sometimes darkness isn't that bad (silas)

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Alma Worrell
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 355
›› Pseudo : asgardian sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton, (o. holt), elijah livingston (j. mcavoy) et diego abberline (s.claflin)
sometimes darkness isn't that bad (silas) Vide

sometimes darkness isn't that bad (silas) ✻ ( Lun 22 Avr - 12:31 )


Silas & Alma

sometimes darkness isn't that bad


Ca commence à faire trop longtemps qu'Alma, elle broie du noir. Elle est lassée de sa mauvaise humeur, de repousser tout le monde et d'être sans arrêt seule juste parce qu'elle a le coeur brisé. Ça ne devrait pas être suffisant comme excuse alors en ce moment, elle vacille entre des journées passées collée dans son canapé et des élans de "girl power" qui lui donnent envie de refaire le monde. En plus de ça, il est très clairement temps qu'elle commence à préparer son déménagement vu que la blonde, elle quitte son appartement trop petit pour aller emménager dans une maison avec jardin. C'est son chien qui va être content, lui qui passe son temps à refaire la déco à coup de morsures parce qu'il n'a pas assez de place pour se défouler, Alma se réjouit déjà de voir Romy courir comme un taré sur son terrain d'herbe. Elle a relevé ses cheveux et les a attachés à l'aide d'un bandana et pour une fois, elle n'a pas l'air tout droit sortie d'un film de zombies. Elle se sent mieux, du moins un peu. Elle ne mange toujours pas grand chose parce que personne ne la force à se remplir l'estomac et Alma, elle n'a pas envie de retourner à des thérapies de groupe. Ça lui rappellerait trop Jaymi et pour le moment, elle préfère l'effacer de sa mémoire tant qu'elle le peut. Sauf que du coup, Alma n'a plus envie d'être seule. Elle sait que son appartement vide va lui filer le cafard alors elle a envoyé un SMS à Silas parce que ça fait trop longtemps et qu'hier elle s'est remise à penser à lui, et il lui manquait. Silas, elle l'a connu grâce à Rachel alors qu'ils étaient gamins. Elle était une minuscule crevette à coté d'eux mais maintenant, la différence d'âge n'est plus aussi flagrante que quand elle avait six ans. Retrouver sa cousine signifiait aussi revoir Silas et ça, ça a été un véritable bonheur pour Alma qui a toujours gardé un attachement profond envers les Campbell et toutes les personnes liées à eux. La journée commence déjà à toucher à sa fin quand on toque à la porte de son appartement. Tout en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, la blonde traverse le hall pour aller ouvrir et un grand sourire vient étirer ses lèvres quand elle voit Silas, tellement plus grand que quand ils n'étaient que des enfants. Elle doit d'ailleurs lever les yeux pour croiser son regard mais ça ne change pas vraiment d'avant ça, Alma a toujours été la plus petite. « Bienvenue dans le domaine du bordel impossible à ranger, » dit-elle en lui embrassant la joue avant de se décaler pour le laisser entrer. « À votre gauche, une dizaine de cartons pas du tout remplis à cause de la flemmardise de la propriétaire, moi. Et à votre droite, un chien qui a passé sa journée à dormir. » Romy n'a même pas levé la tête en entendant qu'on toquait, sûrement trop habitué à voir du monde aller et venir dans l'appartement. Elle va s'asseoir sur l'unique carton rempli et déjà fermé qui se plie un peu sous son poids. « Je l'avoue, je t'ai envoyé droit dans un piège. Ce n'est en aucun cas une obligation mais si tu es dans un élan de bonté et de générosité, n'hésite pas à mettre tout ce qui te tombe sous la main dans un de ces cartons, » dit-elle en désignant du doigt les nombreuses boîtes ouvertes sur le sol. « Ca va toi sinon ? J'aime beaucoup la moustache, » dit-elle avec un sourire amusé en louchant sur la moustache de Silas. « On dirait un peu un poète du dix-huitième siècle. » Elle rit légèrement avant de pousser un soupir. Alma, elle n'a pratiquement rien fait aujourd'hui mais elle se sent déjà sans énergie. C'est qu'elle dort peu en ce moment, elle se réveille souvent la nuit et a souvent bien du mal à se rendormir. Alors qu'elle étend ses jambes devant elle, les lumières du plafond commencent à clignoter avant de se couper soudainement. Alma regarde en l'air sans comprendre, se lève sur ses deux pieds, et s'approche de l'interrupteur pour tenter de rallumer la lumière. Rien ne se passe. « Bizarre. » Il ne fait pas encore entièrement noir et ça lui permet de distinguer la silhouette de Silas, mais elle a par contre bien du mal à voir son visage. « Je te promets que je paie l'électricité tous les mois, » dit-elle sur le ton de la plaisanterie.


AVENGEDINCHAINS



My biggest mistake was thinking you could fix me. Only I can fix me. ☽ ≈ If love is setting a place at the table for someone who is never coming home, I think I'll pass.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Silas Burrows
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 15/05/2018
›› Commérages : 273
›› Pseudo : Saphyr
›› Célébrité : Grant Gustin
›› Schizophrénie : Olivia Winterfell la petite rousse
sometimes darkness isn't that bad (silas) Vide

Re: sometimes darkness isn't that bad (silas) ✻ ( Sam 4 Mai - 19:39 )


Silas & Alma

sometimes darkness isn't that bad


Ça faisait un petit moment qu'il n'avait pas pris le temps pour ces proches, ces amis. Il avait été pris par son travail, par ces responsabilités, et puis il est parti seul quelques semaines, proche du burn-out. Il ne s'était plus senti capable de faire autre chose. Il n'était pas du genre à se morfondre non plus. Alors il n'avait pas trouvé d'autre choix que de simplement partir. Et il avait vu juste, il revenait bien plus reposer et prêt à jouer de nouveaux tours, bon.. Pas forcément les bons, parce que plus il était en forme, plus il avait des risques qu'il soit insupportable. Dans le fond, c'étaient toujours les mêmes qui devaient le supporter. Malheur à eux.
La malheureuse ou chanceuse ça reste une opinion à définir. C'était tombé sur Alma. Enfin, Silas avait un petit coup de pouce, parce que s'il n'avait pas reçu un SMS de sa part. Il aurait certainement fini coincé quelque part entre deux rayons, entre savoir ce qu'était une clé plate de 10 et une pince multiprise. Silas s'était mis en tête de bricoler un peu et autant dire qu'il courait droit à la catastrophe. Il était cuisinier et loin d'être bricoleur faut se l'avouer. Il ne savait même pas comment fonctionnait une perceuse... Il oubliait bien vite, l'idée. Il va épargner les oreilles de ces voisins et laisser l'intimité à ces voisins. Car il était bien capable de faire un trou dans le mur qui séparait leur maison... Et cette idée qui s'immisçait petit à petit dans sa tête, Silas ne pouvait qu'en rire. Et partir vite fait à ce qu'il ne le mette en pratique.
Il connaissait le chemin de chez Alma, pour y êtes déjà aller. En fait, il la connaissait depuis de nombreuses années. Beaucoup trop... Ce n'était pas péjoratif, simplement ça ne le rajeunissait pas. Il s'était pris d'affection pour cette petite fille, qui les suivait partout à l'époque. Bon où bien souvent, il râlait, mais ce n'était qu'une histoire de faire comme tout le monde quand on était jeune.
Silas ne se souvenait plus vraiment le pourquoi et comment ils s'étaient perdu de vue. Ils avaient pris des directions différentes comme souvent.. Du jour au lendemain, Alma n'était tout simplement la petite fille qui lui suivaient un peu partout. Elle avait grandi comme eux. Avec ces épreuves, comme tout à chacun. Il faut dire quand il n'a pas eu de nouvelle. Silas a été déçu, déçu que ça se finisse ainsi. Faisant partie des personnes, qui faisait parti de son cercle d'amis. Au même titre que la famille Campbell. Alors oui, c'était un soulagement, même un peu plus quand ils ont repris contact.
Il n'avait pas fallu longtemps à Silas pour rejoindre l'appartement à Alma. Frappant à la porte pour signifier sa présence à moins qu'elle attendait quelqu'un d'autre. On ne sait jamais, s'il dérangeait... Enfin, elle ne lui aurait pas demandé de venir. Le cerveau de Silas allait bouillir à force de se poser autant de questions. Ou cas où, maintenant, il préfère frappait aux portes, même chez lui... Hein, depuis qu'il avait eu la mauvaise idée de rentrer à la maison, et qu'il avait rentré au mauvais moment... En découvrant Liv et Sevan. Croyez le, il a relevé sa veste sur ces yeux, marchant à reculons jusqu'à se prendre tous les meubles du salon qui était sur son chemin. La porte s'ouvrit sur le sourire d'Alma, chassant ce mauvais souvenir de sa tête. Le bordel impossible à ranger ? Silas avait presque peur sur le coup. D'ailleurs, il glissa sa tête, ne faisant apparaître que ces yeux au bord de la porte. Avant de reculer et de regarder Alma avec surprise. « Ce n'est pas possible... tu n'as pas fait ça toute seule ! Toi la frêle jeune femme, dis moi il y a un ouragan qui est venue ou alors c'est Hulk version Alma ? ». Mais à ces quelques mots, il laissa place à un rire, embrassant sa joue à son tour. La bonne humeur, sur un fond de plaisanterie, il aimait cette ambiance entre eux. Il la suivait derrière dans sa visite guidée, au titre de foutoir & co. Ma fois, c'était charmant. Et ça puait le traquenard, il ne savait pas exactement pourquoi. Mais devant tout ce bordel, quelque chose lui disait que ce n'était quelque chose d'anodin «  Hum... Tu t'es fait avoir sur la décor, j'espère qu'ils t'ont fait un prix sur la location... ». Silas regardait le chien pas du tout, réactionnaire en sa présence, qu'il montra du doigt. « Et sur le chien de garde... J'espère que tu l'as fait prendre du vermifuge et fait une circoncision parce que tu n'auras pas qu'un chien pour compagnie. » Dit-il amusé, bien que ce chien avait l'air d'une crème. Il n'avait jamais eu l'occasion d'en avoir un. Faut dire que se faire courser, par un, alors qu'il n'avait que l'âge de 9 ans, ça marque surtout quand il vous coursait simplement pour le bout de gâteau que vous aviez dans la poche. Et qu'il se retrouva bien vite avec la moitié de son pantalon... « Je me disais aussi... Que ce n'était pas normal, que tu ne me fasses pas venir... Quoique… Pfff ce n'est pas très sympa de jouer avec mes cordes sensibles et de me flatter. » Il entend par là, en évoquant sa moustache naissante, sans faire exprès, parce qu'il n'avait pas un rasoir sous la main. Il leva les yeux en soupirant.
« D'accord, mais avant et parce que je ne peux rien te refuser. Hein, parce que je suis trop faible avec mes proches. J'ai deux questions à te poser... » Deux questions qui lui étaient venues alors qu'il venait dans le taxi. «  Si tu dis au chauffeur de taxi de reculer jusqu'à ta destination...Quand t'arrives, est-ce lui qui te doit de l'argent ? »  Il n'avait jamais dit que c'était très développer non plus comme question. « Et… Supposons que tu veuilles former un orchestre de fourmis, et tu trouves une fourmi qui fait « Clap clap clap... » Avec ses pattes. Eh ! t’as ton batteur. » Oui, Silas avait du temps à perdre dans le taxi... Sur ceux, il préfère s'atteler à la tâche ou plutôt se cacher dans un carton à cette dernière phrase qu'il se détourna d'Alma pour prendre un carton, et commencer à le remplir. «  ça va, je suis parti quelque temps. J'avais besoin... D'air. Et toi ? Pourquoi tout ce remue-ménage ? Pourquoi ce déménagement ? Nouvelle vie ? » Elle n'avait pas eu besoin de m'être des mots, d'être explicite, c'était évident. «  Te ne fout pas de moi, j'ai fait la quête dans la rue, mais je n'ai pas eu un grand succès. Je suis autant poète que je sais tenir sur mes pieds » Autant dire que parfois c'était une catastrophe. Suffisait de passer un peu de temps avec lui, pour s'en rendre compte. Pourtant, ça le faisait assez rire, qu'il attrapa sur son chemin un cousin sur le canapé qu'il laissait directement sur Alma en signe de protestation. Mais qu'il n'a pas vu faire le chemin jusqu'à elle. Puisque la lumière avait totalement disparu de leur champ de vision. Silas n'était pas dans un grand confort, il n'avait pas peur du noir, mais il préférait avoir quelque nuance. Mais c'était sans compter sur l'humour d'Alma qui le faisait rire. « Autant que le rangement de ton appartement ? » S'ils pouvaient se voir à cet instant, Alma aurait pu voir l'impression narquois de Silas. Il essaya de s'approcher du fenêtre. Mais c'était sans compter sur son petit doigt de pied, qui rencontra amoureusement une table ? Un meuble ? En tout cas, ça le foudroya sur table à juger. « Bordel de... Cheval ». Oui, parce que Silas avait fait un pari stupide de ne pas jurer, bon même s'il n'y avait personne comme témoin, sauf Alma. «  Ça me rappelle quand je suis tombé la tête la première sur une cucurbitacée, et que j'ai eu le droit à une commotion. C'est dur, c'est truc là ! » Il s'approcha en boitant près d'une fenêtre, en plissant les yeux. « Je crois qu'il y a un mec qui se promène avec du papier toilette sur la tête.... Je ne suis pas sûr, hein. Enfin, tout ça pour dire que dehors aussi, il n'y a plus de lumière... » Dans un ton, ou on pouvait l'entendre sourire. Tout ça pour ne rien dire, ce soir, il avait envie de parler.


AVENGEDINCHAINS


a thousand
SHADES OF LIFE
You'll get great material, meet some fascinating characters and the skills you develop will give you greater compassion, insight and range with the people you create on the page ▬ By anesidora



sometimes darkness isn't that bad (silas) PPbta5hm_o
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Alma Worrell
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 05/06/2018
›› Commérages : 355
›› Pseudo : asgardian sophie
›› Célébrité : halston sage
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton, (o. holt), elijah livingston (j. mcavoy) et diego abberline (s.claflin)
sometimes darkness isn't that bad (silas) Vide

Re: sometimes darkness isn't that bad (silas) ✻ ( Jeu 16 Mai - 19:08 )


Silas & Alma

sometimes darkness isn't that bad


Elle a envie d'aller mieux Alma, elle veut pouvoir sortir la tête hors de l'eau sauf qu'elle sait pertinemment qu'elle serait incapable d'y arriver toute seule. Alors elle appelle des renforts, elle ne dit rien mais elle s'entoure parce qu'elle se connaît, elle finit toujours par faire trop de bêtises quand elle mélange solitude et tristesse. Elle a tenté pourtant, elle a mis des musiques heureuses à fond dans son salon avant de se faire raisonner par ses voisins qui se plaignaient du boucan. Elle a tenté de sortir aussi, de se vider la tête ou d'au moins penser à autre chose qu'à celui qui lui avait retourné le coeur et avait joué avec comme si ce n'était rien de plus qu'un jouet à jeter après utilisation. Sauf qu'au final, ça s'est juste fini en une grosse migraine et en une envie de s'enterrer encore plus profondément que sous ses couvertures. Inviter Silas lui a semblé être sa meilleure idée de toute cette semaine. Cela faisait un moment déjà qu'ils n'avaient plus eu l'occasion de s'échanger des fun facts sur leurs vies respectives et ça lui manquait un peu à Alma, même si en ce moment sa vie était tout sauf fun. Elle comptait sur lui pour la faire avec des histoires un peu folles qui la sortiraient de sa monotonie parce que Silas, il a toujours eu ce don pour lui donner l'impression que ses journées étaient aussi monotones qu'un feuilleton l'après-midi en pleine semaine. C'est avec son plus beau sourire qu'elle le laisse entrer et à la question qu'il pose, elle se permet de lui tirer la langue comme une gamine. « La frêle jeune femme elle peut te ratatiner au bras de fer à tout moment ! » s'exclame-t-elle avant de lui montrer ses minuscules biceps qui ne valent clairement pas grand chose. Elle n'a jamais été musclée Alma, on peut même dire qu'elle est de type "force de mouche". « Et si, j'ai même réussi à porter un carton rempli d'assiettes en n'en cassant qu'une seule alors admire cette femme extraordinaire que tu as devant les yeux. » Cette fois, elle prend une pose totalement exagérée, ses deux mains posées sur ses hanches. Elle se tourne ensuite vers son bordel et pousse un léger soupir. Elle n'a pas fait grand chose et pourtant, Alma se sent déjà totalement à bout de force. Sa remarque sur le décor arrive malgré tout à la faire rire. « Heureusement que je le quitte alors, » dit-elle en soulevant ses deux sourcils. Et Silas, il ose faire une remarque sur son chien qui est pour Alma comme son propre enfant. Évidemment qu'elle ouvre grand la bouche en prenant un air choqué. « Ne parle pas de Romy sur ces termes jeune homme, il pourrait arrêter une mafia italienne à lui tout seul les yeux fermés ! » Elle en est fière de son chien, justement elle est contente qu'il puisse être calme et ne prenne pas un malin plaisir à détruire tous ses meubles. Alma finit par révéler au grand chose ses plans : amener Silas à l'aider dans son déménagement de manière plus ou moins subtile. Elle le regarde en battant des cils quand il dit que ce n'est pas très gentil, tentant d'avoir l'air le plus innocent possible. « Mais je n'essaie pas du touuut de te flatter ! Quoi que je te trouve encore mieux que Robert Downey Junior comme ça, c'est pour dire. » Alma, exagérer ? Pas le moins du monde. Et grâce à ses talents de persuasion, elle réussit à faire flancher Silas qui prétend cependant avoir deux questions à lui poser avant de commencer. Curieuse, elle plisse légèrement les paupières et attend, prête à répondre à l'énigme de l'année. « Pourquoi, tu comptes te lancer dans le business du taxi ? Ou alors, tu comtes prendre le taxi et arnaquer tous les taximen ! C'est petit ça Silas, je vais devoir te dénoncer à la police des taxis. » Elle retrouve son sourire parce que ça l'amuse de divaguer comme ça sur des sujets qui n'ont pas vraiment de sens. Ce dilemme ne semble pas être la seule interrogation qui occupe l'esprit du jeune homme. « Mais c'est pas du tout une question, » dit-elle en riant avant de retrouver son sérieux. « En plus j'ai pas compris. » Elle fait une petite moue triste et baisse les yeux au sol, honteuse de ne pas avoir saisi ce qui devait certainement être une blague très drôle. Enfin, ils s’attellent à la tâche de remplissage de cartons et Silas l'interroge sur le pourquoi du déménagement après lui avoir annoncé qu'il avait eu besoin d'air. « Besoin d'air ? » ne peut-elle s'empêcher de demander. « J'espère que t'as eu tout l'air dont t'avais besoin, qui est-ce que je vais pouvoir prendre au piège si tu pars trop longtemps ? » À nouveau, elle lui offre son sourire d'ange avant de mettre un plaid dans un carton. « Tu vas me prendre pour une folle, quoi que c'est sûrement déjà le cas. Mais avec un ami, on a été poussé par la folle envie d'adopter un alpaga. » Alma se met à rire parce que dit tout haut, cette phrase est quand même très cocasse. « Alors on avait besoin d'un jardin, pour l'alpaga. Puis pour moi aussi, c'est difficile les soirées barbecues sur une terrasse qui fait la taille d'une boîte à chaussure. » Mais en soit, Silas avait vu juste. Alma avait besoin d'une nouvelle vie, de tourner la page sur sa vie dans cet appartement. « Et pour tes talents de poète, je suis certaine qu'ils n'ont juste pas su saisir ton talent trop complexe pour eux. » En guise de réponse, Silas lui balance un coussin qui vient s'écraser sur son nez avant qu'Alma ne pousse un cri d'exclamation. « Hey, c'était un compliment ! » s'écrie-t-elle avant de reprendre le coussin pour l'envoyer tout droit sur lui. Elle éclate de rire, mais est bien vite coupée dans son élan par les lumières de l'appartement qui s'éteignent. Évidemment, Silas arrive à rebondir sur ses paroles pour venir la taquiner une nouvelle fois. « Je ne te paie pas pour te moquer de moi. Bon d'accord je ne te paie pas du tout, mais j'aurais pu. » Elle essaie de le fusiller du regard, mais c'est difficile avec l'obscurité. Elle entend alors un "boum" suivi d'un presque juron de la part de Silas, ce qui la fait pouffer de rire entre ses mains. « C'est incroyable ce que tu peux être maladroit, des fois j'ai envie de te filmer pour te mettre sur Youtube et ramasser plein d'argent. » Elle cherche à tâtons un des cartons déjà remplis et arrive à mettre la main sur un sachet de petites bougies qu'elle commence à aligner un peu partout dans la pièce principale. Arrivée près de la fenêtre, elle est distraite par la remarque du brun et manque de tomber quand elle s'approche de lui pour voir l'homme avec du papier toilette. « Je veux voir le gars avec du papier toilette ! Bon sang, pourquoi est-ce qu'il faut que l'univers m'ait rendu myope ? » grogne-t-elle avant de de se remettre à poser ses bougies. « Mission allumettes. Si tu vois une boîte, surtout ne me la lance pas car on risque de ne plus jamais la retrouver. » Elle essaie de marcher dans le noir, mais percute l'épaule de Silas avec son front. « Ohlala mais c'est moi qui vais finir avec une commotion, » s'exclame-t-elle avec un sourire tout en se frottant le front. « Je te propose qu'après on fasse un break. Ne m'abandonne pas dans cet appartement où on n'y voit rien s'il te plaît, j'ai regardé The Ring hier et je me sens pas trop trop en confiance toute seule. » Pendant ce temps, elle continue de tâtonner tous les meubles à la recherche de ses fichues allumettes.


AVENGEDINCHAINS



My biggest mistake was thinking you could fix me. Only I can fix me. ☽ ≈ If love is setting a place at the table for someone who is never coming home, I think I'll pass.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞
sometimes darkness isn't that bad (silas) Vide

Re: sometimes darkness isn't that bad (silas) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

sometimes darkness isn't that bad (silas)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération