Your love was handmade for somebody like me

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 869
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero

Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Dim 16 Déc - 10:16 )












Depuis quelques temps j’avais l’impression d’être sur un petit nuage. Depuis qu’Asher était revenu à la maison, depuis qu’il m’avait annoncé avoir quitté Jocelyn parce qu’il ne pouvait plus cacher ce qu’il ressentait pour moi, j’étais sur une autre planète et autant dire que cette planète c’était la planète bonheur. Depuis ce soir là, tout me semblait beaucoup plus beau, beaucoup plus lumineux, même au boulot j’avais l’impression que les enfoirés étaient moins cons. Personne ne pouvait échapper à mon sourire, et tout ce que cela impliquait. Le seul qui arrivait à en râler c’était James, mais j’avais l’habitude, et ça me faisait rire. Je me sentais obligé de partager mon bonheur au monde entier, mais mieux que tout, c’était de le partager avec Asher lui-même. D’ailleurs j’avais même un plan très précis pour ce soir. Je voulais lui faire abandonner l’idée d’aller chez ses parents demain midi. J’adorais les parents d’Asher, ce n’était pas cela le problème, c’était juste qu’avec tout ce qui s’était passé, ma fausse histoire avec lui, puis son histoire avec Jocelyn et maintenant le véritable nous, je ne me sentais pas hyper à l’aise. Je cherchais un plan pour en pas y aller, pour l’instant il consistait à réfléchir installer à mon bureau avec un sourire d’imbécile heureuse. « Tu sais ce n’est pas en souriant à la paperasse qu’elle va se faire toute seule, pour ça, il faut prendre un stylo et écrire avec. Tu vas voir c’est magique » Mais c’était qu’il se foutait de ma gueule en plus. « Techniquement c’est la tienne que je suis en train de faire, donc tu devrais me montrer un peu plus de reconnaissance si tu veux pas qu’elle finisse sur ton bureau » Si James adorait son boulot, remplir les dossiers ce n’était pas son truc. « Mais je finirais plus tard. Je rentre retrouver Asher, mon petit ami » Associer Asher et petit ami dans la même phrase c’était beaucoup trop génial, je pourrais passer des heures à le dire. J’embrassais rapidement James sur la joue avant de prendre mon manteau et de mettre les voiles.

En rentrant à la maison j’étais heureuse. Heureuse de pouvoir enlever mes chaussures et d’être accueillie par Yoko et surtout heureuse de trouver Asher dans le canapé et de pouvoir instantanément m’installer dans ses bras. Je me redressais pour l’embrasser. Maintenant la journée était parfaite. « C’est vraiment le meilleur moment de la journée » Moment que je n’échangerais pour rien au monde et j’essayais de me plonger dans ce qu’il était en train de regarder. Je ne savais pas trop si c’était une série ou un film, mais c’était captivant. Enfin ce n’était tout de même pas assez captivant pour me faire cesser de réfléchir. Si en arrivant à la maison j’avais envie de tout garder pour moi, il fallait que je parle sinon j’allais devenir folle et on savait tous qu’une Sarah en plein questionnement, c’était dangereux. « Asher, je peux t’avouer un truc » Et ce n’était qu’en prononçant ces mots que je me rendais compte que si Asher les avaient prononcé je me serais mise à craindre le pire alors je me relevais pour m’asseoir en tailleur dans le canapé et l’embrasser. « Non t’inquiète pas tout va bien, je compte pas te quitter, je te trompe pas et je vais pas mourir non plus » Je serais folle de le quitter alors que j’avais quand même attendu ça depuis longtemps, quant à le tromper ce n’était même pas envisageable. « J’ai peur de retourner chez tes parents » Je me rendais bien compte que c’était bête et que je n’avais pas à m’inquiéter et pourtant je me sentais incroyablement mal à l’aise. Parce qu’on avait menti pendant un moment à ses parents en faisant croire qu’on était un couple, parce qu’après il y avait eu Jocelyn qui avait fait son apparition et je me doutais bien qu’elle avait été apprécié et maintenant je revenais comme un cheveu sur la soupe. qu’est ce qu’ils allaient penser de moi ? Ils allaient sûrement penser que j’étais une blague sur pattes. En soit vu ma maladresse c’était un peu vrai. Puis je ne savais pas ce qu’Asher avait dit à ses parents. S’il avait dit l’entière vérité, s’il avait juste dit qu’il m’aimait tellement qu’il ne pouvait plus passer une seule seconde sans moi. Ou peut-être même qu’il n’avait rien dit. Ce qui ne serait pas vraiment étonnant le connaissant. Alors plutôt que d’aller chez ses parents, je trouvais que c’était beaucoup mieux de rester ici et de faire du sexe toute la journée.




lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1167
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Dim 6 Jan - 23:00 )

Your love was handmade for somebody like me
SASHER

En ce moment, Asher a l’impression d’être la princesse d’un conte de fée. Il respire la joie de vivre et ça, c’est grâce à Sarah. Depuis qu’il a remis sa vie amoureuse en ordre, le jeune homme revit. Il est aussi léger qu’une plume, entièrement apte à profiter de la vie en toute allégresse. Malgré toute la complexité de cette histoire, il a su trouver l’issue adéquate le menant tout droit vers le bonheur. Alors certes, il n’a pas perdu de temps avant de se réfugier dans les bras de Sarah. Il aurait pu attendre un peu, ne pas zapper Jocelyn d’un revers de main. Mais au moins, il a fait les choses dans l’ordre et n’a trompé personne - si l’on oublie le baiser échangé après le départ du père biologique de Sarah. Et puis dans le fond, il aurait été stupide d’attendre encore. Ce qu’il se passe avec Sarah, ça traîne depuis des mois. C’est pour ça qu’il a quitté Jocelyn, parce qu’il n’était pas totalement heureux avec elle. Il croyait qu’il l’était, il pensait qu’il pouvait vivre une jolie histoire avec la brune. Maintenant qu’il est avec Sarah, il comprend qu’il s’était mis le doigt dans l’œil. Ce qu’il ressent avec la rousse, il ne l’avait pas ressenti depuis Jenna. Ça lui fait beaucoup de bien, parce qu’après son divorce, il s’est longtemps demandé s’il était encore capable de s’offrir intégralement à quelqu’un, de placer toute son oxygène dans une relation. Asher, il a envie que ça fonctionne. Il a envie d’être le petit-ami idéal, de prouver à Sarah qu’elle vaut tout l’or du monde à ses yeux. Pour l’instant, c’est facile. Après tous ces mois de disputes à répétition, l’un comme l’autre apprécie de pouvoir profiter d’un moment de répit. Accessoirement, ils se découvrent sous un autre angle, donc rien ne laisse place au moindre conflit. Ça risque de se corser au cours des semaines, il s’en doute. Asher, il profite du calme avant la tempête, tout en priant pour que la tempête ne renverse pas le navire. C’est beau. Maintenant qu’il a une vie sentimentale rangée, il devrait porter son attention sur sa vie professionnelle. De ce côte-là, ce n’est pas bien glorieux. Plus le temps passe, moins il sait ce qu’il fait. Les paroles d’Alma tournent en boucle dans sa tête, même s’il voudrait ne pas y penser. Asher, il n’a pas envie de déprimer. Il n’a pas envie de finir avec des cernes de la taille d’une montagne et des plis sur son visage. Il n’a pas envie qu’on lui demande sa carte sénior au cinéma alors qu’il n’a même pas encore dépassé le cap des trente ans. Elle a raison, Alma. Vouloir faire autre chose que de promouvoir le chanvre, ce n’est pas nécessairement un caprice. Elle lui a donné envie de reprendre ses études, de terminer ce qu’il n’a jamais pu achever à cause de Jenna. Le garçon reste indécis, il ne sait pas ce qu’il peut se permettre de faire avec son existence. Alors il rédige un énième post Facebook, le fait valider auprès de sa supérieur, et rentre chez lui pensif. C’est dans ce même état d’esprit qu’il s’échoue sur le canapé, aussitôt après avoir enfilé un jogging. Il se laisse abrutir par la télévision, rapidement interrompu par Sarah. Le jeune homme sourit en voyant sa petite-amie rentrer, l’accueillant dans ses bras avec joie. « Oh je sais pas. L’heure du dîner, c’est quand même un bon moment aussi. » Il la regarde d’un œil amusé. « Le petit-déjeuner, j’aime bien aussi. » Asher pense un peu trop à son estomac. Mais évidemment, il approuve les dires de Sarah. Il embrasse doucement ses lèvres, puis la serre ensuite dans ses bras. Asher se replonge dans le film qu’il regardait (quelque chose de sombre et d’inconnu), soudain alarmé par le ton sérieux de Sarah. Il n’aime pas ça, Asher. Il a l’impression qu’un drame est sur le point de se produire. Dès qu’elle aperçoit la panique dans le regard d’Asher, elle cherche à le rassurer. « Encore heureux… Enfin je suis ravi d’apprendre que tu me trompes pas. » Il l’aurait franchement mal vécu, on ne va pas se mentir. Asher se tourne un peu plus vers sa petite-amie, les sourcils toujours froncés. Tant qu’elle n’aura pas cracher le morceau, il risque de se poser un million de questions. Sarah avoue alors avoir peur de retourner chez la famille James, et Asher s’en retrouve tout surpris. « Oh… » Qu’il fait, la bouche ronde. « Tu les as déjà rencontrés, pourtant. On a déjà survécu à une centaine de repas de famille et tu sais que ma mère t’adore. » Asher, il est confus. Il ne voit pas ce qui effraie Sarah. Ce n’est pas comme si elle ne les avait jamais vus de sa vie. « J’avoue que tu me perds un peu. » Il plisse les yeux et scrute Sarah, comme pour essayer de déchiffrer ce qui se trame à l’intérieur de sa petite tête. Normalement, c’est Asher qui perd Sarah. L’inverse est rarement de mise. Du coup, cette histoire en devient doublement étonnante pour le garçon.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 869
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Jeu 10 Jan - 21:22 )












De manière générale je ne dirais pas forcément que j’étais une personne solaire, mais j’aimais à croire que j’étais d’un naturel souriant, depuis quelques temps ce n’était même plus de sourires que j’offrais au monde, c’était carrément une pub pour un dentifrice. Celui qui n’arrivait pas à voir mes dents avaient un gros problème. J’étais plus heureuse que jamais et je ne faisais absolument rien pour le cacher. Surtout pas au boulot. Au boulot, j’avais tendance à perdre foi en l’humanité, mais maintenant j’arrivais à rester optimiste la plupart du temps et tout ce changement je le devais à Asher. Même faire la paperasse de James me faisait sourire, même si j’était contente de l’abandonner pour rentrer à la maison et surtout retrouver les bras d’Asher. Même s’il était concentré dans son film, pouvoir le retrouver après une longue journée de travail c’était pour moi le meilleur moment de la journée. Je me sentais enfin à ma place. Oui, oui, les bras d’Asher avait été spécialement dessiné pour ma personne. « Oh je sais pas. L’heure du dîner, c’est quand même un bon moment aussi. » Pourquoi cela ne m’étonne pas de lui ? « Le petit-déjeuner, j’aime bien aussi. » S’il ne m’avait pas embrassé, j’aurai presque pu me vexer, mais non, cela lui ressemblait bien trop pour lui en vouloir. « Tu ne penses vraiment qu’à manger, c’est impressionnant » D’ailleurs un jour il faudra qu’il me dise où il stocke tout ce qu’il mange. Parce qu’il n’était pas le plus grand fan de sport et pourtant il ne pesait pas 300 kilos. De tout point de vu, Asher était un mystère.  Tout comme le film qu’il était en train de regarder. Je me concentrais sur une phrase sur deux, trop occupé à réfléchir à un plan pour ne pas aller chez ses parents demain. Le problème étant que je n’ai toujours pas d’idée bien précise en parlant et c’était en voyant son regard que je me rendais compte que je n’avais pas utilisé les mots adéquats. Asher pouvait se rassurer je n’allais pas mourir et tout allait bien dans le meilleur des mondes. « Encore heureux… Enfin je suis ravi d’apprendre que tu me trompes pas. » Jamais je ne pourrais lui faire ça. On avait tous les deux soufferts de la tromperie des autres et non ce n’était pas envisageable une seule seconde. « J’ai trop galéré a enfin t’avoir pour moi pour tout gâcher maintenant » Puis même si cela avait été le cas, j’étais incapable de mentir. Enfin si je savais mentir, mais il y avait toujours quelque chose pour me trahir et Asher était bien plus observateur qu’on ne pouvait le penser.
Parce que j’avais besoin de courage, je l’embrassais en lui souriant et je finissais par lui avouer que j’avais tout simplement peur de retourner chez ses parents et que j’étais à court d’idée pour éviter cette confrontation. « Oh… » Oui oh et de toute évidence il s’attendait à beaucoup de choses mais pas à ça. « Tu les as déjà rencontrés, pourtant. On a déjà survécu à une centaine de repas de famille et tu sais que ma mère t’adore. » Je le savais bien tout ça, mais pourtant je ne me sentais absolument pas à l’aise. « On a même réussi à survivre au mariage de ta cousine » Et je ne pouvais retenir un petit sourire au souvenir de cette soirée parce que finalement c’était à ce mariage qu’Asher et moi avions échangé notre premier vrai baiser.  « J’avoue que tu me perds un peu. »  Sous le regard scrutateur d’Asher, je jouais nerveusement avec mes doigts, consciente que je n’avais absolument pas à m’inquiéter, mais c’était plus fort que moi. « Je sais bien que je suis ridicule, tu peux le dire, c’est juste que mine de rien ça fait plus d’un an que je n’ai pas vu ta famille » Et en un an il pouvait s’en passer des choses, comme le fait qu’ils pouvaient me détester. « Avant ta mère voulait organiser notre mariage, mais depuis elle voulait sûrement organiser celui avec Jocelyn et du jour au lendemain plus de Jocelyn et c’est moi qui refait surface » J’avais l’impression de me perdre dans mes explications, je n’arrivais même plus à savoir si ce que je disais avait du sens. « Alors je sais que je suis pas très claire, mais j’ai peur de ce qu’ils pourraient penser. Que je suis une briseuse de ménage et ce genre de truc » Ce qui me ferait beaucoup de peine parce que j’adorais la famille James et je gardais d’excellent souvenirs des moments passé avec eux, même si à l’époque notre couple n’en était pas un. « En plus peut-être ta sœur et ton frère me déteste vraiment » D’accord ils avaient toujours été sympa avec moi, mais une partie de moi persistait à croire que je ne pouvais pas être heureuse aussi facilement, qu’il y aura forcément un retour de bâton. Le karma n’avait jamais été cool avec moi, alors pourquoi le serait-il maintenant ? Et parce que je savais qu’Asher pouvait se montrer fort convainquant, je gardais mon atout majeur dans la manche. Vivre d’amour et d’eau fraîche au lieu d’aller chez ses parents.  





lumos maxima

[


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1167
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Sam 19 Jan - 16:21 )

Your love was handmade for somebody like me
SASHER

Asher et Sarah, ils n’ont rien fait dans l’ordre. Quand on prend la peine de connaître les deux spécimens, on se dit que ça n’a rien d’étonnant. La rencontre entre la rouquine et la famille James, elle s’est faite avant même qu’elle et Asher ne soient officiellement ensemble. Sarah a assisté à de nombreux repas de famille, ainsi qu’à de nombreux autres événements du type mariages et baptêmes. Les parents d’Asher ont fini par adopter la jeune femme, la considérant comme un membre à part entière de la famille James. Asher lui-même n’avait pas prévu que tout se passe aussi bien entre sa fausse petite-amie et ses parents. Il n’avait pas non plus anticipé la déception de sa mère lorsqu’un jour, c’est Jocelyn au lieu de Sarah qui a franchi la porte principale de la grande maison familiale. Ils n’ont jamais vraiment compris la vie amoureuse de jeune homme, et leur incompréhension risque de s’accroître un peu plus lorsque Sarah fera son grand retour. Mais Asher sait aussi qu’ils seront contents de revoir la jeune femme, parce qu’il sait à quel point sa présence était appréciée. Il n’a pas réfléchi à la manière dont il allait expliquer la situation, pensant qu’il trouvera bien quelque chose à raconter une fois devant le fait accompli. En attendant, il choisit de rester serein. De toute façon, Asher est une personne naturellement sereine. Il n’y a pas grand chose qui le stresse, et par moment, c’est assez déroutant. À la veille de présenter officiellement sa petite-amie qui est en réalité une ex aux yeux de sa famille, il se détend tranquillement sur le canapé en regardant un film artistiquement flou. Il a tendance à croire que si lui est détendu, alors tout le monde autour de lui l’est également. Étant donné que le repas de famille à venir ne l’inquiète pas le moins du monde, il part du principe qu’il n’inquiète pas non plus Sarah. Il se trompe royalement et ça non plus, il ne l’avait pas prévu. Accessoirement, il ne comprend pas pourquoi elle ne veut pas assister à ce fameux repas. Il voit ça comme une formalité plus qu’autre chose. « Ah tu vois ! En plus on a dû supporter plein de gens qui nous demandaient tout le temps quand on allait se marier, et on s’est embrassé devant un million de personnes ! Si t’as survécu à ça, tu survivras demain. » Pourtant, elle n’a pas envie d’y aller. Asher se sent perdu. Présentement, il ne demande qu’à comprendre ce qu’il se passe dans la petite tête de Sarah. Sa grosse tête à lui, elle ne fonctionne qu’une fois sur deux. Ou sur trois, ça dépend des jours. Le ton de la conversation s’annonce sérieux, donc il fait l’effort de se détourner un instant de son film bizarre. Elle lui parle alors de Jocelyn, du fait qu’il ait été avec cette dernière pendant près d’un an. Elle avoue avoir peur de ce qu’ils pourraient penser d’elle, au point de croire que Leo et Lys pourraient la détester. « Mais non ! » Qu’il fait en secouant la tête, les sourcils froncés. « Je vois pas pourquoi mon frère et ma sœur te détesteraient. Tu leur as rien fait et de toute façon, je pense pas qu’ils aient quelque chose à faire de ma vie sentimentale. Si tu veux mon avis, je suis sûr qu’ils s’en tamponnent l’oreille avec une babouche. » Tout comme Asher se fiche pas mal de connaître le prénom du petit-ami de Lys, si petit-ami il y a. Quant à Leo, il ne sait même pas si son frère a réussi à perdre sa virginité à jour. Les enfants James n’ont jamais été très proches les uns des autres, et ça ne risque pas d’évoluer. « Après, pour cette histoire de mariage, ma mère est restée soft avec Jocelyn. Je dirais pas qu’elle l’aimait pas, mais c’était pas pareil qu’avec toi. » Asher attrape les mains de Sarah, puis tente un sourire. « J’avoue que cette histoire, c’est un peu Bagdad. J’avoue aussi que j’ai pas trop réfléchi à ce que j’allais leur dire. Peut-être que ça sera l’occasion de leur dire que je les ai pris pour des lapins de six semaines. Ils vont probablement être outrés et s’énerver, mais après on mangera des frites et du gâteau et tu verras que ça ira mieux. Mais s’il te plait, arrête de paniquer. Parce que je t’aime et je te promets que ça va bien se passer. » Il ose espérer que ce « je t’aime » impromptu suffira à rassurer Sarah. Lui, en tout cas, ça lui fait plaisir de l’avoir dit. Asher vient embrasser les lèvres de la jeune femme, plein d’optimisme et de conviction. « Au pire, on s'en fout de ce qu'ils pensent. Mais toi, tu penses que t’es une briseuse de ménage ? » Qu’il demande après s’être reculé légèrement, perplexe. Il tient à ce que les choses soient claires et il ne veut surtout pas que Sarah pense être celle qui l’a séparé de Jocelyn.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 869
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Dim 20 Jan - 10:46 )












Je ne voulais pas perturber Asher, ni lui faire peur non plus, mais oui j’avais peur de retrouver ses parents après 1 an d’absence. D’accord à l’époque j’avais survécu à un mariage et même à un tas d’autre chose, mais quand même. « Ah tu vois ! En plus on a dû supporter plein de gens qui nous demandaient tout le temps quand on allait se marier, et on s’est embrassé devant un million de personnes ! Si t’as survécu à ça, tu survivras demain. » Je savais qu’il avait raison, je savais que je devenais complètement irationnelle par rapport à demain, mais c’était plus fort que moi. « Je me souviens aussi que tu as paniqué quand je t’avais dis que ce baiser m’avait marqué » Il avait peut-être eu raison de paniquer, peut-être que c’était à ce moment là que je commençais à tomber sous le charme d’Asher James. Entre temps il y a eu Jocelyn qui avait succombé et j’étais persuadé que sa mère avait eu des dizaines de fois envisagé leur mariage, le nombre d’enfants qu’ils auront et ce genre de choses. Alors peut-être que tout le monde me détestait chez les James et si c’était ça, je n’étais pas sûr de m’en remettre. « Mais non ! » Il le dit avec tellement de conviction que j’ai envie de le croire, mais une partie de mon cerveau faisait un véritable bloquage. Je savais que sa relation avec Léo et Lys étaient particulière et oui cela ne m’étonnerait pas qu’ils se moquent de savoir avec qui Asher viendra à un repas de famille. D’accord, Léo et Lys je pouvais gérer, mais comment gérer sa mère ? « Après, pour cette histoire de mariage, ma mère est restée soft avec Jocelyn. Je dirais pas qu’elle l’aimait pas, mais c’était pas pareil qu’avec toi. » Je regardais nos mains entremêlé, avant de relever le regard vers lui, lui renvoyant son sourire. Il savait trouver les mots justes. « Tu crois que ça veut dire qu’elle me préfère à Jocelyn et qu’elle va être heureuse de me revoir ? » Parce que bon les circonstances étaient quand même particulières. On avait menti pendant 1 an, Jocelyn était arrivée comme une fleur et maintenant c’était moi qui revenait comme une fleur. Après je ne savais pas si dire qu’on les avait pris pour des imbéciles étaient la solution à tout. Peut-être juste un dernier mensonge pour expliquer mon retour. Je ne savais pas trop, et oui Asher avait raison, c’était un peu bagdad cette histoire, mais je n’avais pas spécialement envie qu’on balance tout en repas de famille demain. J’étais déjà suffisamment mal à l’aise. « Non, t’es pas obligé de tout raconter et puis…. » Je m’arrêtais dans ma phrase, parce que ces derniers mots venaient enfin de me percuter. « Attends tu quoi ? » J’avais bien entendu et ses lèvres sur les miennes me confirmer que je n’avais pas été prise de surdité subite. Un immense sourire s’étirait sur mes lèvres. Cet homme avait décidément un don pour me calmer, et me faire sentir bien. Comme si j’étais la plus belle femme au monde. « Je t’aime aussi » Jamais je n’aurai pensé dire ces mots dans ce genre de situation, alors que j’étais en train de paniquer à cause de sa famille, mais il avait raison je n’avais aucune raison de m’en faire. « Au pire, on s'en fout de ce qu'ils pensent. Mais toi, tu penses que t’es une briseuse de ménage ? » Je l’embrassais une nouvelle fois, parce que j’aimais sa façon de tout prendre à la légère et de penser que tout se passerait merveilleusement bien. « On s’en fout oui et non » Parce que les repas de famille pourraient être particulier si quelqu’un n’acceptait pas mon retour. « Quand on y repense bien, oui je suis un peu une briseuse de ménage. Parce que si je n’avait rien dit sur ce que je ressentais pour toi à Jocelyn, tu aurais continué à vivre d’amour et d’eau fraîche avec elle. Si on se s’était pas embrassé après l’histoire avec mon père, tu n’aurai pas commencé à te poser des questions et tout ça » Donc oui, je m’étais mise entre Asher et Jocelyn. Je ne le regrettais absolument pas, mais je n’en étais quand même pas très fière. « Mais tu m’aime, et puisque tu penses que tout se passera bien demain chez tes parents, alors je te fais confiance » De toute façon il fallait bien que ce moment arrive à un moment ou un autre, je n’allais pas pouvoir retarder l’échéance éternellement. «C’est dommage, parce que si tu avais accepté qu’on reste à la maison demain, j’avais prévu qu’on passe la journée à faire l’amour avec passion » Ceci dit, rien ne nous empêcher d’adapter notre programme de la soirée. A nouveau je me glissais dans les bras d’Asher, mais cette fois ce n’était pas simplement pour regarder la télé. Je l’embrassais dans le cou, remontant doucement jusqu’à ses lèvres et passant une main sous son tee-shirt. A ce moment là, j’avais aussi envie de lui dire une tonne de choses, lui dire à quel point il pouvait me rendre heureuse au quotidien, à quel point je me sentais chanceuse d’être avec lui, mais je préférais garder tout cela pour moi, pour une autre fois. Surtout j’espérais qu’il le savait même sans que je lui dise. 





lumos maxima



† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1167
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Dim 20 Jan - 22:01 )

Your love was handmade for somebody like me
SASHER

Asher vit pour la simplicité. Il n’aime pas se poser trop de questions, préfère quand tout est clair comme de l’eau de roche. Dès que sa petite vie bien tranquille semble être menacée par un nuage de complications, il panique. Et le nuage de complications peut représenter tout et n’importe quoi. D’un événement ultra banal à quelque chose d’extraordinaire. Lors du mariage de sa cousine, le baiser que lui et Sarah ont échangé était synonyme de grosses complications. Il était encore dans une phase délicate, à croire que Jenna l’avait détruit intérieurement. Il voulait que Sarah le protège de sa famille trop intrusive, pas qu’elle se prenne au jeu. Il ne voulait pas non plus se lancer dans une nouvelle histoire et pourtant… C’est lui qui a embrassé Sarah. C’est lui qui a fait le premier pas, qui a rendu la chanson préférée de Sarah encore plus spéciale à ses yeux. Il ne savait plus très bien comment se sentir, ni même comment réagir. Ce baiser l’a autant surpris lui que Sarah. Il a donc paniqué, et il avait raison. Asher a laissé son cœur parlé pour lui, sans se soucier de savoir s’il était psychologiquement prêt à vivre une nouvelle relation. Il avait besoin de temps pour lui, pour se remettre complètement de Jenna. Il n’avait pas prévu l’arrivée de Jocelyn dans sa vie, mais qu’il le veuille ou non, la brune lui a fait beaucoup de bien. Ça n’a fait que compliqué davantage son histoire avec Sarah, c’est vrai. Pourtant, aux yeux d’Asher, ça n’a plus la moindre importance. Ce qui compte désormais, c’est ce qu’ils partagent maintenant. Il y a deux ans, il avait hâte de présenter Sarah à ses parents pour avoir la paix. Aujourd’hui, il a hâte de la présenter à nouveau pour rendre leur relation officielle. Cette fois, ce n’est pas du pipeau. Il s’agit de la réalité et Asher, ça le rend infiniment heureux. Même s’il comprend chacune des appréhensions de Sarah, il ne veut pas qu’elle s’inquiète. Du temps où ils jouaient la comédie, Sarah était réellement appréciée au sein de la famille James. La mère d’Asher l’adorait, continuait de demander de ses nouvelles malgré Jocelyn. « Je peux pas être sûr à 100% qu’elle te préfère à Jocelyn, mais je crois qu’elle savait très bien que Jocelyn était pas faite pour moi. Les mamans, ça sait toujours tout. » Celle d’Asher en particulier. « Par contre oui, je suis certain qu’elle sera contente de te revoir. » Il s’attend à une effusion de joie titanesque, à vrai dire. Asher s’attend aussi à une tonne de questions. Pour le moment, il n’a réfléchi à aucune réponse, parce qu’il ne sait pas ce qu’il peut bien leur raconter. Pour cette raison, la panique de Sarah est largement justifiée. Le souci, avec Asher, c’est qu’il prend tout à la légère. Aller à ce repas les mains dans les poches et aviser au moment venu, c’est tout-à-fait son genre. Il n’a aucun doute quant au fait qu’il trouvera une histoire à dormir debout à leur raconter. Mais s’il doit avouer ses mensonges, alors il le fera. Asher connait sa famille. Il sait qu’il va déclencher une dispute, mais qu’après quelques minutes de cris, tout le monde finira par se calmer. Lui, il agira comme à son habitude : il adoptera son éternel comportement passif, attendra que la tempête se calme. Et d’ici quelques mois, tout le monde aura oublié cette histoire. Au passage, il dit à Sarah qu’il l’aime, et sourit quand il se rend compte que l’information ne percute pas tout de suite son cerveau. Quand elle capte enfin sa déclaration, son sourire s’agrandit. « Oui pardon, j’arrête avec mes lapins de six semaines. » Asher rigole et embrasse franchement Sarah. Cette dernière sourit, lui dit qu’elle l’aime aussi. À ce moment précis, Asher se sent comme l’homme le plus heureux du monde. Puisqu’ils s’aiment, le reste n’a aucune importance. « Si, on s’en fout. » Il insiste, Asher. Malgré sa fâcheuse tendance à se foutre de tout, il a l’impression qu’il s’agit vraiment de la solution à tous les problèmes. Jamais il n’accordera d’importance à ce que sa famille pense de lui, de Sarah, de leur relation. En revanche, il ne se fiche pas de savoir comment Sarah se sent intérieurement. Il l’écoute sans rien dire, jusqu’à ce qu’elle grimpe sur lui, ses mains se frayant un chemin sous son t-shirt. Il sourit contre les lèvres de la jeune femme, l’attire un peu plus contre lui. « J’ai jamais dit qu’on irait au repas. » Qu’il souffle avant de mordiller sa lèvre inférieure. Il capture ses lèvres pour un long baiser passionné, la renverse sur le canapé pour prendre place au-dessus d’elle. « Avant toute chose… » Il recule un peu son visage afin de la regarder droit dans les yeux. « T’es pas une briseuse de ménage. Tu m’as pas forcé la main et, sauf erreur de ma part, j’ai rompu avec elle comme un grand parce que je savais que ça marcherait pas. » Il dépose un bref baiser sur ses lèvres. « En plus, j’étais le premier à vouloir t’embrasser après que ton père soit parti. Tu l’as fait, mais j’ai pas eu besoin qu’on me mette un couteau sous la gorge pour te rendre ton baiser. Donc… T’es pas une briseuse de ménage. » Le jeune homme sourit, puis replace une mèche de cheveu derrière l’oreille de la rousse, en profite pour caresser sa joue. « Est-ce que tu peux arrêter de penser à Jocelyn ? Et de croire que tu vaux moins bien qu’elle ? À mes yeux, c’est pas le cas. J’ai pas dit que je t’aimais pour le plaisir de vivre. Je t’aime vraiment, Sarah. Même si demain ça se passe mal, c’est pas grave. Y’a pire dans la vie… Genre… La guerre, la famine. » Il marque une pause. « Et les chaussettes sales. » Oui, surtout les chaussettes sales.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 869
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Dim 27 Jan - 10:29 )












Honnêtement, ce soir je ne savais pas comment Asher faisait pour me supporter, j’étais insupportable de doute et de question. Tout le contraire de lui qui prenait la vie beaucoup trop sereinement. J’aimerais tellement que ce trait de caractère de mon petit ami puisse déteindre sur moi au bout d’un moment, mais en même temps si je ne m’inquiétait pas, personne ne le ferait et non cela serait l’équivalent d’un monde beaucoup trop apocalyptique pour moi. Asher prenait le temps et réussissait à trouver les mots pour que je me sente mieux. Alors oui c’était peut-être trop demandé que sa mère me préfère à Jocelyn, mais si elle pouvait être heureuse de mon retour alors c’était tout ce qu’il me fallait. D’après Asher, sa mère savait qu’avec Jocelyn cela n’allait pas durer. J’espérais qu’il n’allait pas se tromper, mais honnêtement je venais d’occulter tous le reste suite aux mots qu’il venait de prononcer. Cela ne m’avait pas percuté tout de suite, mais maintenant ils étaient imprimé dans mon esprit et il ne pouvait imaginer à quel point cela pouvait me porter sur un nuage. Je l’aimais aussi et je comptais bien faire durer cet amour pour le reste de ma vie. C’était peut-être présomptueux après seulement quelques semaines de relation de penser cela, mais on avait déjà vécu tellement de choses ensemble, que tout me semblait possible et oui j’en étais sûre, Asher était l’homme de ma vie. Si cette révélation me faisait plaisir au plus haut point, malheureusement elle ne me faisait pas sentir plus sereine quant à ce repas de demain. Je voulais pas que son frère et sa sœur puisse me détester. Selon lui on devrait se foutre de ce qu’ils pouvaient penser. En théorie oui, en pratique c’était beaucoup plus délicat. Alors oui on s’en foutait, mais non on s’en foutait pas. « Si, on s’en fout. » J’avais rarement le dernier mot avec Asher et une fois encore, j’allais devoir m’incliner, même si cela ne m’enlèvera pas l’idée que j’étais une briseuse de ménage. Ce n’était pas grave, enfin si ça l’était, mais je pouvais vivre avec cette idée. Et parce que je voulais toujours le convaincre de rester ici demain, je lui expliquer le programme qu’il pourrait rater, je lui faisais même une démonstration en me collant à nouveau à lui et en l’embrassant. « J’ai jamais dit qu’on irait au repas. » Voilà qui devenait intéressant. Entre ses bras je me laissais complètement faire, profitant du moindre contact avec son corps et le laissant reprendre le dessus. « Avant toute chose… » Je me perdais dans son regard, me demandant ce qu’il allait bien pouvoir inventer pour me faire changer d’avis. « T’es pas une briseuse de ménage. Tu m’as pas forcé la main et, sauf erreur de ma part, j’ai rompu avec elle comme un grand parce que je savais que ça marcherait pas. » J’avais milles choses à objecter face à cela "D'un..." Mais il ne m’en laissait pas l’occasion en m’embrassant et continuant à parler. « En plus, j’étais le premier à vouloir t’embrasser après que ton père soit parti. Tu l’as fait, mais j’ai pas eu besoin qu’on me mette un couteau sous la gorge pour te rendre ton baiser. Donc… T’es pas une briseuse de ménage. » Je lui souriais et tournais doucement la tête pour embrasser sa main. « D’accord, je suis pas une briseuse de ménage » Je n’étais pas convaincue à 100 %, mais oui j’arrivais à y croire et je me sentais beaucoup plus sereine.  Est-ce que tu peux arrêter de penser à Jocelyn ? Et de croire que tu vaux moins bien qu’elle ? À mes yeux, c’est pas le cas. J’ai pas dit que je t’aimais pour le plaisir de vivre. Je t’aime vraiment, Sarah. Même si demain ça se passe mal, c’est pas grave. Y’a pire dans la vie… Genre… La guerre, la famine. » Oui quand on remettait les choses en perpectives ce n’était pas grave, mais il allait devoir s’habituer à mes crises de confiance. « Et les chaussettes sales. » Je rigolais à cette dernière remarque. « Le problème des chaussettes sales pourraient être régler si tu les mettais dans le panier » Après je disais cela, je ne disais rien. « Et je pense pas tout le temps à Jocelyn.. Bon okay juste un peu, mais elle était intimidante et tout ça » Cette femme était quand même chirurgienne donc ce n’était pas rien, mais je savais que cela allait me passer, parce que dans le regard d’Asher j’avais l’impression d’être la plus belle femme au monde. Main sur son tee-shirt, je tirais dessus pour l’attirer à moi. « Je t’aime Asher James » Je l’aimais pour lui, pour nous et pour tout. Même si parfait j’avais envie de le tuer, je n’imaginais pas une vie sans lui.

* * *

Après notre début de soirée dans le canapé, après avoir réussi à finir le film qu’il avait commencé, on avait trouvé le courage de manger quelques choses et d’aller se coucher. Si au début je pensais que dormir au quotidien avec Asher serait compliqué, aujourd’hui je devais avouer que c’était la chose la plus naturelle du monde, même s’il prenait toujours beaucoup trop de place. S’il arrivait à dormir comme un bébé, mon sommeil était beaucoup moins serein que le sien. Je me réveillais régulièrement, avec du mal à retrouver le sommeil et du coup je bougeais beaucoup. Il avait grommelait dans son sommeil mais sans que cela ne le réveille vraiment. Depuis j’essayais de ne pas bouger, dormant seulement par intermittence.
A mon dernier réveil, je sentais que quelque chose n’allait pas, je me sentais nauséeuse, mon corps ne savait pas s’il avait froid ou chaud et malgré les nausées, j’avais l’impression d’avoir faim, mais que ce serait une terrible erreur de manger quelques chose. Pourtant je me relevais quand même pour m’asseoir sur le lit. Cette fois c’était une sensation de vertige et des nausées toujours plus présentes. « Je me sens pas bien, je crois que je vais vomir » Je ne savais même pas si je me parlais toute seule ou si quelque part dans un sommeil Asher entendait ce que je disais, mais j’avais établie un plan. Celui-ci était simple, et consistait seulement à boire un peu d’eau et de me recoucher auprès d’Asher. Sauf que non, mon estomac n’avais pas apprécier que je l’hydrate de la sorte. « Je vais vomir » Mon corps m’avait juste laissé le temps d’arriver aux toilettes pour vomir toute l’eau que je venais d’avaler. Je restais à terre, un bras sur les toilettes, en me demandant si cela allait durer toute la journée. En tout cas, je n’allais sûrement pas pouvoir aller chez les parents d’Asher et cette fois ce n’était pas de la mauvaise volonté.





lumos maxima



† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1167
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Mer 6 Fév - 12:14 )

Your love was handmade for somebody like me
SASHER

Les questions que Sarah se posent sont légitimes. En l'espace d'un an, la vie sentimentale d'Asher a été aussi violente que le Hyperspace Mountain. Un jour avec Sarah, le lendemain avec Jocelyn, et le jour encore d'après avec Sarah. Ça pourrait être relativement simple si en plus, il n'y avait pas eu de faux couple à l'origine. Asher peut comprendre que sa famille ait eu du mal à suivre les dernières péripéties qui ont animées sa petite vie pendant quasiment douze mois. Pour autant, en ce qui le concerne, il s'en fiche. Ce qu'ils en pensent, ce n'est pas son problème. C'est pour ça que ce repas de famille ne le perturbe pas le moins du monde. Et il voudrait que ce soit exactement pareil pour Sarah. La jeune femme ne devrait pas s'inquiéter de quoi que ce soit, parce qu'Asher trouvera toujours une explication à leur donner. Vraie ou fausse, peu importe. Il est habitué à leur raconter des histoires à dormir debout. Soit ils captent d'eux-même qu'Asher les prend pour des lapins de six semaines, ou bien ils jugent que c'est la vérité. Dans les deux cas de figure, ils acceptent la version des faits qu'il leur livre et comprennent qu'ils n'ont pas à poser plus de questions. Ce qu'ils en pensent ensuite, ça n'a pas la moindre importance. Quant à Sarah, il ne veut pas qu'elle se prenne pour une briseuse de ménage. Ce n'est pas ce qu'elle est et Asher tient à ce que ce soit clair dans son esprit. Dans le fond, il sait que sa relation avec Jocelyn était vouée à l'échec. Ils ont commencé à sortir ensemble comme ça, sur un coup de tête. S'il l'avait vraiment aimé, Sarah n'aurait jamais eu autant d'importance pour lui. Il ne serait pas tombé amoureux de sa colocataire, tout en sortant avec l'une de ses amies d'enfance. L'avantage, quand on ne se pose pas trop de questions, c'est qu'on accepte les choses telles qu'elles se présentent. À aucun moment Sarah ne l'a forcé à l'embrasser ou à rompre avec Jocelyn. Lorsque Sarah reconnait enfin qu'elle n'est pas une briseuse de ménage, Asher affiche un sourire satisfait et dépose un long baiser sur ses lèvres. « J'sais pas si tu dis ça pour me faire plaisir mais dans le doute, j'vais partir du principe que t'es vraiment d'accord. » Ça lui convient mieux, il préfère. Maintenant, il voudrait aussi que Sarah oublie Jocelyn une bonne fois pour toutes. Elle n'a pas à se sentir menacée par l'ex du jeune homme. Et si par malheur la famille James regrette le départ de la brune, alors tant pis. Asher, il part du principe qu'il y a des choses bien plus grave dans la vie, dont les chaussettes sales. « Oh, je sais pas. Même dans le panier, ça pue. » Réplique-t-il, le sourire aux lèvres. Asher, il n'est pas très copain avec le panier à linge sale. C'est un point commun qu'il partage avec James Campbell, apparemment. « Bof, j'la trouve pas intimidante. Dans tous les cas, c'est pas avec elle que je prévois de faire des bébés maintenant. » Autrement dit : Jocelyn appartient au passé. Sarah l'attire tout contre elle et il se laisse faire, heureux comme un prince.

Dans la nuit, Asher est réveillé par une Sarah malade. Il ouvre les yeux quand il la sent se redresser en position assise. Elle lui dit qu'elle ne se sent pas bien et pour seul réconfort, il glisse sa main dans le dos de la jeune femme. Encore partiellement endormi, Asher referme les yeux en espérant que sa petite-amie se sente mieux. La rouquine finit par se recoucher, et il la garde contre lui après avoir déposé un baiser sur son front. Sarah ne tient pas plus de trente secondes dans cette position. Elle finit par se lever en panique et court jusqu'aux toilettes. Asher lève la tête, puis la laisse retomber sur son oreiller lourdement quand Sarah n'est plus dans son champ de vision. Il tend le bras pour allumer la lumière et part à la recherche de son courage. Il lui faut bien cinq minutes avant qu'il ne sorte du lit. Asher rejoint la jeune femme dans la salle de bain et s'assoit sur le bord de la baignoire, près de Sarah. « C'est pas hyper glamour tout ça. » Qu'il dit en se frottant les yeux. Il n'est pas encore tout-à-fait réveillé, et ça se voit à sa tête encore toute endormie. « Si c'est pour ne pas aller chez mes parents demain, Dieu a entendu ta prière. » Qu'il fait en souriant, sur le ton de la plaisanterie. Il ramène doucement les cheveux de Sarah en arrière, passe une main dans sa nuque pour la rassurer. « T'es p'tete enceinte. » Il voulait que ce soit une blague, mais le mot enceinte le réveille et active instantanément son mode alerte. « Wooooh, Sarah ! T'es enceinte !? » Et oui, il lui pose franchement la question. Comme si elle pouvait deviner la réponse. En tout cas, maintenant, il est complètement éveillé.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 869
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Ven 8 Fév - 9:37 )












Je savais que j’étais chiante, j’en avais conscience mais j’avais aussi beaucoup de chance qu’il soit aussi patient avec moi. Il ne l’était pas pour tout, mais pour me rassurer j’étais sûre qu’il pourrait prendre des heures pour m’expliquer pourquoi il m’avait choisi moi et pas Jocelyn. Même si ce n’était pas vraiment un choix, mais plutôt une évidence pour lui. Et même si j’avais toute les raisons de croire que j’étais une briseuse de ménage, petit à petit j’arrivais à admettre que peut-être ce n’était pas le cas. Mentalement j’essayais de me répéter encore et encore que ce n’était pas le cas. Au bout d’un moment cela allait forcément finir par rentrer et tout le monde sera heureux. Surtout moi. La prochaine étape était d’arrêter de me sentir dévaloriser par Jocelyn, mais là c’était une autre paire de manche. Je n’étais pas la personne la plus confiante au monde et l’ex d’Asher avait quand même de sacré avantage pour elle, même si selon lui les chaussettes sales c’était un sujet beaucoup plus grave dans la vie. Tout était relatif après. Surtout que s’il les mettait dans la panier ça ne serait pas un souci. « Oh, je sais pas. Même dans le panier, ça pue. » Alors sur ça je n’étais absolument pas d’accord avec lui. « C’est faux, parce que je fais la lessive assez régulièrement pour que les rares chaussettes que tu consent à mettre dans le panier ne pue pas. » Mais l’heure n’était peut-être pas à un débat sur les tâches ménagères et surtout sur les chaussettes sales. En tout cas j’étais beaucoup moins intimidé par les chaussettes d’Asher que par Jocelyn. « Bof, j'la trouve pas intimidante. Dans tous les cas, c'est pas avec elle que je prévois de faire des bébés maintenant. » Voilà qui était rassurant pour moi. J’étais surtout très intéressé par la perspective de faire des bébés avec Asher, sûrement pas tout de suite mais on devait pratiquer un entraînement très régulier. Et après lui avoir répété une fois de plus que je l’aimais, je l’attirer à moi, prête à toute les folies du monde avec lui.

* * *

Si en allant me coucher j’étais rassurée, j’étais prête à affronter la famille James au complet, mon corps n’était pas complètement d’accord avec tout cela. Durant toute la nuit je n’avais pas arrêté de me tourner dans tous les sens à la recherche du sommeil, pour finalement me redresser. Je ne me sentais pas au meilleur de la forme. Au contraire, je me sentais nauséeuse, mais rien qui n’indiquer que dans les prochaines heures j’allais vomir. Malgré son sommeil de plomb, je sentais la main d’Asher dans mon dos et ce simple contact m’apaiser un peu même s’il n’annulait pas les nausées. Pour essayer de faire passer un peu les choses, je prenais de l’eau et reprenait place dans les bras d’Asher, mais ce fut pour une durée bien trop courte à mon goût et j’étais obligé de vite quitter la chambre pour aller vomir toute l’eau que je venais d’avaler. Je ne me sentais déjà pas bien vaillante, mais là j’avais l’impression qu’une chape de fatigue venait de s’abattre sur moi et sans l’arrivée d’Asher dans la salle de bain, j’aurai certainement pu m’endormir sur la cuvette des toilettes. « C'est pas hyper glamour tout ça. » Je voulais bien le croire, mais au moins il me voyait au pire de ma forme. « maiiis » Voilà, c’était tout ce que j’étais capable de répondre. « Si c'est pour ne pas aller chez mes parents demain, Dieu a entendu ta prière. » Mes nausées m’avaient complètement fait occulter le repas chez ses parents et rien qu’à pensée à la nourriture j’avais des nouveaux hauts le corps. « Je te jure je le fais pas exprès, je suis désolé » Et même s’il disait cela en rigolant, j’étais au bord des larmes parce que ça me rendait triste toute cette histoire et aussi parce que j’étais faible et fatiguée. « T'es p'tete enceinte. » Quoi ? Mais non. Je ne réagissais pas tout de suite à ses bêtises, trop occupé à me concentrer sur ma respiration et sur le fait de ne pas vomir à nouveau. « Wooooh, Sarah ! T'es enceinte !? » Bien sur que non. « On va avoir cette conversation alors que j’ai la tête dans la cuvette ? » De toute évidence oui, parce que Asher était bien trop éveillé maintenant et semblait un tantinet paniqué à cette idée. « C’est pas parce qu’on a fait l’amour dans le canapé que je suis enceinte » Doucement et avec précaution j’essayais de me glisser en face d’Asher, mais j’abandonnais ma manœuvre au milieu sentant, finalement rester à côté des toilettes c’était plus sûr. « Même si tu es allergique au latex, je prends la pilule et oui les accidents ça arrivent, mais non Asher je suis pas enceinte, juste malade » Et de toute évidence mon corps voulait approuver mes propos et même si j’aurai préféré qu’Asher ne voit pas ça et surtout ne m’entende pas, je vomissais une nouvelle. Passé ce moment je m’essayais le visage et tirer la chasse. « Tu vas bien ? » Parce que j’avais quand même l’impression de l’avoir perdu en chemin.





lumos maxima



† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1167
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Eliza Nelson-Riley ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( Aujourd'hui à 10:54 )

Your love was handmade for somebody like me
SASHER

Asher sent que pour être le petit-ami idéal, il doit lutter contre le sommeil et soutenir Sarah. Il a la flemme, il hésite, mais il finit par rejoindre la rousse dans la salle de bain. Ils partagent cet appartement depuis quasiment deux ans maintenant, donc le garçon estime avoir tout vu de Sarah. Mais quand il la voit au-dessus de la cuvette des toilettes, en train de vomir avec grâce, il doit bien admettre qu'il n'avait jamais vu ce visage-là. Il pourrait être encore plus parfait et se passer de faire le moindre commentaire sur la situation. Il pourrait. Asher reste malheureusement fidèle à lui-même et note le manque de glamour. C'est vrai qu'à moins de vomir des paillettes, c'est difficile d'être sensuel dans ce genre de moment. Le manque de répartie de Sarah le fait un peu rire, mais pas trop. Il ne voudrait pas se moquer d'elle non plus. Asher reste aux côtés de la jeune femme, sans trop savoir ce qu'il doit faire. Il proposerait bien de prendre sa place au-dessus des toilettes, mais n'est pas certain que ce serait un plan efficace. Alors à défaut de vomir à sa place, il se contente d'être là, auprès d'elle. Sur le ton de la plaisanterie, il souligne l'ingéniosité de son plan. Tomber malade pour ne pas aller au repas de famille, c'est smart. Bon, il pense bien que ce n'était pas volontaire, alors il ne lui en veut pas vraiment. Et puis même s'il tient à assiste à ce repas, il n'est pas non plus proche de sa famille. Le louper ne le dérangerait pas le moins du monde. Il avait juste hâte d'introduire Sarah dans la famille - cette fois officiellement. « T'excuses pas, je sais que c'est pas de ta faute. » Dit-il avant de masser gentiment la nuque de Sarah. « À moins que tu sois une magicienne capable de tomber malade sur commande. Si c'est ça ton secret, tu dois le partager avec moi. Ça m'éviterait de devoir réfléchir à un plan pendant 107 ans pour louper le travail. » Asher et son travail, c'est vraiment une grande histoire d'amour. Il n'empêche qu'il trouverait ça plutôt cool de pouvoir tomber malade sur commande. Il en abuserait sans doute, à chaque fois pour louper une ou deux semaines de travail. Quitte à être malade toute l'année. Mais à la réflexion, il ne sait pas si son corps supporterait d'être mal en point 356 jours par an. Il finirait probablement par devenir fou. Asher pousse un soupir, et essaye de jouer les médecins pour deviner ce qu'a Sarah. Le problème, c'est que malgré ses larges connaissances en médecine, son cerveau dort encore. L'heure n'est pas propice au raisonnement logique et cohérent, si bien qu'Asher en vient à dire que sa petite-amie serait peut-être enceinte. Au début, il lâche ça pour rire. Jusqu'à finalement croire à sa propre connerie. Sarah, elle ne semble pas y croire une seule seconde. « Tu cherches à éviter la discussion, Sarah Miller ? T'as peur d'avoir un enfant avec moi, donc tu évites le sujet ? » Il plisse les yeux, lui-même incapable de dire s'il est sérieux ou non. Elle lui dit que faire l'amour sur le canapé ne suffit pas à fabriquer un bébé, qu'elle prend la pilule, et affirme qu'elle est simplement malade. Asher, il ne capte qu'un mot sur dix. Il reste bloqué sur son idée qu'elle puisse être enceinte. Sa dernière question le ramène sur Terre. « Non. » Qu'il répond en retirant sa main de la nuque de Sarah. « Comment tu peux être sûre que t'es pas enceinte ? Avant de faire l'amour sur le canapé, on a fait l'amour plein de fois, et peut-être que parmi ces plein de fois, un de mes spermatozoïdes est passé entre les mailles du filet. » Les accidents, ça arrive, c'est elle qui l'a dit. Alors il se lève vivement, déterminé à résoudre ce mystère. « J'vais aller acheter des tests de grossesse. » Il ne laisse pas le choix à Sarah, quitte la salle de bain presque en courant. Il passe par la chambre, enfile les premiers vêtements qu'il trouve et attrape son portefeuille. « Je reviens vite ! Sois forte ! » Les pharmacies ouvertes 24h/24, elles sont rares. À Cap Harbor, en tout cas, tout est fermé. Alors il doit s'éloigner un peu pour trouver un établissement ouvert. Il achète une dizaine de tests de grossesse, et plein d'ice-tea. Le petit tour d'Asher s'étend sur toute une heure. Il revient à la maison, tout essoufflé, retire ses chaussures dans l'entrée et part à la recherche de sa petite-amie. « Sarah ? T'es toujours en train de vomir ? J'ai acheté plein de trucs ! Tu crois que j'peux faire un test de grossesse moi aussi ? » Par solidarité. Juste pour voir si un homme peut tomber enceinte.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Your love was handmade for somebody like me ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Your love was handmade for somebody like me

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération