I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan]

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Paul McMahon
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/06/2017
›› Commérages : 758
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Robbie Amell
›› Schizophrénie : Sarah Miller ▪️ Julia Wells ▪️ Pio Esposito ▪️ Martin Palmer ▪️ Emmy Nelson-Riley ▪️ Oscar Pierce ▪️ Declan Pryce ▪️ Dan Fumero
I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] Vide

I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] ✻ ( Dim 24 Mar - 22:24 )












Depuis que Joan était venu s'installer avec moi, je ne m'étais jamais senti aussi heureux, aussi bien dans ma tête et dans ma vie. Elle apportait vraiment tout ce qu’il me manquait et chaque jour au réveil en la voyant à mes côté je me sentais chanceux. Il était loin le moment où elle n’était que ma meilleure amie, où on se demandait si c'était vraiment une bonne idée et si on ne risquait pas de tout gâcher entre nous. Désormais c'était une certitude pour moi, c’était Joan et pas une autre. Et je savais que terminerai ma vie avec elle. Je ne voyais pas d'autre solution de toute façon.
Évidemment ce n'était pas tous les jours facile, depuis que Joan avait emménagé en plus de me battre avec les cartons et le lit de William pour le monter je m'étais aussi battu avec Zeus. A son arrivée pendant 1h on s’était défié du regard sans rien dire. Pour lui c’était normal, mais moi j’essayais vraiment d’imposer ma présence. Puis après j’avais réalisé que c'était juste un chat et que c'était assez ridicule. J’avais pris aussi énormément de plaisir à aménager la chambre de William avec Joan et j’avais hâte de pouvoir lui faire des enfants, de devenir papa et d'être complètement Gaga.

Aujourd'hui n'était pas différent des autres jours, en ouvrant les yeux et en me tournant sur le côté j'étais content de voir Joan. Elle était encore toute endormie , ses cheveux ressemblaient à un champ de bataille mais je la trouvais tout simplement magnifique. Je pourrais rester des heures à l'observer de la sorte mais ça serait peut être un peu creepy. Alors je me contentais de le faire seulement quelques, je déposais un léger baiser sur son front et sortait du lit sans la réveiller.
Évidemment en sortant de la chambre je fus accueilli par les miaulements de Zeus que j'ignorais royalement pour aller voir William. Cet enfant était comme sa mère. Aussi adorable et aussi endormie. J'avais donc tout le temps pour préparer le petit déjeuné. Comme on était dimanche j’aurai pu pousser le vice à aller chercher des fleurs et tout ça mais j’avais un peu la flemme, par contre j'espérais que Joan serait impressionnée par ma tentative de faire des pancakes. Alors oui le thermomix faisait tout pour moi, mais la cuisson j’allais devoir gérer tout seul et c'était ce qui m’inquiétait le plus. Mais au final j'avais eu peur pour rien, bon okay la première fournée avait été mise à la poubelle pour cause de cuisson trop intense, mais les autres avaient l’air tout à fait mangeable.
A croire que l’odeur était alléchante, même pour Zeus parce qu’il venait une nouvelle fois me miauler dessus. Comme je n'étais pas une personne horrible, je lui accordais quelques caresses avant de remplir son bol de croquettes. C'était aussi ce moment que William avait décidé de se réveiller et avant qu’il ne puisse réveiller Joan j’allais le chercher pour m’occuper de lui. C’était notre moment rien qu'à nous et après l’avoir changé et lui avoir donné à mangé, je m’installais dans le canapé avec lui en lui racontant tout ce qui me passait par la tête. En tout cas il avait l’air très passionné par ce que je racontais. On était tellement à fond que je n’avais pas entendu Joan descendre. Ce n’est qu’en levant la tête pour réfléchir à quelque chose que je la voyais nous observer en souriant. “oh regarde William qui vient de nous rejoindre, c’est ta jolie maman” Sans attendre Joan nous rejoignait dans le canapé et j’en profitais pour capturer ses lèvres pour quelques secondes. “Bonjour vous” .

La matinée se passait dans le plus grand des calmes mais à une vitesse que Joan et moi n'avions réussi à gérer. On était dimanche, qui disait dimanche disait repas de famille chez les Pryce, mais il était déjà 11h45 et Joan n'était toujours pas prête, avec William on était tranquillement installé dans le lit en train de la regarder s’agiter dans tous les sens. C'était assez drôle quand même et je regrettais presque de ne pas avoir mon téléphone à portée de main pour pouvoir la filmer. “ Maintenant qu’on est déjà en retard tu peux ralentir le rrythme un peu plus ou un peu moins ça fera pas de grande différence” Est ce que Joan m'entendais ? Oui j’en étais sûr. Est ce qu'elle m'écouter ça c’était une autre question. “Tu crois qu'on aurai du acheter des fleurs ou des chocolats à ta mère ?” Je ne ramenais jamais rien à ma mère, mais je devrais sûrement faire des efforts pour ma belle-mère. Je me sentais dans le doute maintenant. “Tu sais que tu es magnifique ?” Elle avait enfin arrêté de s'agiter partout et je trouvais important de lui dire à qu’elle était belle et surtout prête à partir.





lumos maxima


† Happier with you
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Joan Pryce
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/07/2017
›› Commérages : 1534
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Italia Ricci
›› Schizophrénie : Asher James ✩ Giovanni Esposito ✩ James Campbell ✩ Calie Washington ✩ Rose Milligan ✩ Kate Rhodes ✩ Brane Malone ✩ Joren De Hoop
I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] Vide

Re: I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] ✻ ( Dim 31 Mar - 19:21 )

I feel like our ship's going down tonight,
but it's always darkest before the light
Paul & Joan

Joan se réveille en sursaut d'un mauvais rêve et panique quand sa main ne touche qu'une place vide à côté d'elle. La brune relève rapidement la tête, regarde brièvement l'heure qu'il est, et se rassure en se disant que Paul doit déjà être débout depuis un moment. Elle prend cinq minutes pour elle, pour se remettre de ses émotions et émerger complètement. Elle n'a pas très bien dormi, Joan. Elle s'est endormi tard et en plus, elle a eu le droit à un sommeil agité. Quand enfin elle s'en sent capable, la brune sort du lit et passe par la chambre de William. Elle ne découvre qu'un berceau vide, comprend que son fils doit être en bas avec Paul. Alors elle descend les escaliers et tend l'oreille. Elle entend Will gazouiller joyeusement pendant que Paul lui raconte tout ce qu'il lui passe par la tête. Avant même d'atteindre le salon, Joan sourit déjà jusqu'aux oreilles. Elle fait le moins de bruit possible, se poste dans l'encadrement de la porte, et regarde son petit-ami et son fils passer du temps ensemble. Cette image lui réchauffe instantanément le cœur, chasse son humeur un peu maussade. Elle se sent heureuse ici, dans cette maison, avec son meilleur ami qu'elle apprend à aimer et son petit garçon qui grandit si vite. Paul finit par la remarquer, alors elle ne traîne pas plus longtemps et vient les rejoindre. Elle dépose un long baiser sur les lèvres de Paul, puis sur la joue joufflue de William. « Bonjour à vous aussi. » Qu'elle souffle, le cœur gonflé de bonheur. Pendant un long moment, ils restent tous les trois sur le canapé et profitent tranquillement de cette journée calme. Ce n'est qu'en fin de matinée que Joan s'active un peu. Comme pratiquement tous les dimanches, c'est repas de famille chez les Pryce. Et comme pratiquement tous les dimanches, Joan est en retard. Elle court dans tous les sens, essaye de faire deux choses en même tête pour être plus efficace. Qu'on se le dise : ça ne marche pas du tout. Joan, elle ne fait que se dissiper. « Ahahah. Très drôle. C'est facile pour toi de dire ça ! Tes cheveux, ils se mettent bien du premier coup. Un peu de gel et pouf, le tour est joué. Désolée Monsieur McMahon de ne pas avoir une chevelure aussi parfaite que la tienne. » Elle râle un peu, surtout pour la forme. Elle revient dans la chambre, finalement prête. « OLALA je sais pas. J'y ai pas pensé. Je lui offre jamais rien, j'ai l'impression d'être une fille indigne maintenant. » Qu'elle dit en faisant la moue. « J'ai acheté des chocolats hier. Il en manque déjà deux ou trois mais c'est mieux que rien, non ? » Et elle anticipe déjà la réflexion de Paul. « C'est pas moi qui les ai mangés. C'est Will. » Oui, Joan commence à accuser son fils pour tout et n'importe quoi. L'avantage, c'est qu'il est encore trop petit pour parler et dire la vérité. Il est aussi trop petit pour manger des chocolats mais ça, ce n'est qu'un détail. Comme d'habitude quand Paul la complimente, la brune rougit. C'est plus fort qu'elle. « Arrête d'être aussi parfait. » Elle l'attrape par le menton et dépose un généreux baiser sur ses lèvres, toute heureuse. Maintenant que leur petite famille est prête, ils prennent la route vers la maison familiale des Pryce. Joan n'a pas le temps de franchir le pas de la porte d'entrée que toute la famille se rue sur William. « Ah super. Moi aussi je suis contente de vous voir. Je vous aime très fort, vous savez. » Tout ce qu'elle dit glisse sur les rails de leur indifférence. Les Pryce n'ont d'yeux que pour le petit garçon, qui enchaîne les sourires face à autant d'attention. Passé le moment des retrouvailles, tout ce beau monde se réunit autour de la table. Le repas commence dans la joie et la bonne humeur, chacun prenant le temps de raconter les péripéties de la semaine. Ils parlent d'Evan aussi, qui a décidé de prendre le large une nouvelle fois. « Et toi, comment s'est passé ta semaine Peter ? » À l'entente du prénom de son ex, Joan reprend gentiment sa mère. « C'est Paul, maman. » Elle la reprend une fois, deux fois, trois fois, et au final, elle arrête de compter. Au fur et à mesure du repas, Joan voit son petit-ami se replier sur lui-même. Les garçons aussi, s'en rendent compte. Ils essayent de faire sourire Paul, sans y arriver une seule fois. Lorsque le repas touche à sa fin, Joan se sent presque soulagée. « Oh, vous voulez pas rester plus longtemps ? Vous allez rater le skype avec Evan ! » Joan aimerait bien rester. Mais elle sent que si sa mère appelle une autre fois son petit-ami Peter, il va exploser. Et elle peut le comprendre. « Le frère de Paul doit passer ce soir et on a encore rien préparé. Mais vous ferez un bisou à Evan de ma part ! » Le couple regagne la voiture après avoir embrassé tout le monde et Joan, elle se sent un peu mal-à-l'aise pendant le trajet. Elle parle toute seule, se heurte à un Paul de mauvaise humeur. Ce n'est qu'une fois à la maison, quand William est mis au lit pour la sieste, qu'elle cherche à crever l'abcès. Elle rejoint Paul dans leur chambre et s'assoit sur le lit. « T'as décidé de me faire la tête ou on peut parler ? » Qu'elle demande, prudemment.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    poor (adjective) when you have too much month at the end of your money.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Paul McMahon
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/06/2017
›› Commérages : 758
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Robbie Amell
›› Schizophrénie : Sarah Miller ▪️ Julia Wells ▪️ Pio Esposito ▪️ Martin Palmer ▪️ Emmy Nelson-Riley ▪️ Oscar Pierce ▪️ Declan Pryce ▪️ Dan Fumero
I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] Vide

Re: I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] ✻ ( Dim 14 Avr - 17:16 )












Voir Joan s’activait dans tous les sens pour essayer d’être prête sans trop de retard c’était assez drôle à voir. William et moi on était plutôt tranquille à l’observait et je me mettais à croire qu’un jour peut-être on arriverait à l’heure. Mais ce n’était pas pour aujourd’hui et parce que j’osais faire une remarque sur notre retard. Joan se mettait à râler. Elle était drôle, mais ce n’était pas facile d’entretenir une chevelure comme la mienne non plus. C’était des minutes de travaille acharné. « C’est pas aussi facile que tu le crois. Faut donner l’effet voulu sans que ce soit trop parfait, sinon j’ai vite la tête d’un communiant qui sort de la messe » J’inspirais confiance, ce n’était pas de ma faute. J’étais le genre de personne dont les grands-mère pinçaient les joues parce que j’étais gentil et serviable. Ce n’était pas facile à vivre tout les jours. J’étais aussi le petit ami parfait qui se demandait si on devait ramener des fleurs ou des chocolats à sa belle-maman. « OLALA je sais pas. J'y ai pas pensé. Je lui offre jamais rien, j'ai l'impression d'être une fille indigne maintenant. » Absolument pas, j’y ai pensé parce que j’étais le petit nouveau de la famille et qu’il fallait encore que je fasse bonne impression. Bien que maman Pryce me connaissait depuis presque toujours. « Tu peux lui présenter la venue de William comme un cadeau à perpétuité » Pour une grand-mère j’étais sûre que c’était largement suffisant. « J'ai acheté des chocolats hier. Il en manque déjà deux ou trois mais c'est mieux que rien, non ? » J’allais ouvrir la bouche pour parler, mais Joan m’en laissait pas le temps. « C'est pas moi qui les ai mangés. C'est Will. » Bien sur, ça allait passer comme une lettre à la poste. « C’est sûr qu’il n’y a aucune faille dans ton plan » Comme le fait que William ne mange pas de chocolat. On allait dire que ce n’était qu’un détail.
La seule chose qui n’était pas un détail, c’était que Joan était absolument magnifique. « Arrête d'être aussi parfait. » J’étais loin de l’être, mais j’acceptais la phrase avec grand plaisir, tout comme le baiser qui venait avec. Et maintenant qu’on était tous prêt, on pouvait enfin partir.

Comme à chaque fois qu’on allait chez les parents de Joan, William était la star de la journée. Ce qui admettons le m’arrangeait plutôt bien, comme ça je pouvais rire des blagues nulles de Sebastian et Declan dans le plus grand des calmes. Enfin ça c’était avant que mon adorable belle-mère m’appelle par le prénom de Peter. J’essayais de faire des efforts avec lui, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi difficile. Joan reprenait sa mère, mais au bout de la 10 fois ce n’était absolument plus nécessaire et même les blagues de Declan ne me faisait plus rire. Je restais dans mon silence et tant pis si cela pouvait mettre tout le monde mal à l’aise. Je savais que la mère de Joan n’acceptait pas vraiment notre relation, mais je ne pensais pas que c’était à ce point et surtout je ne comprenais pas le but. M’appeler par le prénom de Peter m’énervait au plus au point et surtout me faisait sans cesse dire que jamais je n’arriverais à prendre sa place. Avec Joan j’avais réussi à me faire à l’idée, et surtout je le comprenais. Mais ce repas venait de tout remettre en cause. J’étais fatigué de devoir me battre contre lui alors qu’il n’était même pas là.
Heureusement le repas prenait fin et on pouvait rentrer à la maison tranquillement même si cela voulait dire qu’on allait rater le skype avec Evan. Joan pouvait rester si elle le voulait, mais moi c’était bon, j’étais à bout de patience. « Le frère de Paul doit passer ce soir et on a encore rien préparé. Mais vous ferez un bisou à Evan de ma part ! » J’apprécié fortement ce mensonge et le fait que Joan ne me lâche pas sur ce coup. Et c’était avec beaucoup de soulagement qu’on pouvait enfin quitter mon enfer sur terre. Même si j’étais content de partir, la tension ne me quittait pas pour autant et ma mauvaise humeur se rependait tout autour de moi. Dans la voiture j’écoutais Joan parler sans comprendre un seul moi de ce qu’elle me disait. J’étais dans mes pensées et ma mâchoire se contractait dès que Peter venait faire un tour dans ma tête.

En rentrant je balançais mon manteau dans le canapé, et je partais directement dans la chambre pour m’écrouler dans le lit en regardant le plafond. J’étais en colère, mais j’essayais de prendre sur moi et de relativiser. Je ne bougeais pas en sentant Joan s’asseoir sur le lit. « T'as décidé de me faire la tête ou on peut parler ? » Je soufflais un bon coup et me relevais pour observer Joan. « Je te fais pas la tête » Pas à elle directement en tout cas. « Et tu veux parler de quoi exactement ? » Parce que personnellement j’avais des tonnes d’idées en tête. « Du fait que ta mère n’arrive pas à se souvenir de mon putain de prénom alors qu’elle me connaît depuis tellement d’année que j’arrive pas à compter ? » Si c’était ça, j’étais ouvert mais il n’y avait pas grand-chose à dire. « Ou alors que je ne serais jamais assez bien pour toi si j’en crois ta mère ? » et tout ça pourquoi ? Parce que je n’avais pas la chance d’avoir un enfant avec Joan ? Ou parce que je l’empêchais d’avoir la famille que sa mère idéalise tant ? J’étais fatigué de toutes ces conneries.





lumos maxima


† Happier with you
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Joan Pryce
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 09/07/2017
›› Commérages : 1534
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Italia Ricci
›› Schizophrénie : Asher James ✩ Giovanni Esposito ✩ James Campbell ✩ Calie Washington ✩ Rose Milligan ✩ Kate Rhodes ✩ Brane Malone ✩ Joren De Hoop
I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] Vide

Re: I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] ✻ ( Mer 17 Avr - 21:44 )

I feel like our ship's going down tonight,
but it's always darkest before the light
Paul & Joan

Evan disait toujours qu'une fois à l'université, sa sœur ferait des ravages. Pour une sombre raison, il était persuadé que Joan se transformerait en croqueuse d'hommes capables d'enchaîner les petits-amis sans le moindre remord. Avec du recul, Joan ne sait pas s'il disait ça pour lui faire plaisir ou s'il le pensait vraiment. Toujours est-il que la brune n'a eu que trois petits-amis dans sa vie. Peter est celui qui est resté le plus longtemps. Celui avec qui toute la famille Pryce pensait que Joan allait se marier. Peter, il faisait partie intégrante de la famille. Il était là à chaque repas de famille, participait à chaque conversation. Et puis du jour au lendemain, il n'y avait plus de Peter. Évidemment que ses mensonges à répétition n'ont fait que ternir la belle image qu'avait Peter, mais il était quand même une pièce rapportée des Pryce. L'arrivée de William a compliqué les choses à certains niveaux.  Surtout quand Joan a commencé à sortir avec Paul. Si les frères de Joan se fichent pas mal de savoir avec qui elle partage sa vie, si le père de la jeune femme accepte parfaitement Paul au sein de la famille, ce n'est pas le cas de la mère. Elle s'est mise en tête que William ne pouvait pas s'épanouir complètement en sachant ses parents séparés. L'équilibre familial a toujours été d'une importance capitale pour elle, qui aurait aimé que sa fille pardonne une nouvelle fois Peter pour le bien-être de leur enfant. Elle ne le dit pas franchement, mais elle le pense sincèrement et ça se ressent dans chacune de ses phrases. Joan, elle n'aime pas sentir que sa mère met Paul à l'écart. Elle n'aime pas cette façon qu'elle a de juger son petit-ami actuel. La brune fait tout ce qu'elle peut pour que William soit heureux malgré tout, et elle souhaiterait juste que sa mère la soutienne. Elle pensait qu'avec le temps, elle finirait pas comprendre à quel point Paul est parfait pour elle. Sauf que plus le temps passe, moins elle ne voit d'amélioration. Joan ignore si confondre son ex avec Paul faisait partie d'un plan quelconque. Tout ce qu'elle sait, c'est que Paul en souffre et elle ne peut que le comprendre. Bien qu'elle lui épargne un repas de famille interminable, elle voudrait qu'ils parlent. Que Paul lâche tout ce qu'il a sur le cœur, même si ce n'est pas agréable à entendre. Juste au ton de sa voix, elle comprend à quel point cette histoire l'a mis en colère. « Oui, c'est de tout ça dont je veux parler. » Qu'elle dit d'une voix douce. Elle se mordille la lèvre inférieure, consciente qu'à tout moment, elle est capable de déclencher une dispute. « Tu sais qu'elle ne le fait pas exprès. C'est juste qu'elle était habitué à Peter. C'est rien, ça ne veut pas dire qu'elle ne t'aime pas. Elle te connait et elle sait très bien que tu seras toujours là pour me protéger envers et contre tout. » Elle tente un sourire, comme pour le rassurer. « Je suis désolée, Paul. Je sais que ma mère est dure et je comprendrais jamais son histoire de famille parfaite pour William. Je veux dire... Je comprends ses inquiétudes. Sauf que comme je te l'ai dit, Peter et moi, c'était pas fait pour fonctionner. Et vouloir absolument me pousser dans les bras d'un homme avec qui ça ne marchera jamais, c'est exactement ce qui ferait du mal à William. Je suis bien avec toi et je veux pas que tu doutes de quoi que ce soit à cause de ma mère. Elle peut penser ce qu'elle veut, je m'en fiche. Je sais ce que tu vaux et je sais que t'es assez bien pour moi. T'es même trop bien pour moi. » Elle se rapproche un peu de lui et essaye de capter son regard. « Ça lui passera. Et au lieu de penser à elle, tu peux penser à mon père ou à mes frères. Tu sais qu'ils t'adorent. » Étrangement, Joan n'a pas l'impression d'avoir réussi à rassurer Paul. Elle sent encore cette atmosphère un peu tendue et à vrai dire, ça la met relativement mal-à-l'aise.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    poor (adjective) when you have too much month at the end of your money.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞
I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] Vide

Re: I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

I feel like our ship's going down tonight, but it's always darkest before the light [Joan]

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération