Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Calie Washington
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 20/07/2018
›› Commérages : 700
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Gemma Arterton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ›› Asher James ›› Giovanni Esposito ›› James Campbell ›› Rose Milligan ›› Kate Rhodes ›› Brane Malone ›› Joren De Hoop ›› Ivy Abberline
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Dim 3 Mar - 18:15 )

Wer macht der malin, falls in der ravin
Calijah

Calie, en plus d'avoir une mémoire de poisson rouge, elle n'est pas organisée. Quoi qu'elle fasse, sa vie part toujours en roue libre. La brune pensait avoir donné son dernier cours ce matin, s'est déclarée en week-end un peu après midi. Elle est rentrée chez sa mère, a englouti le reste des pâtes au pesto de la veille, et troqué son jean contre son bas de pyjama. Malgré les copies à corriger et les cours à préparer, Calie a préféré s'échouer devant la télévision. Ne rien faire, c'est sa spécialité. Elle aime bien se laisser vivre, Calie. Ne penser à rien d'autre qu'à respirer pour ne pas mourir. Affalée dans le canapé, elle a laissé son âme être aspirée par les émissions de télé-réalité en toute allégresse. Ça la fait toujours glousser, et ça lui rappelle qu'elle trouvera toujours quelqu'un de plus stupide qu'elle. Liam, s'il prenait la peine de s'intéresser à la télé-réalité, il verrait que sa sœur n'est pas un cas si désespéré. En milieu d'après-midi, elle lève son royal postérieur et part en cuisine chasser de la nourriture. Elle charge ses bras de plusieurs paquets de gâteaux et d'un paquet de chips. Au passage, elle prend la peine de mettre son assiette sale du midi dans l'évier, histoire d'éviter à sa mère une crise cardiaque. Calie retourne dans le salon, reprend sa position initiale et se replonge dans son émission. Quelques heures plus tard, elle entend sa mère rentrer. Elle ne prend même pas le temps de retirer sa veste qu'elle râle déjà avec sa fille. Parce que Calie, elle a encore laissé traîner ses chaussures dans le hall d'entrée. Et quand elle voit la jeune femme avachie dans le canapé, entourée de miettes sucrées et salées, elle hurle. Calie, elle n'était pas prête. Elle sursaute violemment, porte une main à son petit cœur tout paniqué. Après quasiment deux mois de colocation, Calie s'est habituée aux remontrances de sa mère. La situation lui donne un peu l'impression d'être retournée dans le passé, durant ses années adolescentes. Ça lui donne aussi envie de retrouver son indépendance, et vite. Elle pourrait la retrouver, si elle n'avait pas constamment la flemme de chercher un appartement. En attendant, elle laisse sa mère vider son sac et range son bazar. Parmi tout ce qu'elle lui dit, Calie ne retient qu'une seule chose : son cours particulier. Calie, elle a complètement zappé cette histoire de cours particulier. Elle n'en donnait plus depuis longtemps, sans doute parce que plus personne ne s'intéresse à la langue allemande. La brune panique encore plus, abandonne tout ce qu'elle était en train de faire et court jusque dans sa chambre pour remettre son jean. Elle remet une fine couche de rouge à lèvres, attrape son sac à la volée et envoie tout son amour à sa tendre maman. Calie est en retard, donc Calie n'a pas le temps d'enlever les bouts de chips qui se sont coincés dans le canapé. La prof d'allemand se perd une dizaine de fois avant d'arriver chez Timothy avec une bonne demi-heure de retard. Toute essoufflée, elle s'excuse en boucle auprès du père de l'enfant. Ça n'a pas l'air de l'inquiéter mais pour Calie, c'est quasiment la fin du monde. « J'ai essayé de trouver une excuse pour expliquer mon retard mais en vrai, j'étais en train de saloper le canapé de ma mère en mangeant des chips. » Avoue-t-elle, les joues rougies par la honte. Vient-elle vraiment de dire tout haut la raison de son retard ? Apparemment. Alors elle se promet intérieurement de ne parler qu'en cas de force majeur à partir de cet instant. Calie et Tim s'installent dans la salle à manger. Elle l'a déjà rencontré une fois auparavant. Cette première rencontre a permis de fixer les objectifs à atteindre et de savoir où en était Tim dans son apprentissage. Ensuite, Calie devait préparer le premier cours. Mais comme elle a oublié, elle vient les mains vides. Heureusement, elle improvise comme une reine. Calie passe l'heure entière à expliquer le fonctionnement de la langue allemande, avec sa grammaire parfois complexe et sa règle d'or du verbe en deuxième position. À la fin du cours, elle part à la recherche du père de Tim, lui annonce avoir terminé la leçon, et quitte la maison avec plus de légèreté que lorsqu'elle y est entrée. Calie, elle croit bêtement qu'elle va pouvoir rentrer chez elle et reprendre ses activités dénuées de sens. Seulement, elle doit faire face à une voiture capricieuse qui refuse de démarrer. Elle appelle sa mère, qui lui dit d'appeler une dépanneuse. Sauf qu'il est tard et que personne ne répond. Le temps d'un instant, elle hésite à soulever le capot de la voiture elle-même. Elle se souvient à temps qu'elle n'a absolument aucune connaissance en matière de mécanique et se résout donc à sonner à la porte des Livingston. « Bonsoiiiiiir. C'est encore moiiiii. Je suis là pour le deuxième cours de Tim ! » Qu'elle fait avec un rire forcé. Calie se racle la gorge, consciente du très mauvais goût de ce qu'elle pense être une blague. « Ma voiture est en panne, elle ne veut pas démarrer. Donc je suis un peu bloquée. Vous ne seriez pas mécanicien à tout hasard ? Je vous jure que je ne vous fais pas le coup de la panne. » Diantre. Elle est gênée, Calie. Gênée de sa propre personne, de ne pas savoir tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    teacher (noun) a person who helps you solve problems you'd never have without them.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 136
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Mar 5 Mar - 12:16 )


Calie & Elijah

WER MACHT DER MALIN, FALLS IN DER RAVIN


Aujourd'hui, Elijah aurait dû consacrer sa journée à bosser sur ses diapositives. Il sait pertinemment à quel point il galère quand il s'agit de faire un PowerPoint, suffit qu'il déplace une image de trois millimètres pour que le texte parte totalement en vrille. Et lui, ça l'agace beaucoup trop. Il n'a pas la patience pour tous ces machins, il préférerait même donner son cours sans support visuel, mais il se rend bien compte qu'une méthode pareille suffirait à faire disparaître un à un les étudiants déjà assez courageux pour suivre ses interminables monologues. Sauf qu'Eli, il n'est pas du tout en train de travailler ses cours pour l'Université. À la place, il est assis sur le sol du salon devant une pile immense de CD's qu'il essaie de trier depuis que Timothy lui a fait remarquer qu'il n'en utilise même pas la moitié. L'ado est quant-à lui étalé dans le canapé, occupé à faire des mots croisés à la vitesse de la lumière tout en jugeant un Elijah totalement dépassé par ce surplus de boitier dont une dizaine sont, en plus, cassés. «  Peut-être que si tu les rangeais par ordre alphabétique aussi et pas par genre, tu t'y retrouverais mieux. » Eli se retourne vers Tim d'un air presque choqué. « C'était toi ! Je savais que tous les aliments du frigo avaient changé de place et que j'étais pas en train de virer fou. Tim, c'est moi qui m'occupe du rangement dans cette maison et toi, occupe-toi de jouer ton rôle d'adolescent. » En guise de réponse, l'ado hausse les épaules avant de jeter son carnet de mot croisés sur le canapé pour le rejoindre à quatre pattes devant la pile de CD's. Il en prend un, le regarde longuement, puis le balance par-dessus son épaule. « Je rêve ou tu viens de jeter Wham ? » «  Écouter Wham en dehors des fêtes de Noël est un crime contre l'humanité. Je refuse de vivre dans une maison qui diffuse du Wham. » Après avoir fusillé Timothy du regard, Elijah se lève péniblement du sol en va récupérer son précieux Wham pour aller le placer sur la pile des "à garder". C'est la plus haute des deux, il n'y a que deux compilations de chansons achetées sur un coup de tête qui figurent pour le moment dans ceux dont il devrait se débarrasser. Parce qu'il est comme ça l'écossais, il a toujours eu du mal à se défaire de ses affaires alors que Tim, il n'hésite pas à jeter tout ce dont il ne se sert plus. C'est comme ça qu'Eli a déjà retrouvé des bouquins de classe dans la poubelle, ou encore son diplôme à lui dans la corbeille à papiers parce que selon Tim, tout le monde sait qu'il est prof et il n'a pas besoin d'un bout de papier pour le prouver. Après s'être assuré que sa pile de CD's n'allait pas s'écrouler, il entend qu'on toque à la porte et voit les yeux de l'adolescent s'ouvrir comme deux soucoupes. Le cours d'allemand, il avait presque oublié. Faut dire que ça fait un petit moment qu'il attend la prof, si longtemps qu'il a bien vite fini par se laisser emporter dans une activité totalement sans intérêt. Tim s'éclipse dans sa chambre pendant qu'Elijah va ouvrir à Mlle Washington, si il se rappelle bien de ce que lui a dit le gamin. L'excuse de cette dernière le surprend et le fait sourire. « Tant que c'est pas le mien, on a déjà assez de mies de biscuits dans les plis que pour créer un nouvel écosystème. » Fascinant, Elijah. Au même moment, la pile "à garder" s'écroule derrière lui et vient envahir le salon d'une dizaine de boîtiers cassés ou en très mauvais état. Armés de cahiers vierges, Timothy enjambe les cadavres de CD's avant d'aller s'installer à la table du salon. «  Je te l'avais dit Elijah, c'est la faute de Wham.» Il regarde la prof de Timothy d'un air mal à l'aise avant de se mettre sur le coté pour la laisser entrer. « Je vous laisse bosser. » Dernier sourire un peu forcé avant qu'enfin, il ne se mette à travailler sur ses fichues diapositives. Tant pis pour les CD's, ça attendra le moment où il ne sera plus trop découragé que pour s'y remettre. Une heure passée à regarder sur Google comment gérer comme un pro le diaporama sans finir par ouvrir sa galerie de photos perso par erreur, chose qui est déjà arrivée une fois et qui a bien fait rire les élèves de son cours. C'est que ça doit être plutôt cocasse de découvrir son prof d'astronomie en maillot de bain qui pose devant un pédalo après être tombé la tête première dans l'eau. Ça aussi, il finit par abandonner. Aujourd'hui, Elijah comprend qu'il n'arrivera à rien et préfère retourner dans le salon pour saluer Mlle Washington après son cours donné à Timothy. Il espère qu'il ne l'a pas rendue chèvre elle aussi, faut croire qu'il est pas mal en forme aujourd'hui son gamin. Il ferme la porte après un rapide signe de la main puis va aussitôt s'affaler dans le canapé. Il allume la télé, Netflix, et vient à peine de lancer le dernier épisode de Walking Dead qu'on sonne une nouvelle fois à la porte. Si tard ? Intrigué, il va ouvrir et hausse un sourcil en voyant la prof de Tim déjà de retour. « Déjà ? Il a été si mauvais qu'il lui en faut deux par jours ? » Il sait qu'elle plaisante alors tout de suite, il rentre dans le jeu. Tim n'a beau avoir que onze ans, c'est une tête ce gamin avec son QI de 127, 128, quelque chose dans le genre. Mais non, c'est la voiture. « Huuumm. » Si Elijah est mécanicien ? Pas du tout, du tout du tout. Mais il peut essayer, ça ne doit pas être si compliqué si ? Puis c'est qu'elle arrive à le faire rire avec ses justifications, il ne peut décidément pas la laisser dans la mouise à une heure si avancée de la soirée. « Je vais jeter un coup d'oeil, ça doit pas être bien grave. » Il sort de la maison et suit la brune jusqu'à sa voiture dont le capot est déjà ouvert. Un seul coup d'oeil à l'intérieur suffit à lui faire comprendre que jamais il n'arrivera à le faire redémarrer, ce moteur. Il essaie un truc, chipote à des câbles, lui demande de ré-essayer, mais rien. « Bon, ok, j'ai un aveu un peu nul à vous faire. La seule connaissance que j'ai en matière de voitures, elle vient des films et des séries que j'ai vus. D'habitude ile gars connecte deux câbles et tout fonctionne mais là... Je rêve où il vient d'y avoir une étincelle ? » Il regarde l'heure sur son téléphone et comprend qu'il sera impossible d'avoir une dépanneuse pour aujourd'hui. Eli, il se gratte la tête pour essayer de trouver une solution. « Des câbles, ça ça pourrait marcher ! Les miens sont juste... » Il soupire. « En Écosse. » Bien joué Eli, un vrai gentleman du début jusqu'à la fin. Décidément, elle va vraiment finir par se dire qu'il n'est doué pour absolument rien. « Je commence à tomber à court d'idées alors.. Vous voulez rentrer ? Le temps qu'on arrive à contacter quelqu'un, ou à trouver miraculeusement la réponse sur Google. » Google, le meilleur ami d'Elijah.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Calie Washington
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 20/07/2018
›› Commérages : 700
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Gemma Arterton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ›› Asher James ›› Giovanni Esposito ›› James Campbell ›› Rose Milligan ›› Kate Rhodes ›› Brane Malone ›› Joren De Hoop ›› Ivy Abberline
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Mar 12 Mar - 17:20 )

Wer macht der malin, falls in der ravin
Calijah

Depuis sa naissance, Calie est un boulet. À force de se demander pourquoi, la brune est simplement partie du principe que les dieux grecs s'acharnent sur elle sans aucune raison particulière. Même si elle fait souvent des trucs stupides, elle n'a pas plus que ça l'impression de les provoquer. Par exemple, aujourd'hui : ce n'est pas parce qu'elle était en retard pour son cours particulier qu'ils devaient se sentir obligés de saboter sa voiture. Elle ne comprend pas, Calie. Elle ne comprend pas pourquoi sa voiture est en panne, et plus grave encore, elle ne comprend rien à la mécanique. Cette voiture est de toute façon tellement vieille qu'un rien la contrarie. S'il faut, ce ne sont pas les dieux grecs, les responsables. Peut-être que cette voiture a simplement décidé qu'il était temps pour elle de tirer sa révérence. Ça ne l'arrange pas vraiment, Calie. Elle se retrouve coincée dans un quartier qu'elle ne connait pas, sans aucun moyen de rentrer chez elle. Alors après un bref moment d'hésitation, elle retourne chercher de l'aide auprès du père de Timothy. Son envie de plaisanter lui vient comme une envie d'uriner, et face à la réaction du père, elle se sent confuse. « Euh... » Calie, elle a toujours du mal à comprendre quand les gens rentrent dans son jeu. Sur le coup, elle ne sait pas s'il sait qu'elle plaisante, ou s'il se questionne vraiment sur l'intelligence de son fils. Fils qui a un QI supérieur à la normale, par ailleurs. Pour une personne aussi simple que Calie, c'est parfois déstabilisant. La brune ne cherche pas à poursuivre la blague, et annonce son problème sans plus de préambule. Il ne lui dit pas s'il est mécanicien, mais accepte quand même de jeter un œil à la voiture. « À votre place, j'en serais pas si sûre. Cette voiture est aussi vieille que moi ! » Elle ne dira pas son âge parce que les dames ne dévoilent jamais leur âge. Calie resserre son manteau contre elle et guide le père de Tim jusqu'au véhicule. Elle l'observe faire, pleine d'espoir. Son espoir s'évapore bien vite quand il admet n'avoir aucune idée de ce qu'il fait. « Ah bon, il y a eu une étincelle ? » Demande Calie en se penchant au-dessus du moteur pour la voir de ses propres yeux. Il propose l'idée des câbles et ça, ça lui semble être une bonne idée. Sauf qu'il n'a pas de câbles. « Vous êtes en train de jouer au yoyo avec mes émotions, Monsieur Livingston. » Elle lâche ça d'un air faussement sévère, non sans un soupir. « Vous venez d'Écosse alors ? C'est beau l'Écosse ? Il paraît qu'il pleut tout le temps et en ce qui me concerne, j'aime pas trop la pluie. Bon après, j'aime pas trop le soleil non plus. » Calie, elle est compliquée en matière de saison. Le père de Tim propose de rentrer à l'intérieur et dans l'immédiat, Calie n'a rien de mieux à proposer. Alors elle accepte et se laisse gentiment accompagnée à l'intérieur de la maison. « En réalité, je pourrais appeler ma mère. Le souci, c'est que c'est sa voiture, donc je ne sais pas comment elle pourrait venir me chercher. » La brune parle un peu trop de sa maman, aujourd'hui. Calie suit le père de Tim partout où il va, sans jamais oser retirer son manteau. « Vous pensez vraiment que Google va nous aider ? Je pense qu'à moins de faire sortir un joli mécanicien de son moteur de recherche, il ne va pas être utile. À la rigueur, je veux bien faire confiance à... » Calie n'a pas le temps de finir sa phrase qu'elle se prend les pieds dans le tapis et s'échoue lamentablement sur le sol. « Oh merde... » Un goût de métal réveille ses papilles, ce qui explique probablement les tâches de sang sur le tapis. Calie, quand elle tombe, elle le fait toujours dans les règles de l'art. Elle porte une main à sa lèvre blessée et se redresse tant bien que mal. « Vous n'êtes pas mécanicien, mais vous êtes peut-être médecin ? » Se hasarde-t-elle, amusée. « Moi aussi j'ai un aveu un peu nul. Je crois que je me suis fâchée avec les dieux grecs à un moment dans ma vie. C'est vrai que dernièrement, j'ai un peu enchaîné les boulettes. Je pense qu'ils me le font payer et on ne va pas se mentir, ça devient très pénible. Ou alors... Les astres sont mal alignés. Est-ce qu'on peut faire comme si je n'étais jamais tombée ? » Calie secoue la tête et plonge la main dans l'une des poches de son manteau pour en sortir un mouchoir. Elle le presse contre sa lèvre et grimace un peu. C'est qu'elle l'a bien explosée cette lèvre.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    teacher (noun) a person who helps you solve problems you'd never have without them.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 136
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Mar 26 Mar - 11:01 )


Calie & Elijah

WER MACHT DER MALIN, FALLS IN DER RAVIN


Faut dire qu'il n'a jamais été très doué de ses mains l'écossais. Au contraire, il a toujours été maladroit et a vite été écarté de toute activité manuelle à cause du danger qu'il peut représenter. Il se rappelle quand son père construisait des meubles en bois, qu'Eli avait tenté de l'aider et qu'au final, il avait failli couper un des doigts de son paternel. Lui, c'est plus son cerveau qu'il fait travailler. Il est meilleur aux mots croisés qu'en réparation automobile mais pour Mlle Washington, il se dit qu'il peut toujours essayer. Ça ne doit pas être bien compliqué après tout, il a vu des tas de personnes le faire à la télé alors il lui suffira de les imiter. Ça il sait faire Elijah, copier ce qu'il a vu plus tôt parce qu'il a toujours été doté d'une mémoire assez impressionnante même si elle n'égale pas celle de Tim. C'est plus quand il s'agit de prendre des initiatives qu'il vient à bloquer. La remarque de la jeune femme arrive à le faire sourire et Elijah, il saute un peu sur la perche tendue pour faire le beau parleur. « Alors ça va, elle ne devrait pas s'en sortir trop mal. » Mentalement, il vient de s'auto high-five. Arrivés à la voiture, il ouvre le capot et se penche sur toutes ces mécaniques qui l'inspirent autant qu'un texte en chinois. Comment est-ce qu'ils font à la télé ? On dirait qu'ils plongent leurs mains là-dedans et que tout démarre comme par magie mais si lui fait ça, il sent déjà qu'il va y perdre une main. Les câbles ça pourrait être bien, il se souvient avoir dû en utiliser une fois quand la voiture de son frère était restée calée devant l'allée de la maison familiale. Mais évidemment, ça fait partie des nombreux trucs utiles qu'Eli n'a pas pensé embarquer avec lui. « Je n'ai pas d'autres faux espoirs à vous donner, promis. Et au point où on en est, je me dis que vous pouvez m'appeler Elijah, ce sera plus simple. » Parce que Mr. Livingston, c'est long et ça lui donne l'impression d'avoir cinquante ans. Elle s'intéresse à son Écosse tant aimée et rien que ça, ça suffit à faire naître un sourire immense sur les lèvres d'Eli. Il hoche la tête mais fronce légèrement les sourcils quand elle en vient à parler de la pluie. « Ah mais non, il ne pleut pas siiii souvent que ça. Bon de temps en temps, c'est vrai, mais ça reste le plus beau des pays alors quelques gouttes de pluie au fond, c'est pas si grave. Après, je ne suis peut-être pas la personne la plus objective quand il s'agit d'en parler, d'ailleurs vaut mieux que je m'arrête là sinon je vais partir sur une tirade de deux heures qui va juste finir par vous lasser et vous donnera envie de quitter cette maison à pieds. » Il se dissipe à chaque fois que quelqu'un cite le nom de son pays, c'est à se demander comment il fait pour survivre loin de celui-ci. Du coup, pour revenir sur le problème principal, il lui propose de rentrer le temps de trouver une solution. Peut-être qu'il pourrait la ramener, à voir si elle a assez confiance en lui que pour laisser sa voiture devant chez lui sans craindre qu'il ne la démonte en entier pour revendre toutes les pièces sur le bon coin. « Décidément, d'abord son canapé puis sa voiture. Vous avez quelque chose contre votre mère ? » Il a un sourire en coin pendant qu'il ferme la porte d'entrée et que la tête de Tim passe l'entre-bâillement de sa porte avant de vite se refermer. Même quand il connaît les gens, ce gamin possède un manque de sociabilité qui arrive encore à épater Elijah. Le début de réflexion de la brune le fait rire et il s'avance vers la table du salon pour prendre son ordinateur mais avant qu'il ne puisse l'atteindre, un bruit sourd le fait se retourner sur lui-même. « Tout va bien ? » Il s'accroupit à coté d'elle qui vient de tomber, lui tend une main pour l'aider à se relever et remarque que sa lèvre s'est mise à saigner. Lui, médecin ? C'est un grand mot, mais il se débrouille déjà mieux avec les bobos qu'avec les voitures. « Je vis avec un jeune ado incapable de sortir sans se blesser, je pense que pour une fois j'arriverai à ne pas mettre votre émotions sur un roller coaster. » Il la fait s'asseoir sur le canapé, va chercher la trousse de secours trop souvent utilisée qui se trouve dans la salle de bain du rez-de-chaussée, puis retourne vers elle alors qu'elle lui raconte cette histoire de dieux grecques. Avec un sourire amusé accroché aux lèvres, Elijah s'assied en face d'elle et prend un coton humidifié avant de l'appliquer sur sa lèvre à elle. « Ne parlez pas trop forts de dieux grecques, Timothy est totalement obsédé par eux et si il apprend que vous les avez fâchés, c'est lui qui va s'énerver. » Il s'applique, les yeux rivés sur la plaie. « Personnellement, je n'y crois pas vraiment. Je crois que vous et moi faisons partie des ces gens qui ont la malchance d'être trop maladroit que pour mettre un pied devant l'autre sans finir par faire une bourde. Du coup, vous et moi sous le même toi, ça ne doit clairement pas mettre les chances de notre coté. » Après avoir mis le coton sur le coté, il sort une compresse froide et l'approche de sa blessure. « Warning : ça va être vachement froid. » Sans blague, mais il préfère prévenir. Doucement, Elijah appuie la compresse et croise son regard. « Du coup, les cours particuliers, c'est pour vous en aller de chez votre mère avant de finir par altérer tout ce qu'elle possède ? » demande-t-il, à moitié pour la taquiner et à moitié par curiosité. Ce n'est pas la première fois qu'il accueille la brune chez lui et pourtant, il ne sait absolument rien sur elle. En même temps, elle passe en général plus de temps avec Timothy qu'avec lui.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Calie Washington
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 20/07/2018
›› Commérages : 700
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Gemma Arterton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ›› Asher James ›› Giovanni Esposito ›› James Campbell ›› Rose Milligan ›› Kate Rhodes ›› Brane Malone ›› Joren De Hoop ›› Ivy Abberline
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Mer 3 Avr - 16:17 )

Wer macht der malin, falls in der ravin
Calijah

À partir du moment où Calie est entrée dans le monde de la sexualité, c'en était fini pour elle. La brune ne s'est pas fait prier pour en profiter au maximum, a enchaîné les relations sans aucun complexe. Puis elle a fini par se poser avec Warren, plus par défaut que par choix réellement. Mais elle ne s'en plaint pas, parce qu'elle a été heureuse avec lui. Elle se souvient avoir pensé qu'elle était la femme la plus heureuse du monde. Elle n'avait pas tellement prévu que Nicholas vienne perturber ses plans, avec son joli sourire et ses beaux yeux. Comme d'habitude, Calie s'est laissée porter. Elle a laissé la situation s'envenimer jour après jour, sans jamais rien dire. Si Nick n'avait pas vendu la mèche, elle serait probablement toujours en train de préparer un mariage voué à l'échec. Le jour où tout a explosé, Calie s'est promis de ne plus jamais se laisser approcher par un homme. C'est stupide, on ne va pas se mentir. Sa mère lui a d'ailleurs dit qu'elle ne tiendrait pas longtemps. Qu'à un moment ou un autre, elle chercherait à se faire plaisir. Elle ne voulait pas le croire, Calie. Il faut dire que le O'Brian Gate l'a profondément secouée. Elle savait que la fin de l'histoire ne serait pas glorieuse, mais ne s'attendait pas à avoir aussi mal au cœur. Encore maintenant, Calie ne se sent pas totalement remise. Mais sa mère avait raison. Calie ne tiendra pas sa promesse. Le père de Tim la complimente subtilement et ça lui fait quelque chose. Il ravive en elle cette envie d'être séduite, de retrouver sa liberté d'avant et d'en profiter. Le regard de Calie commence à pétiller, tandis que ses lèvres s'étire en un mince sourire. La brune ne pensait pas qu'une phrase aussi simple pouvait lui faire autant de bien. Sans doute parce que pour une fois, ça ne vient ni de Warren, ni de Nicholas. Mais d'un autre homme. Elle a l'impression de revenir des années en arrière et Calie, elle ne peut pas dire que ça lui déplaise. Elle commence à le trouver charmant, ce Monsieur Livingston. Et puis Calie, elle s'autorise à penser que physiquement, il a tout pour lui plaire. Ce n'est pas impossible qu'après ça, elle se laisse totalement envoûtée. En attendant, ils ont une voiture à réparer. Calie a un peu trop d'espoir, s'imagine que d'ici une quinzaine de minutes elle sera sur la route du retour. Apparemment, ça risque d'être un peu plus compliqué. « Elijah ? » Qu'elle répète, le sourire aux lèvres. « Même votre prénom est beau ! » Il va peut-être regretter de l'avoir complimentée deux minutes plus tôt. Calie, elle a tendance à très vite s'enflammer. « Si je peux vous appeler Elijah, vous pouvez m'appeler Calie. » Maintenant que les présentations sont faites, elle peut lui parler de l'Écosse. Elle lui expose ce qu'elle en sait en terminant par son aversion pour le soleil. Calie arque un sourcil, amusée par la manière dont il défend son pays natal. Même si l'Écosse n'est pas un pays. « J'étais prête à vous dire que vous pouviez me parler de l'Écosse aussi longtemps que ça vous chante mais en effet, je peux pas vous garantir de rester si vous décidez de me faire un exposé de deux heures. Après, je suis prête à vous croire, quand vous dites que c'est le plus beau pays du monde. » Même si dans le cœur de Calie, le plus beau pays du monde reste la Grèce. Sans doute parce qu'une partie de ses origines vient de là-bas. Parler de la pluie écossaise c'est bien mignon, mais ce n'est pas ce qui va faire démarrer la voiture. Finalement, Elijah propose à la prof d'allemand de rentrer à l'intérieur. Pour la deuxième fois depuis qu'elle est chez les Livingston, Calie parle de sa mère. C'est vrai qu'elle est très importante pour Calie, mais de là à la mentionner toutes les deux secondes... La remarque d'Elijah a au moins le mérite de la faire rire. « Oh non. Mais je pense qu'à force, c'est elle qui va avoir quelque chose contre moi. » Et elle ne devrait pas trop faire la maligne si elle ne veut pas finir par dormir sous un pont. La Washington suit le père de Tim en évoquant ses doutes quant à Google. Elle n'est pas certaine qu'internet puisse réellement les aider à savoir ce qui cloche avec la voiture. Avant même qu'elle n'ait terminé sa phrase, elle se retrouve à même le sol, avec une lèvre totalement éclatée. La maladresse, ça fait partie de ses défauts. Elle ne se sent pas gênée pour autant, Calie. Depuis qu'elle est née, elle se ridiculise au quotidien. À force, elle a appris à ne plus s'en formaliser. « Je ne suis pas encore morte, si c'est votre question. » Elle glisse sa main dans celle qu'Elijah lui tend et s'en aide pour se redresser. Elle effleure aussitôt sa lèvre ensanglantée du bout des doigts. Il n'est pas médecin mais grâce à Tim, il sait au moins gérer les blessures. « Merci, c'est gentil. » Calie, elle a un peu l'impression d'avoir rencontré l'homme parfait. Ça la trouble et en même temps, ça la fait sourire. Calie s'assoit sur le canapé et attend patiemment qu'il trouve son matériel pour la soigner. À vrai dire, elle ne s'attendait pas à ce qu'il lui répare cette lèvre abîmée. Elle pensait plutôt qu'il lui donnerait un mouchoir pour qu'elle évite de répandre son sang partout dans la maison. Mais il est bienveillant, Elijah. Bienveillant et vraiment charmant. « Ah oui ? Je ne savais même pas qu'il se passionnait pour les dieux grecs. C'est bon à savoir, ça me donne une idée de sujet pour un prochain cours. » Tout en nettoyant la plaie, il lui parle de sa maladresse à lui, explique qu'il y a des gens qui ne savent pas faire un mètre sans se rétamer. Calie baisse les yeux sur son visage à lui et l'observe sans rien dire. Ce qui le captive, ce n'est pas tellement ce qu'il lui dit. Plutôt la douceur avec laquelle il soigne sa lèvre fendue. Elle est aussi légèrement troublée par sa proximité, repère des détails sans importance comme ces petites rides à chaque coin de ses yeux, qui apparaissent quand il les plisse pour mieux se concentrer. Elle est un peu plus attentive à son accent aussi, en vient à se dire que ça lui ajoute un charme supplémentaire. Au final, elle est trop occupée à le détailler pour réagir à ce qu'il lui raconte. Elle grimace très légèrement quand il presse la compresse froide contre sa lèvre, mais c'est tout. Elle devrait survivre. Puis leurs regards se croisent et Calie, elle se sent toute chose. C'est qu'il lui en faut peu. Pour sa défense, ça fait deux mois qu'elle a pas eu de rapport avec un homme. « Pas vraiment. » Qu'elle répond, en émettant un léger rire. « J'ai toujours adoré enseigner l'allemand, mais je sais que c'est une langue difficile qui en décourage plus d'un. Je me suis dit que c'était une bonne idée de pouvoir proposer des cours particuliers à ceux qui veulent vraiment maîtriser cette langue. Ça me permet de mieux comprendre là où ça coince. Pour certains, ça va être la grammaire, avec toute cette histoire de verbe en deuxième position ou à la fin. Pour d'autres, c'est juste une question de vocabulaire. » À propos d'Elijah qui s'emballe quand on lui parle de l'Écosse, Calie ne vaut pas mieux avec l'allemand. « J'ai pas toujours des élèves comme Tim, malheureusement. Tim, il a vraiment envie d'apprendre. Il est curieux et déterminé. J'aime bien lui apprendre l'allemand. » Conclut-elle en haussant les épaules. Ça lui change de ses élèves ingrats, qui ne savent même pas pourquoi ils ont un jour décidé de prendre l'allemand comme première ou deuxième langue. Tim, elle l'aime bien. « Désolée si je suis un peu indiscrète, mais je me demandais... Vous n'êtes plus avec sa mère ? » Parce que dans cette maison, elle n'y a toujours vu que Tim et son père. Elle s'est parfois demandé ce que ça voulait dire, mais n'a pour autant jamais posé la question. Aujourd'hui, sa curiosité fait qu'elle a besoin d'en savoir plus. Au passage, elle saura si Monsieur Livingston est un homme célibataire ou non.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    teacher (noun) a person who helps you solve problems you'd never have without them.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 136
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Sam 6 Avr - 12:54 )


Calie & Elijah

WER MACHT DER MALIN, FALLS IN DER RAVIN


Depuis qu'il s'est fait à son célibat, Elijah a commencé à être totalement nul en matière de compliments. Il n'en fait d'ailleurs pratiquement plus parce qu'à chaque fois, il finit par se mettre dans une situation embarrassante autant pour lui que pour la fille. Il a été un grand romantique Eli, le genre de type qui s'investit à fond dans ses relations comme il l'a fait avec Gwen. Elle a reçu tout ce qu'il était capable d'offrir à une seule personne et Elijah, il l'a aimée si fort que ça laisse encore des traces dans sa tête même aujourd'hui. Il a été le genre d'homme à lui amener des fleurs à chaque occasion, à l'emmener voir son film préféré du haut du toit de leur immeuble sur une toile improvisée qui, d'ailleurs, n'a jamais marché. Un romantique déchu, un coeur trop grand qui a fini par se prendre en pleine face une rupture à laquelle il n'était pas préparé. Depuis, Elijah est plus réticent à s'engager. Enfin c'est ce qu'il dit parce qu'au fond, il a le coup de cœur facile. Il ne dirait pas non à refaire sa vie malgré le fait que Gwen continue de le tirer en arrière de temps à autres, quand les soirées se font longues. Et ce compliment qu'il vient d'offrir à Mlle Washington, il sort tout seul sans qu'il n'ait à y réfléchir au préalable. Ça l'étonne lui-même d'ailleurs, il n'a pas l'habitude d'y aller aussi franchement et pourtant, ça lui semblait être la bonne phrase à dire sur le moment. Du coup, il guette un peu sa réaction et se sent soulagé quand il la voit sourire. Il aimerait être capable de réparer sa voiture, de jouer à l'homme galant aux multiples talents qui la fera rêver dès qu'elle s'en sera allée. Sauf que ça, ce n'est clairement pas Eli. Lui, il casse plus qu'il ne répare et si il force trop sur ce moteur, il va finir par déclasser sa voiture toute entière. Alors il se présente avant qu'il ne soit trop tard, et bien vite Mlle Washington devient Calie. « Je vous retourne le compliment sur votre prénom, » dit-il avec un demi-sourire, tenant le capot d'une main.  Calie décide de le lancer sur l'Écosse et il est fort probable qu'elle le regrette vite car Elijah, cet écossais endurcit, il ne lui en faut pas plus pour le lancer dans un monologue sans fin. La réponse qu'elle lui offre le fait rire. « Si un jour vous êtes prise par une folle envie de quitter Cap Harbor, je peux prendre ma casquette de guide touristique pour vous proposer l'Écosse et ses endroits phares. Bon par contre, il n'y a rien d'autre sur mon catalogue alors je ne pense pas être un guide de grande qualité. » Il tente de se pencher un peu plus sérieusement sur son problème de moteur, mais en vient à la conclusion qu'il est incapable de faire quoi que ce soit avec une telle obscurité. Non en vrai c'est parce qu'il est nul. Du coup, à court d'idées, il invite Calie à rentrer à l'intérieur et la guide jusqu'à son précieux ordinateur, la réponse à tous ses problèmes. Elijah, c'est le king du "Ok Google". Sauf que Calie tombe, elle se blesse, et c'est de manière un peu trop impulsive et intrusive qu'Eli prend les devants pour la soigner. C'est peut-être un peu trop pour elle, elle va finir par croire qu'il tente de la séduire par tous les moyens. D'abord le coup de la voiture, et voilà maintenant qu'il lui palpe la lèvre à coup de coton humide. Visiblement, elle s'y connait en dieux grecques et ça lui donne l'inspiration pour son prochain cours avec Tim. « C'est par phases, il se passionne tous les trois mois pour un truc différent. Là c'est les dieux grecques, mais je pense que si vous arrivez à lui en apprendre plus il va finir par redécorer la maison avec des affiches sur le sujet pour essayer de m'éduquer moi. Du coup, je ne sais pas si c'est une si bonne idée au final, » ajoute-t-il en riant légèrement, bien trop appliqué dans ses gestes. Après avoir appliqué la compresse, il interroge Calie sur ses cours d'allemand sans détacher son regard de celui de la brune. Il ne saurait dire pourquoi, mais Elijah a toujours trouvé fascinant les discours de ces personnes qui parlent de ce qui les fascine. Ça doit être pour ça qu'il supporte si bien de vivre avec Timothy, l'être le plus passionné sur Terre. « Effectivement, ça a l'air vachement compliqué. Je crois que je peux tirer une croix sur mes rêves d'un jour parler allemand. » Ses rêves, c'est un grand mot. Il aime apprendre, peu importe ce que ce soit. Mais Eli, il a toujours eu envie de devenir tellement doué avec les langues qu'il pourrait voyager dans tous les pays du monde sans subir la barrière de la langue. « Ça fait partie de ses rares qualités, » répond-il d'un ton amusé. « Et il apprend vite en plus, ce gamin me fascine. » Il se souvient d'une fois où, après un reportage sur les changements climatiques, Timothy a été capable de lui citer dans l'ordre alphabétique tous les noms des différents nuages. Après avoir appuyé sur la plaie de Calie à l'aide de sa compresse pendant un bref laps de temps, il finit par la retirer et constate avec plaisir qu'elle ne saigne plus, et qu'elle n'est pas gonflée non plus. Il commence à ranger le tout dans la boîte, mais la question posée par la jeune femme l'interrompt dans ses gestes. « Oh, ce n'est pas de l’indiscrétion. Je peux comprendre que ça intrigue notre situation, à Tim et moi. » Il lève une nouvelle fois les yeux vers elle. « Mais c'est plus compliqué que ça. En fait, Timothy n'est pas mon fils biologique. Je l'ai adopté il y a presque un an, c'était le neveu de ma voisine qui n'était pas vraiment la personne la mieux placée pour s'en occuper. Il y a eu une histoire d'alcoolisme, de déménagement à Vegas. Tim a failli être envoyé en foyer d'accueil mais vous savez, avec son trouble, ça aurait été une véritable plaie pour lui. Il déteste quand on fait trop de bruits alors dans un foyer, je sais qu'il aurait très clairement pété un plomb. Alors je l'ai adopté comme ça, un peu sur un coup de tête. Je me suis dit qu'il avait besoin de moi avant de me rendre compte que de l'autre coté, j'avais moi aussi un peu besoin de lui. Il a... comblé un vide, on va dire. » Un bref silence s'installe avant qu'Elijah ne se racle la gorge. « Désolé, je parle vraiment trop. Maintenant que votre lèvre va mieux, je peux vous proposer de vous reconduire. » Au même moment, Timothy débarque dans le salon avec un livre sur la mythologie. Eli, il est certain que son gamin agit comme ça pour faire le fier. «  Ou elle reste pour goûter tes lasagnes et elle aussi pourra te dire à quel point t'es trop généreux en sel Elijah. » C'était brutal, inattendu, mais Eli ne réplique pas et lance juste un regard curieux vers Calie.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Calie Washington
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 20/07/2018
›› Commérages : 700
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Gemma Arterton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ›› Asher James ›› Giovanni Esposito ›› James Campbell ›› Rose Milligan ›› Kate Rhodes ›› Brane Malone ›› Joren De Hoop ›› Ivy Abberline
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Ven 19 Avr - 22:45 )

Wer macht der malin, falls in der ravin
Calijah

Calie doit souvent supporter sa maladresse comme une vilaine maladie incurable. Il ne se passe pas une seule journée sans qu'elle ne fasse quelque chose de totalement stupide. Et évidemment, ce n'est jamais voulu. Calie possède un certain talent pour se mettre dans des situations embarrassantes, elle pense même mériter une médaille pour ça. Elle a pris l'habitude d'en rire, même si parfois elle ressent la puissante envie de se terrer dans un trou. Ce n'est pas tellement de la gêne, plutôt de la frustration. À chaque fois qu'elle essaye de faire bonne impression, la réalité du monde lui revient en pleine face et souvent de manière brutale. Bien que séduire à tout prix le père de Tom ne fasse pas clairement partie de ses plans, elle aurait aimé ne pas être cette prof d'allemand un peu débile qui se prend les pieds dans le tapis. Cet incident, en plus de son retard initial et la voiture en panne, ça ne joue pas du tout en sa faveur. N'importe quel homme se serait ouvertement moqué d'elle, avant de la juger très fort du regard. Mais Elijah, il ne la juge pas. Il ne rigole même pas de sa chute, aussi lamentable soit-elle. Il s'inquiète et entreprend de soigner sa lèvre ouverte. Cette attention la touche sincèrement, à tel point qu'elle en vient à sourire comme une idiote. Calie, elle est facilement charmée. C'est d'autant plus vrai depuis que les jumeaux ont disparu de sa vie. Alors Elijah ne se rend probablement pas compte qu'en la soignant, il laisse Calie tomber un peu plus sous son charme. Sans doute que ça aussi, c'est à cause des dieux grecs. Peut-être que cette chute n'est pas arrivée par hasard, peut-être qu'ils voulaient que les choses se déroulent ainsi. Pour le moment, Calie maudit les dieux grecs. Elle a l'impression de les avoir contrariés, mais ne parvient pas à comprendre comment. C'est en exposant sa théorie qu'elle apprend l'obsession de Tim pour la mythologie grecque. En réalité, elle se rend compte qu'elle connait encore très mal cet enfant. « Si vous voulez mon avis, je trouve que ce serait une excellente idée. Vous pouvez compter sur moi pour l'encourager à vous éduquer. » Qu'elle répond en souriant. Tandis qu'il s'occupe de réparer cette lèvre abîmée, Calie embraye sur son amour pour l'allemand. Elle ne sait pas pourquoi elle aime autant cette langue. Elle se souvient l'avoir détestée au début, et puis au final, elle a appris à vraiment l'apprécier. La langue allemande, elle n'est pas aussi complexe qu'elle en a l'air. Il suffit juste de se détacher de la grammaire anglaise et de se mettre en tête qu'il y a certaines règles à respecter. Ces règles ne laissent place à aucune exception, et c'est pour ça qu'il s'agit d'une langue carrée. Malheureusement, Calie n'a jamais réussi à transmettre son amour pour la langue allemande à ses élèves. Elle n'y arrive pas plus avec Elijah, qui baisse les bras avant même d'avoir essayé. « Non, je vous assure que c'est pas compliqué. Vous ne devriez pas tirer un trait sur vos rêves aussi facilement ! Vous savez quoi ? Je vais vous enseigner l'allemand, à vous aussi. Vous verrez qu'avec une bonne prof, ça passe crème. » Elle est confiante, Calie. Et puis si Elijah est aussi doué que Tim, elle n'a aucun souci à se faire. Ce garçon apprend à une vitesse si rapide qu'il perd parfois Calie en chemin. « C'est si vrai. Des fois, j'ai l'impression que c'est lui qui va m'apprendre comment fonctionne l'allemand. » Qu'elle fait en riant. « Bon, du coup vous allez croire que je suis un prof en carton. » Elle se racle la gorge et effleure sa lèvre du bout des doigts. C'est encore un peu douloureux, mais ça ne saigne plus. Au lieu de le remercier, Calie questionne Elijah. Il y a un détail qui la turlupine et il faut qu'elle sache. Elle a besoin de savoir s'il y a une Madame Livingston dans les parages, ou si ce n'est que Tim et son père. Calie ne s'attendait pas du tout à la réponse. À aucun moment elle ne s'est dit que Tim avait été adopté. « Oh, je me sens un peu bête d'être partie du principe que vous étiez son père. Enfin, c'est un peu le cas. Vous êtes son père, quelque part. Juste pas de manière biologique. » Pourquoi est-ce qu'elle se sent toujours obligée de dire quelque chose, Calie ? Parfois, le silence, c'est mieux. « Pardon. Je sais que mon opinion compte pas vraiment mais je tiens quand même à dire que vous avez bien fait. Je crois pas que tout le monde puisse en faire autant. Tim est vraiment un garçon extraordinaire et je suis certaine que grâce à vous, il pourra faire de grandes choses. » Elle en vient à vraiment l'admirer. Il y a tellement de bonté et de bienveillance en lui que c'en devient impressionnant pour la brune. Passé ce moment de confidence, Elijah annonce en avoir fini avec elle. « Merci. Et je veux bien, oui. De toute façon, ça m'étonnerait qu'un garagiste veuille m'aider ce soir. » Elle s'apprête à récupérer ses affaires, sursaute quand Tim sort de nulle part en proposant à Calie de rester pour le dîner. La prof d'allemand fronce les sourcils et regarde Tim bouchée-bée, avant de se tourner vers Elijah. « Que je reste manger des lasagnes ? » Elle a peur de ne pas avoir bien compris. Son imagination lui joue parfois des drôles de tours, alors elle n'est jamais très sûre de rien. Le regard qu'Elijah lui lance lui fait comprendre que la proposition est réelle. « Oh. C'est pas comme si j'étais attendue quelque part. » Elle hausse les épaules et lance un sourire à Elijah. « À moins que ce soit un piège ? Si vous essayez de savoir si mon truc c'est de coucher avec les pères de mes élèves, je tiens à vous le dire tout de suite : ce n'est pas le cas. Je fais pas ça. » Comme d'habitude, elle ne se rend compte de ce qu'elle dit qu'après avoir parlé. Alors elle se mordille la lèvre inférieure, grimace parce qu'elle a déjà oublié sa blessure, et secoue la tête. « C'est pas ce que je voulais dire. Bon en vrai, je sais pas ce que je voulais dire. Je sais juste que c'était pas ça et ok, ça devient bizarre. Vous avez besoin que je fasse quelque chose à part ne pas rajouter de sel dans les lasagnes ? » Le plus gênant, ce n'est pas tellement ce qu'elle dit. C'est surtout qu'elle l'ait dit devant Tim. Tim, qui capte tout et qui va sans doute l'interroger là-dessus.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    teacher (noun) a person who helps you solve problems you'd never have without them.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 136
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Lun 13 Mai - 21:53 )


Calie & Elijah

WER MACHT DER MALIN, FALLS IN DER RAVIN


Il est certain que la vie d'Elijah, elle a radicalement changé depuis que Timothy y est entré. Ses habitudes sont différentes par exemple, il ne peut plus se permettre de manger son repas du soir à n'importe quelle heure parce que Tim, il supporte très mal d'avoir faim. Puis il apprend tous les jours aussi, il se retrouve avec un mini professeur qui lui balance toutes les trois semaines un reportage live d'un sujet totalement random. Eli a déjà eu droit au mode de vie des pogonas, à la Renaissance, et récemment à un résumé peu raccourci de la biographie du créateur de Tetris. Mais il s'y est fait à force, et ça a même fini par l'intéresser ces monologues de deux heures et demi sur un sujet auquel il ne connaissait rien avant. Puis faut dire qu'il est plutôt pareil Eli, il raconte des fun facts pas très fun sur l'astronomie sans se soucier de si l'autre a totalement perdu le fil. Puis il est touché que Tim parle avec lui, vu comme son débit de paroles est faible avec pratiquement tout autre être vivant. Il sait qu'avec Calie, ça passe en grande partie parce qu'elle peut lui apprendre quelque chose qu'il ne connaît pas. Timothy adore apprendre, à tel point que ça en est impressionnant. Il dévore les livres, assimile tout à trop grande vitesse. Même Elijah, il a l'impression d'avoir un QI d'huître à coté. « Si il y a moyen de le garder encore un temps au stade d'ado, histoire que je puisse avoir l'avantage au moins quelques années supplémentaires. » Il rit tout en terminant de soigner la lèvre de Calie. « Bon évitez de sourire par contre, je dis ça un peu à contre-coeur mais y a un risque que la plaie se ré-ouvre sinon. » Lui par contre, il ne peut s'empêcher de laisser un sourire venir étirer ses lèvres. Il remballe le tout dans la boîte de premiers secours tout en rêvant d'allemand. Elijah, il a toujours eu envie de pouvoir parler pleins de langues. C'est utile pour voyager, ou même pour demander son chemin.« Sérieusement, m'enseigner à moi ? » demande-t-il en haussant les sourcils. « Je suis un élève horrible à coté de Tim, je me vois mal rivaliser. » Si l'ado était là, il serait très certainement en train de lever les yeux au ciel parce qu'on ne peut pas comparer un adulte et un adolescent sur leurs capacités d'apprentissages à cause de la plasticité cérébrale. « C'est quelque chose qui arrive souvent avec lui, un jour il a presque réussi à me convaincre qu'il m'avait appris comment conduire. » Le truc avec Tim, c'est que c'est un grand observateur. Il est aux aguets devant tout, apprend rien qu'en voyant quelqu'un faire une seule et unique fois. Ce qu'ajoute Calie fait rire Eli. « Pas du tout, ou alors je suis un adulte en carton. » C'est un sentiment normal de se sentir comme un moins que rien à coté de Mr. Timothy Je-sais-tout, mais c'est aussi ça qui fait son charme. Puis elle finit par s'interroger sur leur situation, sur le fait qu'il n'y avait jamais de Mme Livingston quand elle vient chez eux, chose normale puisqu'il n'en existe pas actuellement. Du coup Eli, il raconte tout. Il parle de l'adoption faite à la va-vite, de la situation de Tim et du fait que tous les deux, ils se sont autant apportés l'un que l'autre. « Il continue pourtant de m'appeler Elijah, et je pense que ça me ferait trop bizarre si un jour il sortait le mot "papa". » Réalité : ça le toucherait bien trop. À ce qu'elle ajoute, il ne peut s'empêcher de sourire un peu plus. « Merci. J'espère qu'il fera des choses bien, c'est pas toujours facile pour lui en société alors j'espère qu'il trouvera quelque chose de mieux que de rester enfermé tous les jours, non-stop, à faire des mots croisés. » Suffit de voir comme ça peut être périlleux quand ils sortent et qu'un bruit inattendu fait peur à Timothy qui se met à crier. Sur ce beau monologue sur son presque fils, Elijah propose à Calie de la ramener juste avant que le gamin ne débarque, proposant indirectement à sa prof d'allemand de rester manger avec eux. « Je pense que c'est ça l'idée, mais ne vous sentez pas obligée d'accepter. Clairement, c'est loin d'être du grand art. » « Clairement, c'est loin d'être de l'art tout court. » Elijah fusille Timothy du regard qui se contente de hausser les épaules avant d'aller mettre la table. C'est le rituel, Tim met les couverts avant de disparaître dans sa chambre pendant qu'Eli cuisine. La remarque de Calie surprend Elijah qui hausse les sourcils, sans trop savoir quoi répondre dans un premier temps. « Ah mais pas du tout, » balbutie-t-il avant que son sourire ne revienne. « Soyons au clair, je couche rarement avec les profs de Tim. » Il a baissé le volume de sa voix pour ne pas se faire enttendre par ce dernier. Heureusement pour eux, Tim ne semble pas réagir plus que ça. Il s'occupe des couteaux qu'il aligne de la manière la plus symétrique possible avec les fourchettes. « Je n'ai pas trop envie de vous donner un couteau dans les mains, alors vous pourrez juste remuer pour éviter que ça crame. » Ca y est, un Elijah qui taquine est un Elijah qui est à l'aise. Il prépare tout ce dont il a besoin pour réaliser sa lasagne avec pas trop de sel tout en donnant quelques indications à Calie avant de s'interroger un peu plus sur elle. « Et vous Calie, vous avez des enfants ? » ose-t-il sans trop savoir si ce genre de question se pose à la prof de son fils adoptif.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Calie Washington
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 20/07/2018
›› Commérages : 700
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Gemma Arterton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ›› Asher James ›› Giovanni Esposito ›› James Campbell ›› Rose Milligan ›› Kate Rhodes ›› Brane Malone ›› Joren De Hoop ›› Ivy Abberline
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Lun 27 Mai - 21:31 )

Wer macht der malin, falls in der ravin
Calijah

Calie, elle n’a jamais tellement su ce qu’elle ferait de sa vie. C’est une question qu’elle ne s’est jamais posée, principalement parce que ça l’a toujours angoissée de devoir se projeter dans le futur. Elle a toujours eu plus ou moins peur de grandir, de devoir assumer tout un tas de responsabilités et de penser à des choses auxquels ce sont normalement les parents qui pensent. Alors Calie, elle était douée pour ne pas envisager son propre avenir. Mais elle a fini par devoir faire des choix, parce que même si elle n’a jamais voulu quitté son confort adolescent, elle a fini par en sortir de force. Et enseigner l’allemand s’est imposé à elle de la manière la plus naturelle qui soit. Ce n’est pas une voie qu’elle a choisi d’elle-même, plutôt un chemin qu’on lui a indiqué et qu’elle a pris sans trop réfléchir parce qu’après tout, pourquoi pas. L’allemand l’intéressait et l’idée d’en expliquer tous les secrets à un groupe d’étudiants la mettait plus à l’aise que de parler économie ou politique avec d’autres personnes de son âge. Étonnamment, sa carrière de prof lui réussit plutôt bien. Elle ne se croyait pourtant pas capable d’apprendre à des jeunes têtus une langue aussi compliquée que l’algèbre. Pourtant, en 10 ans, elle n’a jamais ressenti le besoin de s’orienter vers autre chose. Mais ça, c’est aussi parce qu’une fois bien ancrée dans sa zone de confort, c’est difficile de l’en sortir. Il n’empêche qu’elle tient bon, malgré des élèves parfois totalement désintéressés. Elle reste passionnée, ne perd pas espoir de voir ses élèves devenir bilingues malgré leur faible effort pour réellement y parvenir. Ce sont ceux comme Tim qui lui donnent envie d’enseigner l’allemand pendant encore trente ans. Il est l’un des rares à accorder un minimum d’importance à ce qu’elle essaye de transmettre. Elle sourit face à la réflexion d’Elijah, inclinant la tête sur le côté. « N’importe qui est un élève horrible à côté de Tim. » Qu’elle lâche sur un ton sérieux. Même elle, elle a parfois l’impression d’être nulle à côté de lui. Timothy possède un don tout particulier pour la troubler, surtout quand elle se lance dans un cours de grammaire. « C’est bien, on pourra former un équipe de personnes en carton. » Dit-elle, non sans rire. « Si ça vous intéresse vraiment d’avoir quelques bases, je peux vous apprendre deux ou trois trucs. » Calie, elle sent le mode séduction de mettre sur on. Comme si enseigner l’allemand pouvait être une technique de drague concluante. Elle a de l’espoir, la brune. Calie se reprend bien vite quand elle pense à une éventuelle Madame Livingston. Même si elle n’a jamais eu l’occasion de voir la mère de Tim, elle suppose (assez logiquement) qu’elle doit bien exister quelque part. Ce qui l’intéresse maintenant, c’est surtout de savoir si elle vit sous le même toit que lui et Eli ou non. D’ailleurs, elle suppose aussi qu’Elijah est le père biologique de Tim. Ça lui paraît évident, alors elle se sent un peu bête quand il lui raconte toute cette histoire d’adoption. « Oh vous savez, ça m’arrive souvent d’appeler ma mère par son prénom. Les petits surnoms affectifs de papa et maman, c’est surfait maintenant. Et je trouve que je vous parle un peu trop de ma mère aujourd’hui. » Qu’elle fait en affichant une grimace d’excuse. Il faut dire que Calie, elle aime sa mère a la folie des grandeurs. Elle serait perdue sans elle. Mais ce n’est probablement pas une raison pour parler d’elle toutes les deux minutes. D’autant plus qu’Eli, il doit s’en tamponner l’oreille avec une babouche de savoir qu’elle appelle sa mère par son prénom. C’est juste pour lui faire comprendre que dans le fond, Eli est ce qui s’apparente certainement le plus à une figure paternelle au yeux du garçon. Et Calie, elle l’admire sincèrement pour avoir un jour pris un gamin autiste sous son aile. « Il trouvera, j’en suis certaine. Je le connais moins que vous mais je sais déjà qu’il est doué pour plein de choses. Puis même s’il finit sa vie enfermé à faire des mots-croisés, c’est pas grave. C’est cool les mots-croisés. » Elle marque une pause d’une demi-seconde et secoue la tête. « Non je rigole, j’aime pas les mots-croisés. J’ai jamais rien compris en plus. » Ce n’est pas faute d’avoir essayé, alors qu’elle voyait sa mère compléter des grilles avec aisance. Elle, elle se lasse au bout de trente secondes. Ça lui a toujours paru trop sombre. Durant ces quelques minutes de discussion, Calie vogue sur son petit nuage. Elle en vient à apprécier la présence d’Elijah, à sourire pour rien simplement parce qu’elle se sent charmée. La brune pourrait passer la soirée sur ce canapé à se faire soigner, tout en discutant d’un sujet et d’un autre avec le père de Tim. Malheureusement, il la ramène sur Terre quand il lui rappelle sa voiture en panne. Et sans qu’elle ne s’y attende, Tim s’immisce dans leur conversation pour l’inviter à dîner. Ça la surprend tellement qu’elle ne sait pas tout de suite si elle peut accepter la proposition. Elle s’y résout quand elle réalise qu’elle en a envie. « C’est pas grave, j’y connais rien en art. Vous pouvez compter sur moi pour ne pas juger. » Elle n’est pas non plus douée en cuisine. La seule fois où elle a tenté de faire des lasagnes, Warren lui a fait jurer de ne plus jamais recommencer. Le temps de quelques secondes, Calie regrette d’avoir accepté. Elle s’imagine un scénario tordu, se dit qu’Elijah lui tend peut-être un piège pour savoir si son truc ne serait pas de coucher avec les pères de ses élèves. Calie expose ses craintes ouvertement, sans tout de suite se rendre compte d’à quel point elle est gênante. Elle s’en veut d’avoir une fois de plus parler sans filtre, tente de faire oublier sa réflexion en essayant plutôt de se rendre utile. Elijah se justifie alors qu’il n’a pas à le faire et réussit à faire renaître un sourire sur le visage de la brune. « Oh. D’accord. C’est bon à savoir, je suppose ? Quoique vous êtes totalement libres de faire ce que vous voulez avec les profs de Tim. Pour ça non plus, je ne vais pas vous juger. » Elle serait accessoirement très mal placée pour. Calie se racle de nouveau la gorge et accepte volontiers de remuer la sauce pour éviter qu’elle ne brûle au fond. « Vous avez déjà si peu confiance en moi ? Bon c’est vrai que je me fais pas confiance non plus. Vous savez que j’ai déjà failli mourir électrocutée quand j’étais petite ? En fonçant dans une clôture électrique. Ça n’a rien à voir avec le danger du couteau, je vous l’accorde. J’avais juste envie de vous partager ce souvenir traumatisant de mon enfance. » Elle lui sourit et se place derrière la plaque de cuisson. Elle le laisse préparer la sauce béchamel, puis commence à remuer quand il le lui demande. Elle s’applique, Calie. Elle garde un œil concentré sur la mixture, veille à ce que cette sauce soit parfaite. La brune ne reporte son attention sur Elijah que lorsqu’il l’interroge sur sa vie personnelle. Un léger rire s’échappe d’entre ses lèvres, malgré elle. « Oula, non. L’humanité ne veut pas de moi comme mère. » Elle non plus, elle ne se veut pas comme mère. Du moins, elle ne s’y sent pas prête. La question s’est déjà posée avec Warren, mais elle n’a jamais voulu franchir le cap. C’est logique quand on sait qu’elle n’était déjà pas prête à se marier. « J’aurais pu en avoir une dizaine, si je l’avais voulu. C’est d’ailleurs la seule chose qui manquait, d’après ma mère. Oui, je parle encore d’elle, pardon. » Dit-elle en riant légèrement. « Jusqu’à ce début d’année, j’avais un fiancé parfait avec qui finir le restant de mes jours, une grande maison prête à accueillir une armée de bébés, et un travail stable. Maintenant, j’ai juste le travail stable. Le fiancé m’a quittée et je suis retournée vivre chez ma mère. C’est pas vraiment le cas de figure idéal pour les enfants. » Calie raconte sa vie sans quitter des yeux la sauce béchamel qui s’épaissit. Il lui faut plusieurs longues secondes avant qu’elle ne capte que face à elle, ce n’est pas sa meilleure amie. « Je suis désolée. Je sais même pas pourquoi je vous parle de tout ça. » D’elle-même, elle retire la sauce du feu. « Eeet je crois que c’est prêt ! » Elle éteint la plaque, dépose la casserole sur le côté, puis se rapproche d’Elijah. Elle le regarde préparer la sauce bolognaise, presque avec admiration. « Vous faites ça si bien. » Qu’elle souffle, le sourire aux lèvres. Son regard croise brièvement celui d’Eli et forcément, son cœur s’emballe. Son attitude prouve à quel point elle aime la proximité avec les hommes. Surtout en ce moment, où elle se sent délaissée et seule.
✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    teacher (noun) a person who helps you solve problems you'd never have without them.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 136
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( Sam 29 Juin - 11:23 )


Calie & Elijah

WER MACHT DER MALIN, FALLS IN DER RAVIN


Elijah pourrait regretter sa carrière en tant qu'astronome. Il était bien mieux payé qu'en tant que professeur à l'époque, pouvait vivre de sa passion et se sentait utile, bien plus que lorsqu'il apprend une matière à des étudiants qui apprennent ses paroles par coeur pour l'examen avant de finir par tout oublier. Et pourtant, même si Timothy n'avait pas ses difficultés, Eli ne ferait pas machine arrière. La vie d'astronome était une vie solitaire dans laquelle il s'est un peu trop plongé lorsque Lilias est partie. Il n'avait que peu de temps pour sa vie sociale, rentrait seulement chez lui pour manger, dormir et se laver avant de repartir bosser. À présent, Elijah se sent bien plus épanoui. Son job n'est pas ce qu'il rêvait de faire et pourtant, il arrive à en apprécier les bons cotés et compense les mauvais avec des moments passés avec Gio, Matthias ou encore Caitlin. Et maintenant qu'il passe plus de temps dans son chez lui, à prendre soin de Tim, la maison est bien plus personnalisée que lorsqu'il ne passait qu'en coup de vent dans son appartement. En tant que grand collectionneur, toutes les babioles récoltées au cours de sa vie traînent un peu partout dans le salon alors qu'autrefois, il n'y avait qu'un canapé et quelques étagères pour décorer le lieu de vie de l'écossais. Elijah a plus de temps et il en profite, il l'exploite au maximum quitte à se lancer dans l'apprentissage de l'allemand avec Calie. Pourquoi pas, après tout ? Il n'a jamais eu l'occasion d'apprendre de manière approfondie une autre langue que l'anglais et en plus, il pourrait regarder Dark sans sous-titres grâce à ses connaissances. La remarque qu'elle lance arrive à le faire rire et il se résigne à simplement hocher la tête. « C'est vrai, au moins il a le don pour me faire redescendre sur Terre quand je commence à avoir un peu trop confiance en moi. » Il sourit par affection pour ce gamin, parce qu'il en vient à apprécier tous ces défauts chez Tim qu'Elijah ne considère même plus comme tels. « J'ai envie de dire pourquoi pas. Ça fait longtemps que je n'ai plus été du coté de celui qui apprend, » ajoute-t-il d'un ton amusé. Il ne sait même plus si il a un jour dit à Calie qu'il était prof, lui aussi. En même temps, c'est la première fois qu'ils prennent réellement le temps de parler d'eux, non pas de Tim entre deux cours. Puis la brune s'interroge quant-à une possible maman de Tim, ce qui est légitime puisqu'elle n'a jamais vu personne d'autre qu'Eli dans cette maison. Même lui ne connaît pas la mère du garçon, il n'a jamais rencontré que sa tante et son oncle qui étaient deux personnes hautes en couleur. N'empêche qu'Eli, il redoute un peu le jour où une femme viendra toquer à sa porte pour réclamer la garde de son fils. Qu'est-ce qu'il pourrait faire ? Refuser sous prétexte qu'il s'y est attaché sur cette année passée à ses cotés ? Encore une fois, il rit de ce que dit Calie. « Je serais incapable d'appeler un de mes parents par son prénom, parfois il me faut même quelques secondes de réflexion pour me rappeler comment ils s'appellent. » Il sourit de sa propre bêtise, n'exagérant qu'à moitié. En même temps, Elijah ne voit que très peu ses parents maintenant qu'ils ne vivent plus dans le même pays. Ils lui manquent, autant que son grand frère Allan. Il a d'ailleurs hâte des vacances, de pouvoir passer plusieurs jours en Ecosse pour leur présenter Tim qui semble enfin prêt à dépasser sa peur de l'avion. Il a tout prévu Elijah, allant du casque anti-son jusqu'aux dizaines de Comics que Tim pourra lire afin de ne pas penser à la foule autour de lui. Il en vient à avouer à Calie qu'il craint un peu pour son avenir et sourit quand elle partage son point de vue sur les mots croisés. « Merci de croire en lui, » dit-il avant d'ajouter « Je n'ai jamais compris comment il pouvait aimer ça, c'est si long et prise de tête ! » Il lève les mains avant de les faire retomber sur ses genoux dans un geste de lassitude. N'empêche, ça fait longtemps qu'Elijah ne s'était plus perdu dans une conversation avec une femme. Il est devenu si maladroit avec le temps et il a souvent du mal à trouver les mots justes, ceux qui ne la feront pas fuir. Discuter avec Calie lui paraît pourtant si simple, et elle arrive un peu trop souvent à le faire sourire et rire à tel point qu'il en vient à avoir mal aux joues. Il ne s'attendait cependant pas à ce que Tim lui propose de manger avec eux, lui qui a toujours préféré éviter tout contact social sur une trop longue durée. Calie semble méfiante et bien vite, Elijah comprend pourquoi. Il n'avait pas pensé à l'éventualité qu'un parent d'élève puisse vouloir coucher avec la prof de son gamin, si bien qu'il en vient à se demander si on a déjà demandé de pareilles faveurs à Calie. « Oh non, vraiment pas ! » Il rit avant de reprendre son sérieux, soupirant légèrement. « Et puis de toute façon, ça fait trop longtemps que je n'ai plus... dragué qui que ce soit. » Il sourit nerveusement parce qu'il n'aime pas ce mot, draguer. « Alors si en plus je tente ça sur une personne que je vois fréquemment, ça risque d'être beaucoup trop gênant. » En même temps, il sort ses casseroles et le plat qui contiendra la lasagne. « Et puis de toute façon, tous les profs de Tim sont vieux et aigris. Il n'y a que vous qui sorte un peu du lot. » Il dit ça sans oser la regarder, réalisant trop tard qu'il a encore une fois parlé sans réfléchir. Elle évoque ensuite une histoire avec une clôture électrique qui lui fait hausser les sourcils.  « Vraiment ? Mais déjà à l'époque vous aviez des problèmes à régler avec les dieux grecques ! » s'exclame-t-il en ne pouvant s'empêcher d'avoir un sourire amusé. Curieux, Elijah interroge ensuite Calie sur un possible enfant et bien vite, elle lui répond par la négative. Il rit quand elle soulève qu'elle parle encore de sa mère, puis écoute attentivement la fin de ses explications. « Je comprends, désolé pour votre fiancé. » Il se perd dans la contemplation de sa sauce dans laquelle il fait machinalement tourner sa cuillère en bois. « J'ai été fiancé aussi, alors je peux imaginer que ça a dû être difficile. Mais moi ça fait quatre ans, alors j'ai eu plus de temps pour m'en remettre. Puis bon, elle ne voulait pas d'enfant alors au final, le cadre n'était pas optimal non plus. » Il hausse simplement les épaules, un peu nostalgique comme à chaque fois qu'il parle de son ex. Elijah parle trop lui aussi, mais il n'a jamais été très secret sur son passé. Il ne relève pas quand elle s'excuse de lui raconter son histoire à elle puisqu'il vient de faire la même de son coté. À la place, ils se chargent de terminer le repas. Son compliment sur sa façon de cuisiner le fait doucement sourire. « Je peux vous enregistrer en train de le dire pour la prochaine fois où Tim se plaint de ma cuisine ? » demande-t-il avant de se tourner vers le salon, cherchant du regard l'adolescent qui est plongé dans un de ses livres sur l'astronomie. Il enfourne la lasagne dans le four, profite des minutes de cuisson pour s'intéresser un peu plus à la vie de Calie, puis pose le plat au milieu de la table. « Et si vous êtes malade ce soir, je ne serai pas le seul à blâmer cette fois puisque vous m'avez pas mal aidé ! » Il a son air innocent accroché à ses traits, souriant de plus belle pendant qu'à coté, Timothy lève les yeux au ciel. Au final, Elijah est plutôt fier de leur plat. Il le trouve meilleur que d'habitude et même Tim ne s'en plaint pas, ce qui représente un véritable miracle aux yeux du brun. Il dépose ensuite ses couverts après avoir terminé et tourne la tête vers Calie. « Peut-être que je devrais véritablement vous ramener maintenant, » dit-il, un peu en soupirant.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) Vide

Re: Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Wer macht der malin, falls in der ravin (Elijah)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération