Pobody’s nerfect (Alec)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Brane Malone
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/01/2019
›› Commérages : 80
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Michael B. Jordan
›› Schizophrénie : Joan Pryce + Asher James + Eliza Nelson-Riley + James Campbell + Calie Washington + Rose Milligan + Kate Rhodes

Pobody’s nerfect (Alec) ✻ ( Mer 23 Jan - 13:59 )

Pobody’s nerfect
Alec & Brane

Après une bonne heure de fouille, Brane tombe enfin sur ce qu’il cherche : son alliance. Il l’avait tellement bien rangée qu’il n’arrivait plus à la trouver. Et maintenant qu’il la tient entre ses doigts, il se demande pourquoi il tenait absolument à la retrouver. Ça n’a absolument pas le moindre sens, il s’en rend compte. Il ne sait pas quoi en faire, l’observe sous tous les angles sans aucun but précis. Pour une sombre raison qui lui échappe, Brane ressentait simplement le besoin de remettre la main dessus. Il pousse un long soupir d’agacement, s’asseyant sur le bord de son lit. Il glisse l’alliance autour de son doigt, se remémore le jour de sa rencontre avec Erin, les bons moments passés ensemble, leur mariage. À chaque fois qu’il pense à elle, ce sont d’abord les plus beaux souvenirs qui remontent à la surface. Puis celui de la rupture vient tout balayer avec violence. Il ne ressent plus que de la rancœur désormais, de la colère aussi. C’est encore pire maintenant, après l’avoir enfin revue. Onze années après qu’ils se soient séparés, Brane croise sa femme dans un magasin de lingerie fine. Onze années de silence et d’absence. La première était la plus difficile à surmonter, la plus compliquée à vivre. Le temps s’est chargé de guérir certaines blessures, effaçant une bonne partie des sentiments de Brane à l’égard de sa femme. Petit à petit, il a arrêté de penser à Erin. Il a retiré son alliance, l’a remise dans son écrin au fond d’un tiroir. Il a placé toutes les photos d’eux dans une boîte, a fait disparaître le moindre objet appartenant à Erin. Brane a refait sa vie, tout simplement. Il s’était fait à l’idée qu’entre lui et Erin, il n’y avait plus le moindre espoir. Il s’était habitué à son absence, n’attendait plus rien d’elle. Il a mis du temps avant de s’en remettre, mais il pense sincèrement qu’il s’en est bien sorti. Enfin, c’est ce qu’il pensait avant. Avant qu’il ne tombe sur Erin par hasard, avant qu’elle ne fasse comme si de rien n’était, complimentant sa nouvelle coiffure. En quelques minutes seulement, elle a tout fait remonter à la surface. À l’exception peut-être de ses sentiments. S’il n’avait aucune mal à affirmer haut et fort à quel point il aimait sa femme autrefois, il ne croit pas qu’il puisse encore le faire. Brane passe une main sur son visage, puis pose la bague sur sa table de chevet. Un peu perdu, il essaye ensuite de s’occuper l’esprit comme il peut. Il fait un peu de ménage, range son immense placard, jusqu’à ce qu’il se décide à sortir de chez lui, une bouteille de whisky sous le bras. Presque machinalement, Brane se rend chez Alec. Il ne prend pas la peine d’annonce sa venue, en se disant qu’il sera forcément chez lui. Et si ce n’est pas le cas, il trouvera bien un endroit où aller, quitte à élire domicile au parc avec sa bouteille. Ça risque de lui donner la sale impression d’être un alcoolique, cela dit. Alors il espère quand même qu’Alec sera là. Une fois devant la porte, Brane insiste un peu trop sur la sonnette. Il n’en a pas tout de suite conscience, c’est quand l’agent de la CIA vient lui ouvrir qu’il le comprend. « Yo, désolé pour l’agression de sonnette. » Qu’il dit alors. Une accolade plus tard, Brane s’invite à l’intérieur. « J’étais pas sûr que tu sois là ! Mais c’est cool, j’ai revu Erin et j’ai trouvé cette bouteille de whisky dans le placard. » Voilà, le ton est donné. Le brun fait comme chez lui, dépose sa veste sur une chaise et part dans le salon. « À moins que ce soit un peu trop tôt pour boire un verre ? J'te dérange pas, au moins ? » Il sort son portable de sa poche, comme pour vérifier l’heure. Dans le fond, l’heure n’a pas trop d’importance. Ce n’est qu’un détail, et il sait que le bouchon de la bouteille finira par sauter.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    fuck (verb) The only fucking word that can be put everyfuckingwhere and still make fucking sense. Fuckers.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Alec Winterfell
LOVE MAKES A FAMILY.


http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/05/2016
›› Commérages : 588
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Luke perfect Mitchell

Re: Pobody’s nerfect (Alec) ✻ ( Sam 26 Jan - 15:22 )

pobody’s nerfect ✻✻✻ Alec prenait son rôle de papa très à coeur. S'il n'avait, malheureusement, pas eu la chance de pouvoir le voir grandir : ses premiers pas, ses premières dents, ses premiers mots. Il faisait tout ce qu'il pouvait pour être présent à ses futurs "premières fois". Aujourd'hui n'échappait pas à la règle. Le blond lance un sourire espiègle à son fils, qui ne cesse de répéter toutes les choses improbables qu'il venait de voir. Alec le lui avait promis, et il tenait, en général, toujours ses promesses. Sam venait de visiter l'immeuble de la CIA. Alors, bien-sûr, le blond avait demandé à son patron s'il pouvait. Contre toute attente, il avait accepté, à condition que Sam et Alec reste loin des "quartiers" chauds, comme ils les appellent si bien. De toute façon, Alec n'avait aucune intention de montrer à son fils de cinq ans toutes les choses horribles que cache l'agence. Mais il avait pris le temps d'aller jusqu'à son bureau, de présenter son équipe, de lui montrer tes petits gadgets sans grands intérêts. Ce lui avait fait plaisir, à Alec aussi et désormais de retour à la maison, Sam semblait épuisée et émerveillé à la fois. « Tu veux manger quelque chose ? » qu'il demande à son fils, en se dirigeant vers la cuisine. Machinalement, il sort le paquet de pâte, les lardons, la crème fraîche. C'est devenu une habitude entre les deux garçons : quand maman n'est pas à la maison, c'est pâte à la carbonara. Mais Alec n'entends aucune réponse de la part de Sam. Etrange. « Sam ? » Rien. Pas de réponse. D'accord. C'est la panique. Il n'avait quand même pas fermé la porte d'entrée en laissant son garçon dehors ? Il ouvre la porte, vérifie. Nope. Sam se trouve bel et bien à l'intérieur. Alec le retrouve assez rapidement, étalé dans le canapé, déjà endormi. « Je suppose qu'on va commencer par la sieste, hein ? » Heureusement qu'il n'attendait pas à nouveau une réponse, elle aurait été longue à arriver. Doucement, il passe ses bras sous le corps endormi de Sam et le le soulève. Il tente de faire le moins de bruit possible pour l'emmener jusqu'à sa chambre. Il le pose, le borde et dépose un long baiser sur son front. « Fais de beaux rêves ! » De retour en cuisine, il se fait tout de même un plat. C'est que cette matinée à éveillé le loup affamé qui sommeille au fin fond du Winterfell. Son assiette pleine à craquer, il la dévore en quelques minutes. Il était parti pour s'en resservir une, mais la sonnette de sa maison se met à hurler. Alec dépose donc son assiette dans l'évier, se débarbouille rapidement le visage pour éviter toutes traces de bave et s'empresse d'ouvrir. « J'suis là ! » La sonnette pouvait être relâchée maintenant. A ce tarif, il est persuadé que Sam est réveillé et qu'il va apparaître d'ici quelques minutes, les cheveux en pétard et l'estomac bien trop vite à son goût. « Yo, désolé pour l’agression de sonnette. » C'est du viol de sonnette à ce tarif. « Yo. » Il est surpris, Alec. Il ne s'attendait absolument pas à voir débarquer Brane à cette heure-ci. « Tout va bien ? » C'est con nouveau côté papa-poule qui parle pour lui et qui fait monter l'inquiétude chez le blond. « J’étais pas sûr que tu sois là ! Mais c’est cool, j’ai revu Erin et j’ai trouvé cette bouteille de whisky dans le placard. » Ok. Il a besoin de décortiquer chaque information. « Journée de repos. J'suis rentré y'a une bonne heure. » Grosso modo, pour ne pas chipoter avec les minutes et les secondes. «  Tu as revu Erin ? Genre, ici, à Cap Harbor ? T'es sûr que c'était elle ? C'était peut-être juste quelqu'un qui lui ressemblait ... » Pour le coup, il ne peut que comprendre l'incompréhension de Brane. Lui aussi, il y a bientôt deux ans, avaient retrouvé quelqu'un. La seule différence, c'est que Brane savait qu'Erin était vivante. Alec, lui, était persuadé d'avoir tué sans le vouloir, Avalon, la femme qui partage sa vie actuellement. « À moins que ce soit un peu trop tôt pour boire un verre ? J'te dérange pas, au moins ? » Il baisse le regard vers la bouteille, pas encore ouverte. Il souffle, la prends des mains. « Allez, viens. » Il se dirige vers le salon, sort deux verres et ouvre cette maudite bouteille qui risque de lui donner un jolie mal de crâne d'ici peu. « Y'a juste Sam qui dort dans sa chambre, mais vu la matinée qu'il a passé et le fait que la sonnette ne l'ait pas réveillé, je pense qu'on a facilement encore deux bonnes heures devant nous. » Après ça, ils devront reprendre quelques responsabilités. Mais tranquille, Sam est drôle, jeune et insouciant, il ne caftera pas. «  Qu'est-ce qu'il s'est passé pour qu'Erin soit de retour ? Je pensais qu'elle voulait plus mettre un pied ici.» Cette question pique sa curiosité, il a envie de tout savoir et, possiblement, d'aller jeter un caillou à la fenêtre d'Erin pour lui dire qu'elle n'aurait jamais, ô grand jamais, du abandonner Brane.


our story was epic, y'know
My heart is gold and my hans are cold If the morning light don't steal our soul, we will walk away from empty gold. Dark as midnight sun, smoke as black as charcoal fills into our fragile lungs. Cause when our demons come, dancing in the shadows to a game that can't be won. Feel like we've been falling down like these autumn leaves. But baby don't let winter come, Don't let our hearts freeze.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Brane Malone
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 02/01/2019
›› Commérages : 80
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Michael B. Jordan
›› Schizophrénie : Joan Pryce + Asher James + Eliza Nelson-Riley + James Campbell + Calie Washington + Rose Milligan + Kate Rhodes

Re: Pobody’s nerfect (Alec) ✻ ( Lun 11 Fév - 10:59 )

Pobody’s nerfect
Alec & Brane

Brane ne peut pas jouer les durs éternellement. La carapace qu'il s'est forgé en l'espace de dix ans n'est pas aussi solide qu'il le voudrait. Même si le départ de sa femme remonte à de nombreuses années, il ne l'a jamais oublié. Il s'en est au contraire servi pour nourrir sa colère et sa rancœur, pour noyer toute l'affection qu'il portait à cette femme qu'il trouvait pourtant si merveilleuse. Erin, elle a causé les pires blessures qu'un homme puisse ressentir. Elle a tout remis en cause, laissant Brane se demander si leur mariage en valait vraiment la peine. Remonter la pente, il n'a jamais pu le faire correctement. Ce n'est pas en mettant des photos dans un carton et en cachant une alliance au fond d'un tiroir que la douleur disparaît. Cette douleur, elle persiste. Elle reste là, bien ancrée au fond de son cœur, solidement arrimée aux souvenirs heureux qui lui restent de son mariage. Il peut prétendre qu'il s'en fout et crier haut et fort qu'Erin appartient au passé, ça ne sera jamais totalement vrai. Erin, il l'a dans la peau depuis le jour de leur rencontre. Ce n'était pas n'importe quelle fille. Quand elle est partie, elle a secoué tout son monde. Comme un tempête ravageante. Elle est revenue et Brane, il a dû affronter une seconde fois cette tempête. Il pensait y être préparé, pourtant. Il pensait que ça ne lui ferait rien, à part réveiller sa colère. Ça l'a réveillée, évidemment. Mais ça a aussi réveillé un tas d'autres sentiments contradictoires qui ont totalement retourné Brane. Habituellement, il se débrouille tout seul avec ses émotions. Cette fois, c'est différent. Il sent qu'il pourrait avoir besoin d'une épaule sur laquelle se reposer. Dès qu'il arrive chez Alec, il annonce dans la même phrase qu'il a revu Erin et qu'il a trouvé une bouteille de whisky chez lui. Comme s'il s'agissait de deux informations indissociables, l'une étant logiquement liée à l'autre. Qu'on se le dise : Brane n'a rien d'un alcoolique. Au lendemain du départ d'Erin, il n'a pas toujours fait preuve de bon sens, a commis quelques erreurs dont il n'est pas fier. Pour autant, il n'a jamais cherché à soulager ses peines grâce à l'alcool, ou n'importe quelle autre substance du même genre. Mais quand ça ne va pas, il ne peut pas nier le fait qu'un verre lui fasse du bien. Alec annonce qu'il est en repos et tout juste rentré chez lui. Brane hoche simplement la tête, ravi qu'il soit là. L'agent ne traîne pas à le questionner sur cette histoire avec Erin, supposant qu'il s'agissait peut-être d'une autre personne. « Non, c'était elle. » Affirme-t-il, non sans pousser un soupir. « Je lui ai parlé. Elle est revenue il y a un an à peu près. » C'est vrai qu'il n'avait jamais pris la peine d'en informer Alec. Non pas parce qu'il voulait le lui cacher. Simplement parce qu'il pensait que ça n'avait plus aucune importance. Du moins, ne pas annoncer son retour ne lui donnait aucune importance. Avant qu'il ne s'engage sur cette discussion épineuse, Brane se soucie de savoir s'il dérange Alec. À sa réponse, il sourit. « Je savais que tu refuserais pas une bonne bouteille de whisky ! » Pour ce qu'il en sait, elle peut être imbuvable. « J'vais essayer de ne pas trop m'emporter, alors. » Qu'il dit, en faisant allusion à Erin qui l'a rendu complètement fou. Une fois installés dans le salon, Brane se pince l'arrête du nez en essayant de remettre un peu d'ordre dans sa tête. « On est deux et franchement, j'aurais préféré qu'elle crève à Los Angeles. » C'est dur, comme mots. Brane le sait. Malheureusement, quand on le blesse, il ne mesure pas ses propos. Ça ne veut pas dire qu'il le pense. « Son père est malade, c'est pour ça qu'elle est revenue. Mellie m'avait prévenue l'année dernière, j'pensais que ça serait juste pour quelques semaines. Et un an plus tard, elle est toujours là. » Il aura également fallu attendre un an complet avant qu'il ne la croise. « Je l'ai vue par hasard chez Victoria's Secret. Ma sœur voulait que j'récupère un truc pour elle, et elle était là. T'sais c'est quoi le pire ? Elle m'a demandé comment j'allais, et elle m'a même dit qu'elle adorait ma nouvelle coupe de cheveux. T'y crois toi ? Elle a aussi dit qu'elle voulait que je signe les papiers du divorce mais ça, elle peut se gratter. » Tout le monde lui dit de les signer, ces papiers. Tout le monde lui dit que ça simplifierait la situation. Et c'est justement ça, le problème. Il ne veut pas qu'Erin s'en sorte aussi facilement. Il veut qu'elle ait l'audace de l'affronter. « C'est vraiment une plaie. Mais bref... Vous avez fait quoi avec Sam ? » Demande-t-il pour changer de sujet et parler de quelque chose d'un peu plus joyeux.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    fuck (verb) The only fucking word that can be put everyfuckingwhere and still make fucking sense. Fuckers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Pobody’s nerfect (Alec) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Pobody’s nerfect (Alec)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération