※ we’re just strangers with some memories. (lissan)

 :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Lissa Valentine
‹ I'M A SPECIAL KIND.


http://truelove-crackship.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2016
›› Commérages : 972
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Dianna Beautiful Agron
›› Schizophrénie : rachel campbell (danielle panabaker) riley emerson-oakley (claire holt) ophelia rhodes (rebecca breeds) mila matthews (nina dobrev) liv burrows (lyndsy fonseca) lauren campbell (jessica alba) liam washington (joe keery) erin pierce (shantel vansanten) lily hastings (kiernan shipka)

※ we’re just strangers with some memories. (lissan) ✻ ( Lun 28 Jan - 11:35 )



we’re just strangers with some memories.
adrian dawkins & lissa valentine ※ lissan

“ Sometimes, you miss the memories, not the person. ” ― IDK.

Lissa est pleine, du moins son estomac. La blonde a l'impression d'avoir mangé pour dix et pour au moins les six prochains jours. Ce soir, Matthias s'est enfin décidé à l'accompagner dans ce restaurant hors de la ville qui propose un grand buffet. Lissa le tanne depuis près de trois mois pour y aller et l'italien à enfin céder au caprice de sa femme. En même temps, ils n'avaient pas eut l'occasion de se voir pendant près de dix jours donc il avait plutôt intérêt à accepter sa requête s'il tenait un minimum à profiter des devoirs conjugaux. Lissa est donc heureuse mais une heureuse ballonné. Elle a l'impression d'être une grosse bonbonne et qu'elle va exploser ou plutôt imploser incessamment sous peu. Elle n'a qu'une hâte c'est d'être enfin chez elle, de se laisser tomber dans son lit et de défaire le bouton de son jean. Mais avant que cela n'arrive, le couple doit retourner sur Cap Harbor. « J'ai tellement mangé qu'on dirait que je suis enceinte. » dit-elle en regardant son ventre et en passant la main dessus. « Au moins. » Matthias se moque de son petit bidou, elle va se sentir vexée la Valentine. Elle affiche même une petite mine boudeuse. « Tu n'avais pas qu'à manger autant de frites, ni vouloir goûter absolument à tous les desserts. » Meeeh c'est bas ça. Mais alors qu'elle s'apprête à lui répondre, elle s'interrompt en entant son téléphone se mettre à sonner. Un numéro inconnu s'affiche et le plus naturellement, elle décroche. Le visage de Lissa se ferme. Elle n'était pas prête à recevoir un appel de l’hôpital. Immédiatement elle pense au pire, elle pense à sa mère ou bien à Bird. Mais quand la secrétaire lui annonce le nom d'Adrian Dawkins à l'autre bout, Lissa est totalement surprise. Pourquoi ? D'après la femme, Lissa est toujours la personne à prévenir en cas d'urgence. OH ! Lissa pourrait jouer la carte de l'ignorance, mais ça n'est pas elle. Quand le coup de fil prend fin, la blonde explique la situation à Matthias qui ne trouve rien de mieux que d'appeler Adrian par un nombre incalculable de noms d'oiseaux en italien. « Ecoute, je ne te demande pas devenir avec moi. Tu me déposes et je trouvais un moyen de rentrer, toute seule. » Elle est même prête à accepter que Matthias demande à ses gardes du corps de venir la chercher. « Non, c'est bon je vais t'attendre. » Comme il voudra. Elle sait qu'il râle intérieurement, elle le voit rien qu'à sa tête, mais Lissa n'a pas envie de se battre avec Matthias ce soir. Une fois devant l’hôpital, la blonde sort du véhicule et rejoint rapidement le secrétariat afin de connaitre le nom du service ainsi que le numéro de la chambre dans laquelle réside son ancien petit-ami. C'est ainsi qu'elle parvient jusqu'à la chambre d'Adrian quelques minutes plus tard. Avant de frapper, elle se demande encore ce qu'elle fait ici ? Elle n'a pas revue Adrian depuis un long moment mais dans ses souvenirs, la dernière fois, ils avaient passé un bon moment. Enfin ils s'étaient envoyer en l'air. « Hey ! » dit-elle en pénétrant dans la pièce, un sourire timide accroché aux lèvres. « Je n'ose pas imaginer la tête de l'autre type. » Elle espérait que Adrian soit le moins mal en point des deux. « Je suis encore la personne à prévenir sur ta liste ... » tente-t-elle de se justifier sur sa présence. La blonde s'avance vers Adrian, afin de se tenir à côté de son lit. « Enfin, je peux partir si ma présence te dérange. » Parce que maintenant qu'elle est ici, elle a l'impression d'avoir créer un malaise. « Je tenais à voir si tu allais bien ... » Mine de rien la blonde, elle s'inquiétera toujours pour Adrian.


i'm caught off-guard by you like a wave i pulled into, it's a feeling i can't fight. like a wildfire, deep inside you're taking my heart, by storm i'm lost in your love, lost in your love. i can't hold back anymore, i'm lost in your love, lost in your love. you're taking my heart.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Adrian Dawkins
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/12/2016
›› Commérages : 315
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : tom austen
›› Schizophrénie : Arya Cohen (M. Robbie), Bird Roth-Spiegelman (L. Collins), Anya Arsenault (E. Rossum), Lola Fitzsimmons (L. Boynton), Alix Westmore (Z. Kravitz), Mina O'Cearnaigh (N. Dormer), Azraël Hamilton (J. Coleman), Devon Oakley (S. Stan), Natalia Rhodes (L. James)

Re: ※ we’re just strangers with some memories. (lissan) ✻ ( Jeu 14 Mar - 10:54 )



we're just strangers with some memories
with, LISSAN.

Adrian est ivre. Encore, une fois de plus, une fois de trop sûrement. Mais il a décidé d’arrêter de croire qu’il pourrait guérir, ce n’est pas une maladie incurable qui lui ronge le corps mais c’est une toute autre sorte de maladie et il ne pourra pas s’en sortir, il le sait. Un jour, ça lui porter préjudice, un jour, il finira en taule ou même dans un cercueil parce qu’il n’aura pas fait attention. Il le sait, les médecins le préviennent quand il daigne se pointer, de faire attention à son foie, de faire attention à lui mais il s’en fout. C’est pour cela que deux heures après la fin de son service, il est déjà saoul comme un cochon, parce qu’en rentrant, il a prit une bière et qu’une bière, ça n’a pas suffit. Puis Adrian, il en a marre de boire tout seul, Lou n’est pas là. Kate n’est pas là. Il est tout seul comme un con, c’est donc tout naturellement qu’il se retrouve au Blue Lagoon, en plein milieu de l’après-midi, à enquiller les verres comme ça, sans aucune pression. Adrian, il sait que c’est mal mais il s’en fout. Adrian, il n’a pas envie qu’on s’inquiète pour lui. La seule personne qui pourrait le faire, c’est Kate, et Kate, elle lui a bien dit qu’elle n’avait jamais eu envie de lui sauver la vie, hypocrite qu’elle est. Kate, elle l’a prit pour un con et encore une fois, il a été trop vite en besogne, il lui a dit qu’il l’aimait, comme ça, dans le feu de l’action, après avoir picolé, peut-peut-être qu’il pourrait reprendre ses paroles, lui dire qu’il était saoul, mais non. Il n’en a pas envie. Parce que c’est ce qu’il pense. Il est amoureux d’elle et il ne veut pas s’en cacher. Il s’en fout aussi de ce que les autres peuvent penser. Il ne compte plus les verres qu’il a déjà bu depuis qu’il est arrivé ici, mais il voit les gens qui vont et viennent et il demande finalement la bouteille histoire d’arrêter d’importuner cette pauvre Ophelia. La bouteille, elle se vide au fur et à mesure que le temps passe et quand il daigne enfin se lever du tabouret du bar dont il a prit possession, la terre commence à tourner un peu trop. Mais il continuera, il le sait, jusqu’à n’en plus pouvoir le blond, il se connaît. Il sort enfin de l’antre avant de marcher sur le bord du trottoir, une cigarette coincée entre les lèvres, il marche et tangue sur le bord, imagine stupidement que la route c’est de l’eau et que s’il tombe, il va mourir. Mais il entend une demoiselle en détresse derrière lui et il se retourne. Un grand gaillard lui barre la route, il est trop proche d’elle. Il en faut peu pour l’ambulancier, il se presse pour le stopper, tapant sur son épaule mais rien n’y fait. « Ta soeur elle se plaignait pas comme ça quand je l’ai sauté, tu devrais prendre des cours. » lui dit-il dans la provocation pure et dure avant de dire « Et ta mère non plus, tu crois que la prochaine fois je peux leur demander un tarif de groupe ? » Et il ne s’attendait pas à ce que le grand gaillard le frappe si rapidement, il recule un peu mais se défend, tant bien que mal, ses phalanges le démangent et il ne s’arrête que quand il le doit, quand tout devient noir. Lorsqu’il se réveille à l’hôpital, il a la tête qui va exploser. Il ferme les yeux, se touche l’arcade qui semble abîmée, il a l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur. Quand la porte s’ouvre, il imagine une infirmière mais c’est une tout autre personne qui est là et ce n’est même pas la personne qu’il avait envie de voir. Enfin en vérité, il n’avait envie de voir personne. « Hey ! » Un grognement sourd sort simplement de sa bouche en guise de toute réponse. « Je n'ose pas imaginer la tête de l'autre type. Je suis encore la personne à prévenir sur ta liste ... » Ah ok. Et ? Il se fait une note mentale de changer ça « Ah, faudra que je change alors. » Il n’a pas la tête à voir Lissa pour qu’elle lui fasse encore des remontrances sur son possible taux d’alcoolémie, ni même de son alcoolisme. « Enfin, je peux partir si ma présence te dérange. » Il secoue négativement la tête, finalement, ça lui fait du bien de voir quelqu’un. Quand bien même ce soit son ex. « Je tenais à voir si tu allais bien ... » Il hausse les épaules en se redressant dans son lit, et il la regarde « Comme tu vois je pète la forme, à croire que jouer aux héros ça ne sert à rien, je me suis fait défoncer visiblement. » Il peut même sentir qu’un bleu commence à gonfler sur sa joue. Génial. Et il fait toujours dans la finesse le blond. Son regard se dirige vers les doigts de Lissa c’est donc officiel. « T’es venu me voir pour voir si j’allais bien ou pour m’exposer ton bonheur en pleine gueule ? » Qu’il demande comme ça, avec un ton acide avant de la regarder « j’avais comprit le message en voyant tes photos sur les réseaux sociaux. Je suis pas débile. » rajoute t-il finalement en levant les yeux au ciel.


la vie de rêve.
›› J'ai des cicatrices encore mais je suis pas triste, je le promets.
Revenir en haut Aller en bas

※ we’re just strangers with some memories. (lissan)

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération