tamise petit à petit, les rideaux en velours de la scène s'écartent automatiquement grâce à un mécanisme qu'a mis en place le nouveau propriétaire des lieux. C'était une idée de Misha ce levé de rideau, elle trouvait que le cabaret manquait un peu du charme des anciens et que le velours n'était, en plus, pas assez présent à son goût. Perchée sur ses hauts talons noirs, vêtue de dentelle qui montre tout juste ce qu'il faut de peau, elle balaie du regard cette salle qu'elle ne peut pourtant pas voir. Il fait trop sombre et les lumières qui sont braquées en direction de la scène l'aveuglent, mais elle a fini par s'y habituer. Elle n'est pas seule sur cette scène, mais elle est tout devant. Elle a réussi à gratter ce privilège à Jeff la veille et comme il ne sait pas lui dire non, le patron a finalement accepté. Il lui a dit de gérer les spectacles comme bon lui semble, parce que lui est plus doué avec le coté finance que l'aspect mise en scène. La musique vient de démarrer, une version jazz du célèbre morceau I put a spell on you qui a toujours motivé Misha à se montrer plus sensuelle dans ses danses. C'est qu'elle l'adore cette chanson, encore plus quand on peut bien entendre les instruments en fond. La mélodie guide son corps, la fait vibrer de l'intérieur au point où elle finit par totalement perdre la notion du temps. Les paupières à moitié closes, elle tourne sur elle-même et joue avec la longueur de ses cheveux bruns parce qu'elle sait pour avoir été dans le spectacle que la chevelure d'une femme restera à jamais un de ses atouts principaux. Et de là-haut, Misha se sent pousser des ailes. Ça se voit qu'elle est heureuse, elle a le visage qui s'illumine et n'a aucun mal à faire de grands gestes, à imposer sa présence sur scène. Après quatre minutes trente de chants et d'instruments, la lumière s'éteint d'un coup et permet aux danseuses de retourner dans les coulisses. Avant de franchir la porte, elles s'offrent toutes un immense sourire pour se féliciter mutuellement et une d'elles vient même jusqu'à poser sa main dans le dos de Misha. Elle n'a rien à leur dire puisqu'elle n'a pas vu leur prestation, trop plongée dans sa propre danse, alors elle se contente de sourire en retour plutôt que de leur mentir en disant qu'elles ont été géniales. Après avoir enfilé quelque chose de plus correct, soit une robe noire qui lui retombe au-dessus des genoux, Misha passe une dernière fois sa main dans ses cheveux et vérifie que son maquillage n'a pas coulé après son rapide brin de toilette. Elle a seulement les joues légèrement rosies du à l'effort physique, bien que ça ne soit pas si visible avec sa peau légèrement mate de fille espagnole. Comme à son habitude, elle sort des coulisses et marche en direction du bar afin d'aller commander un verre auprès de Max, le barman. Alors qu'elle traverse la salle sans regarder autour d'elle, elle sent une main se re-serrer doucement autour de son poignet. Intriguée, Misha s'arrête et porte son attention sur la personne qui vient de la stopper. Un homme assez charismatique, elle mentirait en disant le contraire. Comme on le lui a appris, elle lui sourit et attend qu'il fasse sa demande. En entendant la requête du client, Misha se retient de soupirer. Il n'est pas le premier et ne sera certainement pas le dernier, mais ça commence à l'agacer qu'on la prenne pour ce genre de fille facile. « Merci pour compliment, mais je crois que vous aurez plus de chance de trouver ce que vous voulez dans un club de strip-teaseuses. » Elle garde son sourire malgré tout alors que des flammes dansent dans ses pupilles. Prête à partir, Misha regarde en direction du bar et voit que Max lui lance un regard intrigué. Elle secoue négativement la tête pour lui dire qu'elle va bien, qu'il n'a pas besoin d'appeler la sécurité. Pour une fois, la gamine a envie de jouer. Elle regarde à nouveau l'homme, passe sa langue sur ses lèvres comme à chaque fois lorsqu'une idée lui traverse l'esprit. « Mais si vous m'offrez un verre, il y a peut-être moyen de voir si il y a pour vous quelque chose à gagner. » Son sourire se fait joueur, un simple rictus qui étire le coin de ses lèvres avant qu'elle ne retire son poignet de l'emprise de l'homme. Misha se redresse, hausse un sourcil sans le quitter des yeux, puis fait un demi-tour sur elle-même et se dirige vers le bar en prenant soin de se laisser parler son déhanché. Si il veut jouer à ce petit jeu, autant qu'ils le fassent selon ses règles à elle.


AVENGEDINCHAINS


if i can't get a starring role ♡ Sometimes I ignore you so I feel in control 'Cause really, I adore you, and I can't leave you alone. Fed up with the fantasies, they cover what is wrong. Come on, baby, let's just, get drunk, forget we don't get on.
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
Malik Wilde
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 27/03/2018
›› Commérages : 84
›› Pseudo : Mae
›› Célébrité : Tom Hiddleston
We're creatures of the underworld † Misha Vide

Re: We're creatures of the underworld † Misha ✻ ( Lun 31 Déc - 11:38 )




We're creatures of the underworld

Malik & Misha

Catégorisée en femme objet par tes soins et sans tact, la demoiselle ne cache en rien son irritation, ou alors elle est simplement mauvaise actrice. Tu le vois clairement dans son regard en reculant un peu le visage tout en cillant assez innocemment, quoiqu’un léger sourire narquois retrousse tes lèvres. Tu ne sais pas qui elle est, alors tu ne t’attends ni à un refus adoubé d’une gifle, ni à une acception hésitante. L’un comme l’autre n’ont pas d’importance, ça ne fait pas perdre de l’argent de se prendre un râteau, c’est pour ça que tu les vis bien. C’est cette pensée et ton avarice qui gonflent ton assurance, bien plus que la coke en elle-même dont les quelques discrets résidus de poussières blanches ont fini par terre, balayés par ta main négligente. Malgré son agacement qui se ressent comme de l’électricité dans l’air, la jeune femme reste aimable. « Merci pour compliment, mais je crois que vous aurez plus de chance de trouver ce que vous voulez dans un club de strip-teaseuses. » « Non. Je doute que j’y trouverai le même niveau artistique, ou la même qualité » répliques-tu avec une moue légèrement critique, et un brin déçue. Les potes autour font mine de continuer leur discussion même si la plupart écoutent l’échange d’une oreille. Ceux-là sont jaloux et se disent que s’ils avaient sniffé avec toi, ils auraient eu les couilles de l’aborder avant.

Avec la réponse de la danseuse, tu arrives à peu près à la placer dans une catégorie qui lui correspond mieux. Certes elle a senti le fric sur toi, mais sa petite fierté personnelle a plus d’importance que ça. Ce genre de spécimen est assez intéressant pour toi qui es persuadé qu’on peut tout acheter avec de l’argent, y compris la dignité humaine. Toi-même, tu te prostituerais si ça rapportait plus que ton métier actuel, mais ce n’est pas le cas. Tu restes d'ailleurs intimement persuadé que malgré ses airs farouches, cette fille se laisserait avoir à partir d’un certain prix —que tu n’es pas prêt à mettre de toute façon, même pour ses beaux yeux. C’est pour ça que tu ne comptes pas insister, radin que tu es. Ses jolies lèvres charnues qu'elle humecte captent ton regard un court instant. Ce n’est pas qu’il t’en faut peu, mais cette créature est vraiment, vraiment belle. Mieux, sexy. « Mais si vous m'offrez un verre, il y a peut-être moyen de voir si il y a pour vous quelque chose à gagner » C’est qu’elle vient presque de te prendre au dépourvu avec ce revirement, tu en hausses légèrement un sourcil sceptique. Ça sent vaguement le roussi, elle a ce petit air un peu innocent, un peu taquin, un peu hypocrite, l’air étrange que toi même tu abordes quand t’as préparé un coup de pute à un de tes camarades, et que tu remarques qu’il ne voit strictement rien venir. Tu ne rates pas une miette de sa démarche féline quand elle s’éloigne, bien sûr que tu vas mordre. Tes collègues te mettent la misère dès que l’occasion se présente, tu serais ravi qu’ils laissent un peu la main à une donzelle pour faire le sale boulot. Sans compter qu’il y a un pourcentage de chances qu’elle reste sage, un pourcentage qui varie selon plusieurs critères, l’un d’eux étant sa sensibilité à ta belle gueule. Tu nargues tes potes d’un « Banco » avant de te lever et avancer vers le bar. Tu t’accoudes à côté de la belle et tourne le visage vers elle avec un petit sourire enjôleur. « Un seul verre serait peu cher payé pour une si charmante compagnie. Puis-je avoir votre nom ? » C'est une façon à peine subtile de faire savoir que tu peux couvrir tous ses frais de ce soir, et t'aimes bien savoir pour qui tu dépenses ton argent. Effectivement, des boissons, même pour un radin comme toi, ce n'est pas trop de sous à perdre. Tu jettes un coup d’œil critique au barman qui sert du vin à une cliente. « Je suis tout de même étonné que l’établissement n’offre pas les consommations à ses meilleurs danseuses. De sacrés rapiats, on dirait ma banque » commentes-tu d’un ton désinvolte. Tu lâches un soupir faussement exaspéré et ramène ton attention sur elle. « Qu’est-ce que vous prendrez ? »


We're creatures of the underworld † Misha IvLqiq8A_o
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Misha Castillo
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 02/11/2018
›› Commérages : 207
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : queen ana de armas
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), alma worrell (h. sage) nova hamilton, (o. holt) , elijah livingston (j. mcavoy) & diego abberline (s. claflin)
We're creatures of the underworld † Misha Vide

Re: We're creatures of the underworld † Misha ✻ ( Mer 30 Jan - 18:05 )


Malik & Misha

we're creatures of the underworld


Quand il s'agit de types friqués, Misha a tendance à se mettre sur la défensive. Elle les sent venir car elle en a fréquentés des tas, que ce soit lors de son séjour en Italie ou même depuis qu'elle travaille ici. Contrairement aux bars de strip-tease qui sont des lieux ouverts à tout public, le cabaret a plus l'habitude de recevoir comme clients des hommes aux goûts de luxe, prêts à consommer les meilleures boissons dans un décor plus que cosy. On a souvent demandé à l'espagnole de jouer l'objet, la donzelle qui s'assied sur les genoux du client pour au final un minimum de plaisir vu que jamais elle n'offrira son corps à l'un d'eux. Alors évidemment, elle est tentée de partir. Cependant, cet homme-là a l'air sensiblement différent. Il réplique par quelques mots qui piquent sa curiosité et elle apprécie la répartie dont il fait preuve. « Effectivement, on ne fait pas dans la lapdance provocatrice qui finit en, vous savez. » Pour compléter ses paroles, elle baisse rapidement les yeux vers le pantalon de l'homme avant d'à nouveau croiser son regard, un sourire amusé venant étirer ses lèvres. Misha n'est pas provocatrice, mais c'est une joueuse. Elle aime séduire et savoir qu'elle plaît, les faire tourner en rond jusqu'à ce qu'ils finissent par en être agacés. Pendant un bref instant, elle est tentée de s'éloigner et de rentrer chez elle. Elle qui avait prévu une soirée tranquille constituée de films à l'eau de rose et d'un des petits plats de sa frangine, voilà qu'elle hésite maintenant à rester un peu plus longtemps, par simple curiosité. Elle choisit vite, en même temps ça commence à faire un petit temps qu'elle n'a plus eu l'occasion de jouer les aguicheuses. Juste un verre, ça ne peut faire de mal à personne si ? Elle se redresse avec toujours ce rictus qui étire ses lèvres, glisse une mèche de ses longs cheveux bouclés derrière son oreille, et s'éloigne vers le bar pour aller s'y installer. Le barman qu'elle connaît bien, Max, s'apprête à lui offrir un verre comme à chaque fois que Misha prend place sur une des chaises hautes. Elle secoue cependant la tête avant de poser un doigt contre sa bouche et Max hoche la tête, visiblement amusé par le jeu de la danseuse. Il a finit par la connaître à force, il sait à quel point elle peut prendre plaisir à jouer de leurs innocents clients dès qu'elle en a l'occasion. Bien vite, elle est rejointe par le client de tout-à-l'heure accompagné par ses belles paroles. « Ça tombe bien, je n'avais rien de prévu pour ce soir alors vous pourrez même m'en offrir plusieurs. Cependant, je tiens juste à vous prévenir : je ne tiens pas vraiment l'alcool. » Elle se la joue innocente Misha même si au fond, elle ne ment pas réellement en révélant cette info. Après deux cocktails, la jeune femme commence déjà a avoir un peu la tête qui tourne. « Misha, » répond-elle ensuite pour se présenter, plantant son regard dans celui de son interlocuteur. « Et vous, Monsieur "je suis trop bien pour les strip-club"? » Elle croise ses longues jambes entre eux et s'accoude contre le bar sans le quitter des yeux. Il relève le fait que l'établissement devrait offrir leurs boissons à leurs meilleures danseuses et Misha, elle feint l'étonnement avant de hocher la tête. Il a totalement raison, tu devrais avoir honte Max. « Oh, vous savez. Nouvelle direction, nouvelles règles, ils ont décidé de nous mettre nous et les clients sur un même pied d'égalité. » Elle hausse ensuite simplement les épaules avant de légèrement plisser les paupières. « Qu'en est-il de votre coté ? En vous regardant, j'ai plus l'impression que vous êtes celui à qui on offre les verres, pas celui qui doit les payer. » Manière subtile de se renseigner sur son métier, ce qu'il fait dans la vie. Même si ils ne se revoient plus jamais par la suite, Misha a toujours été d'un naturel curieux. « J'aime connaître les personnes qui m'offrent un verre, ou plusieurs, » ajoute-t-elle en guise d'explication. Il lui demande ensuite ce qu'elle compte boire et Misha réfléchit un bref instant avant de se dire qu'en ce moment, elle tuerait pour un peu de vin. « Un verre de rouge fera parfaitement l'affaire, » conclut-elle avant d'ajouter un simple « merci » accompagné de son plus beau sourire.


AVENGEDINCHAINS


if i can't get a starring role ♡ Sometimes I ignore you so I feel in control 'Cause really, I adore you, and I can't leave you alone. Fed up with the fantasies, they cover what is wrong. Come on, baby, let's just, get drunk, forget we don't get on.
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
Malik Wilde
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 27/03/2018
›› Commérages : 84
›› Pseudo : Mae
›› Célébrité : Tom Hiddleston
We're creatures of the underworld † Misha Vide

Re: We're creatures of the underworld † Misha ✻ ( Dim 3 Mar - 16:39 )




We're creatures of the underworld

Malik & Misha


« Effectivement, on ne fait pas dans la lapdance provocatrice qui finit en, vous savez. » Avec son mépris envers les filles d’une autre classe, elle te fait presque penser à toi. Un petit sourire amusé étire le coin de tes lèvres tandis que tu vois clairement son jeu de regard pour illustrer ses propos. Tu ne tiens pas à la jouer fin connaisseur, mais… « Vous confondez strip-teaseuse et prostituée » Paraît que Chudah s’était même fait virer d’un strip club pour en avoir trop touché une. Peut-être qu’il existe des endroits où les filles font ces deux métier à la fois, à Vegas, mais payer une gonzesse pour coucher avec, ça ne t’a jamais vraiment intéressé. Tu préfères de loin la chasse.

« Ça tombe bien, je n'avais rien de prévu pour ce soir alors vous pourrez même m'en offrir plusieurs. Cependant, je tiens juste à vous prévenir : je ne tiens pas vraiment l'alcool. » « Tiens donc. Et cela vous rend insupportable, ou juste plus accessible? » tu rétorques en haussant légèrement un sourcil narquois. Même si le but était de te faire croire le contraire, elle ne se met pas en position de vulnérabilité en révélant cette information. Elle est sur son lieu de travail, les gens connaissent sa bouille, surtout les employés. Certains doivent même être en charge de veiller à ce qu’il n’arrive rien aux danseuses. Tu ne pourras clairement pas profiter de la situation, à moins qu’elle ne te le permette. A ta demande, elle se présente. « Misha… » tu répètes pensivement tout en la jaugeant avec intérêt. « Vous n’étiez pas une enfant sage, gâtée et surprotégée, à tout hasard ? La petite dernière de la famille ? » C’est ce que t’évoque le prénom, car il est joli et assez précieux. Tu n’as pas peur de te planter cela dit. Elle te retourne la question. « Malik. Et nous avons un point commun. Il me semble que vous êtes également Madame "Je suis trop bien pour les strip club" ». Tu t’étonnes toutefois à voix haute qu’on ne lui offre pas ses boissons, testant ainsi sa réaction. « Oh, vous savez. Nouvelle direction, nouvelles règles, ils ont décidé de nous mettre nous et les clients sur un même pied d'égalité. » « C’est le genre de nouvelle politique qu’il est légitime de contester. Je n’imaginais pas que vous et vos copines étiez si dociles » lances-tu avec désinvolture et surtout, manque flagrant de crédulité. Vue sa réponse, elle doit te prendre pour un con. C’est son métier, et celui de toutes les femmes de charme dans ce genre d’endroit, de pousser les autres à ouvrir le portefeuille. Non pas que ça te dérange pour le moment. Toi tu donnes de l’argent, et elle donne son temps. Or il n’y a rien de plus essentiel que le temps. Du moment que tu t’amuses, elle ne te fait pas perdre le tien. « Qu'en est-il de votre coté ? En vous regardant, j'ai plus l'impression que vous êtes celui à qui on offre les verres, pas celui qui doit les payer. » « Surtout quand je fais le meilleur chiffre, mais ce n’est pas vraiment le cas cette semaine » ajoute-tu avec un brin d’amertume. « Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, il me donne envie d’écraser des chatons sur la route » tu conclues avec nonchalance et cynisme. « J'aime connaître les personnes qui m'offrent un verre, ou plusieurs,» Tu lâches un souffle amusé à cela et ne répond pas tout de suite. Elle prend du rouge, tu prends du champagne, elle t'offre son plus beau sourire et tu te dis que c'est son arme la plus fatale. Tu trinques avec elle pour l’Éphémère. C’est dérangé, mais au moins, c’est singulier. « Vous ne pouvez pas connaître un homme qui vous offre un verre, quoiqu'il vous dise. Ça peut être un baratineur. Mais j’imagine que je ne vous apprends rien » tu ajoutes avec un petit sourire mutin, avant de porter ta coupe à tes lèvres. Les danseuses ayant sa confiance sont des créatures malignes, elles ont parfaitement conscience du pouvoir que les femmes peuvent avoir sur les hommes. Après quelques gorgées, tu poses ton verre sur le comptoir.

« Vous disiez que j’aurais quelque chose à gagner... » Ce n’est donc pas un échange, c’est un jeu. Tes doigts se posent délicatement sous son menton, l’incitant à soutenir ton regard, et tu approches ton visage. Un peu, mais pas trop pour ne pas lui donner envie de reculer. « Vous aimez jouer, c’est ça ? » demandes-tu alors d’une voix caressante. Les jeux que toi tu as en tête sont plutôt réservés à un public averti.



We're creatures of the underworld † Misha IvLqiq8A_o
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Misha Castillo
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 02/11/2018
›› Commérages : 207
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : queen ana de armas
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), alma worrell (h. sage) nova hamilton, (o. holt) , elijah livingston (j. mcavoy) & diego abberline (s. claflin)
We're creatures of the underworld † Misha Vide

Re: We're creatures of the underworld † Misha ✻ ( Lun 8 Avr - 18:41 )


Malik & Misha

we're creatures of the underworld


Voilà déjà plusieurs années que Misha, elle se la joue provocatrice. Elle va dans le sens de la personne face à elle, lui donne le sentiment d'avoir le dessus avant de le reprendre au dernier moment. Avant l'incident, avant que Roman ne pousse son dernier soupir devant ses yeux, elle était plutôt naïve l'espagnole. Elle se laissait bercer par de jolies paroles et c'est d'ailleurs comme ça qu'elle a fini par se retrouver enfermée dans une relation toxique pour elle. Le problème, c'est qu'il arrive encore de temps à autres que cette faiblesse réapparaisse chez elle. Il suffit de quelques mots bien tournés, d'un sourire en coin et d'une confiance plus ou moins réciproque pour qu'elle ne s'envole, oublie ses principes et se laisse tomber dans les filets d'un homme. Elle a beau se convaincre qu'elle n'est plus aussi manipulable qu'avant, ce serait se bercer d'illusions que de le crier haut et fort. « Et bien vos stripclubs doivent être bien ennuyeux ici, » souffle-t-elle, faisant mine d'être ennuyée alors qu'elle lève les yeux au ciel. Ce n'est pas parce qu'elle ne pratique pas ce genre de danse qu'elle va se mettre à critiquer celles le faisant dans d'autres endroits. Il lui propose un verre et elle, elle joue la carte de celle qui ne tient pas bien l'alcool juste par curiosité de découvrir sa réaction.  La question qu'il pose aurait pu la vexer et pourtant, ça la fait doucement rire. Misha finit par hausser les épaules. « Peut-être un peu des deux, je vais plus vers l'un ou vers l'autre en fonction de la personne qui se trouve face à moi. » Elle a sa tête d'ange alors que l'espagnole, elle peut devenir une véritable furie si on vient la chercher et qu'elle a un verre dans le nez. Ce soir pourtant, elle ne se sent pas d'humeur à se prendre à plus grand qu'elle. Elle se présente à lui et il lance des hypothèses sur son passé qui la font hausser un sourcil. « Faux, » réplique-t-elle en secouant négativement la tête. « J'étais l'aînée, et je ne pense pas que "sage" me correspondait vraiment. Surprotégée encore moins, on n'a rarement envie de laisser la gamine aux cheveux roses et tatouages faire tout ce qui lui plaît. » Elle avait la place de rebelle dans la famille à coté de sa soeur qui avait plus tendance à respecter les règles. C'est à lui de se présenter, et elle préfère ne pas relever la remarque du prénommé Malik.« Malik, » songe-t-elle en plissant les paupières, songeuse. « Je dirais... Gamin solitaire, plutôt impulsif, fils unique. » Elle n'est pas très douée pour deviner la vie d'une personne seulement à travers son nom ou les traits de son visage, mais ça l'a amusée d'essayer. Ils enchaînent sur la politique du cabaret, un sujet que Misha aurait bien évité si elle avait pu. Au final, peut-être qu'elle aurait dû dire la vérité dès le début même si ça aurait été moins fun sur le coup. « Il y a des fois où il vaut mieux ne rien dire pour éviter de fâcheuses conséquences, comme perdre son boulot. » Elle trace une marque laissée par un verre sur le bar du bout de son index avant de relever les yeux vers lui. « Mais vous ne m'avez pas vraiment l'air familier avec ce concept, je me trompe ? » ajoute-t-elle avec un sourire joueur venu étirer le coin de ses lèvres. Du coup, Misha fait sa curieuse. Elle s'interroge sur lui, se demande ce qu'il peut bien faire dans la vie et quel homme il est en dehors de ces murs. Elle a déjà vu bon nombre d'hommes changer de personnalité en entrant dans le cabaret, comme si ils se croyaient soudainement tout permis. La réponse qu'il lui offre la surprend, et la suite lui fait hausser un sourcil. « À ce point-là ? Vous devez sacrément avoir besoin d'un remontant. » Elle aime bien être vague dans ses propos, laisser la possibilité à leur imaginaire de divaguer là où ils le veulent. Elle porte ce verre qu'on vient de lui apporter jusqu'à ses lèvres et en boit une gorgée sans décrocher son regard de celui de Malik. Tout en reposant sa boisson, elle hoche la tête à ses paroles. « Tout le monde peut être un baratineur, Malik. » Elle penche légèrement la tête sur le coté. « Peut-être que j'en suis une, mais n'est-ce pas là le plus beau coté de ce cabaret ? La possibilité d'être qui on veut, de faire ce qu'on veut sans que ça n'ait de répercussions sur le monde extérieur. » Elle dévie momentanément son regard vers le reste de clients. « À moins que votre envie de meurtre envers des chatons ne se projette sur quelqu'un ici, là il risque bien d'y en avoir, des répercussions. » Elle rit légèrement. Misha ment rarement pourtant, elle n'est pas assez douée à ça que pour camoufler qui elle est réellement. Il y a cependant bien des facettes de sa vie qu'elle préfère camoufler parce qu'elle-même n'est pas prête de les affronter. C'est plus mettre en sourdine une partie de la réalité qu'elle fait, et non dire un véritable mensonge. Bien vite, Malik se fait impatient. Il réclame son dû et Misha, ça la fait sourire. Elle soutient son regard, le laisse tenir son menton entre ses doigts. « Vous êtes plus doué à deviner le présent d'une personne que son passé, » glisse-t-elle en se penchant très légèrement vers lui, plaçant sa main stratégiquement entre ses jambes. Elle ne le touche pas, mais il suffirait qu'elle lève un doigt pour effleurer son entre-jambe. « Je vous sens impatient, pourtant on vient à peine de s'échanger nos prénoms. » Elle regarde ses lèvres, puis lève lentement les yeux vers son regard à lui avant de finalement se reculer. « J'ai dit peut-être sans promettre, j'aime penser que je ne suis pas une fille trop facile à atteindre. » Elle sourit fièrement avant de soulever sa coupe et de croiser ses jambes nues devant elle.


AVENGEDINCHAINS


if i can't get a starring role ♡ Sometimes I ignore you so I feel in control 'Cause really, I adore you, and I can't leave you alone. Fed up with the fantasies, they cover what is wrong. Come on, baby, let's just, get drunk, forget we don't get on.
Revenir en haut Aller en bas
♚ Wilde Gang ♛
Malik Wilde
Wilde Gang


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 27/03/2018
›› Commérages : 84
›› Pseudo : Mae
›› Célébrité : Tom Hiddleston
We're creatures of the underworld † Misha Vide

Re: We're creatures of the underworld † Misha ✻ ( Lun 10 Juin - 21:56 )




We're creatures of the underworld

Malik & Misha


« Et bien vos stripclubs doivent être bien ennuyeux ici » Tu laisses échapper un ricanement railleur en secouant légèrement la tête, pas vraiment dupe qu’une femme ayant une fierté comme la sienne en pense un traitre mot. Tu reconnais là un cynisme qui t’est semblable. « Je trouve au contraire qu’on s’emmerde quand on a ce qu’on veut aussi facilement qu'avec de l’argent, surtout du sexe. » Toi t’es plutôt un chasseur dans l’âme. Il faudrait vraiment que tu sois en chien, tel un déshydraté qui rampe dans le désert après avoir tourné en rond pendant des jours, pour que tu revois un peu ton opinion. Ce n’est pas encore près d’arriver. Ton mode de vie dégueulasse ne t’a pas encore ôter ton charme. « Peut-être un peu des deux, je vais plus vers l'un ou vers l'autre en fonction de la personne qui se trouve face à moi. » « Vous vous déchargez donc de la responsabilité de tout futur écart de conduite, vilaine » murmures-tu d’un ton doucereux, tel une caresse. Au moment de lever un peu le voile sur les identités, son prénom t’évoque bien des choses… qui sont en réalité toutes fausses. « J'étais l'aînée, et je ne pense pas que "sage" me correspondait vraiment. Surprotégée encore moins, on n'a rarement envie de laisser la gamine aux cheveux roses et tatouages faire tout ce qui lui plaît. » « Moi qui espérais avoir affaire à un ange déchu, quel dommage » tu fais mine de déplorer d’un air faussement désappointé. Ce qui est assez ironique, voire con, c’est que c’est toi l’ange déchu, et que tu ne t’en rends pas du tout compte. Elle tente à son tour de deviner ce que cache ton prénom et elle vise plutôt à côté elle aussi. « J’ai un grand frère et une petite sœur. Impulsif, ça m’arrive rarement et je ne suis pas solitaire. Je suis seul. Mais on l’est tous, n’est-ce pas ? » tu ajoutes en inclinant la tête sur le côté avec un petit sourire sardonique.

Elle esquive plutôt mal habilement la remarque sur la rébellion qu’elle aurait dû mener avec son gang de copines pour les boissons gratuites. Son index frôle le bar et mime innocemment un cercle pendant que toi, tu n’es toujours pas dupe. « C’est effectivement ce qui peut arriver quand on n’est pas une poule aux œufs d’or » Ton regard s’ancre immédiatement dans le sien quand elle le relève. Sa remarque suivante te fait esquisser un sourire amusé. Balancer des hypothèses au hasard est une façon pour elle de savoir la vérité, car elle attend de toi que tu la corriges. T’as bon cœur, alors tu l’orientes un peu. « Oui, vous vous trompez. Tous les commerciaux sont sur la sellette. » C’est une très vague indication de ce que tu fais. Inutile d’être plus précis, cette fille doit souvent croiser des riches, elle a peut-être même déjà parlé à un des gars de ta table de traders. Ce n’est pas ce qui l’amadouerait. Mais au final, apparemment, elle se fiche pas mal que tu sois baratineur ou non. « Peut-être que j'en suis une, mais n'est-ce pas là le plus beau coté de ce cabaret ? La possibilité d'être qui on veut, de faire ce qu'on veut sans que ça n'ait de répercussions sur le monde extérieur. » Tu ricanes un peu avec elle lorsque la belle fait remarquer qu’il y a quand même des limites et qu’il vaut mieux réfréner ses instincts de tueur en séries. Cette interlude ne te détourne pas de ton cynisme habituel, pas même la gorgée d’alcool que tu bois avant de lancer : « Vous n’êtes pas qui vous voulez, vous êtes ce que vous êtes. Une danseuse de cabaret qui a besoin de s’amuser » rétorques-tu avec un petit rictus carnassier. T’as le chic pour jouer au rabat-joie quand t’as l’impression que la personne d’en face se sent pousser des ailes. Le jour où tu surferas sur la vague, tu crèveras l’instant d’après d’une overdose ou d’une rupture d’anévrisme pour encore mieux marquer le coup. « Il y a des choses sur lesquelles vous ne pouvez pas mentir. Et d’autres sur lesquelles vous ne savez pas mentir. » Tu portes de nouveau ta coupe à tes lèvres en lui coulant un regard taquin avant de reconnaître: « Je suis piètre dragueur. Vous connaissez maintenant mon plus grand défaut. » Sur ce, tu bois. Après ces gorgées là, il ne reste que la moitié de la boisson. T’as la main lourde avec l’alcool. La drogue que t’as pris avant t’empêche de complètement le sentir et d’en apprécier toutes les nuances. Misha ne t’a pas encore reproché tes pupilles dilatées. Paraît que c’est aussi un phénomène qui arrive quand on éprouve de l’attirance, qui sait, elle doit se sentir flattée.

Tu reviens sur sa proposition et la devine joueuse. Elle approuve au moins cela. Difficile de réprimer un frisson quand sa main se pose sur une zone sensible, proche d’une autre qui l’est davantage. Tu passes furtivement ta langue sur tes lèvres et te rapproche automatiquement un peu plus à ton tour, tandis que les doigts qui avaient saisi son menton glisse doucement vers sa nuque en une douce caresse. Misha ne va pas au bout et se rétracte, prétextant ne pas vouloir être une fille facile. « Se servir du principe selon lequel l’homme veut ce qu’il ne peut pas avoir, et le retourner contre lui, c’est très bas de votre part » tu susurres en plissant un peu les yeux d’un air réprobateur. Tu hausses alors légèrement les épaules et repose les coudes sur le bar pour faire mine de t’intéresser aux bouteilles exposés, comme si tu réfléchissais déjà à ta prochaine boisson. « C’est quand même triste de limiter sa libido au nom de préceptes démodés… » dis-tu nonchalamment. « auxquels je ne crois pas vraiment. » Tu tournes le visages vers elle et la sonde un court instant, le regard indéchiffrable, neutre. « Et puisque vous avez réellement envie de jouer, pourquoi ne pas corser les règles ? Disons que je vous embrasse. Ici, maintenant. Si je n’arrive pas à vous convaincre, vous n’avez qu’à tourner les talons et me laisser avec mon champagne et mes plans foireux. Dans le cas contraire, vous êtes à moi pour le reste de la soirée. » Hé, qui ne tente rien n'a rien, non ?



We're creatures of the underworld † Misha IvLqiq8A_o
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


We're creatures of the underworld † Misha Vide

Re: We're creatures of the underworld † Misha ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

We're creatures of the underworld † Misha

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération