We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy)

 :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 282
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Giovanni Esposito ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone ҩ Joren De Hoop
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Jeu 28 Mar - 21:45 )

We all are stranger creatures
than when we all started out as kids
Ozzy & Kate

Ça fait un moment qu'elle n'a pas vu Ozzy. C'est ce que Kate se dit en lisant le commentaire de l'allemand sous sa dernière publication instagram. Elle sourit alors qu'elle repense à la dernière soirée qu'ils ont passé ensemble, celle durant laquelle ils ont fini par couché ensemble sans trop savoir pourquoi. C'était spécial, agréablement surprenant. Après ça, ils ont repris le cours de leur vie comme si de rien n'était, ont volontairement fait l'impasse sur ce qu'il s'est passé. Ils ne se sont pas ignorés pour autant. Kate l'a brièvement croisé lorsqu'elle est venue trouver refuge chez lui après avoir perdu les clés de son appartement. Ils ont échangé quelques messages, aussi. Toujours sur le ton de la plaisanterie, essentiellement pour peaufiner un énième plan qui ne verra jamais le jour. Mais ils n'ont jamais reparlé de ça. De ce moment un peu particulier qu'ils ont partagé. Il faut admettre que parler ne fait pas partie de leurs points forts. Elle ne sait même pas ce qu'elle pourrait en dire, à part que c'était cool. D'autant plus que Kate, elle a retrouvé Adrian. Elle sait bien que ce n'est qu'une question de temps avant qu'une nouvelle bombe explose, parce qu'ils n'ont jamais vraiment pris le temps de trouver une solution à leur problème. Ils ont juste mis entre parenthèses cette violente dispute qui les a séparés et agissent désormais comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. Quant à Ozzy, la blonde suppose qu'il a dû retrouver Alix. Cette femme qu'elle a rencontrée totalement par hasard tandis qu'elle squattait le lit du Ackerman sans la moindre gêne. Ozzy n'a jamais rien dit à propos d'elle, mais Kate est loin d'être conne. Elle sait bien qu'il se passe quelque chose. Au final, ils ont tous les deux été se réfugier dans les bras de quelqu'un d'autre. Est-ce que c'est une excuse valable pour ne plus se voir du tout ? Kate, elle décide que non. Elle a envie de le revoir. Il ne lui en faut pas plus pour carrément appeler Ozzy et lui proposer une sortie en ville le soir-même. Il accepte sans la moindre once d'hésitation et c'est comme ça qu'ils se retrouvent en début de soirée, au parc. Ils s'enfilent la quasi totalité d'une bouteille de vodka à deux, puis commencent à réfléchir ensemble à ce qu'ils vont faire après. Kate est instantanément frappée par un éclair de génie. Il lui suffit de tendre l'oreille pour deviner qu'une soirée étudiante a lieu dans le quartier voisin. Alors elle entraîne Ozzy dans sa folie, l'oblige à lui faire la courte échelle pour qu'elle puisse passer par-dessus le muret. Et lui ? « Démerde-toi, Ozzy. T'es une perche à toi tout seul. » Elle glousse comme une pintade et l'applaudit quand elle le voit enfin apparaître. Kate l'attrape par une main, le guide à travers tous les étudiants enflammés. Cette fête, elle est digne de celle que l'on voit dans les films. Kate est submergée par une vague d'euphorie, excitée comme une puce à l'idée de pouvoir en profiter dans le plus grand des calmes. Sauf qu'elle déchante bien vite quand elle constate que la moitié des personnes ont quasiment dix ans de moins qu'elle. C'était prévisible, en même temps. En plus, ils ne tiennent pas du tout l'alcool. Kate abandonne deux secondes Ozzy, le temps de trouver de quoi boire. Elle fait le tour de la maison trois fois, se fait attaquer par des garçons en manque de sexe. Tout ça pour qu'au final, elle ne trouve que des bouteilles vides. Elle est déçue, Kate. Elle pensait que son idée était brillante. La blonde retrouve Ozzy dans ce qui semble être le salon puis s'échoue à côté de lui, sur le canapé. « Ils ont tout bu. » Qu'elle déclare, pas contente du tout. « Ils ont même pas laissé un fond de vodka. Rien. J'crois qu'ils sont tous tellement défoncés qu'ils savent même plus comment ils s'appellent. » Kate secoue la tête. Ils ont l'air de deux étrangers, assis dans ce canapé, à regarder tout ce qu'il se passe autour d'eux sans rien comprendre. « Marcooooo ! » Hurle un type sorti de nulle part, avec un slip sur la tête. « Polooooo ! » Répond son pote, à l'autre bout de la pièce. Kate pourrait rire de la situation si elle était un peu plus ivre. Là, elle est juste ennuyée.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Ozzy Ackerman
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 496
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill le plus beau des aigris skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) et elijah livingston (j. mcavoy)
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Dim 31 Mar - 15:37 )


Kate & Ozzy

We all are stranger creatures than when we all started out as kids


Si ils avaient été normalement constitués, ce dérapage entre Kate et Ozzy aurait laissé une trace dans leur relation. Ça aurait pu instaurer un malaise, justifier le fait qu'ils cessent de se parler pendant un temps. Puis ils auraient dû mettre le sujet sur le tapis à un moment ou un autre aussi, mettre des mots sur ce qu'il se passé pour comprendre la signification et l'impact que ça aura dans leur vie. Sauf qu'ils ne seraient pas fidèles à eux-même si ils en avaient quelque chose à caler de tout ça alors ils se contentent de vivre avec, laissent couler sans se poser de questions. Ozzy, il en conclut que c'est le moment qui y était propice, qu'il ne se serait certainement rien passé si à ce moment-là si Kate vivait dans sa bulle avec Adrian et que tout allait bien de son coté, avec Alix. Quoi que dire ça, ça reviendrait à leur coller une étiquette de plus ou moins couple et rien que ce mot, ça suffit déjà à le faire freiner des quatre fers. Oz', il aime bien quand ça roule avec Alix. Il aime coucher avec elle, la faire chier, la faire rire aussi. Mais il ne veut pas s'enfermer dans une boîte, se lier à elle ou à qui que ce soit d'autre. Avec Kate, même si le fait qu'ils aient couché ensemble de manière totalement inattendue ne signifiait au fond pas grand chose, ça commence pourtant à faire un moment qu'ils ne se sont plus vus. Il ne sait pas si elle est avec ce type aux sourcils énormes, Adrian, ou si c'est juste un type qu'elle se tape tous les samedis pour le plaisir de vivre. Il n'a jamais eu beaucoup d'info sur sa vie sentimentale parce qu'elle et lui, ils ne sont pas vraiment des rois de la discussion. Même si Ozzy n'irait pas jusqu'à dire que Kate lui manquait, ça l'a fait sourire quand elle lui a proposé de se voir comme ça, sans rien planifier. Il a dit oui évidemment, c'est rare les fois où il refuse de faire un truc avec elle. Il la retrouve en compagnie d'une bouteille de vodka et ça tombe bien, Oz il dirait pas non à un peu d'alcool pour venir réchauffer son sang. Il se sent trop clean en ce moment et ça ne lui va pas, c'est pas lui ça. Kate, elle pousse les plans sur la comète au next level quand elle parle d'une fête universitaire qui se déroule à quelques rues de là où ils sont. Pourquoi pas après tout, ça peut être drôle de se taper l'incruste et d'apprendre à ces gamins comment s'éclater la gueule. Alors il la suit, il lui fait la courte échelle avant de se retrouver devant le mur lui-même, sans aide. « Peut-être, mais j'ai pas fait carrière dans la gym acrobatique alors si je me retrouve castré, je te rejette la faute à 100%. » Il utilise la force de ses bras du coup, se hisse sur le mur et arrive à le passer en retombant lourdement sur le sol. Ça lui rappelle des souvenirs tout ça, la fois où Kate a presque failli lui vomir dessus. Après quelques applaudissements et quelques regards trop fiers de sa part, ils s'infiltrent à la soirée et se retrouvent bien vite assourdis par une musique qui fait trembler les murs. Autour d'eux, ça boit dans des gobelets rouges et ça crie comme des gorets. Ozzy, il a arrêté l'Uinversité assez vite alors c'est la première fois qu'il va à une soirée de ce genre. Une fille s'approche de lui pendant que Kate disparaît et elle vient se coller à son bras, mais Oz la repousse bien vite parce qu'il n'est clairement pas venu pour se faire suspecter de pédophilie. Il entre dans une maison géante, style villa, et trouve un canapé sur lequel il s'empresse de s'asseoir en espérant que personne n'a éjaculé dessus avant. Kate le rejoint alors qu'il est occupé à voler un paquet de clopes à moitié plein qui traînait sur la table. « Non mais de toute façon c'est sûrement de l'alcool pas cher acheté au paki du coin, » qu'il dit en prenant un verre vide pour sentir son contenu. La couleur mauve du truc l'avait intrigué. « À quel moment tu t'es dit que c'était une bonne idée de venir ici ? Je m'ennuie Kate, j'ai l'impression d'avoir à nouveau dix-huit ans et clairement tu veux pas connaître le Ozzy adolescent. » Il soupire, se laisse tomber dans le fond du canapé avant de lever les yeux vers le type qui vient de lancer un Marco. Oh bordel, c'est ça d'être étudiant maintenant ? Heureusement qu'il a plaqué l'Université au final, il aurait pété un plomb et se serait retrouvé avec un meurtre sur les bras. Puis l'allemand, il est saisi par une illumination. « Je sais où on peut trouver de quoi se faire plaisir. »  Il se lève du canapé et force Kate à faire de même en tirant sur ses deux mains pour ensuite la guider à travers la foule, tenant ses hanches et se servant d'elle comme d'un bouclier humain. Il traverse différentes pièces avant de conclure que ce qu'il cherche doit être à l'étage. Ozzy fait signe à Kate de le suivre, gravit les marches et ouvre une porte. Mauvaise pioche, il tombe sur une chambre. « Ça c'est pour après, » qu'il dit en tournant la tête vers Kate avant de refermer la porte. « C'est bon je déconne, me tue pas. »  Il continue de faire toutes les pièces jusqu'à tomber sur ce qu'il voulait. « Bingo. » Il ouvre, pousse Kate dans la pièce, puis ferme derrière eux. Ils sont à présent dans ce qui ressemble à un bureau de ministre et Ozzy, il va jusqu'à une armoire qu'il ouvre dans laquelle il trouve plusieurs bouteilles pleines. « Que prenez-vous mademoiselle ? » demande-t-il en faisant genre d'être barman, tenant dans sa main gauche du whisky et dans la droite un rhum qui semble encore plus vieux que lui.


AVENGEDINCHAINS


†  I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 282
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Giovanni Esposito ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone ҩ Joren De Hoop
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Lun 1 Avr - 21:26 )

We all are stranger creatures
than when we all started out as kids
Ozzy & Kate

Pouvoir enfin passer une soirée toute entière avec Ozzy, ça l'enchante. Kate, elle a envie de se mettre la tête à l'envers, faire des trucs complètement fous sans craindre les conséquences. Elle a besoin de folie et elle sait que pour ça, elle pourra toujours compter sur Ozzy. À aucun moment elle ne pense que leur dérapage puisse les mettre mal-à-l'aise. Kate, elle part simplement du principe que ça devait arriver. Elle ne cherche aucune justification particulière, ne s'interroge même pas sur ce que ça signifie pour eux. Sur le moment, ils en avaient simplement envie. Alors elle ne voit pas bien l'intérêt de s'encombrer l'esprit avec un million de questions. Elle ne veut pas non plus se priver de passer du temps avec Ozzy en croyant qu'à cause de ce qu'il s'est passé, leur relation est devenue ambiguë. Et elle avait raison de ne pas s'en faire, parce que Kate et Ozzy, ils restent toujours fidèles à eux-mêmes. Qu'ils aient couché ensemble ou pas, ça ne change absolument rien au fait qu'ils resteront toujours deux têtes à claque capables du pire. Kate, elle n'a pas besoin d'insister des masses pour traîner l'allemand à une soirée étudiante. Sans doute que lui aussi, s'imagine une soirée géniale avec de l'alcool qui coule à flots. Ozzy ne l'a même pas encore rejoint de l'autre côté du mur qu'elle glousse déjà comme une pintade. « C'est pas grave, t'as pas tellement besoin de te reproduire. Un Ozzy, c'est déjà suffisant pour ce monde. » Qu'elle fait, alors qu'il parvient à passer le mur. « Tes couilles sont entières, c'est bon ? On peut y aller ? » Ensemble, ils se plongent au cœur d'une fête à laquelle ils n'ont jamais été invités. Ils se séparent brièvement, le temps que Kate trouve de quoi boire. À regret, elle se rend compte que toutes les réserves sont déjà épuisées. Ozzy tente de lui remonter le moral en soulignant que de toute façon, ce n'était probablement que de l'alcool bas de gamme. Elle fait la moue et renverse sa tête en arrière en lâchant un gros soupir d'agacement. Puis il l'intrigue, en lui parlant du Ozzy adolescent. « Pourquoi je veux pas le connaître ? Il était moche et puceau ? » Qu'elle demande, un sourcil arqué. « Sérieusement, j'pensais que ça en valait la peine moi. À San Francisco, j'faisais toujours ça avec une copine. On s'incrustait dans les soirées et franchement, c'était le feu. Faut croire que les jeunes de Cap Harbor savent pas s'amuser. » Elle secoue la tête, déçue. Et maintenant, qu'est-ce qu'ils font ? Kate déplore franchement cette soirée. Heureusement, Ozzy ravive la flamme en la tirant hors du canapé. « Wow, tu titilles ma curiosité. » La blonde rigole encore quand il se sert d'elle comme bouclier humain, prenant un malin plaisir à agiter les bras pour dégager les jeunes de son passage. Elle donne involontairement quelques coups, ne fait qu'en rire davantage. Ils grimpent à l'étage et le temps d'un instant, Kate se dit qu'ils vont finir par coucher ensemble une nouvelle fois. C'est ça, son plan de génie ? Ça ne l'étonnerait pas tellement. Mais non, il dit que le sexe, c'est pour plus tard. Kate le regarde avec amusement. « Trop hâte d'être après, alors. » Elle ne voit pas pourquoi elle le tuerait. Se taper Ozzy une deuxième fois, ça ne serait pas pour lui déplaire. Elle se souvient avoir pris son pied, la dernière fois. En attendant, il la guide jusque dans un bureau. Kate fait le tour de la pièce, toute heureuse. « C'est que t'en as sous le caillou ! J'ai jamais pensé à fouiller dans les bureaux. » Alors que pourtant, c'est là où il y a les meilleurs alcools. « Hm, rhum. » Elle se laisse tomber sur un fauteuil en cuir et pose ses pieds sur le bureau. « Ça brille tellement c'est propre. Ça m'impressionne. » Elle ne serait pas étonnée de pouvoir voir son propre reflet si elle se penchait au-dessus de ce bureau. Kate finit par poser son regard sur le garçon, puis elle plisse les yeux. « J'suppose que si on finit par aller dans cette chambre, on partirait plutôt sur un 'si tu le dis à qui que ce soit, j'te tue' ? » Qu'elle demande avec une lueur taquine qui brille au fond de ses yeux, en faisant référence à ce qu'il lui a dit après qu'ils se soient envoyés en l'air sur le canapé. Ozzy lui a implanté cette idée dans la tête, celle selon laquelle ce n'est pas impossible que ça recommence, et ça suffit à lui donner envie. « Par rapport à ta copine. » Précise-t-elle en buvant une gorgée de rhum. « Enfin ta copine... J'sais pas vraiment si c'est ta copine. Ça m'étonnerait mais j'en sais rien. J'dis ça parce que quand elle m'a vue à poil dans ton lit, elle était pas hyper contente. En plus, j'croyais que tu voulais me troller. Je pensais que c'était la proprio et que toi, tu voulais me piéger. T'sais qu'à cause de ça, j'ai un énorme bleu sur le cul ? » Elle en rigole, Kate. Sur le coup, elle ne trouvait pas ça très drôle en revanche.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Ozzy Ackerman
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 496
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill le plus beau des aigris skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) et elijah livingston (j. mcavoy)
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Sam 6 Avr - 15:37 )


Kate & Ozzy

We all are stranger creatures than when we all started out as kids


Il n'y a jamais eu une fois où Ozzy s'est pris la tête avec Kate pour du sérieux. D'habitude, y a toujours un moment où ça casse et où son coté asocial, sa lassitude envers les gens prend le dessus et où il repousse quiconque avec qui il commence à être plus ou moins proche parce que c'est comme ça qu'il fonctionne, il n'est pas dans le lien sur le long terme. Et pourtant, il ne recale pas Kate quand elle fait cette plaisanterie sur le fait qu'un Ozzy, c'est déjà bien assez pour ce monde. Et elle a raison, il s'imagine très mal avec un mini-lui qui aurait sûrement pour but de devenir le plus grand dealeur de l'univers vu l'unique modèle avec qui il grandirait, mais ça le fait quand même rire d'entendre la Rhodes parler de ses balls. Avec elle, y a rien qui pourrait justifier qu'ils en viennent à se cracher dessus un jour. Elle ne se mêle pas de ses affaires tout comme il ne s'occupe pas de ce qui est privé chez elle, et c'est ça qui fait que tout roule si bien. C'est grâce à ça que ce soir, après avoir sérieusement déconné -bien qu'Ozzy ne voit pas tellement l'acte comme une erreur-, ils sont encore capables de se taper l'incruste à une soirée étudiante. Ce n'est peut-être pas leur meilleure idée d'ailleurs, mais ce n'est pas comme si Kate et Ozzy étaient connus pour leurs plans de génie. Affalés sur le canapé, ils en sont déjà à se plaindre alors qu'ils viennent à peine d'arriver. Oz', il pense à cette période lointaine où lui-même était plus ou moins présent sur les bancs de l'Université et la question que Kate lui pose arrive à lui tirer un sourire amusé. « Aucun des deux, » dit-il en prenant un air un peu supérieur. Difficile à croire mais il avait une copine à l'époque, une belle allemande qui répondait au nom de Ida. Alors vierge, il en était très loin. « Mais j'essayais encore de sociabiliser avec les gens de mon âge à l'époque, je faisais semblant d'être une personne fréquentable et je me faisais déjà chier dans des soirées de ce genre. Faut croire que tu réveilles le pire en moi, voilà que je me retrouve au point de départ à me lasser autant de ce type de population que quand j'avais dix-huit ans. » Il regarde Kate en se pinçant les lèvres, secouant la tête de gauche à droite. La pauvre Kate a l'air bien déçue et du coup, Ozzy se sent inspiré. Il repense à ces fameuses soirées de quand il était étudiant, du bureau qu'il y avait dans chacune de ces maisons où il y avait souvent soit un bar, soit un billard. Dans les deux cas, il est certain qu'ils pourraient s'amuser bien mieux qu'en regardant des jeunes ivres se rouler des pelles. Il guide Kate à travers la maison parce qu'il n'a aucune de où il va, s'arrête devant les chambres et échange un regard avec elle suite à sa réponse. « Là c'est toi qui titille ma curiosité. » Mais non, Ozzy est capable d'être sage. Enfin, ça dépend sur combien de temps et de sa consommation de la soirée. Il finit par trouver ce fichu bureau et ça le fait se sentir fier de voir qu'il a été capable de se souvenir de ce détail alors qu'à l'Université, il y était y a déjà plus de onze ans. C'était là qu'il allait se perdre quand ça devenait too much, dans cette pièce où il n'y avait que ceux assez malins que pour se retirer de la foule. « Que veux-tu, je suis pas qu'une belle gueule. » Il dit ça pour déconner, ce n'est pas lui qui va commencer à devenir imbu de sa propre personne. Il ne s'aime pas tout comme il ne se déteste pas, Ozzy est fort neutre quand il s'agit de réfléchir sur sa propre personne. Il donne une bouteille entière de rhum à Kate, gardant le whisky pour lui, puis se hisse sur le bureau à coté de ses pieds à elle. « Les avantages d'être un étudiant pas très social, c'est que tu trouves toujours les bons coins pas trop peuplés. Y a juste un risque qu'on se fasse à un moment interrompre par un couple déjà à moitié à poil. » Il regarde en direction de la porte et esquisse un sourire amusé avant de reporter son attention sur Kate. Sa question lui fait hausser un sourcil étonné. « C'est pas moi que ça dérangerait si tu te décidais à parler de ce qui pourrait possiblement se passer dans cette chambre, » répond-il en haussant les épaules avant de déboucher la bouteille et de boire directement au goulot. L'alcool qui descend dans sa gorge le brûle, mais c'est une sensation agréable qu'il est heureux de retrouver. Mais ce qu'elle ajoute, ça le coupe dans son geste. Il repose la bouteille à coté de lui, regarde Kate en fronçant les sourcils. « Quelle copine ? » Est-ce qu'elle parle d'Alix ? C'est pas comme si ils sortaient officiellement ensemble tous les deux, y a jamais rien qui a été dit et en plus, Ozzy n'a clairement pas envie de ça. Il lui a dit qu'il n'était pas de ceux qui s'attachent, plus de ceux qui prennent ce dont ils ont besoin avant de finir par s'en aller. Sauf que du coup, il ne comprend pas pourquoi Kate en est venue à citer ce mot. La suite lui tire un sourire amusé, mais c'est un sourire qui ne dure pas. Pas contente ? Et qu'est-ce que Alix foutait chez lui aussi tôt, alors qu'il était parti en Allemagne pour enterrer son père ? « C'est vrai que j'aurais pu, je suis déçu de pas avoir pensé à ça maintenant. » Il se racle la gorge, baisse les yeux vers sa bouteille de whisky. « Je sors pas avec elle. Elle m'avait pris la tête, ça doit être pour ça qu'elle est venue à l'improviste. Après, je vois pas pourquoi elle aurait été fâchée, t'as dû te cogner la tête en plus de ta fesse. Y a rien, on a juste couché ensemble quelques fois. De toute façon, je pense pas tellement être compatible avec qui que ce soit, » ajoute-t-il en buvant une nouvelle gorgée avant de de pointer Kate du doigt. « Pas comme toi et le type aux gros sourcils, je sais plus son nom. Celui qui commente toutes tes photos instagram avec des sous-entendus hyper sexuels. C'est plutôt de lui que je me méfierais, » ajoute-t-il sans plaisanter, cette fois.


AVENGEDINCHAINS


†  I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 282
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Giovanni Esposito ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone ҩ Joren De Hoop
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Dim 7 Avr - 17:43 )

We all are stranger creatures
than when we all started out as kids
Ozzy & Kate

Depuis qu'elle connait Ozzy, Kate ne se rappelle pas avoir eu une seule discussion sérieuse avec lui. Ils parlent surtout pour ne rien dire, tous les deux. Principalement pour faire des plans à l'arrache qui ne verront jamais le jour, entre deux plaisanteries de très mauvais goût. En dehors de ça, ils ne se parlent pas beaucoup. Kate, elle se rend compte qu'elle ne connait quasiment rien de lui outre le fait qu'il soit allemand. Et même ça, elle ne se souvient pas qu'il lui ait dit. C'est elle qui l'a supposé après avoir repéré son léger accent. Alors quand il se décide à parler de lui durant sa période adolescente, Kate n'arrive pas tellement à cacher sa surprise.  Même s'il ne se dévoile pas des masses, c'est déjà beaucoup plus que ce à quoi la blonde était habituée. Cette histoire la fait sourire. Qu'il ne soit ni fréquentable, ni sociable, ça ne l'étonne pas tellement. Ça colle assez bien à l'image qu'elle se fait de lui, à vrai dire. Celle d'un type solitaire, assez calme en apparence, mais plutôt déchaîné quand on apprend à le connaître. Kate hausse simplement les épaules quand il dit qu'elle réveille le pire en lui. « C'est ce qu'ils disent tous. » Elle non plus, elle n'est pas réputée pour être fréquentable. Non pas qu'elle s'en plaigne. Ce n'est pas tellement son délire de s'entourer d'une multitude de personnes juste pour faire bonne figure. Et de toute façon, elle finit toujours par se sentir oppressée par les attentes des autres. Alors elle préfère rester cet électron libre qui n'a de compte à rendre à personne. En attendant, ce n'est pas en discutant de leur adolescence qu'ils rendront cette soirée un peu plus supportable. Ozzy semble être frappé par un éclair de génie. Au début, Kate est loin de penser qu'il l'emmène à l'étage pour trouver la réserve d'alcool de cette maison. Pour sa défense, la première porte qu'il ouvre est celle d'une chambre. Forcément que ça lui fait travailler son imaginer, à Kate. Elle ne va pas mentir et dire que ça ne la tente pas du tout. « On verra bien ce que je vais titiller tout-à-l'heure. » Qu'elle répond en haussant les sourcils. C'était facile, il lui a tendu la perche. Kate n'a fait que la saisir. Pour le moment, il n'est cependant pas question de sexe. Ils se retrouvent dans un bureau hyper luxueux et pour le coup, Kate est impressionnée. « Bof, faut l'dire vite. » Elle lui lance un sourire taquin et s'installe confortablement sur un fauteuil. Ozzy lui file une bouteille de rhum, garde celle de whisky pour lui et s'assoit sur le bureau. Elle dévisse le bouchon et s'empresse de boire un peu de rhum, envieuse de sentir les effets de l'alcool lui retourner le cerveau. Pour le moment, elle a les idées trop claires. Ça ne va pas du tout. « Ouuuh, on aura qu'à leur proposer un plan à quatre. Comme ça, tout le monde sera content. » Dans l'immédiat, il n'y a qu'eux dans ce bureau. Il n'est pas question de plan à quatre, mais juste de plan à deux. Peu après qu'elle et Ozzy aient couché ensemble, Kate a fait la rencontre d'une brune tatouée hyper agressive. Elle ne sait pas qui elle est pour l'allemand, a cependant bien compris qu'il se passait quelque chose. Alors même si Ozzy dit que ça ne le dérangerait pas plus que ça qu'elle l'ouvre si jamais ils renouvelaient l'expérience, la blonde suppose qu'il y en a une autre à qui ça risquerait de déplaire. Il lui demande de quelle copine elle parle, et voilà qu'elle lui raconte brièvement ce qu'il s'est passé. « T'as raté ton coup, Ackerman. Sache que ça m'aurait beaucoup fait rire. » Sur le coup, elle aurait sans doute voulu le tuer. Mais passé l'énervement, il n'y aucun doute quant au fait qu'elle se serait franchement amusée de cette histoire. Kate plisse les yeux tandis qu'il lui parle de cette fameuse inconnue. Elle sourit encore, en se disant que c'est la soirée des conversations un peu sérieuses. « Je sors pas plus avec le type aux gros sourcils que toi tu sors avec la folle dingue. » Qu'elle fait en soutenant son regard, le sourire aux lèvres. Elle boit encore un peu et joue avec l'étiquette de la bouteille. « Elle était fâchée parce qu'il y avait une bombe qui dormait à poil dans ton lit. J'irai pas jusqu'à dire qu'elle m'a tapé une crise de jalousie parce que j'étais pas dans sa tête à ce moment-là, mais j'suis pas bête. J'ai bien vu qu'elle était pas hyper ravie et c'est pour ça que j'ai cru que c'était ta copine, ou un truc du genre. En plus, elle te cherchait et c'est sur moi qu'elle est tombée. J'crois que ça l'a un peu surprise. » Kate rigole et renverse la tête en arrière. « Tu dis que t'es pas compatible, et sincèrement, je crois pas l'être plus que toi. » Elle regarde le plafond d'un air distrait, réfléchit à sa relation avec Adrian, pour finalement penser à Ambre. C'est toujours comme ça. Dès qu'elle commence à se demander où elle va avec Adrian, son cerveau répond en lui balançant des flashbacks de sa relation passée avec Ambre. « J'ai jamais été en couple, à part avec une seule personne. Et encore... On a jamais dit que c'était officiel. On agissait juste comme si ça l'était. C'est la seule personne avec qui j'pense être compatible, en réalité. Je suis partie parce que j'ai eu un accident de voiture et fallait payer des soins particuliers. Comme j'avais pas les moyens, j'ai préféré rentrer à Cap Harbor alors que j'déteste ma famille. J'aurais pu rester avec Ambre et on aurait pu essayer de s'en sortir toutes les deux. Mais non, je suis partie. J'ai rien fait de logique. » Et elle rigole encore, parce qu'elle n'a pas envie de passer pour une dépressive. « J'crois pas que ce soit très important que tu saches tout ça. C'est juste pour dire que le type aux gros sourcils, c'est pas utile de s'en méfier. » D'ici à ce qu'elle accepte de lui donner le statut de petit-ami, le monde a le temps de disparaître une bonne dizaine de fois. Elle n'est pas prête, Kate. Pas prête à se laisser tenter par une jolie relation pour qu'au final, elle finisse par tout gâcher à cause de son sale caractère.  
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Ozzy Ackerman
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 496
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill le plus beau des aigris skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) et elijah livingston (j. mcavoy)
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Mar 9 Avr - 21:30 )


Kate & Ozzy

We all are stranger creatures than when we all started out as kids


Il s'est toujours ennuyé à ce genre de soirée, mais il y avait quelque chose de différent par rapport à celle dans laquelle il venait de s'incruster. À l'époque, Ozzy n'avait pas de Kate. Personne avec qui s'éclipser quand ça commençait à devenir trop pénible avec le reste du monde, personne pour lui tirer un sourire en coin au lieu de lui donner envie de se tirer en vitesse pour rentrer fumer chez lui. Alors qu'il se faufile à travers la foule en la tenant aux hanches afin de ne pas la perdre, Ozzy sent déjà que sa seule présence pourrait suffire à déjà rendre la soirée meilleure. Il ne le dit pas souvent, jamais même, mais elles sont rares les fois où l'allemand ne rit pas quand il est en présence de la blonde. Ils sont plus ou moins sur la même longueur d'onde tous les deux et ça fait du bien, ça change de quand il doit réfléchir avant chaque parole prononcée pour ne pas vexer, ou choquer. Quand il s'arrête devant une chambre étonnement vide, autant l'un que l'autre n'hésite pas à relancer cette blague qu'ils n'auraient jamais faite par le passé. Y a jamais eu de sous-entendu entre Kate et Ozzy, pas de remarque sexuelle parce qu'en soit, c'est pas tellement son style à lui ce type d'humour. Et pourtant là c'est sorti tout seul, un peu trop naturellement. Et elle y a répondu tout aussi vite, à croire qu'il aura fallu qu'ils couchent ensemble pour se permettre de tâter ce terrain-là. Oz, il ne saurait même pas dire si il plaisante entièrement. Il est clair qu'il était dans un sale état ce jour-là, autant physiquement que moralement. Mais il avait encore toute sa tête, il se souvient légèrement trop bien du corps de Kate sur le sien et ça l'a quand même marqué, bien qu'il prétende que ce n'était rien. En tout cas, ce n'était pas rien pour son corps à lui vu que les mots qu'elle prononce, bien que totalement ridicules, font naître un frisson tout au long de sa colonne vertébrale. « Je sais pas si c'était censé me chauffer mais dit comme ça, ça me fait surtout penser à un examen de la prostate alors ça m'a pas mal coupé dans mon élan. » Il se tourne vers Kate, croise son regard et laisse ses lèvres s'étirer en un demi-sourire. Au moins, ce n'est pas avec ce genre de remarque qu'ils risquent de se sauter dessus. Il l'emmène ailleurs pour le coup, dans un bureau qu'il trouve totalement au hasard et qui contient un bar, amen. Il se garde la bouteille de whisky après en avoir offerte une à Kate, prend place sur le bureau et hausse les sourcils en entendant son idée de plan à 4. « 4 ? Putain je saurais même plus où la mettre, trop d'orifices. » Il a toujours été hyper ouvert niveau sexualité pourtant, il peut autant aller vers les filles que vers les garçons. Sauf qu'il est possessif l'allemand alors même au lit, ça risquerait de poser problème au bout d'un moment. Kate, elle finit par évoquer Alix et ça le laisse perplexe. Il n'a pas envie de parler d'elle, pas avec Kate et pourtant, c'est ce qu'il se retrouve à faire entre deux gorgées de whisky. Ils ne sont pas un couple, il n'a pas envie de ça et il le dit, il n'est compatible avec personne de toute façon. Encore moins avec Alix, à moins que ce soit le contraire et que leurs trop nombreuses ressemblances rendent leur relation encore plus explosive. Cette façon qu'elle a de renommer Alix lui tire un bref sourire amusé. La suite par contre, ça suffit à le faire entièrement déchanter. Ozzy, il sent quelque chose grandir en lui. Il ne saurait dire quoi, peut-être un mélange de colère lié à la peur de ce qui était pourtant si évident : Alix s'attache à lui. Il lui avait dit de ne pas le faire mais elle s'est montrée têtue, et voilà qu'il risque d'encore une fois s'en mordre les doigts. « Super, encore une connerie à régler. J'ai l'impression d'être devenu Docteur Phil avec toutes ces prises de tête. » Il balance sa tête en arrière et soupire. Il regarde beaucoup Docteur Phil en ce moment, il trouve ça marrant du coup il se compare à lui à chaque fois qu'on vient lui confier des trucs perso. Sauf que lui, il n'a pas la même répartie que le petit chauve. La remarque de Kate, elle intrigue Ozzy et le fait se redresse pour pouvoir mieux la regarder. Il ne dit rien, boit sa bouteille en silence pendant qu'elle se lance dans une anecdote qu'il ne connaissait pas du tout la concernant. En même temps, Kate et Ozzy ne parlent jamais de leur passé, ils ne parlent quasiment de rien en réalité. Il laisse planer quelques secondes de silence, incapable de trouver les mots juste comme à son habitude avant de lâcher : « Je pense pas qu'on soit le genre de personnes à faire les choses de manière logique. » Il rit à son tour, brièvement, un rire automatique plus pour détendre l'atmosphère. « Je suppose qu'il ne sait pas qu'il y a cette fille sur le coté, » devine-t-il en se raccrochant à sa bouteille, la faisant passer d'une main à l'autre avant de remarquer le regard interrogateur Kate. « Je t'ai dit que je regardais beaucoup Docteur Phil, je deviens doué. » Il hausse les épaules et pendant une seconde, une seule et unique seconde, il repense à Ida. Sa seule véritable petite amie, celle dont il a brisé le coeur sans remord alors que tout allait bien, qu'elle était parfaite. « Dis-toi qu'au final, c'est peut-être mieux de partir que de détruire tout ce qui t'arrive de bien. » Il ne dit pas que c'est ce que lui fait, laisse planer cette phrase comme si ce n'était rien de plus qu'un conseil à deux balles trouvé dans un gâteau chinois. « Puis elle aussi elle aurait pu venir avec toi. Tout comme ton type aux gros sourcils aurait pu t'accompagner à cette soirée. Le résumé de l'histoire Kate, c'est que ça reste quand même plus simple quand on a personne à tenir par la main pour s'assurer qu'il parte pas faire de la merde. » Puis aussi, ça lui permet de merder autant qu'il veut sans avoir de compte à rendre à personne.


AVENGEDINCHAINS


†  I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 282
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Giovanni Esposito ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone ҩ Joren De Hoop
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Jeu 11 Avr - 21:46 )

We all are stranger creatures
than when we all started out as kids
Ozzy & Kate

Kate, elle ne sait même pas comment elle a rencontré Ozzy. Elle se souvient évidemment de ce lendemain de soirée un peu étrange, d'Ozzy qui tentait d'émerger alors qu'une chèvre en poncho lui tenait compagnie. Mais elle quand elle y pense, elle se dit qu'ils ont forcément dû se rencontrer avant d'atterrir dans cette maison. Probablement en soirée, après plusieurs verres bien chargés en alcool. Malgré ses nombreuses tentatives pour tenter de retrouver les passages manquants de sa soirée, Kate n'a jamais réellement su comment elle était tombée sur Ozzy. Tout ce qu'elle sait, c'est qu'ils ont fini par s'introduire dans une maison remplie d'animaux. Elle ne sait pas pourquoi, ni même comment. Le but de cette opération devait sans doute être très clairement défini, sauf qu'elle n'a aucun moyen de comprendre ce qui leur a traversé l'esprit à ce moment-là. Ils ont agi de manière aussi stupide qu'impulsive. Après ça, ils auraient pu se séparer et ne jamais se revoir. À défaut de s'ignorer, ils sont simplement partis du principe qu'après avoir vécu une tellement expérience, ils se devaient de rester en contact. Ils n'ont jamais pris la peine de se présenter pour autant, de se raconter leur vie jusque dans les moindres détails. Ils ne sont juste acceptés dans la vie l'un de l'autre. Et ça, c'est précisément la raison pour laquelle elle apprécie autant être avec Ozzy. Entre eux, ça sera éternellement simple. Ils ne s'encombrent pas de grands discours concernant leurs états d'âme, se balancent plutôt des monologues vides de sens dont l'unique but est de divertir l'autre. C'est comme ça que ça marche, et c'est ce qui fait que ça fonctionne aussi bien. Quand Kate commence à parler de cette fille avec qui Ozzy couche, elle se rend plus ou moins compte qu'elle s'aventure sur un nouveau terrain. Pourtant, elle ne s'attend pas à ce qu'il lui parle d'elle ou de leur relation. Si Kate a tendance à se montrer envahissante, elle est loin d'être intrusive. La vie privée d'Ozzy, ça ne la regarde pas tellement. Elle en parle uniquement parce qu'elle a été livrée dans ce monde avec un gros problème de filtre et dans le fond, elle trouve cet anecdote marrante à raconter. Ozzy, il n'a aucun compte à lui rendre, aucune justification à donner. Mais il le fait et ça la fait sourire qu'à l'inverse, il fasse basculer la discussion sur Adrian. Sur le moment, Kate ne comprend pas très bien ce qu'il se passe. Elle se laisse envelopper dans une bulle de confiance et en profite pour parler d'une personne qui lui tient à cœur : Ambre. Parce que si Kate a du mal à avancer avec Adrian, c'est en grande partie à cause d'Ambre. De cette relation qu'elle a détruite du jour au lendemain. Elle se sent bête, Kate. Cette impression d'être totalement à nue face à Ozzy la dérange. Elle fuit son regard, se concentre sur la bouteille comme s'il s'agissait d'un objet onéreux. C'est vrai qu'Ozzy et Kate, ils ne suivent pas beaucoup la logique. Sur ce point, la blonde ne peut qu'être d'accord, d'où son sourire. La question qui suit l'intrigue, et ça se voit sur son visage. Alors quoi ? Ozzy joue les psychologues maintenant ? « T'as vraiment pas la tête d'un Doctor Phil. » Dit-elle en inclinant la tête sur le côté. « On en a parlé. Un peu. » Qu'elle finit par répondre. C'est vrai qu'elle a évoqué son histoire avec Ambre. Mais elle n'a jamais expliqué à quel point elle était importante, ni même pourquoi leur couple a subitement pris fin. Elle laisse Ozzy reprendre la conversation et ce qu'il lui dit, ça lui fait du bien. Ses mots résonnent en elle, la réconfortent alors qu'elle ne pensait pas en avoir besoin. Et elle sait qu'il ne fait pas semblant de la comprendre. Elle sait qu'il la comprend sincèrement, sans doute parce qu'il a cette même manière de fonctionner. Il l'a dit, ils ne font pas partie des gens logiques. Pour une fois, elle apprécie réellement d'entendre quelqu'un lui dire qu'elle ne fait pas tout de travers. Ozzy, il lui donne raison. Il arrive à rendre son comportement logique et compréhensible, même si aux yeux des autres c'est tout le contraire. Le sourire aux lèvres, elle se contente de le regarder sans cligner des yeux. Ozzy a de la valeur à ses yeux. Beaucoup de valeur. Elle ne comprend pas comment un type rencontré au hasard peut avoir autant d'importance pour elle. Elle ne comprend pas, mais ça lui va. Il est là et c'est tout ce qui compte. « J'préférais quand on parlait de prostate ou de plan à quatre. C'était plus drôle. » Bien que parler d'Ambre soit très libérateur, elle ne tient jamais longtemps. Il y a toujours un moment où elle fuit la discussion. Elle boit encore un peu de rhum et pose bruyamment la bouteille sur le bureau. « On est en train de s'endormir, Ozzy. Ça va pas du tout. » Elle se lève de sa chaise et réfléchit à toute vitesse à ce qu'ils pourraient faire. « Tu sais hacker un ordinateur ? » Qu'elle demande en se déplaçant de l'autre côté du bureau pour allumer l'ordinateur en question. « On pourrait faire des trucs compromettants. J'suis sûre qu'il y a plein de choses à faire sur cet ordinateur. Déjà, j'ai envie de changer le fond d'écran pour mettre une photo de tes fesses. » Les yeux rivés sur le PC, elle attend que quelque chose se passe. Sa surprise est immense quand la session s'ouvre directement sur l'écran d'accueil. « Ne pas protéger son ordinateur avec un mot de passe en 2019, c'est une grosse erreur. » Qu'elle fait en secouant la tête, faussement déçue par cette prise de risque.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Ozzy Ackerman
WHAT IS A FAMILY ?


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 13/04/2018
›› Commérages : 496
›› Pseudo : little bug/sophie
›› Célébrité : bill le plus beau des aigris skarsgard
›› Schizophrénie : alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) et elijah livingston (j. mcavoy)
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Sam 13 Avr - 16:58 )


Kate & Ozzy

We all are stranger creatures than when we all started out as kids


Il y a énormément de choses que Kate ne sait pas sur Ozzy, tout comme il y a énormément de détails qu'il ne connait pas la concernant. Au fond, ça lui a toujours plu d'avoir cette façon de fonctionner qui s'est simplement installée naturellement, sans qu'il ne doive la prévenir d'à quel point il était mauvais quand ça commençait à dévier sur les sujets plus personnels. Autant il peut se montrer à l'aise dans une conversation, autant il en vient à perdre totalement ses moyens quand les émotions sont mises sur le tapis, qu'on le force à être celui qui réconforte et qui est censé remonter le moral. Ozzy, il n'a jamais vu Kate mal en point. Elle ne pleure pas, ou du moins pas devant lui. Elle ne parle pas d'amour, de trahisons et de toutes ces conneries qu'il devrait faire semblant de comprendre parce que les affaires de couples, ça reste encore aujourd'hui un terrain presque entièrement inconnu pour lui. Il ne peut pas compatir, ni comprendre, et il n'en a de toute façon pas envie. C'est bien pour ça qu'il a fini par devoir dire à Alix qu'il n'était pas de ceux qui s'attachent et pourtant, ça ne l'a pas empêché de l'emmener plusieurs jours en roadtrip juste pour le plaisir de vivre. Sauf que quand Kate mentionne comment la brune a fait irruption chez lui, Ozzy déchante. Déjà parce que c'est la première qu'ils en viennent à parler de quelqu'un faisant partie de l'entourage de l'autre, mais aussi parce qu'il a du mal à imaginer Alix faire une chose pareille. Les pièces finissent par s'assembler dans sa caboche et Oz, il comprend qu'il a merdé. Il capte qu'il est allé trop loin, qu'il a laissé Alix s'approcher trop près et qu'à présent, il ne pourrait même plus faire machine arrière pour que ça redevienne comme avant. Il se racle la gorge, prétend être devenu plus doué en matière d'histoires foireuses grâce à son gourou du love, Docteur Phil. « Franchement je prends ça pour un compliment, je le trouve un peu empoté. Mais ça reste un vrai mâle. » Il n'aurait jamais cru parler d'un présentateur de télé au crâne chauve et au teint bronzé de manière non naturelle de cette façon. Ça doit être l'effet de sa sobriété, maintenant qu'il consomme moins ses drogues il a plus de temps pour être fasciné devant des télé-réalités bidon. Elle ne dit pas grand chose et lui, il n'en demande pas plus. Il se contente de lâcher cette phrase qui ne fait pas tellement de sens sur le fait que parfois, être seul c'est pas plus mal. Il l'a vite compris, et surtout il s'est vite rendu compte qu'il était mieux pour lui de rester une âme solitaire si il ne voulait pas finir par bousiller la personne qui un jour oserait s'attacher à lui. Elle lâche une phrase totalement hors contexte mais ce n'est pas si étonnant que ça venant de Kate, et ça a le mérite de faire rire l'allemand. « Je préfère éviter de mélanger les deux sujets par contre, même pour moi ça commence à devenir un peu too much. » Il porte sa bouteille jusqu'à ses lèvres et cette gorgée qui vient brûler sa gorge, elle lui signale qu'il risque probablement d'avoir la tête qui tournera dès qu'il se sera levé. « C'est toi qui a commencé à parler des sujets trop chiants, on est pas obligés de faire comme si on était des personnes normales en se racontant nos vies et en buvant pour se consoler. » Il s'affale sur le bureau, à moitié couché alors que Kate se lève si brusquement qu'il en a mal au crâne pour elle. Hacker un ordi ? « Je sais faire beaucoup de choses Kate, mais à part créer un PowerPoint avec des titres pas trop dégueulasses, je suis loin du Mr. Robot. Je serai pas capable de te satisfaire cette fois-ci malheureusement. » Ou peut-être que si, au final. Elle arrive à déverrouiller l'ordinateur sans trop de difficulté et Ozzy se relève en haussant un sourcil. « Je refuse que tu prennes une photo de mes fesses, » conclut-il sans la regarder, ses yeux rivés sur l'écran. Il prend la souris des mains de Kate et commence à ouvrir les fichiers sans trop savoir ce qu'il cherche. Il finit par tomber sur un tableau Excel regroupant les noms des étudiants placés dans leurs facultés respectives. Avec un sourire de con et un bon quart de litre de whisky dans le sang, Ozzy commence à tapoter sur le clavier avant de tourner la tête vers Kate. « Félicitation Kate Rhodes, tu viens d'intégrer la faculté d'agronomie de l'Université. Je suis certain que tu feras une agricultrice du tonnerre. » Il se sent fier même si il ne le devrait pas. Bien vite, Ozzy se lasse et abandonne l'ordinateur pour se mettre debout sur le bureau afin d'avoir une vue d'ensemble. « Je te parie qu'il y a plein d'objets de valeur ici, des trucs que personne ne remarquerait si ils ont disparus. Du genre... » Il se penche pour récupérer une balle de baseball signée d'une écriture totalement illisible. « Réflexe, » dit-il en la lançant vers Kate dans un lancé plutôt mou. De là-haut, Ozzy se sent être le plus grand des hommes. Il boit une nouvelle gorgée de sa bouteille, puis encore une autre. « J'ai envie de faire des trucs pas légaux, » lâche-t-il en fixant le vide avant de chercher l'approbation de Kate. « Faisons des trucs pas légaux. » Même si il n'a aucune idée de quoi.


AVENGEDINCHAINS


†  I can't confront you, I never could do. That which might hurt you, So try and be cool When I say This way is a water-slide away from me That takes you further every day. So be cool. Say it ain't so, Your drug is a heart-breaker.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Kate Rhodes
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/11/2018
›› Commérages : 282
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Merritt Patterson
›› Schizophrénie : Joan Pryce ҩ Asher James ҩ Giovanni Esposito ҩ James Campbell ҩ Calie Washington ҩ Rose Milligan ҩ Brane Malone ҩ Joren De Hoop
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( Jeu 18 Avr - 22:38 )

We all are stranger creatures
than when we all started out as kids
Ozzy & Kate

Sous ses airs de dure à cuire, Kate cache une sensibilité titanesque. Le problème, c'est qu'elle n'est pas bien douée pour mettre des mots sur ses émotions. Elle n'est pas plus douée pour parler d'un sujet qui la touche profondément. Ce n'est pas tellement qu'elle ne veut pas en parler, mais plutôt qu'elle ne sait pas comment s'y prendre. Elle finit toujours par se sentir mal-à-l'aise et essaye aussitôt de dévier sur un autre sujet futile comme la météo. Quand elle évoque Ambre ou l'accident qui l'a ramenée à Cap Harbor, elle fait comme si ça n'avait pas spécialement d'importance pour elle. Elle n'a pas envie d'être cette fille pleine de regret qui pleure tous les deux jours parce qu'elle a merdé. Ce n'est pas Kate, ça ne lui ressemble pas. Elle est le genre de personne qui préférera raconter dix anecdotes drôles à son sujet plutôt que de relater un événement poignant qui l'a marquée à vie. Jusqu'à maintenant, c'est ce qu'elle faisait avec Ozzy. Elle n'a jamais eu l'impression qu'ils avaient besoin de se connaître dans les moindres détails pour s'entendre, ou même se comprendre. La connexion, elle s'est faite toute seule. Sans que l'un ou l'autre n'ait eu besoin d'intervenir. Alors ça lui fait bizarre de lui parler d'Ambre comme elle le fait. C'est normalement quelque chose qu'elle garde pour elle. En dehors d'Adrian, personne ne connait l'existence de la jeune femme. Personne ne sait qu'à San Francisco, elle ne fonctionnait jamais sans Ambre. Elle ne va pas se mettre à pleurer pour autant, choisit même de rire de l'histoire plutôt que de paraître abattue. C'est de sa faute, après tout. C'est elle qui est partie. Tout ça pour une histoire d'argent. Mais Ozzy, il ne lui dit pas qu'elle a eu tort. Il ne lui dit qu'elle est égoïste et qu'elle aurait effectivement pu rester. Il lui fait comprendre que parfois, ça ne sert à rien de s'entourer de personnes si c'est pour en souffrir ensuite. Il lui dit que parfois, il vaut mieux être seul. Elle aime cette façon qu'il a de voir les choses, et elle aime aussi la façon dont il lui dit. Pourtant, ça ne l'encourage pas à poursuivre la conversation. Elle estime ne plus rien avoir à dire et change de sujet de manière un peu brutale. « De toute façon, je vois pas dans quel contexte on peut parler de prostate et de plan à quatre. À choisir, j'préfère qu'on parle de plan à quatre. » Elle lui lance un clin d'œil et tend le pied pour caresser sa jambe. Puis elle se plaint qu'ils s'endorment et Ozzy souligne qu'elle est la première à avoir lancer les sujets chiants. « À la base, je voulais juste savoir si c'était encore ok qu'on couche ensemble. C'est toi qui t'es lancé dans les grands discours de couple et de compatibilité. Je suis polie, je voulais pas que tu te prennes un vent. » Elle se justifie comme elle peut et se lève d'un bond pour prendre possession de l'ordinateur. Kate ne s'y connait pas des masses en informatique, alors elle compte sur l'allemand pour l'aider. Elle feint une mine déçue quand il lui apprend qu'à part créer un PowerPoint, il ne lui sera d'aucune aide. « Bon, c'est pas grave. C'est pas comme si t'avais déjà été capable de me satisfaire de toute façon. » Kate le provoque et ça l'amuse. Pendant que l'ordinateur s'allume, elle réfléchit à tout ce qu'elle aimerait faire avec cet ordinateur une fois débloqué. La première idée qui lui traverse l'esprit est de changer le fond d'écran. Mettre les fesses d'Ozzy comme image d'accueil, ça lui semble être une excellente idée. Dommage qu'il ne soit pas du même avis. « T'as tort. Je serais ravie de mettre les miennes. » C'est vrai qu'elle en serait capable. Ozzy prend le contrôle de la souris et commence à fouiller dans les documents. Il ouvre la liste des étudiants et y ajoute Kate, dans le plus grand des calmes. Il a au moins le mérite de la faire rire. « Attends, attends. J'refuse de vivre ça toute seule. » Elle lui prend la souris des mains et effectue la même manipulation que lui. « Voilà. Je te félicite également pour ton admission. Tu crois qu'avec notre diplôme, on pourra faire pousser du cannabis ? C'est de l'agriculture après tout. » Pour ça, il faudrait déjà qu'ils suivent les cours et passent les examens. Ce n'est pas gagné et de toute façon, ils auront déjà oublié cette affaire demain. Kate s'appuie contre le dossier du fauteuil et observe Ozzy, qui se perche sur le bureau. « Je me sens encore plus petite que d'habitude. » Remarque-t-elle en souriant. Il tend le bras attrape une balle de baseball et la lance à Kate. La blonde parvient à la rattraper après un bref moment de panique et la fait tourner entre ses mains. « On pourrait la vendre. Y'a moyen d'en tirer un bon prix, j'en suis certaine. » Elle n'arrive pas à lire l'écriture inscrite sur la balle, mais se doute que ça doit venir d'un joueur connu. Ozzy parvient à vite retrouver son attention. « Tu titilles encore ma curiosité. » Souffle-t-elle en plissant les yeux. « Laisse-moi réfléchir. Je vais te trouver un truc pas légal en deux secondes. » Ou un peu plus. Il faut quand même laisser le temps à son cerveau de fonctionner. La blonde se lève, récupère sa bouteille de rhum et en boit plusieurs gorgées en faisant le tour de la pièce. « Techniquement, c'est cette soirée qui est illégale. » Qu'elle dit en se tournant vers Ozzy, un air malicieux inscrit sur le visage. « Viens avec moi. » Elle abandonne sa bouteille de rhum et attrape l'allemand par le bras. C'est à son tour de le guider à travers la maison et après avoir ouvert plusieurs portes, elle trouve enfin la pièce qu'elle cherchait. « C'est l'heure de faire un jeu de rôle. » Kate referme la porte derrière eux et se dirige vers la grande armoire, tout en sachant qu'elle ne trouvera pas son bonheur ici. Elle accède ensuite à la salle de bain qui est reliée à la chambre et décroche les deux peignoirs qu'elle trouve. Elle en lance un à Ozzy, garde le second pour elle. « À poil, Ozzy ! » Elle, en tout cas, elle ne se fait pas prier. Elle ne garde que ses sous-vêtements et enfile le peignoir par-dessus. « Le plan, c'est d'appeler les flics. On pourra se faire passer pour des voisins relous ou j'en sais rien. Juste des gens qui se plaignent du bruit. Logiquement, tout le monde va déguerpir ce qui veut dire qu'on aura la maison pour nous tous seuls. On pourra voler des trucs, repeindre le salon, dévaliser le frigo et profiter de la piscine. Tout ça, de manière pas très légale. » Elle se rapproche d'Ozzy et se hisse sur la pointe des pieds pour le décoiffer. Ça lui donne un petit air fatigué, elle trouve ça parfait. « Et ça me fait plaisir de gâcher cette soirée. Elle est déjà pourrie de toute façon. » Qu'elle fait en haussant les épaules. Les peignoirs, ça lui semblait nécessaire. C'est juste une question de crédibilité pour devant les flics.
✻✻✻
CODES ©️️️ LITTLE WOLF.


    tomorrow (noun) the best time to do everything you had panned for today.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞
We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) Vide

Re: We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

We all are stranger creatures than when we all started out as kids (Ozzy)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération