When you try your best but you don't succeed [Cameron]

 :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Julia Wells
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 254
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Zoey Deutch
›› Schizophrénie : Paul McMahon ☼ Sarah Miller ☼ Pio Esposito ☼ Martin Palmer ☼ Emmy Nelson-Riley ☼ Oscar Pierce ☼ Declan Pryce ☼ Dan Fumero
When you try your best but you don't succeed [Cameron] Vide

When you try your best but you don't succeed [Cameron] ✻ ( Sam 2 Mar - 12:49 )












Je ne savais pas ce que j’avais fait ce matin, mais j’avais réussi à me mettre en retard, j’avais envie de prendre une douche, mais je n’avais pas vraiment le temps. Heureusement j’en avais pris une hier soir en rentrant, mais quand même. Mes cheveux ne ressemblait à rien et je me sentais obligé de les attachés en un chignon dégueulasse pour qu’on ne remarque rien. Tartine à la bouche, je courais dans tout mon appartement en essayant de m’habiller et retrouver mon sac pour aller au boulot. Olalala, mais c’était horrible ce qui était en train de se passer. Si j’avais su, je serais rester à l’hôpital et j’aurai dormi dans une salle de garde, mais non j’avais voulu faire ma grande, j’avais voulu retrouver mon lit si confortable. Il était tellement confortable qu’il m’avait même retenu en otage plus de temps qu’il ne le fallait. Le pire dans cette histoire ? Je n’avais même pas le temps de me faire un café et ça me rendait un peu triste. Sur la route, j’avais l’impression que le monde était contre moi et il n’y avait que des gens qui tentaient de me ralentir. Ma patience était mise à rude épreuve, mais finalement je finissais par arriver à l’hôpital et je me ruais littéralement dans les vestiaires pour me changer. Un dernier coup de déo et je pouvais faire comme si tout était parfaitement normal. Je profitais même d’un petit instant de répit pour aller en salle de pause et me servir un véritable café. « Bah alors Julia, on a pas réussi à mettre son réveil » Moi qui pensait que mon retard était passé inaperçue c’était loupé. « Mais comment tu sais ? J’ai fait plein d’effort pour que personne ne le devine » Je me regardais dans l’un des miroirs qui se trouvaient là, mais non je ne trouvais rien à me reprocher. « Tu n’est pas maquillé, tes cheveux on en parle même pas et tu as encore des miettes de tartines sur la joue » C’était officiel, je détestais Alex, même s’il venait d’enlever les dites miettes sur ma joue. « La prochaine fois je ferais mieux voilà. » Ou pas, je ne savais pas trop. En tout cas on avait pas le temps de bavarder plus longtemps parce que notre référente venait d’arriver et de nous assigner à des patients.

Aujourd’hui je me retrouvais sur un cas compliqué avec Cameron, j’aimais bien travailler avec lui parce qu’il me faisait rire et surtout il était très doué. La situation ne prêtait pas à la rigolade, on avait très peu de temps pour sauver ce pauvre homme, mais la présence de Cameron à mes côtés étaient rassurante. Malheureusement malgré tout nos efforts, malgré notre envie de le sauver, on avait rien su faire, il était 9h17, la journée venait à peine de commencer et on avait déjà prononcer la mort de cette personne. Le pire ? La famille était également là, à attendre de nos nouvelles. « Julia, va annoncer la mort à sa femme. N’oublie pas d’être douce et empathique » Ma référente ne me laissait pas vraiment le choix, elle était déjà partie sur un autre cas, mais je ne pouvais pas faire ça, ce n’était pas possible. Cela me rapellait trop le moment où on m’avait annoncé la mort de mon frère. Non vraiment je n’allais pas y arriver. J’étais en train de paniquer et mécaniquement je me tournais vers la personne la plus proche de moi. C’était Cameron et je donnerais tout pour qu’il fasse cette annonce à ma place, mais ça ne se faisait pas. Je ne pouvais pas lui faire ça, ce n’était pas correct. « Tu veux bien m’accompagner? » Je me sentais mal de lui demander ça, mais je ne pouvais pas être toute seule face à cette situation. « Bonjour Madame, je suis le docteur Wells, j’ai...huum nous avons... » Les mots restaient bloqués, j’avais l’impression d’avoir perdu toute faculté de langage. « Comment va mon mari ? Est ce qu’il va s’en sortir ? » Elle était tellement pleine d’espoir, et moi j’allais lui briser le coeur en 2 secondes. « Il...Votre mari est…. » Non décidément je n’y arrivais pas et je me sentais mal, j’avais envie de pleurer et surtout de m’enfuir très loin d’ici.




lumos maxima


† I want you to be happier


When you try your best but you don't succeed [Cameron] 8Ep6Ko6n_o
Revenir en haut Aller en bas
Love is a mutual torture
Cameron Thompson
Love is a mutual torture


http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5467
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
When you try your best but you don't succeed [Cameron] Vide

Re: When you try your best but you don't succeed [Cameron] ✻ ( Sam 2 Mar - 15:41 )

When you try your best but you don't succeed ✻✻✻ Tu détestes le changement. En tout cas, celui qui est brusque et soudain. Tu viens d'ouvrir le dernier carton dans ton nouvel appartement. Une location. T'as pas encore les moyens pour t'offrir quelque chose. Mais t'espères bien les avoir un jour. Tu finis de ranger les derniers habits. Et voilà. Ton déménagement est terminé. Heureusement que Bird était venu t'aider un minimum durant le weekend, autrement, tu serais encore dans un coin à te morfondre de ta séparation avec Charlie, et de la perte de votre "enfant". A ce stade, ce n'était qu'un simple embryon. Petit. Même pas un centimètre. Pourtant, vous imaginiez déjà votre futur avec lui. Vous aviez même commencé à faire les magasins pour savoir quoi acheter et vers quelle sorte de chambre vous vouliez faire. Finalement, aucun de vos projets n'aura fonctionné. Charlie a perdu l'enfant, a décidé qu'il valait mieux que votre relation s'arrête là car elle était vouée au désastre. Puis, elle avait dans la foulée vendu son écurie, pris le premier avion et été partie se ressourcer tu ne sais vraiment où. T'avais donc dû faire de même malgré la tristesse qui te tiraillait. Désormais installé, tu priais pour que la journée continue sur le même rythme : calme et tout sauf imprévisible. Malheureusement, à peine étais-tu arrivé à l'hôpital et que tu avais enfilé ta blouse blanche, que ton biper sonnait. Urgence. Tu cours. Tu cours toujours de toute façon, même pour aller manger le midi à la cafétéria parce que tu meurs de faim. Tu ne te souviens plus de grand chose de ses trois quart d'heure en compagnie de deux infirmières, de la mentor de Julia et de Julia elle-même. Tu t'étais mis dans une bulle, tentant le maximum pour essayer de sauver le patient. Tu connaissais même pas son nom, t'avais pas pris le temps d'assimiler quoi que se soit. T'avais juste suivi le cadence. Et puis, la sentence était tombé. Vous n'aviez pas réussi à le sauver. Sa mort venait d'être déclaré et vos têtes, déjà bien fatiguées, l'étaient encore plus. C'est toujours dans ses moments là que tu te dis que tu exerces le pire métier au monde. Ne pas pouvoir sauver quelqu'un, c'est la pire sensation au monde. T'arrives toujours pas à y faire face complètement. « Julia, va annoncer la mort à sa femme. N’oublie pas d’être douce et empathique » Dans le fond, tu es soulagé que cette partie ne te revienne pas. Et en même temps, tu lances un petit regard désolé à Julia. Elle ne va pas fort depuis la mort de son frère, que tu as appris principalement grâce aux ragots dans les couloirs de l'hôpital. Tu ne peux que compatir. Quand tu as perdu ta mère, t'aurais même pas été fichu de pointer le bout de ton nez ici. « Tu veux bien m’accompagner? » Tu te re-concentres sur les traits fin de Julia. C'est comme un appel à l'aide qu'elle vient de te lancer. « Je me passe juste un peu d'eau sur le visage et j'arrive. » Tu pouvais pas refuser. Toi aussi, parfois, t'aimerai bien qu'on t'accompagne. Tu jouerais pas un grand rôle, du moins, tu le supposes, mais tu serais au moins là pour lui prouver que si jamais elle a besoin d'une épaule, la tienne peut se montrer confortable. Maigrichonne, mais confortable. Tu jettes rapidement tes gants dans la poubelle adéquate, lave tes mains et passes une serviette humide sur ton visage. « C'est bon. » Tu te mets au côté de Julia et la suit, sans un bruit, jusqu'à la famille de l'homme qui vient de quitter la terre. « Bonjour Madame, je suis le docteur Wells, j’ai...huum nous avons... » Tes yeux jonglent entre la famille et Julia. Elle va y arriver. Elle peut le faire. Tu croit en elle de tout ton petit coeur. « Comment va mon mari ? Est ce qu’il va s’en sortir ? » Tu pinces tes lèvres, essaie de garder un visage impassible. C'est compliqué de ne pas craquer. « Il...Votre mari est…. » Julia s'emballe. Sa respiration se fait plus dure et t'as même l'impression que son corps se met à trembler. Tu poses une main sur son épaule, lui offre un faible sourire compatissant. Tu prends la relève. « Docteur Thompson. Nous avons fait notre maximum pour soigner votre mari. Malheureusement, il n'a pas survécut à ces blessures. Nous sommes désolés. » Les larmes commencent à couler et tu te mords l'intérieure de la joue pour ne pas les rejoindre dans leur peine. « Va dans la salle d'attente, je te rejoins dans cinq minutes.» Tu te dépêches de la faire tourner de sens et la pousse un peu pour qu'elle s'éloigne de la famille. Ce n'est pas bien vu de craquer face à une famille, encore moins face à une qui vient de perdre un être cher. « Suivez-moi, je vais vous amener dans un endroit plus calme ... » que tu dis, la voix tendu. Tu marches jusqu'à la chambre où va être déposé le corps du mari. Tu leur demande s'ils ont besoin de quelque chose, au cas où et puis, enfin, tu te diriges vers la salle d'attente. « Hey. Ca va un peu mieux ? » Tu approches et t'installes à ses côtés. « Pas facile, hein ? » Tu lui donnes un petit coup d'épaule, histoire de lui remonter le moral. Malheureusement, t'es pas certain que ça fonctionne. En tout cas, ça ne fonctionnait pas sur toi à l'époque. « Je sais que c'est compliqué pour toi en ce moment ... Pourquoi tu prendrais pas quelques jours ? Ça te ferait peut-être du bien. » S'entourer de ses amis, de sa famille. Cela peut être amplement suffisant pour se ressourcer et retrouver le courage d'avancer. Tu souffles, te lève et finit par t'installer face à elle, le dos coller face aux casiers. « Ca va te sembler bête ce que je vais te dire mais ... Quand ma mère est décédée, je voulais en parler avec personne. Et finalement, ça m'a fait du bien quand je l'ai fait. Alors si jamais tu as besoin de ça et que tu ne sais pas qui va pouvoir t'écouter, et bien sache que je suis là Julia. Tu vas réussir à rebondir, j'en suis certain. Je serais là pour t'aider en tout cas. »


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.

image host
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Julia Wells
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 254
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Zoey Deutch
›› Schizophrénie : Paul McMahon ☼ Sarah Miller ☼ Pio Esposito ☼ Martin Palmer ☼ Emmy Nelson-Riley ☼ Oscar Pierce ☼ Declan Pryce ☼ Dan Fumero
When you try your best but you don't succeed [Cameron] Vide

Re: When you try your best but you don't succeed [Cameron] ✻ ( Dim 3 Mar - 13:18 )












Si je pensais que la journée avait mal commencer avec mon retard, ce n’était rien en comparaison de la suite. Le premier patient que j’avais eu l’hôpital, la première urgence qui était arrivé, on avait pas réussi à le sauver. Perdre quelqu’un c’était toujours compliqué, surtout si tôt dans la journée, mais malheureusement on était habitué. J’essayais de me dire que le reste de la journée se passerait beaucoup, j’étais même prête à passer à autre chose déjà, mais c’était sans compter sur ma référente qui me demandait d’aller annoncer le décès à la famille. Je l’avais regardé en deux fois avant de me rendre compte qu’elle ne me laissait pas vraiment le choix. D’un côté je comprenais, j’aurai souvent à faire ce genre d’annonce et il fallait que je m’endurcisse, je le savais. Mais c’était bien trop tôt après la mort de mon frère. Cela me faisait remonter bien trop de choses et je ne savais pas si je serais capable d’y arriver. Seule en tout cas c’était sûre que je ne pourrais et très lâchement je demandais à Cameron de m’accompagner. Je savais que ce n’était pas correct de ma part, mais j’avais besoin de la présence de quelqu’un et celle de Cameron était toujours rassurante. « Je me passe juste un peu d'eau sur le visage et j'arrive. » Je lui souriais doucement, très reconnaissante qu’il accepte. Il n’était pas obligé et pourtant il le faisait. Les mains dans les poches de ma blouse, j’attendais son retour, essayant de construire un discours dans ma tête pour annoncer la nouvelle à sa femme. « C'est bon. » Je soufflais un bon coup avant qu’on se dirige vers cette pauvre femme dont nous allons briser le coeur et surtout changer le cours de sa vie.
En arrivant devant elle j’essayais de lui parler, de lui expliquer les choses mais les mots restaient bloquer dans ma gorge, comme si je voulais retarder l’échéance. Je voyais l’espoir de cette femme, je me revoyais à sa place il y a quelques mois et non je n’y arrivais pas. J’étais perdue, j’avais du mal à respirer et je n’y arrivais tout simplement pas. J’allais essayer une nouvelle fois, mais je sentais la main de Cameron sur mon épaule, avec son sourire il me faisait comprendre qu’il prenait la relais, que je n’avais pas à m’inquiéter. Je me sentais si stupide, si faible. J’avais honte. « Docteur Thompson. Nous avons fait notre maximum pour soigner votre mari. Malheureusement, il n'a pas survécut à ces blessures. Nous sommes désolés. » Ce n’était pas plus facile pour Cameron et pourtant il arrivait à le faire avec beaucoup de tact et d’empathie. Je l’admirais pour son courage. Pour le courage que je n’avais pas. Voir les larmes de cette pauvre femme me retournait le coeur et j’étais sur le point de pleurer moi aussi. A grand peine, j’essayer de retenir mes larmes. « Va dans la salle d'attente, je te rejoins dans cinq minutes.» Quoi ? Pourquoi ? Il avait vu que j’étais nulle et faible c’était ça ? Je ne bougeais pas et me laisser complètement faire quand il me pousser pour que je parte. Après quelques secondes je réagissais enfin et partait me cachait dans la salle d’attente. Je tapais du pied sur un casier mais cela ne me faisait pas beaucoup de bien, au contraire maintenant j’avais mal au pied. Dos aux casier, je finissais par me laisser glisser au sol en me tenant la tête entre les mains. J’étais vraiment pathétique. Comment je pouvais espérer faire du bon boulot si je me laissais submerger par mes émotions.
J’étais tellement perdue dans mes pensées, que je n’entendais même pas Cameron entrait dans la salle, c’était sa voix qui me faisait relever la tête. « Hey. Ca va un peu mieux ? » Bof, je savais pas trop. « Je me sens pitoyable » J’étais dans beaucoup d’état, mais pitoyable résumé bien la situation. « Pas facile, hein ? » Non c’était le cas de le dire, pourtant j’essayais de lui offrir un mince sourire. « Je sais que c'est compliqué pour toi en ce moment ... Pourquoi tu prendrais pas quelques jours ? Ça te ferait peut-être du bien. » C’était ce que tout le monde me conseillait, mais je n’étais pas convaincue. « Je ne sais pas, j’ai besoin de m’occuper pour ne pas y penser. » Puis surtout je ne voulais pas inquiéter mes parents. Ils avaient du mal à accepter la mort de mon frère, alors je ne voulais pas les accabler avec mon propre chagrin. « Ca va te sembler bête ce que je vais te dire mais ... Quand ma mère est décédée, je voulais en parler avec personne. Et finalement, ça m'a fait du bien quand je l'ai fait. Alors si jamais tu as besoin de ça et que tu ne sais pas qui va pouvoir t'écouter, et bien sache que je suis là Julia. Tu vas réussir à rebondir, j'en suis certain. Je serais là pour t'aider en tout cas. » Je ne savais pas que Cameron avait perdu sa mère et cela me faisait de la peine pour lui. Je l’admirais d’autant plus, parce qu’il avait toujours cet air insouciant sur le visage, alors qu’il avait du vivre l’enfer. « Je suis désolé pour ta mère » Il n’avait sûrement pas besoin d’entendre ça, mais je l’étais vraiment. « Et merci d’être là tout simplement. Tu n’es pas obligé de faire ça et pourtant tu es le seul qui essaye de m’aider depuis la mort de mon frère » A l’hôpital j’avais réussi à faire fuir tout le monde avec ma mauvaise humeur et plus personne n’osait me poser des questions. Ce que je pouvais comprendre. « C’est juste que je n’arrive pas à me faire à l’idée. Tous les jours en me réveillant j’ai quelques secondes où j’ai l’impression qu’il va surgir chez moi. Et puis après il y a le retour à la réalité où je me rends compte que ça n’arrivera plus. » Et chaque fois j’avais l’impression de tomber dans un gouffre sans aucun moyen de m’en sortir. « Je suis désolé, je veux pas t’embêter avec tout ça » Quand bien même il m’avait proposé d’être une oreille attentive, je m’en voulais de me décharger sur lui. « Je voulais aussi te remercier d’avoir réussi à parler à ma place. Je n’arrivais plus à trouver les mots et bref merci beaucoup. » Peut-être même c’était l’occasion de lui proposer de lui offrir un verre pour le remercier, je ne savais pas trop.




lumos maxima


† I want you to be happier


When you try your best but you don't succeed [Cameron] 8Ep6Ko6n_o
Revenir en haut Aller en bas
Love is a mutual torture
Cameron Thompson
Love is a mutual torture


http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5467
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
When you try your best but you don't succeed [Cameron] Vide

Re: When you try your best but you don't succeed [Cameron] ✻ ( Dim 24 Mar - 16:03 )

When you try your best but you don't succeed ✻✻✻ Les annonces de décès à une famille, c'est toujours un passage délicat. Tu te souviens, après ta première année, toute la promotion se renseignait sur ce point. Ca devenait bien plus réel, surtout qu'il y avait ces petits stages qui s'ajoutaient dans votre cursus. T'avais récolté une tonne d'avis, de conseils. Ils disaient presque tous la même chose : il faut se construire une carapace. Solide. Compacte. Anti-pleur. Les années avaient passés, les stages avec. Et malheureusement pour toi, ta carapace n'était pas aussi imperméable que tu aimerais qu'elle soit. Il t'arrive de craquer. De pleurer. D'être en colère. De perdre tes moyens. Alors que Julia te demande de l'aider, tu le fais. Sans même réfléchir une seconde. Tu te dis que cette bonne action te sera rendu un jour ou l'autre. Et puis, tu sais qu'elle traverse une mauvaise période. Un peu comme toi. Mais en plus compliqué. La mort de son frère l'a brisée. « Je me sens pitoyable » Tu ne t'es jamais trouvé très fort pour remonter le moral. Par contre, t'as la chance d'avoir un humour de merde et une maladresse légendaire qui arrive à faire rire ou au moins sourire les personnes en face de toi. « Dis pas de bêtises, Ju' ! » Car c'est des bêtises, ce qu'elle dit. En tout cas, tu penses que prendre quelques jours loin de l'hôpital lui fera du bien. « Je ne sais pas, j’ai besoin de m’occuper pour ne pas y penser. » Aussi. « Et si tu pars de Cap Harbor pendant ce temps là ? » A la montagne, par exemple, pour vraiment se changer les idées. A l'époque de ta maman, tu n'avais pas cette chance de travailler et de pouvoir te payer des vacances. Mais tu te dis que ça aurait pu te faire un peu de bien. Et en même temps, ça aurait certainement réveillé une certaine culpabilité au fond de toi. Prendre du bon temps alors que quelqu'un vient de décéder ... Finalement, c'est pas ta meilleure idée. « Je suis désolé pour ta mère. » Tu avais fini par excepter toutes ses excuses. Tu les comprenais. Tu te disais que les gens disaient cela pour montrer qu'ils avaient de la pitié. « Tu pouvais pas savoir. C'est pas quelque chose que je crie sur tous les toits. » Mais au moins, elle pouvait voir que tu comprenais. Tu savais ce que cela faisait, de perdre quelqu'un qu'on aime, quelqu'un de la famille. « Et merci d’être là tout simplement. Tu n’es pas obligé de faire ça et pourtant tu es le seul qui essaye de m’aider depuis la mort de mon frère » T'es surtout le seul à pousser l'aide. Parce que tu es certain d'avoir vu d'autres personnes autour de Julia essayer de l'aider. « C'est normal. » C'est ce que font des amis et des collègues. « On se supporte les uns et les autres. » Tout le monde passe par un moment difficile. Tout le monde à besoin de personnes pour les épauler et les soutenir. C'est grâce à ces personnes que tu en es là aujourd'hui. Autrement, tu serais probablement une loque, ou dans un cimetière. « C’est juste que je n’arrive pas à me faire à l’idée. Tous les jours en me réveillant j’ai quelques secondes où j’ai l’impression qu’il va surgir chez moi. Et puis après il y a le retour à la réalité où je me rends compte que ça n’arrivera plus. » Tu souffles, de désespoir. « Ca fait mal ... » La réalité n'est jamais rose comme le pense beaucoup. Elle est souvent grise. « Je suis désolé, je veux pas t’embêter avec tout ça » Oh non. Pas du tout. « Tu m'embêtes pas. J'étais bien pire avec mes amis quand j'ai perdu ma mère. » Tellement pire. Olalala. Tes pires années. « Je voulais aussi te remercier d’avoir réussi à parler à ma place. Je n’arrivais plus à trouver les mots et bref merci beaucoup. » Tu t'approches de Julia et lui tapotes les mains, sourire aux lèvres. « T'as pas à me remercier. » Tu te lèves, t'étires légèrement et fait genre de regarder ta montre imaginaire au poignée. « Tu veux pas qu'on aille manger des biscuit dans un coin et qu'on continue de discuter ? » Pas que tu es faim mais .. Si, tu as faim enfaîte. « Ah. Attends ! » T'en as peut-être encore en réserve dans ton casier. Tu cherches le bon et l'ouvre. Comme par hasard, une tonne de cahier et une pile de paquet de Prince tombe. « Faut vraiment que je pense à ranger c'truc. » Tu prends un paquet, que tu lances vers Julia et te dépêche de ranger le reste. « T'as des amis, en dehors de cet hôpital, qui essaie de te changer les idées ? » De la famille, aussi. « Je te proposerais bien de sortir boire un verre, mais je fais toujours des trucs débiles quand je suis bourré et j'ai pas envie que tu te moques de moi par la suite. » Ce qui, en soit, ne serait pas très étonnant quand on y pense. « Je peux te proposer de passer chez moi, sinon ? Je cuisine très bien ! » En tout cas, personne ne sait plaint de ses plats. « Oh, je sais. Et si te propose une soirée jeux vidéos ? Tu dors à l'appartement. Je suis sûr que ça te ferait du bien. » Julia ne peut pas refuser cette offre. « Promis, on te fera sentir bien mieux. »


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.

image host
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Julia Wells
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 254
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Zoey Deutch
›› Schizophrénie : Paul McMahon ☼ Sarah Miller ☼ Pio Esposito ☼ Martin Palmer ☼ Emmy Nelson-Riley ☼ Oscar Pierce ☼ Declan Pryce ☼ Dan Fumero
When you try your best but you don't succeed [Cameron] Vide

Re: When you try your best but you don't succeed [Cameron] ✻ ( Dim 21 Avr - 10:27 )












Je savais que Cameron avait raison, que partir loin de Cap Harbor pendant quelques temps pouvait me faire du bien, pourtant je ne le ferais pas. Parce que partir de la sorte inquiéterait bien trop mes parents, et ils avaient bien trop à gérer pour que je rajoute ma personne. Alors je prenais sur moi en espérant ne pas exploser à un moment donné, mais c’était ce qui s’était un peu passé. A cause de toute cette tension, de ce qui m’était arrivé, je n’avais pas réussi à faire mon boulot et sans l’aide de Cameron, mon supplice aurait sûrement duré des heures, voire pire. Je l’en remerciais d’autant plus, qu’il partageait des choses personnelles avec moi et je me sentais désolé de ne pas avoir su que sa mère était morte. A cette époque peut-être j’aurai pu être présente pour lui. Faire ce qu’il était en train de faire avec moi. Je ne me sentais pas redevable envers lui, parce que je savais qu’il le faisait de manière complètement spontanée, mais je voulais qu’il comprenne que cela me touchait vraiment et je ne savais absolument pas comment le remercier. C’était l’un des rares à oser parler de tout cela avec moi, de ne pas avoir peur de mes réactions. « On se supporte les uns et les autres. » Dans un hôpital cette phrase avait quand même ses limites, mais au moins je savais sur qui je pouvais compter. « En tout cas, en cas de coup dure tu pourras compter sur moi » Même si c’était évident, c’était important à dire. Et comme j’étais dans ma lancée, j’en profiter pour le lâcher complètement pour dire à Cameron à quel point j’avais du mal à faire face à la réalité, que chaque jour j’avais l’impression de vivre un horrible cauchemars. C’était un jour sans fin, auquel il fallait que je trouve une manière d’y mettre justement fin. « Ca fait mal ... » Oui c’était le cas de le dire et pourtant il fallait que je trouve un moyen de passer outre et surtout je ne devais pas m’appuyer sur Cameron. Il avait sûrement assez de problème comme cela, sans qu’en plus j’ajoute mes problèmes. Je me sentais très mal de lui faire subir tout cela, et en même temps cela me faisait du bien.
Tout cela résumait bien mon état actuel, j’étais complètement perdue dans ma vie et je ne savais plus comment m’en sortir. color=#92b0d4]« Tu m'embêtes pas. J'étais bien pire avec mes amis quand j'ai perdu ma mère. »[/color] Alors ça je n’arrivais pas à y croire. Pour moi Cameron était toujours cette personne adorable qui était toujours là pour soutenir les autres. Donc même s’il pensait avoir été affreux, à ce moment de sa vie il avait le droit. « Je suis sûre que t’es amis étaient contents de pouvoir te soutenir dans cet épreuve » Parce qu’il le méritaient et parce que sinon ses amis c’étaient des enfoirés. Et je serais une enfoiré aussi si je ne le remerciais de m’avoir sortir d’un mauvais pas avec cette pauvre femme. « T'as pas à me remercier. » Bien sur que si et même que ses tentatives de me réconforter avec des gestes un peu maladroit me faisait sourire. Je me sentais chanceuse d’avoir travaillé avec Cameron aujourd’hui plutôt qu’avec un autre. « Tu veux pas qu'on aille manger des biscuit dans un coin et qu'on continue de discuter ? » Je ne savais pas trop, je ne me sentais pas encore assez en forme pour affronter le regard des autres et les chuchotements sur mon passage. Parce que je savais qu’au premier chuchotement, j’allais faire une réflexion méchante et aigrie à la personne. « Je veux bien manger, mais je suis pas encore sûre de vouloir sortir d’ici » Pourtant dans 10 minutes il le faudrait si on ne voulait pas se faire tirer les oreilles. « Ah. Attends ! » Cela tombait bien je ne comptais pas bouger, mais je ne pouvais me retenir de glousser en voyant tous les cahiers tomber au moment de l’ouverture de son casier. « Faut vraiment que je pense à ranger c'truc. » J’avais l’impression d’avoir le même et je réceptionnais les princes avec grand plaisir. « T’inquiète pas, le mien doit être dans le même état » Puis je n’étais pas là pour le juger alors qu’il était en train de m’offrir des princes. Je retombais en enfance, quand avec mon frère on se battait pour le dernier paquet. « T'as des amis, en dehors de cet hôpital, qui essaie de te changer les idées ? » Des amis oui j’en avais, je les comptais même sur les doigts d’une seule main. « Oui, j’ai Nova et Joren » Même si avec Joren on ne parlait pas vraiment de se genre de choses. Par contre Nova m’avait montré un soutien indéfectible et je l’aimais de tout mon petit coeur. « Puis j’ai toi aussi maintenant » J’avais ajouté cela avec beaucoup plus de timidité. Parce que oui j’avais envie de croire que Cameron et moi on était amis. « Je te proposerais bien de sortir boire un verre, mais je fais toujours des trucs débiles quand je suis bourré et j'ai pas envie que tu te moques de moi par la suite. » Alors là il venait d’attiser ma curiosité et dommage pour lui, il ne pourrait pas échapper à une future soirée alcoolisé. « Promis je me moquerais pas de toi. Ou alors tu pourras te moquer de moi » Parce que je n’étais sûrement pas très glorieuse quand je buvais trop. « Cameron, maintenant on va être obligé de se faire une sortie en boîte » Et je ne lui laisserait pas le choix, quitte à le harceler régulièrement jusqu’à ce qu’il accepte. « Je peux te proposer de passer chez moi, sinon ? Je cuisine très bien ! » Cameron était une personne beaucoup trop adorable, et je me sentais vraiment chanceuse de l’avoir à mes côtés. « Oh, je sais. Et si te propose une soirée jeux vidéos ? Tu dors à l'appartement. Je suis sûr que ça te ferait du bien. » Comment je pouvais refuser ce genre de proposition. « Olalala, mais si en plus tu me prends par le sentiments en me proposant une soirée jeux vidéos, je suis incapable de refuser » Je pouvais passer des heures devant un écran, ou même devant un plateau de jeu. « J’espère que tu vas pas faire exprès de me laisser gagner, je ne vais pas pouvoir le tolérer Cameron » En tout cas, rien que la perspective de cette soirée suffisait à me tirer de ma morosité. « Promis, on te fera sentir bien mieux. » On ? Cameron était une personne avec plusieurs personnalité ? « Comment ça on ? » Mon cerveau n’arrivait pas à comprendre. « Ooooh tu vis en colocation peut-être. » Dans ce cas, ça pourrait être drôle. « A moins que tu parles de ta copine. Si c’est ça je veux absolument pas vous déranger » Je me sentirais trop mal et surtout je ne voulais pas créer de problème. « Mais faudra quand même qu’on se fasse cette fameuse soirée » Parce qu’une partie de moi avait très envie de battre Cameron sur son terrain.



lumos maxima


† I want you to be happier


When you try your best but you don't succeed [Cameron] 8Ep6Ko6n_o
Revenir en haut Aller en bas
Love is a mutual torture
Cameron Thompson
Love is a mutual torture


http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5467
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
When you try your best but you don't succeed [Cameron] Vide

Re: When you try your best but you don't succeed [Cameron] ✻ ( Ven 14 Juin - 15:10 )

When you try your best but you don't succeed ✻✻✻ « En tout cas, en cas de coup dure tu pourras compter sur moi » Ses lèvres s'élargissent. Il est heureux d'entendre ça. Non pas parce qu'il cherchait du soutien à tout prix, mais parce qu'il apprécie le fait que ceci soit donnant-donnant. Que se soit au travail comme en dehors du boulot, vous aviez tous les deux besoin d'un coup de main, de temps en temps. Aujourd'hui, c'est la brune en face de toi. Après-demain, se sera peut-être ton tour. « Je suis sûre que tes amis étaient contents de pouvoir te soutenir dans cet épreuve » Cameron lâche un petit gloussement. Il y a encore plusieurs années, il aurait été incapable de rire de cette situation. Maintenant, il sait prendre ses conneries post-mort de sa mère de façon moins dramatique. « Ils en ont bavé, t'sais. » Non pas parce qu'il était chiant, ou méchant, ou même horrible avec eux. Mais juste parce qu'il n'avait fait que pleurer durant des jours et des jours entiers. Voir même des mois, avant de réussir à agencer plusieurs mots et reprendre ses vieilles habitudes. « Mais sans eux, je n'en serais pas là aujourd'hui. » C'est surement pour cela que le brun tente de rendre la pareille dès qu'il en a l'occasion. Personne ne devrait être mis de côté, encore moins quand il traverse une situation de crise. Néanmoins, les situations de crise, ça a tendance à lui ouvrir l'appétit. Bon, aussi les heures de boulot sans fin, faut bien l'avouer. « Je veux bien manger, mais je suis pas encore sûre de vouloir sortir d’ici » Ah. Oui, compréhensible. Avec un peu de chance, Cameron a encore un paquet de ses gâteaux favoris dans son placard, mal rangé. « T’inquiète pas, le mien doit être dans le même état » Il grimace un peu. « Comment font les autres hein ? » Lui, il est pas foutu de prendre cinq minutes de son temps après ses heures pour ranger. Déjà, parce qu'il a la flemme. Et ensuite, parce qu'il n'a clairement pas assez d'énergie. Il est fatigué à en mourir alors il se voit mal prendre cinq minutes en moins de sommeil juste pour ça. « Oui, j’ai Nova et Joren » Joren ! « Evidemment. » Parfois, il ne réfléchit pas assez. Ou du moins, son cerveau se met en mode "pause" et ne répond plus de rien. « Je le savais pour Joren en plus. » Il mérite une baffe. « Je connais pas Nova mais je suis sûr qu'elle doit être très gentille. » Il espère. « Puis j’ai toi aussi maintenant » Yep ! « C'est pas nouveau ce point. » Ils avaient déjà eu quelques moments dans ce genre, au boulot. Beaucoup moins dans leur vie de tous les jours, mais les choses changent, évoluent. « Promis je me moquerais pas de toi. Ou alors tu pourras te moquer de moi » Meeeeh. Bon, très bien. Mais c'est juste pour la faire sourire. « Je me suis pris pour un personnage du Roi Lion, et je montrais mes fesses aux policiers ... » qu'il souffle, un petit sourire sur son visage de repenser à ce moment de gloire. « J'étais en cellule de dégrisement. On a du payer une caution pour me faire sortir d'ici avec mon pote. » Bref. Sacré soirée. Assez mémorable dans le fond. « Cameron, maintenant on va être obligé de se faire une sortie en boîte » Quoi ? Pourquoi ? « Alors, oui. Mais je passe mon tour. » Il n'a pas encore la tête pour s'amuser de la sorte. « Je ne suis pas sortable, vraiment. » C'est un pure conseil qu'il donne. Il faut le prendre pour mot. « Tu risque de ne plus vouloir me connaître après une soirée comme celle-là. » Mais bon, si Julia insiste, Cameron viendra et ira danser sur la piste de danse tout en buvant un mojito ou autres cocktails en priant de ne pas faire de conneries ou de bêtises. Dans tous les cas, il peut proposer quelque chose de plus simple : une soirée jeux vidéos. « Olalala, mais si en plus tu me prends par le sentiments en me proposant une soirée jeux vidéos, je suis incapable de refuser » Ah. Tant mieux. « Coooooooool. » C'est les meilleurs soirées ! « J’espère que tu vas pas faire exprès de me laisser gagner, je ne vais pas pouvoir le tolérer Cameron » Quoi ? Non. « J'ai pas fait exprès ! » qu'il dit, une main près de la bouche, l'air choqué. « Je préférais juste te voir en haut du podium plutôt que les autres partenaires. Je n'ai fait que t'aider. » De rien. C'était cadeau. « Comment ça on ? » Bah ... « Ooooh tu vis en colocation peut-être. » Heu. Pas tout à fait. Non. Cameron allait répondre mais Julia va encore plus vite que lui. « A moins que tu parles de ta copine. Si c’est ça je veux absolument pas vous déranger » Aïe. La c=petite-amie. « Mais faudra quand même qu’on se fasse cette fameuse soirée » Oui. Il hoche la tête positivement. « Alors ... Déjà, j'ai été largué, donc pas de petite-amie. » Elle est loin. Très loin. Il doit maintenant faire en sorte de passer à autre chose. « Et par "on", je sous-entendais, toi, Joren, ton amie si tu veux l'inviter et moi. » Le petit groupe de geek de base. « Et, ton petit-copain, si jamais t'es avec quelqu'un. » Pour le coup, il en sait trop rien. C'est pas un point sur lequel il pose des questions. « C'est ton bipeur ? » Il regarde son appareil. « block 4 ? » qu'il demande à Julia. « Ca va aller ? Sinon, je cours jusque là-bas et je trouve une excuse bidon pour te laisser encore un peu de temps. » Du style : elle a la gastro. « T'as le droit de vouloir souffler un peu. Les supérieurs pourront pas t'en tenir rigueur. »


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.

image host
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞
When you try your best but you don't succeed [Cameron] Vide

Re: When you try your best but you don't succeed [Cameron] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

When you try your best but you don't succeed [Cameron]

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération