Save me from them ☼ Ft Sofia

 :: the city of cap harbor :: Police & Firefighter department cap harbor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Opale Atkins
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/03/2019
›› Commérages : 56
›› Pseudo : Bubulle
›› Célébrité : Emilia Clarke
Save me from them ☼ Ft Sofia  Vide

Save me from them ☼ Ft Sofia ✻ ( Jeu 25 Avr - 19:31 )

Save me from themSofia & Opale- Bonjour.

Alors que la caissière passait ses articles un à un, Opale se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir faire de toute ses courses. Même si elle avait désormais trouvé un emploi, elle n'avait toujours pas de logement définitif. Elle n'avait pas de cuisine dans sa chambre d’hôtel et venait d'acheter l'équivalent de six kilos de sucre parce qu'il y avait une promo et que les promos comme ça, on les laisse pas passer. Ce qui n'empêche pas qu'elle n'avait absolument aucune idée de ce qu'elle allait en faire. Peut-être qu'elle en filerait à ceux qui seraient sympas avec elle, après tout elle ne s'était pas encore fait d'amis à Cap Harbor et elle en avait marre de manger des pâtes réchauffées au micro-ondes ou de payer la bouffe de l’hôtel. La bouffe de l’hôtel était vraiment trop chère. Bonne c'est vrai, mais carrément chère. Alors peut-être que si elle se montrait un peu sympa avec deux trois mères de familles, alors elle pourrait se faire inviter pour le dîner et elle pourrait manger des trucs corrects et pas chers en plus ça.

Son plan était parfait.

- Ça fera 80$.


Ouille, ça, c'était pas cool. Elle avait peut-être un peu abusé sur les promotions. Et puis cette caissière était insupportable, aimable comme une porte de prison. Et encore, elle était persuadée qu'une porte de prison serait plus aimable qu'elle. Alors elle paya, prit ses sacs, manqua de tomber avec et partit en claironnant d'une voix fière et de manière quelque peu théâtrale :

- Bonne journée à vous aussi, madame !


Puis elle quitta le magasin.

Une fois les sacs dans le coffre, Opale voulut rouler jusqu'à son hotel. D'ailleurs, elle avait réussi à maîtriser sa voiture. Enfin à peu près, disons seulement qu'elle freinait un peu brusquement, qu'elle zigzaguait parfois encore un peu et qu'elle roulait particulièrement lentement. Néanmoins, elle n'avait plus écrasé personne depuis qu'elle avait failli tuer son père par accident. Sur la route, elle remarqua qu'elle n'avait plus de pastilles à la menthe et que c'était une véritable catastrophe. Heureusement, elle tomba sur une épicerie bien plus petite que le centre commercial qu'elle venait de quitter et où elle ne risquait pas de se ruiner dans des promotions piégeuses. Opale se gara sur le parking et ne comprit qu'à ce moment là qu'elle était suivie par une patrouille de police. Oh, des policiers ! Elle aimait bien les policiers, elle avait failli écrire une intrigue policière un jour, avant de se rendre compte qu'elle en était vraiment incapable. Elle supposait qu'eux aussi avaient besoin de pastilles à la menthe et s'apprêtait à sortir les saluer lorsque l'un des policiers frappa à sa fenêtre.

Tiens, manière un peu frontale de la saluer, dis donc.

- Bonjour madame, papiers du véhicule.

Bon au moins, il avait dit bonjour, lui. Alors Opale s’exécuta, un peu mollement certes, parce qu'elle ne comprenait vraiment pas pourquoi on venait l'embêter ELLE alors qu'elle était une citoyenne modèle depuis l'âge de ses cinq ans, mais bon, pourquoi pas après tout.

- Veuillez sortir de la voiture.

Hein ? Mais pourquoi ? Enfin, elle n'avait rien fait ! Elle n'avait enfreint aucune lois, ses papiers étaient en règle et sa conduite n'était pas si catastrophique que ça !

Si ?

- Enfin, je...


- Tout de suite.

Décidément, elle qui trouvait les habitants de Cap Harbor agréables jusque là, elle commençait à être bien déçue. Néanmoins, elle sortit, parce qu'elle ne voulait pas d'ennuis avec la police et parce qu'il était vraiment craquant, ce policier qui commençait à la fouiller.

- Si vous vouliez mon numéro vous pouviez me le demander tout simplement...

- Ouvrez moi le coffre.

Pas très marrant celui là. Opale commençait à sérieusement se demander d'où ils sortaient, ces flics de pacotille qui l'importunaient sans aucune raison. La brune croisa ses bras, releva le menton et les toisa du haut de son immense mètre soixante.

- Et pour quelle raison je vous prie ?

Les deux hommes se regardèrent, comme si la réponse était pourtant parfaitement évidente.

- Parce que vous conduisez en zigzaguant, trop lentement, et qu'il y a des sacs remplis de poudres blanches dans votre coffre.

C'est à ce moment, qu'Opale comprit qu'elle avait fait une bêtise.

- De la poudre bla... mais non enfin je... c'est du sucre ! Il y avait une promo au centre commercial ! Un acheté pour un offert ! Vous en voulez un ? C'est parce que je voulais en offrir aux mères de famille du quartier et parce que ma petite sœur arrive bientôt en ville et que je voulais lui faire des cookies même si j'ai pas encore de cuisine pour ça mais ça va venir je vous promets, c'est pas de la drogue !

- On verra ça au poste, vous voulez bien.

Alors elle les avait suivi, non sans pester qu'il s'agissait là d'un véritable scandale et que leur supérieur allait entendre parler d'elle. Mais elle l'avait ouvert ce coffre, ils avaient piqué son sucre et maintenant, elle attendait sur une chaise auprès des criminels et des drogués qui lorgnaient clairement sur ses escarpins.

- Ne bougez pas d'ici, on viendra vous chercher.


Ils n'étaient jamais venus.
:copyright: 2981 12289 0


 
There are worlds in an opal
I'm a princess cut from marble, smoother than a storm. And the scars that mark my body, they're silver and gold. My blood is a flood of rubies, precious stones. It keeps my veins hot, the fires find a home in me.

anaphore
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan), miadison williams (b. larson)
Save me from them ☼ Ft Sofia  Vide

Re: Save me from them ☼ Ft Sofia ✻ ( Sam 27 Avr - 16:43 )

SAVE ME FROM THEM
Opale & Sofia
La belle italienne venait de revenir à son bureau. Se jetant dans aucune retenue dans son siège derrière son bureau. Son téléphone portable collé à l’oreille. C’est sa mère au bout du fil et le moins que l’on puisse dire, c’est que Sofia est loin d’être ravie que sa mère pense toujours à lui téléphoner chaque mois pour prendre de leurs nouvelles à Matthias et elle. Étant au travail, elle aurait dû ne pas décrocher, mais ça lui donne une bonne excuse pour couper court à la conversation en réalité ! Bien que lorsque son regard vagabond sur les sièges des dépositions à prendre, elle ne sait pas lequel des deux elle préféré... La peste ou le choléra ? Faut reconnaître que le choix est difficile et c’est pour ce type de journée qu’elle veut monter en grade, faire autre chose. Parce que faire le flic qui reste bien sagement a son bureau pour taper des rapports et être assigné à la circulation parce que la trois quart de ses collègues sont en congé. C’est loin d’être le boulot de ses rêves. Ça l'a satisfaite quelques années. Mais elle sent qu’elle est en plein dans un nouvel élan. Elle a envie de changement tout simplement.

Elle finit par raccrocher et se prend une nouvelle pause parce qu’elle a besoin d’un café et d’une cigarette. Elle ne fait pas beaucoup attention, elle remarque pourtant cette jeune femme qui attend sur l’un des sièges, qui semble mal à l’aise alors que pour les autres cela semble être un parcours de routine. Elle file pourtant se prendre un café et fumer sa cigarette à l’extérieur ou deux autres collègues sont en train de faire comme elle. « Est-ce que les employés de chez Nescafé prennent des pause-café ? » Elle regard celui des deux qui vient de poser cette question en se demandant si c’est vraiment à elle que l’on pose la question. Et il semblerait qu’effectivement, elle fasse partie du lot, puisque le gars la regarde aussi. « J’vois pas pourquoi ils en prendraient pas en fait. » Qu’elle répond en haussant les épaules, buvant une gorgée de son café. Elle se tourne un peu, regardant le passage dans la rue depuis l’arrière-cour du commissariat. « Ah, au fait j’me posais une question aussi depuis longtemps, vous allez peut-être pouvoir m’aider. » Sofia le regarde à nouveau, le visage sans réelle expression. Elle attend simplement qu’il la pose et l’incite à le faire d’un geste du menton. « Quelle couleur de cheveux écrit-on sur les permis de conduire des chauves ? » Elle écarquille les yeux et se demande si la question est réelle. « J’sais pas demande lui de te montrer son cul, tu matte la couleur de ses poils et t’as la réponse à ta question. » Dit-elle avant de finalement soupirer, terminant son café d’un trait, jetant le gobelet dans la poubelle à disposition. Jaxson lui manque réellement. Au moins le niveau était plus haut que ça lorsqu’il était encore là et ça la conforte encore un peu plus dans son envie de faire autre chose. Elle s’éloigne pour terminer sa cigarette seule. Une main dans une poche, l’autre tenant sa cancerette entre l’index et le majeur. Elle regarde la pelouse impeccable visible depuis la cours, du voisin d’à côté. Elle aperçoit alors un petit truc de couleur et ça attire sa curiosité. Elle regarde autour d’elle et de la maison pour voir s’il y a quelqu’un autre que ses collègues qui ne font même plus attention à elle. Elle s’avance alors dans le jardin et s’accroupit pour voir ce qu’est cette chose de couleur dans le tas d’herbe. Elle se rend alors compte que c’est un œuf en chocolat emballé dans du papier d’aluminium. Surement un qui est passé à la trappe le jour de la chasse aux œufs. Elle le glisse discrètement dans sa poche avant de sortir son téléphone, coinçant sa cigarette entre ses lèvres, pour prendre une photo qu’elle tente un peu artistique de la dite touffe d’herbe avant de poster le résultat qui la satisfait sur instagram.

Il n’est pas loin de la fin de son service lorsqu’elle pose de nouveau les yeux sur la jeune femme qui se trouve toujours assise quasiment en face d’elle. Elle fronce alors les sourcils et regarde l’heure sur son téléphone, puis l’heure à laquelle sa mère l’a appelé pour voir le temps qu’il s’est passé entre temps. Quatre bonnes heures, en sachant que l’italienne ne sait pas depuis combien de temps elle est assise là. « Hey les gars y a quelqu’un qui s’occupe d’elle ? » Demande-t-elle parmi les bureaux en désignant d’un doigt tendu en direction de la brune qui attend. Ils lui font tout un non de la tête. « Qui l’a amenée là ? » Qu’elle demande à nouveau. Mais encore une fois, le peu de réponses qu’elle obtient lui laisse entendre que personne ne sait. C’est toujours en fronçant les sourcils qu’elle marche dans sa direction et s’arrête à quelques mètres d’elle. « Bonjour Madame, quelqu’un s’occupe de vous ? » Demande-t-elle d’une voix calme, l’air soucieuse largement sur ses traits. « Y a personne qui s’occupe de moi non plus m’dame l’agent ! » L’italienne regarde l’homme qui vient de s’adresser à elle, assit à deux chaises de la jeune femme. « Michaël, vous vous êtes là minimum deux fois par semaine, ça ira vite pour vous alors que madame, c’est la première fois qu’elle vient, ça va prendre plus de temps. Mais promis, on s’occupe de vous juste après. Je vais demander à l’un de mes collègues de le faire une fois que j’aurais installé madame à mon bureau, d’accord ? » Elle sourit au vieil homme qui marmonne de mécontentement. Mais ils le connaissent tous ici. Son tour viendra… plus tard ! « Venez madame. » Sofia lui indique la direction de son bureau, un sourire sur les lèvres. « Vous voulez boire quelque chose ? » Parce qu’elle ne sait pas depuis combien de temps elle est là, mais il est clair qu’elle n’a rien bu depuis qu’elle est assise sur cette chaise.
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.


Dernière édition par Sofia Di Lazio le Mer 1 Mai - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Opale Atkins
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/03/2019
›› Commérages : 56
›› Pseudo : Bubulle
›› Célébrité : Emilia Clarke
Save me from them ☼ Ft Sofia  Vide

Re: Save me from them ☼ Ft Sofia ✻ ( Mer 1 Mai - 17:56 )

Save me from themSofia & OpaleAprès une bonne heure d'attente, quelqu'un s'intéressa enfin à elle.

Ce n'était pas trop tôt. En fait, elle avait beau être une citoyenne exemplaire, elle se serait sûrement levée et aurait sûrement quitté le commissariat si cette jolie jeune femme n'était pas venue jusqu'à elle. Elle avait fini par perdre espoir que quelqu'un la remarque un jour à force, et ça l'avait presque surpris qu'on s'adresse à elle. Néanmoins elle l'avait suivi tout en jetant un regard noir à l'homme qui s'était plaint que lui non plus n'avait personne pour s'occuper de lui. Peut-être que c'était le cas, mais peut-être aussi qu'il avait bien quelque chose à se reprocher. Opale, elle avait simplement acheté du sucre.

- Non, personne ne s'occupe de moi, non.

L'énervement était facilement lisible sur son visage, dans ses mots, et à la façon dont elle tenait son sac, comme si elle avait pour projet secret de le broyer à l'intérieur de sa paume. Même si cette jeune femme ne lui avait rien fait, elle ne pouvait pas s'en empêcher. Opale avait le sang chaud malgré les apparences et celui-ci bouillait depuis maintenant trop longtemps pour qu'elle puisse diminuer sa température.

Finalement, la brune finit par être installée dans le bureau de la policière et fit de son mieux pour contenir son envie de tout briser à coup de batte de baseball. Elle s'assit, posa son sac sur ses genoux, ses mains sur son sac, et elle attendit. Que ce soit un miracle ou simplement la permission de sortir, Opale attendait. On lui proposa quelque chose à boire, et l'écrivain mis du temps à répondre. Parce qu'elle avait envie de tuer des gens, probablement.

- Oui, s'il vous plait. Un café. Noir.

Comme son âme à cet instant. Elle fixa un long moment son interlocutrice et finit par exploser :

- Écoutez, je n'ai absolument rien contre vous, je vous suis même très reconnaissante de m'avoir sauvé de vos collègues. Mais sachez que je n'ai absolument aucune idée de la raison de ma présence ici et que j'ai poireauté sur une chaise pendant une heure complète à attendre qu'on me rende mon sucre. Oui, parce que c'est bien ce dont il s'agit, du sucre. Vos collègues m'ont volé mon sucre.

Sofia ne devait sans doute rien y comprendre, mais la brune n'en avait pour l'instant pas grand chose à faire. Il fallait simplement que ça sorte, parce qu'elle risquait de devenir folle si ça ne se faisait pas.

- Alors maintenant, j'aimerais simplement récupérer mon sucre, et m'en aller.

Oui, elle voulait partir de cet endroit. Et le plus vite possible serait le mieux.
:copyright: 2981 12289 0


 
There are worlds in an opal
I'm a princess cut from marble, smoother than a storm. And the scars that mark my body, they're silver and gold. My blood is a flood of rubies, precious stones. It keeps my veins hot, the fires find a home in me.

anaphore
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan), miadison williams (b. larson)
Save me from them ☼ Ft Sofia  Vide

Re: Save me from them ☼ Ft Sofia ✻ ( Mer 1 Mai - 20:52 )

SAVE ME FROM THEM
Opale & Sofia
Pas besoin d’être sortie de St Sir pour comprendre que la jeune femme est agacée. Fort heureusement, ce n’est pas contre elle. Sofia est au moins clean là-dessus, ça, c’est sûre ! Ou alors elle n’en est pas au courant. Comme le reste du commissariat, il semblerait. L’italienne aurait dû s’en douter lorsque ce bon Michael intervient aussi en avançant que personne ne s’occupe de lui non plus. C’est un habitué, à tel point que la chaise sur laquelle il est assis porte limite son nom. Il est resté tellement vissé dessus, qu’elle a presque fini par se moulée à la forme de son cul. Enfin, elle n’a jamais réellement vérifié, mais c’est une supposition qu’elle se fait et qu’elle n’est pas seule à se faire d’ailleurs. Sofia indique à la jeune femme de la suivre et de s’avancer jusqu’à son bureau pour y prendre place. Lui proposant aussitôt si elle veut boire quelque chose. La réponse ce faisant tardive elle vient à se demander si elle a pensé la question ou si elle l’a réellement posé. Elle n’est pas sûre non plus d’avoir poussé un soupir de soulagement lorsque la réponse vient enfin. « Un café noir, très bien, je vous apporte ça tout de suite. » Sofia s’apprête à aller lui servir le dit café noir lorsque la brune lui explose entre les doigts et Sofia regrette aussitôt d’avoir mis temps de temps à avoir tourné les talons, parce qu’évidemment, c’est pour sa poire. Enfin elle relativise en se disant que dans tous les cas, ça l’aurais été puisque c’est elle qui est allé chercher la jeune femme là où elle attendait. Et pour être totalement sincère, elle aurait sûrement fait la même chose. Quoi que peut-être pire, parce qu’elle se connaissait, elle aurait sûrement tapé le bordel dans les dix minutes qui auraient suivis son arrivée. Sofia regarde alors la jeune femme tandis qu’elle parle, posant ses mains sur ses hanches et attendant simplement que l’orage passe. Encore que cela aurait pu être bien pire !

L’italienne écarquille pourtant belle et bien les yeux, l’air perplexe se lisant aussitôt sur son visage alors qu’elle ne comprend rien aux raisons de sa présence dans le commissariat. « Donc vous ne voulait pas de café ? » Qu’elle demande quand même pour être sûre de ce qu’elle doit faire. Parce que si cette femme attend depuis une heure comme elle le dit, un café ne sera pas de trop pour la détendre un peu. Quoi que … « Écoutez, je vous promets de mettre au clair toute cette histoire et dans les plus brefs délais, mais un café vous fera du bien surtout si vous attendez depuis une heure. D’accords ? » Qu’elle demande avec un sourire, tentant d’apaiser la jeune femme, espérant lui montrer une preuve de sa bonne foi. Sofia s’éclipse donc le temps d’un instant préparant deux cafés, parce qu’elle sent qu’elle aussi va en avoir besoin d’un. Lorsqu’elle croise deux collègues dans l’un des couloirs elle leur demande s’ils ont entendu une histoire sur une arrestation pour du sucre. Mais évidemment à part ce foutre d’elle, ils n’en savent rien. Ça ne l’avance pas plus la Di Lazio et ça l’irrite un poil l’italienne. Elle revient à son bureau ou la brune n’a pas bougé d’un poil et dépose le gobelet de café devant elle. « Et voilà pour vous. » Qu’elle dit avant de s’asseoir à sa place avec son propre café. « Alors, pour commencer que suis l’agent Di Lazio. J’ai besoin de votre identité pour voir si mes collègues ont noté quelque chose dans le logiciel. D’accords ? » Elle espère qu’elle ne va pas de nouveau lui claquer entre les doigts. Parce qu’elle aspire à être la plus compréhensive possible. Sofia décolle ses yeux de l’écran d’ordinateur pour regarder la jeune femme. « Raconter moi en détail ce qu’il s’est passé. » Parce qu’elle veut sa version des faits. Parce qu’effectivement, elle ne voit pas pourquoi elle serait là pour du sucre.
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Opale Atkins
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 10/03/2019
›› Commérages : 56
›› Pseudo : Bubulle
›› Célébrité : Emilia Clarke
Save me from them ☼ Ft Sofia  Vide

Re: Save me from them ☼ Ft Sofia ✻ ( Sam 1 Juin - 5:19 )

Save me from themSofia & OpaleOpale était consciente que ce n'était pas de sa faute.

C'était sûrement pour cette raison qu'elle n'avait pas commencé à détruire son bureau en poussant des cris dignes du tyrannosaure dans Jurassic Park. Néanmoins, elle restait énervée, parce qu'elle était victime d'une injustice et qu'on l'avait traitée en criminelle, ce qu'elle détestait. Opale payait même les grains de raisons qu'elle goûtait au supermarché, elle ne volait rien, jamais. Alors vendre de la drogue... non, certainement pas. Il s'agissait d'un malentendu. Un ignoble malentendu. Elle se sentit pourtant légèrement coupable d'avoir été aussi brusque avec cette jeune femme qui ne lui avait rien fait. Alors elle souffla, et fit de son mieux pour répondre gentiment.

- D'accord.

Voilà, c'était le mieux qu'elle puisse faire. Alors la jolie brune partit, la laissa seule, sur une chaise, encore, et Opale sentit ses nerfs chauffer. Elle s'imaginait déjà qu'elle était partie loin, très loin d'elle, qu'elle ne reviendrait jamais et que tout ce poste de police se moquait éperdument d'elle. Elle s'imaginait là, à attendre encore des heures en espérant récupérer un sucre perdu depuis bien longtemps. L'envie de détruire tout ce qu'elle trouvait montra de nouveau le bout de son nez.

Mais finalement, elle arriva.

Salvatrice, encore.

Un café dans les mains.

- Merci.

Ce merci était bien sec, mais encore une fois, c'était tout ce dont elle était capable. Elle trempa ses lèvres dans le liquide pensivement, fit de son mieux pour ne pas le descendre d'un coup comme elle en avait envie. Elle réussit.
Ensuite, l'agent Di Lazio lui demanda son identité, et sa version des faits. Opale prit de nouveau une grande inspiration, pour se calmer.
Elle échoua.

- Je m'appelle Opale, oui Opale comme le caillou, ma mère était timbrée mais vraiment cool dans son genre. Opale Atkins.

Non, elle ne parlait pas autant d'habitude pour se présenter mais là... là, c'était différent.

- Ma version des faits, je vais vous la donner.

Elle se racla la gorge et de nouveau, fit de son mieux pour rester calme et surtout clair.

- Il y avait une promotion, au supermarché. Voyez, j'aime les promotions parce qu'elles me permettent d'économiser de l'argent et j'aime l'argent. J'aime les bonnes affaires aussi. Enfin, il y avait une promotion au supermarché sur du sucre, j'en ai donc pris six kilos. C'était une super promotion et ma petite soeur arrive bientôt en ville, je voulais lui faire des cookies. Beaucoup de cookies. Vos collègues m'ont dit qu'ils trouvaient ma conduite catastrophique, ce qui est tout à fait inexact, et qu'ils suspectaient les sacs dans mon coffre d'être de la drogue. Or, ce n'était pas de la drogue, c'était du sucre. Au lieu de goûter tout simplement le contenu de ces foutus sacs, ils m'ont embarquée et m'ont dit qu'ils allaient procéder à des analyses. Pour du sucre. Ce que je pense, agent Di Lazio, c'est que vos collègues m'ont menti, ont pris mon sucre, et l'ont utilisé pour sucrer leur foutu café. Oui, avec six kilos, vos collègues aiment le sucre. Mais vous savez, je ne compte pas me laisser faire. Ce sucre m'appartient et j'exige à ce qu'on me le rende, ou qu'on aille m'en acheter de nouveaux sacs dans ce super supermarché. J'ignore pour qui ces imbéciles m'ont pris, mais je ne suis pas du genre à me laisser marcher sur les pieds.

Et sur ce long, long, très long monologue, Opale but son café d'une traite, se redressa fièrement, posa ses mains sur son sac et attendit.
:copyright: 2981 12289 0


 
There are worlds in an opal
I'm a princess cut from marble, smoother than a storm. And the scars that mark my body, they're silver and gold. My blood is a flood of rubies, precious stones. It keeps my veins hot, the fires find a home in me.

anaphore
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan), miadison williams (b. larson)
Save me from them ☼ Ft Sofia  Vide

Re: Save me from them ☼ Ft Sofia ✻ ( Ven 14 Juin - 14:38 )

SAVE ME FROM THEM
Opale & Sofia
Elle tente de grappiller des informations le temps qu’elle prépare deux cafés, enfin, elle reste surtout à côté de la machine à café en attendant que le gobelet qu’elle a placé dessous se remplisse tout seul. L’immense machine y vomissant un truc qui n’a de café que le nom, parce qu’au niveau du goût… Seulement, inévitablement, personne n’est capable de l’avancer plus. Elle n’est pas foutue de trouver la moindre information sur la jeune femme, qui l’a amené ici et pourquoi… C’est donc en prenant une grande inspiration qu’elle attrape les deux gobelets et retourne à son bureau, prête à se prendre toutes les foudres de la colère de la jeune femme qui y est assise, même si elle n’en est pas à l’origine. Posant le gobelet du côté de la jeune femme, Sofia délaisse instantanément le sien pour lancer une page de recherche dans la base de données de la police, histoire de trouver quelque chose et pour se faire elle demande l’identité de la brune. « Je n’émets aucun jugement. » Avoua-t-elle en levant les mains. « Je serais bien mal placé pour mon deuxième prénom se trouvant être Vénus parce que ma mère loue un culte à la Vénus de Milo. » Elle hausse les épaules cette fois, un sourire aux livres alors qu’elle n’en dit que la moitié puisque le deuxième prénom de son frère jumeau se trouvant être Milo justement. Mais après tout, elle n’est pas ici pour parler chiffon, mais puisqu’Opale lui livre son anecdote elle en fait de même. Peut-être que ça la détendra un peu. Sofia tape aussitôt le prénom de la jeune femme sur son clavier. « Vous pouvez m’épeler votre nom s’il vous plaît. » Qu’elle demande pour être sûr de ne pas faire d’erreur. L’italienne lâche pourtant son ordinateur des yeux au moment où Opale se racle la gorge, parce qu’avec le ton qu’elle emploi depuis le début, elle sent que c’est maintenant que le gros du truc va lui tomber sur le coin du nez. Alors elle lui porte toute son attention, pour l’écouter. Seulement ça commence mal… Comment avoir envie de prendre la chose au sérieux quand ça commence par une promotion au supermarché ? Pourtant, la brune s’efforce de rester la plus pro possible, et surtout ne rien laisser disparaître de son sérieux pour ne pas que la jeune femme qui lui raconte son histoire ne perd encore plus patience et surtout la mette dans le même panier que les autres… Alors Sofia suit l’histoire de A à Z, tout en hochant la tête aux affirmations de la jeune femme, lâchant quelques onomatopées également. Elle finit par soupirer longuement tout en venant poser son dos contre le dossier de son siège, croisant ses bras sous sa poitrine. Fixant la jeune femme dans les yeux, ahuris pas l’absurdité de cette histoire. Un certain silence s’installe autour du bureau, perturbé par les bruits du commissariat. « Je vous promets que je vais tout mettre en œuvre pour retrouver votre sucre. » Parce que c’est la vérité ! « Les deux hommes qui vous ont conduit ici, avaient une voiture de police ? » Qu’elle demande quand même. Pour être sûre. « Et ils ont bien pris votre identité avant du vous laissez là ? » Il faut qu’elle s’en assure, parce qu’elle ne lui a pas encore avoué, mais la recherche de son nom dans la base de données n’a absolument rien donné… Sofia est donc en train de se demander si les deux protagonistes qui ont perturbé la journée de la jeune femme et pris ses six kilos de sucres, était bien des gars travaillant dans le commissariat…
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞
Save me from them ☼ Ft Sofia  Vide

Re: Save me from them ☼ Ft Sofia ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Save me from them ☼ Ft Sofia

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Police & Firefighter department cap harbor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération