look at the stars, look how they shine for you (sofia)

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 139
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Jeu 16 Mai - 21:33 )


Sofia & Elijah

look at the stars, look how they shine for you


Cette journée, elle lui aura parue interminable. Deux heures dans les embouteillages dès le matin, sept heures à se questionner si tel ou tel étudiant mérite de passer à l'année supérieure à cause de ses résultats médiocres, puis encore deux heures dans les embouteillages à écouter encore et encore les mêmes chansons passer à la radio. Elijah, il a l'impression d'être debout depuis six mois et demi. Il a cependant réussi à garder le sourire tout le long, à rire aux blagues du prof de sciences humaines alors que d'habitude, elles lui donnent toujours envie de lever les yeux au ciel. Elle n'est pas infondée sa bonne humeur, loin de là. Elle a de longs cheveux bruns, des yeux de la même couleur, et elle prendra bientôt place sur le siège passager de sa voiture pour s'adonner à ce fameux rendez-vous préparé en plein milieu d'une bibliothèque juste avant qu'ils ne se fassent arroser par des pistolets à eau. Elijah, il se sent un peu nerveux. Et il sait qu'il a tendance à mal faire quand il est nerveux, ce qui rajoute encore plus de stress à son état. Il sait pourtant que ça passera, qu'il finit toujours par se sentir bien trop à l'aise en présence de Sofia. Il se rappelle notamment de la dernière fois où ils se sont vus, de la fameuse photo qu'elle lui a promis et qui l'a fait rire si fort qu'il en a manqué de renverser son café. Elle a ce don avec lui, le rendre tellement maladroit qu'il en vient à ne même plus fonctionner correctement. Et Eli, il n'a pas vraiment eu l'occasion de parler avec Giovanni par rapport à tout ça. Sofia est sa cousine après tout et puisqu'il considère Gio comme son meilleur ami, si pas comme un frère, il faudrait peut-être qu'il songe à l'informer qu'il est fort probable pour qu'Elijah ait développé un léger crush sur la Di Lazio. Il prétend ne pas avoir eu le temps alors qu'en réalité, il n'a pas tellement osé. Il préfère avancer au pas à pas, voir où ça va avec Sofia et au moment venu, glisser l'info entre deux verres à Gio en espérant qu'il ne prenne pas trop son rôle de cousin aîné à coeur. C'est qu'Eli tient à son nez, quoi qu'il imagine très très mal Giovanni lever la main sur lui peu importe la raison. Ils se sont déjà retrouvés menottés l'un à l'autre dans une forêt après tout, ils ont déjà assez vécu à deux que pour être capable de survivre à un simple crush.

Après s'être garé devant chez Sofia, Elijah inspire profondément. Il vérifie que rien de trop suspect ne traîne dans sa voiture, comme par exemple une figurine d'action de Timothy ou un petit mot qu'il aurait intercepté entre ses élèves et qui l'aurait tellement fait rire qu'il aurait décidé de le garder. Il sort ensuite du véhicule et lève les yeux au ciel pour vérifier que ce dernier est bien dégagé. Il a promis des étoiles à Sofia, il serait bien déçu de réaliser qu'une couche de nuage les empêche d'admirer ce spectacle. Mais non, le ciel a pour le moment des teintes de rouges et oranges qui s'entre-mêlent avant de laisser place à la nuit. Il franchit la distance qui le sépare du bâtiment, monte les étages menant à la porte d'entrée où Sofia réside avec son frère et une autre fille dont il a totalement oublié le nom, puis toque trois coups à la porte. Il n'a pas à attendre longtemps, c'est Sofia qui lui ouvre et qui arrive déjà à faire naître un sourire sur ses lèvres. « Jai fait des efforts, » dit-il en désignant le hall derrière lui. « J'ai pris les escaliers. » Est-il nécessaire de préciser qu'il n'y a en réalité que des escaliers dans cet immeuble ? Il se penche en avant pour déposer un baiser sur la joue de Sofia puis se recule, la regardant de haut en bas. « T'es ravissante, c'est pour les étoiles que tu t'es mise sur ton 31 ? » C'est sa façon de la complimenter, en tournant fort peu subtilement autour du pot pour lui dire qu'il la trouve vraiment belle, encore plus ce soir. « On va éviter de les faire attendre trop longtemps alors. » C'est stupide mais de prononcer cette phrase, ça a suffi à faire augmenter de très peu son rythme cardiaque. Il laisse passer Sofia devant lui alors qu'ils descendent les escaliers mais lorsqu'ils arrivent à la voiture, Eli prend soin de lui passer devant afin de lui ouvrir la porte. Il glisse ensuite une main dans celle de Sofia, une autre dans son dos, et se penche en avant comme un parfait majordome afin de la laisser prendre place. « Si Madame veut bien se donner la peine, »  dit-il d'une voix beaucoup trop polie, exagérée pour au minimum la faire sourire. Il contourne ensuite le véhicule et va prendre place derrière le volant. « Est-ce que Matthias t'a donné un couvre-feu ? Pas que je me fasse du souci pour toi et ce qu'il pourrait t'infliger si tu lui désobéissais, c'est plutôt pour ma santé physique que je m'inquiète. » Il plaisante encore une fois mais c'est comme ça qu'il fonctionne Elijah, c'est sa manière à lui de se détendre quand le stress monte. Il parle, raconte des conneries pas toujours bien drôles. Il démarre le moteur et s'engage sur la route, direction le point le plus haut de Cap Harbor.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 558
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan); savana fitzsimmons (n. dyer)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Lun 20 Mai - 0:16 )

look at the stars, look how they shine for you
Elia
Sofia avait à peine ouvert les yeux le matin même, qu’elle se languissait déjà que la journée se termine. C’était une sensation qu’elle avait régulièrement ces derniers temps et encore plus depuis qu’elle avait eu une discussion avec Matthias sur le fait de stopper ses activités. Elle se sentait stagner depuis trop longtemps, elle avait envie d’autre chose. Elle sentait qu’elle était à un point de sa vie où elle avait ce désir d’avancer. S’en était presque de devenir une nécessité d’évoluer. Mais non, ce n’était pas à cause de son travail qu’elle se languissait du moment où le soleil allait enfin ce coucher le soir venu. La raison de son enthousiasme avait même rendue cette journée plus douce, moins monotone, que les autres. Elle était tellement guillerette aujourd’hui l’italienne, qu’elle avait même offert un café à Pascal, l’un de ses collègues qui en temps normal la désespère au point qu’il lui donne envie de se tirer une balle. C’est dire à quel point la Di Lazio attend cette soirée. Parce qu’elle n’a plus que cela en tête depuis son dernier rendez-vous avec Elijah. Parce qu’elle est rassurée sur un point déjà. Que son entente avec l’Ecossais n’était pas due qu’à un formidable hasard, et qu’ils avaient retrouvé la même bonne humeur que dans cette bibliothèque. Elle avait également pu voir la maladresse dont il pouvait faire preuve, son haut du jour avait manqué de peu de s’en souvenir lui aussi. Une chance qu’elle avait de bon réflexe. Ils avaient fini par en rire. Une chose dont Sofia est sûre après cette journée, et même depuis qu’ils ont fixé la date pour ce rendez-vous avec les étoiles. C’est qu’elle a compris qu’Elijah lui plaisait plus que simplement un peu. Parce qu’elle se sent comme une ado, impatiente de revoir ce garçon qui lui plaît en se demandant ce qu’il va se passer au cours de la soirée. Se demandant surtout comment elle va bien pouvoir s’habiller. Et pour être totalement sincère avec elle-même, cela fait bien longtemps qu’elle ne s’est pas occupé de ce genre de détail pour une sortie avec un homme ! Encore une preuve qu’il lui plaît. Seulement, elle ne peut s’empêcher de se demander comme Matthias prendrait la chose. Elle ne lui en a pas encore parlé. Parce qu’en soit, il n’y a encore rien d’assez concret qui mérite qu’elle lui en parle. Ils se sont vus deux fois, enfin une si on ne compte pas la fête de Matthias comme la première fois. Et ils ne se sont même pas embrassés. Ils ne le feront peut-être même pas ! Elle ne sait clairement pas si elle plaît réellement à Elijah. Peut-être qu’il honore gentiment les promesses qu’ils se sont faites dans cette bibliothèque. En tous les cas, l’idée ne lui déplaît pas, d’embrasser Elijah. Parce que maintenant qu’elle y pense, ça lui fait monter le rouge aux joues comme une gamine. Elle trouverait presque ça mignon si ce n’était pas elle et qu’elle ne se trouvait pas totalement ridicule de réagir de cette façon. Peut-être qu’elle pourrait en parler à Gio, à défaut de pouvoir le faire avec Matthias ? Après tout, il lui a posé des questions sur sa relation avec Elijah l’autre jour. Sans oublier qu’en plus, ils sont amis de longues dates. Peut-être qu’ainsi elle pourrait avoir un peu plus d’information. Elle garde l’idée dans un coin de sa tête et profite d’être de retour chez elle après sa journée au commissariat et fonce aussitôt dans la salle de bain pour y faire tous les trucs qu’une fille peut avoir à faire avant un rendez-vous avec un homme et les étoiles. Seulement, elle n’a toujours pas réglé son dilemme vestimentaire. Elle choisit alors plusieurs tenues qu’elle étale sur son lit et prend en photo avant de les envoyer à Silas et Mila, criant en direction de la chambre de Bird également, en sachant parfaitement qu’ils sauront l’aider. Au bout d’une bonne heure de débat avec les trois, ils finissent par tomber tous d’accords sur quelque chose d’assez simple, surtout pour aller voir des étoiles. Mila lui précise évidemment de ne pas oublier de prendre une veste parce que les nuits sont encore fraîches.

Elle tourne comme un lion en cage à partir du moment où elle s’estime prête jusqu’au moment où elle entend enfin les trois petits coups contre la porte d’entrée. Encore qu’elle est repassé devant le miroir de la salle de bain une bonne dizaine de fois entre temps évidemment, parce qu’elle veut s’assurer d’être parfaite. Au cas où son mascara aurait coulé, ou son tout autre maquillage, bien que tout soit léger, puisqu’elle n’a pas voulu en faire de trop non plus, surtout pour une soirée à la belle étoile où ils ne vont se voit qu’à la lueur du ciel et de ses habitantes. Elle se précipite presque pour ouvrir la porte tellement elle a attendu le moment depuis le petit matin. Bien qu’elle se dit de se tempérer intérieurement, elle ne veut pas lui faire pour non plus. À l’instant où elle pose ses yeux noisette sur lui, un sourire vient se dessiner sur les lèvres de la jeune femme. Sourire qui se transforme en un léger rire lorsqu’il lui dit qu’il a fait un effort en prenant les escaliers. « Et tu ne sembles même pas essoufflé, c’est magnifique ça ! » Qu’elle dit tandis qu’il se penche vers elle pour venir déposer un baiser sur sa joue. Baiser qu’il lui donne une drôle d’impression. Parce qu’elle apprécie la proximité qu’il procure. Son contact également. « Merci ! » Qu’elle dit surprise alors qu’elle pensait être relativement simple, même si elle a mis un haut sûrement un poil trop habillé pour aller voir des étoiles, mais elle voulait aussi se mettre en valeur pour lui. « Oui, depuis le temps que je rêve de rencontrer ces demoiselles, il fallait bien que je leur fasse honneur. » Le compliment la rassure tout autant qu’il lui fait plaisir en tous les cas. Parce ce que cela fait toujours plaisir d’entendre d’un homme qui vous plaît, que vous êtes ravissante. L’italienne n’échappe pas à la règle. Sofia hoche la tête, confirmant qu’ils ne devraient pas faire attendre les étoiles et elle crie dans l’appartement, pour prévenir Bird qu’elle s’en va avant de fermer la porte derrière eux et descendre les escaliers en compagnie du brun. Au moment où il se précipite pour lui passer devant elle s’étonne et se demande ce qui lui arrive et un immense sourire revient étirer les commissures de ses lèvres lorsqu’elle le voit lui ouvrir la portière. Ça la charme, évidemment. Il est bien le premier à être ainsi galant avec elle. « Merci bien jeune homme. » Qu’elle lui répond avec un sourire malicieux tout en prenant place sur le siège passager, bouclant sa ceinture pendant qu’il faisait le tour de la voiture pour passer derrière le volant. « J’ai permission de découcher pour cette fois, ça ira ? » Elle répond le plus naturellement du monde, avant que Sofia ne lui fasse un clin d’œil après avoir pris un air faussement inquiète. Encore heureux qu’il ne lui impose pas un couvre-feu, il n’est pas son père. De toute façon, cette nuit, il est avec Lissa, alors il ne verra probablement pas qu’elle est sortie ce soir. Pas qu’elle s’en cache non plus. Est-ce qu’Elijah s’inquiète vraiment de la réaction de son jumeau à propos de leur sortie nocturne ? C’est un point qu’elle verra plus tard, elle compte bien lui être totalement disponible pour cette soirée. Et pour se faire, elle s’est fixé une règle avant de partir. Pas de Matthias, pas d’Adrian. Juste lui et elle et pour se faire, voilà qu’elle coupe même le vibreur de son téléphone avant de le glisser dans le fond de son sac pour l’oublier pour le reste de la soirée. « Tu m’enlèves où Monsieur l’astronome ? » Qu’elle demande impatiente, tout en s’installant plus confortablement dans son siège et tournant la tête vers lui pour observer le profil du visage d’Elijah.
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 139
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Mer 29 Mai - 10:38 )


Sofia & Elijah

look at the stars, look how they shine for you


Ça a été difficile pour Elijah, au niveau sentimental. Il n'a jamais vraiment eu de mal à sociabiliser malgré sa maladresse légendaire et la tendance qu'il a à un peu trop souvent mettre les pieds dans le plat, l'amenant à se retrouver dans de situations où il ne savait plus où se mettre. Mais faut croire qu'il a eu la poisse, l'écossais. Il a eu une relation de longue durée, trop longue même qui a fréquemment fait fuir les quelques femmes avec qui il commençait à bien s'entendre. Et même quand ça allait bien, même quand tout semblait prôner pour quelque chose de beau, il y avait toujours un détail pour venir tout foutre en l'air. Ça fait qu'il a fini par arrêter de se soucier de ça, il s'est mis dans le crâne qu'il finirait comme ces pères célibataires qui connaissent un peu trop bien les nouvelles mises à jour de Fortnite et de conneries dans le genre. Et au fond, peut-être qu'il ne se passera jamais rien avec Sofia. Il est encore possible que ça se passe comme tout ce qu'il a connu sur ces quatre dernières années, qu'il n'y ait rien de plus que quelques rendez-vous où ils ne font rien d'autre que discuter et rire jusqu'à ce que, du jour au lendemain, ils arrêtent de s'échanger le moindre message. Après, ce qui est différent avec elle, c'est qu'elle fait partie de la sphère des personnes avec lesquelles Eli est le plus proche à Cap Harbor. Il y a bien sûr Giovanni, le cousin de Sofia et meilleur ami d'Elijah. Il sait pertinemment que Gio ne lui prendra pas la tête pour avoir osé se rapprocher de quelqu'un de sa famille, et puis son ami a déjà eu l'occasion de voir à quel point la plupart du temps, c'est lui qu'on finit par jeter et pas le contraire. Mais avec Matthias, c'est autre chose. C'est une histoire de jumeaux devant laquelle Eli doit faire face, un lien qui semble encore plus fort que celui qu'il a lui-même avec son frangin. C'est qu'ils vivent ensemble Sofia et Matthias et Elijah, il sait que le jumeau peut se montrer possessif envers sa soeur. Il l'a déjà entendu parler d'elle, a déjà pu sentir la colère monter en lui lorsqu'un type avait osé s'en approcher trop près. Pourtant, Elijah prend le risque. Il a espoir que Matthias puisse se montrer compréhensif parce que malgré tout, il y tient à son amitié avec le jeune homme. Il ne sait pas avec qui il pourrait critiquer les autres profs si ce n'était avec lui et puis même, de manière plus générale, ça le blesserait que Matthias ne lui fasse pas confiance. Après avoir pris une grande inspiration, il toque à la porte et découvre une Sofia souriante qui arrive en à peine un regard à égayer sa journée. « Je fais des efforts, je me suis entraîné pour éviter que tu n'aies honte de moi. » S'entraîner équivaut surtout à ramasser le plus de sacs possible de sa voiture jusqu'à la cuisine sans faire d'allers-retours. Faut dire qu'Elijah, il ne prend pas tellement le temps pour se mettre au sport. Il devrait, et il sait que ça lui ferait du bien. Mais c'est un flemmard qui préfère traîner dans son lit quand il en a l'occasion plutôt que de se lever à l'aube, comme Sofia. Ce qu'elle réplique en réponse à son compliment sur sa tenue le fait sourire un peu plus. « Je ne vais clairement pas m'en plaindre, » glisse-t-il en regardant ailleurs, un air innocent accroché à ses traits. Après avoir fermé la porte, ils descendent jusqu'à la voiture où Elijah ouvre la portière à Sofia. Il a toujours été vieux jeu Eli, ça doit être lié à son éducation. Il a eu des parents qui s'aimaient et s'aiment encore aujourd'hui, a eu l'occasion d'observer à maintes reprises son père offrir un tas de petits cadeaux à sa mère. Sur le coup, Elijah trouvait ça un peu too much. Il se souvient qu'avec Allan, ils levaient les yeux au ciel à chaque fois que leur père ramenait un bouquet de fleurs plus gros que la taille de sa tête. Sauf qu'en grandissant, Eli a fini par hériter du romantisme de son paternel. Il prend place derrière le volant et hoche la tête à la question de Sofia. « Parfait, j'aurais été déçu de devoir couper court à notre soirée. Surtout que j'ai planifié le truc alors que d'habitude, je suis loin d'être doué en matière d'organisation. » Pour compléter ses paroles, il désigne la banquette arrière de la voiture à l'aide de son pouce sur laquelle repose un sac contenant des bouteilles d'eau et quelques barres de céréales en plus d'un plaid plié à la va-vite sur le siège derrière celui de Sofia. « Dis-moi si j'en fais trop, j'ai tendance à m'emballer dès que je me mets à planifier quelque chose. Comme cette fois où j'ai emmené Timothy à son premier match de foot, j'avais emmené un million de trucs à manger et trois casquettes, un t-shirt de rechange, de la crème solaire alors qu'il devait faire seize degrés à tout casser. J'ai un problème avec les limites, » ajoute-t-il avec un sourire amusé, espérant que ça ne fasse pas peur à Sofia. Celle-ci finit par lui demander où est-ce qu'il l'enlève, et le surnom qu'elle lui offre agrandit son sourire pendant que son regard reste rivé sur la route. « Je ne vais pas tout te dire pour que ça reste une pseudo-surprise, mais c'est un endroit que j'ai découvert par hasard la première semaine où j'ai emménagé ici. C'est éloigné de la ville mais franchement, je trouve que ça en vaut le coup. » D'un coup, l'histoire des mugs qu'elle lui a raconté lors de la soirée de Matthias lui revient en tête. « Par contre, vu que ma voiture sera là, j'ai évité d'emporter des mugs. tu sais, au cas où ça se passerait mal. » Il tourne vite fait la tête vers elle, espérant qu'elle ne soit pas trop susceptible au quel cas où il aura intérêt à se rattraper pour cette taquinerie gratuite. Elijah roule pendant une bonne vingtaine de minutes. Il discute avec Sofia, lâche des anecdotes concernant sa vie en Écosse et l'écoute parler d'elle pendant qu'au-dessus d'eux, le ciel devient de plus en plus foncé. Une fois arrivés, il se gare sur un parking désert et remarque que les premières étoiles sont déjà apparues dans le ciel. « On y est, » dit-il avant de sortir de la voiture pour aller récupérer les affaires qu'il a préparé. Il va ensuite se placer à coté de Sofia et fait face au fameux bâtiment, les bras chargés. « Je crois que c'est un ancien planétarium, mais sans certitude parce qu'avec le temps quasi toutes les lettres se sont décrochées et maintenant, ça s'appelle juste "pnum". » Un sourire amusé étire ses lèvres et il s'avance vers le bâtiment abandonné, une grande construction aux murs bleus délavés où est accroché une échelle de secours sur le coté. « Et si tu me fais confiance, c'est maintenant que tu montes à cette échelle sans te demander si elle ne risque pas de s'écrouler. » L'échelle monte assez haut, mais elle est restée parfaitement en état. Puis Elijah, il est en confiance pour l'avoir grimpée plus d'une vingtaine de fois pendant les jours où il avait besoin de changer d'air. C'est un peu son coin secret ce planétarium, et il est impatient de le faire découvrir à Sofia.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 558
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan); savana fitzsimmons (n. dyer)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Lun 10 Juin - 21:28 )

look at the stars, look how they shine for you
Elia
Elle l’attendait avec impatience cette soirée. Ou nuit, parce qu’au final, le soleil était sur le déclin et la soirée ne tarderait pas à finir en nuit à ce rythme-là. Bien qu’elle ne connaisse rien des intentions de l’écossais, mais elle comptait bien profiter au maximum de sa présence auprès des étoiles et d’elle-même ! Elle est bien contente que son jumeau ne soit pas présent à la colocation ce soir, ainsi, il n’assiste pas à l’excitation qui la gagne alors qu’elle se prépare pour son rendez-vous avec Elijah. Elle n’en a pas encore parlé avec Matthias, car concrètement, il n’y a encore rien à en dire. Puisqu’il ne sait encore rien passer entre l’écossais et elle. Et dans l’éventualité qu’il ne se passe rien du tout, autant ne pas provoquer trop d’agitation pour le moment. De toute façon, il était bien temps qu’elle commence à vivre un peu pour elle-même. Ce n’était pas comme si son jumeau s’était marié sans même le lui dire avant. Ils avaient beau vivre toujours sous le même toit, elle était loin d’être bête. Ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’il ne parte vivre avec Lissa. Et elle n’était pas sûre de pouvoir gérer cette situation sereinement ! Alors elle faisait preuve d’un peu d’égoïsme ce soir. Elle allait penser à elle et à Elijah et elle lui consacrerait entièrement cette soirée. Et cela part plutôt bien puisqu’à l’instant, où elle lui ouvre la porte elle se surprend à apprécier la bise qu’il lui donne. La proximité qu’elle leur donne bien que brève. « Non, ce n’est pas du fait que tu sois essoufflé dont j’aurais honte. Non. Ça serait plutôt que je sois obligé de te tenir part le bras parce que tu t’es fait un tour de reins ou un truc dans le genre. Encore que l’entorse ça ne compte pas, ça peut arriver si vite… » Elle se pince les lèvres en remuant doucement la tête de haut en bas, asseyant son affirmation de cette façon. Et si elle laisse entendre que son attention particulière pour s’être habillée ce soir était surtout pour les étoiles. Elle sait parfaitement que c’est faux. Parce qu’elle a beau être heureuse d’être à deux doigts d’enfin avoir leurs secrets révélés. Elle ne sait pas si ce sont les étoiles ou la présence d’Elijah qui anime le plus ses sens.

Ce qu’elle apprécie et qu’elle a remarqué chez Elijah au cours de leurs dernières rencontres. C’est qu’il a une forte tendance à la surprendre. Et sans vouloir mentir, c’est une chose qu’il manque à quasi la totalité des hommes qu’elle a pu rencontrer au cours des dernières années. Alors évidemment, lorsqu’il lui passe devant en pressant le pas, son interrogation finit rapidement en une agréable sensation qui lui donne cette envie irrésistible de sourire chaque fois qu’elle est en présence de l’écossais. Ça peut semblait vieux jeu, voir même dépasser, mais c’est aussi ce qui fait le charme de l’acte. C’est une chose à laquelle les femmes du monde actuel ne s’attendent plus, alors évidemment. Ça lui plaît à l’italienne et ça lui fait gagner des points à l’écossais ! Elle le remercie, tout en le gratifiant d’un sourire tandis qu’elle prend place sur le siège passager. Bouclant sa ceinture tandis qu’il trottine pour faire le tour de la voiture et se placer derrière le volant de son carrosse. Évidemment que la question d’Elijah la fait sourire. Comme si Matthias était son père. Bien que parfois, elle se le demandait en effet… Mais la curiosité de la jeune femme est piquée au vif à l’instant où il annonce qu’il a planifié la soirée alors que c’est une chose qu’il ne fait jamais. Alors lorsqu’il lui fait signe de regarder à l’arrière, elle s’empresse de le faire pour y découvrir un sac dont elle distingue des bouteilles, mais elle ne sait quoi d’autre et une couverture mal pliée juste à côté. « Oh génial ! J’ai failli te demander si tu avais pensé à la couverture en plus. » Elle tourne son visage pour le regarder au moment où il lui dit de le prévenir s’il en fait trop. Rien que la démarche donne une fois encore le sourire à l’italienne. « J’aurais plutôt tendance à dire que t’es un papa poule, mais dans un sens ça m’ennuierais de me dire que tu me vois comme ta fille. » Elle fait une grimace à l’image que cela a soudainement dessiné dans sa tête. Cela ruinerait évidemment les quelques films qu’elle commence à se faire depuis leur dernier rendez-vous. Parce qu’elle n’arrive pas à s’en empêcher. Comme une adolescente qui a un nouveau crush, elle s’imagine pleins de choses, qui n’arriveront sûrement jamais, mais c’est plus fort qu’elle… Elle le trouve si adorable. Mais pas comme un petit chat trop mignon qu’on a envie de câliner. Bien qu’elle le trouve beau et que l’idée de le câliner fait partie des quelques films que son cerveau a déjà façonner pour elle. Mais ça la touche et elle s’emballe, son cœur avec, un peu, tout doucement..

Sofia ne résiste pas plus longtemps à l’envi de lui demander où il l’emmène, à sa façon évidemment. Le regard noisette de la jeune femme s’illumine à l’idée qu’il l’emmène dans un endroit qu’il affectionne et qu’il a découvert par hasard à son arrivée en ville. Ca le remplit déjà d’une histoire particulière et elle ça la persuade qu’elle aimera forcement ce lieu même si elle n’en connaît encore rien. Elle explose de rire en une fraction de seconde au moment où il ajoute et évoque qu’il n’a pas pris le risque de prendre des mugs puisque sa voiture est présente avec nous. « Tu vois, au moins en prenant ma moto, t’aurais pu prendre des mugs, aucun risque que je l’abîme ! » Qu’elle dit pour en revenir au mini débat qu’ils avaient eu quant à leurs moyens de transport. Elle avait bien vite cédé parce qu’en effet cela gâcherait sa surprise si cela avait été elle qui devait conduire. Mais l’idée n’était pas partie de sa tête, et elle la remettrait sur le tapis un jour prochain. Enfin, si cela doit arriver ! « Et puis franchement ça remonte à plus de six ans ! Je me suis calmée depuis.. » Qu’elle dit en détournant les yeux, un air malicieux tout de même sur le visage. « Non, j’aurais plutôt tendance à crever tes pneus maintenant, d’autant plus que tu te décris toi-même comme un non-sportif, la satisfaction de savoir que tu rentres à pied serait largement suffisante. » Elle ne peut retenir plus longtemps l’énorme sourire qui vient étirer les commissures de ses lèvres. Elle espère malgré tout qu’il comprendra que c’est uniquement de la taquinerie. Elle est suffisamment mature aujourd’hui pour ne plus faire ce genre de choses. Et finalement, le temps n’est pas long du tout jusqu'au moment où il lui dit qu’ils sont arrivés. Elle se penche un peu pour voir l’édifice qui leur fait face. Au moment où il sort de la voiture, elle s’empresse de l’imiter pour voir plus aisément le bâtiment devant lequel ils se trouvent. Elle est ébahie par ce qu’elle voit et elle sent une nouvelle fois l’excitation monter en elle. Parce qu’il n’en a peut-être pas réellement conscience, ou alors il lui cache bien son jeu. Mais il est en quelque sorte en train de lui proposer une soirée de découverte des étoiles, mais aussi d’urbex ! Parce qu’il est hors de question qu’elle reparte d’ici sans avoir visité l’intérieur de ce bâtiment abandonné. Elle le suit sans discuter alors qu’ils s’approchent. Il semble connaître les lieux et puis de toute façon, c’est lui le maître de cérémonie. Alors elle n’a plus qu’à lâcher prise et se laisser guider par lui.

En même tant qu’il lui parle de la confiance qu’elle pourrait porter en lui et de cette échelle qu’il faut grimper, elle lève le nez pour en voir l’extrémité haute. Le bâtiment est haut et dans le sens où, vu d’ailleurs il est de toute façon plus lourd qu’elle et toujours en vie, c’est qu’elle doit encore être solidement attachée. « Rassure-moi, la demande de permission de minuit, c’était bien pour me ramener, pas pour cacher mon corps dans la forêt une fois que je me serais ouverte le crâne en tombant d’une échelle rouillée ? » Elle se mord un peu la lèvre inférieure pour retenir le sourire qui pointe lorsqu’elle finit de poser sa question. Elle aime bien le taquiner. Parce qu’il entre souvent dans son jeu et c’est encore une chose qui lui plaît chez lui. Il ne prend pas tout au pied de la lettre, et même s’il lui dit régulièrement qu’il est rarement à l’aise lorsqu’il est seul avec une femme. Elle peine à le croire, tellement il lui semble normal. « Laisse-moi au moins t’aider pour quelque chose !? » Qu’elle demande en parlant soit de la couverture, soit du sac. Histoire qu’il puisse monter lui aussi sans avoir à galérer comme un forcené. Elle pose finalement la paume de ses mains sur les premiers barreaux puis les pieds et quitte le sol en une fraction de seconde, escaladant la première cette échelle de secours. Une formalité pour elle en soit. « Une chance que je ne sois pas en robe. » Qu’elle dis encore une fois en rigolant tout en se penchant un peu par-dessus son épaule pour regarder vers le bas, dans la direction d’Elijah. Elle se doute bien qu’à la vue de sa galanterie, il serait sûrement passer le premier si cela avait été le cas, mais elle ne peut s’empêcher de le taquiner un peu. Alors qu’ils prennent de la hauteur, elle se concentre un peu plus, sentent parfois l’échelle vibrer un peu sous leur poids. Mais elle n’est pas inquiète pour autant et lui demande de temps à autre si tout se passe bien de son côté. Elle est tout de même soulagée une fois arrivée à destination et se frotte les paumes l’une contre l’autre pour se débarrasser de la poussière accumulée et Sofia lui tend sa main lorsque c’est à son tour d’arrivée, l’aidant alors qu’il porte plus de poids qu’elle pour gravir cette échelle. Elle finit par se tourner sur elle-même, pour admirer la vue que leur offre ce toit. Et ça lui coupe le souffle, littéralement ! Maintenant que la nuit est tombée quasiment en totalité et que les lumières de la ville se sont allumées en contre-bas, cela donne un autre air à cette ville qu’elle n’a toujours connue que d’en bas. « Whoo ! » Qu’elle finit par lâcher en s’approchant de l’un des bords, le regard toujours fixé et tournant sur elle-même pour capter le maximum d’informations que ses pupilles sont capable d’imprimer. « Et tu emmènes tout tes rendez-vous ici ? » Qu’elle demande finalement, en posant à nouveau ses yeux noisette sur le visage d’Elijah.
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 139
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Jeu 13 Juin - 16:48 )


Sofia & Elijah

look at the stars, look how they shine for you


Il pourrait se sentir mal à l'aise à coté de Sofia et sa passion pour le sport alors que de son coté, Elijah est déjà bien content quand il se décide à aller courir pendant vingt petites minutes. Et pourtant, il apprécie de pouvoir prendre ce sujet à la rigolade avec elle. Il s'imagine déjà la scène, lui se tenant à la rampe des escaliers pendant qu'à coté, Sofia l'aide à descendre une à une les marches parce que même ça, il n'aurait pas été capable de le faire. « Ça va, je pense pas encore avoir atteint ce niveau-là. S'il te plaît, empêche-moi avant que je devienne assez pathétique que pour ne plus pouvoir monter les escaliers. Je serai prêt à télécharger une appli sur mon téléphone si il le faut. » Il garde son sourire parce qu'Eli, il aime bien un peu exagérer la situation. Il est paresseux, c'est vrai, mais il n'est pas non plus une loque humaine. Faut dire qu'il bouge partout entre sa maison, son job, l'école de Tim et les soirées avec Gio. Mine de rien, ça demande de la souplesse d'avoir un agenda aussi chargé quand on se rapproche de la quarantaine. Après s'être installés dans la voiture, Eli s'engage sur la route et explicite son organisation dont il est si fier à Sofia. Il a toujours été minable quand il s'agit de prendre des décisions parce que l'écossais, il est plus du genre à opter pour tous les mauvais choix possibles jusqu'à se retrouver dans une horrible situation dont il ne peut plus se sortir. Il se rappelle notamment de cette fois avec son ex où ils ont voulu partir dans un hôtel pas cher à Lima et où ils ont dû attendre trois heures hors de leur chambre parce qu'il y avait un serpent dans leurs toilettes. Ce genre d'embrouilles, c'est du Elijah tout craché. Et pourtant, Sofia semble agréablement surprise par toutes ses initiatives et elle fait gonfler la fierté du brun. À ce qu'elle ajoute sur la remarque du papa poule, il ne peut s'empêcher d'éclater de rire. « Si ça peut te rassurer, je ne te considère pas du tout comme ma fille. Déjà ça voudrait dire que j'aurais été vachement précoce, et puis je me trouve quand même encore un peu jeune pour être un sugar daddy. » Il se pince les lèvres quand il réalise sur quel sujet il vient de se lancer. « Ne me demande pas comment je connais ça, trop d'Internet. » Même qu'un soir, Eli a vu un film d'une fille qui voulait devenir une sugar baby alors qu'avant ça, il croyait que ça avait un lien avec la vente de pâtisseries. Plus il découvre les nouveautés du 21e siècle, et plus Elijah se pose des questions sur où va l'humanité. Heureusement pour lui, Sofia arrive à rebondir sur autre chose en l'interrogeant sur leur destination. Il sourit sans quitter la route des yeux, impatient d'arriver à destination et de lui montrer ce qui, à Cap Harbor, arrive le plus à lui couper le souffle. C'est un passionné Eli, il ne fait pas seulement qu'apprécier ce qui l'intéresse. Non, lui, il aime jusqu'à en faire son métier. Il se permet d'être taquin avec Sofia parce qu'au fond, il commence à légèrement la connaître et il se doute qu'elle ne se vexera pas pour si peu. Son rire si sincère réchauffe d'ailleurs le coeur du brun et son sourire grandit un peu plus avant qu'il ne tourne rapidement la tête dans sa direction. « Promis, un jour j'essayerai. Mais pas tout de suite, je préfère que tu connaisses les meilleures facettes de ma personnalité avant de découvrir le Elijah paniqué pour un rien. » Faut dire qu'Eli est plus à l'aise sur quatre roues que sur deux, même si il n'a jamais essayé la moto. Son frère en avait une et il lui proposait souvent de monter à l'arrière mais à chaque fois, Elijah refusait. Il préférait regarder tout en dessinant les planètes dans son carnet. Quand elle lui dit s'être calmée, il hoche la tête. « J'en doute pas, et encore heureux. Ça voudrait dire que tu serais quand même vachement rancunière. » Et puis ? Intrigué, Eli regarde à nouveau brièvement vers Sofia. Cette fois, c'est à son tour d'éclater de rire. « Tu es bien trop sadique Sofia, j'ai intérêt à me tenir à carreaux du coup ! » Il secoue la tête de gauche à droite sans perdre son sourire. Ça lui fait du bien à Eli de pouvoir discuter aussi librement avec une personne, lui qui doit bien souvent réfléchir à deux fois avant de l'ouvrir au vu de toutes les conneries qu'il est capable de sortir. C'est facile avec Sofia, c'est naturel et ça lui plaît. Arrivés sur place, il gare sa voiture et sort pour jeter un premier coup d'oeil à son planétarium tant aimé. Il a toujours un sentiment de bien être immédiat dès qu'il arrive à cet endroit, comme si rien que de le regarder suffisait à souffler sur toutes ses pensées négatives. Elijah guide Sofia jusqu'à l'échelle, et la question qu'elle lui pose arrive à le surprendre et l'amuser en même temps. « Je te promets que je te ramènerai saine et sauve. Et franchement, si cette échelle a pu me supporter plus d'une dizaine de fois, je ne me fais pas trop de souci te concernant. » Cette fois, Eli n'a pas eu de plaisanter en lui disant que oui, il y a un risque qu'elle meurt et l'éloignement par rapport à la ville l'empêcherait d'être retrouvée, ou quelque chose dans le genre. Ce soir, il a envie que Sofia lui fasse confiance. Sofia lui prend la couverture des mains avant de monter la première les marches qui les séparent du toit. Elijah ne bronche pas, il se contente de la suivre avant de sourire quand elle lui parle de robe. « Une chance que je ne porte pas des talons. » C'est stupide comme réflexion, venu trop vite que pour avoir été réfléchi, mais c'est du Eli tout craché. Après avoir grimpé l'escalier, il attrape la main tendue par Sofia et se retrouve debout sur le toit, à plusieurs mètres de hauteur. Ça lui fait toujours le même effet que la première fois, comme un noeud dans l'estomac mélangé à une impression de grandeur qui ne le laisse pas indifférent. De là-haut, Eli se sent capable de tout faire. Pendant que Sofia admire la vue, Elijah pose la couverture sur le sol afin d'éviter qu'ils ne s’assaillent sur de la poussière. La question qu'elle lui pose lui tire un sourire amusé. « On ne peut pas dire que j'en ait eu beaucoup mais non, c'est la première fois. » Il lève les yeux vers Sofia sans se défaire de son sourire avant de hausser les épaules. « J'attends toujours au moins le troisième rendez-vous et, aussi surprenant que ça puisse paraître, tout s'arrêtait souvent après le premier. » Il prend place sur la couverture et invite Sofia a faire de même en tapotant la place à ses cotés. Ça lui rappelle la bibliothèque, quand ils étaient tous les deux assis devant les étagères de livres avec l'impression d'être à des kilomètres d'une fête qui ne se déroulait pourtant qu'à un étage d'eux. « On voit super bien Orion, » s'exclame-t-il alors qu'il vient d'à peine lever les yeux vers le ciel. « D'ailleurs tu sais qu'une des étoiles qui compose Orion s'appelle Bellatrix ? Celle qui brille un peu plus que les autres, là, » dit-il en désignant du doigt un point dans les étoiles. Il tourne ensuite la tête vers Sofia. « Oui, je me suis aussi fait tous les Harry Potter à cause de Tim. » Moment de silence avant qu'il n'ajoute. « Bon en réalité c'était avant Tim, mais je trouve ça quand même sympa qu'ils aient donné un nom d'étoile à un personnage pareil. » Elle va finir par le prendre pour un fou, ou pour quelqu'un qui passe sa vie enfermé chez lui au lieu de sociabiliser. Mais c'est que ça a pendant longtemps été l'élément principal de sa vie, encore plus quand Lil' l'a quitté et qu'il s'est retrouvé seul dans ce trop grand appartement. « Puis t'as Cassiopée aussi, un peu en-dessous. Elle forme une sorte de W. » Il repart dans sa contemplation du ciel, ses mains appuyées sur le sol derrière lui. Elijah tourne ensuite la tête vers Sofia, et il pourrait jurer voir toutes étoiles du ciel se refléter dans ses yeux pendant qu'elle les regarde.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 558
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan); savana fitzsimmons (n. dyer)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Jeu 13 Juin - 21:04 )

look at the stars, look how they shine for you
Elia
Elle s’en amuse souvent, de sa pratique intensive du sport auprès des autres. Surtout, lorsqu’elle a affaire à des personnes qui n’ont jamais réellement pratiqué autrement qu’en classe. Ce n’est pas ce qu’elle appel faire du sport. Parce qu’elle non plus n’aimait pas le sport à cette époque-là de sa vie. C’est venu après, justement quand elle a vu qu’il y avait de bien meilleure façon de le pratiquer ! Mais elle s’amuse aussi beaucoup des stéréotypes de quasiment tous les sportifs. Comme si c’était une institution, voir même une religion a respecté. Que tous les non-pratiquant étaient des hérétiques qu’il fallait tous brûler. Non l’italienne n’était pas du tout dans cette idée-là. Elle n’avait jamais imposé ses préférences à qui que ce soit. Du moment que l’on respecter ses choix, elle respectait ceux des autres. Évidemment, fréquenté des gens sportifs, étaient un plus, cela faisait souvent un point commun, mais la vie de la jeune femme ne se résumait pas à cela. Elle n’était pas le genre de sportif à prendre des protéines en poudre et se nourrir uniquement de riz-dinde. Même si elle faisait attention à son alimentation surtout au niveau des féculents qu’elle ingérait. Elle ne se refusait rien et là était la clé de son bien-être, selon elle. Alors évidemment, que de parler de la condition physique d’Elijah l’amuse. Encore qu’elle le taquine beaucoup, mais dans le fond elle pense sincèrement qu’il n’était pas aussi nul qu’il avait pu le lui dire. Il suffisait juste de si prendre de la bonne façon. Ca la surprend autant que ça la touche au moment où il lui demande de l’empêcher d’être aussi pathétique qu’elle le dit. Parce que dans un sens, cela laisse entendre qu’ils vont continuer à se voir et qu’il laisse suffisamment de confiance en elle, pour éventuellement affronter ses vieux démons si elle tire la sonnette d’alarme un jour. Parce que même s’il n’est pas sérieux en lui demandant cela, elle le prend très au sérieux. « Te parler dans un téléphone ça fait comme une application selon toi ? » Quitte à tirer la sonnette d’alarme autant que ça soit elle qui l’aide après tout, et non une application qui peut être dévastatrice si mal utilisée. « Mais bon si un jour, je dois te coacher autant le faire physiquement ça évitera les blessures ! » Le mot, physiquement, se répète dans sa tête. Pourtant prononcé innocemment et spontanément, son esprit lui fait prendre une autre connotation qui, elle le sait. N’est dû qu'a son ses songes des derniers jours. Et elle ne peut s’empêcher de se demander s’ils vont devenir plus intimes un jour ou s’ils en resteront là. Elle chasse bien vite la chose de ses pensées, parce qu’il est temps d’y aller ! Ils gagnent rapidement la voiture et à peine installé, Elijah s’engage dans le peu de circulation encore présente à cette heure-ci.

Dans la voiture, la discussion va bon train. Et la une chose à laquelle elle ne s’attendait pas du tout se produit. Puisque les voilà en train de parler de Tim et du côté papa poule d’Elijah lorsque pour toute réponse l’écossais lui répond qu’il est encore trop jeune pour être un sugar daddy. C’est au tour de la jeune femme d’éclater de rire. « Assurément ! » Avoue-t-elle pour confirmer qu’il n’est pas assez vieux pour cela. Dans d’autres circonstances, elle n’en aurait pas ri. Forcement, elle a déjà eu affaire à des réseaux de prostitution par le biais de son boulot. Mais là, elle savait, du moins elle s’est ainsi qu’elle le prenait en tous les cas, que c’était de l’humour. Elle lève les mains pour se défausser de tout jugement, parce qu’elle n’est pas du tout en train de le juger sur ses connaissances sur le sujet. « Je suis flic pas juge, tu sais… » Qu’elle ajoute, l’air totalement détachée sur le visage. « Je ne suis pas très porté sur le sucre de toute façon. » Un sourire mutin vient naître sur ses lèvres. Elle espère qu’il comprendra même si elle se dit que oui maintenant qu’ils commencent un peu à ce connaître l’un et l’autre. Parce qu’au fond, elle ne parle que du sucre là, pas du daddy… Leur conversation prend une autre tournure alors qu’Elijah la taquine avec l’histoire de son ex avec les mugs de sa mère qu’elle lui avait raconté lors de leur soirée dans la bibliothèque. Elle ne peut s’empêcher de lui remémorer qu’elle avait proposé d’y aller avec sa moto et la réponse du brun agrandit son sourire si cela est encore possible. L’idée qu’il veuille être à son meilleur avantage amuse la jeune femme. Elle n’y fait cependant aucun commentaire, se promettant d’essayer jusqu’à ce qu’il lui fasse suffisamment confiance pour grimper avec elle sur sa moto. Parce que ce jour-là, elle aura sûrement remporté une belle victoire ! « Oui j’étais beaucoup plus rancunière à l’époque. » Enfin… Surement qu’elle l’est encore. Mais elle n’a plus offert son cœur comme elle l’avait fait avec son ex, depuis… Parce qu’à y réfléchir cinq minutes. Elle est toujours la même femme, avec ce sang chaud d’italien qui coule dans ses veines. Elle est toujours une personne entière qui se donne corps et âme dans ce qui la passionne et ce qu’elle aime. C’est juste qu’au cours des six dernières années, aucun autre homme ne lui a fait mal au point de la remettre dans un tel état de rage. Enfin, d’une certaine façon si… mais elle s’est fixée comme règle de ne pas y penser ce soir. Elle se surprend à aimer l’éclat de rire d’Elijah. Il fait renaître son sourire et elle le regarde en coin tant dit qu’il lui dit aussi spontanément qu’elle est sadique. « Oui et fait gaffe que je ne te menotte pas en prime ! » Elle rigole évidemment. Elle continue juste de marcher sur le chemin qu’elle vient d’emprunter. Elle soupire, venant poser l’arrière de son crâne contre l’appui-tête de son siège, tournant son visage en direction du conducteur. « Tu vas finir par avoir peur de moi à force… » Qu’elle dit dans un soupir en tournant son regard sur la route. Parce qu’au fond, même si elle plaisante. Le simple fait d’avoir l’idée pourrait lui faire peur et elle le comprendrait parfaitement. Surement qu’elle devrait adopter la même tactique que lui et lui montrer que ses bonnes facettes. Sauf qu’elle le sait, elle a bien trop de défauts pour pouvoir les cacher indéfiniment. Alors autant qu’il soit au parfum immédiatement. Ça lui évitera au moins, de développer des sentiments pour rien. Parce qu’elle le sent déjà. Qu’Elijah pourrait être l’un de ses hommes, auquel son cœur pourrait bien finir par vouloir s’accrocher.

À la promesse d’Elijah, lorsqu’ils sont face à cette échelle et qu’elle lui demande s’il compte bien la ramener en vie et entière une fois leur exploration nocturne terminée. Elle pourrait bien lui répondre quelque chose. Mais elle se retient et décide de lui laisser sa confiance. Parce qu’il faut bien que l’un des deux fasse le premier pas et comme il est l’auteur de cette soirée. Et s’en remet à lui, agrippant les premiers barreaux après lui avoir pris la couverture qu’elle enroule autour de ses épaules pour être moins gênée que si elle s’était trouvée coincée entre son bras et ses côtes. Elle éclate à nouveau de rire lorsqu’il dit avec autant de spontanéité et en réponse à son affirmation d’être heureuse de ne pas porter de robe, d’être heureux de ne pas porter de talons. « Oh, tu sais les talons, ce n’est pas si compliqué une fois qu’on a le permis talons. » Oui, parce qu’elle n’a pas toujours maîtrise l’art de marcher avec des talons. Mais monter une vieille échelle en talons ne serait pas réellement un défi pour elle, pour lui par contre… À moins qu’il n’est des pratiques plutôt douteuses pendant son temps libre. Une sorte de fétichisme des talons hauts. Elle s’amuse de cette idée et continue de monter jusqu’au sommet ou elle aide Elijah en lui tendant une main une fois arrivée. Même s’il n’en avait surement pas besoin.

Il s’agite derrière elle alors qu’elle admire cette vue qu’elle voit pour la toute première fois et ça l’émeu. Elle ne peut s’empêcher de demander à l’écossais, combien de rendez-vous, il a pu emmener ici tout en fermant un instant les yeux alors qu’une bourrasque de vent vient frapper contre son visage, lui laissant le plaisir d’en humer les odeurs dans un mélange d’humidité naissante de la nuit qui est sur eux maintenant, mais aussi des arbres qui entourent le planétarium. Et d’une note plus direct aussi, de celle du parfum d’Elijah qui se trouve juste derrière elle. Elle ouvre les yeux et se tourne vers lui lorsqu’il lui avoue que c’est la première fois. Elle est attentive lorsqu’il avoue qu’il attend toujours le troisième et que bien souvent ça n’allait pas plus loin que le premier. Ça la frappe, Sofia. Comment ne pas avoir envie de le découvrir un peu plus à chaque fois ? Il la fascine tellement, qu’elle pourrait l’écouter parler pendant des heures, c’est d’ailleurs de cette façon qu’ils ont réussi à en perdre le cours du temps à leur second rendez-vous. Les obligations de père d’Elijah les rappelant à l’ordre trop tôt au goût de la jeune femme. Elle lui sourit et vient s’installer à ses côtés lorsqu’il tapote à côté de lui sur la couverture. Elle tend ses jambes, prenant appui sur ses mains derrière elle. Elle est attentive et attend qu’il lui parle de ce monde, de son monde. Qu’elle ne connaît pas et qui pourtant la fascine depuis toujours. Il se met aussitôt à lui parler d’Orion, alors elle regarde le ciel après l’avoir observé pour tenter de regarder au même endroit que lui. Parce qu’elle, ne voit que des étoiles… toutes pareilles. Quoi que certaines plus brillantes que d’autres. Elle secoue la tête négativement lorsqu’il parle de Bellatrix avant de la lui pointer du doigt. Elle se rapproche de lui, posant presque son menton sur l’épaule d’Elijah pour être sûr de bien regarder dans la direction ou pointe son doigt. Et effectivement, il y en a une qui brille plus que les autres dans cette direction. Lorsqu’elle sent un mouvement de sa part, elle tourne son visage vers lui et se recule un peu pour reprendre sa position initiale le fixant droit dans les yeux alors qu’il lui parle soudainement d’Harry Potter. Elle hoche doucement la tête en souriant. « Surtout, lorsqu’il s’agit de la plus brillante. Peut-être que l’auteur voulait d’une certaine façon souligné la part de lumière dans chaque part d’ombre. J’aime l’idée en tout cas. » Tout en parlant elle avait levé les yeux à nouveau vers le ciel, son sourire pendue aux lèvres. « Et puis tu sais, tu n’as pas besoin de te justifier, tu es en présence d’une fan du monde d’Harry Potter, alors qui suis-je pour juger… » Elle hausse les épaules en baissant le regard sur lui quelques secondes. Avant de les relever pour chercher le fameux W aux dessus de leurs têtes. Et la voilà, comme une gosse qui s’émerveille d’une chose aussi simple que d’une nuit étoilée. Surtout qu’elle ne les a que rarement vus comme cela, aussi bien. Il ne lui en a présenté que deux, mais elle a soudain l’impression qu’un monde tout entier s’active chaque nuit au-dessus d’eux. Elle se sent alors toute petite à la place qu’elle occupe à cet instant. Ne pouvant lutter contre l’immensité de ce monde. Ça la bouleverse de l’intérieur, autant que ça l’anime. « Et Orion alors c’est qu.. » Elle stoppe sa phrase alors qu’elle tourne son visage sur lui, surprenant le regard qu’il pose sur elle. Sofia frissonne et c’est son regard qui la captive soudain. « Quoi ? » Qu’elle demande, souriant un peu bêtement. « J’ai un morceau de salade entre les dents, c’est ça ? » Elle referme aussitôt la bouche de peur que ça soit vraiment ça. Troublée, elle détourne les yeux tout en se redressant, ramenant ses jambes pour se mettre en tailleur. Mais elle aurait juré l’entendre dire qu’elle était belle sans qu’il ne prononce le moindre mot...
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 139
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Ven 14 Juin - 21:33 )


Sofia & Elijah

look at the stars, look how they shine for you


Alors non, Eli n'a pas des abdos à faire pâlir Chris Pratt et il ne va pas faire son petit footing tous les matins. Il n'a jamais été un grand sportif, et ça déjà depuis son enfance. Mais il a d'autres qualités pour compenser, comme par exemple le fait qu'il soit capable de cuisiner des repas plutôt sophistiqués, ou encore qu'il puisse reconnaître une chanson rien qu'en entendant la première note. Il n'a jamais voulu faire partie de ces personnes qui se clament "healthy", mangent bien à tous les repas et partent à la salle avec leur smoothie saveur herbe du jardin. Pourtant, d'imaginer Sofia le coacher, ça arrive à le faire doucement sourire. « Je risque de faire semblant de m'y mettre alors qu'en réalité, je serais en train de zapper les chaînes à la télé. Je suis très doué pour imiter une personne essoufflée, » ajoute-t-il en hochant la tête pour appuyer ses propos. Et quand elle propose de le faire physiquement, en face à face, le sourire d'Eli s'agrandit. « C'est vrai que comme ça, il n'y a aucun risque pour que je fasse semblant. Et peut-être qu'enfin Gio arrêtera de me dire que j'attrape le ventre du père amateur de bières. » Il baisse les yeux et place une main sur son ventre encore plat, heureusement pour lui. Mais qui sait, peut-être que si il continue sur cette voix, Elijah va véritablement se retrouver avec la fameuse pense à bières qu'ont tous les pères du monde. Il préfère ne pas y penser tout de suite et à la place, il décide de se focaliser entièrement sur Sofia. Le trajet n'est pas bien long, peut-être un quart d'heure à tout casser, mais même si il avait été plus long ils auraient probablement pu le combler à coup de discussions qui partent dans tous les sens. Alors qu'elle dit qu'elle ne juge pas, Eli tourne précipitamment la tête vers elle avant de la secouer négativement. « Non non non, promis je suis pas branché là-dessus. Tu vas finir par croire que j'ai des délires bizarres. » Heureusement que Sofia est ouverte d'esprit, et ça Eli l'a bien compris. Il ne dirait pas tout ça sinon, il se forcerait à avoir l'air normal et conventionnel quitte à ne plus être qu'une pâle copie de lui-même. Elle rebondit sur le sujet d'ailleurs, prétend ne pas être attirée par le sucré et fait naître un nouveau sourire amusé sur les lèvres du brun. Elle est douée pour ça, le faire rire en toutes circonstances même lorsqu'il vient de lâcher une connerie de la taille d'une montagne.  Et sur le chemin, il apprend que Sofia était rancunière avant. Ça n'a jamais été son cas, il suffit de voir comme il est resté courtois envers son ex alors qu'elle a envoyé bouler dix ans de vie commune. Sofia ajoute ensuite cette phrase qui lui fait hausser les sourcils avant qu'il ne se mette à rire. « Est-ce que tu les emportes partout avec toi ? Parce que sinon, je risque de me poser des questions. » Il l'imagine au super-marché, en train de dégainer ses menottes face à une dame qui aurait osé prendre la dernière brique de lait. Cette image suffit à l'amuser assez que pour rendre son sourire encore plus grand. « Au point ou on en est, soit on va finir par s'effrayer mutuellement ou alors on va juste réaliser qu'on est tous les deux un peu des cas désespérés. »

À présent, Eli n'est plus du tout nerveux. Il invite Sofia à emprunter cette échelle qui mène à son coin secret, celui qu'il est probablement le seul à fréquenter puisqu'il n'a encore jamais vu personne s'arrêter dans les environs. Il ne sait pas pourquoi il a lâché cette remarques sur les talons, certainement parce qu'il se sent bien trop à l'aise en compagnie de Sofia et qu'il en vient à ne plus savoir retenir toutes les bêtises qui traversent son esprit à longueur de journée. Au lieu d'être consternée, Sofia se met à rire. « Le permis, carrément ? Et c'est quoi l'épreuve, survivre à une soirée entière sans les enlever ? » Il imagine le défi et Eli, il est ravi de se limiter à ses chaussures plates. Puis de toute façon, il n'est pas certain qu'une paire existe dans sa pointure, bien qu'il n'ait pas des pieds si grands que ça pour un homme. Arrivés en haut, la vue s'avère être évidemment encore plus belle qu'en bas. Elijah espère que Sofia n'a pas le vertige, il n'a même pas pensé à lui demander et c'est en la voyant se rapprocher du bord que cette pensée lui traverse l'esprit. Mais comme elle ne dit rien, il suppose que tout va bien de son coté. Installés sur la couverture, il se perd assez rapidement dans sa fascination pour ce ciel étoilé. Il ne saurait pas dire pourquoi Orion a toujours fait partie de ses constellations préférées. Elle est complexe, et puis elle porte un si joli nom qu'il aurait bien donné à un chien si il avait eu l'occasion d'en avoir un. Perdu dans son monologue, Eli en vient même à dévier sur Harry Potter sans savoir si Sofia a déjà vu les films. Peut-être qu'elle n'est pas une adepte du fantastique et qu'elle va le prendre pour un enfant, ce qui serait entièrement légitime. À la place, elle arrive encore une fois à le surprendre avec une phrase tellement censée qu'Eli est tenté de la noter quelque part. « Tu tiens une théorie vachement intéressante là ! » qu'il s'exclame, la regardant comme si elle venait de répondre à une question qu'il se posait depuis des années. À son tour, Elijah lève à nouveau les yeux pour reprendre son analyse du paysage nocturne. « Parfait, parce que j'ai un peu tendance à lâcher des références à cet univers sans même m'en rendre compte. Au moins maintenant, je sais que tu les saisiras. » Il sourit à nouveau parce qu'Eli, il a l'impression que quoi qu'il dise, Sofia le comprendra. Il parle ensuite Cassiopée, la constellation en W qui fait souvent parler d'elle chez les astronomes à cause de son intensité variante. Il pourrait continuer comme ça pendant des heures, citer toutes les étoiles les plus brillantes et sûrement en oublier quelques unes au passage. Mais à la place, Elijah tourne la tête vers Sofia et esquisse un léger sourire en la voyant émerveillée devant le ciel. Elle commence une phrase sans jamais la terminer et Eli, il réalise qu'il la fixe peut-être un peu trop. Il baisse momentanément les yeux, passe une main dans ses cheveux avant de reporter son attention sur elle. La supposition qu'elle fait arrive à le faire rire. « Non, pas du tout. » Si il en avait le courage, Elijah lui dirait qu'il est heureux d'être ici, avec elle. Qu'il est ravi qu'elle soit celle qui découvre son univers et qu'il donnerait n'importe quoi pour que cette nuit s'éternise. Sauf qu'il ne dit rien, pas un mot ne sort de sa bouche. À la place, il glisse délicatement sa main contre la joue de Sofia et attend qu'elle ait tourné la tête vers lui avant de s'avancer. Il fait ça petit à petit, peu sûr de ses gestes, mais finit par venir déposer ses lèvres contre les siennes dans un baiser presque chaste. Et si le moment ne dure que quelques secondes, cela suffit à lui donner l'impression que le monde entier vient de s'effondrer autour d'eux. Il a le coeur qui bat plus vite Elijah, le ventre qui se noue pendant qu'il profite de la chaleur que lui procurent les lèvres de Sofia. Il finit par se reculer légèrement, gardant toujours ses doigts contre sa peau. « Ça faisait un peu trop longtemps que j'en avais envie, » souffle-t-il en plongeant son regard dans ses yeux noisettes avant de les lever vers le ciel, un éternel sourire accroché aux lèvres. « J'aurai tenu deux constellations. » Il rit doucement, retire sa main de la joue de Sofia et guette sa réaction, soudainement à nouveau un plus anxieux. Il n'a pas envie qu'elle le repousse, pas après tous les efforts qu'il a mis en place pour essayer de créer une soirée parfaite. Mais son attirance pour Sofia, ça commence à faire un moment qu'elle grandit en lui, à un point où il ne se sent plus capable de la garder sous silence.  


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 558
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan); savana fitzsimmons (n. dyer)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Sam 15 Juin - 20:09 )

look at the stars, look how they shine for you
Elia
Elle s’attend tout sauf à cette réponse qu’Elijah lui donne. Il a à peine terminé sa phrase qu’elle tourne son visage vers lui, le regard tout bonnement outré, sa bouche s’ouvrant dans un o alors qu’elle reste silencieuse. Un simple rire mélangé a un soupire s’en échappe. Elle n’y aurait jamais pensé et pourtant elle est bluffée par l’ingéniosité de l’écossais. C’est du pur génie et elle sait que sur ce point elle ne pourrait lui faire confiance pour le coup ! Elle referme la bouche à l’instant où il parle de Gio. « Il est quand même gonflé. » Qu’elle souffle pantoise. « Tu le gardes pour toi hein, mais il m’a demandé de l’aider à reprendre le sport il y a une semaine. Il crachait ses poumons au bout de cinq minutes. » Qu’elle dit en rigolant, ne donnant plus de détails sur la situation physique et sportive de son cousin. « Cela dit, tu pourrais venir avec nous la prochaine fois si tu veux, ne serait-ce que pour voir lequel des deux est en meilleure forme physique. » Qu’elle lâche l’air de rien le regard sur la route, tournant doucement la tête vers Eli lorsqu’elle sent son regard sur elle. « Je dis ça juste comme ça, j’oblige à rien… » Elle lève aussitôt les mains pour se défausser de toutes accusations. Mais ça l’a fait rire quand même, parce qu’elle aimerait bien voir comment ils sont ensemble. Elle sait, pour en avoir discuté avec son cousin qu’ils sont meilleurs amis. Et déjà rien que ça, ça fait gagner énormément de point dans le cœur de l’italienne. Parce que Gio est quand même son cousin préféré, celui avec lequel elle passe le plus de temps. Il n’est pas son jumeau et elle n’a pas la même relation qu’avec Matthias. Mais pour elle, il est plus proche d’un grand frère, que d’un cousin. Elle s’amuse de sa réaction lorsqu’il clame une fois encore qu’il n’est pas du tout porté sur les trucs bizarres. Le sourire de la jeune femme est grand, tandis qu’elle secoue négativement la tête, pour le rassurer. Elle le charrie évidemment. Elle doute de toute façon, que si cela était vrai. Qu’il en parle aussi librement. Ce n’est pas le genre de chose dont on se vante ouvertement. Les sujets vont et viennent. Et elle adore ça Sofia. Chaque fois qu’elle est avec Elijah, ils ne s’ennuient jamais. Enfin, elle s’est sûre et lui ne le lui a jamais laissé entendre alors elle se rassure un peu sur ce point. Mais il n’y a jamais eu de blanc non plus, sauf quand un élément extérieur fait éclater la bulle qu’ils arrivent à se créer à chaque fois. Mais elle remarque qu’à chaque fois cela a été soudain et bref, ils arrivaient à chaque fois à reprendre là où ils en étaient. Et plus elle apprend à le connaître, plus elle a le sentiment, qu’il est impossible de faire le tour de tous les sujets de conversation avec lui. Qu’ils trouveront toujours quelque chose à se dire ! Elle pose son regard sur le brun au moment où il lui pose la question pour les menottes, plissant un peu les yeux, jouant le mystère, alors qu’elle, elle sait qu’il n’y en a pas du tout. Elle finit par rire avant de cracher le morceau. « Non, elles ne quittent pas le commissariat lorsque je ne suis pas en service. » Ça aussi cela fait partie du fait que lorsqu’elle ne travaille pas, elle n’est plus flic. Jusqu’à une certaine limite, évidemment, si elle se trouvait à cote d’un bâtiment en feu ou en plein cœur d’un holdup, il serait difficile pour elle de rester une simple citoyenne évidemment. À ça non plus elle ne s’y attendait pas, et pourtant elle trouve qu’il vient de dire une chose incroyablement juste ! À tel point qu’elle ne trouve rien à y ajouter, pas même pour confirmer. Cela semble si évident alors qu’il y a posé les mots. Peut-être que c’est pour cette raison qu’ils se sont trouvés comme ça, par hasard alors qu’au final, ils étaient plus proches qu’ils ne pouvaient le penser à la vue du nombre de connaissances qu’ils ont en commun. Parce qu’ils sont des cas désespérés. Elle meurt d’envie de lui avouer qu’elle est heureuse de l’avoir trouvé, et de se trouver dans cette voiture à ses côtés à cet instant, et pourtant rien ne traverse sa bouche. Elle ne fait que sourire, parce qu’elle n’en a jamais eu autant envie en présence de quelqu’un que depuis qu’elle a rencontré Elijah, réellement rencontré plutôt.

Quand elle se dit qu’ils trouvent toujours des sujets de conversation ! Même en montant une simple échelle, ils en arrivent à avoir des conversations assez insolites ! Comme de ce fameux permis talons. « Pas que ! » Si seulement porter des talons ne pouvait se résumer qu’à cela… « Il y a plusieurs épreuves comme marcher sans tomber en étant bourré, pouvoir s’accroupir tout en gardant les jambes serrées et sans partir vers l’avant ou l’arrière, marcher en ligne droite avec grâce et en restant droite, il y a aussi une épreuve de survit lorsque l’on en casse un. » Elle hoche la tête, même si elle sait qu’il ne peut pas la voir. Et même si l’authenticité de ce fameux permis n’existe évidemment pas, cela reste tout une série d’épreuve que toutes femmes voulant porter des talons se doivent de passer… Et puis arrive ce moment, où ils arrivent enfin à la fin de cette échelle et où elle en oublie tout le reste ! Parce que la vue la submerge et lui coupe le souffle.

Elle en a déjà oublié son envie d’explorer le bâtiment, devant l’admiration que lui provoque cette vue sur la ville de nuit. Et pourtant elle n’est pas encore au bout de ses émotions puisqu’elle rejoint rapidement l’écossais sur la couverture qu’il leur a installé et voilà qu’il commence déjà à lui parler des constellations qu’il repère aussitôt en oubliant même de lui dire à quoi ressemble Orion exactement. Elle essaie de regarder dans la même direction que lui, et même lorsqu’il lui parle de Bellatrix, elle comprend que l’étoile qui scintille plus que les autres, forme un bout de la constellation en entière, mais elle n’en saura pas plus pour l’instant. Il lui parle aussitôt de la saga d’Harry Potter, dont le nom du personnage est visiblement tiré de l’étoile. Et ça lui semble évident en fait au moment où elle le dit. D’avoir donné le nom d’une étoile plus lumineuse que les autres à un personnage sombre. Parce que l’être humain est fait ainsi. Parce que là où il y a la lumière, il y a aussi l’obscurité. Et lorsqu’il avoue faire souvent des références a Harry Potter et que ça le rassure au moins elle le comprendra. Elle ne trouve qu’une chose à lui dire, qui fait encore une fois référence à ce qu’elle a pu dire quelques instants plus tôt sur la part d’ombre et de lumière. « But you know happiness can be found even in the darkest of times, when one only remembers to turn on the light. » Elle se pince les lèvres, et lève les yeux au ciel. Elle n’a pas besoin de le regarder pour savoir qu’il saisira la référence, lui aussi. Elle l’écoute à nouveau alors qu’il lui parle à présent de Cassiopée, la constellation qui forme un W et en forçant un peu, elle finit par la trouver. Elle se surprend à trouver encore plus d’intérêt à ce monde qui navigue au-dessus de leurs têtes à tous. Cela ne fait que deux constellations et elle se sent un appétit d’ogre à vouloir en savoir plus, bien plus. Et elle aurait tort de s’en priver, alors qu’elle juge avoir le meilleur professeur pour cela juste à côté d’elle. Ne voulant pas rester dans l’ignorance de pouvoir voir réellement Orion elle finit par débuter une question, qu’elle ne finira pas en découvrant le regard qu’il pose sur elle. Un regard qui la chamboule et éveille en elle une multitude de choses. Au premier abord, elle se sent une timidité qu’elle n’imaginait pas. Parce qu’elle n’a jamais réellement eu froid aux yeux le Di Lazio. Et pourtant, le sentiment soudain puissant la fait rougir dans la nuit et détourner les yeux. Se redressant aussitôt elle lui demande ce qu’elle a et si elle a un bout de salade de coincer entre les dents. Fermant la bouche elle le cherche en passant sa langue sur celles-ci, pourtant lisses. Son rire accompagné de son non lui font froncer les sourcils et lorsqu’elle sent ses doigts entrer en contact avec sa joue. Sofia tourne doucement son regard vers lui. Elle sent son cœur battre soudain très fort dans ses tempes. Et à mesure qu’il s’approche, elle ne bouge pas, le fixant droit dans les yeux avant de les fermer au moment où elle comprend qu’il va réellement l’embrasser et ne pas changer d’avis à la dernière minute. Le baiser et rapide, trop rapide. Elle n’a même pas eu le temps d’en profiter réellement qu’il n’est déjà plus là. Et son cœur qu’elle sent battre dans ses veines, il s'emballe. Elle ouvre les yeux pour le regarder, et sourit lorsqu’il avoue que cela faisait un peu trop longtemps qu’il en avait envie. Elle se pince les lèvres dans un sourire en s’avouant à elle-même, qu’elle aussi… Leur rire s’accorde lorsqu’il constate avoir tenue deux constellations. Mais son rire à elle, la soulage en même temps. Parce que son geste la libère d’une interrogation qu’elle se posait. Parce qu’ils n’en ont pas parlé, elle ne se voyait pas le faire et au final elle se dit qu’elle a bien fait. Et même si dans les idées qu’elle s’en était fait, c’était elle qui serait à l’origine de leur premier baiser. Elle trouve celui-ci parfait et n’aurait pas voulu qu’il en soit autrement. Et pourtant… « Attends. » Qu’elle dit dans un souffle tout juste audible, même s’il ne bouge déjà pas, ou comme s’il était debout et aller partir en courant. Elle vient poser la paume de sa main dans sa nuque, s’entend la naissance de ses cheveux entre ses doigts. Sofia l’attire alors doucement à elle tandis qu’elle se penche sur lui, venant joindre à son tour ses lèvres aux siennes. Dans un baiser qu’elle veut plus long, le temps de réellement pouvoir goûter à ses lèvres. Juste le temps de confirmer ce qu’elle sait déjà. Mais surtout parce qu’elle aussi en avait envie. « Je voulais juste être sûre. » Elle murmure presque contre ses lèvres se reculant un peu, plongeant ses yeux dans les siens. « Bien que… » Elle fronce les sourcils, faisant mine de réfléchir. Lorsque son regard s’illumine comme si elle venait de trouver la solution, elle vient poser à nouveau ses lèvres sur celles de l’écossais. Peut-être va-t-il trouver que c’est trop, soudainement ? Elle se recule plus lentement qu’elle n’est arrivée, laissant glisser sa main le long de son cou avant de la récupérer. « Oui, sans aucun doute ! » Elle avoue à son tour, alors qu’un immense sourire la gagne, qu’elle s’en mord même un peu la lèvre inférieure. Elle se satisfait de la sensation qui la gagne et grandit. Elle se sent comme sur un nuage et se dit qu’elle n’avait finalement pas rêvé. Elle lui plaît et ainsi elle vient de lui confirmer que c’était réciproque. Et pour le moment ça lui suffit. Parce qu’elle voit ça si parfait, parce qu’ils ont pris le temps, alors elle n’aspire qu’à cela. Continuer à prendre leur temps. « Tu penses pouvoir en tenir encore deux ? » Qu’elle lui demande doucement, en levant les yeux à nouveau vers le ciel. « Ou tu as prévu de me surprendre avec autre chose encore ? » Elle ne saurait dire pourquoi, mais elle se sent comme libérer d’un poids. Même si rien n’est encore gagné, elle le sait. Il lui tarde de connaître la suite de leur aventure nocturne. Tout en ayant envie que cette nuit dure une éternité…
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 139
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Sam 29 Juin - 14:54 )


Sofia & Elijah

look at the stars, look how they shine for you


Lorsque Sofia lui parle de Giovanni en train de cracher ses poumons, Elijah ne peut s'empêcher d'éclater de rire. Il imagine bien la scène tiens, voit déjà son ami se rouler au sol après avoir tenté un effort un peu trop poussé. Cette image suffit à le combler de joie, même si il aimerait pouvoir assister à ça en vrai. Quoi que si un jour Gio et Eli vont faire du sport ensemble, il est fort possible qu'ils soient deux à se retrouver à terre. « Sérieusement ? Enfin un domaine dans lequel je pourrais possiblement être meilleur que lui, ne l'entraîne pas trop fort s'il te plaît j'ai besoin de temps pour le dépasser. » Eli, il aime bien faire semblant d'être en compétition avec Giovanni. En réalité, il n'en a rien à faire qu'un soit meilleur que l'autre, c'est plus pour rire qu'ils prennent plaisir à se la jouer macho. « C'est une idée, mais je préfère m'entraîner avant que tu ne sois témoin d'un massacre. » Parce qu'il n'a pas envie de se ridiculiser devant elle, il juge qu'il l'a probablement déjà bien assez fait. Il sait qu'elle ne l'oblige pas, qu'elle a proposé ça dans l'élan de la conversation et Elijah, ça la fait sourire encore plus. « Sincèrement, ça me ferait plaisir de passer du temps avec Gio et toi. » Il y a un mais, une suite de phrase qu'il laisse en suspend. Eli adore passer du temps avec le cousin de Sofia et il est certain qu'ils pourraient passer un très bon moment tous les trois. Les yeux rivés sur la route, une main sur le volant, un léger sourire vient doucement étirer le coin de ses lèvres. « Mais je préférerais d'abord passer du temps juste avec toi, si c'est pas trop demandé. » Surtout que quand ils sont ensemble, avec Gio, Eli n'est plus vraiment le même homme que lorsqu'il est pris à part. Il perd quelques neurones, a un peu trop tendance à dire tout haut la moindre pensée qui traverse son esprit. Si parler de Gio est un plaisir pour l'écossais, ça en est de même pour la multitudes de sujets de conversation qui s'enchaînent et le font tous sourire. C'est qu'elle a du répondant Sofia et ça lui plaît, ça lui donne envie d'en savoir plus sur elle jusqu'à ce qu'elle tombe à court d'info à partager. Il alterne entre surprise et rires, s'étonne face à cette histoire de menottes qui, heureusement, ne quittent pas le commissariat. Eli, il a déjà entendu parler de policiers qui n'arrivaient pas à décrocher de leur job même lorsqu'ils rentraient chez eux. Il a trouvé ça triste, autant que pour la personne que pour son entourage.

Ils parlent tellement que le trajet finit par passer plus vite que ce à quoi s'attendait Elijah. Accroché à l'échelle qui mène vers le toit du bâtiment où il emmène Sofia, les voilà qui parlent de talons et de permis pour en porter. Le brun est impressionné par tout ce qu'elle cite et une fois de plus, il est bien content de ne pas avoir à en porter. Sur le coup, il se dit que même si il était né femme, il se serait limité aux baskets. « Wow, même sans chaussures je tombe en arrière à chaque fois que je dois m'agenouiller. » En même temps, l'équilibre d'Elijah n'a jamais été extraordinaire. Il est fréquent qu'il trébuche sur du vide, qu'il loupe une marche d'escaliers ou qu'il se trébuche contre ses propres pieds. Ils arrivent en haut du bâtiment, là où l'air est plus frais mais où la vue est plus belle. Installé sur la couverture qu'il a apportée, Elijah invite Sofia à s'installer à coté de lui et lève les yeux vers les milliers d'étoiles. Même si cela fait déjà plus d'une dizaine d'années qu'il travaille sur les constellations, ce spectacle ne le déçoit jamais. Il arrive encore à s'émerveiller devant une étoile qui brille plus fort que les autres, retient toujours sa respiration face à une étoile filante. Elijah mentionne quelques constellations avant que la discussion ne dérive sur Harry Potter, un de ses nombreux plaisirs secrets. Il sourit lorsque Sofia cite une des plus célèbres phrases des films et Eli, au lieu de répondre par quelque chose de romantique, il ne peut s'empêcher de lâcher une phrase bien trop souvent reprise à toutes les sauces. « You're a wizard, Harry, » dit-il en changeant la tonalité de sa voix qui devient plus grave, prenant un accent anglais trop prononcé. Il rit ensuite non pas parce qu'il se trouve drôle, mais parce qu'il a vraiment le don pour agir de manière stupide. Reprenant un minimum de sérieux, Elijah s'intéresse à présent à la constellation en W avant de tourner la tête vers Sofia. En cet instant, Eli apprécie chaque détail qui la caractérise. Il prend plaisir à regarder le ciel se refléter dans ses yeux, à entendre son rire et à voir son sourire illuminer ses traits. Elle est belle Sofia, bien plus même qu'un ciel en pleine nuit dénué de nuage. C'est dans un geste un peu trop impulsif qu'il glisse une main contre sa joue, s'approche de son visage et s'empare de ses lèvres pour l'embrasser doucement. Ça ne dure pas longtemps, seulement quelques secondes qui filent à toute allure parce qu'Elijah est une personne qui hésite, qui a peur de brusquer. Il se recule, constate qu'il n'aura pas tenu avant de réaliser cette envie qui bouillonnait trop fort en lui. Dans un premier temps, Sofia ne dit rien. Elle se contente de rire, souriant de plus belle, avant de s'approcher à son tour. Elle est celle qui initie leur deuxième baiser, ses doigts jouant dans ses cheveux pendant qu'Elijah, il glisse une de ses mains contre le dos de Sofia pour la rapprocher un peu plus de lui. Il se laisse porter par ce moment qu'il ne risque pas d'oublier, en profite pour pouvoir se le rappeler plus tard, quand il sera trop enjoué que pour pouvoir dormir. Lorsqu'elle se recule, disant qu'elle voulait juste être sûre, il plisse légèrement les paupières sans comprendre. « Sûre ? Sûre de quoi ? » Elle se montre ensuite hésitante et Elijah est encore plus confus. « Bien que ? » Il en rit tellement il est perdu et en guise de réponse, Sofia vient à nouveau poser ses lèvres contre les siennes dans un baiser plus chaste que le précédent qui arrive à le faire sourire. « Ohh. » Il sourit toujours en fixant ses lèvres avant de relever les yeux en direction du regard de Sofia. « Qu'est-ce que t'as appris du coup ? » Il est curieux Eli, il a envie de savoir ce qui est en train de se tramer dans la tête de Sofia. La question qu'elle lui pose le fait rire et il hausse les épaules avant de s'écarter légèrement, appuyant ses deux mains contre le sol derrière lui pour pouvoir à nouveau contempler le ciel. « Je peux essayer, » réplique-t-il sans réussir à se défaire de son rictus. La surprendre ? « Tu mets la barre trop haut la Sofia, je ne sais pas si je saurai être digne de tes attentes. » Il se penche ensuite sur le coté pour ramasser son sac à dos dont il ouvre la tirette. « Je peux juste te proposer un repas gastronomique composé de bouteilles d'eau et de ... » Il plonge sa main dans le sac pour en sortir le premier emballage qui lui tombe sous la main. « Kinder Bueno ! » clame-t-il, un peu trop fièrement. « C'est assez impressionnant ? Parce que je n'ai pas mieux pour le moment, le homard n'aurait pas pu rentrer là-dedans, » ajoute-t-il en faisant semblant d'être déçu.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Sofia Di Lazio
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 558
›› Pseudo : Oxalys (Sophie)
›› Célébrité : Alicia Vikander
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan); savana fitzsimmons (n. dyer)
look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( Dim 28 Juil - 17:15 )

look at the stars, look how they shine for you
Elia
Elle s’amuse de la réponse qu’Elijah lui donne. Parce qu’elle les imagine bien l’un et l’autre dans l’une de ses compétitions masculine un peu débile. Sans que les choses ne soient prises au sérieux, du moins elle l’espère. Parce que si elle connaît bien son cousin, ce n’est pas encore le cas de l’homme se trouvant à ses côtés. Mais s’il est le meilleur ami du premier, elle se doute quand même un peu qu’il n’y a pas de sérieux qui entre en jeu, du moins pas totalement ! Et puis elle commence un peu à le cerner, l’oiseau. Elle a bien remarqué qu’il savait lâcher prise, peut-être même plus qu’elle. Elle n’en avait pas encore déterminé le degré, pour savoir lequel d’eux deux en avaient le degré le plus haut. Mais ce n’était pas le plus important aux yeux de l’italienne. Ça lui suffisait pour l’instant, parce qu’elle avait l’impression qu’ils étaient la plupart du temps sur la même longueur d’onde et c’était agréable. Elle ne peut que rire à cette requête d’Elijah, lorsqu’il lui demande de ne pas remettre Gio en forme trop rapidement, histoire d’avoir lui aussi le temps pour dépasser son cousin. « Promis, je ne vais pas aller trop vite pour en faire une bête de course. » Qu’elle dit en se redressant dans son siège, se tournant vers lui en preuve de sa bonne foi. Elle est même prête à faire le serment du petit doigt s’il le lui demandait à cet instant ! Elle fait la moue et plisse les yeux et le front lorsqu’il lui parle de massacre. Elle n’a pourtant jamais émis de jugement sur lui, pas de cet ordre en tous les cas. Mais elle comprend. Elle se repositionne correctement dans son siège tournant pourtant la tête vers Eli lorsqu’il avoue que passer du temps avec Gio et elle lui ferait plaisir. Ça la fait sourire. Parce qu’elle aussi, l’idée de les voir ensemble l’intrigue et l’intéresse. Elle se demande si elle verrait une autre facette de la personnalité d’Elijah ou s’il serait exactement le même en présence de son meilleur ami. L’italienne pense que la phrase s’arrête là et pourtant lorsqu’il ajoute ce mais, elle relève subitement la tête vers lui et le regarde avec attention prononcer ces quelques mots. Ça la surprend et elle ne peut empêcher le sourire qui pend déjà sur ses lèvres, de s’agrandir encore plus tellement la déclaration lui fait plaisir et la rend heureuse, sincèrement. « Cela ne semble pas trop, ça me va aussi. » Et elle se mord un peu la lèvre en détournant le regard, parce qu’elle se sent rougir de façon un peu idiote et qu’elle cherche à le lui cacher comme elle peu pour ne pas passer pour une idiote. Mais l’effet passe vite, puisqu’ils ne sont jamais à court de conversations, et la leur continuent, rebondissant toujours sur autre chose jusqu’à ce qu’ils arrivent enfin.

Sofia s’amuse réellement de la façon dont ils abordent des sujets divers et varié et toujours sans se prendre au sérieux, surtout cette histoire de permis talons pendant qu’ils sont en train de grimper à l’échelle d’accès au toit. Sofia s’amuse vraiment d’Elijah. Non pas qu’elle se moque de lui, elle est loin, même très loin de cette idée ! C’est juste qu’il l’amuse réellement. Elle lui trouve une personnalité vraiment intéressante et attachante. C’est indéniable qu’il fait son petit effet sur elle et elle peine à croire qu’elle pourrait s’en lasser à un moment donné. Parce qu’il lui donne aussi l’impression qu’il a des ressources inépuisables en lui. C’est à partir de là, qu’elle se laisse guider totalement. C’était déjà le cas avant, mais encore plus à partir de maintenant ! Parce qu’ils entrent dans son domaine d’expertise à lui. Elle se fait l’élève modèle et vient s’asseoir près de lui lorsqu’il l’y invite et elle se met à observer le ciel, avec lui. Sur la mélodie de sa voix qui lui raconte doucement l’histoire du ciel. Même si elle n’est pas sûre de ce qu’elle voit. Elle se concentre pour n’en perdre aucune miettes. Pas uniquement, parce qu’elle a toujours eu soif d’apprendre. Mais belle et bien, aussi, parce que c’est lui. Et même en observant les étoiles, ils arrivent à aborder d’autres sujets, notamment celui du petit sorcier mondialement connu. À travers une citation, elle lui donne la preuve qu’elle est, elle aussi une fan de la saga de J.K. Rowling. Elle se met à sourire encore plus, lorsqu’à son tour, il prononce une autre citation. Son accent qui se prononce sous son intonation de voix. Cet accent qui lui plaît tant et raisonne aux oreilles de l’italienne. Un point qui s’ajoute pour faire battre son cœur.

Trêve de détour. Elijah reprend son cours des astres avec la constellation suivante. Cette fois-ci, il  lui montre le ciel du doigt, ce qui donne l’occasion à Sofia de se rapprocher de lui, afin d’être sûr de regarder dans la bonne direction du doigt qu’il dresse en direction du ciel. Comme chaque fois qu’ils passent du temps ensemble, elle a l’impression que le temps s’arrête. Elle pourrait d’ailleurs jurer que c’est effectivement le cas lorsqu’elle croise son regard qui l’observe au moment où elle baisse les yeux du ciel étoilés. C’est encore plus vrai à l’instant où Elijah vient poser ses lèvres sur les siennes. C’est fugace, ça ne dure qu’une fraction de second. C’est trop peu à son goût. Lui qui la tente depuis un moment. Elle en était même venue à se dire qu’elle ferait le premier pas elle-même, lorsqu’elle aurait trouvé le bon moment. Et il l’avait devancé ! Ça ne pouvait pas être un meilleur moment que celui-ci. Et s’il est l’auteur de leur premier baiser, elle ne tarde pas pour être celle du second. Elle sourit timidement lorsqu’il lui demande de quoi elle voulait être sure lorsqu’elle s’éloigne de ses lèvres. Ça l’amuse un peu dans le fond, de jouer sur un éventuel doute sur le fait qu’elle ait pu apprécier ces premiers échanges. Mais elle ne veut pas qu’il croie que ça soit le cas, elle s’avance à nouveau et l’embrasse encore une fois, pour profiter à nouveau de la chaleur de ses lèvres à lui, sur les siennes à elle. Sofia se sent comme une gamine, ou plutôt une ado qui embrasse le garçon qui lui plaît, pour la toute première fois. Un mélange d’euphorie et de sentiment de stupidité plus ou moins incontrôlable. « J’ai appris que j’aimais beaucoup l’astronomie. » Elle hausse légèrement les épaules, un sourire mutin sur les lèvres. Elle trouvait que c’était une belle façon de lui dire qu’elle avait apprécié leurs baisers. Elle espérait qu’il comprendrait le message sans avoir à le dire explicitement, trouvant que cela gâcherait sûrement un peu l’effet de l’instant. Au moment où il se penche un peu en arrière et regarde à nouveau le ciel, elle continue de le fixer, observant les traits de son visage. Elle le trouve beau, même si elle sait qu’il a quelques années de plus qu’elle. Même s’il a déjà quelques cheveux blancs ici et là. Même s’il est déjà père. C’est l’ensemble qu’elle aime regarder et côtoyer. Pas seulement un accent, ou encore un humour qui la charme. C’est cet ensemble d’atomes, qui forment un tout et font de lui ce qu’il est. Elle se pince les lèvres et penche un peu la tête lorsqu’il avoue ne pas être sûr d’être à la hauteur de ses attentes. « Je suis une femme simple, tu sais, les tapis rouges avec les violons au bout, ce n’est pas le genre de chose qui me surprend... » Dit-elle en haussant les épaules alors qu’elle lève à nouveau les yeux sur le ciel. Elle aime les roses, les fleurs de façon générale. Elle aime le romantisme dans une dose contrôlée. Mais elle est loin d’être une femme exigeante. Si sa précédente relation lui a bien appris une chose, c’est bien cela. Un tapis rouge avec un dîner aux chandelles au bout, ne veut pas forcément dire grand-chose. C’est cliché, et même si cela fait plaisir, ce n’est pas le genre d’attention qui la touche directement. Parce qu’elle sait qu’elle ne vit pas dans un film romantique diffusé à la télévision tous les après-midi sur M6 ou TF1. La brune tourne la tête vers lui, posant son menton sur son épaule pour garder la position et elle sourit, se cachant plus ou moins contre son épaule. Alors qu’il lui sort de son sac le dîner le plus gastronomique qu’elle n’est jamais vue. « Je n’aurais pu espérer mieux ! Tu sais déjà comment me faire plaisir de toute évidence ! » Dit-elle en se tournant vers lui pour venir se saisir du Kinder Bueno. Elle en déchire rapidement l’emballage alors que le contenu se divise naturellement en deux barres chacune dans leur emballage respectif. Elle lui tend la deuxième. « On partage ? » Elle se repositionne un peu pour venir s’allonger sur le dos tout en ouvrant l’emballage au-dessus de son visage. « Et puis tu sais, une chance que le homard n’est pas tenu dans ton sac. » Dit-elle sérieusement. « J’y suis allergique. » Elle croque le premier carré de la gourmandise sucrée, la mâchant doucement tout en fixant le ciel, mais alternant quelques coups d’œil dans la direction d’Elijah. « Je peux te poser une question ? » Demande-t-elle en tournant son visage vers lui. Attendant de pouvoir la poser. « J’ai compris que tu étais un habitué de ce toit. Mais est-ce que tu t’es déjà aventuré en dessous ? » Parce que oui, ça l’intrigue, de savoir s’il lui aussi porte de l’intérêt à la visite de ce genre de bâtiment, ou pas du tout.
code by exordium.




If you think sunshine brings you happiness, then you haven’t danced in the rain.
tumblr + élissan.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


look at the stars, look how they shine for you (sofia) Vide

Re: look at the stars, look how they shine for you (sofia) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

look at the stars, look how they shine for you (sofia)

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération