katrian ✻ you and me could write a bad romance

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 284
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)

katrian ✻ you and me could write a bad romance ✻ ( Mar 8 Jan - 19:22 )



You and me could write a bad romance
with, KATE RHODES.

Le réveil qui sonne lui donne des envies de meurtres. Il éclate son poing sur le pauvre objet qui n’a rien demandé et il l’envoie même balader contre le mur, avant de repousser la couverture du bout des pieds. Kate n’a pas dormi là ce soir. En ce moment, il est en colère Adrian, il ne comprend pas pourquoi. Il râle tout le temps, il va se détendre à la salle de sport en tapant dans un sac de sable, ses phalanges s’en souviennent, puisque quand il en a marre des gants, il les retire et il frappe, encore et encore. Et les phalanges bleutées montrent qu’il risquerait de faire plus de mal que de bien si jamais il finit par frapper quelqu’un. Il soupire en se levant se tient la tête, il a mal au crâne et il a envie de se claquer la tête contre le mur. Est-ce que ce mal de crâne va passer un jour ? Il passe dans la cuisine en caleçon et il salue sa soeur et la fille qui squatte un peu trop l’appart avant de se servir une tasse de café, cachant les tremblements à Lou parce qu'il sait qu’elle va lui prendre la tête si jamais elle voit. Elle va croire qu’il a replongé alors que non. Il n’a pas replongé. Il y pense souvent, mais non, il ne l’a toujours pas fait. Il ne sait pas s’il le fera un jour. Mais en ce moment, il y pense de plus en plus et c’est un enfer à vivre. Mais Kate avait bien trop squatté à l’appartement pour qu’il y pense, mais maintenant qu’elle n’est plus là, il a l’impression qu’il peut replonger à n’importe quel moment. Est-ce qu’il va le faire ? Il n’en sait rien. Peut-être, peut-être pas. Il tend deux tasses de cafés aux demoiselles, un sourire en coin significatif dressé sur ses lèvres de gros lourd avant de retourner dans sa chambre, posé dans son lit, à envoyer des messages à Kate, tout en scrollant sur Instagram. Et là, ça apparaît sur son feed, comme une notification qui ne part pas. Lune de miel et cette alliance. Lissa. Il fronce les sourcils et serre les dents. Est-ce que c’est vrai ? Non. Ca ne peut pas être vrai. Elle s’est mariée. Bordel. Il n’en revient pas et il ne pensait pas non plus que ça lui ferait aussi étrange de savoir que la femme qu’il avait le plus aimé dans sa vie s’était mariée avec un autre que lui alors qu’elle lui avait dit non. Le coeur est mis à mal et Adrian n’en croit pas ses yeux. Il ressort de sa tanière et se ressert une tasse de café avant de la boire à une vitesse fulgurante. Et il se décide à aller faire un tour à la salle de sport, encore. Et il n’a pas besoin de gants là, non, il n’en a pas envie. Il frappe, encore et toujours le même sac, le même rythme, la même cadence, droite gauche. Ses poings lui font mal. Et il regarde, les bleus se sont intensifiés. Imbécile qu’il est. Et puis finalement, il arrête à bout de souffle et sous les conseils du propriétaire de la salle de sport. Il est trempé, et il n’a plus de cigarettes. Evidemment. Il passe alors par la petite épicerie et il achète un paquet, des bonbons et il regarde longuement l’étalage de bouteille qui s’étend derrière le vendeur. « Une vodka aussi. » Parce que pourquoi pas. Peut-être qu’il ne la boira pas. Lorsqu’il sort du magasin, il l’ouvre, la bouteille. Et il ne peut pas la porter à ses lèvres. Il pense à sa soeur. Les mains abîmées sont tremblantes. Alors il se décide à prendre le chemin de chez Kate, parce que y’a qu’elle qui pourra l’en empêcher. Il sonne. Une fois. Deux fois. Personne ne répond mais il y a sa voiture. Il sait qu’elle est là. Alors il continue d’appuyer sur la sonnette, sa bouteille à la main, sa mâchoire crispée. Quand elle ouvre, il la regarde « J’ai envie de vider cette bouteille. » lui dit-il de but en blanc. « Et j’crois que t’es la putain de seule personne à pouvoir m’en empêcher. » continue t-il, les mots sont secs, cassants. « T’es ma marraine non ? » Après tout, ouais. Il est odieux Adrian, mais elle devrait comprendre. Parce qu’il n’attend que ça, qu’elle comprenne. Sauf que lui même ne se comprend pas, lui même ne comprend pas la réaction qu’il a. Adrian, il est incompréhensible.


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 133
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: katrian ✻ you and me could write a bad romance ✻ ( Sam 12 Jan - 0:20 )

You and me could write a bad romance
Katrian

Kate, elle a encore trop bu. Elle et Ozzy ne s'étaient mis d'accord que pour une bière. Pourtant, aussi bien l'un comme l'autre, ils savaient que la soirée allait dégénérer. Ça dégénère toujours, quand ils sont ensemble. Depuis le matin où ils se sont réveillés dans cette maison remplie d'animaux improbables, Kate et Ozzy se retrouvent un peu trop souvent. Chaque soirée marque un souvenir indélébile dans la tête de la blonde, même si elle a parfois du mal à se rappeler toutes leurs folies. Ce soir encore, tandis qu'elle s'accroche à lui pour ne pas qu'elle s'échoue sur le trottoir, elle sait que tout sera flou au réveil. Kate glousse à chaque fois que l'allemand ouvre la bouche, peu importe ce qu'il lui raconte. À mi-chemin entre la boîte de nuit qu'ils viennent de quitter et l'appartement de Kate qu'ils tentent de rejoindre, Kate ressent le besoin urgent et pressant d'apprendre un peu d'allemand. Elle est persuadée qu'un jour, ça lui sera utile. Elle doit longuement insister, parce qu'Ozzy joue les aigris. Il finit par céder au caprice de la jeune femme, déclare qu'elle doit commencer par apprendre un classique de la chanson allemande. Il lui fait dire les mots saufen, morgens, mittags et abends en boucle, jusqu'à ce que son accent se rapproche de l'excellence. Elle galère, Kate, on ne va pas se mentir. L'allemand lui paraît compliqué et elle bute sur tous les mots. Ozzy poursuit son enseignement, lui donne l'air de la chanson en question, puis il commence à chanter très fort dans la rue. Kate essaye tant bien que mal de suivre le rythme, bafouillant les quelques mots appris dans le désordre. Après quasiment trente minutes de marche et de chant hasardeux, Kate aperçoit son immeuble. La blonde saute de joie, lâche le bras de son acolyte et se rue sur la porte principale. Tous les deux, ils s'échouent comme deux épaves dans son lit. Ils ne prennent pas le temps de se souhaiter bonne nuit, ils s'endorment comme des masses, l'un affalé sur l'autre. Ozzy part deux ou trois heures plus tard, lorsque le soleil semble enfin levé. La jeune femme grogne de mécontentement, l'insulte purement gratuitement. Elle s'enroule alors dans la couette, lui tournant le dos au passage, et elle le laisse partir. Le second réveil duquel elle bénéficie redouble de violence. La sonnette retentit encore et encore, chaque son lui mitraille littéralement le cerveau. Agacée et en grande douleur, elle finit par sortir de son lit. Elle se couvre à l'aide des vêtements qui lui tombent sous la main, et ouvre la porte dans un geste brusque. D'habitude, elle est toujours heureuse de voir Adrian. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, parce qu'elle sent les effets désastreux de la gueule de bois sur elle et cette histoire de sonnette l'a profondément énervée. Le garçon n'a pas l'air d'être de meilleure humeur, elle s'en rend compte. Kate regarde la bouteille de vodka qu'il lui montre et hausse les épaules. Il dit qu'il a envie de vider la bouteille, qu'elle est la seule personne à pouvoir l'en empêcher. Il évoque même le fait qu'elle soit sa marraine. « J'm'appelle pas Mère Thérésa. » Qu'elle lâche d'un ton sec. « T'as pas encore compris que j'm'en fous d'être ta marraine ? J'l'ai pas fait pour toi. » Elle l'a fait pour elle. Par intérêt. Comme à chaque fois qu'elle s'engage dans quelque chose. Elle est devenue la marraine d'Adrian parce qu'elle voulait être certaine de le revoir. Elle n'a jamais compris ses engagements envers lui, elle n'a pas pris le temps de s'y intéresser. Pour elle, c'était juste une excuse. Il n'a jamais été question qu'elle tienne sérieusement ce rôle. Kate soupire et lui arrache la bouteille de vodka des mains. Elle la vide directement dans le siphon de l'évier, luttant pour ne pas vomir face aux effluves d'alcool qui viennent attaquer ses narines. La main plaquée contre sa bouche, elle se retient vivement de ne pas rejeter le trop-plein d'alcool ingurgitée la veille. Kate finit par lâcher la bouteille dans l'évier et s'accroupit au pied du meuble, les deux mains accrochées au rebord de l'évier. « T'es pas censé aller aux alcooliques anonymes ou une connerie du genre ? Il faut obligatoirement que ça soit moi que tu viennes emmerder ? » Kate, elle ne mesure pas ses propos. Elle ne mesure pas non plus l'alcoolisme d'Adrian. C'est presque un concept pour elle, quelque chose de flou, de ne pas concret. Le fait qu'elle se soit mise la tête à l'envers la veille, ça ne l'aide pas. Mais même sobre, elle n'aurait pas su avoir une meilleure réaction que celle-ci.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 284
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)

Re: katrian ✻ you and me could write a bad romance ✻ ( Dim 13 Jan - 18:15 )



You and me could write a bad romance
with, KATE RHODES.

Quelle connerie que d’avoir fait une cure de désintoxication alors qu’il n’a absolument aucune volonté le blond, et ce depuis qu’il est petit, quand il avait cinq ans, sa mère lui avait demandé de se tenir à une limite de trois bonbons par jour, il faisait semblant pas devant, et par derrière, il allait se servir dans le pot de bonbons. Au fond, il se demandait s’il avait eu une bonne idée d’y aller, dans ce centre. Parce qu’il avait envie de boire et on lui avait dit que c’était normal dans les premiers jours. Mais ça fait deux mois qu’il est sorti et aujourd’hui, il avait eu envie de boire. Mais il avait une circonstance atténuante. Lissa s’était mariée. Et il paraît que les éléments déclencheurs, ça peut être ravageur sur un sevrage. Alors, il comprenait que c’était ça, l’élément déclencheur. Lissa avait refusé de se marier avec lui, et lui il était toujours là, comme un con, avec ses démons. Et il savait pertinemment que la seule personne qui serait capable de le calmer, c’est Kate. Parce que Kate, elle avait ce pouvoir étrange sur lui, elle pouvait le canaliser, elle pouvait le rendre heureux sans qu’il ne demande rien. Kate, elle était l’arc-en-ciel après la pluie ou après l’orage, Kate elle était le sourire fané sur la bouche du blond. Et il avait besoin d’elle, alors il voulait qu’elle le comprenne. Il s’attendait à ce qu’elle soit chez elle, parce qu’elle le lui avait dit, hier soir. Qu’elle voyait un ami et qu’elle rentrait. Adrian il n’avait pas fait attention à la jalousie qui s’était immiscé dans son esprit, il n’avait pas envie qu’elle se rende compte qu’il était jaloux. Parce qu’après tout, ils n’étaient presque rien l’un pour l’autre, ils n’avaient jamais parlé de ce qu’ils pouvaient être et Adrian sait aussi que Kate, elle n’est pas du genre à mettre des étiquettes sur ses relations. Alors il ne voulait pas en mettre non plus, mais il sait que quand il se prend à imaginer qu’un type peut poser ses mains crasseuse sur le corps de la blonde, il a juste envie de l’envoyer voler de l’autre côté de la violence. Alors il espérait tout de même qu’en sonnant, il ne tombe pas sur un type avec une tête de poisson frit parce qu’il s’est fait grillé. Mais non, c’est elle qui ouvre et il est presque soulagé. « Nan tu t’appelles Kate, ça va, j’m’en souviens encore. » répond t-il, sec, avant de forcer le passage pour entrer, sa bouteille de vodka toujours à la main. « Pardon ? » Adrian pense halluciner, elle n’a pas fait ça pour lui, alors elle a fait ça pour quI ? Pour elle ? Juste pour son plaisir personnel ? Adrian levait les yeux au ciel, et soupirer. Est-ce qu’elle était sérieuse ? Quand elle récupère la bouteille de vodka, Adrian la regarde. Il ne lui en veut même pas, même s’il fait un pas pour essayer de la récupérer, il abandonne rapidement. Il sait où sont cachés ses bouteilles si jamais il a envie de picoler. Il sait qu’elles sont cachées dans le bar en dessous de la télévision. Il a remarqué ça, un jour. Et il la regarde qui vide la bouteille, il a envie de la remercier et il la regarde, les sourcils froncés. Il respire lourdement, les mains serrées en poing. Et il se mord violemment l’intérieur de la joue. Quand les paroles de Kate lui viennent à la figure, il secoue la tête négativement. Il serre la mâchoire, le poing toujours serré. Il va exploser Adrian. Parce qu’il a envie de boire et parce que la seule personne qui pourrait lui donner envie d’arrêter vient de l’envoyer chier. « Alors c’est ça ? T’as fait ta petite gamine pourrie gâtée pour avoir ce que tu veux ? » Adrian la regarde de haut en bas, en levant les yeux au ciel « T’as cru que c’était bien de dire que tu voulais être ma marraine parce que tu pensais que c’était rien. » Sa voix est sèche, acide. « J’suis pas ta putain de B.A Kate. J’suis pas un pion que tu peux utiliser à ta guise. J’suis pas la B.A que tu utilises pour pouvoir baiser à ta guise. » Il sait qu’il regrettera sûrement les mots qu’il dit sur l’instant, mais il a besoin qu’elle comprenne. « J’suis malade Kate. J’ai une addiction de merde, j’sais que j’peux replonger d’un instant à l’autre. Alors putain, si t’avais juste envie de baiser, t’avais juste à le dire. De toutes façons, c’est ça qu’on fait, on baise et crois moi j’savais pertinemment ou je pouvais te trouver pour te baiser et te jeter. Parce que c’est ce que je compte faire. Un jour, quand j’en aurais assez de voir ta gueule de princesse hypocrite, j’te dirais de te barrer et de jamais revenir. Alors essaye pas de jouer à qui fera le plus de mal à l’autre, j’serais toujours plus fort que toi Rhodes. »


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 133
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: katrian ✻ you and me could write a bad romance ✻ ( Lun 14 Jan - 0:24 )

You and me could write a bad romance
Katrian

Il faut toujours qu’elle gâche tout, Kate. Qu’elle se soucie d’elle avant les autres. Sous prétexte qu’elle subisse une gueule de bois monumentale, elle ignore l’appel à l’aide qu’Adrian lui lance. Elle voudrait qu’il parte, qu’il l’a laisse tranquille. Elle n’a pas envie de le voir, d’être dérangée par ses états d’âme. Elle n’a pas le courage d’affronter sa mauvaise humeur. Sa bouteille de vodka, il pourrait la vider d’un trait devant elle qu’elle n’en aurait rien à faire. Son statut de marraine n’a aucune espèce d’importance à ses yeux, et c’est ce qu’elle lui crache en pleine figure. Kate n’a pas accepté ce rôle pour lui. Ça semble l’étonner et le temps de quelques secondes, Kate ne comprend pas pourquoi. Même si elle ne lui a jamais dit de but en blanc, il devait bien se douter qu’elle n’était pas sincère dans sa démarche. Pourquoi une fille qu’il connait à peine accepterait de le parrainer ? Kate, elle voulait juste obtenir ce qu’il a fini par lui donner. Rien de plus, rien de moins. Bien qu’elle soit tentée par l’idée de lui claquer la porte au nez pour retourner dans son lit, elle le libère de cette satanée bouteille de vodka. S’il n’y a que ça pour lui faire plaisir, ça ne la dérange pas d’en vider tout le contenu dans le fond de son évier. Ils pourraient en rester là, s’embrasser à n’en plus pouvoir et s’envoyer en l’air jusqu’à épuisement. Comme ils savent si bien le faire depuis qu’ils se fréquentent. Ça serait sans doute plus simple pour tout le monde. Sauf que la simplicité, ce n’est pas pour Kate. Elle savait bien que tôt ou tard, elle le décevrait. Elle savait qu’elle allait faire exploser ce semblant de relation qu’ils ont si rapidement construit. C’est toujours ce qu’elle fait, avec tout le monde. La blonde est incapable de garder qui que ce soit à proximité d’elle. Il y a toujours un moment où elle se sent étouffée, où elle a le sentiment que l’on attend d’elle l’impossible. Dès qu’elle ne réagit pas comme elle le devrait, elle se sent prise au piège. Comme si on essayait de la faire rentrer dans un moule qui ne lui correspond pas. Et à partir du moment où elle se croit en cage, elle envoie tout valser. Adrian est arrivé en supposant qu’elle serait capable de le sauver, mais c’est faux. Elle ne connait rien de l’alcoolisme, n’imagine même pas le quart de l’enfer qu’il traverse. Comment peut-elle le sauver ? C’est plus simple de le repousser, de lui dire d’aller voir ailleurs. Kate déclare la troisième guerre mondiale sans vraiment s’en rendre compte. Elle ferme les yeux, uniquement pour garder l’alcool à l’intérieur de son organisme. Elle sait ce qu’il fait, Adrian. Il cherche à la blesser autant qu’elle vient de le faire. Il la touche, mais pas assez pour qu’elle sorte de ses gonds. La jeune femme se redresse, l’une de ses mains toujours accrochée au rebord de l’évier. « Tu crois que t’es pas un pion ? Pourtant jusque-là, j’ai pas eu trop de mal à t’utiliser. » Elle le regarde droit dans les yeux, un sourire moqueur inscrit sur les lèvres. « J’ai même plus besoin de t’appeler maintenant, tu viens tout seul. Comme un grand. » Elle est mauvaise, elle joue avec le feu. Elle le regrettera, quand elle comprendra qu’Adrian avait un minimum d’importance à ses yeux. « Oh, tu croyais que j’avais envie de faire autre chose que baiser ? Désolée que t’aies pu croire ça. Je pensais qu’on était sur la même longueur d’onde toi et moi, et qu’on ne faisait effectivement que baiser. » À aucun moment elle ne perd son sourire. Elle reste provocante jusque dans son attitude, bien décidée à lui montrer qu’il ne peut pas l’atteindre aussi facilement qu’il le croit. « Si tu comptes me jeter, vas-y. Fais-le. Personne ne t’en empêche, surtout pas moi. T’étais même libre de le faire bien plus tôt que ça. Après que tu m’aies sautée la première fois, par exemple. » C’est pourtant lui qui a voulu qu’elle reste. « T’es trop attaché pour me jeter, Adrian. Et même si là, tu dis le contraire, j’te croirai pas. Tu m’as dit que tu voulais pas que je m’en aille. Tu nous as même imaginés ensemble. À croire qu’on est fait pour être ensemble… C’est ce que tu m’as dit l’autre jour, non ? Alors jette-moi si tu veux. Tu te feras du mal tout seul. » Elle aussi, elle aura mal. Kate prie pour qu’il n’écoute rien de ce qu’elle dit. Elle prie pour qu’il reste malgré tout.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 284
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)

Re: katrian ✻ you and me could write a bad romance ✻ ( Lun 14 Jan - 18:12 )



You and me could write a bad romance
with, KATE RHODES.

Adrian ne comprend pas comment ils ont pu en venir à ça, leurs mondes s’ébrèchent. Et lui, il créait un fossé entre eux deux. Il est énervé, et la tension dans son corps ne redescend pas. Il aurait peut-être dû taper un peu plus dans ce sac de sable, quitte à se briser quelques phalanges pour se soulager. Parce qu’il est bien que quand il a mal ce type est masochiste et il se dit que ça aurait peut-être eu le mérite de l’éviter de déverser sa colère sur la blonde. Il a besoin d’évacuer et il sait que c’est elle qui va trinquer. Il pourrait déverser sa colère dans ses coups de reins aussi, mais il n’a pas franchement envie de coucher avec elle maintenant. Ce serait de la folie, quand on sait qu’avant, il buvait une bière quand il finissait son affaire, et aujourd’hui qu’il a envie de boire ce n’est pas l’idée du siècle. Alors il se contentait de l’écouter, de s’énerver sur elle aussi. Histoire de faire monter un peu la pression, comme la bouilloire sifflante parce que l’eau est chaude, Adrian dans son esprit c’est la même chose, ça siffle, ça hurle dans sa tête. Et il ferait mieux de partir, mais il n’a pas envie de lui donner raison, il n’a pas envie de la laisser utiliser des mots blessants juste pour le plaisir de vivre, Adrian ne se laisse jamais faire, elle devrait le savoir Kate, elle devrait savoir qu’il ne partirait jamais sans se prendre la tête avec la personne en face de lui.  Adrian part au conflit, tête baissé, il fonce dans le tas comme un espèce d’abruti en quête d’adrénaline. Parce que c’est ce qu’il est, un putain d’abruti en quête d’adrénaline. Adrian, il plante son regard dans celui de Kate quand elle le regarde. La mâchoire serrée, il ne dit rien, il siffle entre ses dents. « En même temps, j’avais besoin de toi espèce de conne. Parce que moi, j’utilise pas les gens à ma guise, surtout quand ça concerne leurs addictions. » Il n’aurait pas voulu l’insulter, mais pourtant, ça sort tout seul, preuve de sa colère, preuve de son non sens. « ah ouais ? T’avais pas envie de faire autre chose que baiser ? Qui est-ce qui a dit qu’elle voudrait plus partir ? C’est pas moi. » Adrian siffle entre ses lèvres et il souffle en passant une main derrière sa nuque, encore plus énervé. Il déglutit et récupère la bouteille qu’il a vidé pour la laisser s’éclater contre le mur. Il préfère ça que frapper encore dans le mur. Ses phalanges ne supporteraient pas. « Tu crois que j’peux pas te faire du mal Kate ? » Il la surplombe en la regardant les yeux plantés dans ceux de la blonde. « Tu penses vraiment que j’peux pas te faire de mal ? » Il lâche un rire mesquin « Mais entre nous j’savais que je t’avais dans la poche. Parce qu’après tout, ça se voit sur ta putain de gueule. Toujours penser qu’à ta gueule. Toujours. Et mes potes vont bien être heureux quand ils vont apprendre que j’ai réussi à mettre la gamine de la directrice du centre dans mon pieu. » Il regrette déjà ce qu’il vient de dire, mais il la regarde et secoue la tête négativement « T’as encore de la chance que j’me sois pas barré quand tu m’as demandé si j’avais le SIDA, ça veut dire quoi ? T’as combien de mecs qui te sont passés dessus ? Tout le monde t’es passé dessus à part le TGV ? » Il la regarde encore et se recule pour finalement frapper dans le mur, et il ne montre rien mais sa main lui fait un mal de chien. « j’me ferais un plaisir d’aller dire à ta mère que t’as failli à ton rôle de marraine. Je sais bien que tu t’en fous de ce que pense tes parents, mais au moins, elle verra clair dans ton jeu. T’auras plus personne Kate. Plus personne. Si tu veux jouer, tu ne sais pas avec qui tu joues. »


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 133
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: katrian ✻ you and me could write a bad romance ✻ ( Mar 15 Jan - 16:22 )

You and me could write a bad romance
Katrian

Il avait besoin d’elle. Ça, Kate, elle ne l’avait pas vu venir. Il avait besoin d’elle et dans sa tête, ça n’a pas le moindre sens. Elle ne comprend pas pourquoi il avait besoin d’elle, elle ne comprend pas ce qu’il attendait d’elle. Et toute cette incompréhension ne fait qu’attiser sa panique. Adrian pensait bêtement pouvoir compter sur la blonde, sauf qu’elle se sent incapable d’aider qui que ce soi à surmonter ses démons. Ce n’est pas qu’elle ne veut pas, mais plutôt qu’elle ne peut pas. Sans compter qu’habituellement, c’est elle qui a besoin des autres. L’inverse ne se produit jamais. Ça l’arrange, dans le fond, parce qu’elle a toujours ce problème de ne pas vouloir être celle que les autres s’imaginent. De manière générale, elle a un problème avec le fait d’être une personne bien. Elle sait qu’elle ne vaut rien, Kate. Depuis le jour où elle a disparu à l’autre bout du pays, tout le monde veille à ce qu’elle le comprenne. Elle a fini par bien le comprendre et l’intégrer. Alors pourquoi Adrian aurait besoin d’une fille comme elle ? Pourquoi est-ce qu’à l’inverse de tout son entourage, il lui donnerait un peu de valeur ? Au lieu de l’attendrir, ça l’effraie. Kate ne se l’explique pas, elle ne veut pas qu’il ait besoin d’elle. Donc elle enfile son plus beau masque de garce et fonce dans le mur, tête baissée. Elle se rend plus ou moins compte que leur dispute n’a aucun sens. Aucun des deux ne voulait partir. Ils étaient bien, ils étaient dans leur bulle. Adrian voulait qu’elle reste, et elle, elle ne voulait pas le quitter. Comme quoi, Adrian avait sans doute raison : ils sont faits pour être ensemble. La jeune femme sursaute quand il éclate la bouteille de vodka à même le sol, se protège le visage de ses mains dans un geste brusque. « Putain mais t’es complètement taré ! » Adrian prétend pouvoir lui faire du mal et Kate sait qu’elle peut lui faire confiance là-dessus. Elle sait qu’il peut être aussi blessant qu’elle. Le ton qui l’emploie l’inquiète franchement, parce qu’elle sent au plus profond de ses tripes que la suite ne va pas lui plaire. Elle soutient son regard sans broncher, fait comme si ce qu’il raconte ne l’atteint pas le moins du monde. « Qu’est-ce que t’attends ? Vas-y, va leur dire. Tu peux même leur donner les détails, si tu veux. Et mon numéro de téléphone, au cas où ça les intéresserait aussi. » Le jeune homme continue de l’insulter, lui fait comprendre qu’elle est une salope. Elle bouillonne intérieurement, se retient de ne pas lui sauter à la gorge pour l’étrangler. « J’ai déjà personne espèce de connard ! » Qu’elle hurle en abattant ses deux mains contre son torse avec toute la force dont elle est capable. « Oui, je suis qu’une salope qui pense qu’à sa gueule. Et alors ? Tu te crois mieux, toi ? Tu crois que tu peux venir m’insulter en pensant que t’es irréprochable ? » Elle lâche un rire nerveux, levant les yeux au ciel. « T’as passé la moitié de ta vie à boire comme un trou, tout ça parce que t’étais pas capable de supporter ton beau-père et parce qu’une connasse a pas voulu t’épouser. Tu joues les forts, mais dès qu’un truc va pas dans ta vie, tu pars en vrille. T’es qu’un putain de faible, Adrian. Viens chialer autant que tu veux à ma porte avec une bouteille de vodka dans les mains, mais y’a rien que j’puisse faire pour toi. » Pour le coup, Kate n’a jamais été aussi sincère. « Tu peux me critiquer autant que tu veux, me casser du sucre sur le dos et m’insulter gratuitement si ça t’enchante. Mais moi, au moins, j’ai pas besoin de toi pour mettre de l’ordre dans ma vie de merde. » Elle se rapproche de lui, plante son regard d’acier dans le sien. « T’es qu’un minable, Adrian. » Qu’elle lâche entre ses dents, prête à se prendre l’effet Boomerang en plein visage. « Et si le minable que t’es a besoin d’alcool, y’en a tout un tas dans le placard. Sers-toi. » Elle le provoque allègrement, sans imaginer l’effet que ça puisse avoir sur lui. Elle n’imagine pas non plus l’effet que ça aura sur elle, si jamais il replonge.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 284
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)

Re: katrian ✻ you and me could write a bad romance ✻ ( Hier à 18:58 )



You and me could write a bad romance
with, KATE RHODES.

Tout part en vrille et Adrian n’a pas encore le temps de se détester, mais ça, il le fera plus tard. Parce que malgré ce qu’il dit, malgré ce qu’il veut faire paraître à travers ses mots acides et ignobles, il tient à Kate. Parce qu’elle a été là pour lui quand il est sorti de cure de désintoxication, parce qu’elle lui a changé les idées pour qu’il ne replonge pas juste après sa sortie. Mais voilà, il ne pouvait pas lui imposer un poids éternel sur les épaules. Il devait la libérer, et si elle pouvait la détester ça l’arrangerait un peu, parce qu’il n’avait pas envie qu’elle soit triste. Il avait envie qu’elle soit heureuse, qu’elle le déteste et qu’elle le laisse tranquille, même si lui, il devait s’en mordre les doigts. Il préfère qu’elle le déteste plutôt qu’autre chose. Il sait qu’elle peut le détester, parce qu’il sait aussi qu’elle déteste sa soeur et si elle pouvait faire passer la moitié de la rancoeur qu’elle éprouvait, ça l’arrangerait. Parce qu’au moins, il saurait que ça ne changerait pas le lendemain. Mais Kate était imprévisible aussi et il avait peur qu’elle ne le déteste pas finalement. Et ça le foutait en rogne, encore plus, encore plus que d’être faible et d’avoir envie d’un verre, d’une gorgée d’alcool, encore plus que de se sentir replonger. « T’inquiète pas pour ça, tu viens assez souvent profiter du centre pour qu’ils te le demandent d’eux même. » répond t-il en secouant la tête négativement, encore une pique quant au fait qu’elle profite de tout et de tout le monde, mais surtout de sa famille qu’elle dit détester, ou du moins, ne pas aimer suffisamment. Il sourit comme un abruti quand les deux mains de la jeune femme s’abattent sur son torse, il ne cherche même pas à l’éviter, il a juste envie qu’elle extériorise cette haine et que ça reste, coincé en elle pour qu’elle ne revienne pas sur ses paroles, pour qu’elle ne revienne pas sur ses pensées. Il pourrait lui faire bien trop de mal, et il n’avait pas envie de la blesser, pas elle. Il récupère sa haine en fermant les yeux, serrant un peu plus la mâchoire et les poings qui lui font déjà un mal de chien. Adrian la regarde, sa poitrine se gonflant et se dégonflant bien trop rapidement, il respire trop vite, il va exploser, il le sent, il le sait, il ne veut pas qu’elle soit là, mais les mots le percutent, elle va le mettre K.O, il va être fini. Le combat sera terminé, elle va gagner par forfait, il n’a plus envie de se battre finalement, c’est un minable, elle le dit, elle a raison. Il n’aurait pas dû sortir du centre. « Va te faire foutre Kate. » qu’il lui dit simplement. « T’as peut-être pas besoin de moi pour mettre de l’ordre dans ta vie de merde, mais au moins, moi j’prend pas des responsabilités que je peux pas tenir. » Il la regarde et il siffle entre ses dents « Arrête de croire que le monde c’est des bisounours Kate. Spoiler alert : On se soigne pas comme ça. Et j’avais besoin de toi. » Mais elle comprend pas. Elle ne comprend pas et elle ne comprendra sûrement jamais.  Alors c’était mieux pour eux qu’ils arrêtent là, du moins, c’est ce qu’Adrian pensait. Il valait mieux ça plutôt qu’il lui fasse du mal, plus tard. Et quand elle lui dit d’aller se servir, il ne se laisse pas prier, pauvre con trop faible et il se dirige jusqu’au bar pour vider la bouteille de rhum de quelques gorgées avant de lui faire face « Mais tu vois, même si je suis un abruti, un putain de lâche, j’sais aussi un truc. J’suis bien avec toi, j’suis bien quand t’es là. J’suis bien quand t’es dans mes bras. Et ça f’sait longtemps que j’avais pas ressenti ce que j’ressens, tu m’as donné envie d’être un homme bien. Et c’est compliqué à faire parce que j’ai l’impression d’être pourri de l’intérieur, j’vis avec une mélancolie de merde, parce que j’me suis pas pardonné plein de choses, le décès de ma mère. Mais tu vois, avec toi, j’y pensais moins, j’y pensais quasiment plus même. J’suis amoureux de toi. Mais ça sert à rien, parce que j’finirais par être un connard. J’finirais par te faire du mal. » Oui, Adrian a une grande estime de lui. Il se prenait même une autre gorgée avant de la regarder « J’préfère encore que tu me détestes plutôt que j’te fasse du mal Kate. »


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: katrian ✻ you and me could write a bad romance ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

katrian ✻ you and me could write a bad romance

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération