save me from my misery (alix)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Harbor Creek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 423
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage), peter shacklebolt (aaron taylor-johnson), misha castillo (ana de armas) et nova hamilton (lili reinhart)

save me from my misery (alix) ✻ ( Jeu 10 Jan - 23:18 )


Alix & Ozzy

save me from my misery


Quand il regarde autour de lui, Ozzy voit flou. Il a trop consommé ce soir, a bu pour oublier mais a fumé pour se rappeler d'être vivant. Il est habitué à ce mélange, si bien que ça ne fait plus tellement d'effet à son corps à force. Mais là, il a fait plus que consommer un simple joint pour se défaire de ses idées noires. Il y est allé plus fort, a enchaîné les verres avant d'y ajouter autre chose. Il ne sait même plus quoi, peut-être de l'extazy, il se rappelle juste d'une pilule qu'il a ingérée et qui a momentanément fait l'affaire. C'est pas son genre de se flinguer de la sorte, d'habitude il va jusqu'à la tête qui tourne et se retrouve rarement dehors, à trembler contre un mur, plus pâle qu'un cadavre. Il a toujours le SMS dans son téléphone, celui où sa tante lui annonce qu'Ozzy est officiellement dénué de ses deux parents. Le gamin en lui a resurgi sans prévenir, défonçant la porte pour laisser sortir tous ses démons. Petit garçon qui n'est jamais vraiment parti, qui a toujours été caché quelque part dans ce corps d'adulte à attendre de recevoir un minimum d'attention, d'affection. Ça fait trois jours, ou quatre, ou une semaine peut-être parce qu'Oz a arrêté de compter. La mort de son père lui est tombée dessus sans prévenir et maintenant, elle l'attire lentement vers les abysses d'un océan sans lumière. Il se noie Oswald, il perd totalement pied et pour une fois, il n'a aucune idée de comment récupérer le contrôle de la situation. Il titube, respire difficilement, il gerbe à un moment. Il a aussi dû se cogner à un moment parce qu'il a mal au crâne et quand il a touché, il a senti un liquide sur le bout de ses doigts. Maintenant, Ozzy longe ce qui ressemble à un port. Il sort son téléphone de sa poche et sa première pensée, elle va vers Alix. Alix et ses grands discours, prétextant qu'elle lui fait confiance alors que lui, il n'est qu'une épave. Ses doigts pianotent tout seul sur le clavier avant qu'il ne finisse par retrouver la raison. Il ne peut pas l'impliquer là-dedans. Il ne veut pas qu'elle le voit ainsi, si misérable, au bord du gouffre et prêt à tomber dedans la tête la première. Il lâche son téléphone sans le faire exprès, tend ses mains devant lui et remarque qu'elles se sont mises à trembler. Le téléphone gît sur le sol mais Ozzy s'en fiche éperdument. Il marche vers l'eau, se surprend à trouver le clappement des vagues artificielles contre le bord relaxant. Il fixe l'eau, son reflet, et il pense à son père. Non il n'y pense pas, en réalité son père est partout. Il l'entend dans sa tête, voit ses traits à la place des siens, il l'entend lui dire que c'est sa faute si il est mort. Il l'a abandonné là-bas, l'a laissé pour mort alors qu'Ozzy, il aurait pu être un bon gamin pour une fois. Mais non, il n'a jamais été quelqu'un de bien. Mais par-dessus les voix dans sa tête, il y en a une qui s'élève plus que les autres. Il la reconnaîtrait entre mille et au fond, ça ne l'étonne même pas qu'elle ait fini par le trouver.  « Comment t'as fait ? » demande-t-il à Alix sans la regarder.  « T'as implanté une puce dans mon portable pour me traquer ? » Le gamin à l'intérieur d'Ozzy, il crie à l'aide en ce moment. Il se débat si fort que ça en devient douloureux, une migraine qui s'ajoute à tous les autres effets des substances mélangées. Lentement, il se tourne vers elle. Il tremble toujours, a la peau plus pâle que jamais et des cernes énormes sous les yeux. Ça fait deux nuits qu'il ne dort plus, trois jours qu'il boit jusqu'au coma. Ozzy est une épave et sans Alix, il va finir par sombrer trop profondément que pour être sauvé. Pourtant il continue de la repousser, de faire taire ce fichu gamin parce que ça a toujours été trop beau avec elle que pour qu'elle finisse par voir ce coté sombre qu'il passe son temps à cacher.


AVENGEDINCHAINS


†  I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 139
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : zoë kravitz
›› Schizophrénie : arya cohen (margot robbie), adrian dawkins (j. allen white), anya arsenault (e. rossum), bird roth-spiegelman (l. collins), lola fitzsimmons (e. watson), markus cubbins (l. evans), devon oakley (s. stan), cassandra hamilton (e. clarke), mina o'cearnaigh (n. dormer)

Re: save me from my misery (alix) ✻ ( Ven 11 Jan - 13:20 )



save me from my misery
with, ALZY.

« Regarde Maman ! Je sais faire des entrechats ! » lui annonce Vicky alors qu’Alix la récupère à la danse classique, récupérant son petit sac de sport et sa gourde d’eau. Elle rattrape sa fille au vol et lui offre un baiser sur la joue avant de se diriger jusque la voiture pour aller goûter au centre commercial. Alix est heureuse en ce moment, elle ne peut pas dire le contraire, tout va relativement bien dans sa vie, sauf si on compte qu’Ian est encore un connard fini. Mais Alix, elle a l’habitude maintenant, alors elle s’en préoccupe guère. Elle se gare dans le parking, et se presse pour aller dans le salon de thé avant de commander un thé et un cupcake pour elle et Vicky. La demoiselle lui raconte son cours de danse, et Alix lui promet qu’elles iront acheter un nouveau tutu et des nouveaux chaussons de danse samedi, quand elle dormira chez elle, et elles iront manger une pizza aussi, puisque Vicky le réclame. Alix pourrait tout donner à sa fille si elle peut être heureuse. « Tu sais Maman, à l’école, on a demandé ce qu’on voulait faire quand on sera grande et moi, j’ai dit que je voulais faire peintre comme ma maman. » Et Alix, elle a les larmes aux yeux qui montent quand elle entend sa fille qui lui dit qu’elle est fière de sa maman quand elle va voir ses tableaux. Même si ça n’arrive pas souvent. Puisqu’Alix n’expose plus. Mais elle se promettait de le refaire incessamment sous peu, juste pour pouvoir emmener Vicky au vernissage. Puis elle avait aussi envie de créer en ce moment, alors c’était plutôt une bonne chose. Elle jetait un coup d’oeil à son téléphone et elle fronçait les sourcils quand elle voyait un message d’Ozzy. Elle déverrouillait son téléphone et elle restait comme une imbécile devant l’écran. Elle ne devait pas paniquer devant Vicky mais pourtant, tout son cerveau était en alerte, elle prenait une grande inspiration avant de lui répondre rapidement, ne laissant pas la panique la gagnait, ça ne servait à rien. Elle devait le retrouver. Elle ne pouvait pas le laisser seul, pas dans ces moment là. Elle récupérait la boîte qu’elle avait demandé pour Vicky, déposait un billet sur le comptoir avant de foncer jusque la voiture, la petite Vicky au bout de la main. Quand elle répondait au dernier message, elle balançait son téléphone sur son siège et elle se pressait d’aller au bureau de Ian pour déposer la demoiselle, elle ne s’attardait pas, ne prenait même pas le temps de jeter un coup d’oeil assassin à la secrétaire de Ian qui la prenait de haut comme à chaque fois. Elle s’en foutait, pour le moment ce n’était qu’Ozzy qui importait « Maman te récupère dans deux dodos. Et on passe tout le week-end ensemble, promis petit singe. » Et elle offrait un câlin à sa fille avant de filer dans les rues de Cap Harbor, elle tournait dans les lieux qu’il avait eu l’habitude de lui parler, montrer sa photo à quelques clanpins qui tournaient par là et personne ne l’avait vu. Bordel. Le coeur battait bien trop vite, les pensées étaient mélangées. Et si elle était arrivé trop tard déjà ? Non, elle ne voulait pas penser à cette éventualité. Elle chassait cette idée de sa tête quand elle roulait, elle voulait abandonner. Peut-être qu’il était venu chez elle, elle n’avait trouvé qu’un appartement vide quand elle était allé chez lui, elle en avait quand même profiter pour nourrir Styx au milieu des cadavres de bouteilles et des joints consommés. Elle lui avait offert une caresse avant de repartir. Et elle allait abandonner quand elle l’apercevait au loin, elle sortait de sa voiture après l’avoir garé comme une malpropre et elle se rapprochait de lui, sans aucune discrétion « Ozzy, fait pas le con s'il te plaît… » qu’elle prononce simplement. Elle s’attendait à ce qu’il l’agresse ou qu’il lui demande de partir… Mais non. Alix sentait son coeur qui se serrait. Elle restait en retrait. « Quand je t’ai dit que je retournerais tout Cap Harbor pour te retrouver, c’était pas une connerie. » Et elle avait failli abandonner, mais ça, elle ne lui avouait pas. « Je suis pas encore aussi tarée que ça. » Non, elle n’avait pas eu besoin de traqueur, elle s’était juste contentée de faire les lieux qu’elle pensait logique. Elle ne bougeait toujours pas et quand il se retourne, elle a l’impression de faire face à un fantôme et elle essaye de ne pas avoir de suréagir, elle se contente de faire quelques pas pour attraper ses mains pour qu’il arrête de trembler et surtout pour qu’il se recule un peu de l’eau. « Je t’ai dit que j’serais toujours là. » lui murmure t-elle alors qu’elle tente de calmer ses tremblements en caressant la paume de sa main. « Pourquoi t’es comme ça… » Elle aimerait savoir Alix, pour pouvoir essayer de trouver les mots justes. Et doucement, elle l’entoure de ses bras, pour le serrer contre elle. « J’suis là… T’iras pas en prison c’est promis.» qu’elle continue de murmurer l’artiste, en attrapant la bouteille qu’il avait avec lui pour finir par la balancer à quelques mètres de là, elle n’avait pas besoin qu’il continue de boire, il sentait tellement l’alcool qu’elle se demandait depuis combien de temps il était comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 423
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill pennywise skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (halston sage), peter shacklebolt (aaron taylor-johnson), misha castillo (ana de armas) et nova hamilton (lili reinhart)

Re: save me from my misery (alix) ✻ ( Dim 13 Jan - 22:27 )


Alix & Ozzy

save me from my misery


Alors que les traits d'Alix se dessinent de façon plutôt floue devant lui, Ozzy se sent tiraillé entre deux sentiments totalement opposés. D'un coté, il n'a pas envie de la voir. Il a toujours géré ses problèmes seuls et s'en est plus ou moins bien sorti parce que l'allemand, il n'a besoin de personne. Il s'est auto-élevé, a grandi sans repère, jamais il n'en a été au point de devoir se reposer sur quelqu'un parce qu'il n'arrive plus à avoir le contrôle de la situation. Oui, il a souvent été dans des situations à risque qui auraient pu lui coûter la vie, mais il s'en est au final toujours sorti. Alors il ne veut pas de l'aide d'Alix. Il rejettera sa pitié, sa compassion envers lui comme il l'a toujours fait. Il a fallu qu'il finisse par éprouver de l'affection envers elle, qu'il en vienne à craindre un peu trop fort de la blesser que pour se permettre de la garder à ses cotés. C'est là toute la contradiction qui se déchaîne dans la tête d'Ozzy comme une dizaine d'ouragans, cette envie irrépressible de la voir rester alors que tout son être persiste à la repousser. De l'autre coté, il est à deux doigts de faire tomber toutes ses barrières. Il se sent fébrile, et pas seulement parce qu'il a consommé tellement ce soir qu'il en a les mains qui tremblent. Ozzy est tombé de haut, il n'arrive plus à se rattraper. Il a besoin d'aide, il a peur et il ne sait pas quoi faire pour arrêter ces émotions qui lui vrillent l'estomac. « T'aurais pas dû, c'est pas comme si ça en valait vraiment la peine. » Il titube et manque de tomber mais heureusement pour lui, ses pieds restent collés à la terre ferme. En faisant face à Alix, il réalise qu'il lui fait de la peine. Il a probablement gâché sa soirée avec sa fille parce qu'Alix, pour rappel, elle a une famille. Elle ne peut pas se permettre de gâcher tout ça pour lui et lui, il ne peut pas se permettre de l'entraîner avec lui dans ses abysses. « J'vais bien j'te dis, » qu'il articule faiblement, malgré la transpiration qui coule le long de son front et les soubresauts qui animent son thorax. Malgré ça, il la laisse prendre ses mains pour le faire bouger. Sa tête tourne et lui fait mal et pourtant, il arrive quand même à être un minimum conscient de ce qui se passe. L'alcool aurait dû calmer sa peine, la drogue était censée effacer ses souvenirs. Pourtant, Ozzy ne se rappelle que trop bien et ça fait mal, aussi mal qu'un poignard en plein coeur. Pendant un instant, il ne dit plus rien. Il la laisse parler dans le vide, profite de cette douceur inattendue qui vient interrompre ce moment d'horreur et qui met ses démons sous silence. Il regarde leurs mains, respire difficilement, et réagit à peine quand elle le prend contre elle. « Arrête, » murmure-t-il avant de brusquement s'écarter. Il secoue négativement la tête, inspire et expire de plus en plus fort. « Arrête ça ! Arrête de faire comme si tu me comprenais, comme si t'étais dans ma tête ! Tu peux pas m'aider et je veux pas que tu m'aides, je veux pas qu'on fasse semblant que tout va bien et qu'on va s'en sortir ou un truc du genre parce que c'est des conneries tout ça. Tu sais rien de ce que je traverse, t'as aucune idée de la putain d'histoire qui m'a rendue comme je suis aujourd'hui. Misérable, pas capable d'être sobre pendant plus de trois jours. » Il rit nerveusement, même si son rire ressemble plus à un sanglot retenu au fond de sa gorge. « Perd pas ton temps avec moi Alix. C'était bien, mais toi et moi on sait très bien que ça pouvait pas durer sur le long terme. J'suis toxique pour toi, je te rendrais aussi pathétique que je le suis là maintenant, » ajoute-t-il en tendant les bras, encore incapable de tenir droit. Ozzy sait qu'il regrettera ces mots, mais il sait également que c'est ce qu'il y a de mieux à faire. La repousser avant qu'il ne soit trop tard, avant qu'elle ne s'attache, parce que c'est comme ça qu'il fonctionne. Il dégage tout ce qu'il y a de mieux pour lui, il ne garde que le mauvais et évite ce qui pourrait le rendre potentiellement plus heureux parce qu'il ne pense pas le mériter, ce serait beaucoup trop facile sinon.


AVENGEDINCHAINS


†  I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
avatar
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 139
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : zoë kravitz
›› Schizophrénie : arya cohen (margot robbie), adrian dawkins (j. allen white), anya arsenault (e. rossum), bird roth-spiegelman (l. collins), lola fitzsimmons (e. watson), markus cubbins (l. evans), devon oakley (s. stan), cassandra hamilton (e. clarke), mina o'cearnaigh (n. dormer)

Re: save me from my misery (alix) ✻ ( Lun 14 Jan - 18:55 )



save me from my misery
with, ALZY.

Le monde tourne à l’envers, Alix elle a l’impression de tomber dans un gouffre et que ça ne s’arrête pas. Mais le retrouver était au fond, déjà une petite victoire. Elle se sentait mieux, de se dire qu’il était encore là, vivant et entier. Mais elle crevait de peur de la suite. Elle avait l’impression que tout allait exploser en un instant. Et alix, elle n’avait pas envie que ça explose. Elle avait envie que ça continue à fonctionner comme ça. Alix et Ozzy, l’eau et le feu. Mais là, elle était le souffre sur l’allumette, elle pouvait le faire craquer en une seconde, elle le sentait, la tension était palpable et elle avait envie de revenir en arrière pour voir le mal être dans la peau de l’Allemand. Elle a du mal Alix, à voir la lumière, elle qui essaye toujours de voir le positif, voilà que maintenant, c’est le négatif qui se pointe et c’est horrible, elle a du mal. Elle a envie de craquer. Elle souffle, elle réfléchit, les pensées vont tellement vite, qu’elle a l’impression que sa tête tourne, c’est difficile de penser. Difficile de réfléchir quand il est là, en face d’elle, la tête déconfite, tel un zombie. « Arrête, tu sais que t’en vaux la peine. » Oui, pour Alix, il en vaut la peine, c’est comme ça que pensent les amis. Il n’en vaudrait pas la peine, elle ne serait pas revenu, elle ne serait pas resté longtemps, elle n’aurait pas continué à discuter avec lui, à rester en contact avec lui. Il n’en vaudrait pas la peine, elle ne lui aurait pas présenté Vicky. Il va bien qu’il lui dit et Alix, elle lève les yeux au ciel. Elle soupire même. Elle a envie de le secouer comme un prunier pour le réveiller, mais elle n’en fait rien, elle essaye de faire bien, même si elle sait qu’elle va forcément mal faire. « Tu vas bien ? Arrête… » A force de lui dire d’arrêter, il va l’envoyer se faire foutre, et Alix ne le supporterait pas. Elle a envie de le ramener chez lui, sain et sauf. Alix, elle a besoin de le sentir contre elle, ses mains dans celles de l’Allemand, elle aimerait être le pansement de toutes ses plaies, au moins pour aujourd’hui. Au moins pour maintenant. Alix, elle aimerait panser ses plaies les plus profondes, mais elle sait que ça sera compliqué. Et quand elle le prend toute contre elle, elle soupire de soulagement, il ne la repousse pas. Ou du moins, c’est ce qu’elle pensait, mais quand il s’éloigne, elle a froid Alix, elle a la tête qui va exploser. Le arrête qui tourne dans sa tête. Non, elle ne veut pas arrêter. Elle est bien trop têtue Alix. Et les mots la frappent de plein fouet, et elle sent qu’elle a dû mal à respirer, elle baisse la tête, blessée. Et elle encaisse, elle encaisse encore. Elle le regarde, et elle sent les larmes qui lui montent aux yeux. Elle détourne le regard, et fait quelques pas pour réfléchir. Elle tremble, encore et encore. Elle va exploser Alix. Elle commence même à partir, mais elle s’arrête. Elle ne peut pas abandonner parce qu’il le lui demande, elle n’a jamais abandonner. Alors elle ne le fera pas aujourd’hui. « Parce que tu penses que moi, ma vie est rose ? Nan, j’suis une bombe à retardement Ackerman. Parce que tu crois que j’ai jamais eu envie de me flinguer ? J’y pensais bien trop souvent quand j’étais pas là. J’ai failli me foutre en l’air et j’ai trouvé la rédemption dans la fumette. J’compte pas les putains de fois où j’me réveillais et où j’me demandais où j’étais. Qui j’étais même. Le nombre de fois où j’me demandais qui j’étais, parce que j’étais trop défoncée pour me souvenir. » Elle avoue qu’elle a été faible elle aussi. « Alors non, j’peux pas comprendre ce qui se passe dans ta tête, non j’peux pas comprendre, mais dis pas que j’peux pas t’aider. J’t’ai dit que j’serais là et malheureusement pour toi, j’suis pas du genre à abandonner comme ça. » Alix soupire et reste à une distance raisonnable de l’Allemand pour ne rien faire de stupide. « Tu peux pas me rendre pathétique, parce que j’le suis déjà. A ma façon, regarde, j’suis une connasse qui vit pour le bonheur de sa gamine en se basant sur les pensées de son ex qui s’en tamponne d’elle. J’pourrais faire tout ce qui pourrait être possible de faire pour être sûre que j’aurais toujours Vicky dans ma vie. » Elle essaye la carte de Vicky, mais elle a peur que ça ne marche pas. « Tu sais quoi ? J’vais te dire un truc que Ian m’a dit. Il m’a demandé d’arrêter de te voir sinon il me donnait plus Vicky. Je lui ai dit d’aller se faire foutre. Parce que personne ne pourra juger mes connaissances ni même les gens que je fréquente. Alors arrête de dire que tu seras toxique pour moi parce que t’es autant toxique pour moi que moi je le suis pour moi-même. Et j’étais encore avec Vicky il y a une heure trente de cela. » Elle sent son coeur qui bat trop vite dans sa poitrine et elle le regarde « Alors explique moi, j’peux tout entendre Ozzy. Une amie, c’est là pour ça. » Parce que c’est ce qu’elle était, une amie, stupidement fidèle. Parce qu’au fond Ozzy, c’était celui qui la connaissait le mieux. Et ça, elle ne pouvait absolument rien y faire. C’était comme ça, simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: save me from my misery (alix) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

save me from my misery (alix)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Harbor Creek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération