Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian)

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 203
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Mer 23 Jan - 20:50 )

Wait a few trillion years, the guilt will fade
KATRIAN

Bien que Kate ne soit pas le genre de personne à se morfondre, elle passe quand même les trois quarts de son temps enfouie sous la couette. Il n'y a que là qu'elle se sente à peu près bien. Le mieux, c'est quand elle dort. Ça lui évite de penser à Adrian, à toutes les horreurs qu'ils se sont crachés en plein visage, au fait qu'il soit potentiellement avec une autre fille actuellement. Elle ne peut pas dire qu'elle s'en fiche, elle ne peut pas dire que ça ne lui fait rien. Ça lui crève le cœur, cette histoire. Elle savait qu'à un moment ou un autre, ça allait mal finir. Parce qu'elle est insupportable et affreuse. Elle s'est rendue compte qu'Adrian valait bien mieux qu'elle. Il sait mesurer ses propos, il n'a pas peur d'avouer ce qu'il a sur le cœur. Même s'il a réussi à la blesser à quelques détours, ce n'est rien comparé à ce qu'elle lui a infligé. Ce n'était pas vraiment volontaire, elle ne voulait pas le rejeter comme elle l'a fait. C'est juste que Kate, elle n'aime pas quand on en attend trop d'elle. Quand on place tous ses espoirs en elle. Elle a un problème avec le fait d'agir comme on voudrait qu'elle agisse et ça, c'est à cause de ses parents. Kate n'aime pas se sentir bloquée quelque part, elle n'aime pas avoir l'impression d'être en cage. Adrian s'imaginait trop de choses avec elle, il comptait sur elle. Il lui a même dit qu'il avait besoin d'elle, qu'il était aussi amoureux d'elle. Il l'a étouffée, d'un seul coup, et son seul mécanisme de défense aura été de le renvoyer dans son alcoolisme. Elle n'en est pas fière, on ne va pas se mentir. Alors elle attend que ça passe, elle attend de ne plus penser à lui du tout, d'oublier tous les moments qu'ils ont passé ensemble. Kate ne s'en sort pas du tout, elle est loin d'y arriver. Et c'est encore pire quand sa mère lui parle d'Adrian. Elle n'a pas la moindre idée de ce qu'il s'est passé entre sa fille et lui, alors elle en parle sans prendre de pincettes. Kate apprend qu'il a replongé, mais elle n'est pas vraiment surprise. Elle savait que la bouteille de rhum allait remettre le processus en route. Elle apprend aussi qu'il est allé aux AA, dont les réunions se déroulent au sein du centre. Ça lui tord l'estomac parce que la dernière fois qu'ils se sont vus, elle lui a reproché d'être venue la voir elle plutôt que les alcooliques anonymes. « C'est bizarre, quand même. Les médecins disaient qu'il n'y avait aucun souci à se faire. Vous parliez, tous les deux ? Il t'a dit qu'il avait envie de boire parfois ? » Kate fuit le regard de sa mère et secoue la tête négativement. Elle ne ment pas, Adrian n'a jamais dit qu'il avait envie de boire quand il était avec elle. À part cette fois où il est venu avec sa bouteille de vodka, mais évidemment, elle ne dira rien là-dessus. La mère de Kate parle encore un peu de son patient, jusqu'à ce que la blonde coupe court à la discussion. Elle n'a pas envie de parler d'Adrian, et elle déteste devoir faire comme si de rien n'était. « Il a replongé et c'est tout. Tant pis pour lui. » Kate est dure, elle le sait. Elle embrasse brièvement sa mère sur la joue avant de quitter la maison des Rhodes. Elle marche un peu, jusqu'au parc, puis s'assoit sur un banc. Elle fait quoi, maintenant ? Son cœur bat de plus en plus vite quand l'idée d'aller voir Adrian lui effleure l'esprit. Elle ne sait pas quoi faire, Kate. Elle hésite durant de longues minutes, tout en sachant pertinemment qu'elle finira par frapper à la porte du garçon. C'est juste une question de courage. Et le courage, elle finit par le trouver. Kate se lève de son banc, se dirige d'un pas décidé vers le seul et unique stand de frites qui arpente le parc en cette saison. Elle achète deux énormes barquettes, consciente que ça ne l'aidera pas forcément à se faire pardonner. C'est uniquement pour le geste. Armée de ses frites, elle se rend ensuite chez Adrian à pieds. Elle est gelée quand elle arrive, et il y a fort à parier qu'en temps normal, elle dirait à Adrian que c'est de sa faute. Quand elle est devant la porte, elle hésite encore. Kate finit par frapper à la porte, et le temps de quelques secondes, elle craint que ce soit Lou qui lui ouvre. Peut-être que ç'aurait été mieux, à la réflexion. Parce qu'elle doit affronter le regard d'Adrian et son cœur rate quelques battements. Elle met son pied dans l'entrebâillement de la porte lorsqu'il tente de la lui claquer au nez. « Attends ! AÏE ! » Kate envoie sa main contre la porte pour empêcher Adrian de la refermer complètement, puis parvient à se glisser à l'intérieur. « J'ai oublié de demander du fromage pour mes frites. Mais je sais que toi, t'en as. » Elle avait mille options pour se faire pardonner. À commencer par dire qu'elle était désolée. Sauf que Kate, elle n'arrive pas à s'excuser. À la place, elle fait comme chez elle et va chercher la bombe de fromage dans le frigo d'Adrian.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Adrian Dawkins
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 305
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Jeu 24 Jan - 17:27 )



wait a few trillion years, the guilt will fade
with, KATRIAN.

Il grogne Adrian, encore. Parce qu’il ne fait que ça depuis qu’il est rentré de New York, il râle, il souffle, il ne supporte plus rien, pas même Salem qui vient se frotter contre lui comme chaque matin. Il a posé des jours de congés alors qu’il n’avait pas spécialement l’autorisation. Il a posé des jours de maladie, parce que c’est ce qu’il est. Malade. Il est malade à en crever. Il va à ces foutus réunions dont il pense qu’elles sont d’une inutilité suprême. Adrian il a envie de hurler, Adrian il a envie de frapper tout le monde mais il ne peut pas, sinon il risque de finir au trou. Et ce serait le pire, déjà qu’il arrive en quelque sorte à cacher à Lou qu’il a replongé, l’alcool qu’il a ingurgité à New York, il lui a dit qu’il gérait, que ce n’était qu’un verre, mais il ne savait pas non plus qu’il a enchaîné les verres par la suite. Adrian, il a replongé, il le sait. Mais il tente les réunions avec des personnes pires que lui, les médicaments aussi. Il ne sait pas si ça marchera, mais il verra bien. Peut-être que ça ira, il n’en sait rien. Puis peut-être que ça n’ira pas non plus, et là, il ne sait pas qui pourra l’aider. Parce que Lou sera déçue, Kate n’est plus là, Cassiopée n’est plus là non plus. Il n’a plus personne qui sera là pour l’aider si jamais il retourne dans ce putain de centre et il sait qu’il ne supportera pas ça. Quand il pousse la porte du bar, il est quinze heures et il s’installe au bar, comme le pauvre poivrot qu’il est. Il demande un shoot de tequila, et il le vide, puis un deuxième. Et une bière. Quand la barmaid lui dit qu’il a assez forcé, il lui répond qu’elle n’a rien à lui dire comme toujours. Puis il sort du bar en poussant la porte, sort comme un roi et il croise des jeunes qui glousse comme des imbéciles « OHHHH ma bite sur votre front ça fait une licorne » il titube, il tangue et il a envie de vomir. Et quand il avance un peu, ils continuent de glousser alors il se retourne et Adrian reprend « ET MES COUILLES SUR VOS YEUX CA FAIT DES LUNETTES ». Il monte dans un taxi, et donne son adresse, il balance un billet, et monte jusqu’à son appartement, avant de se jeter dans le canapé comme une loque. Il sort la bouteille de vodka qu’il cache dans le faux plancher et la vide d’une bonne gorgée avant de la ranger et de s’affaler sur le canapé pour sombrer dans les bras de Morphée. Il n’est que dans un demi sommeil quand on toque à la porte, ce qui le rend totalement alerte en quelques secondes, la tête qui cogne, il pose ses deux poings le long de ses tempes pour calmer son mal de tête. Il sait que ça ne partira pas, il sait que ça ne s’en ira pas de sitôt. Il se lève et se dirige d’un pas chancelant vers la porte, quand il l’ouvre, son cerveau met quelques millièmes de secondes avant de voir Kate. Et il secoue la tête négativement avant de refermer la porte, mais elle met son pied, son pied dont il se fout. Mais il sait qu’elle est tenace la blonde et il s’en rend encore plus compte quand elle est là, dans son appartement alors qu’il a tout fait pour qu’elle ne rentre pas. Il n’a pas envie de la voir. Il n’a pas envie de la voir parce qu’elle n’est qu’un être abjecte mais surtout que parce que si elle est là, c’est qu’elle lui a menti, quand elle lui a dit ces choses ignobles. « Alors t’es venue ici juste pour du fromage ? » Il lève les yeux au ciel en ricanant un peu et il va jusque dans sa cachette pour en sortir une fiole de vodka et il en prend une gorgée « Tu sais y’a ce qui s’appelle une épicerie, t’étais pas obligée de bouger ton cul jusqu’ici parce que peut-être que j’étais occupée avec mon harem. » Petite pique parce qu’Adrian n’a pas apprécié qu’elle lui pète un plomb pour absolument rien. « T’as eu ce que tu voulais Kate, alors maintenant dégage. Dégage de ma vie. » Les mots sont assassins, mais Adrian n’en pense pas un mot, il voudrait se fondre contre elle, il voudrait réapprendre à la connaître, mais il préfère lui demander qu’elle dégage, après tout, ce serait moins douloureux.


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 203
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Jeu 24 Jan - 18:20 )

Wait a few trillion years, the guilt will fade
KATRIAN

Dès qu'elle parvient à se glisser à l'intérieur de chez Adrian, elle se heurte d'emblée à son ivresse. Ça ne fait que lui tordre l'estomac un peu plus, lui rappelle à quel point elle a été horrible. Kate aurait pu l'en empêcher, pas simplement en vidant sa bouteille de vodka dans l'évier. Même si c'est elle qui l'a invité à se servir dans ses réserves, un pas en avant aurait suffi pour le stopper dans son élan. Mais elle l'a laissé faire, elle l'a regardé boire quelques gorgées de sa bouteille de rhum sans ciller. Adrian a replongé, il faudrait être aveugle pour ne pas le voir. Il empeste l'alcool à des kilomètres à la ronde, les traits de son visage semblent à la fois fatigués et ravagés. Et Kate, elle sait que c'est de sa faute. Pour une fois dans sa vie, elle n'arrive pas à s'en foutre. Ça lui fait quelque chose, elle le sent au plus profond de ses entrailles. Il ne lui en faudrait pas beaucoup pour abandonner ses frites et tenter de se rattraper avec Adrian. Le problème, c'est que la blonde a de sérieux problèmes de conduite. Malgré la difficulté de la situation, elle ose faire comme chez elle, elle ose prétendre qu'elle n'est là que pour lu fromage. Avec Kate, il faut constamment lire entre les lignes. Adrian devrait la connaître, maintenant. Du moins, il devrait savoir qu'elle s'en fout, du fromage. Il devrait comprendre que ce n'est qu'un prétexte pour le voir, lui. La blonde ignore la question du jeune homme, ouvre le frigo et déniche ce qu'elle est supposément venue chercher. Kate sort les barquettes de frites sur la table et rajoute suffisamment de cheddar pour que ce soit à son goût. Elle en met dans les deux barquettes, parce qu'elle sait qu'Adrian adore ça. « À l'épicerie il faut payer. Ici c'est gratuit. » Qu'elle réplique simplement, le regard baissé sur les frites. « Tu peux retourner avec ton harem si tu veux, ça me dérange pas. » Elle se retient de lui dire qu'elle n'est pas venue pour lui. Vu son état, il n'a probablement pas besoin d'entendre ces mots sortir de sa bouche. Accessoirement, elle ne cherche pas à lui mentir. Elle ne veut pas reproduire leur dispute de la dernière fois, le rabaisser plus bas que terre une seconde fois. Et lui dire qu'elle n'est pas là pour lui, ça serait de la méchanceté gratuite, un moyen de le blesser encore. Elle n'a pas envie de ça. À croire que Kate, elle commence à devenir un tantinet humaine. Elle en est la première surprise, qu'on se le dise. Adrian lui dit de partir et là, elle relève les yeux vers lui. En plus de sa mine tiraillée, elle remarque la fiole remplie d'alcool. Même en sa présence, il boit. « Si tu veux vraiment que je dégage, d'accord. Mais plus tard. » Dit-elle en se rapprochant de lui. « D'abord, on mange. Je crois que t'as besoin d'éponger un peu tout ce que t'as bu. » Elle hésite un instant à lui arracher la fiole des mains pour en vider le contenu dans l'évier. Par peur, elle choisit de ne rien faire. Kate ne voudrait pas qu'il s'énerve contre elle, qu'il devienne violent. Elle connait le Adrian sobre, fraîchement sorti de cure. Elle ne connait pas encore celui qui souffre d'alcoolisme. Elle est incapable d'anticiper ses réactions. Donc elle rétablit une certaine distance entre eux, s'installe à la table et pousse vers la barquette qui contient le plus de frites. « T'as plus de frites que moi, j'tiens à le dire. » C'est le clin d'œil à leur rencontre. Kate a la sensation de tout faire de travers. Elle agit absolument normalement, comme s'ils ne s'étaient jamais disputés, comme si Adrian n'avait jamais replongé. Elle fait comme si de rien n'était, parce que c'est toujours plus simple de fermer les yeux. C'est sa manière à elle de recoller les morceaux. Par ailleurs, elle n'est pas du genre à s'excuser. Encore moins quand elle sait justifier son comportement. Bien qu'elle ait conscience d'avoir allègrement dépassé les bornes, elle ne peut pas être désolée d'avoir eu peur, de s'être sentie oppressée. Si elle et Adrian pouvaient retrouver ce qu'ils avaient avant qu'il ne veuille vider sa bouteille de vodka, ça l'arrangerait. Ils étaient bien, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient et ils n'avaient aucun compte à se rendre.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Adrian Dawkins
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 305
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Jeu 24 Jan - 20:09 )



wait a few trillion years, the guilt will fade
with, KATRIAN.

L’ivresse, Adrian l’apprécie, il se sent bien parce qu’il ne pense pas. Et il aime bien ne pas penser, ça fait du bien. Ça fait du bien de ne pas réfléchir à la situation chaotique dans laquelle il s’est foutu. Adrian, il n’aime pas réfléchir habituellement mais là quand il pense à Kate c’est encore pire. Il a l’impression d’être un minable et d’avoir un souci qui implique toute forme d’engagement. Lissa, elle est partie, Kate, elle l’a envoyé balader. Les deux seules qui ont eu une importance dans sa vie et qui ne sont pas parties, ce sont celles avec qui il n’a pas mit d’étiquettes. Deux amis qui s’envoient en l’air, deux amis qui prennent du bon temps ensemble, qui dorment ensemble parfois. Mais Kate il a eu envie de lui dire ce qu’il ressentait pour elle, qu’il l’aimait. Mais non, elle aussi, elle est partie et il lui a donné l’autorisation de boire. Adrian il ne lui en fallait pas beaucoup pour qu’il se remette à toucher à la bouteille. Alors, Adrian, il s’est empressé de le faire, et c’est de pire en pire chaque jour. Un jour, il atteindra le point de non-retour et ce jour là, il aimerait que Kate ne soit pas là, parce qu’elle serait la première victime, il en est persuadé. Mais là, pour le moment, elle est là, et il est abjecte. « Qui t’dit que je ne vais pas te faire payer ? » Demande t-il en la regardant si concentrée sur ses frites. Il sourit presque, juste en coin, simplement. « Ouais t’as raison, je vais y retourner. » qu’il prononce en pointant sa chambre du doigt avant de tituber et de se tenir au mur, parce qu’il ne peut pas faire un pas de plus, la terre tourne. Il est pathétique. Mais même si la terre tourne, il ne peut s’empêcher de boire, parce qu’il a envie de boire et il se laisse porter par la vie. Mais il a surtout envie qu’elle parte, à quoi bon, elle est là, à part pour lui voler du fromage. Il veut qu’elle parte. Il veut qu’elle s’en aille et qu’elle le laisse tout seul, minable comme il est, il veut être minable et solitaire. « Si j’veux que tu dégages c’est maintenant, pas dans six mois. » répond t-il, acerbe. Il n’a pas envie qu’elle continue à rester là, comme si de rien n’était, comme s’il ne s’était rien passer entre eux. « Qu’est ce que ça peut bien te foutre de savoir tout ce que j’ai bu, tu t’en fous non ? » Mais il s’installe à table et il la regarde, puis regarde la barquette de frites, ce qui le fait sourire parce que les souvenirs le frappent en pleine figure, parce que les souvenirs reviennent, comme ça. Il attrape la barquette de frites et en attrape une pleine de fromage avant de finir par poser le regard sur elle quand elle lui dit qu’il a plus de frites. « Tu sais enfin reconnaître que je mérite plus de frites que toi. » la taquine t-elle en en mangeant quelques unes, dans un silence qu’il déteste. Il la regarde et il voit bien qu’elle est angoissée, ou du moins, c’est ce qu’il pense. Il serre les dents et se lève dans un vacarme assourdissant pour aller se diriger jusque l’évier « Tu veux boire un truc ? » Qu’il lui demande avant de se servir un verre de vodka pure. Et il sort tout ce qui est possible de sortir, des bières, une bouteille de rhum, des boissons non alcoolisées aussi puis il revient s’asseoir mais cette fois, c’est à côté d’elle qu’il s’assoit. Et il souffle en jouant avec ses mains tremblantes. « j’voulais m’excuser pour la dernière fois. J’suis ignoble comme personne. » Et il prend une gorgée de sa boisson en grimaçant avant de secouer la tête. « Mais t’sais j’le pensais. Vaut mieux que tu me détestes » Parce que c’est ce qu’il fait et il ne s’en porte pas plus mal, parce que c’est ce qu’il fait et il va bien. Parce que c’est ce qu’il fait de mieux, se détester.


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 203
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Jeu 24 Jan - 23:02 )

Wait a few trillion years, the guilt will fade
KATRIAN

« Même si tu me demandais de payer, tu peux te gratter. » Kate n'a jamais manqué d'audace. On ne peut pas dire que ça fasse d'elle une personne admirable, parce qu'elle a le don d'utiliser cette audace dans les pires situations. C'est toujours quand elle doit faire profil bas qu'elle se montre sans gêne. Au moins, elle tente de revenir vers Adrian. C'est peut-être maladroit et très inapproprié, mais si elle n'était pas là aujourd'hui, ils continueraient à ne plus se parler. Et si Adrian n'était qu'un type sans importance, elle s'en foutrait. Sauf qu'il n'est pas un type sans importance. Il a réussi à la toucher, à remplacer le vide qu'Ambre a laissé après leur rupture. Elle pensait qu'elle finirait par se lasser de lui, elle pensait qu'elle l'oublierait en deux secondes. C'est tout l'inverse qui s'est produit, et elle ne s'attendait pas à ça. Elle s'en est rendue compte juste après qu'il parte de chez elle en colère, la bouteille de rhum dans une main. Ça l'a frappé de plein fouet quand elle a vu toutes ces photos sur Instagram, celles sur lesquelles il semblait passer du bon temps avec des inconnues. C'est vrai qu'elle lui a dit d'aller se consoler dans les bras d'une autre, donc elle n'avait aucune raison valable de faire éclater sa jalousie. Le fait est qu'elle s'est sentie blessée. Adrian l'a un peu trop vite remplacée à son goût. Elle n'a pas très bien supporté d'imaginer une fille dans ses bras, quand elle-même avait pris la sale habitude de dormir tout contre lui. Quand il évoque son harem, elle se retient vraiment de ne pas se montrer méchante. Ça ne lui ressemble pas vraiment, étant donné que normalement, elle extériorise absolument tout. C'est bien la preuve qu'elle essaye de faire les choses bien, pour une fois. Elle prend sur elle, et ça lui demande un effort surhumain. Mais elle le fait, pour Adrian. « On sait tous les deux que ton harem ne m'arrive pas à la cheville. » Kate a quand même le droit de lâcher sa petite remarque pleine d'aigreur. Elle n'est pas agressive, ni même provocante. Elle dit ça comme s'il s'agissait d'un constat évident. La blonde déballe ses frites dans le plus grand des calmes, faisant comprendre à Adrian qu'elle ne compte pas partir. Au contraire, elle compte bien manger une tonne de frites avec lui. Il peut râler autant qu'il veut, ça ne changera rien. En plus d'être audacieuse, Kate est tenace. « Calmos, j'ai pas dit que j'en avais quelque chose à faire de tout ce que t'as bu. T'es grand, je suis pas ta mère. Je te dis juste de manger parce que ça pourrait te faire du bien. » Adrian daigne s'asseoir et c'est déjà une petite victoire pour Kate. Ils commencent à manger en silence, jusqu'à ce qu'elle lui fasse remarquer qu'il a plus de frites qu'elle. La blonde sourit légèrement à sa remarque, puis hausse les épaules. « Je reconnais rien du tout. C'était juste une observation. » Tandis qu'elle mange ses frites en silence, elle le regarde se lever, tituber jusqu'à l'évier. Kate fronce les sourcils, mais refuse de dire quoi que ce soit. Elle a le cœur lourd, trop lourd pour avoir les mots justes. Adrian sort une tonne de bouteilles d'alcool, et voilà qu'elle reporte son attention sur sa barquette de frites. Du coin de l'œil, elle le voit s'asseoir à côté d'elle. Il s'excuse et explique qu'il pensait tout ce qu'il a dit. Kate le regarde longuement, avant de glisser sa main dans la nuque du jeune homme. « J'te déteste pas. T'arriveras jamais à faire en sorte que j'te déteste. Même en me disant que je suis une princesse hypocrite. Ou en supposant que tout le monde me soit passé dessus à part un TGV. » À aucun moment elle n'a dit qu'elle le détestait, d'ailleurs. Il l'a poussée à bout et l'a blessée. Mais elle ne le déteste pas, loin de là. Elle caresse lentement sa nuque, espérant que ça le calme un peu. De sa main libre, elle attrape le verre d'Adrian et le boit d'un trait. La logique voudrait que Kate s'excuse à son tour. C'est l'occasion parfaite pour mettre les choses à plat, après tout. Elle se mordille la lèvre inférieure, essaye de formuler dans sa tête une jolie phrase cohérente et significative. Après plusieurs secondes de réflexion, elle se rend compte que ça ne sortira jamais. Elle bloque totalement. Elle a l'impression que tout ce qu'elle a à dire, c'est ce que Adrian ne veut pas entendre. Donc à défaut de lui déblatérer un monologue, elle le prend dans ses bras. Kate l'attire contre elle, glisse la main dans ses cheveux. « Est-ce que tu me détestes, Adrian ? » Qu'elle demande alors, de but en blanc. Dans le fond, ce qu'elle peut dire n'a pas le moindre importance. Ce qui compte, c'est ce qu'il pense d'elle. Ce qu'il ressent quand il la voit. Et s'il la déteste, alors elle n'aura plus qu'à prendre ses frites et disparaître pour de bon.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Adrian Dawkins
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 305
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Ven 25 Jan - 21:56 )



wait a few trillion years, the guilt will fade
with, KATRIAN.

L’alcool l’empêche de penser, c’était comme ça avant, et c’est comme ça maintenant, voir pire. Maintenant aucune de ses pensées n’est cohérente, il a le coeur qui manque d’exploser tant il bat vite, il manque de s’extraire de sa poitrine, les mains sont tremblantes. Les pensées sont malheureusement torturées et il n’y a sûrement que Kate qui peut faire quelque chose. Kate, elle peut le faire arrêter de boire. Mais Kate, elle en a rien à foutre, Adrian le sait. Elle le lui a dit. Elle lui a dit d’aller se faire foutre, qu’il n’avait qu’à prendre sa bouteille et se tirer, c’est ce qu’il a fait, et maintenant, il s’en mord les doigts parce qu’il ne sait pas comment il va faire marche arrière. Il ne sait pas, il ne veut pas retourner au centre, non, plutôt crever, plutôt se foutre en l’air. Il ferait mieux de se foutre en l’air maintenant, plus que de remettre un pied plus d’une réunion dans ce foutu centre. Il ne veut pas être réglé comme sur du papier à musique, ce qui lui plaît à Adrian, c’est de faire ce qu’il lui plaît. Mais il aimerait aussi comprendre comment Kate fonctionne, elle lui a dit des mots ignobles, il lui a dit des mots abjectes et pourtant, elle est encore là. Elle est là, dans son salon à vouloir lui voler du fromage. Alors qu’elle aurait pu aller à l’épicerie. Alors qu’elle aurait pu aller ailleurs, il était persuadé qu’elle aurait pu en trouver ailleurs du fromage que dans son frigo. Et encore moins quand elle lui disait qu’il ferait mieux d’aller se faire foutre tout ça parce qu’il a eu l’idée saugrenue de poster des photos de ce week-end express à New York qu’il a passé avec sa soeur et des amies de sa soeur. Il ne comprend pas ses réactions, elle lui retourne le cerveau la blonde et pourtant. Pourtant, il continue à chercher comment la comprendre « Qu’est-ce que t’en sais ? Tu veux les tester ? » Qu’il demande, provocateur. Il ne sait même pas si les demoiselles sont sucrés salés. Mais il veut la provoquer, il veut qu’elle sorte de ses gonds, tout cela n’est qu’un foutu jeu pour lui, être le plus exécrable possible pour qu’elle le déteste. Mais il ne sait même pas s’il va y parvenir cet imbécile. Mais pour l’instant, il a envie de baisser les armes, juste une foutue minute, juste pour la faire sourire, parce que son sourire il lui retourne le coeur. Et ça, Adrian ne peut pas y faire grand chose de toutes façons. « Ouais peut-être. » Il lui dirait bien merci de ton conseil mais est-ce qu’il arriverait à être abjecte encore plus qu’il ne l’était lors de leur dernière dispute ? Par contre, il s’amuse à tenter de la chambrer. Et il sourit à sa réponse. Juste une observation, il secoue négativement la tête, il est persuadée que c’était autre chose, une espèce d’essai de le faire sourire, ou même de lui rappeler qu’avant c’était mieux. Mais est-ce que c’était mieux avant ? Il n’en sait rien, parce qu’avant c’était léger et Adrian n’a jamais été aussi léger. Adrian ça faisait bien longtemps qu’il n’avait jamais été aussi bien que quand il était avec Kate. Alors il ne sait pas comment il pourrait revenir en arrière, Adrian il est perdu dans sa vie. Alors il continue sa voie, comme si de rien n’était, à sortir des boissons alcoolisées. Il se dit que peut-être qu’elle aussi, elle voudrait se saouler, peut-être qu’elle aussi, elle voudrait se bourrer la gueule au point de ne plus penser. Adrian ne pouvait pas penser que Kate voudrait un peu de normalité. Il soupire quand elle lui répond. Il a malheureusement failli à sa mission et il sait que ce sera encore plus difficile pour qu’elle s’en aille maintenant. Il se mord l’intérieur de la joue et la regarde qui vide le verre d’une traite. Il met un moment avant de se rendre compte qu’elle caresse sa nuque et son corps réagit en laissant un frisson le parcourir le long de l’échine. Il a le coeur qui se contracte aussi. Il ne dit rien, le silence n’est pas gênant pour une fois, il lui pique même une frite dans sa barquette en souriant un peu. Il ne s’attend pas à ce qu’elle le prenne dans ses bras. Il se laisse faire, mais il a l’impression que son corps est lourd. Mais il se laisse porter, il se laisse faire et ses mains entoure la taille de Kate. Et la question le percute, qu’est-ce qu’elle raconte? Elle lui a demandé s’il la déteste alors qu’il lui a avoué être amoureux d’elle. Il secoue la tête en restant tout contre elle « Ouais je te déteste. » qu’il commence, et il se recule un peu pour prendre son visage en coupe entre ses mains « Je te déteste de me faire ressentir tout ce que je ressens pour toi. » avoue t’as eu peur Et il plonge son regard dans celui de la blonde « Je te déteste de me donner envie d’être quelqu’un de bien pour toi. » Il secoue la tête encore une fois avant d’embrasser doucement son front. Et il l’attire contre lui, la laisse venir doucement sur lui. Et il embrasse tendrement son cou avant de se reculer « Je te déteste parce que tu peux faire de moi quelqu’un de bien, et j’ai toujours été qu’un con. » Un pauvre con qui ne savait absolument pas où il allait dans sa vie, mais pour une fois, il pouvait imaginer un semblant de sa vie future et Kate était partout, partout. Dans sa tête, dans son coeur, Kate était partout.


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 203
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Sam 26 Jan - 18:33 )

Wait a few trillion years, the guilt will fade
KATRIAN

Kate, elle est impulsive. Il ne lui en faut jamais beaucoup pour qu'elle s'enflamme, pour qu'elle sorte de ses gonds. Mais aujourd'hui, elle est plus ou moins venue en paix. Elle ne veut pas d'une nouvelle dispute, n'est pas prête à se reprendre un flot d'atrocités en pleine figure. Même si tout ce qu'il lui a dit, c'était largement mérité. Kate l'a cherché, elle a lancé les hostilités. Il avait besoin d'elle et elle l'a envoyé se faire foutre. La raison qui a poussé Kate à venir jusqu'à chez lui, elle reste encore assez floue. La blonde n'a pas vraiment réfléchi, elle n'a aucune idée précise de ce qu'elle voudrait lui dire. Tout ce qu'elle sait, c'est qu'Adrian lui manque. Elle veut revenir en arrière, retrouver ce qu'ils avaient avant. Elle sait que ça ne va pas être simple. Le jeune homme essaye encore de la provoquer avec son histoire de harem. Il la prend encore pour une fille facile, ça se sent dans le ton de sa voix. Le problème, c'est qu'elle ne sait pas si c'est vraiment ce qu'il pense d'elle. C'est compliqué, parce qu'il souffle le chaud et le froid. Comme Kate, en fin de compte. Ils disent qu'ils ne veulent plus se quitter, et le lendemain, ils disent qu'ils seront bien mieux l'un sans l'autre. Kate ferme les yeux et prend une grande inspiration, signe qu'elle fait tout pour se contrôler. Par on ne sait quel miracle, Adrian et Kate parviennent à retrouver un semblant de calme dans le tumulte de leur relation. Ils partagent leur premier vrai moment de paix, mangent des frites comme s'il ne s'était jamais rien passé. Il y a beaucoup de choses qu'elle voudrait dire, mais qui restent coincées au fond de sa gorge. Malgré toute l'affection qu'elle lui porte, malgré toute l'importance qu'il a dans son cœur, elle ne se sent pas assez responsable pour l'aider. Elle ne se sent pas capable d'être l'épaule sur laquelle il puisse s'appuyer quand ça ne va pas. Elle voudrait pouvoir l'aider, mais a la sale impression de ne pas pouvoir. Adrian, il ne pourra jamais compter sur elle. Et elle ne le déteste pas. Elle aurait pu, étant donné la violence de ses propos. Sauf que ça aussi, elle en est incapable. Elle est aussi trop égoïste pour lui dire qu'il mérite mieux qu'elle. Elle a envie d'être avec lui, de l'embrasser, d'être entourée de ses bras réconfortants. Alors elle ne sait pas ce qu'il se passera ensuite, elle ne sait pas s'ils peuvent trouver un terrain d'entente sans se blesser. En tout cas, pour le moment, elle tente de recoller les morceaux comme elle peut. Ils retrouvent brièvement leur complicité, ce qui incite Kate à prendre Adrian dans ses bras. Juste comme ça. Il se laisse faire et ça la rassure, donc elle finit par lui poser la question qui lui brûle les lèvres, sans trop savoir si elle est prête à entendre la réponse. Quand il lui dit qu'il la déteste, elle sent son cœur qui se serre. La blonde se voit déjà partir d'ici aussi vite qu'elle est venue. Son monde commence à s'écrouler quand il en rajoute une couche. Son rythme cardiaque part en roue libre, alors elle ferme les yeux. Elle se laisse totalement faire, appréciant un peu trop les lèvres du garçon contre sa peau. La jeune femme passe ses bras autour de son cou et le serre dans ses bras. « J'ai pas envie que tu deviennes quelqu'un de bien. » Qu'elle souffle, le visage enfoui dans son cou. « Je veux pas faire de toi quelqu'un de bien. Je veux pas que tu me détestes. » Elle embrasse délicatement sa mâchoire, se recule un peu pour le regarder droit dans les yeux. « Je l'adore, ce type qui a marqué son corps à vie par des tonnes de cicatrices juste parce qu'il était trop bourré. Qui m'a dit qu'il était content que je sois revenu, et qui est prêt à venir me chercher par la peau des fesses si jamais un jour je disparaissais. » Kate se mordille la lèvre inférieure et dépose finalement ses lèvres contre celles d'Adrian. « T'es aussi beau à l'intérieur qu'à l'extérieur, et j'ai rien fait pour ça. Alors je veux que tu sois toi, et je serais moi, et ça sera très bien comme ça. » C'est une manière bien simple de voir les choses. Elle zappe toute leur dispute, le fait qu'elle ne soit toujours pas prête à tenir son rôle de marraine. Elle zappe tout ce qui lui pose un problème et ne garde que le meilleur. Pour le reste, ils verront plus tard.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Adrian Dawkins
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 305
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Dim 27 Jan - 22:38 )



wait a few trillion years, the guilt will fade
with, KATRIAN.

Parfois, Adrian a l’impression que lui et Kate ne sont pas sur la même longueur d’ondes, ils sont sur deux lignes parallèles, ils évoluent en symbiose mais pourtant, ils ne sont pas sur la même ligne. Et c’est sûrement ça qui fait qu’ils ont du mal à se comprendre. Adrian il s’en veut de lui avoir dit qu’il était amoureux d’elle, parce qu’il sait que c’est ça qui l’a inquiété, elle, la biche effarée et lui, il est celui qui pourrait la sauver de toute peur. Mais pourtant, c’est lui qui l’apeure. C’est seulement lui. Il n’aurait rien dit, ils n’en seraient peut-être pas là. Mais en regardant en arrière, Adrian se rend compte que s’il ne l’avait jamais rencontré, il ne serait peut-être plus là. Parce qu’il n’aurait plus eu personne pour le sauver, mais est-ce qu’il pouvait être sauvé alors qu’il ne le voulait pas ? Adrian voulait se débrouiller tout seul, il ne voulait pas être sauvé par quelqu’un d’autre que lui et pourtant, il avait besoin de Kate. Alors il ne pouvait plus se montrer abjecte envers elle, parce qu’il sait qu’il finirait par s’en mordre les doigts. Elle ne peut pas le sauver, elle lui a dit, elle en a rien à foutre. Elle n’est pas capable de le sauver. Elle le lui a bien dit. Alors pourquoi il s’obstine ? Parce qu’il ne veut pas la laisser partir. Il ne veut pas qu’elle s’en aille. Il lui a dit. Il aurait été capable d’aller la chercher à l’autre bout de la terre et pourtant, il veut lui laisser sa liberté, tant de pensées contradictoires qui prennent part dans le corps de l’ancien alcoolique. Il ne sait pas comment faire pour lui faire comprendre tout ce qu’il pensait d’elle. Et Adrian est plutôt heureux qu’il ne s’envoie pas des piques à la figure, qu’il ne s’envoie pas des assiettes, qu’il ne se balance pas toute leur rancoeur, toute leur haine au visage. Il est plutôt heureux qu’elle soit et qu’elle tente maladroitement de se faire pardonner en ramenant des frites. Et dieu sait qu’Adrian a faim quand il boit. Il apprécie même qu’elle ait mit autant de fromage dessus, parce qu’elle le connaît, même si elle ne pense pas le connaître si bien, elle le connaît bien. C’est peut-être même celle qui connaît le mieux avec Lou. Et puis, ils partent sur les confidences et Adrian ne sait pas vraiment comment faire. Il sait qu’il va l’affoler avec ses mots. Mais il tente, peut-être qu’elle va le gifler. Peut-être. Ou pas, il n’en sait rien le brun. Alors il tente, il marche comme un funambule sans protection sur un fil, à mille mètre du sol, en roue libre. Il y a le silence et il soupire légèrement de soulagement quand elle répond finalement. Adrian, il a un frisson qui lui parcourt l’échine et il la laisse parler. Sa main dans les cheveux de Kate, il ferme les yeux, alors que les lèvres papillonnent et qu’elle continue de parler. Il rouvre les yeux quand ceux de Kate se plonge dans les siens et les mots le percutent et il sourit. Il sourit même quand elle dépose ses lèvres sur celles du brun, il prolonge même le baiser, il lui offre un baiser brûlant, un baiser enclin de désir. Puis il se recule et quand elle tire une conclusion, il soupire avant de passer une main sous le haut de la blonde « Comment tu veux que j’te déteste ? » Il lui demande en haussant les épaules, il embrasse sa mâchoire encore. « Et crois moi, j’suis encore capable de venir te chercher à l’autre bout du monde. » Oui, Adrian il est comme ça. Il a envie de lui dire des belles choses, mais c’est compliqué là, dans l’instant. Il lui retire tout de même son haut avant d’embrasser la naissance de sa poitrine. « Alors on sera nous… » qu’il murmure, contre sa peau, marquant sa peau du bout des lèvres. Et il ressaisit ses lèvres avant de se lever, et de l’attirer contre lui, mais il s’arrête en plein dans son geste, la repousse et court jusque la salle de bain pour déverser tout le contenu de son estomac dans les toilettes, bordel. Et il se lève alors en allumant l’eau de la douche pour se jeter dessous, encore tout habillé. Il ne sait pas ce qu’elle fait, si elle est partie, mais pour l’instant, il s’en fiche. Il veut juste aller mieux. Du moins pour aujourd’hui.


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 203
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Lun 28 Jan - 19:33 )

Wait a few trillion years, the guilt will fade
KATRIAN

Qui aurait cru qu'Adrian deviendrait aussi important pour la blonde ? Kate n'avait pas vraiment prévu de s'accrocher à lui, elle n'attendait rien de leur rencontre. Tout ça, toute cette histoire, elle est partie d'un constat idiot : il avait plus de frites qu'elle. Quand elle repense à la manière dont ils se sont rencontrés, Kate ne peut pas s'empêcher de sourire. Depuis le début, leur relation est explosive. Ils passent leur temps à se chercher, à se lancer des piques. Parfois, ça va trop loin et ils se blessent vraiment. Et aussi bien l'un comme l'autre, ils ne sont pas doués pour réparer les pots cassés. Même s'ils arrivent aujourd'hui à se parler normalement, sans se hurler dessus, Kate sait qu'ils recommenceront. Les grandes gueules impulsives et fières qu'ils sont ne peuvent pas rester en paix éternellement. Au-delà de leur caractère, il y a aussi l'alcoolisme d'Adrian. Alcoolisme que la blonde ne mesure pas vraiment. Lors de leur dispute, elle a dit beaucoup de choses horribles qu'elle ne pensait pas. Mais quand elle lui a dit qu'elle ne voulait pas l'aider, elle le pensait. Kate a une peur bleue des responsabilités, elle panique dès qu'elle sent qu'on en attend trop d'elle. Quand bien même elle voudrait l'aider, elle ne saurait pas quoi faire pour. Cacher toutes les bouteilles d'alcool ? Lui changer les idées à chaque fois qu'il ressent l'envie de boire ? Remplacer son addiction par une autre ? Ça lui paraît à la fois trop simple et trop compliqué. Kate ne connait rien de cette maladie, l'alcoolisme. Elle n'est pas médecin, elle ne sait pas si ça se soigne. Elle ne sait pas à quel point elle doit être présente pour l'aider, elle ne sait même pas si son aide serait suffisante. Et si ça ne marche pas, ça sera de sa faute. Elle se sent déjà tant qu'assez coupable de l'avoir renvoyé à son alcoolisme le jour où il est venu frapper à sa porte parce qu'il avait besoin d'elle. Kate, elle n'est pas capable de vivre ça, de supporter toute cette pression. Elle préfère être celle avec qui il boira, celle qui le surveillera si besoin. Pas celle qui l'empêchera de s'enfiler des shots. Adrian n'est pas obligé de devenir un homme bien, comme il dit. Kate ne veut pas le changer, et elle ne veut pas qu'il la change. Alors ils resteront eux, et cette conclusion la satisfait amplement. Dans le fond, ça ne résout pas leur problème. Ils se réconcilient le plus simplement du monde, mettant entre parenthèses ce qui risque de vraiment les faire souffrir. Kate choisit impunément de placer un fuck sur tout ce qui l'emmerde. Ensemble, ils vivront au petit bonheur la chance. La blonde retrouve son sourire, frissonne aux caresses du jeune homme, renverse la tête en arrière. Elle en oublie l'ivresse d'Adrian et le fait qu'il y a à peine une heure, elle souhaitait sa mort. Elle pense que tout est finalement revenu à la normale, jusqu'au moment où le brun la repousse. Kate rouvre les yeux, croit le temps de quelques seconde qu'il se joue d'elle. Puis il le voit courir jusqu'à la salle de bain et elle comprend que son corps rejette l'alcool. Debout dans la cuisine, elle l'entend vomir. Ça lui fait de la peine, parce qu'il avait réussi à se libérer de tout ça. Il était sobre, et elle se dit une fois de plus qu'il ne serait pas en train de vomir si elle l'avait empêché de boire. Kate hésite à partir, parce qu'elle n'a pas l'impression que sa présence puisse être utile. Pourtant, une petite voix dans sa tête lui intime d'aller vérifier son état. Elle qui ignore toujours cette petite voix, décide de l'écouter. Kate pousse lentement la porte de la salle de bain et découvre un Adrian tout habillé, dans la douche. Bon, ça n'a rien de drôle. Mais Kate, elle éclate de rire. « Tu sais que normalement, pour qu'une douche soit plus efficace, c'est mieux d'enlever les vêtements ? » C'est vrai qu'elle peut se tromper. Après tout, elle n'a pas la science infuse. « À moins que ce soit une invitation pour que je te rejoigne et te déshabille ? » Si c'est le cas, elle est partante. Sans y réfléchir à deux fois, elle s'invite elle-même sous la douche avec Adrian. Sauf qu'elle, au contraire du garçon, elle enlève ses vêtements. Kate se permet d'augmenter la température de l'eau et entreprend de déshabiller Adrian. C'est compliqué, parce qu'ils sont à l'étroit et Adrian ne tient pas très bien sur ses deux jambes. Kate rigole comme une pintade, incapable de garder son sérieux plus de deux secondes. Quinze bonnes minutes plus tard, Adrian est aussi nu que la blonde. Elle attrape son visage entre les mains et se hisse sur la pointe des pieds pour embrasser ses lèvres. « J'espère que même si t'es complètement bourré, tu vas te souvenir de ça. » Qu'elle souffle en le regardant droit dans les yeux. « On enterre la hache de guerre ? Je peux envoyer un message à ton harem pour leur dire qu'elles sont moches et que tu les aimes pas ? Et dormir avec toi ? Parce qu'il fait froid et j'ai marché longtemps pour venir jusqu'à chez toi. J'ai besoin d'être réchauffée. » C'est pour ça qu'elle se colle un peu plus à lui. Le combo Adrian slash eau chaude, c'est pile ce qu'il lui fallait.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Adrian Dawkins
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 305
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Mar 29 Jan - 11:20 )

[quote="Adrian Dawkins"]


wait a few trillion years, the guilt will fade
with, KATRIAN.

Adrian a l’impression qu’il s’attache toujours à la mauvaise personne et surtout toujours au mauvais moment. Il s’est attaché à Lissa et est tombé amoureux d’elle alors qu’il venait de perdre sa mère et qu’il perdait un peu pied dans la vie. Puis Kate, alors qu’il était vulnérable et qu’il pouvait replonger à n’importe quel moment, et à chaque fois, il a été déçu. Il ferait mieux de se taire, il le sait. Il ferait mieux de se taire et de garder pour lui ce qu’il est susceptible de ressentir. Parce que c’est toujours comme ça, il est prit pour un con. Mais il ne s’attendait pas à voir Kate, là, chez lui, avec des frites. Il voulait boire comme il le voulait, et surtout ne pas être emmerdé puisque Lou était visiblement chez sa copine, il aurait pu boire et s’allonger pour cuver tranquille mais non, elle était là. Et ce serait mentir de dire qu’Adrian n’est pas heureux, parce que même s’il veut qu’elle ne s’attache pas, qu’elle le déteste, et bien il est soulagé qu’elle n’ait pas prit en compte tout les mots affreux qu’il a pu lui dire. Parce qu’il n’y avait pas été de mains mortes ce soir là, parce qu’il n’y avait pas été avec le dos de la cuillère et que s’il avait été à la place de la blonde, il se serait collé une gifle monumentale, avant de disparaître pour toujours, mais non, Kate, elle est toujours là. Et leur conversation est beaucoup trop mature et sérieuse pour l’état pathétique dans lequel est l’ambulancier. Et ce foutu état revient au galop quand il sent la nausée qui lui tord l’estomac et il s’enfuit, la laissant après des promesses faites du bout des lèvres pour pouvoir déverser le contenu de son estomac de la manière la plus indélicate qui soit. Adrian, il en a déjà assez d’être comme ça, d’avoir la tête et l’estomac qui disent fuck. Mais pourtant, il sait qu’il aime beaucoup plus la sensation que lui procure l’alcool dans son organisme. Il sait qu’il faudra qu’il trouve une solution pour ne pas être un minable chaque jour, pour ne pas être saoul tout les matins, mais il trouvera cette solution plus tard, pour l’instant, il a besoin de se nettoyer et l’idée saugrenue de passer sous la douche tout habillé lui traverse l’esprit. Il en oublie Kate qui est dans la cuisine, Kate a qui il a retiré le haut, Kate qu’il a embrassé comme si sa vie en dépendait. Il se demande un instant si elle va rester ou si elle va se barrer et au fond de lui, il sait qu’il ne lui en voudra pas si elle partait. Il l’aurait bien mérité l’alcoolique, mais il entend la porte qui s’ouvre et il sourit, avant de se dire que c’était peut-être sa soeur. Mais non, le rire de Kate lui parvient aux oreilles et il grogne de mécontentement. « Fais c’que tu veux. » qu’il murmure entre ses lèvres avant de grogner encore, parce que la sensation dégueulasse ne passe pas. Mais il daigne quand même ouvrir les yeux quand elle entre dans la douche, et il sourit même en coin quand il remarque qu’elle est nue. Quand elle entreprend de le déshabiller, il se laisse mollement faire et manque de tomber un nombre incalculable de fois, il a l’impression que le temps s’étire et ça le fatigue. Mais quand elle y parvient enfin, il la colle doucement contre la paroi de la douche, non sans chanceler et il sourit. Parce qu’il est heureux qu’elle soit là, même s’il le dit pas. « Hm? » Il ne sait pas ce qu’elle veut dire, et il n’a même pas vraiment compris ce qu’elle a dit. Et pourtant, il est bien trop attentif, alors qu’il est persuadé qu’il ne se souviendra de rien demain matin. Et il écoute, et il ne peut s’empêcher de rire, juste pour être mesquin. « C’était une pote de Lou. Et je savais pertinemment que tu ragerais. Mais je ne te dirais pas que j’ai couché avec elle, parce que je sais que tu le prendrais mal. » Il hausse les épaules avant de saisir ses lèvres pour l’embrasser longuement avant de se reculer « Mais tu fais ce que tu veux, tu peux leur envoyer un message si tu veux, par contre, tu peux être sûre qu’elle débarqueront pas, elles sont restées à New York. Et reste dormir. T’as encore des affaires ici. » Et il la prend dans ses bras, avant de soupirer et de la laisser contre lui, les yeux clos, la tête qui tourne encore un peu trop. Ses mains se glissent quand même le long de la peau de Kate parce qu’il aime les frissons qu’il lui procure, parce qu’il aime savoir ce qu’elle peut ressentir rien qu’au contact de sa peau. Parce qu’il sait qu’à cet instant, il ne pourra rien lui donner de plus que les caresses brûlantes qu’il est en train de lui offrir, il est bien trop ailleurs pour penser à autre chose.


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 203
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Jeu 31 Jan - 11:23 )

Wait a few trillion years, the guilt will fade
KATRIAN

Adrian ne pourra sans doute jamais compter sur la blonde pour ne pas sombrer. S'il veut s'enfiler dix litres de vodka, Kate le laissera faire. Elle lui a dit que cette histoire de parrainage, c'était du vent. Elle lui a dit qu'elle ne comptait pas assumer les responsabilités de ce rôle, celui de marraine. Leur dispute n'a rien changé à sa façon de penser, leur réconciliation ne veut pas dire qu'elle est prête à le sauver de son alcoolisme. Ça serait trop facile. En revanche, Kate, elle connait deux ou trois astuces qui permettent de mieux vivre une gueule de bois. Elle a aussi une certaine expérience en ce qui concerne le sauvetage de personnes ivres. Alors Adrian, il pourra quand même compter un peu sur elle. Quand il aura trop d'alcool dans le sang, quand Woody Woodpecker lui massacrera le crâne, quand il vomira la quasi-totalité de ce qu'il a bu, ou quand il aura besoin de compagnie pour ne pas boire tout seul : elle sera là. Kate ne veut pas agir comme une petite-amie qui s'inquiète en permanence pour l'homme avec qui elle est. Elle veut rester cette fille simple qui visite son lit un peu trop souvent. Kate veut que leur relation reste sans prise de tête. Elle ne veut pas d'une étiquette qui définisse ce qu'ils sont, elle ne veut pas qu'ils aient de compte à se rendre. Un jour, elle changera peut-être d'avis. Ambre a bien réussi à faire de la blonde sa petite-amie sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte. Kate ne peut pas savoir à l'avance ce qu'il se passera entre elle et Adrian, ce qui l'arrange. Kate, elle préfère vivre l'instantané. La tempête étant désormais passée, elle suppose qu'ils peuvent reprendre leur relation exactement là où ils l'ont laissée. Elle rejoint Adrian sous la douche, l'aide à se débarrasser de ses vêtements du mieux qu'elle peut. Et elle demande à enterrer la hache de guerre une bonne fois pour toutes. Sauf qu'Adrian, il ne rate jamais une occasion de la provoquer. Quand il sous-entend qu'il a bel et bien coucher avec une amie de sa sœur, elle se renfrogne. « Donc t'as couché avec. » Qu'elle souffle avec difficulté. À l'heure actuelle, elle ne sait pas trop si ce qu'elle ressent pour Adrian s'apparente à de l'amour. Mais elle ne peut pas nier que cette information ne la laisse pas indifférente. Elle essaye quand même de passer outre, parce qu'ils sont ici et cette fille, elle est ailleurs. Kate ferme les yeux et embrasse le torse du jeune homme, tandis qu'il balade ses mains le long de son corps. Elle a envie de plus, Kate, elle a envie de lui. Alors elle le cherche avec des baisers brûlants, bouge lascivement contre lui. Mais il ne réagit pas et elle finit par comprendre qu'elle n'obtiendra rien de lui. Ça la frustre, on ne va pas se mentir. Elle en pousse un soupir d'agacement, puis finit par le repousser. « J'commence à avoir froid. » Qu'elle dit alors en sortant de la douche. « J'suis sûre qu'avec la pote de Lou, t'as pas eu de mal. Même en étant bourré. » Elle ne peut pas s'empêcher d'y penser. Ça la vexe bien plus que ça ne la blesse, à vrai dire. Dos à Adrian, elle se saisit d'une serviette et sort de la salle de bain, sans prendre le temps de se sécher. Ce n'est qu'une fois dans la chambre d'Adrian qu'elle le fait, avant de fouiller dans son placard à la recherche de vêtements chauds et confortables. Elle met le pauvre placard sans dessus-dessous et à force de remuer les vêtements, elle finit par tomber sur une photo. La curiosité de Kate étant piquée à vif, elle l'attrape et voit qu'il s'agit d'une vieille photo d'Adrian avec une blonde - sans doute son ex, Lissa. Adrian a à peine mis un pied dans la chambre qu'elle se tourne vers lui, sourcils froncés. « Tu savais que t'avais une photo de ton ex cachée dans le placard ? » Contre toute attente, elle n'est même pas agressive. S'il faut, cette photo n'était pas du tout cachée. Peut-être qu'il savait qu'elle était là. Dans tous les cas, Kate est plus intriguée qu'en colère. Elle pose la photo sur le lit du jeune homme, et s'habille avec les vêtements trouvés.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Adrian Dawkins
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 305
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Mar 5 Fév - 10:58 )



wait a few trillion years, the guilt will fade
with, KATRIAN.

Au fond, Adrian Dawkins sait que toute sa vie se résumera à des défis et le plus gros ce sera celui de rester en vie. Oui, parce qu’avec tout l’alcool qu’il est capable d’ingérer, il serait bien capable d’avoir un accident complètement con. Ensuite, le deuxième gros défi serait de résister à l’appel de l’alcool et le troisième ce serait de faire en sorte que Kate croit en lui et en leur possible histoire. Mais ça, c’est encore un autre défi et il a décidé de s’en occuper petit à petit, gagnant la confiance de la blonde. Même s’il avait envie de lui hurler dessus quand elle est arrivée, tout cela n’est que partie remise, enfin du moins, qu’il pense, parce qu’il sait que la dispute qu’ils ont failli provoquer est juste endormie et qu’un jour, elle explosera comme toutes les disputes qu’ils ont gardés de côté pour plus tard. Un jour, tout cela leur explosera à la gueule et le garçon ne pourra pas dire qu’il n’avait pas été prévenu par des notes mentales. Et c’est encore lui qui jette de l’huile sur le feu, quand il sous-entend qu’il a couché avec cette fille, parce qu’il n’allait pas se la coller derrière l’oreille pendant qu’ils étaient en froid, il était certes amoureux d’elle, mais quand on lui dit qu’il peut aller voir ailleurs, il ne se laisse pas prier l’ambulancier, loin de là. Il n’a pas besoin qu’on lui répète quinze fois les choses. Adrian, il a envie de lui faire comprendre que cette fille, c’était juste un coup d’un soir, que de toutes façons, il la reverra probablement uniquement en soirée et puis, il n’en est même pas sûr mais ses pensées sont brouillées par l’alcool et quand bien même Kate est attirante et désirable dans le plus simple appareil, à ce moment précis, il ne se passe rien de bien intéressant quant à ses réactions corporels. Il voudrait pourtant, mais l’alcool lui a sévèrement brouillé le cerveau pour l’instant. Quand elle le repousse, il réagit enfin et soupire à son tour. Il voudrait bien répliquer quant à sa pique un peu jalouse, mais il se contente de lui répondre « Ouais, sûrement. » Parce que tout ce qui lui vient en tête, c’est méchant, mesquin et petit. Et il n’a plus aucun souvenir cette soirée qu’il a passé avec la demoiselle, mais il sait qu’il a couché avec elle. Il la laisse s’enfuir pendant qu’il sort de la douche, il saisit une serviette qu’il s’enroule autour de la taille, puis il pose ses deux mains sur le rebord du lavabo pour se regarder. Pathétique il se trouve, mais il ne dit rien. Il attrape un boxer propre sur la machine à laver et l’enfile avant de rejoindre la blonde dans la chambre. Il se demande bien ce qu’il a encore fait quand elle se tourne vers lui, et visiblement elle n’est pas en colère, vu le ton qu’elle emploie. Ah cette photo. Adrian ne peut s’empêcher de sourire en coin, et il s’installe sur le lit, avant de se laisser tomber, les pieds dans le vide, les mains saisissant la photo. « Ouais, je savais qu’elle était là, je l’avais mise là pour une raison obscure. » Il ne se souvient plus, mais c’était pour ne plus la voir, il n’avait pas eu envie de la jeter, sûrement par nostalgie des jolis moments passés avec Lissa. « On était en vacances avec Lissa, Lou et son père » Il laisse la photo sur le côté finalement et il continue « C’était nos premières vacances ensemble si je me souviens bien, ensuite, on a fait plusieurs voyages, puis ça s’est terminé. » Il se redresse en haussant les épaules et quand il voit qu’elle est habillée, il grogne un peu « Tu sais que t’étais beaucoup mieux pas habillée ? » Oui Adrian ne perd pas le nord et il faut dire qu’il a un peu dessaoulé, alors bon. Il l’attire doucement contre lui et la fait s’allonger avant de la surplomber de toute sa hauteur, saisissant ses lèvres dans un baiser brûlant. L’une de ses mains se glissant à travers le bas qu’elle a déniché pour aller doucement lui faire comprendre qu’il n’était peut-être pas capable sous la douche mais qu’il a d’autres possibilités et il lui murmure au creux de l’oreille « Tu sais que t’es mignonne quand t’es jalouse ? » Oui, il devinait qu’elle était jalouse et il trouvait ça adorable. Même s’il était persuadé qu’elle le nierait « Tu veux qu’on parte ensemble, un week-end ? » C’était juste une proposition comme ça, faites sur l’oreiller, alors qu’il continuait à la provoquer de la manière la plus brûlante qu’il soit.


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 203
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Mer 6 Fév - 19:50 )

Wait a few trillion years, the guilt will fade
KATRIAN

Kate souffle le chaud et le froid en permanence, surtout avec Adrian. Elle lui fait comprendre qu'elle ne veut pas être sa petite-amie pour tout un tas de raisons, puis se permet de piquer une crise de jalousie parce qu'il a osé coucher avec une autre. Elle veut l'exclusivité et en même temps, elle tient à ce qu'ils restent deux électrons libres, indépendants l'un de l'autre. La logique voudrait donc qu'elle laisse Adrian faire ce qu'il veut de sa vie, qu'elle garde pour elle ses remarques déplacées et sa colère injustifiée. Sauf que Kate est trop sanguine pour garder son calme. Quand quelque chose lui déplaît, elle est obligée de l'ouvrir. Ça lui jouera des tours, elle le sait. Adrian finira par vouloir la défenestrer, comme elle l'a prédit au tout début de leur relation. Kate cherche constamment à vivre dans la simplicité, alors qu'elle-même a une manière de fonctionner bien trop complexe. Et ça l'agace, parce qu'elle voudrait qu'Adrian la comprenne malgré tout. Elle voudrait qu'il sache toute l'importance qu'il a pris dans sa tête et qu'il agisse en conséquence. Avec Kate, il ne faut pas s'attendre à ce que tout soit clair et explicite. Il faut plutôt prendre le temps de lire entre les lignes, de remettre un peu d'ordre dans sa tête. Ça demande sans doute du temps et beaucoup de courage, mais ce n'est pas impossible. Pour le moment, Adrian est loin d'y arriver. Il s'applique surtout à la provoquer, à la pousser dans ses retranchements. Vexée, Kate finit par l'abandonner et part se réfugier dans la chambre du jeune homme. Au moins, en cherchant de quoi s'habiller, elle pense un peu moins à cette fille avec qui Adrian a couché. Ses pensées sont rapidement redirigées vers Lissa quand elle trouve une photo de la blonde avec Adrian. Curieusement, ça n'éveille aucune jalousie en elle. Parce qu'il a pris le temps de lui parler d'elle et de leur histoire. Elle sait qu'elle n'a pas besoin de se sentir menacée par cette femme. Du moins, pour le moment. Elle est surtout intriguée et se demande pourquoi cette photo se trouvait là, dans le placard. Dès qu'Adrian revient dans la chambre, elle partage avec lui sa trouvaille. Elle l'écoute sans rien dire, occupée à enfiler les vêtements qu'elle a trouvés. « Vous aviez l'air heureux. » Qu'elle commente simplement, en refermant le placard. Adrian joue les aigris, apparemment mécontent d'avoir une Kate toute habillée devant lui, et elle rigole. « Ah bon ? Excuse-moi, mais vu ton manque de réaction sous la douche, j'me suis dit qu'il valait mieux que je m'habille. » Kate s'approche un peu du lit, se laisse attirer dessus, le sourire aux lèvres. Elle entoure son cou de ses bras, répondant à son baiser avec douceur. Elle se sent revivre, Kate. La culpabilité qu'elle ressentait dernièrement commence à se dissiper. Elle a besoin de sentir qu'il s'accroche toujours à elle, qu'il ne compte pas baisser les bras tout de suite même si elle lui a donné toutes les raisons de le faire. À ses yeux, ce moment est parfait. Jusqu'à ce qu'il ne lui rappelle sa jalousie. Kate pose ses deux mains sur le torse du jeune homme et le repousse un peu. « Toi, t'es pas mignon quand tu sautes sur la première venue. On sait tous les deux que t'as été un vrai connard en l'affichant sur insta. » Bon, il ne l'a pas clairement affiché. Il a juste posté une photo avec une autre fille et Kate en a conclu qu'il avait couché avec. Il n'empêche qu'elle avait raison. « La prochaine fois, t'es pas obligé de le crier sur tout les toits. Même si je préférerais que la prochaine fois, justement, tu te la colles derrière l'oreille. » Au moins, Kate est franche. Elle attrape la lèvre inférieure d'Adrian entre ses dents et la mordille légèrement, comme pour lui faire passer un message. Sa tête retombe sur l'oreiller lorsqu'il lui parle de vacances. Elle fronce les sourcils sourcil, le regard plongé dans le sien. « En week-end ? Pourquoi ? On est parti en vacances y'a pas longtemps. » Elle repense à Lissa et à cette photo trouvée par hasard. Ils avaient l'habitude de voyager, c'est ce qu'il a dit. Est-ce qu'il cherche à revivre avec elle ce qu'il a déjà vécu avec Lissa ? Kate voudrait lui poser la question, mais ça impliquerait une notion de couple assez forte. « Enfin si tu veux vraiment partir, on peut. C'est juste que j'en vois pas l'intérêt parce qu'on est aussi bien ici. » Elle lui sourit franchement et enroule ses jambes autour de la taille d'Adrian.  
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Adrian Dawkins
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 305
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Dim 10 Fév - 20:32 )



wait a few trillion years, the guilt will fade
with, KATRIAN.

Peut-être qu’ils se diront ce qu’ils veulent réellement un jour, Kate et Adrian. Peut-être qu’un jour, ils se diront de but en blanc d’aller se faire foutre, que l’autre a couché aller se faire voir chez les grecs et ils passeront à autre chose. Mais pour l’instant Adrian n’a pas envie que Kate aille se faire voir chez les grecs, pour l’instant, il a envie qu’elle reste là, avec lui. Parce qu’il s’est habitué à elle. A la voir venir chez lui après avoir bossé, à la voir débarquer alors que lui va prendre son service. Il a l’habitude de la sentir contre lui quand ils s’endorment tout les deux, l’un contre l’autre et qu’il se réveille en pleine nuit à cause d’un stupide rêve qui lui a retourné le cerveau. Adrian il ne peut plus se passer de la blonde et il aimerait que ça en soit autant de son côté. Mais il ne la comprend pas, alors qu’il pensait la comprendre, la connaître, il ne la comprend pas. Elle lui a dit de but en blanc d’aller se faire foutre, qu’il pouvait aller coucher avec une autre et quand il trouve du plaisir dans les draps d’une autre demoiselle, elle lui pique ce qui s’apparente à une crise de jalousie. Adrian, il aimerait bien avoir le monde d’emploi. Parce qu’il ne la comprenait pas vraiment et c’était assez fatiguant pour l’ambulancier. Et encore plus quand elle lui indique avoir trouvé une photo de Lissa et lui dans son placard, cette photo il l’avait balancé un jour et depuis ce temps là, il ne s’en préoccupait pas, elle avait fini sur le sol, il l’avait remit sur une étagère et elle avait sûrement dû tomber encore, il n’en savait rien et il s’en fichait. Elle pouvait même la brûler si l’envie se faisait ressentir. « Ouais, c’était avant. » Non pas qu’il n’est pas heureux à l’heure actuel, mais le bonheur était un peu différent. Il pensait que ça durerait et il s’est prit un vent. Mais l’aigreur prend un peu le dessus et Adrian ne peut s’empêcher de lâcher un petit rire narquois. « Ouais mais c’est pas parce le Kraken ne se réveille pas que je n’ai pas d’autres moyens de te faire perdre la tête bébé. » Oui bébé, un surnom de beauf et il assume même le nom qu’il vient de donner à ce qu’il a dans le caleçon, un grand sourire qui s’affiche sur son visage. Et Adrian il veut la faire chavirer, il veut qu’elle reste, qu’elle comprenne que c’est avec lui qu’elle doit être et pas un autre con qui pourrait lui procurer le plaisir qu’il se plait à lui donner. Adrian il ne veut pas que des types posent leurs mains crasses sur le corps de la blonde. Il sait qu’il pourrait totalement partir en vrille si c’est le cas et il n’a pas envie de tenter l’expérience. Il la taquine pour que la conversation reste légère et il lève les yeux au ciel quant à sa remarque. « J’ai dit que je l’avais sauté sur Insta ? Non je crois pas. Excuse moi de vouloir montrer que je sais encore m’amuser. » Il souffle mais il ne bouge pas. « Tu sais très bien ce qu’il faut que tu dises Kate, si tu veux que je me la colle derrière l’oreille avec d’autres meufs. Tu le sais et je ne te le demanderais pas parce que j’ai pas envie que tu te sens forcée ou quoi que ce soit, mais tu sais bien ce que je pense de tout ça. » Il dirait bien de nous, mais il n’en pas la force, leur conversation est légère et puis, ils viennent de se retrouver. Et le fait qu’elle lui mordille la lèvre lui tire un frisson le long de l’échine. Puis la proposition lui prend comme ça. Il ne sait pas quoi en penser lui même, mais il lui fait, après tout, elle peut accepter comme refuser, il ne s’en voudra pas. « Ouais t’as raison. » il abandonne bien vite Adrian, mais il n’a pas envie que tout devienne encore compliqué, il se connaît, il finirait sûrement par s’engueuler et leur week-end serait gâché, leur dispute est encore trop fraîche, trop rapproché dans le temps. « Oui on est bien ici. » Adrian il se décale et la prend dans ses bras, avant d’embrasser sa tempe. « C’était vide ici sans toi. » qu’il avoue dans un murmure en attrapant doucement sa main et en entrelaçant leurs doigts. « Et flippe pas, je dis juste que je suis content que tu sois venue chercher du fromage. Mais tu sais, t’avais juste à toquer à l’appart, je pense que je t’aurais ouvert quoiqu’il arrive. Je suis peut-être rancunier mais y’a des choses qui font que j’peux pas être rancunier longtemps avec toi. » Et doucement il décale le visage de la blonde pour l’embrasser d’abord avec tendresse et puis, finalement avec un désir qui se pointe comme ça, sans crier gare, il sourit sur ses lèvres avant de se positionner doucement au dessus d’elle « T’es sûre que t’es pas trop habillée ? »  


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 203
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Eliza Nelson-Riley ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( Lun 11 Fév - 11:09 )

Wait a few trillion years, the guilt will fade
KATRIAN

Pour une raison qui lui échappe, l’ex d’Adrian attise la curiosité de Kate. Il lui a raconté dans les grandes lignes leur histoire, mais il n’a jamais dit comment elle était. Kate, elle aimerait en savoir un peu plus sur Lissa. Elle aimerait connaître ses plus grandes qualités et ses pires défauts. Sans doute parce qu’inconsciemment, elle cherche à savoir si elle peut faire le poids face à celle qui a bien failli devenir Madame Dawkins. Mais Kate, elle manque de franchise dans le choix de ses mots. Avec elle, il faut constamment lire entre les lignes, car une question en cache toujours une autre. Elle remarque, commente, mais n’exprime jamais clairement ce qu’elle veut vraiment savoir. Et Adrian se montre tellement évasif que ça la frustre. À moins de lui faire subir un interrogatoire, elle sait qu’il ne dira rien sur Lissa. Kate soupire et abandonne, sans prendre la peine de relever le fait qu’avant il était heureux. Elle préfère le taquiner sur son manque de réactivité sous la douche. Son histoire de Kraken déclenche le rire de Kate, juste avant qu’elle n’aille se blottir tout contre lui. « Normalement, quand un type m’appelle bébé, je cours le plus loin possible. » Elle n’aime pas les beaufs, Kate. Du moins, elle n’aime pas les hommes qui se croient tout permis, qui interpellent tout ce qui a une paire de seins en beuglant cet affreux surnom. « T’as de la chance que ce soit toi. » Cette phrase peut paraître banale dans la bouche de beaucoup de personnes mais pour Kate, elle est lourde de sens. Quand il s’agit d’exprimer ce qu’elle a sur le cœur, elle n’est pas douée. Elle a du mal à manifester son affection avec les mots, elle a du mal à admettre quand elle tient à quelqu’un. Pourtant avec Adrian, elle a eu l’occasion de lui lâcher deux ou trois bombes qui n’étaient pas innocentes. Même si elle voulait prétendre qu’elle n’en avait rien à faire d’Adrian, sa jalousie parlerait pour elle. Il a couché avec une autre pendant qu’il était à New-York et Kate, ça l’a rendue folle. C’est totalement illogique étant donné qu’elle est la première à ne pas vouloir de relation sérieuse, la première à lui dire d’aller se faire plaisir avec une autre. Mais entre ce qu’elle dit et ce qu’elle pense, il y a une grande différence. « Ah nooooon, mais sur la photo que t’as postée, la nana te collait comme pas possible en mode "hihi, il m'a sautée toute la nuit et c’était génial", donc même si tu l’as pas dit, c’était tout comme. » C’est que ça la rend vraiment mauvaise cette histoire. Puis elle finit par se sentir bête quand il lui fait comprendre que c’est elle qui a toutes les cartes entre les mains. Kate cache son visage dans le cou du jeune homme, lâche un long soupir. Elle pourrait jouer les innocentes et faire semblant de ne pas savoir ce qu’il pense, sauf qu’il finirait par lui dire de vive voix. Il est comme ça, Adrian. Il a le don de l’achever avec quelques phrases sincères. Et dans le fond, c’est vrai qu’elle sait ce qu’il en pense. Il a besoin d’elle, il est amoureux d’elle. Ces informations restent stockées dans un coin de sa tête, et même si elle évite d’y penser, il y a des moments où ça la heurte de plein fouet. Comme maintenant. Elle ne peut rien lui promettre, pourtant. Elle n’aime pas les promesses, elle ne veut pas qu’Adrian s’attende à quoi que ce soit venant d’elle. « J’ai l’impression que tu me tends un piège. » Souffle-t-elle, sans relever le regard vers lui. « Et c’est pas vrai, je sais pas quoi te dire. » Elle ne peut pas lui dire qu’elle est amoureuse de lui parce qu’elle n’en sait rien. Et elle ne peut pas non plus lui dire qu’elle veut être sa petite-amie, parce qu’elle a peur d’endosser ce rôle. Alors non, elle ne sait pas ce qu’elle peut lui dire. « Couche avec qui tu veux. Juste... Évite de brandir tes trophées devant moi. » Ça ne lui fera pas moins mal, mais ça sera toujours plus supportable. La discussion s’arrête là et d’un seul coup, Adrian propose un week-end hors de Cap Harbor. Bien que l’idée soit tentante, Kate ne se montre pas bien enthousiaste. Il y a quelque chose qui la bloque. Ça la fait penser à Lissa, à leur couple, et à eux, Kate et Adrian. Pour le moment, elle veut juste que ce soit simple. Ils n’ont pas besoin de voyager, de s’isoler tous les deux à l’autre bout du monde. Ils sont aussi bien à Cap Harbor et Kate, ça lui va. Elle lui sourit gentiment, se réfugie dans ses bras quand il lui offre son étreinte avant d’avouer qu’il ne peut pas lui en vouloir pour leur dispute. Kate réfléchit à ce qu’il vient de dire, se laisse embrasser, et le repousse gentiment quand il se place au-dessus d’elle avec la ferme envie de sortir le Kraken. « Je suis vraiment venue pour le fromage. » Dit-elle en plantant son regard dans le sien. Elle casse l’ambiance, elle s’en rend compte. « Et peut-être que tu devrais être rancunier. Je sais que j’ai été horrible, et je sais que tu voudrais compter sur moi. Mais tu peux pas. J’ai voulu devenir ta marraine juste parce que je voulais avoir la certitude que j’allais te revoir. Je sais que c’était pas malin, mais c’est comme ça que je fonctionne. Je suis incapable de faire quelque chose de bien sans en avoir une bonne raison. Ma sœur me déteste pour ça et elle a raison. Je peux rien t’apporter, mais je suis capable de tout te prendre. Et tu vois, j’ai conscience de tout ça. Alors la logique voudrait que j’te laisse tranquille. T’as pas besoin d’un poison comme moi dans ta vie. Sauf que j’suis trop égoïste pour te laisser. » Elle termine son monologue en haussant les épaules. C’est la première fois qu’elle parle autant d’elle, qu’elle parle ouvertement de ses défauts, du pourquoi il ne devrait pas s’accrocher à elle. Peut-être qu’elle lui donne une chance de se détacher d’elle. Malgré tout, elle garde ses bras autour de son cou. Elle a besoin d’Adrian, quoi qu’elle en dise.
✻✻✻
CODES ©️️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Wait a few trillion years, the guilt will fade (Katrian)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération