Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Giovanni Esposito
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/09/2017
›› Commérages : 1075
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Michael Fassbender
›› Schizophrénie : Joan Pryce ›› Asher James ›› James Campbell ›› Calie Washington ›› Rose Milligan ›› Kate Rhodes ›› Brane Malone ›› Joren De Hoop ›› Ivy Abberline
Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) Vide

Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) ✻ ( Sam 4 Mai - 13:56 )

Don't ever let anybody tell you they're better than you
Sofia & Gio

S'il continue à ne rien faire de ses journées, Gio va devenir gros et moche. Ses frères vont se moquer de lui, il deviendra la blague de la famille et il ne pourra plus réclamer le trophée du plus bel italien. Il soupire tandis qu'il fixe son reflet dans le miroir. C'est vrai qu'il a mauvaise mine. Tout le monde le lui répète depuis plusieurs semaines, alors que lui s'applique à les rembarrer. Il n'aime pas spécialement qu'on vienne lui cracher en pleine figure à quel point il a l'air malade. Il le sait, s'en rend compte à chaque fois qu'il croise son reflet quelque part. Il le sent, aussi. Il manque de dynamisme, se sent fatigué en permanence. Il a aussi l'impression d'avoir les poumons encrassés à force de fumer comme un pompier. D'un point de vue physique, son poids n'a plus été stable depuis longtemps. Il est capable de prendre deux kilos pour en reperdre cinq. Pendant longtemps, il refusait de vraiment se pencher sur le problème. Il a d'autres chats à fouetter, Gio. Comme sa femme qui refuse encore de divorcer, qui s'accroche à un mariage qui est mort depuis plus d'un an. Le problème, c'est qu'il en vient à se sentir mal. Aussi bien physiquement que mentalement. Ça le pèse de ne plus rien faire, autant que d'entendre ses proches lui rappeler à quel point il a une sale gueule. Il prend conscience d'à quel point il doit se bouger s'il ne veut pas précipiter la fin de ses jours. Il doit se reprendre en main, essayer d'avoir un mode de vie un peu plus sain et pas simplement attendre que le temps passe depuis le fond de son canapé. Il a besoin de sortir ici, de respirer l'air frais du dehors. Sur un coup de tête, il attrape son téléphone et envoie un message à Sofia. Sa cousine lui a récemment reproché de jouer les fantômes, et il n'a pas su lui donner tort. Gio s'est un peu coupé du monde, dernièrement. Ce n'était pas tellement volontaire, il l'a fait inconsciemment. Il n'empêche que la famille a toujours été quelque chose d'important et il n'aime pas vraiment l'idée que Sofia soit blessée à cause de son absence. Elle n'a jamais dit qu'elle l'était, et son reproche n'en était pas vraiment un non plus, mais ça suffit à Gio pour le faire culpabiliser. Et s'il doit faire du sport, il n'a pas envie de le faire tout seul. Il n'a pas non plus envie de solliciter Pio ou Simone pour ça, parce que aussi bien l'un comme l'autre risque de lui faire cracher ses poumons en cinq minutes à peine. Avec Sofia, il s'attend à un minimum de douceur et de bienveillance. Puisqu'il n'a pas envie d'aller dans une salle de sport, il propose un footing. Ça lui permettra de voir le monde extérieur, de tester la météo autrement que depuis son salon. Ils se donnent rendez-vous pour l'après-midi même, ce qui laisse le temps à Gio de se préparer psychologiquement. Il n'a jamais rien eu contre le sport, l'italien. Mais avant aujourd'hui, il n'a jamais pris le temps d'en faire. Sa vie d'avocat ne lui permettait pas tellement d'aller courir et même s'il ne fait plus rien depuis un an, l'idée de faire un footing seul ne lui a jamais traversé l'esprit. Il compte sur Sofia pour le motiver. Il retrouve l'italienne en début d'après-midi, à l'entrée du parc. Gio colle un sourire sur son visage, puis la prend dans ses bras quand il arrive à sa hauteur. « T'as meilleure mine que moi, ça fait plaisir à voir. » Qu'il dit avant d'embrasser le haut de son crâne. Gio se détache d'elle et jette un œil autour de lui. « J'espère que tu vas pas trop m'en faire baver. Ça fait un moment que j'ai pas couru et je crois pas que mon corps soit prêt à un tel changement. » Ça l'inquiète un peu, cette histoire. Il a peur de finir à terre après avoir parcouru cent mètres. Il a aussi peur que sa cousine se moque de lui parce qu'il a la même condition physique qu'un vieux de 80 ans.
✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    clapping (verb) repeatedly high-fiving yourself for someone else's accomplishments
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan), miadison williams (b. larson)
Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) Vide

Re: Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) ✻ ( Dim 5 Mai - 17:59 )

DON'T EVER LET ANYBODY TELL YOU THEY'RE BETTER THAN YOU
Gio & Sofia
Elle ne peut pas dire que sa vie va mal ces derniers temps. Surtout qu’elle n’est pas du genre à se plaindre l’italienne. Même s’il y a plusieurs points qui tourne dans sa tête ces derniers temps et qu’elle n’a pas pris le temps d’éclaircir. Des réflexions et surtout des décisions qu’elle a remis à plus tard. Parce que très clairement, si elle pense de plus en plus à décrocher du business de Matthias en essayant évidemment de l’entraîner avec elle. Mais il lui a exposé des faits lors de leur dernière discussion, que Sofia n’avait pas pris en compte et qui pourtant tombent sous le sens ! Elle s’est parfaitement rendu compte que ça serait nettement plus facile pour elle que pour lui. Mais pour elle, la famille a toujours été le pilier centrale de son existence, alors si elle n’est pas là pour lui sauver le cul, comment est-ce qu’il va faire ? Il ne pourra compter sur personne d’autre, parce que personne d’autre qu’elle ne tiendra suffisamment à lui, ou autant qu’elle en tout cas. Pour sauver son cul quitte à ruiner sa propre vie. Parce qu’elle est dans le milieu et qu’elle sait comment cela peut se finir, pour lui, mais aussi pour elle. Et le pire dans cette histoire, c’est qu’elle ne peut en parler à personne sans risquer de foutre quelqu’un dans la merde autant qu’eux ! Parce qu’elle ne souhaite pas mettre d’autre personne a qui elle tient dans cette spirale et surtout les rendre complices à leur tour. Alors elle n’y pense pas, ou le moins possible. Parce que sinon elle va se coller des insomnies et que ça ne lui va pas très bien au teint… L’autre souci majeur qu’elle a, c’est bien évidemment Adrian. Parce qu’elle était persuadée d’avoir pris sa décision, seulement ce n’est pas si facile qu’elle le pensait. Au moins de lui, elle peut en parler ! Et lorsque Gio lui a fait par ce son envie de faire un peu de sport en lui demandant de l’accompagner, bien que cette demande veuille surtout dire qu’il a besoin d’un coach pour ne pas crever au bout de cinq mètres. Elle s’est dit que c’était l’occasion de s’ouvrir un peu a son cousin, si l’occasion se présentait évidement. Mais elle connaissait son ainé et déjà qu’il l’avait fait par sms pour Elijah, elle se doutait qu’il allait remettre les deux pieds dedans et dans un certain sens, ça l’arrangeait la belle brune.

Une chance pour Gio, Sofia était pas mal libre cette semaine et c’est de cette façon qu’ils avaient convenue d’une petite sortie footing, histoire de le décrasser un peu. Dans le fond, ça l'a toucher qu’il ait pu penser à elle pour cela. Surtout que ces derniers temps ils ne s’étaient pas beaucoup vu. Elle trouvait qu’il se renfermait un peu sur lui-même et aux yeux de l’italienne, c’était un pas en avant de la part de son cousin pour ce sortir de ça et remettre un peu d’ordre dans sa vie. La journée était superbe qui plus est, Sofia n’avait donc enfilé qu’un leggings et une brassière pour ce footing qui serait loin de ce qu’elle a l’habitude de faire. Ne sachant pas s’il penserait à prendre de l’eau, comme la plupart des débutants. La jeune femme avait donc pensé à cela, glissant deux bouteilles d’eau et quelques barres céréalières dans un petit sac à dos qu’elle allait garder. Cette séance de sport allait sortir de ce qu’elle fait habituellement alors au moins elle allait se rajouter un peu de poids pour compenser. Elle attend déjà à l’entrée du parc au moment où Gio vient à sa rencontre et elle lui lâche un immense sourire et elle lui ouvre ses bras pour venir le serrer contre elle lorsqu’il est suffisamment près d’elle. « C’est pas compliqué, on sait tous que dans cette famille, ce sont les femmes les plus belles. » Elle sourit doucement et prend le pas pour entrer dans le parc histoire de ne pas rester comme deux glands devant l’entrée. « Sache mon cher cousin adoré, que le corps puise sa force dans le mental. Soit t’y arrive et ca prouvera que tu veux vraiment y aller, soit en effet, tu vas en chier. » Qu’elle dit en rigolant tout en donnant une tape sur l’épaule de son cousin. Il y a sûrement meilleure motivation qu’elle et mot que ceux qu’elle vient de prononcer. Mais fidèle à elle-même, elle a choisi d’être totalement sincère avec Gio. « Avant quoi que ce soit de toute façon, on s’échauffe, hors de question de courir alors que t’es froid, c’est le meilleur moyen pour que tu me claques entre les doigts. » Elle ajouterait bien un ‘papi’ mais elle l’aime suffisamment pour le préserver un minimum. « Aller hop, on sautille d’un pied sur l’autre pour échauffer les chevilles, faire monter doucement ton rythme cardiaque et tu tournes tes épaules comme ça.. » Sofia s’exécute en même temps qu’elle parle pour lui montrer l’exemple. « .. pour tout échauffer, ça peut paraître con, mais les bras servent plus qu’on ne le pense quand on court puis si tu glisses sur un truc ça t’éviteras de te faire un claquage parce que t’as mis les mains en premières pour te rattraper. » Elle sourit pour ne pas dire qu’elle rit légèrement lorsqu’elle parle. Elle aimerait croire qu’il ne sera pas aussi gauche et qu’il va même très bien s’en sortir. Mais elle se souvient parfaitement d’elle-même lorsqu’elle a commencé le sport et il lui a fallu une paire de mois avant d’être opérationnelle et comprendre certaines choses. Dans un sens, il a de la chance, elle lui fait des cours accélère. « Sinon comment ça va toi ? » Qu’elle demande en même temps qu’elle continue ses petits exercices d’échauffement, profitant qu’il ne soit pas encore à bout de souffle, parce que dans quelques minutes, ça ne va plus être la même histoire. Surtout, quand elle sait comment il fume.
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Giovanni Esposito
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 25/09/2017
›› Commérages : 1075
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Michael Fassbender
›› Schizophrénie : Joan Pryce ›› Asher James ›› James Campbell ›› Calie Washington ›› Rose Milligan ›› Kate Rhodes ›› Brane Malone ›› Joren De Hoop ›› Ivy Abberline
Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) Vide

Re: Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) ✻ ( Lun 10 Juin - 15:39 )

Don't ever let anybody tell you they're better than you
Sofia & Gio

La famille, ça a toujours été quelque chose de vital pour Gio. Il serait incapable de fonctionner sans, n’imagine même pas ce qu’il ferait si ses frères ou ses cousins n’existaient pas. Probablement que s’il avait été fils unique, sans personne d’autre autour de lui que ses parents, il penserait différemment. Il n’empêche que Gio, il ne supporterait pas de vivre sans eux. Ils sont tellement importants, tous autant qu’ils sont, qu’il pourrait se plier en quatre pour eux. C’est qu’il est protecteur, l’italien. À l’inverse, il sait qu’il pourra toujours compter sur les membres de sa famille pour l’aider à remonter la pente. Le problème, c’est que pour demander de l’aide, il doit d’abord ravaler sa fierté en admettant que ça ne va pas. Pour lui, qui n’a pratiquement connu aucun échec, c’est difficile. Puis il a toujours eu peur de décevoir ses proches, de casser l’image qu’ils ont de lui. Il a eu l’impression de devoir surmonter l’insurmontable en annonçant son divorce aux personnes de son entourage, alors il n’est pas encore totalement prêt à avouer qu’en plus, ça lui plombe le moral. Il sait qu’à force de se renfermer sur lui-même, il va se faire du mal. Gio peut déjà le constater juste en observant son reflet dans le miroir. Il a presque l’air malade, l’italien. Alors pour la première fois depuis que la procédure de divorce est enclenchée, il tente d’aller mieux. Il fait ça subtilement, sollicite un peu de soutien auprès de Sofia sans lui dire clairement qu’il en a besoin. Elle est intelligente dans le fond, elle risque de comprendre que cette histoire de footing est plus un appel à l’aide qu’une réelle envie de sortir de chez lui. Et ça lui fait du bien d’être en contact avec le monde extérieur, de retrouver l’humour et le sourire de sa cousine. « C’est vrai qu’on peut difficilement dire le contraire. » Même si Gio et ses frères trouveront toujours une façon ou une autre de prouver que ce sont eux, les plus beaux. C’est qu’ils aiment bien jouer les prétentieux, ces trois-là. Sauf que dans le fond, ils admirent bien trop les femmes de cette famille pour réellement penser qu’ils soient supérieurs à elle en termes de beauté. Sofia et Gio se dirigent vers l’entrée du parc et déjà, l’italien crie avant d’avoir mal. Ça l’effraie, cette affaire du footing. Il a une santé en carton, alors il s’attend à mourir après avoir parcouru un mètre. « Merci. C’est exactement ce que j’avais besoin d’entendre ! » Dit-il en se grattant l’arrière de la tête. Au moins, il ne peut pas lui reprocher son manque de sincérité. « Ça tombe bien, j’ai pas spécialement envie de mourir aujourd’hui. » Gio écoute attentivement les conseils de sa cousine et s’échauffe en mimant ses gestes à elle. « Je te promets qu’après ça, je ne dirais plus jamais du mal de mes bras ou de mes mains. » Qu’il fait en souriant. Gio s’applique dans chacun de ses mouvements et veille à ce que son corps tout entier soit un minimum préparé pour la suite. Il en vient presque à apprécier le silence et regrette que sa cousine le brise avec sa question. Gio relève la tête vers elle, tout en continuant à étirer ses muscles. C’est la question à laquelle il ne sait jamais quoi répondre. « Pas trop mal. » Répond-t-il en commençant à sautiller légèrement sur place. « Te dire que je me porte comme un charme serait mentir et je suis sûre que Pio ou Simone t’ont déjà briefée sur mon nouveau mode de vie pas du tout sain, mais ça va. » Il n’arrête pas de penser que ça pourrait être pire, que si ça n’allait pas du tout il se serait tiré une balle dans le crâne. Heureusement, cette idée ne lui a jamais traversé l’esprit. Pas une seule fois. « Et toi ? » Un léger sourire étire ses lèvres alors qu’il lui pose cette question. Il garde en tête leur dernière conversation par messages et forcément, il se retient de ne pas aborder le sujet avec elle plus franchement. Il se la joue subtile, Gio. « Je suppose qu’une fois qu’on aura démarré la course, je pourrai plus parler tellement je serai occupé à ne pas mourir. Alors si tu veux avoir une discussion profonde et intense sur le sens de la vie, on peut aussi se poser sur un banc deux secondes. » Et tout aussi subtilement, il essaye déjà de se défiler. Mais il connait Sofia et il sait qu’elle ne le laissera pas baisser les bras aussi facilement.
✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    clapping (verb) repeatedly high-fiving yourself for someone else's accomplishments
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan), miadison williams (b. larson)
Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) Vide

Re: Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) ✻ ( Jeu 13 Juin - 17:37 )

DON'T EVER LET ANYBODY TELL YOU THEY'RE BETTER THAN YOU
Gio & Sofia
Elle ne s’en doute pas avant de voir le visage de son cousin et pourtant elle ressent une joie immense de le voir. Déjà qu’elle était ravie qu’il pense à elle pour l’aider. Mais sans jamais l’avoir avoué à haute voix, Gio avait toujours été son préféré. Le plus vieux de ses cousins peut-être, mais c’était ainsi. Même si la famille était la famille et qu’elle les aimait tous. Gio a toujours été le grand frère qu’elle n’a pas eu. Parce que c’est une relation différente de celle qu’elle entretient avec son jumeau. Et si on lui demandait de l’expliquer, elle ne le pourrait sûrement pas parce qu’elle n’en trouverait pas les mots. Mais Gio avait une place particulière dans le cœur de la jeune brune, qui était différente de celle occupée par Simone et Pio. Elle n’était pas bête, elle avait bien remarqué l’absence et le silence radio de son ainé les derniers temps. Alors qu’il l’appelle de cette façon ne pouvait dire qu’une chose. Il lui demandait de l’aide, et même si ni l’un, ni l’autre ne le formuleraient. Elle allait faire de son mieux et il lui serait sûrement reconnaissant à un moment donné. Mais elle ne le faisait pas pour la reconnaissance. Tout comme elle n’avait pas fait le déplacement jusqu’à Seattle plusieurs années plus tôt afin de ramener Pio à la maison suite au décès de Jessica, juste pour passer pour l’héroïne de l’histoire. Elle avait bien trop le cœur sur la main pour avoir ce type d’attention, la Di Lazio… Elle aimait bien trop sa famille pour agir de cette façon. « Une chance pour vous qu’on est très peu de femme dans la famille hein ! » Elle sourit et fait un clin d’œil à son cousin avant de s’en rapprocher pour venir lui donner un coup de hanche. « Mais ça va t’es pas mal non plus pour ton âge. » Et elle se pince les lèvres dans un sourire et s’éloigne d’un bon, bien que pas suffisamment loin pour si l’idée d’attaquer la jeune femme venait à traverser l’esprit de l’italien. Elle aime le taquiner.

On pourrait croire qu’elle continue de le taquiner, seulement, elle est sincère lorsqu’elle lui parle de l’esprit qui dirige le corps. « Pas de quoi cousin, c’est un plaisir de faire plaisir ! » Elle affiche à nouveau un grand sourire tout en le regardant, l’ironie pue à plein nez de la part de Gio évidemment. Mais ça ne serait pas elle si elle avait pris les choses autrement qu’à la légère. « Ni aujourd’hui, ni la prochaine fois, on va y aller en douceur, j’te le promets. » Parce qu’elle y tient à son cousin quand même et ça l’ennuierais, l’italienne, qu’il lui claque entre les doigts. « Ne fais pas des promesses que tu pourrais ne pas tenir. » Qu’elle dit, son sourire qui s’agrandit. Parce qu’elle en a déjà entendu des comme ça. Même elle encore aujourd’hui, face à la douleur d’un muscle qu’on pousse au-delà des possible et de ses limites, elle arrive encore à lâcher des noms d’oiseaux à leur encore. Même si elle n’en pense bien souvent pas un mot ! Mais dans le feu de l’action, parfois, ça aide à se donner du courage. Elle commence doucement quelques mouvements pour qu’ils s’échauffent et les fait lentement pour qu’il puisse les reproduire sans trop de difficulté. Bien qu’en soit, ils sont relativement faciles. Ça l’ennuieraient qu’il se blesse dès l’échauffement… Pendant qu’ils sont encore dans une période de calme, elle l’interroge sur comment, il va. Lui laissant à loisir de lui dire ce qu’il a envie de lui dévoiler sur sa situation actuelle. « Non. » Qu’elle dit en fronçant les sourcils à l’évocation de son mode de vie pas très sain comme il le dit. « Ne me dis pas que t’as décidé de te la jouer façon Thor dans Endgame ? Pizza/bière tous les jours ça donne du bide et il est hors de question que tu sois le premier homme de cette famille à l’avoir avant ses soixante ans ! » Qu’elle dit sur un ton ferme, bien que commençant à se saccader sous le souffle qui lui manque un peu à chaque rebond qu’elle fait en sautillant sur place. Elle rigole à ce que son cousin lui dit alors qu’elle s’est stoppée pour le regarder, posant ses mains sur ses hanches. « Je pense que je pourrais parler, mais toi, c’est moins sûr. » Qu’elle dit en faisant la moue venant poser sa main sur son épaule l’air désolée. « Mais si tu veux une conversation profonde et intense, ça peut être ta récompense après avoir bien couru ? » Qu’elle dit avec enthousiasme en remuant un peu les sourcils pour lui paraître hyper convaincante. « Moi ça va, la routine quoi. » Sofia récupère sa main et garde l’air de rien. Elle a bien compris dans le regard de son cousin qu’il attendait qu’elle aborde un certain sujet qu’il avait été le premier à aborder par message d’ailleurs. Et elle mourrait d’envie d’en apprendre plus sur Elijah par le biais de son cousin évidemment. Parce qu’apprendre totalement part hasard que votre cousin est le meilleur ami du gars sur lequel vous commencez à avoir un crush, forcément, ça aide ! Elle s’était demandé d’ailleurs comment elle n’avait jamais fait le rapprochement entre l'Elijah de Matthias et celui de Gio alors que c’était une seule et même personne. Surement, parce qu’elle n’y avait pas prêté plus attention avant. Comme lorsque vous êtes dans la même classe qu’une personne et que finalement vous ne découvriez son existence qu’au bout de la troisième année alors qu’au final elle avait toujours été là. « Aller cesse de me prendre pour un bleu, le banc ça sera après ! » L’italienne lui fait alors signe pour qu’il se mette dans le bon sens du parc, histoire qu’ils puissent prendre le départ. « Tu veux boire un coup d’eau avant ? » Elle se sort une des bouteilles d’eau en buvant une grande goulée avant de la lui tendre. On ne sait jamais, dès fois qu’il ait soif avant. « J’en ai une autre si tu veux pas passer après moi. » Qu’elle ajoute aussitôt prête à dégainer l’autre si jamais. Lorsque tout est à nouveau rangé dans son sac à dos, elle reprend.  « On va à ton rythme et s’il faut marcher pour que tu récupères, ce n’est pas un souci, tu fais ce que tu peux et tu te fous pas la pression, ok ? » Parce que là est la clé, petites victoires par petites victoires. De toute façon vu le temps qu’il va mettre pour récupérer, ils auront tout le temps de se poser sur un banc pour discuter.  
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞
Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) Vide

Re: Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Don't ever let anybody tell you they're better than you (Sofia)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération