I've got one last chance [Asher]

 :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 884
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero
I've got one last chance [Asher] Vide

I've got one last chance [Asher] ✻ ( Dim 10 Mar - 18:52 )












Ce matin en arrivant au boulot et après avoir dit bonjour à tout le monde, j’allais tout de suite dans le bureau de James pour lui sauter dessus et l’agresser de câlins. Dans un premier temps pour le plaisir de vivre et surtout parce qu’en faisait mon tour quotidien des réseaux sociaux, j’avais appris que Lauren était enceinte et cela me rendait infiniment heureuse pour lui. « C’est bon maintenant tu peux me lâcher, mais je suis heureux moi aussi. » Après un dernier câlin et une dernière grimace de la part de James, je le lâchais enfin. Je n’allais pas lui poser cinquante questions, mais il allait m’entendre dire combien c’était génial tout au long de la journée. « Tu vas avoir un troisième enfant que j’en ai pas encore un, tu comptes repeupler la terre ? » Et là j’imaginais une armée de Campbell avec James comme chef et cette image me faisait glousser, parce que ça serait assez son style quand même. « Tu veux que je donne des cours à Asher » huuum non ça irait. James et Asher seuls dans une pièce je ne savais toujours pas si c’était une bonne idée. « Non t’inquiète pas, on ne fait que s’entraîner pour l’instant » Après la panique de la semaine dernière ce n’était sûrement pas plus mal. C’était surtout Asher qui avait paniqué, mais je n’avais pas été très sereine non plus. Et même si on avait tout les deux très envies d’avoir des enfants roux, on était d’accord pour dire qu’on était pas totalement prêt. Savoir aussi qu’un jour je serais maman me rendait infiniment heureuse. Voilà aujourd’hui je n’étais que joie et bonheur et je comptais bien en profiter et surtout le faire profiter à tout le monde. « Garde ton sourire pour plus tard Sarah, on nous attend sur le terrain » En temps normal cette phrase aurait effacé tout sourire de mon visage, mais aujourd’hui non ce n’était pas possible. Enfin tant qu’il ne m’aurai pas dit pourquoi on était appelé.

Sur la route, James me briefait rapidement sur l’affaire et en soit c’était une affaire assez banale, mais qu’il ne fallait quand même pas prendre à la légère. Effectivement mon sourire avait laissé place à un air concentré. Malheureusement ce qui aurait du être une enquête tout à fait banal avait complètement dégénéré et nous n’avions absolument plus le contrôle de la situation. On avait du s’éloigner pour demander du renfort, mais avant même que les renforts ne puissent arriver, les agresseurs avaient commencé à ouvrir le feu. Avec James on avait juste eu le temps de se mettre à couvert. Du moins c’était ce que je pensais, adosser à la voiture, je plaquais mes mains sur mon ventre, quelque chose n’était pas normal, pourquoi j’étais couverte de sang ? Est ce que c’était mon propre sang. « James... » Il essayait d’évaluer la situation, de faire venir les renforts plus rapidement. Il m’accordait un rapide regard, reportait son attention sur ce qui se passait, pour finalement revenir vers moi. « Putain Sarah t’as été touché, tu vas bien ? T’inquiète pas j’appelle une ambulance » Donc c’était bien mon sang qui était en train de couler. J’essayais de faire pression sur la blessure, mais je n’avais plus de force. « Je suis désolé » De quoi exactement je ne savais pas, à l’heure actuelle je voulais juste fermer les yeux et dormir. « Sarah, reste avec moi s’il te plaît. Parle moi, dit ce que tu veux. Je vais être papa, soit heureuse et chiante » Je voulais vraiment essayer de l’être, mais je ne pouvais pas. Je pensais à Asher aussi. C’était ma dernière pensée cohérente avant de tomber dans les abysses.

Je ne savais pas trop ce qui se passait, je n’arrivais pas à ouvrir les yeux, mais j’entendais du monde s’affairer à mes côtés, j’entendais des voix, mais je n’arrivais pas à comprendre ce qui se passait. Je voulais me concentrer sur une seule voix, mais cela me demandait trop d’effort et une nouvelle fois, je tombais dans le néant.
Je ne savais combien de temps après, j’arrivais à nouveau à reprendre conscience, je n’étais pas en grande forme, mais cette fois j’arrivais à ouvrir les yeux et il me fallait plusieurs secondes pour comprendre où je me trouvais. J’étais à l’hôpital, mais je n’arrivais pas à me souvenir de ce qu’il s’était passé. Je tournais la tête, espérant trouver quelqu’un à mes côtés qui pourrait m’aider, me raconter et mon coeur se gonflait de bonheur en voyant Asher, tout de suite rattraper par la culpabilité. Il était inquiet et je m’en voulais. « Je suis désolé Asher » Parce qu’il ne devrait pas avoir à vivre ça, parce que je ne voulais pas le faire souffrir, mais j’étais tellement heureuse de le voir à mes côtés. « Qu’est ce qu’il s’est passé, je me souviens pas » Cela m’inquiétait, mais j’avais reconnu Asher alors cela ne devait pas être trop grave et je devais pouvoir sortir rapidement.




lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1252
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Giovanni Esposito ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone ≡ Joren De Hoop
I've got one last chance [Asher] Vide

Re: I've got one last chance [Asher] ✻ ( Ven 15 Mar - 21:35 )

I've got one last chance
SASHER

Asher est aigri. La journée de travail qui se profile à l'horizon ne lui donne absolument pas envie de vivre. Il ne serait franchement pas contre l'idée d'appeler Nat pour se faire porter pâle. Ça lui ferait même plutôt plaisir. Il pourrait vaquer à ses occupations, jouer à Toon Blast sans aucune modération et continuer à faire grandir son île tout en regardant les émissions débiles qui passent à la télévision. Mais Sarah, c'est la voie de la sagesse. Elle lui rappelle qu'il n'a plus tellement le droit à l'erreur, parce qu'il a été dans l'abus à de trop nombreuses reprises. Et puis elle lui redonne le sourire en lui parlant de nourriture et Asher, ça lui suffit à le faire sortir du lit. Pourtant, ça ne rend pas son humeur meilleure. C'est rare qu'il soit grognon, Asher. Quand ça arrive, malheureusement, il n'y a rien qui puisse l'apaiser. Le couple quitte la maison en même temps, et après le bisou du courage, ils se séparent. Dès lors qu'il arrive dans l'enceinte des locaux de Clothes Over Hemp, Natalia l'agresse sans aucun préambule. Elle lui colle une pile de documents contre le torse, et lui demande de tout passer en revue dans l'heure. Asher ne comprend pas tout de suite de quoi il s'agit. Il jette un œil à la première page et voit une liste de sujets à aborder. Qu'est-ce qu'il doit faire avec ça ? Les passer en revue, c'est ce qu'elle a dit. Sauf que concrètement, Asher ne comprend pas sa mission du jour. C'est un problème récurrent avec Natalia. Elle lui demande souvent de faire quelque chose sans être très claire sur les objectifs. Le garçon hausse les épaules et s'installe à son bureau. Il feuillette les quelques pages, lit les différents sujets sans grand intérêt et découvre que la consigne se trouve à la fin, sur la dernière page : classer les sujets par grand thème, rédiger les articles, planifier leur publication, faire valider. Asher soupire. Ça ne l'enchante pas du tout, cette affaire. À ses yeux, ce n'est ni intéressant, ni épanouissant. Sans parler du fait que cette tâche n'a aucun sens et aucun but. Mais ça, c'est toujours selon lui. Peut-être que pour Natalia, c'est important pour la réussite de l'entreprise. Il n'en sait trop rien. Asher s'empare de plusieurs fluos et commence donc sa mission, tête appuyée contre sa main. Il passe la matinée à classer les sujets par grands thèmes. On ne va pas se mentir, il aurait pu le faire en une heure. Le problème, c'est qu'Asher, il fait tout dans la lenteur. Surtout quand il s'en tamponne l'oreille avec une babouche. À partir du moment où il sait qu'il n'est plus sous surveillance, il lance Toon Blast. Si on lui pose la question, il trouve ça plutôt beau d'avoir réussi à définir les grands thèmes avant sa pause déjeuner. Lorsque celle-ci se termine, il revient à son bureau et reprend la suite des consignes : rédiger les articles. Seigneur qu'il n'a pas envie. Au même moment, son portable sonne. C'est un numéro inconnu qui s'affiche. Il fronce les sourcils, hésite à répondre. Nat discute avec la community manager à quelques mètres. Ça ne serait probablement pas très malin de sa part de prendre un appel sur son portable personnel. Par crainte, il ignore l'appel. À peine une minute plus tard, il reçoit la notification d'un message vocal. Asher s'éclipse aux toilettes et part écouter le fameux message. Au moment où il entend la voix de James, son sang ne fait qu'un tour. Il n'a même pas besoin d'entendre le message dans son intégralité qu'il comprend de quoi il en retourne. James ne l'appellerait jamais s'il n'était pas arrivé quelque chose à Sarah. Le jeune homme panique, remonte prévenir Nat qu'il s'en va sans se justifier, attrape sa veste à la volée, et il file à l'hôpital. À son arrivée, c'est James qui l'accueille. Il lui explique dans les grandes lignes ce qu'il s'est passé, lui demande de ne pas paniquer. Il lui glisse aussi quelques paroles rassurantes. Sarah est entre de bonnes mains, et elle est trop forte pour se laisser abattre aussi facilement. Asher ne l'écoute qu'à moitié. Il a peur, il est effrayé à l'idée qu'une balle lui soit fatale. Il tremble, aussi. Aucune de ses pensées n'est cohérente, rien n'a de sens. Il tourne en rond, attend qu'on vienne lui donner des nouvelles. Asher doit attendre plusieurs longues heures avant qu'un médecin ne vienne. C'est James qui part aux nouvelles, et qui informe ensuite Asher que tout va bien. La balle n'a touché aucun organe vital. Elle aura besoin de repos, ne pourra pas reprendre le travail tout de suite, mais elle respire. Pour Asher, c'est le plus important. Il suit le médecin jusque dans la chambre de Sarah. James ne reste pas longtemps, juste quelques secondes. Il laisse Asher tranquille, qui prend place sur une chaise. Le jeune homme attrape la main de la rousse, et il attend qu'elle ouvre les yeux. Une petite trentaine de minutes s'écoulent. Asher ne la quitte pas des yeux un seul instant. Quand enfin elle lui parle, une vague de soulagement le submerge. Peu importe ses excuses, ce n'est pas ce qui compte. Il se redresse et dépose longuement ses lèvres contre celles de Sarah. Il sent les larmes couler sur ses joues, signe que la pression redescend enfin. Il les essuie discrètement quand il se rassoit, et embrasse la main de Sarah. « Tu t'es pris une balle. T'as été opérée en urgence, ils ont tout retiré. » Il a la voix tremblante, Asher. Il n'arrive pas à totalement se remettre de ses émotions. « Tu m'as fait peur. C'est pas de ta faute, mais tu m'as fait peur. » Asher se penche pour l'embrasser encore, plus délicatement que précédemment. « Les médecins ont dit qu'ils allaient te garder quelques jours en observation. J'irai te chercher des affaires à la maison tout-à-l'heure. » Qu'il dit en glissant une main dans ses cheveux. « Comment tu te sens ? » Même si tout le monde lui a dit qu'elle va bien, il veut l'entendre de sa propre bouche.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 884
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero
I've got one last chance [Asher] Vide

Re: I've got one last chance [Asher] ✻ ( Dim 17 Mar - 18:37 )












Si j’avais su comment allait se passer la journée, si j’avais su que j’allais me faire tirer dessus peut-être que j’aurai écouté Asher et on aurait passé la journée au lit à faire l’amour pour se lever uniquement pour manger. Oui vraiment on aurait du faire ça, mais non j’avais voulu me montrer raisonnable. Ma conscience professionnelle avait était la plus forte et j’avais réussi à le convaincre d’y aller. Surtout que dans son boulot il n’était pas vraiment en odeur de sainteté et il fallait qu’il se fasse discret pendant un petit moment. Oui vraiment si j’avais su on aurait fait ça. Mais à la place avec James on se retrouvait entre des tirs, alors que normalement tout aurait du se passer le plus normalement possible. Je ne comprenais pas ce qu’il s’était passé et je comprenais encore moins en voyant le sang qui s’étalait dangereusement sur mon tee-shirt. J’essayais de rester consciente, mais je n’y arrivais pas et je sombrais dans le néant sans trop savoir si j’allais pouvoir en sortir ou pas.

En me réveillant, j’avais du mal à comprendre et à savoir où j’étais. J’avais eu besoin de quelques secondes avant de reconnaître une chambre d’hôpital, j’étais prête à panique en me demandant pourquoi j’étais là, en pensant que peut-être il n’y aurait personne pour m’expliquer les choses. Mais non. Asher était là. Il n’était pas bien, il était inquiet et même si j’avais une immense bouffée d’amour pour lui d’être à mes côtés, je ressentais aussitôt une énorme point de culpabilité. Il s’était inquiété pour moi, il s’était fait du soucis et je m’en voulais de lui avoir fait subir tout ça. Je ne savais pas ce qu’il s’était passé, mais je m’en voulais et je m’excusais aussitôt. Excuses qu’il balayait aussitôt par un long baiser. Je fermais les yeux et j’avais l’impression qu’il y avait des millions de sentiments qui passaient entre nous. L’urgence, la peur, le soulagement, vraiment tout et je m’en voulais surtout de l’avoir inquiété au point de sentir ses larmes. J’essayais de lui sourire timidement, mais j’étais dans l’incertitude. Je n’arrivais pas à me souvenirs ce qu’il s’était passé pour que j’arrive ici, pour qu’Asher soit inquiet de la sorte. « Tu t'es pris une balle. T'as été opérée en urgence, ils ont tout retiré. » En entendant cela, je resserrais mes doigts un peu plus sur ceux d’Asher. Tout cela n’était donc pas anodin, mais surtout j’avais peur pour James. Si j’étais à l’hôpital qu’est ce qui avait pu lui arriver. « Comment va James, il a été blessé aussi ? » Je me sentais dans un état d’urgence et je tentais de me redressais sans trop succès, étouffant un cri de douleur. Il fallait que je me calme. Si il s’était passé quelque chose de grave Asher m’en aurait sûrement parlé. « Tu m'as fait peur. C'est pas de ta faute, mais tu m'as fait peur. » Il pouvait bien dire ce qu’il voulait, c’était quand même de ma faute. « Je voulais pas te faire peur. Cela n’aurait pas du arriver » Tout était en train de se remettre tout doucement en place, les souvenirs me revenaient en tête. « On y aller juste pour poser des questions, tout aurait du se passer dans le calme, et puis je ne sais pas ce qu’il s’était passé, mais tout s’est enchaîné très vite. » Je me souvenais de la douleur aussi et puis après c’était le trou noir. « Les médecins ont dit qu'ils allaient te garder quelques jours en observation. J'irai te chercher des affaires à la maison tout-à-l'heure. » Comment ça j’allais rester ici ? Non, non ce n’était pas possible. « Je peux pas rester ici Asher, je veux pas. Il faut que je rentre, je veux pas rester ici toute seule. » Je ne voulais pas non plus le laisser tout seul. Depuis qu’on était ensemble je n’envisageais plus une nuit à dormir toute seule. Sa présence, son odeur, je pouvais pas m’en passer. Un peu comme un doudou. « Comment tu te sens ? » C’était difficile à dire. « J’ai l’impression qu’un tracteur m’est passé dessus à plusieurs reprises » Il n’y avait pas une parcelle de mon corps qui ne me faisait pas souffrir. Je savais que c’était psychologique, mais c’était surtout le contre coup de l’opération. Je posais ma main sur la sienne pour la serrer. « Mais rassure toi, je vais bien. Du moins ça ira mieux dans quelques jours » Parce que je n’allais pas mentir non plus, j’étais loin de tenir une forme olympique. « Et toi ça va ? » Je m’en voulais de lui avoir causé autant d’inquiétude alors je voulais m’assurer que ça allait. « Au final, c’est un avantage que je sois orpheline et que mon père soit un enfoiré. Cela t’épargne la corvée des appels à la famille pour expliquer la situation ». C’était une faible tentative d’humour pour essayer de le faire rire, ou du moins sourire. Je n’aimais pas le voir triste comme cela. Par définition Asher était un être heureux, il râlait pour le plaisir, mais jamais je ne l’avais vu comme ça et je n’aimais pas ça du tout.




lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1252
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Giovanni Esposito ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone ≡ Joren De Hoop
I've got one last chance [Asher] Vide

Re: I've got one last chance [Asher] ✻ ( Mer 20 Mar - 17:23 )

I've got one last chance
SASHER

Le métier de Sarah l'expose à des risques qu'Asher ne calculait pas vraiment avant aujourd'hui. Il ne l'a jamais vue dans le feu de l'action, s'imagine le quotidien de la rousse en fonction des films et séries qu'il regarde parfois. Mais ça reste le fruit de son imagination et dans le fond, il s'est toujours dit que Sarah était en parfaite sécurité. Qu'elle puisse un jour être la cible d'un criminel, ça ne lui a jamais effleuré l'esprit. Ça n'arrive que dans les films et elle lui a toujours dit qu'elle pouvait compter sur son équipe pour la protéger à n'importe quel moment. Alors Asher, il vivait dans l'idée que rien de grave ne pouvait lui arriver. Pourtant, la jeune femme a été touchée. Elle s'est pris une balle en plein de le ventre alors qu'elle était en mission. Elle a perdu énormément de sang et s'est évanouie avant même que les secours n'arrivent. Quand on l'a appelé en début d'après-midi pour le prévenir, il s'est demandé s'il aurait la chance de revoir les beaux yeux bleus de Sarah. Pendant deux secondes, il s'est demandé ce qu'il ferait si jamais Sarah succombait à ses blessures. Il s'en veut d'avoir eu de telles pensées, parce que d'une certaine manière, il a remis en question la force de Sarah. Le fait est qu'il a eu peur. Ça l'a saisi d'un coup, avec violence. Il n'a jamais rien ressenti de tel, Asher. Ce n'est pas le genre d'homme qui panique à la première occasion. Il a tendance à tout prendre à la légère, à rigoler à chaque fois qu'on lui demande d'être sérieux. Il se fout un peu de tout, mais pas de Sarah. Elle a pris une telle importance dans sa vie qu'il n'aurait probablement pas supporté de la perdre. Asher reste très fragile et à l'heure actuelle, sa petite-amie est son pilier le plus solide. Alors oui, il a eu peur. Il a eu peur qu'elle parte, qu'elle l'abandonne. Asher pleure comme un bébé mais il s'en fiche. Il faut que ça sorte. « Non, James va bien. C'est lui qui s'est occupé de toi. » Heureusement qu'il était là. Sans son coéquipier, Sarah se serait probablement vidée de son sang à même le sol. Personne ne l'aurait remarquée. Asher commence à se sentir un peu mieux, maintenant qu'elle est réveillée. Il tremble toujours un peu, mais ça va mieux. Quand la pression sera totalement redescendue, il sera probablement apte à sortir une ou deux blagues bien à lui. Elle lui dit qu'elle ne voulait pas lui faire peur, que rien de tout ça n'aurait dû arriver. Il secoue la tête, conscient que ce n'est en rien de sa faute. À ses yeux, ça n'aurait aucun sens de lui en vouloir pour s'être pris une balle. Ce n'est pas elle qu'il doit blâmer, mais plutôt celui qui a tirer sur la gâchette. « Le plus important, c'est que tu sois là. » Même si elle avait su à l'avance que la situation se déroulerait de la manière dont elle s'est déroulée, il ne voit pas ce qu'elle aurait pu y faire. Asher lui rapporte ce que les médecins lui ont dit. Quand il lui annonce qu'on lui offre un petit séjour au sein de cet hôpital, elle a une réaction qu'Asher n'avait pas préméditée. Il glisse une main dans ses cheveux pour l'apaiser. « Tu seras pas toute seule. Je peux rester avec toi. » Qu'il dit d'une voix douce. « Tu viens de te faire tirer dessus, Sarah. Je te ramènerai pas à la maison. T'as besoin de repos et sans doute d'un tas de soins particuliers. Juste une petite semaine, c'est tout. » Pour le coup, Asher risque de lui tenir tête. Il n'a pas envie de courir le moindre risque, d'exposer Sarah au moindre danger. Au moins, ici, elle est en sécurité. D'autant plus que même si elle dit qu'elle va bien, il sait qu'elle cherche surtout à le rassurer. « Mieux depuis que t'es réveillée. » Avoue-t-il en souriant faiblement. Asher appuie son menton contre le barreau du lit et continue de caresser les cheveux de la jeune femme, sans la quitter des yeux une seule seconde. « C'est vrai. Mais il faut quand même que je prévienne Mila. » Asher sait très bien que Mila, elle a quasiment le rôle de sœur aux yeux de Sarah. Il s'attend déjà à une crise de panique de la part de la brunette. « T'imagines si t'avais été enceinte ? Et t'imagines si on avait des enfants roux ? » Asher ne formule pas sa pensée davantage. Elle a compris, il en est sûr. Tout ça, ça l'effraie bien trop. « Comment j'vais faire pour te laisser partir travailler sereinement maintenant ? » Si cet épisode a été horrible pour Sarah, il l'est tout autant pour Asher. Il sait qu'à partir de maintenant, il aura du mal à la laisser partir en toute confiance. Il va lui falloir du temps avant qu'il ne se débarrasse de cette peur qui lui retourne l'estomac.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 884
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero
I've got one last chance [Asher] Vide

Re: I've got one last chance [Asher] ✻ ( Jeu 21 Mar - 21:44 )












Que je puisse être blessé était une chose que je pouvais accepter – avec beaucoup de difficulté – mais qu’il puisse arriver quelque chose à James c’était plus compliqué à gérer. Je m’inquiéter de son état. Peut-être qu’il était dans une chambre voisine entre la vie et la mort. « Non, James va bien. C'est lui qui s'est occupé de toi. » Okay, c’était une bonne chose, je me sentais déjà un peu plus rassurée. Maintenant je pouvais uniquement me focaliser sur Asher. Il était à mes côtés, complètement paniquée et en le regardant je ne pouvais pas imaginer qu’un jour je puisse aimer un être humain avec autant de force. Avec Asher, j’avais l’impression de découvrir ce qu’était réellement l’amour. Le voir dans cet état me déchirait le coeur, et j’avais surtout envie de l’aimer plus que tout. De lui promettre que je ne le quitterais jamais. Pour lui j’étais réellement prête à tout. Je m’en voulais qu’il puisse souffrir à cause de moi, tout en me disant que je serais exactement dans le même état à sa place.
Rien de tout cela n’aurait du arriver. On aurait du tout anticiper, on aurait du faire attention et pourtant un détail nous avez échappé et ce détail aurait pu être fatal. « Le plus important, c'est que tu sois là. » Il avait raison et je ne comptais pas partir de si tôt. J’avais envie aussi envie de lui dire que je l’aimais, qu’il était l’homme de ma vie, mais à ce stade, les mots étaient inutiles. Asher savait tout cela et juste sa façon de me regarder valait tout l’or du monde. Par contre, je n’étais pas vraiment d’accord avec le fait de rester dans cette pièce. C’était même hors de question. J’étais prête à signer n’importe quelle décharge pour sortir d’ici. Abandonner Asher à la maison c’était tout simplement pas envisageable. « Tu seras pas toute seule. Je peux rester avec toi. » Non, non je ne pouvais pas lui imposer ça. Ce n’était pas juste pour lui. « Tu viens de te faire tirer dessus, Sarah. Je te ramènerai pas à la maison. T'as besoin de repos et sans doute d'un tas de soins particuliers. Juste une petite semaine, c'est tout. » Je savais qu’il avait raison, le côté pragmatique de ma personne en avait conscience, mais l’autre partie prenait le dessus. « Tu peux pas rester, tu as ton boulot et puis y’a Yoko aussi et ça serait plus simple que je rentre » J’essayais de lui faire entendre mon point de vue, j’essayais de l’amadouer comme je le pouvais, mais cela ne fonctionnait pas. « Laisse moi avoir raison pour une fois » Parce qu’avoir le dernier mot avec Asher c’était toute une aventure. « Okay, peut-être que t’as raison » Peut-être que je surestimais mes forces, peut-être qu’Asher avait raison, mais ça ne me plaisait pas pour autant. Puis pour aller mieux, est ce que je ne devais pas être dans un endroit où je puisse me sentir à l’aise ? A l’hôpital ce n’était pas le cas, même si j’arrivais à mentir à moitié en disant à Asher que j’allais bien. Je n’étais pas en forme, mais ça pourrait être pire. Ce qui m’intéressais le plus, c’était de savoir comment LUI se sentait. « Mieux depuis que t'es réveillée. » J’appuyais un peu plus ma tête sur sa main, une façon de lui faire passer tout ce que je pouvais ressentir pour lui. « Je me sens comme un chat quand tu me caresses les cheveux de la sorte. Et je te promets de toujours faire en sorte de revenir auprès de tout » Parce que je n’imaginais pas une vie sans Asher et surtout parce que je ne voulais pas le voir souffrir. Et je ne pensais pas que c’était possible, mais de voir Asher dans cet état, me rassurant sur le fait d’être orpheline. Il n’avait à prévenir personne, à supporter les questions de personnes et c’était quand même un réel soulagement. « C'est vrai. Mais il faut quand même que je prévienne Mila. » Mila était tellement une part de moi-même que je ne serais même pas surprise qu’elle puisse se douter de quelque chose. Un peu comme les jumelles qui pouvaient sentir la douleur de l’autre. « Je peux la prévenir si tu préfères » Je ne voulais pas non plus devenir un boulet pour lui plus capable de faire quoique ce soit. Même si je devais avouer que je n’avais aucune idée de où pouvait se trouver mon téléphone portable. Je ne savais plus grand-chose à l’heure actuelle. Juste qu’Asher était là et c’était le plus important à mes yeux. Même si voir sa petite moue inquiète n’inquiétait quelque peu. « T'imagines si t'avais été enceinte ? Et t'imagines si on avait des enfants roux ? » Je fermais les yeux à ses paroles, ne préférant pas y penser, mais ses mots se faisaient une place beaucoup trop grande dans mon esprit. « Je préfère ne pas y penser » Pourtant je n’y arrivais pas. Perdre un enfant était déjà une chose horrible, perdre l’enfant d’Asher ? Je n’étais même pas sûre que je pourrais m’en remettre. L’idée qu’on puisse avoir des enfants me rendait heureuse, mais imaginer le pire pourrait me faire perdre les pédales. « Comment j'vais faire pour te laisser partir travailler sereinement maintenant ? » Les mots d’Asher me brisait le coeur, je ne voulais pas qu’il s’inquiète pour moi. Je ne voulais pas que mon métier puisse devenir un problème entre nous, que ça devienne un sujet de dispute. Alors je resserrer ma prise sur sa main, même si j’aurai aimé le sentir plus proche de moi. J’aurai aimé pouvoir le prendre dans mes bras. « C’est un message pour me dire que tu veux que je change de boulot ? » Je pourrais le comprendre, mais pas l’accepter. Ce boulot c’était une partie de ma vie que je ne pouvais pas renier. Faire équipe avec James c’était quelque chose que je ne pouvais pas mettre de côté. En reprenant le boulot je serais aussi effrayée qu’Asher, mais je n’arrivais pas à imaginer une autre carrière. Pas pour le moment en tout cas. « De toute évidence on a le temps avant que ça n’arrive » C’était lui qui m’avait parlé d’une semaine dans cet endroit, de soins et de repos.. « Avant tout ça, on pourra programmer nos premières vacances ensemble et on pourra faire du sexe toute la journée. » Je n’étais pas heureuse de me retrouver ici, mais la perspective de pouvoir partir avec Asher, de pouvoir passer autant de temps avec lui me faisait plaisir. A un détail près. « Rassure moi, tu voudras quand même faire l’amour avec moi ? Tu vas pas me dire que je suis trop fragile ou ce genre de chose ? » Parce que si c’était le cas je me mettais à pleurer et surtout à faire la tête. Une fois que je sortirais de cet hôpital, il n’aurait aucune excuses pour ne pas me toucher.




lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1252
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Giovanni Esposito ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone ≡ Joren De Hoop
I've got one last chance [Asher] Vide

Re: I've got one last chance [Asher] ✻ ( Ven 29 Mar - 12:16 )

I've got one last chance
SASHER

Asher aurait dû se douter que sa petite-amie n'allait pas sauter de joie à l'idée de passer quelques jours à l'hôpital. Sarah n'est pas exactement le genre de personne qui supporte d'être alitée pour une période plus ou moins longue. Il peut aussi comprendre qu'elle n'ait pas spécialement envie de rester seule dans cette chambre. Lui-même hurlerait au scandale si on le forçait à rester ici plus de trois jours. Les hôpitaux, ça a toujours quelque chose d'étouffant et de déprimant. Pourtant, il ne compte pas aider Sarah à sortir d'ici en douce. Il suppose qu'après avoir été blessée par balle, elle ne peut pas simplement sortir dans l'espoir de reprendre le cours de sa vie. Si elle veut se remettre de cet accident au plus vite, Sarah va devoir accepter de se reposer. Asher, il ne cédera pas. Il a tellement eu peur qu'il préfère la savoir entre de bonnes mains le temps qu'elle soit de nouveau sur pied. « Tes arguments sont nuls et non, je te laisserai pas avoir raison. N'importe qui serait d'accord avec moi, pour une fois. » Étant donné les circonstances, Asher peut aisément demander à prendre quelques jours de congé. Même si Nat aime bien jouer les boss sévères, il la connait assez pour savoir qu'elle peut se montrer compréhensive dans certaines situations. Et même si elle ne veut pas accorder à Asher les jours qu'il demande, il les prendra quand même. Il n'a pas vraiment peur de se faire virer, Asher. Ce n'est pas comme si ce job était celui de ses rêves. Il serait capable de sauter de joie si on décidait effectivement de mettre fin à son contrat. Sarah finit par se rendre compte qu'elle n'est pas vraiment en position de négocier quoi que ce soit, comprend qu'Asher ne changera pas d'avis. Il sourit et hoche la tête. « Enfin un peu de bon sens. » Même si Sarah a les yeux ouverts, il continue à paniquer intérieurement. Cette histoire lui a foutu un sacré coup au moral et il sait d'avance qu'il aura du mal à quitter cette chambre ne serait-ce que deux secondes. Il esquisse un sourire face à sa promesse, en se disant qu'elle ne peut malheureusement rien garantir. Il ne le lui dit pas de vive voix, mais ça ne l'empêche pas de le penser très fort. Sarah, elle s'expose quotidiennement à de gros dangers. Il y a certainement pas mal d'éléments qu'elle peut contrôler mais Asher doute qu'elle ait la moindre influence sur le comportement des gens qu'elle a en face d'elle. Et jusqu'à preuve du contraire, elle ne peut pas vraiment choisir entre vivre ou mourir. Ce n'est pas de son ressort, ce n'est pas elle qui peut décider de survivre à l'impact d'une balle ou non. Pas même lui. Une petite part de lui a malgré tout envie de croire que Sarah tiendra toujours sa promesse. Pour seule réponse, Asher se redresse et dépose un bref baiser sur les lèvres de la jeune femme. Aujourd'hui, Sarah a survécu. C'est sans doute le plus important. Et ça, il va devoir en informer Mila. « Non, t'en fais pas. Je m'en occupe. Toi, tu te reposes. » Avant de prévenir Mila, il veut profiter un peu de Sarah. À partir du moment où la brune sera au courant, il sait qu'il aura du mal à l'avoir pour lui tout seul. D'autant plus qu'il compte aussi prévenir sa famille à lui, qui ne manquera probablement pas de venir la voir. Accessoirement, Asher a besoin de se remettre de ses émotions. S'il appelle qui que ce soit maintenant, il risque de fondre en larmes et tout le monde s'imaginera le pire. Les pensées d'Asher fusent dans son cerveau. Il repense à cette nuit où il croyait que Sarah était enceinte, se demande ce qu'il se serait passé si elle attendait un enfant au moment où on lui a tiré dessus. Et il se demande aussi comment il fera à l'avenir pour la laisser partir travailler sans avoir la boule au ventre. Asher secoue la tête négativement quand elle lui demande s'il essaye de faire passer un message. « Non. C'est pas ça. Je sais bien que ton travail est important pour toi. » Mais dans le fond, il espère être important, lui aussi. Il ne lui demandera cependant jamais de quitter son travail, d'abandonner son équipe. Il n'est pas assez égoïste pour ça. « J'me pose juste des questions. » Qu'il dit en haussant les épaules. Elle dit qu'ils ont le temps avant de penser à tout ça, mais Asher, il n'en est pas si sûr. « Tu sais pas. Peut-être que demain, tu vas tomber enceinte. Je te demanderais jamais de quitter ton travail, si jamais ça arrivait. Et en même temps, j'ai pas envie qu'on prenne de risque. Alors oui, c'est bizarre que d'un coup, j'pense à tout ça alors qu'en temps normal j'ai tendance à dire chaque chose en son temps. C'est juste que... Enfin, on sait tous les deux que tu peux pas me promettre que tu seras toujours en sécurité. » Il n'as pas tellement de solution à apporter au problème qu'il pose. Il n'a pas envie d'être égoïste, de priver Sarah d'un travail qu'elle aime. Asher est persuadé qu'ils trouveront une alternative qui puisse leur convenir à tous les deux. Le souci, c'est qu'actuellement, il ne sait pas quelle serait cette alternative. En temps normal, Sarah est celle qui pense à tout. Celle qui recadre Asher quand il a tendance à divaguer. Aujourd'hui, ils inversent les rôles. Ça a eu moins le don de faire sourire le garçon. « Je voudrais toujours faire l'amour avec toi, Sarah. » Qu'il répond en riant. « Même comme ça, je trouve que t'es la femme la plus belle du monde. » Il le pense vraiment, Asher. Il pense vraiment que Sarah restera toujours la plus belle des femmes dans son cœur. « Tu crois que tu vas pouvoir partir en vacances dans cet état ? » Demande-t-il avec sérieux. Ce n'est pas qu'il n'en a pas envie, au contraire. Il serait ravi de pouvoir découvrir de nouveaux horizons avec Sarah. « Et tu voudrais aller où, d'ailleurs ? C'est quoi la destination de tes rêves ? » Asher plante son regard dans le sien, attendri. Il serait prêt à l'emmener à l'autre bout du monde si elle le lui demandait.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Sarah Miller
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 23/07/2017
›› Commérages : 884
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Meghann Fahy
›› Schizophrénie : Paul McMahon ∞ Helena Lewandowski ∞ Pio Esposito ∞ Martin Palmer ∞ Emmy Nelson-Riley ∞ Oscar Pierce ∞ Declan Pryce ∞ Dan Fumero
I've got one last chance [Asher] Vide

Re: I've got one last chance [Asher] ✻ ( Mer 3 Avr - 21:02 )












Je devrais être habituée à ce qu’Asher finisse par avoir gain de cause, mais quand même je n’étais pas contente, et il pouvait dire ce qu’il voulait mes arguments n’étaient pas si nul que ça et notre pauvre Yoko allait sûrement très mal vivre le fait d’être toute seule, mais en même temps sans Asher à mes côtés j’allais sûrement finir complètement folle dans cet hôpital. J’avais envie de le supplier de rester dormir avec moi, mais ça serait bien trop égoïste et puis surtout dans cet hôpital les lits doubles ça n’existait pas et c’était bien trop nul. Même s’il le voulait, Asher ne pourrait jamais dormir à côté de moi et il était hors de question qu’il se contente d’un fauteuil, alors oui je consentais à rester ici tranquillement, mais vraiment parce qu’il ne me laissait pas le choix, et avec tout ce qui venait d’arriver, je n’avais pas envie de le contrarier non plus.
Ce qui venait de se passer n’était pas facile à vivre, ni pour lui, ni pour moi et pourtant on allait devoir apprendre à gérer tout ça. Il allait devoir apprendre à me laisser partir sans avoir peur et surtout il pouvait compter sur moi pour toujours revenir à ses côtés chaque nuit. En attendant, c’était à lui que revenait la lourde tâche de prévenir tout le monde. Même si je n’avais pas de famille, il fallait au moins prévenir Mila et je m’en voulais de lui faire subir tout ça. J’étais prête à lui téléphoner moi-même si cela l’arrangeait. « Non, t'en fais pas. Je m'en occupe. Toi, tu te reposes. » Il était beaucoup trop adorable et encore une fois je me rendais ompte que je pourrais tuer pour lui, sans me poser la moindre question. « T’es sûr ? » S’il refusait de me laisser partir, je pouvais au moins insister sur ce point. Mila allait lui poser des centaines de questions, elle allait s’inquiéter et inquiéter Asher, alors oui je comprendrais qu’il refuse de passer cet appel.
Tout comme je comprenais son inquiétude quand je reprendrais le boulot. Je ne savais pas s’il tentant de me faire passer un message, mais cela me remuait quelque peu l’estomac. Je ne voulais pas laisser tomber mon boulot et mon équipe. « Non. C'est pas ça. Je sais bien que ton travail est important pour toi. » C’était une vocation depuis ma sombre histoire de poulet volé dans une ferme. « J'me pose juste des questions. » C’était son droit le plus ultime, mais généralement se poser trop de question n’était jamais bon pour la santé. « On a le temps pour ça Asher » Vraiment, je pensais vraiment qu’on aurait 50 000 autres occasions de se poser des questions. « Tu sais pas. Peut-être que demain, tu vas tomber enceinte. Je te demanderais jamais de quitter ton travail, si jamais ça arrivait. Et en même temps, j'ai pas envie qu'on prenne de risque. Alors oui, c'est bizarre que d'un coup, j'pense à tout ça alors qu'en temps normal j'ai tendance à dire chaque chose en son temps. C'est juste que... Enfin, on sait tous les deux que tu peux pas me promettre que tu seras toujours en sécurité. » Je ne pensais pas qu’on aurait cette conversation aussi tôt, avant même d’avoir des enfants, mais effectivement on allait devoir y réfléchir sérieusement, mais tout de suite cela me semblait bien trop rapide. « C’est effectivement une promesse que je ne peux pas faire, pourtant j’ai envie de te la faire. Parce que je n’imagine pas un jour sans toi » Ce n’était pas forcément l’heure des grandes déclarations, mais je voulais qu’Asher comprenne qu’il était plus important que n’importe quel boulot ou n’importe quelle personne dans ce monde. « Tu passeras toujours avant le reste, et quand j’aurai la chance d’être enceinte, je ne prendrais jamais le moindre risque pour notre enfant. » Il pouvait s’inquiéter pour moi, mais jamais sur les choix que je ferais pour nous. C’était encore loin, mais il n’avait pas à s’inquiéter. Puis pour qu’il y ait un enfant, il faudrait encore qu’Asher accepte de faire l’amour avec moi, et pour ça je devais avouer que j’avais des gros doutes et je n’hésitais pas à lui poser la question. Et en fonction de sa réponse, peut-être qu’il risquait de dormir seul pendant très longtemps. « Je voudrais toujours faire l'amour avec toi, Sarah. » Je le regardais quand même en plissant les yeux, pleine de suspicion. Je ne doutais pas de lui, je savais qu’il était sincère, mais quelque chose en moi me disait qu’il y avait une entourloupe. « Donc si je te demande de me faire l’amour, là maintenant tout de suite tu dis oui ? » D’accord je me sentais pas en état et il faudrait qu’Asher fasse tout le boulot, mais je voulais savoir. « Même comme ça, je trouve que t'es la femme la plus belle du monde. » J’étais dans un état tellement particulier que je sentais les larmes me venir tant j’étais heureuse par cette simple phrase. Chaque jour Asher arrivait à trouver une phrase pour me faire sentir encore plus amoureuse de lui que je ne l’étais déjà. Cet homme arrivait à rendre l’impossible, possible. « C’est moche de mentir Asher, mais j’apprécie l’effort. Tu sais que toi aussi t’es beau. Sur une échelle de 1 à 10, t’es au moins à 8000 » Et encore je trouvais que ce n’était pas suffisant, mais je ne voulais pas qu’il prenne la grosse tête.
Puisque j’étais condamné à ne pas travailler pendant un moment, je trouvais que c’était l’occasion parfaite pour nous de partir en vacances. On se supportait au quotidien, alors nos premières vacances ensemble devraient se passer de manière idyllique. « Tu crois que tu vas pouvoir partir en vacances dans cet état ? » Il allait vraiment me contrarier avec ce genre de phrase, puis après il osera dire qu’il voudra toujours faire l’amour avec moi, mais partir en vacances c’était trop dangereux. « Je suis pas en sucre Asher. Quand les médecins me laisseront partir, je pourrais faire presque tout ce que je veux » Parce que j’imaginais quand même que j’aurai des contres indications. « Et tu voudrais aller où, d'ailleurs ? C'est quoi la destination de tes rêves ? » J’essayais de réfléchir, mais je ne pensais pas avoir de destination de rêve. « J’ai déjà fait l’Islande, alors je suis une femme comblée, pour le reste je sais pas » D’ailleurs je gardais un merveilleux souvenir de l’Islande, et je serais la plus heureuse d’y retourner avec Asher. « Dit moi ce que tu préfère toi. Parce que c’est pas que mes vacances c’est aussi les tiennes » Asher pouvait bien passer la vie à me faire plaisir, j’aurai toujours envie d’en faire de même avec lui. Pour lui j’étais certainement prête à caresser une tarentule, même si ça me faisait mourir de peur. « Tu serais plus soleil ou montagne ? Farniente ou balade découverte? » Dans tous les cas je serais d’accord pour partir. « Tu sais ce qu’on peut faire aussi. Faire plein de papier avec des destinations qui nous font envie et puis on tire au sort et on garde les autres papiers pour les prochaines prochaines vacances. » Même dans mon état, j’avais l’impression d’avoir eu une idée de génie et je me sentais plutôt fière de moi.




lumos maxima


† we're not broken just bent.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Asher James
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 1252
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Taron Egerton
›› Schizophrénie : Joan Pryce ≡ Giovanni Esposito ≡ James Campbell ≡ Calie Washington ≡ Rose Milligan ≡ Kate Rhodes ≡ Brane Malone ≡ Joren De Hoop
I've got one last chance [Asher] Vide

Re: I've got one last chance [Asher] ✻ ( Dim 14 Avr - 18:03 )

I've got one last chance
SASHER

Avec Asher, c'est tout ou rien. Autant il peut se montrer très passif dans certaines situations, autant il peut rapidement se laisser submerger par une vague de panique dans d'autres. Présentement, le jeune homme estime avoir une bonne raison d'être angoissé. Sarah, elle a quand même failli mourir. Si la balle l'avait touchée à un autre endroit, plus dangereux et plus critique, elle ne serait peut-être plus en mesure de lui sourire à l'heure actuelle. Évidemment qu'il ne peut que se rendre compte de la chance qu'il a, de toujours avoir sa petite-amie en vie. Il n'empêche que cet accident fait émerger une multitudes de questions dans la tête d'Asher. Même si lui et Sarah plaisantent souvent sur le fait d'avoir des bébés roux, il a sincèrement envie d'avoir des enfants. Il a envie de foncer une famille avec Sarah. Bien qu'il en ait toujours eu plus ou moins conscience, cette conviction se renforce dans son esprit. Étant donné ce qu'il vient de se passer, Asher s'imagine aussi le pire. Il se demande où ils en seraient actuellement si elle avait été enceinte. Et il se demande comment ils feront lorsqu'elle le sera vraiment. Asher n'a pas envie de forcer sa petite-amie à quitter un travail qui représente une grande partie de sa vie. Il sait à quel point sa vie professionnelle est importante, et il n'est pas assez égoïste pour lui demander de se consacrer exclusivement à eux et leur éventuelle famille. C'est sans doute pour ça que ça l'angoisse autant. Il n'a aucune idée de la manière dont ils peuvent gérer une telle situation. Si en temps normal il n'est pas contre la possibilité de vivre dans le flou, il a aujourd'hui besoin de réponses. Mais c'est encore trop tôt et Sarah le lui fait comprendre. Il se contente de la regarder, sans rien dire. Il sait que s'il l'ouvre, il va s'énerver. Ne pas savoir à quoi s'en tenir, ça l'agace. Il voudrait que Sarah lui dise concrètement comment elle compte s'y prendre pour se protéger de tous les dangers qu'elle encourt. Asher n'est pas le genre de personne à s'interroger au point de ne plus en dormir la nuit. Quand il a des questions, il lui faut obligatoirement des réponses. Pourtant, il comprend qu'il n'obtiendra rien tant qu'il ne sera pas devant le fait accompli. Pour aujourd'hui, il accepte de baisser les bras. Pour aujourd'hui seulement. Le garçon se connait assez pour savoir qu'à un moment ou un autre, il va exploser. Il n'est pas doué pour contenir ses émotions, Asher. C'est rare qu'il le fasse. Il fait une exception, conscient que Sarah n'a surtout pas besoin qu'on lui hurle dessus maintenant. Asher se radoucit quand elle lui parle de faire l'amour. Il ne vit pas que pour le sexe, mais faire l'amour avec Sarah est une activité dont il ne se lassera jamais. « T'es en train de me piéger ? » Qu'il demande, à moitié amusé. « J'vais dire oui, pour pas te contrarier. Mais on sait tous les deux que là, maintenant, c'est toi qui va pas vouloir que je te fasse l'amour. » À moins qu'elle soit capable de résister à toutes les pires douleurs du monde, auquel cas Asher ne peut qu'exprimer toute son admiration. Il est malgré tout certain qu'elle l'arrêtera en plein élan à cause de sa blessure. À défaut de lui faire l'amour, il la complimente. C'est probablement cliché mais il le pense vraiment. Quand il aperçoit les larmes au coin de ses yeux, il fronce un peu les sourcils et resserre sa main autour de la sienne. « J'ai dit quelque chose de mal ? » Apparemment pas. Sarah est juste heureuse. « Je mens pas, et merci. Même si je m'attendais plutôt à un 8 004 sur 10. » Ce sont les quatre points qui font toute la différence. « Moi je suis généreux, je te mets un 10 000. Toujours sur une échelle de 1 à 10, évidemment. » Il se redresse et dépose un baiser sur les lèvres de Sarah. Comme pour confirmer cette note. Malgré la gravité de la situation, Sarah n'en retient que le meilleur : sa convalescence devrait pouvoir lui permettre d'obtenir des vacances. Dans un premier temps, Asher s'inquiète de savoir si la rouquine pourra vraiment voyager en dépit de sa blessure. Il se mordille la lèvre inférieure en entendant sa réponse, et puis après un bref moment d'hésitation il se dit que ça ne peut que leur faire du bien. Reste à savoir où ils peuvent partir. « J'vais finir par être jaloux des islandais. » Qu'il dit, un sourire au coin des lèvres. Il ne comprendra jamais l'obsession de Sarah pour les islandais. Lui, il les trouve tous moches. « Je sais pas. J'ai envie de tout. » Finit-il par dire en haussant les épaules. Il n'a jamais voyagé, Asher. Pour lui, Chicago était synonyme de grande aventure, la seule qu'il ait eu la chance de vivre. « On peut faire ça, oui. Mais j'ai peur qu'on mette des destinations qui nous fassent moins envie que qu'on tombe dessus. J'vais être déçu si ça arrive. » Dans le fond, il préfère de creuser les méninges pendant des heures plutôt que de laisser le choix de ses prochaines vacances avec Sarah au hasard. « Ça te ferait plaisir de repartir en Islande ? » Il sait que oui, ce qui rend sa question assez idiote. « Sinon, j'ai toujours rêvé d'aller dans le Colorado. C'est peut-être pas aussi exotique que les Îles Canaries, ni même aussi dépaysant que l'Islande mais je sais pas... Mes parents ont toujours adoré y aller. À force de voir les photos, ça m'a donné envie d'y aller aussi. T'en penses quoi ? » Mentalement, il prépare déjà d'autres propositions au cas où elle ne voudrait pas du Colorado.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    mephobia (noun) fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞
I've got one last chance [Asher] Vide

Re: I've got one last chance [Asher] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

I've got one last chance [Asher]

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération